Vous êtes sur la page 1sur 105

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE CONSTANTINE 1
FACULTE DES SCIENCES EXACTES
DEPARTEMENT DE PHYSIQUE

N° d’ordre : ……….
Série : …………………
MEMOIRE

Présenté pour obtenir le Diplôme de Magister en Physique


Spécialité : Energies Renouvelables

THEME

Contribution à l’Etude et a la Simulation


d’un Concentrateur Cylindro-Parabolique

PAR

BOUGUETAIA Nadia

Soutenu le :……../……/2013

Devant le Jury :

Président : A. CHAKER Prof. Université Constantine 1

Rapporteur : N. BELLEL Prof. Université Constantine 1

Examinateurs : M. DJEZZAR Prof. Université Constantine 1

A. ZAATRI Prof. Université Constantine 1


 

DEDICACES 
 

A Mes Parents 

Mes Sœurs et  mon Frère 

Et à mes amis (e) 

 
 
 

REMERCIMENTS : 
Je remercie toute personne m’ayant aidé de prés ou de loin a l’aboutissement de ce travail : 

Je  cite  en  particulier  mon  Encadreur  Monsieur  N.BELLEL  Professeur  au  Département  de 
Physique  Université  de  Mentouri  qui  a  accepté  de  diriger  mon  travail,  et  pour  ses 
encouragements.  

A  Madame  A.Chaker  Professeur  à  l’Université  de  Mentouri  au  Département  de  Physique 
Energétique mon profond respect pour avoir  accepté  de présider le jury. 

A  Monsieur  M.  DJEZZAR  Professeur  a  l’Université  de  Mentouri  au  Département  Physique 
Energétique  pour  ses  conseils  et  ses  encouragements  et  qui      m’honore  en  acceptant 
d’examiner ce travail. 

A  Monsieur  A.  ZAATRI  Professeur  a  l’Université  de  Mentouri  au  Département  de  Génie‐
mécanique  pour  avoir  accepté  d’examiner  ce  travail.
 

Résumée : 
Cette études porte sur la modélisation mathématique  d’un concentrateur solaire de 
type  cylindro_parabolique  un  bilan  thermique  à  était  établi  respectivement  sur  le 
fluide caloporteur ,sur le tube absorbeur et puis sur l’enveloppe du verre, le system 
d’équation  obtenu  est  résolu  par  la  méthode  des  différences  finies  .on  obtient  les 
résultats  pour  une  journée  typique  .la  variation  de  la  température  du  fluide 
caloporteur , du type absorbeur et de l’enveloppe en verre .ainsi que les puissances 
et le rendement du concentrateur et des différents facteurs dans le but amélioré les 
performances du prototype. 

 
SOMMAIRE

INTRODUCTION
CHAPITRE I : Gisement Solaire... ........................................................................................... …..04
Introduction………………………………………………………………………….…….………..05
I.1.2 Le Rayonnement Solaire………………………………………………………..…………….06
I.1.2.1 Généralités sur le Soleil….........................................................................................06
I.1.2.2. Constante Solaire......................................................................................................08
I.1.2.3.Translation et Rotation de la Terre………………………………….……………09
I.1.2.4.Le spectre solaire :……………………………………………………….…………10
I.1.2.5.Rayonnement solaire à la limite de l'atmosphère………………….……………..12
I.1.3 La position du soleil………………………………...................................................................12

I.1.3.1.Les coordonnées géographiques terrestres [5]……………………….…………...12


I.1.3.2.Déclinaison……………………………………………………………….………….14
I.1.3.3.L'équation du temps…………………………………………………….………….15
I.1.3.4.Le temps solaire vrai et l'angle horaire du soleil…………………………………16
I.1.3.5.Hauteur angulaire du soleil………………………………………………………...17
I.1.3.6.Azimut du soleil……………………………………………………………………..17
I.1.3.7. Durée du jour…………………………………………………………...………….18
I.1.3.8.Décalage horaires…………………………………………….……..………………18
I.1.3.9.Fuseau horaire………………………………………………….….……………….19
I.1.4.Eclairement d'un récepteur plan………………………………………….…..……………..20

I.1.4.1Rayonnement diffus…………………………………………………………………..22

I.1.4.2.Eclairement Global…………………………………………………………………22
I.1.5.L’Importance du Gisement Solaire Algérien………………………………………………..23
CHAPITRE II : LES CAPTEURS A CONCENTRATION ......................................................... 25
Introduction…………………………………………………………………………………………25
II.1 Description de la Concentration……………………………...................................................25
II.2 Détermination de la Concentration Géométrique……………………………………………27
II.3 Concentration Géométrique Maximale……………………………………………………….29
II.4 Concentration Sphérique………………………………………………………………………30
II.5 Concentrateur Parabolique……………………………………………………………………33
II.6 Les Centrales Solaires………………………………………………………………………….37
II.7 La Poursuite Solaire……………………………………………………………………………37

CHAPITRE III : BILAN ENERGETIQUE ................................................................................... 40


Introduction…………………………………………………………………………………………40
III.1.Concentration Idéale………………………………………………………………………….41
III.2.Concentration Géométrique………………………………………………………………….41
III.3.Etude Théorique du Concentrateur Cylindroparabolique…………………………………42
III.3.1. Performances Optiques d'un Concentrateur Cylindroparabolique………...….42
III.3.1.1.Taux de Concentration…………………………………………………………..42
III.3.1.2.Facteurs Optiques……………………………………………………………..…42
III.3.1.3.Rayonnement Absorbé………………………………………………………..….43
III.3.1.4.Température de Sortie du Fluide Caloporteur……………………………..….43
III.3.1.5.Rendement d'un Concentrateur Solaire…………………………………..……43
III.4.Montage…………………………………………………………………………………..……43
III.5.Bilan Thermique………………………………………………………………………..…….44
III.5.1.Entre l'absorbeur et le fluide caloporteur………………………………...………44
III.5.2.Entre l'Absorbeur et l'Enveloppe en Verre……………………………………….45
III.5.3.Bilan Thermique entre l'Enveloppe du Verre et l'Environnement …………..…45
* Présentation des nœuds de notre système………………………………..……46
* Hypothèses utilisées dans le modèl de calcul………………………………….46
III.5.4.Différents Mode de Transfert de Chaleur………………………………………...47
III.5.4.1.Transfert de Chaleur entre l'Absorbeur et le Fluide Caloporteur……………47
III.5.4.2.Transfert de Chaleur entre l'Absorbeur et l'Environnement du Verre…..….47
III.5.4.3.Transfert de Chaleur entre l'Enveloppe du Verre et l'Environnement…..….49
III.6. Pertes Thermiques…………………………………………………………………………49
III.6.1.Pertes Par Conduction…………………………………………………………….50
III.6.2.Pertes par Convection…………………………………………………………….50
III.6.3.Pertes par rayonnement……………………………………………………….…..51
III.7. Discrétisation des Equations………………………………………………………….…..52
* Structure du code de calcul………………………………………………………….….55
* L’organigramme de calcul………………………………………………………………57

