Vous êtes sur la page 1sur 78

UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR

FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS


DEPARTEMENT DE GEOLOGIE

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D'ETUDES


DU CYCLE D'INGENIEUR EN GEOSCIENCES

OPTION : Géomatériaux

Présenté par : Fourati Sofiane

MESURE DE LA RADIOACTIVITE NATURELLE DE LA


FEUILLE DE NEFZA (OUED BELIF)

Le 19 Juin 2009, devant le jury composé de :

Président : Fredj Chaabeni : Professeur Faculté des Sciences de Tunis

Encadreurs : Salah Bouhlel : Professeur Faculté des sciences de Tunis

Nafaa Reguigui : Maître de Conférences Centre National des Sciences et


Technologies Nucléaires

Examinateur: Amina Mabrouk : Phd Maitre assistante Faculté des Sciences de Tunis

Projet réalisé avec la collaboration du CNSTN

Année Universitaire 2008– 2009


Résumé

La région de Nefza, et plus précisément Oued Belif, présente une diversité géologique unique
en Tunisie. C’est pour cela qu’elle a été choisie pour faire l’objet d’une étude de la
radioactivité naturelle. Les résultats obtenus étaient encourageants et nous ont permis de
tirer des conclusions quant à l’origine de la radioactivité naturelle élevée trouvée dans
certaines roches.

Abstract

Nefza region, specifically Oued Belif, has a unique geological diversity in Tunisia. That's why
it was chosen to be a study of natural radioactivity. The results were encouraging and have
allowed us to draw conclusions about the origin of the high natural radioactivity found in
certain rocks.
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

REMERCIEMENTS

Le présent travail a été effectué au Centre National des Sciences et Technologies


Nucléaires (CNSTN), (Technopole de Sidi Thabet).

Il m’est un grand plaisir de passer à travers ces lignes un message de gratitude et


de profonde reconnaissance à tous ceux qui ont contribué à la réalisation et à
l’aboutissement de ce travail.

Je remercie Mr. Adel Trabelsi, Directeur General du CNSTN, de m’avoir accueilli


au sein du CNSTN.

Mes reconnaissances vont aussi à mes deux encadreurs Mr. Nefaa Reguigui
Maitre de conférences et directeur de recherche au CNSTN et à Mr. Salah Bouhlel
Professeur à la Faculté des Sciences de Tunis pour leur aide précieuse, et leur
encouragement. Je leur remercie pour leur confiance, leur soutien et la
bienveillance qu’ils ont témoignés à mon égard.

Mes vifs remerciements à Mohamed Ben Abdallah et Wahid qui rendu possible par
leur technicité toutes les mesures sur le terrain soit par le laboratoire mobile soit
par la spectrométrie In Situ.

Je veux également remercier Mansour Oueslati, Wahid Abdeli, Bassam Selmi,


Mohamed Sameeli, Zaineb Chkir, Badr Yousfi, Walid Aidi et surtout Bassam
khorchof pour leur aide et leurs conseils précieux.

1
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

TABLE DES MATIERES

LISTE DES FIGURES…………………………………………………………………….5


LISTE DES TABLEAUX………………………………………………………………...7
INTRODUCTION GENERALE…………………………………………………………8

CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE

I. Cadre géographique……………………………………………………………………..9
II. Cadre géologique……………………………………………………………………….10
1. Les roches du « complexe salifère »………………………………………………….10
2. Les roches magmatiques……………………………………………………………...11
a. Le massif intrusif de Ragoubet el Alia………………………………………..11
b. Le massif extrusif de Ragoubet es Seid……………………………………….11
3. Le Néogène « post-Nappe »…………………………………………………………..12
4. La brèche de la ceinture volcano-sédimentaire……………………………………….12
III. Travaux antécédents……………………………………………………………………..17
CHAPITRE 2
LA RADIOACTIVITE

I. Constitution de la matière……………………………………………………………...18
II. Etats énergétique des atomes et des noyaux……………………………………….18
III. Manifestation de la radiation a l’échelle atomique………………………………..19
1. Particule α……………………………………………………………………………..19
2. Particule β……………………………………………………………………………..19
a. Radioactivité β-……………………………………………………………….19
b. Radioactivité β+………………………………………………………………20
3. Les photons Gamma…………………………………………………………………..20
IV. Les lois de la radioactivité…………………………………………………………….21

2
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

1. La décroissance radioactive…………………………………………………………..21
2. Période radioactive ou demi-vie………………………………………………………22
3. L’activité radioactive………………………………………………………………….22
V. Effets des radiations……………………………………………………………………22
VI. Radioactivité naturelle…………………………………………………………………23
1. La radioactivité primordiale…………………………………………………………..23
2. La radioactivité cosmo génique……………………………………………………….24
3. La radioactivité humaine produite…………………………………………………….24
4. Autres formes de radioactivité naturelle……………………………………………...25
VII. Interactions des photons avec la matière…………………………………………..25
1. Effets photoélectrique………………………………………………………………...25
2. Effet Compton………………………………………………………………………..25
3. Production de paires…………………………………………………………………..27

CHAPITRE 3
SPECTROMETRIE GAMMA

I. Rayonnement Gamma…………………………………………………………………28
II. Spectrométrie Gamma…………………………………………………………………28
1. Chaine de mesure……………………………………………………………………..28
a. Le spectromètre Gamma………………………………………………………29
b. Le détecteur…………………………………………………………………...29
c. L’ordinateur…………………………………………………………………...30
2. Les spectres…………………………………………………………………………...30
3. La résolution en énergie………………………………………………………………31
4. La résolution en temps………………………………………………………………..31
5. La durée de comptage………………………………………………………………...31
6. Les pics………………………………………………………………………………..31
III. L’étalonnage du détecteur……………………………………………………………32
1. Etalonnage en énergie………………………………………………………………...32
2. Etalonnage en efficacité……………………………………………………………....32

3
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

CHAPITRE 4
MESURE DE L’ACITIVITE DES ECHANTILLONS

I. Mesure et choix des échantillons sur terrain………………………………………35


1. Matériels……………………………………………………………………………...35
2. Méthode d’échantillonnage…………………………………………………………..36
3. Mesures sur le terrain…………………………………………………………………37
II. Préparation des échantillons…………………………………………………………45
1. Broyage des matériaux au marteau…………………………………………………...45
2. Broyage des matériaux avec broyeur électrique……………………………………...45
3. Mise d’échantillons dans la géométrie………………………………………………..45
4. Pesée des échantillons………………………………………………………………...46
5. Hermetisation des boites……………………………………………………………...46
III. Mesure de l’activité des échantillons au laboratoire……………………………..47
1. Acquisition……………………………………………………………………………47
2. Dépouillement………………………………………………………………………...47
3. Analyse……………………………………………………………………………….47
4. Calcul de l’activité……………………………………………………………………49
V. Résultats…………………………………………………………………………………51
VI. Interprétation……………………………………………………………………………61

Conclusion………………………………………………………………………………….62
Références bibliographique……………………………………………………………...63
Annexe………………………………………………………………………………………64

4
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Liste de figures

Fig.1 : Localisation de la région de Nefza……………………………………………………..9


Fig.2 : Carte géologique du district minier de Nefza redessinée par Decrée (2007)…………16
Fig.3 : Différents types de rayonnement……………………………………………………...21
Fig.4 : Détecteur germanium et système de refroidissement…………………………………30
Fig.5 : Courbe d’étalonnage en énergie du détecteur Ge HP……………………………........32
Fig.6 : Courbe d’efficacité du détecteur Ge HP………………………………………………34
Fig.7 : Rack 19’’……………………………………………………………………………...35
Fig.8 : Système de mesure de dose…………………………………………………………...35
Fig.9 : Groupe électrogène……………………………………………………………………36
Fig.10 : Radiomètre FH-40…………………………………………………………………...36
Fig.11 : Localisation du 1er point de mesure………………………………………………….37
Fig.12 : Agrandissement de la Fig11…………………………………………………………38
Fig.13 : 1er point de mesure…………………………………………………………………..39
Fig.14 : localisation du point de mesure sur la carte et la cartographie de la piste menant a Cap
Negro…………………………………………………………………………………………40
Fig.15 : 2nd point de mesure…………………………………………………………………..42
Fig.16 : Localisation du 3ème point de mesure………………………………………………..43
Fig.17 : 3ème point de mesure…………………………………………………………………43
Fig.18 : Localisation du 4ème point de mesure………………………………………………44
Fig.19 : 4ème point de mesure…………………………………………………………………44
Fig.20 : Boite 100 cm3………………………………………………………………………..46
Fig.21 : Fenêtre représentant un spectre……………………………………………………...48
Fig.22 : Un pic sélectionné…………………………………………………………………...49
Fig.23 : Activité du fer de Bou khchiba………………………………………………………54
Fig.24 : Activité du fer de Tamera……………………………………………………………55
Fig.25 : Activité de la brèche volcano-sédimentaire (1er point de mesure)…………………..56
Fig.26 : Activité du fer de la mine de Dhouhria……………………………………………...57
Fig.27 : Activité de la Rhyolite………………………………………………………………58
Fig.28 : Activité de la brèche volcano-sédimentaire au niveau du 4ème point de mesure……59
Fig.29 : Activité de la granodiorite…………………………………………………………..60
Fig.30 : Spectre du fer de la mine de la mine de Boukhchiba……………………………….68

5
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.31 : Spectre du fer de la mine de Tamera………………………………………………...69


