Vous êtes sur la page 1sur 102

PLAN

I. GÉNÉRALITÉS
II. SYSTÈMES DE COORDONNÉES
III. DIFFÉRENTES PROJECTIONS
IV. MODES ET CALCULS PLANIMÉTRIQUES ET
ALTIMÉTRIQUES
V. PROJET DE LEVÉ
VI. PROJET D’IMPLANTATION

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
2

DÉFINITIONS

1. La topographie: (du grec topos = lieu et graphein = dessiner) est l'art de la


mesure puis de la représentation planimétrique et altimétrique sur un plan ou
une carte des formes et détails visibles sur le terrain, qu'ils soient naturels ou
artificiels .

2. La géodésie: s'occupe de la détermination mathématique de la forme et


dimensions de la Terre , mais aussi de ses propriétés physiques, gravité et
champ magnétique.

3. La cartographie: représentation conventionnelle pour élaborer et dessiner les


cartes.

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
3

DÉFINITIONS

4. Une carte ou plan topographique:


Est une représentation graphique des principaux objets du terrain, tels que
bâtiments, clôtures, routes, cours d'eau, lacs et forêts, ainsi que les variations
de niveau présentées par les reliefs, tels que les vallées et les collines
moyennant une échelle et une symbolisation.

• un plan a une échelle >1/10000

• une carte a une échelle <=1/10000

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
4

DÉFINITIONS

5. Le Géoïde: est une représentation de la surface terrestre plus précise que


l'approximation sphérique ou ellipsoïdale. Il correspond à une surface
équipotentielle de pesanteur proche du niveau moyen des mers. Sa forme
est déformée à cause de l'inégale répartition des masses à la surface de
la Terre et à l'intérieur.
• Il sert de zéro de référence pour les mesures précises d'altitude.

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
I. GENERALITES
5

DÉFINITIONS
Le Géoïde

Représentation de la terre par un géoïde

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
I. GENERALITES
6

DÉFINITIONS

5. L’éllipsoide: est une surface géométrique permettant de représenter assez


fidèlement la forme du géoïde. Il s’obtient en faisant tourner une ellipse
par rapport à un de ses deux axes.

Il se définit par son demi grand axe (a) et son demi petit axe (b).

• L’aplatissement d’un ellipsoïde est égal à f=(a-b)/a.

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
I. GENERALITES
7

DÉFINITIONS

1. Océan — 2. Ellipsoïde — 3. Déformation locale — 4. Continent — 5.


Géoïde

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
I. GENERALITES
8

5.1. L’Ellipsoïde global: est utilisé pour des cartographies couvrant l'ensemble ou une
grande partie de la surface terrestre.

5.2. L’Ellipsoïde local: est défini de manière à "épouser" au mieux la forme du


géoïde sur une zone restreinte de la surface terrestre (une région ou un pays).

Localement, afin de mieux suivre la forme du géoïde, la forme de l'ellipsoïde local


est modifiée et son centre est décalé par rapport au centre des ellipsoïdes
globaux. Les ellipsoïdes diffèrent d ’un pays à l’autre.

www.4geniecivil.com
I. GENERALITES
I. GENERALITES
9

5.3. Système de référence géodésique (datum):


Il est défini par son ellipsoïde et par sa position par rapport au centre de la
terre.
Pour les calculs géodésiques, par convention, on utilise le centre du système
géodésique WGS84 (World Geodetic System 1984) pour définir la position
des autres systèmes géodésiques.

www.4geniecivil.com
II. SYSTÈMES DE COORDONNES
10

1. Coordonnées géographiques
Elles servent au positionnement universel:
• Longitude λ: angle mesuré entre le méridien origine (Greenwich) et le
méridien passant par le point P.
• Latitude ϕ
ϕ:angle mesuré entre la parallèle
origine (l’équateur) et la parallèle passant
par le point P.
Tous les deux sont exprimés en:
degrés, minutes et secondes

www.4geniecivil.com
II. II.SYSTÈMES DE DE
SYSTÈMES COORDONNES
COORDONNES
11

1. Coordonnées géographiques

• L’altitude h: est la hauteur d’un point P sur le relief par rapport au Géoïde.
P

www.4geniecivil.com
II. II.SYSTÈMES DE DE
SYSTÈMES COORDONNES
COORDONNES
12

2. Cordonnées cartésiennes :
La localisation d'un point à la surface de la terre s'exprime sous la
forme de coordonnées cartésiennes géocentriques déclinées en X,Y et
Z relatives aux 3 axes d'un repère ayant son origine au centre de
masse de la Terre.
Elles sont souvent utilisées comme système de coordonnées
intermédiaire lors des calculs de changement de systèmes
géodésiques.

www.4geniecivil.com
II. II.SYSTÈMES DE DE
SYSTÈMES COORDONNES
COORDONNES
13

3. Cordonnées projetées (planes):


La conversion de positions géographiques d’une surface courbe à une
surface plane nécessite l’utilisation d’une formule mathématique appelée
projection cartographique. Une fois cette projection est définie, la
localisation d'un point peut alors s'exprimer sous la forme de coordonnées
planes: X, Y.

www.4geniecivil.com
III. LES PROJECTIONS
14

1. DEFINITION:

Une projection est une transformation d’une forme quasi sphérique en 3D


en une surface plane 2D (plan ou carte).

NB: Toute projection d’unwww.4geniecivil.com


ellipsoïde sur un plan entraine des déformations.
III. LES III. LES PROJECTIONS
DIFFERENTES PROJECTIONS
15
2. LE PRINCIPE DE PROJECTION
Il consiste à projeter une ou plusieurs parties de la surface
terrestre sur une surface géométrique donnée: Un cylindre, un
cône ou un plan. Ces figures géométriques peuvent être
tangentes ou sécantes à l’ellipsoïde.

