Vous êtes sur la page 1sur 26

ACCEUIL FLEXIBLE

Test CO- Septembre 2017 / Message 1 ; Mes réponses sont ; 41-B/ 42-B/43-D
Journaliste ; Irene Bosman, vous êtes à l’origine de l’initiative d’accueil flexible des enfants
au Limbourg. Comment est-il organisé ?
Irene Bosman ; les enfants peuvent être accueillis dans 4 centres de 05h30 à 22h00, même
le weekend et les jours fériés.
Journaliste ; n’y a-t-il pas de parents irresponsables qui déposent leurs enfants à 06h00 et
viennent les chercher à 21h00 ?
Irene Bosman ; vous savez un accueil prolongé des enfants est parfois nécessaire pour
diverses raisons. Les parents font ce choix sciemment, il peut s’agir d’une famille
monoparentale dont le parent a un programme plus que chargé (41). Dans les familles à
problèmes, ce n’est parfois pas une mauvaise chose que l’enfant se retrouve dans un autre
nid social mais personne ne se débarrasse de ses enfants.
Journaliste ; et vos clients sont satisfaits ?
Irene Bosman ; la plupart des parents se sentent vraiment aidés par cette initiative. Près de
30 % d’entre eux ont-ils le temps de trouver un nouvel emploi et peuvent mieux associer la
vie privée et l’activité professionnelle (42). Un sur quatre est moins stressé et quand ils
viennent chercher les enfants, cela se passe plus calmement.
Journaliste ; le projet a-t-il démarré aussi ailleurs en Flandre ?
Irene Bosman ; il ne pouvait pas en être autrement. Le travail à temps partiel et à horaires
flexibles exige un accueil atypique. 13 villes proposent déjà ce système (43). 05 initiatives
vont s’y ajouter l’année prochaine.
BENIN
Test CO- Octobre 2017 / Message 1 ; Mes réponses sont ; 41-C / 42-C/ 43-A

Journaliste ; depuis votre premier film Barbecue Peujeot, Jean Odoutan, vous arrivez à
exister dans ce milieu du cinéma de manière totalement indépendante avec très peu de
moyens. Comment vous vous débrouillez ?
Jean Odoutan ; Bah j’ai la chance d’avoir ma propre distribution de films qui s’appelle 45
RDLC, je n’ai rien d’autre que 45 Rue de la Comète, mon lieu d’habitation à Asnières et que
je suis mon propre attaché de presse mais en même temps je mets d’autres cordes à mon
arc comme Quintessence le festival annuel de films de Ouidah au Bénin. C’est ce qui me
tient le plus à cœur mais c’est pas de la tarte il faut quand même le faire. Pour beaucoup
c’est monstrueux tant que là-bas la langue qu’on parle chez nous le fond et fouëne on
m’appelle le surhomme.
BIBLIOTHECAIRE
D-A-A
- jounaliste

Laurence Brunet lit. Parlez-nous de votre métier de bibliothécaire.

- bibliothecaire

Je travaille dans cette bibliothèque depuis 1989. Je renseigne les lecteurs je participe au choix des
ouvrages. Je ne rechigne pas à porter des objets lourds. J'ai toujours été passionné par les livres ce
qui me plaît c'est informer les lecteurs répondre à des questions pointues.

-C'est votre premier emploi.

-Non. Avant j'ai travaillé à la Bibliothèque administrative de l'Hôtel de Ville de Paris pendant 15 ans.
Le public était composé d'élus et de chercheurs et il était plutôt élitiste mais je préfère la
bibliothèque où je travaille maintenant.

- jounaliste

Comment vous êtes arrivé là.


- bibliothecaire

Je suis entré comme employé à la mairie de Paris il y a 22 ans. Après avoir étudié l'anglais pendant
trois ans un peu plus tard j'ai passé un concours pour devenir titulaire. J'ai été bibliothécaire adjointe
et maintenant je suis adjointe principale. Finalement je n'ai pas besoin de parler anglais dans mon
travail et je trouve ça dommage.

- jounaliste

Le salaire est intéressant dans cette profession.

- bibliothecaire

Je gagne 1800 euros par mois.