Fig.32 : Spectre de la Granodiorite…………………………………………………………...70
Fig.33 : Spectre du fer de la mine de Dhouhria………………………………………………71
Fig.34 : Spectre de la Rhyolite……………………………………………………………….72
Fig.35 : Spectre de la brèche volcano-sédimentaire………………………………………….73

6
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Liste de Tableaux

Tab.1 : synthèse des différentes interprétations de la typologie de la brèche de ceinture de la


structure d’Oued Belif (Aloui 2004)………………………………………………………….14
Tab.2 : Radionucléides primordiaux………………………………………………………….24
Tab.3 : Radionucléides cosmo génique……………………………………………………….24
Tab.4 : Radionucléides produits par l’homme………………………………………………..25
Tab.5 : Mesures effectuées par le laboratoire mobile (détecteur NaI) aux alentours du 1er point
(mesures effectuées en Coup par seconde : CPS)…………………………………………….38
Tab.6 : Mesure effectués le long de la piste de Cap Negro et mesure effectuées au 2nd point.41
Tab.7 : Résultats d’analyse de l’activité des radionucléides de la famille 238U……………..51
Tab.8 : Résultats d’analyse de l’activité des radionucléides de la famille 232Th……………52
Tab.9 : Résultats d’analyse de l’activité du radioélément primordial 40K…………………..53
Tab.10 : Mesure de la radioactivité en CPS au 4ème point de mesure………………………...64
Tab.11 : Mesure de la radioactivité en CPS au 2ème point de mesure………………………...65
Tab.12 : Mesures effectuées au niveau du 1er point…………………………………………..66
Tab.13 : Mesures effectuées au niveau du 3ème point de mesure……………………………..65
Tab.14 : Normes de la directive EURATOM sur les dangers des radiations ionisantes……..74

7
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

INTRODUCTION GENERALE

L’étude de la région d’Oued Belif a fait l’objet de différents travaux géologique parmi
lesquels citons ceux de Gottis et Sainfeld (1952), Bellon (1976), Rouvier (1977), Mauduit,
Perthuisot (1978), Negra (1987), Halloul (1989), Dermech (1990), Laridhi-Ouazaa (1994),
Talbi (1998), Ghazghazi (2004), Taamallah (2004), Aloui (2004) et Decrée (2007).
Ce travail, qui entre dans le cadre de la collaboration entre la Faculté des Sciences de Tunis et
le Centre National des Sciences et Technologies Nucléaire, a pour objectif la caractérisation
de la radioactivité naturelle de la structure volcanique de l’Oued Belif situé dans la région de
Nefza (Nord-Ouest tunisien).
Pour atteindre cet objectif nous avons utilisés deux méthodes :
• Méthode de terrain : Utilisant un laboratoire mobile du CNSTN.
• Méthode de laboratoire : Utilisant les différentes techniques de mesure installées dans
le CNSTN.
Outre l’aspect scientifique du projet, nous savons tous que la radioactivité peut avoir de
lourdes conséquences sur la santé des personnes exposées et elle peut provoquer des maladies
telles que le Cancer.
Ce présent mémoire est structuré en 4 chapitres :
• Le premier chapitre comporte une synthèse bibliographique sur la structure de l’Oued
Belif (Cadre géographique et cadre géologique).
• Le deuxième chapitre rappelle les notions fondamentales de la radioactivité :
définitions, formules et lois.
• Le troisième chapitre traitera l’aspect technique, à savoir la chaîne de mesure de
l’activité, ses propriétés, son fonctionnement et son produit final.
• Le quatrième chapitre est réservé aux expériences réalisées sur le terrain et au
laboratoire.

8
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Chapitre 1
Etude bibliographique
I. CADRE GEOGRAPHIQUE

Le secteur d’étude se situe au nord de la région de Nefza, qui constitue le prolongement nord-
oriental de l’Atlas tellien. Cette région occupe une place privilégiée à l’extrémité EST de la
chaine alpine nord maghrébine. Elle prend place entre les Kroumiries, Béjoua et les Mogods.
Cette région se caractérise par des reliefs hauts de 200 à 600m environ et escarpés, qui
succèdent à de vastes plaines essentiellement argileuses. L’ensemble de ces terrains
accidentés, est couvert par un foret dense de chênes lièges jouant plusieurs rôles dont le plus
important est la préservation du sol soumis à un climat tempéré et humide propice à différents
types d’érosion.
Le secteur d’étude (Oued Belif) est limité au sud par le barrage de Sidi El Barrak, à l’est, par
les structures des J. Ed Diss, Ragoubet Tasserra et J.Ahirech. Au nord par le bassin minier de
Tamera-Sidi Driss et à l’ouest, par les affleurements numidiens de Kef Salem, J. Hamra et
Argoub Adila. Deux cours d’eau : Oued Belif et Oued Damous traversent le secteur.

Fig.1 : Localisation de la région de Nefza.

9
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

II. CADRE GEOLOGIQUE

La structure de l’Oued Belif, appartient au domaine des nappes de charriage (Rouvier, 1977).
Elle se présente comme un anneau de dimension 6 km/3 Km. Trois types de roches forment
cette structure : la première de nature salifère et d’âge triasique ; les secondes sont d’origine
volcanique d’âge Miocène ; la troisième une brèche ferrugineuse ceinturant les deux
précédentes. La relation entre les affleurements triasiques et l’épanchement volcanique a fait
l’objet de nombreuses controverses entre plusieurs auteurs (Tableau 1) (Gottis et sainfeld,
1952, Bellon, 1976, Rouvier, 1977, Mauduit, Perthuisot, 1978 et Halloul, 1989).

1. les roches du « complexe salifère »

Cette appellation désigne le mélange de formations salifères triasiques et des roches


volcaniques ayant perdu leur identification. Le Trias s’aligne le long de l’accident
Gardimaou-Cap Serrat, dirigé NE-SW.
La structure de l’Oued Belif est légèrement décalée à l’est de cet accident.
L’ensemble du complexe salifère qui affleure à l’intérieur de la structure de l’Oued Belif,
présente la succession lithologique suivante [1] :

• Un horizon gypseux au sein de la structure salifère rencontré sur les bords des rives de
l’Oued Belif et au Nord de Ragoubet es Seid et Ragoubet Alia.
• Un faciès carbonaté à pyrite représenté à l’ouest de la mine Boukchiba.
• Les skarns à magnétite et pyrite longeant la rive gauche du cours d’eau « Chaabet el
Ain » et représentés par la barre de calcaire saccharroïde qui traverse les
graniodiorites.
• Un ensemble de roches sérito-schistosées affleurant à l’ouest de l’Oued ed Damous.

L’âge des remontées des formations triasiques (halocinèse, sensu Perthuisot, 1981) est mal
contraint. Perthuisot (1981) propose un âge aptien pour les premières halocinèses; il les
associe à la présence de séries post-triasiques suffisamment épaisses et à l’existence de failles
NNE-SSO. Cet auteur considère également que la remontée des diapirs est continue, mais
plus active lors des périodes d’instabilité tectonique. Le percement des nappes du Nord
tunisien n’est pas exclu par Perthuisot (1981); cependant, la présence de lames de matériel
triasique à la base des unités allochtones (Rouvier, 1994) suggère d’avantage que ces diapirs

10
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

ont été étêtés et dilacérés par l’avancée des nappes. Ould Bagga et al. (2006), quant à eux,
suggèrent que les premières remontées d’évaporites datent du Paléogène et se font le long des
blocs basculés du socle.

2. Les roches magmatiques

Les affleurements de roches cristallines au cœur de la structure de l’Oued Belif montrent deux
types de massifs : le massif intrusif granodioritique de Ragoubet el Alia et le dôme extrusif
rhyodacitique de Ragoubet es Seid.

a. Le massif intrusif de Ragoubet el Alia :

Il s’agit d’une intrusion granodioritique (Mauduit, 1978) affleurant au flanc nord de Ragoubet
el Alia et sur la rive droite de l’Oued Chaabet el Aïn. Il s’agit d’une roche magmatique
plutonique, grenue, voisine des granites, contenant du quartz (>10%), des feldspaths avec
moins d’orthose que de plagioclases, des ferromagnésiens : de la biotite et de l’amphibole.

b. Le massif extrusif de Ragoubet es Seid

Constitué de laves de compositions intermédiaires entre les rhyolites et les dacites (Crampon,
1973 ; Mauduit, 1978). Le dôme de Ragoubet es Seid, affleure de part et d’autre des deux
rives de l’Oued Belif. Il est constitué d’une roche magmatique effusive intermédiaire entre la
rhyolite et la dacite, riche en verre, de teinte claire (leucocrate), à microlites et phénocristaux
rares : le quartz apparaît souvent bipyramidé et corrodé, les feldspaths sont fréquents ainsi que
la biotite et les amphiboles. La structure du massif est fluidale, plus ou moins sphérolitique
par dévitrification. A la base de ce dôme, partent plusieurs coulées dont la plus importante
rejoint la rive gauche de l’Oued Belif. On rencontre souvent des brèches extrusives à éléments
remaniés du complexe salifère sur le pourtour des roches rhyodacitiques de cette coulée.
Ces brèches sont de trois types :
• Brèches monogéniques rhyolitiques associées aux grés numidien.
• Brèches polygéniques à éléments de rhyolite et de granodiorite, prélevés sur la rive
septentrionale de l’Oued Belif.
• Brèches schistosées affleurant sur la rive nord de l’Oued Belif.

