Vous êtes sur la page 1sur 269

Tayeb SERRADJ

Professeur  des universités
Doyen Honoraire

Consultant:  Génie minier
Économie minière
Management  de l’environnement

Les carrières et l'environnement                                                      
1
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2. INCIDENCES DES CARRIERES           
SUR L’ENVIRONNEMENT
SUR L’ENVIRONNEMENT              
ET MOYENS D’YY REMEDIER
ET MOYENS D REMEDIER

Les carrières et l'environnement                                                      
2
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Du début des prospections minérales à 
D déb t d ti i é l à
la période d’après‐clôture
la période d après clôture de la carrière, 
de la carrière,
on distingue différentes phases dans un 
projet minier. Ce qui suit représente les 
phases typiques d’un
phases typiques d un projet minier.
projet minier
Chaque phase d’exploitation minière est 
associée à différents groupes d’impacts 
environnementaux.
i t

Les carrières et l'environnement                                                      
3
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
On rappellera successivement,                    
On rappellera successivement
ci‐après, les diverses phases d’une 
exploitation de carrière (avant, 
pendant, après) et la prise en compte 
d t è ) tl i t
des effets sur l’environnement
des effets sur l environnement 
pendant ces différents stades.

Les carrières et l'environnement                                                      
4
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Prospection
Un projet minier peut commencer 
seulement quand on connaît l’extension et 
la valeur du dépôt de minerai Les
la valeur du dépôt  de minerai. Les 
informations sur la localisation et la valeur 
du dépôt de minerai s’obtiennent durant
la phase de prospection. Cette phase
la phase de prospection. Cette phase 
comprend les enquêtes, les études de 
t
terrain, les essais de sondage et d’autres 
i l i d d t d’ t
excavations exploratoires.
p
Les carrières et l'environnement                                                      
5
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La phase de prospection peut entraîner le 
nettoyage de vastes aires de végétation 
d d é é
(typiquement en lignes) pour faciliter la 
circulation de véhicules lourds transportant les 
installations de forages.
installations de forages.
Plusieurs pays requièrent une Etude d’Impacts
Environnementaux (EIE) séparée dès la phase
Environnementaux (EIE) séparée dès la phase
exploratoire d’un projet minier parce que les
i
impacts de cette phase peuvent être profonds et
d h ê f d
parce que les prochaines phases du projet minier
peuvent ne pas s’ensuivre si l’exploration n’arrive
pas à t ou e des qua t tés su sa tes de dépôts
pas à trouver des quantités suffisantes de dépôts
de minerai de bonne qualité.
Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
6
Développement
si la phase d’exploration prouve 
l’existence d’un dépôt de minerai assez 
important et d’une
important et d une teneur suffisante, le 
teneur suffisante le
promoteur de projet peut alors 
commencer de planifier le 
dé l
développement d’une mine.
t d’ i
Cette phase du projet minier comprend
Cette phase du projet minier comprend 
plusieurs composantes distinctes.
Les carrières et l'environnement                                                      
7
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Construction de routes d’accès
La construction de routes d’accès, soit pour
amener les équipements lourds et les 
l é i t l d tl
approvisionnements au site minier ou bien 
pour expédier les métaux et minerais 
traités peut engendrer des impacts
traités, peut engendrer des impacts 
environnementaux substantiels 
spécialement si les routes d’accès sont 
construites à travers des zones
construites à travers des zones 
écologiquement sensibles ou près de 
communautés précédemment isolées.
Les carrières et l'environnement                                                      
8
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Si une proposition de projet minier 
comprend la construction de routes d’accès
comprend la construction de routes d accès 
quelconque, alors il faut inclure dans l’EIE du 
projet une évaluation complète des impacts 
environnementaux et sociaux de ces routes
environnementaux et sociaux de ces routes.

Les carrières et l'environnement                                                      
9
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
10
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Préparation et déblaiement du site
P é i débl i d i
si le site d’une
si le site d une mine se situe dans une 
mine se situe dans une
zone sous‐développée et difficile 
d’accès, le promoteur du projet peut 
avoir besoin de commencer le
avoir besoin de commencer le 
déblaiement des terrains pour la 
p
construction des zones de campement 
pour héberger le personnel et stocker 
héb l l t t k
les équipements.
les équipements.
Les carrières et l'environnement                                                      
11
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Même avant de procéder à une quelconque 
p q q
opération de minage de terrains, les 
activités associées à la préparation et au 
ti ité ié à l é ti t
déblaiement du site peuvent avoir des 
impacts environnementaux significatifs, 
surtout si elles se trouvent dans le voisinage
surtout si elles se trouvent dans le voisinage 
des zones écologiquement sensibles. L’EIE 
doit évaluer séparément les impacts 
associés à la préparation et au déblaiement
associés à la préparation et au déblaiement 
du site.
Les carrières et l'environnement                                                      
12
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Exploitation minière active
dès qu’une
dès qu une compagnie minière a construit des 
compagnie minière a construit des
routes d’accès et préparé les zones de 
campement pour héberger le personnel et stocker
campement pour héberger le personnel et stocker 
les équipements, les travaux miniers peuvent 
commencer.
Tous les types de travaux miniers partagent un 
aspect commun: l’extraction et la concentration 
(ou enrichissement) d’un
(ou enrichissement) d un métal en provenance du 
métal en provenance du
sol. Les projets miniers proposés diffèrent 
considérablement par les méthodes proposées
considérablement par les méthodes proposées 
pour l’extraction et la concentration du minerai 
métallique.
é
Les carrières et l'environnement                                                      
13
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Dans presque chaque cas, les minerais sont 
Dans presque chaque cas, les minerais sont
emprisonnés sous une couche de sol ou de 
roche ordinaire (appelée ‘morts terrains’ ou 
h di i ( lé ‘ t t i ’
‘débris de roche’) qui doivent être déplacés 
)q p
ou excavés pour permettre l’accès au dépôt 
de minerai
de minerai.
La première façon dont les projets miniers 
proposés diffèrent entre eux est la méthode 
proposée pour déplacer ou excaver les
proposée pour déplacer ou excaver les 
morts terrains. 
Les carrières et l'environnement                                                      
14
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
EExploitation à ciel ouvert
l it ti à i l t
LL’exploitation
exploitation à ciel ouvert est un type
à ciel ouvert est un type
d’exploitation dans laquelle le gisement 
s’étend dans le sous sol nécessitant 
ll’enlèvement
enlèvement de couches superposées 
de couches superposées
de morts terrains et de minerai.

Les carrières et l'environnement                                                      
15
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Dans plusieurs cas, l’exploitation des arbres, 
D l i l’ l it ti d b
la coupe rase ou le brûlage de la végétation 
p g g
surplombant le dépôt de minerai peuvent 
précéder l’enlèvement
précéder l enlèvement des morts terrains. 
des morts terrains
L’utilisation de la machinerie lourde 
généralement des bouteurs/bulldozers et 
camions‐bennes est le moyen le plus
camions‐bennes, est le moyen le plus 
commun pour enlever les morts terrains.

Les carrières et l'environnement                                                      
16
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’exploitation à ciel ouvert fait souvent 
i
intervenir le déplacement de la 
i l dé l d l
végétation native des zones
végétation native des zones,
et se trouve donc parmi les types 
d’exploitation minière les plus 
destructives du point de vue
destructives du point de vue 
environnemental, spécialement dans 
, p
les forêts.
Les carrières et l'environnement                                                      
17
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Etant donné que la méthode d’exploitation 
à ciel ouvert est utilisée pour des minerais
à ciel ouvert est utilisée pour des minerais 
se trouvant à une certaine profondeur, elle 
fait couramment intervenir la création 
d’une
d une fosse qui s
fosse qui s’étend
étend en dessous du 
en dessous du
niveau de la nappe phréatique.                      
Dans ce cas, l’eau de fond doit être pompée 
pour permettre les travaux miniers
pour permettre les travaux miniers. 
D’ordinaire, un lac de fosse se forme à un 
certain moment de la durée après la 
i d l d é è l
fermeture de la mine et l’arrêt du pompage 
p p g
de l’eau de fond. Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
18
Evacuation des morts terrains et                              
des déchets de roche
p q q p j
dans presque chaque projet, les minerais 
métalliques sont enfouis sous une couche de sol
ordinaire ou de roches (appelée ‘morts
ordinaire ou de roches (appelée  morts terrains
terrains’
ou ‘déchets de roche’) qui doit être déplacée
ou creusée pour permettre l’accès
ou creusée pour permettre l accès au dépôt de
au dépôt de
minerai métallique. Pour la plupart des projets
miniers, la quantité de morts terrains générée par
l’exploitation minière est énorme. Le rapport 
entre la quantité de morts terrains à la quantité 
de minerais est appelé ‘taux
de minerais est appelé  taux de découverte
de découverte’..
Les carrières et l'environnement                                                      
19
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Extraction de la matière utile
Après qu’une
Après qu une compagnie minière a déplacé les 
compagnie minière a déplacé les
morts terrains, l’extraction du minerai commence 
à l’aide
à l aide d
d’équipements
équipements lourds et d
lourds et d’une
une machinerie 
machinerie
spécialisés, tels que les chargeurs et les camions, 
qui transportent le minerai vers les installations 
i l i i l i ll i
de traitement à travers des routes de transport 
des matériaux.
Cette activité crée un groupe particulier d’impacts
Cette activité crée un groupe particulier d impacts 
environnementaux, tels que les émissions de 
poussière fugitive des routes de transport des
poussière fugitive des routes de transport des 
matériaux qu’une EIE pour un projet minier 
proposé devrait évaluer séparément.
éd i é l é é
Les carrières et l'environnement                                                      
20
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Traitement
Les roches massives et meubles 
produisent aussi de grandes quantités 
de déchets Par conséquent l’étape
de déchets. Par conséquent, l étape 
suivante dans l’exploitation minière est 
p
le concassage, criblage, lavage, 
stockage. 
t k

Les carrières et l'environnement                                                      
21
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le concassage/criblage/lavage sont des 
é
étapes coûteuses du traitement et produit 
û d d
comme résultat de fines particules. 
p
Toutefois, ce traitement permet également 
un dégagement plus complet des 
dé t l l td
contaminants lorsque ces particules 
q p
deviennent des résidus. Les résidus sont ce 
qui reste après le traitement Les déchets
qui reste après le traitement. Les déchets
provenant de ces processus incluent des 
décharges de déchets rocheux, des résidus, 
des matériaux de lavage
des matériaux de lavage
Les carrières et l'environnement                                                      
22
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Evacuation des déchets
Evacuation des déchets
Le processus de traitement génère
p g
des déchets après concassage et 
lavage qu’il faut évacuer dans des 
terrils .
terrils

Les carrières et l'environnement                                                      
23
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Réhabilitation et fermeture de site minier
Réhabilitation et fermeture de site minier
Lorsque l’exploitation minière active cesse, les
installations minières et le site sont réhabilités et
installations minières et le site sont réhabilités et
fermés. L’objectif du plan de réhabilitation et de
fermeture d’un
fermeture d un site minier doit toujours viser à
site minier doit toujours viser à
retourner le site à une condition qui ressemble le
plus possible à la condition d’avant
plus possible à la condition d avant exploitation.
exploitation
Les mines qui sont célèbres pour leurs immenses
impacts sur l’environnement
impacts sur l environnement ont le plus souvent
ont le plus souvent
produit ces impacts uniquement durant la phase
de fermeture lorsque les opérations minières
de fermeture, lorsque les opérations minières
avaient cessé.

Les carrières et l'environnement                                                      
24
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Ces impacts peuvent persister pendant 
d dé
des décennies et même des siècles. Par
i ê d iè l P
conséquent l’EIE
conséquent, l EIE pour chaque projet 
pour chaque projet
minier proposé doit inclure une 
discussion détaillée du plan de 
réhabilitation et de fermeture offert
réhabilitation et de fermeture, offert 
p
par le promoteur du projet 
p p j
d’exploitation minière.
Les carrières et l'environnement                                                      
25
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les Plans de réhabilitation et de fermeture des
Les Plans de réhabilitation et de fermeture des
mines doivent décrire avec suffisamment de détails
comment la compagnie minière restaurera le site
comment la compagnie minière restaurera le site 
d’une manière qui ressemble le plus possible
à la condition environnementale d’avant
à la condition environnementale d avant exploitation;
exploitation;
comment elle empêchera ‐ à perpétuité ‐ la
libération des contaminants toxiques provenant de
libération des contaminants toxiques provenant de
diverses installations minières (comme des fosses 
abandonnées et des bassins de décantation des
abandonnées et des bassins de décantation des 
résidus miniers); et comment les fonds seront mis de 
côté pour s’assurer que les frais de réhabilitation et de
côté pour s’assurer que les frais de réhabilitation et de 
fermeture seront payés à cet effet.

Les carrières et l'environnement                                                      
26
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
1. Avant l
Avant l’exploitation
exploitation

Les carrières et l'environnement                                                      
27
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
LLa législation précise le cadre 
lé i l ti é i l d
réglementaire relatif aux demandes
réglementaire relatif  aux demandes 
d’autorisation d’ouverture de carrières. 
D’un point de vue "environnement", 
ll’obligation
obligation d
d’établir
établir préalablement à 
préalablement à
l’ouverture d’une carrière une étude 
d’impact, représente une étape 
essentielle de la prise en compte des 
ti ll d l i t d
p ob è es e
problèmes environnementaux. 
o e e tau
Les carrières et l'environnement                                                      
28
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
IlIl ss’agit
agit de caractériser, dès l
de caractériser, dès l’amont,
amont, la 
la
nature et l’importance des impacts 
prévisibles de l’exploitation, de même 
que de définir les moyens de les
que de définir les moyens  de les 
minimiser ou de les supprimer, et de 
préciser  le mode ultérieur de remise 
en état des terrains.
ét t d t i

Les carrières et l'environnement                                                      
29
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’étude d’impact constitue donc, dès le 
L’étude d’impact constitue donc dès le
départ, une pièce maîtresse de toute 
p , p
opération d’ouverture de carrière. Elle, 
est un moyen privilégié d’obliger  tous 
lé é d’ bl
les acteurs (carriers collectivités
les acteurs (carriers, collectivités, 
administrations, public…) à porter un 
regard sur les conséquences de 
ll’implantation
implantation d
d’une
une exploitation de 
exploitation de
matériaux sur le milieu (au sens large)
( g )
Les carrières et l'environnement                                                      
30
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’étude et l’analyse préalables des 
L’étude et l’analyse préalables des
différentes composantes de 
p
l’environnement permettent de 
mesurer l’importance des impacts, les 
l’ d l
possibilités réalistes de remise en état
possibilités réalistes de remise en état 
et d’apprécier, alors, en toute 
connaissance de cause, l’opportunité 
du projet
du projet.

