Vous êtes sur la page 1sur 117

LA CONSPIRATION DE LA LIBYE

Un guide définitif sur les mensonges de `` l'intervention '' en Libye


& Le crime du siècle

Par S. Awan

Ce travail est dédié à Mouammar Kadhafi , au vrai peuple de Libye et à tous les
victimes d'une conspiration immorale.

`` La conspiration libyenne ''


Par S. Awan
' Le blogueur brûlant de Bedlam '
Droits d'auteur, S. Awan 2015
Tous les droits sont réservés

CONTENU
introduction

La Libye de Kadhafi: avant la crise


Les lettres d'Obama

Février 2011: le début de la fin


Kadhafi fait face aux médias \

Effondrement d'une nation: comment ça a (vraiment) commencé


Le `` jour de la rage ''
Ultra-violence et état de terreur
Des manifestants pacifiques et pro-démocratiques
Bernard Lévy

Déception de masse: entrez dans les médias d'entreprise


La campagne de déception médiatique
Saif Kadhafi
Les données satellitaires russes

Utiliser les médias sociaux: The Propaganda Masterstroke


Logiciel de gestion de personne
La stratégie You-Tube
Une nation «déstabilisée par Al-Jazeera»

Au bord de l'abîme: «Nous sommes le peuple libyen!»

Rebelles, mercenaires, terroristes, milices par procuration


'Tout le monde est terrifié'
Journée au soleil d' Al-Qaïda
'Jusqu'à ce que le jour du jugement dernier vienne ...'
Mercenaires milliardaires
«Drogué et soutenir le diable»: un mot sur «Captagon»…
La psychologie de la jeunesse / Guantanamo Bay

La résolution de l'ONU et la guerre impérialiste de l'OTAN


Résolution des Nations Unies 1973
La Charte des Nations Unies
La guerre contre la Libye commence

`` Déguisé en Arabes '' - Le `` cinquième


élément '' en Libye démarre sur
le terrain
Forces spéciales, MI6, Qatar et guerre criminelle
Le manuel de guerre non conventionnel 2010 de l'armée américaine

La fiction des médias d'entreprise et les `` crimes du régime ''


Le récit de Benghazi
Les histoires de Viagra
Les mercenaires africains
Amnesty International et International Crisis Group
BBC, Al-Jazeera, CNN & co vont en ville
La guerre de l'information

Chronologie de la destruction: mars - octobre 2011


Opération Détruire la Libye
Crimes de guerre de l'OTAN

`` Criminels et barbares '' - les pertes civiles de l'OTAN


'Des tas de corps ...'
La chute de Tripoli
cible l'opération
Kadhafi Oussama ben
Laden Ruse Le ` ` rôle
nazi-fasciste ''

Le dernier combat de Kadhafi

La fin de Kadhafi et la fin de la Libye
La `` plus grande manifestation de l'histoire du monde ''
Syrte et le meurtre brutal de Kadhafi

End-Game: Le Check-Mate de Kadhafi


Rapport de la Commission des citoyens sur Benghazi

Informations complémentaires pour condamner Hilary Clinton, Sarkosy et peut-être d'autres


personnes pour meurtre ...
Le convoi `` drapeau blanc ''
Le `` retour à la barbarie ''
Sarkozy et la connexion
française `` trop dangereux ''
pour un procès
Trois décennies d'`` opération Assassiner Kadhafi ''

Après Kadhafi: le 'Conseil national de transition'


Nettoyage ethnique , torture, persécution et meurtre
Qui étaient vraiment les chefs de l '«opposition»
Révolution ou «contre-révolution?
La confession de Jalil
La guerre en Syrie

La Libye MAINTENANT: un `` État défaillant ''


Seigneurs de guerre, terroristes, milices rivales et aucun gouvernement
Libyens noirs, chrétiens et minorités
'État islamique', la charia, la persécution des femmes
2011 'Guerre civile' comme 'bataille des sexes'
Migration de masse et Méditerranée

Le dossier de l'accusation: le crime et les criminels


Obama, Hilary, David Cameron et toute la mafia
La guerre des médias de masse
Les bandes du Pentagone
Des décennies de propagande
Lockerbie
Le bombardement Disco de Berlin
L'échec de l'ONU

Le motif: pourquoi la Libye a été ciblée


Pétrole libyen
La `` grande rivière artificielle ' ' de Kadhafi
Le dinar d'or et le développement africain
Le braquage d'or du siècle
Les remboursements Lockerbie
La `` révolution mondiale ''
Kadhafi, la responsabilité
L '' État islamique ', le' choc des civilisations 'et la' guerre perpétuelle '

CONCLUSIONS
Nous sommes devenus le diable
Des précédents dangereux pour l'avenir du monde
Ce que nous pouvons faire: notre seul vrai pouvoir…

Le dernier mot - `` Voici les bons gars ''


Discours de Kadhafi à l'ONU en 2009

Liste complète des liens / références

__________________

6
« Faites savoir aux peuples libres du monde que nous
aurions pu négocier et vendre notre cause en échange
d'une vie personnelle sûre et stable. Nous avons reçu
de nombreuses offres à cet effet mais nous avons choisi
d'être à l'avant-garde de la confrontation comme un
signe de devoir et d'honneur.
Même si nous ne gagnons pas immédiatement, nous
donnerons une leçon aux générations futures: choisir
de protéger la nation est un honneur et la vendre est la
plus grande trahison dont l'histoire se souviendra pour
toujours malgré les tentatives des autres de vous dire le
contraire. "

Mouammar Kadhafi

introduction
F IRST une introduction: Je travaille sur la compilation de cette pièce
pour plus d' un an.

J'avais, en fait, recherché et étudié toutes les informations disponibles


depuis 2011 lorsque la crise en Libye, l'effondrement du pays, le
meurtre de Mouammar Kadhafi et le rôle joué par nos gouvernements,
l'OTAN, l'ONU et les médias il a été douloureusement et clairement
évident que nous sommes les victimes collectives d'une vaste et
immorale tromperie qui a des implications majeures pour chacun de
nous et le monde entier.

Le post-scriptum à l'intervention de l'OTAN en Libye est toujours


en cours. L'Europe est confrontée à une crise migratoire de masse,
tandis que des milliers de personnes désespérées se noient dans la
mer Méditerranée. Les terroristes et les milices extrémistes
prospèrent comme jamais auparavant dans l'histoire et utilisent la
Libye déchue comme une zone de rassemblement pour semer la
terreur sur plusieurs nations. Nous sommes attirés vers le bord d'une
crise à l'échelle du continent et d'un «choc des civilisations» sectaire
qui pourrait éventuellement engloutir le monde entier. Des centaines
de milliers de personnes ont été tuées au milieu de plusieurs nations
qui s'effondrent, la Libye elle-même étant désormais déclarée «un État
en faillite» dans les commentaires traditionnels.

Et la majeure partie remonte à 2011, à «l'intervention humanitaire»


dirigée par l' OTAN en Libye et à l'assassinat de Mouammar Kadhafi.

Tout cela, ajouté aux mensonges * encore * racontés même


maintenant par nos dirigeants politiques au sujet de l'intervention de
2011, m'a convaincu qu'une chronique approfondie, complète et claire
de ce qui s'est réellement passé en Libye en 2011 doit encore être
établie. Nous devons voir à travers le brouillard de confusion et de
désinformation; besoin de comprendre ce qui s'est passé, comment
cela s'est passé et * pourquoi * cela s'est produit; qui l'a causé, qui l'a
planifié et quelle était l'intention.

Le texte que vous êtes en train de lire est une tentative d'accomplir
cela en termes clairs et sans ambiguïté.

Pourquoi , demandez-vous, avez-vous besoin


de comprendre ce qui s'est passé en Libye en
2011?
Parce que comprendre ce qui s'est passé en Libye signifie comprendre
la nature du monde; cela signifie comprendre qui sont les criminels,
comprendre ce que sont les forces et les alliances, et surtout
comprendre comment fonctionne la conspiration criminelle, la
réalité de la façon dont le monde fonctionne maintenant ,
comment nos gouvernements fonctionnent, comment fonctionnent les
médias et l'information, ce que notre les nations représentent, et qui
et ce que vous validez lorsque vous votez nos dirigeants et
fonctionnaires.

Parce qu'il ne s'agit pas seulement de la Libye; c'était la Syrie après


cela , et cela pourrait être n'importe lequel d'entre nous dans n'importe
quelle société à tout moment, même demain.

Et nous avons tous besoin de savoir comment. Veuillez donc


considérer ce document comme une ressource complète pour
comprendre ce qui s'est passé en Libye dans son vrai et plein contexte
et ce que cela signifie. Il va sans dire qu’il s’agit d’un texte très complet
et très détaillé: il fallait bien. Parce qu'il ne devrait y avoir aucune
ambiguïté, aucune place pour le doute et aucun espace pour que les
mensonges délibérés et la propagande des conspirateurs et de leurs
complices des médias de masse continuent de peser.

Certains d'entre vous connaissent peut-être déjà certaines


informations, mais trouveront néanmoins dans ce document des
informations qui pourraient être nouvelles pour vous. Pendant ce
temps, ceux d'entre vous qui ne sont pas encore très au courant de
l'information sont la principale raison pour laquelle cela a été
compilé.

Veuillez lire et partager ce texte partout. Ce texte démontrera clairement que;

(1) les puissances de l'OTAN sont des criminels de guerre qui


doivent être traduits en justice pour leurs actions en 2011, (2) que
les principaux responsables des gouvernements des États - Unis, du
Royaume - Uni, de la France, de plusieurs pays européens et des
États du Golfe doivent être jugé par un tribunal international
pour ces crimes , dont Hilary Clinton, Nicolas Sarkosy et David
Cameron , (3) que l'alliance des gouvernements, des entreprises et
des agences militaires qui contrôlent actuellement le monde
occidental est moralement en faillite et doit faire l'objet d'une enquête
approfondie en tant que criminelle .

Et (4) que les médias grand public / d'entreprise et les diffuseurs


d'informations sont entièrement complices de l'aide et de
l'encouragement à un complot criminel international et devraient
également faire l'objet d'une enquête ou être boycottés.

Ce faisant, cet article démontrera également;

(1) qu'il n'y a pas eu de `` guerre civile '' en Libye en 2011, (2) qu'il n'y
a pas eu de `` manifestations '' civiles contre Kadhafi ou le
gouvernement libyen en 2011, (3) que des mensonges et des fabrications
en masse ont été concoctés par nos gouvernements et par les grands
médias d'information et que ni Kadhafi ni le régime libyen n'étaient
coupables d'aucun des `` crimes '' dont il était accusé, (4) que l'OTAN et
les gouvernements occidentaux ont délibérément assassiné Mouammar
Kadhafi et installé Al-Qaïda dans les villes libyennes,
(5) que toute l'opération était illégale au regard du droit
international, et (6) que l'OTAN, la France, la Grande-Bretagne et
l'Amérique ont commis des meurtres de masse en Libye.

Ce document démontrera également clairement * comment * tout


cela a été fait ; comment les organisations de médias d'entreprise /
grand public agissent pour servir les agendas illégaux des
conspirateurs internationaux immoraux et criminels, comment les
médias relativement modernes des médias sociaux et Internet sont
manipulés pour jouer leur rôle, et comment l' ONU est utilisée pour
valider les conspirations immorales au nom de ses contrôleurs
dictatoriaux.

Afin de présenter cette affaire complète, j'ai structuré cette analyse


comme une présentation devant un tribunal, dans laquelle j'agirai
brièvement à la fois en tant qu'avocat de la défense de feu Mouammar
Kadhafi (qui lui-même n'a jamais eu droit à un procès) et de l'ancien
Libyen. gouvernement et en tant qu'avocat de la poursuite contre les
criminels responsables de ce qui a été le crime du siècle ; un crime
pour lequel ils ne seront jamais jugés ni tenus de rendre des comptes.
Nous allons maintenant au-delà de la
fiction scénarisée du récit traditionnel et
nous nous familiarisons avec la réalité.
Mais avant que tout cela ne soit démontré, nous devons d'abord
établir une réalité concernant Mouammar Kadhafi et ce qu'était la
Libye avant la crise de 2011, car cela fournira un contexte plus
complet à tout ce qui a suivi ...

_____________________

La LIBYE de Kadhafi: avant la crise de 2011

E n 1951, la Libye était le pays le plus pauvre d'Afrique et l'un des plus pauvres du
monde . En 2011, après quatre décennies sous la direction de Kadhafi,
c'était le pays le plus prospère d'Afrique et l'ONU a reconnu avoir un
taux de développement plus élevé que même des pays comme la
Russie, le Brésil et l'Inde. Pour une étude plus complète de la Libye à
l'époque de Kadhafi, voir ici .

Parmi de nombreux autres universitaires qui étaient prêts à exprimer


une vision plus réfléchie de la Libye que la propagande standard
des médias grand public, il y avait un professeur Garikai Chengu,
spécialiste des affaires du Moyen-Orient à l'Université de Harvard, qui
a écrit; «En 1967, le colonel Kadhafi a hérité de l'une des nations les
plus pauvres d'Afrique; cependant, au moment de son assassinat,
Kadhafi avait fait de la Libye la nation la plus riche d'Afrique. La Libye
avait le PIB par habitant et l'espérance de vie les plus élevés du
continent africain . Moins de personnes vivent sous le seuil de
pauvreté qu'aux Pays-Bas . »

Le rapport de l'ONU sur l'Indice de développement humain * de 2010 -


moins d'un an avant l'effondrement de la Libye en 2011 - a cité la
Libye au premier rang de son indice de taux et d'échelle de
développement.

Et contrairement à la plupart des autres pays arabes riches en pétrole


favorisés par les gouvernements occidentaux, il n'y avait pas une
grande disparité entre riches et pauvres, pas une grande division de
classe, il n'y avait pas de ghettos et pas de sans-abri. Le logement, les
soins de santé, l'éducation et les allocations de subsistance n'étaient
pas considérés comme des produits ou des privilèges, mais comme des
droits de l'homme. Contrairement aux États du Golfe ou à l'Arabie
saoudite, par exemple, Kadhafi voulait que la richesse pétrolière soit
répartie entre les populations, de sorte que la population bénéficie
directement des exportations de pétrole de la Libye. Le système de
protection sociale de la Libye - une nouveauté en soi en Afrique et
dans la plupart des pays arabes - était incroyablement généreux en ce
qui concerne le logement, les soins médicaux, les allocations, etc. Une
société sans dette a été créée, bâtie sur de l' argent sans intérêt .

En 1969, Kadhafi s'était engagé à loger chaque Libyen avant même ses
propres parents; il a tenu cette promesse et son père est mort avant de
pouvoir être logé. Mais chaque Libyen était logé. 40% de la population
vivait dans des baraques, des tentes ou des grottes avant Kadhafi et la
révolution de 1969. Le pays que lui et les révolutionnaires ont repris en
1969 était à peine une génération au-delà de la brutale occupation coloniale
italienne de la Libye pendant la Seconde Guerre mondiale, dans laquelle
plus d'un million de Libyens étaient morts dans des camps de
concentration.
La forme hautement personnalisée du socialisme que Kadhafi avait
instituée en Libye a été un succès sans précédent, tant sur le plan
économique que social; alors que le produit intérieur brut avait été
estimé à 3,8 milliards de dollars en 1969 lorsque l'ancienne
monarchie a été évincée, il était passé à 13,7 milliards de dollars en
1974 et à 24,5 milliards de dollars en 1979. En conséquence directe,
le niveau de vie des Libyens s'est considérablement amélioré au cours
du premier décennie de l'administration de Kadhafi. En fait, en 1979,
le revenu moyen par habitant des Libyens était de 8 170 dollars,
contre 40 dollars en 1951: ce chiffre était en fait supérieur à la
moyenne de nombreuses sociétés modernes et pleinement
industrialisées, y compris la Grande-Bretagne .

Et tout cela, gardez à l'esprit, c'était à moins


d'une décennie après que la Libye ait été un
pays pauvre du «tiers monde» sous contrôle
colonial.

dix

Une société largement laïque avait été imposée en Libye après


l'éviction de Kadhafi en 1969 de l'ancienne monarchie
soutenue par les colonies ; celui qui défendait les droits et le statut
des femmes, et dans lequel les réformes sociales massives et les
programmes de protection sociale ont considérablement amélioré la
qualité de vie, l'espérance de vie, l' éducation, voire l'alphabétisation.
Encore une fois, pour un regard plus large sur la Libye de Kadhafi,
lisez cet article.

* Tous les liens et références sont répertoriés dans la section «Références» à la fin.

Il est également important de comprendre que même si l' Islam est


certainement resté une partie importante de cette culture libyenne et
de la vie quotidienne, c'était dans une bien moindre mesure que dans
d'autres pays arabes. Kadhafi et ses partisans étaient fermement
opposés aux islamistes politiques, au fondamentalisme religieux ou
aux idéologies salafistes influencées par les wahhabites . En fait, s'il y
avait deux choses principales qu'ils voulaient protéger le pays et la
société contre cela, c'était (1) un retour à la domination coloniale /
impérialiste via les intérêts capitalistes de style occidental et (2)
l'influence des fondamentalistes religieux.

Un point clé que nous devons également établir, car il est très
important pour la suite de cet article: Kadhafi a insisté sur le fait
qu'il n'avait exercé aucun pouvoir ou poste officiel depuis 1977,
occupant à la place un poste symbolique ou honorifique. Il avait
depuis longtemps donné le pouvoir aux «Congrès du peuple» qu'il
avait institués des décennies plus tôt; que cela soit vrai dans la
pratique ou non, les gouvernements et les médias occidentaux ont
globalement échoué (ou refusé) de le reconnaître et ont plutôt choisi
de manière permanente de le décrire comme un `` dictateur '' (ou un
`` tyran brutal ''), ne comprenant pas la nature hautement
personnalisée du système libyen. Il y avait une opinion erronée
propagée que tout ce qui était fait par le gouvernement libyen ou par
les forces de sécurité libyennes était «fait par Kadhafi», comme s'il
avait donné tous les «ordres».

Encore une fois, cela ne semble pas vraiment être le cas; alors que
Kadhafi pourrait bien avoir fait beaucoup des décisions et des
fonctionnaires et de divers ministères pourrait avoir reporté dans de
nombreux cas , lui, il n'a pas été strictement parler en mesure
d'émettre des ordres de la manière dont un président ou « règle »
pourrait . Les responsables du gouvernement occidental et les médias
ont continué à dépeindre (délibérément) Kadhafi comme un
«dictateur arabe» standard, pas différent d'un Saddam Hussein,
simplement parce qu'il était bénéfique pour l'ordre du jour que tout le
monde le perçoive de cette façon.

Alors que les critiques occidentaux traditionnels avaient tendance soit


à éviter toute discussion sur le système politique Kadhafi institué en
Libye, soit à le considérer comme une nouveauté pittoresque, divers
universitaires étaient heureux de reconnaître que ce système de
«démocratie directe» offrait un modèle et une solution alternative
sérieux pour l'Afrique. et d' autres parties du « tiers monde » , où
plusieurs partis « démocratie » a été un échec, entraînant des conflits
ethniques / tribales, la fragmentation sociale, la corruption endémique
et le chaos politique.

Un rapport de janvier 2011 du Conseil des droits de l'homme des


Nations Unies, publié un mois avant le début de la crise , a fait
l'éloge de certains aspects du bilan du pays en matière de droits
humains, en particulier la condition des femmes dans le pays, tout en
citant des améliorations dans d'autres domaines. Il a reconnu que le
gouvernement protégeait «non seulement les droits politiques,
mais aussi les droits économiques, éducatifs, sociaux et
culturels». Il a également salué le traitement des minorités
religieuses et la "formation aux droits de l'homme" de ses forces de
sécurité. Lisez le PDF , si vous êtes intéressé (voir la section
«Références» à la fin).

Toujours en 2011, à quelques semaines


nouveau littéralement avant la crise, favori d'
commencé , Kadhafi Amnesty
était un

11

Sondage en ligne d' International USA sur


«Human Rights Hero, 2011» ; vous pourriez
penser que j'invente ça, mais je ne le suis pas

Entre-temps, également en janvier 2011, un dossier WikiLeaks


transmis au Telegraph indiquait que Kadhafi manœuvrait pour
permettre des élections pleinement démocratiques, y compris pour un
éventuel poste de «Premier ministre». Celui-ci a été publié le 31
janvier 2011, à peine quinze jours avant le début des troubles . Cela
montre que même des décennies après le début de sa «révolution
verte», il manœuvrait encore pour faire des réformes sociales et
financières afin d'améliorer et de faire évoluer davantage la situation
en Libye. Il y avait en fait de nombreuses indications que la Libye
s'orientait progressivement vers de plus en plus de réformes visant
une démocratie plus orthodoxe.

Encore une fois, lisez cet article pour un examen plus complet de la
Libye et de l'ère Kadhafi; mais le but ici est d'illustrer que la réalité de
la Libye avant la crise de 2011 (littéralement jusqu'à quelques
semaines avant les troubles) était quelque chose de très différent de
ce qui était décrit une fois la crise déclenchée.

Avec cela maintenant établi, regardons ce qui s'est passé en 2011…

_______________________

Je n Octobre 2011, heures après la Libye décennies leader et figure de proue de


Muammar
Kadhafi avait été brutalement assassiné par l'OTAN et Al-Qaïda dans
la ville de Syrte, Barak Obama a marché sur la pelouse de la Maison
Blanche et s'est directement adressé au peuple libyen. «Vous avez
gagné votre révolution», leur a-t- il dit, après plusieurs mois de
bombardements incessants du pays. "Et maintenant, nous serons un
partenaire alors que vous forgez un avenir qui offre dignité, liberté et
opportunité ..."

C'est peut-être l'une des déclarations les plus trompeuses et les plus
odieusement trompeuses jamais faites publiquement par un dirigeant
national; mais la tromperie et l'hypocrisie n'étaient guère nouvelles
pour nous, après pratiquement tout ce que George W. Bush et son
administration avaient jamais dit sur l' Irak avant et après l'invasion
de 2003. La déclaration d'Obama est intervenue à l'issue de plusieurs
mois de bombardements de l'OTAN et d '«intervention humanitaire»
en Libye, qui avaient été basés sur des attaques présumées contre des
manifestants civils par le gouvernement de Kadhafi.

Tout d'abord, établissons un fait: en 2011 il n'y a pas eu de


soulèvement légitime, de `` guerre civile '' ou de rébellion en Libye,
seulement une entreprise criminelle étendue de quelques
centaines de gangsters et de criminels , financée et aidée par la
France, l'Amérique, le Royaume-Uni, les États saoudiens et du Golfe. Ce
fait sera étayé par des informations en temps utile; mais pour
l'instant, le fait est qu'Obama, bien sûr, le savait ; tous nos dirigeants
l'ont fait.

Dans une lettre envoyée par Mouammar Kadhafi au président Obama


alors que la crise se développait, la figure de proue libyenne assiégée a
écrit; «Nous ne combattons rien d'autre qu'Al-Qaïda dans ce qu'ils
appellent le Maghreb islamique. C'est un groupe armé qui combat
de la Libye à la Mauritanie et à travers l'Algérie et le Mali. "
12

Il demande alors au président américain:


«Si vous les aviez trouvés prenant le
contrôle de villes américaines par la force
des armes, dites-moi ce que vous feriez ?»
Ce n'était pas un discours ou une émission publique: c'était une lettre
directement envoyée par le chef symbolique de la Libye au président
américain, suppliant pratiquement les États-Unis et leurs alliés de se
retirer de la folie qui était sur le point de s'embarquer. Kadhafi
communiquait d'homme à homme, agissant sous l'impression erronée
qu'Obama ignorait peut-être ce qui se passait réellement et devait être
dit avant qu'il ne soit trop tard.

Il a peut-être pensé qu'Obama était induit en erreur par les Français


dans une fausse lecture de la situation en Libye. Ce que Kadhafi n'a
peut-être pas compris à ce stade précoce, c'est qu'il n'y avait pas de
malentendu , mais plutôt qu'une opération planifiée était bien en
cours.

La naïveté de Kadhafi à ce stade était peut-être compréhensible;


Kadhafi lui-même était connu pour avoir considéré Obama avec
sympathie, voire même comme un allié. Il avait ouvertement célébré la
victoire présidentielle d'Obama quand Obama avait hérité pour la
première fois du Bureau ovale et il est clair d'après diverses
déclarations de Kadhafi dans les années précédant 2011 qu'il
considérait Obama comme un «fils de l'Afrique» et considérait la
présidence d'Obama de la superpuissance mondiale comme quelque
chose qui aboutirait finalement à des développements positifs en
Afrique en général; il a souvent fait référence publiquement à Obama
comme "notre frère kenyan" .

Il a donc écrit cette lettre de bonne foi, sous ces notions erronées. Ce
que Kadhafi n'a pas réussi à comprendre est que « frère Obama » n'a
pas été son « frère du Kenya » , mais un président américain: et aucun
président américain depuis John F. Kennedy a été autre chose qu'un
homme de paille pour les multinationales alliances corporatives et à l'
ombre, le secret organisations et pactes.

Dans une lettre ultérieure , Kadhafi essayait toujours de faire appel à


Obama directement en tant qu'être humain, même si le
bombardement de tapis de l'OTAN contre le pays était déjà en cours. Il
a écrit; "L'OTAN mène une guerre injuste contre un petit peuple d'un
pays en développement. Ce pays avait déjà été soumis à un embargo et
des sanctions, en outre il a également subi une agression armée
militaire directe à l'époque de Reagan . Ce pays est la Libye", écrit-il.

Dans la lettre, il appelle ensuite Obama à revenir au "service de la


paix mondiale" et lui demande, au nom de "l'amitié entre nos
peuples" et "au nom de la coopération contre les terroristes", de
se retirer de la cours destructif que les États-Unis et l'OTAN suivaient à
ce stade. Kadhafi ajoute: "vous êtes en mesure de maintenir
définitivement l'OTAN à l'écart de l'affaire libyenne".

Kadhafi, aussi intelligent qu'il l'était à bien d'autres égards, était


capable de naïveté - comme cela sera démontré ailleurs dans cet
article.

Et pourtant, il n'était pas complètement naïf, bien sûr. En 2008, lors d'une
réunion des dirigeants de la Ligue arabe, Kadhafi a critiqué avec colère bon
nombre des dirigeants corrompus et intéressés d'autres nations arabes, les
critiquant pour «comploter les uns contre les autres» et pour «se moquer du
malheur de l'autre». C'était principalement lié à l'invasion de l'Irak et à
l'exécution de Saddam Hussein. Kadhafi a averti les nations arabes: "
Chacun de nous pourrait

13

être le prochain. Une direction arabe entière a été exécutée par


pendaison, et pourtant nous restons à l'écart, en riant. Mais n'importe
lequel de ces jours, l'Amérique peut nous pendre . "

Certains des présents se moquaient de lui; mais bien sûr, certains de


ces dirigeants sont des vassaux ou des collaborateurs pour les intérêts
géopolitiques / corporatifs américains et européens et Kadhafi ne
parlait pas entre amis. Kadhafi avait raison, bien sûr; et son discours
était hautement prophétique ...

_______________________

Février 2011: le début de la fin ...

Beaucoup d'entre vous se souviendront peut-être de l'interview accordée par


Kadhafi à la BBC, à ABC et à The
Sunday Times en février 2011, au début de la crise. «Nous n'avons
jamais pensé qu'Al-Qaïda viendrait un jour en Libye», dit-il.
"Soudainement, ces derniers jours, ils ont profité de ce qui s'est passé
en Egypte et en Tunisie ... ils ont volé des armes et ont commencé à
tuer des policiers et des soldats . Ces gens ont été drogués ... ils
prennent des drogues hallucinogènes . Ils ont attaqué des munitions.
Ils ont utilisé des mosquées comme quartier général et ont installé des
émirats sous le contrôle d' Al-Qaïda . "

Ses intervieweurs, dont Jeremy Bowen de la BBC, ne semblaient même


pas l'écouter. Ces «journalistes chevronnés» semblaient plutôt lire un
scénario, échangeant parfois des regards les uns avec les autres ou
fixant, avec un sourire moqueur, «le dictateur fou». Au lieu d'écouter
ce qu'il leur disait ou de lui demander d'élaborer, ils ont simplement
répété les mêmes mantras que leur ont transmis leurs médias d'
information , les politiciens occidentaux et le Conseil de sécurité de
l'ONU - en particulier le `` pourquoi vous attaquez-vous le vôtre
gens?' ligne et le «pourquoi ne vous retirez-vous pas du pouvoir?
question.

"Les membres du Conseil de sécurité (de l'ONU) sont-ils venus ici?"


demande un Kadhafi exaspéré. "Ont-ils vu les jeunes hommes armés
terroriser les gens dans les rues?"

"Mais si votre peuple vous aime, pourquoi prennent-ils les armes,


capturent Benghazi, etc ...?" demande le journaliste vétéran de la BBC,
qui n'écoute toujours clairement pas.

Une marre Kadhafi s'enclenche alors, « Il est


Al-Qaïda , Al-Qaïda, ce n'est pas mon peuple, il
est Al-Qaïda - ils sont venus de l' extérieur .
Al-Qaïda ont commencé à tuer et à la confiscation
des armes et il est maintenant terroriser la
population à Benghazi ... "
Quiconque n'a jamais regardé cette interview à ce moment-là devrait
le faire; c'est l'une des interviews les plus fascinantes et les plus
troublantes que vous puissiez regarder. Pourquoi? Eh bien,
premièrement parce que cela démontre à quel point les médias d'
information grand public sont sans valeur dans une situation de ce
genre, et deuxièmement, cela démontre la situation impossible dans
laquelle Kadhafi était manœuvré: une situation dans laquelle la seule
`` fin de crise '' lui était offerte. devait être assassiné. Ce document
démontrera bientôt clairement ce fait: que

14

La mort de Kadhafi était la seule option que la communauté


internationale dirigée par l' OTAN autorisait.

Mais d'abord restons avec cette interview de février 2011 et écoutons ce qu'il disait.

Il y a un moment clair dans l'interview où Kadhafi semble se rendre


compte qu'il perd son souffle à essayer d'expliquer les choses à ces
journalistes; résigné, il renonce à parler anglais et revient avec
lassitude à l'arabe, en s'appuyant sur son traducteur. «Al-Qaïda est
une chose, et les enfants qui ont reçu de la drogue et qui ont été dupés
pour faire des choses en est une autre, et le peuple libyen en est une
autre…»

Enfin, il dit, avec un air de résignation fatiguée,


"Je suis étonné des États-Unis et du monde entier
... que lorsque nous combattons Al-Qaïda , ils nous
imposent des sanctions".
Fatigué maintenant, Kadhafi dit aux représentants des
médias d'entreprise : "Les dirigeants d'Al-Qaïda, qui sont à l'intérieur
des mosquées ... J'aimerais que vous alliez les voir. Certains d'entre
eux étaient des détenus de Guantanamo ..."

De nombreux commentateurs à la télévision se sont moqués de lui le


lendemain pour ses déclarations; ils riaient et se moquaient, et la
plupart des journalistes de la presse écrite l'ont rejeté comme les
divagations folles d'un dictateur déséquilibré essayant désespérément
de s'accrocher au pouvoir et de dissimuler ses crimes. De toute
évidence, les enquêteurs présents dans la salle étaient perplexes face
aux réponses de Kadhafi; mais qu'ils le croient ou non n'a pas
d'importance. Ce qui est pertinent est le fait que aucun des
organisations de nouvelles entreprises, aucun de leurs journalistes d'
investigation, et pire encore, aucun de nos organismes
gouvernementaux occidentaux, a fait une tentative d'enquêter sur
ses allégations ou d'essayer de vérifier si, comme il le dit, Al Qaïda
prenait le contrôle des villes libyennes en
Obliger.

Mais bien sûr, ils ne l'ont pas fait: ce n'était pas un accident, ni une
négligence, mais une opération planifiée qui était maintenant bien
engagée. La raison pour laquelle les journalistes et les diffuseurs n'ont
pas enquêté sur la présence d' Al-Qaïda était la même raison pour
laquelle Barak Obama n'a pas prêté attention à la lettre de Kadhafi - ils
savaient déjà ce qui se passait.

Des responsables libyens avaient également écrit des lettres au


gouvernement britannique, l' avertissant qu'Al-Qaïda était derrière
les troubles et exprimant leur incrédulité quant au fait que le
Royaume-Uni tournait le dos à la Libye. "Que pense le Royaume-
Uni?" un fonctionnaire a écrit. "Pourquoi fais-tu ça?" Mais comme
Obama, le gouvernement britannique n'a répondu à aucune de ces
lettres. Il refusait désormais de communiquer avec * quiconque * des
organes directeurs de la Libye, malgré le fait qu'aucune enquête n'ait
été menée pour déterminer la réalité de la situation.

L'ancien agent de la CIA Kevin Shipp, par la suite membre de la


Commission des citoyens sur Benghazi , a exprimé sa perplexité face
aux actions du gouvernement américain, en particulier sa décision
soudaine de couper tout contact avec Kadhafi une fois que la crise
s'est déroulée. «L'une des parties les plus étonnantes de tout cela est
que Kadhafi nous fournissait un flux constant de renseignements sur
les mouvements d' Al-Qaïda », a-t-il déclaré. Shipp a déclaré que
Kadhafi «collaborait avec nous en tant qu'allié; Donc, pour
l'administration Obama, l'équipe de la sécurité nationale de la Maison
Blanche et le département d'État, rompre tout contact avec Kadhafi
était incroyable, surtout quand il demandait à démissionner et à
demander l'asile. "

15

"Qui êtes- vous?" Kadhafi a demandé dans un


discours désormais tristement célèbre proche des
derniers jours tragiques et sanglants de sa vie,
mettant en doute la légitimité de ceux qui
cherchaient à renverser son gouvernement à
l'époque.
Il les a qualifiés d'extrémistes. De plus, c'étaient des agents étrangers,
a-t-il dit; «rats» et «toxicomanes». Tout le monde s'est moqué de ce
discours et diverses personnes en ont même fait des versions blagues
en ligne. "Vous les rats," les appela Kadhafi au plus fort du
soulèvement, " vous les hommes à barbe ..."

Pourtant, les commentateurs des médias ont ri. Bien sûr qu'ils l'ont
fait; cette politique de moquerie ou de caricature de Kadhafi n'était
pas nouvelle, mais était en cours depuis l'époque de Ronald Reagan.
Afin de détourner l'attention du public de ce que Kadhafi avait
réellement fait en Libye pendant quatre décennies - les vastes
réformes sociales, l'immense programme de protection sociale, la
construction des infrastructures, etc. - à partir des années 1980, les
politiciens et les médias occidentaux ont plutôt créé une caricature ''
l'image de Kadhafi de méchant / dictateur pour brouiller la perception
populaire.

À la suite de cette campagne de plusieurs décennies , au moment où la


crise de 2011 se déroulait, peu de gens en Occident étaient enclins à
avoir de la sympathie pour lui ou à le prendre au sérieux; et moins
avaient encore une vue ou une compréhension raisonnable de la
Libye verte.
Ce qui a permis à nos dirigeants politiques et organisations de
presse de mentir beaucoup plus facilement sur ce qui se passait.
Et de faire ce qu'ils étaient sur le point de faire.

Mais maintenant, en gardant à l'esprit les déclarations de Kadhafi,


regardons exactement ce qui * se passait * en Libye à partir de février
2011; non pas ce que les médias nous ont dit se passait, mais ce qui se
passait réellement *

______________________

L'effondrement d'une nation: comment cela a


commencé ...

Pour commencer, y a- t - il eu des «manifestations de masse»


contre le gouvernement libyen ou Kadhafi?

Le 16 février 2011, un groupe d'avocats a organisé une manifestation


devant le tribunal de North Benghazi, appelant à des réformes
juridiques et politiques. La manifestation semblait s'être déroulée de
manière pacifique et sans incident - contrairement à la représentation
médiatique de la Libye, les manifestations pacifiques étaient en fait
assez courantes dans le pays. Cet événement relativement modeste du
16 est le * seul * incident enregistré de «protestation civile pacifique»
contre le gouvernement libyen à cette époque. Des rassemblements
ultérieurs de manifestants antigouvernementaux ont eu lieu plus tard,
mais seulement une fois que les combats et la diffusion des armes ont
déjà commencé.

16

Veuillez noter ce fait pendant votre lecture.

Il est également pertinent de noter que l'appel artificiel pour une


«Journée de la rage» en Libye le 17, qui avait inondé les réseaux
sociaux et les plateformes en ligne hautement suspects , n'était pas
du tout originaire de Libye, mais de Londres - sur la base des
dirigeants de l' opposition libyenne du « NClO ». Les «troubles»
initiaux étaient en fait un projet concocté depuis Londres.

En même temps, il ne fait absolument aucun doute que ce qui se


passait également - mais non couvert dans la couverture médiatique
occidentale - était que de nombreux islamistes djihadistes arrivaient
dans le pays de divers endroits, y compris l'Afghanistan, l'Irak et,
surtout, certains étant originaire de Guantanamo Bay .

Il y avait une - particulièrement bonne vidéo compilée et mise en ligne


par le Dr R. Breki, G Oheda et David Roberts - qui rapportait de
manière claire et concise ce qui se passait réellement dans les villes
libyennes à ce moment-là; surtout cette vidéo n'est pas quelque chose
qui a été produit avec le recul, mais a été composée et mise en ligne
très tôt dans le conflit, alors que la situation évoluait, et elle reste donc
une très bonne ressource fiable, reposant entièrement sur des images
réelles des événements sortant de Benghazi et Tripoli, et dépourvues
de toute tournure, parti pris ou propagande d'entreprise.

À la suite de la première manifestation mineure, le 16 février à Benghazi,


une foule violente a incendié trois commissariats de police, le siège des
forces de sécurité intérieure et le bureau du procureur. Dans la ville d'
Al-Baida, parallèlement aux incidents de Benghazi, des commissariats de
police et des quartiers généraux de sécurité ont été attaqués . La
caserne militaire de Hussein al-Juweifi à l'est d' Al-Bayda et la base aérienne
de Labraq à l'extérieur de Benghazi ont fait l'objet d'attaques inattendues.
Des images vidéo de l'attaque contre la caserne de l'armée montrent
clairement que les soldats n'ont pas ouvert le feu sur les manifestants ;
il les montre seulement en train de tirer en l'air alors qu'ils se retirent plus
loin dans l'enceinte de la caserne.

Les assaillants ont pris d'assaut les deux endroits et ont saisi un
certain nombre d'armes; tous les soldats du gouvernement, y compris
ceux qui gardaient la base aérienne et l'aéroport, ont été brutalement
massacrés et un a été pendu publiquement sur la place principale
de Derna . Notez à nouveau que les images existantes montrent que
les soldats n'ont pas ouvert le feu sur les «manifestants» (même s'il
devenait clair qu'il ne s'agissait pas du tout de simples
«manifestants»).

Un «émirat islamique de Barqa» a été annoncé à Derna, tandis que deux


policiers ont été pendus à Al-Baida qui tentaient de disperser les foules.
Un groupe de «manifestants» a également tué le directeur général de l'
hôpital Al-Galaa du centre-ville de Benghazi; selon certaines sources, le
corps de la victime présentait des signes évidents de torture.

17

Certains «rebelles» avec leurs armes volées.

À 40 kilomètres à l'ouest de Tripoli, des bases de l'armée et des dépôts de


munitions ont été attaqués aux petites heures du matin, les forces de
sécurité étant prises au dépourvu. D'autres armes ont été saisies. Les chars
capturés et les canons antiaériens ont ensuite défilé dans les rues (le
tout sur pellicule) et ont commencé à être distribués parmi les personnes
impliquées dans les troubles. À Green Square, des «manifestants» ont mis le
feu à la salle du peuple du Congrès général du peuple.

À Misrata , les «rebelles» ont lancé une attaque armée de plusieurs


directions sur la base aérienne de Misrata en utilisant leur stock
d'armes volées.

Un modèle émerge maintenant dans les villes de la Libye; les


postes de police, les bâtiments de la sécurité intérieure, les quartiers
généraux et les bâtiments militaires étaient attaqués ou incendiés;
l'une des principales raisons pour lesquelles les attaques `` rebelles ''
se sont avérées si efficaces à ce stade était que la police, l'armée et
d'autres autorités libyennes avaient reçu l' ordre de ne pas ouvrir le
feu sur les `` manifestants '' en aucune circonstance (une
instruction qui vient de Kadhafi lui-même et un fait auquel il a fait
allusion à plusieurs reprises dans la célèbre interview BBC / ABC de
février). Les auteurs de l'attaque ont ciblé tous les endroits où ils
savaient qu'ils pouvaient confisquer de grandes quantités d'
armes et de munitions .

Le 18, des assaillants ont utilisé des explosifs TNT, des cocktails
Molotov et des véhicules lourds, tous volés à un mélange de sociétés
libyennes et étrangères, pour démolir les murs de la caserne militaire
du camp militaire Alfadeel Abu-Omar à Benghazi. Le 19, cette attaque
s'est poursuivie, les rebelles utilisant désormais des mitrailleuses
et d'autres armes volées dans les camps militaires .

Le 20, les assaillants utilisaient désormais des chars , des bombes et


des fusils légers . Les attaques ont finalement réussi à prendre
d'assaut la caserne. Des exécutions plus brutales du personnel de
sécurité ont eu lieu.

Maintenant , nous allons mettre en pause un


instant: ne * * de tout ce bruit comme les
actions des « manifestants civils » ? Ou soi-
disant « manifestants pacifiques pro-démocratie
»?
Il n'y avait rien dans la situation qui se déroulait en Libye qui
ressemblait aux manifestations de masse qui avaient eu lieu en Tunisie
et en Égypte au cours des semaines précédentes; c'était quelque chose
de complètement différent. Aucun de ces endroits où ces incidents ont
eu lieu n'était l'un des lieux ou centres-villes habituels où se tenaient
habituellement des manifestations ou des manifestations: et je dis ``
généralement tenues '', car, encore une fois, les manifestations
pacifiques n'étaient pas rares en Libye, malgré les les médias auraient
18

nous croyons. Au lieu de cela, toutes ces confrontations ont eu lieu


dans des postes de police, des bureaux de sécurité ou des casernes
militaires .

Il s'agissait d' attaques ciblées et coordonnées . Le fait que les forces


gouvernementales libyennes n'aient pas ouvert le feu à ce stade précoce est
franchement un reflet extraordinaire de la nature de la vie en Libye - une
nature que personne dans les grands médias occidentaux ne comprenait,
comme en témoigne la mesure dans laquelle cela - des journalistes
chevronnés travaillant pour, par exemple, la BBC, ont constamment
manifesté une ignorance totale du système politique libyen et de la société
libyenne dans les mois qui devaient suivre ("Je comprends comment le
système fonctionne en Libye ...", assure maladroitement Jeremy Bowen de la
BBC Kadhafi dans cette interview BBC / ABC mentionnée ci-dessus; à
laquelle un Kadhafi marre de répondre "Non,
ne dites pas que vous comprenez - vous ne comprenez pas ").

Dans n'importe quel autre pays du monde arabe (en fait dans la
plupart des pays occidentaux également), l'armée ou la police aurait
répondu par la force beaucoup plus tôt. Nous pouvons le voir, par
exemple, dans la manière dont la Garde nationale a été envoyée pour
faire face aux troubles de Baltimore en Amérique récemment ou dans
la manière dont les manifestations violentes sont traitées dans
pratiquement tous les pays du monde. Il y avait des raisons pour
lesquelles les forces de sécurité libyennes ont perdu le contrôle de la
situation dès le début. Premièrement, il faut comprendre que ce type
de violence publique, de masse ou d’activité armée n’était pas une
pratique habituelle des Libyens.

Même la révolution libyenne originale des décennies plus tôt, dans laquelle
Kadhafi avait évincé l'ancien monarque du pays, avait été entièrement un
coup d'État sans effusion de sang. La «révolution» de Kadhafi de 1969
s'est déroulée sans violence ni effusion de sang et a été menée avec le
consentement populaire; d'autre part, cette soi-disant «révolution» de
2011 était un bain de sang absolu mené dans un brouillard de confusion et
de désinformation.

Les médias nous ont dit que c'étaient des civils opprimés qui se
levaient; le récit venant des responsables libyens était bien sûr
différent, les porte-parole affirmant que les forces de sécurité avaient
arrêté «des dizaines de membres étrangers de ce réseau qui
avaient été spécifiquement formés pour déclencher des
affrontements».

Notons qu'Amnesty International, dans son rapport de mai 2011 ,


mentionne l'incident sanglant de la caserne militaire de Hussein
al-Juweifi . Un habitant d' Al-Baida a déclaré à Amnesty que lorsque les
soldats du gouvernement à l'intérieur de la caserne avaient
commencé à perdre le contrôle de la situation, il avait tenté de jouer
un rôle de médiateur afin d'éviter de nouvelles effusions de sang. Il a
demandé à parler à un officier supérieur de l'enceinte; «Je lui ai donné
ma parole et dit: si vos soldats se rendent, ils seront en sécurité. Alors
que le groupe de soldats sortait pour se rendre, les manifestants ont
abattu deux soldats… c'étaient des Libyens, pas des mercenaires
étrangers. Je me sens coupable parce que c'était ce n'est pas pour moi
", dit-il," ils ne sont peut-être pas sortis. "

Les protestations de Saif Kadhafi (l'aîné des fils de Kadhafi), aussi creuses
qu'elles aient pu paraître aux oreilles occidentales cyniques, semblaient
mieux correspondre à la réalité apparente de ce qui se passait en février
que la version médiatique des événements. "Nous ne tuons pas nos
concitoyens" , a insisté le fils de Kadhafi. "Nous ne lâchons pas de bombes
sur eux. Nous et notre armée avons fait preuve d'une tolérance sans
précédent envers notre propre peuple", a insisté Saif, ajoutant que les
personnes à l'origine des troubles "sont
déjà armé de chars et d'artillerie lourde ... "

Les explications de Saif étaient basées sur


la réalité; il est très clair que les `` rebelles
'' en Libye étaient armés de

19

Armement OTAN / occidental dès le départ;


dès le premier jour.
Même les informations entièrement anti- Kadhafi Al-Arrabiya et
Al-Jazeera ont confirmé à ce stade précoce que les forces de sécurité,
une fois qu'elles ont répondu, avaient seulement "tiré des balles en
caoutchouc et utilisé des canons à eau dans la ville de Benghazi".

Les responsables libyens ont rapporté ce qu'ils croyaient être derrière


les troubles, mais leurs déclarations montrent clairement qu'ils
n'étaient toujours pas conscients de l'ampleur réelle du danger;
"Certains étrangers ont infiltré ce groupe", a déclaré un
responsable. "Ils essayaient de corrompre le processus juridique local
qui est en place depuis longtemps. Nous ne le permettrons pas et nous
appelons les Libyens à exprimer leurs problèmes à travers les canaux
existants, même si c'est pour appeler à la chute du gouvernement."

Il pourrait être pertinent de mentionner ici l'exposition d'un


programme gouvernemental américain de 50 millions de dollars qui
avait été mis en place pour organiser des `` sessions de formation ''
pour les militants de nombreux pays du printemps arabe et pour
équiper les manifestants de `` nouvelles technologies '' pour aider ils
échappent à la détection et à la capture par leurs gouvernements. Il
pourrait également être pertinent de mentionner les «Français» non
identifiés qui ont tenté d'atterrir tranquillement à Malte juste
après le début de la «guerre civile», venant directement de Libye
(nous en reparlerons plus tard).

A présent, les divers groupes de «rebelles»


avaient pris le contrôle de plusieurs villes
libyennes dans ce qui avait clairement été
un processus pré-planifié et bien coordonné
.

_______________________

S'agit- il des «manifestants pacifiques» et des «militants en faveur


de la démocratie» dont les gouvernements français, américain et
britannique ont prétendu qu'ils étaient «en danger» par le
gouvernement de Kadhafi? Étaient- ce les «victimes innocentes» qui
préoccupaient tant la BBC, CNN, Fox News, Al-Jazeera et tous les autres
propagandistes des médias d' entreprise ?

Et que dire de tous les «libéraux» et journalistes français pesants et au


cœur sanglant qui exhortaient leur gouvernement à intervenir en
Libye - d'où provenaient-ils * leurs * informations? Ou l'ont-ils inventé
à partir de rien? De loin le plus influent était le célèbre «philosophe»
franco-juif (pour «philosophe», lire «milliardaire sioniste»), Bernard
Levy . Un `` penseur '' très apprécié en France et en Israël, Levy a été
l'une des principales voix qui ont poussé à l'intervention libyenne et a
joué un rôle particulièrement important pour amener une grande
partie des médias `` élevés d'esprit '' à prêter attention à l'idée.

En mars 2011, Levy a pris sur lui de se rendre à Benghazi pour


«engager» directement les insurgés libyens; et sur la base d'une
seule réunion, il a immédiatement téléphoné à Nicolas Sarkosy et a
conseillé l'intervention française. Sarkosy a immédiatement accepté
de rencontrer les rebelles libyens.

20

Le philosophe français Bernard Levy.

Personne ne sait pourquoi un «philosophe» rencontrait des rebelles


armés en Afrique, mais le plaidoyer de Levy en faveur de
l'intervention a été très influent en France. Comme d'autres l'ont noté,
M. Levy semble apparaître partout où il existe une possibilité d
'«intervention» étrangère, y compris en Syrie, puis en Ukraine.
Maintenant les « rebelles » ont été estimés avoir eu la possession de
quelque 250 chars, 73 véhicules blindés, 176
antiaériens mitrailleuses, 254 lance-roquettes et d'autres armes et
de ressources. Comme Breki, Oheda et Roberts l'ont noté dans leur
évaluation des preuves en février 2011, ces rebelles disposaient
désormais d'un arsenal supérieur à celui de la plupart des pays *
voisins *.

Et ce n'était que dans les premiers jours de la crise.

________________________

Déception de masse: entrez dans l'actualité de


l'entreprise
Médias...

À ce stade, les principaux diffuseurs d'information du monde arabe étaient déjà


propager une fausse image pré-planifiée de la situation. Des histoires
et des images étaient fabriquées et largement diffusées pour soutenir
cet agenda: en particulier, Kadhafi et le gouvernement attaquaient et
tuaient des «manifestants civils pacifiques».

Des «témoins oculaires» non identifiés et des «sources non


confirmées» ont été fréquemment cités pour construire l'image
souhaitée. Les médias internationaux n'étaient pas meilleurs; BBC,
CNN, Fox, France24 , pratiquement toutes les entreprises de presse
grand public ont cité les mêmes «sources non confirmées» et
«témoins oculaires» non identifiés pour leur explication de ce qui se
passait en Libye; peu ou pas d'efforts ont été faits pour confirmer les
comptes ou les détails, pour vérifier les informations ou pour
enquêter de manière indépendante.

Un exemple typique d'une partie de cette couverture médiatique très


discutable, même imprimée, peut être trouvé dans cet article de CNN
de février 2011. Il suffit de regarder combien de témoins non
identifiés ou de rapports invérifiables qu'il cite pour son
information;

`` L'homme, qui n'a pas été identifié pour des raisons de sécurité ... ''

21

`` CNN n'a pas pu confirmer de manière indépendante les informations sur l'escalade des
troubles en Libye ...
bien qu'il ait interrogé de nombreux témoins par téléphone.

'Dit le docteur, que CNN n'identifie pas non plus pour des raisons de sécurité ...'

`` Une Libyenne soutenant les manifestants, qui n'a pas été identifiée
pour protéger sa sécurité ... ''

Et ce n'est que dans un article; mais c'est aussi généralement ce que


font aussi d'autres organisations médiatiques à tous les niveaux. Pire
que cela, les autorités internationales, y compris le Conseil de sécurité
des Nations unies, ont également choisi de s'appuyer sur ces mêmes
sources d'informations non vérifiées et peu fiables; ils ont négligé
d'enquêter eux-mêmes sur l'un d'eux, ont même négligé d'envoyer des
commissions d' enquête en Libye pour vérifier la vérité, malgré le fait
que Kadhafi avait non seulement salué une enquête de l'ONU,
mais en avait ouvertement DEMANDÉ UNE .
Mais bien sûr, Kadhafi travaillait sous le sentiment erroné que l'ONU
serait intéressée à vérifier la vérité: ce n'était pas le cas - parce que
l'ONU est dirigée par son Conseil de sécurité et le Conseil de sécurité
savait déjà ce qui se passait en Libye ... et il tout se déroulait comme
prévu.

L'approbation ultérieure par l'ONU de l' intervention dirigée par


l' OTAN en Libye était basée sur trois critères clés (qui deviennent
tous risibles quand on y pense réellement); ( 1 ) Que les autorités
libyennes avaient ouvert le feu sur des manifestants pacifiques non
armés, avaient commis des atrocités et tué des milliers de personnes, (
2 ) que l'armée libyenne avait utilisé des avions pour bombarder des
quartiers résidentiels à Tripoli , ( 3 ) que le gouvernement libyen avait
a employé des «mercenaires» de plusieurs pays africains pour venir
dans le pays pour affronter des manifestants libyens et commettre des
crimes.

L'autre justification clé qui allait bientôt être citée par divers
politiciens était la nécessité «d'empêcher un bain de sang imminent
à Benghazi»: ceci étant basé sur la prédiction que les forces libyennes
étaient «sur le point» de commettre un massacre de civils dans la ville.

Chacune de ces accusations était entièrement fausse; qui


continuera à être illustré au fur et à mesure que vous lirez cet article.

22

Mais à ce stade, il convient de noter que les trois crimes ci-dessus cités
pour justifier l'intervention étrangère étaient des crimes commis
par la suite * par * l'OTAN dans son opération en Libye! L'OTAN ... (1)
a attaqué des manifestants pacifiques non armés pro-Kadhafi à
Tripoli, (2) l' OTAN a utilisé des avions pour bombarder des lieux
résidentiels dans tout le pays, et (3) les mandataires alignés sur
Al-Qaïda de l'OTAN étaient en grande partie des mercenaires
amenés de divers emplacements . Tous les critères cités par le
Conseil de sécurité des Nations Unies pour justifier l'intervention
étaient des descriptions parfaites des crimes qu'ils allaient eux -
mêmes commettre bientôt. Vous ne pouvez pas inventer ce truc!

Mais revenons à la question des prétendus «crimes» du gouvernement


libyen. Au début des combats, les médias occidentaux ont affirmé que
«plusieurs milliers de civils avaient été tués» par les forces de sécurité
libyennes. Encore une fois, cela n'est jamais arrivé . La meilleure
estimation du nombre de personnes tuées était en fait d'environ 250
(ou 233, selon Human Rights Watch ): et celles-ci comprenaient des
victimes des deux côtés du conflit.

Pour le contexte, il convient de noter que le nombre de victimes des


troubles tunisiens était d'environ 300 et qu'en Egypte, il était
estimé à 846 , ce dernier dépassant largement les pertes libyennes.
C'est aussi un simple fait qu'en ce qui concerne les événements de
Benghazi, la plupart des victimes - des deux côtés - sont mortes aux
portes de la caserne militaire alors que ces endroits étaient pris
d'assaut par des bandes de voyous armés. Les comptes rendus réels de
l'incident suggèrent en fait que les forces de sécurité n'ont pas réagi
aussi durement qu'elles auraient probablement dû le faire à ce stade.

Le 22 mars, USA Today a publié un article frappant d'Alan Kuperman,


intitulé «Cinq choses que les États-Unis devraient considérer en
Libye», qui offrait une critique puissante de l'intervention de l'OTAN
comme violant les conditions de «l'intervention humanitaire». Mais
l'une des choses les plus intéressantes à propos de la pièce était le fait
que `` malgré l'omniprésence
caméras de téléphones portables, il n'y a pas d' images de violence génocidaire ».

