Vous êtes sur la page 1sur 62

Avis Technique 2/2016 –17

Avis sur le système constructif en béton armé semi préfabriqué

Gros œuvre SYSTEME CS PANEL STRUCTURE

Titulaire : China Gezhouba Group Company Co., Ltd CGGC

Adresses : - Tower F, Ocean International Center, n°208 Ciyunsi Beili, Chaoyang


District, Beijing 100025, R.R. Chine

TC
- 08, Cooperative El Marhaba (Zouatna) 1618 Kouba, Alger-Algerie

C
AU
E
N
R
TE
IN

Groupe Spécialisé N° 2
E

“ Systèmes Constructifs ”
G
SA
U

C.N.E.R.I.B

Centre National d’Etudes et Recherches Intégrées du Bâtiment


Cité Nouvelle El Mokrania, Souidania – ALGER
Tel : (021) 38.03.57 - 38.00.89/91 fax : (021) 38.04.31
Web : www.cnerib.edu.dz E-mail : cnerib@mhuv.gov.dz / mail@cnerib.edu.dz
TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

© CNERIB, 2018
ISBN : 978-9931-694-03-8
Dépôt légal : 1er semestre, 2018.
Le Groupe Spécialisé N° 2 « Systèmes Constructifs » a examiné le 26 Mai 2016 le procédé
structural semi préfabriqué « Système CS Panel Structure ». Il a formulé sur ce procédé, l’Avis
Technique ci-après. Cet avis a été formulé pour les utilisateurs en Algérie.

1. DESCRIPTION b. Les panneaux intérieurs : porteurs sont en


voiles en béton armé préfabriqués.
1.1 . Définition succincte
c. Les Planchers
Système de construction en panneaux Les planchers sont constitués à partir d'éléments
préfabriqués en béton armé. Les panneaux préfabriqués appelés « prédalles ». Ces
verticaux du bâtiment ainsi réalisés sont dernières sont des dalles en béton armé utilisées
associés à des éléments de plancher, de type en tant que fond de coffrage pour le béton coulé
prédalles pour constituer la partie porteuse du en place avec lequel elles forment le béton
bâtiment. Les poutres et prédalles assurent la monolithe. Elles constituent la partie inférieure
composition du plancher dont le monolithisme des planchers et comportent tout ou une partie
est assuré par le béton coulé en place. Les de l’armature inférieure. Les prédalles sont
panneaux sont préfabriqués dans l’usine de munies de renforts en béton armé, insérés à
préfabrication avec des données techniques au l’usine, qui contribuent à la résistance et à la

TC
cas par cas selon les coffrages déterminés par rigidité des planchers, notamment dans les
les exigences architecturales et de phases provisoires. En fonction des
dimensionnement. caractéristiques dimensionnelles des prédalles,

C
Les panneaux préfabriqués au niveau de leurs Les épaisseurs varient selon les exigences
zones courantes sont liés verticalement par des AU
structurales et de destination des planchers.
manchons de ferraillage de la série JM qui
assurent le monolithisme par injection de d. Les Poutres composites
E

mortier sans retrait de haute résistance. Ces - Dimensions :


N

panneaux préfabriqués sont complétés par du La hauteur totale des poutres dépend des états
béton armé coulé en place aux niveaux des limites de service, ultimes et accidentelles. Ces
R

extrémités pour former une zone de poutres sont composées des poutres
TE

confinement dissipative dont la longueur est préfabriquées dont les hauteurs totales sont
subordonnée à la demande sismique. Les assurées par le coulage sur site. La largeur
IN

cloisons sont en panneaux préfabriqués en minimale des poutres composites est de 200
béton léger. Les escaliers et les balcons sont des mm, la portée oscille entre 2.5m et 4.5m.
E

éléments préfabriqués en béton armé.


G

A l’intérieur des panneaux, toutes les - Armatures :


prédispositions sont prévues aussi bien pour les Le ferraillage est réalisé suivant les
SA

installations électriques que pour le chauffage. spécifications techniques. Les armatures


Les huisseries, menuiseries, gaines (électriques, métalliques en partie basse des poutres
U

alimentation en eau froide ou chaude...), préfabriquées devront être déployées aux deux
boîtiers, platines, négatifs, goujons et autres extrémités de façon à correspondre aux
équipements peuvent être incorporés aux demandes d’ancrage, et des étriers de liaison
panneaux ou rapportés sur chantier dans des devront être prévus en partie haute des poutres
réservations préfabriquées.
Des clés de cisaillement devront être prévues
a. Les panneaux extérieurs : sont constitués aux deux extrémités des poutres préfabriquées
de voiles extérieurs minces de 6 cm d’épaisseur selon les spécifications. Les surfaces des deux
librement dilatable et de voiles intérieurs extrémités et du dessus des poutres
préfabriqués porteurs de 20 cm au minimum préfabriquées devront avoir une rugosité
avec interposition d’un isolant en plaque de d’épaisseur minimum de 6mm.
polystyrène ayant une épaisseur de 3 cm. La
liaison entre les deux voiles se fait à l’aide des 1.2 . Identification
connecteurs en matériau composite à base de À la fabrication, tous les éléments du système
résine époxy et de fibre de verre. doivent recevoir le marquage nécessaire selon
EN 14992 pour faciliter l’identification pendant
les opérations de montage.

2
Les éléments du système sont munis d’une  À 10 niveaux (R+9) en zones III, II a, II b ;
étiquette fournissant l’identification des  En zones 0 et I, le nombre de niveaux est
éléments, le nom de l'usine de production, les illimité.
dimensions et la date de fabrication. Le coefficient de comportement RP relatif pour
ce type d’ouvrage contreventé par une grande
1.3. Documents règlementaires de référence densité de voiles préfabriqués selon les deux
pour matériaux et produits préfabriqués directions privilégiées doit être pris égal à 3.5
 Les panneaux préfabriqués doivent être lorsque les liaisons verticales et horizontales
conformes aux normes correspondantes sont justifiées vis à vis de monolithisme
suivantes : d’ensemble afin d’assurer le comportement
 EN 13369 : Règles communes pour les élastique. Dans le cas contraire, un coefficient
produits préfabriqués en béton. réducteur Kp dont la valeur est inférieure à 1 est
 EN 14992 (Eléments de mur) introduit pour réduire la valeur de RC selon
 EN 13747 (Prédalles) l’Eurocode 8 (NFEN 1998-1).
 EN 13225 (poutres)
 EN 14843 (Escaliers) 2.2. Appréciation sur le procédé
 Mortier par injection sans retrait doit être
conforme aux normes : 2.2.1. Aptitude à l’emploi

TC
 EN 1504-9 (Produits et systèmes pour la  Stabilité
protection et la réparation des structures La résistance et la stabilité de l’ossature sont
normalement assurées dans le domaine

C
pour béton – Définitions, prescriptions,
contrôle de la qualité et évaluation de la d’emploi cité dans § 2.1 sous réserve de
conformité. Principes généraux pour AU
respecter les dispositions complémentaires
l’utilisation des produits et systèmes), données dans les Prescriptions Techniques (§
 EN 1504-6 (Ancrage de l’armature 2.3 ci-après).
E

d’acier), Sous l’effet sismique, les jonctions au niveau


N

 Les pièces métalliques utilisées pour les des manchons doivent assurer la transmission
des efforts et assurer l’intégrité structurale sans
R

systèmes d’ancrage de levage doivent être


certifiées ou sous Avis Technique. compromettre le monolithisme d’ensemble et la
TE

 Les connecteurs utilisés pour l’assemblage stabilité spatiale de l’ossature.


des voiles extérieurs et intérieurs des
IN

panneaux extérieurs doivent être certifiés ou  Sécurité en cas d’incendie


sous Avis Technique. Les éléments constituant le procédé ne
E

 Les tubes en acier « manchons » pour présentent pas de risques spéciaux. Les mêmes
G

injection de mortier de scellement doivent être mesures préventives de protection contre le feu
relatives aux murs coulés in situ s’appliquent au
SA

certifiés ou sous Avis Technique.