11
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

3. Le Néogène « post-nappe »

Les séries sédimentaires du Néogène sont le produit du démantèlement des reliefs du Trias, du
Crétacé et du Paléocène, qui ont pris naissance à la suite de déplacements horizontaux avec
décollement et glissement des unités allochtones à la phase du serrage Tortonien (Rouvier
1977).
Les dépôts néogènes de Tamera montrent essentiellement de la minéralisation ferrifère, alors
que ceux de Sidi Driss, une minéralisation plombo-zincifère.

4. La brèche de ceinture volcano-sédimentaire

La structure annulaire d’Oued Belif est ceinturée par une brèche ferrugineuse très résistante.
Les éléments constitutifs de cette brèche sont anguleux, de taille variable et de nature variée.
Les observations d’El Ghozzi (1977) et Aloui (2004) prouvent l’existence d’un line entre la
composition de la brèche et la roche encaissante. Pour ces auteurs, cette brèche, renferme des
marnes et des argiles lorsque le substratum est marneux ; ce qui correspond aux zones de
Boukhchiba, Ouled Meriem, Kef Salem (Est de l’oued Belif).
La composition de cette brèche devient gréseuse prés des grés oligocènes situés à l’ouest de la
structure (Ouled Gassem et Ragoubet Er Rha).
Malgré les nombreuses interprétations proposées, l’origine de la brèche demeure encore
énigmatique.

12
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Auteurs Typologie de la brèche


Gottis et Brèche d’effondrement du type « cauldron subsidence ».
Sainfeld
(1952)
Tzekova Brèche de réajustement tectonique dû à des effets de compensation.
(1975)
El Ghozzi Suite de failles bordières.
(1977)
Rouvier Brèche bordière résultant du rejeu d’accidents verticaux.
(1977)
Mauduit La formation de la brèche de ceinture est vraisemblablement due à de
(1978) brusques rejeux verticaux de l’ensemble de la structure constituant une sorte
de « mylonite ».
Perthuisot Les matériaux de la brèche de ceinture sont d’origine magmatique ou dérivent
(1978) de roches magmatiques par altération.
Abdelhédi La brèche correspond à un chapeau de fer issu de l’oxydation de sulfures
(1982) métalliques.
Negra Toutes les formations, y compris les brèches périphériques, ne montrent
(1987) aucune figure sédimentaire. L’absence de figures de compaction et d’éléments
d’origine magmatique (plutoniques ou volcaniques) dans l’ensemble des
affleurements de brèches, permet de conclure que la formation béchique est
une brèche de contact de l’extrusion triasique.

Halloul L’anneau béchique rappelle les ring-dykes des structures annulaires.


(1989) La prédominance des formations salifères par rapport aux roches volcaniques
au sein de la structure et l’absence de relations évidentes entre l’anneau
béchique et les roches volcaniques (pas d’éléments volcaniques au sein de la
brèche) font jouer au Trias un rôle essentiel dans l’édification de cette
structure qui s’allonge d’ailleurs dans la direction majeure des diapirs
triasiques (NE-SW)

13
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Dermech La mise en place de la brèche de ceinture dans contexte métamorphique, au


(1990) cours de l’intrusion de la granodiorite, va en parallèle avec les précoité de la
genèse des fractures annulaires et probablement des brèches qui les
soulignent.

Bouzouada Brèche constituée de fragments de roches volcaniques et de roches


(1992) sédimentaires (aucune indication sur la topologie).

Rekkiss La brèche de ceinture qui est implantée sur des paléo accidents,
(1994) essentiellement EW et NS, est caractéristique des diapirs triasiques.

Laridhi- Fracture annulaire ou ring structure remplie par une brèche d’explosion.
Ouazaa
(1994)
Talbi (1998) La brèche de ceinture correspond à une fracture concentrique qui ceinture la
caldeira et le phénomène de brèchification résulte de l’expansion, due à la
montée des volatils à partie des magmas.

Decrée La minéralisation est breccia-organisé, avec la possibilité de participation des


(2007) roches magmatiques

Tab.1 : synthèse des différentes interprétations de la typologie de la brèche de ceinture de la


structure d’Oued Belif (Aloui 2004).

14
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

15
Projet de fin d’étude

16
FST/CNSTN

Fig.2 : Carte géologique du district minier de Nefza redessinée par Decrée (2007).
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

III. Travaux antécédents

Parmi tous les travaux qui ont été réalisés sur Oued Belif un seul nécessite d’être retenu ; c’est
le Projet Uranium réalisé par l’office national des mines au début des années 80.
En effet des travaux réalisés au paravent par l’office national des mines (ONM) ont révélés
l’existence d’anomalies uranifères et radioactives dans le secteur d’Oued Belif se localisant
sur la brèche. C’est pour cela que l’ONM a décidée, en collaboration avec l’Agence
International de l’Energie atomique, de mettre en œuvre ce projet à fin de trouver
d’éventuelles minéralisations d’Uranium [2].
Les travaux réalisés étaient par l’intermédiaire de sondages :

• Radiocarrotage : γ ray, P.S (polarisation spontanée) et R (résistivité) avec un Logger


Mount sporis 1 000,00 C.

• Analyses dans les laboratoires de l’ONM des mines de l’Uranium total, Plomb, Zinc,
Fer.

• L’Emanométrie : Consiste à mesurer la teneur en radon (gaz radioactif) du sol. Ce gaz


issu de la désintégration de radio-isotopes de la famille de l’uranium a une période de 3,8
jours environs ; ce qui lui permet de s’éloigner d’une éventuelle minéralisation et gagner la
surface.

• Les sondages électriques.

17
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Chapitre 2
La Radioactivité
I. CONSTITUTION DE LA MATIERE

Quel que soit l’état de la matière, solide, liquide ou gazeuse elle est constituée d’un
assemblage d’atomes. Un atome est formé d’un noyau très dense, de petite dimension
constitué d’un nombre Z de protons électriquement chargés et d’un nombre N de neutrons
neutres.
Autour de ce noyau, se répartissent Z électrons formant le cortège électronique de l’atome.
Les constituants du noyau (protons et neutrons) sont appelés des nucléons. Le noyau atomique
maintient ses constituants entre eux grâce à la force nucléaire forte qui se traduit par une
énergie de liaison entre nucléons.
La composition d’un noyau Z AX est complètement définie par les deux paramètres A et Z.
A = Z + N : est le nombre total de nucléons, ou nombre de masse.
Z : nombre de protons du noyau (ou nombre d’électrons du cortège électronique).

II. ETATS ENERGETIQUES DES ATOMES ET NOYAUX

Les atomes peuvent se trouver dans un état fondamental ou dans un état excité. Un état excité
est instable et conduit à une désexcitation, pour perdre l’excès d’énergie par rapport au niveau
fondamental en une ou plusieurs étapes, correspondant à des sauts d’énergie bien définies, qui
se traduisent par des émissions de photons (rayonnements électromagnétiques).
L’état excité d’un atome peut concerner son noyau ou son cortège électronique.
Les sauts d’énergie, correspondant à une excitation ou à une désexcitation, prennent des
valeurs bien définies car l’arrangement des nucléons dans le noyau et l’arrangement des
électrons dans le cortège ne peut avoir lieu qu’à des niveaux d’énergie bien définis.

18
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

III. MANIFESTATION DE LA RADIATION A L’ECHELLE


ATOMIQUE

La matière est faite d’atomes qui sont la plupart du temps assemblés en molécules, au cœur de
ces atomes se trouvent un noyau 10 000 à 100 000 fois plus petit, c’est à son niveau que se
produit la radioactivité.
Certains noyaux atomiques instables sont la source de rayonnements désignés par les trois
premières lettres de l’alphabet grec : α, β, γ.

1. Particule α

La radioactivité α se manifeste par l’émission d’un noyau d’hélium qui est un édifice stable
constitué de deux protons et de deux neutrons.
Ces rayonnements ont un pouvoir de pénétration très faible, ils sont arrêtés par quelques
centimètres d’air ou par une simple feuille de papier.
L’équation qui la régit est :

2. Particule β

La radioactivité bêta correspond à la transformation, dans le noyau soit d’un neutron en


proton ;
Radioactivité β-, caractérisée par l’émission d’un électron e-, soit d’un proton en neutron ;
Radioactivité β+, caractérisée par l’émission d’un antiélectron ou positron e+.
Elle ne se manifeste que dans des noyaux radioactifs produits artificiellement par des
réactions nucléaires.

a. Radioactivité β-

Son équation de désintégration s’écrit :

19
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Ces électrons sont pénétrants. Ils sont arrêtés par plusieurs mètres d’air ou quelques
millimètres d’aluminium.

b. Radioactivité β+

Son équation de désintégration s’écrit :

3. Les photons gamma

La radioactivité gamma à l’encontre des deux précédentes n’est pas liée à une transmutation
du noyau.
Elle se produit par l’émission d’un rayonnement électromagnétique tel que la lumière visible
ou les rayons x, mais plus énergétique. Cette radioactivité peut se manifester seule ou en
accompagnant la radioactivité alpha ou bêta, son équation de désintégration est comme suit ;

Ces rayonnements sont très dangereux et difficiles à arrêter ; on a besoin de plusieurs


décimètres de plomb ou plusieurs mètres de béton pour les absorber, on utilise aussi quelques
mètres d’eau pour assurer la protection contre les sources extrêmement radioactives comme le
combustible usé des réacteurs nucléaires.