Bien sûr, il n'y en avait pas - parce que tout cela était un mensonge
depuis le début. Il ne reste à CE JOUR pas une seule preuve fiable -
pas une seule preuve - que le gouvernement libyen ou les forces de
sécurité aient jamais attaqué des civils ou ouvert le feu sur des
manifestants pacifiques.

Il ne reste en fait aucune preuve qu'il y ait


même eu des «manifestants civils
pacifiques» ou des manifestations.
Bien sûr, le moment est venu où les forces de sécurité libyennes ont
commencé à riposter: bien sûr, elles l'ont fait. Dans n'importe quel
autre pays, ils auraient riposté beaucoup plus tôt et beaucoup plus
fort. Les pertes ont augmenté une fois que les forces du régime ont
commencé à se défendre et à défendre les villes libyennes contre
les attaques rebelles en expansion. Mais le nombre de victimes
n'atteignait toujours pas les chiffres suggérés par les médias
étrangers; ces chiffres étaient essentiellement extraits de rien.
Plus tard, en juillet 2011, Saif Kadhafi a eu un entretien avec RT dans
lequel il a nié les allégations de la CPI selon lesquelles lui ou son père
avait ordonné le meurtre de manifestants civils. Il a souligné qu’il
n’était ni membre du gouvernement ni de l’armée et n’avait donc pas
le pouvoir de donner de tels ordres. Il a également déclaré que son
père avait fait des appels enregistrés au général Abdul Fatah Younis
(qui a ensuite fait défection vers les forces rebelles), afin de
demander à l'armée de ne pas utiliser la force contre les
manifestants , ce à quoi il a déclaré que le Fatah Younis avait
répondu que les manifestants étaient attaquant un site militaire et les
soldats n’agissaient qu’en légitime défense.

23

Interrogé par RT qui a ordonné la "répression


brutale", Saif a répondu: "Personne n'a ordonné,
personne. Les gardes ont tiré - c'est tout. Les
gardes ont été surpris par l'attaque et ils ont
commencé à tirer. Ils n'ont pas besoin d'un ordre
pour se défendre. et de défendre leurs casernes et
leurs camps. "
Il a poursuivi en disant que «les personnes qui sont mortes au début, 159 -
la plupart des personnes sont mortes lorsqu'elles ont attaqué un site
militaire et cela se produirait n'importe où dans le monde.
- en Russie, en Amérique, en France, en Allemagne et en Italie. Si des
gens dans la rue se dirigent vers un site militaire pour tenter de voler
des munitions ou des armes, les militaires empêcheront cela, et c'est
ce qui s'est passé à Benghazi. "

Saif Kadhafi encourageant ses fidèles partisans à Tripoli dans le


au milieu de la crise.

Et comme le soulignent le Dr R. Breki et ses collègues, `` le nombre de


victimes d'une seule attaque rebelle, bientôt soutenu par la
couverture aérienne et les bombardements de l'OTAN, dépassait de
loin celui de * toutes * les victimes décédées dans tous les incidents
qui s'est produite au début de ce conflit: et toute mission d' enquête le
vérifierait.

Et était une « enquête mission » jamais envoyé dans la Libye? Non,


bien sûr que non: parce que le Conseil de sécurité de l'ONU, nos
gouvernements et les grands médias savaient déjà ce qui se passait et
choisissaient de ne pas le signaler.

Mais voici le grand maintenant: voici le grand «crime du régime» qui


serait cité pour justifier une intervention totale et un
changement de régime. Selon la BBC, Al-
Jazeera et d'autres, le 22 février, l'armée de l' air libyenne a mené
des frappes aériennes contre des zones civiles à Benghazi et
Tripoli. Ce que les médias et nos gouvernements nous ont dit, c'est
que le «régime» aurait bombardé des zones civiles, tuant des milliers
de personnes. Mais cela est-il déjà arrivé?

Bien sûr que non. Non seulement cela ne s'est pas produit, mais cela doit être
considéré comme l'un des mensonges les plus stupides et les plus peu
convaincants jamais concoctés par nos gouvernements et les médias.
L'idée que Kadhafi, dont toute l'ère a été centrée sur la dignité et la
sauvegarde du peuple libyen, ordonnerait aux avions libyens de bombarder
des zones civiles était quelque chose

24
cela manquait même du moindre morceau de crédibilité. Pourtant, un
responsable du gouvernement occidental après un responsable du
gouvernement occidental, sans parler des médias traditionnels, a
continué à citer ce «crime» comme s'il s'agissait d'un pur fait.

Susan Lindauer , une dénonciatrice de renom et


experte en Libye, écrivait sur un site Web
populaire à l'époque: `` Pour une raison
quelconque, le monde est censé croire que le
gouvernement de Kadhaffi - qui n'a jamais
attaqué son propre peuple en 41 ans de règne -
est soudainement coupable de les délits les plus
hideux.

En fait, même à l'époque, le gouvernement russe a révélé qu'il


surveillait la situation depuis * l'espace * et que ses données
satellitaires révélaient sans équivoque qu'aucune
attaque aérienne de ce type n'avait été effectuée.

En d'autres termes, la BBC, Al-Jazeera et d'autres ont simplement


fabriqué toute l'histoire: et le reste des médias d'information a
simplement régurgité ce que la BBC et Al-Jazeera avaient rapporté.
Cela n'était jamais arrivé. Et si jamais cela s'est produit, pourquoi
aucune preuve n'a-t-elle jamais été produite ou présentée par nos
gouvernements ou les chaînes d'information? Aucun journaliste à
proximité de la Libye n'a jamais rapporté ou corroboré cette attaque
présumée de l'armée de l' air libyenne . De nombreux journalistes en
visite en Libye transitaient par l'Égypte à ce moment-là et aucun n'a
prétendu avoir entendu de première main ou de confirmation de cette
attaque présumée.

La seule «source» à laquelle nos gouvernements et les médias


pouvaient se référer pour corroborer l'histoire de ces attaques était
les médias sociaux en ligne , en particulier Twitter . Ce qui nous
amène à ce qui était un élément clé de la campagne de propagande
utilisée avec expertise pour détruire la Libye.

En février 2011, l'outil relativement moderne des médias sociaux a été


largement utilisé pour créer l'illusion et influencer l'opinion populaire
dans le but de détruire une nation ...

_______________________

Utiliser les `` médias sociaux '': la


propagande
Coup de maître ...

H avant est une question. Comme le souligne cet observateur


aux yeux vifs dans cette vidéo, You Tube a été bloqué en Libye
depuis 2010. En d'autres termes, les Libyens ne pouvaient pas accéder
à You Tube et ne pouvaient certainement pas y publier .

Alors, comment se fait-il qu'une série de vidéos You Tube aient été publiées
au cours de ces premières semaines de la crise de 2011, toutes prétendant
montrer des crimes du gouvernement contre des civils? Fox News, le

25

La BBC, Al-Arrabiya et Al-Jazeera , entre autres, ont tous montré ou


référencé ces types de vidéos, les prenant comme des faits et les
utilisant pour construire une image souhaitée de la «situation». Mais
toutes les agences extérieures qui se sont réellement rendues en Libye
à ce moment-là ont été stupéfiées de ne trouver aucun des chaos ou de
la violence auxquels les chaînes d'information, les vidéos You Tube ou
les comptes de médias sociaux faisaient référence.

À Tripoli, par exemple, ils ont trouvé des scènes de ville


remarquablement ordinaires, des gens vaquant à leurs occupations
normales; pas de combats, pas de manifestations, pas d'armée
libyenne, rien. Pourtant, comme le souligne l' affiche vidéo
susmentionnée , les médias internationaux ont choisi de ne pas
montrer ni de rapporter quoi que ce soit, et à la place, ils ont
continué à faire référence à ces vidéos You Tube invérifiables ...
des vidéos publiées par des centaines de Libyens, bien que les Libyens
n'aient pas accès à You Tube .

La réponse à la façon dont cela a été possible est simple ; et c'est la


même explication quant à la raison pour laquelle tous ces comptes
Twitter publiaient des articles sur les «crimes du gouvernement», les
frappes aériennes contre les civils et les mercenaires africains censés
travailler pour le régime. Parce que, enfoui dans les royaumes du
journalisme indépendant sur Internet, loin du reportage des médias
grand public, était le fait que le gouvernement américain avait engagé
HBGary Federal pour développer le logiciel qui permettrait `` la
création et l'utilisation de multiples faux comptes de médias
sociaux '' aux fins de «influencer l'opinion publique» et de
«promouvoir la propagande» .

Un exemple de l'un des scores de probablement faux comptes de médias sociaux .

Par exemple, la Semaine de l'information a enregistré (date,


curieusement: 22 février 2011) que l'US Air-Force `` prenait une route
étrange dans sa campagne de cybersécurité en demandant quelque
chose appelé `` Logiciel de gestion de personne '' qui lui permettrait
de `` commander un unité en ligne d' identités inexistantes sur
les sites de médias sociaux » . Il faisait référence à un «logiciel
capable de gérer jusqu'à 10 personas par utilisateur, y compris les
antécédents, l'historique, les détails de support et les
cyber-présences qui sont techniquement, culturellement et
géographiquement cohérents» .

Il a continué , «les personnages doivent pouvoir sembler provenir


de presque n'importe quelle partie du monde et peuvent interagir
via n'importe quel service en ligne conventionnel et plateformes
de médias sociaux».

L'article (et il y en avait d'autres rapportant la même chose ailleurs)


ne fait aucune référence à la Libye en particulier, mais la date à
laquelle cette fuite a été divulguée était exactement la même
semaine que le début de la crise en Libye. Voir ici et ici pour en savoir
plus sur HBGary Federal et les `` millions de faux comptes de
réseaux sociaux '' créés. Encore une fois, notez que ces fuites se
brisaient * littéralement * au moment où les premiers incidents de
troubles en Libye se produisaient ; mais aucun de ces articles à
l'époque ne reliait ces points ou ne faisait référence à la Libye.

26

Cet article sur Mashable , daté du 17 mars 2011, rapporte l' acquisition
du logiciel par US-CENTCOM et illustre que `` En utilisant le logiciel,
un membre de l'armée américaine peut contrôler jusqu'à 10 faux
comptes différents qui semblent appartenir à des civils vivant
dans d'autres pays. ». Le Washington Times du 1er mars avait déjà
commencé à rendre compte de cela , soulignant le fait que «les
personas doivent pouvoir sembler provenir de presque n'importe
quelle partie du monde» .

Pour clarifier, en d'autres termes, de faux


comptes sur les réseaux sociaux ont été
créés en grand nombre (en particulier sur
Twitter ) afin d'inonder le Web de fausses
histoires sur la situation en Libye; qui
pourrait à son tour être cité par les médias
d'information comme un témoignage «de
l'intérieur de la Libye».

La plupart, probablement tous , de ces comptes (avec chaque message et


chaque tweet) étaient gérés par des agents américains ; et comme les
mêmes personnes auraient géré plusieurs comptes d'utilisateurs, elles
pourraient utiliser chaque compte pour sembler corroborer les détails
affichés par les autres comptes et donc brosser un tableau cohérent.
Un cadeau mortel est que tous ces comptes Twitter et
de médias sociaux étaient en anglais .

Une autre est que seulement quelque 5% des Libyens auraient même *
utilisé * Internet, donc cette grande quantité de comptes de
médias sociaux libyens qui a soudainement existé en février 2011 est
hautement suspecte. Mais ces milliers de tweets et de messages, tous
amplifiés pour un effet dramatique maximal, ont été utilisés par les
médias de masse traditionnels pour `` prouver '' les crimes du
gouvernement libyen et pour brosser le tableau d'une révolution
civile généralisée et populaire.

Le seul problème était que tout était truqué .


Ireal Shamir résume le mieux le début de la «guerre civile», en
écrivant en mai 2011 *, «Au départ, le soulèvement de Benghazi
n'était rien de plus qu'une petite émeute locale; la «rébellion» était
inconnue dans d'autres villes. Bientôt, cependant, le gouvernement
(libyen) a été déstabilisé par Al-Jazeera … »

Ce qu'il dit en fait, c'est que * les médias * ÉTAIENT la «rébellion».


Et il n'a pas tort. Le rôle joué par les médias d'entreprise dans le chaos
en Libye et la chute du gouvernement ne peut être sous-estimé. En
particulier dans les premières semaines de la mi-février à la fin mars,
les chaînes d'information - à commencer par Al-Jazeera et Al-Arrabiya
- ont essentiellement dépeint une fiction de masse dans le but de
déclencher l'indignation internationale.

Et certaines des vidéos publiées sur You Tube (et agissant comme ``
preuve '' des crimes du gouvernement libyen) étaient si ridiculement
fausses que les radiodiffuseurs des médias grand public qui les citaient
comme des `` preuves '' ont dû se moquer secrètement d'eux-mêmes.
Ce site * était une très bonne source d'analyse des «preuves», très
approfondie et vigilante pendant la crise de 2011. Cela a également
contribué à exposer de nombreuses vidéos et images aussi
fortement

27

des contrefaçons mises en scène / chorégraphiées conçues pour


entretenir l'illusion que des manifestants civils sont attaqués par les
forces de sécurité gouvernementales.

Concernant une seule des nombreuses fausses vidéos, par exemple; ``


Les gens courent et se bousculent pour se cacher du bruit des coups
de feu - à des centaines de mètres de ces ... assaillants sans armes?
D'autres gisaient là, impuissants sur le trottoir, sans aide, pas
emportés, mais sans saigner non plus ... Une des victimes se redresse
et regarde autour d'elle, saluant les gens. "Comme le lecteur 'Felix' le
décrit" cette vidéo montre un « contestataire » Ambling sur ensemble
(et il est essentiellement un ensemble de films avec des acteurs) puis
lentement descendre, puis couché mort sur son dos, à environ 0.16
partir. il apparaît de temps en temps la tête juste pour vérifier qu'il est
pas mort . "... En effet, n'importe qui d'autre jette un coup d'œil et voit
à quel point c'est ridicule. Notez aussi l'homme raide effrayant dans
un trench noir qui à la fin marche droit vers ce même crétin et se tient
au-dessus de lui. Comme pour dire "qu'est-ce que c'était que ça? Tu ne
te rends pas compte de ce que nous essayons de faire ici?" ... '

* Encore une fois, pour tous les liens , voir la section «Références» à la fin.

Comme le notent les administrateurs du site, «il était très important


pour l'opinion du monde musulman que Kadhafi soit considéré
comme un anti-islam et un attaquant des mosquées». C'est
pourquoi nous avons de toute évidence mis en ligne de fausses vidéos;
un, par exemple, intitulé "Mouammar Kadhafi infidèle, criminel, et
une mosquée a été bombardée [az Zawiya] 6311 [6 mars]". Comme le
note sarcastiquement l'administrateur, `` Vous savez que c'est réel
parce qu'ils se dirigent vers le minaret, se demandant "hé, et si
quelque chose devait arriver maintenant? Je ferais mieux de filmer et
whoa, avez-vous vu cette bouffée de fumée? " Des bombes fumigènes
attachées à sa circonférence explosent avec un léger coup, puis des
coups de feu en l'air et des gens criant joyeusement Allahu Akbar ...

C'était le niveau général des «preuves vidéo» sur le terrain en


provenance de Libye et considérées comme des «preuves» de ce qui
se passait. Et utilisé par des organisations de presse grand public
«réputées» pour convaincre leur public que la fiction était en fait une
réalité .

________________________
Le bord de l'abîme: «NOUS sommes le peuple
de la Libye!

À présent, il était évident que Kadhafi lui-même avait finalement


compris ce qui se passait réellement - qu'il faisait face à une
conspiration criminelle à plusieurs volets et pré-planifiée de
toutes parts.

Dans un discours téléphonique aux habitants de Benghazi (26 mars


2011), un Kadhafi qui devenait de plus en plus en colère, a déclaré:
«Ils ne se soucient pas de l'avenir de la
Peuple libyen, ou si Benghazi meurt ou vit. Ils essaient de vous détruire
puis de faire entrer (dans) des puissances colonisatrices étrangères ... »
Dans la même adresse, Kadhafi

28

exhorte son peuple, essayant de leur donner du courage et leur a rappelé " Nous sommes
les
peuple de Libye. "

À ce stade, Kadhafi et les responsables libyens auraient reçu des


milliers d'appels de familles de Benghazi, implorant de l'aide,
demandant à quelqu'un d'aller les secourir. "Ces criminels qui ont
été libérés de prison, ces toxicomanes et ces meurtriers ... ont
coupé l'électricité et les communications. Ils les ont fait sortir (des
prisons) et leur ont remis des armes ..."

Le 29 mars, le président Obama n'a pas tardé à signer les documents


secrets autorisant la CIA à soutenir les «rebelles» armés dans leurs
efforts militaires pour renverser Kadhafi. Ceci est confirmé par
Reuters le 30 mars. Cependant, c'était aussi un mensonge; comme
l'implication américaine est antérieure à ce point de départ officiel .

En fait, les intrus américains et occidentaux avaient hâte de se rendre


sur le terrain en Libye et de hâter le chaos en spirale. Le 22 avril, le
sénateur américain John McCain a déclaré: «J'encouragerais chaque
nation, en particulier les États-Unis, à reconnaître le Conseil national
de transition comme la voix légitime du peuple libyen.» Il a déclaré
aux journalistes: «Ce sont mes héros. Note: le sénateur John McCain,
en Libye pour représenter le gouvernement américain, le peuple
américain et les intérêts américains, a déclaré avec plaisir que ses
«héros» étaient essentiellement les gangs armés et les agents d'
Al-Qaïda qui avaient massacré des policiers et des soldats. . Il
prouverait cependant qu'il avait de la forme dans ce département; car
des mois plus tard, il serait en Syrie , y rencontrant également les
rebelles extrémistes et défendant leur cause.

Le sénateur John McCain à Benghazi avec des `` rebelles '' libyens,


accompagné du ministre britannique des Affaires étrangères.

Ce qui est remarquable aussi, c'est que le gouvernement de Kadhafi


n'était même pas encore tombé, mais des responsables et des
représentants étrangers violaient déjà le pays, déjà sur le terrain en
Libye, faisant des discours et colléguant avec les forces de l'opposition.
Qu'est-ce que John
McCain faire en Libye; De quel droit légal un sénateur américain
devait-il être sur le terrain dans une ville libyenne, en collusion
avec des groupes armés? Si possible, il aurait dû être arrêté
immédiatement par les forces de sécurité gouvernementales et détenu
indéfiniment.

Il ne l'était pas, bien sûr; parce que les forces gouvernementales


étaient désormais en retrait et avaient perdu le contrôle de plusieurs
villes clés. Mais lorsque vous regardez les images d'Hilary Clinton ou
de John McCain arrivant à Benghazi et serrant la main de soldats ``
rebelles '', gardez à l'esprit qu'ils serrent la main des alliés des
commandants d' Al-Qaïda ,

29

assassins et djihadistes extrémistes (ce qui sera démontré sans aucun


doute dans un instant) - et ils le savent , bien sûr.

Comme cela a été bien attesté, presque immédiatement après que


l'OTAN a détruit avec succès le gouvernement libyen, ses
mandataires terroristes ont été mobilisés pour participer à la
prochaine campagne des conspirateurs contre la Syrie . Les
terroristes libyens seraient d'abord envoyés en Turquie, membre de l'
OTAN, où ils étaient mis en scène, armés, entraînés et équipés, avant
de traverser la frontière turco-syrienne pour y participer aux
combats; et les mêmes voix - Hilary Clinton, John McCain, etc. -
diraient les mêmes choses sur la Syrie qu'elles disaient en Libye.

De plus, le récit dominant qui nous ferait croire que l'implication


occidentale avec les rebelles et le soulèvement n'a commencé qu'en
mars 2011 (et en réponse à la situation en développement) était
entièrement faux: ce qui sera clairement démontré au fur et à
mesure que vous lirez la suite.

Alors que l'OTAN bombardait les principaux sites d'infrastructure de


la Libye, ignorant complètement les milliers de Libyens qui
protestaient dans les rues pour mettre fin aux bombardements ,
les groupes rebelles ont consolidé le contrôle de diverses villes et lieux
capturés. Les chars et les gangs armés sont devenus un spectacle
quotidien dans les rues, avec une atmosphère d'intimidation des
civils. En l'absence (forcée) de l'infrastructure de sécurité du pays,
l'anarchie a prospéré, ainsi que les meurtres de masse (en
particulier de migrants noirs, dont il y en avait environ un million
dans le pays), les exécutions arbitraires dans les lieux publics et toutes
les autres formes de guerre. Crimes.

Où que se trouvaient les «rebelles», ces crimes étaient commis et des


actes de violence publique se produisaient, y compris des viols.

Pourtant, les médias occidentaux et nos gouvernements ont continué à


nous dire que Kadhafi , et non les rebelles, était le problème. Lui,
l'homme qui avait maintenu la paix, la stabilité et la prospérité en Libye
pendant plus de quatre décennies, était le criminel , et les gangs déchaînés
d'extrémistes armés et de voyous étaient «les bons gars», les «combattants
de la liberté».

_______________________

'Rebelles' , terroristes, mercenaires, voyous,


Milices par procuration ...

S o qui étaient exactement ces «combattants de la liberté»?


À Misrata, les rebelles - à la vue du public - ont coupé les membres d'un soldat libyen,
son cœur et l'a piétiné.

À Benghazi, un prisonnier capturé a été piraté à mort, coupé en


morceaux et a eu la tête coupée ... devant une vaste foule de
spectateurs. Comme le Dr Breki et co

30

noté dans leur première analyse , ce crime particulier a été commis


sur une place adjacente au palais de justice de Benghazi - le siège du
`` Conseil national de transition '' (CNT) que l'OTAN était en train
de mettre au pouvoir et que la communauté internationale était déjà
en train de choisir. à reconnaître comme le nouveau gouvernement
libyen, bien que le CNT n'ait pas de mandat populaire clair. Des
séquences vidéo de ce crime horrible peuvent toujours être trouvées
sur Internet (mais ne les regardez pas si vous avez le cœur faible).

À Al Baida, des soldats libyens capturés étaient sommairement


exécutés; et comme Breki et cie l'ont noté, ces exécutions "portaient
toutes les caractéristiques d' Al-Qaïda".

Bien que les images et les vidéos de bon nombre de ces crimes soient
disponibles sur Internet quelques jours (dans certains cas même des
heures) après leur survenue, nos organes d'information et de presse ont
choisi de les ignorer entièrement et de rester concentrés sur les fausses
allégations contre le gouvernement de Kadhafi. et les mêmes «récits non
confirmés» et «rapports de témoins oculaires non identifiés» de crimes
gouvernementaux présumés provenant de sources non identifiées. Cette
même politique, à la lettre, serait répétée des mois plus tard par tous
les mêmes partis - terroristes, nos gouvernements, nos médias
d'information
- en Syrie .

L'autre tactique privilégiée des terroristes, de nos représentants


gouvernementaux et des médias, travaillant tous ensemble , était de
filmer ou de photographier des exemples d'atrocités rebelles /
terroristes et de les présenter ensuite comme des «crimes du
gouvernement»; en Libye et en Syrie, cette tactique était endémique
(et souvent dénoncée comme une fraude, comme ce fut le cas avec le
tristement célèbre «massacre de Houla» en Syrie). Des vidéos éparses
tournées sur des téléphones portables et téléchargées sur Internet
étaient disponibles pendant ces étapes du soulèvement, montrant,
entre autres, le viol et la mutilation de jeunes filles libyennes.

Plus de «rebelles» se déchaînent autour d'un centre-ville.

Susan Lindauer, dénonciatrice de renom et experte en Libye, a écrit


sur un site Web populaire à l'époque: «Il y a deux raisons importantes
pour lesquelles les rebelles de l'OTAN commettraient ces actes.
Premièrement, en commettant des crimes de guerre, les rebelles de
l'OTAN ont déployé une stratégie pour provoquer la panique et la
confusion au niveau de la rue , où ils doivent contrôler le peuple. Ils
ont effrayé leur opposition dans une soumission silencieuse. Les
Libyens ordinaires peuvent voir de leurs propres yeux que les
rebelles libyens sont tous puissants, les forces de l’OTAN veillant
sur leurs arrières, et les loyalistes pro-Kadhaffi feraient mieux de
fermer la bouche ou de faire face à de terribles conséquences. Pour
une raison quelconque, le monde est censé

31

croient que le gouvernement de Kadhaffi - qui n'a jamais attaqué


son propre peuple en 41 ans de règne - est soudainement coupable
des infractions les plus horribles.

Comme Saif Kadhafi le raconte par téléphone à


Christiane Amanpour de ABC ; "Tout le monde est
terrifié à cause des milices armées. Ils vivent
dans la terreur. Les gens armés sont partout. Ils
ont mis en place leurs propres tribunaux. Ils
exécutent ceux qui sont contre eux ."
Tout le monde était si implacable dans leurs chœurs sur la façon dont le
gouvernement libyen commettait des `` atrocités '' (mais pas la moindre
preuve), mais les mêmes responsables du gouvernement occidental et les
diffuseurs des médias d'entreprise étaient beaucoup plus réticents à rendre
compte de l'un des crimes de guerre connus. et les excès commis par les
combattants rebelles, y compris les crimes commis par les dizaines de
mercenaires non libyens envoyés d'ailleurs.
The Guardian a rapporté le 23 avril que Save the Children avait
découvert des histoires horribles de civils à Benghazi. Les familles ont
déclaré au personnel de l'organisme de bienfaisance que des enfants
aussi jeunes que huit ans avaient été agressés sexuellement,
souvent devant leur famille. Des filles étaient enlevées, retenues en
otage pendant des jours et violées. Il s'agissait de civils libyens
terrorisés et maltraités par les gangs armés , les combattants d'
Al-Qaïda et les mercenaires djihadistes, tous financés, armés et
légitimés par nos gouvernements - par Hilary Clinton, Nicloas
Sarkosy, David Cameron, Barak Obama, le Conseil de sécurité des
Nations Unies, OTAN et tous ses membres.

Kadhafi ne semblait pas douter que le soulèvement était orchestré par


des agents étrangers . "Il est maintenant nécessaire d'ouvrir les
magasins et d'armer toutes les masses avec des armes pour
défendre l'indépendance, l'unité et l'honneur de la Libye", a
déclaré Kadhafi dans l'une de ses émissions les plus citées.

Cela ressemble-t-il à quelque chose qu'il proposerait de faire s'il avait


peur que son propre peuple soit contre lui?

Ou plutôt quelque chose qu'il ferait pour aider les populations civiles
à se défendre contre les criminels armés et les terroristes qui avaient
afflué en Libye et terrorisaient maintenant des villes entières? En
d'autres termes, pourquoi un «dictateur» excité par sa propre
population proposerait-il d' armer cette population ? Plus tôt, le 28
février, Saif al-Islam avait également déjà promis, lors d'un
rassemblement de partisans loyalistes, d'armer les civils afin qu'ils
puissent se défendre contre les mercenaires et terroristes étrangers.

Encore une fois, qui étaient ces


«combattants de la liberté» que nos
gouvernements aimaient tant?
Kadhafi, comme ses déclarations de février l'ont démontré, ne
comprenait pas pourquoi personne du monde extérieur ne l'écoutait
quand il tentait d'expliquer l' assaut d' Al-Qaïda contre ses villes.
Malheureusement, ce que Kadhafi n'avait pas compris, c'est
qu'Al-Qaïda et le gouvernement américain ne sont pas des ennemis
mais des alliés à long terme : s'il avait compris cela plus vite, il n'aurait
pas perdu autant de temps à essayer d'expliquer. Encore une fois,
Kadhafi peut être accusé d'avoir été naïf à certains égards.

32

Il y avait des fondamentalistes et des extrémistes dans certaines


parties de la Libye depuis de nombreuses années; pas autant que dans
des pays comme le Pakistan, le Yémen ou l'Arabie saoudite, mais
toujours une quantité importante. Les extrémistes s'étaient en fait
infectés pendant des décennies dans l'est de la Libye, mais étaient
pour la plupart rendus impuissants par le régime qui avait une
tolérance zéro pour les fondamentalistes religieux ou les
salafistes. En fait, bon nombre des allégations du «régime brutal»
concernant la Libye au fil des ans étaient basées sur la répression par
le gouvernement des militants islamistes et fondamentalistes (ce qui
n'est pas différent de la façon dont le gouvernement militaire égyptien
actuel traite les islamistes radicaux). Dans les années 90, on croyait
que la situation était bien en main; cependant, il se peut qu'il reste des
cellules dormantes dans certaines parties du pays, attendant leur
heure, tout comme il y en avait en Syrie. Il se peut aussi que des
agences de renseignement occidentales aient été en contact avec
ces cellules dormantes pendant de nombreuses années - un point sur
lequel je reviendrai plus tard dans cet article.

Contrairement aux États-Unis, en Israël ou même en Syrie, l'approche


de Kadhafi pour traiter avec les militants et les extrémistes n'était pas
uniquement basée sur des moyens militaires; il a choisi de poursuivre
le dialogue . L' organisation caritative Kadhafi a engagé un dialogue
avec les dirigeants de ces groupes, qu'il s'agisse à la fois de ceux qui
avaient été en prison en Libye ou de ceux qui revenaient d'activités
illégales en Afghanistan, en Irak ou de Guantanamo Bay .

Ce dialogue a conduit les dirigeants du «Groupe de combat islamique


libyen» et d'autres à renoncer une fois pour toutes à la violence. Suite à
cela, plusieurs centaines de ces militants ont été libérés des prisons
libyennes pendant plusieurs années, avec la promesse d'avoir renoncé à la
violence et de chercher à se réformer; la centaine finale d'entre eux ont
été libérés le 15 février 2011. Cette attitude progressiste, cette volonté de
traiter le problème par la réhabilitation, a été, avec le recul, l' une des plus
grandes erreurs de Kadhafi: beaucoup, peut-être tous , de ces prisonniers
libérés étaient impliqué dans les attaques sanglantes qui ont suivi bientôt.
Ce que Kadhafi a dû apprendre à ses dépens, c'est que vous ne négociez
tout simplement pas avec les islamistes politiques extrémistes: une
leçon que Bashar Assad de Syrie a apprise en partie en observant ce qui se
passait à Kadhafi et à la Libye en 2011.

Mais cet élément d' extrémistes basés à domicile


n'était selon toute vraisemblance qu'un seul
facteur dans l'équation plus large: le facteur le
plus important étant les mercenaires et
terroristes étrangers entrant en Libye.
" Nous avons affaire à quelque chose qui nous est importé de
l'étranger: je veux dire Al-Qaïda", a déclaré Kadhafi à RT au début de
la crise. «Ils se cachent dans des bâtiments et ouvrent le feu pendant
la nuit, terrorisant les habitants. Ils massacrent les gens comme
Al-Qaïda l'a fait. Ce n'est rien d'autre que du crime. Les dirigeants d'
Al-Qaïda ont commencé à parler au monde des manifestations en
Libye, des fusillades. et des milliers de morts . Tout à coup, nous
avons découvert que le monde entier était contre la Libye. Mais nous
n’avons pas manifesté . Comment les agences de presse ont-elles pu
rapporter de telles choses? Le nombre de victimes est de 150 à 200:
comment parler de milliers ? " demande-t-il, confus par la
couverture médiatique exagérée.

Connus d' Al-Qaïda et ex - Guantanamo Bay-


prisonniers ont été reconnus, même par plusieurs
journaux occidentaux, avoir été chef de file « des
camps d' entraînement » en Libye visant à
soutenir et à étendre les attaques.

33

Un dirigeant d' Al-Qaïda (et l'une des personnes les plus laides que
vous verrez de votre vie), `` Abu Yahya al-Libi '', est apparu sur
Internet, appelant les membres d' Al-Qaïda actuellement en Libye à
capturer autant d'armes autant que possible et profiter pleinement
de l’effondrement de la situation sécuritaire. Le porte - parole et
propagandiste d' Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a également publié
une déclaration vidéo exhortant les membres d' Al-Qaïda en Libye
(des mois plus tard, il ferait également de même en Syrie). Le chef
extrémiste d' Al-Qaïda , Abdul Latif Tarahouni était connu - et
montré - pour avoir agi en tant que commandant de terrain dans
les rangs des rebelles lors d'attaques contre plusieurs villes libyennes.
Lorsqu'il a été tué au combat, des membres du Conseil national de
transition (CNT) soutenu par l' OTAN ont assisté à ses funérailles ;
soulignons à nouveau que - un agent connu d' Al-Qaïda orchestrant
des attaques «rebelles» a été ouvertement, publiquement pleuré et
célébré par les membres du «gouvernement» de transition que l'OTAN
et l'Occident défendaient. Apparemment, tout le monde était d'accord
avec ça.

Les preuves du lien entre Al-Qaïda et le terrorisme général avec les gangs
armés en Libye se manifestaient partout. Il s'agit d'un article à
lire absolument sur le site Web de Webster Griffin Tarpley, PhD, qui
démontre combien de «rebelles» combattant en Libye étaient les mêmes
islamistes radicaux combattant les troupes américaines en Irak quelques
années plus tôt.

Le professeur Peter Dale Scott a également rédigé une première


évaluation complète de la situation sur le site du Centre de recherche
sur la mondialisation en mars 2011.

Et l'affirmation de Kadhafi selon laquelle d'anciens détenus de


Guantanamo incitaient au soulèvement a été confirmée plus tard, par
exemple dans cet article du Telegraph .
Des «rebelles» libyens soutenus par l'OTAN avec un travailleur migrant noir africain.

Le membre d' Al-Qaïda et ancien détenu de Guantanamo Abu Sufian


Ibrahim Ahmed Hamuda Bin Qumu était un autre de ceux connus
pour être impliqué dans le soulèvement. Qumu avait auparavant été
emprisonné en Libye pendant dix ans pour «meurtre, agression
physique, agression armée et distribution de stupéfiants», mais
s'était échappé et s'était enfui en Afghanistan. Un schéma clair se
dégage concernant bon nombre des personnalités les plus impliquées
dans la conduite du soulèvement; mis à part les relations avec
Al-Qaïda et l'histoire de l'implication avec les entités de
renseignement américaines, il s'agissait souvent de personnes ayant
des rancunes personnelles contre le gouvernement ou Kadhafi - dans
le cas de Qumu, le fait qu'il avait été emprisonné.

Besoin de plus? Eh bien, le Telegraph a rapporté que l'un des


commandants rebelles libyens avait ouvertement admis que ses
combattants étaient Al-Qaïda.

34

Les preuves du rôle central d' Al-Qaïda dans le soulèvement étaient là


tout le temps, apparaissant pratiquement tous les jours; et pourtant,
chaque fois que Kadhafi essayait d'expliquer cela au monde extérieur,
il était renvoyé ou se moquait de lui . Et le commandant militaire
des rebelles à Tripoli n'était autre que le «boucher
d'Afghanistan», le mercenaire d' Al-Qaïda Abdel-Hakim Belhadj ,
également connu sous le pseudonyme de Hasidi .

Cet Abel Hakim al-Hasidi était essentiellement un commandant d'


Al-Qaïda en Libye avec le plein soutien du MI6 / CIA . Un atout à la
fois pour le renseignement britannique et pour Vitol Oil , Belhadj est
en fait nommé commandant du Conseil militaire de Tripoli. En
prenant le contrôle de Tripoli, Belhaj a reçu l'autorité sur un tiers de
la population du pays et une grande partie de sa richesse. Et pour
mémoire, Belhaj dirige maintenant la branche ISIS / ISIL en Libye.

Pendant ce temps, il y avait le «Groupe de combat islamique libyen»


(LIFG) susmentionné; un organisme visé par le département d' Etat
américain comme une « organisation terroriste »: cela n'a pas
empêché l'armement des États - Unis et l' OTAN eux et de travailler
avec eux en 2011 (il y a aussi plus à la connexion entre cette GICL et
les agences de renseignement occidentales, qui sera être mis en
évidence plus loin dans cet article).

Comme on le verra bientôt en Syrie, puis à nouveau en Irak en 2014,


des fosses communes ont déjà été trouvées à Benghazi, où les
rebelles avaient enterré des soldats libyens qu'ils avaient exécutés.
Les corps ont été mutilés de diverses manières. Nos médias
institutionnels ont continué à passer complètement sous silence ces
aspects des groupes rebelles que l'OTAN soutenait. Par ignorance?
Non, bien sûr que non: mais par la politique - et pas simplement une
politique de silence, mais une politique délibérée de mauvaise
direction et de tour de passe-passe.

Et pourtant, ce hotchpotch de groupes armés dictait souvent les


actions de l'OTAN, dictait des instructions aux forces britanniques,
américaines et françaises. Même les responsables du gouvernement
britannique, par exemple dans le pro-rebelle Al-Jazeera le film
Kadhafi: La fin du jeu, State of Denial » , admettre ouvertement que
les groupes rebelles avaient un accès facile au Foreign Office
britannique à Londres et qu'ils régulièrement téléphone et dites-leur
ce que le gouvernement libyen vise à atteindre chaque jour.

À ce stade, revenons à ce que Kadhafi essayait


d'expliquer à la BBC , à ABC et aux journalistes en
février. "Avez-vous vu les agents d' Al-Qaïda ?",
Demande-t- il à ses intervieweurs
incroyablement condescendants. "Avez-vous
entendu toutes ces émissions djihadistes? C'est
Al-Qaïda qui contrôle les villes d'Al Baida et de
Darnah; d'anciens détenus et extrémistes de
Guantanamo déchaînés par l'Amérique pour
terroriser le peuple libyen. "
Regardez à nouveau ces «intervieweurs chevronnés» des plus grands
diffuseurs d’informations du monde: ils ne lui demandent pas
d’élaborer. Ils ont l'air déconcertés, puis ils continuent avec leurs
questions pré-scriptées , qui étaient toutes conçues - comme pour
toute la couverture - pour dépeindre Kadhafi comme un fou délirant
essayant de s'accrocher au pouvoir.

35

Pour mémoire, le `` Darnah '' auquel Kadhafi fait référence est


désormais le principal bastion de l'EI / ISIL en Libye en 2015.

____________________

Qualifiés de « mouvement pro-démocratie » par la BBC et d'autres


grands médias, ces gens étaient ouvertement armés et formés par les
gouvernements français, britannique et américain. La CIA était déjà
sur le terrain en Libye avec les rebelles, ce qui était ouvertement
admis même par CNN au moment où elle rendait compte du
soulèvement. La CIA avait en effet recruté plus de 1 500 hommes
de Mazar-e- Sharif (Afghanistan) pour lutter contre le gouvernement
de Kadhafi en Libye: un fait qui n'est même pas démenti à ce stade. En
août, même les publications traditionnelles en faisaient état .

Dans quel monde est-il légalement (pour ne pas dire moralement)


acceptable qu'une nation recrute des combattants armés d'une
deuxième nation et les envoie dans une troisième nation pour y
faire la guerre ?

Je nous renvoie aux commentaires de Kadhafi à RT . Il demande: «


Comment le Conseil de sécurité de l'ONU et le monde entier
peuvent-ils décider (de nous attaquer) en se basant uniquement
sur les rapports des médias ? Ce sont les terroristes eux - mêmes ,
Al-Qaïda, qui ont envoyé leurs reportages à ce sujet aux agences de
presse… "

Il poursuit: "Les rebelles ont spécifiquement


attaqué les prisons pour libérer les criminels
condamnés pour trafic de drogue, meurtres et
contrebande. Les criminels ont reçu des armes
pour qu'ils se battent aux côtés des rebelles ... "
Dans la même interview, Kadhafi a insisté sur le fait que la résolution
de l'ONU était invalide et, selon la Charte, ne devrait pas permettre
une ingérence internationale dans les affaires intérieures d'un État.
- mais uniquement dans des situations impliquant plusieurs États.
J'arriverai à cette résolution de l'ONU dans un instant.

Concernant Al-Qaïda et l'agenda des rebelles, Kadhafi a déclaré: " Ils


déclarent tout le peuple comme des infidèles. Ils n'ont aucune
revendication, ni économique, ni politique, ni sociale. Leur principe
est" Tuez, tuez, tuez jusqu'à ce que le jour du jugement arrive ", »a-t-il
expliqué, soulignant la philosophie prophétique / apocalyptique de la
« Fin des temps »à laquelle souscrivent de nombreux jihadistes. "Ce
qui s'est passé n'a rien à voir avec la Constitution et le système de la
société civile ou les droits civils. Ce groupe armé n'a aucun intérêt
pour la démocratie. Vous connaissez Al-Qaïda: ils considèrent la
démocratie comme une impie créée par des infidèles. Ils ne
reconnaissent pas la démocratie mais reconnaissent seulement des
califats et autres . "

Le 22 février, Kadhafi avait imputé le soulèvement aux «islamistes» et


averti qu'un «émirat islamique» avait déjà été installé à Bayda et
Derna, où il menaçait désormais de recourir à une force extrême pour
arrêter «l'islamification de la Libye» extrémiste. Avec le recul,
Kadhafi prédisait essentiellement l'émergence de `` l'État islamique ''
ou de `` Daech '': Daech n'existait pas en 2011, mais le chaos en Libye était
calmement géré par les conspirateurs internationaux de sorte que quelque
chose de très similaire à ISIS / ISIL émergerait. et engloutir la région. L'EIIS /
EIIL, comme de nombreux observateurs l'ont noté depuis, n'est qu'une
branche rebaptisée d' Al-Qaïda: et la Libye en 2011 était tout simplement
Al-

36

Qaïda est déchaîné pour déclencher des émeutes dans toute une
nation par ses sponsors américains, britanniques, français,
saoudiens et qatariens.

Il est particulièrement ironique de noter que la Libye a été le tout premier


pays au monde, et Kadhafi le tout premier dirigeant, à condamner Al-Qaïda
et à émettre un mandat d'arrêt contre Oussama Ben Laden ; c'était en
1996, et il est encore plus intéressant de noter que la Grande-Bretagne et les
États-Unis avaient refusé de coopérer avec Kadhafi ou la Libye même à l'
époque pour s'en prendre à Al-Qaïda (un fait historique sur lequel nous
reviendrons plus loin dans ce document ).

En ce qui concerne Al-Qaïda, «l'État


islamique» et l'épanouissement du
terrorisme islamiste ultra-violent , l'histoire
montrera un jour que Kadhafi était celui
qui s'est opposé à cette apocalypse
orchestrée.
Sans avoir aucune perception claire de ce que ces groupes rebelles
constituaient ou avaient l'intention de faire à long terme, les médias de
masse ont simplement suivi nos gouvernements - les gouvernements
de plus ou moins de toutes les nations riches de la terre - décidant à
l'unanimité de les reconnaître. criminels armés en tant que
«combattants de la liberté» légitimes et a commencé à les défendre; et
pire, les armer et les financer .

David Cameron avait déjà invité des représentants des rebelles


libyens à ouvrir un bureau / une ambassade à Londres; ceci malgré
les preuves claires et nombreuses émergeant à la fois de l' implication
d' Al-Qaida dans le soulèvement et des types de crimes brutaux
commis par les rebelles. Mais bien sûr ... nos médias de masse, tout
comme nos gouvernements, savaient déjà ce qui se passait en Libye
: ils choisissaient simplement d'être très sélectifs avec ce qu'ils
révélaient.

À Londres, les responsables du NTC, désormais sous le contrôle de


l'ambassade de Libye, ont posé un paillasson à l'effigie de Kadhafi afin
que les visiteurs piétinent sa ressemblance chaque fois qu'ils venaient.

Plus d'un milliard de dollars d'aide ont été apportés aux rebelles par
des agences internationales, en particulier d'Arabie saoudite et des États
du Golfe qui ont fait une grande démonstration de ce «don». Il y avait du
matériel militaire fourni par l'étranger , des armes américaines et même
des instructeurs américains sur le terrain qui enseignaient aux
«rebelles» comment utiliser certaines des armes les plus complexes. L'ordre
du jour était si effronté maintenant qu'il n'était même plus couvert: c'est,
pour mémoire, ce qui se passe lorsque des institutions et des conspirateurs
`` trop gros pour faire faillite '' savent qu'ils peuvent s'en tirer avec
n'importe quoi - ils cessent même de s'embêter. pour couvrir correctement
leurs iniquités. La France à elle seule a versé 259 millions de dollars aux
gangs et aux rebelles, et l'Amérique a donné environ 25 millions de
dollars.

37

Un «rebelle» libyen et l'un de ses riches «patrons» - la France.


Le Qatar (qui a remporté la Coupe du Monde de la FIFA 2022 au même
moment où il armait des terroristes en Libye et en Syrie) a même admis
plus tard qu'il avait déployé des centaines de ses propres forces en
Libye, impliquées dans le soulèvement armé. Il n'y a pas d'autre façon de
décrire cela qu'une nation étrangère prenant directement les armes contre un
autre État souverain et purement par furtivité (sans aucune déclaration de
guerre): pourtant personne dans aucun de nos gouvernements les plus
élevés d'esprit , personne à l'ONU, et presque personne dans les médias, a
même soulevé un sourcil. Le Qatar se révélerait avoir une forme dans ce
département , car un certain nombre de ses agents du renseignement
seraient bientôt également découverts opérant parmi les `` rebelles syriens
'' qui se battront bientôt pour renverser le gouvernement Assad.

Le Qatar , disons-le, a été l'un des


principaux architectes des violentes
agressions contre la Libye et la Syrie.
Maintenant, je suis peut-être une sorte d'imbécile naïf, mais les
ressortissants étrangers envoyés combattre aux côtés de milices
armées dans une nation souveraine pour renverser le gouvernement
légitime de cette nation semble être quelque chose qui viole tous les
principes du droit international , n'est-ce pas? Et pourtant , cette
activité est devenue si courante en ce qui concerne la Libye en 2011
que les organisations de presse et les journalistes seraient en passant
un rapport sur ces violations d'un Etat souverain sans frappeurs
même un oeil-couvercle à l'illégalité de celui - ci (beaucoup moins
l'immoralité).

Par exemple, il y avait un citoyen canadien qui commandait 250


combattants rebelles et se trouvait également face à face avec
Mouammar Kadhafi au moment du meurtre du chef. "Les hommes le
frappaient. Il implorait pitié et criait que ce qu'ils lui faisaient était
interdit (interdit). Les coups ont duré quelques minutes. Ensuite,
quelqu'un tenant un pistolet s'est approché. Il a tiré deux fois", a-t-il
déclaré au National Post. . "La première balle a déchiré la tête de
Kadhafi; la seconde, à travers son estomac. Après un moment de choc,
une violente frénésie a éclaté. Le cadavre de Kadhafi a été
grotesquement souillé." Le témoin qui parle ici est Gourbal Djiddi
Nokour, un citoyen canadien de l'Ontario. Telle est la perversité de la
façon dont les médias traditionnels en sont venus à considérer la
situation en Libye que le National Post a rapporté cela comme si M.
Nokour avait parfaitement le droit d'être là, commandant «250
combattants rebelles» en premier lieu; il rapporte cela comme s'il
s'agissait d'une sorte d'activité de vacances anodine. Mais la froide
réalité était la suivante: M. Nokour était un non-libyen en Libye et
commandait des centaines de terroristes armés dans une guerre
contre les citoyens libyens et leur gouvernement légitime.

38

Mais ce M. Nokour était simplement l'un parmi probablement des centaines


de ressortissants étrangers sur le terrain en Libye et impliqués dans le viol et
le pillage du pays.

Il y avait aussi, parmi beaucoup d'autres, l' Américain Matthew Van


Dyke , 33 ans : un cinéaste et correspondant qui s'est rendu en Libye
pour combattre avec les rebelles soutenus par l' OTAN . Son film Kony
2012 était essentiellement un exercice de propagande mal mesuré
pour glorifier les voyous, la violence et la guerre des gangs de 2011,
omettant totalement les liens avec Al-Qaïda et servant principalement
à justifier les politiques de l'OTAN et le meurtre de Kadhafi.

Encore une fois, personne ne semblait lever un


sourcil face au fait qu'un Américain (un civil
aussi) était sur le terrain dans une nation
étrangère et souveraine et contribuait activement
à la guerre contre le peuple et le gouvernement de
cette nation.
Apparemment, ça va. Van Dyke a été à un moment donné capturé par
les forces gouvernementales libyennes et détenu en prison, mais n'a
été ni torturé ni tué et a finalement rejoint les rebelles et a continué à
contribuer à leur campagne.

En ce qui concerne cette implication étrangère sur le terrain, elle


empire - bien, bien pire: mais nous y reviendrons dans un instant.

______________________
«Drogué et soutenir le diable»: un mot
À propos de «Captagon» …

Et que dire de l' affirmation de Kadhafi selon laquelle les rebelles


nourrissaient de jeunes hommes libyens des drogues
hallucinogènes pour alimenter leur activité violente?

Encore une fois, les commentateurs des médias et les journalistes ont
ri, rejetant cela comme une illusion ou un mensonge. Pourtant, des
preuves ont depuis émergé des combats en Syrie que de nombreux
rebelles syriens (et étrangers) étaient alimentés par des
substances illicites. Les rebelles syriens ont été clairement capturés
et enregistrés sur vidéo dans des frénésies induites par la drogue et
des États modifiés: cela explique-t-il une partie de la dépravation de
nombreux rebelles opérant en Syrie (et au sein de l'EI / EIIL) dans ces
premiers stades de la guerre civile syrienne? ou s'il s'agissait
simplement de personnes brutales et ultra-violentes de toute façon est
difficile à dire. Ce sont des gens, rappelons-nous, qui, entre autres,
décapitaient des enfants syriens et laissaient leurs corps sans tête
dans la rue.

Mais il convient de noter que la plupart des crimes les pires et les plus
brutaux des divers djihadistes et militants opérant en Syrie se sont
produits dans les premiers mois et la première année environ des
combats: c'était à peu près au moment où les djihadistes et les
militants affluaient en Syrie. de Libye .

39

Le `` captagon '' , une amphétamine qui serait largement utilisée


au Moyen-Orient mais pour la plupart inconnue ailleurs, aurait
maintenu les combattants (en Syrie) debout pendant des batailles
exténuantes et générerait de l'argent pour plus d'armes. Comme l'
attestait cette vidéo , des preuves commençaient à apparaître que le
conflit brutal en Syrie, malgré ses diverses causes, était également
alimenté par l'exportation et la * consommation * de quantités
rapidement croissantes de drogues illicites . Là encore, il existe des
images en ligne de divers militants islamistes en Syrie ou en Irak où ils
sont visiblement dérangés: leur comportement et leurs manières
sont visiblement une sorte de «manie».

Vous vous souvenez d' Abu Sakkar , le rebelle


syrien fou qui a été filmé en train de déchirer le
cœur d'un soldat syrien et de le manger ? Cela
rappelle, il faut le dire, les «rebelles libyens» qui
ont arraché les organes internes des soldats
libyens à Misrata au début du soulèvement.

Une analyse scientifique du «captagon» en Arabie saoudite peut être


lue ici . Même très récemment, un rapporté l' expédition d' environ
six millions de pilules de Captagon ont été saisis, dirigé pour les
combattants ISIS / ISIL en Syrie , et l'accusation est faite à partir de
plusieurs sources que l' OTAN elle - même a commencé la
production de la drogue dans un laboratoire bulgare en 2011 -
l'année des «soulèvements» libyens et syriens - et qu'ils produisent
désormais aussi la drogue ailleurs. Cela peut être vrai ou non; mais il
est curieux que l'affirmation de Kadhafi concernant les rebelles et les
criminels «drogués» semble être étayée par des preuves venant
d'ailleurs.

" Pot-de-vin, drogué et soutenant le diable ..." était l'une des descriptions
les plus colorées de Kadhafi des gangs armés terrorisant le peuple
libyen. Sur la base des preuves, cela semble une description plutôt
pertinente; et tous les commentateurs et journalistes des médias qui se
sont moqués de lui pour avoir dit que ce sont maintenant ceux avec un
œuf sur le visage.
L'absence totale de journalisme d'enquête approprié ou d'
enquête sur la Libye en 2011 a été tout à fait stupéfiante.

Ces substances et leur prolifération auraient, selon toute


vraisemblance, été destinées à créer un comportement maniaque et
éventuellement une susceptibilité accrue à suivre des ordres
moralement discutables . Il semble possible que certains des crimes
particulièrement barbares aient été commis par des personnes
utilisant ces substances; bien qu'en vérité beaucoup de ceux impliqués
dans le soulèvement armé étaient de toute façon simplement des gens
brutaux, comme c'est la nature de la plupart des groupes salafistes /
islamistes et c'est certainement la nature d' Al-Qaïda.
_______________________

L'autre élément clé du soulèvement était les jeunes hommes


libyens; enfants dans de nombreux cas. C'est quelque chose que
Kadhafi a ouvertement admis, si vous regardez les interviews: que de
jeunes hommes libyens prenaient les armes et se déchaînaient dans
les villes. Mais il a précisé que ces jeunes étaient endoctrinés par
des «imams» d' Al-Qaïda qui s'étaient installés dans des
mosquées. Et qu'ils ont ensuite reçu des armes et de la drogue par
ceux qui dirigeaient le soulèvement et ont été encouragés à se joindre
à eux.

40

Ce n'est pas difficile à imaginer. beaucoup de jeunes hommes ennuyés


ou apathiques peuvent être excités par toute la guerre de rue,
l'opportunité soudain de posséder et d'utiliser des armes et de se
rebeller. La rébellion fait partie de la psychologie de la jeunesse et les
jeunes hommes ont souvent une prédilection pour l'action, l'aventure
et l'excitation. Cela ne compris ce qu'ils combattaient pour
nécessairement ou même pas dire ces jeunes gens ce qu'ils se
battaient contre .

Un film de Vice News réalisé à l'intérieur de la rébellion libyenne a montré


que des enfants dès l'âge de 13 et 14 ans recevaient des armes et étaient
entraînés à utiliser des lance-roquettes. Ils étaient emportés dans toute
l'excitation et le chaos, influencés par des hommes plus âgés avec un esprit
plus concentré; ils peuvent aussi avoir été sous l'influence de la drogue,
comme l'a affirmé Kadhafi. Le même documentaire de Vice News montrait
un garçon qui n'aurait pas pu avoir plus de 14 ans jouant avec des armes, se
vantant de la façon dont il pouvait lancer des missiles et demandant (devant
la caméra) à l'Amérique de lui envoyer plus de nouvelles armes; le garçon
porte également une casquette de baseball américaine avec le drapeau
américain dessus tout le temps.

Les garçons de 14 ans ne savent pas pourquoi ils se battent; ils n'ont
pas considéré les philosophies ou les visions de la façon dont un futur
gouvernement devrait être dirigé. Ils aiment l'excitation et les
bombardements et ils sont emportés dans la manie, et si des hommes
d' action avec des chars et des armes se présentent et proposent de
leur donner des armes et des munitions et de leur donner des
substances psychotropes libres , alors un grand nombre de ces jeunes
hommes dira oui et accompagnera l'émission (soyez témoin de ce qui
se passe dans les territoires contrôlés par l' Etat islamique en Syrie et
en Irak et combien de jeunes hommes se retrouvent attirés par
«l'aventure» et l'excitation). Il y avait aussi des histoires
persistantes d'enfants libyens «recrutés» de force sous la menace
d'une arme.

L'ancien officier de la CIA, Jack Rice, confirme apparemment le point de vue


de Kadhafi sur la situation lorsqu'il explique à RT la nature de la «rébellion»
que l'Amérique et l'Occident soutenaient directement. «Ces enfants - et ce
sont des enfants dans de nombreux cas - ces enfants de vingt ans qui
entrent dans l'enceinte de Kadhafi (armée) et en sortent avec beaucoup
d'armes…»

De nombreux jeunes hommes libyens ont été encouragés et enthousiasmés


à prendre les armes et à participer.