CHAPITRE IV : RESULTATS ET INTERPRETATIONS


IV.1. Introduction…………………………………………………………………………………..59
IV.2. Les Caractéristiques du Prototype…………………………………………………………..59
IV.3. Les Caractéristiques des matériaux utilisés………………………………………………...59
IV.4. Les Résultats Numériques……………………………………………………………………60
IV.5. La Validation des Résultats avec l’expérimental………………………………………..…76
IV.6. Conclusion Générale…………………………………………………………………………78
Références Bibliographiques…………………………………………………………………...…..79
Annexes………………………………………………………………………………………………81
NOMENCLATURE

TSV : Temps solaire vrai [heure]


TSM : Temps solaire moyen [heure]
ET : Equation du temps [minute]
h : Hauteur angulaire solaire [degré]
a : Azimut [degré]
E : Emittance [W/m2]
I : Eclairement solaire direct [W/m2]
D : Rayonnement Diffus [W/m2]
G : Rayonnement Global [W/m2]
Io : Energie solaire reçue par une surface horizontale [W/m2]
Patm : Pression atmosphérique [Pa]
θ : Angle d'ouverture du concentrateur [degré]
S* : Eclairement direct dans la section d'ouverture du concentrateur,
S0 : Section d'ouverture
Sp : Section de passage
S* : Surface de l'image réelle du soleil dans le plan focal. [m²]
QG* : Flux solaire moyen dans l'image de Gauss [W/m²]
C : Concentration géométrique
ŋ : efficacité du concentrateur
C e* : Concentration effective
Tc : Température de Concentrateur [K]
γ : Facteur optique du collecteur (Interception)
cosθ : Angle d’incidence (degré)
h : Hauteur angulaire du lieu
ρ : Facteur de réflexion du miroir du concentrateur
τ : Facteur de transmission du miroir
C : Taux de concentrateur
σ’ : Paramètre d’erreur aléatoire universel
σ : Déviation de la distribution du rayonnement direct
B’ : Paramètre non aléatoire universel due aux erreurs angulaire

1
B : Angle entre le rayon réfléchit du centre de soleil et la normal à l’ouverture
d’ : Paramètre d’erreurs non aléatoire universel due au mal positionnement de l’absorbeur
dans le plan focal(d’=dr/d abs )
Ar : Surface du récepteur [m²]
TS : Température de sortie de fluide caloporteur [K]
Qconv : Perte de transfert par convection [W]
Qray : Perte de transfert par rayonnement [W]
Qcond : Perte de transfert par conduction [W]
ε : Emissivité de surface de l’absorbeur
εC : Emissivité de verre du couvert
Frc : Facture de forme entre le récepteur et le couvert qui est égal à 1
AO : Surface d’ouverture du concentrateur cylindro-parabolique [m²]
τα : Coefficient transmission absorption
τ : Coefficient de Stefan Boltzman (5,667x10=-8w/m²K4)
De, Di : Diamètre extérieur et intérieur de l’absorbeur [m]
SG : donnée par les rayons paraxiaux (image de Gauss) [m²]
A abs : Surface de l’absorbeur [m²]
AV : Surface du vitrage [m²]
Tabs : Température de l’absorbeur [K]
V : Vitesse du vent [m/s]
Qabsorbée : Puissance absorbée par l’absorbeur [W]
Qgagnée : Puissance gagnée par le fluide [W]
Qexterne : Puissance perdue [W]
ρ : Densité [kg/ m3]
c : Chaleur spécifique [J/kg.K]
v : Débit volumique [m3/s]
δ : La déclinaison du soleil [degré]
ω : L'angle horaire du soleil [degré]

2
Introduction :

Le soleil, l’eau, le vent, le bois et les autres produits végétaux sont autant de ressources
naturelles capables de générer de l’énergie grâce aux technologies développées par les
hommes. Leur relatif faible impact sur l’environnement en fait des énergies d’avenir face au
problème de la gestion des déchets du nucléaire et aux émissions de gaz à effet de serre. Les
énergies renouvelables représentent par ailleurs une chance pour plus de 2 milliards de
personnes isolées d’accéder enfin à l’électricité. Ces atouts, alliés à des technologies de plus
en plus performantes, favorisent le développement des énergies renouvelables mais de
manière encore très inégale selon le type de ressources considérées. La consommation
d’énergie ne cessant d’augmenter, il semble néanmoins peu probable que les énergies
renouvelables remplacent les autres ressources énergétiques dans un avenir proche. Aussi est-
il important que chacun de nous surveille au plus près sa propre consommation d’énergie.

Les énergies renouvelables (ER) ont le vent en poupe, mais depuis quelques années
seulement. Les États, les industriels, ont longtemps négligé ces énergies naturellement
offertes par la planète au profit d'énergies immédiatement plus rentables, mais aussi plus
coûteuses pour l'environnement. Aujourd'hui le vent a tourné, et les énergies renouvelables,
lentement, trouvent des applications adaptées et économiquement viables dans de multiples
domaines.

Certes, les années qui viennent s'annoncent prometteuses pour les énergies propres. Entre
1993 et 1998, les capacités " renouvelables " mondiales ont crû de 2,4 % par an. La lutte
contre le changement climatique, le développement de la production d'électricité décentralisée
et le progrès technique devraient donner un formidable coup de fouet à ces jeunes filières.
Toutefois, de nombreux experts, estiment que la part des renouvelables, même si elle
augmentera dans les années qui viennent, restera globalement faible. D'une part, parce que les
ressources d'énergies fossiles sont encore considérables : 40 ans de réserves prouvées de
pétrole, 62 ans pour le gaz, 400 ans pour le charbon. D'autre part, parce que les ER resteront
probablement toujours plus chers que les énergies classiques, tant le prix de ces dernières
n'intègre pas leurs coûts environnementaux.
Aussi est-il important, pour préserver notre environnement, de veiller dès à présent à réduire
notre consommation d'énergie. Selon une étude réalisée par le ministère en mars 2000, cette
consommation augmentera chaque année de 1,4% par an

  3
L'énergie solaire est transmise à la Terre à travers l'espace sous forme de particules d'énergie,
les photons et de rayonnement.