20
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.3 : Différents types de rayonnement.

IV. LES LOIS DE LA RADIOACTIVITE

1. La décroissance radioactive

La loi a été établie par Rutherford et Soddy en 1902, elle s’écrit :

Avec :
λ : constante radioactive caractéristique du radionucléide.
dN : nombre de noyaux se désintégrant durant le temps dt.
N : nombre de noyaux présents à l’instant t.
Une intégration ramène la loi sous la forme :

21
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Avec :
N0 : nombre d’atomes radioactifs présents à l’état initial.
Nt : nombre d’atomes radioactifs présents à l’instant t.

2. Période radioactive ou demi-vie

C’est le temps nécessaire pour qu’un radioélément, diminue de moitié le nombre d’atomes
initial
N0. Un radioélément disparaît d’autant plus vite que sa période est courte.

Avec :
T : temps au bout duquel l’effectif de la population de radioéléments est réduit de moitié.

3. L’activité radioactive

L’activité d’une source radioactive est le nombre de transformations radioactives qui s’y
produisent en une unité de temps, soit le nombre de désintégrations par seconde.

V. EFFETS DES RADIATIONS

Les effets d’un rayonnement dépendent de la particule émise et du milieu rencontré.


La particule chargée (particule alpha et bêta) arrache des électrons en traversant des atomes,
on appelle ce phénomène l’ionisation.
Les particules neutres, gamma ou neutron, mettent en mouvement des particules chargées
lesquelles ionisent des atomes.
La masse et la nature de la particule jouent un rôle; une particule alpha relativement lourde,
ionise bien d’avantage qu’un électron bêta, mais s’arrête rapidement.

22
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Les effets ne se limitent pas à l’ionisation. En arrachant des électrons, les rayonnements
perturbent les atomes et brisent les molécules, électrisent et échauffent le milieu. Le milieu
peut être dense ou gazeux, composé de molécules simples ou complexes, possède ou non une
structure cristalline ou métallique. Les dégâts peuvent être transitoires ou permanents. Ils
deviennent majeurs si l’irradiation est intense.

VI. RADIOACTIVITE NATURELLE

Les radionucléides sont présents naturellement dans l’air, l’eau et le sol. Ils sont mêmes au
sein de nos corps.
Chaque jour nous recevons par inhalation et par ingestion des radionucléides dans l’air, la
nourriture et l’eau. La radioactivité naturelle est rencontrée dans les roches et les sols qui
composent notre planète, dans l’eau et les océans ainsi que dans nos maisons et les matériaux
de construction. Il n’y a nulle part sur terre où vous ne pouvez pas trouver la radioactivité
naturelle.
Il y a trois types de radioactivités dans l’environnement :
- Radioactivité primordiale.
- Radioactivité cosmo génique.
- Radioactivité humaine produite.

1. La radioactivité primordiale

Elle est due à des radionucléides qui existent depuis que le monde et l’univers ont étés crées.
Ils ont vécu longtemps avec des demi-vies de l’ordre de centaines de millions d’années
(Tab.2).

23
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Nucléide Symbole Demi-vie

Uranium 235 235


U 7,04. 108ans

Uranium 238 238


U 4,47. 109ans

Thorium 232 232


Th 1,41. 1010ans

Potassium 40 40
K 1,28. 109ans

Tab.2 : Radionucléides primordiaux.

2. La radioactivité cosmo génique

Plusieurs formes de radiations existent allant des particules lourdes aux photons et muons à
haute énergie(Tab.3).

Nucléide Symbole Demi-vie

14
Carbone 14 C 5730 ans

3
Hydrogène 3 H 12,3 ans
(tritium)
232
Thorium 232 Th 1,41. 1010ans

7
Béryllium 7 Be 53,28 jours

Tab.3 : Radionucléides cosmo génique.

24
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

3. La radioactivité humaine produite

Les hommes ont utilisés la radioactivité pendant cent ans. Voici quelques produits de
l’homme dont la majorité est issu des essais d’armes et des réacteurs de fission (Tab.4).

Nucléide Symbole Demi-vie

3
Tritium H 12,3 ans

131
Iode 131 I 8,04 jours

Iode 129 129


I 1,57. 107 ans

137
Césium 137 Cs 30, 17 ans

90
Strontium 90 Sr 28,78 ans

Technétium 99 99
Tc 2,11. 105 ans

Plutonium 239 239


Pu 2,41. 104 ans

Tab.4 : Radionucléides produits par l’homme.

25
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

4. Autres formes de radioactivité naturelle

- Radioactivité naturelle dans le sol ; elle varie selon le type de sol, des minéraux présents etc.
- Radioactivité naturelle des océans.
- Radioactivité naturelle du corps humain ; il est évident que le corps est composé de produits
chimiques, et c’est surprenant de savoir que certains d’entre eux sont des radionucléides dont
nous ingérons quotidiennement dans notre eau et nourriture

VII. INTERACTION DES PHOTONS GAMMA AVEC LA MATIERE

L’interaction des photons avec la matière se fait soit par effet photoélectrique, par effet
Compton ou par création de paires (ou matérialisation).
Quel que soit le processus initial, l’énergie incidente est transmise totalement ou partiellement
à un électron du matériau du détecteur.

1. Effet photoélectrique

Un photon peut interagir avec un électron lié à un atome du milieu absorbant, transférer toute
son énergie à cet électron qui est éjecté de son orbite en lui communiquant une énergie
cinétique.
L’énergie cinétique absorbée par l’électron est souvent suffisante pour créer des ionisations
secondaires. Les électrons orbitaux subissent un réarrangement avec émissions de
rayonnements X caractéristiques. La vacance sur une couche dont l’un des électrons a été
éjecté est occupée par un électron plus périphérique.

2. Effet Compton

Un photon incident cède une partie de son énergie à un électron libre ou peu lié.
Cet électron est projeté dans une direction faisant un angle compris entre 0 et 90° avec la
direction du photon incident.
Le photon diffusé quant à lui part dans une direction faisant un angle compris entre 0 et 180°
avec la direction du photon incident, avec une énergie inférieure à celle du photon incident.

26
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

3. Production de paires

Ce phénomène ne peut se produire que pour des photons dont l’énergie est supérieure à 1,02
MeV.
Au voisinage du noyau, le photon incident peut se matérialiser en donnant naissance
simultanément à un électron positif (positon) et un électron négatif.
Ces électrons perdent leur énergie par ionisations et excitations des atomes qu’ils rencontrent.

27
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Chapitre 3
Spectrométrie Gamma
I. RAYONNEMENT GAMMA

Le rayonnement gamma, qui suit généralement une émission alpha ou bêta, est issu du noyau
de l’atome et correspond à une désexcitation de ce dernier.
En effet après une désintégration alpha ou bêta, le nouveau noyau n’est pas toujours dans un
état d’équilibre énergétique : il possède encore un « trop plein d’énergie », on dit qu’il est
excité.
Pour se débarrasser de cet excédent, il va émettre un ou plusieurs rayonnements gamma
d’énergie déterminée et caractéristique du noyau et donc de l’atome en présence. C’est en
quelque sorte la signature du radioélément.

II. SPECTROMETRIE GAMMA

C’est en Partant de la nécessité d’identifier et quantifier les corps radioactifs (émetteurs


gamma), qu’est venue l’idée de se disposer d’un appareil qui permet d’une part de mesurer
exactement l’énergie des photons gamma émis et d’autre part d’en comptabiliser le nombre
pendant une certaine durée.
Cet appareil d’analyse n’est autre que le spectromètre gamma.

1. Chaine de mesure

La chaîne de mesure est numérique et est formée de trois composantes essentielles :


- Le spectromètre.
- Le détecteur.
- L’ordinateur

28
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

a. Le spectromètre gamma

Il est basé sur le traitement de signal numérique, et contient un filtre numérique qui élimine
les basses fréquences (LFR) et il a une grande capacité de transfert de données.
Il améliore la résolution du système en enlevant le bruit électronique périodique de basse
fréquence engendré par les refroidisseurs des détecteurs de germanium, les boucles au sol et
d’autres sources environnantes.
Ce spectromètre intègre un amplificateur qui nous donne la mise en forme finale du signal
détecté, et un analyseur multicanaux permettant d’établir le classement des impulsions dans
les canaux de mémoire selon l’énergie

b. Le détecteur

Les rayons sont imperceptibles, donc on ne peut pas les toucher ni les voir. Pour assurer la
détection, il faut avoir recours à un organe intermédiaire qui va transformer les rayonnements
en une grandeur (en l’occurrence une tension électrique), directement exploitable par
l’électronique associée à la chaîne de mesure.
A l’échelle d’un photon la matière peut être assimilée à une « passoire » d’où lors du passage
du photon à travers la matière il ya deux possibilités :
Ou bien le photon traverse la matière sans laisser la moindre trace de son passage et il n’est
pas détecté.
Ou bien il y a interaction du photon avec les atomes constituant la matière du détecteur
(cristal de germanium par exemple) et la détection devient possible ; elle repose sur les effets
engendrés par le rayonnement gamma sur la matière et est optimale pour un effet donné
appelé effet photoélectrique.
Le phénomène qui se produit à l’échelle du détecteur à semi conducteur repose sur
l’augmentation temporaire de la conductivité électrique de certains semi-conducteurs résultant
de leur ionisation à la suite de l’interaction.
Ces détecteurs se caractérisent par :
- Une résolution en énergie excellente.
- Une faible efficacité.
- Une réponse linéaire en énergie.
- Un faible bruit de fond.