 Le mastic d’étanchéité type doit être certifié système CGGC en béton armé qui ont le même
ou sous Avis Technique. caractère incombustible.
U

Les durées des critères d'exigence coupe-feu ou


2. AVIS stabilité au feu d'un projet réalisé selon le
procédé CGGC peuvent être justifiées par
2.1. Domaine d’emploi accepté application des règles de calcul FB (DTU P 92-
Le système Constructif CGGC est 701) « règles de calcul : méthodes de prévision
essentiellement destiné à la réalisation de par le calcul du comportement au feu des
bâtiments à usage d’habitation. Toutefois les structures en béton + amendement A1 » à
éléments constitutifs de ce procédé peuvent être l'ensemble des murs et planchers considérés
utilisés après vérification dans la réalisation des comme homogènes de ce point de vue. Les
bâtiments courants de type administratif, durées de stabilité au feu dans tous les cas ne
scolaire, hospitalier, et tous autres bâtiments doivent ni présenter des risques spéciaux, ni par
similaires. L’Avis est formulé pour les dégagement de fumées, ni par diffusion de gaz
utilisations en Algérie. de distillation inflammables ou toxiques. La
 Les limites de hauteur résultent de résistance au feu doit être justifiée au cas par
l’application des règles de cas selon l’Eurocode 2 partie 1-2.
dimensionnement définies et approuvées,
ainsi que d’une limitation :

3
 Isolation thermique  Les machines et les accessoires de levage
Les niveaux de performances thermiques exigés utilisés pour déplacer les éléments doivent
doivent être justifiés par référence à la être parfaitement adaptés à la géométrie et
règlementation en vigueur. la justification doit au poids propre des éléments et font l’objet
être apportée au cas par cas par l’application des vérifications et épreuves réglementaires.
des Documents Techniques Réglementaires
DTR C 3-2- 4 « Règlementation thermique des 2.2.2. Durabilité et entretien
bâtiments ». La résistance thermique totale et le Compte tenu de la nature des éléments
coefficient de transmission thermique structuraux qui composent le système, ces
correspondant (valeur-U) des parties principales éléments sont correctement protégés de l’action
du bâtiment, ainsi que l’effet des ponts des agents climatiques extérieurs. La durabilité
thermiques sur la résistance thermique globale du système de construction peut être
peuvent aussi être vérifiés par calculs selon la comparable à celle du système de construction
norme DIN 4108-4 Février 2013 « Isolation traditionnel en béton armé utilisé dans des
thermique et économie d'énergie en bâtiments conditions comparables et qui ne nécessite pas
immeubles - Partie 4: Valeurs de calculs de travaux d’entretien particuliers sous réserve
hygrothermiques » . d’une bonne conception structurale de ces
éléments dont la durabilité doit être prouvée.

TC
 Isolation acoustique
Le décret exécutif N°93 – 184 du 27/06/1993 2.2.3. Fabrication et autocontrôle à l’usine
La fabrication s’effectue dans les unités de

C
fixe les émissions de bruit à ne pas dépasser
ainsi que les niveaux sonores maximums admis préfabrication CGGC . Il appartient à CGGC
dans les zones d’habitation et dans les voies et AU
de garantir et mettre en place un autocontrôle
lieux publics ou privés. A priori, selon les de leur fabrication.
dispositions retenues (nature, épaisseur des Les contrôles doivent permettre de garantir les
E

parements et revêtements ), le procédé permet caractéristiques certifiées suivantes :


N

de satisfaire aux exigences d’isolement  la résistance caractéristique à la compression


à 28 jours du béton des panneaux verticaux
R

acoustique intérieure , ainsi qu’aux exigences


d’isolement vis à vis des bruits extérieurs dans et horizontaux;
TE

la plupart des cas courants; cependant,  Les réservations des manchons ;


l’isolation des parois aux bruits aériens doit être  Les enrobages en fonction de l’exposition du
IN

assurée au cas par cas par application du projet ;


Document Technique Réglementaire DTR C  Les caractéristiques dimensionnelles des
E

3.1.1–« Isolation acoustique des parois aux panneaux CGGC qui doivent être
G

bruits aériens – Règles de calcul » et la norme dépourvues de toutes pertes.


DIN 4109 « isolation acoustique dans la
SA

Les panneaux sont fabriqués en usine, sous


construction ». contrôle strict et dans des conditions idéales.
Grâce à la qualité supérieure du béton préparé
U

 Etanchéité en usine, dans des conditions contrôlées et à


En considérant les dispositions de mise en une vibration optimale, le béton préfabriqué
œuvre décrites dans le dossier technique et les dispose de meilleures caractéristiques
caractéristiques techniques des matériaux mécaniques et souffre moins des influences
utilisés, l’étanchéité des constructions réalisées agressives de l’environnement.
avec le système CGGC est considérée La fabrication et les tolérances de fabrication
satisfaisante. Les planchers en terrasse des éléments préfabriqués doivent respecter les
présentent une étanchéité convenable à l’air et à prescriptions indiquées dans les normes ,
l’eau. comme suit :
1. EN 14992 « Produits préfabriqués en béton
 Sécurité du travail sur chantier – Eléments de mur» pour les panneaux
La sécurité du travail sur chantier est préfabriqués.
normalement assurée, si : 2. EN 14843 « Produits préfabriqués en béton -
 Les précautions propres à la manutention et Escaliers » pour les Escaliers.
à l’étayage d’éléments lourds de grandes 3. Les tolérances de fabrication des prédalles
dimensions sont effectuées et satisfaites. doivent être conformes à celles préconisées
dans l’article 4.3.1.1 «Tolérances de

4
fabrication » de la norme EN 13747 +A2 – - EUROCODE 8.
Mai 2010 « Produits préfabriqués en béton - - ACI550.1R-2001, Chapitre 2, Procédures
Prédalles pour système de plancher ». générales de conception.
- ACI550.1R-13, Chapitre 3, Guide pour la
2.2.4. Mise en œuvre et assistance technique conception.
La mise en œuvre doit être réalisée par CGGC - ACI550.1R-2001, Chapitre 4, Connexion des
dans le respect des règles de l’art pour chaque éléments préfabriqués.
catégorie d’ouvrage (DTR, Avis techniques…) - ACI550.2R-13, Chapitre 6, Connexions.
avec utilisation des composants et accessoires - ACI318-14, 16.2, Connexion des éléments
certifiés ou sous avis techniques. Les dispositifs préfabriqués.
de stabilité utilisés pour l’étaiement, le - ACI550.2R-13, Chapitre 4, Systèmes du
contreventement, leur fixation aux supports et plancher préfabriqué en béton.
les supports eux-mêmes doivent être adaptés - ACI318-14, 18.5, murs porteurs préfabriqués
aux efforts agissant en phases provisoires. Ils intermédiaires.
doivent être dimensionnés pour résister, en plus - ACI550.1R-2001, Chapitre 5, Guide pour la
des charges gravitaires, aux actions à considérer fabrication, le transport, le montage et le
pendant les phases de montage . contrôle.

TC
2.2.5. Manutention en atelier, lors du 1. Les justifications de calcul de stabilité et de
transport et/ou du montage et sécurité sur résistance des murs doivent prendre en
chantier compte la présence des joints entre

C
Il importe d’examiner avec soin les conditions panneaux de coffrage et donc n'être arrêtées
de transport et de manutention des panneaux AU
qu'après calepinage de l'ouvrage.
CGGC préfabriqués. En particulier, il est 2. Le ferraillage des panneaux doit être
important d’éviter qu’ils subissent de conforme aux normes en vigueur.
E

détérioration au cours des opérations de levage. 3. Pour justifier la résistance des panneaux
N

aux efforts latéraux « flexion composée » ,


2.2.6. Prévention des accidents lors de la mise on ne doit prendre en compte que la
R

en œuvre continuité que peut assurer le cas échéant la


TE

Elle peut être normalement assurée dans la section de béton des panneaux porteurs
mesure où : complétés par l'adjonction d'armatures de
IN

 Les organes de levage doivent présenter la continuité au niveau des extrémités .


résistance suffisante lors du montage sur
E

chantier ; 4. La conception structurale des zones


G

 Assurer la stabilité des panneaux verticaux dissipatives vis-à-vis des charges latérales
sous l’effet du vent pendant le montage. doit assurer une capacité rationnelle sous
SA

combinaisons sismiques les plus


2.3. Cahier des prescriptions techniques défavorables ;
U

S’agissant d’un procédé conçu avec des 5. Le dimensionnement des planchers, ou leur
panneaux verticaux et prédalles, l’intégrité justification, doit être effectué en utilisant
structurale vis à vis de la résistance , rigidité , les caractéristiques de calcul données dans le
stabilité doit être vérifiée au préalable . Dossier Technique du présent Avis.

2.3.1. Conditions de conception et de calcul 2.3.2. Conditions de fabrication


La justification, le calcul et le dimensionnement Réalisée en usine fermée spécialement équipée,
de l’ossature principale et secondaire sont la fabrication des panneaux porteurs et non
établis pour chaque construction « au cas par porteurs , qui fait appel aux techniques de la
cas », en respectant les règlements en vigueur préfabrication lourde bénéficie, pour la partie
suivants : béton, de la précision que permet une
- DTR B.C 2.2 « Charges permanentes et automatisation poussée. La pose et le maintien
charges d’exploitation », en place des armatures, effectuées
- DTR RNV 2013 « Actions de la neige et du manuellement, nécessitent une surveillance
vent », attentive. Les armatures des panneaux porteurs
- DTR B.C 2.48 RPA 99 / version 2003 doivent vérifier les exigences du Règlement
« Règles Parasismiques Algériennes ». Parasismique Algérien « RPA 2003 ».