Les carrières et l'environnement                                                      
31
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Etat initial du site et de son 
environnement

Ce chapitre de l’étude d’impact permet 
d’examiner, successivement, les données de 
base relatives au cadre géographique à la
base relatives au cadre géographique, à la 
géologie, l’hydrogéologie, l’hydrologie, la 
pédologie, l’écologie, la climatologie, la 
socio‐économie
socio économie et l
et l’occupation
occupation du sol, le 
du sol le
paysage, la réglementation affectant le site 
et ses abords, etc.
Les carrières et l'environnement                                                      
32
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Analyse des effets sur 
Analyse des effets sur
l’environnement

Après un descriptif de l’exploitation 
è d f d l’ l
projetée ce chapitre de l’étude
projetée, ce chapitre de l étude analyse 
analyse
tour à tour les effets directs et indirects 
du projet, sur les différentes 
composantes des milieux naturel et
composantes des milieux naturel et 
humain décrits précédemment.
p
Les carrières et l'environnement                                                      
33
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Cette évaluation environnementale 
C é l i i l
qualifie la nature des nuisances
qualifie la nature des nuisances 
prévisibles (bruits, poussières, écologie, 
socio‐économie…), qu’elles soient 
négatives ou positives Elle s’efforce
négatives ou positives. Elle s efforce 
également de les quantifier
g q

Les carrières et l'environnement                                                      
34
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Raisons du choix du projet

Ce chapitre expose les motivations et 
C h it l ti ti t
les raisons d’ordre
les raisons d ordre environnemental 
environnemental
(techniques, économiques, 
écologiques, etc.) qui conduisent à la 
définition du projet
définition du projet

Les carrières et l'environnement                                                      
35
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Mesures proposées pour supprimer , 
Mesures proposées pour supprimer
réduire et, si possible, compenser les 
conséquences dommageables du projet

Compte tenu des incidences environnementales 
dé it d
décrites dans le chapitre de l’étude d’impact, on 
l h it d l’ét d d’i t
étudie les possibilités et les moyens à mettre en 
œuvre pour remédier aux impacts éventuels sur 
p y g , , , ,
le paysage, le milieu naturel, les eaux, les sols, le 
voisinage… Une estimation du coût de ces 
mesures de protection est faite
mesures de protection est faite.
Les carrières et l'environnement                                                      
36
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Remise en état
R i ét t

En fonction des différentes possibilités liées au 
site et des motivations des partenaires concernés
site et des motivations des partenaires concernés 
(propriétaires, carriers, collectivités publiques…). 
Cette partie de l’ét de présente le principe reten
Cette partie de l’étude présente le principe retenu 
pour la remise en état progressive et finale des 
terrains à exploiter. Les travaux nécessaires à 
cette remise en état des lieux sont décrits avec un 
estimatif de leur coût. Un plan de l’état final des 
lieux après exploitation est établi
lieux après exploitation est établi.
Les carrières et l'environnement                                                      
37
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En conclusion on ne saurait suffisamment 
En conclusion,  on ne saurait suffisamment
insister sur le fait que la qualité et l’exhaustivité 
d i f
des informations à recueillir au stade de l’étude 
ti à illi t d d l’ét d
de gisement et de l’étude d’impact doivent 
permettre de réaliser  et de concevoir au mieux 
p
l’insertion et l’exploitation d’une carrière dans les 
milieux naturel et humain préexistants. Qui plus 
est seule la synthèse de ces données permet
est, seule la synthèse de ces données permet 
d’imaginer une réaffectation réaliste des terrains 
e ploités et d’ass rer les conditions techniq es de
exploités et d’assurer les conditions techniques de 
travaux adaptées à l’objectif visé de réalisation 
des lieux. Les carrières et l'environnement                                                      
38
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2. Effet des exploitations minières sur 
l environnement
l’environnement

Les carrières et l'environnement                                                      
39
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Pour des raisons de commodité, les 
P d i d di é l
incidences sur l’environnement seront 
regroupées, en fonction du milieu où elles 
s’exercent: effets sur le paysage, 
’ t ff t l
l’atmosphère (bruits, vibrations, 
poussières…), les eaux (souterraines,  
superficielles) le milieu écologique (flore
superficielles), le milieu écologique (flore, 
faune), les sols, etc. Les solutions techniques 
généralement mises en œuvre pour les 
maîtriser sont indiquées
maîtriser sont indiquées.
Les carrières et l'environnement                                                      
40
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Signalons, cependant, que la teneur de 
Si l d l d
cet atelier ne vise pas à être exhaustive,
cet atelier ne vise pas à être exhaustive, 
compte tenu de l’importance et de la 
complexité de ces différents sujets. Le 
niveau de l’information
niveau de l information a donc un 
a donc un
caractère général et la personne 
g p
intéressée par tel ou tel aspect 
particulier est invité à consulter la 
ti li t i ité à lt l
bibliographie ci‐jointe.
bibliographie ci jointe.
Les carrières et l'environnement                                                      
41
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
On précisera ici que les actions conjuguées 
de l’agence
de l agence qui gère le patrimoine minier 
qui gère le patrimoine minier
(gestion des taxes) sur les granulats et du 
ministère de l’environnement, ces dernières 
années ont permis de faire progresser de
années, ont permis de faire progresser de 
façon significative l’état des connaissances 
dans le domaine des interactions entre les 
carrières et leur environnement, grâce aux
carrières et leur environnement, grâce aux 
nombreux travaux et études réalisées
Les carrières et l'environnement                                                      
42
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.1 Effets sur l’atmosphère (bruits, poussières 
vibrations…)
Les émissions atmosphériques se produisent à
chaque étape du cycle de la mine, mais surtout
pendant l’exploration, le développement, la 
construction et les activités opérationnelles. Les 
opérations minières mobilisent de grandes quantités 
de matières, et des déchets de piles contenant des
, p
particules de petite taille sont facilement dispersés
p
par le vent.

Les carrières et l'environnement                                                      
43
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les plus importantes sources de 
pollution atmosphérique
d
dans les opérations minières sont:
l é ti i iè t

Les carrières et l'environnement                                                      
44
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Les particules de matières transportées
Les particules de matières transportées
par le vent, à la suite de fouilles d’abattages
par explosion, de transport de matériaux, de
l i d t td té i d
p (p q
l’érosion par le vent (plus fréquente dans les
mines à ciel ouvert), des poussières fugitives
provenant des installations de résidus des
provenant des installations de résidus, des 
stations de culbutage, des décharges de 
résidus et des routes de pénétration.

Les carrières et l'environnement                                                      
45
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les émissions de gaz d’échappement 
provenant de sources mobiles
provenant de sources mobiles
(voitures, camions, équipements 
lourds) augmentent ces niveaux de 
particules; et
particules; et

Les carrières et l'environnement                                                      
46
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Les émissions de gaz provenant de la
combustion de carburants dans des 
b ti d b t d d
sources fixes et mobiles, explosions et
sources fixes et mobiles, explosions et 
traitement des minéraux.

Les carrières et l'environnement                                                      
47
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Dès que les polluants pénètrent dans
Dès que les polluants pénètrent dans
l’atmosphère, ils subissent des 
changements physiques et chimiques 
avant d’atteindre
avant d atteindre un récepteur
un récepteur
( g
(Figure 1). Ces polluants peuvent 
) p p
provoquer des effets graves sur la 
santé humaine et sur l’environnement.
té h i t l’ i t

Les carrières et l'environnement                                                      
48
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Figure 1
Figure 1

Les carrières et l'environnement                                                      
49
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les exploitations minières ont le potentiel de 
contribuer de manière significative à la pollution 
b d è f àl ll
atmosphérique, en particulier dans la phase 
d’opération. Toutes les activités pendant
ll’extraction
extraction de minerai, le traitement, la 
de minerai, le traitement, la
manutention et le transport dépendent des 
équipements des générateurs des processus et
équipements, des générateurs, des processus et 
des matériels qui génèrent des dangereux 
polluants atmosphériques tels que les matières 
ll hé i l l iè
sous forme de particules, les métaux lourds, le 
monoxyde de carbone, le dioxyde de soufre et les 
o ydes d a ote
oxydes d’azote.
Les carrières et l'environnement                                                      
50
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Sources Mobiles
Les sources mobiles de polluants 
atmosphériques incluent les véhicules 
t hé i i l tl éhi l
lourds utilisés dans les opérations 
d’excavation, les voitures qui transportent le 
personnel sur le site minier et les camions
personnel sur le site minier et les camions 
qui transportent les matériels miniers.
Le niveau d’émissions de polluants 
provenant de ces sources dépend du
provenant de  ces sources dépend du 
carburant et de l’état de fonctionnement de 
l’équipement. Les carrières et l'environnement                                                      
51
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Bien que les émissions individuelles puissent 
Bi l é i i i di id ll i
être relativement faibles, collectivement ces 
,
émissions peuvent constituer de réelles 
préoccupations. En outre, les sources 
é ti E t l
mobiles sont une source importante
de particules, de monoxyde de carbone et 
des composés organiques volatils qui
des composés organiques volatils qui 
contribuent considérablement à la 
formation d’ozone troposphérique.

Les carrières et l'environnement                                                      
52
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Source fixes
Les principales émissions gazeuses proviennent
Les principales émissions gazeuses proviennent
de combustion de carburants dans les 
i
installations de production électrique, des 
ll i d d i él i d
opérations de séchage, de grillage et de fusion. de 
nombreux producteurs de métaux précieux 
p p
fondent le métal sur place avant de l’expédier vers 
les raffineries hors site. En général, l’or et l’argent 
sont produits dans les fours de fusion qui peuvent
sont produits dans les fours de fusion qui peuvent 
produire des niveaux élevés de mercure dans l’air, 
d’
d’arsenic, de dioxyde de soufre et d’autres 
i d di d d f t d’ t
métaux.
Les carrières et l'environnement                                                      
53
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Emissions fugitives
L’Agence de Protection Environnementale des
U.S. (EPA) définit les ‘émissions fugitives’ comme
“ces émissions qui ne pourraient pas raisonnablement
passer par une tuyauterie, une cheminée, un orifice ou 
d’autres ouvertures à fonction équivalente”. Les 
sources courantes d’émissions fugitives comprennent: 
le stockage et la manutention de matériaux; le 
traitement de mine; la poussière fugitive, l’abattage, les 
activités de construction et les galeries associées aux 
activités minières; les coussins de lixiviation et les tas 
;
de résidus de minerais et les bassins de décantations;
et les tas de déchets roches.
Les carrières et l'environnement                                                      
54
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les sources et les caractéristiques des 
Les so rces et les caractéristiq es des
émissions de poussières fugitives dans les 
opérations minières varient dans chaque 
cas il en est de même pour leurs impacts
cas, il en est de même pour leurs impacts.
Les impacts sont difficiles à prévoir et à 
calculer mais devraient être considérés 
puisqu’ils
puisqu ils pourraient être une source 
pourraient être une source
importante de dangereux polluants 
atmosphériques.

Les carrières et l'environnement                                                      
55
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Bruits et vibrations
La pollution par le bruit associé à
La pollution par le bruit associé à 
l’exploitation minière peut inclure les bruits 
en provenance des moteurs de véhicules, le 
chargement et le déchargement de roches
chargement et le déchargement de roches 
dans des tombereaux en acier, les 
t b
toboggans, la production électrique,
l d ti él t i
et d’autres sources.

Les carrières et l'environnement                                                      
56
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
LLes impacts cumulatifs des pelles mécaniques, du 
i t l tif d ll é i d
creusement, du forage, de l’abattage par 
explosion, du transport, du concassage, du 
y g g g q
broyage et du stockage en grandes quantités 
peuvent affecter de manière significative la faune 
et les proches résidents Les vibrations sont
et les proches résidents. Les vibrations sont 
associées à de nombreux types d’équipements 
utilisés dans l’exploitation minière, mais l’abattage 
tili é d l’ l it ti i iè i l’ b tt
par explosion est considéré comme la source la 
plus importante.

Les carrières et l'environnement                                                      
57
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La vibration affecte la stabilité des 
infrastructures les bâtiments et les
infrastructures, les bâtiments et les 
maisons des personnes vivant
p
à proximité des opérations des grandes 
mines à ciel ouvert. selon une étude 
i à i l t l ét d
commanditée par l’Union
commanditée par l Union européenne 
européenne
en 2000:

Les carrières et l'environnement                                                      
58
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Les chocs et les vibrations, à la suite
“Les chocs et les ibrations à la s ite
d’abattages en relation avec l’exploitation
minière peuvent entraîner du bruit, de la 
poussière et conduire à la destruction des
poussière et conduire à la destruction des 
structures dans les zones environnantes non‐
habitées.
La vie animale dont la population locale
La vie animale, dont la population locale 
peut dépendre, pourrait également être 
perturbée.”