L'énergie solaire peut être captée et transformée en chaleur ou en électricité grâce à des
capteurs adaptés.

L'énergie solaire thermique est la transformation du rayonnement solaire en énergie


thermique. Cette transformation peut être soit utilisée directement (pour chauffer un bâtiment
par exemple) ou indirectement (comme la production de vapeur d'eau pour entraîner des
alternateurs et ainsi obtenir une énergie électrique). En utilisant la chaleur transmise par
rayonnement plutôt que le rayonnement lui-même, ces modes de transformation d'énergie se
distinguent des autres formes d'énergie solaire comme les cellules photovoltaïques.

Deux principes fondamentaux sont appliqués et éventuellement parfois combinés :

• capter l'énergie des rayons solaires grâce à un corps noir;

• concentrer le rayonnement solaire en un point (four solaire).

* Notre étude est consacrée à la concentration solaire et plus précisément le concentrateur


cylindro-parabolique et qui comporte les chapitres suivants :

- Le premier chapitre est consacré à l'étude gisement solaire.

- Le deuxième chapitre porte une étude bibliographique de la concentration solaire ainsi les
différents types de concentrateurs solaires.

- Le troisième chapitre porte sur une étude sur le concentrateur cylindro-parabolique, bilan
énergétique, mise en équation du système et résolution par la méthode des différences finis.

- Le quatrième chapitre exploitation et interprétation des résultats. On finira notre étude par
une conclusion générale.

- La partie annexes comprend notamment les propriétés thermo physiques de l'eau, et la


méthode des différences finis et les appareils et méthodes de mesures du rayonnement solaire.

  4
Chapitre I
Chapitre. I Gisement solaire

1.1 Introduction

L'énergie solaire est l'énergie qui provient du rayonnement solaire, directement à travers
l’atmosphère.

Sur Terre, l'énergie solaire est à l'origine du cycle de l’eau, du vent et de la photosynthèse
réalisée par le règne végétal, dont dépend le règne animal via les chaînes alimentaires.

L'énergie solaire est donc à l'origine de toutes les énergies sur Terre à l'exception de l’énergie
nucléaire, de la géothermie et de l'énergie marémotrice.

L'Homme utilise l'énergie solaire pour la transformer en d'autres formes d'énergie : énergie
Alimentaire, énergie cinétique, énergie thermique, énergie électrique ou énergie de la
Biomasse. Par extension, l'expression « énergie solaire » est souvent employée pour désigner
l'énergie électrique et l'énergie thermique obtenue à partir de cette dernière.

De cela on constate que le gisement solaire c’est les éléments qui décrivent la révolution du
rayonnement solaire au cours d’un temps précis pour cette cause il est utilisé dans des
espaces variés tel que la météorologie, les applications énergétiques, et l’agriculture dans les
systèmes d’exploitation de l’énergie solaire, le besoin d’éléments d’irradiation est d'une
importance capitale aussi bien dans la conception et le développement de ces systèmes que
dans l'évaluation de leurs exploit.[7]
Bien qu'il existe un réseau de stations d'évaluation du gisement solaire, le nombre de ces
stations est très limité. En Algérie, comme le réseau Chems d’où la station de mesure du
rayonnement solaire du CDER à Bouzariah qui assure la mesure de la composante globale du
rayonnement solaire chaque 5minutes au cour de la journée. Le nombre de ces stations étant
minime et c'est pour cela que divers modèles ont été proposés pour estimer le gisement
solaire à une échelle locale ou régionale. Ces modèles s'étendent des codes de calcul les plus
complexes et les plus élaboré.
L'utilisation d'un modèle de l'atmosphère basé essentiellement sur la connaissance du trouble
atmosphérique pour la détermination des différentes composantes du rayonnement solaire
d'un site qui donne l'éclairement solaire direct est très indispensable dans la concentration
solaire.

5
Chapitre. I Gisement solaire

I.2 Le Rayonnement Solaire


I.2.1 Généralités sur le Soleil
Le soleil est une sphère avec une matière extrêmement chaude et gazeuse avec un diamètre de
1,39. 109m et est à distance moyenne de 1,49. 1011m de la terre. Comme vu de la terre, le
soleil tourne autour de son axe une fois toutes les quatre semaines, cependant il ne tourne pas
comme un corps solide; une rotation est faite en 27 jours à l'équateur et en 30 aux régions
polaires. Le soleil est considéré comme un corps noir avec une température effective de
5777K. La température des régions intérieures centrales est de l'ordre de 8.106 à 40.106 K et
la densité est estimée à 100 fois celle de l'eau. Le soleil est en effet, un réacteur de fusion
continu avec ses constituants sous forme gazeuse retenue par des forces gravitationnelles,
plusieurs réactions de fusion est déclenché pour intensifier l'énergie rayonnée par le soleil. Le
processus le plus important est la transformation de l'hydrogène en hélium par une réaction
thermonucléaire. Cependant, comme la masse du noyau de l'hélium est moins lourde que celle
de quatre protons d’hydrogène, la masse perdue dans la réaction thermonucléaire est convertie
en énergie. [4]
L'énergie produite à l'intérieur de la sphère solaire à une température de l'ordre de plusieurs
millions de degrés est transférée à la surface extérieure puis transférée par rayonnement dans
l'espace. Les processus radiatif et convectif sont le résultat des états successifs d'émission,
d'absorption et de radiation; la gamme de spectre de rayonnement dans le noyau du soleil est
comprise entre la longueur d'onde des rayons X et celle des rayons gamma, avec une longueur
d'onde de radiation qui augmente suivant la diminution de la température à de grandes
distances.
Dans la structure schématique du soleil illustré dans la figure I.1, il est estimé que 90% de
l'énergie est générée dans la région du disque solaire située entre 0 et 0,23R, ou R le rayon du
soleil, qui représente 40% de la masse du soleil. A distance de 0,7R du centre, la température
diminue d'environ 130 000 K et la densité de 70 kg/m3 ; Là, le processus convectif du soleil
devient important et la zone comprise entre 0,7 et 1, 0R est appelée : zone convective. Dans
cette zone, la température diminue d'environ 5000 K et la densité d'environ 10-5 kg/m3.[12]

6
Chapitre. I Gisement solaire

Fig. I.1 La structure du soleil [image de wikipédia]