5
L’enrobage des panneaux externes d’isolation  Le joint en pied de panneau doit être
non porteurs doivent assurer la durabilité selon entièrement rempli avec un mortier sans
la classe d’exposition au climat. retrait, sur une hauteur minimale de 1 cm.
L’accélération de l'hydratation par traitement  En pourtour de baie, la tranche de la couche
thermique doit respecter les exigences données d’isolant doit être recouverte par un
dans le §4.2.1.4 de la norme EN 13369 : Règles habillage de protection d’efficacité en
communes pour les produits préfabriqués en matière de sécurité au feu au moins
béton. équivalente à celle procurée par l’habillage
prévu pour le même type d’isolant utilisé en
2.3.3. Conditions de mise en œuvre doublage de mur.
Effectuée par le titulaire de l'Avis « CGGC »  Vis-à-vis de la continuité structurale des
qui livre les panneaux porteurs et non porteurs, panneaux verticaux au niveau des
la mise en œuvre présente d'importantes manchons, le mortier d’injection doit assurer
différences par rapport aux méthodes une parfaite continuité entre les armatures de
traditionnelles définies dans le DTU n° 23.1, continuité structurale. Sur chantier, le
entre autres, la mise en œuvre doit respecter les titulaire de l’avis technique doit garantir
exigences des documents techniques l’intégrité de cette liaison dont le nombre et
réglementaires suivants : espacement sont justifiés par le calcul sous

TC
 DTR-B.E.2.1 « Règles d’exécution des charges latérales tenant compte de la
travaux de construction des ouvrages en combinaison la plus défavorable.
béton armé »,  Le béton coulé sur place doit être de bonne

C
 DTU 21 « Travaux d’exécution des qualité homogène compact dépourvu de
ouvrages en béton » AU
ségrégation.
 En usine, les menuiseries doivent être
conçues pour permettre la mise en place, 2.3.4. Aspect de surface
E

dans le joint entre dormant et panneaux en Les produits conformes à la marque ne doivent
N

béton, d’une garniture extérieure pas comporter de fissures et d’épaufrure


d’étanchéité à l’eau (mastic sur fond de pouvant mettre en cause la sécurité ou la
R

joint) et d’une garniture intérieure fonctionnalité de l’ouvrage.


TE

d’étanchéité à l’air.
 Les garnitures de mastic des joints entre 2.3.5. Conditions de stockage et de transport
IN

panneaux doivent être mises en place entre Les éléments sont conçus et fabriqués de telle
les lèvres de joints dépoussiérées, non manière que leur manutention puisse se faire en
E

mouillées et traitées, si nécessaire, avec un toute sécurité tout en préservant leur intégrité.
G

primaire prescrit par le fournisseur de CGGC fournit les conditions de manutention et


mastic. de mise en œuvre sur le chantier.
SA

Le plan de pose est réalisé par l’usine de


fabrication avec les moyens mis en place par
U

CGGC.

6
3. Remarques complémentaires du Groupe Spécialisé

Le Groupe Spécialisé a formulé les remarques suivantes :

 La densité des voiles, dont le comportement est flexionnel au niveau de chaque direction
privilégie de l’action sismique, doit proscrire la formation des rotules plastiques au niveau des
zones névralgiques ;
 La densité des voiles, dont le comportement est distorsionel au niveau de chaque direction
privilégie de l’action sismique, doit assurer l’intégrité structurale des manchons et proscrire
tout glissement relatif entre les panneaux verticaux préfabriqués ;
 Le montage des panneaux préfabriqués doit proscrire le défaut de rectitude lié à la perte de la
verticalité ;
 L’injection de mortier sans retrait de haute résistance doit assurer une contribution intégrale du
monolithisme structural des panneaux verticaux. Sur chantier, l’entreprise CGGC doit assurer
le parfait scellement des manchons ;
 La mise en œuvre des travaux ainsi que leurs conformités doivent être effectuées par
l’entreprise CGGC.
 Sur chantier, un personnel qualifié et une assistance technique doivent être assurés.

TC
 CGGC doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la stabilité de l’ouvrage
pendant la construction. Cette stabilité doit être assurée en tenant compte des imperfections
liées à l’exécution (inclinaison sur la verticale, excentricité des réactions d’appuis, …) et aux

C
tolérances sur les éléments.
AU
Le Rapporteur du Groupe Spécialisé n° 2
R. BENTAFAT
E
N

CONCLUSION
R
TE

Appréciation Globale :
IN

L’utilisation du système des panneaux « CGGC » dans le domaine d’emploi visé est appréciée
E

favorablement.
G

Délai de validité : 03 ans, jusqu’au 26/05/2019


SA

Sauf changement dans la fabrication susceptible de modifier les caractéristiques du système ou son
U

comportement, et qu’il ne soit pas porté à la connaissance du CNERIB des désordres suffisamment
graves pouvant remettre en cause le présent Avis Technique, le groupe spécialisé estime nécessaire de
revoir le présent Avis Technique dans un délai de (03) trois ans, expirant le 26 05 2019.
Faute de demande de révision introduite (03) mois avant la date d’expiration, le présent avis technique
sera annulé.
Entre autre, CGGC fabriquant s’engage au respect des recommandations données dans le présent Avis
Technique.

Pour le Groupe Spécialisé n° 2


Le président
B. ABALACHE

7
DOSSIER TECHNIQUE
ETABLI PAR LE DEMANDEUR
1. Définition du produit(s) et son usage prévu

1.1 . Définition du produit


Système de construction en panneaux préfabriqués en béton armé. Les panneaux verticaux du bâtiment
ainsi réalisés sont associés à des éléments de plancher, de type prédalles pour constituer la partie
porteuse du bâtiment. Les poutres et prédalles assurent la composition du plancher dont le
monolithisme est assuré par le béton coulé en place. Les panneaux sont préfabriqués dans l’usine de
préfabrication avec des données techniques au cas par cas selon les coffrages déterminés par les
exigences architecturales et de dimensionnement.

Les panneaux préfabriqués au niveau de leurs zones courantes sont liés verticalement par des
manchons de ferraillage de la série JM qui assurent le monolithisme par injection de mortier sans
retrait de haute résistance. Ces panneaux préfabriqués sont complétés par du béton armé coulé en place
aux niveaux des extrémités pour former une zone de confinement dissipative dont la longueur est
subordonnée à la demande sismique. Les cloisons sont en panneaux préfabriqués en béton léger. Les

TC
escaliers et les balcons sont des éléments préfabriqués en béton armé.

C
A l’intérieur des panneaux, toutes les prédispositions sont prévues aussi bien pour les installations
électriques que pour le chauffage. Les huisseries, menuiseries, gaines (électriques, alimentation en eau
AU
froide ou chaude...), boîtiers, platines, négatifs, goujons et autres équipements peuvent être incorporés
aux panneaux ou rapportés sur chantier dans des réservations
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

Les caractéristiques de la résistance des panneaux sont presque identiques que celles du voile de
contreventement coulé sur place. Les parois en béton et la partie coulée du béton de remplissage
peuvent fonctionner normalement.
La production automatisée permet des géométries murales personnalisées, conçues pour répondre aux
besoins des clients. Ceci s'applique aux contours extérieurs ainsi que les ouvertures et les niches. Les
tailles individuelles des coffrages suivantes et bien sûr les murs sont disponibles.
Le poids de transport des éléments partialement préfabriqués livrés au chantier de construction dépend
de l'épaisseur de la bande.

1.2. Le plancher à prédalles


Le plancher à prédalles se compose d’une paroi en béton préfabriqué en bas et d’une couche de béton
de remplissage coulé sur place en haut. D’abord, une paroi préfabriquée est posée sur place, cette paroi
joue un rôle du coffrage, équipé par les étançons nécessaires, puis les armatures de liaison pour lier les
éléments verticaux, les armatures de compression et les armatures de renfort sont posées, ensuite un

8
béton de remplissage est coulé sur place afin de constituer un système de résistance avec la paroi
préfabriquée.

C’est une dalle de béton préfabriquée avec une couche constituée de béton coulé conformément.

TC
L'élément béton préfabriqué épais de 4 à 6 cm contient le renforcement résistant à la flexion requis
pour l'assemblage. Tous les recoins requis, plafond, ouvertures, prises électriques, nez goutte à goutte,
pentes, fixe signatures, etc. sont pris en compte. La dalle préfabriquée sert de l'obturateur pendant la

C
phase de construction et après l'ajout et durcir l'in situ béton est l'effet d'une simple dalle. La dalle
AU
préfabriquée contient renfort treillis raidisseurs pour l'étayage, ainsi que pour contrer la poussée.
Les raidisseurs sont posés sur les prédalles suivant le sens longitudinal. La fonction de la pose des
raidisseurs est pour augmenter la rigidité des prédalles. Au moment où le béton est coulé en usine, les
E

raidisseurs comme partie nécessaire jouent un rôle de la liaison de deux parois du pré-mur. Lorsque le
N

béton est coulé sur place, les raidisseurs supportent les charges d’exécution et la pression latérale du
béton.
R

1.3. Les Poutres composites


TE

Dimensions :
IN

La hauteur totale des poutres dépend des états limites de service, ultimes et accidentelles. Ces
poutres sont composées des poutres préfabriquées dont les hauteurs totales sont assurées par le
E

coulage sur site. La largeur minimale des poutres composites est de 200 mm,
G

La portée oscille entre 2.5met 4.5m.


SA
U

9
1.4. Description des matériaux

Béton :

Dosage en
fck Ei28 (x104) ciment E/C Domaine d’application
(kg/m3)
320 0,45 Ouvrages enterrés et fondations
C35/45 3,40
320 0,45 Autres
Clavetage horizontal des bords
C40/50 3,50 360 0,45
des murs préfabriqués porteurs
Tableau 1 : Caractéristiques du béton

Acier :
Catégorie : B500C
fyk : 500 MPa
Es = 2 x 105 N/mm2
Caractéristiques de surface : Acier HA

TC
Elongation ≥ 7,5
Utilisation : armatures principales

C
Domaine d’application : Dalles, murs et armatures longitudinales en fondation.
AU
Tube pour raccordement des barres d’acier (Beijing Construction Engineering Research
Institute Ltd)
Définition : tube métallique pour raccordement des barres d’acier à l’aide d’un mortier de scellement.
E

Type : GT12, GT14, GT16, GT27.