Les carrières et l'environnement                                                      
59
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Dans le cas de l’exploitation                
d
des carrières

Les carrières et l'environnement                                                      
60
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
a) Le bruit
a) Le bruit
Dans les carrières, on peut distinguer:
‐ les émissions sonores dues au matériel de 
les émissions sonores dues au matériel de
chantier (traitement des matériaux, concassage, 
criblage), provoquant un niveau de bruit 
ibl ) i d b i
relativement continu et répétitif;
‐ les émissions sonores impulsionnelles et brèves, 
de valeur beaucoup plus forte généralement
de valeur beaucoup plus forte généralement 
(dans le cas d’une méthode d’exploitation par tirs 
de mines et abattage);
de mines et abattage);
‐ les émissions sonores provoquées par la 
circulation des engins de transport de matériaux
i l i d i d d éi
Les carrières et l'environnement                                                      
61
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Ces différentes sources de bruits ont des effets de 
natures distinctes:
d
‐ les tirs de mines en carrière ont une fréquence 
le plus souvent réduite (quelques tirs par semaine 
au maximum) et nécessitent une autorisation
au maximum) et nécessitent une autorisation 
administrative pour leur stockage et leur 
condition d’emploi
condition d emploi. Les procédés de tir et leur 
Les procédés de tir et leur
mise en œuvre (avertissement du public, 
utilisation à des horaires réguliers, tirs par mines 
ili i à d h i é li i i
profondes…) intègrent à la fois un évident souci 
de recherche optimum de sécurité pour les 
t a a eu s et de d
travailleurs et de diminution des nuisances, 
ut o des u sa ces,
notamment sonores: Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
62
‐ Les bruits provoqués par les engins de 
Les bruits provoqués par les engins de
chantier (matériels de forage, groupes 
moto‐compresseur, engins de chantier 
à
à moteur…) et les installations de 
t ) t l i t ll ti d
traitement (concassage, criblage,
traitement (concassage, criblage, 
lavage…), restent relativement confinés 
au niveau du site d’exploitation et de 
son périmètre proche (queques
son périmètre proche (queques
centaines de mètres au maximum).
Les carrières et l'environnement                                                      
63
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’atténuation des bruits occasionnés par 
les matériels de traitement et de 
chantier est fonction de leur choix du
chantier est fonction de leur choix, du 
revêtement ou d’installation de 
capotages des parties sensibles, de leur 
b
bon entretien, mais aussi et surtout 
t ti i i t t t
d’une
d une bonne organisation et conception 
bonne organisation et conception
d’exploitation (voir tableau 1)
Les carrières et l'environnement                                                      
64
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
65
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
D’une façon générale, les niveaux 
ç g ,
sonores émis à la source par les engins 
d h i
de chantier ou les installations de 
l i ll i d
traitement avoisinent ou dépassent les
traitement avoisinent ou dépassent les 
100 dB (A). il s’agit d’une intensité 
élevée qui nécessite un éloignement 
d’au
d au moins deux à trois cents mètres si 
moins deux à trois cents mètres si
l’on veut retrouver un niveau de bruit 
ambiant non perturbé (de l’ordre de 45 
dB (A) dé ib l
dB (A), décibel pondéré A).
dé é A)
Les carrières et l'environnement                                                      
66
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Des réductions sensibles de la propagation 
du niveau sonore sont possibles, du simple 
fait d’une
fait d une implantation judicieuse des 
implantation judicieuse des
installations,  en profitant de la topographie 
naturelle (creux, buttes), ou "conçue" 
spécialement pour jouer un rôle d’écran
spécialement pour jouer un rôle d écran 
(merlons de terre végétalisées,  stocks de 
matériaux…), voir Figure 2.
éi ) i Fi 2

Les carrières et l'environnement                                                      
67
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Figure 2 Principaux moyens de réduction du bruit en champ lointain

Installation placée en fond de carrière (diffraction part le front de taille)

R: Récepteur

Les carrières et l'environnement                                                      
68
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Installation placée dans un creux (diffraction par la topographie)

Les carrières et l'environnement                                                      
69
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Récepteur protégé par une butte de terre

Les carrières et l'environnement                                                      
70
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
LLe transport des matériaux à l’extérieur 
t td té i à l’ té i
de la carrière peut occasionner une
de la carrière peut occasionner une 
élévation intermittente du niveau 
sonore dans le trajet, en fonction de 
ll’augmentation
augmentation du trafic de véhicules, 
du trafic de véhicules
induite par la carrière.

Les carrières et l'environnement                                                      
71
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La réglementation définit un niveau de 
bruit qu’il convient de ne pas dépasser
bruit qu’il convient de ne pas dépasser, 
en fonction de la zone où l’on se trouve 
(secteurs urbain, semi‐urbain, rural, 
industriel…).)

Les carrières et l'environnement                                                      
72
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
b) Les vibrations
b) Les vibrations
Celles‐ci concernent surtout les 
carrières de roches massives dont le 
mode d’exploitation (tirs de mines) est 
d d’ l it ti (ti d i ) t
susceptible d’engendrer
susceptible d engendrer des 
des
mouvements vibratoires dans le sol.  

Les carrières et l'environnement                                                      
73
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Outre les ondes aériennes, les tirs 
Outre les ondes aériennes les tirs
induisent, dans les terrains 
environnants, des vibrations qui se 
défi i
définissent par leur amplitude, leur 
t l lit d l
vitesse, leur accélération en fonction
vitesse, leur accélération en fonction 
du temps.

Les carrières et l'environnement                                                      
74
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Deux types de mouvement caractérisent 
principalement les vibrations générées par 
une carrière:
une carrière:

‐ les mouvements stationnaires liés à 
ll’activité
activité des unités de concassage;
des unités de concassage;

‐ les mouvements transitoires liés aux tirs 
l i i lié i
de mines.

Les carrières et l'environnement                                                      
75
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En ce qui concerne le premier type de 
En ce qui concerne le premier type de
mouvements (stationnaires), leur 
( ),
propagation dépend en grande partie 
d l
de la nature géologique des terrains 
é l i d i
traversés et leur fréquence s’établit
traversés et leur fréquence s établit 
dans une fourchette comprise entre 5 
et 10 Hz. Les déplacements éventuels 
associés à ce type de vibration sont
associés à ce type de vibration sont 
q
quasi‐insignifiants.
g
Les carrières et l'environnement                                                      
76
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Pour le second type de mouvements 
(transitoires) celui‐ci met en jeux des
(transitoires), celui‐ci met en jeux des 
accélérations qui sont de plusieurs 
ordres de grandeurs inférieures aux 
niveaux qui seraient critiques.
i i i t iti

Les carrières et l'environnement                                                      
77
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Un certain nombre de mesures 
simples permettent d’atténuer les 
effets dus aux vibrations. On préconise 
ff d ib i O é i
généralement d’éxécuter
généralement d éxécuter les tirs à 
les tirs à
jours et heures fixes.

Les carrières et l'environnement                                                      
78
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’utilisation de détonateurs électriques à 
micro‐retard
micro retard (échelonnement de quelques 
(échelonnement de quelques
dizaines de millisecondes) engendre des 
vibrations qui seront perçues séparément, 
sans accroissement de l’amplitude
sans accroissement de l amplitude 
maximale. On recherche également une 
orientation préférentielle du plan d’abattage 
i t ti éfé ti ll d l d’ b tt
p
permettant une dissipation d’énergie vers 
p g
une zone ne présentant aucun risque.
Les carrières et l'environnement                                                      
79
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
c) Les poussières
d
dans une carrière, les principales sources de 
iè l i i l d
p
poussières sont occasionnées par les 
p
installations  de concassage‐criblage, les 
bandes transporteuses la circulation des
bandes transporteuses, la circulation des 
engins (accessoirement la foration). Les 
envols et les déplacements de poussières 
dans l’atmosphère
dans l atmosphère et dans l
et dans l’environnement
environnement 
proche de la carrière dépendent de leur 
granulométrie, des conditions 
météorologiques, de la topographie.
météorologiques, de la topographie.
Les carrières et l'environnement                                                      
80
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Ces émissions sont perçues comme des 
C é i i d
sources de nuisance et peuvent
sources de nuisance et peuvent 
présenter, dans certains cas 
exceptionnels, des risques pour la santé 
du personnel d’exploitation
du personnel d exploitation, 
occasionner des perturbations aux 
p
cultures proches (vergers, vignes…) ou, 
plus simplement, des modifications 
l i l t d difi ti
esthétiques du paysage.
esthétiques du paysage.
Les carrières et l'environnement                                                      
81
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Un certain nombre de mesures 
Un certain nombre de mesures
p
permettent de se prémunir contre ces 
p
différents effets:
‐ capotage et mises en dépression 
é
éventuelle des installations de
éventuelle des installations de 
traitement les plus productives de 
poussières (concassage‐criblage et 
bandes transporteuses);
bandes transporteuses);

Les carrières et l'environnement                                                      
82
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ utilisation d’outils de foration équipés 
d dé
de dépoussiérage autonome 

permettant de concentrer les
permettant de concentrer les 
poussières et de les évacuer;

Les carrières et l'environnement                                                      
83
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ Arrosage régulier des pistes par 
g g p p
temps sec, afin d’agglomérer la 
poussière au sol, voire revêtement des 
iè l i ê d
pistes avec enduit;
pistes avec enduit;

Les carrières et l'environnement                                                      
84
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ éventuellement, intégration dans le 
é ll é d l
plan d’exploitation
plan d exploitation de la carrière des 
de la carrière des
préoccupations liées aux conditions 
météorologiques (direction et force des 
vents dominants) favorisant la
vents dominants) favorisant la 
dissémination des poussières 
p
(dispositions topographiques favorisant 
l ié
le piégeage des poussières, fronts 
d iè f
d’exploitation
d exploitation servant d
servant d’écrans
écrans…).
)
Les carrières et l'environnement                                                      
85
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.2a Impacts sur les ressources en eau dans les mines 
en général
Les effets sur la qualité de l’eau et de la disponibilité 
des ressources en eau dans la zone du projet 
constituent peut‐être l’impact le plus important d’un 
projet d’exploitation minière. Les questions clés sont 
de savoir si les fournitures en eau de surface et en 
eaux souterraines resteront appropriées à la 
pp p
consommation humaine, et si la qualité des eaux de 
surface dans la zone du projet restera adéquate pour 
p j q p
supporter la vie aquatique et la faune terrestre native.

Les carrières et l'environnement                                                      
86
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le drainage d’acide minier et la
d i d’ id i i l
lixiviation des contaminants
La capacité de drainage de l’acide minier est
une question‐clé.
une question clé. La réponse déterminera si
La réponse déterminera si
un projet minier proposé est acceptable pour 
ll’environnement
environnement. Lorsque des matériaux minés 
Lorsque des matériaux minés
(tels que les parois des mines à ciel ouvert et des 
mines souterraines, les résidus, les déchets
i i l é id l dé h
rocheux et les matériaux lessivés déversés) sont 
excavés, exposés à l’eau et à l’oxygène, des acides 
peu e t se o e s es
peuvent se former si les minéraux sulfurés de fer 
é au su u és de e
Les carrières et l'environnement                                                      
87
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
(en particulier la pyrite, ou ‘ l’or des idiots’)
y q
sont abondants et si il y a une quantité 
insuffisante de matériaux neutralisants pour 
contrebalancer la formation d’acide
contrebalancer la formation d acide. LL’acide
acide, à son 
à son
tour, lessivera ou dissoudra les métaux et autres 
contaminants dans les matériaux minés et
contaminants dans les matériaux minés et 
formera alors une solution acide, à forte teneur en 
sulfate et riche en métal (y compris les 
concentrations élevées de cadmium, de cuivre, de 
plomb, de zinc, d’arsenic, etc.).

Les carrières et l'environnement                                                      
88
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le lessivage des constituants toxiques, 
t l
tels que l’arsenic, le sélénium et les 
l’ i l élé i tl
métaux, peut se produire même si les
métaux, peut se produire même si les 
conditions acides ne sont pas 
présentes. des niveaux élevés de 
composés d’azote
composés d azote et de cyanure 
et de cyanure
(ammoniac, nitrate, nitrite) peuvent 
également être trouvés dans les eaux 
d
des sites miniers, en provenance de la 
it i i d l
lixiviation en tas et des produits 
at o e tas et des p odu ts
d’abattage par explosifs.
Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
89
Le drainage des acides et des 
g
contaminants de lixiviation est la plus 
i
importante source d’impacts sur la 
d’i l
qualité de l’eau
qualité de l eau liés à l
liés à l’extraction
extraction des 
des
minerais métalliques.

Les carrières et l'environnement                                                      
90
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
91
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Comme l’explique Earthworks:
“Le
Le drainage d
drainage d’acide
acide minier est considéré
minier est considéré
comme l’une des menaces les plus graves 
pour les ressources en eau. Une mine avec 
drainage d’acide
drainage d acide minier a le potentiel pour 
minier a le potentiel pour
des impacts dévastateurs à long terme sur 
la vie aquatique, les cours d’eau et les 
ruisseaux.

Les carrières et l'environnement                                                      
92
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“COMMENT
COMMENT SE FORME T
SE FORME T‐IL?IL?                                         
Le drainage d’acide minier est une préoccupation 
pour de nombreuses mines métalliques parce
pour de nombreuses mines métalliques, parce 
que des métaux comme l’or, le cuivre, l’argent et 
le molybdène, se trouvent souvent dans des 
roches contenant des minéraux sulfurés. Lorsque 
les sulfures contenus dans la roche sont extraits 
et exposés à l’eau
et exposés à l eau et à l
et à l’air
air pendant l
pendant l’exploitation
exploitation
minière, ils forment l’acide sulfurique. Cette
eau acide peut dissoudre d’autres
eau acide peut dissoudre d autres métaux nocifs
métaux nocifs
dans la roche environnante.
Les carrières et l'environnement                                                      
93
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
S’il n’est pas contrôlé, le drainage d’acide de 
p , g
mine peut se déverser dans les ruisseaux ou 
les rivières ou encore dans les eaux
les rivières ou encore dans les eaux 
souterraines. Le drainage d’acide de mine 
peut provenir de n’importe quelle partie de 
la mine où les sulfures sont exposés à l’air
la mine où les sulfures sont exposés à l air et 
et
à l’eau, y compris des tas de déchets de 
roches, des résidus, des mines à ciel ouvert, 
des tunnels souterrains et des coussins
des tunnels souterrains et des coussins
de lixiviation.
Les carrières et l'environnement                                                      
94
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“DANGER POUR LES POISSONS & AUTRE VIE
AQUATIQUE: 
Si l dé h t d’
Si les déchets d’une mine sont générateurs 
i t é é t
d’acide, les impacts sur les poissons, les 
animaux et les plantes peuvent être graves. 
De nombreux cours d’eau
De nombreux cours d eau affectés par le 
affectés par le
drainage d’acide de mine ont un pH de 4 ou 
inférieur ‐ similaire à l’acide de batterie. Les 
plantes les animaux et les poissons ont peu
plantes, les animaux et les poissons ont peu 
de chance de survivre dans de tels milieux.
Les carrières et l'environnement                                                      
95
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“LES METAUX TOXIQUES: 
le drainage d’acide de mine dissout 
également les métaux toxiques tels que le
également les métaux toxiques tels que le 
cuivre, l’aluminium, le cadmium, l’arsenic, le 
plomb et le mercure, se trouvant dans la 
roche environnante Ces métaux
roche environnante. Ces métaux, 
particulièrement le fer, peuvent couvrir le 
fond du ruisseau d’une légère couche de 
couleur rouge‐orange
couleur rouge orange appelée 
appelée ‘garçon
garçon 
jaune.’
Les carrières et l'environnement                                                      
96
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Même en de très petites quantités, les 
méta pe ent être to iq es po r les
métaux peuvent être toxiques pour les 
humains et les animaux sauvages. 
Transportés dans l’eau, les métaux peuvent 
voyager loin contaminant des cours d’eau
voyager loin, contaminant des cours d eau et 
et
des eaux souterraines sur de grandes 
distances. L’impact sur la vie aquatique peut 
aller de la mort immédiate des poissons à la
aller de la mort immédiate des poissons à la 
léthargie, des impacts affectant la 
croissance, le comportement ou la capacité 
à se reproduire.
à se reproduire.
Les carrières et l'environnement                                                      
97
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Les métaux sont particulièrement 
“Les méta sont partic lièrement
problématiques car ils ne se dissolvent pas 
dans l’environnement. Ils se déposent au 
fond et demeurent dans le cours d’eau
fond et demeurent dans le cours d eau 
pendant de longues périodes, se 
transformant en une source de 
contamination à long terme pour les
contamination à long terme pour les
insectes aquatiques qui y vivent et les 
poissons qui se nourrissent de ces insectes.