Le choix d’un système de projection a pour but de minimiser les


altérations et il dépend de:
• L’étendue de la zone à projeter
• La situation de la zone par rapport à la surface géométrique
• La position de la zone sur la terre.

www.4geniecivil.com
III. LESIII.
DIFFERENTES PROJECTIONS
LES PROJECTIONS
16

3. LES TYPES DE PROJECTIONS

a. La projection équivalente : conserve localement les


surfaces.

b. La projection conforme : conserve localement les angles,


donc les formes.

c. La projection aphylactique: elle n'est ni conforme ni


équivalente, mais peut être équidistante, c'est-à-dire conserver
les distances sur les méridiens.

www.4geniecivil.com
III. LES DIFFERENTES PROJECTIONS
III. LES PROJECTIONS
17
La Terre

Projection

Plan ou carte

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
18
1. DEFINITION

C’est un ensemble de mesures angulaires ou linéaires. Il se fait moyennant des


procédés de mesure avec des appareils topographiques convenables.

2. MESURES ANGULAIRES
a. Moyens de mesures
 Un théodolite est un appareil permettant de mesurer des angles horizontaux
(angles projetés dans un plan horizontal) et des angles verticaux (angles projetés
dans un plan vertical). Il regroupe l’ensemble des appareils à lecture « mécanique »
par vernier gradué

 Une station totale est un appareil optico-électronique dont la lecture se fait sur un
écran à affichage numérique et qui intègre souvent un appareil de mesure
électronique des distances.

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
b.
19
Principe de fonctionnement du théodolite ou station:
(P) : axe principal, il doit être vertical après la mise en
station de l’appareil topographique.

(T) : axe secondaire (ou axe des tourillons), il est


perpendiculaire à (P)

(O) : axe optique (ou axe de visée), il doit toujours être


perpendiculaire à (T), les trois axes (P), (T) et (O) devant être
concourants.

L'alidade : c’est un ensemble mobile autour de l’axe principal


(P) comprenant le cercle vertical, la lunette, la nivelle torique
d’alidade et les dispositifs de lecture (symbolisés ici par des
index).

Le cercle vertical (graduation verticale). Il est solidaire de la


lunette et pivote autour de l’axe des tourillons (T).

Le cercle horizontal ou limbe (graduation horizontale). Il


est le plus souvent fixe par rapport à l’embase mais il peut
être solidarisé à l’alidade par un système d’embrayage.

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
c. Composantes d’un théodolite :
20

Fig.21 : Deux théodolites Wild :


T16 vue en coupe et T2 vue en extérieure
www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
c. Composantes d’un théodolite :
21

Fig.21 : Deux théodolites Wild :


T16 vue en coupe et T2 vue en extérieure
www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES

22
d. Mise en station d’Un théodolite:

La mise en station d’un théodolite consiste à


caler l’axe principal à la verticale d’un point de
station donné.
 Mise à hauteur du trépied :
• Fixez l'appareil sur le trépied en prenant
soin de vérifier que les trois vis calantes
sont à peu près à mi-course.
• Réglez l'oculaire à la hauteur des yeux
de l'opérateur (ou mieux, légèrement en
dessous de cette hauteur : il est plus
facile de se baisser que de se hausser).
Profitez-en pour régler la netteté du
réticule de visée. Pour cela, utilisez les
Fig.22 : Mise en station
graduations en dioptries de l’oculaire. (calage de la nivelle sphérique )
www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES

23Calage grossier au moyen de la nivelle


sphérique :
Calez la nivelle sphérique au moyen des pieds du
trépied.
 Calage fin dans une direction au moyen de la
nivelle torique :
• Amenez la nivelle torique (t ) parallèle à deux
vis calantes V1 et V2.
• Centrez la bulle au moyen des deux vis V1 et
V2 en agissant simultanément sur les deux vis en
sens inverse l'une de l'autre. (calage de la nivelle torique)
• Puis faites tourner l'appareil de 200 gon
(repérez-vous sur la graduation horizontale du
socle ou sur les lectures angulaires horizontales
Hz).

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES

24
 Calage fin dans toutes les directions au
moyen de la nivelle torique :
• Amenez l'axe de la nivelle torique sur la
troisième vis calante V3 et, en agissant
seulement sur la vis cal.V3, amenez la bulle dans
la position de calage.
• Vérifiez enfin qu'en tournant l'appareil dans une
direction intermédiaire la bulle reste dans sa
position de calage. Si le calage n'est pas parfait,
il faut reprendre les mêmes opérations pour (calage final de la nivelle torique)
affiner le calage.

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
3. PRÉCISION DES MESURES ANGULAIRES :

a.
25 Erreurs systématiques dues aux défauts de l’appareil

Graduation et géométrie des cercles :


L’irrégularité des graduations des cercles et
le défaut de perpendicularité du cercle horizontal
avec l’axe principal
Défauts d’excentricité :
L’axe principal ne passe pas par le centre du cercle
horizontal et l’axe secondaire ne passe pas par le
centre du cercle vertical.
Les appareils les plus précis sont munis d’un système
permettant d’éliminer ces défauts d’excentricité

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
3. PRÉCISION DES MESURES ANGULAIRES :

a.
26 Erreurs systématiques dues aux défauts de l’appareil

Tourillonement :
L’axe secondaire (T) n’est pas perpendiculaire
à l’axe principal (P)
L’erreur est éliminé par double retournement

Collimation horizontale :
L’axe de visée (O) n’est pas perpendiculaire à
l’axe secondaire (T)
Ce défaut est éliminé par double
retournement

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
3. PRÉCISION DES MESURES ANGULAIRES :

a.
27 Erreurs systématiques dues aux défauts de l’appareil

Erreur d’index de cercle vertical :


L’index du cercle vertical n’est pas situé sur
la verticale du centre du cercle. Cette
erreur peut être éliminée par double
retournement ou par l’utilisation d’une
nivelle d’index. Sur les appareils récents,
un automatisme utilisant l’action de la
pesanteur minimise ce défaut

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
3. Précision des mesures angulaires :
b)
28 Erreurs accidentelles :

Erreur de calage de l’axe principal


Le calage parfait de l’axe principal est très difficile à réaliser : il n’est jamais parfaitement
vertical. L’incidence de cette erreur sur les angles horizontaux ne peut pas être éliminée par
des méthodes de mesure. En revanche, elle peut être mesurée, pour les manipulations de
haute précision, au moyen d’une nivelle cavalière : il s’agit d’une nivelle que l’opérateur pose
sur les montants de l’alidade et qui permet d’obtenir l’angle d’inclinaison de l’axe secondaire.