Ainsi, l'image claire sur le terrain en Libye était celle d'un mélange de
combattants (et commandants) d' Al-Qaïda et de divers
combattants terroristes / miliciens, de mercenaires étrangers, de
prisonniers évadés de prison et de jeunes hommes libyens recevant
des armes (et de la drogue). et dit de participer.

Un autre point clé à retenir est l'insistance de Kadhafi sur le fait que
certains de ces ` ` imams d' Al-Qaïda '' qui s'étaient installés dans les
mosquées étaient d'anciens détenus de Guantanamo Bay qui
avaient été détenus aux États-Unis avant de venir en Libye (et, pour
tous, nous
41

savoir, libérés de la détention américaine étant entendu qu'ils


deviennent des «actifs» américains en Libye dans la campagne prévue
contre Kadhafi).

Avec le recul, on commence à se demander si cela a pu faire partie du


point de Guantanamo Bay depuis le début .

J'étais curieux de noter, peu de temps après, que l'ancien responsable


militaire saoudien Anwar Al-Eshki confirmera plus tard à la BBC que
son pays avait fourni des armes aux combattants islamistes à la
mosquée al-Omari à Daraa en Syrie ; un copier-coller absolu de ce
que Kadhafi affirmait plus tôt se produisait dans les villes libyennes
au début de 2011, alors que les « imams d' Al-Qaïda » installaient des
«mini-émirats», utilisant les mosquées comme quartier général pour
recruter et armer les jeunes Hommes.

Comme indiqué précédemment, les


«guerres» libyenne et syrienne étaient
essentiellement un événement , bien que se
déroulant dans des pays séparés.
Ce hotch-potch de «rebelles», en plus de massacrer les policiers et le
personnel de sécurité et de terroriser les populations, s'est également
comporté de manière à révéler l' agenda essentiellement non libyen
qu'ils menaient. Par exemple, les rebelles ont fait sauter des sections
clés du grand « fleuve artificiel » de Kadhafi (ce qui aurait dû être l'un
de ses grands héritages durables pour la Libye et l'Afrique; Kadhafi l'a
décrit comme la «huitième merveille du monde») : Pourquoi feraient
ils cela?
Quel intérêt les rebelles libyens auraient-ils à détruire l'
approvisionnement en eau des citoyens libyens? Logiquement, aucun.
Les Libyens ne détruiraient pas leur propre
approvisionnement en eau ou d'ailleurs une telle merveille moderne
qui était si importante pour l'économie et l'autosuffisance du pays.

Mais qui aurait intérêt à détruire le grand fleuve artificiel ? De toute


évidence, ces forces internationales qui avaient l'intention de
détruire l'infrastructure de la Libye, son autosuffisance et ses
ressources: l' OTAN et les forces impérialistes sans vergogne
américaines, françaises, britanniques et européennes. Démontrant
ainsi très clairement que les «rebelles libyens» faisaient - au moins en
partie - la soumission des maîtres étrangers depuis le tout début. En
effet, les bombardiers de l'OTAN viseraient et bombarderaient plus
tard la Grande rivière artificielle de Kadhafi . Cela faisait partie de
l'objectif depuis le début.

En plus de ces divers éléments qui constituaient


les «rebelles libyens», il y avait aussi un élément
supplémentaire impliqué dans le soulèvement; ce
que nous appellerons pour l'instant le
«cinquième élément» caché .
Nous reviendrons sur ce «cinquième élément» sous peu car il est très
significatif. Mais pour l'instant, nous avons couvert les «rebelles» qui
se déchaînaient en 2011. Et l'OTAN?

______________________

42

La résolution de l'ONU et l'impérialisme de


l'OTAN
Guerre...
B y début Mars, le gouvernement légitime libyen était en fait dit à gagner la
conflit, repoussant les rebelles en maraude dans les villes clés. À ce
stade, les gouvernements occidentaux ont renouvelé de fausses
allégations de victimes civiles en Libye pour justifier une
intervention militaire. Nos gouvernements ont poussé à une
intervention militaire précisément * parce que * les rebelles dirigés
par Al-Qaïda perdaient désormais la guerre.

Le 15 mars, les loyalistes de Kadhafi avaient repris plus d'une demi-


douzaine de villes perdues. À l'exception de la plupart de la
Cyrénaïque et de quelques villes de la Tripolitaine (comme Misrata), la
majorité des villes étaient revenues sous le contrôle du
gouvernement.

Ainsi, le 17 mars, le Conseil de sécurité de l'ONU (que Kadhafi lui-


même avait appelé le «conseil mondial du terrorisme» dans son
célèbre et incendiaire discours de l'ONU à New York en 2009) a adopté
une «résolution 1973» , imposant une zone d' exclusion aérienne au-
dessus de la Libye dans un tenter de limiter la capacité de Kadhafi et
de quiconque dans son cercle à se déplacer librement; ou, d'ailleurs,
pour fuir le pays - cette résolution a été adoptée en partie pour
garantir que Kadhafi et ses proches soient capturés ou tués dans le
chaos qui balaie le pays. Il s'agissait d'une mesure mise en place pour
piéger les dirigeants de la Libye légitime et aussi pour couper Kadhafi
et son peuple du monde extérieur (y compris l'un de ses alliés dans
d'autres gouvernements et nations: tous les membres de l'Union
africaine étaient également interdits entrant en Libye).

La Libye, qui tombe maintenant rapidement aux mains des


mercenaires itinérants d' Al-Qaïda et des rebelles criminels sur le
terrain tout en ayant simultanément ses ressources, ses
infrastructures et ses villes bombardées par les frappes aériennes de l'
OTAN , a été piégée sans issue et de plus sans moyen d'exprimer la
vérité sur la situation à tout observateur extérieur . La résolution
adoptée par le Conseil de sécurité de l'ONU le 17 mars autorisait les
États membres «à prendre toutes les mesures nécessaires ... pour
protéger les civils et les zones à population civile»; mais coupons le
jargon: ce que cela signifiait vraiment était «toutes les mesures
nécessaires ... pour protéger les zones contrôlées par les rebelles
».

Prenons donc un moment pour examiner cette


résolution de l'ONU sur laquelle reposait toute
l'opération de l'OTAN.
La résolution autorisant la zone d' exclusion aérienne immédiate a été
adoptée sans qu'un vote n'ait jamais eu lieu; tout comme Kadhafi
l'avait dit dans son discours de 2009 à l'Assemblée générale des
Nations Unies , l'Assemblée générale elle-même s'est une fois de plus
révélée sans valeur, sous le pouvoir dictatorial du Conseil de sécurité.
Trois jours plus tard, les Américains, les Britanniques et les Français
ont commencé à bombarder les villes libyennes et ont été rapidement
rejoints par une coalition de quarante nations. La base de tout cela?
Eh bien, dans un premier temps, tout reposait sur les allégations non
documentées et non prouvées fournies par un groupe d'organisations
non gouvernementales (principalement françaises) qui insistaient sur
le fait que Kadhafi et le régime libyen attaquaient ses propres civils:
aucune preuve n'a jamais été fournie - c'était juste mots sur papier.

La résolution a été adoptée au titre du «Chapitre VII de la Charte des


Nations Unies» . L'interdiction par la Charte des Nations Unies aux États
membres de l'ONU d'attaquer d'autres membres de l'ONU

43

les États sont au cœur de l'objectif pour lequel l'ONU a été fondée au
lendemain de la Seconde Guerre mondiale: prévenir la guerre, en d'autres
termes. Le concept du procès de Nuremberg d'un crime contre la paix est
"de déclencher ou de mener une guerre contre l'intégrité territoriale,
l'indépendance politique ou la souveraineté d'un État" Dans une ironie
de l'ironie, c'est exactement ce que l'ONU a maintenant autorisé l' OTAN à *
faire * en Libye, mais le chapitre VII a été utilisé pour justifier l'intervention,
quand, comme Kadhafi l' a signalé, pas de l' Etat membre de l'
indépendance ou la souveraineté avaient été menacés par le
gouvernement libyen .

En effet, le gouvernement libyen n'avait menacé personne d'autre que les


rebelles armés : c'était désormais l' OTAN qui faisait la guerre à une nation
«souveraine et indépendante» et c'était donc l' OTAN qui violait la Charte
des Nations Unies . Le gouvernement libyen, en revanche, n'a à aucun
moment dans la crise violé aucune loi internationale.

L'OTAN a également violé explicitement les termes des résolutions du


Conseil de sécurité par la fourniture répétée d' armes aux rebelles
(par la France et le Qatar au départ, puis d'autres) dans ce qui était
une violation évidente de l'embargo sur les armes exigé par le Conseil
de sécurité aux articles 9, 10 et 11 de la résolution 1970 et réaffirmé
à nouveau aux articles 13, 14 et 15 de la résolution 1973 .

Hugh Roberts, ancien directeur du projet Afrique du Nord de l' International


Crisis Group, a parfaitement résumé la stratégie lorsqu'il a écrit que `` en
insérant `` toutes les mesures nécessaires '' dans la résolution, Londres,
Paris et Washington se sont autorisés, avec l'OTAN comme mandataire, à
font tout ce qu'ils voulaient quand ils voulaient en sachant qu'ils ne
seraient jamais tenus responsables , depuis que permanent veto tenue
membres du Conseil de sécurité , ils sont au- dessus de toutes les lois « .

Le ministre libyen des Affaires étrangères, Mousa Kousa, a déclaré


aux journalistes que la Libye imposerait "un cessez-le-feu immédiat et
l'arrêt de toutes les opérations militaires" contre les forces rebelles;
notez qu'il parle de «forces rebelles» et non de «manifestants civils»,
car personne au sein du gouvernement libyen ne semblait reconnaître
qu'il y avait eu des manifestations civiles. Kousa a critiqué la
résolution "déraisonnable" des Nations Unies, qui autorisait
l'utilisation de la puissance militaire internationale. "Cela va
clairement à l'encontre de la Charte des Nations Unies et c'est une
violation de la souveraineté nationale de la Libye", s'est- il plaint.

Et il avait raison, bien sûr. La résolution de l'ONU était une farce


complète, démontrant à quel point les principes ou les règles sont sans
valeur s'ils peuvent être si facilement violés par ceux qui les mettent
en œuvre.

Certains gouvernements ont vu les problèmes inhérents à la


résolution, bien que très peu d'entre eux aient été disposés à dénoncer
la dictature des membres permanents du Conseil de sécurité. L'Inde
s'est abstenue parce qu'elle a correctement perçu la résolution comme
étant basée sur des informations incertaines (ou sur le manque
"d'informations crédibles sur la situation sur le terrain en Libye"). Le
Brésil s'est lui aussi abstenu, "préoccupé par la possibilité que
l'utilisation de la force militaire, comme demandé au paragraphe
4 de la résolution d'aujourd'hui, puisse changer ce discours d'une
manière qui pourrait avoir de graves répercussions sur la
situation en Libye et au-delà. "

Silvio Berlusconi en Italie a insisté: "Cela n'a rien à voir avec un


soulèvement populaire. Le peuple libyen aime Kadhafi, comme j'ai pu
le constater lorsque je suis allé en Libye." La Présidente Cristina
Kirchner de l'Argentine a dénoncé les attaques de la coalition en
Libye, disant: "Quand on considère que ces pays soi-disant civilisés
essaient de résoudre les problèmes en larguant des bombes, cela me
rend fier d'être sud-américain." Pendant ce temps, le président
bolivien Evo Morales a exigé que le président américain Barack
Obama soit immédiatement déchu de son prix Nobel de la paix.

44

Mais il était trop tard maintenant: le dé, comme pourrait le dire Jules César, était jeté.

_____________________

L'intervention militaire en Libye a débuté le 19 mars, lorsque des


avions de combat de l' armée de l' air française ont détruit plusieurs
véhicules pro-Kadhafi avançant sur le bastion rebelle de Benghazi. Les
sous-marins américains et britanniques ont ensuite tiré plus de 110
missiles de croisière Tomahawk sur des cibles dans toute la Libye,
désactivant gravement la capacité de défense aérienne du régime et
permettant une application plus large de la zone d' exclusion
aérienne.

Dans une coïncidence symbolique plutôt inquiétante (ou non), le


début de la campagne militaire en Libye a eu lieu le huitième
anniversaire du début de la guerre en Irak; c'est le 19 mars 2003
que le président George W. Bush a déclaré aux Américains que les
forces de la coalition "ont commencé à frapper des cibles
sélectionnées d'importance militaire pour saper la capacité de
Saddam Hussein à faire la guerre". C'était maintenant au tour de
Kadhafi et de la Libye - comme il l'avait prophétisé lors du Sommet
arabe de 2008.

À partir de ce moment, toutes les avancées des forces loyalistes


libyennes contre les rebelles ont été méthodiquement
contrecarrées par l'OTAN et les frappes aériennes étrangères
précisément ciblées pour éliminer les principaux sites de
communication et de défense.

À ce stade de notre analyse, nous devons également noter que le soi-disant


`` massacre imminent de civils '' qui devait avoir lieu à Benghazi (cité par
divers responsables du gouvernement occidental, tels que Hilary Clinton et
le britannique William Hague, pour justifier les
frappes aériennes préventives de l' OTAN ) n'était en fait qu'un petit
convoi de
Le personnel du gouvernement libyen se dirige vers Benghazi
pour attaquer les positions criminelles / rebelles . Non seulement
les avions français ont bombardé une colonne en retraite , mais ce qui
a été montré était une colonne très courte qui comprenait des
ambulances et qui n'aurait manifestement pas pu détruire ni
occuper Benghazi, même si c'était prévu. Les frappes de l'OTAN ont
tué les forces gouvernementales, sauvé les rebelles d' Al-Qaïda et
empêché le gouvernement de rétablir l'ordre.

C'était la principale stratégie de l'OTAN pour les


semaines et les mois qui ont suivi: par les airs, ils
ont frappé les forces libyennes légitimes partout
où elles étaient sur le point de remporter une
victoire contre les rebelles. À cause de cela, il y
avait maintenant tout simplement aucun moyen
de Kadhafi ou le gouvernement libyen pourrait
gagner la guerre.
Il devrait être absolument clair, en passant, que la résolution de l'ONU
appelait à la mise en œuvre d'une ` ` zone d' exclusion aérienne '' et
d'un `` cessez-le-feu '' immédiat : elle n'autorisait pas l' OTAN à
bombarder le pays, à attaquer les forces gouvernementales ou à
aider rebelles. Par conséquent, les forces de l'OTAN, les fonctionnaires
américains, français, britanniques et autres, allaient tous * sciemment
* bien au-delà du mandat de l'ONU - et l'ONU, étant une entité
impuissante, n'a rien fait pour l'arrêter.

Intellectuel de renom et critique acharné de la politique étrangère


américaine, Noam Chomsky, a bousculé l'intervention dès le début,
soulignant qu'il n'y avait « aucun effort pour instituer une zone d'
exclusion aérienne; le triumvirat (France, Grande-Bretagne, Amérique) a
immédiatement interprété la résolution autorisant une participation
directe aux côtés des rebelles . Un cessez-le-feu

45

a été imposée par la force aux forces de Kadhafi, mais pas aux rebelles.
Au contraire, ils ont reçu un soutien militaire à mesure qu'ils
avançaient vers l'Ouest, assurant bientôt les principales sources de
production pétrolière de la Libye. "

Chomsky a souligné un point évident sur lequel la plupart des médias


et des commentateurs politiques n'ont absolument pas réussi à
relever: en particulier, comment peut-il être un «cessez-le-feu»
d'attaquer un côté du conflit et d'aider directement l'autre ?

La première mesure prise pour arrêter le mouvement des armes (afin


qu'un cessez-le-feu puisse être accompli) était également un simple
tour de passe-passe et n'a jamais été en réalité ce que nos
gouvernements essayaient de faire; L' OTAN avait « l' autorisation
donnée à un certain nombre d'avions chargés armes- à atterrir à l'
aéroport de Benghazi et des aéroports tunisiens, » un récent rapport
du renseignement a révélé, l' identification des masses d'armes , y
compris des chars et surface-air missiles. Ceux - ci étaient à l' usage
les groupes rebelles.

Dans une conversation enregistrée en été 2011 entre les responsables


libyens et un actif renseignement envoyé par le Pentagone comme
porte arrière canal, l'actif a dit un « M. Ismael », qui a servi alors que
le chef de Kadhafi du personnel, que les responsables américains
allaient prendre Les avoirs d'argent gelés de Kadhafi dans les
banques occidentales et mettre l'argent à la disposition des
rebelles: en d'autres termes, voler (il n'y a pas d'autre mot pour cela)
l'argent de Kadhafi et l'utiliser pour financer les terroristes mêmes qui
essayaient de le tuer.

Plus que cela, les bombardiers de l'OTAN visaient les


installations hydrauliques, provoquant le manque d' eau d'environ
90% de la population civile et conduisant à une vaste crise
humanitaire . Cette stratégie allait au-delà du simple illégal ou
immoral et passait au pratiquement satanique .

Le président sud-africain Jacob Zuma, qui avec quatre autres chefs


d'État africains a rencontré Kadhafi pendant plusieurs heures dans l'
enceinte du dirigeant libyen Bab al-Aziziyah , a appelé l'ONU et l'OTAN
à arrêter les frappes aériennes contre les cibles du gouvernement
libyen et à «donner cessez-le-feu une chance ». À chaque étape du
processus, Kadhafi et le gouvernement libyen ont exprimé leur
volonté d'entamer des négociations, de discuter de la paix et de
rechercher une solution; et à chaque étape du processus, les groupes
rebelles islamistes ont refusé d'entamer des pourparlers et les
puissances de l'OTAN dirigées par les
États-Unis, les Français et les Britanniques ont absolument refusé de
discuter de toute autre solution que le retrait complet de Kadhafi.

En juin 2011, Mouammar Kadhafi et son fils Saif al-Islam avaient


également annoncé qu'ils étaient prêts à organiser des élections et
que Kadhafi se retirerait s'il perdait. Saif a déclaré que les élections
pourraient avoir lieu dans les trois mois et que la transparence serait
garantie par des observateurs internationaux . L'OTAN et les rebelles
ont rejeté l'offre et l'OTAN a rapidement repris leur bombardement de
Tripoli. Et tout cela, même après qu'il était parfaitement clair que la
majeure partie de ce «soulèvement populaire» était en fait constitué
par des terroristes islamistes lourdement armés .

Il convient de noter que ce mouvement vers des élections et une


démocratie de plus en plus orthodoxe en Libye était déjà quelque
chose dont Saif et son père avaient déjà discuté avant le début de la
crise de 2011 et que Saif avait ouvertement déclaré qu'il voulait la
démocratie en Libye; il y a un argument très fort à faire valoir
qu'une Libye plus démocratique (au sens occidental) était tout à fait
sur les cartes et se serait déroulée de manière organique et avec le
temps, en particulier à la lumière de la réconciliation de la Libye
après les sanctions avec l'Occident. . Au lieu de cela, en 2011, un bain
de sang orchestré par l' étranger a été mené, utilisant des forces
prétendument «pro-démocratie» qui n'étaient en réalité rien de tout
cela.

46

"Ce que nous avons en Libye, ce ne sont pas des révolutionnaires


mais des comparses de l'OTAN" , a noté le professeur basé en
Jordanie, Ibrahim Alloush, en observant de près les événements en
Libye. Et des actions de Kadhafi dans la crise, il a supposé: «Ce que
nous avons, c'est un dernier combat héroïque et une défense de la
Libye contre une invasion dirigée par l' OTAN .

Une énorme prime a également été offerte pour que Kadhafi soit pris
«mort ou vivant» : il était maintenant traité par la communauté
internationale comme s'il était un terroriste comme Oussama Ben
Laden ou un criminel de droit commun; alors qu'en fait il était le chef
idéologique d'un pays et était directement engagé dans la bataille *
contre * les terroristes déchaînés (y compris Al-Qaïda) et les criminels
sur le terrain.

Le sénateur Lindsey Graham , membre républicain de la


commission des services armés du Sénat, était tout à fait en faveur de
cette politique de «tuer Kadhafi», notant que le moyen le plus rapide
de sortir de l'impasse émergente était de «couper la tête du serpent».
Il a dit: "Les gens autour de Kadhafi doivent se réveiller chaque
jour en se demandant:" Est-ce que ce sera mon dernier? "" De
quels adorables représentants le peuple américain a-t-il la chance.

Personne n'a trouvé étrange que, jusqu'en février 2011, Saif al-Islam soit
considéré par l'Occident comme le visage modernisateur et réformateur de
l'establishment libyen? Agé de 38 ans, titulaire d'un MBA de l'Université
de Vienne et d'un doctorat de la London School of Economics (LSE) et
directeur de la Kadhafi International Charity and Development Foundation ,
il a soudainement été recherché par la Cour pénale internationale pour ``
crimes contre l'humanité » . Et plus étrange encore, bien sûr, que
Mouammar Kadhafi lui-même, salué par diverses organisations - y compris
pour ses activités en faveur des droits de l'homme - jusqu'à littéralement
quelques semaines avant la crise, était maintenant soudainement décrit
comme le `` tyran maléfique '' des années 1980?

Quelqu'un a simplement réécrit le script du jour au lendemain.

Le 24 mars, le journaliste Alexander Cockburn écrit: "La guerre contre


la Libye actuellement menée par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et
la France doit sûrement figurer parmi les entreprises martiales les plus
stupides". Il avait raison, mais il se concentrait sur la «stupidité» plutôt
que sur la « criminalité» la plus importante de la campagne ;
Cockburn était trop généreux s'il pensait que c'était une simple
ignorance ou un oubli qui n'allait pas avec le plan international.

Car, à ce stade de l'analyse, il y a un autre élément très important de l'histoire


qui doit être établi: après avoir établi de quoi étaient constitués les différents
éléments des groupes `` rebelles '' libyens, nous devons également
comprendre l'autre élément. * J'ai déjà mentionné - le «cinquième élément»
sur le terrain …

________________________
«Déguisés en Arabes»: le «cinquième élément
Libye...

Je t ai un autre fait que les médias de télévision a été pendant des


mois qui refusent de rendre compte et que nos gouvernements
refusent de reconnaître: et ce fut la présence de

47

Le personnel britannique des SAS , de la CIA américaine et du


renseignement français sur le terrain en Libye en grand nombre,
travaillant directement avec les groupes `` rebelles '' et Al-Qaïda ... et
enfreignant ainsi toutes les lois internationales possibles et
contredisant tous les principes que la Grande-Bretagne, l'Amérique et
la France prétendrait représenter.

Tout cela a finalement été ouvertement rapporté dans la presse grand public.

Le Guardian faisait état à la fois des forces spéciales du SAS et des


agents des renseignements français sur le terrain en Libye, en
coordination avec les rebelles d' Al-Qaïda . Cela se passait en fait
depuis le tout début du conflit. Toutes les assurances de nos
gouvernements qu'il n'y aurait pas de «troupes au sol» étaient en fait
un non-sens: il y avait des forces étrangères sur le terrain depuis le
début.

Un article publié dans The Telegraph contredit carrément les


affirmations de nos gouvernements selon lesquelles (1) ils
n'essayaient pas de tuer Kadhafi et (2) qu'il s'agissait d' une rébellion
purement libyenne sans «bottes sur le terrain» étrangères.

L'article a clairement révélé cela;

∙ «Des sources de la défense ont confirmé que le SAS était en Libye


depuis plusieurs semaines et avait joué un rôle clé dans la
coordination de la chute de Tripoli ».

∙ «Les soldats SAS, vêtus de vêtements civils arabes et portant les


mêmes armes que les rebelles , ont reçu l'ordre de se concentrer sur
la recherche de Kadhafi».

∙ «L'OTAN a ordonné à tous les avions de surveillance disponibles, y


compris les avions d'espionnage britanniques, de se concentrer sur le
suivi de Kadhafi. '

Et là encore, dans The Daily Mirror ( 20 mars 2011 );

∙ «Des centaines de soldats britanniques des SAS opèrent avec des


groupes rebelles en Libye depuis trois semaines».

Notez que c'était en mars , bien avant que le personnel britannique ou


aligné sur l'OTAN ne soit impliqué.

Encore une fois, cette fois du Daily Mail : `` Le


bombardement du pays est survenu lorsqu'il a été
révélé que des centaines de Britanniques
Des troupes des forces spéciales ont été
déployées au plus profond de la Libye pour
cibler les forces du colonel Kadhafi - et d'autres
sont en attente.
Alors que David Cameron, William Hague et le gouvernement
britannique ne cessaient de répéter que les troupes terrestres
britanniques ne seraient pas impliquées, il y avait déjà environ 350
opérations secrètes en cours de montage - avec «davantage en
attente». Notez que, comme l'a précisé le Daily Mail , tout cela se
passait * avant même que la campagne de l'OTAN n'ait commencé * et
selon toute vraisemblance avant même que l'ONU ne soit convoquée
pour discuter de la crise.

48
Le SAS était donc en Libye sans mandat, sans base légale pour leur
présence et engagé dans la guerre contre le personnel
gouvernemental et policier . C'était un crime international à tous les
niveaux; et encore une fois, même si cela n'a probablement pas besoin
d'être dit, soyons absolument clairs que ni Kadhafi ni le
gouvernement libyen n'avaient commis de crime contre les intérêts
britanniques ou même contre * aucun * citoyen ou institution
étranger ou occidental.

Pourtant, comme l'a confirmé le Daily Mail , des troupes d'élite et


des espions du MI6 étaient envoyés pour envahir la Libye (et
«envahir» est le mot); "Les membres du MI6 soutenus par le SAS
doivent atterrir à l'est autour du bastion rebelle clé de Benghazi" dans
quelques jours ", a rapporté le journal. 'De plus, 600 soldats de la
Black Watch sont en veille 24 heures sur 24 ...'

Même l' implication connue des agents qatariens sur le terrain en


Libye est particulièrement pertinente, car les renseignements
qatariens ont une longue relation avec le SAS britannique et sont
particulièrement utiles pour être envoyés dans des pays ou des villes
arabes car ils peuvent facilement se faire passer pour des
autochtones arabes, libyens (ou plus tard. , Syriens) combattants .

Il est donc, le Réaffirmons let, a enregistré quelques fait que


britannique, les renseignements américains et français et / ou
militaires étaient déjà en Libye exploitation contre le gouvernement
du pays et l' ensemble de ses autorités légitimes. Encore une fois, suis-
je un imbécile naïf ou est-ce en soi une activité illégale * en vertu du
droit international? Cela ne peut-il pas être qualifié de violation
d'un «État souverain et indépendant», tel que spécifié dans la
Charte des Nations Unies? Si des `` agents '' ou des `` forces
spéciales '' libyennes avaient été au Royaume-Uni, en France ou en
Amérique, se déguisant en Anglais, Français ou Américains, et aidant
les criminels et les gangs à lancer des attaques contre le personnel de
la police et les emplacements de l'armée ... cela serait - il envisagé?
illégal?

Mercenaires et / ou militaires étrangers / occidentaux manifestes


actif dans les combats en Libye.

Vous voyez alors à quelle profondeur ce


«terrier de lapin» va une fois que vous
commencez à regarder les faits? Parce que si - et
si - ces mêmes
Les forces spéciales du SAS, des membres de la
CIA et des agents de renseignement français et
qatariens étaient en fait directement impliqués
dans

49

les toutes premières attaques contre les bâtiments


du gouvernement libyen, les postes de police et les
bâtiments militaires en février?

Et si c'étaient eux qui coordonnaient les rebelles dès le premier jour et


s'assuraient qu'ils atteignent les bonnes cibles afin de capturer le maximum
d'armes? Et s'ils étaient complices des premiers meurtres de la police et
du personnel de sécurité libyens? Là encore, les troupes du SAS étaient
déguisées «en vêtements civils arabes et portant les mêmes armes que
les rebelles», selon The Telegraph .

Si c'était en fait ce qui se passait et que c'était ainsi que le


«soulèvement libyen» a commencé, alors il devient très, très clair
exactement * pourquoi * tous les canaux médiatiques grand
public échouaient à enquêter sur quoi que ce soit - comment le
pourraient-ils? Ils auraient dû révéler non seulement la présence d'
Al-Qaïda , mais aussi la réalité possible que les Britanniques,
Le personnel américain et français menait des émeutes dans les
villes libyennes avec Al-Qaïda et tous les gangs criminels. Cela
aurait été une véritable bombe qui aurait totalement contredit tous les
faux récits fournis par nos fonctionnaires.

Mais c'est exactement ce qui se passait; la nation et le gouvernement


souverains de la Libye étaient exploités par des services de
renseignement étrangers et des agents militaires sur le terrain. Ils
n'avaient pas le droit légal d'y être: c'était une infiltration secrète (et
armée) qui devait être considérée comme une opération criminelle
par le reste du monde.

________________________

T est un même ici plus « pistolet fumant », cependant, et c'est ce : qu'on appelle
Le manuel de guerre non conventionnel 2010 de l'armée américaine.

Le document publié par l'armée américaine expose les stratégies pour


infiltrer et détruire toute nation souveraine de son choix par des
moyens «irréguliers»; en d'autres termes, par des moyens autres que
l'invasion militaire traditionnelle ou la guerre (après la débâcle
coûteuse de la guerre en Irak, on soupçonne). «L'intention de la
guerre non conventionnelle américaine est d'exploiter les
vulnérabilités politiques, militaires, économiques et
psychologiques d'une puissance hostile en développant et en
soutenant des forces de résistance pour atteindre les objectifs
stratégiques américains» , explique le document. «Dans un avenir
prévisible, les forces américaines s'engageront principalement dans
des opérations de guerre irrégulière» .

Ce manuel , il est essentiel de le noter, a été publié


en 2010 . Les guerres civiles libyenne et
syrienne ont éclaté en 2011 . Il n'y a absolument
aucun doute pour un observateur intelligent que
les horreurs libyennes et syriennes (avec leurs
centaines de milliers de morts) étaient des
opérations menées, à la lettre , conformément au
Manuel de guerre non conventionnel de l'armée
américaine .
Le manuel décrit la stratégie des États-Unis pour la subversion
étape par étape d'un pays en incluant la guérilla et finalement le
changement de régime , en utilisant l' incitation et

50

mobilisation des populations contre leurs gouvernements et


troubles civils de masse. Ce qui s'est passé en Libye et en Syrie
correspond à 100% aux objectifs et aux méthodes de ce document .

Dit le document; `` La résistance et les forces extérieures mènent une


préparation psychologique pour unifier les populations contre (le)
gouvernement établi ... et préparer la population à accepter le
soutien américain ... ''

Si vous êtes sceptique, veuillez lire le PDF officiel ici.

Ceci explique parfaitement et de manière concluante pourquoi le


personnel américain, britannique et français était sur le terrain et
opérait avec les «rebelles» et les gangs armés. Cela explique également
pourquoi les troupes SAS étaient en Libye, «déguisées en Arabes» et
se faisant passer pour des rebelles libyens. Ils suivaient la stratégie
militaire américaine établie en 2010 . Cet élément particulier - les
troupes SAS - a été reproduit en Syrie tout comme en Libye, la forte
implication étant que les forces SAS étaient également impliquées
dans le déclenchement de la guerre civile syrienne .

Le rôle potentiellement horrible joué par les agences occidentales


étrangères sur le terrain ne doit pas être sous-estimé. L'ancien
membre du Congrès américain et militant des droits civiques Walter
Fauntroy, qui s'est rendu en Libye pour une mission de paix, a
rapporté qu'il avait regardé
Les troupes françaises et danoises prennent d'assaut de petits villages
tard dans la nuit, décapitant, mutilant et tuant les rebelles et les loyalistes
de Kadhafi «pour leur montrer qui contrôlait»…
________________________

J'espère que, à ce stade, cet article a démontré que, (1) Al-Qaïda a été
joué un rôle central dans les attaques dans les villes libyennes et d'
être soutenu par les Etats - Unis et d' autres gouvernements
occidentaux, (2) le SAS britannique et américain , français et qatari
du personnel de renseignement ont été * en Libye * travaillant
directement avec divers terroristes , les rebelles et les gangs armés,
(3) que la résolution de l' ONU le mandat et l' OTAN avait aucune
légitimité , (4) que pas d'enquête missions ont été envoyées à la
Libye par l'ONU ou l' un de nos gouvernements, ni par aucune des
organisations d' entreprises de médias, et (5) que aucun des Kadhafi
présumés « crimes » ou le gouvernement libyen a été accusé d'avoir
eu aucun fondement en fait et (6) que tous les beaucoup hype médias
sociaux rapports de crimes contre « manifestants civils » par les
autorités libyennes étaient selon toute vraisemblance , faux comptes
gérés par du personnel américain .

Maintenant, regardons à nouveau de plus


près les raisons que l' OTAN et le Conseil de
sécurité de l'ONU ont invoquées pour
intervenir en Libye;
C'étaient; (1) les `` manifestations populaires et généralisées '' contre Kadhafi et le
gouvernement,
(2) les attaques gouvernementales présumées sur ces « manifestants
pacifiques », (3) l'imminent « massacre de civils » à Benghazi, et (4)
les libyens présumés de forces aériennes grèves sur les zones
résidentielles à Tripoli, et (5) la prétendue Des «mercenaires
africains» que le gouvernement libyen avait amenés pour attaquer
des civils.

L' une de ces histoires était-elle vraie…?

51

________________________

La fiction médiatique d'entreprise et la


Les `` crimes '' du `` régime '' ...

L' histoire selon laquelle des manifestations pacifiques ont été violemment attaquées par
les forces gouvernementales
"qui a fait des milliers de morts" était la base du soutien occidental
aux groupes rebelles libyens: mais c'était une fabrication complète et
totale dès le début. Les preuves suggèrent qu'il n'y avait * pas * de
manifestations pacifiques , et en fait il n'y avait pas du tout de
manifestations populaires .

Une partie de la raison pour laquelle ce mensonge était si facile à


propager dans le monde entier était due au contexte plus large de ce
qui se passait également en Tunisie et en Egypte au cours de ces
semaines, où des manifestations populaires * avaient * lieu dans le
cadre de la soi-disant 'Printemps arabe'. Dans ce contexte, l'idée que la
même chose se produisait maintenant en Libye était facile à vendre à
un public sans méfiance dans les pays occidentaux . Les agences de
presse financées par l' Arabie saoudite et l' État du Golfe ont été
les premières à propager cette histoire de manifestations civiles
de masse (et de pertes civiles massives) survenant en Libye.

Ce n'est jamais arrivé. Ce qui s'est réellement passé, comme déjà


illustré, ce sont des groupes de criminels armés et de gangs qui ont
attaqué des postes de police et des bâtiments militaires, saisissant des
armes et des munitions et assassinant brutalement des policiers et des
militaires - * c'était * là et comment le `` soulèvement '' libyen a
commencé , sans «manifestant pacifique» nulle part.

Comme cela a été largement rapporté, les enquêtes d' Amnesty


International n'ont permis de trouver aucune preuve des violations
présumées des droits humains et, dans de nombreux cas, les ont
discréditées ou mises en doute. Il a également trouvé des indications que, à
plusieurs reprises, les rebelles de Benghazi semblaient avoir sciemment
fait de fausses déclarations ou fabriqué des preuves .
Comme indiqué dans The Independent , Donatella
Rovera, conseillère principale en réponse aux
crises d' Amnesty , qui était en Libye pendant trois
mois après le début du soulèvement, a déclaré:
"Nous n'avons trouvé aucune preuve ou une
seule victime ... il n'y a aucune preuve de
massacre de civils. "
Cela a été confirmé par un rapport similaire de l' International Crisis Group ,
qui a conclu que si le régime libyen avait une histoire de répression violente
des opposants, il n'était absolument pas question de "génocide". Le
rapport ajoute la critique selon laquelle
«La couverture médiatique occidentale a dès le départ présenté
une vision très partiale de la logique des événements,» et qu'elle
«décrivait à tort le mouvement de protestation comme entièrement
pacifique» et à plusieurs reprises «suggérant que les forces de sécurité
du régime massacraient des manifestants non armés qui ne présentait
aucun problème de sécurité. "

52

Vous pouvez lire ou télécharger le PDF du rapport ICG ici .

Mais les médias européens et américains n'ont jamais pris la peine


d'enquêter ou de vérifier la vérité sur ce qui se passait: ils ont
simplement rapporté les mêmes histoires non fondées que les médias
arabes appartenant à l'État saoudien et du Golfe avaient initiées. En
passant, rappelons-nous également que les véritables manifestations
populaires à Bahreïn , par exemple, ont été durement réprimées par
leurs forces gouvernementales, qui avaient également été envoyées du
personnel saoudien pour les aider à attaquer les civils bahreïnis.
Pourtant, personne dans les gouvernements occidentaux n'a fait
d'histoires à ce sujet et les médias d'entreprise en ont à peine parlé.
Voilà pour le «printemps arabe» de Bahreïn .

Al-Jazeera, Al-Arabbiya , la BBC , les médias saoudiens et de l'État du Golfe,


Fox, CNN et les réseaux d'information américains et à peu près tous les
médias grand public occidentaux ont non seulement rapporté avec unparti
prisextrême et prédéterminé , mais ont en fait été pris. planter de fausses
histoires, essayer d'organiser de fausses «manifestations», etc. , et
ignorer complètement les rassemblements de masse de
partisans pro- Kadhafi qui se déroulaient dans le pays tout au long de la
crise.

"Ce sont tous de faux rapports ... veuillez


prendre vos caméras et allez dans n'importe
quelle ville, n'importe quelle ville, en Libye ... il
y a un grand écart entre la réalité et les rapports
des médias", a déclaré Saif Kadhafi (fils du
dirigeant libyen). , parlant à ABC . Et il avait
raison; mais les entreprises médiatiques
occidentales n'ont pas suivi ses conseils - elles
n'ont pas emmené leurs caméras dans diverses
villes libyennes pour montrer ce qui se passait.
Au lieu de cela, ils ont eu recours à des
fabrications absolues .
Il existe des images d'un incident particulier où vous pouvez voir l'
équipe de presse d' Al-Jazeera chorégraphier une (très petite) foule de
manifestants anti-Kadhafi et les réchauffer. Même un chef rebelle a
admis plus tard que des images de civils libyens à Tripoli célébrant
la chute de Kadhafi étaient en fait des images fausses - elles
avaient en fait été tournées au Qatar , où une vague `` recréation ''
de la place verte de Tripoli avait été fabriquée à cette fin.

Il n'y a tout simplement aucun doute à ce sujet: les médias de masse étaient engagés dans
une tromperie de masse.

Et quand ils ne pouvaient trouver aucune preuve d' anti-Kadhafi


protestations, ils ont eu recours à qui le composent . Jetez un œil à ce
reportage de la BBC qui nous montre censément les manifestations de
masse en Libye. En fait, il s'agissait de séquences d'archives de
manifestations totalement indépendantes en Inde ! À part le fait que les
Libyens ne s'habillent pas comme ça, quel était l'autre cadeau?
Ils ont oublié d'éditer les drapeaux indiens clairement agités !!
Cela se passait également partout dans la presse écrite; cet article, par
exemple, nous montre une image de "personnes se rassemblant à
Benghazi pour protester contre le règne de Kadhafi", mais il est
ensuite contraint d'ajouter que "le contenu, la date et l'emplacement
de cette image n'ont pas pu être vérifiés indépendamment". Alors
pourquoi * montrer * l'image?

Même les estimations les plus «optimistes» du nombre de personnes en


Libye auraient effectivement manifesté contre Kadhafi et le
gouvernement a ce chiffre à environ 2% de la population (au plus). Si
ce nombre de manifestants justifie la «guerre civile» ou le
«changement de régime», alors il est clair que le Royaume - Uni aurait
dû être bombardé par l'OTAN après que plus d'un million de personnes
ont défilé dans les rues de Londres pour protester contre l'invasion de
l'Irak?

53

Ou qu'en est-il de tous les Américains qui manifestent contre la


brutalité policière? J'ai déjà fait valoir ce point à propos de Baltimore ;
il en va de même pour Ferguson ou pour un certain nombre d'autres
villes d'Amérique ou d'Europe où les citoyens sont connus pour
devenir violents, endommager des biens ou attaquer la police.

_______________________

L orsque il y a eu le prétendu `` bain de sang imminent à Benghazi '' qu'Obama,


Hilary
Clinton, David Cameron, Nicolas Sarkosy et le reste de la direction
occidentale ont réclamé une justification pour une intervention
urgente et immédiate .

Sans exception, toute la couverture médiatique


grand public à l'époque a insisté sur le fait que
Kadhafi avait menacé ce «bain de sang
imminent» dans lequel des milliers de civils
seraient tués. En fait, il n'a rien fait de tel. En
AUCUN POINT, Kadhafi n'a menacé les civils; son
fameux discours «sans pitié» du 17 mars
s'adressait aux rebelles armés et aux
mercenaires qui avaient saisi des armes et
assassiné des membres du gouvernement.

Et les «sales rats» auxquels il faisait référence étaient Al-Qaïda et les autres
criminels armés. En fait, même le New York Times a rapporté que Kadhafi
avait en même temps offert l'amnistie aux personnes impliquées dans
les attaques armées - à condition qu'elles déposent leurs armes et cessent
le terrorisme. Alan J. Kuperman, professeur agrégé à la Lyndon B. Johnson
School of Public Affairs , a souligné que Kadhafi avait même offert à ces
divers rebelles et mercenaires armés une issue de secours hors de Libye
(car beaucoup d'entre eux n'étaient pas libyens) et en Égypte pour que la
guerre s'arrête .

A aucun moment Kadhafi n'avait menacé les «civils»; son très référencé
la menace était clairement dirigée contre les rebelles armés et les
mercenaires.

Répétons simplement que: Kadhafi leur a offert une véritable amnistie


et une voie de sortie afin d'éviter «un combat jusqu'au bout».

54
Encore une fois, où était le «bain de sang imminent à Benghazi»?
Même ceux des médias qui se demandaient si une intervention était
justifiée ou non encadraient toujours le débat en termes de savoir si
c'était notre affaire d' intervenir ou non: personne ne s'est en fait
donné la peine de se demander si l'histoire était réellement vraie . Ce
n'était pas le cas. Et pourtant, même à ce jour, les politiciens répètent
encore cette absurdité comme justification de ce qui a été fait à la
Libye; pourtant, n'importe qui avec un demi-cerveau pouvait voir que
les gens que Kadhafi menaçait étaient les terroristes et non les
populations civiles (rappelez-vous: il voulait * armer * la population
civile!).

Nos responsables gouvernementaux et les sociétés de presse ont


simplement déformé et adapté l'émission de Kadhafi afin qu'elle
puisse être représentée d'une certaine manière - une manière qui
aiderait à justifier l'attentat «urgent». L'idée que Kadhafi ordonnerait
des attaques contre des civils libyens a toujours été absurde. Ce
mensonge ne pouvait fonctionner que sur des personnes n'ayant
aucune connaissance ou compréhension de Kadhafi ou de la Libye (ce
qui, en l'occurrence, était la plupart des gens qui regardaient les
nouvelles de l'entreprise). Mais comme l'experte de la Libye, Susan
Lindaeur, l'a souligné , «les actions de Gadhaffi en révèlent
beaucoup sur son personnage. En tant que leader, jette-t-il son
peuple aux loups? Ou les abandonner pour plus de commodité?
Notoirement non . Il revendique le peuple libyen comme le sien. Il
les protège quel qu'en soit le prix pour lui-même.

La dignité et le bien-être des citoyens libyens avaient en fait toujours


été si importants pour Kadhafi qu'il a enduré des années de sanctions
écrasantes pour avoir refusé de remettre les deux citoyens libyens
(faussement) accusés de l'attentat de Lockerbie, car il savait qu'ils
étaient innocents et savait qu'ils n'obtiendrait pas un procès équitable.
Il les a finalement remis en 2002, mais seulement pour mettre fin aux
sanctions.

Pourtant, nos dirigeants et fonctionnaires ont continué à mentir.


«Si nous attendions un jour de plus», a déclaré Barack Obama dans son
discours du 28 mars, «Benghazi pourrait subir un massacre qui se
serait répercuté dans toute la région et souillerait la conscience du
monde». Dans une lettre conjointe, Obama, avec le Premier ministre
britannique David Cameron et le président français Nicolas Sarkozy, a
affirmé: «En répondant immédiatement, nos pays ont stoppé l'avancée
des forces de Kadhafi. Le bain de sang qu'il avait promis d'infliger aux
citoyens de la ville assiégée de Benghazi a été évité.

«Des dizaines de milliers de vies ont été


protégées», a déclaré le président américain.
C'était de la pure fiction; la frappe
préventive de l' OTAN pour «protéger» Benghazi a
simplement détruit un très petit convoi de
véhicules gouvernementaux, y compris des
ambulances .
Le professeur Alan J. Kuperman, dans un article intitulé «Faux
semblant de guerre en Libye», a rejeté le récit fictif de Benghazi; «La
meilleure preuve que Khadafy n'a pas planifié le génocide à
Benghazi est qu'il ne l'a pas perpétré dans les autres villes qu'il
avait reconquises en tout ou en partie; y compris Zawiya, Misurata et
Ajdabiya, qui ensemble ont une population supérieure à Benghazi.

Et encore une fois, il y a eu les prétendus bombardements libyens


de populations civiles. Il a été détenue en Arabie Al-Arabiya Nouvelles
que le premier rapporté que des avions de combat libyens avaient été
bombardé des zones civiles à Benghazi et à Tripoli, avec Al-Jazeera
et la BBC , puis également en cours d' exécution avec l'histoire; puis
tous les autres diffuseurs d’informations d’entreprise en Occident ont
diffusé cette histoire. Pourtant, remarquablement, personne n'a réussi
à enregistrer aucune de ces activités présumées en cours; Personne - ni
l'OTAN, ni les agences humanitaires, ni les États-Unis avec toute leur
surveillance par satellite - PERSONNE n'a réussi à fournir aux médias
la moindre preuve de ce prétendu bombardement de Tripoli par
l'armée de l' air libyenne .

55

Et en fait, comme déjà indiqué, les données satellitaires russes ont


montré exactement le contraire: démontrer clairement
qu'aucune attaque de ce type n'avait eu lieu. La Russie * a prouvé *
que les prétendues attaques aériennes * ne se sont jamais produites *
... et les médias de masse ont continué à raconter l'histoire et nos
dirigeants politiques ont continué à la citer comme justification d'une
intervention immédiate.
Comme l' a dit le célèbre ministre de la Propagande nazie Josef Goebbels
: "Si vous dites un mensonge assez grand et continuez à le répéter, les
gens finiront par le croire."

Le 1er mars, lors d'une conférence de presse au Pentagone , lorsqu'on


lui a demandé: «Voyez-vous des preuves qu'il [Kadhafi] a
effectivement tiré sur son propre peuple depuis les airs? Avez-vous
une confirmation indépendante? Si oui, dans quelle mesure? », A
répondu le secrétaire américain à la Défense Robert Gates:« Nous
avons vu les articles de presse, mais nous n'en avons aucune
confirmation ». L'amiral Mullen le soutenait, disant: «C'est exact. Nous
n'avons vu aucune confirmation ». Pourtant, ce crime fictif a
continué à être évoqué par certains diffuseurs médiatiques et, plus
important encore, par les principaux responsables occidentaux,
comme s'il s'agissait d'un fait.

Comme l' écrivait Gerald A. Perreira en juillet 2011 sur le Centre de


recherche sur la mondialisation, «Kadhafi a distribué plus d'un million
de kalachnikovs au peuple libyen. S'il était le dictateur brutal que
l'OTAN voudrait nous faire croire qu'il est , alors la population
armée aurait pu tourner leurs armes contre lui maintenant, d'
autant plus qu'elle aurait le plein soutien de l'OTAN si elle l'avait fait.

______________________

De quoi d' autre Kadhafi et le


gouvernement libyen ont-ils été accusés?
Fin avril, l'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, Susan Rice, a
allégué que des soldats fidèles à Kadhafi avaient reçu du Viagra et
étaient encouragés à commettre des viols dans les zones tenues par
les rebelles ou contestées.

La validité de ces allégations de viol a été contestée , encore une fois,


par Amnesty International, qui a déclaré qu'elle n'avait pas trouvé de
preuves pour étayer ces allégations ; Amnesty est allée plus loin et a
déclaré qu'il y avait des indications que, à plusieurs reprises, les
rebelles de Benghazi semblaient avoir sciemment fait de fausses
déclarations ou fabriqué des preuves, dans l'espoir qu'elles seraient
reprises par des diffuseurs de médias étrangers et considérées comme
des faits par des gouvernements étrangers.

Le 26 mars, on a beaucoup parlé de l'histoire d'une femme libyenne


avec des ecchymoses sur tout le corps qui a fait irruption dans un hôtel
de Tripoli abritant des journalistes internationaux, criant qu'elle avait
été emmenée à un poste de contrôle et détenue pendant deux jours
pendant que 15 des hommes de Kadhafi la battaient et la violaient. .
«Regardez ce que les brigades de Kadhafi m'ont fait», dit Eman
al-Obeidy avant que les fonctionnaires du gouvernement et le
personnel de l'hôtel ne la conduisent dehors pour la conduire en
voiture et la chassent. Il s’agissait clairement d’une simple mise en
scène au profit des journalistes étrangers.

Les conclusions d'Amnesty étaient en contradiction avec les


affirmations du procureur de la CPI , Luis Moreno-Ocampo, qui a déclaré
lors d'une conférence de presse que "nous avons des informations selon
lesquelles il y avait une politique

56

violer en Libye ceux qui étaient contre le gouvernement.


Apparemment, il [le colonel Kadhafi] l'a utilisé pour punir les gens.
"La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a alimenté le feu en se
disant" profondément préoccupée "par le fait que les troupes de
Kadhafi participaient à des viols généralisés en Libye." Viol,
intimidation physique, sexuelle du harcèlement, et même des
soi-disant «tests de virginité» ont eu lieu », déclara-t-elle avec
désinvolture, comme si c'était un fait. Ce n'était pas, comme tant
d'autre, c'était juste une histoire.

L'agence humanitaire britannique Save the Children a déclaré avoir


reçu des informations selon lesquelles des enfants avaient été violés
par des «auteurs inconnus» , mais a également averti que ces
informations ne pouvaient être confirmées. Il a ensuite été dit que 259
femmes réfugiées avaient été invitées à remplir un questionnaire
indiquant qu'elles avaient été violées par les soldats de Kadhafi;
cependant, les récits de ces femmes n'ont pas pu être vérifiés de
manière indépendante car la psychologue qui a réalisé le
questionnaire a déclaré qu '«elle avait perdu contact avec elles». Et en
fait, il y avait beaucoup de témoignages et de preuves suggérant que
les djihadistes et les rebelles brutalisaient les civils et
commettaient des actes extrêmes ; et peu, voire aucun , pour
suggérer que les forces gouvernementales ou quiconque fidèle à
Kadhafi le faisaient (et littéralement * rien * ne suggérant que Kadhafi
lui-même avait été complice d'un tel crime ou avait donné des
instructions pour qu'un tel crime soit commis) .

Comme l'a noté Susan Lindauer à l'été 2011, «Les gros titres selon lesquels
Gadhaffi a émis du Viagra pour alimenter les crises de viol de ses soldats ont
très bien joué sur CNN . Cependant, l'ancienne membre du Congrès Cynthia
McKinney a déterminé que « le seul grand acheteur de Viagra à
destination de la Libye était le gouvernement américain lui-même, qui
a distribué des Little Blue Pills à des soldats rebelles plus âgés pour les
inciter au combat . À en juger par les témoignages de viol provenant de
Libye, la stratégie américaine a réussi de la manière la plus tragique.

On savait que le 22 Juin, non gouvernementales fait viseurs voyageaient


quelque 200 miles à la vidéo d' un garçon qui avait été castré et avait ses
deux yeux crevés par les rebelles de l' OTAN comme une punition pour
avoir refusé de se joindre à leur unité , ainsi qu'un père qui décrit
l'enlèvement de sa fille vierge de la famille: elle avait été traîné hors de la
maison à Gun- points et pris à une partie de viol, avant que les rebelles
parrainé OTAN- finalement coupé ses seins avec un couteau et elle a
saigné à la mort .

Les histoires de cette nature étaient nombreuses, et pour chaque


rapport qui a réussi à sortir de Libye, il y en avait probablement des
dizaines et des dizaines d'autres qui n'ont pas été rapportés.

_______________________

Quant aux prétendus «mercenaires»


africains amenés par les autorités
libyennes, aucune preuve n'a jamais été
produite pour étayer cette affirmation.
Le premier soi-disant «mercenaire» qui aurait été capturé a été affiché sur
Al-Jazeera comme «preuve» de cette affirmation; l'individu noir était lynché
par une foule en colère; il a ensuite été pendu publiquement à un pont de
la ville d' Al-Baida, sa mort encouragée par une foule massive. Il s'est en
fait avéré que cet homme était un soldat de l'armée libyenne: en fait, un
certain nombre des plus racistes parmi les Libyens utilisaient simplement le
prétexte de ces prétendus `` mercenaires africains '' comme excuse pour
lyncher et assassiner des Noirs en Libye, principalement des travailleurs
migrants. Kadhafi, le grand panafricaniste, avait encouragé un grand
nombre de travailleurs migrants d'autres pays africains à vivre

57

La Libye, bien que certains dans le pays aient pu être mécontents de la


présence de ces «étrangers» et qu'ils avaient maintenant une excuse,
en particulier dans l'anarchie créée par Al-Qaïda, pour agir sur leur
haine.

Comme l'expliquent le Dr R. Breki, G Oheda et David Roberts dans leur


superbe vidéo , `` un certain nombre de migrants noirs africains
fuyant en Égypte ont témoigné que lorsqu'ils avaient été capturés à
Benhgazi et à Al-Baida, ils avaient été forcés (par le rebelles) à
porter des uniformes militaires libyens pendant le tournage et à *
avouer * qu'ils étaient des mercenaires ... '

Ibrahim Dabbashi , ancien vice-ambassadeur libyen auprès de l'ONU


(et un homme soupçonneusement prompt à faire défection aux côtés
des rebelles) a été une des premières sources de cette affirmation
concernant des mercenaires africains amenés par le gouvernement
pour attaquer des civils; mais sa demande semblait avoir émergé
après qu'il avait déjà fait défection au NTC (Dabbashi a été l'un des
premiers retourneurs à quitter le gouvernement pour rejoindre le
NTC soutenu par l' OTAN ).
Un autre travailleur migrant africain aux mains des «rebelles».

Mais même les groupes de défense des droits de l'homme qui ont enquêté
n'ont trouvé aucune preuve que des mercenaires africains avaient à un
moment donné été amenés en Libye par les loyalistes de Kadhafi. C'était en
fait un mensonge initié par Al-Jazeera , puis repris par d'autres agences; le
but était en partie de contrer le fait qu'il n'existait aucune preuve que
le gouvernement libyen lui-même avait attaqué des civils; en l'absence
de cette preuve, une nouvelle histoire a dû être inventée pour expliquer au
monde qui les regardait comment il se faisait que le gouvernement de
Kadhafi était censé tuer son peuple - d' où les mercenaires africains.

En fait, la plupart ou la totalité des images circulant dans le monde


des Noirs africains arrêtés et exécutés par des rebelles libyens étaient
en fait des images de simples travailleurs migrants, dont il y en avait
beaucoup en Libye (ils étaient venus en grand nombre pour travailler
sur Les vastes projets de construction de Kadhafi). Et où * étaient * ces
massacres qui auraient été perpétrés par les mercenaires africains
fictifs? Quand ont-ils eu lieu? Les médias ont rapporté ce mythe
comme un fait mais n'ont jamais fait référence à un incident réel et
vérifiable ou à un lieu.