29
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Détecteur semi conducteur a base de germanium de haute pureté (Ge HP)


Principe de fonctionnement :

Le détecteur est maintenu dans une enceinte sous vide de 10-3 Pa et refroidi à la température
de N2 liquide ; -196°C, pour diminuer le bruit thermique.

Fig.4 : Détecteur germanium et système de refroidissement.

c. L’ordinateur

Une fois transmis à la mémoire centrale de l’ordinateur, les signaux sont traités par un logiciel
spécialisé (par exemple gamma-vision).
L’ordinateur est donc conçu dans le but de visualiser la distribution des impulsions, en
fonction de leurs énergies ou du numéro de canal correspondant sous forme d’un histogramme
: c’est le spectre.

2. Les spectres

L’analyse d’un échantillon par spectrométrie gamma donne naissance à un spectre :


histogramme du nombre de photons détectés en fonction de leur énergie. Le spectre est

30
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

caractérisé par un fond continu (bruit de fond) décroissant avec l’énergie et par la présence de
plusieurs pics.
Chaque pic correspond à un rayonnement gamma issu de la désexcitation des noyaux
instables ou atome radioactif présent dans l’échantillon.

3. La résolution en énergie

Elle est mesurée à l’aide d’une source mono énergétique et s’écrit :

R= largeur du pic à mi-hauteur/l’énergie du pic

4. La résolution en temps

C’est l’intervalle de temps minimal séparant deux interactions. Lorsque la résolution du temps
est bonne, on obtient des résultats plus exacts et on évite les irrégularités.

5. La durée de comptage

La désintégration d’un noyau par l’émission d’un photon gamma est un phénomène spontané.
On espère prévoir le comportement d’un grand nombre de radioéléments dans le temps ;
estimation de l’activité, en revanche il est impossible de dire exactement à quel moment un
noyau va se désintégrer.
Cette particularité impose de faire des mesures sur un temps suffisamment grand pour
gommer les irrégularités et obtenir un résultat d’activité le plus exact possible.

6. Les pics

Par la position des pics (ou énergie des photons), on entreprend l’analyse qualitative du
spectre.
Par la surface des pics (ou nombre d’impulsions), on entreprend l’analyse quantitative du
spectre : on détermine pour chaque radioélément (présent dans l’échantillon) son activité en
becquerels ramenée à la masse ou au volume de l’échantillon. (Bq/kg sec ou Bq/l).

31
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

III. L’ETALONNAGE DU DETECTEUR

1. Etalonnage en énergie

Il permet d’établir la relation entre l’énergie perdue par les photons incidents et le numéro du
canal ou sont enregistrées les impulsions correspondantes.
L’étalonnage en énergie de la chaîne est une étape primordiale pour identifier tous les
éléments radioactifs présents dans un échantillon à étudier.

Fig.5 : Courbe d’étalonnage en énergie du détecteur Ge HP

La courbe d’étalonnage en énergie est une droite linéaire avec laquelle nous pouvons
identifier le pic d’absorption total relatif à une énergie donnée.

2. Etalonnage en efficacité

La probabilité de détection d’un photon dans le milieu détecteur dépend de plusieurs facteurs :
- Géométrie de l’ensemble source détecteur.
- Énergie du rayonnement incident.
- La nature des matériaux qui constituent le détecteur.

32
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

La réponse spectrale de la chaîne de mesure traduit le fait que :


- Tous les photons gamma émis par la source ne sont pas dans la direction du détecteur, plus
précisément on parle de l’efficacité géométrique qui se caractérise par un angle solide Ω.
- Tous les photons gamma émis dans l’angle solide (la distance entre la source et le détecteur)
n’interagissent pas dans le détecteur puisque certains photons peuvent passer à travers.
- Tous les photons gamma ayant interagit dans le détecteur, n’ont pas forcement cédé toute
leur énergie et rempli le pic d’absorption total correspondant à leur énergie incidente.
L’analyse quantitative du spectre de rayonnement gamma, nécessite la détermination de
l’efficacité de détection.
L’étalonnage en efficacité, réalisé par de nombreuses sources « étalon » adaptées à la
géométrie de mesure de l’échantillon, comporte trois étapes :
A : analyse des spectres des sources étalon, dont les pics correspondent à des radionucléides
d’activités connues. On détermine alors la surface nette de chaque pic, l’activité de chaque
radionucléide au moment de la mesure et le temps de mesure.
B : calcul de l’efficacité de détection comme étant le rapport du nombre de photon gamma
détectés par le nombre de photons gamma émis par l’échantillon durant le temps de mesure.

Eeff = (Sn)/ (A*Pγ*tm)

Sn: surface nette du pic d’énergie donnée (nombre d’impulsions)


A : activité du radionucléide à la date de mesure (en Bq)
Pγ : probabilité d’émission gamma de la raie d’énergie donnée.
tm : temps de mesure (en seconde)

A= A0exp ((-Ln2/T). (t-t0))

A0 : activité de la source à la date de sa fabrication (Bq).


T : période radioactive du radionucléide en jours.
t-t0 : différence, entre la date de fabrication de la source et la date de son utilisation pour
l’étalonnage.
Le traçage de la courbe représentative de l’efficacité en fonction de l’énergie est donné par la
Fig.6.

33
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.6 : Courbe d’efficacité du détecteur Ge HP

34
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Chapitre 4
Mesure de l’activité des échantillons

I. MESURE ET CHOIX DES ECHANTILLONS SUR LE TERRAIN

1. Matériels

Le déplacement sur terrain se fait au moyen d’un laboratoire mobile. Ce laboratoire mobile est
composé de :
• Un Rack 19’’ équipé d’un : Pc avec écran tactile 19’’ rack, avec clavier, imprimante,
onduleur 1,5KVA avec une batterie supplémentaire et possibilité de rechargement via
une prise de tension 220 V.

Fig.7 : Rack 19’’.

• Un système de mesure de dose composé : d’un détecteur de scintillation NaI 3’’ et


d’un analyseur multicanaux Unispec.

Fig.8 : Système de mesure de dose de la radioactivité.

35
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• Système GARMIN-GPS avec logiciel.

• Un groupe électrogène

Fig.9 : Groupe électrogène.

• Radiomètre FH-40 avec sonde télescopique.

Fig.10 : Radiomètre FH-40.

2. Méthode d’échantillonnage

L’échantillonnage ne se fait pas d’une façon aléatoire. En effet la connaissance de la nature


des terrains géologiques et avec l’aide d’outils radiologique, on a pu procéder a un
échantillonnage correcte.
Une fois sur terrain :
- on repère les pistes et les routes où le véhicule peut circuler.
- on met en marche le GPS et le rack 19 ‘’.

36
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

- on fixe une vitesse constante au véhicule et un intervalle de temps constant pour lequel le
Rack et le GPS enregistre des valeurs respectives de la radioactivité et des coordonnées GPS.
- Une fois le tronçon de route ou de piste terminé on repère les lieux où la radioactivité
semblait le plus élevé et grâce aux données géologique (carte géologique) on détermine la
roche qui est susceptible d’induire une valeur élevée de radioactivité.
- Après avoir identifié la roche en question, on procède a une autre mesure mais cette fois ci
grâce au Radiomètre FH-40 : il suffit juste de la mettre en marche, de le rapprocher le plus
prés possible de la roche en question et de lire la valeur directement sur l’écran.
- Enfin on prélève un échantillon (cet échantillon ne doit pas être altéré).

3. Mesures sur le terrain.

• 1er point de mesure : Brèche volcano-sédimentaire.

Fig.11 : Localisation du 1er point de mesure.

37
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.12 : Agrandissement de la Fig.11.

CPS SPEED ALTITUDE


716 (1) 5.00040 93.70000
623(2) 3.70400 90.00000
444 (3) 3.88920 82.50000
390 (4) 5.92640 73.80000
467 (5) 5.55600 66.50000
440 (6) 3.70400 55.60000

Tab.5 : Mesures effectuées par le laboratoire mobile (détecteur NaI) aux alentours du 1er point
(08/04/2009) (Mesures effectuées en Coup par seconde : CPS).

Les mesures effectuées au niveau de la brèche n’ont pas considérablement variées donc on a
pris la valeur 675 CPS (la moyenne). Néanmoins toutes les valeurs figurent dans un tableau
dans la partie annexe1.
On remarque d’après la fig.12 et le Tab.5 que plus on s’éloigne du point de mesure plus les
valeurs sont de moins en moins faibles.
Mesure de dose : 0,5 µ Sev/h

38
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.13 : 1er point de mesure.

• 2ème point de mesure : Rhyolite (piste menant vers Cap Negro)

La Valeur Mesurée à l’aide du laboratoire mobile varie de 683 à 700 CPS avec une moyenne
de 690 CPS.
Toutes les valeurs figurent dans un tableau 11 dans la partie annexe1.
Mesure de dose à l’aide du radiomètre FH40 : 1µ Sev/h.