Erreur de centrage sur le point stationné


Il est de l’ordre de ± 4 mm pour le mode de mise en station

Erreurs de lecture
Elles concernent les différents types de pointés

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
3) Précision des mesures angulaires :
b.
29 Erreurs accidentelles :
Erreur de dérive du zéro
Cette erreur est due à la torsion du trépied : les trépieds en bois (ou en métal) étant peu massifs
(pour faciliter leur transport) et relativement peu rigides, il existe des phénomènes de torsion du
trépied dus aux passages et aux manipulations de l’opérateur, aux dilatations différentielles
des pieds sous l'effet du soleil, etc. Pour les minimiser, il est donc recommandé:
• de rester en station le moins longtemps possible sur un point ;
• d’effectuer les observations à l’ombre d’un parasol ;
• ou bien d’utiliser des trépieds très massifs et Stables.
Déplacement accidentel de l’appareil
C’est par exemple un déplacement dû à un choc sur un pied. Le contrôle s’effectue en refermant
chaque série de lectures angulaires sur le point de départ. Cette manipulation permet aussi de
contrôler la dérive du zéro traitée précédemment.

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
4. Mesure des angles horizontaux :
a)
30 Le cercle horizontal :
Le cercle horizontal (ou limbe) est la
graduation du théodolite sur laquelle
l'opérateur lit les angles horizontaux. Il est
lié au socle de l'appareil mais peut aussi
pivoter sur lui-même de manière à régler le
zéro des graduations sur une direction
donnée. Il existe plusieurs technologies
possibles pour cette mise à zéro : le
débrayage de l’entraînement du cercle ou
bien le mouvement par vis-écrou.

Les graduations sont croissantes de 0 à


400 gon dans le sens horaire (en Fig.25 : Mesure d’angles horizontaux
regardant le cercle du dessus, fig. 25).
www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
4. Mesure des angles horizontaux :
b)
31 Le double retournement :
C’est une manipulation consistant en un demi-tour simultané de la lunette et de
l’alidade (fig. 26).
Cette technique de mesure permet d'éliminer certaines erreurs systématiques (comme vu
précedemment) et de limiter les fautes de lecture.

Fig.26 : Double retournement


www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
4. Mesure des angles horizontaux :

b)
32 Le double retournement :
Lors d’une mesure d’angle horizontal, cela permet :
• de doubler les lectures et donc de diminuer le risque de faute de lecture ;
• de ne pas toujours lire sur la même zone du limbe, donc de limiter l’erreur due aux
défauts de graduation du limbe ;
• d’éliminer les défauts de collimation horizontale et de tourillonnement.

L’erreur de centrage sur le point de station et l’erreur de calage de l’axe vertical ne sont
pas éliminées par cette manipulation. Il convient donc de soigner ces opérations.

Pratiquement, on effectue :
• une lecture en cercle gauche (cercle vertical de l'appareil à gauche de l'opérateur, plus
généralement en position de référence) ;
• un double retournement ;
• une nouvelle lecture du même angle en cercle droit (cercle vertical à droite).
www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
4. Mesure des angles horizontaux :
b)
33 Le double retournement :
Si l’on appelle HzCG la valeur lue en cercle gauche, et HzCD celle lue en cercle droit, on doit
observer :
En effet, le double retournement décale le zéro de la graduation de 200 gon (fig. 26) ; ceci
permet un contrôle simple et immédiat des lectures sur le terrain.
La différence entre les valeurs HzCG et (HzCD – 200) représente la combinaison des erreurs
de collimation, de mise en station, de lecture, etc.
L'angle horizontal Hz mesuré vaut alors :

Fig.26 : Double retournement


www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
4. Mesure des angles horizontaux :
c)
34 Terminologie des mesures d’angles horizontaux :
Lecture simple :
L'appareil étant dans sa position de référence (par exemple CG sur la figure 27), et le zéro
de la graduation horizontale n'étant pas modifié après mise en station, l'opérateur effectue
une lecture azimutale LA sur le point A puis une lecture LB sur B et en déduit l'angle ASB :

Fig.27 : Lecture d’un angle horizontal


www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES

c)
35 Terminologie des mesures d’angles horizontaux :
Tour d’horizon :
On appelle séquence un ensemble de (n + 1) lectures effectuées à partir d'une même
station sur n directions différentes avec la même position des cercles horizontaux et
verticaux, le contrôle de fermeture sur la référence et la répercussion sur les n lectures
de l'écart de fermeture sur la référence (sur laquelle on réduira les angles à zéro).

Pour cela, on calcule :


la fermeture de la séquence : Fs = | LR1 – LR2 |
la moyenne sur la référence : LR = (LR1 + LR2)/2
la lecture sur chaque point : L’ j = Lj – LR
La lecture sur la référence devient donc LR = 0

Le tour d’horizon est le résultat final de la combinaison des observations angulaires


(séquences) en une même station et rapportées à une même référence (le point R).

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES

c)
36 Terminologie des mesures d’angles horizontaux :
Séquence:
Par exemple, sur la figure 28, la référence est le
point R sur lequel l’opérateur effectue la Fig.28 : Séquence
première lecture LR1, on fait une lecture sur
chaque point en tournant en sens horaire et
une dernière lecture de fermeture
sur le point R LR2.
Par calcul, les lectures sont ensuite réduites à la
référence R en soustrayant aux autres lectures
la moyenne des deux lectures sur la
référence.

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
5. Cercle vertical : Lecture d’angles verticaux :
Conventions,
37 notations
Le schéma de lecture d’un angle zénithal
considère que le zéro de la graduation est au
zénith lorsque l’appareil est en station.
On considère alors que tout se passe comme si le
cercle vertical était fixe et que l’index de lecture
se déplaçait avec la visée (fig. 32).
Soit un point M visé au théodolite, on note
généralement :
•V tout angle mesuré dans un plan vertical ;
•z angle zénithal ;
•i angle de site (par rapport à l’horizon) ; Fig.32 : Angles verticaux z, i et n

•n angle nadiral (par rapport au nadir).