Personnellement, j'irais même plus loin et je soutiendrais ceci: même


si le gouvernement libyen avait fait venir des mercenaires africains
(bien qu'il ne l'ait pas fait), cela pourrait même être considéré comme
une réponse légitime aux mercenaires étrangers qui constituaient les
groupes rebelles qui luttent déjà contre le gouvernement - combattez
les mercenaires avec les mercenaires. Mais c'est moi qui dis cela:
Kadhafi a carrément nié avoir jamais fait venir des mercenaires ... et
encore une fois, aucune preuve réelle n'a jamais été produite pour
prouver cette histoire.

58

Dans sa vidéo You Tube , `` Libya Race, Empire, and the Invention of
Humanitarian Emergency '', souligne Maximillian C. Forte
(Département de sociologie et d'anthropologie, Université Concordia,
Canada), le mythe des mercenaires africains avait également une plus
grande utilité. , qui devait créer un sectarisme hostile entre les
Libyens et le reste de l'Afrique dans le but de mettre fin aux idéaux
et aux initiatives panafricaines de Kadhafi . Tout simplement, en
jouant sur les éléments les plus xénophobes et racistes de la société
libyenne (principalement les islamistes), ceux qui complotent contre
le gouvernement ont exacerbé la méfiance à l'égard de l'Afrique
noire en Libye pour s'assurer que la `` Nouvelle Libye '' laisserait
l'Afrique derrière et forgerait plutôt une nouvelle alliance avec les
intérêts occidentaux, coloniaux, impérialistes et leurs initiatives
capitalistes.

Cette séparation de la Libye de l'Afrique est très significative - et nous


y reviendrons à la fin de cet article.

Pendant ce temps, le Washington Post , entre autres, rapportés sur la


façon dont les Libyens noirs étaient torturés, tués et renié l'
hôpital treatmen t, et que beaucoup n'étaient pas pro-Kadhafi
combattants , mais les travailleurs migrants « prises sous la menace
de leurs maisons, les lieux de travail et la rue compte de leur couleur
de peau.

Selon le président de l'Union africaine, Jean Ping, «le CNT semble


confondre les Noirs et les mercenaires». Ping a déclaré que pour les
rebelles, "Tous les Noirs sont des mercenaires. Si vous faites cela, cela
signifie (que le) tiers de la population de la Libye, qui est noire, sont
aussi des mercenaires. Ils tuent des gens, des travailleurs normaux,
maltraitent. leur."

C'était de la pure xénophobie et du racisme, alimentés par les


idéologies enragées des salafistes / Al-Qaïda et rendus possibles
par la communauté internationale; des preuves d'un possible
«nettoyage ethnique » par les forces anti-Kadhafi émergeraient
également plus tard. Les médias de masse devraient également être
considérés comme indirectement coupables dans cette
persécution raciale des Noirs Libyens , car ils ont promu avec joie
cette idée des mercenaires africains et contribué à la réaction contre
les Noirs en Libye. Comme le soulignait Maximilian C. Forte dans cet
article , «en effet, les médias collaborent même, rapidement pour
affirmer sans preuve que tout homme noir capturé ou mort doit être
un« mercenaire ».

________________________
Y et même au - delà, encore , il y avait plus d' accusations et fictions jetés
à propos des responsables occidentaux. Certains médias américains,
dirigés par des responsables comme John McCain , ont également
commencé à dire que Kadhafi «pourrait commencer à utiliser des
armes chimiques contre son
gens".

C'était un exercice de conneries total, totalement dépourvu de réalité


(un peu comme Saddam Hussein et les ADM en 2003, ou les
affirmations plus tardives très douteuses sur Assad et les attaques
chimiques en Syrie). D'une part, la Libye avait renoncé à son stock
d'armes chimiques des années auparavant; et pour une autre chose,
voici encore ce mot, "peut". Il « peut » utiliser des armes chimiques,
comme il « peut être sur les massacres de civils à Benghazi ».

En réalité * aucune * des accusations portées contre Kadhafi ou le


gouvernement n'a pu être démontrée comme étant vraie. Encore
une fois, chaque fois qu'on leur a demandé de produire une preuve
que le gouvernement ou les forces de sécurité présumés attaquaient
des civils, nos gouvernements et nos fonctionnaires sont venus les
mains vides.

59

Dans l'excellent film - Libya Race, Empire, and the Invention of


Humanitarian Emergency , Maximilian C. Forte note que même plus
d'un an après le meurtre de Kadhafi, aucune preuve n'avait jamais
émergé pour prouver que le gouvernement ou l'armée de Kadhafi
avait exécuté ou même l' intention tout massacre de civils ou de
toute action contre des civils du tout . En effet, un an après la mort
de Kadhafi, les bâtiments du renseignement de son gouvernement ont
été repris par les rebelles et le CNT et pourtant rien - pas la moindre
preuve , pas même un seul nom ou ordre - n'a été découvert nulle part
pour suggérer que toute attaque contre des civils avait été planifié,
ordonné ou exécuté par les forces gouvernementales libyennes à tout
moment en 2011 . Comme le fait remarquer M. Forte, s'il y avait * de
telles preuves, le CNT et ses sponsors de l'OTAN seraient désireux de
les rendre publics afin de prouver les allégations qui ont été faites .

Des accusations ont également été fréquemment faites selon


lesquelles le régime libyen tentait cyniquement de contrôler
l'information et la perception, notamment en restreignant finalement
les journalistes étrangers. Premièrement, contrôler l'information et la
perception est ce que font les gouvernements ; masser certains faits et
perceptions - mais cela pourrait être considéré comme une pratique
courante; les gouvernements, même démocratiques, le font tout le
temps (les nôtres le font naturellement de semaine en semaine ), et le
gouvernement libyen, à cette époque attaqué directement et confronté
à un chaos violent, était tenu d'essayer de contrôler information. Étant
donné la guerre de l'information bien plus grande menée contre elle
par des agences extérieures (et tous les mensonges racontés par les
médias étrangers), c'était en fait une nécessité.

Et, comme le soulignent certaines sources d'information , les rebelles


le faisaient aussi . Les rebelles ont enlevé cinq journalistes de Russie
en avril 2011 à Ajdabiya. Ils ont emporté les documents et le matériel
des journalistes. Dans la ville de Misrata, les chefs rebelles ont
également imposé des restrictions aux médias étrangers. Les
journalistes ont été empêchés de se rendre dans le village de Dafniya
et ont été refoulés aux points de contrôle tenus par les rebelles . Les
journalistes ne pouvaient alors utiliser que des traducteurs
officiellement agréés.

Alors pourquoi les groupes rebelles devraient-ils recourir à ce


type de contrôle sur les journalistes des médias étrangers? Le
régime libyen aurait bien sûr des raisons logiques de le faire, car - en
théorie - c'était lui qui avait «quelque chose à cacher»; mais pourquoi
les rebelles «innocents» menés dans une campagne juste contre un
«régime brutal» auraient-ils besoin de restreindre les activités des
médias étrangers? Le fait est simplement que les rebelles «ne
coopéraient qu'avec les éléments des médias étrangers qui étaient« de
leur côté », pour ainsi dire, ce qui n'aurait pas inclus les journalistes
russes . En fait, comme Kadhafi l'avait souligné dans une interview
précédente, les médias corporatifs étrangers faisaient simplement office
de porte-parole des rebelles: les groupes rebelles rapportaient
quelque chose aux médias et les médias, sans vérification des faits
ni enquête, le relaient. comme fait.

La journaliste indépendante britannique Lizzie Phelan a été l'une des


voix les plus fortes à dénoncer la campagne médiatique de l'entreprise
pendant la crise. Phelan, qui a passé beaucoup de temps en Libye
pendant la crise, a insisté que soutenu par l' Occident génocide
avait lieu en Libye et il n'y avait pas de journalistes indépendants
laissés sur le terrain pour couvrir l'histoire.
À
À présent, j'espère qu'il a été effectivement démontré que les diffuseurs
de nouvelles d'entreprise étaient coupables, à des degrés divers, à la fois
de fabriquer des «preuves» et d'ignorer délibérément les informations
disponibles qui auraient contredit les allégations frauduleuses qu'ils
faisaient.

La plupart de la presse écrite d'entreprise n'était pas meilleure,


servant à aider et à encourager la conspiration criminelle; bien
qu'il y ait eu quelques exceptions et qu'il reste donc une dispersion de
fuites assez embarrassantes qui permettent à des gens comme nous de
monter un dossier contre les conspirateurs.

60

________________________

La chronologie de la destruction: avril - octobre


2011

Un 14 avril 2011: la BBC montre les images désormais célèbres de Kadhafi traversant
les rues de Tripoli, debout à travers le toit ouvrant du véhicule
pendant tout le trajet. Dans cette séquence, il salue les gens - des
dizaines et des dizaines de citoyens libyens, résidents de Tripoli - qui
lui font signe avec enthousiasme ou l'acclament ou lèvent les poings
en signe de salut à «frère Kadhafi».

Dans plusieurs parties de la séquence, les citoyens se précipitent en


fait plus à Tope lui ou lui serrer la main. Nous sommes en avril, en
plein milieu de la soi-disant «guerre civile» en Libye. Ce n'était pas
seulement une démonstration de défi de Kadhafi, mais une
démonstration du soutien qu'il avait encore alors que l'OTAN et les
gouvernements occidentaux complotaient ouvertement sa chute. Et
que portait Kadhafi? Pas de gilet pare- balles ni de vêtements de
protection, juste un t-shirt et un blazer noir décontracté et ce qui
ressemble à un chapeau Trilby.

Kadhafi traverse Tripoli, acclamé par les masses


- nous sommes en avril 2011, à un
moment où les médias nous disent que
son propre peuple se soulève contre
lui…

Ces images ont été filmées et diffusées le même jour et à un moment où les
gouvernements occidentaux et les grands médias essayaient de nous dire
qu'il y avait des combats intenses, des attaques contre des civils et un chaos
général déchirant la ville: ce que nous avons vu était en fait assez des scènes
de rue d' apparence normale , une ville vaquant simplement à ses
occupations habituelles et le seul aspect étrange de la séquence était le fait
que Kadhafi ne montrait absolument aucune crainte ni se faire tirer dessus
par qui que ce soit ou de nuire à son propre peuple. Il n'y a eu ni combats, ni
troubles, ni protestations. En effet, les ancres de BBC News couvrant le

61
les images semblaient confuses, voire effrayées, et n'avaient aucune
idée de ce qu'il fallait dire - parce qu'elles allaient complètement à
l'encontre de toute la propagande gouvernementale / médiatique qui
régurgitait.

Le 19 avril, trois semaines après le début de la campagne de


bombardement de l'OTAN, ses représentants rapportaient que les
bombardiers de l'OTAN avaient déjà effectué «bien plus de 2 800
missions», et en moyenne «un peu plus de 1 000 par semaine» . Les
médias institutionnels / grand public étaient réticents à rapporter le
nombre de victimes civiles et ce qui était précisément visé par les
bombardiers.

Mais dans une interview télévisée du programme `` Worlds Apart '' de RT ,


Hanne Nabintu Herland, auteure et historienne norvégienne née et élevée
en Afrique pendant 20 ans, a révélé le caractère vraiment odieux de la
campagne internationale menée par l' OTAN contre la Libye. "La Libye est
le pire exemple d'assaut des pays occidentaux dans l'histoire moderne;
c'est une chose horrible d'être un intellectuel européen et de voir vos
propres dirigeants politiques aller de l'avant et s'engager dans quelque
chose comme ça", a-t-il déclaré à l'excellente présentatrice de RT Oksana
Boyko. "En Norvège, par exemple, quand il s'agit de quelque chose comme
la guerre de Libye ... [les dirigeants politiques] ont envoyé des messages SMS
aux autres parlementaires; ce n'était jamais une discussion au parlement
, c'était juste un SMS disant" bombardons parce que quelqu'un appelé
d'Amérique. Nous [la Norvège] avons largué 588 bombes sur les routes,
l'approvisionnement en eau et les villes de Libye à cette époque. Et nous
avons eu un documentaire en Norvège après cela où les combattants, les
pilotes qui ont survolé la Libye et ont largué ces bombes, ont-ils dit dans le
documentaire «Nous avons été envoyés dans les airs et on ne nous a même
pas dit quoi bombarder - bombarder simplement quelque chose qui
semble précieux.

Répétons-le: «bombardez simplement quelque


chose qui a l'air précieux». C'est , Mesdames et
Messieurs, ce qu'ils appellent «l'intervention
humanitaire en Libye».
Contrairement aux affirmations du gouvernement occidental
d'attaquer uniquement des sites militaires, il y a eu quelque 60 000
bombardements contre des cibles civiles, notamment des
hôpitaux, des hôtels, des maisons, des écoles, des centres de
presse et des centrales électriques . Bien qu’aucun compte rendu
vérifiable du nombre de morts parmi les civils n’ait jamais été fourni,
l’estimation de 50 000 personnes a également été fréquemment
suggérée, mais elle ne peut être confirmée. Il ne s'agissait pas
seulement de bombarder toutes les cibles du gouvernement ou
des forces de sécurité et d'aider directement les rebelles partout où il
le pouvait, mais de bombarder les approvisionnements en eau et
en électricité de la population, les réseaux de communication, les
chaînes de télévision et de radio , en bombardant le grand fleuve
artificiel (comme indiqué précédemment ), et surtout bombarder des
populations civiles (sur lesquelles je reviendrai sous peu).

L'OTAN détruisait méthodiquement chaque


élément de l'infrastructure et des fonctionnalités
de la Libye. Quatre décennies de développement,
de construction et de modernisation étaient
gaspillées par des avions de guerre envoyés par
plus ou moins toutes les nations modernes du
«premier monde» de l'Occident .

Ce n'était pas une opération humanitaire, c'était une destruction impitoyable


et méthodique d'une société. Lors d'un sommet à Copenhague, Vladimir
Poutine a exprimé ses graves doutes sur ce qui se passait en Libye,
résumant le caractère de la campagne de l'OTAN; "Quand la puissance du
soi-disant monde civilisé bombarde sans discernement un petit

62

pays utilisant toute sa puissance, détruisant ce qui a pris des


générations à construire, je ne sais pas si c'est une bonne chose ... "

Les bombardiers de l'OTAN étaient également connus pour


utiliser des bombes à fragmentation avec de l'uranium appauvri .
Les effets dévastateurs à long terme de l'UA ne sont plus un secret.
L'uranium appauvri est un métal lourd radioactif et chimiquement
toxique produit comme déchet par l'industrie nucléaire. Il a été utilisé
par les forces militaires britanniques et américaines pour durcir les
obus perforants tirés dans les Balkans et dans les guerres en Irak,
ainsi qu'en Libye. On pense que l'UA a également été utilisé par
environ 18 autres pays, dont la France, Israël, la Russie, la Chine et
l'Arabie saoudite. Lorsque ces armes brûlent, elles libèrent une
poussière dangereuse qui contamine de vastes zones. Les civils et les
soldats exposés à cette contamination affirment avoir souffert de
cancers, de malformations congénitales et d'autres maladies en
conséquence.

Un exemple des effets de l'uranium appauvri, avec l'aimable autorisation


sur http://www.cadu.org.uk/index.htm

Donc, je ne sais pas quel était le taux de cancer avant 2011, mais il y a
fort à parier que les cas de cancer et autres maladies et malformations
liées à l'UA augmenteront dans les années à venir en Libye. Pourquoi
l'uranium appauvri est jamais utilisé reste insondable: il va bien au-
delà de la guerre et, encore une fois, dans le satanique . Il convient de
souligner que la Libye, pays très autonome et bien isolé à l'époque de
Kadhafi, avait un niveau de santé généralement élevé parmi la
population, avec très peu de patients cancéreux diagnostiqués par
rapport à la plupart des autres pays.

On prétend maintenant qu'en raison de la saturation des cultures


agricoles, du bétail et des sources d'eau qui ont été (délibérément)
polluées par les radiations, de nouvelles formes de cancer qui
n'étaient pas connues des Libyens ordinaires apparaissent à un
rythme élevé, tout comme en Irak. où l'uranium appauvri a également
été utilisé, ainsi que des déformations chez les nouveau-nés.

La nature effroyable des bombardements de l'OTAN a été quelque peu


capturée par Cynthia McKinney, qui était à Tripoli et a déclaré :
«L'attaque à la roquette de l'OTAN sur Tripoli la nuit dernière est
inexplicable. Zone métropolitaine civile d'environ 2 millions
d'habitants, Tripoli a subi 22 à 25 attentats à la bombe la nuit
dernière, faisant trembler et briser des fenêtres et des vitres et
secouer les fondations de mon hôtel. J'ai immédiatement pensé à
l'uranium appauvri

63

des munitions seraient utilisées ici - ainsi que du phosphore blanc. À


l'intérieur de l'hôtel, une femme libyenne portant un bébé est
venue me voir et m'a demandé pourquoi ils nous faisaient ça?
Quels que soient les objectifs militaires de l'attaque (et moi et
beaucoup d'autres doutons de la valeur militaire de ces attaques), le
fait demeure que l'attaque aérienne a été lancée dans une grande ville
remplie de centaines de milliers de civils.

30 avril: Kadhafi demande à l'OTAN un cessez-le - feu . Il prononce un


discours de 45 minutes à la télévision d'État, appelant l'OTAN et l'ONU
à arrêter les bombardements et à engager des pourparlers. Les
bombardements, dit-il, détruisent l'infrastructure du pays et tuent des
civils.
«Venez négocier avec nous! Vous êtes ceux qui nous attaquent .
Vous êtes ceux qui terrifient nos enfants et détruisent nos
infrastructures. Vous Américains, Français et Britanniques, venez
négocier avec nous! Dit Kadhafi. "Qu'est-ce que vous essayez de
faire ? Essayer de prendre le pétrole? Le peuple libyen ne vous le
permettra pas. Le pétrole est sous le contrôle du gouvernement
libyen et (c'est) pour le peuple!"

Certaines organisations médiatiques refusent de rapporter le discours


de Kadhafi; mais The Guardian fait partie de ceux qui le font. Ils
confirment que Kadhafi avait déclaré que son gouvernement avait
déjà accepté un cessez-le-feu et avait exhorté l'ONU à réévaluer (la
légalité des) frappes de l'OTAN.
Kadhafi s'adresse aux masses libyennes. «Cela ne peut pas être un
cessez-le-feu d'un seul côté… »

" Nous sommes les premiers à avoir voulu et


accepté un cessez-le-feu", dit Kadhafi. "Mais
la frappe aérienne des croisés de l'OTAN n'a
pas cessé", se plaint-il. "Ça ne peut pas être
un cessez-le-feu d'un seul côté ... "
Hugh Roberts, ancien directeur de l' International Crisis Group Projet
Afrique du Nord, note que « Kadhafi, dont les forces campaient sur le bord
sud de Benghazi, a annoncé un cessez- le conformément à l' article 1 et a
proposé un dialogue politique conformément à l' article 2. Qu'est - ce que
le Conseil de sécurité avait exigé et suggéré, il a fourni en quelques heures.
Son cessez-le-feu a été immédiatement rejeté au nom du CNT par un haut
commandant rebelle, Khalifa Haftar, et rejeté par les gouvernements
occidentaux. `` Nous le jugerons sur ses actions et non sur ses paroles '', a
déclaré David Cameron, laissant entendre que Kadhafi était censé
instaurer un cessez-le-feu complet par lui-même: c'est-à-dire non
seulement ordonner à ses troupes de cesser le feu, mais veiller à ce que

64

le cessez-le-feu a été maintenu indéfiniment malgré le fait que le CNT


refusait de rendre la pareille .

Là encore, Kadhafi cherchait entièrement à discuter de solutions;


avoir accepté la feuille de route proposée par l'Union africaine pour la
paix . Le président sud-africain Jacob Zuma en avait pleinement
témoigné après avoir dirigé une délégation de dirigeants africains lors
de pourparlers à Tripoli, appelant la communauté internationale à
répondre aux appels de Kadhafi à des pourparlers. Notez qu'il y avait
* toutes les opportunités * pour une solution pacifique même à ce
stade des événements que devaient trouver l'OTAN, l'Amérique, la
France et la Grande-Bretagne ... mais ils ne cherchaient pas un
compromis ou la paix; parce que tout se déroulait comme prévu.

Dès le mois de mai, le gouvernement libyen avait déclaré qu'il était


prêt à parler même aux rebelles. Le Premier ministre Al-Baghdadi
al-Mahmoudi (qui vient d'être condamné à «mort par peloton
d'exécution» par les milices libyennes soutenues par l' OTAN , avec Saif
Kadhafi et plusieurs autres) a déclaré aux journalistes qu'il était
disposé à s'entretenir avec «tous les Libyens. ", y compris des membres
des groupes rebelles basés à Benghazi. Mais il a soutenu que Kadhafi
était "au cœur de chaque Libyen. S'il part, tout le Libyen
les gens partent. "

Moussa Ibrahim a quant à lui soutenu que Kadhafi avait tenté


d'introduire encore plus de réformes démocratiques et de nouvelles
lois anti-corruption (ce qui était vrai; juste avant le début de la crise,
et cela a peut-être aussi été l'une des raisons du `` soulèvement '' - un
point sur lequel nous reviendrons plus tard), mais que les attaques
rebelles et l'intervention de l'OTAN réduisaient tout cela. Il a insisté
sur le fait que Kadhafi était une "soupape de sécurité pour que le
pays reste ensemble", et a essayé d'expliquer au monde extérieur
que "ils (les gens) ont peur s'il n'est pas là ..."

Kadhafi lui-même a offert officiellement un cessez-le-feu ou a entamé des


pourparlers à plusieurs reprises, notamment les 30 avril , 26 mai et 9 juin . Il
a été ignoré à la fois par les rebelles et leurs soutiens européens et américains
à chaque occasion.

_______________________

"Criminels et barbares": l' OTAN


Pertes civiles...

N ATO, de fait incontestable, a assassiné plus de civils dans ses opérations que
* tout * ce qui a été fait à tout moment par le gouvernement libyen ou
les loyalistes de Kadhafi. Était-ce de simples dommages collatéraux,
comme les Américains aiment l'appeler?

Non; L'OTAN a sciemment et délibérément ciblé de vastes


populations civiles pour cette raison et cette seule raison: parce
que ces vastes populations civiles étaient fidèles au gouvernement
souverain existant de la Libye et à Mouammar Kadhafi .
Quand Kadhafi a parlé de son peuple - "tout mon peuple est avec moi, il mourra pour moi"
- dans cette interview désormais tristement célèbre et prophétique de
la BBC / ABC en février, il faisait référence à ces populations. Si l'OTAN
les avait laissés en vie, ils auraient toujours représenté une énorme
opposition (en taille) aux groupes rebelles armés et à Al-Qaïda.

65

bataillons que la communauté internationale essayait d’installer dans


le contrôle du pays. De plus, cette population civile aurait, avec le
temps et la réduction des combats, pu s'exprimer sur ce qui se
passait réellement en Libye et sur leur loyauté envers Kadhafi et la
Libye unique qu'il avait établie. C'étaient les civils que l'OTAN tuait
«accidentellement».

Il est, encore une fois, un fait incontestable que presque tous les
médias d'information d'entreprise ont observé un
black-out complet de toute couverture des rassemblements de
masse pro- Kadhafi et progouvernementaux en cours dans les
villes libyennes, ainsi que des manifestations contre les assauts de
l'OTAN. Mais de telles vidéos existaient à l'époque, et certaines d'entre
elles peuvent encore être trouvées maintenant en ligne, du soutien
bruyant de Kadhafi et du gouvernement, même au plus fort de la
soi-disant «guerre civile». Vous pouvez regarder des images de jeunes
femmes suppliant l'OTAN d'arrêter les bombardements, et de masses
de citoyens scandant leur loyauté à «Frère Kadhafi, le chef de la
révolution».

Vous pouvez regarder des images particulièrement déchirantes d'un


jeune enfant, au milieu de ces manifestations désespérées, éclatant en
sanglots et exprimant ses craintes que l'Occident tente d'assassiner
Kadhafi et de donner la Libye à de nouveaux pouvoirs. « Ils
bombardent notre pays, bombarder nos villes. Pourquoi le
bombardent (Kadhafi) ils? Qu'avons-nous fait pour eux? Ils
air frappent nous toute la journée et la nuit » , dit - il, fondant en
larmes, «C'est
cruel; Qu'avons-nous fait?"

Un enfant libyen est montré à la télévision publique.

«Criminels et barbares» est ce que Kadhafi a appelé la coalition de


l'OTAN lorsqu'elle avait commencé à attaquer des zones civiles dans
les villes libyennes. Et c'est exactement ce qu'était l'intervention en
Libye; une opération menée par des «criminels et barbares» se faisant
passer pour des libérateurs et des humanitaires.

Surtout, Vladimir Poutine avait déclaré, lors d'un sommet à Copenhague, au


Danemark, qu'il y avait des opérations de bombardement spécifiques de
l'OTAN qui n'étaient pas mentionnées par les médias en Europe: que les
médias, en d'autres termes, observaient un silence partagé sur des attaques
spécifiques. . RT a rapporté plus tard que l'une des opérations clés
délibérément omises des médias européens impliquait des bombardiers de
l'OTAN décimant la région de Tripoli, où se trouvaient le plus grand
nombre de fidèles partisans de Kadhafi.

On dit que ces civils - tous pro-Kadhafi, loyalistes


progouvernementaux - ont bravé avec défi l'
assaut étranger / OTAN pendant cinq jours entiers
, jusqu'au 24 août.

66
les bombardiers de l'OTAN ont simplement
attaqué «tout ce qui bougeait», après quoi «des
tas de cadavres bordaient les rues» .
C'était, nous a-t-on dit, une «intervention humanitaire». Ceci, nous dit-
on * encore * à ce jour, était une «intervention humanitaire»; écoutez
simplement Hilary Clinton ou David Cameron * encore * en parler en
ces termes. Les gouvernements occidentaux (et les médias) ont
affirmé
- et affirment toujours - que la ville cruciale de Tripoli est tombée
«sans résistance»; oubliant de mentionner les 1 300 civils réputés qui
auraient été massacrés à Abou Salim.

Comme l'a fait remarquer le vice-ministre syrien des Affaires


étrangères à l'époque; "Kadhafi n'aurait pas pu tuer plus de personnes
que l'OTAN ne l'a fait". Des milliers de civils ont été tués par l'OTAN et
les rebelles rien qu'à Syrte en une seule journée - le 29 septembre.
Encore une fois, concernant la chute de Tripoli, la journaliste
britannique Lizzie Phelan, qui avait été * à Tripoli *, a rapporté que ``
après de violents bombardements et des attaques des Apaches dans le
quartier le plus pauvre de Tripoli ... des témoins oculaires ont
rapporté avoir vu des masses de corps couvrir les rues. '' Écoutez
son récit de ce qui se passait en Libye.

Moi-même, je me souviens encore très bien d'avoir vu un reportage au


début de la crise de Kadhafi diffusé à nouveau à la télévision d'État,
essayant désespérément de convaincre les gangs déchaînés et les
rebelles armés d'arrêter ce qu'ils faisaient; Je m'en souviens si
vivement parce que c'était émouvant;

" Si Tripoli doit brûler, comme Bagdad l'a fait


... comment pouvez-vous permettre que cela se
produise? Comment pouvez-vous laisser Tripoli,
qui était belle et sûre ... comment pouvez-vous lui
permettre de devenir un lieu de destruction et
pour être incendié? " demanda-t-il, sa voix
craquant sous l'effet de la tension et de l'émotion.
"Cela ne doit pas arriver ..."

Le journaliste d'investigation Michel Collon, qui était en Libye au


moment du soulèvement, a rapporté que les frappes aériennes de
l'OTAN / US avaient tué plus de civils que n'importe lequel des
combats réels sur le terrain (et il était d'avis que les États-Unis et
l'OTAN ont attaqué Kadhafi et la Libye pour une combinaison
d'intérêts pétroliers et surtout pour empêcher Kadhafi de devenir une
opposition majeure au FMI dans ses plans pour le développement de
l'Afrique - plus à ce sujet plus tard).

Dès les premiers jours de mai, l'OTAN bombardait les propriétés de


Kadhafi; quatre projectiles explosifs ont été tirés sur une maison
particulière, la maison de Seif Kadhafi, connue sous le nom d '«Aruba» par
la plupart des Libyens, qui était le plus jeune des enfants du dirigeant
libyen. Avant sa mort, "Aruba" avait peut-être eu des flashbacks: après tout,
il avait été blessé, mais avait survécu, au bombardement aérien américain
de la maison de son père à Tripoli des décennies plus tôt lorsque, en 1986,
le président Reagan avait également ordonné des attaques contre Les
propriétés de Kadhafi. Certaines choses ne changent jamais, se dit-il - s'il y
a une constante dans la vie, c'est que les avions américains largueront des
bombes. Selon tous les témoignages, Seif Kadhafi (à ne pas confondre avec
l'ancien «Saif» Kadhafi) n'avait que peu ou rien à voir avec la politique en
Libye et était essentiellement une cible civile.

Cette attaque a également tué les trois petits - enfants de


Mouammar Kadhafi , tous âgés de moins de 12 ans . L'auteur et
animateur de radio Stephen Lendman a déclaré sans hésiter: «C'était
un

67

crime de guerre «mais a ajouté » Etre en Libye à tout est un crime de


guerre; tous les pays complices de l'OTAN impliqués commettent des
crimes de guerre chaque jour en Libye , attaquent des cibles civiles et
tuent des civils. "

En passant , il convient de noter pour le compte rendu que la raison


pour laquelle le président Obama a ordonné le `` coup '' sur Oussama
ben Laden à Abbotobad à cette date exacte était de dissimuler le fait
que l'OTAN avait bombardé les maisons de Kadhafi et les
membres de sa famille. Avant les `` dernières nouvelles '' de l'
assassinat extrajudiciaire de Ben Laden , le principal reportage de la
journée aurait été celui des biens de Kadhafi frappés et des membres
de sa famille tués: mais l'histoire de Ben Laden a plutôt fait la une des
journaux et la plupart la couverture médiatique se concentrait
uniquement sur cette histoire et ignorait ce qui se passait en Libye.

Il s'agit d'une tactique classique de collusion entre


le gouvernement d'entreprise et les médias pour
«enterrer les informations indésirables» avec
quelque chose de plus grand; dans ce cas , il est
parce que l' OTAN et tous les fonctionnaires du
gouvernement occidentaux étaient toujours
insistant sur le fait que tuer Kadhafi ne faisait pas
partie de leur ordre du jour en Libye, quand il
clairement était .
En supposant qu'Oussama Ben Laden était encore en vie en 2011 (ce
que beaucoup diraient qu'il ne l'était pas), les services de
renseignement américains auraient su qu'il était à Abbotabad depuis
longtemps: ils ont simplement utilisé ce moment précis pour utiliser
cette pantomime afin pour dissimuler leurs crimes en Libye. Comme
Vladimir Poutine l'a demandé ostensiblement à l'époque; "Ils
disent que tuer Kadhafi n'est pas leur objectif; alors pourquoi
bombarder ses propriétés…?"

Kadhafi avec l'un des trois petits-enfants tués dans le


Bombardement de l'OTAN contre les maisons familiales.

Le journaliste Ireal Shamir ( Counterpunch , 5 mai) a fait des


remarques importantes concernant «le dernier crime de guerre, le
meurtre de la famille de Kadhafi, de son fils et de ses trois petits-
enfants et la tentative d'assassinat sur la vie du dirigeant libyen». Il a
écrit: 'Cameron,
Sarkozy, les commandants de terrain de l'OTAN et l'équipage
danois devraient tous être inculpés pour ce crime . La résolution
1970 du CSNU n'est pas une autorisation d'engager des masses

68

meurtre. La résolution a simplement établi une zone d' exclusion


aérienne; il a été conçu pour endiguer la violence et non pour faire de
Tripoli un champ de la mort ».

Curieusement, la date de l'opération était connue bien à l'avance et


avait déjà été ouvertement discutée fin avril par les services secrets
russes SVR (External Intelligence Service). Le 29 avril, un net-zine
russe avait publié un article d'un Kirill Svetitsky, qui citait une source
anonyme au sein de SVR: « Il y aura une tentative de tuer
Mouammar Kadhafi le ou avant le 2 mai. Les gouvernements
français, britannique et Les États-Unis l'ont décidé, car la guerre
en Libye ne se déroule pas bien pour l' alliance anti-libyenne : l'armée
régulière a des gains substantiels; Les tribus bédouines sont entrées
dans le combat du côté du gouvernement; à Benghazi, un «deuxième
front» a été ouvert par les milices armées locales qui en ont assez de
la présence des rebelles, de leurs combats incessants et de leurs vols.
Mais la principale raison du timing est que le parlement italien
prévoit de discuter de l'implication de l'Italie dans la campagne
libyenne le 3 mai. Jusqu'à présent, les décisions ont été prises par
Berlusconi, mais il existe de fortes divergences d'opinions au sein de
la coalition gouvernementale concernant la guerre libyenne, et ils
feront probablement tomber le gouvernement le 3 mai, et l'Italie
quittera effectivement l' alliance anti-libyenne . Il est susceptible
d'avoir un effet domino. Pour cette raison, les dirigeants du
É
Royaume-Uni, des États-Unis et de la France ont décidé d'éliminer
Kadhafi au plus tard le 2 mai , avant la session du parlement
italien du 3 mai.

Ce n'est donc pas un hasard si le 1er mai , les États-Unis, la France et


la Grande-Bretagne ont mené leur tentative (ratée) d' assassiner la vie
de Kadhafi, même s'ils n'ont fini par tuer que ses trois petits-
enfants, un de ses fils et plusieurs autres civils.

Le 27 mai, depuis Tripoli, la femme de longue date de Kadhafi , Safia,


s'en prend à l'ONU / OTAN, comme l'a enregistré CNN; "Les forces
internationales cherchent des excuses pour viser Mouammar. Qu'a-t-il
fait pour mériter cela? Mes enfants sont des civils et ils ont été
ciblés. Qu'est-ce qu'ils ont à voir avec cela? L'ONU commet des crimes
de guerre", se plaint-elle. « Quarante pays (agissent) contre nous. La
vie n'a pas de valeur plus. Qu'est - ce que je veux la vie maintenant?
Tout ce que je veux de la vie est maintenant que la vérité soit
entendue. Nous vivrons ou mourir aux côtés du peuple libyen. Dans
le Fin, l'histoire nous jugera », dit-elle avec indignation.

Depuis le tout début, puis tout au long de la crise libyenne, la vérité


sur ce qui se passait a été supprimée par nos plus grandes
organisations d'information et de médias. Mais le peu de médias
alternatifs et en ligne capables d’obtenir un flux d’informations
sur le terrain provenant de sources civiles a contribué à révéler au
moins une partie de ce qui se passait.

NSNBC , par exemple, prétendait avoir des rapports de sources civiles;

∙ «Il y a des bombardements massifs à Syrte et à Bani Walid tout le


temps. Les hôpitaux sont à court de fournitures médicales et
autres, et les opérations doivent souvent être effectuées sans
anesthésie - même pour les enfants. Les civils paient les
souffrances en coupant l'approvisionnement en eau et en
électricité. Il y a encore de nombreuses victimes sous les
décombres des bombardements qui ne peuvent être évacuées ou
secourues, en raison des bombardements aériens incessants. Des
civils qui ont tenté de quitter la ville ont été tués. Il est très
difficile d'obtenir des informations de la grande région car les
téléphones et l'électricité ont été bombardés. "

∙ Un autre, de Zawia, rapporte: "La ville est désormais entre les mains des
rebelles. Les gens sont arrêtés au hasard dans les rues et exécutés
par des méthodes horribles. La raison

69

car les exécutions sont des soupçons que les gens ne soutiennent
pas le CNT, ou simplement pour effrayer la population de manière
arbitraire. La plupart des gens restent chez eux, protégeant leurs
enfants. Nous entendons constamment les armes à feu.

∙ Un autre, de l'intérieur de Tripoli: «... L'OTAN a commencé à


bombarder tous les checkpoints pour que les rebelles puissent
facilement entrer à Tripoli. Les habitants de Tripoli ont réagi
immédiatement et d'énormes masses se sont rassemblées pour
défendre la ville contre les rebelles. Le lendemain, l'OTAN était
encore plus agressive et ils ont bombardé toutes les stations de
radiodiffusion, tuant des dizaines, tout en affirmant que les
rebelles les avaient pris en charge. Dans le même temps, des
rumeurs se sont répandues - comme celle selon laquelle Kadhafi,
sa famille et des représentants du gouvernement avaient quitté le
pays - comme armes psychologiques contre le peuple libyen. Bien
sûr, les gens n'ont pas écouté. Au lieu de cela, ils se sont rassemblés
et ont marché vers la Place Verte. Au même moment, Mouammar
Kadhafi a fait le tour de la ville dans son uniforme militaire,
encourageant les gens, leur disant de ne pas croire les
mensonges . À cette époque, la place verte et Bab Elezeeya étaient
sous notre contrôle (civil), mais l'OTAN a répondu en bombardant
de manière à ouvrir une entrée aux rebelles. Des hélicoptères
Apache ont été utilisés pour tirer sur les gens afin de disperser
les rassemblements massifs . "

Le secrétaire général de l' OTAN, Anders Fogh Rasmussen, refuse de


reconnaître, même à ce jour, que des civils ont été tués par les mois de
bombardements. Lors de son point de presse mensuel du 3 novembre,
il déclare: «En ce qui concerne les dommages collatéraux, je dois dire
que nous avons mené nos opérations en Libye de manière très
prudente, donc nous n'avons pas de victimes civiles confirmées
causées par l'OTAN».

C'était clairement une fiction ridicule qu'il maintenait. Parmi de nombreux autres
incidents,
Des combattants de l'OTAN auraient largué une bombe de 1 000 kg
sur l'hôpital pour enfants de Zlitan , tuant une cinquantaine de
personnes. Et en plus de la question de l'uranium appauvri
mentionnée plus tôt, il y avait également des allégations selon
lesquelles l' OTAN aurait utilisé une grosse bombe thermobarique
(appelée la bombe nucléaire des pauvres) à Bani Walid, qui aurait
tué tout le monde dans un rayon de deux mètres carrés soit en
brûlant ou suffocation . Selon les rapports allemands et algériens , 1
200 morts en sont la conséquence. Il y avait également des allégations
non confirmées selon lesquelles l'OTAN avait utilisé
des bombes à fragmentation et du gaz moutarde .

Le 30 août, l'OTAN bombardait directement le Grand fleuve


artificiel et détruisait l'approvisionnement en eau , comme
mentionné précédemment . Kadhafi avait construit le grand fleuve
artificiel comme un cadeau à la fois à son propre peuple et au tiers
monde; il l'a fait sans aucune aide financière du FMI ou de la
Banque mondiale ; le plus grand projet d'irrigation au monde,
fournissant de l'eau au désert du Sahara, c'était le plus grand système
de transport d'eau jamais créé et peut être considéré comme une
merveille d'ingénierie moderne. C'était l'une des réalisations
déterminantes de Kadhafi en Libye. Et il était maintenant bombardé
par les forces de l'OTAN - par des avions français, européens,
américains et britanniques exécutant les ordres criminels de
leurs gouvernements criminels.

Les dirigeants et représentants occidentaux ont également commencé à


annoncer que Kadhafi avait fui la Libye et s'était réfugié en tant qu'invité
d'Hugo Chavez au Venezuela. Le ministre britannique des Affaires
étrangères William Hague a été l'un de ceux qui ont le plus ouvertement
diffusé cette histoire, malgré le fait que Kadhafi avait insisté à plusieurs
reprises sur le fait qu'il ne quitterait jamais la Libye à ces terroristes et
gangs et qu'il se battrait jusqu'au bout. En fait, Kadhafi n'avait pas du tout
fui, mais les communications et les médias du pays ayant été
stratégiquement détruits par les bombardiers de l'OTAN, le gouvernement
luttait pour contrer la campagne de désinformation étrangère; la
désinformation de M. Hague a eu pour effet qu'une

70

nombre de membres du gouvernement libyen, de représentants et


d'ambassadeurs, paniqués et abandonnés de leurs fonctions, se
rendant compte qu'avec le départ de Kadhafi, tout était perdu.

Vraisemblablement, de nombreux citoyens libyens auraient pu


ressentir la même chose s'ils avaient également entendu ces fausses
«nouvelles». Kadhafi est resté et s'est battu; mais le mal était fait.

________________________

W VISIONNEMENT certains des entretiens de Kadhafi et des


discours tout au long du soulèvement libyen rend à la fois vision
convaincante et parfois douce - amère.

Les médias ont essayé de peindre tout cela comme les divagations
désordonnées d'un homme qui avait perdu le contact avec la
réalité ou comme les fictions désespérées d'un dictateur essayant de
s'accrocher au pouvoir. Mais c'étaient, beaucoup plus simplement, les
proclamations d'un homme disant la vérité, essayant d'avertir son
peuple de la réalité de ce qui se passait et essayant dans la veine
d'expliquer au monde extérieur ce qui se passait. Il n'a jamais pu faire
cela, cependant: parce que les organisations de médias contrôlant
largement la perception dans le monde extérieur étaient * dans le
complot * et menaient une stratégie pré-méditée pour déformer,
déformer ou se moquer de tout ce que Kadhafi disait pendant ces
plusieurs mois.

Kadhafi semble instable et secoué sur la Libye


LA TÉLÉ. «Ils transformeront la Libye en un autre Irak…»
Vous remarquez cela à propos de Kadhafi pendant la crise; il y a un
moment où il renonce à essayer d'expliquer les choses aux médias
internationaux, parce qu'il se rend compte finalement qu'ils se
moquent de lui et que la plupart de ce qu'il dit sera soit censuré soit
tordu pour convenir à l' agenda préexistant . Pourtant, même avec
toutes les informations sur Al-Qaïda et la brutalité de ce qui se passait,
la politique standard de la plupart des journaux était de simplement
traiter la crise libyenne comme une sorte de mélodrame bizarre et
Kadhafi comme un personnage de comédie trompé.

S'il fallait une preuve que nous vivons dans une


culture médiatique de masse qui a eu tout le
cœur, et la fibre morale, aspirée, c'était celle-ci .
Tout cela est devenu un jeu, bien sûr; une
pantomime, avec une perception de plus en plus
séparée

71

réalité. Nous sommes des spectateurs impuissants


à un spectacle de marionnettes grotesque.
Un discours télévisé du 22 février 2011, au tout début de la crise, avait
été remarquablement prophétique. «Ils transformeront la Libye en
un autre Afghanistan, une autre Somalie, un autre Irak», avait
averti Kadhafi, au sujet de la crise qui se déroulait maintenant
rapidement. «Les femmes ne seront pas autorisées à sortir, elles
transformeront la Libye en un émirat islamique (extrémiste) et
L'Amérique bombardera le pays sous prétexte de lutter contre le
terrorisme », a-t-il déclaré.

Selon nos institutions médiatiques d'entreprise , c'étaient les


divagations dérangées d'un fou. Ils soulignaient aussi fréquemment le
comportement étrange et le langage corporel de Kadhafi , entre autres
choses, citant cela comme une preuve de son «instabilité» et de sa «manie».
Une meilleure lecture de cela, cependant, serait de comprendre qu'un
homme plutôt âgé (à présent) faisait soudainement infiltrer en masse son
pays par des terroristes ultra-violents , tout en étant en même temps sous
les attaques militaires de quarante pays et au en même temps être
vilipendé et ridiculisé dans une campagne de propagande par les médias
internationaux - franchement, il est compréhensible de regarder un peu en
dessous des conditions météorologiques , en particulier une fois que ses
trois jeunes petits-enfants ont été assassinés par les bombes de l'OTAN.

Pensez-vous que David Cameron ou Nicolas Sarkosy serait mieux


à sa place? Est-ce que vous plaisantez? Sarkosy serait recroquevillé
en position fœtale sur le sol et Cameron se cacherait derrière maman.
Les David Camerons et Nicolas Sarkosys et Hilary Clinton de ce monde
ne sont pas des leaders de leur peuple, ne sont pas des champions de
leurs sociétés - ils sont, au mieux, des politiciens de carrière et
des hommes de tête pour les intérêts des entreprises et, au pire,
quelque chose de loin, bien plus sinistre.

Kadhafi est resté et s'est battu. Il aurait pu partir, aurait pu fuir.


C'est exactement ce que tout le monde lui disait de faire. Je me
souviens que certains commentateurs et même des responsables du
gouvernement occidental l'ont qualifié de «lâche» à la fin pour avoir
tenté de se cacher dans un tuyau d'égout lorsque la foule islamiste
essayait de le capturer. Un lache? À quel état de choses pervers,
pervers et moralement en faillite nous assistons lorsqu'un
commentateur médiatique ou un fonctionnaire du gouvernement à l'
aise et sirotant du vin vivant dans la sécurité et le luxe de Londres ou
de Washington, de Paris ou ailleurs, regarde d'un continent lointain
comme un homme est entouré de centaines de monstres vicieux
drogués et assassinés ... et ils l'appellent un «lâche» pour avoir tenté
de se cacher? Pour avoir tenté de se cacher, d'ailleurs, après que l'
OTAN ait directement bombardé son véhicule et informé les terroristes
où il se cachait?

Et c'est «un lâche»? Si c'est un lâche, qui sont les


héros ? Le personnel hautement rémunéré
guidant la frappe de drone qui a détruit le convoi
de Kadhafi? Vous savez, ces gars-là en toute
sécurité jusqu'à Las Vegas , assassinant un homme
de 69 ans de deux continents, comme si c'était
littéralement un jeu vidéo ?
Ou peut-être que les «héros» étaient les rebelles mutilant les cadavres
du personnel de sécurité et arrachant leurs organes? Ou les troupes
SAS «déguisées en Arabes» et violant une nation souveraine et
indépendante? Mais non, selon nos commentateurs, Mouammar
Kadhafi , le dirigeant âgé qui a refusé de quitter le pays, a refusé
d'abandonner son

72

des gens à l'OTAN et à Al-Qaïda, qui ont insisté sur le fait qu'il
resterait, se battrait et mourrait avec le peuple libyen ... c'est le
«lâche».

Si vous étiez en train d'étudier de près l'évolution de la crise libyenne


comme je l'étais (ou si vous revenez en arrière maintenant et étudiez
la séquence des événements, la couverture et les informations), une
autre chose que vous remarquez vivement est celle de tous les
principaux acteurs qui nous ont été montrés dans le crise - Kadhafi, le
CNT, les rebelles, l'OTAN et les gouvernements occidentaux - Kadhafi
est celui qui est apparu comme véritablement bouleversé,
véritablement navré, par la destruction des villes libyennes et
l'effondrement de la société libyenne. Les rebelles et leurs alliés de
l'OTAN semblaient en revanche se réjouir de la destruction, et le CNT
semblait au mieux indifférent et opportuniste.

C'est parce que c'était Kadhafi qui avait construit la Libye. Ce «fils
du désert», né dans la pauvreté de parents pauvres et sans instruction,
qui s'était éduqué et s'était frayé un chemin dans l'armée, n'avait pas
seulement mis fin au contrôle des puissances coloniales; mais a
augmenté la qualité de vie d'une manière incommensurable, étant
donné que le peuple a le pouvoir direct de diriger son propre discours
politique, a augmenté le taux d'éducation et d'alphabétisation, a
apporté le bien-être et la gratuité des soins de santé et de l'éducation à
l'ensemble de la population, a maintenu le pays tout entier et chaque
citoyen libre de dette, libre de tout contrôle extérieur et libre de
l'esclavage financier envers le FMI, la Banque mondiale ou les
puissances financières internationales. Il a même découvert de l'eau
dans le désert et a construit la grande rivière artificielle , apportant
cette eau à toute la population.

Et maintenant, il regardait tout être détruit


méthodiquement par des bombardiers de
pratiquement tous les pays riches du
premier monde du monde. Et pire, il savait qu'il
ne pouvait pas protester auprès du monde
extérieur, ne pouvait rien expliquer au monde,
parce que toutes les grandes sociétés de presse
étaient impliquées dans la campagne de
désinformation.

Le 9 août, la chef de l'UNESCO, Irina Bokova, a condamné une frappe


particulière de l'OTAN sur la télévision d'État libyenne , Al-Jamahiriya ,
qui a tué 3 journalistes et en a blessé d'autres. Bokova a déclaré que
les médias ne pouvaient pas être des cibles légitimes des assauts de
l'OTAN, car ils n'étaient pas des sites militaires ou une menace pour
les civils. De toute évidence, les stations de radiodiffusion étaient
ciblées pour achever tous les moyens de Kadhafi ou du gouvernement
pour s'adresser à la population. Bientôt, le seul média de Kadhafi
fut la télévision d'État syrienne, qui accordait encore à Kadhafi une
plate-forme (sans doute en partie parce que ce qui s'était passé en
Libye se produisait déjà en Syrie).

L'ancien dirigeant cubain Fidel Castro, qui avait rencontré Kadhafi à


plusieurs reprises au fil des ans, a offert une meilleure lecture de la
situation lorsqu'il a déclaré que le ` ` rôle nazi-fasciste '' était joué
par l'OTAN avec ses milliers de missions de bombardement par
l'avion le plus moderne connu au monde. «Les attaques grossières
contre le peuple libyen, qui ont pris un caractère nazi-fasciste ,
peuvent (aussi) être utilisées contre n'importe quelle nation du
tiers monde», a averti Castro.

Castro a ajouté: "S'il (Kadhafi) résiste et ne cède pas à leurs demandes, il


entrera dans l'histoire comme l'une des grandes figures ..."

______________________

73
Septembre / octobre 2011: la fin de
Kadhafi et la fin de la Libye…

B y mi-Octobre l'ère Kadhafi et le gouvernement libyen était en ruines et a


essentiellement perdu la bataille. Sentant maintenant que tout espoir
était perdu pour le pays, les civils libyens et les partisans de
Kadhafi sont même descendus en masse dans la rue pour
organiser une dernière série de manifestations provocantes
contre l'attaque de l'OTAN. Mais ces dernières semaines, la plupart
des manifestants pro-Kadhafi ont été réprimés par les forces du CNT
et se sont vu confisquer leurs drapeaux libyens et leurs bannières et
images de Kadhafi. Il y a eu des rapports, même de la part de
diffuseurs de nouvelles impartiaux aussi loin que le Brésil , que de
telles personnes étaient arrêtées de manière particulièrement
violente, nombre d'entre elles même poignardées. Toutes les lois
internationales possibles concernant les droits de l'homme étaient
purement et simplement violées par l'OTAN, par les forces
mandataires américaines d' Al-Qaïda et par le «Conseil national de
transition», jusqu'au bout.

Kadhafi, même maintenant, a essayé de redonner espoir aux gens


et les a appelés à défendre leur société même à cette heure
tardive. «J'appelle le peuple libyen, hommes et femmes, à sortir sur
les places et dans les rues de toutes les villes par millions …»

Des millions de fidèles de la `` Libye verte '' et de partisans de Kadhafi


participer à ce qui est l'une des plus grandes manifestations - peut-être
le plus grand - de l'histoire du monde.

74

«Allez en paix», les exhorte Kadhafi, « soyez


courageux , levez-vous, descendez dans la rue,
hissez nos drapeaux verts vers le ciel. N'ayez peur
de personne. Vous êtes le peuple. Vous avez
raison de votre côté. Vous êtes le peuple légitime
de cette terre », dit-il dans un message audio
diffusé sur la télévision syrienne Al-0Rai le 20
septembre.
Et ni la BBC, Al-Jazeera , CNN, Fox, les chaînes d'information
françaises, ni aucun des médias occidentaux ne nous ont jamais
montré les 1,7 million de personnes qui auraient défilé sur la place
verte de Tripoli le 3 juillet en soutien à Kadhafi et en opposition à
OTAN . Mais ils ont marché: 1,7 million d'entre eux sont sortis, malgré
les bombes aériennes et les terroristes au sol, pour déclarer leur
soutien absolu à Kadhafi et manifester contre les bombardements de
l'OTAN. C'était * bien * une protestation en termes de nombre bien
plus grande que tout ce que les mythiques
«manifestants anti-Kadhafi » des médias d'entreprise et des
gouvernements occidentaux auraient pu mener à n'importe quel
stade de la tourmente.

Même * sachant * que la fin était proche, même * sachant * que toute


la communauté internationale se rapprochait pour assassiner Kadhafi
et même * sachant * maintenant que le `` Conseil national de
transition '' soutenu par l' OTAN se voyait déjà confier le contrôle de la
nation , ces 1,7 millions de civils libyens encore sont venus pour
montrer leur soutien à Kadhafi et la Libye réelle: certains ont fait
valoir que ce chiffre représentait en fait environ un tiers de l'
ensemble de la population de la Libye .

Certains médias internationaux l'ont qualifiée de


«plus grande manifestation de l'histoire du
monde» . La foule a scandé à maintes reprises
«Nous voulons Kadhafi» tout en dévoilant un
drapeau vert de 6 kilomètres de long. Les
mass-médias s'en fichaient; et
a choisi de ne pas le montrer.
Des rassemblements pro-Kadhafi ont également eu lieu en Palestine, à
Londres, à Harlem (New York), en Égypte, en Tunisie, à Malte, en
Italie, en Serbie, en Irak et dans plusieurs autres endroits. Les
médias d'information n'ont pas non plus rendu compte de l'un d' entre
eux . L'ancien membre du Congrès américain et militant des droits
civiques Walter Fauntroy, qui s'est rendu en Libye pour une mission
de paix, a rapporté que "contrairement à ce qui est rapporté dans la
presse, d'après ce que j'ai entendu et observé, plus de 90 % des
Libyens aiment Kadhafi. "

La journaliste indépendante britannique Lizzie Phelan a décrit Tripoli


après sa chute. `` Les routes autrefois animées avec des familles se
précipitaient ... étaient vides, les drapeaux verts remplacés par des
rebelles, et les points de contrôle clairsemés auparavant gérés par des
volontaires hommes et femmes avaient été remplacés par des points
de contrôle tous les 100 mètres environ, occupés par des chars et
exclusivement des combattants masculins détenant des armes
sophistiquées fournies par la force militaire la plus puissante du
monde, l'OTAN.

Tripoli était tombée; mais pas aux Libyens «pro-démocratie»;


plutôt à Al-Qaida , aux gangs de criminels armés et à leurs sponsors
OTAN / gouvernement occidental .

_______________________

75

G addafi aurait fui à Syrte le 21 août, jour de la chute de Tripoli, dans un


petit convoi qui a traversé les bastions loyalistes de Tarhuna et Bani
Walid. On sait peu de choses sur son état d'esprit à ce stade, mais des
sources proches de lui ont dit qu'il avait très peu de choses avec lui à
part un seul téléphone, qu'il utilisait maintenant pour faire de
fréquentes déclarations à une chaîne de télévision syrienne qui
avait devenir maintenant son seul exutoire restant. "Il avait très
peur de l'OTAN", aurait déclaré un proche de Kadhafi; très peur,
précisément, que l'OTAN ne le tue.

Rami El Obeidi, l'ancien chef des relations extérieures du `` Conseil


national de transition '' soutenu par l' étranger , a déclaré qu'il savait
que Kadhafi avait été suivi via son système de télécommunications par
satellite alors qu'il parlait fréquemment à Bachar Al-Assad en
Syrie. Les experts de l'OTAN ont pu retracer le trafic des
communications entre les deux dirigeants et ainsi localiser Kadhafi
jusqu'à la ville de Syrte, où il allait bientôt être assassiné.