CIRCUIT COMMERCIAL
Test CO.16-028/ Message 3 : Mes réponses sont ; 47- D / 48- B / 49-A / 50- B
Journaliste; Bernard Ledoux vous êtes chercheur au Credoc, spécialiste de la consommation. Tout le
monde constate actuellement une ruée vers les magasins pratiquant en permanence les prix bas,
même dans les beaux quartiers. Cette tendance est-elle une conséquence de la hausse des prix ?
Bernard Ledoux ; d’une certaine manière oui. La valse des étiquettes, la tension sur le pouvoir
d’achat, la désorientation des consommateurs suite à l’euro ont profité à ces magasins. Et je crois
que cette explication est superficielle. En fait, ces enseignes répondent à une nouvelle demande. En
l’occurrence, ils proposent des produits moins chers de qualité basique (47) avec un service
minimum mais fonctionnel. Ils décollent parce qu’ils ont lancé un nouveau circuit. On peut même
ajouter qu’ils n’ont pas encore fait le plein des foyers de consommation (48), contrairement aux
surfaces commerciales classiques.
Journaliste; Certaines de ces enseignes cadraient vraiment les grandes agglomérations. Ils ouvrent
régulièrement de nouveaux espaces. Comment expliquez-vous cette explosion ?
Bernard Ledoux ; Il est vrai qu’on remarque une véritable montée en flèche du phénomène dans les
grands centres urbains. On estime aujourd’hui que plus d’une personne sur deux fréquentent ce
type de commerce et les consommateurs appartiennent comme vous l’avez signalé à toutes les
catégories de population. Cette évolution est constante depuis 10 ans. Leur part de marché
augmente en gros d’un point chaque année et ils ne sont pas arrivés à saturation.
Journaliste; Sont-ils alors le glas des supermarchés de proximité ?
Bernard Ledoux ; Non ! Car ils fonctionnent comme circuits d’appoint. Les consommateurs mieux
informés zappent entre leurs envies d’une marque précise et d’un prix plus juste (49), mais il est
certain que l’arrivée de ces pratiques commerciales a bouleversé le paysage de la grande
distribution. Concrètement les super marchés se retrouvent face à une alternative. Soit ils tentent de
les concurrencer sur le terrain des prix, en créant des marques très bon marché, mais cette stratégie
semble risquée, soit ils affirment leur complémentarité en jouant sur la qualité, les services offerts
ou l’étendue du choix, (50) mais la politique du bas prix n’est en aucun cas avouée à devenir un
circuit dominant.
DIVORCE
Test CO- Septembre 2017 / Message 2 ; Mes réponses sont ; 44- D / 45-A / 46-D
Journaliste ; pour un couple, la séparation en présence d’enfants ne rend pas la tâche easy.
Maria Comes ?
Maria Comes ; dans un tel évènement, tout se joue sur l’état d’âme des parents. Ils ont
l’impression que c’est une catastrophe, l’enfant le ressent et ça dramatise les choses pour
lui. Il ne s’agit pas de banaliser le divorce, c’est un acte important mais la vie n’est pas
toujours rose. C’est dur, surtout pour l’enfant qui doit faire le deuil de sa vie d’avant, mais
ça reste passager et pas si destructeur si on lui explique bien les choses.
Journaliste ; tout est bien qui finit bien alors !
Maria Comes ; il arrive que l’enfant veuille prendre la place d’un des parents ou essaie de
les réconcilier. C’est à eux de prendre les choses en main. Malgré leur séparation, ils sont
pour autant culpabilisés, ils ne doivent pas diverger dans leur principe d’éducation.
EVALUATION
MESSAGE AUDIO de CO  : réponses possibles : 47 – C ; 48- D, 49- A, 50-C
1-L'évaluation s'est diffusé dans tous les secteurs, pourquoi une telle prolifération?
Réponse: c'est une méthode qui engendre pression, stress et compétition voir triche et baisse de
performance. Nous nous en plaignons et nous en redemandons. Nous voulons être évalués et
seulement également évaluer. Quand bien même nous ne connaissons pas le domaine, nous nous
sentons légitime de donner notre avis. Des émissions de télé sollicitant le vote des téléspectateurs aux
enquêtes de satisfaction des clients, nous sommes tous susceptibles de juger.

2- Mais l'évaluation donne à l'attitude l'illusion de se démarquer


Réponse: Dans un monde du travail de plus en plus individualisé, c'est une promesse
narcissique: celle de s'améliorer, d'être meilleur. Mais cela crée aussi des modèles pour tous.
Sous prétexte d'évaluer on nomme, on impose, on encadre des comportements en enfermant
et en uniformisant les façons de travailler.