Les carrières et l'environnement                                                      
98
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“LA POLLUTION PERPETUELLE:                             
Le drainage d’acide de mine est 
particulièrement dangereux car il peut 
ti liè td il t
continuer indéfiniment à causer des 
dommages longtemps après la fermeture de 
ll’exploitation
exploitation minière. En raison de la gravité 
minière En raison de la gravité
des impacts sur la qualité de l’eau provenant 
du drainage d’acide de mine, plusieurs mines 
à travers l’Ouest
à travers l Ouest requièrent que l
requièrent que l’eau
eau soit 
soit
traitée à perpétuité.
Les carrières et l'environnement                                                      
99
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Même avec les technologies existantes, il est 
Mê l t h l i i t t il t
virtuellement impossible d’arrêter le 
p
drainage d’acide de mine une fois que la 
réaction a débuté Permettre le
réaction a débuté. Permettre le 
développement d’une mine génératrice 
d’acide c’est reporter sur les générations 
futures la responsabilité d’une
futures la responsabilité d une mine qui doit 
mine qui doit
être gérée probablement pendant des 
centaines d’années.“

Les carrières et l'environnement                                                      
100
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’érosion des sols et des déchets
miniers dans les eaux de surface
Pour la plupart des projets miniers, le potentiel
Pour la plupart des projets miniers le potentiel
d’érosion de sol et de sédiments dans l’eau de
surface et la dégradation de la qualité de celle‐ci
f t l dé d ti d l lité d ll i
est un grave problème.
Selon une étude commanditée par la 
p
Communauté européenne:

Les carrières et l'environnement                                                      
101
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“En raison de la grande superficie de terre
“En raison de la grande s perficie de terre
endommagée par l’exploitation minière et
des grandes quantités de matériaux qui sont
exposées sur les sites l’érosion
exposées sur les sites, l érosion peut être une
peut être une
préoccupation majeure sur les sites miniers.
Par conséquent, la lutte contre l’érosion doit
être considérée depuis le début des
être considérée depuis le début des 
opérations jusqu’à l’achèvement des travaux 
de réhabilitation.

Les carrières et l'environnement                                                      
102
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’érosion peut provoquer le 
chargement important de sédiments
chargement important de sédiments 
(
(et tous polluants chimiques
p q
l’accompagnant) vers des plans d’eau
proches, surtout pendant des tempêtes 
h d d ê
sévères et de grandes périodes de
sévères et de grandes périodes de 
fonte de neige.

Les carrières et l'environnement                                                      
103
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“L’eau de ruissellement chargée de 
sédiments est au départ un mince filet qui
sédiments est au départ un mince filet qui 
grandit progressivement jusqu’a se 
transformer en ravines naturelles ou en 
exutoires artificiels En fin de course le dépôt
exutoires artificiels. En fin de course le dépôt 
des sédiments peut se produire dans les 
eaux de surface, ou dans les plaines
d’inondation
d inondation dd’une
une vallée de cours d
vallée de cours d’eau.
eau.

Les carrières et l'environnement                                                      
104
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Hi toriquement, les processus d’érosion et 
His l d’é
de sédimentation ont causé l
de sédimentation ont causé l’accumulation
accumulation 
de couches épaisses de minéraux fins et de 
sédiments dans les plaines d’inondation 
édi t d l l i d’i d ti
régionales ainsi que l’altération des habitats 
g q
aquatiques et la perte de capacité de 
stockage des plans d’eau
stockage des plans d eau.

Les carrières et l'environnement                                                      
105
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les principaux facteurs influençant l’érosion 
p p f f ç
comprennent le volume et la vitesse du 
ruissellement provenant des précipitations
ruissellement provenant des précipitations, 
le taux d’infiltration des précipitations dans 
le sol, la quantité de la couverture végétale, 
la longueur de la pente ou la distance à
la longueur de la pente ou la distance à 
partir du point d’origine du ruissellement
en nappe au point où la sédimentation
commence, ainsi que les structures de
commence, ainsi que les structures de 
contrôle d’érosion opérationnelles.
Les carrières et l'environnement                                                      
106
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Des sources majeures d’érosion/ 
acc m lation de sédiments dans des sites
accumulation de sédiments dans des sites 
miniers peuvent inclure les zones 
d’exploitation à ciel ouvert, les lieux de 
stockage de lixiviation en tas des déchets
stockage, de lixiviation en tas, des déchets 
de roche et de morts terrains, les piles de 
rejets et les barrages, les routes de transport 
des matériaux et routes d’accès
des matériaux et routes d accès, les piles de 
les piles de
minerai, les zones de maintenance des 
véhicules et des équipements, les zones 
d’exploration
d exploration et les zones de réhabilitation.
et les zones de réhabilitation.
Les carrières et l'environnement                                                      
107
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Une autre préoccupation vient du fait 
Une autre préoccupation vient du fait
q
que les matériaux exposés provenant 
p p
des opérations minières (exploitation
d
de mines, déchets, sols contaminés, 
dé h l é
etc ) peuvent contribuer à des
etc.) peuvent contribuer à des 
sédiments contenant des polluants 
chimiques, principalement des métaux
lourds.
lourds

Les carrières et l'environnement                                                      
108
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La variabilité des conditions du site naturel
La ariabilité des conditions d site nat rel
(par ex., géologie, végétation, topographie,
climat, proximité et caractéristiques des 
plans d’eau)
plans d eau), combinée à des différences 
combinée à des différences
significatives en termes de quantités et de 
caractéristiques des matériaux exposés dans 
les mines exclut toute généralisation sur les
les mines, exclut toute généralisation sur les 
quantités et les caractéristiques de la 
surcharge sédimentaire.

Les carrières et l'environnement                                                      
109
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Les types d’impacts associés à l’érosion et
à l édi
à la sédimentation sont nombreux; les deux
t ti t b l d
produisant généralement des impacts tant à
court terme qu’à long terme. Dans les eaux 
de surface des concentrations élevées de
de surface, des concentrations élevées de 
particules dans la colonne d’eau peuvent 
produire des effets toxiques à la fois 
chroniques et aigus chez les poissons
chroniques et aigus chez les poissons.

Les carrières et l'environnement                                                      
110
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Les sédiments déposés en couches dans les 
plaines inondables ou les écosystèmes 
l i i d bl l é tè
terrestres peuvent produire de nombreux 
p p
impacts associés aux eaux de surface, aux 
eaux souterraines et aux écosystèmes
eaux souterraines et aux écosystèmes 
terrestres. Les minéraux associés aux dépôts 
de sédiments peuvent faire baisser le pH du 
ruissellement de surface et ainsi mobiliser
ruissellement de surface et ainsi mobiliser 
les métaux lourds qui peuvent infiltrer dans 
le sous‐sol environnant ou peuvent être 
entraînés vers des eaux de surface proches.
entraînés vers des eaux de surface proches.
Les carrières et l'environnement                                                      
111
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
LLes incidences pourraient inclure une
i id i ti l
baisse considérable du pH ou des 
p
accumulations des métaux dans les eaux de 
surface et/ ou la contamination persistante
surface et/ ou la contamination persistante 
des sources d’eaux souterraines. Les 
sédiments contaminés peuvent également 
réduire le pH des sols de telle sorte que la
réduire le pH des sols, de telle sorte que la 
végétation et les habitats qui s’y rattachent 
sont perdus.

Les carrières et l'environnement                                                      
112
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
““Au‐delà du potentiel pour des impacts polluants
d là d l d ll
sur la vie humaine et aquatique, il existe des 
impacts physiques potentiels associés à
ll’augmentation
augmentation du volume et de la vitesse de
du volume et de la vitesse de
ruissellement découlant des nouvelles activités
de perturbation des terres Des vitesses et
de perturbation des terres. Des vitesses et
volumes accrus peuvent conduire à des 
i
inondations en aval, l’érosion des canaux de cours
d i l l’é i d d
d’eau et des dommages structuraux au niveau
des pieux des ponts et des entrées des ponceaux.

Les carrières et l'environnement                                                      
113
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Dans les zones où les émissions atmosphériques
ont déposé des particules acides et où la 
t dé é d ti l id t ùl
végétation indigène a été détruite, le
ruissellement a le potentiel d’augmenter le taux
d’érosion et de conduire à la suppression du
pp
sol de la zone concernée. Ceci est 
particulièrement vrai dans les endroits ou le
particulièrement vrai dans les endroits ou le 
paysage est caractérisé par des pentes en 
escaliers et rocheuses
escaliers et rocheuses.
Une fois le sol érodé, la végétation de la
pente se reconstitue difficilement, que ce soit
naturellement ou avec assistance humaine.”
Les carrières et l'environnement                                                      
114
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
115
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Environnement Australie résume le problème
comme suit:
“Potentiellement, les impacts défavorables de
la conception et de la gestion de l’eau des
sites miniers comprennent: des niveaux élevés
sites miniers comprennent: des niveaux élevés
inacceptables de solides en suspension (résidus
non filtrables) et solides dissous (résidus
non filtrables) et solides dissous (résidus
filtrables) dans les eaux de ruissellement, et
l’é i d b
l’érosion des berges dans les cours d’eau. Il est 
d l d’ Il
évident qu’un Plan de Contrôle de Sédiment et 
d’Erosion est une composante fondamentale
d u a de Gest o de au da s u s te
d’un Plan de Gestion de l’Eau dans un site minier.“
e
Les carrières et l'environnement                                                      
116
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Impacts des basins de décantation
Impacts des basins de décantation
des résidus, de déchets de roche, de
la lixiviation en tas et des 
installations de stockage de lixiviats
installations de stockage de lixiviats

Les carrières et l'environnement                                                      
117
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
LLes impacts des bassins de décantation des résidus
i t d b i d dé t ti d é id
de mine, des déchets de roche, de la lixiviation
en tas et des installations de stockage de lixiviats
t t d i t ll ti d t k d li i i t sur la 
l
qualité de l’eau peuvent être graves.
Ces effets comprennent la contamination des eaux
ff l d
souterraines en dessous de ces installations et des
eaux de surface. Les substances toxiques peuvent
alors lessiver de ces installations, filtrer à travers le
sol et contaminer les eaux souterraines, surtout si
la base de ces installations n’est pas équipée d’un
revêtement imperméable.

Les carrières et l'environnement                                                      
118
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les terrils (un sous‐produit du traitement de minerai
métallique) représentent de gros volumes de déchets 
qui peuvent contenir des quantités de substances
toxiques dangereuses, telles que l’arsenic, le plomb, le 
cadmium, le chrome, le nickel et le cyanure (si la 
lixiviation au cyanure est utilisée).
Bien qu’elle soit rarement l’option préférable du point 
q p p p
de vue environnemental, la plupart des compagnies 
minières se débarrassent des terrils en les mélangeant 
g
avec de l’eau (pour former une pulpe) et retient cette 
p p
pulpe derrière un grand barrage dans un grand bassin 
g g g
de décantation de résidus de mine.

Les carrières et l'environnement                                                      
119
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Vu que le minerai est généralement
V l i i t é é l t
extrait comme une pulpe, les déchets qui
p p , q
en résultent contiennent de grandes 
quantités d’eau
quantités d eau et généralement forment 
et généralement forment
des étangs tout au sommet des bassins de 
résidus et donc peuvent constituer une 
menace pour la faune Les terrilscyanurés
menace pour la faune. Les terrilscyanurés
dans les mines de métaux précieux sont
particulièrement dangereux.

Les carrières et l'environnement                                                      
120
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Finalement, les bassins de résidus 
Fi l l b i d é id
seront ou bien asséchés dans les climats
seront ou bien asséchés dans les climats 
arides, ou bien peuvent libérer l’eau 
contaminée, dans des climats humides. 
dans les deux cas les techniques de
dans les deux cas, les techniques de
g
gestion spécifiques sont exigées pour 
p q g p
fermer ces dépôts de déchets et réduire 
l
les menaces environnementales.
i t l

Les carrières et l'environnement                                                      
121
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Pendant les périodes de fortes pluies, les 
étangs de résidus peuvent recevoir 
beaucoup plus d’eau
beaucoup plus d eau qu
qu’ils
ils ne sont capables 
ne sont capables
de contenir, nécessitant la libération des 
effluents du lac de résidus. Puisque ces 
effluents peuvent contenir des substances
effluents peuvent contenir des substances 
toxiques, leur libération peut dégrader 
sérieusement la qualité de l’eau des rivières 
et des cours d’eau
et des cours d eau environnants, surtout si 
environnants, surtout si
l’effluent n’est pas traité avant déversement.
Les carrières et l'environnement                                                      
122
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Des douzaines de ruptures de barrage des bassins
de décantation de résidus de mine sont à l’origine
de décantation de résidus de mine sont à l origine
des pires conséquences environnementales de
t
tous les accidents industriels. Lorsque les bassins
l id t i d t i l L l b i
de décantation de résidus de mine cèdent, ils
déversent de grandes quantités d’eaux toxiques
q p
qui peuvent tuer la vie aquatique et empoisonner
q q p
l’alimentation en eau potable sur de nombreux
kilomètres en aval du bassin de décantation
kilomètres en aval du bassin de décantation.