La surface apparente du soleil est constituée de granules (cellules convectives irrégulières),


avec des dimensions de l'ordre de 1000 à 3000 km et leur durée de vie est estimée à quelques
minutes. Les autres formes à la surface du soleil sont de petites aires opaques qui s'appellent
pores.
A des dimensions équivalentes à celles des cellules convectives, il existe d'autres aires
opaques avec des dimensions variables qui s'appellent taches solaires. La couche extérieure de
la zone convective s'appelle photosphère, sa densité est très faible (environ 10-4 celle de l'air
au niveau de la mer). Cette couche est composée de gaz à forte ionisation qui peut absorber et
émettre des radiations de spectre continue. La photosphère est la source de la plupart des
radiations solaires.
Il est généralement admis que le rayonnement solaire est produit par un phénomène
thermonucléaire contrôlé de transformation de l'hydrogène en hélium (de hélios = soleil) : les
noyaux des atomes de deutérium et de tritium (isotopes de l'hydrogène) fusionnent en libérant
de l'énergie. La réaction est schématiquement la suivante :

Deutérium + Tritium = Hélium + Neutron + 17,6 MeV. [12]

7
Chapitre. I Gisement solaire

I.2.2. Constante Solaire


La constante solaire exprime la quantité d’énergie solaire que recevrait une surface de 1 m2
située à une distance de 1 ua (distance moyenne Terre-Soleil), exposée perpendiculairement
aux rayons du Soleil, en l'absence d’atmosphère. Pour la Terre, c'est donc la densité de flux
énergétique au sommet de l'atmosphère.
Sur Terre : Cette distance a une faible variation au cours de l'année, compte tenu de la légère
anormalité de l'orbite terrestre qui est d'environ 1,7%. La constante solaire est une valeur
moyenne du flux solaire reçu à la limite supérieure de l'atmosphère terrestre, sa valeur est
estimée à 1367 W/m2. [4]

Objectif :

• Dans un premier temps, on cherche à déterminer la quantité d’énergie reçue au sol


chaque seconde par unité de surface de la planète Terre.

• Ensuite, on détermine la constante solaire en corrigeant la mesure précédente.

• On rappelle que la constante solaire (pour la Terre) est la puissance rayonnée reçue
hors atmosphère par un disque de 1m2 placé perpendiculairement au rayonnement
solaire à une distance de 1 u.a. du Soleil. Elle s'exprime en W.m-2. [27]

Moyen :
On utilise une propriété du rayonnement solaire : son aptitude à chauffer un corps. On base
donc le dispositif expérimental sur une méthode calorimétrique permettant de déterminer
l’énergie reçue par un cylindre de laiton pour en déduire la puissance rayonnée reçue au sol
par m2comme le défini la figure I.2

Fig I.2 : Mesure de la constante solaire [image de wikipédia]

8
Chapitre. I Gisement solaire

I.2.3 Translation et Rotation de la Terre

Le nombre de rotations de la Terre sur elle-même est de 365,2425 par an environ, soit
366,2425 jours sidéraux (rotation par rapport au système de référence céleste). Comme la
Terre n'est pas rigoureusement un solide massif indéformable, le concept de vitesse de
rotation angulaire doit être soigneusement défini par des géodésiens et des astronomes, puis
mesuré. Ce service est effectué par l'IERS (International Earth Rotation Service), qui met en
ligne toutes les données connues.[6]

La vitesse de rotation oscille de manière irrégulière. Dans la période de rotation (longueur du


jour), on observe principalement une variation saisonnière d'environ 1 millième de seconde
(ms) et des changements décennaux (entre 10 et 70 ans) de l'ordre de 5 ms. De plus, les
actions du soleil et de la Lune, sur le soulèvement de la marée produisent un couple
retardateur qui induit une augmentation séculaire de la durée du jour d'environ 2 ms/siècle et
un éloignement de la Lune de 3,84 cm/an.

Par rapport aux étoiles l'axe de rotation balaye en 25 800 ans un cône axé sur les pôles du plan
de l'écliptique (l'axe perpendiculaire à l'orbite terrestre), dont le demi-angle angle au sommet -
l'obliquité de l'écliptique - vaut environ 23°26'. À ce mouvement, la précession, se
superposent de petites oscillations périodiques, les nutations, dont la principale, en 18,6 ans, a
une amplitude de 20". La précession-nutation est provoquée par l'action gravitationnelle
conjointe de la Lune et du Soleil sur le bourrelet équatorial de la Terre, et de ce fait l'objet de
modèles relativement précis, donnant la position spatiale de l'axe de rotation à la milliseconde
de degré près.

On peut dissocier les mouvements de la terre en considérant séparément le mouvement par


rapport au centre de masse (rotation) et le mouvement de ce centre de masse par rapport à lui-
même (déplacement).

• Rotation de la terre
En un jour, la terre effectue une rotation complète d'Ouest en Est autour de son axe ; c'est la
base du système horaire. De cette rotation découle la succession des jours et des nuits. [6]

• Révolution de la terre
La terre accomplie un tour entier autour du soleil en 365,25 jours suivant une orbite
elliptique, tans que la vitesse moyenne de ce mouvement est d'environ 30 km/s. La distance
entre les centres de ces deux astres changes d'une grandeur minimale au Périhélie (1,47.

9
Chapitre. I Gisement solaire

1011m), aux environs du 2 janvier, à une grandeur maximale, à l'Aphélie (1,52 .1011m), aux
environs du 3 juillet, la valeur moyenne étant appelée unité astronomique (UA). Les
mouvements de la terre autour de son axe et autour du soleil son distingué dans la figure 1.3

Fig. I.3 Image du mouvement de la terre autour du Soleil [image de wikipédia]

I.2.4 Le spectre solaire :

On appelle émittance énergétique E (en un point d'une surface) le quotient du flux


énergétique émis par un élément de surface par l'aire de cet élément :


E= (I-1)
dS
L'émittance énergétique monochromatique E λ est l'émittance énergétique de
radiation comprise entre λ et λ + d λ ou d λ est un infiniment petit positif, tel
que :

10
Chapitre. I Gisement solaire

Fig. I.4 Spectre du rayonnement solaire [6]

On remarque que L’émission d'ondes électromagnétiques par le Soleil est bien


modélisée par un corps noir à 5800 Kelvin, donc par la loi de Planck. Le pic
d’émission est dans le jaune (λ=570 nm), et la répartition du rayonnement est à peu
près pour moitié dans la lumière visible, pour moitié dans l'infrarouge, avec 1%
d'ultraviolets1.[6]