3- Elle permet une forme de reconnaissance?


Réponse: elle invente une forme de reconnaissance tout en prétendant y répondre. Avoir un
nom, une profession, une filiation, donne une place d'où l'on peut agir. Or l'évaluation donne
non pas des places mais des positions incertaines, relatives où tout se rejoue à chaque épreuve
JEUX VIDEOS
Test CO-16-029/ Message 3 ; Mes réponses sont ; 47- D/ 48-D/ 49-B / 50-C
Journaliste ; la console ne rend pas les ados accros au ultra violant. Céline Stora,
psychanalyste et spécialiste des mondes virtuels et pense même qu’elle a plus d’une vertu.
Alors Céline Stora, pourquoi les jeux vidéo ont-ils une mauvaise réputation ?
Céline Stora ; sans doute parce qu’ils concernent prioritairement les enfants et les
adolescents, c’est un monde que les adultes ne connaissent pas, ils ne retiennent que des
images de violence qui ne cadrent pas avec la vision idéale qu’ils ont de l’enfance. Ils
trouvent ces jeux peu créatifs, bien moins en tout cas que les jeux d’entant. Les 45, 60 ans
font de la résistance devant ce média, et n’arrivent pas à le prendre pour ce qu’il est, une
contre-culture. Un espace de liberté que les jeunes ont investi contre la culture parentale et
celle de la sacrosainte télévision.
Journaliste ; on trouve régulièrement ces jeux associés à des faits divers tragiques.
Céline Stora; Ils font d’excellents boucs émissaires mais cette explication ne tient pas
debout. C’est réduire l’être humain à son comportement en oubliant son contexte familial.
Journaliste ; pourquoi encouragez-vous leur pratique ?
Céline Stora; les gens vivent chaque jour des humiliations, se chargent d’un mauvais stress
qu’ils finissent par retourner contre eux. Beaucoup développent de graves symptômes
psychosomatiques, plutôt que de prendre un antidépresseur, ils gagneraient à jouer aux
jeux vidéo. Excellent exutoire, il permet de vivre des situations valorisantes et ensuite
d’affronter des situations habituellement esquivées ou mal vécues.

LES JOURNAUX

Test CO-Juillet 2017 / Message 2 ; Mes réponse sont ; 44-C/ 45-A ? /46- D

Journaliste ; Bernard Spitz vous avez été missionné par le ministre de la culture et de la
communication pour élucider les raisons de la baisse du jeune lectorat du quotidien (44). A
quel résultat cette enquête a-t-elle abouti ?
Bernard Spitz ; et bien, fort de l’information selon laquelle au cours des dix dernières
années, la presse quotidienne a vu environ 17 % de sa jeune clientèle l’abandonner. Nous
avons pu faire émerger deux causes importantes ; d’une part, le prix prohibitif des journaux
lié au problème de distribution, phénomène expliquant le boom d’internet et la percée des
journaux gratuits dont sont friands les adolescents (45). D’autres part, la relation à l’écrit qui
est moins étroite que pour les générations précédentes.
Journaliste ; cette désaffection vous semble-t-elle irréversible ?
Bernard Spitz ; elle me parait alarmante mais pas impossible à enrayer. C’est pourquoi nous
avons instauré la possibilité pour tous les jeunes de 18ans de s’abonner gratuitement au
quotidien de leur choix pendant 2 mois. Une autre mesure est en passe d’être adoptée ;
l’ouverture de kiosque dans les lycées offrants des tarifs réduits.
Journaliste ; et pour encourager le désir de lecture ?
Bernard Spitz ; nous insistons sur la nécessité de promouvoir la lecture dans l’audiovisuel
publique par la programmation des missions accès sur les dernières parutions littéraires
susceptibles d’intéresser les 15, 24 ans. Nous encourageons également le développement
du mécénat en faveur de la lecture de la presse par les jeunes et nous engageons les
responsables des quotidiens à favoriser l’accès à leurs archives sur internet à prix réduits.
Journaliste ; On pourrait alors envisager une réconciliation des jeunes avec la presse ?