Les relations entre ces angles sont :

www.4geniecivil.com
IV. RELEVES TOPOGRAPHIQUES
5. Mesure des angles verticaux :
Valeur
38 moyenne d’un angle vertical par double retournement

Sur les schémas de la figure 33, on


constate qu’après un double
retournement le sens d’évolution
de la graduation du cercle vertical
est inversé.
L’angle lu en cercle droit VCD n’est
donc pas « directement
comparable » avec l’angle lu en
cercle gauche VCG, comme c’était
le cas avec les angles horizontaux. Fig.33 : Effet du double retournement sur la mesure de
La relation entre les deux lectures l’angle vertical

est :
L’angle final moyen déduit des
deux lectures est :
www.4geniecivil.com
IV. MESURES ANGULAIRES :
6) Cercle vertical : Lecture d’angles verticaux :

Erreur
39 d’index vertical :
Dans le cas de mesure d’angles verticaux, le double retournement permet d’éliminer :
•l’erreur d’excentricité de l’axe optique par rapport à l’axe secondaire
•l’erreur d’index de cercle vertical : en effet, qu’il soit manuel (nivelle d’index) ou
automatique (compensateur), le dispositif des appareils modernes ne cale pas exactement le zéro
(index de lecture) à la verticale du centre du cercle mais dans deux positions voisines symétriques
par rapport à cette verticale ;
•le défaut de tourillonnement (non-perpendicularité de l’axe secondaire et de l’axe principal).

www.4geniecivil.com
IV. MESURES ANGULAIRES :
7) Calcul d’altitudes:

40
On cherche à connaître l’altitude d’un point
inaccessible C connaissant seulement l’altitude
d’un point proche A qui servira de référence.
Si l’on peut mesurer la distance horizontale
AC, on peut calculer la dénivelée de A vers C
en mesurant l’angle V lu de A sur C et
la hauteur de l’axe des tourillons ht.

L’altitude est donnée par :


DH = Dh . cot V

www.4geniecivil.com
IV. MESURES ANGULAIRES :
7) Application :
Solution :
41
Une solution pour obtenir la distance horizontale Dh
est de créer une base AB par adjonction d’un
deuxième point B, de mesurer cette base et de
mesurer les angles horizontaux CBA et CAB. Ceci
permet de résoudre le triangle ABC et donc de
calculer les distances horizontales AC et BC. L’altitude
de C est alors :

On peut aussi calculer l’altitude de C deux fois : une


première fois depuis A et une seconde depuis B et
ainsi contrôler les résultats. Pour cela, il faut
déterminer l’altitude de B et ne pas oublier de
mesurer la hauteur des tourillons ht à chaque station.

www.4geniecivil.com
IV. MESURES ANGULAIRES :
7) Application :
Application numérique :
42
L’altitude du point A est donnée par HA = 5,32 m et les
mesures sur le terrains sont données dans le tableau ci-
après :

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE :

43
La mesure à la chaîne est le moyen le plus classique et utilisé pour déterminer les
distances. Ses inconvénients principaux sont d’être tributaire du terrain (accidenté ou non,
en forte pente ou non, etc.) et d’être limité en portée

Aujourd’hui, on utilise le décamètre, simple, double, triple ou quintuple, bien plus


facile à manipuler. On a gardé le nom de chaîne qui devient le terme général englobant le
décamètre, le double-décamètre, etc. On utilise aussi le terme de ruban.

La longueur d’un ruban est donnée à une température ambiante donnée (20 °C en
général) et pour une tension donnée.

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE :

44
Lors de mesures fines, dont la précision doit avoisiner la tolérance du ruban, il faut :
• tenir le ruban par l’intermédiaire d’un dynamomètre pour assurer une
tension optimale et éviter de l’allonger par traction lors de la mesure: un effort
de 5 daN sur un ruban en acier de section 0,2 x13 mm2 équivaut à un allongement de 5 mm sur
un ruban de 50 m
• corriger la valeur lue du coefficient de dilatation linéaire du matériau du
ruban
• si le chaînage demande plusieurs portées de chaîne, aligner les différentes
portées soit à vue, soit avec des fiches d’arpentage ou des jalons.

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : A- Mesures en terrain régulier :

Terrain
45 régulier et horizontal :
Si le terrain est régulier et en pente faible (moins de 2 %), il est possible de se contenter
de poser le ruban sur le sol et de considérer que la distance horizontale est lue
directement (fig. 33). La précision qu’il est possible d’obtenir sur une mesure est au mieux
de l’ordre de ± 5 mm à 50 m.

Fig.33 : Mesure au ruban en terrain horizontal

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : A- Mesures en terrain régulier :

Terrain
46 en pente régulière
Si le terrain n’est pas parfaitement horizontal, il faut considérer que l’on mesure la distance
suivant la pente. Pour connaître la distance horizontale avec précision, il faut donc mesurer
la dénivelée DH entre A et B ou bien la pente p de AB (fig. 34.).

Fig.34 : Mesure au ruban en terrain horizontal

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : B- Mesures en terrain irrégulier ou en forte pente :

Mesure
47 par ressauts horizontaux
Citons pour mémoire la méthode appelée mesure par ressauts horizontaux ou
cultellation. Illustrée par la figure 35., elle nécessite l’emploi
• d’un niveau à bulle
• de deux fils à plomb en plus de la chaîne
• et des fiches d’arpentage (ou jalons).
•Sa mise en œuvre est longue et le procédé peu précis.

Fig.35 : Mesure au ruban par ressauts horizontaux

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : C- Etalonnage d’un ruban

a)
48 Correction d’étalonnage
La valeur réelle d’une mesure s’exprime par : Lexacte = Lmesurée × (1 + kE)
kE est le coefficient d’étalonnage déterminé en mesurant la longueur d’une base
d’étalonnage connue.
On appelle correction d’étalonnage le terme: CE = kE . Lmesurée
Par exemple, un double décamètre indique 19,987m en mesurant une base de 20,000m. Il
est donc trop long de 0,013 m et donne des valeurs trop petites. Il faut le corriger de
0,013 m tous les 20 m.