Arrivé au niveau de la mer, c'est-à-dire ayant traversé toute l'atmosphère terrestre, le


rayonnement solaire a subi plusieurs « filtrations ». On peut repérer notamment sur le
spectre ci-contre les bandes d'absorption de l'ozone (connu pour stopper une bonne
partie des ultraviolets), du dioxygène, du dioxyde de carbone et de l'eau

11
Chapitre. I Gisement solaire

I.2.5 Rayonnement solaire à la limite de l'atmosphère


L'émission de rayonnement électromagnétique du soleil s’énonce par une puissance
moyenne de 1367 W/m2. Dans un plan perpendiculaire au rayonnement, qui varie de
± 3,4% environ au cours de l'année. (365jrs),Le calcul du rayonnement
extraterrestre peut être accompli par la formule approximative Suivante [5]

⎡ ⎛ 360 ⎞ ⎤
I = I SC ⎢1 + 0,034 cos⎜ ⎟n ⎥ (I-2)
⎣ ⎝ 365,25 ⎠ ⎦

I.3 La position du soleil


En effet, la position du soleil varie constamment, à la fois pendant la journée, mais
aussi pendant les différentes périodes de l’année.
Les ondes électromagnétiques provenant du soleil portent l'énergie, la projection de
cette énergie est liée à l'orientation de la surface réceptrice. Pour récupérer le
maximum d'énergie en provenance du soleil, il est nécessaire d'orienter au mieux le
récepteur par rapport aux rayons lumineux. La connaissance de la position du soleil
en fonction du temps est fondamentale.

I.3.1 Les coordonnées géographiques terrestres [10]

Lieu, on entend la latitude, la longitude et le niveau de la mer. Pour se repérer à la


surface de la planète, on peut utiliser un autre système appelé « repères
cartographiques ».

Pour se localiser sur la terre, il est nécessaire d'utiliser un système géodésique du


quel découlent les coordonnées géographiques

• Latitude Ø

La latitude est une valeur angulaire, expression du positionnement nord –sud d'un
point sur terre.

12
Chapitre. I Gisement solaire

• La latitude est une mesure angulaire s'étendant de 0° à l'équateur à 90° aux


pôles.

• Ce plan coupe la surface terrestre suivant un cercle approximatif (les


irrégularités du cercle sont liées aux variations d'altitude), sauf aux pôles où
ce cercle se réduit à un point.

• Plus la latitude s'écarte de 0°, plus on s'éloigne du plan de l'équateur,


cependant la latitude n'est pas une mesure proportionnelle à la distance entre
les deux plans, mais proportionnelle à la distance la plus courte pour
rejoindre l'équateur en parcourant la surface terrestre soit vers le nord
géographique soit vers le sud géographique. En effet, la distance au plan de
l'équateur ne varie pratiquement pas près des pôles même si la latitude varie
beaucoup, au contraire des plans de latitude près de l'équateur où la variation
de la distance inter-plan est maximale.[10]

• Longitude λ

La longitude est une valeur angulaire, expression du positionnement est-ouest d'un


point sur Terre.

• Tous les lieux situés à la même longitude forment un demi-plan limité par
l'axe des pôles géographiques, coupant la surface de la terre sur un demi-
cercle approximatif dont le centre est le centre de la Terre, l'arc allant d'un
pôle à l’autre. Un tel demi-cercle est appelé méridien.[10]

• À la différence de la latitude (position nord-sud) qui bénéficie de l'équateur et


des pôles comme références, aucune référence naturelle n'existe pour la
longitude.

• La longitude est donc une mesure angulaire sur 360° par rapport à un
méridien de référence, avec une étendue de -180° à +180°, ou respectivement
de 180° ouest à 180° est.

• Le méridien de référence est le méridien de Greenwich (qui sert aussi de


référence pour les fuseaux horaires).

13
Chapitre. I Gisement solaire

Fig. I.5 Définition des coordonnées terrestres d'un lieu donné

• Méridien

Est un demi grand cercle imaginaire tracé sur le globe terrestre reliant les pôles
géographiques. Tous les points de la Terre situés sur un même méridien ont la même
longitude. On parle également d'arc de méridien entre deux latitudes.

I.3.2 Déclinaison δ
Le plan de l'orbite terrestre autour du soleil s'appelle plan de l'écliptique. La Terre
tourne elle-même autour de l'axe polaire, qui est incliné à 23,5° par rapport à la
perpendiculaire avec le plan de l'écliptique tout au long de l'année. La rotation de la
Terre autour de son axe provoque les variations diurnes du rayonnement. La position
de l'axe par rapport au soleil est la cause des variations saisonnières du rayonnement
solaire. L'angle entre la ligne qui relie les centres du soleil et de la Terre d'une part et
le plan équatorial d'autre part change constamment. Cet angle est appelé déclinaison
solaire. Pour le solstice d’hiver (22 décembre), il est de +23,5° alors que pour le
solstice d'été (22 juin) , la déclinaison est de -23,5°.[10]

14
Chapitre. I Gisement solaire

Fig.I.6 Variation annuelle de la déclinaison Solaire [10]

I.3.3 L'équation du temps ET

C'est l'écart entre le temps solaire moyen TSM et le temps solaire vrai TSV selon le
jour de l'année considéré [4]
ET = TSV – TSM (I – 3)

La figure I.9 montre la variation de ET durant l'année donnée par la formule suivante

ET = 0.258cos x – 7.416sin x – 3.648cos 2x – 9.228sin 2x (I – 4)

360( N − 1)
Avec : x =
365.25

Où l'angle x est défini en fonction du numéro du jour n. Le décompte commence à


partir du 1er janvier où n=l.

Fig.1.7 Variations annuelles de l'équation du temps

15
Chapitre. I Gisement solaire

I.3.4 Le temps solaire vrai et l’angle horaire du soleil


La notion du temps solaire vrai TSV a une liaison avec l'angle solide ω, qui
représente l'arc compris entre le rayonnement solaire incident et le plan méridien du
lieu. Cet angle augmente de quinze degrés (15°) par heure. La valeur zéro degré (0°)
est atteinte au passage du soleil à la verticale (zénith) du plan méridien (midi solaire
vrai = 12 h TSV). [4]

Fig. I.8 L’angle horaire et la déclinaison

L’angle horaire est compté négativement avant midi TSV, et positivement après
midi.

La relation directe entre TSV et l'angle horaire cd du soleil est donnée par :

ω=15°(TS-12) (I-5)

Où ω est mesuré en degrés et TSV en heures.