Le 19 octobre (?), Un convoi de voitures a quitté Syrte, transportant Mouammar


Kadhafi .

Il est important de noter que tous ces véhicules auraient eu des


drapeaux blancs clairement hissés (un point sur lequel nous
reviendrons sous peu). Le drapeau blanc est depuis longtemps
compris dans le monde entier comme représentant soit la
capitulation, soit la trêve - même moi je le savais à l'âge de sept ans.
Aucun de ces véhicules n’aurait attaqué qui que ce soit ni utilisé
d’armes.

21 octobre 2011: un drone américain / CIA (opéré depuis Las Vegas)


repère le convoi et alerte les bombardiers de l'OTAN, qui
commencent immédiatement à bombarder le convoi . Ce sont les
avions français qui ont déclenché l'attaque, mais bientôt des
avions de guerre de l' OTAN d'autres pays sont également arrivés
et ont rejoint le groupe . Beaucoup ou la plupart de ces êtres
humains dans ces véhicules au sol ont été incinérés , tandis que
d'autres ont été déchirés par des tirs de mitrailleuses . Kadhafi lui-
même a survécu à cette frappe aérienne, mais a été contraint de fuir
un véhicule en feu (au moins un récit suggère qu'il avait également
des brûlures causées par l'incendie) et de chercher une cachette. Nous
savons, bien sûr, que les bandes armées l'ont trouvé plus tard caché
dans une canalisation d'égout.

C'est un fait établi (confirmé même par des


journaux tels que The Telegraph ) que les forces
de l'OTAN et des SAS britanniques ont aidé les
rebelles sanguinaires de Syrte à localiser et à
capturer Kadhafi . Les troupes britanniques des
SAS ont coordonné les forces terrestres (Al-Qaïda
et les jihadistes rebelles) et des informations non
confirmées ont persisté selon lesquelles des
agents français étaient en fait * parmi * la foule de
rebelles fous qui ont torturé, sodomisé et exécuté
Kadhafi.
Il a été défilé, ensanglanté et étourdi, traîné par la foule maniaque,
folle, alimentée par la drogue avec leurs cris à glacer le sang d'Allahu
Akbar, filmé au profit de toutes les chaînes d'information et journaux
du monde, puis à un moment donné dans le chaos, il a été exécuté .

76

L'assassinat ciblé de Mouammar Kadhafi par l'OTAN et ses alliés


«rebelles» d' Al-Qaïda était en soi totalement illégal en droit
international, représentant une violation des Conventions de Genève
et de tous les principes de Nuremberg . Il s'agissait d'une opération
visant à assassiner délibérément une figure de proue nationale et à
forcer (par la guerre) un changement de gouvernement d'une nation
souveraine. La Libye n’a attaqué aucune nation. Ni Kadhafi, ni le
gouvernement libyen de l'époque, ni le peuple libyen n'avaient
attaqué ou commis d'infraction contre une entité étrangère.

En réalité, le seul "crime" du "régime" libyen avait été d'attaquer des émeutiers
violents en février avec "des canons à eau et des balles en caoutchouc" et plus
tard d'utiliser la force militaire pour empêcher des criminels armés et des
groupes d' Al-Qaïda de prendre le contrôle des villes par la force. .

La mort de Kadhafi a été annoncée par Mahmoud Jibril, le Premier


ministre du gouvernement du «Conseil national de transition»
soutenu par l' OTAN , qui a déclaré lors d'une conférence de presse à
Tripoli: «Nous attendons ce moment depuis longtemps. Mouammar
Kadhafi a été tué. . " S'exprimant à Downing Street quelques instants
après que M. Jibril a officiellement confirmé la mort brutale de
Kadhafi, le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré
qu'il était "fier" du rôle que la Grande-Bretagne avait joué (un rôle
qui avait, rappelons-nous, inclus des troupes SAS déguisées en Arabes
opérant main- en collaboration avec les milices d' Al-Qaïda ).

Kadhafi est torturé, humilié et exécuté


par la foule folle.

Certains récits indiquent que Kadhafi a été torturé et battu


pendant plus d'une heure avant d'être finalement tué . Si vous
regardez l'une des vidéos, vous pouvez voir que ses ravisseurs ne le
laisseront même pas essuyer le sang de ses yeux. Les mutilations de
prisonniers sont expressément interdites dans les Conventions de
Genève, mais toutes les preuves confirment que le corps de Kadhafi a
été gravement mutilé.

Il y a d'autres controverses autour de la version officielle du meurtre


de Kadhafi. Il y avait des indications provenant de plusieurs sources
que, mis à part la frappe aérienne de l'OTAN frappant directement le
convoi de Kadhafi, il peut aussi avoir été une spéciale de l' OTAN
Unité des forces - bien que de quelle nation soit inconnue - qui
avait localisé et capturé Kadhafi sur le terrain à Syrte.

77

Si cela était vrai, cela signifierait que les forces de l'OTAN (européennes
ou américaines) auraient parfaitement pu prendre Kadhafi vivant
et le placer dans un endroit sûr où son sort légal pourrait être
déterminé: et qu'au lieu de cela, ils ont * délibérément * choisi de NE
PAS faire. cela et a choisi de le remettre à la place aux rebelles fous
dont ils savaient qu'ils le tueraient.
Un rapport de l'époque du service de renseignement israélien Debka
suggérait également, citant des sources militaires solides pour
l'information, que Kadhafi avait en fait été capturé par les forces
d'opérations spéciales de l'OTAN sur le terrain et qu'ils lui avaient
tiré dans les deux jambes (de sorte que il ne pouvait fuir à aucun
moment) et l'a ensuite remis aux rebelles de Misrata qui pouvaient
filmer sa capture et son meurtre pour les médias du monde entier
. Cela aurait été en partie pour que le personnel étranger / européen
ou américain ne puisse pas se voir attribuer le meurtre. Cette histoire
pourrait recevoir un poids supplémentaire d'Omran el Oweyb, le
commandant rebelle qui a affirmé avoir capturé Kadhafi: il a déclaré
que lorsque son groupe l'a capturé, Kadhafi avait `` réussi à faire un
pas de 10 pas environ '' avant de tomber au sol - peut-être indiquant
qu'il y avait un problème avec ses jambes.

Au milieu de toutes les célébrations d' auto-félicitations et des


high-fives qui se déroulaient dans nos gouvernements, certains se
posaient à juste titre la question de savoir si ce meurtre brutal de
Kadhafi était un crime de guerre (bien sûr qu'il l'était). Human Rights
Watch a déclaré que des images le montraient sévèrement battu par
les forces rebelles et poignardé avec une baïonnette dans l'anus ,
puis filmé chargé dans une ambulance à moitié nu (et mort). Le fait
que Kadhafi ait été sodomisé avec un couteau a été omis de presque
toute la couverture médiatique grand public , avec cette partie des
vidéos éditée; Channel 4 au Royaume-Uni l'a montré et y a fait
référence, et des séquences et des images de cet acte existent en ligne.

Les «rebelles» fous se délectent du meurtre de Kadhafi.

Bien que les médias d' entreprise européens,


américains et des États du Golfe aient fait une
grosse blague sur les derniers mondes de Kadhafi
prétendument "ne tirez pas, ne tirez pas", les
rebelles ont déclaré sur les lieux que ses derniers
mots avaient été de demander eux " savez-vous
le bien du mal?"
Amnesty International et Human Rights Watch ont appelé à une
autopsie indépendante et à une enquête sur la mort de Kadhafi en
captivité, mais Mahmood Jibril

78
(bizarrement) a dit qu'aucune étape n'était nécessaire. Il a également
continué à publier la fausse histoire selon laquelle Kadhafi avait été
tué accidentellement dans des tirs croisés entre les rebelles du CNT et
les loyalistes libyens. Même après avoir été torturé, humilié pour que
les médias du monde entier le voient et brutalement tué, Kadhafi
n'avait toujours aucune dignité. Son corps a été conservé dans un
réfrigérateur pendant plusieurs jours tandis que des centaines de
personnes sont venues le voir et prendre des photos et des «selfies»
avec le cadavre. Alors même que le corps commençait à se
décomposer, cela a continué.

Personne ne sait où Kadhafi est enterré.

La réaction de l'Occident au meurtre de cet homme de 69 ans a


démontré plus que tout dans l'histoire récente à quel point nous
vivons dans un vide moral. Du comportement rayonnant d' Hilary
Clinton et des célébrations physiques ("Nous sommes venus, nous
avons vu, il est mort », dit-elle avec désinvolture) au commentaire de
célébration sur presque tous les aspects des médias grand public /
corporatifs, même dans la mort, Kadhafi était toujours traité comme
une blague.

«Garçon, je vous le dis, ces dictateurs arabes - ils ne sont pas très
originaux. Tout comme Saddam Hussein, ils l'ont attrapé dans un trou
», se moque Bill Maher , un animateur de talk-show américain
surpayé qui, comme tout le monde, ne semblait pas se rendre compte
que Kadhafi n'était pas« dictateur »depuis 1978. Pendant ce temps, en
typiquement non-cérébrale , Fox News a répondu à toutes les
inquiétudes que les gens auraient pu avoir avec la manière du meurtre
de Kadhafi en rappelant simplement à ses téléspectateurs que
"Mouammar Kadhafi était un méchant", oh, eh bien ça va alors.

Avec la mort de Kadhafi, le sénateur américain (et maintenant


candidat à la présidence) Lindsey Graham nous l'a dit clairement:
«Allons-y sur le terrain, il y a beaucoup d'argent à gagner à
l'avenir en Libye, il y a beaucoup de pétrole à être produit » , dit-il
joyeusement, donnant à peu près le jeu; au moins, c'était plus honnête
que les absurdités venant d'autres dirigeants et officiels occidentaux.

Notons que presque aussitôt que Kadhafi a été


renversé, les drapeaux d' Al-Qaïda ont survolé
le palais de justice de Benghazi pour célébrer .
L'Amérique, la France et le reste des
gouvernements occidentaux et leurs alliés arabes
régionaux ont célébré avec eux; une grande
victoire pour «The Good Guys».

_________________________

Le massacre ne s'est pas terminé avec la mort de Kadhafi; le 21


octobre, Human Rights Watch rapportait que de nombreux autres
partisans de Kadhafi avaient été exécutés par les combattants
djihadistes soutenus par l'OTAN dans un hôtel de Syrte. Tous ont été
découverts les mains liées derrière le dos, après avoir été abattus
avec des AK47.

"Les preuves suggèrent que les milices soutenues par l' OTAN ont
sommairement exécuté au moins 66 membres capturés du convoi de
Kadhafi à Syrte" , a déclaré Peter Bouckaert, directeur des urgences à
HRW , dans un communiqué . HRW a déclaré qu'un clip filmé par des
milices rebelles montrait un grand groupe de a capturé des membres
du convoi en détention qui ont été insultés et maltraités. Elle a utilisé
des photos de la morgue de l'hôpital pour établir qu'au moins 17 des
détenus visibles sur la vidéo du téléphone avaient été tués plus
tard à l'hôtel Mahari voisin . Deux jours plus tard, l'équipe a trouvé
les restes en décomposition de au moins 53 autres personnes à l'hôtel,
certaines avec les mains encore liées derrière le dos.

79

Un autre fils de Kadhafi a également été assassiné; le très impopulaire


«Mo'tassim» a été filmé en train d'être transporté par des membres
d'une milice de Misrata dans leur ville. Dans la soirée, son cadavre,
avec une nouvelle blessure à la gorge qui n'était pas visible dans les
séquences vidéo précédentes, était affiché publiquement à Misrata.

Human Rights Watch a également accusé bientôt les rebelles libyens de


l'OTAN d'autres délits. Par exemple, il y a eu la torture et le meurtre de
l'ancien ambassadeur de Libye en France, Omar Brebesch . Le corps de
l'homme de 62 ans a été retrouvé avec des côtes cassées, des coupures et des
ongles déchirés. Amnesty International et Médecins sans frontières ont
également signalé que la torture et la violence utilisées par les nouveaux
responsables et rebelles libyens parrainés par l' OTAN étaient très
répandues. Même des mois plus tard, jusqu'à 8 000 prisonniers étaient
détenus indéfiniment et sans jugement. Cet épanouissement de la torture,
des meurtres et des persécutions de masse est une réalité déterminante
de la Libye post-Kadhafi jusqu'à aujourd'hui, en 2015
- qui est une réalité sur laquelle nous reviendrons avant la fin de cet article.

________________________

Fin de partie: Checkmate GADDAFI…


Alors que dans les premières semaines de l'intervention
internationale, nos différents dirigeants affirmaient ne pas viser
Kadhafi lui - même , il est évident que c'était un mensonge et que la
mort de Kadhafi était toujours l'intention: encore une fois, parmi
les toutes premières cibles de l' air de l'OTAN - Les frappes étaient les
propriétés de Kadhafi et les maisons des membres de sa famille,
comme les frappes aériennes qui ont tué ses trois petits-enfants en
bas âge . Encore une fois, il a été confirmé même dans la presse grand
public que les avions de l'ONU bombardaient les propriétés de
Kadhafi pendant des jours et des jours : son assassinat était toujours
le but.

Le fait qu'ils essayaient de le tuer dès le mois de mars et qu'il ait duré
jusqu'en octobre - à la fois contre une guerre terrestre et une guerre sans fin
d'en haut - suggère logiquement qu'il y avait un nombre énorme de
personnes fidèles à Kadhafi et essayant pour le protéger jusqu'au bout. Mais
sans aucun doute, l'objectif de nos gouvernements et de nos fonctionnaires
dès le premier jour n'était rien de moins que l' assassinat de la figure de
proue nationale.

Louis Farakhan, qui était l'un des opposants les plus passionnés et les
plus éloquents à l'assaut de l'OTAN contre la Libye, a appelé le résultat
dès le moment où l'attention du monde avait commencé à se tourner
vers le pays en février: "Lui (Obama) et son secrétaire d'État (Hilary
Clinton), et Sarkosy et le Premier ministre David Cameron et d' autres
seraient l' amour pour aller en Libye et de tuer le frère Kadhafi et de
tuer ses enfants ... » Farakhan avait dit. Et c'est exactement ce qu'ils
ont fait. Lorsque l'entreprise criminelle de 2011 était en cours,
Farakhan l'a qualifiée d'opération menée par «une coalition de
démons»; ce qui est une description aussi appropriée des forces et des
alliances qui manœuvrent contre Kadhafi que je l'ai entendu.

"Qu'est-ce qui donne à l'OTAN le droit


d'assassiner Kadhafi?" Vladimir Poutine avait
demandé à Copenhague. «At-il eu un procès
équitable?

80

Non, et il n'a jamais * pu * obtenir un «procès équitable», car il n'avait


commis aucun des crimes et donc aucun procès ne pouvait avoir
lieu . Le fait est que, comme je l’ai souligné plus tôt, Kadhafi n’avait eu
d’ autre choix que la mort de la part de nos gouvernements, de l’OTAN,
du CNT et des rebelles. Il n'y avait aucun autre résultat offert, si vous
analysez la situation dans laquelle il a été manœuvré. Car, comme je
l’ai observé plus tôt, il avait plus d’une fois annoncé sa volonté de
négocier à la fois un cessez-le-feu et même un transfert à un
gouvernement de transition: ses offres ont été entièrement rejetées
par le CNT.

Pendant ce temps, ses mouvements étaient suivis par l'OTAN afin qu'il
ne puisse pas quitter le pays et la zone d' exclusion aérienne
restreignait sa capacité de partir de toute façon; et, comme mentionné
précédemment, Hilary Clinton, Barak Obama, les gouvernements
français et britannique, l'OTAN, ont tous catégoriquement rejeté toute
offre de négociation faite par Kadhafi.
Kadhafi est assis pour jouer aux échecs avec un envoyé russe
à Tripoli dans les premières semaines de la crise.

Hugh Roberts de l' International Crisis Group a résumé succinctement la


situation; «Londres, Paris et Washington ne pouvaient pas permettre un
cessez-le - feu parce qu'il aurait impliqué des négociations , d'abord sur les
lignes de paix, les soldats de la paix, etc., puis sur les différences politiques
fondamentales. Et tout cela aurait renversé la possibilité du type de
changement de régime qui intéressait les puissances occidentales. La vue
de représentants de la rébellion assis à des pourparlers avec des
représentants du régime de Kadhafi, des Libyens parlant aux Libyens,
aurait ... nié aux puissances occidentales leur chance d'une
intervention majeure au printemps de l'Afrique du Nord, et tout le plan
interventionniste aurait échoué. . La logique de la diabolisation de Kadhafi
fin février, poursuit-il, couronnée par le renvoi de ses prétendus crimes
contre l’humanité devant la Cour pénale internationale par la résolution
1970 puis par la France
décision du 10 mars de reconnaître le CNT comme le seul
représentant légitime du peuple libyen, signifiait que Kadhafi a été
banni à jamais du domaine du discours politique international,
pour ne jamais être négocié , pas même sur la reddition de Tripoli
quand en août il a offert parler des conditions pour épargner à la ville
d'autres destructions - une offre une fois de plus rejetée avec mépris.

Et de plus, ce que tous les responsables et dirigeants du gouvernement


occidental appelaient sans cesse - la suppression du «régime de
Kadhafi» - était essentiellement un non-sens: il n'y avait pas de «régime
de Kadhafi». Kadhafi avait officiellement renoncé à ses pouvoirs officiels à
la fin des années 1970. Le pouvoir de Kadhafi était principalement
symbolique et sa position honorifique, comparable à certains égards au rôle
que son ami Nelson Mandela a joué en Afrique du Sud dans les années qui
ont suivi la fin de sa présidence. Il n'avait pas de poste officiel pour
démissionner * et il n'était pas responsable des forces armées ou des forces
de sécurité. Par conséquent, les demandes

81

être fait de lui par la coalition internationale était littéralement


des demandes qui étaient * impossibles à satisfaire * parce
qu'elles n'avaient pas de sens!

«Pendant 40 ans, je n'ai pas été le dirigeant du


peuple, je n'ai pas été l'autorité - l'autorité est avec
le peuple», a-t-il déclaré à l'intervieweur
australien George Negus dans cette très bonne
interview peu avant le soulèvement.
C'était quelque chose que personne en Occident - ni les politiciens, ni
les journalistes - n'avait jamais semblé comprendre. Le manque de
compréhension du fonctionnement du système politique et
de la structure du pouvoir libyens était franchement un niveau
d'inadéquation criminel de la part de personnes qui sont censées
savoir de telles choses. Si les gens qui guident et décident des
politiques internationales, des interventions militaires et du ``
changement de régime '' n'ont même pas une connaissance pratique
du fonctionnement d'un système politique dans un pays comme la
Libye, alors quel droit ont-ils même de commenter la situation
(beaucoup interférant moins)?

Cependant, l'explication la plus vraisemblable est que tous les


politiciens savaient comment le système fonctionnait en Libye,
savaient que Kadhafi n'avait rien dont il pouvait `` se retirer '' et
qu'ils le lui demandaient de toute façon - précisément * parce que * ils
voulaient le piéger. et ils comptaient sur l'écrasante majorité des gens
de l'extérieur n'ayant pas une connaissance suffisante du système
libyen pour remettre en question la validité de ces demandes.

Le simple fait est qu'il n'y avait littéralement aucun moyen pour
Kadhafi de «se plier» à tout ce qui lui était demandé. Et les
«attaques contre les civils» ne pouvaient pas être «arrêtées» - parce
qu'elles ne s'étaient jamais produites au départ.

Benjamin Barber a caractérisé la campagne en écrivant qu'il s'agissait


de «la sale guerre de l'OTAN» dans The Guardian , 2 mai 2011 ; «Mais
c'est la pure stupidité de l'engagement de l'OTAN en faveur de
l'assassinat et du changement violent de régime qui est le plus
déconcertant . Quelle est la fin du jeu? Et la fin de la révolution verte .
L'expansion de McWorld. Privatisations et restructurations ... » Il
conclut: « Vous voulez être sûr que Kadhafi se battra jusqu'au bout
au coût maximal pour les autres? Accrochez-le, essayez de le tuer,
lui et sa famille, et prévenez-le qu'il n'a d'autre issue que la
reddition abjecte, une arrestation certaine et une exécution
probable. Prophétie auto-réalisatrice . Provoquez ce qui "exigera"
la fin de partie désirée . '

Il faut cependant féliciter les divers conspirateurs internationaux; ils ont


obtenu leur fin de partie souhaitée .

________________________

Maintenant, comme post-scriptum à tout cela, il y a le rapport de la


Commission des citoyens sur Benghazi (CCB); un développement
relativement récent dans notre compréhension de ce qui se passait
réellement.

Une commission - composée de 17 amiraux et généraux américains à


la retraite, d'anciens agents de renseignement, d' experts
antiterroristes actifs , de spécialistes des médias et d'anciens membres
du Congrès - a mené sa propre enquête et a travaillé à la

82

depuis un an et demi pour s'assurer que le Congrès américain


découvre la vérité sur ce qui s'est passé à Benghazi et tient les gens
pour responsables.

Leur rapport intérimaire révèle, entre autres, ce qui suit;

∙ Que Kadhafi avait «exprimé sa volonté d' abdiquer peu après le


début de la révolte libyenne de 2011, mais les États-Unis ont
ignoré ses appels à une trêve, ce qui a entraîné de nombreuses
pertes en vies humaines ... et des conséquences néfastes pour les
objectifs de sécurité nationale des États-Unis à travers le Région."

∙ Que Kadhafi avait «exprimé son intérêt pour une trêve et une
possible abdication et un exil hors de Libye».

∙ que Kadhafi avait « tiré même ses forces dos de plusieurs villes
libyennes comme un signe de bonne foi. »

Kadhafi n'avait que deux «conditions» pour se retirer, selon le


rapport; (1) «Il voulait s'assurer qu'il restait une force militaire
résiduelle en Libye pour s'opposer aux forces d' Al-Qaïda , et (2) « il
voulait un passage sûr pour sa famille et ses amis ».

Pour l'essentiel, Kadhafi était disposé à se


retirer, mais seulement s'il pouvait
«garantir qu'Al-Qaïda ne prend pas le
contrôle du pays».
C'était une raison évidente pour laquelle personne de nos
gouvernements n'était disposé à négocier avec lui; parce que tout l'
intérêt * était * pour Al-Qaïda de prendre le contrôle du pays.
L'ancien agent de la CIA Kevin Shipp, membre de la Commission des
citoyens sur Benghazi , a également exprimé sa totale stupéfaction que
l'administration Obama soit restée là non seulement pendant
qu'Al-Qaïda avait renversé Kadhafi mais aussi pendant qu'ils l'avaient
tué . «Cela équivalait de facto à un assassinat de tiers commis en fin de
compte par les États-Unis, si vous me demandez mon avis», a-t-il
conclu.

Lisez le rapport CCB ici .

________________________

Informations supplémentaires pour


condamner Hilary Clinton, Sarkosy et
peut-être d'autres personnes pour
complicité de meurtre ...

N ot longtemps après la mort de Kadhafi, même des allégations plus


spécifiques émergeaient au sujet de son assassiner.
83

Parlons maintenant du `` drapeau blanc '' , car c'est un détail qui, à


mon avis, démontre à quel point nos hauts fonctionnaires sont
impitoyables et pervers , et c'est aussi le "pistolet fumant"
nécessaire pour condamner Hilary Clinton, et peut-être d'autres,
de complicité de meurtre .

Il a été rapporté, entre autres sources, dans l' Asian Tribune du 27 octobre que
«Kadhafi avait voyagé dans le cadre d'une trêve négociée du«
drapeau blanc »jeudi dernier dans le cadre d'un accord pour
quitter la Libye. Le Conseil national de transition a en fait accepté de
permettre à Kadhafi et à son convoi de quitter la Libye en toute
sécurité ».

Comme cet article archivé le demande pertinemment, «Qui a autorisé


l'attaque du drone américain Predator sur le convoi« White Flag
»? Cela soulève également la question de savoir si Hillary Clinton et
l'administration Obama ont sciemment autorisé une frappe de
drone américain sur un convoi voyageant dans le cadre d'une
trêve drapeau blanc ? Si tel est le cas, Clinton et Obama devraient
immédiatement être inculpés de crimes de guerre et complices de
meurtre » .

Juste après, on imagine, George W. Bush, Dick Cheney, Don Rumsfeld


et les autres profiteurs de guerre et criminels internationaux ont fini
d'être jugés pour la guerre en Irak par un tribunal pénal
international. Ensuite, ce sera Hilary, Cameron, Sarkosy et
au tour de co.

On sait que le 19 octobre, Hillary Clinton était en Libye pour


rencontrer les rebelles armés, et il est fortement sous-entendu
qu'elle était pleinement consciente d'un accord de dernière minute qui
avait finalement été conclu entre les représentants du CNT et Kadhafi
pour qu'il puisse quitter le pays.

Une Hilary Clinton extatique avec des rebelles à Benghazi.

Et pourtant, malgré cela - et malgré les drapeaux


blancs et le fait que le convoi de Kadhafi
essayait clairement de quitter la ville
pacifiquement - il a encore été brutalement
attaqué par les drones américains.
Hilary n'a-t-elle pas communiqué cet accord NTC / Kadhafi à
Washington? Ou était-elle, le président Obama et tout le monde
entièrement au courant de la trêve et ont-ils simplement décidé de
tuer Kadhafi et son peuple de toute façon?

Comme Wayne Madsen souligne , « Si les rebelles ou de l' OTAN ont


renié une promesse de passage sûr et ignoré la trêve signifiant et la
remise drapeau blanc universellement reconnu, il constituerait une
violation flagrante des Conventions de La Haye de 1899

84

et 1907, ainsi que les Conventions de Genève , et constituerait donc un


crime de guerre ». Il poursuit: `` Si l'OTAN et les rebelles violaient le
drapeau blanc à Syrte, cela représenterait l' une des premières violations
majeures d'une pratique qui a commencé avec la
Dynastie des Han en Chine en l'an 25 , et a été reconnue par
l'Empire romain, les armées au Moyen Âge et toutes les nations
majeures et mineures depuis . Une violation par l'OTAN du drapeau
de la trêve représenterait un retour flagrant à la barbarie par
l'organisation «défensive collective» ».
Le site Web Larry Sinclair.org a affirmé avoir obtenu des informations
fiables de l'intérieur de la Libye et a déclaré: «Nous pensons que les
informations reçues de nos sources en Libye sont factuelles. Il a également
été rapporté que les journalistes n'étaient pas immédiatement
autorisés à rendre compte du site de l'attaque par drone américain
contre le convoi de Kadhafi jusqu'à ce que les rebelles aient la
possibilité de disposer de toute preuve restante des «drapeaux blancs»
qui étaient clairement liés aux véhicules du convoi. ».

S'il s'agissait, comme les preuves le suggèrent, d' une frappe de drone
menée sur un convoi sous pavillon blanc au cours d'une trêve
convenue , il s'agissait alors d'une violation directe de la
Convention de Genève et d'un crime de guerre du plus haut
niveau . Mais alors, toute l'intervention en Libye était de toute façon un
crime de guerre, donc cela n'aurait été que la mauvaise cerise sur le
gâteau rance.

Il y a plus aussi. La plupart des personnes en dehors de la Libye n'en


ont entendu parler qu'un an plus tard, lorsque d'anciens dirigeants du
Conseil national de transition soutenu par l' Occident ont accusé le
président français de l'époque , Nicolas Sarkozy, d' avoir
personnellement ordonné l'assassinat de Kadhafi le 20 octobre
2011.

Dans une interview sur le site d'information français Médiapart , Rami El


Obeidi, ancien coordinateur des services de renseignement étrangers du
CNT, a affirmé que «des agents étrangers français ont directement
assassiné Kadhafi». Il a dit que c'était précisément à cause des menaces de
Kadhafi, peu de temps avant que la France ne lance la guerre contre la
Libye avec le soutien de l'OTAN, de révéler les dons secrets qu'il avait faits à
Sarkozy en 2007 pour financer la campagne électorale de Sarkozy. Le 29
septembre, le quotidien italien Corriere della Sera a confirmé les
affirmations d'Obeidi en écrivant: «Mahmoud Jibril, l'ancien premier
ministre du gouvernement de transition a relancé l'histoire d'un complot
ordonné par un service secret étranger. 'Il
était un agent étranger infiltré dans la brigade révolutionnaire
qui a tué Kadhafi », avait-il déclaré à une chaîne de télévision
égyptienne. Le journal cite également des diplomates occidentaux à
Tripoli qui ont déclaré que si un agent étranger était impliqué, «il était
presque certainement français».

Le British Daily Mail et d'autres journaux ont ensuite parlé d'un agent
étranger: «Il aurait infiltré la foule violente qui avait mutilé le
dictateur libyen capturé l'année dernière et lui aurait tiré une balle
dans la tête. Le 26 octobre 2011, cinq jours après l'assassinat de
Kadhafi, l'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné avait rapporté
que «le mercredi 19 octobre en fin d'après-midi, un colonel du
Pentagone a téléphoné à l'un de ses contacts dans les services
secrets français ... l'Américain a annoncé que le dirigeant libyen,
traqué par des drones prédateurs américains, était piégé dans un
quartier de Syrte et ne pouvait plus être `` manqué ''. »Dans le récit du
Canard Enchaîné , le responsable américain a ajouté que si Kadhafi
s'échappait, il deviendrait une` `véritable bombe atomique ».

Le Canard a écrit que la Maison Blanche avait dit:


«Nous devons éviter de donner à Kadhafi
la plate-forme internationale qu'un
éventuel procès lui donnerait.»

85

Cela a du sens, bien sûr; Kadhafi était bien trop «dangereux» pour
rester en vie après ce que l' OTAN / Al-Qaïda venait de réaliser en
Libye. Personne ne voulait lui donner la chance d'être jugé ... pour des
crimes inexistants qui avaient été entièrement inventés. Kadhafi, qui
pourrait être très éloquent et qui d'ailleurs aurait beaucoup à dire sur
la légalité des opérations de l'OTAN en Libye, la réalité de ce que
constituaient réellement le `` CNT '' et les groupes rebelles et aussi
quelles étaient les vraies raisons de l'intervention de l'OTAN ... c'était
beaucoup trop problématique. Pour que l’opération criminelle
internationale échappe pleinement à ses atrocités, il a dû se taire pour
toujours. Il n'était tout simplement pas quelqu'un qui pouvait être
acheté ou fermé.

Le consultant international et auteur Adrian Salbuchi a déclaré que la


mort de Kadhafi était sans aucun doute un message pour le monde
entier, car il ne s'agissait pas seulement de la Libye. «Nous voyons
comment Hilary Clinton, secrétaire d'État américaine, l'a exprimé très
clairement: « Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort »,
puis s'est mis à rire . C'est un message au monde sur la façon dont
ce nouveau modèle d'ordre mondial fonctionne réellement », a-t-
il déclaré. «Lorsqu'ils décident de changer de régime, ils le font avec la
plus grande violence et c'est tout un modèle. D'abord, ils ciblent un
É
pays en l'appelant un État voyou; puis ils soutiennent les terroristes
locaux et les appellent des combattants de la liberté; puis ils
provoquent la mort et la destruction des civils et ils appellent cela des
sanctions de l'ONU. Puis ils répandent des mensonges et l'appellent
l'opinion de la communauté internationale exprimée par les médias
occidentaux. Ensuite, ils envahissent et contrôlent le pays et
l'appellent la libération ... »

À juste titre, l'un des rebelles brutaux les plus en vue dans la vidéo de
l'assassinat de Kadhafi a été lui-même violemment tué un an plus
tard; Cependant, Omran Shaaban, 22 ans , a été curieusement
transporté en France pour y être soigné pour ses blessures, ce qui
suscite des soupçons selon lesquels des agents français auraient pu
avoir un intérêt particulier pour lui. La «connexion française» était,
bien entendu, intimement liée à la crise libyenne depuis le tout
début. Il y avait aussi le mystère des ressortissants français qui
avaient tenté de débarquer tranquillement à Malte en février, au tout
début de la crise; ils étaient venus de Libye, juste au moment où la
crise avait escaladé de la scène « de protestation / émeutes »
initiale à la pleine sur « guerre civile » phase. Un seul d'entre eux
avait un passeport. S'il y avait des agents étrangers parmi ces
premières foules d'émeutes, menant le vandalisme, les attaques et les
effusions de sang, ils étaient presque certainement français.

Essentiellement cependant, que Sarkosy ait ordonné l'assassinat, que


des agents français ou étrangers aient tiré les coups de feu, que Hilary
et le gouvernement américain soient coupables d'un crime de guerre,
ou que Kadhafi ait simplement été assassiné par la foule terroriste sur
le terrain, ce sont presque tout simplement la sémantique maintenant
, car nous ne serons jamais dans une situation où des individus
tout-puissants et protégés en permanence comme Clinton et
Sarkosy seront un jour traduits en justice , pas plus que Bush, Blair,
Rumsfeld, Cheney et co sera traduit en justice pour l’Iraq.

Le fait est que les gouvernements français, américain et britannique,


les forces de l'OTAN, les forces d' Al-Qaïda , les gangs criminels - ils
étaient tous les assassins de Kadhafi et tous les assassins de l'ex-Libye.

_______________________

Mais en fait, il ne s'agissait pas seulement de 2011; ce complot


contre Kadhafi et la Libye remontait beaucoup plus loin.

86

Dès le milieu des années 90, un ancien agent du MI5 , David Shayler, a
témoigné que les services de renseignement britanniques utilisaient les
services d'une cellule d' Al-Qaïda en Libye, leur payant des frais
importants pour assassiner Kadhafi (au moins une tentative d'assassinat
a été menée à ce moment-là). Shayler a révélé que pendant qu'il travaillait
sur le bureau de la Libye au milieu des années 90, le personnel des
services secrets britanniques collaborait avec le Libyan Islamic
Fighting Group (LIFG), qui était lié à l'un des lieutenants de confiance
d'Oussama Ben Laden (et qui était profondément impliqué dans le
soulèvement de 2011). Lors de son discours de clôture devant le tribunal,
Shayler a affirmé qu'il avait été bâillonné pour avoir parlé d'un «crime si
odieux» qu'il avait le sentiment de n'avoir eu d'autre choix que d'aller
à la presse . Lors du procès de Shayler, le ministre de l'Intérieur de
l'époque, David Blunkett et le secrétaire d'État Jack Straw, avaient signé
des documents d'immunité d'intérêt public interdisant aux journalistes de
rendre compte du complot contre Kadhafi.

Ceci, avec le recul, révèle non seulement qu'une campagne


d'assassinat de Kadhafi était déjà en cours d'élaboration plus de
quinze ans avant 2011, mais aussi que les relations de la
communauté du renseignement britannique avec le Libyan
Islamic Fighting Group , au cœur du soulèvement de 2011, sont
également revenues à à la même époque (ou avant): bien avant les
événements sanglants de 2011. Ce que tout cela confirme également,
c'est que Kadhafi avait été, comme mentionné précédemment, * le
* premier dirigeant international à émettre un mandat d'arrêt
contre Oussama ben Laden . Selon les journalistes Guillaume
Dasquié et Jean - Charles Brisard , conseiller français Jacques
Chirac , les agences de renseignement britanniques et américains
enterrés le fait que ce premier jamais le mandat d' arrêt pour Ben
Laden était venu de Kadhafi et la Libye .

L'Amérique et la Grande-Bretagne ont refusé de


prendre le parti de Kadhafi contre Al-Qaïda ou
Ben Laden même à ce stade précoce.
Cinq mois plus tard, Al-Qaïda a tué plus de 200 personnes dans les
attentats à la bombe contre les ambassades américaines au Kenya et
en Tanzanie. Mais alors pourquoi serait aux États - Unis ou au
Royaume - Uni intéressé par l' exploitation contre Al-Qaïda - un
groupe terroriste qui se révélerait si utile dans les années à venir?

À l'instar de l'invasion de l'Irak, la destruction de la Libye par les


gouvernements occidentaux était prévue pour très, très longtemps.
C'est simplement que le brouillard et la confusion du `` printemps
arabe '' en Égypte et en Tunisie ont fourni une opportunité parfaite
aux voleurs, assassins et criminels qui dirigent nos gouvernements
pour mener à bien leur entreprise (comme `` les voleurs dans la
nuit '', pour paraphraser Jésus de Nazareth).

L'Amérique avait également tenté et échoué à plusieurs reprises de


l'assassiner, y compris la tentative de Ronald Reagan en 1986. Les
opérations secrètes de la CIA finançaient des groupes d'opposition dès
1981 quand ils ont aidé à établir le «Front national pour le salut de la Libye
(NFSL)» et son aile militante appelée l'Armée nationale libyenne, basée en
Égypte.

Le Front National pour le Salut Libye a été financé


pendant des années par la Maison des Saoud , la
CIA et les services de renseignement français.
Un article daté du 22 février 1987 et écrit par le célèbre journaliste
Seymour Hersh , lauréat du prix Pulitzer , corrobore ce programme
d'assassinat en cours ainsi qu'une opération en cours pour
orchestrer un coup d'État à l'extérieur . «Depuis le début de 1981, la
CIA encourageait et encourageait les groupes libyens en exil et les
gouvernements étrangers, en particulier ceux d'Égypte et de France ,
dans leurs efforts pour organiser un coup d'État - et tuer, si
nécessaire, l'étrange homme fort libyen . Hersh écrivait

87

cela remonte à 1987, sur la base de sources hautement placées dans le


gouvernement américain et la communauté du renseignement.

L'ancien ministre libyen des Affaires étrangères sous Kadhafi a


également soutenu que le MI6 avait fonctionné à Tripoli jusqu'au
début de la `` révolution '' en février 2011.

Avec la mort de Kadhafi, bien sûr, la


«vieille Libye» était morte; et une nouvelle
Libye pourrait être établie.
Du moins, c'était l' idée ; c'était le spiel qui nous a été fourni par nos
fonctionnaires du gouvernement pour justifier tout le choc et la
crainte, toute la destruction et la mort et l'uranium appauvri. Mais
bien sûr, quatre ans plus tard et il n'y a pas de «nouvelle Libye» ;
juste un chaos absolu…

_______________________

Après Kadhafi: la `` transition nationale


Conseil'

Un e bien sûr l'effusion de sang et le sectarisme n'a pas pris fin avec l'effondrement du
gouvernement ou la mort de Kadhafi. Pourquoi le ferait-il? Seul un
idiot penserait que lorsque vous créez et alimentez autant de carnage,
de soif de sang et de violence, cela s'arrêtera simplement une fois que
vous aurez dit «couper» et éteindre les caméras. Lorsque vous armez
une foule enragée avec suffisamment de matériel militaire pour
constituer une petite armée, qui s'attend vraiment à ce qu'elle
respecte vos règles une fois que vos objectifs ont été atteints?

Bien sûr, les signes indiquant que ce serait le cas n'ont jamais été
difficiles à repérer. Le Sunday Telegraph a rapporté le 11 septembre
2011 que la quasi-totalité de la population de Tawergha, une ville
d'environ 10 000 habitants, avait été forcée de fuir leurs maisons
par des combattants anti-Kadhafi après leur prise de contrôle de la
colonie. Le rapport suggère que Tawergha, qui était dominée par des
Libyens noirs, a peut-être fait l'objet d' un nettoyage ethnique
provoqué par une combinaison de racisme et d'amertume de la part
des combattants de Misratan à propos du soutien de la ville à Kadhafi.
Le rapport de la Commission internationale d’enquête sur la Libye
notait que le Misratan thuwar avait été ouvert au sujet de ses vues sur
les Tawerghan.

Un combattant a déclaré à la Commission qu'il pensait que les


Tawerghans méritaient «d'être effacés de la surface de la planète» .
L'OTAN a fourni une couverture aérienne pour l'attaque de Tawergha
et devait être consciente de l'intention génocidaire des chefs
rebelles qui, d'une part, a été rapportée dans le Wall Street Journal
avant l'attaque.

L'OTAN et les différents politiciens occidentaux


qui ont donné leur approbation à l'attaque
peuvent donc être considérés comme entièrement
complices de ce «crime contre l'humanité».

88

Cette persécution des partisans pro-Kadhafi après la mort de Kadhafi


est devenue courante. Même après la mort de Kadhafi, les loyalistes
sont restés et parmi la population civile, il y en avait encore beaucoup
disposés à parler ouvertement de leur soutien. " Nous avons vécu en
démocratie sous Mouammar Kadhafi , il n'était pas un dictateur. J'ai
vécu en liberté, les femmes libyennes avaient tous les droits de
l'homme. Nous voulons vivre comme avant", a déclaré Susan Farjan,
dans cet article du Telegraph .

"Les rebelles sont pires que les rats. L'OTAN est la même chose
qu'Oussama Ben Laden", a déclaré un habitant de Syrte. "Nous avons
dix familles qui vivent avec nous maintenant, il y a peu de nourriture,
pas assez d'eau potable et pas de gaz. Maintenant, nous vivons pire
que les animaux ."

Mabrouka Farjan, 80 ans , a déclaré: "La vie était belle sous Kadhafi,
nous n'avons jamais eu peur".

"Ils tuent nos enfants. Pourquoi font-ils ça? Pour quoi? La vie était
belle avant!" cria une autre vieille dame.

" Tout le monde aime Kadhafi, et nous l'aimons parce que nous
aimons la Libye . Maintenant, les rebelles ont pris le relais. Nous
devrons peut-être accepter cela, mais Mouammar sera toujours dans
nos cœurs", a déclaré la mère d'une famille.

Mais à partir de maintenant, même être un loyaliste de Kadhafi serait


un crime et une chose qui met la vie en danger . La persécution, les
exécutions sommaires, les décapitations et autres se sont poursuivis
même après que la «guerre» avait été «gagnée», avec des attaques de
représailles effrénées.

Mais qu'en est-il du «gouvernement de remplacement» provisoire


que l'OTAN et les responsables occidentaux mettaient en charge
de l'avenir de la Libye? Qu'en est-il du «Conseil national de
transition» défendu par l'Amérique, la France, la Grande-Bretagne et
l'Occident?

Il convient de noter que les puissances occidentales approuvaient et


guidaient ce «gouvernement de transition» très tôt dans la crise, bien
avant que Kadhafi ou le gouvernement libyen actuel ne se soit
effondré; en fait, il est bien démontré que bon nombre des
personnalités de premier plan du CNT étaient de connivence avec
des collaborateurs de gouvernements étrangers avant même les
événements de février 2011 . Ce qui est certainement un fait,
cependant, c'est que le comportement associé à des éléments du CNT
n'a pas exactement dépeint l'image des militants angéliques
«pro-démocratie» que nos fonctionnaires voulaient que nous
considérions comme eux.

"Il y a de la torture, des exécutions extrajudiciaires, des viols


d'hommes et de femmes", a déclaré la Haut-Commissaire des
Nations Unies aux droits de l'homme Navi Pillay, confirmant que le
'gouvernement légitime' soutenu par l' ONU torturait à mort des
fidèles de Kadhafi longtemps après la mort de Kadhafi (les comptes
que ces personnes étaient régulièrement violées, battues,
électrocutées, les ongles arrachés - toutes les bonnes choses). Cela a
été rapporté dans l' Evening Standard de Londres , le 17 février 2012.
On savait que les milices torturaient les partisans de Kadhafi dans
les camps et que plusieurs centaines de prisonniers , y compris des
civils, étaient détenus indéfiniment en prison sans jugement. Tout cela
continue à ce jour.

Mais même en mettant cela de côté, il y a très peu de raisons de


supposer qu'il y avait quelque chose de particulièrement «légitime»
dans la composition du CNT; mis à part les rebelles armés et leurs
commandants, la majeure partie de ce «gouvernement» était
vraisemblablement composée de comparses consentants pour des
intérêts corporatifs étrangers qui ont probablement été achetés en
échange de l'aide à faciliter l'opération corporative / coloniale.
D'autres étaient un mélange de personnes qui ont fait défection du
gouvernement libyen existant quand ils ont vu dans quelle direction
le vent soufflait.

89

Il convient de noter qu'un certain nombre des


acteurs les plus influents du CNT étaient
spécifiquement des membres de l'ancien
gouvernement qui avaient des rancunes
personnelles avec Kadhafi ou des raisons
personnelles de vouloir le départ de Kadhafi.
Par exemple, en février 2009, Kadhafi demandait un soutien public
pour distribuer la richesse pétrolière de la Libye directement sur
les comptes bancaires de la population . Cependant, les hauts
fonctionnaires craignaient de perdre leur emploi "en raison d'un
plan parallèle de Kadhafi pour débarrasser l'État de la
corruption".

«Tant que l'argent est administré par un organisme


gouvernemental, il y aura vol et corruption», avait alors déclaré
Kadhafi. Cette initiative a été rapportée , entre autres, par la BBC
avant le début du soulèvement en février. Cela a provoqué une
diffusion inhabituellement ouverte de la dissidence de la part de
hauts responsables du gouvernement, qui ont déclaré que le plan
ferait des ravages dans l'économie. Et Kadhafi lui-même a averti les
Libyens que le programme, qui promettait jusqu'à 30 000 dinars (23
000 dollars) par an à environ un million de citoyens les plus
pauvres de Libye , provoquerait le chaos avant de provoquer la
prospérité.

Kadhafi avait alors appelé le peuple à soutenir ses plans de


démantèlement de l'appareil gouvernemental minimal et à aller de
l'avant avec son plan de redistribution des richesses pétrolières au lieu
de le faire passer par des intermédiaires avec leurs propres intérêts.
Comme dans tous les gouvernements, on a constaté que certains
individus ne travaillaient plus dans l'intérêt du peuple mais dans leur
propre intérêt; Mustafa Mohamed Abud Ajleil et Mahmood Jibril ,
par exemple, étaient des individus corrompus connus au sein du
gouvernement et tous deux ont été parmi les premiers à faire défection
aux côtés des rebelles et du CNT, en grande partie parce qu'ils
étaient exactement le genre de fonctionnaires que Kadhafi
prévoyait de saper . Il s'agissait alors de nombreux «représentants»
de la Libye que les gouvernements occidentaux donnaient le pouvoir
de diriger et de guider la perception internationale de la situation.

En général, on pourrait faire valoir que la plupart de ceux qui


manœuvraient contre Kadhafi et le système libyen étaient ceux qui
avaient des agendas personnels discernables. Abdurrahim el-Keib,
par exemple, appartenait auparavant au Petroleum Insitute basé
à Abu Dhabi, parrainé par des compagnies pétrolières
britanniques, françaises, japonaises et autres . Le général Khalifa
Haftar était un collaborateur connu de la CIA et nous avons déjà
mentionné Abdel-Hakim Belhaj d' Al-Qaïda , qui a reçu le contrôle de
Tripoli (et jure maintenant allégeance à ISIS / ISIL). Au sujet de Khalif
Haftar , il avait quitté le gouvernement libyen bien plus tôt et avait
créé sa propre milice financée directement par la CIA .

Il a passé deux décennies à vivre à distance de


marche du siège de la CIA à Langley, en
Virginie . Peu de temps après le début des
«manifestations» de 2011, la CIA l'a
transporté par avion à Benghazi et a dit à tout le
monde de commencer à l'appeler le «chef» des
rebelles.
Muhammad as-Senussi, fils de l'ancien prince héritier et petit-neveu du
défunt roi Idris (que Kadhafi et ses alliés révolutionnaires ont évincé
du pouvoir en 1969), était l'un des plus fervents défenseurs de
l'intervention étrangère et de la condamnation de Kadhafi et de la
gouvernement pendant la crise, et a été transporté par avion à divers
endroits, y compris à
90

s'adresser au Parlement européen, pour évangéliser pour la cause


des rebelles. Un candidat rival au trône, Idris bin Abdullah
al-Senussi, a annoncé dans une interview qu'il était prêt à retourner
en Libye et à "prendre la direction" (restaurer l'ancienne monarchie?)
Une fois le changement amorcé. Ce n'étaient pas des voix objectives et
impartiales, mais des gens avec un programme évident et une
rancune évidente contre le fait que Kadhafi soit autorisé à diriger une
partie du discours à l'étranger. Pour mémoire, l'ancienne monarchie
libyenne était essentiellement un régime fantoche installé par les
Européens et les colonies qui servait les intérêts occidentaux / des
entreprises et maintenait la population dans la pauvreté.

Hugh Roberts, ancien directeur du projet Afrique du Nord de l'


International Crisis Group , dans cette superbe analyse peu de temps
après la mort de Kadhafi, pose la question de savoir si «ce à quoi
nous avons assisté est une révolution ou une contre- révolution».
Comme il le souligne, de nombreux rebelles victorieux «brandissaient
l'ancien drapeau libyen de l' ère 1951-69 , les manifestants ont
identifié leur cause avec la monarchie que Kadhafi & Co a renversée».
Il poursuit: «Comme les élites l'ont vu, le coup d'État de 1969 avait
été mené par des« bédouins », c'est-à-dire des campagnards . Pour
Kadhafi & Co, les traditions des élites urbaines n'offraient aucune
recette pour gouverner la Libye: elles ne feraient que perpétuer sa
désunion ». Ironiquement, s'il y a un mot que vous utiliseriez pour
décrire la Libye post-Kadhafi, ce serait précisément cela: la désunion .

Le responsable principal du 'NTC', Mustafa Abdul


Jalil, marche bras dessus bras dessous avec ses
soutiens David Cameron et Nicolas Sarkosy qui
arrivent en Libye après la mort de Kadhafi.
Remarquez en arrière-plan le «philosophe» français /
sioniste Bernard Levy.

La plupart des principaux acteurs du CNT et de la pression pour une


intervention étrangère / occidentale étaient des expatriés qui ne
vivaient même pas en Libye , mais dans divers autres pays, dont la
France, la Grande-Bretagne, l'Amérique, le Canada et d'autres pays
impliqués dans l'opération de l'OTAN. Les preuves suggèrent que
pendant des années, ils avaient demandé en Occident cette
éventualité et de même que les agences occidentales étaient de
connivence avec eux dans le même but final.

Il est bien sûr pas l'intérêt de cet article pour tout le monde de l'
étiquette qui a été impliqué dans le CNT ou rejoint les anti-Kadhafi
forces comme corrompus, égoïstes ou criminels; sans aucun doute,
beaucoup d'entre eux ont estimé que c'était la bonne voie, et sans
doute certains ont simplement vu que Kadhafi et le gouvernement
n'avaient aucune chance de survivre une fois que l'attaque aérienne
européenne / américaine a commencé et ont donc pris la décision
logique de changer d'allégeance.

Mais je me demande combien d'entre eux aujourd'hui, en 2015, célèbrent


encore la mort de Kadhafi et la fin de quatre décennies de paix, de
stabilité et de croissance?

91

Il est en fait assez facile de discerner, comme le soutient cet article ,


que «l'ensemble du mouvement rebelle libyen est soutenu par les
États-Unis et le Royaume-Uni depuis près de 30 ans. Nous pouvons
confirmer que les premiers appels à une "Journée de la rage" libyenne
ne venaient pas des rues de
Benghazi, mais de la «National Conference for Libyan Opposition»
(NCLO) basée à Londres . Nous pouvons confirmer que le dirigeant
du NCLO, Ibrahim Sahad, était littéralement assis devant la Maison
Blanche, donnant une interview aux médias occidentaux dans les
premières étapes des troubles libyens, répétant textuellement le désir
de l'Occident d'intervenir militairement avec une zone d' exclusion
aérienne.

Et suite à tout cela (et bien après coup), le responsable principal du NTC, Mustafa
Abdul Jalil a admis qu'il savait à l'époque que Kadhafi * n'avait *
donné à personne * l'ordre de tirer sur des civils à Benghazi , mais
qu'il avait accepté le mensonge pour faire renverser Kadhafi .

Il admet également que ce ne sont pas les forces


de sécurité libyennes qui ont tiré ces premiers
coups de feu contre les manifestants en février
2011, mais des agents de renseignement
étrangers - et en outre qu'il avait été informé à
l'avance (par des agents étrangers ) que cela allait
se produire. Cet aveu en lui-même est le dernier
et accablant «pistolet fumant» pour prouver la
conspiration sans aucun doute; et bien sûr, tous
les grands diffuseurs de médias l’ont
complètement ignoré.

Pendant ce temps, le général Khalifa Haftar susmentionné, qui avait


trahi Kadhafi et avait fait défection aux côtés des rebelles et du CNT en
2011 en collusion avec la CIA, est maintenant une figure clé impliquée
dans la tentative d'accomplir la tâche impossible de faire sortir Al-
Qaïda. de la Libye.

Dans une récente interview, interrogé sur Kadhafi, il a déclaré sans


ironie que "Kadhafi était un ange" - ce que même je n'aurais pas dit.
Et comme Jalil, il a également admis que toute la crise de 2011 était un
mensonge , une «fausse révolution».

_______________________

Et vous penseriez que toute l'histoire tragique et malade se terminerait là, mais ce n'est pas le
cas.

Parce que ce qui se passait en Libye était aussi un précurseur de ce


qui allait bientôt se passer en Syrie ; où tout cela serait répété.

Comme cela a été bien attesté, une fois Kadhafi éloigné, les armureries
libyennes ont été pillées et des quantités massives d'armes ont été
envoyées par les rebelles libyens en Syrie. Les armes, qui comprenaient
des missiles antichar et antiaériens , ont été introduites clandestinement en
Syrie via la Turquie , membre de l'OTAN , comme l'a confirmé le Times le
14 septembre 2012, trois jours après que l'ambassadeur Chris Stevens a été
tué par le

92

attaque djihadiste contre l'ambassade américaine à Benghazi. Chris


Stevens était l'agent de liaison du gouvernement américain auprès des
rebelles libyens d' Al-Qaïda depuis avril 2011.

Alors qu'une grande partie de l'attention médiatique à l'époque s'était


concentrée sur le fait que le département d'État n'avait pas fourni une
sécurité adéquate au consulat et avait tardé à envoyer de l'aide lorsque
l'attaque a commencé, le journaliste lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh
a publié un article dans Avril 2014 qui a révélé l'accord confidentiel entre
la CIA , la Turquie et les rebelles syriens pour créer ce qu'on a appelé une
«ligne de rat». La «ligne du rat» était un réseau secret utilisé pour
acheminer des armes et des munitions depuis la Libye, à travers le sud de la
Turquie et à travers la frontière syrienne, avec un financement fourni par
la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar. La mort de Stevens signifiait que
toute implication directe des États-Unis dans cette cargaison d'armes était
enterrée et Washington pouvait continuer à nier avoir
envoyé des armes lourdes en Syrie.

C'est à ce moment-là que les combattants djihadistes de Libye ont


commencé à affluer également en Syrie, pour faire dans ce pays ce
qu'ils avaient été habilités et autorisés à faire en Libye. Comme le dit
succintement Ahmad Barqawi ; "C'était une politique délibérée et
calculée recherchée et mise en œuvre par l'OTAN et ses alliés dans le
Golfe pour transformer ce pays d' Afrique du Nord en la plus
grande benne à ordures ingouvernable du monde, des militants d'
Al-Qaïda et du commerce illégal du pétrole. "

Et c'est ce que la Libye est maintenant; et vous pouvez ajouter à cette


liste «une plaque tournante pour le trafic de migrants illégaux».