L’expression du coefficient d’étalonnage est :

Fig.36 : Utilisation d’une base d’étalonnage Fig.37 : Mesure avec le ruban étalonné
www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : C- Etalonnage d’un ruban

b)
49 Correction due à la température
Un ruban est généralement étalonné à la température te = 20 °C.
La correction de dilatation est positive si la température est supérieure à la température
d’étalonnage ; et négative si la température est inférieure à la température d’étalonnage.

Le coefficient de dilatation de l’acier est k = 1,08.10–5 °C–1. On obtient donc :


Lexacte = Lmesurée [ 1 + 1,08 10–5 . (t – te)]
te est la température d’étalonnage (20 °C en général)
Exemple
Si vous mesurez une longueur de 35,035 m avec un ruban en acier à t = 40 °C, il faut
corriger la valeur lue d’une valeur positive :
(40 – 20) . 1,08 . 10–5 soit + 0,22 mm/m.
Donc la longueur « exacte » est :
35,035 . (1 + 0,22 . 10–3 ) = 35,043 m

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : C- Etalonnage d’un ruban

c)
50 Correction de tension (ou d’élasticité du ruban)
Comme toute mesure, l’étalonnage doit être fait à tension constante connue du
ruban: pour cela, on utilise un dynamomètre ou bien un poids accroché au ruban
suspendu au dessus du sol.
L’allongement ∆L en mètre d’un ruban d’acier soumis à une tension T s’exprime comme
suit :
L : longueur du ruban exprimée en m.
S : section constante du ruban en mm2.
E : module d’élasticité de l’acier E = 21 000 daN/mm2.
T : effort de tension exprimée en daN (1 kgf = 9,81 N).

La longueur « exacte » est alors :

Avec :

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : C- Etalonnage d’un ruban

c)
51 Correction de tension (ou d’élasticité du ruban)
Exemple
Un ruban de 50 m, de section (0,2 x 13) mm2 étalonné sous une tension de 5 daN
s’allonge de 10 mm sous une tension de 16 daN.

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : C- Etalonnage d’un ruban

d)
52 Correction de chaînette
Lors d’une mesure en mode suspendu, le ruban prend une forme dite de chaînette
(déformation libre d’une chaîne tendue entre deux points A et B ; fig. 38.).

Fig.38 : Effet de chaînette sur une mesure en mode suspendu

La flèche f de cette chaînette peut être réduite par augmentation de la tension mais ne
peut pas être annulée. La correction est toujours négative car l’effet de chaînette est
identique à un allongement de la chaîne.

Elle s’exprime par : Avec

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
1) CHAINAGE : C- Etalonnage d’un ruban

d)
53 Correction de chaînette
Elle s’exprime par :

Avec

T est la tension de la chaîne (daN).


D est la distance rectiligne entre les supports du ruban (m).
L est la longueur suivant le ruban c’est-à-dire Lmesurée .
p est le poids du ruban par mètre de longueur (daN/m).

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
2) MESURES PARALLACTIQUES :
Ce
54 type de mesure parallactique nécessite l’emploi d’un théodolite et d’une stadia.
Une stadia est une règle comportant deux voyants (triangulaires ou circulaires) dont
l’écartement est connu (généralement 2 m). elle est dotée d’une nivelle sphérique et d’un
viseur pour régler sa perpendicularité par rapport à la ligne de visée A’ B’ (fig. 39.).

Fig.39 : Mesure avec une stadia

Dh = 0,5 . L . Cot (α /2 )

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
3) MESURES STADIMÉTRIQUES

La
55 stadimétrie est une méthode moins précise. Elle permet la mesure indirecte d’une

distance horizontale en lisant la longueur interceptée sur une mire par les fils
stadimétriques du réticule de visée.

Fig.40 : Mesure par


stadimétrie

Le point A, centre optique d’un théodolite, est situé à la verticale du point stationné en S
; l’opérateur vise une mire posée en P et effectue la lecture interceptée par chaque fil
sur la mire soit m1 et m2.
www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
3) MESURES STADIMÉTRIQUES

56

Fig.40 : Mesure par stadimétrie


Si la visée est horizontale, (V = 100 gon) ; on obtient :

Si l’angle α est constant dans l’appareil utilisé, l’expression de Dh devient :

Alors, pour un niveau, V = 100 gon et α = cte d’où :

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
4) MESURE AU MOYEN D’UN IMEL :

57
Un IMEL, Instrument de Mesure Électronique des Longueurs ou Distancemètre,
est un appareil qui fonctionne le plus souvent par émission d’une onde électromagnétique,
qui permet la mesure du déphasage de l’écho de cette onde renvoyée par un réflecteur.

Ces appareils peuvent être intégrés à


l’optique d’un théodolite ou être montés
en externe sur des bases de théodolites
optico-mécaniques classiques ou
électroniques .

www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
4) MESURE AU MOYEN D’UN IMEL :

58
Pour mesurer une distance Di entre deux points au moyen d’un IMEL, l’opérateur stationne
l’appareil sur le point A et on place un miroir à la verticale du point B (fig. 41.).
Un train d’ondes est envoyé de A’ vers B’ : c’est son retour au point A’ après réflexion sur
le miroir B’ qui permet de calculer la distance Di parcourue.