N

Limite d’élasticité ≥ 355 MPa


R

Résistance à la traction ≥ 600 MPa


TE

Elongation ≥ 16 %
Les propriétés de ce tube doivent satisfaire les exigences suivantes :
 La résistance à la traction est ≥ à la résistance réelle à la traction des armatures de renforts encastrés
IN

et ≥ 1.1 fois la valeur nominale de résistance à la traction des armatures


 Les déformations résiduelles (mm) dues à :
E
G

L’étirement unidirectionnel :
SA

U0≤0.14 (diamètre de la barre D>32)


U0≤0.1 (diamètre de la barre D≤32)
U

La traction et compression répétées sous haute tension


U20 ≤ 0.3
La traction et compression répétées avec grandes déformations
U4 ≤ 0.3 et U8 ≤ 0.6
Avec :
U0: Charge du connecteur à 0,6 fois la valeur nominale de limite d'élasticité des armatures avec
déformation résiduelle dans les tolérances admissibles après le déchargement.
U20: Déformation résiduelle de l'échantillon de connecteur après 20 cycles répétés de traction et
compression sous haute tension.
U4: Déformation résiduelle de l'échantillon de connecteur après 4 cycles répétés de traction et
compression avec grandes déformations.
U8: Déformation résiduelle de l'échantillon de connecteur après 8 cycles répétés de traction et
compression avec grandes déformations .

10
Ecrous et outil de levage :
Ces éléments sont de type DEHA HALFEN. On distingue deux catégories : douille de levage à tête
conique adapté au levage des éléments et douille pleine adapté pour libérer les éléments.

Connecteurs de panneau sandwich « Thermomass » :


Les connecteurs sont en matériau composite à base de fibre de verre et de polyester de type MC20/50
(longueur d’ancrage = 51 mm). Ils sont fabriqués par Composite Technology Corporation (CTC).
Les connecteurs sont identifiés en imprimant sur chaque pièce les informations suivantes :
 La raison sociale et l’adresse CTC,
 Le modèle de pièce de connexion,
 La raison social et l’adresse de l’organisme de contrôle (Institut de recherche du sud – ouest,
SwRI ID N° 00078-01-01
 Le numéro du rapport d’essai ICC-ES : ESR – 1746
Propriétés physiques et mécaniques des connecteurs :
 Section transversale : 50.5 mm2
 Moment d’inertie moyen : 243 mm4
 Profondeur d’encastrement : 51 mm
 Module élastique de cintrage : 32.85 MPa

TC
 Distance de bord critique : 208 mm
 Espacement critique : 203 mm

C
Plaque de polystyrène extrudé :
Les caractéristiques des panneaux en polystyrène sont : AU
 Epaisseur : 3 cm
 Densité (kg/m3) : 25 à 28
E

 Résistance à la compression : 358 kPa


N

 Taux d’absorption d’eau : 0,3 %


R

 Coefficient de conductivité thermique : 0,024 W/m.k


TE

 Stabilité dimensionnelle : 0,2 %


 Classement de combustion : B2
IN

Mortier sans retrait :


Les caractéristiques du mortier sans retrait sont données dans le tableau 2 :
E

Caractéristiques Propriétés exigées Propriétés réelles


G

Fluidité (mm) 30 mn ≥ 300 334


SA

1 jour ≥260 325


Résistance à la 3 jours ≥35 41.4
U

compression (MPa) 28 jours ≥60 71.9


Dilatation 3 heurs ≥85 120.3
longitudinale (%) Ecart entre 24h et 3h ≥0.02 0.26
Teneur en chlorures (%) ≤0.03 0.01
Taux de remontée en eau (%) 0 0
Caractéristiques du mortier sans retrait

Mastic d’étanchéité :
Produit : Mastic silicone de construction de type DJ-A3DC790.Ses caractéristiques sont les suivantes :
- Résistance coupe-feu = 3 heure (classe A3) ;
- Densité superficielle (kg/m3) : ≤ 2.0 x 103 ;
- Corrosion : aucune corrosion après 7 jours ;
- Etanchéité à l’eau : absence de gonflement et de fissuration après 3 jours ;
- Bonne résistance aux alcalis, aux acides, à l’humidité, à la chaleur et aux gel et dégel.

11
1. 5. Les manchons :
Le raccordement des ferraillages verticaux du mur préfabriqué de ce projet adopte le raccordement de
l'injection de manchon de ferraillage, les exigences techniques de raccordement de manchon adoptent
les normes en vigueur de l'Etat concernant le Manchon de l'injection pour le raccordement de
ferraillage JG/T398-2012 et le Règlement technique de la structure en béton de l'assemblage JGJ1-
2014, les types et les caractéristiques techniques des produits de manchon de l'injection de ferraillage
sont comme suit:
Le manchon de l'injection subdivise le manchon de l'injection complète et le manchon de l'injection
semi-complète, voir la figure suivante.

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E

a) Manchon de l'injection complète b) Manchon de l'injection semi-complète


G
SA

Note : Dimension :
U

1. Trous d’injection L – Longueur totale de manchon de ;


2. Trou d’évacuation L0 – Longueur d’ancrage ;
3. Rainure de cisaillement L1 – Longueur réglée de montage de ferraillage réservé
4. Section de calcul de résistance à l’extrémité de préfabrication ;
5. Butée de ferraillage L2 – Longueur réglée de montage de ferraillage réservé
6. Structure de montage de joint étanche à l’extrémité de l’assemblage au site ;
t – Epaisseur de paroi de manchon de l’injection ;
d – Diamètre extérieur de manchon de l’injection ;
D – Diamètre nominal de filetage interne ;
D1 – Diamètre de base de filetage interne ;
D2 – Diamètre de trou au raccordement entre
l’extrémité de filetage et l’extrémité de l’injection de
manchon de l’injection semi-complète ;
D3 – Diamètre intérieur de la partie saillante annulaire
du segment d’ancrage de manchon de l’injection

12
L'injection semi-complète dont le ferraillage en haut adopte le filetage droit, le ferraillage en bas
adopte les matériaux d'injection pour raccorder au manchon de l'injection. Pour le raccordement de
ferraillage principal du mur de cisaillement préfabriqué et du poteau en cadre, les matériaux d'injection
sont dominés par le ciment, avec le granulat fin, ainsi que les additifs de béton et les matériaux divers
pour constituer le mélange sec, après avoir malaxé avec eau, il existe les performance sur fluidité,
résistance avancée, haute résistance et micro-expansion, etc, la poudre sèche mise dans le vide entre le
manchon et le ferraillage avec nervure est appelée “Matériaux d'injection de manchon”,les exigences
techniques de raccordement de manchon adoptent les normes en vigueur de l'Etat concernant les
Matériaux d'injection de manchon pour le raccordement de ferraillage JG/T408. Les principales
caractéristiques de technique de raccordement de manchon de l'injection semi-complète sont comme
suit :
(1) La performance de performance atteint la classe I maximal de raccord de raccordement mécanique
de ferraillage selon le Règlement technique universel de raccordement mécanique de ferraillage
JGJ107.
(2) Les matériaux d'injection sont les matériaux à base du ciment de haute performance pour
compenser le retrait, l'injection sous pression.
(3) Les paramètres mécaniques de raccordement de manchon de l'injection

TC
Item Indices de performance
≥355

C
Résistance à l’aplatissement
≥600
AU
Résistance à traction
≥16
E
N

Allongement après rupture


R
TE

(4) Les paramètres de matériau d'injection de manchon de l'injection


IN

Tableau 1 Performance technique des matériaux d'injection de manchon


E

Item de test Indices de performance


G

Fluidité/mm Initial ≥300


SA

30 min ≥260
Résistance à la compression 1d ≥35
U

/Mpa 3d ≥60
28 d ≥85
Taux de dilatation verticale 3h ≥0.02
/% Ecart entre 24h et 3h 0. 02〜0. 5

Teneur en ion de chlore /% ≤0. 03


Taux de saignement d’eau /% 0

2. Spécifications techniques des manchons :

2.a. Processus de procédé de construction


Nettoyage de couche de base et arrosage d'eau → mis en ligne au plafond pour le mur → bouchage par
laine plastique en caoutchouc pour boucher le côté extérieur du mur extérieur depuis le plafond →
rectification de ferraillage vertical du mur → montage de dalle préfabriquée du mur extérieur →
rectification pour verticalité et position du bardage externe → séparation des compartiments par
mortier → bouchage des joints du bardage par mortier → remplissage des joins du bardage sans

13
ferraillage vertical entre compartiments → injection et raccordement sur le ferraillage vertical →
contrôle et réception
Traitement de couche de base

2.b. Préparation de construction sous la haute température


Si les températures sont supérieures à 25 ° C, les matériaux d'injection sont stockés à l'endroit ventilé,
sec et frais, pendant le transport, les précautions doivent être prises pour éviter une exposition
prolongée à la lumière du soleil. Sous le beau temps en été, en raison de la lumière du soleil, la
température de surface des composants préfabriqués est au - dessus de la température de l'air. Lorsque
la température de surface est supérieure à 30 ° C, il faut prendre préalablement des mesures de pré -
refroidissement. La température de l'eau gâchée doit être moins de 20 ° C, et à 25 ° C au maximum,
l'utilisation selon le besoin. Le malaxeur et la pompe d'injection (ou pistolet d'injection) doivent,
autant que possible, être conservés dans un endroit frais, et avant l'utilisation, mettre l'eau de
refroidissement, il faut éviter la lumière solaire directe lors du malaxage. Pour éviter le temps de
température trop élevée de chaque jour en été dans le temps, et la température trops basse de chaque
jour en hiver, il faut garantir la fluidité des matériaux d'injection au site, prolonger le temps d'opération
valable de l'injection. La prise initiale des matériaux d'injection est d'environ 15 min, lors de
l'opération en été, l'équipe de l'injection doit travailler avant 10 heures du matin, et après trois heures

TC
de l'après-midi ; en hiver, l'opération de l'injection est faite lorsque la température extérieure est
supérieure à 5 ° C, et la température de cure doit être de plus de 10 ° C.