Bernard Spitz ; c’est ce à quoi nous œuvrons, n’oublions pas qu’ailleurs plusieurs grands
quotidiens tels que le Chicago Tribune ou Elmondo ou Elbais ont lancé des suppléments
adaptés à la jeunesse et que leur succès a été immédiat.
LA GROTTE
Test CO- Octobre 2017 / Message 2 ; Mes réponses sont ; 44-B/ 45- C/ 46-C
Journaliste ; Notre président a visité Dimanche la grotte de Lascaux avec sa femme. Cette
grotte est fermée au public depuis 1963 pour préserver les peintures de l’homme de Cro-
Magnon âgé de 17000 ans environ. L’opinion publique s’enflamme, polémique, jalousie.
Walid Salem journaliste à Rue 89, qu’en pensez-vous ?
Walid Salem ; Moi Hhhhh jaloux ! bien sûr ! Qui ne rêve pas d’explorer cette fantastique
grotte ! Bon on comprend celle-ci est fermée au public alors elle doit être fermée pour tous.
Mais le pire c’est qu’on s’en fout de ce que fait le président le dimanche, y a des sujets bien
plus graves en ce moment mais on n’en parle pas ! Le régime Dirtrec par ex. Il faut que les
médias fassent leur travail. Informer le public sur les actions du gouvernement et non pas
sur les promenades présidentielles.

LA VIOLENCE DANS LE SPORT


Mes réponses : 41-D 42-C 43-C
- journaliste

L'Association générale sportive de l'enseignement vient de terminer son colloque dont le thème
était cette année parrain école sport. Agir ensemble contre la violence. Nous accueillons ce matin sa
directrice Mme Foccart. Bonjour Madame quel est votre sentiment à l'issue de ces trois jours de
discussions.

- responsable

Eh bien je suis heureuse de la qualité des rencontres qui ont eu lieu. Nous avions convié des sportifs
de haut niveau des pédagogues et des parents d'élèves qui se sont réunis pour réfléchir ensemble
sur les enjeux éducatifs du sport. Il en est ressorti une analyse très pertinente des aspects positifs du
sport à l'école et de ses dangers aussi ses dangers.

- journaliste

En général on met seulement en avant les vertus du sport. Pourriez vous nous en dire plus.

- responsable

Oui. Prenez les compétitions par exemple chez certains jeunes au nom de la performance à
n'importe quel prix. Elles suscitent bien souvent une violence principalement verbale mais aussi
parfois physique. Ils se retrouvent en dehors des murs de la classe en rapport direct avec l'autre et
leur volonté de victoire leur fait oublier les principes les plus élémentaires de respect de l'autre.

- journaliste

Quelles mesures peuvent être prises pour canaliser cette violence. La création d'équipes
d'éducateurs et de parents d'élèves volontaires qui grâce à leur cohérence et à leur responsabilité
remettent à l'ordre du jour le respect des règles le respect de l'autre le respect du corps et le
développement de la confiance en soi.
LES SMS
Mes réponses : 44-C / 45-A / 46-B
LES TOURS
Test CO.16-028 / Message long 2 : Mes réponses sont : 44- D / 45- B/ 46- C
Journaliste; François Grether Vous êtes architecte urbaniste spécialisé dans la construction des tours
gigantesques érigées dans les capitales du monde entier. Le débat sur l’avenir que représentent ces
tours est très vif en ce moment. Quelle est votre position ?
François Grether ; Je trouve que ce débat tourne à vide (44). La question ne se pose pas de manière
abstraite, mais dans le contexte vivant de la ville, je refuse de me prononcer pour ou contre les
tours. Leur premier avantage vu de l’extérieur est qu’elles marquent un repère dans le paysage (45)
et de l’intérieur elles offrent des vues sur la ville. L’avantage foncier est moins évident, si leur
emprise au sol est réduite, demande aussi un certain dégagement.
Journaliste ; ceci ferait partie des désavantages ?
François Grether ; Difficile d’affirmer que les tours sont forcément une catastrophe
environnementale. Tout dépend de leur contenu, bureaux ou logements et de leur conception,
même si leurs surfaces posent des problèmes d’isolation, actuellement on innove dans le
développement durable.
Journaliste ; Comment expliquez-vous les réticences des gens à y habiter (46) ?
François Grether ; Je crois qu’ils se trompent. Ici on les assimile aux anciens logements sociaux mal
construits (46), mais si on interrogeait les habitants actuels des tours de meilleure qualité, on aurait
un avis plus positif.
MAGAZINES