Les carrières et l'environnement                                                      
123
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Impacts de l’exhaure des mines
Impacts de l’e ha re des mines
Lorsqu’une mine à ciel ouvert intercepte la nappe
phréatique, les eaux souterraines envahissent le
p
puits. Pour poursuivre les travaux d’exploration,
p p
les compagnies minières doivent pomper cette
eau vers un autre endroit Le pompage et le
eau vers un autre endroit Le pompage et le
déversement des eaux provoque un ensemble
unique d’impacts environnementaux qui sont
unique d’impacts environnementaux qui sont 
bien décrits dans une étude commanditée par la 
Communauté européenne:

Les carrières et l'environnement                                                      
124
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Les eaux de mine sont produites lorsque le
“L d i t d it l l
niveau de la nappe phréatique est plus élevé
pp p q p
que celui des travaux souterrains ou de la
profondeur d’une
profondeur d une mine à ciel ouvert. Lorsque
mine à ciel ouvert Lorsque
cela se produit, l’eau doit être pompée de la
mine. Alternativement, l’eau peut être 
pompée à partir des puits entourant la mine
pompée à partir des puits entourant la mine 
pour créer un cône de dépression dans le 
niveau de la nappe, réduisant ainsi 
l infiltration.
l’infiltration.
Les carrières et l'environnement                                                      
125
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Lorsque la mine est opérationnelle, l’eau de mine 
doit être continuellement retirée de la mine pour
doit être continuellement retirée de la mine pour 
faciliter la récupération du minerai. Cependant, 
une fois que les opérations minières prennent fin
une fois que les opérations minières prennent fin, 
le pompage et la gestion de l’eau de mine souvent
s’arrêtent aussi, entraînant une possible
’ ê î bl
accumulation dans les fractures de roche, puits,
tunnels, puits à ciel ouvert et aussi des rejets
incontrôlés dans l’environnement.
incontrôlés dans l environnement.

Les carrières et l'environnement                                                      
126
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Le prélèvement des eaux 
souterraines et les impacts associés 
l é
aux eaux de surfaces et les terres
aux eaux de surfaces et les terres
marécageuses environnantes
marécageuses environnantes 
peuvent être une préoccupation 
sérieuse dans certaines régions.

Les carrières et l'environnement                                                      
127
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
“Les impacts du prélèvement des eaux souterraines
p
peuvent inclure la réduction ou l’élimination de 
l’écoulement de l’eau de surface, la dégradation de la 
q
qualité des eaux de surface et des usages bénéfiques 
f g fq
qui y sont associés; dégradation de l’habitat (non 
seulement les zones riveraines, sources, et autres
seulement les zones riveraines, sources, et autres 
habitats de marécages, mais aussi des habitats des
hautes terres comme des bois résineux puisque le
hautes terres comme des bois résineux puisque le 
niveau de la nappe phréatique s’abaisse au‐dessous de 
la zone des racines profondes); production réduite ou
la zone des racines profondes); production réduite ou 
éliminée des puits d’approvisionnement domestiques, 
des problèmes de qualité et de quantité associés au
des problèmes de qualité et de quantité associés au 
repompage des eaux souterraines vers des eaux
de surface en aval à partir des zones déshydratées
de surface en aval à partir des zones déshydratées.
Les carrières et l'environnement                                                      
128
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les impacts pourraient durer plusieurs décennies.
P d t l’ é ti d dé h d t ti (d’ h
Pendant l’opération de déshydratation (d’exhaure), le 
) l
déversement de l’eau pompée après traitement 
approprié, peut souvent être utilisé pour atténuer les 
ié t t êt tili é tté l
effets négatifs sur les eaux de surface. Toutefois, 
l
lorsque l’exhaure cesse, les cônes de dépression 
l’ h l ô d dé
peuvent prendre des décennies pour se recharger et 
peuvent continuer à réduire le ruissellement à la 
surface….
Les mesures d’atténuation qui reposent sur l’utilisation 
de l’eau pompée pour créer des zones marécageuses 
peuvent seulement durer aussi longtemps que 
l’opération d’exhaure a lieu.”
Les carrières et l'environnement                                                      
129
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.2b Effets sur les eaux dans le cas de 
l’ l it ti d
l’exploitation des carrières

Les impacts de l’ouverture d’une carrière  sur les 
eaux souterraines ou superficielles sont de 
différentes natures. D’une
différentes natures. D une manière générale, la 
manière générale, la
probabilité d’interactions sera d’autant plus 
grande que les domaines des eaux et les
grande que les domaines des eaux et les 
matériaux s’interpénètrent. À ce propos, on doit 
souligner que le colmatage apparaît comme l’un 
li l l î l’
des paramètres clés des échanges, qui intervient 
dans tous les domaines d’interaction.

Les carrières et l'environnement                                                      
130
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les divers domaines à étudier sont les 
suivants: 
‐ hydrodynamique: modification des 
modification des
éboulements de l’eau, de la 
piézométrie des nappes, de la 
productivité des captages;
productivité des captages;
‐ hydromécanique: transport de 
y q p
matières en suspension, modification 
d b
des berges et des fonds par érosion et 
d f d é i
sédimentation ou réduction des
sédimentation, ou réduction des 
échanges par colmatage;
Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
131
‐ physico‐chimique: modification de la 
p y q
qualité chimique ou bactériologique des 
eaux, avec ou sans intervention des 
i t ti d
polluants;
‐ hydrothermique: variations de 
température des nappes souterraines ou
température des nappes souterraines ou 
des rivières engendrées part les gravières;
‐hydrobiologique: modification des 
équilibres biologiques dans les rivières ou
équilibres biologiques dans les rivières ou 
dans les gravières, eutrophysation
notamment. Les carrières et l'environnement                                                      
132
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les conséquences  qui en résultent 
Les conséquences qui en résultent
se o t p us ou o s éte dues et
seront plus ou moins étendues et 
durables en fonction des types et 
modes d’exploitation et de 
l’é l ti
l’évolution ultérieure des 
lté i d
excavations

Les carrières et l'environnement                                                      
133
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Domaine hydrodynamique
Domaine hydrodynamique
L’extraction de matériaux dans le lit 
mineur des cours d’eau entraîne un 
remodelage de leur profil en long et en 
d l d l fl l
travers qui modifie l’écoulement
travers, qui modifie l écoulement des 
des
eaux. Ceci se traduit globalement par 
un abaissement de la ligne d’eau de 
ll’oued
oued  et de la nappe alluviale 
et de la nappe alluviale
associée.
Les carrières et l'environnement                                                      
134
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le surcreusement du lit peut généralement 
p g
compromettre, par érosion régressive, la 
stabilité de certains ouvrages (berges, piles 
t bilité d t i (b il
de ponts…) implantés à l’amont. Tous ces 
phénomènes sont connus et la tendance 
actuelle à la réduction ou à l’interdiction
actuelle à la réduction ou à l interdiction 
des extractions dans le lit mineur en réduit 
la portée. De même, certains 
aménagements (seuils) permettent de
aménagements (seuils) permettent de 
rendre  compatibles ces exploitations avec 
la nécessaire stabilité du lit.
Les carrières et l'environnement                                                      
135
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’extraction de matériaux dans le lit majeur 
entraîne l’ouverture d’une excavation dans un 
î l’ d’ i d
système aquifère, ce qui modifie localement 
y q , q
les paramètres qui régissent l’écoulement de 
l
la nappe, à savoir les limites de l’aquifère 
à i l li it d l’ ifè
(nature, géométrie), les conditions qui s’y 
attachent (nature et distribution des 
échanges) ses caractéristiques
échanges), ses caractéristiques 
hydrodynamiques (distribution des 
perméabilités et des coefficients 
d’emmagasinement)
d emmagasinement) et, finalement, la 
et finalement la
piézométrie qui en résulte.
Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
136
L’importance de l’impact sera fonction 
de la géométrie des excavations des
de la géométrie des excavations, des 
modes d’exploitation et de 
p
réaménagement et, à terme, de leur 
âge.

Les carrières et l'environnement                                                      
137
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Ainsi, dès que l
Ainsi dès que l’excavation
excavation touche la 
touche la
nappe, s’instaure un régime d’échanges 
pp , g g
entre celle‐ci et le plan d’eau, régime 
d t l’i t ité t l f t
dont l’intensité  est le facteur clé de la 
lé d l
plupart des interactions entre la
plupart des interactions  entre la 
carrière  et son environnement.

Les carrières et l'environnement                                                      
138
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les principaux effets qui en résultent 
p p q
se rattachent à l’un des schémas de la 
fi
figure 3 et souligne l’importance du 
li l’i d
facteur colmatage
facteur colmatage.

Les carrières et l'environnement                                                      
139
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Figure 3: Effets 
Figure 3: Effets
piézométriques liés au 
colmatage d’une
colmatage d une 
exploitation.
D’après
D après P. Peaudecerf
P Peaudecerf
(BRGM)
‐ Etat naturel
‐ Carrière non colmatée
‐ Carrière colmatée
‐ Piézométrie naturelle
é é ll
‐ convergence des écoulements
‐ Obstacle 
‐ Amont rabattement
A t b tt t
‐ Aval  élévation du niveau

Les carrières et l'environnement                                                      
140
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Cette modification locale des 
Cette modification locale des
écoulements peut aussi avoir des 
p
conséquences sur la productivité des 
captages qui verront leurs 
t i tl
performances dégradées ou, au
performances dégradées ou, au 
contraire, améliorées (suivant le cas).

Les carrières et l'environnement                                                      
141
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Hormis les problèmes de pollution 
accidentelles ou chroniques, seules les 
exploitations en eau hors du lit mineur
exploitations en eau hors du lit mineur 
sont concernées. En effet, les carrières 
,
en lit mineur n’ont qu’une influence 
négligeable sur la qualité chimique et 
bactériologique des cours d’eau
bactériologique des cours d eau.

Les carrières et l'environnement                                                      
142
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
On observe généralement une modification de la 
nappe dans la gravière, qui se traduit par une 
d l è d
diminution de la minéralisation totale, de la 
dureté, de l’alcalinité et du pH. Ces mécanismes 
reflètent la précipitation des bicarbonates et des
reflètent la précipitation des bicarbonates et des 
hydroxydes de fer et manganèse, notamment, et 
une augmentation de la teneur en oxygène
une augmentation de la teneur en oxygène 
dissous. Ces modifications persistent à l’aval, 
mais s’atténuent assez rapidement, soit par 
i ’ é id i
dilution, soit également, lorsque cela est 
possible, par réaction avec l’aquifère qui impose 
toujou s t ès ap de e t so ac ès au eau qu
toujours très rapidement son faciès aux eaux qui 
l’imprègnent. Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
143
Les teneurs en nitrates diminuent 
également accompagnées ou non
également, accompagnées ou non 
d’une augmentation de l’ammonium et 
g
de l’azote, et du carbone organique, en 
raison de l’activité biologique.
i d l’ i i é bi l i

Les carrières et l'environnement                                                      
144
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les sulfates et phosphates peuvent 
également voir baisser leur teneur
également voir baisser leur teneur 
dans la gravière, sous l’action de 
g ,
bactéries sulfato‐réductrices ou autres 
micro‐organismes.

Les carrières et l'environnement                                                      
145
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les chlorures restent pratiquement 
i
invariants, probablement en raison de 
i t b bl t i d
la forte solubilité de cet anion en
la forte solubilité de cet anion en 
toutes circonstances et de sa faible 
participation à l’activité biologique.

Les carrières et l'environnement                                                      
146
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Au plan bactériologique, les différentes 
l b é l l d ffé
recherches effectuées ne montrent pas
recherches effectuées ne montrent pas 
de contamination notable de l’eau des 
gravières par les germes pathogènes 
classiques De ce fait l’impact
classiques. De ce fait, l impact sur les 
sur les
eaux souterraines et sur les captages, 
p g ,
ne peut être que faible ou nul en raison 
d ôl d fil
du rôle de filtre que jouent les 
j l
alluvions.
alluvions
Les carrières et l'environnement                                                      
147
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
On note la présence de bactéries 
On note la présence de bactéries
sulfato‐réductrice dans les gravières, 
comme dans la nappe en amont et en 
aval.
aval

Les carrières et l'environnement                                                      
148
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les risques de pollution des eaux de 
q p
gravières restent cependant réels, du fait, le 
plus souvent, des décharges sauvages qui y 
l t d dé h i
sont opérées. On a alors antagonismes entre 
deux mécanismes:
‐‐ amélioration momentanée de la qualité 
amélioration momentanée de la qualité
des eaux de nappe, à l’aval de la gravière, 
sur une distance de l’ordre de la centaines 
de mètres;
de mètres;
‐‐ contamination exogène (pollution 
accidentelle, malveillance).
Les carrières et l'environnement                                                      
149
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Sous réserve de précautions contre les 
Sous réserve de précautions contre les
pollutions accidentelles, la découverte 
de la nappe résultant de l’exploitation 
de matériaux présente généralement
de matériaux présente généralement 
un effet neutre, voire bénéfique 
q
(dénitrification) sur la qualité des eaux 
souterraines.
t i

Les carrières et l'environnement                                                      
150
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Domaine hydrothermique
Les nappes souterraines présentent le plus
Les nappes souterraines présentent le plus 
souvent une constance de leur température 
qui résulte de l’amortissement des variations 
q
climatiques dans le sol. 
L’ouverture d’une carrière diminue ou 
supprime cette protection thermique ce qui
supprime  cette protection thermique, ce qui 
accroît les échanges eau/atmosphère: la nappe 
s’échauffe davantage en été et se refroidit de 
même en hiver, à l aplomb de la carrière. Les 
même en hiver, à l’aplomb de la carrière. Les 
variations de température ainsi engendrées se 
répercutent à l’aval
répercutent à l aval dans la nappe ou dans les 
dans la nappe ou dans les
eaux superficielles.
Les carrières et l'environnement                                                      
151
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le climat et la température de la nappe 
p pp
conditionnent le sens et l’intensité des 
é h
échanges thermiques dont le volume 
th i d tl l
dépend de la superficie des plans d’eau. La 
profondeur de la carrière intervient sur la 
répartition des températures en son sein
répartition des températures en son sein. 
Suivant les saisons, on observe une 
homogénéisation ou une stratification plus 
ou moins marquée qui peur d’ailleurs
ou moins marquée qui peur d ailleurs 
s’inverser d’été en hiver ou être perturbée 
par l’exploitation.
Les carrières et l'environnement                                                      
152
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’impact thermique de la carrière sur la 
nappe est une fonction directe des échanges
nappe est une fonction directe des échanges 
hydriques: une « bulle » d’eau chaude est 
injectée en été (ou le contraire en hiver), qui 
progressera en fonction de la vitesse
progressera en fonction de la vitesse 
d’écoulement de la nappe. Si l’on désire 
limiter cet impact, il conviendra de freiner 
les échanges par colmatage volontaire de la
les échanges par colmatage volontaire de la 
carrière, par exemple.
Les carrières et l'environnement                                                      
153
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La présence des gravières modifie de 
La présence des gravières modifie de
façon certaine la température des 
ç p
nappes à l’aval. Ces perturbations se 
f td
font dans des proportions et à des 
d ti tàd
distances très variables selon le
distances très variables selon le 
contexte local.