Fig.41 : Mesure de distance avec un IMEL


www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
5) RÉDUCTION À LA PROJECTION DES DISTANCES MESURÉES

Réduction
59 à l’ellipsoïde :
Toutes les distances mesurées par les techniques vues précédemment doivent être
transformées avant d’être retranscrites sur une carte en raison des problèmes de
représentation plane de l’ellipsoïde

Pour une précision optimale, on peut utiliser la


formule suivante qui donne le passage directe
de Di à Do’:

Étant donné la valeur du rayon moyen terrestre


RN par rapport aux altitudes courantes, il suffit
de connaître ha et hb au mètre près. Fig.42 : Passage de Di à Do’
www.4geniecivil.com
V. MESURES DE DISTANCES :
6) MESURE ASSISTÉE PAR SATELLITE (GPS)

60 technologie GPS (Global Positionning System), en plein développement, permet


La
d’obtenir directement les coordonnées géodésiques d’un point stationné (une seule
antenne sur un point) mais avec une précision médiocre, inutilisable en topographie.
Si l’on dispose de deux antennes, on obtient avec précision la distance entre les deux
points et l’orientation du vecteur mesuré

Fig.43 : Mesure GPS


www.4geniecivil.com
IV.
IV. CALCULS
CALCULS TOPOGRAPHIQUES
TOPOGRAPHIQUES
61

1. Calcul de gisement

Conversion Polaire --> Rectangulaire

YB
Soient:
DAB
A (XA,YA), DAB et GAB connus
YA
B (XB,YB) est à déterminer

XB=XA+DAB.SINGAB
XA XB
YB=YA+DAB.COSGAB

www.4geniecivil.com
IV. CALCULS TOPOGRAPHIQUES
1. Calcul de gisement :

62

Quadrant 1 : B est à l'est et au nord de A


GAB = artan(ΔX/DY)

Quadrant 2 : B est à l'est et au sud de A


GAB = 200 + artan(ΔX/DY)

Quadrant 3 : B est à l'ouest et au sud de A


GAB = 200 + artan(ΔX/DY)

Quadrant 4 : B à l'ouest et au nord de A


GAB = 400 + artan(ΔX/DY)

Fig.30 : Différents quadrants


www.4geniecivil.com
IV.
IV. CALCULS
CALCULS TOPOGRAPHIQUES
TOPOGRAPHIQUES
63

3. G0 et Rayonnement

Orientation du limbe

•Un théodolite permet d'effectuer des lectures


d'angles horizontaux. Ces lectures sont comptées
positivement dans le sens des aiguilles d'une
montre par rapport à une direction origine
correspondant à la lecture « zéro ».
•Le gisement d'une direction peut se déduire du
gisement de l'origine des lectures d'angles
horizontaux mesurées lors du tour 'horizon. Celui ci
appelé G0 d'orientation peut se calculer à partir
de l'observation de points connus en coordonnées.
le G0 individuel en A sur le point visé i est
G0i=GAi-li

www.4geniecivil.com
IV.
IV. CALCULS
CALCULS TOPOGRAPHIQUES
TOPOGRAPHIQUES
64

3. G0 et Rayonnement
L'analyse des écarts entre les G0 individuels et
ce gisement moyen d'orientation permet
de déceler les éventuelles erreurs de calculs
et d'observations et aussi de montrer
Les éventuels déplacements des points connus
en coordonnées (borne déplacée,
mauvaise identification de points visés...).
Le gisement d'une direction à déterminer est:

GAM = G0(moyen) + LM avec

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :

Déterminer un point (ou une direction) c’est relier ce point à des points connus, au moyen
65 mesures.
de
Ces mesures peuvent être des angles, des distances ou combinaison des angles et
distances.

1) Procédés n’utilisant que des mesures linéaires :

Trilatération
Multilatération

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :

2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :


66
Rayonnement
Cheminement

3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :

Intersection
Relèvement
Recoupement

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
1) Procédés n’utilisant que des mesures linéaires :
67
a) Trilatération

En mesure les distances d’un point M à deux points connus A et B.


Si l’on veut les coordonnées de M, il faut résoudre le triangle AMB.

Tel que :

cos  = (b² + m² - a²) / (2 b m)

cos B = (a² + m² - b²) / (2 a m)

Etc…

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
1) Procédés n’utilisant que des mesures linéaires :
68
b) Multilatération

La multilatération est la détermination des coordonnées d’un point, en utilisant les


distances qui le séparent de 4 ou 5 points connus.

Comme en trilatération il faut calculer des éléments d’un triangle après avoir mesuré la
longueur des trois cotés

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
69
a) Rayonnement

On stationne en un point connu A, et on vise un


point connu B pour déterminer la position de M.
Par visée de M, on détermine le gisement GAM.
Par visée sur B GAM = GAB+ BÂM
La distance DAM est mesurée soit au ruban, soit à un
IMEL.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
70
a) Rayonnement

GAM et DAM s’appellent les coordonnées polaires de M


par rapport à A.

En projetant le vecteur AM sur les axes, on obtient


les coordonnées rectangulaires de M relatives à A
Δx = D sin GAM
Δy = D cos GAM

En effet,
XM = XA + Δx
YM = YA + Δy

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
71
a) Rayonnement
Contrôle d’un rayonnement :

-Par un 2ème rayonnement issu d’une station B.


c’est le contrôle le plus complet.

Dans ce cas on adopte pour ses coordonnées


XM et YM la moyenne pondérée des valeurs
obtenues, en donnant à chaque rayonnement
un poids inversement proportionnel à la
distance

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
72
b) Cheminement
Le point B, rayonné de A, peut à son tour servir à rayonner le point 1, puis de 1 on rayonne
2, et ainsi de suite.

Le cheminement alors est une suite de rayonnements successifs.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
73
b) Cheminement
Formes des cheminements :
-Cheminement tendu (ou encadré)
C’est une ligne polygonale qui relie deux points connus en coordonnées. C’est la meilleur
forme de cheminement.
Un cheminement qui arrive sur un point connu différent du point de départ est
encadré

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
74
b) Cheminement
Formes des cheminements :
-Cheminement fermé
C’est une ligne polygonale qui se boucle sur elle-même. Souvent employé bien qu’il
présente des défauts. Il doit être utilisé de préférence lorsque la surface à lever est peu
étendue.
Un cheminement qui revient sur son point de départ est fermé.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
75
b) Cheminement
Formes des cheminements :
-L’antenne
C’est une ligne polygonale qui ne se referme pas sur un point connu. Procédé à éviter
ou à observer aller et retour.
Un cheminement ni fermé ni encadré est une antenne.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
76
b) Cheminement
Formes des cheminements :
-Point nodal
C’est le point de convergence de plusieurs antennes, ou encore le nœud de plusieurs
cheminements encadrés. C’est une solution à rechercher, qui donne des résultats très
homogènes.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
77
b) Cheminement
Autres terminologie
-Si on mesure les angles entre côtés successifs, le cheminement est dit goniométrique.
-Si on mesure directement les gisements des côtés, le cheminement est dit décliné.
-Un point lancé (ou point rayonné) est un point hors cheminement, visé directement
depuis un point connu.
-Si les coordonnées des sommets sont calculées dans le système Lambert général, le
cheminement est qualifié de rattaché.
-S’il n'est pas rattaché, un cheminement est indépendant.