39
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.14 : localisation du point de mesure sur la carte et la cartographie de la piste menant a Cap
Negro.
CPS SPEED ALTITUDE
1 283 12.59360 52.20000
2 279 9.81560 45.60000
3 257 8.88960 43.00000
4 274 10.74160 41.90000
5 330 11.11200 42.80000
6 333 10.37120 42.70000
7 413 11.29720 43.40000
8 435 12.03800 42.90000
9 257 13.51960 41.30000
10 343 10.37120 52.00000

40
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

11 343 14.07520 44.90000


12 302 14.26040 44.40000
13 366 10.74160 47.60000
14 365 10.18600 49.50000
15 346 10.55640 56.10000
16 287 9.07480 59.80000
17 293 10.74160 64.80000
18 248 10.37120 66.00000
19 253 12.96400 65.70000
20 259 12.59360 65.70000
21 245 10.92680 65.30000
22 231 12.40840 67.20000
23 246 15.74200 65.90000
24 233 12.03800 56.20000
25 227 13.51960 53.90000
26 245 14.63080 57.00000
27 339 13.70480 65.30000
28 333 10.55640 70.30000
29 230 11.85280 76.10000
30 171 10.74160 74.20000
31 173 9.63040 74.60000
32 164 10.18600 73.60000
33 156 10.55640 72.50000
34 154 10.55640 69.70000
35 170 10.18600 70.70000
36 178 2.59280 73.50000
37 165 12.77880 70.80000
38 143 10.00080 70.10000
39 145 3.14840 75.20000

Tab.6 : Mesure effectués le long de la piste de Cap Negro et mesure effectuées au 2nd point.

41
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Nous remarquons à partir du Tab.6 et la Fig.1 que les valeurs les plus élevées sont aux
alentours du 2ème point de mesure.

Fig.15 : 2nd point de mesure.

• 3ème point de mesure : Granodiorite (piste menant à Cap Negro).

Nous n’avons pas pu dans ce cas mesurer correctement la radioactivité à cause de


l’éloignement du lieu de mesure du laboratoire mobile. Néo moins nous avons pu enregistrer
quelques valeurs : 245 CPS (moyenne).
Toutes les valeurs figurent dans le tableau12 de l’annexe1.
Mesure de dose : 0.3 µ Sev/h

42
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.16 : Localisation du 3ème point de mesure.

Fig.17 : 3ème point de mesure.

43
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• 4ème point de mesure : Brèche volcano-sédimentaire

Les Valeurs mesurées varient de 1020 à 1080 avec une moyenne de 1058 CPS.
Toutes les valeurs figurent dans un tableau13 dans l’annexe1.
Mesure de dose : 3µ Sev/h

Fig.18 : Localisation du 4ème point de mesure.

Fig.19 : 4ème point de mesure.

44
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

II. PREPARATION DES ECHANTILLONS

Les échantillons prélevés sur terrain sont les suivants :


• Rhyolite (code 0900029).
• Granodiorite (code0900037).
• Minerai de fer de Tamera (code 0900025).
• Minerai de fer de Boukhchiba (code 0900024).
• Minerai de fer de Dhouhria (code0900028).
• Brèche volcano-sédimentaire (1er point de mesure), (code 0900026).
• Brèche volcano-sédimentaire (4ème point de mesure), (code 0900035).

1. Concassage des matériaux :

C’est un broyage initial qui a pour but de fragmenter les échantillons, il englobe tout les
échantillons sauf le sable et le ciment puisqu’ils ont déjà une granulométrie fine.

2. Broyage des matériaux avec broyeur électrique :

Ce broyage rend les échantillons encore plus fins (poudre). Cette étape doit être d’une
attention particulière. En fait, on doit nettoyer le broyeur après chaque échantillon pour ne pas
contaminer les échantillons suivants.

3. Mise d’échantillons dans la géométrie :

A ce stade, on à des matériaux en poudre qui ne possèdent pas une forme géométrique définie,
c’est pour cela qu’on doit les mettre dans des boites de 100 cm3 jusqu'à une hauteur de 4.1
cm.
Ces valeurs ne sont pas un simple choix mais elles sont imposées par la géométrie avec
laquelle on a effectué l’étalonnage en efficacité de notre détecteur.

45
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.20 : Boite 100 cm3

4. Pesée des échantillons :

Avant de remplir la boite, on doit déterminer sa masse. Cette dernière va être enregistrée
automatiquement dans la machine à peser. Après avoir rempli la boite avec l’échantillon, la
mesure de la masse est effectué en calculant la différence entre la masse totale et la masse de
la boite vide déjà mémorisée. Cette étape est aussi automatisée.

5. Hermetisation des boites :

Une fois la pesée est terminée on colle sur la boite une étiquette contenant les informations
nécessaires à l’identification de l’échantillon. Ensuite on ferme bien la boite.
Cette étape est nécessaire à l’établissement d’un équilibre radioactif qui a pour condition la
présence de tous les éléments dans le milieu. C’est la présence éventuelle de gaz radioactif
(radon) dans les boites qui représente le plus grand souci à cet égard.
Une vingtaine de jours permet à l’équilibre de s’établir d’environ 90%, après cette période on
peut commencer à mesurer l’activité des échantillons.

46
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

III. MESURE DE L’ACTIVITE DES ECHANTILLONS AU


LABORATOIRE

Cette étape fait appel à la chaîne de mesure de spectrométrie gamma et elle réside dans
l’acquisition, le dépouillement, l’analyse et le calcul de l’activité.

1. Acquisition

On place l’échantillon sur le détecteur de la manière suivante : On ouvre l’enceinte de plomb


qui entoure le détecteur (GEM 80P) et on le place sur ce dernier tout à fait au milieu.
Ensuite on introduit au programme (gamma vision), les paramètres de l’échantillon tel que
son poids, la date d’hermetisation…, on se fixe le temps d’acquisition qui dure 100000
secondes dans notre cas, et finalement après avoir fermé l’enceinte on donne l’instruction du
début de mesure au programme qui pilote le spectromètre Gamma.

2. Dépouillement

Une fois le temps s’est écoulé le spectre se trouve enregistré dans le spectromètre, on peut
alors l’enregistrer sur ordinateur et effectuer son analyse.

3. Analyse

Le spectre est formé d’une succession de pics et il les affiche dans deux fenêtres. Une petite
fenêtre qui englobe tout le spectre des plus basses énergies vers les plus hautes. La deuxième
fenêtre sert d’agrandir la zone qui suscite l’intérêt de celui qui fait l’analyse.

47
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.21 : Fenêtre représentant un spectre

La connaissance de l’énergie du pic sert à minimiser les efforts, autrement si on connaît qu’un
élément émet un rayonnement gamma à une énergie bien connue, et il est alors inutile de
balayer tout le spectre, on va directement au pic voulu (Les énergies des radionucléides
figurent dans un tableau dans la partie annexe3).
Si le pic est présent et on veut l’analyser, on met le curseur sur ce dernier ensuite on marque
la ROI (region of interest). Cette étape est importante car plus le choix est bon plus les valeurs
obtenues sont fiables. Jusqu’à ce stade on n’a pas des valeurs d’activités ce qu’on mesure
c’est la surface du pic répartie en deux surfaces.
Une surface de pic total y compris le bruit de fond (background) et appelée Gross area, et une
surface nette du pic c'est-à-dire induite par la présence d’un élément radioactif dans
l’échantillon ; appelée Net area.
Les deux valeurs de surfaces sont ensuite introduites dans une feuille Excel contenant déjà les
données et les formules nécessaires pour le calcul de l’activité.
Une fois ceci est fait on obtient les informations suivantes : Les énergies, le radionucléide
émetteur gamma à cette même énergie, l’activité de l’élément et l’erreur en %.
La figure22 montre un pic qui est déjà sélectionné, le Net Area est indiqué en rose, tant dis
que le Gross Area est en rouge. A signaler que le rose est superposé au rouge.

48
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.22 : Un pic sélectionné.

4. Calcul de l’activité

Le calcul de l’activité repose sur des formules et des équations qui sont introduites dans une
feuille Excel, avec les valeurs des pics ; on a directement l’activité.
L’activité de l’échantillon en (Bq/kg) est calculée ainsi [8]:

Avec :
N : comptage net du pic
T : temps de mesure en secondes
m : masse de l’échantillon en gramme
Pγ(E) : Probabilité d’émission d’un photon gamma à l’énergie E

ε(E) : Efficacité de détection

- Quantification du Ra226

Elle représente un cas difficile dans la spectrométrie gamma à cause du seul pic du 226Ra

correspondant à 186.2 keV et l’existence simultanée du pic de 235U à la même énergie.

49
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

235
La situation est aggravée par le fait que U est difficile à mesurer correctement faute de sa
faible activité.
226
Normalement, l’activité du Ra peut être obtenue à partir du pic à 186 keV après
soustraction de l’activité de 235U mesurée à 144 keV.
En appliquant les lois de décroissance radioactive et les constantes physiques pour l’uranium
on trouve [8] :

Malgré que cette procédure représente la manière adéquate pour mesurer l’activité du 226Ra,

l’erreur de calcul est très élevée à cause du faible comptage du pic 235U centré autour de 144
keV.
226
La deuxième méthode qu’on utilise pour mesurer l’activité du Ra c’est de supposer que le
214 214
radium est en équilibre avec ses descendants en particulier Pb et Bi. Dans ce cas
l’activité du 226Ra est donnée par [8] :

- Quantification de l’uranium 238

238
Vue que U n’a pas d’émissions gamma mesurables, on peut utiliser un de ses descendants
pour déduire son activité [8] :

235
Si l’activité U est connue, on peut supposer que l’uranium a une abondance isotopique
naturelle et on peut dégager la relation [8]:

50
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

V. RESULTATS

Tous les spectres sont réunis dans l’annexe2.

Les résultats d’analyse sont représentés dans les tableaux7.