Les carrières et l'environnement                                                      
154
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En ce qui concerne les eaux 
superficielles (cours d’eau)
superficielles  (cours d eau), les 
les
exploitations qui peuvent avoir une 
incidence thermique sur ces milieux 
sont les carrières en lit mineur et celles 
tl iè lit i t ll
situées en nappe alluviale. Les effets
situées en nappe alluviale. Les effets 
thermiques de ces exploitations sont 
négligeables ou nuls. 
Les carrières et l'environnement                                                      
155
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La température de l’exutoire peut excéder 
é ’ é
de 10°C
de 10 C celle de la rivière et, à quelques 
celle de la rivière et, à quelques
mètres en aval de la communication, 
l’i
l’impact thermique peut atteindre 4 à 5 °C. 
t th i t tt i d 4 à 5 °C
Ces effets s’atténuent rapidement à l’aval 
p
par dilution sur une distance de quelques 
dizaines de mètres L’effet
dizaines de mètres. L effet cumulatif des 
cumulatif des
influences unitaires n’est pas perceptible 
sur la rivière.

Les carrières et l'environnement                                                      
156
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En cas de nécessité, l
En cas de nécessité l’aménagement
aménagement des  des
exutoires avec des siphons puisant l’eau 
p p
plus fraîche du fond des ballastières 
peut contribuer à atténuer l’impact 
ib à é l’i
thermique L’éloignement
thermique. L éloignement de la 
de la
ballastière  par rapport à la rivière et le 
colmatage de l’exploitation  seront 
également des éléments favorables à la
également des éléments favorables à la 
limitation de cet impact.
p
Les carrières et l'environnement                                                      
157
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Domaine hydrobiologique
y gq
L’équilibre naturel des cours d’eau subit les différents 
impacts déjà passé en revue notamment dans les
impacts déjà passé en revue, notamment dans les 
domaines hydromécanique et hydrothermique. Dans 
les gravières vont se développer une faune et une
les gravières vont se développer une faune et une 
flore spécifiques, qui vont tendre vers un équilibre 
propre qui modifiera les conditions du milieu
propre qui modifiera les conditions du milieu 
(colmatage, dénitrification, désulfatation, cycle 
di
diurne/nocturne de consommation de CO
/ d i d CO2 , 
production d’O2 , etc.). Dans le cas des gravières 
ouvertes, l’existence de communications libres avec 
la rivière favorise l’introduction dans les cours d’eau 
d’espèces compétitives ou prédatrices.
Les carrières et l'environnement                                                      
158
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’augmentation de la turbidité (par 
manque de lumière) et des matières en 
d l iè ) d iè
suspension (par colmatage des tissus)
suspension (par colmatage des tissus) 
diminue l’activité photosynhétique et 
limite le développement des plantes, 
particulièrement des algues: la
particulièrement des algues: la 
p
production primaire baisse alors de 
p
manière significative.
Les carrières et l'environnement                                                      
159
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’impact sur la faune permet 
L’i l f
d’observer
d observer aussi, à l
aussi à l’aval
aval des sites 
des sites
d’extraction, une diminution de la 
biomasse des invertébrés sur plusieurs 
kilomètres (sans réduction de la
kilomètres (sans réduction de la 
diversité des espèces).
p )

Les carrières et l'environnement                                                      
160
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
LLes poissons sont affectés directement et 
i t ff té di t t t
indirectement par l’excès des MES, qui peut 
provoquer des lésions et qui exerce une action 
,
abrasive et colmatente sur leurs branchies, avec 
inhibition plus ou moins marquée de la fonction 
respiratoire Des effets plus indirects se
respiratoire.  Des effets plus indirects se 
manifestent au niveau de la reproduction et du 
dé l
développement des œufs, par disparition des 
td f di iti d
frayères (colmatage par les MES ou érosion), par 
asphyxie des œufs et des alevins, si les teneurs en 
p
MES sont trop élevées.
Les carrières et l'environnement                                                      
161
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En ce qui concerne les excavation en 
q
eau (hors du lit vif des rivières), les 
apports minéraux (azote et phosphore 
é ( h h
notamment) de la nappe et des eaux
notamment) de la nappe et des eaux 
de ruissellement déterminent le 
développement et l’évolution 
biologique du milieu
biologique du milieu.

Les carrières et l'environnement                                                      
162
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La profondeur d’exploitation variable des 
carrières en eau et leurs caractéristiques 
morphologiques ont une influence
morphologiques ont une influence 
importante sur les qualités biologiques de 
ces milieux et leur évolution future. La taille 
a ainsi une incidence sur la stabilité de
a ainsi une incidence sur la stabilité de 
l’écosystème, plus il est grand, plus il peut 
être riche en espèces végétales ou 
animales, et plus il est diversifié et
animales, et plus il est diversifié et 
complexe, mieux il peut résister aux 
agressions externes.
i t
Les carrières et l'environnement                                                      
163
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les processus de pénétration de l’eau par la 
l iè
lumière sont liés à la profondeur et interviennent 
t lié à l f d ti t i t
sur la thermique et la dynamique de cette masse 
d’eau et donc sur la productivité de l’ensemble  
p , g
du plan d’eau. Enfin, le faciès des berges est un 
élément de premier ordre, car leur 
développement et leur contour déterminent la
développement et leur contour déterminent la 
diversité du milieu et influencent également sa 
productivité. Leur profile (pente) est un facteur 
d ti ité L fil ( t ) t f t
essentiel de la recolonisation par les végétaux 
aquatiques et semi‐aquatiques, dont les 
g q
différentes catégories floristiques se distribuent 
en fonction de la profondeur. 
Les carrières et l'environnement                                                      
164
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L analyse des divers peuplements présents dans 
L’analyse des divers peuplements présents dans
les gravières permet cependant de dégager une 
association spécifique commune stable
association spécifique commune stable, 
composée d’espèces caractéristiques de ce type 
d
de milieux clos, comparable aux étangs ou aux 
ili l bl é
lacs peu profonds: gardon, rotengle, ablette, 
brème, tanche, associés à la perche et au 
brochet. Autour de ce peuplement de base,
brochet. Autour de ce peuplement de base, 
d’autres espèces s’associent (sandre, goujon, 
chevesne poisson chat anguille ) Résultat
chevesne, poisson‐chat, anguille…). Résultat 
d’introductions volontaires ou fortuites 
(
(communications).
i i )
Les carrières et l'environnement                                                      
165
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.3 Effets sur le paysage

L’implantation d’une carrière entraîne une 
modification du paysage (contrastes de forme, de 
)
couleurs…) avec des incidences très variables 
selon les types d’exploitation (apparition d’un 
plan d’eau
plan d eau, d
d’un
un front de taille minéral, 
front de taille minéral
déboisement, etc.). A une autre échelle, les 
contraintes foncières posent également le
contraintes foncières posent également le 
problème du mitage causé par les exploitations 
dans les vallées alluvionnaires et du contour trop 
rectiligne des excavations.
Les carrières et l'environnement                                                      
166
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les modifications paysagères introduites pour 
ll’ouverture
ouverture de carrières doivent faire l
de carrières doivent faire l’objet
objet d
d’une
une 
analyse approfondie dès le stade de l’étude 
d’i
d’impact, afin de définir un traitement paysager qui 
t fi d défi i t it t i
peut intervenir à plusieurs niveaux:
celui de la remise en état des sols, qui vise à                  
‐ réduire l’aspect chaotique des terrains et 
permettre leur réutilisation;
‐ celui  de leur aménagement, qui implique des 
celui de leur aménagement, qui implique des
travaux complémentaires permettant une insertion 
optimale ou correspondant à une affectation
optimale ou correspondant à une affectation 
précise.
Les carrières et l'environnement                                                      
167
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’objectif paysager à viser doit permettre de 
guider la remise en état vers la valorisation 
ou la meilleure intégration possible. On
ou la meilleure intégration possible.  On 
être ainsi conduit à dissimuler ou à 
« cicatriser
i i » un site (front de taille le plus 
i (f d ill l l
souvent) dans le paysage environnant ou à 
) p y g
le mettre en valeur du fait de qualités 
potentielles architecturales ou estétiques
potentielles architecturales ou estétiques.

Les carrières et l'environnement                                                      
168
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les figures 3 et 4 indiquent des 
exemples de réinsertion dans 
l’environnement de sites de carrières
l’environnement de sites de carrières 
de roches massives.

Les carrières et l'environnement                                                      
169
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
170
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
171
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
172
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En matière paysagère, l
En matière paysagère, l’intervention
intervention du 
du
paysagiste sera le plus souvent bénéfique afin que 
soient définies certaines données fondamentales
soient définies certaines données fondamentales 
telles que:
‐ le choix de l’implantation de l’exploitation, si le 
l h i d l’i l i d l’ l i i il
gisement le permet (aspect foncier et technique);
‐ le sens d’exploitation qui laissera un front 
rugueux ou lisse selon la remise en état
rugueux ou lisse selon la remise en état 
souhaitée, de même que la hauteur et la largeur 
finales du front;
finales du front;
‐ les possibilités ultérieures de modelage et de 
mise en sécurité.
i é ié
Les carrières et l'environnement                                                      
173
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En fin d’exploitation, on ne doit pas 
omettre de prévoir les conséquences à 
long terme du mode de
long terme du mode de 
réaménagement, ainsi que les 
problèmes d’entretien et de gestion. 
L’i t
L’intervention du paysagiste peut 
ti d it t
orienter les derniers travaux dans un
orienter les derniers travaux dans un 
souci  d’insertion paysagère.
Les carrières et l'environnement                                                      
174
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2 4 Eff
2.4  Effets sur le milieu naturel (flore, faune)
l ili l (fl f )

Ceux‐ci s’exercent principalement du fait des 
profondes perturbation que peut créer 
f d t b ti t é
l’implantation d’une carrière dans le milieu 
naturel. Là encore, l’étude d’impact aura un 
rôle important car c’est
rôle important, car c est bien l
bien l’analyse
analyse 
préalable des milieux naturels rencontrés qui 
permettra de définir leur valeur écologique 
et leur potentialité biologique
et leur potentialité biologique. 
Les carrières et l'environnement                                                      
175
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La connaissance de ces éléments doit 
permettre de choisir le lieu d’extraction en 
fonction des contraintes d’environnement
fonction des contraintes d environnement, 
en évitant les zones d’intérêt écologique 
majeur. Complémentairement, l’étude des 
potentialités du milieu doit guider les
potentialités du milieu doit guider les 
principes de leur remise en état. Dans 
certains cas particuliers, l’intérêt écologique 
potentiel de a zone après remise état peut
potentiel de a zone après remise état peut 
même s’avérer supérieur à celui avant 
exploitation.
l i i Les carrières et l'environnement                                                      
176
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
On rappelle ici les principales questions qu’il 
convient de se poser pour évaluer les 
conséquences écologiques de l’exploitation
conséquences écologiques de l exploitation des 
des
carrières:
‐ nature et degré de rareté du milieu existant 
d éd éd ili i
(écosystème);
‐ effets de l’ouverture de la carrière (disparition 
du milieu ou accroissement de sa rareté
du milieu ou accroissement de sa rareté, 
conséquences sur la diversité des milieux…);
‐ position géographique et climatique (couloir 
ii é hi li i ( l i
g
de migration); )
‐ dynamique évolutive du milieu.
Les carrières et l'environnement                                                      
177
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
178
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
179
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
180
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
181
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
182
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
183
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
184
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
185
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
186
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
187
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
188
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
189
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
190
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
191
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
192
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
193
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
194
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2 5 Remise en état des sites
2.5 Remise en état des sites

Cette partie de l’atelier vise à présenter 
l è l
les règles principales et les techniques 
i i l tl t h i
de remise en état des principaux
de remise en état des principaux 
modes de réutilisation de l’espace.

Les carrières et l'environnement                                                      
195
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’activité des carrières, fondée sur la présence 
d’
d’une ressource géologique exploitable, est 
é l i l it bl t
indispensable à de nombreux secteurs de 
l’économie régionale.
p p , p q
Après exploitation, et parce que celle‐ci a souvent 
bouleversé la topographie et les équilibres 
naturels des sites une réhabilitation s’impose
naturels des sites, une réhabilitation s impose.
Cette remise en état, prévue par la 
réglementation, a pour objet principal de garantir 
é l t ti bj t i i l d ti
la sécurité des biens et des personnes. Elle doit 
aussi être adaptée aux caractéristiques et à 
l’intérêt des zones concernées.
Les carrières et l'environnement                                                      
196
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Réalisée au fur et à mesure de l’extraction selon 
Ré li é f tà d l’ t ti l
une programmation prédéfinie, elle s’inscrit dans 
une politique de réaménagement dont le but est 
p p y g ,
de valoriser le site sur les plans paysager, 
environnemental et/ou pédagogique…
L’Agence ANAM et la police des mines qui
LAgence ANAM et la police des mines , qui 
instruisent les procédures administratives 
préalables à une exploitation et vérifient les 
é l bl à l it ti t é ifi t l
modalités de fonctionnement des carrières, 
assure le contrôle des remises en état après arrêt 
des extractions.
Les carrières et l'environnement                                                      
197
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
On doit distinguer:
g
‐ la remise en état des sols qui est 
obligatoire pour le carrier, en application 
bli t i l i li ti
des textes réglementaires en vigueur 
(articles du code minier et décret 
d application);
d’application);
‐ les aménagements parfois nécessaires qui 
impliquent des travaux complémentaires à 
ceux exigés par la remise en état;
ceux exigés par la remise en état;
‐ le réaménagement, qui est la somme de 
ces deux opérations.
Les carrières et l'environnement                                                      
198
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Au plan technique, les nombreuses opérations 
expérimentales ou démonstratives effectuées
expérimentales ou démonstratives, effectuées 
avec le concours de la fiscalité sur les granulats, 
ont permis de faire progresser de façon sensible 
t i d f i d f ibl
la connaissance des différentes techniques de 
remise en état. Parmi les diverses affectations 
p
possibles, il existe pour chaque carrière une 
, p q
formule, de réutilisation principale, et même, 
selon sa taille une combinaison des différentes
selon sa taille, une combinaison des différentes 
formules entre elles.
Les carrières et l'environnement                                                      
199
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Nous rappellerons l’importance de la 
pp p
concertation préalable entre les principaux 
i t
intervenants (carrier, propriétaire, 
t ( i iét i
administration, collectivité), sur le choix du 
mode de remise en état final. Ce dialogue 
doit refléter la motivation et le consensus
doit refléter la motivation et le consensus 
nécessaires pour permettre au carrier de 
réaliser son exploitation dans une certaine 
optique de réaménagement et garantir à
optique de réaménagement, et garantir, à 
long terme, l’utilisation de ces terrains aux 
fins envisagées. Les carrières et l'environnement                                                      
200
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Durant l’exploitation, l’intérêt de cette 
concertation demeure, dès lors qu’ilil ss’agirait
concertation demeure, dès lors qu agirait 
d’adapter l’aménagement en tenant compte 
d di
des diverses modifications ou sujétions 
difi i jé i
susceptibles d’intervenir dans l’exploitation.
p p
Les principales possibilités d’aménagement 
des carrières après (o pendant) e traction
des carrières après (ou pendant) extraction 
sont présentées dans le tableau II.  

