Vous êtes sur la page 1sur 34

PROTOZOOSES INTESTINALES

• Parasites unicellulaires dans les


différentes parties de l ’intestin
PROTOZOOSES INTESTINALES
RHIZOPODES OU AMIBES: monoxènes
reproduction asexuée exclusive
forme végétative mobile (pseudopode)
forme kystique de résistance et de contamination immobile

FLAGELLES: monoxènes
reproduction asexuée exclusive
forme végétative mobile (flagelles)
forme kystique de résistance et de contamination immobile

SPOROZOAIRES: monoxènes ou hétéroxènes


reproduction asexuée et sexuée
l ’oocyste est la forme contaminante
AMIBIASES
Entamoeba histolytica (Eh)
• RESPONSABLE DE
PATHOLOGIES GRAVES

• DIFFERENTES
MANIFESTATIONS CLINIQUES
AMIBIASES
Il faudra différencier Eh des autre
espèces d ’amibes parasites du côlon de
l ’Homme:

Entamoeba dispar
Entamoeba coli
Entamoeba polecki
Entamoeba hartmanni
Endolimax nanus
Pseudolimax butschlii
Dientamoeba fragilis
CYCLE DE L’AMIBIASE (Eh)

CYCLE SAPROPHYTIQUE
ASYMPTOMATIQUE

CYCLE PATHOGENE
CYCLE DE L’AMIBIASE (Eh)
CYCLE SAPROPHYTIQUE
ASYMPTOMATIQUE
Contamination: ingestion de kystes à 4
noyaux avec de l’eau de boisson ou des
légumes crus souillés par des matières
fécales
Dissolution de la coque des kystes par les sucs digestifs.
Les 4 noyaux se divisent et on obtient 8 formes végétatives
E.h.minuta qui se reproduisent par scissiparité dans le côlon et
se transforment en kystes à 1 puis 2 puis 4 noyaux résistants
émis dans les selles.
CYCLE DE L’AMIBIASE
CYCLE PATHOGENE

E.h. minuta non pathogènes peuvent se


transformer sous certaines circonstances mal connues en
E. h. histolytica pathogènes qui créent des abcès
(multiplication, histolyse, hématophagie, métastases
surtout au niveau du foie)
Entamoeba histolytica kyste 14µm (cliché JF Pays) Entamoeba histolytica minuta 15 µm (cliché JF Pays)

Entamoeba histolytica histolytica 20-40 µm (cliché JF Pays)


AMIBIASE

EPIDEMIOLOGIE
Amibiase infestation  répandue dans les 5
continents

Prévalence: Faible pays développés


Importante pays intertropicaux
AMIBIASE
EPIDEMIOLOGIE

• 12% de la population mondiale infestée


• 10% des infestés ont des signes cliniques
• Formes métastatiques représenteraient 2 à
20% des formes cliniques
• 40 à 100 000 décès par an dans le Monde

• En Europe, sa prévalence varie entre 2 et


18% entretenue par les mouvements
migratoires des populations des pays du Sud
AMIBIASE
DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL
PARASITOLOGIQUE

Entamoeba dispar, espèce indistinguable


morphologiquement d’E. h. minuta
Entamoeba dispar ne donne pas de formes
hématophages
Étude récente chez des voyageurs allemands:
2/3 des isolats sont Entamoeba dispar
LES AMIBIASES INTESTINALES

1) PORTAGE ASYMPTOMATIQUE

2) AMIBIASE INTESTINALE AIGUE

3) AMIBIASE CHRONIQUE (Colite méta-


amibienne)

4) AMOEBOME

5) COMPLICATIONS
LES AMIBIASES INTESTINALES

1) PORTAGE ASYMPTOMATIQUE:
• EPS = kystes et fv de Entamoeba histolytica minuta
LES AMIBIASES INTESTINALES

2) AMIBIASE INTESTINALE AIGUE:


• Début brutal
• Diarrhée liquide ou Dysentérie: glaires et sang,
crachats rectaux
• Douleurs abdominales: épreintes, tenemes
• Pas de fièvre
• Présence d ’abcès coliques
• EPS =selle émise au labo:
Entamoeba histolytica histolytica
LES AMIBIASES INTESTINALES

3) AMIBIASE CHRONIQUE (Colite méta-


amibienne):
• Phénomènes neuro-végétatifs et scléro-inflammatoires chez
d ’anciens amibiens
EPS=RAS
LES AMIBIASES INTESTINALES
4) AMOEBOME:
• Tumeur inflammatoire colique siégeant au niveau du
caecum et du sigmoïde et évoquant un cancer colique
Apparaît immédiatement ou à distance épisode dysentérique
EPS=RAS, DIAGNOSTIC ANAPATH et sérologie positive

5) COMPLICATIONS: Hémorragies digestives et syndromes


occlusifs
Cliché P. Bourée
Abcès en bouton de chemise qui
s’enfonce dans la sous muqueuse
colique (cliché P.Ravisse/M.Huerre)