Les éléments de la famille U238 : 238U, 226Ra, 214Pb et 214Bi.


L’uranium est un élément métallique radioactif appartenant à la famille des actinides. Il est
soluble dans les acides chlorhydrique et nitrique, et insoluble dans les alcalis.
Les radionucléides cités ci-dessus ne représentent pas la totalité de la famille uranium238.

238 ERR% 214 ERR% 214 ERR% 226 ERR%


Echantillons U Pb Bi Ra

0900024 0,0000 0,0000 21,837 1,4418 20,842 1,5478 21,34 1.49


(Fer)

0900025 13,105 15,226 21,978 1,5279 17,998 1,9084 19.988 3,5549


(Fer)

0900026 608,37 4,5224 557,41 0,3006 502,04 0,3440 529,73 0,850


(Brèche)

0900028 0,0000 0,0000 33,291 1,3910 30,927 1,5581 32,109 2,9461


(Fer)

0900029 0,0000 0,0000 94,139 0,8622 85,775 0,9760 89,957 1,8338


(Rhyolite)

0900035 2707,2 1,7942 1615,9 0,1770 1654,1 0,1726 1635,0 0,3682


(Brèche)

0900037 16,954 20,438 40,074 1,2973 34,483 1,5571 37,279 2,8544


(Granodiorite
)

Tab.7 : Résultats d’analyse de l’activité des radionucléides de la famille 238U.

51
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Les éléments de la famille Th232 sont : 232Th, 228Ac et 212Pb.

Le thorium appartient à la série des actinides. Il présente 13 radio-isotopes dont le principal


est la 232Th radioélément primordial, émetteur de rayonnements alpha. Il donne naissance à de
nombreux produits de filiation dont 228Ac, émetteur de rayonnement gamma et bêta
Dans les sols, le thorium est fortement lié aux argiles, aux oxy-hydroxydes de fer et à la
matière organique. Ainsi, et du fait de sa très faible solubilité, la mobilité de cet élément est
conditionnée à l’existence de colloïdes organo-minéraux complexant.

232 ERR% 228 ERR% 212 ERR%


Echantillons Th Ac Pb

0900024 6,45865 4,96319 6,98141 4,2908 5,93589 2,49444


0
(Fer)
0900025 11,50385 3,82117 13,50670 3,4441 9,50099 1,65502
6
(Fer)
0900026 14,11627 5,86020 16,31854 4,8792 11,91400 3,24575
4
(Brèche)
0900028 15,00050 7,89467 13,95412 7,5192 16,04688 1,87985
9
(Fer)
0900029 54,64301 2,39917 61,54158 2,0350 47,74443 1,27062
8
(Rhyolite)
0900035 13,31439 8,89085 19,97587 5,6505 6,65291 6,86432
1
(Brèche)
0900037 49,9976 2,17456 54,8785 1,8777 45,11675 1,09668
6
(Granodiorite

Tab.8 : Résultats d’analyse de l’activité des radionucléides de la famille 232Th.

52
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Le radioélément primordial ; isotope du potassium : 40K


Le 40K appartient au groupe des métaux alcalins, il est largement dispersé dans l’ensemble des
sphères environnementales, notamment dans l’hydrosphère, en raison de sa sensibilité à
l’altération par les agents météorologiques.

40 ERR%
Echantillo K
ns
0900024 49,27892 2,63712

0900025 83,01997 2,26822

0900026 1352,3140 0,56918

0900028 87,10641 2,52265

0900029 1115,2174 0,67608

0900035 922,26398 0,77929

0900037 1077,8818 0,63204

Tab.9 : Résultats d’analyse de l’activité du radioélément primordial 40K

53
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Représentation des résultats sous formes de diagramme

• 0900024

0900024

40K
212Pb
Radionucléide

228Ac
232Th
226Ra
214Bi
214Pb
238 U
0 10 20 30 40 50
Acitivité (Bq/Kg)

Fig.23 : Activité du minerai de fer de la mine de Bou khchiba.

A partir de du graphique, nous remarquons des valeurs d’activité faible de tous les
radionucléides. En effet d’après les normes de la directive EURATOM (ci-joint dans
l’annexe4) aucun de ces radionucléides ne présentent de valeurs élevée ou hors normes.
Les radionucléides de la famille du 238U sont de l’ordre de 20 (Bq/Kg) (sauf pour 238U qui a
une activité nulle).
Le 40K présente la valeur la plus élevée 49,2 (Bq/Kg).

54
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• 0900025

0900025

40K
212Pb
Radionucléide

228Ac
232Th
226Ra
214Bi
214Pb
238 U
0 20 40 60 80 100
Acitivité (Bq/Kg)

Fig.24 : Activité du minerai de fer de la mine de Tamera.

Le fer de la mine de Tamera présente une légère augmentation de l’activité des radionucléides
par rapport à celui de la mine de Bou Khchiba.
Le 40K présente la valeur la plus élevée 82 (Bq/Kg).
L’activité des autres radionucléides de la famille du 232Th et du 238U ne dépasse pas les 20
(Bq/Kg).

55
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• 0900026

0900026

40K
212Pb
Radionucléide

228Ac
232Th
226Ra
214Bi
214Pb
238 U
0 500 1000 1500
Acitivité (Bq/Kg)

Fig.25 : Activité de la brèche volcano-sédimentaire (1er point de mesure).

La brèche volcano-sédimentaire présente des valeurs très élevées des radionucléides de la


famille de 238U :
238
 U : 608,37 (Bq/Kg).
214
 Pb : 557,41 (Bq/Kg).
214
 Bi : 502,04 (Bq/Kg).
226
 Ra : 529,73 (Bq/Kg).
Mais aussi le 40K présente une valeur très élevée de l’ordre de 1352,31.
Les radionucléides de la famille du 232Th sont presque inertes par rapport aux autres
radionucléides.
Notons que ces valeurs sont très élevées par rapport à l’activité des autres échantillons mais
néo moins ils restent dans les normes.

56
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• 0900028

0900028

40K
212Pb
Radionucléide

228Ac
232Th
226Ra
214Bi
214Pb
238 U
0 20 40 60 80 100
Acitivité (Bq/Kg)

Fig.26 : Activité du minerai de fer de la mine de Dhouhria.

Les activités des radionucléides du minerai de fer de la mine de Dhouhria sont presque
similaires à ceux des minerais de fer de la mine de Bou khchiba et de la mine de Tamera.
Le 40K présente toujours la valeur la plus élevée 80 (Bq/Kg).

57
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• 0900029

0900029

40K
212Pb
Radionucléide

228Ac
232Th
226Ra
214Bi
214Pb
238 U
0 200 400 600 800 1000 1200
Acitivité (Bq/Kg)

Fig.27 : Activité de la Rhyolite.

On remarque dans ce diagramme que l’activité du 40K est très élevée : 1115,21 (Bq/Kg) ainsi
que des valeurs relativement élevées par rapport aux autres échantillons des radionucléides de
232 212
la famille 232Th : 54,64 (Bq/Kg) pour le Th, 47,74 (Bq/Kg) pour le Pb et enfin 61,54
(Bq/Kg) pour le 228Ac par rapport aux autres échantillons.
Les radionucléides de la famille du 238U présente des valeurs basses par rapport à la brèche.

58
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• 0900035

0900035

40K
212Pb
Radionucléide

228Ac
232Th
226Ra
214Bi
214Pb
238 U
0 500 1000 1500 2000 2500 3000
Acitivité (Bq/Kg)

Fig.28 : Activité de la brèche volcano-sédimentaire au niveau du 4ème point de mesure.

Les valeurs de l’activité des radionucléides trouvés ici sont supérieures à ceux trouvées dans
la brèche au 1er point de mesure.
238
Par comparaison l’activité de U est Supérieure à 2600 (Bq/Kg) dans cette brèche alors
qu’elle ne dépasse pas les 700 (Bq/Kg) dans la première brèche.
Seulement l’activité du 40K diminue elle passe de 1352,31 (Bq/Kg) dans la première brèche à
1077,88 (Bq/Kg) dans la deuxième.

59
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

• 0900037

0900037

40K
212Pb
Radionucléide

228Ac
232Th
226Ra
214Bi
214Pb
238 U
0 200 400 600 800 1000 1200
Acitivité (Bq/Kg)

Fig.29 : Activité de la granodiorite.

La granodiorite présente des valeurs d’activité semblable a ceux de la Rhyolite : Une valeur
40
très élevée de l’activité du K supérieur à 1100 (Bq/Kg), et des valeurs relativement basses
de des radionucléides de la famille du 232Th et du 238U.

NB : Les spectres de chaque échantillon se trouvent dans la partie annexe.

60
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

VI. Interprétation des résultats

Les résultats obtenus montrent bien des variations comme des similitudes de l’activité des
échantillons analysés.
En effet certaines roches telles que la brèche volcano-sédimentaire, la rhyolite et la
granodiorite présentent des valeurs d’activité élevées, par rapport aux différents echantillons.
En plus les résultats du laboratoire sont confirmés par ceux du terrain : La radioactivité aux
alentours de ces roches varie de 0.5µSev/h à 3µSev/h (qui sont des valeurs relativement
élevées par rapport a la normale).