Caractéristiques des cheminements :


-Proches des détails à lever,
-Homogènes (côtés sensiblement de même longueur, éviter les côtés courts),
-Les cheminements encadrés seront aussi tendus que possible,
-Le nombre de côtés seront limités à 10 ou 12.
www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
78 Cheminement
b.1) Calcul d’un cheminement encadré :
Transmission des gisements
Ce calcul consiste à déterminer les gisements de tous les côtés du parcours à partir du
gisement de la direction de référence et des angles mesurés aux sommets. Fig.44 : Transmission
Au sommet j (fig. 44) et à partir de l’angle de gauche, on peut écrire : de gisement

Gjk = Gij + Hgj + 200


Si l’on considère la figure 45., la formule devient : Fig.45 : Transmission
de gisement
Gjk = Gij + Hgj – 200
Dans la pratique, on utilise l’une ou l’autre des formules et on ajoute 400 gon à tout résultat
négatif, ou on retranche 400 gon à tout résultat supérieur à 400 gon.
La formule générale est donc :
Gjk = Gij + Hgj ± 200

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
79 Cheminement
b.1) Calcul d’un cheminement encadré :
Fermeture angulaire (fa)
On calcule de proche en proche tous les gisements de tous les côtés pour arriver au gisement
d’arrivée GCD connu qui sert de contrôle des erreurs de lecture d’angles (voir fig. 47).
GAB noté Gd, et GCD noté Gf

Fig.47 : Cheminement encadré


www.4geniecivil.com
Fig.47 : Cheminement encadré

80

On peut écrire :

G’f est le gisement d’arrivée observé (G’CD)


Si l’on fait la somme de ces équations membre à membre, on obtient :

n étant le nombre de côtés de la polygonale.


Σ(Hgj ) représente la somme de tous les angles de gauche.
Si le résultat G’f est négatif, ajoutez 400 gon autant de fois nécessaires.
www.4geniecivil.com
Fig.47 : Cheminement encadré

81

L’erreur de fermeture angulaire fa est alors la différence entre ce gisement de fermeture


observé et le gisement de fermeture théorique GCD, noté Gf , issu des coordonnées des points
connus C et D.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
82 Cheminement
b.2) Calcul d’un cheminement fermé :
Fermeture angulaire
On adoptera solution qui consiste à compenser les angles.
La somme des angles d’un polygone est connue.

Si n est le nombre d’angles, on a :


Somme des angles extérieurs = (n+2) 200
Somme des angles intérieurs = (n - 2) 200

La compensation de la fermeture angulaire fa se fera uniformément sur tous les angles,


soit : -fa / n sur chaque angle.

Calcul des coordonnées et ajustement


Le calcul des coordonnées et l’ajustement se font comme pour un cheminement encadré.
www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
83 Cheminement
b.3) Tolérance de fermeture :
Tolérances théoriques
Soit σa l'écart type angulaire par station dépendant du théodolite utilisé ; on obtient
comme tolérance angulaire Ta pour un cheminement de n côtés :
-pour un cheminement fermé :

-pour un cheminement encadré :

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
84 Cheminement
b.3) Tolérance de fermeture :
Tolérances théoriques

Par exemple, pour un parcours fermé de six stations mesuré au moyen d’un T16 (valeur
usuelle de l’écart type angulaire : σ = ± 2,5 mgon),
on a : σ a = ± 2,5.√2 (deux lectures angulaires pour un angle)
donc : Ta = ± 9,5. √6 = ± 23 mgon.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
85 Cheminement
b.4) Compensation angulaire :
C’est l’opération qui consiste à répartir l'écart de fermeture angulaire sur tous les angles
observés. On ne peut compenser angulairement un cheminement que si l'écart de
fermeture angulaire est inférieur à la tolérance réglementaire.

Si ce n’est pas le cas, la manipulation doit être reprise en entier car il s’agit d’une faute.

La compensation angulaire est la quantité à répartir sur les différentes mesures ; c’est
donc l’opposé de la fermeture angulaire :

Suivant le type de cheminement effectué et suivant la valeur de la fermeture angulaire,


on compense de deux manières différentes.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
86 Cheminement
b.4) Compensation angulaire :
Compensation proportionnelle au nombre de stations
Si les distances de visées sont homogènes, on répartit l’écart de fermeture fa de
manière égale sur chaque station. Donc, pour un cheminement de n côtés, la
compensation angulaire Cj sur chaque lecture est :

Compensation proportionnelle à l’inverse des distances de visées


Si les distances de visée ne sont pas homogènes, on répartit
l’écart de fermeture fa en considérant que l’on commet plus
d’erreur en angle sur une visée courte que sur une visée
longue. Comme à chaque station intervient la distance de la
visée arrière et celle de la visée avant (voir fig. 49.),
www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
2) Procédés combinant des mesures angulaires et linéaires :
b)
87 Cheminement
b.4) Compensation angulaire :
Compensation proportionnelle à l’inverse des distances de visées
on fait intervenir des poids pj tels que, au sommet j :

La compensation angulaire Cj sur chaque lecture est alors :

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
Application :
Calcul des coordonnées d’un point par Multilatération:
88

Données :
Distances AM = 2367.33
BM = 1265.14
CM = 3406.45
DM = 2658.10

Coordonnées des point d’appui


XA = 619 399.47 XB = 619 034.35
YA = 125 108.81 YB = 122 043.70

XC = 615 444.78 XD = 615 603.20


YC = 121 108.91 YD = 123 256.823.70

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
Application :
89Calcul des coordonnées d’un point par Cheminement :

www.4geniecivil.com
90

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :

3)
91 Procédés n’utilisant que des mesures
angulaires :

a) Intersections :
Un point intersecté est un point non stationné que l’on vise à partir de points
connus en coordonnées (point d’appui)
a.1) Détermination des gisements des visées d’intersections :
Soit : A le point d’appui stationné;
B, C, D des points connus en coordonnées
M le point intersecté à déterminer.
Mode opératoire :
- En station en A on vise les points B, C, D, M
- On calcule les gisements GAB, GAC, GAD et on détermine une constante d’orientation
appelée VO de la façon suivante :
www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
92
a) Intersections :
a.1) Détermination des gisements
des visées d’intersections :
GAB – lecture sur B = VO1
GAC – lecture sur C = VO2
GAD – lecture sur D = VO3
La moyenne des 3 VO moyen qui permet d’orienter la visée d’intersection AM :
VO moyen + lecture sur M = GAM
La différence entre le VO moyen et le VO particulier (VO1 , VO2 , VO3) doit être la plus faible
possible, elle donne une indication sur l’homogénéité des points d’appui.
En général, il faut au moins deux points d’appui pour déterminer un VO.
On procède de la même manière pour déterminer les VO des autres points d’appui ayant
visé le point intersecté M.
Le nombre de visées d’intersections est en général limité à 4 ou 5.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :

93 3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :

a) Intersections :
a.2) Calcul des coordonnées approchées :

Deux visées d’intersection déterminent géométriquement un point. Il est utile avant tout
calcul d’établir un croquis orienté à grande échelle.

Le calcul du point approché peut s’effectuer par différentes méthodes. Nous utiliserons la
plus simple qui consiste à résoudre un triangle.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures
94
angulaires :
a) Intersections :
a.2) Calcul des coordonnées
approchées :
Résoudre un triangle ADM par exemple :
-Calcul du gisement et de la distance AD par coordonnées
-Calcul des angles A et D
GAD – GAM = A
GDM – GDA = D
tel que : GAM et GDM = VO + lecture
-Détermination de l’angle M
M = 200 – ( A + B )
-Calcul des distances AM et DM
AM = AD sin D / sin M
DM = AD sin A / sin M

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
95
a) Intersections :
a.2) Calcul des coordonnées approchées :
- Connaissant le gisement AM et la distance AM on peut calculer les coordonnées
approchées de M via la transformation de coordonnées polaire en rectangulaires)
∆X = D sin G
∆Y = D cos G
-Vérifier, en calculant M à partir de D

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :

96
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
a) Intersections :
a.3) Calcul du point définitif :
-Les gisements obtenus à partir des observations s’appellent « Gisements observés Gobs »
-Les gisements calculés à l’aide des coordonnées approchées de M s’appellent « gisement
calculé Gcalc »

Le point définitif est obtenu par un graphique tracé à l’échelle 1/1 ou 1/2.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
b)
97 Relèvement :
Un point relevé est un point stationné depuis lequel on effectue un tour d’horizon sur
des points connus.
Comme pour l’intersection, le calcul des coordonnées d’un point par relèvement passe par
le calcul d’un point approché.

NB: Précisons qu’un point approché n’est pas un point imprécis mais un point déterminé
par un minimum de visées : 2 visées pour l’intersection et trois pour le relèvement.

En topométrie les relèvements sont peu fréquents, il est souvent possible d’effectuer deux
visées d’intersection sur le point à déterminer, il est alors plus simple de calculer le point
approché par intersections.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
98
b) Relèvement :
On peut obtenir le point M relevé soit par :
-Une construction graphique ou géométrique
-Un calcul trigonométrique qui s’appelle problème de la carte.

b.1) Rappel de la solution trigonométrique :


On connait AB=a , BC=b et l’angle ABC = B, ainsi que α et γ
Les angles indiqués x et y dans les triangles AMB et BMC sont calculés par la résolution du système
suivant :
x + y = 400gr – (α + γ + B)
et MB / sin x = a / sin γ
MB / sin y = b / sin α
D’où x + y = 400gr – (α + γ + B)
sin y / sin x = a sin α / b sin γ

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
99
b) Relèvement :
b.2) Arcs capable :

-Un angle observé à partir d’un point inconnu M sur deux points connus A et B fournit un
lieu de M (arc capable de l’angle AMB passant par A et B)

-Un relèvement effectué sur trois points A B C comporte trois angles observés α, β, γ et se
trouve donc à l’intersection de trois arcs capables, ce qui est insuffisant, les trois arcs n’étant pas
indépendants puisque α + β + γ = 400 gr. Il faut donc viser au minimum quatre points
connus pour obtenir trois arcs capables indépendants.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
100
b) Relèvement :
Les méthodes graphique et trigonométrique décrites ci-dessus ne sont plus employés, et il
existe plusieurs méthodes de calcul entre lesquelles le service topographique a choisi la
méthode de Hatt ou du point approché.

b.3) Méthode de Hatt :


Cette méthode présente de grandes analogies avec le cas d’intersection qui consiste à
construire sur un graphique à grande échelle au voisinage du point approché, dont on
calcul :
-le gisement du segment capable et sa sensibilité,
-Le déplacement du segment capable en l’assimilant à une visée d’intersection fictive.

www.4geniecivil.com
VI. PROCÉDÉS DE DÉTERMINATIONS PLANIMÉTRIQUES :
3) Procédés n’utilisant que des mesures angulaires :
101
c) Recoupement :
Procédé qui utilise simultanément l’intersection et le relèvement.
Procédé de détermination d'un point utilisant une VISÉE D'INTERSECTION AM, et deux ANGLES DE
RELÈVEMENT M1 et M2. On calcule d'abord les coordonnées du point approché Mo en
résolvant par exemple le triangle ABMo dans lequel l'angle ABM est conclu.

Sur le graphique du point définitif on tracera les visées AMo, BMo et la visée d' intersection
inverse CM, faisant intervenir l'angle observé M2 = AMC.
Mode opératoire :
- On stationne d’abord au point connu A. On s’oriente sur un point connu B et on vise le
point à déterminer M
- On stationne ensuite au point inconnu M :

www.4geniecivil.com
102

www.4geniecivil.com