• Le temps solaire moyen TSM

Le temps solaire moyen est basé sur un soleil moyen fictif qui se déplacerait à
vitesse constante tout au long de l'année. Cette moyenne est de 24 heures

16
Chapitre. I Gisement solaire

Il est défini par les coordonnées angulaires d'un soleil fictif qui serait animé d'une
vitesse constante sur l'Ecliptique.[4]

• Le temps solaire vrai TSV


est une mesure du temps basée sur la définition de midi solaire : c'est l'instant où le
Soleil atteint son point de culmination, en un endroit donné de la Terre
il est défini par les différentes coordonnées angulaires du soleil. Il est lié au temps
solaire moyen TSM par l'équation du temps ET avec un maximum de 16 minutes.[6]

Fig. I.9 Angles solaires

I.3.5 Hauteur angulaire du soleil h


C'est l'angle qui est formé par le plan horizontal du lieu d'observation avec la
direction du soleil. Cette hauteur durant le jour peut varier de 0° (soleil à l'horizon) à
90° (soleil au zénith). La hauteur angulaire du soleil h est alors donnée par :

sinh = sinØsinδ + cosØcosδcosω (I-6)

I.3.6 Azimut du soleil a


C'est l'angle compris entre le méridien du lieu et le plan vertical passant par le soleil.
La connaissance de l'azimut est essentielle pour déterminer l'angle d'incidence des
rayons sur une surface non horizontale, l'azimut ne correspond nul à la direction sud

17
Chapitre. I Gisement solaire

dans l'hémisphère nord et la direction nord dans l'hémisphère sud. L'orientation Est
correspond à l'azimut a = -90°, et l'orientation Ouest à a = + 90°.[10]

Fig. I.10 Représentation de l'azimut du soleil. .[10]

L'azimut a est défini par les relations suivantes :

cos δ sin ω
sin a = (I-7)
cosh


sin φ sinh − sin δ
cos a = (I-8)
cosφ cosh
Ou bien
sin φ cos δ cos ω − cos φ sin δ (I-9)
cos a =
cosh
I.3.7 Durée du jour
On peut déduire les heures de lever et de coucher du soleil à partir de la hauteur
angulaire du soleil en posant sinh = 0 (soleil à l'horizon) dans l'équation I-15. Ce qui
donne :

18
Chapitre. I Gisement solaire

cos ω1 = - tan Ø tan δ (I - 10)

Où ω1 est l'angle horaire du soleil à son lever (et, au signe près, à son coucher).
La durée du jour est obtenue à l'aide de la formule suivante :
dj= ωc - ω1 (I-11)

En intégrant (I-12) dans (I -13), on obtient :

2
dj = arccos(− tan φ tan δ ) (I – 12)
15

I.3.8 Décalage horaires

Les relations se rapportant au mouvement du Soleil utilisent le temps solaire TS qui


diffère généralement du temps légal TL (heure des montres) du lieu considéré. Cette
différence est liée à :
- La différence (fixée par chaque pays) entre l'heure légale TL et l'heure
civile
TCF correspondant au fuseau horaire adopté par le pays :

C = TL - TCF (I-13)

L'heure civile TCF du fuseau horaire est égale au temps universel TU (temps solaire
méridien De Greenwich) augmenté de la valeur du décalage horaire fixé.[4]

I.3.9 Fuseau horaire


Secteur de la surface terrestre compris entre deux méridiens distants de 15° de
longitude et pour lequel, par convention, l'heure indiquée par le fuseau diffère d'un
nombre entier d'heures de celle indiquée par le temps universel.[1]

A ce concept est lié celui de là ligne de changement de date. L'heure légale d'un pays
est généralement rattachée à l'heure du fuseau recouvrant la majorité de ce pays.

19
Chapitre. I Gisement solaire

Fig.1.11 Décalage horaire par rapport au méridien de Greenwich

I.4 Eclairement d'un récepteur plan


Le coefficient d'incidence est l'angle formé par le rayonnement solaire incident avec
la perpendiculaire issue de la surface considérée. Ce coefficient est défini d'une part
par la hauteur du soleil et son azimut et d'autre part par l'orientation (points
cardinaux) et l'inclinaison ; du plan récepteur. Ainsi, chaque plan récepteur peut être
défini par un couple de valeurs, soit (O, i). L'orientation est négative vers l'Est et est
positive vers l'Ouest, Quant à l'inclinaison, elle est égale à 0° pour un plan horizontal
et 90° pour un plan vertical. Si le coefficient d'incidence est négatif, la surface du
plan considéré ne reçoit pas de rayon solaire direct.

20
Chapitre. I Gisement solaire

Fig. I.12 Inclinaison et orientation d'une surface réceptrice [10]

L'inclinaison sur l'horizontale est désignée par l'angle i compris entre 0° et 90° et par
le plan azimutal a compris entre -180° et 0° vers l'Est et entre 0° et 180° vers l'Ouest.
L'éclairement lumineux (W/m2) est maximal lorsque le rayonnement est
perpendiculaire au plan (γ = 0). L'angle d'incidenceθ augmente jusqu'à être le
rayonnement à incidence rasante
(γ =90).

L'éclairement perpendiculaire à un plan, peut être calculé par la formule :

I = I cosγ (I-14)

L'angle d'incidence y est défini par les variables a,h,α et i et peut être calculé par :

cosγ = cosh sini cos(a-α) + sinh cos i (I-15)

21
Chapitre. I Gisement solaire

I.4.1 Rayonnement diffus


Eclairement énergétique solaire dirigé vers le sol reçu par une surface horizontale,
provenant de tout l'hémisphère partir de l'angle solide limité au disque solaire.
Symbol : D.