C
2. c. Méthode de construction de l'injection
AU
 Mesurer et calculer la quantité de raccord à injecter ou le volume de l'injection, calculer le dosage
des matériaux d'injection (2t/m3). L'eau gâchée des matériaux d'injection de raccord de ferraillage
depuis la pompe CGMJM - VI est calculée en poids, le volume d'eau est calculé selon le rapport de
E

test fourni avec le produit. L'eau gâchée doit être ajoutée après le pesage, la précision à 0.1kg.
N

 L'eau gâchée, il est préférable d’utiliser l’eau potable. En cas d’utiliser d’autre eau, sa qualité doit
R

se conformer aux spécifications concernant la Norme pour l’eau gâchée du béton (JGJ63).
 Après avoir mis en place le malaxeur et la pompe d'injection, tout d'abord, toute l'eau gâchée est
TE

ajoutée dans le seau de malaxage, ensuite, l'addition d'environ 70% des poudres sèches de
l'injection, à agiter de manière sensiblement uniforme (environ 1 - 2 minutes), et enfin verser les
IN

poudres sèches restantes pour agiter 3 - 4 minutes à un corps homogène. Après avoir malaxé
uniformément, durant 2 minutes d'environ de manière statique pour l'échappement, puis injecter
E

dans la pompe d'injection (ou le pistolet d'injection) pour l'injection.


G

 Lors de l’injection, il faut boucher immédiatement le trou d'injection et le trou d'évacuation lorsque
SA

le mortier est débordé depuis le trou d'évacuation du manchon.


 Lors de l'injection de plusieurs raccords, selon l'ordre pour l'injection de raccord ou le débordement
de mortier du trou d'évacuation, chaque trou d'évacuation avec mortier débordé est bouché par le
U

bouchon, l'injection est arrêtée lorsque tous les trous d'évacuation avec manchon débordent les
mortiers.

2.d. Points clés de raccordement de l'injection


 Les matériaux d'injection doivent être utilisés dans 30 min.
 Si les températures sont supérieures à 25 ° C, les matériaux d'injection sont stockés à l'endroit
ventilé, sec et frais, pendant le transport, les précautions doivent être prises pour éviter une
exposition prolongée à la lumière du soleil.
 Sous le beau temps en été, en raison de la lumière du soleil, la température de surface des
composants préfabriqués est au - dessus de la température de l'air. Lorsque la température de
surface est supérieure à 30 ° C, il faut prendre préalablement des mesures de pré - refroidissement.
La température de l'eau gâchée doit être moins de 20 ° C, et à 25 ° C au maximum, l'utilisation
selon le besoin. Le malaxeur et la pompe d'injection doivent, autant que possible, être conservés
dans un endroit frais, et avant l'utilisation, mettre l'eau de refroidissement, il faut éviter la lumière
solaire directe lors du malaxage.

14
 Avant le montage des composants, il faut contrôler la longueur étendue de ferraillage de
raccordement, assurer une longueur 8d (d est diamètre nominal de ferraillage) insérée dans le
manchon
 Avant la construction du raccord de l'injection vertical, le ferraillage exposé de composant à
raccorder est inséré dans la cavité de l'injection de manchon d'un autre composant, faire l'injection
de manchon et le raccordement de l'extrémité de l'injection de raccord. Le ferraillage à raccorder
est inséré dans la cavité de l'injection de manchon de raccordement.
 L'utilisation du pistolet de l'injection ou la pompe d'injection pour le manchon, le pistolet de
l'injection manuel est un injecteur, le mortier est pressé manuellement dans l'intérieur de raccord,
pour l'injection d'un raccord ou un peu de raccord ; la pompe d'injection électrique est pour
l'injection de plusieurs raccords à cavité connectée. Il faut boucher immédiatement le trou
d'injection et le trou d'évacuation lorsque le mortier est débordé de façon homogène depuis le trou
d'évacuation du manchon.
 Le processus suivant est utilisé pour l'injection de plusieurs raccords connectés :
 Tout d'abord, les bouchons de tous les trous d'injection sont ouverts, tous les trous d'évacuation
sont bouchés ;
 A partir du trou d'injection de raccord au milieu de chaque côté pour faire l'injection
(l'interdiction de l'injection depuis deux trous d'injection en même temps);

TC
 Lorsqu'un trou est débordé les mortiers, il faut boucher en temps opportun, après avoir bouché
tous les trous d'injection, le bouchon de trou d'évacuation est ouvert en même temps ;

C
 Chaque trou d'évacuation avec mortier débordé est bouché par le bouchon, l'injection est arrêtée
lorsque tous les trous d'évacuation avec manchon débordent les mortiers.
AU
 Si le mortier n'est pas rempli pleinement dans certains raccords à cause d'une cavité connectée
longue et d'une forte pression dans la cavité, il faut boucher le trou d'injection de raccord dont
l'injection a été achevée, ensuite, faire l'injection unitaire pour les raccords non réalisés, jusqu'à ce
E

que le mortier soit débordé depuis le trou d'évacuation.


N

 Conformément aux dispositions de l'inspection au site, il faut passer au moins un essai de fluidité
R

pour les matériaux d'injection du même numéro de lot et utilisés par la même équipe.
TE

 A la fin de l'injection, il est prévu d'utiliser les eaux propres pour nettoyer le malaxeur, la pompe
d'injection, les tuyaux de pompe d'injection et les autres appareils. Après l'opération des matériaux
d'injection, il est interdit de subir les vibrations, les chocs et les autres impacts pendant 1 jour, de
IN

plus, pour le bétonnage au raccordement de composant transversal, cette durée est aussi 1 jour.
E
G
SA
U

Schéma de l'injection de raccordement Schéma de manchon plein de raccordement


de manchon pour l'injection du bardage préfabriqué de manchon pour l'injection du bardage préfabriqué

15
3. La description de la sélection des manchons de l'injection du mur préfabriqué dans ce projet

On adopte 12#YWB-9 du projet de la nouvelle cité Huisheng du métro de Shenyang du Liaoning


comme l'exemple, le plan de structure de ferraillage YWB-9 est comme suit :
Dans la structure du mur préfabriqué WQ4, les ferraillages verticaux à raccorder comprennent 22
barres (6C14, 6C16 et 10C8), la conception du raccordement des manchons dans les ferraillages
verticaux du mur, la statistique selon la longueur et le nombre des ferraillages verticaux dans le
segment initial de raccordement des ferraillages verticaux, la forme de raccordement de ferraillage est
modifiée en raccordement de manchon de l'injection, on adopte le manchon de l'injection semi-
complète, pour un positionnement précis sur la position étendue en haut du manchon raccordés aux
des ferraillages verticaux et en haut des ferraillages verticaux du mur, voir la figure suivante:
Les spécifications des manchons dans le raccordement du mur préfabriqué sont de CT14, CT16 et
CT18, les paramètres des spécifications des manchons d'un fabricant sont comme suit :

Spécification et modèle CT14 CT16 CT18 CT20

TC
CT12
(CTD14) (CTD16) (CTD18) (CTD20)
Diamètre de ferraillage
D12 D14 D16 D18 D20

C
applicable (mm
Diamètre extérieur D X D40x156 D42x174
AU D45x193 D48x211
D34x140
longueur H (mm) D40x152 D42x170 D45x188 D48x206
Filetage Mx pas de filetage P M14.5x2 M16.5x2 M18.7x2 M20.7x2
M12.5x2
(mm) M16.5x2.5 85x2.5 M20x3 M22x3
E

Longueur de filetage H1 (mm) 18 21(17) 23(19) 25.5(21) 28(23)


N

Distance entre trou d'évacuation


R

et surface d'extrémité de cavité 106 119 134 151 166


TE

de l'injection H2 (mm)
Profondeur de trou du segment
118 131 146 163 178
IN

de l'injection H 3 (mm)
Trou interne du segment de
D21 D27 D30 D32 D34
E

l'injection D1 (mm)
G

Masse théorique d'un manchon


(kg) 0.68 0.79(0.75) 0.88(0.84) 1.12(1.06) 1.4(1.34)
SA

Le tableau de la statistique des manchons de l'injection dans le mur préfabriqué est comme suit:
U

Tableau des pièces


N° de pièce Désignation de la pièce spécification quantité
CT14 Manchon d’injection L=156 ; D=40 6

CT16 Manchon d’injection L=174 ; D=42 6

CT18 Manchon d’injection L=192 ; D=45 5


Trou injection /
Tuyau PVC Diamètre=20 34
evacuation

Douilles
Des douilles métalliques sont scellés dans l’une des parois des panneaux. Elles assurent la liaison des
panneaux préfabriqués les étais tire - pousse pendant le montage et le bétonnage. Elles sont utilisées
en combinaison avec des vis métalliques adaptées (M16,M20,…). Elles sont à usage multiples (serrage
- desserrage).