Le 19 octobre 2011, le nouveau «Conseil national de transition» de la


Libye, soutenu par l'Occident , est devenu le premier gouvernement
au monde à reconnaître ses homologues du Moyen-Orient , le
«Conseil national syrien» (CNS) comme «l'autorité légitime» de la
Syrie. En novembre, les nouvelles autorités libyennes ont rencontré
secrètement des membres du CNS et leur ont offert de l'argent, des
armes et des combattants volontaires pour la montée de
l'insurrection contre le gouvernement syrien. Le
souvent mentionné Abdelhakim Belhadj , la CIA -Renforcés chef du
Conseil militaire de Tripoli (et Al-Qaïda commandant), a rencontré à
ce moment avec les dirigeants de la « Armée syrienne libre » pour
discuter d' envoyer des combattants libyens pour former les rebelles
syriens.

Comme je l'ai noté plus tôt, les guerres libyenne et syrienne


n'étaient pas des événements séparés; mais un événement
horrible s'est déchaîné sur deux nations. Et bien sûr, il était
extrêmement pervers que ce `` gouvernement libyen '' illégitime et
soutenu par l'OTAN utilise sa position illégitime pour déclarer qu'une
alliance tout aussi illégitime en Syrie était désormais - sans aucune
base logique - l '«autorité légitime» en Syrie.

Quiconque évalue le type de crimes brutaux


commis par diverses factions rebelles syriennes
(en particulier en 2012 et 2013), y compris les
membres de la FSA , notera immédiatement la
similitude avec certains des crimes brutaux
commis par les rebelles en Libye en 2011.
Ceci est logique, bien sûr, car les deux étaient des «guerres civiles»
orchestrées de l'extérieur sur la base du Manuel de guerre non conventionnel
de l'armée américaine de 2010 , comme mentionné précédemment. Et l'
arène inspirée par Al-Qaïda de soif de sang et de carnage qui a été créée en
Libye en 2011 par les gouvernements occidentaux et les groupes rebelles
était essentiellement le
avènement de l'organisation et de la «marque» que nous appelons maintenant «État
islamique».

93

Mais revenons à la Libye et aux conséquences immédiates de l'


après-Kadhafi ; début mai 2012, le CNT a adopté ses mesures les plus
radicales, accordant l'immunité aux anciens combattants rebelles
pour tout acte commis pendant la guerre civile (y compris, nous
supposons, tous les meurtres, exécutions illégales, nettoyages
ethniques, viols, etc.).

Il a également adopté la «loi 37» , interdisant la


publication de «propagande» critiquant le
soulèvement ou mettant en cause l'autorité des
nouveaux organes directeurs de la Libye , ou
louant Mouammar Kadhafi, sa famille, son
gouvernement ou les idées exprimées dans le livre
vert de Kadhafi .
La liberté d'expression ne figurait pas parmi les priorités de ce
mouvement prétendument «pro-démocratie» dont nos
gouvernements étaient si amoureux; et la Révolution verte de
Kadhafi qui caractérisait la Libye depuis des décennies est
désormais illégale, même à louer . Et c'est ce que nos
gouvernements et nos médias appellent la «démocratie pro».

________________________

Libye MAINTENANT: "Un État en faillite" ...


S o quelle est la réalité de cette «brave nouvelle Libye» qui était
censée avoir été créée par tous les bombardements de 2011?

Nous sommes maintenant quatre ans au-delà du soulèvement et du


meurtre de Kadhafi. Pour la plupart de ceux qui sont intervenus
quatre ans, les mêmes médias d'entreprise / d'information qui étaient
si catégoriques sur la terrible gravité de Kadhafi et la nécessité de
l'intervention internationale sont presque complètement silencieux
sur la Libye, refusant de rendre compte du pays ou d'envoyer qui que
ce soit là-bas (bien que , en toute honnêteté, contrairement à l'époque
de Kadhafi, c'est maintenant beaucoup trop dangereux pour les
journalistes).

C'était comme si le rôle des médias était simplement de diaboliser et


d'aider à détruire Kadhafi et une fois qu'il était mort, l'affaire était
terminée. À partir de l'assassinat de Kadhafi, en fait, les différents
responsables britanniques, français, américains et de l'OTAN qui
étaient les plus catégoriques sur l'intervention en Libye semblaient
également revenir au silence sur la question, sans doute en raison d'un
mélange de gêne, de culpabilité et, surtout , ne voulant pas attirer
l'attention sur ce qui se passait en Libye après Kadhafi et
l'effondrement de la nation. Ce n'est qu'au cours des six derniers mois
environ que les organisations de médias de masse ont recommencé à
parler à contrecœur de la Libye, en partie en raison du fait que
l'augmentation du nombre de décès de migrants dans les eaux
méditerranéennes a rendu impossible de prétendre que tout va bien -
car la tragédie menace désormais directement une crise européenne.

La réalité est que la chute de l'administration de


Kadhafi a créé tous les pires scénarios du pays :

94

les ambassades sont toutes parties, le sud du pays


est devenu un havre pour les terroristes
internationaux et la côte nord est une plaque
tournante incontrôlable du trafic de migrants
illégaux.
L'Égypte, l'Algérie et la Tunisie ont toutes fermé leurs frontières
avec la Libye (la Tunisie est même en train de construire un mur à l'
israélienne pour se couper de la Libye). Tout cela se produit dans un
contexte de viols généralisés, d'assassinats quotidiens et de
tortures banales qui complète le tableau de la Libye post-Kadhafi .
C'est le cadeau de Hilary Clinton, David Cameron and co au peuple
libyen. L'état de droit est complètement absent depuis la chute de
Kadhafi. Et il n'y a aucun semblant d'unité et de fierté nationales qui
ont été engendrées dans la «Libye verte» à l'époque de Kadhafi; en
fait, il n'y a aucune unité du tout.

Et la plus grande plaisanterie est que le grand «Conseil national


de transition» est déjà de l' histoire et qu'il n'y a pas eu de
gouvernement approprié en Libye depuis la mort de Kadhafi;
Maintenant, au lieu de cela, nous avons plusieurs «gouvernements»
rivaux qui tentent de s'affirmer en tant qu'autorité alors que les
nations occidentales et l'ONU n'ont absolument aucune idée de qui
reconnaître, comment aider ou quoi faire. Ironie de l'ironie, le
Premier ministre libyen aurait menacé les manifestants de troupes
l'année dernière, bien après la fin de l'ère Kadhafi - tout comme
Kadhafi avait été accusé de le faire par l'Occident (sauf dans son
cas, ce n'était pas vrai) .

Peut-être que maintenant, tardivement,


certains de nos fonctionnaires et
diplomates pourraient se retrouver à
repenser à toutes ces offres que Kadhafi
avait faites pour négocier un compromis.
Les militants islamistes `` Ansar al-Sharia '' circulent maintenant
dans des convois comme ISIS / ISIL.

Et à partir du 16 mai 2014 (et en cours), une deuxième guerre civile


s'est déroulée en Libye, les différentes factions qui s'étaient unies
pour mettre fin à l'ère de Kadhafi s'étant maintenant retournées les
unes contre les autres, comme elles étaient toujours liées. Est-ce que
quelqu'un est surpris par cela? Encore une fois, vous ne pouvez pas
simplement financer, armer et libérer ce niveau de soif de sang, de
violence et d'anarchie, puis vous attendre à ce qu'il s'arrête lorsque
vous cliquez sur vos doigts. Nos gouvernements, même l'ONU, y ont
simplement laissé les Libyens après 2011. Le monde a cessé d'y prêter
attention; mais le meurtre n'a jamais cessé. Mais les Hilary Clinton,
les David Cameron et Nicolas Sarkosy du monde s'en lavaient les mains
et s'en fichaient plus.

95

Il y a quelques mois, Amnesty International a publié un document


révélant à quel point la Libye est désormais une véritable histoire
d'horreur. Déclarant que `` la Libye est un lieu plein de cruauté '' ,
cela nous rappelle les milliers de personnes qui `` font face à des
enlèvements contre rançon, torture et violences sexuelles par des
trafiquants, des passeurs et des groupes criminels organisés '' et nous
parle des `` minorités religieuses, en les migrants et les réfugiés
chrétiens sont persécutés et sont les plus exposés aux abus de la part
de groupes armés qui cherchent à faire appliquer leur propre
interprétation de la loi islamique ».

Depuis 2011, la Libye connaît une crise de réfugiés d'une ampleur


sans précédent, une crise financière, une crise environnementale
et une crise des infrastructures . Le pays n'a pas été reconstruit
après tous les bombardements de l'OTAN. Benghazi fait actuellement
face à une crise humanitaire majeure et persistante. À quel point est-
ce mauvais? Une pétition a été récemment diffusée, lancée par un
groupe d'activistes libyens, exigeant que
Benghazi soit déclarée "zone sinistrée".

NBC va plus loin et définit la Libye comme un «État en faillite».

Il a en fait été qualifié d '«État en faillite» à plusieurs reprises


récemment par divers analystes. Un «état défaillant»? Qui en a * fait
* un «état défaillant»? Était-ce un «état défaillant» avant 2011? Ou
était-ce la nation la plus prospère et la plus prospère d'Afrique?
L'OTAN, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et toutes les autres
nations impliquées dans l'intervention en Libye ont pris une nation
autosuffisante et couronnée de succès et l'ont transformée en «état
d'échec» grâce aux bombardements, à l'armement et au soutien des
terroristes et à des assassinats ciblés.

Quant aux organes régionaux tels que la Ligue arabe et l'Union


africaine (UA), ils ont montré un intérêt minimal pour le conflit
libyen en cours. L'Union africaine s'est opposée à l' offensive
soutenue par l' OTAN contre Kadhafi et, en tant que telle, est de toute
façon considérée avec suspicion par le «gouvernement» mandataire
de l'OTAN dans la nouvelle Libye. Les pays africains étaient dès le
début très préoccupés par ce que l'OTAN a fait en Libye, craignant que
cela aggrave l'instabilité dans des pays comme le Mali, le Niger et le
Nigéria - ce qu'il a fait EXACTEMENT.

Un bref aperçu de la Libye maintenant;

Seigneurs de guerre, terroristes, milices rivales et aucun gouvernement

Cet article de la BBC sur «Lawless Libya» montre à quel point la


situation est désastreuse dans le pays. De nombreuses milices
gouvernent chacune leur propre parcelle de territoire, avec des
«gouvernements» successifs qui luttent pour exercer le contrôle. La
Libye a essentiellement été transformée en un mélange du Far West et
du type de dynamique tribale / de seigneurs de guerre qui a défini
l'Afghanistan à l'époque du 11 septembre. Il existe de nombreux
groupes armés différents - jusqu'à 1 700, selon certaines sources - avec
des objectifs totalement différents. Mais l'argent et le pouvoir sont ce
qui motive la plupart des forces et des partis, l'extrémisme religieux
motivant les autres. «La Libye continue de souffrir d'une absence
chronique de sécurité, avec des assassinats , des attentats à la
bombe et des enlèvements presque quotidiens . '

Cela ressemble à un copier-coller absolu de ce à quoi ressemblait


une grande partie de l' Irak après l' invasion menée par les
États-Unis . Ce qui est bien sûr ce que Kadhafi a dit qu'il arriverait; "
ils transformeront la Libye en un autre Irak, une autre Somalie ...",
avait-il déclaré en février 2011.

96

Les tribus libyennes, ce qui reste de l'armée nationale libyenne et le


parlement élu de Tobrouk travaillent d'arrache - pied pour
débarrasser leur pays d' Al-Qaïda, du LIFG, d'Ansar al-Sharia, de l' EI /
ISIL et d'autres brigades extrémistes / terroristes importées par les
gouvernements occidentaux dans leur pays en 2011; mais les preuves
sombres suggèrent que les Libyens vont avoir une lutte encore plus
difficile et plus longue que les Irakiens pour débarrasser leur pays des
terroristes et de la violence qui ont été importés. L' EI / Daech et
d'autres milices extrémistes ont pris le contrôle de ressources clés, y
compris champs de pétrole.

La plupart des Libyens eux-mêmes se sont vu confisquer toutes leurs


armes par l'OTAN et ses milices supplétives sur le terrain sont donc à
la merci de toutes les milices et terroristes étrangers. Pendant ce
temps, les tribunaux kangourous et la «justice» des cow-boys sont
endémiques, avec des «procès» et des peines simulés pour ceux qui
ont droit à cette formalité et des exécutions extrajudiciaires pour
beaucoup d'autres. Les loyalistes de Kadhafi, les partisans de la Libye
verte et les militants pour les droits de l'homme sont toujours
régulièrement persécutés et torturés, et il n'y a pas de système
juridique ou d' appareil d' application de la loi fonctionnant
correctement pour réduire la criminalité et la violence rampantes.

De plus, les membres du gouvernement de l' ère Kadhafi sont


cruellement diabolisés et éliminés. La milice Libye Dawn à Tripoli
vient récemment condamné Saif al-Islam Kadhafi à la mort , ainsi
que huit autres, dont l'ancien chef sécurité- Abdullah Senussi et
l'ancien Premier ministre, Al-Baghdadi al-Mahmoudi . Ils doivent
maintenant mourir par peloton d'exécution , selon le tribunal de la
milice, après un «procès» qui a été universellement condamné comme
totalement ridicule. Comme les Romanov russes il y a un siècle,
toute trace de la famille Kadhafi risque d'être effacée , ainsi que
toute trace de l'ancien État, dans une politique perceptible de
nettoyage dans une Libye qui n'est plus détenue ou dirigée par les
Libyens.

Non pas que Saif s'attendrait plus à la gentillesse ou aux faveurs d'
anciens amis faustiens ; il a été complètement nettoyé de cette naïveté
il y a quatre ans, une fois qu'il avait réalisé que les élites politiques
et financières de la France, de la Grande-Bretagne, de l'Amérique
et de l'Occident l'avaient simplement utilisé pendant ces quelques
années de `` réconciliation '' pour convaincre son père de baisse
sa garde .

L'ironie la plus grande et la plus amère est bien sûr que Saif Kadhafi
était probablement le meilleur espoir de démocratie, de réforme et de
progression de la Libye. Au lieu de cela, «le prince d'or» salué comme
«le réformateur» a été laissé pour être torturé et condamné par un
tribunal dirigé par des criminels placés là par les «démocraties» très
occidentales dont il avait espéré imiter les idéaux mêmes.

Nettoyage ethnique des Noirs Libyens, persécution des chrétiens et des minorités

Et que se passe-t-il d'autre dans la «nouvelle Libye»? Eh bien, d'une


part, mis à part le lynchage massif des Noirs qui a suivi la chute de
Kadhafi, les chrétiens étaient également persécutés une fois que
Kadhafi était parti. Voir ici et ici .

Des choses comme celles-ci ne se sont pas produites en Libye de


Kadhafi, bien sûr, qui s'était opposée avec véhémence au sectarisme
en général et au fondamentalisme islamique en particulier. C'est la
même chose, bien sûr, en Syrie et en Irak; partout où vont les
terroristes mandataires de l'Occident, les minorités et les chrétiens
sont persécutés ou tués et le tissu interculturel est déchiré.

Après la fin du règne de Kadhafi, il y a eu des rapports d'attaques


également contre des sites de musulmans soufis . Fin 2011, une école
soufie de Tripoli a été prise d'assaut par des hommes armés qui

97
"a brûlé sa bibliothèque, détruit du matériel de bureau et déterré les
tombes des sages enterrés là-bas" et "transformé l'école en mosquée
salafiste". Aucun de ce genre de comportement sectaire ne surprend
quiconque ayant une compréhension raisonnable de la culture et de
la composition de la plupart des sociétés arabes; les islamistes
salafistes ne tolèrent pas les autres sectes religieuses, qu'elles soient
chrétiennes, chiites ou même soufies.

Les groupes salafistes opérant en Libye - et


fortement impliqués dans le soulèvement de 2011
- sont les mêmes gangs, suivant les mêmes
idéologies, que ceux qui opèrent parmi les
groupes rebelles syriens et ceux qui sont
actuellement en Irak sous la bannière de «l'État
islamique» .
Le soufisme, en passant, est l'une des interprétations les plus
anciennes et les plus traditionnelles de l'islam; une secte minoritaire
dans des endroits comme la Libye, elle est attaquée par les divers
groupes d' inspiration wahhabite qui veulent qu'une version puritaine
et intolérante de l'Islam efface toutes les autres écoles de pensée. Les
soufis mettent traditionnellement davantage l'accent sur le côté
spirituel et mystique de la religion musulmane, quelque peu
comparable peut-être aux anciens gnostiques des premières traditions
chrétiennes.

'État islamique', la charia, la persécution des femmes

La charia est en vigueur dans diverses villes et villages libyens, les


islamistes établissant leurs divers «émirats», comme Kadhafi l'avait
annoncé . Les mêmes « imams d' Al-Qaïda » que Kadhafi nous a dit se
trouvaient «dans les mosquées» en 2011 se trouvent désormais dans
les mairies et les bâtiments civils, légitimés par nos gouvernements
occidentaux. Des «fatwas» sont publiées régulièrement; Les «fatwas»
et en fait tous les autres traits de la culture islamiste / salafiste dure
étaient totalement étrangers à la Libye au cours des quatre décennies
précédentes.

Les islamistes extrémistes Ansar al-Sharia se déplacent dans des


convois de `` police '' ressemblant beaucoup à l'EI / ISIL, qui a
également maintenant une présence majeure en Libye bien qu'il soit
un produit de l'Irak et de la Syrie.

Le statut des femmes dans la nouvelle Libye,


soutenue par l'OTAN , a donc - comme on pouvait
s'y attendre - pris une grave détérioration; à bien
des égards, la «guerre civile» de 2011 pourrait
être considérée comme une «bataille des
sexes» .
Le système de Kadhafi a défendu la participation des femmes dans la
prise de décision, l' éducation et les questions de droits, d'une manière
que la plupart des pays arabes ne font pas. Les femmes de l'ancienne
Libye verte étaient des citoyens égaux. Le soutien à Kadhafi parmi les
femmes en Libye a été particulièrement fort; Ce n'est pas un hasard
si ces vastes rassemblements pro-Kadhafi en 2011 étaient
fortement peuplés de femmes ou que les femmes étaient les
chants les plus bruyants et les plus bruyants et les flotteurs du
drapeau vert .

98

Ce n'est pas un hasard si tant des plus grands de Kadhafi


les fervents partisans étaient des femmes libyennes.

Hilary Clinton, ridiculement considérée par certains en Amérique


comme une sorte de militante des «droits des femmes», a donné
aux femmes libyennes Al-Qaïda au lieu de progrès. Il a en fait été
rapporté très peu de temps après la mort de Kadhafi que l'une des
toutes premières nouvelles lois recherchées par un certain nombre
d'hommes était le droit légal de continuer à avoir des relations
sexuelles avec les cadavres d'épouses décédées pendant un
certain temps avant l'enterrement . C'est le genre de niveau dont
nous parlons. Les commentateurs occidentaux pourraient se moquer
du fait que Kadhafi ait une unité de garde du corps
entièrement féminine s'ils le souhaitent (bien sûr, c'était très étrange),
mais les mêmes personnes se taisent sur le fait que les femmes
libyennes sont maintenant soumises aux règles et aux restrictions
fondamentalistes islamiques - ce qui était tout ce que Kadhafi et ses
partisans ont travaillé dur pour s'assurer de ne jamais venir en Libye.

Contrairement à de nombreux autres pays arabes, les femmes de la


Libye d' avant 2011 avaient le droit à l'éducation, occuper un emploi,
divorcer, détenir des biens et avoir un revenu égal à celui des
hommes. Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies avait en
fait félicité Kadhafi en particulier pour sa promotion des droits des
femmes et, encore une fois, ce n'est pas un hasard si bon nombre
des fidèles pro-Kadhafi les plus ardents étaient des femmes . Tout
est parti maintenant.

En mars 2013, par exemple, Sadiq Ghariani, le «Grand Mufti», a émis


une fatwa contre le rapport des Nations Unies sur la violence à l'égard
des femmes et des filles , le condamnant. Plus tard en 2013, l'avocate
Hamida Al-Hadi Al-Asfar , défenseure des droits des femmes, a été
enlevée, torturée et tuée . Il est allégué qu'elle a été prise pour cible
pour avoir critiqué la déclaration du Grand Mufti. Aucune arrestation
n'a été effectuée. Ghariani a en fait utilisé le Royaume - Uni comme
base pour encourager les extrémistes violents, y compris l'État
islamique, à consolider leur contrôle de la Libye. Il y a également eu,
entre autres, le meurtre de l'avocat libyen des droits de l'homme,
Salwar Bughaghis . De tels assassinats, ainsi que la torture, sont
monnaie courante.

De plus, pour mémoire, la plupart (ou la totalité) des célèbres


gardes du corps de Kadhafi (qui ont fait une telle blague tout au
long de la couverture médiatique occidentale de la crise libyenne
en 2011) ont été brutalement assassinées après sa mort, dont
certaines ont d'abord été agressées sexuellement. . L'une d'elles aurait
été violemment torturée et violée en groupe pendant des jours
avant d'être étranglée à mort avec les mots «le sort des putes de
Kadhafi» à côté d'elle , son corps pourrissant lorsqu'il a été
découvert. Notons qu'en réalité, toutes les gardiennes de Kadhafi
seraient des vierges qui avaient prêté serment de célibat.

Dans le changement (forcé) de la Libye de Kadhafi à la Libye


post-OTAN , les femmes sont passées du statut très actif dans la vie
libyenne, allant à l'université et constituant une partie importante de
la main-d'œuvre, à maintenant confrontées à la nouvelle réalité de la
charia et la possibilité également d'être vendue à des combattants de
l'EI / ISIL en tant que «vierges épouses».

99

C'est le cadeau qu'Hilary Clinton, Samantha


Powers, Susan Rice et les autres ont fait aux
femmes de Libye.
Il est peut - être valable pour faire valoir, en effet, que toute la «
révolution » de 2011 était un exclusivement et trop de sexe
masculin entreprise qui, du début à la fin, a eu un mauvais œil des
femmes en général. Cela semble encore plus significatif lorsque vous
regardez la couverture des rassemblements et manifestations
pro-Kadhafi et que vous notez, comme je l'ai dit plus tôt, qu'ils étaient
fortement constitués de femmes libyennes . C'était certainement en
grande partie parce que les femmes de Libye comprenaient à quel
point l'absence de Kadhafi serait dangereuse pour elles, en particulier
compte tenu de la nature hautement religieuse / islamiste et de la
composition de ceux qui tentaient de le renverser.

Migration de masse et Méditerranée

Et bien sûr, le plus grand signe, la plus grande validation, de la grande


«réussite» de l'OTAN et de l'intervention de l'Occident en Libye doit
être les milliers de personnes risquant leur vie pour fuir la Libye à
travers la mer dans l'espoir d'atteindre l'Europe.

Cela répond simplement à la prédiction de Kadhafi avant son


assassinat selon laquelle la Méditerranée «deviendrait une mer de
chaos» si le gouvernement tombait. Des centaines et des centaines à la
fois se noient dans la mer en essayant de quitter le pays que nos
gouvernements ont «libéré» en 2011. Notez que ce phénomène
n'existait pas non plus en Libye de Kadhafi; tout simplement parce
que personne n'avait besoin de partir , personne n'avait rien à fuir, et
en fait beaucoup, beaucoup d' Afrique subsaharienne sont venus
en Libye pour vivre et travailler . Comme indiqué, il y avait bien
plus d'un million de travailleurs migrants africains vivant en Libye
jusqu'en 2011; mais la persécution et le nettoyage ethnique qui ont
suivi ont signifié que les migrants africains qui avaient autrefois la
Libye comme destination fuient maintenant le pays pour la sécurité ou
sont déplacés à travers le pays et vers des pâturages plus verts.

La «crise des migrants» à laquelle l'Europe est maintenant confrontée


est le résultat direct de l'effondrement forcé de la Libye. Celles - ci et
celles - ci sont encore plus victimes du «grand travail» que nos
gouvernements ont fait pour «libérer» le pays. Et même les
demandeurs d'asile qui parviennent à atteindre l'Europe sont dans de
nombreux cas détenus dans de mauvaises conditions pendant une
durée indéterminée (ou pire en Australie, où ils sont restés à
l'étranger dans des camps de concentration virtuels).

Ils étaient, il n'y a pas longtemps, citoyens


d'une société qui fonctionne, avec accès aux
droits, privilèges et bien-être; ils sont
maintenant rassemblés comme du bétail.
Pour les trafiquants opérant en Libye (y compris l'EI / EIIL, qui ont
ouvertement menacé d'utiliser les Libyens post-Kadhafi comme
migrants et `` guerre psychologique '' contre l'Europe ), ils sont
des pions, alors que pour la plupart des gouvernements européens et
occidentaux, ils sont des statistiques incommodes et de nombreux
journaux et citoyens occidentaux, ce sont de «mauvais immigrés et
demandeurs d'asile» qui essaient de «se débarrasser de nos pays».

Cette sombre analyse de la Libye post-Kadhafi pourrait continuer


indéfiniment; mais vous avez maintenant la photo.

100

_______________________

Les arguments de l'accusation: le crime


et les criminels ...

Vous noterez que je continue de faire référence à la Libye / 2011 comme une ``
entreprise criminelle '' plutôt que comme une
'intervention humanitaire'. Si nous acceptons cette prémisse, chaque
«crime» a besoin d'un cerveau et d'un mobile. Nous viendrons à
Motive sous peu; mais qui étaient les cerveaux criminels?

Eh bien, c'est facile. Ils étaient (1) nos représentants du gouvernement


et des dirigeants politiques, (2) multinationales sociétés et institutions
financières, (3) de l' Amérique Al-Qaïda et d' autres légions terroristes
/ procurations, et (4) notre masse, les organisations d' entreprises de
médias.

Pendant ce temps, cette conspiration criminelle a été volontairement aidée et encouragée


par (5) l'ONU.

En outre, le Qatar, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et


certains des autres pays arabes se sont vus promettre une partie du
butin - tous ces pays, pour mémoire, sont gouvernés par des dictatures
fantoches occidentales: ce sont des États ultra-capitalistes qui utilisent
la religion pour contrôler les masses. Beaucoup de ces régimes et
dirigeants arabes étaient ouvertement heureux de voir Kadhafi
tomber, car ils avaient subi une longue relation antagoniste avec lui.

Kadhafi a toujours été une figure très ouverte et controversée qui


critiquait, condamnerait ou défierait fréquemment et souvent en face
d’autres dirigeants arabes; Les apparitions de Kadhafi aux sommets
arabes, par exemple, ont souvent été caractérisées par le fait qu'il
s'engageait dans des affrontements verbaux avec d'autres dirigeants,
en particulier la famille royale d'Arabie saoudite. Il n'aurait pas fallu
grand-chose pour que ces dirigeants et régimes soient convaincus de
contribuer à la destruction de la Libye, en particulier si on leur offrait
une partie du butin futur. Les preuves suggèrent en fait que le
Qatar a été l'un des principaux orchestrateurs du bain de sang
libyen , tout comme il l'a été en Syrie.

Les mensonges purs et simples racontés par nos


fonctionnaires et dirigeants pour atteindre leurs
objectifs étaient pratiquement sans fin. En plus de
toutes ces fabrications déjà mises en évidence
plus haut dans ce document, le président Obama a
déclaré au monde que les forces libyennes
«allaient de ville en ville et de ville en ville,
brutalisant les civils» . Jamais arrivé,
complètement inventé.

Et bien sûr, comme mentionné précédemment, Amnesty et


International Crisis Group ont carrément réfuté ces affirmations pour
lesquelles ils n'ont pu trouver aucune preuve à l'appui.

Hilary Clinton: "Lorsque le peuple libyen a cherché à réaliser ses


aspirations démocratiques, il a été accueilli par une violence extrême
de la part de son propre gouvernement. Le peuple libyen a appelé le
monde à arrêter l'attaque brutale contre lui." Quand est-ce que

101

ça arrive? Quelle «violence extrême»? Quand a eu lieu cette «attaque


brutale»? Les rebelles armés certainement fait appel aux gouvernements
étrangers d'intervention: des cours qu'ils ont fait
- ils voulaient gagner la guerre, et la plupart des reportages des
médias d' entreprise a été * * basées sur des informations de
rebelles armés , qui cherchaient évidemment l' aide. C'était aussi
précisément le scénario de la première année et demie de la guerre en
Syrie.

Mais quand «le peuple libyen» l'a -t-il fait? De quoi parle Hilary? Les
centaines de faux comptes de réseaux sociaux gérés par du
personnel américain, comme rapporté en février 2011? Et qu'en est-
il de tous les Libyens qui imploraient l'arrêt de l'intervention de
l'OTAN? Qu'en est-il du million et plus de Green Square? Ne
comptent-ils pas? Ne sont-ils pas aussi le «peuple libyen»?

En outre, le Washington Times a publié il y a quelques mois des


enregistrements audio de conversations entre des responsables
américains et des responsables libyens en 2011 , révélant que la
communauté du renseignement américain n'avait recueilli aucune
preuve d'un «génocide imminent» en Libye en 2011 et qu'Hilary Clinton
était bien au courant. de cela tout au long. Si vous écoutez l'audio, vous
entendez des responsables du Pentagone dire aux représentants libyens, y
compris le fils aîné de Kadhafi, Saif, qu'ils * eux-mêmes * ne croient
même pas les informations propagées par Hilary Clinton et le
département d'État.

Cette fuite comprend des enregistrements audio de conversations entre le


membre du Congrès américain Dennis Kucinich et Saif Kadhafi concernant les
motifs de l'intervention de l'OTAN en Libye.

Le Washington Times rapporte en outre que «les informations


recueillies par la communauté du renseignement étaient en
contradiction avec les affirmations des principaux partisans de la
guerre avec la Libye, parmi lesquels le président français Nicolas
Sarkozy; Le sénateur John McCain, le président de la commission
des relations extérieures, John Kerry , et trois femmes puissantes
proches du président Obama: Mme Clinton , l'ambassadrice
américaine à l'ONU Susan Rice et la conseillère Samantha Powers .
Susan Rice est une sœur de la conceptrice et profiteuse de la guerre en
Irak et des Néo-Con , Condoleeza .

L'article continue avec cette évaluation rétrospective, mettant en


évidence les doutes du Pentagone sur le récit Clinton / Sarkosy à
Benghazi ; «Les renseignements spécifiques étaient que Kadhafi
avait envoyé un cadre relativement petit - selon les normes
occidentales - d'environ 2 000 soldats armés de 12 chars pour
cibler les rebelles armés à Benghazi. Il poursuit: «En fait, le
jugement du Pentagone était que Kadhafi était peu susceptible de
risquer l'indignation mondiale en infligeant de grandes pertes
civiles».
Et cela continue, révélant que «les responsables
américains de la défense avaient des
informations directes selon lesquelles Kadhafi
avait donné des ordres spécifiques * de ne pas
attaquer les civils * et de concentrer étroitement
la guerre sur les rebelles armés».
Le Pentagone et la communauté du renseignement savent très bien
qu'Hilary Clinton a menti. Pourtant, le génocide total de l' OTAN en
Libye s'est déroulé de toute façon. Et maintenant, le niveau de
corruption dans le système politique / financier américain est tel que
la même femme est autorisée à lancer une offre somptueuse pour la
présidence, qui, si elle gagne l'année prochaine, fera d'elle la
personnalité politique la plus puissante du pays. monde . Pourtant,
il n'y a rien de nouveau à cela: son camarade criminel, Nicholas
Sarkosy, devrait également lancer une nouvelle campagne pour la
présidence française. Nous sommes très, manifestement dirigés par
des criminels, voyez-vous. Ce qui, encore une fois, n'est pas si
surprenant, étant donné que George W. Bush et son administration
criminelle ont remporté un second mandat même après avoir mené
une guerre illégale et non provoquée en Irak.

102

Ces récentes révélations concernant Hilary, le Pentagone et le faux


récit de Benghazi sont trop peu trop tardives . Tout comme l'
admission de l'ancien dirigeant du CNT selon laquelle Kadhafi n'avait
ordonné aucune attaque contre des civils (et que des agents étrangers
avaient déclenché la guerre civile libyenne) est également trop peu
trop tard - Kadhafi est mort et la Libye est partie. Où étaient toutes
ces «révélations» il y a quatre ans ? Où étaient tous les journalistes
d'investigation des médias grand public? Où était alors la
«commission»? Où s'est déroulée l'opération d'enquête?

Le Royaume - Uni était bien sûr tout aussi impliqué que les gouvernements
français et américain. David Cameron: "C'était votre révolution, pas la
nôtre. C'était ces braves gens de Misrata, de Benghazi, de Tripoli, qui ont été
incroyablement courageux pour renverser la terrible dictature de Kadhafi
..." Quels braves gens? Al-Quaïda? Les voyous armés qui ont brutalement
massacré les policiers et le personnel de sécurité libyen? Ou la foule
vicieuse qui a sodomisé et assassiné Kadhafi, 69 ans ? 'Ta révolution, pas
les notres…'?

Il n'y a pas eu de «révolution»: juste une guerre


armée et une activité criminelle et un État - tout
un système politique - renversé et remplacé par
rien . Et pourquoi Cameron a-t-il pris autant soin
de déclarer «votre révolution, pas la nôtre»
alors qu'il était vraisemblablement bien conscient
du rôle du MI6 dans le soulèvement et de la
présence de forces spéciales SAS sur le terrain
«déguisées en Arabes» ?
Le rôle de la communauté du renseignement britannique dans
l'effondrement de la Libye ne doit pas être sous -estimé , en
particulier compte tenu de l'implication historique avec le LIFG,
Al-Qaïda et d'autres (pas étonnant que le régime libyen ait toujours été
aussi paranoïaque à propos des dissidents et des opposants, étant
donné à quel point la manipulation et l'infiltration étaient en cours).

Pendant la crise de 2011, Mousa Koussa, l'un des proches de Kadhafi


de longue date , et qui aurait été fortement impliqué dans la torture et
les mauvais traitements infligés aux prisonniers au fil des ans, a
démissionné de ses fonctions et a été étrangement transporté au
Royaume-Uni dans ce les observateurs considéraient comme des
circonstances suspectes (d'autant plus qu'il n'était pas un transfuge
et n'avait pas rejoint les rebelles ou le CNT); cela a conduit certains à
spéculer qu'il aurait pu être un agent double travaillant avec les
intérêts britanniques.

Cela a été en outre excité par le fait que M. Koussa a ensuite été
transporté directement du Royaume-Uni au Qatar, où il a été
maintenu dans un hébergement de luxe . Le Qatar, pour mémoire, a
été l'un des principaux financeurs du soulèvement armé en Libye (tout
comme il l'a été en Syrie). Quelle que soit la situation, il est curieux que
la communauté du renseignement britannique, qui a longtemps
prétendu croire que Koussa était impliqué dans la planification de
l'attentat de Lockerbie et potentiellement dans la fusillade du PC
Yvonne Ridley à Londres en 1984, l'ait néanmoins transporté à
Londres, a eu des réunions secrètes avec lui et l'a ensuite envoyé au
Qatar.

Plus que tout cela, où étaient toutes les manifestations de masse des
civils? Au cours de la crise libyenne, combien de scènes réelles de
manifestations civiles pacifiques contre le gouvernement ont-elles été
diffusées dans les médias d’information? J'ai vu les rassemblements de
masse de partisans pro- Kadhafi , dont les images existent, mais même
quatre ans plus tard, je n'ai pas encore vu * aucune * des
manifestations anti-gouvernementales à part une séquence de nouvelles
d'environ 50 - 100 personnes visiblement chorégraphiées par Al-Jazeera

103

équipes de tournage. Oh, et les images risibles de la BBC d'une


manifestation en Inde (!). Le tout était une fiction pure et simple
concoctée par les sociétés de presse qui agissaient de concert avec des
fonctionnaires étrangers et des entreprises de désinformation.

Et il n'y avait pas d'impartialité; ni des médias,


ni des Nations Unies, ni de nos gouvernements -
c'était la représentation la plus partiale et
unilatérale d'une situation de mémoire d'homme.
Il s'agissait d'une campagne pré-planifiée - au
niveau militaire, au niveau de la propagande et
au niveau juridique - menée dans le cadre d'un
programme concerté entre les gouvernements, les
entreprises et les médias…

________________________

O f Bien sûr, ce ne fut pas lui première fois dans l' histoire moderne de la Libye ou la
vie de Kadhafi
que de fausses accusations ont été concoctées par des institutions
et des fonctionnaires américains ou européens. Le bombardement
de 1986 d'une discothèque de Berlin a été imputé à Kadhafi et a
entraîné le bombardement américain d'une des maisons de Kadhafi,
entraînant la mort de sa fille (adoptive) (avec 49 civils); mais il s'est
avéré plus tard qu'il s'agissait d'une fausse condamnation établie par
la CIA .

Presque tous les gouvernements du monde ont condamné l'attaque


américaine, la citant comme une violation du droit international;
L'Italie, l'Espagne, la Russie, la Chine, l'Iran, toute l'Union africaine,
entre autres, ont tous exprimé leur profonde désapprobation de
l'attaque de Reagan contre la Libye et contre les biens personnels de
Kadhafi. D'autres ont vu le mobile des États-Unis comme une
tentative d'éliminer complètement la révolution libyenne, par
opposition à de simples représailles pour l'incident de Berlin. Les
responsables libyens ont répondu en avertissant que l'Amérique
essayait de s'établir comme «le gendarme du monde».

Pourtant, les responsables de la police de Berlin-Ouest ont répété


à plusieurs reprises aux journalistes qu'ils n'avaient connaissance
d' aucune preuve liant la Libye à l'attentat à la bombe contre la
discothèque.

Une semaine après l'attaque, Manfred Ganschow , chef de la police


anti-terroriste à Berlin, a été cité comme ayant rejeté le verdict du
gouvernement américain selon lequel la Libye était responsable de la
bombe. Christian Lochte , président du bureau de Hambourg de la
protection de la Constitution (une unité de renseignement domestique)
a déclaré, cinq jours seulement après l'attentat à la bombe: « C'est un
fait que nous n'avons aucune preuve tangible, encore moins de
preuve, pour montrer la Le blâme pourrait sans équivoque être
imputé à la Libye… Un tel blâme hâtif, concernant les deux terribles
attentats de la fin de l'année contre les aéroports de Vienne et de
Rome, dont la Libye avait immédiatement été rendue responsable, ne
s'est pas avéré correct.

Une forte suggestion est restée que la bombe de Berlin avait été
installée par la CIA et avec le bombardier lui-même ayant été un agent
du Mossad israélien . L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté
la résolution 41/38 qui «condamne l'attaque militaire… qui constitue
une violation de la Charte des Nations Unies et du droit
international ». Un Kadhafi en colère (et coloré de manière prévisible)
a déclaré:

104

« Reagan est fou . Il essaie de me tuer. C'est un chien israélien. Et a


ajouté: « Thatcher est un meurtrier … Thatcher est une prostituée.
Elle s'est vendue à Reagan.

Et bien sûr, il y a eu le plus célèbre attentat à la bombe de Lockerbie ,


qui était à la base du statut d'`` État paria '' de la Libye et des sanctions
internationales paralysantes imposées au peuple libyen pendant plus d'une
décennie: mais bien sûr, les enquêteurs écossais n'ont jamais cru au verdict
officiel concernant le bombardement de ce vol Pan-Am et a en fait révélé
que l'élément de preuve clé - le minuteur de la bombe - a été déposé sur
les lieux par un agent de la CIA, tandis que l'expert qui a examiné le
minuteur a admis l'avoir fabriqué lui-même et le témoin crucial qui a
connecté la bombe à la valise a révélé plus tard avoir été payé 2 millions
de dollars pour mentir dans le procès . Abdel Basset al-Magrahi a siégé
dans une cellule de prison en Écosse pendant des années pour un crime
qu'il n'a pas commis; même lorsque le gouvernement écossais a décidé de le
renvoyer en Libye à cause de son cancer de la prostate, les gouvernements
américain et britannique se sont toujours opposés.

Jim Swire , le porte-parole du «UK Families Flight 103», et dont la fille


a été tuée dans l'attentat de Lockerbie, a exprimé à plusieurs reprises
de graves doutes sur la version officielle des événements. Hans
Köchler, le juriste autrichien nommé par l'ONU pour être un
observateur indépendant au procès de Lockerbie, s'est dit préoccupé
par la façon dont il était conduit (en particulier le rôle suspect joué
par deux fonctionnaires du ministère américain de la Justice qui
siégeaient à côté du procureur écossais tout au long de la processus et
semblait leur donner des instructions). Köchler décrira plus tard la
condamnation d’ al-Megrahi comme «une erreur judiciaire
spectaculaire». Jim Swire, qui était également présent tout au long du
procès, a ensuite lancé la campagne «Justice pour Megrahi», n'étant
absolument pas convaincu par le verdict officiel.

Si vous pensez toujours que Lockerbie était l'œuvre de la Libye ou de


Kadhafi, voyez ici , ici , ici , ici et ici .

L'attentat à la bombe de Lockerbie en 1988 peut être considéré


comme un programme mené par les services de renseignement
américains et britanniques (peut-être de concert avec des agences
d'autres gouvernements) pour calomnier définitivement la Libye de
Kadhafi et justifier les tentatives de provoquer le déclin du pays. C'est
un point extrêmement important: les sanctions imposées à la Libye ont
été conçues pour inverser le succès du pays et son accession à
l'autosuffisance, pour paralyser la nation avec la privation et
inciter au mal-être envers

105

Kadhafi au sein de la population (dans le but de provoquer, au fil du


temps, un élément insurrectionnel).

Le seul moyen proposé pour mettre fin au


programme de sanctions était pour Kadhafi de
payer ce qui était considéré comme la plus
grande indemnisation jamais imposée à un
pays - lui / la Libye devrait payer un total de 10
milliards de dollars aux familles des victimes de
Lockerbie.
À la fin des années 80, à un moment où Kadhafi tentait de limiter les
pouvoirs et les activités des comités révolutionnaires, cette ligne de
développement a été interrompue par l'imposition des sanctions
internationales. Cela a créé un état d'urgence nationale qui a servi à
renforcer les éléments les plus conservateurs du régime et a rendu
les réformes envisagées par Kadhafi trop «risquées». Dans une société
qui comprenait les islamistes politiques et radicaux et divers
opérateurs corrompus, l'idée d'ouvrir la société libyenne à des degrés
de liberté politique jusque -là inconnues à un moment où l'économie
souffre des sanctions massives et le gouvernement n'a pas réussi à
maintenir une forte, bien - des forces de sécurité équipées , était
tout simplement trop dangereux (témoin de l' Égypte actuelle et de la
suppression des Frères musulmans).

Il faudrait environ une décennie après cela avant que Kadhafi se


sente suffisamment en sécurité pour essayer à nouveau de
pousser les réformes.

Ce n'est qu'en 2003-2004, après que la Libye eut payé cette somme
massive en compensation aux familles Lockerbie en 2002 (ayant
déjà remis Abdelbaset Ali al-Megrahi et Al Amin Khalifa Fhima pour
un procès en 1999), que les sanctions imposées par l' ONU ont été
finalement levé. À ce stade, un mouvement vers la réforme et la
démocratie a de nouveau émergé, cette fois dirigé par le fils de
Kadhafi Saif al-Islam . Comme cela a déjà été démontré, c'était la
direction dans laquelle la Libye allait de manière organique dans les
années qui ont suivi les sanctions, caractérisée par le
«rapprochement» du pays avec l'Occident. Quiconque a étudié la
situation en Libye sait que le pays s'oriente vers de plus en plus de
réformes, en vue d'une démocratie plus orthodoxe.

On peut voir, avec le recul, qu'aux deux moments clés où la Libye s'orientait
vers plus de réformes et un assouplissement accru de l'appareil de sécurité -
en particulier la fin des années 80 puis les années 2002 à 2011 - ces efforts
ont été entravés en raison de interférence extérieure. La Libye que l'OTAN a
attaquée en 2011 était la plus proche qu'elle ait jamais été d'une réforme et
d'une démocratisation majeures; il est également curieux que les déserteurs
et les comploteurs anti-Kadhafi au sein de l'Etat libyen aient choisi ce
moment pour exiger un changement de régime - littéralement au point où
Kadhafi parlait déjà d'élections et de réformes .

L'autre condition qui avait été imposée après Lockerbie était que
Kadhafi devait également reconnaître formellement la responsabilité
à l'ONU pour l'orchestration par ses fonctionnaires de l'attentat de
Lockerbie. Kadhafi a finalement accepté ces demandes, mais à son
auditoire national, il a nié en permanence toute responsabilité ou
implication à Lockerbie et a dit à son peuple que les réparations
exorbitantes que la Libye devait payer n'étaient pas un aveu de
culpabilité, mais simplement le prix à payer. payé pour que la
Libye réintègre la communauté internationale .

En 2011, il s'est probablement retrouvé à souhaiter ne pas s'être


dérangé; parce que c'était pour rien. Les milliards de dollars
d'extorsion d'argent que l'Occident a expulsés de la Libye - pour un
crime que la Libye n'avait probablement pas commis - étaient tout
simplement un vol / vol massif.

106

rendu «légitime» par l'ONU (pas étonnant que Kadhafi ait été si
cinglant envers l'ONU en 2009). Ce qui s'est passé en 2011 était bien
sûr une opération de vol / vol encore plus grande et plus pure,
menée par des voleurs et des criminels internationaux.

Le consultant et auteur international Adrian Salbuchi a frappé dans le mille


en écrivant: "Les pires terroristes" se trouvent "à la Maison Blanche et
au Palais de l'Élysée en
France, et au 10 Downing Street . Nous avons des terroristes et des
mafias de très haut niveau qui dirigent ces pays et la meilleure
partie du monde. "

Kadhafi le savait, bien sûr. Et son peuple le savait, parce qu'il leur
avait dit . Et pourtant, ces mêmes « terroristes de haut rang » sont les
nôtres experts pour garder un visage impassible et nous dire qui est le
vrai «méchant». "Il (Kadhafi) a perdu toute légitimité ..."

C'est ce que Barak Obama, David Cameron et plusieurs autres ont dit à
plusieurs reprises pour justifier l'intervention. Perdu toute
légitimité? Dit qui? Selon qui et quoi? Qui décide si le gouvernement
d'un pays est «légitime» ou non? Avoir notre de légitimité perdue » les
gouvernements après la crise financière de 2008? Devraient- ils être
«retirés» du pouvoir par la force? Le gouvernement américain aurait-
il dû être violemment renversé après la guerre illégale en Irak? Le
président américain devrait-il être violemment exécuté par une foule
dans la rue? Et qu'en est-il des 1,7 million de civils libyens qui ont
courageusement marché sur la Place Verte de Tripoli en juillet 2011
pour affirmer leur soutien à leur État? Pensaient- ils que Kadhafi
avait «perdu sa légitimité»? À quand remonte la dernière fois que
1,7 million de personnes se sont rassemblées pour montrer leur
soutien à David Cameron ou Nicolas Sarkozy?

Et qu'en est-il de l' ONU ?


L'ONU n'a vérifié aucune des allégations contre le gouvernement de Kadhafi
et les autorités libyennes; n'a même pas enquêté sur l' un d'entre eux, même
après avoir été interrogé
par le gouvernement libyen d'envoyer une commission d' enquête .

La Libye a été la preuve finale, concluante et accablante que l'ONU


est une institution totalement inutile et inutile, comme Kadhafi lui-
même l'avait dit en 2009. Ironiquement, de tous les peuples et
dirigeants mondiaux qui ont jamais parlé à l'ONU, celui qui a le plus
résumé La vraie nature de l'ONU était Mouammar Kadhafi lui-même,
dans ce fameux discours de 2009, qui devrait être considéré
comme l'un des plus grands de l'histoire de l'ONU. S'adressant à
l'assemblée à la fois en tant que représentant de la Libye et Président
de l'Union africaine, Kadhafi a fait valoir que le pouvoir devrait être
détenu par l'Assemblée générale et non par le Conseil de sécurité. " 65
guerres depuis 1945 n'ont pas été empêchées par l'ONU", a-t- il
déclaré à l'assemblée. L'ONU n'était pas démocratique, a-t-il dit.

Selon Kadhafi, l'Assemblée générale est rendue sans valeur par la


domination des superpuissances et des pouvoirs dictatoriaux
détenus par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité .
Il a fait valoir qu'il devrait y avoir démocratie et égalité entre les États
membres et que le pouvoir devrait être transféré du Conseil de
sécurité à l'Assemblée générale . Il a fait valoir qu’une structure
dans laquelle l’Assemblée générale doit faire tout ce que le Conseil de
sécurité dicte est injuste et injuste, mais que le Conseil de sécurité
devrait plutôt être soumis aux souhaits démocratiques des 192 nations
représentées à l’Assemblée générale.

«Comment pouvons-nous être heureux de la paix


et de la sécurité mondiales si le monde entier
n’est contrôlé que par cinq pays ? Les
superpuissances ont des intérêts mondiaux et
utilisent leur veto

107

pour protéger ces intérêts », a déclaré Kadhafi , en


déchirant un morceau de papier représentant la
Charte des Nations Unies et en surpris l'assemblée
à New York.
Et combien ironique que ce même Conseil de sécurité Kadhafi ait
été si mécontent en 2009 était le même Conseil de sécurité qui a
scellé son destin en 2011. Si l'ONU valait quelque chose, elle n'aurait
pas permis une entreprise criminelle aussi insensible que
l'intervention de 2011. se produire. De plus, il aurait des moyens de
demander des comptes aux nations, aux gouvernements et aux partis
qui en étaient responsables. Mais l'ONU n'est rien; juste «Speaker's
Corner à Hyde Park», comme l'appelait Kadhafi, «nous faisons des
discours, nous parlons, et c'est tout».

Au début de la crise, Saif Kadhafi a déclaré à Sky News: "Nous leur


avons dit - aux Britanniques et aux Français - d'envoyer des missions d'
enquête (en Libye)".

Et bien sûr, aucune mission d' enquête n'a été envoyée: parce qu'ils ne pouvaient pas
risquer des `` faits ''
être «trouvé».

Les affirmations d'Obama et Hilary Clinton selon lesquelles des


milliers de personnes étaient «sur le point d'être massacrées» à
Benghazi n'ont jamais été étayées par aucune preuve: parce qu'il n'y
en avait pas, c'était un mensonge. Mais selon toute logique ou
estimation, l'ONU avait sûrement le devoir d'envoyer une
commission d' enquête avant de permettre le lancement d'une
intervention militaire de l'OTAN?
Quelqu'un a-t-il même pris la peine de parler à Kadhafi ou aux responsables libyens?

J'ai recherché et recherché toutes les ressources ou références


disponibles auxquelles je peux penser et je n'ai trouvé aucune
référence nulle part pour indiquer que quiconque de l'ONU ou de
l'un des gouvernements alignés sur l' OTAN a même * pris la peine *
de * parler * à Kadhafi ou le gouvernement libyen à tout moment de
cette crise. Si vous voulez attaquer ou détruire un gouvernement,
sûrement - sûrement - le minimum qui devrait être nécessaire est de
leur PARLER d'abord: même Hitler et les nazis se sont vu offrir cela.

Mais bien sûr, il est plus facile de poignarder quelqu'un dans le dos
que de le regarder dans les yeux pendant que vous le faites. Obama
n'a jamais répondu aux lettres de Kadhafi en mars. Et il y avait
une * raison * pour laquelle le gouvernement britannique ignorait
toutes les tentatives de communication des responsables libyens
dès le début de la crise tout en se pliant en quatre pour dérouler le
tapis rouge pour les rebelles et les représentants du CNT. À première
vue, cela semble déroutant; Pourquoi nos gouvernements
refuseraient-ils soudainement de communiquer avec Kadhafi ou le
gouvernement libyen (après avoir été en bons termes avec eux depuis
plusieurs années à ce moment-là) et jetteraient-ils immédiatement
tout leur soutien derrière un vague méli-mélo de rebelles et de
déserteurs largement inconnu ?

Simple: parce que tout était * planifié * à l'


avance et que tout le monde sauf Kadhafi et
les loyalistes libyens savait ce qui se passait.
Mais même si elle avait été une « guerre civile » ( ce qui ne l' était pas), ce
qui donnerait l' OTAN ou même l'ONU le droit d'intervenir sur un côté de ce
conflit quand il * devrait * être considérée comme une crise interne qui doit
être résolu en interne? Les différentes factions armées qui constituaient les
groupes `` rebelles '' n'auraient presque certainement pas gagné la guerre
sans

108

La campagne de bombardements de l'OTAN contre le gouvernement


libyen; L'OTAN n'aurait eu aucun * besoin * d'intervenir militairement
si elle pensait que les rebelles allaient gagner. C'était
L'OTAN - c'était la France, les États-Unis, le Royaume-Uni et toutes
les autres personnes impliquées - qui a déterminé l'issue de la
«guerre civile» en Libye , et non les rebelles sur le terrain. La
résolution de l'ONU visait à imposer un cessez-le-feu, mais comme
Noam Chomsky et d'autres l'ont souligné, l' OTAN n'a pas essayé
d'imposer un cessez-le-feu - ils ont simplement aidé les rebelles et
ont attaqué sans relâche les forces gouvernementales .

Les experts impartiaux restent à ce jour divisés quant à la légalité de


l'intervention et à la question de savoir si les précédents existent
réellement en droit international pour légitimer l'ingérence de l'OTAN
/ l'ONU en Libye.

Ils ne le font pas - la décimation de la Libye par


l'OTAN était un crime de guerre et violait la
Charte des Nations Unies . Aucune autre
conclusion ne peut être tirée. Les fonctionnaires
et dirigeants qui ont autorisé ce crime de guerre
doivent faire l'objet d'une enquête et être jugés .
Tout responsable gouvernemental américain, français, britannique ou
autre qui a été directement impliqué dans l'intervention en Libye -
qu'il s'agisse d'un président, d'un Premier ministre, d'un secrétaire
d'État ou d'un autre bureau - devrait, selon toute estimation légitime,
faire l'objet d'une enquête comme un criminel et fait pour
répondre de ce qui s'est passé. Ils ne devraient certainement pas être
autorisés à continuer à exercer leurs fonctions (et ne devraient
certainement pas être autorisés à se présenter à des fonctions
ultérieures). Ils ont, pour retourner sur eux leur propre phrase,
"perdu toute légitimité".

Une déclaration d'Hugo Chavez du Venezuela au début de la crise


libyenne était très pertinente. Le 18 mars 2011, Chavez a déclaré: ``
L'hypocrisie et le double standard dans le traitement des troupes
terroristes rendent difficile l'élimination du monstre, car il y a des
pays puissants au Conseil de sécurité des Nations Unies qui
tolèrent, financent et pratiquent le terrorisme comme une
question de nécessité institutionnelle pour maintenir leur
emprise et s'accrocher. les ressources et la richesse mondiales.
Ces pays puissants sont coupables et inculpés de crimes contre
É
l'humanité . Ce n'est plus un secret que l'intention secrète des États-
Unis, du Royaume-Uni et de la France dans la crise libyenne est de
déstabiliser la nation nord-africaine, de renverser le gouvernement
légitime de Mouammar Kadhafi et de traire le pétrole et le gaz naturel
du pays.

La déclaration d'Hugo Chavez nous amène à résoudre * pourquoi * cette


intervention illégale, immorale et diabolique en Libye a été menée. C'est la
partie absolument cruciale; la partie qui va au-delà de la Libye elle-même
et dans une étude de ce qui se passe dans * le monde *, qui et ce qui contrôle et
ce qu'ils essaient peut-être
faire…

______________________

Les motifs: pourquoi la Libye a été ciblée ...

109

F out d' abord, la raison principale pour le renversement de Kadhafi et la fin forcée de


La société libyenne était presque certainement pour que les puissances
colonialistes et mondialistes puissent prendre le contrôle des ressources de
la Libye - pétrole, eau, or - avec le consentement des forces illégitimes
qu'elle a installées au pouvoir. Mais il peut y avoir eu d'autres raisons
très importantes . Et ceux-ci vont au-delà du bain de sang de 2011 et dans
les raisons pour lesquelles Kadhafi et la Libye ont été diabolisés pendant des
décennies et soumis à une conspiration internationale.