I.4.2 Eclairement Global

Eclairement énergétique solaire reçu par une surface horizontale à partir d'un angle
solide .[1]

G=I+D (I-16)

Fig I.13 – Composition du Rayonnement Solaire

G = I cosγ + Dciel + Dsol (I-17)

22
Chapitre. I Gisement solaire

I.5. L’importance du gisement solaire Algérien :


La ressource en rayonnement solaire direct est considérable à l’échelle planétaire et
particulièrement à l’échelle nationale
L’Algérie possédant un gisement solaire important, de part son climat, la puissance solaire
maximale en tout point de notre pays est d’environ 1Kw/m2. L’énergie journalière maximale
moyenne (ciel clair, mois de juillet) dépasse les 6Kw/m2 et l’énergie annuelle maximale en
Algérie est de l'ordre de 2500 Kw/m2 [3]

Fig. I -14 Le rayonnement solaire en Algérie

23
Chapitre. I Gisement solaire

Fig I-15 La répartition rayonnement solaire à travers le monde [12]

24
Chapitre II
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

Introduction
Le principe de la concentration d’énergie est important car il rend la vie beaucoup plus
facile. On dispose en effet avec le soleil d’une énorme quantité d’énergie potentiellement
utilisable et, une fois concentrée, une masse d’énergie est bien plus simple à stocker,
transformer et déplacer. Même s’il y a des exceptions, un accès à de très
fortes concentrations d’énergie permet dans la plupart des cas de faire à peu près ce qu’on
veut avec un minimum de puissance. [17]
De ce fait des capteurs solaires à concentration sont appliqués, l’énergie solaire arrive sur
une grande surface réfléchissante et réfléchie sur une plus petite surface avant qu’elle ne
soit transformée en chaleur ce qui inciterait des températures plus augmentée. La majorité
des collecteurs à concentration peuvent concentrer que le rayonnement solaire parallèle
venant directement à partir du disque du soleil (Rayonnement direct)

II.1. Description de la concentration :


II.1.1 . Concentrateur solaire :
On détermine les différentes dimensions géométriques que l'on peut trouver dans la
représentation des capteurs à concentration. [1]

Figure II.1 – Schéma d’un concentrateur solaire

• θ angle d'ouverture du concentrateur


.I* éclairement solaire,

25
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

• S* éclairement direct dans la section d'ouverture du concentrateur,


• S0 section d'ouverture du concentrateur caractérisée par l'angle θ, Sp section de passage
du rayonnement solaire entrant dans le concentrateur. Sp se confond avec S0 quand l'axe
optique du concentrateur est dirigé vers le soleil, SG surface de l'image de Gauss du soleil;
c'est l'image nette du soleil dans le plan focal donnée par des rayons paraxiaux, c'est-à-dire
des rayons proches de l'axe optique.
• S* surface de l'image réelle du soleil dans le plan focal.

II.1.2. le plan focal :


On détermine un réflecteur à 2 dimensions c'est un cylindre, de longueur infinie.

Figure II.2 – schéma d’un plan focal dans un concentrateur cylindrique.

La largeur b de l’image dans le plan focal est présenter par :

⎛ε ⎞
2r tan⎜ ⎟
b= ⎝2⎠
cos ϕ

26
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

II.2 Détermination de la Concentration Géométrique. [11]


II.2.1. concentrateur a trois dimension :
On démontre un concentrateur à trois dimensions, avec un angle d’ouverture θ, et un axe
optique positionné vers le Soleil [1]

Figure II.3 – Schéma d’un concentrateur a trois dimensions [1]

dS, est la place du flux q* qui est interpréter par :

q* = ρ 00 / 2 I * cos αdΩ

où I* représente l'intensité du rayonnement par unité de surface et par unité d'angle solide
(W/m2.sr).

27
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

II.2.2. la concentration sur une surface réceptrice :


On présente la Concentration, sur une surface réceptrice du rayonnement direct. [1]

Surface
Surface
élémentaire du réceptrice
concentrateur élémentaire

Figure II.4 –Concentration, sur une surface réceptrice du rayonnement direct. [1]

L'angle solide s'écrit :


dΩ = 2 π sin α dα.

28
II.2.3. L’angle solide :
On détermine de l’angle solide dΩ dans le cas d’un concentrateur à deux dimensions. [1]

Figure II.5 – Schéma d’un concentrateur à deux dimensions.[1]

II.3. Concentration Géométrique Maximale Cmax. [11]


Soit une source de rayonnement de surface diffuse Ss. un système optique d’ouverture So
concentre le rayonnement sur un récepteur Sr (cf. figure II.7).

Figure II.6 –système d’un concentrateur


Ss Fso = So Fos

En considérant la surface Sr diffuse, ont peut écrire :

Ss Fsr = Sr Frs

29
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

La définition de la concentration géométrique C donne, dans le cas optimum pour lequel la


surface réceptrice est réduite à l’image du Soleil (Sr = S*) :
S 0 S 0 Fso Frs
C= = =
S* S r Fsr Fos
Dans le cas idéal, tout rayonnement entrant dans le système atteint le récepteur. On a donc
Fso = Fsr’
Et comme on a toujours Frs < 1, on peut écrire l’inégalité suivante :
1
C∠
Fos
Qui permet de définir la concentration maximale Cmax par l’égalité :
1
Cmax =
Fos
II.4. CONCENTRATEUR SPHERIQUE
II.4.1. Concentration Idéale
Par définition GG = So/SG
avec ici So = π R² sin² α et
2
⎛ε ⎞
SG = πf ²⎜ ⎟
⎝2⎠
D’où :
2
⎛4 ⎞
CG = ⎜ sin α ⎟
⎝ε ⎠

Figure II.7 – Schéma en coupe d’un capteur sphérique [1]

30
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

Cette surface représente les rayons incidents, parallèles à l’axe optique appelée

II.4.2. Concentration Géométrique


Le plan (P) correspond au cercle de petite diffusion. C’est dans ce plan, et pas dans le plan
focal, que l’on aura intérêt à placer le récepteur si on désire une température élevée. En
prenant pour S* la surface de ce cercle de moindre diffusion, la concentration géométrique
est donnée par :
2
⎛ ⎞
⎜ sin θ ⎟
C = ⎜ ⎟
⎜ sin θ . sin ² θ + ε ⎟
⎜ ⎟
⎝ 2 8 ⎠

Figure II.8 – Schéma caractérisant le plan (P) de moindre diffusion d’un capteur
sphérique [1]

31
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

II.4.3. Concentration Energétique


La distribution de l’éclairement dépend du plan dans lequel on se place. Il en est donc de
même de la concentration énergétique qui, de plus, n’est pas uniforme dans un plan donné
comme le montrent les figures ci-dessous pour le plan focal et le plan (P) de moindre
diffusion.

Figure II.9 – Distribution relative de l’éclairement solaire :


a)- dans le plan focal
b)- dans le plan de moindre diffusion (P)[1]

32
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

II.5. concentrateur paraboloïde :


Considérons un concentrateur qui utilise des surfaces paraboloïde pour concentrer le
rayonnement global au niveau de l’absorbeur sa capacité de concentration est assez
importante mais un système de poursuite est nécessaire, l’image suivante représente les
différents composants de ce concentrateur.

Figure II.10 –Image du concentreur paraboloïde [28 ]

II.5.1. Concentration Idéale [19]


Considérons un paraboloïde de révolution. Cette surface est dite stigmatique : tout rayon
parallèle à l’axe optique converge, après réflexion, en un point F appelé foyer.
Par définition, la distance focale vaut : f = CF = FO = OF’.
Une des propriétés de la parabole est l’égalité suivante, vraie pour tout point M situé sur la
parabole : FM = MM’.