16
4. Matériaux utilisés

4.1. Béton des parois préfabriquées


Le béton réalisé en usine est conforme à la norme NF EN 206-1 concernant les classes
d’environnement.
Granulométrie sable 0/3 gravillons 3/7 et 7/15

Dosage minimum en ciment et résistance caractéristique :


- classe d’exposition XF1 (et XC3, XC4, XD1) « Saturation modérée en eau sans agent de
déverglaçage, humidité modérée, alternance d’humidité et de séchage »
• Ciment de type CEM I 52,5 : dosage minimum 300 kg
• Classe de résistance : C40/50 (résistance caractéristique à 28 jours : 40 MPa)
• Type de béton utilisé : BCPE NF EN 206-1 XF1(F) Dmax16 S4 Cl 0,40 (surfaces verticales de
bétons exposées à la pluie et au gel, bétons à l’intérieur de bâtiments où le taux d’humidité de l’air
ambiant est moyen ou élevé, bétons extérieurs abrités de la pluie, surfaces
soumises au contact de l’eau).

TC
- classe d’exposition XA3 « Forte agressivité chimique »
• Ciment de type CEM III/A PMES ou CEM V/A PMES dosage minimum 405 kg ;
• Classe de résistance : C40/50 (résistance caractéristique à 28 jours : 40 MPa) ;

C
• Type de béton utilisé : BPS NF EN 206-1 XA3(F) C40/50 Dmax16 S4 Cl 0,40 (Murs intérieurs ou
AU
extérieurs exposés à un environnement à forte agressivité chimique gazeuse, liquide ou solide).

4.2. Béton de remplissage


E

Béton Prêt à l’Emploi, conforme au projet et à la norme NF EN 206-1 , de résistance caractéristique


N

minimale à 28 jours de 25 MPa (classe de résistance minimale C25/30).


R
TE

4.3. Aciers
FeE500 : acier en barres filantes ou façonnées intégrées aux pré-murs. TSHA FeE500
IN

4.4. Enrobage des armatures :


E

L’enrobage des armatures est choisi en fonction de l’agressivité du milieu ambiant. Il sera au moins
G

égal à 1 cm pour les parois qui sont situées dans des locaux couverts clos et qui ne sont pas exposées
aux condensations. Les enrobages pour les faces exposées pourront être réduits moyennant les dosages
SA

minimaux et les résistances caractéristiques minimales:


 réduction de 3 cm à 2 cm pour les ouvrages exposés aux intempéries, ou en contact avec l’eau.
U

 réduction de 4 cm à 3 cm pour les ouvrages exposés aux embruns et brouillards salins.

5. DOMAINE D’UTILISATION

L’usage prévu pour ce système de construction de bâtiments préfabriqués à ossature composée par des
panneaux préfabriqués « CGGC » est la construction de :
a. Bâtiments à usage d’habitation et de bureaux ;
b. Établissements recevant du public. Bâtiments commerciales et de services (hôpitaux, écoles,
logements, centres de formation, etc.

 Sécurité en cas d’incendie


Les mêmes mesures préventives de protection contre le feu s'appliquent aux panneaux préfabriqués
CGGC comme pour les murs en béton in situ. Les durées des critères d’exigence coupe-feu ou
stabilité au feu d’un panneau CGGC » peuvent être justifiées par application des règles de calcul
internationales relatives à la protection contre l’incendié .

17
 Etanchéité
L’étanchéité à l’air et à l’eau est normalement assurée. Dans le cas de l’isolation par l’extérieur, elle
peut être considérée comme normalement assurée moyennant, grâce à un bétonnage très soigneux
(utilisation de goulottes de bétonnage notamment) en particulier au voisinage des points singuliers
(allèges, raccordements entre panneaux...) l'absence de tout vide entre parois coffrantes et une mise en
œuvre de l'ouvrage d'isolation extérieure conforme au DTR. E 4.1 « travaux d’étanchéité des toitures
terrasses, et toiture inclinées –support maçonnerie » et le DTR. E 4.2 « travaux d’étanchéité des joints
dans les constructions préfabriquées en grands panneaux ».Dans le cas d’isolation par l’intérieur, elle
peut également être considérée comme normalement assurée moyennant les mêmes précautions
compte-tenu de la présence en parement extérieur d’une garniture de mastic apte à assurer, au droit des
joints , la continuité de l’étanchéité de la paroi extérieure . L’étanchéité des joints assurée par le
mortier sans retrait .

 Isolation acoustique
À défaut de résultat expérimental, l’indice d’affaiblissement acoustique d’un mur peut être estimé à
l’aide de l’annexe B de la norme NF EN 12354-1 appliqué à l’ensemble des voiles préfabriqués et du
béton coffré, considéré comme homogène de ce point de vue ; la présence de joints entre voiles
préfabriqués est considérée comme peu influente sur cet indice. L’estimation de la performance

TC
acoustique des bâtiments intégrant ce type de procédé pourra aussi s’appuyer sur les normes de la série
NF EN 12354 (1 à 6).

C
 Protection contre les intempéries :
AU
Vu que tous les éléments sont fabriqués à l’intérieur de l’usine, leur production n’est pas influencée par
les intempéries. Dans les zones de stockage des éléments préfabriqués, si ’il fait du mauvais temps, les
éléments seront couverts par les objets de parapluie. Les réservations des manchons doivent être
E

dépourvues de toutes impureté et saleté.


N

 Coulage du béton en usine :


R

La fabrication du béton se fait dans la centrale à béton propre de l’usine. Et le béton transporté par une
TE

ligne automatique au pied des lieux de coulage est coulé à l’aide d’un répartiteur automatique.
IN

 Cure / séchage du béton :


Après achèvement de la fabrication des éléments préfabriqués, les produits finis sont transportés à
E

l’intérieur du local en forme de cube de l’usine pour l’étuvage à la vapeur.


G
SA

6. DESCRIPTION DE LA MISE EN ŒUVRE


U

6.1. Processus de fabrication


Les panneaux« CGGC » sont réalisés en usine sur des tables métalliques mobiles dans un
environnement automatisé. La fabrication se déroule comme suit :
 Nettoyage de la table pour préparer le coulage du premier panneau.
 Projection automatique d’un décoffrant par pulvérisation.
 Traçage par le robot des coffrages d’ouverture, des réservations, des incorporations diverses
(électricité, douilles,…) ;
 Mise en place par le robot des règles de coffrage de la 1ère face,
 Débit des armatures sur mesure ;
 Mise en œuvre des armatures équipées de cales d’enrobage, des raidisseurs, et des boucles de
levage ;
 Préparation du béton par la centrale du site et acheminement au poste de coulage ;
 Coulage du béton par distributeur sur l’ensemble de la table ;
 Vibration automatique de l’ensemble du moule ;
 Introduction des connecteurs de liaisons qui seront fixés par le premier panneau coulé, ces
connecteurs seront scellés au niveau de deuxième panneau après son coulage ;

18
 Mise en place de la plaque isotherme et introduction du ferraillage de deuxième panneau ;
 Coulage du béton du deuxième panneau ferraillé ;
 Vibration automatique de l’ensemble du moule ;
 Décoffrage, étiquetage* et mise en stock sur containeur métallique .
* : L’étiquetage mentionne le numéro d’affaire, du plan et de son indice, du « MUR CGGC » ainsi
que ses caractéristiques géométriques (Longueur, largeur, Poids).

6.2 Mode de transport jusque dans l’emprise de l’engin de levage :


Les «murs CGGC » seront livrés à plat ou à la verticale, par des semi-remorques auto-déchargeuses
ou non. L’aménagement de l’aire de déchargement est à la charge de CGGC.

6.3 Dispositifs de manutention et sécurité du travail :


Les éléments sont manutentionnés par grue à tour lors de la mise en œuvre. Avant le coulage de béton
de liaison entre les panneaux et le positionnement exact des panneaux par rapport au manchons, les
opérateurs doivent accepter une formation afin d’améliorer leurs idées de qualité ; Par l’intermédiaire
de l’opération similaire de coulage du béton, les processus de bétonnage sont normalisés.
La verticalité et l’horizontalité des bords des panneaux CGGC seront recherchées, ce qui suppose la
parfaite connaissance de la position du centre de gravité (à déterminer par le fabricant). En effet, les

TC
ouvertures dans les panneaux CGGC amènent une dissymétrie de poids nécessitant une position des
points de levage non équidistante des bords.

C
6 .4 Conception du raccordement du mur de cisaillement préfabriqué
6.4.1 Mode de raccordement
AU
La fiabilité de la structure de mur de cisaillement intégral de l'assemblage dépend principalement du
E
raccordement fiable de la section de raccordement jointif, la position de raccordement jointif de la
N

structure de mur de cisaillement intégral de l'assemblage est en général à proximité de la cote de


R

couverture, le bardage de mur préfabriqué de l'étage supérieur et bardage de mur préfabriqué de l'étage
TE

inférieur sont raccordés par le ferraillage vertical réservé, pour former le joint horizontal, le mode de
raccordement est celui de l'injection de manchon. Les murs de cisaillement préfabriqués adjacents
IN

dans le même étage sont raccordés par une bande de coulage ultérieur réservé, pour former le joint
vertical, il est prévu de réserver la rainure de touche antidérapante et la surface la formation de couture
E

verticale, la surface rugueuse dans la surface de contact entre le béton coulé en place et le mur de
G

cisaillement préfabriqué, afin de renforcer l’intégrité de béton coulé en place.