Amibiase intestinale aiguë


avec nombreuses amibes
infiltrant la muqueuse
reconnaissables par le
noyau caractéristique (cliché
Parsitologie-Mycologie CHU d ’Angers)
LES AMIBIASES METASTATIQUES
1) AMIBIASE HEPATIQUE
• Peut apparaître à distance épisode dysentérique
• Début progressif
• DOULEUR DE L ’HYPOCHONDRE DROIT +
FIEVRE
• Diagnostic: Echographie abdominale = abcès
Sérologie positive

2) AUTRES LOCALISATIONS (très rares):


• Poumons (Base droite +++), Peau, Cerveau
Cliché Parasitologie-Mycologie CHU d ’Angers
Cliché Parasitologie-Mycologie CHU d ’Angers
TRAITEMENT DES AMIBIASES
AMIBIASE INTESTINALE AIGUE et METASTATIQUE

amoebicide tissulaire (métronidazole=Flagyl®)


ou dérivés Flagentyl ®, Tibéral ®
+amoebicide de contact (tiliquinol=Intétrix ®)

AMIBIASE ASYMPTOMATIQUE
Intétrix ® seul

PROPHYLAXIE
Hygiène fécale, traitement de l ’eau, bien laver les
crudités,
dépister et traiter les porteurs asymptomatiques
LA GIARDIASE
• Protozoaire flagellé: Giardia intestinalis (syn:Giardia
lamblia, Giardia duodenalis, Lamblia intestinalis)
• Parasite monoxène agent d’une anthroponose
cosmopolite

• Deux formes:
- une forme végétative pathogène (trophozoïte) dans
les cryptes de la muqueuse duodéno-jéjunale
Reproduction par scissiparité
– une forme kystique très résistante dans le milieu
extérieur qui assure la dissémination
Kystes de Giardia intestinalis
8x12µm (cliché Th. Duong)

Formes végétatives de
Giardia intestinalis 6x15 µm
(cliché M. Gari-Toussaint)
LA GIARDIASE

FORMES CLINIQUES
1) Portage asymptomatique
(le parasite intestinal pathogène le plus souvent isolé dans le
monde; entre 2 et 5% des sujets parasités dans les pays
industrialisés et entre 20 et 30% dans certains pays en
développement)
1) Forme typique, 1 à 3 sem après contamination
• Forme de l’adulte: douleurs abdominales diffuses,
nausées, selles pâteuses
• Forme de l ’enfant: amaigrissement, diarrhée
mousseuse, malabsorption, nervosité
LA GIARDIASE

DIAGNOSTIC
• EPS: répéter les examens +++
kystes plus souvent retrouvés que trophozoïtes
• Biopsie duodéno-jéjunale
Bordure en brosse des entérocytes: formes végétatives de Giardia intestinalis
apparaissant comme des petits éléments allongés
(cliché: Parasitologie-Mycologie CHU d ’Angers)
LA GIARDIASE
TRAITEMENT
Metronidazole (Flagyl®) pendant 5 jours ou
traitement court: Tinidazole (Fasigyne®) pendant 1
jour
ou Albendazole (Zentel®) pendant 5 jours
Attention aux réinfestations fréquentes dans les
collectivités d ’enfants

Contrôle des selles à 1 mois


LA GIARDIASE
PROPHYLAXIE
• Traitement de l ’eau, bien laver les crudités
• Dépistage et traitement des porteurs
asymptomatiques
LA TRICHOMONOSE URO-GENITALE

Parasitose vénérienne bénigne et cosmopolite due


à un protozoaire flagellé: Trichomonas vaginalis

Une seule forme parasitaire végétative (trophozoïte)


pathogène et fragile se reproduisant par scissiparité

Anthroponose stricte entretenue par les rapports


sexuels
Trichomonas vaginalis au contraste de phase 15x20 µm
(cliché Parasitologie-Mycologie CHU d’Angers)
LA TRICHOMONOSE URO-GENITALE
FORMES CLINIQUES

• Chez l ’homme très souvent asymptomatique


Tout au plus, prurit du méat et goutte matinale

• Chez la femme VULVO-VAGINITE AIGUE avec


leucorrhées aérées, mousseuses, jaune-verdâtres
continuelles avec pruit vulvaire et dyspareunie
Cystite plus ou moins associée
Association fréquente avec Candida albicans
Perturbations hormonales favorisantes
LA TRICHOMONOSE URO-GENITALE

DIAGNOSTIC:
• Chez la femme examen direct immédiat des
leucorrhées prélevées sous speculum
• Chez l ’homme examen direct immédiat de la
goutte matinale ou de la première miction
• Culture possible
LA TRICHOMONOSE URO-GENITALE

TRAITEMENT
Métronidazole (Flagyl®) en ovule ou Tinidazole
(Fasigyne®) en ovule ou en comprimés un seul jour
Traitement du partenaire

PROPHYLAXIE  Condom