Test CO- Septembre 2017 / Message 3 ; Mes réponses sont ; 47-D / 48- B / 49- B / 50-D
Journaliste ; Bernard Z. vous dirigez le magazine Rock Mag dont la nouvelle formule sort en
kiosque demain. Alors les Rock Mags moins rock ?
Bernard Z. ; ce nouveau projet s’appuie sur l’histoire et la culture qui a fait notre revue.
Nous ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Ce journal parfois énervant par ses opinions,
constitue un élément de vitalité dans la vie culturelle. Notre point de vue sur le cinéma, la
littérature ou la musique compte, le culturel ne se réduit pas, 30 pages s’y rajoutent.
Journaliste ; donc le bébé reste le même ?
Bernard Z.; il y a 15 ans, un sujet dans les Rock Mag n’était pas traité ailleurs, aujourd’hui les
magazines grand public font des articles sur le festival rock en live, nous nous démarquerons
de façon encore plus claire, on circulera mieux dans une partie culture mieux mise en scène.
Nous serons toujours à l’affut des auteurs et des artistes mais en étant plus tranchant et en
revendiquant plus clairement nos choix.
Journaliste ; Quoi de neuf dans le bain alors ?
Bernard Z.; parler davantage de politique de façon crédible, aller plus sur le terrain,
proposer des enquêtes, de grands entretiens. Nous ne couvrirons pas toute l’actualité, mais
nous irons jusqu’au bout de nos choix.

NEO-CONSOMMATEURS
Test CO- Octobre 2017 / Message 3 ; Mes réponses sont ; A-A-D-A

Journaliste ; …….Salomé vous faites partie de ces experts qui se réunissent en ce moment
pour étudier les divers modes de résistance à la fièvre acheteuse. Pouvez-vous nous dresser
le portrait type de non-consommateur ?
Un portrait type serait difficile à brosser, tant les profils qui se dessinent au fur et à mesure
de notre étude sont variés. On trouve les techno-réticents surtout chez les femmes les plus
âgées, les altère-consommateurs férus (Être féru de, être passionné de) de commerce
équitable, ceux de plus en plus nombreux qui ciblent leurs achats sur les bons plans et les
prix et même les conso-stoppeurs qui boycottent les circuits habituels.
Journaliste ; Mais n’exagérons pas, ces néo-non consommateurs achètent tout de même un
peu non ?
Oui ! bien sûr ! Ils font juste preuve d’un désenchantement pragmatique. Ils n’achètent que
ce qu’ils veulent, quand ils le veulent et comme ils le veulent en se moquant des marques.
Journaliste ; ce comportement a-t-il déjà des répercussions ?
Oui si on se penche sur les chiffres. En 5 ans la part des achats en grandes surfaces bon
marché a progressé de 64 % avec en toile de fond une baisse globale du volume de la
consommation et les premières touchées sont les marques nationales car les répercussions
du passage à l’euro ont été apocalyptiques pour elles. Le prix étant devenu une exigence à
minima.
Journaliste ; certaines marques restent tout de même florissantes non ?
Et bien même si les produits de luxe trouvent encore des acheteurs, si les 4X4 paradent
dans les grandes villes, si les jeunes restent fascinés par les marques, 43 % des français se
disent désintéressés par les étiquettes et font leur résistance et c’est la même chose pour
l’agroalimentaire, prenez l’exemple des barres de céréales pour enfants, leurs ventes ont
chuté de 26 % en 2ans signe que les campagnes anti-obésité commencent à porter leur
fruits et qu’un consommateur plus mûr et responsable est en train d’immerger.
POLITIQUES FAMILIALES
Test CO-Juillet 2017 / Message 2 ; Mes réponse sont ; 47-A/ 48- D /49- A / 50-A ?