Nous pouvons maintenant examiner attentivement certains d'entre eux.

1. L'huile

Commençons par l'évidence: la Libye était un véritable trésor de


ressources naturelles et d'actifs précieux. L'un des fils de Kadhafi a
noté à l'époque que la Libye était "comme un McDonalds pour
l'OTAN". Ce n'était pas une exagération. Avec 39,1 milliards de barils
de réserves prouvées de pétrole , la Libye représente une part
importante des «réserves prouvées» existantes de la planète.

L'une des principales raisons de la guerre contre la Libye a peut-être été


d'installer un gouvernement fantoche pour accéder à ces réserves. Kadhafi,
assez célèbre, ne ferait jamais cela; ne serait jamais une "marionnette
coloniale" et ne laisserait jamais la Libye être "colonisée" ou occupée pour le
vol de ses ressources. La nationalisation par Kadhafi de la richesse
pétrolière du pays était une politique non négociable sauvegardant le
bien-être du peuple libyen et garantissant la liberté du pays de la
domination étrangère et de l'esclavage international.

Noam Chomsky a noté que la stratégie de l'OTAN a très tôt vu les


groupes rebelles "sécuriser les principales sources de production
pétrolière de la Libye". Chomsky a exposé son point de vue sur la crise
libyenne en mars 2011, soulignant que «les spécialistes du pétrole
pensent que (la Libye) peut avoir de riches ressources inexploitées» et
qu'un «gouvernement plus fiable» que celui de Kadhafi serait «ouvert
à l'exploitation occidentale».

L'ordre du jour de Kadhafi pour la nationalisation du pétrole libyen a


toujours été un géant non-non pour les multinationales pétrolières.
Des sociétés comme British Petroleum, Royal Dutch Shell,
ExxonMobil, Verenex, Occidental et Nippon Oil n'allaient pas rester
les bras croisés et permettre à Kadhafi de saper leurs opérations. Des
banquiers internationaux comme Barclays , JP Morgan Asset
Management et HSBC Standard Chartered ont également été tous
fortement investis en Libye. En ce qui concerne les géants d'entreprise
et leur implication dans la géopolitique, rappelez-vous toujours que
nous n'avons pas affaire à des êtres humains ayant des intérêts
humains; nous traitons avec des personnes morales ayant des intérêts
purement corporatifs .

Ils feront tout ce qu'il faut pour protéger ces «intérêts»: peu importe le
nombre de personnes qui doivent mourir. Si mettre des bébés sur des
pointes était dans l'intérêt de ces entreprises, alors les bébés seraient
mis sur des pointes et nos dirigeants politiques trouveraient la
tournure ou la justification dont ils ont besoin pour rendre légal de
mettre ces bébés sur ces pointes. Les multinationales et les élites
financières internationales contrôlent nos gouvernements et donc la
situation mondiale.
L' Agence internationale de l'énergie a confirmé très tôt que bon nombre des
réparations des infrastructures pétrolières endommagées du pays
devraient être effectuées par des spécialistes étrangers travaillant pour
les compagnies pétrolières internationales , la plupart
des compagnies pétrolières ayant déployé de petites équipes pour
redémarrer la production. La National Oil Company a déclaré qu'elle avait
pris le contrôle total de la commercialisation du pétrole libyen et a déclaré
que tous les accords futurs donneraient la préférence aux acteurs qui
avaient manifesté un soutien précoce pendant le soulèvement (qui

110

placerait vraisemblablement la France, les États-Unis, le Royaume-Uni


et des pays comme le Qatar en tête de liste). Dans ce contexte, il
pourrait également être intéressant de noter que dans les premiers
mois de la crise de 2011, Kadhafi avait déjà déclaré qu'il donnerait la
préférence à la Russie, à la Chine et à l'Inde dans les futurs accords
pétroliers.

Les petits éléments de preuve incriminants surgissent partout pour


ceux qui les recherchent. Par exemple, la même source du
renseignement russe qui a révélé le plan de mai 2011 pour assassiner
Kadhafi a également divulgué une lettre de chefs rebelles libyens
promettant à la France 35% de tout le pétrole libyen .

Cependant, il y avait bien plus que du pétrole.

2. Le dinar d'or et le développement de l'Afrique

Comme RT et quelques autres le rapportaient, les plans de Gadaffi


étaient en cours pour introduire le dinar en or, une monnaie
africaine unique en or . Le militant britannique Dr James Thring a
déclaré à RT à l'époque: "C'est l'une de ces choses que vous devez
planifier en secret; car dès que vous dites que vous allez passer du
dollar à autre chose , vous allez être ciblé. ... "

Il était une initiative qui ont radicalement modifié l'équilibre du


monde, avec riches en pétrole les pays qui vendent seulement pour
ces dinars d'or; La `` richesse '' des pays (et donc leur capacité à
acheter du pétrole) dépendrait de la quantité d'or qu'ils avaient et non
de la quantité de dollars ou de la fausse `` monnaie '' qu'ils avaient la
capacité de se déplacer dans une économie abstraite. Pour mémoire,
les États-Unis n'ont * pas * d'or; la Réserve fédérale ne possède
absolument aucun or et ne l'a plus depuis 1934.

Les plans de Kadhafi constituaient une menace


énorme et immédiate pour les léviathans
multinationaux , les institutions bancaires
centrales du monde, les sionistes Rothschild et
autres élites, et en bref toute la mafia criminelle
qui possède et dirige nos sociétés. Le criminel
français Sarkosy a qualifié Kadhafi de "menace
pour la sécurité financière de toute l'humanité" .
Le contexte plus large de cette initiative monétaire radicale est que
Kadhafi s’établissait comme le pionnier du développement et de la
monnaie africains ; s’établissant comme l’alternative au FMI en
Afrique. On ne saurait trop insister sur le fait que la Libye était
absolument au cœur des aspirations de l'Afrique à se libérer des
banques centrales prédatrices et des agences de crédit
internationales. Kadhafi, un idéaliste, avait tenté à plusieurs reprises
de créer une alternative aux prêteurs draconiens du FMI et de la
Banque mondiale. Il avait déjà libéré son pays des conditions
insensées et abjectes qu'exigeaient par ailleurs toutes les sociétés
par les cartels FMI / Banque mondiale; mais étant le
panafricaniste par excellence, il manœuvrait alors pour étendre ce
modèle libyen au reste de l'Afrique, afin de libérer l'Afrique du
modèle occidental de l'esclavage pour dette; grâce à ce plan, les
nations africaines seraient en mesure de déposer et d'emprunter
auprès d'une banque centrale africaine, leur donnant une option
autre que les forces corporatives / impérialistes de la finance
internationale.

111
L'importance de la présence de Kadhafi en Afrique est quelque chose que
les médias occidentaux ont toujours essayé de minimiser. Mais Kadhafi à
lui seul avait alloué les deux tiers des 42 milliards de dollars
nécessaires pour lancer une Banque centrale africaine publique (basée
au Nigéria), un Fonds monétaire africain (basé au Cameroun) et une Banque
africaine d'investissement basée en Libye. Notez que l'administration
Obama a volé cet argent (en août 2011) et gelé toute l'initiative. S'il avait
été créé, il aurait fourni des prêts à faible coût (ou peut - être sans intérêt)
pour la santé, l'éducation et d'autres projets et réformes sociaux, ainsi que
le développement d'infrastructures vitales, dans tous les États africains
participants - comme cela avait été fait en Libye. . Le Fonds monétaire
africain (AMF) aurait signifié plus d'emprunt auprès des banques centrales
Rothschild pour les pays africains, mais la production de sa propre
monnaie pour l'Afrique, des intérêts.
gratuit et soutenu par la norme Gold.

C'est également Kadhafi qui a financé le seul satellite de


communication d'Afrique. Ce faisant, il a économisé des centaines de
millions de dollars sur les appels entrants et sortants à faible coût .
Vous vous demandez peut-être pourquoi c'est important, mais c'est le
cas: c'était vraiment un énorme revers pour les nations et les
entreprises européennes, car elles sont payées quelque 500 millions
de dollars chaque année par les nations africaines pour les services
que les satellites européens fournissent à l'Afrique.

Kadhafi avait également à plat refusé de coopérer avec AFRICOM - le


projet, soutenu par l' Occident corps pour gouverner l' Afrique.

En Amérique, Louis Farrakhan avait préparé le


terrain des années plus tôt, soulignant que
«l'Europe et les États-Unis ne peuvent pas aller
de l'avant dans le nouveau siècle sans un accès
sans entrave aux vastes ressources naturelles
de l'Afrique». Il a ajouté, sciemment:
«Kadhafi est celui qui se met en travers de leur chemin.»
Gadaffi, en substance, cherchait à libérer tout le continent africain des
griffes de l'impérialisme corporatif / militaire occidental. Il était,
comme Farakhan l'a souligné, le plus grand obstacle. Tingba
Muhammad, dans un article de The Final Call, a écrit: `` Depuis qu'il
arrivé à la direction en 1969, le colonel Kadhafi a accumulé un
record d'accomplissements pour l'Afrique noire sans égal dans
l'histoire moderne.

3. Le système financier libyen

Comprenez que la Libye était l'une des dernières nations au


monde à avoir son propre système bancaire géré par l'État et à
contrôler sa propre masse monétaire (la Syrie en est / en était une
autre). En ayant ce système en place, ils pourraient exiger que les
achats de pétrole soient effectués en monnaie libyenne et non en euro
ou en dollar américain.

Cela signifiait également que la Libye s'était assurée une


économie stable , avec peu d'inflation et de dévaluation de la
monnaie, comme la plupart des pays industrialisés sont soumis à la
domination des banques centrales privées. Sous Kadhafi, la Libye
avait essentiellement créé sa propre monnaie sans intérêt , le dinar
libyen, qui était utilisé de manière productive et purement pour la
croissance économique, la construction d' infrastructures et le bien-
être de la population, et non pour la spéculation, les profits ou les
primes pour les banquiers.

112

Kadhafi avait essentiellement créé une économie


morale autonome ; Les «banquiers», au sens où
nous, Occidentaux, comprenons le terme,
n'existaient pas dans cette Libye.
L'expansion de ce modèle Kadhafi / libyen à une plus grande partie de
l'Afrique aurait pu potentiellement révolutionner le développement
économique et social des nations africaines et aurait pu rendre
l'Afrique beaucoup plus autosuffisante, la libérant de ce que Malcolm
X avait appelé l'apartheid mondial contre le développement africain.
Le Dinar or aurait sérieusement endommagé le système financier
international actuel, mais il serait aussi avons également prêt à donner
l' autonomisation aux pays africains et aux populations - quelque
chose aux États - Unis et les multinationales forces mondiales des
entreprises étaient peu susceptibles de laisser passer . Les Français en
particulier ont toujours eu des intérêts particuliers en Afrique et ont,
pendant plus d'un siècle, dominé l'Afrique via des régimes fantoches et
des États clients - Kadhafi a toujours été un problème pour les Français
colonialistes. Cependant, ils n'avaient aucun moyen légitime ou
légal d'empêcher les gouvernements africains de suivre cette voie
s'ils le voulaient; il fallait donc l'arrêter à la * source * et le faire par
tromperie et force.

Il n'est donc pas surprenant non plus qu'immédiatement après


l'intervention de l'OTAN en 2011, une «banque centrale de
Benghazi» sous contrôle privé ait été immédiatement créée pour
permettre aux banquiers occidentaux, et non aux Libyens, de
prendre le contrôle financier du pays . Cette création de cette
nouvelle banque a été en fait pratiquement la première chose qui a été
faite avec le CNT dès que Kadhafi a été hors du tableau; ce qui est
plutôt révélateur.

Ce plan, nous pouvons le supposer, a été mis en place depuis le début


par ceux qui veulent un contrôle mondial complet sur tous les
systèmes pétroliers et économiques afin de parvenir à un
asservissement financier décisif et définitif de toute l'humanité.
Robert Wenzel écrivait à l'époque dans l' Economic Policy Journal : «Je
n'avais jamais entendu parler d'une banque centrale créée en
quelques semaines à la suite d'un soulèvement populaire . Cela
suggère que nous avons un peu plus qu'un groupe de rebelles qui
courent partout et qu'il y a des influences assez sophistiquées.

La banque centrale nouvellement privatisée contrôlée par Rothschild


(contrôlée par l'intermédiaire fantoche d' ABC Bank Bahrain )
permettra simplement de redistribuer la richesse libyenne vers la
Grande-Bretagne, l'Amérique, la France et les États du Golfe. En outre,
Kadhafi avait maintenu la Libye à 100% sans dette. Le pays n'avait
aucune dette envers une entité étrangère. Quelqu'un pense-t-il que
cela restera le cas une fois que toute la reconstruction aura
commencé? Les agences occidentales ne seront probablement que
trop heureuses de * prêter * à la Libye des sommes substantielles pour
la reconstruction, une fois la situation sécuritaire stabilisée.

À partir de 2011, le `` dinar d'or '' est mort, le panafricanisme est


terminé, Africom peut procéder sans opposition, le `` grand fleuve ''
de Kadhafi est en ruines et l'Afrique restera dans son état séculaire de
gouvernement inefficace et de dépendance à long terme sur une
«intervention» étrangère prédatrice.

4. L'eau

L'Occident convoitait non seulement l'or noir (pétrole) de la Libye,


mais «l'or bleu» de la Libye - en particulier le système aquifère de grès
nubien de Kadhafi , la seule source d'eau douce de ce type en Afrique
du Nord et au Moyen-Orient, une région désormais menacée par les
sécheresses . Lorsque de futures sécheresses se produiront, ainsi que
d'éventuelles famines , cet aquifère libyen et le grand fleuve de
Kadhafi auront une valeur presque incommensurable.

113

Deux sociétés françaises de l'eau, les plus grandes au monde ( Veolia et


Suez SA .) Ont souhaité mettre la main sur cette eau, estimée à des
milliards de dollars de bénéfices futurs . Les «guerres de l'eau», qui
vont bientôt s'intensifier , ont été décrites par un certain nombre
d'universitaires, rappelant la prédiction d'Anwar Sadat en 1979 que
«dans le futur, toutes les guerres se livreront à cause de l'eau» .
Tout prêt du FMI ou de la Banque mondiale est émis à la condition
que la nation victime vende ses réserves d'eau aux investisseurs
privés prédateurs. Les «guerres de l'eau» ne sont pas que de la
science-fiction: elles arriveront, en particulier dans les régions du
monde où l'eau est rare (en particulier en Afrique).

Pour plus de détails sur ce sujet, je vous renvoie à cet article et à cette vidéo.

Les entreprises françaises voulaient mettre la main sur ces immenses


aquifères souterrains d' eau douce. Cet agenda français était l'un des
secrets les plus mal gardés; mais les dommages causés par l'OTAN au
grand fleuve artificiel de Kadhafi nécessiteront un vaste projet de
reconstruction. Il ne faut pas s'étonner que ce soit des entreprises
françaises qui à la fois assument ce métier et acquièrent le contrôle de
l'approvisionnement en eau.
L'Afrique est le continent le plus sujet à la
sécheresse au monde, souvent avec des effets
horribles (rappelez-vous, par exemple, les
terribles famines éthiopiennes ); le contrôle de
l'eau devient littéralement une question de vie ou
de mort et une ressource d'une énorme valeur
politique et financière.

L'élite criminelle / financière mondiale qui estime avoir droit à la


propriété de * toutes * les ressources mondiales, les matières
premières et les systèmes financiers avaient son tout voir oeil sur
Kadhafi Artificielle à partir du moment où le programme de
construction a commencé il y a des décennies River. Ce qui commence
par la destruction en 2011, finira ensuite par le vol et la propriété.

La rivière artificielle de Kadhafi , le plus grand projet d'irrigation au


monde, transportait plus de cinq millions de mètres cubes d'eau par
jour à travers le désert jusqu'aux zones côtières, augmentant
considérablement la superficie de terres arables et fournissant un
approvisionnement en eau presque illimité au peuple libyen. Les
scientifiques ont estimé que cette quantité d'eau équivalait au
débit de 200 ans d'eau dans le Nil . Cette valeur estimée à 70 billions
de dollars «d'or bleu» en Libye était ce que l'élite criminelle financière
/ bancaire, en particulier les Français (qui monopolisent massivement
l'approvisionnement en eau en Afrique), voulaient mettre la main sur.

Comme Hugh Roberts l'a noté ; `` Kadhafi prévoyait d'exploiter les


immenses réserves d'eau sous le Sahara libyen et de fournir de l'eau
aux pays du Sahel, ce qui aurait pu transformer leurs perspectives
économiques, mais cette possibilité a maintenant presque
certainement été tuée par l'intervention de l'OTAN, depuis l'Occident
(et peut-être en particulier le français ) les compagnies de l'eau font la
queue aux côtés des compagnies pétrolières occidentales pour leur
part de l'action libyenne.

En substance, l'agenda de Kadhafi était le développement et l'aide


libyens et africains. L'agenda de l'Occident est simplement la
propriété, le monopole, le profit et le vol.

5. L'or

114

Nous revenons sur le fait que la Libye disposait d'importantes réserves de lingots d'or:
estimation
avoir été 144 tonnes.

L'Amérique, comme déjà indiqué, n'en a pas - pas d'or du tout.


L'Amérique n'a en fait possédé absolument aucun or depuis la saisie
d'or de 1933 lorsque, sous la tromperie d'essayer de mettre fin à la
Grande Dépression, tous les citoyens américains ont reçu l'ordre
(sous la menace d'emprisonnement) de rendre tous leurs lingots
d'or , privant la population de tout l'or (comme dans l'argent
véritable) qu'ils avaient laissé.

Toutes les devises américaines à partir de ce moment n'étaient


plus `` remboursables en or '' mais n'étaient soutenues par
absolument rien: un morceau de papier sans valeur que les
conspirateurs de la banque criminelle pourraient utiliser pour
exercer un contrôle total sur toute la société. Dès lors, les institutions
financières criminelles qui possèdent l'Amérique pourraient contrôler
entièrement la masse monétaire , déterminer sa valeur et sa
circulation, et détenir essentiellement le pouvoir de contrôler tout le
monde. Ils pouvaient désormais créer de «l'argent» à partir de rien et
le délivrer avec les «conditions» qui leur plaisaient. C'est bien sûr
l'état abject désiré dans lequel ils veulent que le monde entier soit
finalement; cela n'allait jamais arriver en Libye avec Kadhafi toujours
en position d'influence.

On sait bien sûr que le système financier / bancaire tout-puissant est dans
les affaires de pays exigeants qui renoncent à leur or. Aucun pays n'est
autorisé à posséder des quantités importantes de produits réels avec
une valeur réelle , car le plan est que toutes les nations soient
sous l'emprise de l'argent `` fantôme '' du système - la fausse monnaie
invisible qui est le mécanisme de contrôle central de tous nos sociétés et
économies et à travers lesquelles nos contrôleurs financiers non élus (et
donc nos dirigeants) contrôlent nos sociétés. Kadhafi l'a bien entendu
compris. Il a fait tout son possible pendant quatre décennies pour rendre la
Libye indépendante, autosuffisante et en contrôle de ses propres ressources
et produits de base.
«Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de
contrôler l'émission de devises, les banques et les entreprises qui
grandissent autour d'eux vont priver les gens de leurs biens
jusqu'à ce que leurs enfants se réveillent sans abri…» avait un jour
averti Thomas Jefferson . Lui et Kadhafi auraient probablement été
d'accord sur ces questions.

La question se pose donc: où est l'or de la Libye maintenant? Qui l'a


et qui * va * l'avoir? Le fait est que personne ne sait (ni n'admet
savoir) où est passé tout l'or libyen. Suggérer que 2011 a été l'un des
plus grands «braquages d'or» de l'histoire n'est peut-être pas une
exagération.

6. Les remboursements de Lockerbie

Comme la dénonciatrice américaine Susan Lindauer a déclaré à RT que l'été avant le


soulèvement,
Gadaffi faisait pression sur les compagnies pétrolières
américaines, britanniques, françaises et italiennes pour qu'elles
remboursent à la Libye le coût des paiements aux familles de
l'attentat de Lockerbie - l'ONU avait forcé la Libye à payer des
dommages-intérêts pendant de nombreuses années aux familles
Lockerbie à hauteur de 2,7 milliards. dollars . L'ONU avait gravement
paralysé la Libye avec ces sanctions (basées sur un crime qui n'a pas
été commis par la Libye): Kadhafi exigeant ce remboursement a peut-
être été la goutte d'eau.

Lindauer a couvert la Libye à l'ONU pendant neuf ans de 1995 à 2003


et est un expert de la Libye et du peuple libyen; elle a insisté dès le
début de la crise

115

qu'il était extrêmement improbable que Kadhafi ou le gouvernement


commette l'un des crimes dont il était accusé et qu'il était beaucoup plus
probable que les gouvernements occidentaux et les intérêts des
entreprises utilisent simplement l'écran de fumée du `` printemps
arabe '' pour finalement s'en prendre à Kadhafi et entrer en Libye. Ces
paiements de Lockerbie étaient une immense injustice, imposée par l'ONU
et au détriment du peuple libyen et de l'économie du pays ; en substance,
le pays s'est fait voler 2,7 milliards de dollars et le but de cette politique
était de paralyser la nation et le gouvernement.

C'était surtout l' autosuffisance de la Libye que divers autres gouvernements


- et en particulier les puissances financières mondiales - méprisaient. Il faut
comprendre, cependant, que les dernières années de l'ère Kadhafi ont vu un
déclin significatif de la situation intérieure de la Libye par rapport aux
premières décennies; cela était en grande partie dû aux sanctions
écrasantes imposées par l'Amérique puis l'ONU à partir des années quatre-
vingt. Si les forces internationales avaient voulu paralyser «l'utopie» de
Kadhafi, alors les sanctions étaient une excellente voie à suivre, car le bilan
économique était important et fortement ressenti par la population; cela a
également affecté la capacité du gouvernement à réaliser ses visions
idéologiques .

En effet, à partir des sanctions , il est difficile pour


l'histoire de juger si la Révolution verte de Kadhafi
et sa Libye ont été une `` réussite '' ou non - c'est-
à-dire qu'il est impossible de dire à quel point la
société aurait réussi si elle n'avait pas été ont été
forcés d'endurer à la fois les sanctions et le statut
et la diabolisation de longue date d '«État paria».
Mais si les premières décennies après la révolution de 1969 avaient
quelque chose à dire, alors la Libye aurait continué à être une réussite
indépendante et autodidacte ; et beaucoup des idées et des visions que
Kadhafi avait eues pour le pays se seraient concrétisées. En fait, les
sanctions et l'isolement international ont empêché que cela se
produise correctement. Le bilan à long terme des sanctions peut
également avoir contribué de manière significative aux poches
d'insatisfaction et de troubles dans le pays qui se sont précipitées
à la surface en 2011; ceci en fait peut avoir été le but de cette
politique internationale envers la Libye pendant toutes ces années -
pour inciter / induire la colère contre le gouvernement parmi des
éléments de la population.

Si nous admettons également que l'attentat de Lockerbie n'a pas été


mené par Al-Magrahi ou la Libye (et les preuves suggèrent que ce
n'était pas le cas), alors nous devons nous demander qui * a * commis
Lockerbie et si l'intention de ce faux- L' opération de drapeau (avec
207 morts) était de créer une * raison * d'imposer les sanctions ,
une raison de paralyser la croissance de la Libye et d'être en mesure
de déclarer fermement la Libye de Kadhafi un `` État terroriste '': tous
conçus pour paralyser la position de Kadhafi et à, en termes
internationaux, le soutenir et sa révolution verte dans un coin.

7. Kadhafi était indépendant et responsable

L'autre vrai problème que la plupart des dirigeants avaient avec


Kadhafi était qu'il ne jouait tout simplement pas au ballon, ne
rejoindrait jamais le club à long terme. Il est resté totalement
indépendant, arrogant et tout à fait peu propice à des programmes
internationaux communs . Il ne fait plus aucun doute qu'un
bouleversement majeur de l'état du monde et

116

radicaux reconceptions de la géo-politique de maquillage et de l'avenir des


Etats-nations, est menée - dont on a besoin ne regardent que le
sanguinolente désordre en Irak et en Syrie pour voir.

Les dirigeants, et même les nations, qui ne sont manifestement pas


favorables à ce programme (ou ne veulent pas coopérer avec) sont
vilipendés, diabolisés et complotés contre: Kadhafi aurait été l'une des
premières personnes sur cette liste, (1) parce qu'il était un opposant
ouvert et (2) parce qu'il avait créé en Libye un modèle alternatif
fonctionnel que les gens pourraient considérer comme un exemple
pour éviter le NWO et les mafias financières mondiales. Ce modèle a
dû être paralysé (ce qui a été tenté à partir de la fin des années 1980 à
partir de Lockerbie); mais quand même cela n'a pas abouti à un
soulèvement populaire ou à un renversement de Kadhafi et du
modèle, il a dû au contraire être complètement détruit (2011).

Kadhafi, plus que n'importe quel dirigeant mondial auquel je puisse


penser (et à son propre détriment), possédait à la fois cette volonté et
cette capacité à ébouriffer toutes les mauvaises plumes, à mettre le
doigt sur les forces, les institutions et les politiques de la communauté
internationale. Se considérant fermement dans sa position au sein de
la société libyenne (à tort, comme cela s'est produit) et considérant la
Libye elle-même fermement indépendante et autosuffisante, il n'avait
pas besoin de `` jouer le jeu '' avec des puissances ou institutions
internationales, même s'il l'a fait (et quand il l'a fait, c'était par choix
et non par bondage).

Mais plus que tout cela, il était un handicap. Parce que, dit-on, il savait
des choses; il avait la saleté sur trop de gens puissants dans les
gouvernements occidentaux et arabes. Ce n'était pas seulement
Sarkosy (qu'il avait directement menacé de dénoncer), mais plusieurs
autres aussi, à travers le spectre des Établissements et élites au
pouvoir, au Royaume-Uni, en France, aux États-Unis, en Israël, en
Arabie saoudite. .. pratiquement partout. Et comme il n'était pas
intéressé par la création d'une société capitaliste ou même
communiste en Libye (mais au lieu de cela, il avait littéralement créé
un système unique et unique pour répondre aux besoins spécifiques
des Libyens), il ne pouvait pas vraiment être acheté ou assimilé à le
programme sociétal ou mondialiste plus large.

Et il n'a eu aucun scrupule à dénoncer les conspirations ou les délits là


où il les voyait, qu'il s'agisse du stock d'armes nucléaires israéliennes,
de l'assassinat de Kennedy, du contrôle sioniste de Washington, de la
complicité de certains États arabes dans l' invasion menée par les
États-Unis. d'Irak, ou quoi que ce soit d'autre. Remarquablement dans
le même discours de l'ONU de 2009 auquel j'ai fait référence plus tôt,
Gadaffi a appelé à de nouvelles enquêtes sur divers assassinats, en se
concentrant particulièrement sur John F. Kennedy en 1963 et Martin
Luther King en 1968. Beaucoup pensaient que c'était une blague; ce
n'était pas une blague.

Quelqu'un doit se lever à l'ONU et maintenant ajouter le propre


assassinat de Kadhafi à cette liste. Mais bien sûr, personne ne le fera
- parce qu'ils sont tous pour la plupart des chattes.

7. La «révolution mondiale»

"Nous savons que ce chien fou du Moyen-Orient a pour objectif


une révolution mondiale", avait déclaré le président américain
Ronald Reagan lors d'une conférence de presse le 9 avril 1986.

Cette déclaration est en fait devenue l'image déterminante de Kadhafi


et de la Libye dans la perception occidentale dominante pendant les
années qui ont suivi et est restée l'image déterminante tout au long du
bain de sang de 2011. Alors que la réalité est que Kadhafi avait
probablement abandonné ces idées révolutionnaires mondiales dans
les dernières années de sa vie, cette pensée était toujours une source
de préoccupation constante au milieu des royaumes de la
corporataucratie occidentale.

117

La Libye de Kadhafi avait bien sûr été qualifiée de `` commanditaire


d'État du terrorisme '' pendant de nombreuses années, et cette étiquette
était largement basée sur son soutien et celui de la Libye à des mouvements
tels que l' Organisation de libération de la Palestine (OLP), l' ANC de Nelson
Mandela , les sandanistes en Nicaragua, l' IRA en Irlande et diverses autres
organisations: des organisations qui, selon Kadhafi, étaient des
«mouvements de libération» et non des groupes «terroristes». Nous pouvons
débattre de la question de savoir s'il a toujours eu raison dans cette
affirmation, mais il y a beaucoup de zones grises à ce sujet; par exemple,
c'est un fait de l'histoire que si presque tous les gouvernements
démocratiques occidentaux, civilisés, continuaient à soutenir et à
approuver le gouvernement sud-africain de l'apartheid , c'était Kadhafi
et la Libye qui soutenaient ouvertement l' ANC et l'Afrique du Sud
noire. .

C'est pourquoi Mandela considérait Kadhafi comme un ami et un


héros . Mandela, qui a donné à son propre petit-fils le nom de
Kadhafi, et a qualifié Kadhafi de "plus grand combattant de la liberté"
du 20ème siècle, et a insisté sur le fait que l'effondrement éventuel du
système d'apartheid devait beaucoup au soutien de Kadhafi et de la
Libye. À son tour, Mandela a joué plus tard un rôle clé en aidant
Kadhafi à obtenir une (brève) acceptation par le grand public dans le
monde occidental.

Au fil des ans, Kadhafi a fini par être considéré comme un héros dans
une grande partie de l'Afrique en raison à la fois de son image
révolutionnaire épique et de ce qu'il avait accompli en Libye. Après
que M. Mandela soit devenu le premier président noir d'Afrique du
Sud en 1994, il a rejeté la pression des dirigeants occidentaux - y
compris le président américain de l'époque Bill Clinton - pour rompre
les liens avec Kadhafi, qui avait en fait largement financé sa
campagne électorale. "Ceux qui se sentent irrités par notre amitié
avec Kadhafi peuvent aller sauter dans la piscine", avait déclaré
Mandela. Mandela était en fait beaucoup plus convaincu de son amitié
avec Kadhafi que de ses relations avec des responsables occidentaux
comme Tony Blair, Bill Clinton ou George Bush. "Aucun pays ne peut
prétendre être le gendarme du monde et aucun État ne peut dicter à
un autre ce qu'il doit faire", avait déclaré l'icône sud-africaine en
réponse aux autorités occidentales le pressant de fuir Kadhafi.

«Ceux qui hier étaient amis de nos ennemis ont le


culot de me dire de ne pas rendre visite à mon
frère Kadhafi…»

Mandela avait ajouté ostensiblement: "Ceux qui


hier étaient amis de nos ennemis ont aujourd'hui
le culot de me dire de ne pas rendre visite à mon
frère Kadhafi…"
Les commentateurs traditionnels sont donc simplement engagés dans
la sémantique. Kadhafi a toujours prétendu être entièrement contre les
«terroristes»; il a entièrement condamné Al-Qaïda et d'autres

118
Groupes islamistes (et a été en fait le premier à le faire), et à être en
faveur uniquement des «mouvements de libération légitimes». Et
beaucoup conviendraient bien sûr que la plupart des mouvements
étrangers qu'il soutenait - encore une fois, l'OLP, l'ANC ou les
sandinistes, par exemple - étaient en effet de véritables mouvements
de libération engagés dans des luttes pour la liberté ou
l'indépendance.

C'était la «révolution mondiale» à laquelle Reagan faisait allusion:


un monde dans lequel les peuples opprimés du monde entier auraient
pu se lever et causer des problèmes à leurs oppresseurs et à leurs
systèmes de contrôle. Dans les années 70 et 80, Kadhafi était le
sponsor n ° 1 mondial et le champion de ces causes , du soutien aux
aborigènes d'Australie aux Palestiniens étouffés par l' étranglement
d'Israël sioniste. Il a peut - être été naïf dans certaines de ses idées
pour ce qui pourrait être accompli, mais, néanmoins, ce fut la raison
pour laquelle il était haï et c'est pourquoi le Corporataucracy
occidental lui diabolisé, des sanctions paralysantes imposées, et
regardé de façon permanente pour toute chance de l'assassiner et à la
fin sa société libyenne.

Kadhafi était, pourrait-on dire dans les décennies


à venir, la plus grande figure révolutionnaire
des cent dernières années . Et même si cette
menace de `` révolution mondiale '' avait
considérablement diminué au moment de 2011,
l'Occident ne lui a jamais pardonné ces gestes
passés et est resté en permanence inquiet qu'il
pourrait reprendre ses anciennes philosophies.
Encore une fois, l'étiquette «État sponsor du terrorisme» avec laquelle
l'Occident avait qualifié la Libye pendant des décennies était
simplement un moyen sémantique d'éviter de dire à la place «État
sponsor de la révolution». Les véritables `` États sponsors du
terrorisme '', bien sûr, sont désormais des pays comme
l'Amérique, l'Arabie saoudite, le Qatar et ses alliés : et cela n'a
jamais été aussi clairement mis en évidence qu'en 2011, lorsqu'ils ont
parrainé et libéré leurs criminels par procuration dirigés par
Al-Qaïda. en Libye ... et les vrais «terroristes» et leurs vrais «sponsors»
ont eu leur journée.

8. La Libye était une cible facile

Ce point est crucial: même Saif Kadhafi a admis que le


gouvernement libyen avait été naïf dans sa complaisance. Mouammar
Kadhafi libérer tant d'islamistes de prison dans l'espoir de
«réhabilitation» et de «dialogue» était de la naïveté; mais leur plus
grande erreur, a déclaré Saif à RT pendant la crise, était qu'ils
n'avaient pas acheté de nouvelles armes et de meilleures armes et
qu'ils n'avaient pas construit une plus grande armée.

Pourquoi? Parce que Kadhafi et la Libye avaient été attirés dans un


faux sentiment de sécurité et de réconciliation par les puissances
coloniales occidentales .

Nos dirigeants ont exigé que la Libye de Kadhafi se rende


militairement faible afin d'être réintégrée dans la communauté
internationale après des décennies d'ostracisme, de diabolisation et de
sanctions. Ils ont essentiellement incité Kadhafi à penser que la
Libye avait été acceptée comme un «ami» de l'Occident dans une
nouvelle ère de paix, en particulier après le 11 septembre . Cela a
placé la Libye précisément là où l'Amérique, l'OTAN et les puissances
européennes le voulaient: faible et sans défense.

119

"Nous avons retardé la construction d'une armée


plus forte ou l'achat de nouvelles armes", a
expliqué Saif à RT , "parce que nous pensions" que
nous n'aurons plus à nous battre "; parce que
nous pensions que les Européens et les
Américains étaient nos amis maintenant. "
En réalité, tout ce que Kadhafi et la Libye ont fait pendant plusieurs années
pour se `` réconcilier '' avec l'Occident, tout ce qu'ils ont fait pour être à
nouveau acceptés par la communauté internationale, les a rendus
vulnérables à l'attaque que l'OTAN et Al-Qaïda ont lancée contre eux à la
début 2011. Les forces armées libyennes utilisaient à ce stade du matériel
militaire largement dépassé et une fois que les forces aériennes de 40 pays
de l'OTAN les attaquaient depuis les airs, il n'y avait plus d'espoir. C'était une
«cible souple» facile à prendre au dépourvu.

La plus grande erreur stratégique de la Libye a été d'abandonner


son programme provisoire d' ADM plusieurs années avant le
soulèvement. Si la Libye avait développé des ADM, il est très
probable que cette intervention criminelle
OTAN / Occidentale / Al-Qaïda ne se serait pas produite, (1) parce que
les conspirateurs internationaux n'auraient pas risqué de laisser son
armée par procuration d' Al-Qaïda mettre la main sur de telles ADM.
en Libye, et (2) parce que les armes de destruction massive auraient
joué un rôle de dissuasion , ce qui est précisément l'intérêt de posséder
de telles armes. Je suis pacifiste, au fait et je crois que toutes les ADM
devraient être démantelées et abandonnées; cependant, cela ne veut
rien dire si chaque gouvernement fait le même geste .

Kadhafi a abandonné le programme d'ADM comme un geste


volontaire de bonne volonté, d'une part pour démontrer à l'Amérique
et à l'Europe que la Libye n'était pas un État hostile ou `` voyou '' avec
de mauvaises intentions, et d'autre part pour faire preuve de
solidarité avec l'Amérique et l'Occident après le 11 septembre .
Kadhafi aurait pu moralement faire la bonne chose, suivre le bon
chemin; mais il avait commis une erreur stratégique qui lui coûterait
cher ainsi qu'à la Libye.

Dans un sens, cela m'a rappelé quelque chose que j'avais toujours
pensé à Saddam Hussein et à l'Irak; en particulier l'ironie que si
Saddam * avait * développé de destruction massive, on peut se
demander si l' menée par les USA invasion de 2003 aurait eu lieu. Le
fait qu'il ne l'ait pas fait et que l'Amérique ait simplement dit qu'il
avait ensuite continué et envahi l'Irak de toute façon semblait
toujours extrêmement ironique. C'est aussi à peu près une
justification de la raison pour laquelle l' Iran a parfaitement le droit
de développer son programme d'armes nucléaires.

9. Faire de la Libye un « émirat d' Al-Qaïda » et créer la


guerre, le sectarisme et une porte d'entrée vers l'Europe…

Et c'est peut-être le plus important: ils ont littéralement transformé la


Libye en un vaste terrain d'entraînement terroriste, une zone de
rassemblement et une plaque tournante pour le flux d'armes. Pour
certains, cette stratégie peut sembler insensée; mais pour ceux qui
comprennent que les puissances mondiales orchestrent à la fois un «choc
des civilisations» et peut-être même une troisième guerre mondiale dans le
but de forger un nouvel ordre mondial, cela prend tout son sens.

Quiconque examine les informations disponibles conclura que


l'Amérique n'a jamais été engagée dans une `` guerre contre le
terrorisme '', mais qu'elle a en fait été le sponsor et le bailleur de fonds
n ° 1 du terrorisme dans le monde, Al-Qaïda et ISIS / ISIL compris .
La véritable `` guerre contre le terrorisme '' était menée par des gens
comme Mouammar Kadhafi (et maintenant Bashar Assad), qui était,
comme le rapporte l'histoire, le tout premier dirigeant mondial à
condamner publiquement Al-Qaïda dans les années 1990 , la Libye
étant le premier gouvernement à émettre un mandat d'arrêt contre
Oussama Ben Laden. Ce que Kadhafi n'a peut-être pas bien compris,

120

cependant, était la mesure dans laquelle Al-Qaïda et ses affiliés sont


essentiellement l' armée terrestre ou la légion irrégulière des
mondialistes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

En 2011 , l'année où Oussama ben Laden aurait été tué et


qu'Al-Qaïda semblait manquer à la fois de vapeur et de
crédibilité, les terroristes et les militants de la région ont reçu une
énorme injection de vies sans précédent en étant envoyés en Libye,
avec de l'argent (1 $ Milliards des Saoudiens seuls), ont reçu des armes
et un vaste champ de bataille pour opérer.

Al-Qaïda a été littéralement * sauvé * de


l'obscurité imminente par les agences
occidentales et s'est vu remettre la Libye
sur une assiette.

À
À partir de là, le phénomène du terrorisme islamiste armé a pu
prospérer comme jamais auparavant , engendrant la guerre en
Syrie, la naissance de Boko Haram au Nigéria, divers groupes
militants en Afrique, et bien sûr menant à l'avènement de l'EI / ISIL.
Mais en 2011, ils ont été littéralement autorisés à organiser des
émeutes dans les villes libyennes, développant (et se délectant) d'une
soif de sang et d'un niveau de barbarie qu'ils emporteraient ensuite
vers l'est en Syrie et en Irak et vers le sud en Afrique centrale. Tout
cela a été rendu possible et encouragé par nos gouvernements: tout ce
que nous avons vu depuis et partout dans la région est donc parrainé
par nos gouvernements.

La Libye, la Syrie, l'Irak et bien d'autres ont tous fait partie d'un
programme post-11 septembre visant à créer un scénario de «guerre
sans fin» à des fins multiples. La propagation de violentes milices et
terroristes d' inspiration islamiste en Afrique a été * une conséquence
directe * de la déstabilisation de la Libye par l'Occident; ce que
Kadhafi lui-même a prévenu se produirait si la Libye était interférée.
Même quelque chose d'aussi courant que le Washington Times a, il y a
des mois, souligné à quel point les responsables libyens étaient
préoccupés en 2011, `` alors que la secrétaire d'État Hilary Clinton
tentait de retirer Kadhafi du pouvoir, que les armes étaient
acheminées vers les rebelles soutenus par l' OTAN ayant des liens. à
Al-Qaïda, craignant que des insurgés bien armés ne créent un refuge
sûr pour les terroristes » .

'ISIS' ou 'ISIL' a maintenant profité du chaos en Libye


et établi une présence importante; vu ici prétendument
exécuter un certain nombre de chrétiens coptes.

Et même CNN admet que la présence de l'État islamique en Libye est


maintenant simplement un grand nombre des mêmes terroristes
sectaires qui ont quitté la Libye pour se battre en Syrie et retournent
maintenant à leur arène initiale ; et admet également que certains de ces
terroristes avaient existé en Libye

121

pendant des décennies et ont été contrôlés principalement par le


régime libyen. Avec Kadhafi éliminé et tout semblant d'unité nationale
détruit par «l'intervention» de l'OTAN, Al-Qaïda a pu non seulement
prospérer en Libye, mais aussi utiliser la nation décimée comme
zone de transit pour envahir et ruiner d'autres nations , avec le
flux d'armes. hors de la Libye ayant été, comme mentionné
précédemment, un facteur majeur contribuant à la propagation du
terrorisme et de la guerre à la fois en Afrique et au Moyen-Orient;
nous savons déjà comment les armes de l'armée libyenne ont été
volées et redistribuées dans toute la région, en particulier à ISIS / ISIL
et aux autres groupes «rebelles» opérant en Syrie pour renverser le
gouvernement syrien.

2011 - précisément une décennie après le 11


septembre - a marqué l'orchestration de la phase
suivante de la «guerre sans fin» américaine; l' ère
Ben Laden / Al-Qaïda était terminée (encore une
fois, ce n'est pas par hasard que Ben Laden a été
tué la même année) et quelque chose de nouveau,
bien pire et beaucoup plus dramatique (pour les
besoins de ceux qui regardent les journaux
télévisés) était nécessaire .
L’Iraq avait déjà été soigneusement et méticuleusement transformé en
un terrain d’étape et une arène pour cela; La Libye a été faite de la
même manière afin qu'elle puisse avoir un impact plus direct sur
l'Afrique et l'Europe (via la côte méditerranéenne). Comprenez que
nous avons été méticuleusement manœuvrés vers un scénario de ``
choc des civilisations '' de style apocalyptique dans lequel tout
sectarisme religieux ou culturel possible est amplifié et joué, d'abord
au Moyen-Orient et en Afrique, puis en Europe et en Amérique
également. Il convient également de garder à l'esprit que, si l'EI /
EIIL «envahissait» l'Europe en grand nombre, ce serait via la Libye
ou la Turquie; et ils ont en fait déjà * dit * qu'ils prévoyaient d'envahir
l'Europe via la Libye et la Méditerranée. Mais, bien sûr, «ISIS» était -
en premier lieu - un «épouvantail» manufacturé et polyvalent ; un
monstre de Frankenstein des agences de renseignement occidentales.

Un monstre qui a maintenant évolué hors de contrôle. Son lieu de


naissance n'était pas seulement l' Irak d' après-guerre , ni simplement
le champ de bataille manufacturé de la Syrie - mais le champ de
bataille manufacturé de la Libye en 2011. Financé, armé et célébré par
nos gouvernements.

_______________________

Conclusions : nous sommes devenus le diable

L ibya est parti. La vraie Libye, c'est-à-dire.


Quiconque émergera en tant que futur gouvernement `` reconnu '' de la
Libye (une question toujours non résolue même en 2015), sera contraint de
payer pour la reconstruction de toutes les villes, ressources et
infrastructures que l'OTAN et la communauté internationale ont détruites
en 2011 (une des principales raisons pour lesquelles la campagne de
bombardement de l'OTAN était si globale

122

et approfondie) par l'endettement, aux dépens du peuple libyen; cela


maintiendra le pays esclave de ses nouveaux maîtres coloniaux
étrangers pendant des générations - précisément le sort que
Mouammar Kadhafi avait travaillé pendant quatre décennies pour
éviter à tout prix.

C'est la grande et suprême ironie, bien sûr: que la véritable ``


révolution libyenne '' - celle que Kadhafi a menée il y a quatre
décennies - a finalement pris fin par une `` révolution '' bidon lancée
par l'OTAN et Al-Qaïda pour quatre décennies de travail et retirer à la
Libye ce qu’elle avait accompli.

Les multinationales européennes et américaines , les compagnies


pétrolières, les entreprises de construction, etc., en profiteront pour
les années à venir: une fois le chaos actuel dans le pays - qui
nécessitera probablement à terme une autre `` intervention '' (qui est
déjà suggérée par le criminelle David Cameron, qui veut commencer à
bombarder à nouveau - en d' autres termes, bombardant le peuple
pour qui il a été à l' origine des bombardements de Kadhafi peuple) - a
terminé au service de ses différents Géo-politique buts.
Un haut responsable français a estimé que la reconstruction de la
Libye pourrait coûter 200 milliards de dollars sur 10 ans .
Française, américaine, canadienne, britannique, et d' autres sociétés
de nations ont tous été bousculent pour obtenir des contrats de
construction, des contrats pétroliers, etc, avec de nouveaux
responsables de la Libye et les autorités en 2011. La pleine échelle de
cette multinationale opération d' entreprise est encore être
pleinement mis en œuvre, mais cela viendra.

Le New Zealand Herald a rapporté , au moins un mois avant le meurtre de


Kadhafi; Alors que les nouveaux dirigeants libyens consolident leur emprise
sur le pays, les grandes majors pétrolières encerclent le pays presque libéré
et riche en pétrole ... L'Italien ENI et le Français Total mènent la charge,
tandis que les géants britanniques BP et Royal Dutch Shell explorent huile
là-bas. Et encore une fois, le sénateur américain Lindsey Graham l'a mieux
résumé dans sa réaction au meurtre de Kadhafi, lorsqu'il a dit: "Mettons-
nous au travail. Il y a beaucoup d'argent à gagner en Libye."

"Kadhafi était un grand leader, un véritable révolutionnaire qu'il ne


faut pas confondre avec la nouvelle direction libyenne prise au
pouvoir par les baïonnettes de l'OTAN et par les multinationales
pétrolières", a déclaré Mario Borghezio après la mort de Kadhafi en
octobre 2011. La Libye ne possédera plus jamais ses propres
ressources , contrôler son propre destin ou sa propre qualité de vie. Il
n'y aura jamais un autre Mouammar Kadhafi en Libye ou en
Afrique; on peut se demander s'il y aura jamais quelqu'un comme
Mouammar Kadhafi n'importe où dans le monde d'ailleurs, car les
dernières sociétés et dirigeants indépendants restants sont
manœuvrés à un rythme plus accéléré alors même que nous parlons.
Il était unique, tout comme sa Libye. Mais, comme je l'ai dit, la Libye
est partie.
Nos dirigeants élus quant à eux ne sont guère plus
que des marionnettes consentantes des
multinationales et des banques et institutions
financières «trop grandes pour faire faillite».
Nous vivons à une époque où les
multinationales et les conspirateurs de la
finance internationale sont tout-puissants: si
puissants qu'ils sont capables de mener des
guerres contre les États-nations et les
populations.
La Libye en 2011 a été une opération d' entretien l'ordre du jour
bancaires mondiaux les mafias et les multinationales sociétés, avec
divers responsables et réseaux gouvernementaux (et
appartenant à l' entreprise des médias) facilitant l'opération. Ils font
tous partie du même système d'illusion et de contrôle.

123

Le système financier / bancaire / gouvernemental actuel qui domine la


plupart de nos sociétés peut être proche d'un état d'effondrement,
comme l'édifice de mauvaise qualité et illégitime qu'il est; en fait , il aurait
effondré déjà si nos gouvernements n'avaient pas intervenu et accompli un
acte de sauvetage pour le bien du système et au détriment de leurs citoyens,
au lieu de chercher à réformer ou Revaloriser ce système (2008 aurait dû
être sa fin, en fait). Mais alors que cet état d'effondrement continue de se
profiler, les pouvoirs au sommet de la pyramide deviendront de plus en
plus désespérés et de plus en plus impitoyables , et par conséquent, les
gouvernements qu'ils contrôlent seront de plus en plus forcés de prendre
des mesures désastreuses et de suivre des désastreux, souvent immorales,
les politiques visent toutes à protéger
Le système.

La guerre en Irak (Saddam Hussein, vous vous en souvenez peut-être,


s'apprêtait à convertir le paiement du pétrole du dollar en euro), la
guerre en Syrie et la dévastation totale de la Libye, sont tous les
symptômes de cette grave défaillance des systèmes et de
l'immoralité croissante. et la tromperie nécessaire pour empêcher cet
échec.

Cependant, jusqu'à ce que ces entreprises criminelles, ces tromperies de


masse et ces politiques illégales soient d'une manière ou d'une autre mis
en cause via une sorte de procédure légale, elles continueront tout
simplement.

Mais bien sûr, cela n'arrivera pas de si tôt, car les vrais criminels et
conspirateurs sont à l'abri de la justice ou même tenus de rendre
des comptes. À tel point que les criminels de guerre ouverts peuvent
vivre leur vie dans le privilège et le luxe (ou même courir pour les
plus hautes fonctions dans certains cas), tandis que de vastes
opérations organisées comme les rituels / abus sexuels d'enfants en
grand nombre en Grande-Bretagne, en Amérique et d'autres nations
par des membres de l'establishment au pouvoir peuvent être menées
en permanence sans poursuites ni responsabilité, tandis que les
représentants du gouvernement garantissent leur immunité de
justice.

Mais ces personnes, ces institutions, ne sont pas essentiellement


séparées; encore une fois, ils font tous partie du même système
d'illusion et de contrôle. De telles institutions et réseaux de personnes
ne sont pas là pour servir les intérêts des populations d'Amérique, de
Grande-Bretagne ou d'Europe ou des populations de pays comme la
Libye, la Syrie, l'Irak ou toute autre Afrique. Les gens sont, au mieux,
des statistiques; au pire, «dommages collatéraux». En effet, le
meurtre ou le déplacement de populations entières ne sont que
des pensées après coup. De plus, ces puissances mènent maintenant
secrètement (et dans certains cas ouvertement) une guerre sanglante
contre diverses sociétés et populations et par divers moyens. La Libye,
comme cela a été démontré, a joué un rôle crucial pour y parvenir.

Avec la résolution 1973 et l'intervention en Libye, l'OTAN et ses


gouvernements membres ont également créé un précédent pour de
futures attaques militaires illégales contre des nations souveraines, y
compris un changement de régime forcé (témoin, après Kadhafi, la
campagne pour destituer Bachar Assad et le gouvernement syrien du
pouvoir). Et l' ONU a
devenir simplement un véhicule subalterne à cette fin.

À l'inverse, la catastrophe totale de l'intervention en Libye et les vastes


tromperies employées pour la permettre peuvent nous rendre tous de
moins en moins disposés à croire nos gouvernements, nos médias ou
des organismes comme l'ONU à l'avenir si et quand il y a un véritable
`` devoir de protéger ''. situation ou un massacre imminent peut être
en danger de se produire (un autre Screbrenica, par exemple). De
toutes les manières possibles, ce qui a été fait en Libye a fait du
monde un endroit bien pire, bien plus dangereux et beaucoup
moins honorable.

La Libye, plus que toute autre chose, est l'endroit


et le moment où les gouvernements et les
institutions des médias occidentaux

124

et ont finalement perdu leur âme , et ne faisaient


pas simplement l' œuvre du «diable», mais étaient
en fait devenus le diable. «Une coalition de
démons» , avait dit Louis Farakhan - et c'est une
description aussi juste qu'une autre.
Certains organes de presse, même les plus grands comme la BBC et
CNN, et divers journalistes, sont maintenant prêts à discuter à
nouveau de la Libye et à parler de diverses «erreurs» dans
l'intervention de l'OTAN. Encore une fois, il est trop peu trop tard :
ils auraient dû s'attaquer à ces problèmes * à l'époque *, au lieu de
simuler la couverture médiatique et de faire de la propagande
cynique. En omettant de le faire , ils ont démontré leur propre
insignifiance. Et même quand ils en parlent maintenant, ils ne
s'adressent bien sûr jamais aux vrais éléphants dans la pièce;
comme ce que faisaient exactement des centaines de membres
des forces spéciales des SAS en Libye avec Al-Qaïda, comme
pourquoi des agents des services de renseignement français
étaient dans la foule de Syrte au moment du meurtre de Kadhafi,
ou pourquoi, par exemple, la BBC a diffusé de fausses images de
protestation et a essayé de le faire passer pour des civils libyens ...
jusqu'à ce qu'ils soient prêts à résoudre ces problèmes (et plus
encore), rien de ce qu'ils ont à dire n'a plus de valeur et rien de tout
cela ne mérite notre attention.

Que diriez-vous des géants des médias d'entreprise s'excuser auprès


de leurs millions de téléspectateurs pour leurs fausses vidéos et
diverses autres tromperies? Que diriez-vous que l'OTAN fasse l'objet
d'une enquête pour ses crimes de guerre? Que diriez-vous que le
Conseil de sécurité de l'ONU soit mis en cause pour sa guerre
illégale et ses violations de la Charte des Nations Unies? Que
diriez-vous de Nicolas Sarkosy, Hilary Clinton et tous les autres
faire l'objet d'une enquête pour leurs opérations et être jugés ?
Que diriez-vous que des excuses soient officiellement adressées à la
fois au peuple libyen et aux quelques membres survivants de la
famille Kadhafi ? Que diriez-vous que Saif al-Islam Kadhafi soit libéré
de prison?

Que diriez-vous que nos gouvernements cessent de soutenir les


terroristes salafistes / islamistes en Syrie? Qu'en est-il d'énormes
paiements de réparation au peuple libyen, avec de l'argent investi
dans la reconstruction du pays et des infrastructures? Que diriez-
vous que les systèmes juridiques de chacun de nos pays mènent
une enquête sur les actions de nos représentants
gouvernementaux et de nos forces armées? Qu'en est-il des
institutions financières et des cartels bancaires qui font face à une
enquête publique? Non?

Non, je suppose que non.

_______________________

Ce que nous pouvons faire: notre seul vrai


pouvoir…

En lisant ceci, vous pouvez alors sentir que c'est un scénario désespéré que nous observons.

Vous pensez peut-être qu'il n'y a pas de solution, pas d'espoir et que
s'opposer aux forces corrompues et moralement en faillite qui ont
détourné le contrôle de nos gouvernements et des organismes
internationaux est totalement futile. Dans un certain sens, cela peut
être vrai. Après tout, le nombre de journalistes grand public prêts à
exposer la vérité est peu élevé, et le nombre de journalistes grand
public réputés

125

les médias désireux de donner la parole à ces journalistes sont encore


moins nombreux. Et pratiquement aucun politicien n'est prêt (ou d'être
juste, voire capable ) de faire bouger le bateau ou de risquer sa propre
carrière.

Mais il y a des choses que vous pouvez faire.

La première chose est l' information . Partagez les informations .