• En ce qui concerne la brèche de ceinture, elle présente les valeurs les plus élevées que
ce soit au laboratoire ou sur le terrain. Mais ces valeurs varient d’un emplacement à un autre
de la brèche : L’activité des radionucléides est moins élevée au niveau du 1er point de mesure
par rapport au 4ème point de mesure.
En effet ces variations de valeurs peuvent très bien être explique par le fait que la brèche ne
présente pas la même composition lithologique d’un lieu a un autre (elle renferme des argiles
et des marnes à l’Est de l’oued Belif, et elle devient gréseuse dans la partie ouest de l’oued
Belif).
Cependant ces valeurs élevées peuvent probablement* être expliqué par l’origine volcanique
de la brèche (* : car l’origine de la brèche reste encore énigmatique).

• Pour la Granodiorite et la Rhyolite, qui présentent des valeurs semblables d’activité


(une valeur élevée du 40K et des valeurs basses pour tous les autres radionucléides), cela peut
être expliqué par le fait que ces deux roches présentent des similitudes dans leur composition :
Quartz, feldspaths, orthose, plagioclases, biotite et amphibole pour la Granodiorite, et quartz,
feldspaths, biotite et amphibole pour la Rhyolite.
Néo moins la valeur élevée de l’activité du 40K peut être expliqué par le fait que ces roches
ont une origine magmatique.

• Enfin les echantillons de minerai de fer de la mine de Tamera, Bou Khchiba et


Dhouhria ne présentent pas d’activité élevées.
En effet le Th qui normalement est lié aux hydroxydes de fer ne présente pas de valeurs qui
nécessitent d’être mentionnées.

61
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Conclusion
La structure de l’Oued Belif est une région qui présente une diversité géologique unique en
Tunisie : Des roches volcaniques, des minerais de fer, le Trias…etc.
Dans notre travail les échantillons analysés regroupent des minerais de fer, des roches
volcaniques, et une brèche de ceinture. Les valeurs plus ou moins élevées qu’on a trouvées
concernent la brèche, la granodiorite et la rhyolite. Ceci est dû à l’origine de ces roches et à
leur genèse.
Néanmoins les valeurs trouvées sont dans les normes, excepté l’activité du 238U au niveau de
la brèche (4ème point de mesure), 2707 (Bq/Kg), qui parait très élevée par rapport aux normes
de la directive EURATOM :

U238: 1000 (Bq/kg).


Th232: 1000 (Bq/kg).
K40: 100000 (Bq/kg).
Ra226: 10000 (Bq/kg).
Ac228: 10000 (Bq/kg).
Pb212: 10000 (Bq/kg).

Malgré que les résultats trouvés sont presque tous inferieurs aux normes, ils restent cependant
élevés par rapport aux valeurs normales et encourageants pour continuer l’étude de la
radioactivité naturelle à Oued Belif dans un premier lieu, et dans d’autres localités en Tunisie
présentant des particularités géologique singulières en 2ème lieu :

• Les zones de métamorphisme de l’Ichkeul et de l’Hairech.


• Les brèches de contact Trias/Crétacé minéralisées en Pb-Zn-SR.
• Les gisements de Fluorine de la région de Zaghouan.
• Les gisements de phosphates.
• Les sources thermales…. Etc.

Ces travaux permettent de dresser une base de donnée et d’établir des cartes radiométrique et
un GIS pour la Tunisie.

62
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Références bibliographiques

[1] Sophie Decrée (2007). Thèse présentée en vue d’obtention du titre de Docteur en
Sciences. Caractérisation géochimique et isotopique dans un système d’altération complexe,
du protolithe magmatique à la minéralisation fer-plomb-zinc : le cas de la mine de Tamera.

[2] M.Abdelhedi, D. Kissling, H.Kouki, Projet Uranium : Sondages OB/81 – Emanométrie et


étude géochimique de ka brèche périphérique d’Oued Belif – Nefza, Office National Des
Mines (1982).

[3] A. Kaddachi (1999). Mémoire en vue d’obtention du Diplôme d’Etudes Supérieures


spécialisées en sciences et techniques nucléaires. Transfert de la réponse en efficacité des
détecteurs germanium d’une source ponctuelle à une géométrie plus complexe. Faculté des
Sciences de Monastir.

[4] www.la radioactivité.com (2009).

[5]www.physics.isu.edu/radinf/natural.htm (2009).

[6] Halloul, N., 1989. Géologie, pétrologie et géochimie du bi magmatisme néogène de la


Tunisie septentrionale (Nefza et Mogod). Implications pétro génétiques et interprétation
géodynamique. Thèse de spécialité, Université Baise Pascal, Clermont Ferrand.

[7] Encarta (2009).

[8] N. Reguigui, H.Sfar Felfoul, M. Ben Ouezdou, P. Clastres (2005) Radionuclide levels and
temporal variation in phosphogypsum. Journal of Radioanalytical and Nuclear Chemistry, vol.
264, No. 3 (2005) 719-722.

63
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Annexe1

ID CPS SPEED ALTITUDE


1 1045.46826 0.00000 89.80000
2 1041.91357 0.00000 79.70000
3 1063.69568 0.00000 91.20000
4 1046.22144 0.00000 83.50000
5 1060.43713 0.00000 90.40000
6 1057.93176 0.00000 92.70000
7 1058.11145 0.00000 103.10000
8 1047.87854 0.00000 113.20000
9 1052.33435 0.00000 104.10000
10 1062.54712 0.00000 91.00000
11 1068.63391 0.00000 87.40000
12 1060.52234 0.00000 81.80000
13 1058.51758 0.00000 81.00000
14 1068.52405 0.00000 78.40000
15 1058.17224 0.00000 79.20000
16 1059.45264 0.00000 73.70000
17 1059.62842 0.00000 76.90000
18 1057.63440 0.00000 77.00000
19 1058.82495 0.00000 91.30000
20 1051.68176 0.00000 88.70000
21 1053.21448 0.00000 85.90000
Tab.10 : Mesure de la radioactivité en CPS au 4ème point de mesure (27/04/09).

64
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

ID CPS SPEED ALTITUDE


1 362.40921 0.00000 51.90000
2 360.63644 0.00000 52.00000
3 360.18033 0.00000 52.60000
4 364.97995 0.00000 50.80000
5 368.62009 0.00000 49.00000
6 360.33057 0.00000 53.00000
7 359.90485 0.00000 49.20000
8 358.66132 0.00000 53.80000
9 363.29907 0.00000 48.90000
10 362.30905 0.00000 49.40000
11 362.38095 0.00000 53.50000
12 362.49060 0.00000 57.90000
13 357.90527 0.00000 56.60000
14 361.77356 0.00000 48.90000
15 361.38812 0.00000 48.40000
16 364.17648 0.00000 44.50000
17 360.99698 0.00000 47.70000
18 361.91431 0.00000 49.80000
19 366.38275 0.00000 47.40000
20 362.88220 0.00000 50.40000

Tab.11 : Mesure de la radioactivité en CPS au 2ème point de mesure (27/04/2009).

65
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

CPS Speed Altitude


684.26599 0.00000 102.60000
687.16150 0.00000 100.10000
681.66083 0.00000 100.80000
687.55646 0.00000 103.00000
690.14294 0.00000 104.70000
687.15179 0.00000 102.90000
694.90845 0.00000 103.50000
690.64929 0.00000 104.10000
692.42535 0.00000 102.80000
684.35309 0.00000 101.20000
681.90021 0.00000 100.70000
684.12341 0.00000 100.40000
696.91498 0.00000 101.00000
687.96387 0.00000 101.00000
683.24976 0.00000 102.50000
689.03937 0.00000 102.20000
692.94678 0.00000 102.30000
690.31610 0.00000 103.50000
692.04913 0.00000 103.60000
674.21619 0.00000 102.40000
634.45337 0.00000 106.70000

Tab.12 : Mesures effectuées au niveau du 1er point (08/04/09).

66
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

ID CPS SPEED DIRECTION


1 244.50012 0.00000 158.00000
2 247.28410 0.00000 158.00000
3 244.04106 0.00000 158.00000

Tab.13 : Mesures effectuées au niveau du 3ème point de mesure (27/04/2009)

67
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Annexe2

Fig.30 : Spectre du fer de la mine de la mine de Boukhchiba.

68
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.31 : Spectre du fer de la mine de Tamera.

69
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.32 : Spectre de la Granodiorite.

70
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.33 : Spectre du fer de la mine de Dhouhria.

71
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.34 : Spectre de la Rhyolite.

72
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Fig.35 : Spectre de la brèche volcano-sédimentaire.

73
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Annexe 3

E keV Nucléide E KeV Nucléide


46,54 Pb-210 477,595 Be-7
63,29 Th-234 549,76 Rn-220
67,67 Th-230 569,7 Po-211
143,76 U-235 583,19 Tl-208
163,36 U-235 609,311 Bi-214
185,71 U-235* 661,657 Cs-137
186,21 Ra-226* 727,33 Bi-212
205,31 U-235 832,01 Pb-211
209,25 Ac-228 860,56 Tl-208
215,98 Th-228 911,2 Ac-228
235,97 Th-227 968,97 Ac-228
238,63 Pb-212 1001,03 Pa-234m
240,99 Ra-224 1120,29 Bi-214
242 Pb-214 1460,83 K-40
269,46 Ra-223 1588,2 Ac-228
283,69 Pa-231 1620,5 Bi-212
295,22 Pb-214 1764,49 Bi-214
232,87 Ra-223 351,93 Pb-214
351,06 Bi-211 401,81 Rn-219
427,09 Pb-211 404,85 Pb-211

Tab.14 : Energie des différents radionucléides.

74
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

Annexe 4

75
Projet de fin d’étude FST/CNSTN

76