Vous êtes sur la page 1sur 8

Métallurgie

et
traitement des métaux
TP N°2-3-4

Traitements thermique usuels


des aciers

Turki Bilel
+
Tlili Hazzeâ
• But :
Les objectifs de TP métallurgie et des traitements métaux c’est pour
améliorer les caractéristiques mécaniques à partir des traitements thermiques
et en particulier la trempe, le revenu, la cémentation, écrouissage et les essais
Jominy.
• Cémentation :
1.1) Définition :
Certaines pièces utilisées en construction mécanique doivent à la fois
présenter une grande résilience et une importante résistance à l’usure. La
grande résilience est obtenue avec des pièces en acier à faible teneur en
carbone (0.1% à 0.2% : acier doux) .la résistance à l’usure nécessite une grande
dureté a la surface extérieur (dureté superficielle).
On sait que le durcissement superficiel d’un alliage fer-carbone par
transformation martensitique est directement relié à sa teneur en carbone.
La recherche d’une dureté maximal conduit à obtenir des teneurs superficielles
en carbone comprises entre 0.7% et 0.9% de carbone.
Les pièces exécutées en acier doux et transformée superficiellement en acier
dur par diffusion de carbone dans le métal la combinaison fer-carbone se
produit : la pièce et cémentée.

1.2) principe :
Les parties de la pièce que l’on désire cémenter sont cémenter sont entourées
d’un corps riche en carbone, appelé cément.
Pour que le carbone puisse pénétrer dans le métal et s’allier avec le fer, la pièce
doit être portée à une température comprise entre 900°C et 950°C, supérieure
au point de transformation de l’acier doux. La teneur en carbone de l’opération
et du cément utilisé.

1.3) Principaux céments utilisés :


Les céments utilisés peuvent être solides, liquide ou gazeux.
Dans notre expérience on utilise les céments solides : Les céments solides sont
constitués par du charbon de bois mélangé avec des sels métalliques. Le
cément de Caron, qui a été très employé, contient simplement 60% de charbon
de bois et 40% de carbonate de baryte.
1.4) Explication de partie pratique :
• 1ére étapes :
+ On choisir deux échantillon d’acier doux en C10
+ On fait le polissage mécanique pour ces deux pièces (Le polissage
consiste à enlever le micro copeaux avec des outils très fins. Afin d’avoir
l’effet miroir sur la surface).
• 2éme étapes :
+ Cémentation : on mettre les 2
échantillons dans la boite de cément solide
qui est constitué par du carbone de bois
mélange avec des sels métalliques. Les
pièces à cémenter sont disposée de façon
à être entourées par le cément pour
garantie la cémentation de toutes les
surfaces de pièces.
+On place la boite dans un four à une
température égal à 940°C et temps de
maintien précis soit 1h pour le 1ére
échantillon et 2h pour le 2éme échantillon.

• 3éme étapes :
Après l’opération de cémentation on fait un essai de trempe dans un
bain d’eau.
• 4éme étapes :
Observation avec microscope Métalogique.
.

• 5éme étapes :
Essai de dureté de Vickers avec durométre.

Pièce Dureté (HV)


Echantillon 1 792
(1h)
Echantillon 2 841
(2h)

Conclusion :
Lors de cette manipulation on remarque qu’après chaque traitement la dureté
de la pièce augmente d’une manière remarquable et la taille du grain diminue
aussi. On peut donc conclure que la cémentation est une méthode très efficace
pour le durcissement des aciers et surtout à la surface comparé aux autres
traitements (trempe simple, recuit…).
 Essai Jominy :

2.1) Définition :
L'essai Jominy est un essai permettant de déterminer la trempabilité de
l'acier. Dans cet essai, une éprouvette cylindrique de diamètre 25 mm et de
longueur 100 mm est chauffée à la température d'austénitisation, puis est
refroidie sur la face terminale par un jet d'eau.

Le refroidissement sur une génératrice s'effectue donc suivant une


vitesse décroissante depuis la face trempée jusqu'à la face opposée. Les
conditions opératoires de cet essai sont normalisées.

Les courbes Jominy


permettent aussi de prévoir
la dureté dans la masse des
pièces.
2.2) Explication de partie pratique :
• 1ére étapes :
On chauffe l’éprouvette Jominy (normalisée de 25 mm diamètre et 100 mm de
longueur) jusqu’à la température d’austénisation (T=870°C jusqu'à 30 min).

• 2ére étapes :
Tremper la base inférieure de cette
éprouvette, tenue à l’aide d’un
support approprié, par un jet d’eau
courante jusqu'à son refroidissement
total par conduction (pendant 20
minutes).

 3éme étapes :
Essai de dureté de Vickers avec durométre.

Distance 1.5 3 5 7 9 11 13 15 20 30 40 50
Dureté
550 394 290 268 254 252 244 241 226 212 202 180
(Hv)
600

500

Dureté [Hv] 400

300

200

100

0
0 10 20 30 40 50 60
Distance [mm]

Conclusion :
L’essai Jominy a pour but d'obtenir, en une seule opération sur une
éprouvette normalisée des indications globales sur la trempabilité d'un acier,
sous forme d'une courbe appelée courbe Jominy.

 Écrouissage :
3.1) Définition :

3.2) Explication de partie pratique :


• 1ére étapes :

• 2ére étapes :
Observation avec microscope Métalogique.
 3éme étapes :
Essai de dureté de Vickers avec durométre.

Pièces Dureté (Hv)


référence
15%
30%

Conclusion :