Les carrières et l'environnement                                                      
201
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Tableau II. Principales possibilités d’aménagement des carrières après extraction des 
matériaux

Les carrières et l'environnement                                                      
202
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
203
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
204
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
205
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
206
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.5.1. Remise en état agricole

A titre d’exemple, en France, chaque année, 
environ 1 500 hectares de carrières sont ouvertes 
g j
en zone agricole et doivent faire l’objet d’une 
remise en état. Les techniques utilisées sont, à ce 
jour bien maîtrisées Elles permettent de
jour bien maîtrisées. Elles permettent de 
retrouver, après remise en état, un sol dont les 
potentialités agronomiques soient identiques à
potentialités agronomiques soient identiques à 
celles du sol en place avant extraction, et ce, dès 
les premières récoltes. Pour cela, la remise en état 
agricole doit être impérativement étudiée dès les 
démarches préalables à l’ouverture de la carrière.
Les carrières et l'environnement                                                      
207
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le tableau III regroupe les paramètres 
Le tableau III regroupe les paramètres
qu’il est nécessaire d’étudier pour 
conclure à la faisabilité d’une remise en 
état agricole de carrière
état agricole de carrière.

Les carrières et l'environnement                                                      
208
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Tableau III. Données 
de reconnaissance 
préalable à une 
remise en état 
agricole de carrière

Les carrières et l'environnement                                                      
209
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• La technique
Celle‐ci est développée ci‐après. Elle 
concerne l’ensemble des modes de
concerne l’ensemble des modes de 
remise en état qui doivent permettre la 
q p
reprise d’une végétation, qu’il s’agisse 
de fins agricoles, sylvicoles, paysagères, 
écologiques …
écologiques

Les carrières et l'environnement                                                      
210
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les tâches d’une remise en état 
agricole de carrière « à l
agricole de carrière « à l’avancement
avancement » 
»
débutent dès lors que l’extraction a 
q
dégagé une excavation initiale 
minimum permettant le 
i i l
fonctionnement de l’exploitation
fonctionnement de l exploitation 
(évolution des engins, installations 
éventuelles).
Les carrières et l'environnement                                                      
211
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La préparation du soubassement.
p p

Une distinction sera à établir selon que l’on 
U di ti ti à ét bli l l’
a à faire à un fond de fouille hors d’eau 
(gisement à sec) ou non. Dans ce dernier 
cas le soubassement résulte du remblai
cas,  le soubassement résulte du remblai 
rapporté pour combler la partie 
d’excavation en eau. Ce type de 
soubassement nécessite parfois une
soubassement nécessite parfois une 
stabilisation du remblai sur une durée d’un 
ou deux ans. Les carrières et l'environnement                                                      
212
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Une pente générale devra être établie à la 
U t é é l d êt ét bli à l
surface du soubassement (entre 0,5 et 1 % 
( ,
le plus souvent) grâce à un nivellement du 
terrain Un défoncement de la surface sera
terrain. Un défoncement de la surface sera 
généralement préconisée si le 
soubassement est peu perméable (par 
passage du ripper) ceci afin d’améliorer
passage du ripper), ceci afin d améliorer 
l’assainissement. Le rippage sera effectué de 
préférence juste avant le dépôt des terres de 
recouvrement.
Les carrières et l'environnement                                                      
213
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le cycle du sol

Le respect avec lequel on manipule le sol 
avant et après exploitation conditionne la 
qualité e le délai de la reprise agricole Au‐
qualité e le délai de la reprise agricole. Au
dessus d’une certaine épaisseur de sol (50 
cm), un décapage sélectif s’avère le plus 
)
souvent nécessaire et favorable à la remise
souvent nécessaire et favorable à la remise 
en état agricole. Lors du décapage du sol, 
un certain nombre de précautions doivent 
t i b d é ti d i t
être respectées:
p
Les carrières et l'environnement                                                      
214
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ ne pas effectuer la découverte sur sol 
t
trempé ou par temps pluvieux (incidences 
é t l i (i id
négatives sur la stabilité structurale);
‐ ne pas utiliser les surfaces à découvrir 
comme plan de roulement pour les engins à
comme plan de roulement pour les engins à 
pneus (tassements préjudiciables);
‐ ne pas effectuer de poussage du sol sur 
des distances supérieures à 20 m
des distances supérieures à 20 m 
(laminage).
Les carrières et l'environnement                                                      
215
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les engins habituellement utilisés 
pour les opérations de découverture 
sont: le bouteur, le chargeur ou la 
t l b t l h l
pelle hydraulique.
pelle hydraulique.

Les carrières et l'environnement                                                      
216
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
LLorsque le transport est nécessaire, la 
l é i l
p g
programmation de l’exploitation et de la 
p
remise en état coordonnées de la carrière 
d it i à i i i
doit viser à minimiser ce poste dont 
t d t
l’incidence est généralement importante en 
matière de coûts. Le transport s’effectue le 
plus souvent à l’aide
plus souvent à l aide camions tombereaux. 
camions tombereaux
Ces engins exercent des pressions au sol 
importantes et leur circulation sur le 
soubassement doit être établie avec soin
soubassement doit être établie avec soin.
Les carrières et l'environnement                                                      
217
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le stockage est déconseillé d’une manière 
générale (lessivage, envahissement de la 
é é l (l i hi td l
végétation, manipulations supplémentaires). 
De plus, la bonne gestion de l’exploitation de 
la carrière (abaissement du prix du transfert
la carrière (abaissement du prix du transfert, 
gain d’espace, maintien des qualités du sol) 
conduit à préconiser  une rotation des terres 
avec mise en place immédiate des terres de
avec mise en place immédiate des terres de 
découverte sur le secteur déjà exploité.
Les carrières et l'environnement                                                      
218
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Si le stockage ne peut être évité, on 
g p ,
veillera à ne pas constituer un dépôt sur 
une hauteur importante, à le profiler en 
h i àl fil
arrondi et à l’ensemencer
arrondi et à l ensemencer si possible 
si possible
avec un semis de graminées ou de 
légumineuses (protection contre 
ll’érosion
érosion ou la végétation envahissante).
ou la végétation envahissante)

Les carrières et l'environnement                                                      
219
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le recouvrement du sol par les terres 
Le recouvrement du sol par les terres
consiste en l’inverse de l’opération de 
p
découverte. C’est ainsi que les horizons 
i fé i
inférieurs seront disposés en sous‐
t di é
couche et recouverts ensuite avec
couche et recouverts ensuite avec 
l’horizon humifère.

Les carrières et l'environnement                                                      
220
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’épaisseur totale du sol à reconstituer 
L’é i t t l d là tit
varie le plus souvent de 50 cm à 1 m.
varie le plus souvent de 50 cm à 1 m. 
Lors de ces opérations de 
recouvrement, il faudra veiller tout 
particulièrement à éviter tout
particulièrement à éviter tout 
compactage en profondeur.

Les carrières et l'environnement                                                      
221
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Pour cela, les camions et tombereaux 
Pour cela les camions et tombereaux
se tiennent hors de la surface en cours 
de réglage. Les engins de réglage les 
mieux adaptés sont la pelle 
d é l ll
hydraulique pour la sous‐couche
hydraulique pour la sous couche et le 
et le
chargeur à chenilles ou le bouteur pour 
la couche humifère (ceux‐ci peuvent 
alors travailler depuis la surface
alors travailler depuis la surface 
définitive).
)
Les carrières et l'environnement                                                      
222
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En matière de programmation, un certain nombre 
En matière de programmation un certain nombre
de formules est possible pour la reconstitution 
d’un
d un sol agricole, qui prend en compte les 
sol agricole qui prend en compte les
modalités et précautions définies précédemment 
pour la mise en œuvre. Schématiquement, on 
peut représenter la remise en état « à 
l’avancement » (reconstitution opérée en liaison 
avec l’avancement
avec l avancement de l
de l’extraction)
extraction) selon des 
selon des
méthodes types qui, dans la pratique, autorisent 
entre elles diverses combinaisons Deux des plus
entre elles diverses combinaisons. Deux des plus 
fréquentes sont représentées ci‐dessous (figures 
5 et 6).
)
Les carrières et l'environnement                                                      
223
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Figure 5. 
Méthode 
Méthode
« bennes et 
pelle » 
(décapage et 
régale 
simultanés)

Les carrières et l'environnement                                                      
224
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Figure 5. Méthode « bennes et pelle » 
(
(décapage et régale simultanés)
p g g )

Les carrières et l'environnement                                                      
225
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Figure 6. Méthode au « chargeur »

Les carrières et l'environnement                                                      
226
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
227
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.5.2. La remise en état à des fins de 
2.5.2. La remise en état à des fins de
reboisement

Tous les principes généraux examinés 
p p g
précédemment en matière de reconstitution 
des sols restent valables Simplement la
des sols restent valables. Simplement, la 
revégétation forestière  présente des 
contraintes plus strictes à respecter, d’autant 
que les erreurs éventuelles ne peuvent plus
que les erreurs éventuelles ne peuvent plus 
être rattrapées après plantation (si ce n’est 
en repartant de zéro).
Les carrières et l'environnement                                                      
228
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
• Le défrichement
L déf i h t

il est possible de l’opérer par phases 
successives et tranches de superficie afin
successives et tranches de superficie, afin 
d’opérer un décapage des sols (et un 
stockage éventuel) qui puisse préserver plus 
possible les qualités du sol en place
possible les qualités du sol en place.
Le défrichement et le décapage s’effectuent 
donc dans toute la mesure du possible au 
rythme des stricts besoins de l’exploitation.
rythme des stricts besoins de l exploitation. 
Les carrières et l'environnement                                                      
229
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’horizon superficiel humifère et les 
h i
horizons inférieurs seront 
i fé i t
impérativement conservés et décapés
impérativement conservés et décapés 
sélectivement, si l’épaisseur totale du 
sol est suffisante de la surface. Un 
ameublissement sera le plus souvent
ameublissement sera le plus souvent 
utile, grâce à un passage général de 
ripper.
Les carrières et l'environnement                                                      
230
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’épaisseur de sol meuble à reconstituer est 
difficile à préciser en raison des qualités
difficile à préciser, en raison des qualités 
diverses de matériaux de chaque carrière.

Le schéma suivant synthétise les règles 
y g
actuellement admises pour les principales 
essences, s’agissant d’une profondeur 
’ i t d’ f d
minimale impérative (figure 7).
p ( g )

Les carrières et l'environnement                                                      
231
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Figure 7. Profondeur minimale pour un sol meuble reconstitué.

Les carrières et l'environnement                                                      
232
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
En moyenne, la cote de niveau remis 
en état devra être au moins supérieure 
à 1 5 m du niveau de la cote décennale
à 1,5 m du niveau de la cote décennale 
de la nappe phréatique. 
pp p q

Les carrières et l'environnement                                                      
233
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La préparation du sol, le choix des 
essences et des plantes les techniques
essences et des plantes, les techniques 
de mise en place et les travaux 
p
d’entretien sont interdépendants. Le 
choix des essences sera le fait de 
h i d l f it d
spécialistes; l’implantation
spécialistes; l implantation des 
des
essences se fera, soit par semis, soit au 
moyen  de plants ou de boutures.
Les carrières et l'environnement                                                      
234
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
On retiendra que la plantation sur film 
On retiendra que la plantation sur film
plastique donne généralement de 
meilleurs résultats et nécessite moins 
d’entretien.
d’entretien

La protection (clôture, manchons 
grillagés) et l’entretien sont des gages 
)
importants de réussite ultime des
importants de réussite ultime des 
plantations. 
Les carrières et l'environnement                                                      
235
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.5.3 Remise en état écologique

Les prescriptions énoncées ci
Les prescriptions énoncées ci‐après
après 
concernent les carrières à sec, car les 
carrières en eau (sablières) sont 
interdites par la loi sur l’eau
interdites par la loi sur l eau en Algérie.
en Algérie

Les carrières et l'environnement                                                      
236
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Pour les carrières à sec, dans certaines 
Pour les carrières à sec dans certaines
conditions, ces exploitations (roche 
p (
massive, extraction hors nappe) 
peuvent présenter un intérêt pour la 
t é t i té êt l
reconstitution de biotopes ou des
reconstitution de biotopes ou des 
biocénoses intéressante: pelouse 
calcicole, faune adaptée à un milieu 
particulier…
particulier

Les carrières et l'environnement                                                      
237
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Rappelons l’intérêt de consulter un 
pp
spécialiste qui saura préciser, dans 
chaque cas particulier de carrière, les 
h i li d iè l
règles écologiques essentielles qu’ilil 
règles écologiques essentielles qu
conviendra d’adapter. Ceci se fera sans 
qu’il y ait à craindre de difficultés 
majeures ou de coût excessif
majeures ou de coût excessif.