Partagez des articles comme celui- ci (et d'autres similaires) avec vos
amis, votre famille et vos réseaux sociaux. Dites la vérité aux gens
même lors de conversations informelles. Et continuer à soutenir le
journalisme indépendant et les médias alternatifs.

Si vous êtes aux États-Unis , partout où Hilary Clinton va, évoquez


Benghazi et récupérez les bandes du Pentagone qui ont fui. Soulignez
le fait que le convoi de Kadhafi voyageait sous un drapeau blanc de
trêve lorsqu'il a été attaqué. Si vous êtes en France, tendez une
embuscade aux événements publics de Nicolas Sarkosy partout où
vous le pouvez: demandez-lui s'il a ordonné le meurtre de Kadhafi.
Demandez-lui pourquoi les agents du renseignement français étaient
à Syrte. Si vous êtes au Royaume-Uni , demandez à David Cameron et
à ses collègues pourquoi les troupes SAS étaient en Libye déguisées en
Arabes; demandez-leur à chaque occasion.

Écrivez des lettres à vos représentants locaux: bombardez-les de


courrier en posant des questions pertinentes. Bombardez les sections
de commentaires des sites Web d'information lorsque le sujet est
abordé et écrivez des lettres dans les journaux. Lancez des pétitions.
Diffusez cette information partout. Tweetez-le sur Twitter , publiez des
messages sur Facebook ; enfer, graffer sur les murs . Les criminels
peuvent s'en tirer avec le crime, mais ne les laissez pas s'en tirer la
conscience tranquille et ne les laissez pas s'en tirer avec leur
réputation intacte. Pointez du doigt
- toujours. Faites en sorte que leurs crimes les suivent pour le reste de leur vie comme des
fantômes.

Et il y a certaines choses qui peuvent être faites, certaines actions, même si


leurs effets sont limités, qui peuvent être entreprises. Par exemple, le
gouvernement malaisien a récemment condamné
George W. Bush et Tony Blair par contumace de «Crimes de
guerre» pour l'invasion illégale de l'Irak . Les gouvernements -
même les plus petits pays - pourraient tous faire cela aussi, et
pourraient le faire en ce qui concerne la Libye ou la Syrie (ou tout
autre complot futur). Cela peut ne pas déboucher sur des procès
immédiats ou des poursuites judiciaires, mais cela envoie un
message important et crée un nouveau climat - un climat de
responsabilité et de conséquences; si davantage de gouvernements
faisaient cela au fil du temps, l'effet cumulatif pourrait être massif, de
même que l' embarras pour les gouvernements accusés et la
stigmatisation.

Ou, pour un autre exemple, j'ai été récemment contacté par un


journaliste basé en Turquie, qui m'a informé du dépôt officiel qu'il
avait fait auprès de la Cour pénale internationale pour inculper les
`` États-Unis, la Turquie et leur gang mondial '' (comme il it) des
crimes de guerre en Syrie . Cet effort peut ne rien accomplir; mais
symboliquement, il est extrêmement significatif - et plus il y a de
personnes, en particulier de personnes de bonne réputation, qui font
cela, plus un effet cumulatif positif peut être obtenu.

Le Parlement britannique vient en fait de lancer une enquête


officielle sur le rôle du gouvernement britannique dans le crime
libyen de 2011. C'est quelque chose que je n'avais pas imaginé faire
quand j'ai commencé à compiler ce document. Il est encore trop peu
trop tard, et cela n'est fait que parce que les conséquences désastreuses
de la conspiration criminelle de 2011 deviennent un inconvénient pour
la sécurité britannique et européenne. Même ainsi, c'est quelque
chose. Et l'enquête accepte également les soumissions de toute
personne disposant d'informations pertinentes sur le sujet. Si
quelqu'un lisant ceci souhaite partager des informations
à partir de ce document avec l'enquête, n'hésitez pas à le faire.

Cela dépend des gens comme nous , des gens comme vous. Parce
qu'une chose est devenue tout à fait claire ces dernières années: nous
ne pouvons pas compter (ni même faire confiance) à nos sociétés de
presse ou à la plupart de nos

126
les grands journaux et les journalistes pour contester ces crimes ou
leurs auteurs: comme l'a démontré Libye / 2011, ils sont en fait, pour
la plupart, impliqués dans le crime. C'est aux gens comme nous de
continuer à contrer le récit .

Et surtout, soyez éveillé à la réalité. Sachez que l'on vous ment.


Boycottez les médias d'entreprise et leur empire de mensonges:
éteignez-les et mettez-les en faillite. Et réfléchissez à deux fois avant
de voter pour des partis et des politiciens qui ont été complices ou
instrumentaux dans ces crimes . En votant pour eux, vous validez
leurs crimes.

Voilà ce que nous pouvons faire. Cela peut ne pas sembler beaucoup;
mais nous ne sommes pas des criminels, mais des citoyens
respectueux des lois , et l'information - et la manière dont nous
utilisons cette information - est notre seul véritable pouvoir.

_________________________

Un dernier mot: `` Voici les bons gars '' ...

S o disons un dernier mot sur Mouammar Kadhafi ; un homme qui, en 2011 (à droite
avant le début du «soulèvement»), était, comme je l'ai dit au début,
l'un des pionniers du sondage en ligne d' Amnesty International USA
sur «Human Rights Hero, 2011».

Et cela illustre à quel point le fossé existe entre la réalité et la perception populaire.

La seule chose que vous ne pourriez jamais faire était de définir


Kadhafi en une simple phrase. Dans la vie, et au-delà de la mort, il
reste difficile de faire des déclarations générales sur. En général, je ne
fais pas de louanges aux gens quand il s'agit de politique ou d'affaires
mondiales, et je ne prétendrais jamais que Kadhafi était un «héros»
dans un sens absolu; il était certainement un héros en 2011 et il est
mort en héros . Mais la vie est trop compliquée et les affaires
internationales trop nébuleuses et embourbées dans la corruption et
les agendas pour faire des déclarations générales sur des personnalités
politiques.

À certains égards, il était un écho du genre de personnages


révolutionnaires qui ont changé le monde qui existaient dans des
temps révolus; il était un équivalent moderne d' Auguste , ou d'un
ancien type «homme d'État-philosophe» de style grec . En tant que tel,
il n'était peut-être tout simplement pas apte à cette époque - pas
quelqu'un que l'ordre mondial actuel pourrait tolérer.

127

AllAfrica.com a prédit qu'il "faudrait 50 ans" avant que les historiens


puissent décider si Kadhafi était un "martyr ou un méchant". J'ai
tendance à me demander, en fait, si dans 50 ans (ou moins) l'histoire
enregistrera Kadhafi sous un jour très différent de la fausse campagne
de diabolisation artificielle que les gouvernements et les médias
occidentaux ont menée pendant tant d'années. Dans un article paru
dans The Final Call , le journaliste africain Tingba Muhammad a décrit
Kadhafi comme «un homme dont le bilan progressif des
réalisations peut très bien être inégalé par quiconque a jamais
dirigé une nation dans les temps modernes ».

Le «chien fou» du Moyen-Orient était ce que Ronald Reagan


l'appelait; une insulte qui a été facilement adoptée et propagée par
les médias d'entreprise pendant des décennies. En propageant et en
vulgarisant cette caricature, ils pouvaient essentiellement détourner
l'attention des progrès réels réalisés dans la société libyenne ou des
réformes et des systèmes que Kadhafi avait contribué à mettre en
œuvre et cela garantissait également que tout ce que Kadhafi avait
jamais dit était traité avec moquerie ou dérision par la plupart. les
gens de l'Ouest. C'était une stratégie de propagande simple: en faisant
une caricature ou une blague de quelqu'un, vous l'annulez dans l'état
d'esprit populaire, en vous assurant qu'il ne sera jamais pris au
sérieux.

Alors que Kadhafi avait certainement des admirateurs et des partisans


dans diverses parties du monde, en Occident, il a été effectivement
annulé très tôt. Cette `` version blague '' populaire de Kadhafi était
tellement ancrée dans la perception des gens qu'au moment où les
horreurs de 2011 sont arrivées, personne n'était disposé à l'écouter ou
à parler pour sa défense, et même lorsqu'il a été traîné à sa mort, les
gens l'Occident faisait encore des blagues.

En réalité, il était le lion attaqué par une alliance


nocturne de loups, chacals et vautours. "S'il résiste
et ne cède pas à leurs demandes", avait déclaré
Fidel Castro , " il entrera dans l'histoire comme
l'une des grandes figures ". C'était peut-être à
certains égards la seule fin convenable pour
l'homme qui avait été le révolutionnaire ultime.
Même si son pays était ravagé et que tout ce qu'il avait construit
pendant quatre décennies était détruit autour de lui, c'était encore
une blague, un jeu, pour les responsables occidentaux et les
médias appartenant à des entreprises. Les adresses qu'il faisait à son
peuple au milieu de ce cauchemar en spirale ont été ridiculisées et
parodiées non seulement sur Internet, mais aussi par les institutions
médiatiques traditionnelles et «responsables». Il y avait même une
vidéo parodique insultante de l'un de ces discours, mis en musique, de
Kadhafi devenant viral sur le Web, faite par un Israélien avec trop de
temps libre (Noy Alooshe, qui a bien profité de sa `` satire ''; et on
l'appelait `` Zenga, Zenga ''): tout cela pendant que la force militaire
combinée du monde occidental lançait des bombes sur ses villes,
assassinant les civils

128

population et assassiner sa famille, y compris ses trois petits-enfants. Mais reste


ils ont plaisanté, se délectant de la destruction et du désespoir.

La vidéo horrible du meurtre de Kadhafi, qui était une démonstration


horrible d'une brutalité désordonnée et d'une violence extrême, était
essentiellement un précurseur du type de crimes barbares qui allaient
bientôt être commis en Syrie et plus tard par l'EI / EIIL en Irak . Les gens
auraient dû comprendre sur-le-champ que les espèces de «combattants de
la liberté» que l'OTAN et nos gouvernements défendaient en Libye n'avaient
rien à célébrer. Cependant, même la mort horrible de Kadhafi n'a pas
suscité de condamnations de la part des dirigeants mondiaux ou même des
médias traditionnels; au contraire, tout le monde l'a accepté avec bonheur,
tout le monde semblait parfaitement à l'aise avec cette fin ignoble pour ce
«tyran fou».

Hilary Clinton, la femme probablement destinée à être le prochain


président américain, a même célébré son meurtre avec une joie sans
faille; elle a été rejointe par les grands journaux et commentateurs des
médias frottent les mains ensemble dans la satisfaction béate que le «
Mad Dog du Moyen - Orient » a été mis vers le bas, tout en nos
politiciens et dirigeants ont fait estomac turningly gestes faux et
scénarisées et des déclarations pour se présenter en tant que nobles
sauveurs humanitaires venant en aide aux civils innocents.

La presse Murdoch, en particulier Fox News en Amérique et le


journal The Sun en Grande-Bretagne, se sont délectés de sa mort ,
montrant son visage ensanglanté et ses derniers moments de vie sur
sa couverture, avec le titre «C'est pour Lockerbie! (note pour les
stupides en phase terminale: Kadhafi et la Libye n'avaient rien à voir
avec Lockerbie).
Je vais le dire sans aucune hésitation: quiconque a acheté cette
propagande, quiconque est tombé dans cette tromperie de masse,
est un idiot absolu.

Nous habitons un vide moral, bien sûr; dans lequel pendant un


moment nous applaudissons et applaudissons à l'effacement
impitoyable d'une petite nation et au meurtre brutal de son chef et
dans le suivant nous revenons à regarder les reportages de célébrités
et toutes les autres conneries qui constituent l'anesthésie de notre
vacuité , paysage culturel moderne. Les médias de Big Brother disent
que cet homme est mauvais, alors cet homme doit être mauvais. Le
gouvernement dit que c'est une intervention humanitaire, alors super
- nous sommes les gentils .

129

Nous levons nos lunettes vers la victoire; une belle victoire pour les
«gentils». Et puis nous nous détournons et retournons à nos affaires.
Parce que c'est le programme; et il est beaucoup plus facile de
rejoindre le programme et de rire de l'homme de 69 ans brutalement
assassiné par la foule terroriste comme ayant obtenu `` ses justes
desserts '' que de considérer que les vrais Bad Guys sont en fait les
criminels qui dirigent nos gouvernements et institutions . Et nous
nous moquons et minimisons le `` petit pays '' idiot avec son petit
système de gouvernement pittoresque et nous rejetons le système de
`` démocratie directe '' de Kadhafi comme une sorte de simulacre,
épargnant peu de réflexion sur le fait que nos propres démocraties
sont en fait en grande partie des illusions dirigées. par des
pouvoirs non élus et que nous ne sommes rien de plus que les
spectateurs d'un fantasme hérité et partagé.

Nous avons tous été escroqués, bien sûr;


vous êtes tous escroqués en ce moment,
tous les jours.
Mais «voici les bons gars», comme on dit . «Voici les bons gars»; les
criminels, les terroristes, les assassins, les voleurs, les banquiers, les
entreprises et leurs collègues du gouvernement, Hilary et les satanistes de
Bohemian Grove, Sarkosy et les assassins, McCain et les rebelles criminels,
Cameron et les PR-Men for Murder Inc. Voici «The Good Guys»; «nous
sommes venus, nous avons vu, il est mort», comme le disait si
joyeusement Hilary.

Pour terminer , terminons avec les sentiments de Mouammar


Kadhafi lui-même, de retour dans ce discours extraordinaire de
l'ONU de 2009. Ralliement contre la nature antidémocratique de
l'ONU, les pouvoirs dictatoriaux des superpuissances et du Conseil de
sécurité et appelant toutes les nations à être considéré comme égal
dans le discours, Kadhafi appelle une dernière fois au changement et
à la révolution, avertissant que " sinon nous deviendrons tous des
victimes et des sacrifices et chaque année ce serait le tour de
quelqu'un ..."

« Nous ne sommes pas des animaux et nous ne


sommes pas des sacrifices . Nous défendons
notre existence , nous nous défendons nous-
mêmes, nos fils et nos petits-fils », a-t-il déclaré.
«Nous avons le droit de vivre. Ce globe n'est pas
réservé qu'aux superpuissances. Dieu l'a créé
pour nous tous . Nous ne devrions jamais avoir
à vivre dans l'humiliation ... "
En terminant, je ne peux penser qu'à une seule chose appropriée pour
terminer et c'est celle-ci; voici les bons gars - et voici Mouammar
Kadhafi .

______________________

130

Liste complète des liens / références

La LIBYE de Kadhafi: avant la crise de 2011

Un en profondeur l' étude de la Libye de Kadhafi;


https://theburningbloggerofbedlam.wordpress.com/2015/08/13/the-life-death-of-gaddafis-libya-a-study- de-la-libye-

Rapport sur l' Indice de développement humain de l' ONU de 2010


http://en.wikipedia.org/wiki/History_of_Libya_under_Muammar_Gaddafi#mediaviewer/File:UN_Huma
n_Development_Report_2010_1.PNG

Janvier 2011 PDF / rapport sur la Libye du Conseil des droits de


l'homme des Nations Unies
http://www2.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/docs/16session/A-HRC-16-15.pdf

Tiré du Telegraph , janvier 2011 - Les plans de Kadhafi pour les élections démocratiques
http://www.telegraph.co.uk/news/wikileaks-files/libya-wikileaks/8294906/AL-QADHAFI-SUGGESTS- LIBYAN-ELECTI

Lettres de Kadhafi au président Obama, mars 2011;


http://thelede.blogs.nytimes.com/2011/04/06/text-of-new-qaddafi-letter-to-obama/?_r=1

Février 2011: le début de la fin ...

You Tube: interview désormais tristement célèbre de Kadhafi avec la BBC , ABC et The Sunday Times , février
2011;

131

https://www.youtube.com/watch?v=tEq-n6ciuxc

L'effondrement d'une nation: comment cela a commencé ...


Analyse vidéo des premiers jours de la crise en Libye, compilée par le Dr R. Breki, G
Oheda et David Roberts ( http://globalciviliansforpeace.com/ )
https://www.youtube.com/watch?v=OtGYTb41TZg

Rapport d' Amnesty International de mai 2011 / PDF


http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE19/025/2011/en/8f2e1c49-8f43-46d3-917d-
383c17d36377 / mde190252011en.pdf
Entretien de Saif al-Islam avec RT ;
http://www.youtube.com/watch?v=o_3soPkSf9k

Même les informations anti-Kadhafi Al-Arrabiya et Al-Jazeera font état de tactiques


relativement mineures employées par le personnel de sécurité libyen;
http://www.aljazeera.com/news/africa/2011/02/20112167051422444.html

Exposition du programme gouvernemental américain de 50 millions de dollars pour


organiser et protéger les militants dans les pays du «printemps arabe»;
http://www.rawstory.com/rs/2011/04/08/us-trains-activists-to-evade-security-forces/

Le cas curieux des «Français» non identifiés qui ont tenté de débarquer tranquillement
à Malte juste après le début des troubles en Libye;
http://libyancivilwar.blogspot.co.uk/2011/05/seven-frenchmen-escape-benghazi.html

Déception de masse: entrez dans les médias d'information de l'entreprise ...

Cet article de CNN de février 2011, comme exemple de la façon dont des données non
vérifiées et non fiables étaient présentées comme des «faits» par les médias grand
public; http://edition.cnn.com/2011/WORLD/africa/02/19/libya.protests/

L'expert libyen Susan Lindauer rejette les histoires de Kadhafi attaquant son propre
peuple;
http://www.federationjack.com/the-ugly-truth-libyan-rebel-beheads-gadhaffi-soldier-and-other-war-crimes/
Les données satellitaires russes réfutent l'histoire fabriquée au sujet de l'armée de l' air
libyenne attaquant des quartiers civils;
https://www.youtube.com/watch?v=mJmQ2vUCyyo

Utiliser les `` médias sociaux '': le coup de maître de la propagande ...

Le doute de toutes les vidéos You Tube prétendant avoir été tournées
en Libye; https://www.youtube.com/watch?v=nWaRueeetUA

«HBGary Federal» et «des millions de faux comptes de médias sociaux »;


https://www.techdirt.com/articles/20110218/02143213163/more-hbgary-federation-fallout-gouvernement- veut-ach

http://www.computerworld.com/article/2470594/endpoint-security/army-of-fake-social-media-friends- to-promouv

The Washington Times : «Les personas doivent pouvoir apparaître comme étant
originaires de presque n'importe quelle partie du monde»;
http://www.washingtontimes.com/news/2011/mar/1/us-central-command-friending-the-enemy-in-
psycholo /

Ireal Shamir résumant le début de la «guerre civile», écrit en mai


2011;
http://www.counterpunch.org/2011/05/05/the-libyan-war-crime/
Certaines des vidéos publiées sur You Tube (et agissant comme «preuve» des crimes du
gouvernement libyen) étaient ridiculement fausses;
http://www.youtube.com/watch?v=Qzn1WvStmXo&feature=related )

132

http://www.computerworld.com/article/2470594/endpoint-security/army-of-fake-social-media-friends- to-promouv

Ce site était une source très approfondie et vigilante pour l'analyse des «preuves»
pendant la crise de 2011. Cela a également contribué à exposer de nombreuses vidéos et
images comme hautement douteuses;
http://libyancivilwar.blogspot.co.uk/2011/07/video-study-rebels-attack-libyan.html

The Edge of the Abyss: «Nous sommes le peuple de Libye!»

Le président Obama signe les documents secrets autorisant la CIA à soutenir les
«rebelles» armés pour renverser le gouvernement;
http://www.reuters.com/article/2011/03/30/us-libya-usa-order-idUSTRE72T6H220110330
Le sénateur John McCain se rend en Libye, viole une nation souveraine et se lie d'amitié
avec les terroristes et les conspirateurs antigouvernementaux;
http://www.nbcnews.com/id/42715776/ns/world_news-mideast_n_africa/t/mccain-calls-greater-help- libya-rebels / #
McCain défend les «rebelles» syriens et encourage le soutien américain à Daech;
http://theantimedia.org/mccain-everyone-on-the-national-security-team-recommended-arming-isis/

McCain dirige ISIS;


http://www.voltairenet.org/article185085.html

La guerre en Libye comme précurseur de la guerre en Syrie;


http://landdestroyer.blogspot.com/2012/08/libyan-terrorists-are-invading-syria.html

Rebelles, terroristes, mercenaires, milices par procuration

Analyse vidéo des premiers jours de la crise libyenne, de la violence de masse et de la


capture d'armes, compilée par le Dr R. Breki, G Oheda et David Roberts;
https://www.youtube.com/watch?v=OtGYTb41TZg
Davantage de preuves des crimes barbares des «rebelles» de l'OTAN en Libye;
http://www.thepeoplesvoice.org/TPV3/Voices.php/2011/06/11/going-rogue-nato-war-crimes-in-libya

L'expert libyenne Susan Lindauer évalue les actions des «rebelles»: «Il y a deux raisons
importantes pour lesquelles les rebelles de l'OTAN commettraient ces actes»;
http://www.federationjack.com/the-ugly-truth-libyan-rebel-beheads-gadhaffi-soldier-and-other-war-crimes/

Kadhafi semblait ne pas douter du fait que le soulèvement était orchestré par
des agents étrangers;
http://www.nbcnews.com/id/42164455/ns/world_news-mideastn_africa/?gt1=43001

Webster Griffin Tarpley, PhD, démontrant combien de «rebelles» combattant en Libye


étaient les mêmes islamistes radicaux combattant les troupes américaines en Irak
quelques années plus tôt;
http://tarpley.net/2011/03/24/the-cia%E2%80%99s-libya-rebels-the-same-terrorists-who-killed-us-nato- troupes-en-ir

Preuve précoce de l’ implication d’ Al-Qaïda sur le terrain;


http://www.washingtontimes.com/news/2011/mar/29/1000-freelance-jihadists-join-libyan-rebels/

Et l'affirmation de Kadhafi selon laquelle d'anciens détenus de Guantanamo incitaient


au soulèvement a été confirmée plus tard, par exemple dans cet article du Telegraph ;
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/wikileaks/8472816/WikiLeaks-Guantanamo-detainee-is- now-Libyan-

Le Telegraph rapporte que l'un des commandants rebelles libyens avait ouvertement
admis que ses combattants étaient Al-Qaïda;
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8407047/Libyan-rebel- commander-admi

133

Le commandant militaire des rebelles à Tripoli n'était autre que le "boucher de


l'Afghanistan", le mercenaire d' Al-Qaïda Abdel-Hakim Belhadj;
http://www.digitaljournal.com/article/310883

L'atout US / CIA dans la «révolution» de la Libye est maintenant à la tête de


l'EI / ISIL en Libye;
http://nonalignedmedia.com/2015/03/us-point-man-gaddafi-now-leads-isis-branch-libya/

La CIA a recruté plus de 1 500 hommes de Mazar-e-Sharif (Afghanistan) pour lutter


contre le gouvernement de Kadhafi en Libye;
http://nation.com.pk/politics/31-Aug-2011/CIA-recruits-1500-from-MazareSharif-to-fight-in-Libya

Citoyen canadien qui commandait 250 combattants rebelles;


http://news.nationalpost.com/2012/10/19/muammar-gaddafi-death-anniversary/

Matthew Van Dyke, 33 ans, un cinéaste et correspondant qui s'est rendu en Libye pour
combattre les rebelles soutenus par l' OTAN ;
http://reason.com/archives/2012/03/14/kony-2012s-old-fashioned-war-propaganda

Captagon: la guerre civile en Syrie alimentée par la drogue pour maintenir


les rebelles éveillés et alimenter le commerce des armes;
https://www.youtube.com/watch?v=rKjTImsoCfk

Les combattants de l'EI / EIIL riches en


amphétamines;
https://www.youtube.com/watch?
v=cDWtinYeTq4

Une cargaison signalée d'environ six millions de pilules de captagon a été saisie,
destinée aux combattants de l'EI / EIIL en Syrie;
http://www.sott.net/article/296955-Two-tons-of-IS-drugs-including-Captagon-seized-in-Western-Syria- NATO-connec
Accusation de sources multiples selon laquelle l'OTAN elle-même a commencé la
production du captagon de drogue dans un laboratoire bulgare en 2011 - l'année des ``
soulèvements '' libyens et syriens - et qu'elle produit désormais également la drogue
ailleurs.
http://worldmeets.us/tunisienumerique0000001.shtml
«Abu Sakkar», le rebelle syrien (FSA) qui a arraché les organes internes d'un soldat du
gouvernement et les a mangés - sur pellicule;
http://www.bbc.co.uk/news/magazine-23190533

Plus d'informations sur le «captagon» qui alimente les milices et les combattants au
Moyen-Orient;
http://www.theguardian.com/world/shortcuts/2014/jan/13/captagon-amphetamine-syria-war-middle-east

La «grande rivière artificielle » de Kadhafi - la huitième


merveille du monde; https://youtu.be/COGWWYfjZSI

Bombardiers de l'OTAN détruisant / ciblant le « fleuve artificiel »;


http://www.theecologist.org/News/news_analysis/2869234/war_crime_nato_deliberately_destroyed_lib
yas_water_infrastructure.html
http://humanrightsinvestigations.org/2011/07/27/great-man-made-river-nato-bombs/

La résolution de l'ONU et la guerre impérialiste de l'OTAN

Hugh Roberts, ancien directeur du projet Afrique du Nord de l' International Crisis
Group ; analyse de la résolution de l'ONU et de l'interprétation de l'OTAN;
http://www.lrb.co.uk/v33/n22/hugh-roberts/who-said-gaddafi-had-to-go

Silvio Berlusconi, "Cela n'a rien à voir avec un soulèvement populaire. Le peuple libyen
aime Kadhafi, comme j'ai pu le constater lorsque je suis allé en Libye."
http://www.voltairenet.org/Berlusconi-says-Libyans-love

La fiction de Benghazi; Les bombardiers de l'OTAN détruisent une minuscule colonne


libyenne en retraite qui comprend des ambulances;
http://www.iol.co.za/news/africa/french-jets-destroy-tanks-vehicles-1.1044348

Un certain nombre d' avions chargés d' armes atterrissent à l'aéroport de Benghazi et
dans certains aéroports tunisiens; des masses d'armes, y compris des chars et des
missiles sol -air , toutes destinées aux groupes rebelles;
http://www.washingtontimes.com/news/2015/feb/1/hillary-clinton-libya-war-push-armed-benghazi-rebe/

134

Une prime est offerte pour Kadhafi - «mort ou vivant»;


http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8721058/Libya-1-million- bounty-for-Col-

Alexander Cockburn; "Les entreprises martiales les plus stupides.";


Http://www.theweek.co.uk/politics/6801/libya-rebels-gaddafi-could-be-right-about-al-qaeda

`` Déguisé en Arabes '' - Le cinquième élément en Libye

La preuve des SAS, forces spéciales sur le terrain, profondément impliquées dans la
violence et le chaos libyens;
http://www.theguardian.com/world/2011/aug/23/sas-troopers-help-coordinate-rebels

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8721291/Libya-SAS-leads- hunt-for-Kadh

http://www.mirror.co.uk/news/top-stories/2011/03/20/crack-sas-troops-hunt-gaddafi-weapons-inside- libya-115875-

http://www.dailymail.co.uk/news/article-1369763/Libya-Proof-winning-MoD-footage-airstrikes- Kadhafi-tanks.html

"Les membres du MI6 soutenus par le SAS doivent atterrir à l'est autour du bastion
rebelle clé de Benghazi" dans quelques jours ", a rapporté le journal. «De plus, 600
soldats de la Black Watch sont en veille 24 heures sur 24 ...»
http://www.dailymail.co.uk/news/article-1363187/Libya-unrest-UK-spies-SAS-troops- -Aide- en équilibre libyen-rebe

Forces spéciales SAS non seulement en Libye, mais aussi en Syrie alors
que la violence commençait;
http://www.dailystar.co.uk/news/view/254674/SAS-set-up-safe-camps-in-Syria/

Le manuel de guerre non conventionnelle 2010 de l'armée américaine ;


http://nsnbc.me/wp-content/uploads/2012/02/special-forces-uw-tc-18-01.pdf

La fiction médiatique d'entreprise et les `` crimes du régime ''

Rapport / PDF d' International Crisis Group sur la crise en Libye;


http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/Middle%20East%20North%20Africa/North%20Africa/107%2
0-% 20Popular% 20Protest% 20in% 20North% 20Africa% 20and% 20the% 20Middle% 20East% 20V% 20-
% 20Making% 20Sense% 20of% 20Libya.pdf

Dans le soi-disant «printemps arabe», personne en Occident ne se souciait du peuple de


Bahreïn , car il n'avait aucun avantage corporatif / géopolitique ;
http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/concoughlin/8389222/Why-the-Bahrain-rebellion- pourrait-prouv
Une fausse vidéo d'information de la BBC, prétendant montrer des «manifestants» en
Libye, mais montrant en fait des manifestants à Delhi, en Inde ;
https://www.youtube.com/watch?v=R_-lzI8I0_0

Exemple de couverture plus artificielle de la crise libyenne, utilisant des sources


invérifiables, des données et des images non créditées;
http://www.nbcnews.com/id/42164455/ns/world_news-mideastn_africa/?gt1=43001

Gerald A. Perreira, discute de Kadhafi et de la fausse couverture médiatique, en juillet


2011 sur le Centre de recherche sur la mondialisation;
http://www.globalresearch.ca/nato-will-be-defeated-in-libya/25634

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, Susan Rice, affirme que des soldats fidèles
à Kadhafi ont reçu du Viagra et encouragés à commettre des viols;
http://www.theguardian.com/world/2011/apr/29/diplomat-gaddafi-troops-viagra-mass-rape

Amnesty rejette les récits des responsables américains selon lesquels les troupes de
Kadhafi commettent des viols et des délits sexuels;
http://www.independent.co.uk/news/world/africa/amnesty-questions-claim-that-gaddafi-ordered-rape- as-weapon-

135

L'expert en Libye Susan Lindauer cite la membre du Congrès américain Cynthia


McKinney; «le seul grand acheteur de Viagra à destination de la Libye était le
gouvernement américain lui-même, qui a distribué des Little Blue Pills aux soldats
rebelles plus âgés…»
http://www.federationjack.com/the-ugly-truth-libyan-rebel-beheads- soldat-gadhaffi et autres crimes de guerre /
La première vidéo du Dr R. Breki, de G Oheda et de David Roberts pendant la crise; Un
certain nombre de migrants noirs africains fuyant en Égypte ont témoigné que
lorsqu'ils avaient été capturés à Benhgazi et à Al-Baida, ils avaient été forcés (par les
rebelles) de porter des uniformes militaires libyens pendant qu'ils étaient filmés et de *
avouer * qu'ils étaient des mercenaires ...
https://www.youtube.com/watch?v=OtGYTb41TZg

Le Washington Post rapporte que des Libyens noirs ont été torturés, tués et refusés
d'être hospitalisés; les travailleurs migrants «emmenés sous la menace d'une arme à
leur domicile, sur leur lieu de travail et dans la rue à cause de leur couleur de peau».
http://www.washingtonpost.com/world/middle-east/libyan-rebels-fight-pockets-of-resistance-continue- hunt-for-ga

L'article de Maximilian C. Forte; «En effet, les médias collaborent, rapides à affirmer
sans preuve que tout… noir doit être un« mercenaire ».
http://www.counterpunch.org/2011/08/31/the-top-ten-myths-in-the-war-against-libya/
«Libye Race, Empire, and the Invention of Humanitarian Emergency» par Maximilian C.
Forte (Département de sociologie et d'anthropologie, Université Concordia, Canada);
«même un an plus tard, aucune preuve des crimes de Kadhafi…»
https://www.youtube.com/watch?v=4qfKJWyrnXU

Les rebelles libyens kidnappent des journalistes russes qui tentaient de rendre compte
objectivement du soulèvement;
http://www.bloomberg.com/news/2011-06-22/rebel-leaders-in-libya-s-misrata-curb-press-freedoms-as- casualties-m

Quelle est la différence entre les émeutes en Libye et les émeutes partout ailleurs dans
le monde…?
https://theburningbloggerofbedlam.wordpress.com/2015/04/28/the-baltimore-riots-why-apparently-its- il est temps

Chronologie de la destruction - mars à octobre 2011

Avril 2011: Kadhafi traverse Tripoli, acclamé par des centaines de citoyens
libyens dans les rues; https://www.youtube.com/watch?v=Jqf4bWGvd08

La norvégienne Hanne Nabintu Herland dans une interview télévisée de l'émission


Worlds Apart de RT avec l'excellente Oksana Boyko; «… Bombardez simplement tout ce
qui a de la valeur.
http://rt.com/shows/worlds-apart-oksana-boyko/217555-nato-libya-liberalism-religion/

L'OTAN utilisant des bombes à fragmentation et de l'uranium appauvri en Libye;


http://original.antiwar.com/david-wilson/2011/04/15/what-a-strange-way-to-protect-civilians-depleted- uranium-an

La membre du Congrès américain Cynthia McKinney rend compte de Tripoli des


bombardements de l'OTAN contre des civils et de l'utilisation d'uranium appauvri;
http://americanpowerblog.blogspot.co.uk/2011/05/cynthia-mckinney-statement-on-libya.html

Discours de Kadhafi: «Vous, Américains, Français et Britanniques, venez négocier avec


nous. Ce ne peut pas être un cessez-le-feu d'un seul côté ... "
http://www.theguardian.com/world/2011/apr/30/muammar-gaddafi-libya-tv-speech

Kadhafi accepte la trêve et la « feuille de route pour la paix », confirmée par l'Union
africaine; L'OTAN et les rebelles l'ignorent;
http://www.nationalpost.com/news/Gaddafi+accepts+peace+roadmap+Zuma/4591641/story.html

«Criminels et barbares» - Victimes civiles de l'OTAN

Des milliers de civils tués par l'OTAN et les rebelles rien qu'à Syrte en une seule journée
- le 29 septembre; http://www.wsws.org/articles/2011/sep2011/liby-s29.shtml

136

La journaliste britannique Lizzie Phelan, pratiquement la seule journaliste


indépendante qui reste en Libye; écoutez son récit des événements de Tripoli;
https://www.youtube.com/watch?v=l3-IxEygKb4

L'ancien Premier ministre pakistanais Benazir Bhutto dit à Sir David Frost qu'Oussama
Ben Laden est décédé en 2007; des mois plus tard, elle aussi est assassinée;
http://universalfreepress.com/cover-pakistani-leader-said-bin-laden-dead-2007/
Le netzine russe avait publié un article de Kirill Svetitsky; «Il y aura une tentative de
tuer Mouammar Kadhafi le 2 mai ou avant…»
http://www.iarex.ru/articles/14859.html

CNN rapporte 27 mai e discours de Kadhafi de longue date la femme, Safia;


http://edition.cnn.com/2011/WORLD/africa/05/27/libya.gadhafi.wife/?hpt=T2

Des sources civiles présumées en Libye rapportent la réalité de ce


qui se passe;
https://nsnbc.wordpress.com/2011/09/06/the-awfull-truth-of-libya/

Des chasseurs de l'OTAN larguent une bombe de 1 000 kg sur l'hôpital pour enfants de
Zlitan, tuant une cinquantaine de personnes;
http://www.nytimes.com/2011/12/18/world/africa/scores-of-unintended-casualties-in-nato-war-in-
libya.html? pagewanted = all
Les journaux algériens et allemands rapportent que l'OTAN a utilisé une grosse bombe
thermobarique (appelée bombe nucléaire des pauvres) à Bani Walid, faisant 1 200
morts. Il y avait également des allégations non confirmées selon lesquelles l'OTAN avait
utilisé des bombes à fragmentation et du gaz moutarde;
http://www.algeria-isp.com/actualites/politique-libye/201110-A6546/libye-otan-utilise-une-bombe-fae- fuel-air-explo
waffen /

Exemple de couverture moqueuse et déprécie de la crise libyenne, des souffrances du


peuple libyen et des discours de Kadhafi;
http://www.dailymail.co.uk/news/article-1360343/Libya-Gaddafi-blames-Osama-bin-Laden- hallucinogenic-pills-Ne

Guerre américaine moderne et lâcheté: les opérateurs de drones à Las Vegas


bombardent les civils et le gouvernement libyens;
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8543833/Libyas-war-from- au-dessus-à-b

La fin de Kadhafi et la fin de la Libye

L'ancien membre du Congrès américain et militant des droits civiques Walter Fauntroy,
se rend en Libye pour une mission de paix. «D'après ce que j'ai entendu et observé, plus
de 90% des Libyens aiment Kadhafi.»
Http://www.afro.com/sections/news/national/story.htm?storyid=72369

Preuve claire que c'est la frappe de drone US / OTAN qui a détruit le convoi de
Kadhafi à Syrte;
http://www.washingtonpost.com/politics/congress/gadhafi-death-amounts-to-victory-for-obamas- approach-but-litt

Le service de renseignement israélien Debka indique que Kadhafi avait en fait été
capturé par les forces d'opérations spéciales de l'OTAN et livré aux terroristes de
Misrata pour exécution; http://www.debka.com/article/21400/
Kadhafi «sodomisé au couteau» par des rebelles fous avant d'être exécuté;
http://news.nationalpost.com/2012/10/17/gaddafis-final-hours-libyan-leader-beaten-and-stabbed-in- fesses-en-Loyal

Suggère que c'est un espion français qui a effectivement tué Kadhafi;


http://tribune.com.pk/story/446155/french-spy-not-lynch-mob-killed-gaddafi-report/

La réaction d'Hilary Clinton au meurtre brutal de Kadhafi;


https://www.youtube.com/watch?
v=Fgcd1ghag5Y&feature=player_embedded

Human Rights Watch demande si le meurtre de Kadhafi était un «crime de guerre»;


découvre également des preuves d'exécutions supplémentaires, de torture et de crimes
rebelles;

137

http://news.nationalpost.com/2011/12/16/muammar-gaddafis-death-might-have-been-a-war-crime-icc/

Les médias traditionnels rapportent que les maisons et les propriétés de


Kadhafi «ont été bombardées pendant des jours entiers»;
http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-13585019

End-Game: Le Check-Mate de Kadhafi

Hugh Roberts de l' International Crisis Group sur les raisons pour lesquelles Londres,
Paris et Washington n'étaient pas disposés à entamer des négociations, à discuter d'un
cessez-le-feu ou d'une solution pacifique;
http://www.lrb.co.uk/v33/n22/hugh-roberts/who-said-gaddafi-had-to-go
L'interview fascinante de Kadhafi en 2010 avec l'intervieweur australien George Negus,
quelques mois avant le début de la crise libyenne;
https://www.youtube.com/watch?v=bUhZmO6P0NU

Le rapport de la Commission citoyenne de Benghazi (CCB) / PDF;


http://www.aim.org/benghazi/wp-content/uploads/2014/04/CCB-Interim-Report-4-22-2014.pdf

L'enquête sur Benghazi;


http://www.wnd.com/2015/01/military-veterans-benghazi-inquest-compromised/

Les responsables du Pentagone confirment que le récit de Benghazi était une fiction et
que Kadhafi avait proposé de s'exiler pacifiquement, mais a été ignoré;
http://mobile.wnd.com/2015/01/admiral-us-could-have-ousted-gadhafi- paisiblement / #
dUKQuGr2lO8ExpV6.99

Benjamin Barber sur «La sale guerre de l'OTAN» dans The


Guardian , 2 mai 2011;
http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2011/may/02/nato-gaddafi-libya-air- strikes? commentpage = last # end-

Informations complémentaires pour condamner Hilary Clinton, Sarkozy et autres pour meurtre

Le convoi de Kadhafi voyageait sous trêve «drapeau blanc» et essayait de partir


pacifiquement lorsqu'il a été attaqué par des bombardiers de l'OTAN;
http://www.informationclearinghouse.info/article29530.htm

Wayne Madsen souligne: «Si les rebelles ou l'OTAN renonçaient à une promesse de
passage sûr et ignoraient le drapeau blanc universellement reconnu signifiant la trêve
et la reddition, cela constituerait une violation flagrante des Conventions de La Haye de
1899 et 1907 ...»
http://www.waynemadsenreport.com/

Les anciens dirigeants du Conseil national de transition soutenu par l' Occident
accusent le président français Nicolas Sarkozy d'avoir personnellement ordonné
l'assassinat de Kadhafi le 20 octobre 2011;
http://www.wsws.org/en/articles/2012/10/gadd-o10.html

Le consultant international et auteur Adrian Salbuchi: "La mort de Kadhafi était sans
aucun doute un message pour le monde entier, car il ne s'agissait pas seulement de la
Libye"; http://rt.com/news/europe-usa-libya-gaddafi-425/

Le ministre libyen des Affaires étrangères a déclaré que le MI6 avait opéré à Tripoli
jusqu'au début de la révolution en février;
http://www.guardian.co.uk/world/2011/sep/05/abdul-hakim-belhaj-libya-mi6-torture?intcmp=239

En 2002, le lanceur d'alerte du MI5, David Shayler, révèle que les collaborations entre le
Royaume-Uni et le MI5 avec Al-Qaïda pour assassiner Kadhafi remontent à 1996;
http://www.theguardian.com/politics/2002/nov/10/uk.davidshayler

Un article du 22 février 1987, écrit par le journaliste Seymour Hersh, lauréat du prix
Pulitzer, révèle des opérations de longue date de la CIA et des services de
renseignement britanniques pour assassiner Kadhafi ou orchestrer un coup d'État /
soulèvement libyen;
http://www.nytimes.com/1987/02/22/magazine/target-qaddafi.html?pagewanted=all&src=pm

Après Kadhafi: le 'Conseil national de transition'

138

Nettoyage ethnique à Tawherga, les crimes rebelles se poursuivent même après la mort
de Kadhafi;
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8754375/Gaddafis-ghost-town- after-the-l

Persécution et meurtre de Libyens noirs;


http://news.antiwar.com/2011/09/18/2011/09/13/disappeared-thousands-of-libyan-blacks-turn-up- missing-in-rebel-

Les loyalistes de Kadhafi persécutés et les Libyens patriotiques professent toujours


leur amour pour Kadhafi après sa mort;
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8802302/Gaddafi-loyalists- stranded-as-b

La persécution, les exécutions sommaires, les décapitations et autres se sont poursuivis


même après que la «guerre» avait été «gagnée», avec des attaques de représailles;
http://libyancivilwar.blogspot.co.uk/2012/04/beheadings-in-free-post-war-libya.html

"Il y a de la torture, des exécutions extrajudiciaires, des viols d'hommes et de


femmes";
http://www.standard.co.uk/news/world/libya-militias-torture-gaddafi-supporters-to-death-in-camps-
7443801 .html

Les grands médias rapportent les plans de Kadhafi pour des réformes démocratiques et
son objectif de débarrasser l'État des politiciens corrompus - juste avant le début du
soulèvement; http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/africa/7591458.stm

«Cela a provoqué une diffusion inhabituellement ouverte de la dissidence de la part de


hauts responsables du gouvernement, qui ont déclaré que le plan ferait des ravages
dans l'économie…»
http://uk.reuters.com/article/2009/03/03/libya-oil-idUKL359112620090303

Qui étaient les personnalités politiques qui poussaient à la «révolution libyenne» et à


l'intervention occidentale…?
http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/patrick-cockburn-the-shady-men-backed-bythe- west-to-dép

Hugh Roberts, ancien directeur du projet Afrique du Nord de l' International Crisis
Group , pose la question de savoir si «ce à quoi nous avons assisté est une révolution ou
une contre- révolution»;
http://www.lrb.co.uk/v33/n22/hugh-roberts/who-said-gaddafi-had-to-go

Une vérification des antécédents des personnalités politiques clés de l' opération
anti-Kadhafi de 2011 suggère que «l'ensemble du mouvement rebelle libyen est soutenu
par les États-Unis et le Royaume-Uni depuis près de 30 ans»;
http://landdestroyer.blogspot.com/2011/03/war-with-libya.html

Le journaliste Seymour Hersh, lauréat du prix Pulitzer, expose la «ligne des rats» de
Benghazi; le réseau utilisé pour faire passer des armes et des jihadistes de Libye en
Syrie, via la Turquie;
http://www.lrb.co.uk/v36/n08/seymour-m-hersh/the-red-line-and-the-rat-line
Ahmad Barqawi sur l'agenda des gouvernements de l'OTAN en Libye;
http://friendsofsyria.co/2015/03/15/the-future-gaddafi-foresaw/

La torture et le meurtre de l'ancien ambassadeur de Libye en France,


Omar Brebesch.
http://www.hrw.org/news/2012/02/02/libya-diplomat-dies-militia-custody

Amnesty fait état de la torture généralisée des Libyens par les milices, même des mois
après la mort de Kadhafi;
http://www.guardian.co.uk/world/2012/feb/16/amnesty-widespread-torture-libyan-militias

Rapports de milices soutenues par l'OTAN torturant à mort des partisans (civils) de
Kadhafi dans des camps;
http://www.standard.co.uk/news/world/libya-militias-torture-gaddafi-supporters-to-death-in-camps-
7443801.html

Le personnage principal du Conseil national de transition, Mustafa Abdul Jalil, admet


qu'il savait à l'époque que Kadhafi * n'avait * donné à personne aucun ordre de tirer sur
des civils à Benghazi; mais dit qu'il avait accepté le mensonge pour avoir renversé
Kadhafi. Il admet également que toute la «révolution» était un faux.
https://youtu.be/Jjf5MTKHbqw

La Libye MAINTENANT: un `` État en faillite ''

139

Ironie de l'ironie, le Premier ministre libyen post-Kadhafi a menacé les


manifestants de troupes l'année dernière;
http://www.libya-analysis.com/libya-pm-threatens-eastern-protesters-with-troops/

Amnesty International publie un document (2015) révélant à quel point la Libye est
désormais une véritable histoire d'horreur, déclarant que «la Libye est un pays plein de
cruauté»; https://www.amnesty.org/en/documents/mde19/1578/2015/en

La milice «Libya Dawn» à Tripoli vient de condamner à mort Saif al-Islam Kadhafi et
huit autres membres de l'ancien gouvernement dans ce qui est considéré par tous les
observateurs comme un procès simulé;
https://theburningbloggerofbedlam.wordpress.com/2015/07/29/betrayed-abandoned-sentenced-to-death- saif-kadh

L'EI / EIIL a maintenant une présence majeure en Libye bien qu'il soit un
produit de l'Irak et de la Syrie;
http://www.libya-analysis.com/isis-fighters-take-over-major-libyan-oilfields/

L'assassinat de l'avocate libyenne des droits humains Salwar Bughaghis;


http://www.theguardian.com/world/2014/jun/26/salwa-bugaighis-libyan-shot-dead-benghazi

Une pétition a été récemment diffusée, lancée par un groupe de militants libyens,
demandant que Benghazi soit déclarée "zone sinistrée";
https://bravenewlibya.wordpress.com/2014/11/15/dispatches-from-benghazi-crisis-alert/

NBC va plus loin et définit la Libye comme un «État en faillite»;


http://www.nbcnews.com/news/world/deadly-libya-violence-pushes-country-toward-failed-state-
n169331
Analyses post-Kadhafi de la BBC sur la «Libye sans loi»;
http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-24472322
http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-19744533

Comme dans l' Irak après l'invasion , les chrétiens libyens sont également persécutés
après le départ de Kadhafi;
http://www.raymondibrahim.com/from-the-arab-world/hatred-of-christians-unleashed-in-libya/ http://www.raymo

Les islamistes extrémistes Ansar al-Sharia se déplacent dans des convois de «police»
ressemblant beaucoup à ISIS / ISIL;
http://asian-defence-news.blogspot.co.uk/2015/01/libyan-civil-war-ansar-al-sharia-new.html
Sadiq Ghariani, le `` Grand Mufti '', probablement impliqué dans le meurtre brutal de
l'avocate des droits de l'homme Hamida Al-Hadi Al-Asfar, utilise le Royaume-Uni comme
base pour encourager les extrémistes violents,
y compris l'État islamique, pour consolider leur contrôle de la Libye;
http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/terrorism-in-the-uk/11065715/Radical-cleric-uses-UK-as- base-to-preach-i

Des terroristes de l'EI / État islamique importés dans la Libye post-Kadhafi ;


http://www.ibtimes.co.uk/isis-release-new-videos-showing-gruesome-executions-middle-east-libya-
1497228
Migrations massives et exode des réfugiés à travers la Libye déchue, conduisant à la
«crise des migrants» en Europe;
http://www.theguardian.com/world/2015/apr/19/700-migrants-feared-dead-mediterranean-shipwreck- pire-encore

Le dossier de l'accusation: le crime et les criminels

L' International Crisis Group a carrément réfuté les allégations concernant Kadhafi, la
Libye et Benghazi, pour lesquelles il n'a pu trouver aucune preuve à l'appui;
http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/Middle%20East%20North%20Africa/North%20Africa/107%2
0-% 20Popular% 20Protest% 20in% 20North% 20Africa% 20and% 20the% 20Middle% 20East% 20V% 20-
% 20Making% 20Sense% 20of% 20Libya.pdf

Le Washington Times a publié il y a quelques enregistrements audio de conversations


entre des responsables américains et libyens en 2011, révélant que la communauté du
renseignement américain n'avait recueilli aucune preuve d'un «génocide imminent» en
Libye;

140

http://www.washingtontimes.com/listen-tapes-libya-clinton/

Si vous pensez toujours que Lockerbie était le fait de la Libye ou de Kadhafi…

http://www.thedossier.info/video_revealed.htm
http://news.scotsman.com/lockerbie/Police-chief-Lockerbie-evidence-was.2656485.jp
http://americanradioworks.publicradio.org/features/ lockerbie / resources / pdf
/ interfor_report.pdf http://news.bbc.co.uk/1/hi/1872996.stm
http://www.theweek.co.uk/politics/13049/how-megrahi-and- libye-ont-encadré-lockerbie

Les experts impartiaux restent à ce jour divisés quant à la légalité de l'intervention et à


la question de savoir si les précédents existent réellement en droit international pour
légitimer l'ingérence de l'OTAN / l'ONU en Libye;
http://jcsl.oxfordjournals.org/content/17/1/81.abstract

Entretien de mars 2011 avec Noam Chomsky, mettant en pièces la résolution de l'ONU et
soulignant l'illégalité absolue de l'intervention de l'OTAN;
http://www.chomsky.info/interviews/20110330.htm

L'analyse de l'intervention par Ireal Shamir;


http://www.counterpunch.org/2011/05/05/the-libyan-war-crime/

Motifs: pourquoi la Libye a été ciblée

Une source du renseignement russe a révélé une fuite d'une lettre de chefs rebelles
libyens promettant à la France 35% de tout le pétrole libyen;
http://pics.livejournal.com/kir_t34/pic/0002eg15/

Quelques informations sur la rivière artificielle de Kadhafi , la


privatisation de l'eau, la «guerre de l'eau», etc.
http://www.thirdworldtraveler.com/Water/Privatization_TidalWave.html
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=NNraCDNs8-Q

Hugh Roberts, ancien directeur du projet Afrique du Nord de l' International Crisis
Group , sur les sociétés françaises de l'eau et le projet de saisir la «huitième merveille du
monde» de Kadhafi;
http://www.lrb.co.uk/v33/n22/hugh-roberts/who-said-gaddafi-had-to-go

Il n'est peut-être pas exagéré de suggérer que la Libye / 2011 a été l'un des plus grands
«braquages d'or» de l'histoire; https://youtu.be/a_LjXW9bvU0

http://www.zerohedge.com/news/battle-libya-almost-over-battle-its-144-tons-gold

Remboursements de Lockerbie: Kadhafi avait exigé le remboursement des milliards de


dollars que la Libye avait été contrainte de payer pour le faux drapeau de Lockerbie
; http://www.reuters.com/article/2011/02/23/us-gaddafi-oilcompanies-wikileaks-
idUSTRE71M5Y420110223

Kadhafi lui-même prévient que les milices islamistes et le terrorisme violent se


propageront à travers l'Afrique si la Libye est déstabilisée;
http://news.nationalpost.com/2013/01/25/before-he-was-overthrown-and-killed-libyan-dictator- muammar-gaddafi

«ISIS / ISIL» menace d'inonder l'Europe de réfugiés libyens;


http://www.express.co.uk/news/world/559210/Islamic-State-ISIL-Flood-Europe-Libya-Migrants

Conclusions: nous sommes devenus le diable…


Le New Zealand Herald fait état de grandes compagnies pétrolières, de multinationales
descendant en Libye après la mort de Kadhafi pour une part du profit;
http://www.nzherald.co.nz/business/news/article.cfm?c_id=3&objectid=10753134

Plus d'informations sur la frénésie de l'alimentation des entreprises et des


occidentaux après Kadhafi pour le profit libyen;
http://www.independent.co.uk/news/business/news/dash-for-profit-in-postwar-libya-carveup-
2342798.html
http://www.reuters.com/article/2011/08 / 22 / us-libye-investissement-idUSTRE77L4NG20110822

141

À partir de juillet 2015, le criminel David Cameron veut recommencer à bombarder la


Libye - en d'autres termes, bombarder les gens pour le bien desquels il bombardait à
l'origine le peuple de Kadhafi ;
http://uk.reuters.com/article/2015/07/27/uk-britain-cameron-libya-idUKKCN0Q115X20150727

Ce que nous pouvons faire - notre seul vrai pouvoir

Le gouvernement malaisien a récemment condamné George W. Bush et Tony Blair par


contumace de «crimes de guerre» pour l'invasion illégale de l'Irak;
http://themillenniumreport.com/2014/07/first-george-w-bush-tony-blair-found-guilty-of-war-crimes-in- malaisie-pu
J'ai récemment été contacté par un journaliste basé en Turquie, qui m'a informé du
dépôt officiel qu'il avait déposé auprès de la Cour pénale internationale pour inculper
les `` États-Unis, la Turquie et leur bande mondiale '' (comme il le disait) de crimes de
guerre. en Syrie;
http://www.brighteningglance.org/slaughter-in-syria-war-crimes-charges-against-turkey-and-
america.html

Le Parlement britannique vient en fait de lancer une enquête officielle sur le rôle du
gouvernement britannique dans le crime libyen de 2011 (n'hésitez pas à soumettre les
informations de ce document à l'enquête via le lien ci-dessous si vous le souhaitez);
http://www.parliament.uk/business/committees/committees-az/commons-select/foreign-affairs-comité / inquiries1

____________________________

S. Awan est un écrivain indépendant, romancier,


blogueur, chercheur, fumeur et journaliste (en échec) qui
a écrit pour divers sites Web et publications mineures
dans la presse écrite.
Plus important encore, il s'oppose au crime immoral, au meurtre, à la guerre illégale
et la tromperie médiatique .
Son blog personnel est « The Burning Blogger of Bedlam »; un culturel, politique,
et site de divertissement.

http://theburningbloggerofbedlam.wordpress.com
https://twitter.com/burningblogger

Copyright

Il s'est avéré impossible de retrouver les titulaires de droits d'auteur individuels pour la plupart des images utilisées dans
ce document, car
leurs diverses sources n'ont pas précisé les titulaires des droits d'auteur.

Toutes les images utilisées dans ce document sont utilisées sur une base «Fair Use». C'est un travail à
but non lucratif .

Si vous avez une objection ou une réclamation concernant une image utilisée dans ce document,
veuillez me contacter directement via ce formulaire de contact -
https://theburningbloggerofbedlam.wordpress.com/contact-the-burning-blogger/ - et l'article
incriminé sera immédiatement supprimé de toutes les versions du document. Je vous remercie.

___________________________

142

Copyright S.Awan 2015


Tous les droits sont réservés
http://theburningbloggerofbedlam.wordpress.com
https://twitter.com/burningblogger

143