SA
U

Schéma de joint vertical :

19
TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

La technique d'injection de manchon la plus récente adopte le raccordement mécanique par le filetage
de ferraillage d'une extrémité du manchon dans les travaux de préfabrication, le ferraillage d'une autre
extrémité est raccordé par l'injection au site. Le raccordement d'injection de manchon actuel est basé
sur l'amélioration de manchon de raccordement NMB développé par l'ingénieur et le docteur Yee des
Etats-Unis en 1970, cette technique aux États - Unis et au Japon, il y a près de 40 ans de l'histoire,
depuis ces 40 ans, ces pays et régions ci-dessus ont fait de nombreux essais sur la technique de
raccordement d'injection de manchon de ferraillage, les bâtiments utilisant cette technique ont passé de
nombreux tremblements de terre, y compris certains grands tremblement de terre au Japon. ACI des
Etats - Unis ACI a classé explicitement ce raccord comme le raccord mécanique, et cette technique a

20
été appliquée vastement au raccordement de ferraillage de charge des composants préfabriqués, et
également utilisée pour le raccordement de ferraillage de charge de béton coulé en place, c'est une
technique très habile et fiable.
Le mécanisme de service du raccord en vertu du raccordement d'injection de manchon de ferraillage,
basant sur la haute résistance à la compression des matériaux d'injection dans le manchon d'injection,
également il existe ses propres caractéristiques de micro-dilatation, lorsqu'il est soumis à des
contraintes de manchon d'injection, il est possible de générer un grand effort au sens positif entre les
matériaux d'injection et la paroi de cylindre à l'intérieur du manchon d'injection, le ferraillage profiter
de cet effort au sens positif pour générer la force de frottement dans la surface rugueuse avec nervure,
transmettre l'effort axial de ferraillage sur cette base, donc, le raccord en vertu du raccordement de
manchon d'injection exige une forte résistance à la compression, le manchon d'injection doit avoir une
grande rigidité et une petite capacité de déformation.

6.4.2 Structure de raccordement


Le ferraillage longitudinal de mur de cisaillement préfabriqué de l'étage supérieur et de l'étage
inférieur doit répondre aux exigences suivantes lors du raccordement d'injection de manchon :
(1) Le raccordement de chaque ferraillage vertical de composant au bord.
(2) Pour le ferraillage de répartition verticale de mur de cisaillement préfabriqué, lors du raccordement

TC
partiel, l'espacement des ferraillages raccordés du même côté ne doit pas dépasser 600mm, le diamètre
de ferraillage non raccordé de répartition verticale est au moins égal à 6mm.

C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

Structure de raccordement de ferraillage vertical de composant au bord du mur


préfabriqué

A-A (Raccordement d'injection de manchon de ferraillage)

21
Le nœud de raccordement de chaque ferraillage vertical de composant au bord provient du Recueil
national des plans de la conception de la norme du bâtimentG310—1~2, page 111, Q8-1 pour la
structure de raccordement de joint horizontal de mur préfabriqué.

TC
C
AU
B-B (Raccordement d'injection de manchon de ferraillage)
E

Le nœud de raccordement de chaque ferraillage de répartition verticale de mur préfabriqué provient du


N

Recueil national des plans de la conception de la norme du bâtiment G310—1~2, page 111, Q8-2
R

pour la structure de raccordement de joint horizontal de mur préfabriqué. Le diamètre de ferraillage


TE

vertical dans le mur préfabriqué est plus grand, il existe une grande dimension de manchon lors du
raccordement partiel, le prix de construction est plus élevé lors du raccordement de chaque ferraillage,
IN

donc, le ferraillage de répartition vertical de mur préfabriqué peut choisir le raccordement de chaque
ferraillage.
E
G
SA
U

Le nœud de raccordement partiel de ferraillage de répartition verticale de mur préfabriqué provient du


Recueil national des plans de la conception de la norme du bâtiment G310—1~2, page 112, Q8-3
pour la structure de raccordement de joint horizontal de mur préfabriqué. Lors du raccordement partiel

22
de ferraillage de répartition verticale de mur préfabriqué, il est possible d'adopter le mode d’une partie
substituant deux parties, voir la figure. En outre, il est possible d'adopter le mode de raccordement
concernant une partie substituant trois parties (Figure 1). De toute façon, il est nécessaire de répondre
aux exigences concernant la substitution de la surface équivalente des ferraillages.

TC
C
C-C (Raccordement d'injection de manchon de ferraillage, ferraillage raccordé adopte la longueur
universelle). AU
7. Conception et Calcul
E
N

Les murs CGGC sont dimensionnés selon les règles usuelles du béton armé en flexion simple ou
R

composée et efforts tranchants avec le cas échéant vérification de la stabilité de forme. Ainsi que les
critères relatifs aux calculs sismiques « déplacement inter-étage… »
TE

Tout projet confié à la société CGGC sera conçu et vérifié par son bureau des études selon les règles
en vigueur et en considération des hypothèses et des conditions d’aptitude à l’emploie du système
IN

CGGC
E

On citera, pour les règles en vigueur à utiliser :


G

 DTR B.C 2.2 « Charges permanentes et charges d’exploitation »,


 DTR RNV 2013 « Actions de la neige et du vent »,
SA

 DTR B.C 2.48 RPA 99 / version 2003 « Règles Parasismiques Algériennes »


Il sera défini, notamment après les analyses statiques et dynamiques :
U

 La conception parasismique saine et rationnelle qui assure une grande dissipation d’énergie
sismique « ductilité »
 Assurer une liaison saine au niveau des joints qui sont considérés des zones névralgiques vis à vis
du séisme.
 Assurer une parfaite liaison avec l’infrastructure, le ferraillage préconisé doit assurer le
monolithisme sous charge sismique.

23
No Item Norme chinoise Norme américaine
Les charges de conception
Dans JGJ1-2014, Section 6.2,
1 Charge minimales pour les bâtiments et
action et combinaison d’action
autres structures (ASCE7-10)

ACI550.1R-2001, Chapitre 2,
Chapitre 6 dans JGJ1-2014, Procédures générales de conception
Conception
2 dispositions générales de
de structure
conception de structure ACI550.1R-13, Chapitre 3, Guide
pour la conception
ACI550.1R-2001, Chapitre 4,
Connexion des éléments
préfabriqués
Sections 6.5, 8.3, 9.3, dans
Conception
3 JGJ1-2014, conception de ACI550.2R-13, Chapitre 6
de connexion
connexion
ACI318-14, 16.2, Connexion des

TC
éléments préfabriqués

C
4
Conception JGJ1-2014, Section 6.2, AU ACI550.2R-13, Chapitre 4,
Systèmes du plancher préfabriqués
de toiture Conception de toiture
en béton
E
N

Dans JGJ1-2014, Chapitre 8,


R

conception de structure du mur


TE

Mur du de cisaillement ; chapitre 9, ACI318-14, 18.5, murs porteurs


5
cisaillement conception de structure du mur préfabriqués intermédiaires
IN

de cisaillement à multiples
étages.
E

Dans JGJ1-2014, chapitre 11,


G

Fabrication fabrication des composants et ACI550.1R-2001, Chapitre 5,


SA

6 exécution et transport ; chapitre 12, exécution Guide pour la fabrication, le


réception de structure ; chapitre 13, transport, le montage et le contrôle.
réception des travaux
U

Tableau de correspondance entre le norme chinoise et américaine

Nota :
Détail de bétonnage en place dans les structures préfabriquées en béton (ACI550.1R-2001)
Guide de conception des connexions dans les Systèmes préfabriqués de connexion (ACI550.2R-13)
Les charges de conception minimales pour les bâtiments et autres structure (ASCE7-10)
Exigences du Code du bâtiment pour le béton de structure (ACI318-14)
Spécification technique pour les structures en béton préfabriqué (JGJ1-2014)
(l’Atlas des normes nationales chinoise mentionné dans l’annexe 2 sont édités et publiés selon cette
spécification).

24
8. REFERENCES D’EMPLOI ET CERTIFICATIONS TECHNIQUES

Rapport de test

TC
C
BETC-CL1-2008-2095
AU
E
Désignation des travaux / produit : Raccord de ferraillage de filetage droit de l’injection de
N

coulis de ciment (essai type)


R
TE

Délégant : Equipement de bâtiment Jianmao de Beijin S.A.R.L


IN
E
G

Catégorie de test : Test confié


SA
U

Centre National de contrôle et surveillance de qualité des travaux de construction

Remarques
1. Ce rapport est valable uniquement avec le « Cachet de l’expertise de test » ou le cachet officiel de
l’organisme de test ;
2. La copie du rapport n’est pas valable s’il n’existe pas le « Cachet de l’expertise de test » ou le cachet
officiel de l’organisme de test ;
3. Le rapport est valable uniquement après avoir signé par le contrôleur principal, l’examinateur et
l’approbateur (pour le rapport de test de l’arbitrage, il faudrait ajouter la signature de l’approbateur
final) ;
4. Ce rapport n’est plus valable en cas de rature ;
5. Pour toute la contestation sur le rapport de test, veuillez informer à l’organisme de test dans quinze
jours à compter de la date de réception de ce rapport ;
6. En général, le test confié assume uniquement la responsabilité pour l’échantillon présenté.