Les carrières et l'environnement                                                      
238
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.5.4. Remise en état en espaces de 
détente et de loisirs
détente et de loisirs

Un descriptif du projet d’aménagement 
d
devra être élaboré, soit au niveau 
êt él b é it i
chapitre « remise en état
chapitre  remise en état » de l
de l’étude
étude 
d’impact, soit au niveau d’un rapport 
spécifique.
Les carrières et l'environnement                                                      
239
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Sur cette base, les concertations 
préalables avec les collectivités locales 
devront permettre de concilier la mise
devront permettre  de concilier la mise 
en œuvre des prescriptions 
réglementaires de remise en état du 
carrier avec les travaux ultérieurs
carrier avec les travaux ultérieurs 
d’aménagement ou d’équipement à la 
g q p
charge des collectivités.
Les carrières et l'environnement                                                      
240
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2.5.5. Remise en état en espaces de 
é d
détente et de loisirs
détente et de loisirs

Un descriptif du projet d’aménagement  
devra être élaboré soit au niveau du
devra être élaboré, soit au niveau du 
chapitre « remise en état » de l’étude 
p
d’impact, soit au niveau d’un rapport 
spécifique. 
é ifi

Les carrières et l'environnement                                                      
241
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Sur cet base, les concertations 
préalables avec les collectivités locales 
é l bl l ll ti ité l l
devront permettre de concilier la mise
devront permettre de concilier  la mise 
en œuvre  des prescriptions 
réglementaires de remise en état du 
carrier avec les travaux ultérieurs
carrier avec les travaux ultérieurs 
d’aménagement o d’équipement à la 
charge des collectivités.
Les carrières et l'environnement                                                      
242
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les utilisations des plans d
Les utilisations des plans d’eau
eau à des 
à des
fins sportives nécessitent auparavant 
p p
un étude socio‐économique pour 
é l
évaluer la fréquentation possible et les 
l fé i ibl l
coûts d’entretien
coûts d entretien et de gestion qui 
et de gestion qui
peuvent être très élévés.

Les carrières et l'environnement                                                      
243
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Cette remarque vaut pour tout 
aménagement de base de loisirs; les 
é d b d l ii l
collectivités locales devront bien
collectivités locales devront bien 
apprécier la charge annuelle qu’elles 
peuvent représenter.

Les carrières et l'environnement                                                      
244
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les finalités de remise en état d’un espace 
de détente et de loisirs sont multiples; elles 
concernent:
‐ la baignade; à condition notamment de 
pouvoir créer des berges accueillantes et de 
disposer d’une
disposer d une eau suffisamment propre.  
eau suffisamment propre
Les berges seront transformées en talus en 
pente douce et recouvertes de sable; les 
abords seront engazonnés; des plantations
abords seront engazonnés; des plantations 
localisées d’arbres pour créer des zones 
d’ b
d’ombrage sont également recommandées;
té l t dé
Les carrières et l'environnement                                                      
245
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La voile: utilisation intéressante à partir 
p
d’une emprise minimale, par exemple 
10 ha pour un bassin d’initiation, 100 
ha environ pour un plan d’eau
ha environ pour un plan d eau proche 
proche
d’une agglomération de 200 000 
habitants, 700 ha environ pour un plan 
d’eau olympique Une telle affectation
d’eau olympique. Une telle affectation 
implique, même en période d’étiage, 
p q , p g ,
une profondeur d’eau au moins égale à 
1,50 m;    Les carrières et l'environnement                                                      
246
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ Autres sports nautiques: aviron, qui 
nécessite surtout un ample 
é it t t l
développement en longueur, de même
développement en longueur,  de même 
que le ski nautique. Dans  ce cas 
également, la profondeur du plan d’eau 
doit être d’au
doit être d au moins de 1,5 m. Les 
moins de 1 5 m Les
berges devront être transformées en 
talus à pente  douce;
Les carrières et l'environnement                                                      
247
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ Terrains de sport: plateau d’entrainement, 
T i d t l t d’ t i t
terrain de football, courts de tennis, 
, ,
nécessiteront un nivellement préalable avec 
une préparation ultérieure soignée du
une préparation ultérieure soignée du 
soubassement. Le relief d’une  carrière en 
creux peut susciter des aménagements 
originaux;
‐ la pêche: compte tenu de son intérêt 
multiple (loisirs, écologie, production..) elle 
fait l’objet
fait l objet du paragraphe ci
du paragraphe ci‐après.
après.
Les carrières et l'environnement                                                      
248
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
2 5 6 Remise en état à des fins piscicoles
2.5.6. Remise en état à des fins piscicoles

L’exploitation de matériaux en vallées 
alluviales conduit le plus souvent à la
alluviales conduit le plus souvent à la 
production de plans d’eau relativement peu 
profonds (3 à 5 m) et de superficies 
variables (entre 3 et 10 ha). La mise en
variables (entre 3 et 10 ha). La mise en 
valeur de ces plans d’eau pour la pêche doit 
di i
distinguer deux objectifs:
d bj if

Les carrières et l'environnement                                                      
249
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ «l’élevage» des poissons dans ses aspects 
l’éle age des poissons dans ses aspects
relatifs à la pisciculture; cet objectif, difficile 
à maîtriser dans une carrière qui est un 
milieu non vidangeable ne sera abordé
milieu non vidangeable, ne sera abordé  
qu’indirectement ici. Des études et 
expérimentations s’achèvent, qui 
définissent les modalités permettant
définissent les modalités permettant 
d’atteindre cet objectif;
‐ la pêche d’agrément: c’est l’utilisation la 
plus courante.
plus courante.
Les carrières et l'environnement                                                      
250
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
L’aménagement d’une ballastière à des fins  
piscicoles doit permettre de réunir toute une 
i i l d it tt d é i t t
série de conditions visant à obtenir un 
écosystème aquatique diversifié et équilibré, ainsi 
q
que des transformations du milieu terrestre dans 
une optique d’utilisation  en site de pêche. Ainsi, 
la production de poissons dans les sablières va
la production de poissons dans les sablières va 
dépendre,  dans une large mesure,  de la qualité 
physico‐chimique des eaux. Certains paramètres 
h i hi i d C t i èt
sont déterminants pour les conditions  de vie  des 
poissons, les plus importants d’entre eux 
yg , p
concernant la teneur en oxygène dissous, le pH et 
la température. Les carrières et l'environnement                                                      
251
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Ce dernier paramètre joue un rôle 
p j
prépondérant sur la biologie des poissons 
(alimentation milieu reproduction)
(alimentation,  milieu, reproduction). 
Généralement, les principaux paramètres 
qui vont déterminer la productivité des eaux 
sont maintenant bien connus et
sont maintenant bien connus et 
identifiables. Leur examen préalable sera 
nécessaire afin de déterminer  les 
potentialités d’un
potentialités d un plan d
plan d’eau
eau sur le plan 
sur le plan
piscicole (pêche de loisirs, voire pisciculture 
extensive). 
i ) Les carrières et l'environnement                                                      
252
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Le modèle des berges et leur 
Le modèle des berges et leur
configuration seront un élément un 
g
élément déterminant dans le succès de 
l
la mise en état.  C’est le plan 
é ’ l l
d’aménagement
d aménagement qui doit prévoir, avant 
qui doit prévoir avant
le début de l ’extraction, les conditions 
permettant d’optimiser la production 
piscicole et la pratique de la pêche; on
piscicole et la pratique de la pêche; on 
s’efforcera de:
Les carrières et l'environnement                                                      
253
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ développer  la longueur des berges: la productivité du 
plan d’eau
plan d eau en est amélioré. Par exemple, on introduit  un 
en est amélioré. Par exemple, on introduit un
brochet pour 10 m de berges;
‐ le plan d
le plan d’eau
eau devra posséder à la fois  des berges en 
devra posséder à la fois des berges en
pente douce et d’autres plus abruptes.  Les premières 
permettant pendant les beaux jours un réchauffement
permettant pendant les beaux jours un réchauffement 
plus rapide de l’eau et favoriseront  la reproduction du 
poisson. Elles seront plus facilement colonisées par la
poisson. Elles seront plus facilement colonisées par la 
végétation, ce qui rendra la pêche plus difficile. Ceci n’est 
pas un gros inconvénient car les sites de reproduction
pas un gros inconvénient car les sites de reproduction 
doivent être protégés des pêcheurs et promeneurs. Si la 
dimension du plan d’eau
dimension du plan d eau ll’autorise,
autorise, la création d
la création d’un
un îlot ou 
îlot ou
d’un haut‐fond au milieu de l’étang fournira d’excellentes 
frayères à l’écart
frayères à l écart  des lieux de passage.
des lieux de passage.
Les carrières et l'environnement                                                      
254
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
De bonnes conditions de reproduction 
D b diti d d ti
peuvent efficacement remplacer les
peuvent efficacement remplacer les 
réempoissonnements onéreux et 
hasardeux. Les berges plus abruptes 
seront plus favorables à la pratique de
seront plus favorables à la pratique de 
la pêche;

Les carrières et l'environnement                                                      
255
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ les berges verticales, particulièrement 
d
dangereuses (risque de sapement et 
(i d
d’effondrement)
d effondrement) devront être adoucies. 
devront être adoucies
Les berges en pente douce seront 
recouvertes avec de la terre végétale 
que l’on
que l on aura pris soin de stocker avant 
aura pris soin de stocker avant
le creusement.

Les carrières et l'environnement                                                      
256
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Cette terre, mieux que celle du sous‐sol, 
Cette terre mie q e celle d so s sol
possèdera toutes les qualités requises pour 
l’installation  de la végétation aquatique. 
Par contre elle diminuera l’alimentation
Par contre,  elle diminuera  l alimentation en 
en
eau  de l’étang (tassement, colmatage). Il 
sera donc  judicieux de planifier, avant 
ll’extraction
extraction, le positionnement des berges 
le positionnement des berges
douces. On veillera aussi à l’emplacement 
de ces berges par rapport aux vents 
dominants.
Les carrières et l'environnement                                                      
257
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Variantes d’aménagements des berges d’un plan d’eau

PENTE DOUCE (abri, reproduction)
PENTE ABRUPTE (pêche)

Les carrières et l'environnement                                                      
258
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
3.6. Remise en état en décharge contrôlée

L’activité humaine, qui est consommatrice  
de matériaux de granulats, est également 
productrice de déchets ménagers
productrice de déchets ménagers. 
L’élimination de ces déchets est nécessaire, 
et l’activité des carrières peut se compléter 
avec celle d’un
avec celle d un réaménagement par 
réaménagement par
l’exploitation d’une décharge contrôlée.
Les carrières et l'environnement                                                      
259
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Ces deux activités font l
Ces deux activités font l’objet
objet de 
de
réglementations distinctes qu’il conviendra 
de respecter. Dans le cas où on prévoira, 
après ou pendant l’exploitation
après ou pendant l exploitation de la 
de la
carrière, son utilisation en décharge 
contrôlée, l’étude d’impact devra avoir 
ôlé l’é d d’i d i
p
permis de vérifier la faisabilité réelle de cet 
aménagement sur la zone autorisée à 
l’extraction des matériaux en particulier on
l’extraction des matériaux: en particulier on 
devra s’asssurer:
Les carrières et l'environnement                                                      
260
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ que les caractéristiques hydrogéologiques 
l éi i h d é l i
des terrains permettent d’éviter tout risque 
p q
de pollution des eaux;
‐ que toutes les mesures nécessaires  
t t l é i
pourront être prises pour la prévention des 
pollutions et nuisances: en plus de la 
protection des eaux déjà citée on de devra 
protection des eaux déjà citée, on de devra
contrôler notamment les dégagements 
gazeux, la lutte contre les animaux génants, 
les incendies etc
les incendies, etc.
Les carrières et l'environnement                                                      
261
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
La décision de combler une carrière en 
décharge contrôlée sera guidée par:
‐ « la situation géologique
la situation géologique » (nature 
» (nature
lithologique et puissance du substratum 
jusqu’au niveau du premier aquifère au 
moins tectonique nature et épaisseur des
moins, tectonique, nature et épaisseur des 
formations superficielles…);
‐ le contexte hydrogéologique (vulnérabilité 
des nappes, paramètres
des nappes, paramètres 
hydrodynamiques…);
Les carrières et l'environnement                                                      
262
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
‐ et les données hydrologiques (importance 
d r issellement relations a ec le résea
du ruissellement, relations avec le réseau 
hydrographique, points d’absorption des 
écoulements …).
Il importera alors de définir au plus tôt le
Il importera alors de définir au plus tôt le 
principe de l’utilisation ultérieure de la 
carrière en tant que décharge contrôlée, de 
même que le type de réhabilitation final de
même que le type de réhabilitation final de 
la décharge. Ceci permettra de concevoir 
des aménagements dont la fonction peut 
être utile à la fois pour l’activité
être utile à la fois pour l activité carrière et 
carrière et
décharge. Les carrières et l'environnement                                                      
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
263
4. Conclusion
4. Conclusion

Aujourd’hui le temps d’une opinion 
publique franchement hostile aux
publique franchement hostile aux 
carrières est révolu. Il faut voir là les 
effets de la réglementation qui est 
d
devenue très contraignante et les 
tè t i t tl
p g
progrès des techniques permettant de 
q p
limiter les atteintes de l’environnement. 
Les carrières et l'environnement                                                      
264
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Il convient également de noter  une 
certaine prise de conscience des 
d d
exploitants car sans elle il n’aurait
exploitants car, sans elle, il n aurait pas 
pas
été possible de faire un constat aussi 
satisfaisant.

Les carrières et l'environnement                                                      
265
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Néanmoins, il ne faut pas oublier  que 
l
les carrières  portent atteinte 
iè t t tt i t
directement à notre patrimoine naturel
directement à notre patrimoine naturel 
et, si elles sont nécessaires, elles 
doivent s’intégrer pendant 
ll’exploitation
exploitation et à la fin de cette 
et à la fin de cette
exploitation, afin de faire oublier leur 
présence.
Les carrières et l'environnement                                                      
266
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Cependant, la réglementation, les 
C d t l é l t ti l
techniques de l’environnement
techniques de l environnement ne font 
ne font
pas tout , et il est nécessaire que se 
perpétue le dialogue solidement établi 
entre les défenseurs de
entre les défenseurs de 
l’environnement et les carriers.

Les carrières et l'environnement                                                      
267
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
268
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a
Les carrières et l'environnement                                                      
269
Pr. T. SERRADJ ‐ CETIM 2016a

Vous aimerez peut-être aussi