Journaliste ; Silvain Dermond, vous êtes sociologue. Selon vous l’Europe peut-elle avoir une
politique familiale unique ?
Silvain Dermond ; Les politiques de la famille ne relèvent pas des institutions européennes
mais tout incite les décideurs publiques à les ajuster vers une certaine forme de
convergence, ne serait-ce que pour les objectifs. Il faudrait pouvoir offrir une place en
structure d’accueil pour un tiers des enfants de moins de 3 ans. Il faut aussi fixer les
conditions des congés parentaux au niveau de rémunération et durée. Cependant, si
certains pays optent pour la mise en place d’équipements de service, d’autres considèrent
la politique familiale comme une intrusion dans la vie privée.
Journaliste ; les politiques familiales se sont-elles adaptées aux transformations de la
famille ?
Silvain Dermond ; on constate partout une augmentation des familles monoparentales,
pour elles, il est impératif d’adopter le régime de prestation social. La monoparentalité
étant l’une des premières causes de pauvreté partout en Europe. Et les solidarités familiales
ne sont souvent mises en avant que pour compenser les faiblesses des politiques publiques.
La solidarité intergénérationnelle peut renforcer les inégalités si elle n’est pas étayée par
une solidarité publique qui vient compenser les différences de ressources des ménages.

ROMANS POLICIERS
Test CO-16-029 / Message long 1 : Mes réponses ; 41- C / 42-C / 43-A
Journaliste ; William Fournier, bonjour, vous êtes directeur de l’institut de sondage LMC Culture.
Quelles sont les tendances de cet été en matière d’édition ?
William Fournier ; après un début d’année marqué par la multitude d’ouvrages consacrés à la
politique (41), l’approche des vacances d’été annonce un renouveau de polards. De jeunes auteurs
ont apporté un nouveau souffle au genre et le public s’est diversifié.
Journaliste ; Les ventes en littérature n’ont pas été satisfaisantes au cours du premier semestre
(42). Des raisons à cela ?
William Fournier ; Les périodes électorales n’ont jamais été propices à la vente de romans littéraires.
De plus les livres se vendent beaucoup plus de nos jours sur les grandes surfaces ou dans les grands
magasins spécialisés et forcé de reconnaitre que ces points de vente ont accusé une baisse
significative de leur fréquentation et l’industrie du livre en empathie (43).
Journaliste ; Je vois. Nous poursuivons cet entretien dans quelques instants.

LA ROUMANIE
Mes Réponses « Roumanie » : C /B/D/A

Journaliste : Alexible Katar, vous avez réalisé un documentaire sur votre pays d’origine, comment
résumez-vous l’évolution des mentalités roumaine ?

Invité : l’aspiration de la jeunesse roumaine a une vie libre et stimulante sur le plan économique,
tranche avec le climat de résignation des années 50. Le reste pour une grande partie de la
population, l’inégalité économique demeure.

Journaliste  : Quelles compatibilités et différences y-a-t-il avec le projet politique européen ?

Invité  : les roumains ont parfois mal tirés profit de leurs ressources naturelles. D’autre part, la
question est pieuse de la corruption n’est pas encore réglée ce qui inquiète l’UE.

Journaliste : Quelques conseils pour les cadres roumains ?


Invité : les plus compétents vont- être tentés par un retour au pays si les salaires augmentent, ceux
qui sont tentés par l’expérience Européennes doivent savoir que l’on exige un haut niveau de
qualification, pour les français à la tête des sociétés installées en Roumanie. Le problème de la
délocalisation se passera d’ici quelques années, en raison de la concurrence des pays asiatiques dont
la main d’œuvre est à plus faible coût. Autrement dit, plus le niveau économique du pays se
rapprochera de l’occident, moins l’idée de venir s’installer en Roumanie paraîtra profitable.
Les questions de « Nuclaires » :
Mes réponses « Nucléaire » : A-B-B-D
INFORMATIQUE / Mr Garnier :

1) Dans son travail, Mr Garnier a affaire:


A. au personnel d'une entreprise.
2) Parmi les portraits évoqués, celui du "Bidouilleur" désigne quelqu'un qui:
D. surestime ses capacités en informatique.
3) Le journaliste:
D. n'ose pas avouer à quelle catégorie elle appartient.

Protéger l’environnement :
1) Dans cet entretien, il est question:
B. de la toxicité de notre environnement proche.
2) Comment a été accueilli le livre mentionné dans l'interview?
B. les lecteurs lui ont fait un triomphe.
3) Pour améliorer la situation, l'auteur préconise:
A. l'usage des produits issus de la nature.

AIDE SCOLAIRE:
D. demande de plus en plus croissante sur les aides scolaires.
A. l'invité dirige un centre d'aide scolaire
D. les parents sont de moins en moins présents avec leurs enfants.