25
Adresse : N°30, Rue de l’Est du troisième contournement de Beijing
Tél : 010-84281336 010-64517235
Téléphone de plainte : 010-84281336
Fax : 010-84288515
Code postal : 100013
Internet : http://www.carb-betc.com

Centre National de contrôle et surveillance de qualité des travaux de construction Rapport de test

N° Rapport : BETC-CL1-2008-2095 Page 1/3


Déléguant Equipement de bâtiment Jianmao de Beijing S.A.R.L
N°33, Rue de Xitucheng, District de
Adresse Haidian, Beijing
Tél 010-62226058
Ferraillage feuillard avec nervure laminé
à chaud (matières premières)
Désignation Raccord de ferraillage de filetage droit de
Etat Normal
Echantillon l’injection de coulis de ciment
Spécification

TC
Marque 16 ( HRB-400)
et modèle
Fabricant Equipement de bâtiment Jianmao de Beijing S.A.R.L

C
Date de présentation /
prélèvement de l’échantillon
2008/04/12 Lieu ---
Désignation des travaux
AU
1. Rel5 Rm
2. Performance de traction au sens
E

unidirectionnel 1. 3 barres
N

3. Performance de traction et de Quantité 2. 3 barres


Item
R

compression à effort élevé 3. 3 barres


4. Performance de traction et de
TE

4. 3 barres
compression à déformation
Test importante.
IN

Lieu Laboratoire central de test Date 2008/04/30


E

Base GB 1499.2-2007, JGJ 107-2003


G

Equipement Le testeur 1MN et le système de test JBK, le testeur 500kN INSTRON


SA

Conclusion de test
U

1. Les items de test de l’essai des matières premières sont conformes aux exigences de résistance prescrites
GB1499.2-2007
2. Les items de test concernant l’essai de traction au sens unidirectionnel, l’essai de traction et de compression
à effort élev, l’essai de traction et de compression à déformation importante sont conformes à l’exigence
de performance de l’essai type en cla.
Voir la page 2 du présent rapport pour lire les données de test, voir le tableau ci-joint dans la
page 3 présent rapport.
Remarques La nuance de l’acier HRB400, une extrémité de ferraillage adopte le procédé de l’injection de
ciment, une autre extrémité adopte le procédé de laminage à rouleau du dépouillement de
nervure.
Approuvé par Examiné par Contrôleur principal Téléphone de contact Date de rapport

010-64517835 2008/04/30

(Cachet) Cachet de l’expertise du Centre national de contrôle et surveillance de qualité des travaux de
construction Test

26
U
SA
G
E
IN
TE

27
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

28
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

29
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

30
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

31
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

32
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

33
R
N
E
AU
C
TC
9 FIGURES DU DOSSIER TECHNIQUE
DETAILS DES POINTS D’ASSEMBLAGE A TITRE INDICATIF

Nœud de connexion de la bande de reprise horizontale de mur extérieur préfabriqué

 Zone autre que trou du mur extérieur

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

34
 Zone de trou du mur extérieur

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

35
Noeuds de connexion recommandés de la section de reprise longitudinale du mur extérieur préfabriqué

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

Note: 1. Il est recommandé que les barres d'acier longitudinales utilisent la connexion mécanique, la
classe de jointure des barres est l. Les concepteurs peuvent également utiliser le joint à
recouvrentment, etc. la connexion des barres doit être conforme aux normes concernées.

2. Le diamètre des barres de connexion n'est pas inférieur à celui des barres horizontales du mur ni à
celui des étriers horizontaux des éléments marginaux structuraux.
36
U
SA
G
E
IN
TE

37
R
N
E
AU
C
TC
Schémas des pièces enterrées de la dalle du mur extérieur préfabriqué.

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

Remarque
1. Usage :
1. Lors de l'utilisation côte à côté du tube de
scellement et du tube de sortie de pulpe, veiller à la Douille semi-scellement réservé à la
localisation des tubes. connexion des barres d'acier.
2. Le tube de scellement et le tube de sortie de pulpe
doivent être perpendiculaires à la paroi de la dalle du 2. La connexion des barres d'acier du
mur. présent atlas est connue selon ce
3. Le cintrage du tube de scellement et du tube de paramètre, les produits de différents
sortie de pulpe utilise la technologie de contrage à fabricants peuvent être choisis en
chaud, l'usage à froid est interdit. fonction des travaux.
4. Les spécifications du tube de scellement et du tube
de sortie de pulpe s'adaptent aux équipements
d'injection.

38
Schéma des pièces enterrées de la dalle du mur extérieur préfabriqué

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

39
U
SA
G
E
IN
TE

40
R
N
E
AU
C
TC
Noeuds de connexion recommandés de la section de reprise longitudinale du mur extérieur préfabriqué

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

41
U
SA
G
E
IN
TE

42
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

43
R
N
E
AU
C
TC
Noeuds de connexion recommandés de la section de reprise du mur intérieur préfabriqué

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

44
U
SA
G
E
IN
TE

45
R
N
E
AU
C
TC
TC
C
AU
E
N
R
TE
IN

Noeuds de connexion recommandés de la section de reprise du mur intérieur préfabriqué


E
G
SA
U

46
Note : 1. Quand la structure est de la classe I antisismique, la classe de résistance du béton de la section de

TC
reprise n'est pas inférieur à C35; quand la structure est de la classe II, III ou IV, la classe de la résistance du
béton de la section de reprise n'est pasinférieur à C30.

C
2. Les étriers et les barres longitudinales dans la figure sont positionnés selon l'axe des barres.
3. Le diamètre et l'espacement des barres longitudinales de la section de reprise doivent être prévus selon le
AU
calcul et les normes nationales en vigueur en tenant compte des barres longitudinales de la plaque du mur.
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

47
TC
C
AU
E
N

Structure de connexion de l’extrémité du socle de la plaque latérale.


Structure de connexion de l’extrémité du socle de la plaque intermédiaire.
R
TE
IN
E
G
SA
U

48
U
SA
G
E
IN
TE

49
R
N
E
AU
C
TC
TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

Note: 1. Lors de l'utilisation des noeuds B2-2, B3-2, la semelle de la plaque superpose doit utiliser la plaque
des barres du treillis, la structure des barres du treills doit être conforme aux spécifications de la figure A de la
page 21 du présent atlas. Les barres du treillis doivent être posées au sens de charge principale, la positiondes
barres du treillis et des barres porteuses de la plaque n'est qu'à titre indicatif, elle sera finalisée par le
conception.
2. Les barres longitudinales de connexion Asd au fond de la plaque sont déterminées par la conception.

50
TC
C
AU
E
N
R
TE

Note: 1. Quand la structure est de la classe I antisismique, la classe de résistance du béton de la section
IN

de reprise n'est pas inférieure à C35; quand la structure est de la classe II, III ou IV antisismique, la
classe de résistance du béton de la section de reprise n'est pas inférieure à C30.
E

2. Les étriers et les barres longitudinales dans la figure sont positionnés selon l'axe des barres.
G
SA

Structure de connexion des nœuds intermédiaires des poutres principale et secondaires


U

51
Note: 1. Les barres longitudinales de l'âme de la poutre principale dans la figure sont les barres

TC
structurales, laissez en attente des barres longitudinales qui s'insèrent dans le socle au fond de la
poutre secondaire. Quand les barres longitudinales portant la torsion sont prévues dans l'âme de la

C
poutre principale, les barres logitudinales portant la torsion doivent pénétrer au cran laissé en attente
de la poutre principale, il convient d'enterrer des jonctions mécaniques au fond de la poutre
AU
secondaire pour connecter les barres longitudinales du socle, voir la figure A de la page 31 du présent
atlas.
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

52
Structure de connexion des noeuds intermédiaires
des poutres principale et secondaire

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

53
Note: 1. La hauteur hh et la largeur bh du cran laissé en attente de la poutre principale sont déterminées par la

TC
conception; il faut mettre en oeuvre des mesures de renforcement lors de la manutention de la poutre
principale préfabriquée.

C
2. Lors de l'utilisation des jonctions mécaniques, l'emplacement de ces jonctions doit tenir compte de l'espace
d'exécution. AU
3. c dans la figure est le jeu entre l'extrémité du cran de la poutre secondaire préfabriquée et la poutre
principale, il est déterminé par la conception.
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

4. Les dimensions et le ferraillage du cran de l'extrémité de la poutre secondaire préfabriquées dans la figure sont
déterminés par la conception.
5. Les barres longitudinales de connexion inférieures Asd, Asd1, et Asd2 dans la figure sont déterminées par la
conception.

54
TC
C
AU
E
N
R
TE

Détail des noeuds de l'escalier à deux sections (II)


IN
E
G
SA
U

55
U
SA
G
E
IN
TE

56
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

57
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

58
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

59
R
N
E
AU
C
TC
U
SA
G
E
IN
TE

60
R
N
E
AU
C
TC
TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

ISBN 978-9931-694-03-8