33
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

Figure II.11 – Coupe méridienne d’un paraboloïde de révolution caractérisant la


distance focale f=CF=FO=OF’. [1]

La concentration idéale peut être calculée en remarquant que :


π
S o = πYA2 etqueSG = f ²ε ²
4
θ YA
De plus tan = , d’où finalement :
4 2f

2
⎛4 θ⎞
CG = ⎜ tan ⎟
⎝ε 4⎠

34
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

II.5.2. Concentration Géométrique :


So
Par définition : C =
S*
En se référant à la figure ci-dessous, on pose :
FJ = Y et FA = ρ0.

L’image du soleil dans le plan focal a pour surface : S* = π Y²


⎛θ ⎞
La section d’ouverture, quant à elle, s’écrit : S o = πρ o2 sin ²⎜ ⎟
⎝2⎠

Figure II.12 – Coupe méridienne d’un demi paraboloïde de révolution montrant les
Projections dans le plan focal de l’image du soleil [1]

35
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

ε
L’angle ε étant petit, on peut écrire : Y ≈ ρ o
⎛θ ⎞
2 cos⎜ ⎟
⎝2⎠
Finalement, il vient :
2
⎛ sin θ ⎞
C =⎜ ⎟
⎝ ε ⎠

II.5.3. Concentration Energétique


QG*
Par définition : C * =
S*
En se référant toujours à la figure précédente mais en considérant le point M, point courant
de la trace du paraboloïde, l’angle que fait le rayon FM = ρ avec l’axe optique étant noté φ,
la puissance reçue par une couronne élémentaire du paraboloïde s’écrit :

dQ* = S* 2 π ρ sin φ ρ dφ.

En supposant que cette puissance dQ* est entièrement réfléchie et répartie uniformément
dans le plan focal (F), la fraction de cette puissance reçue dans l’image de Gausse s’écrit :
SG
dQ G* = dQ * = S * 2π f ² sin ϕ cos ϕ d ϕ
S e (ϕ )

La puissance totale reçue dans l’image de Gauss s’écrit :

⎛θ ⎞
QG* = QG* SG = ρ 0θ / 2 dQG* = S *πf ² sin ²⎜ ⎟
⎝2⎠
Et finalement :
2
⎛2 θ⎞
C* = ⎜ sin ⎟
⎝ε 2⎠
L’efficacité du paraboloïde comme concentrateur des rayons solaires s’écrit :
C* ⎛θ ⎞
η= = cos 4 ⎜ ⎟
CG ⎝4⎠

Pour θ=π, on retrouve la concentration énergétique maximale

36
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

II.6. Les Centrales Solaires (L’état de l’Art) :


Les centrales à capteurs cylindro-paraboliques [21].

Fig. II.13 - Capteurs cylindro-paraboliques de la centrale Nevada Solar One

Construites dans les déserts et autres zones arides du globe, les centrales solaires à capteurs
cylindro-paraboliques sont une filière du Solaire thermodynamique.

La technologie de réflecteurs cylindro-paraboliques est la plus fréquente et est


actuellement utilisée par les plus puissantes centrales solaires au monde dans le Sud-ouest
des Etats-Unis et dans le Sud de l’Espagne.

Principe de fonctionnement d'une centrale à capteurs cylindro-paraboliques

Ce type de centrale se compose d’alignements parallèles de longs miroirs


hémicylindriques, qui tournent autour d’un axe horizontal pour suivre la course du soleil.
Les rayons solaires sont concentrés sur un tube horizontal, où circule un fluide caloporteur
qui servira à transporter la chaleur vers la centrale elle-même.
La température du fluide peut monter jusqu’à 500° C. Cette énergie est transférée à un
circuit d’eau, la vapeur alors produite actionne une turbine qui produit de l’électricité.

Certaines centrales sont désormais capables de produire de l’électricité en continu, nuit et


jour, grâce à un système de stockage de la chaleur.

37
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

Avantages :
Source d’énergie inépuisable et gratuite
Pas d’émission polluante
Peu fonctionner sans intermittence

Inconvénients :

Nécessite une poursuite sensible et couteuse pour une zone climatique peut ensoleiller
Surface au sol importante

Centrale Hybride de Hassi R’mel : [15]


Cette centrale électrique hybride solaire (gaz) de 150 Mw, sa superficie est de 130Ha et
d’une source d’eau d’environ 3000m3/j avec un terrain plat.

Fig. II.14 – Schéma simplifié de la Centrale de Hassi R’mel

Technologie Appliquée :
- Concentrateur cylindro parabolique.
- Capacité installée est de 34,3 Mw.
- Surface du champ solaire est 183,120m².
- Nombre de collecteur 224m.
- Prise au sol (surface) 90ha.
II.7. La Poursuite Solaire :

38
Chapitre. II Les Capteurs à Concentration

Dans le cas idéal ou les rayons solaire sont perpendiculaire à la surface d’ouverture du
concentrateur au cour de la journée [24], notre prototype doit être positionné d’un système
de poursuite biasciale qui tourne au tour de deux axes en suivant la course du soleil. Sous
des angles multiples et de façon à ce qu’il irradie entièrement le concentrateur.
Ce système est appelé Tracker et réaliser par « Salarbeam » considérer comme un système
révolutionnaire de traque solaire biascial qui permet de suivre avec précision le trajectoire
du soleil et qui fait appel à une technologie CPS de pointe, de ce fait la variation de l’angle
d’incidence selon Kalogéro : [8]
Poursuite N-S à traction EW :

cosθ = sin ²(α ) + cos ²(δ ) sin ²(h)

cosθ = cos(Φ ) x cos(h) + cos(δ ) x sin²(h)


Poursuite EW a traction NS

cosθ = 1 − c os ²(δ ) sin ²(h)

Dans notre cas et pour une poursuite totale :


cosθ = 1

L’angle d’incidence est présenté dans la figure suivante [22], c’est l’angle entre le rayon
lumineux incident et la perpendiculaire à la surface du récepteur.

Fig. II.15 - Image qui montre l’angle θ et φ due au rayonnement solaire incident et la
surface réceptrice

39
Chapitre III
Chapitre. III Bilan Energétique

Introduction
Puisque le rendement des systèmes de génération d’électricité et des systèmes de réfrigération
augmentent avec la température le capteur cylindroparabolique est souhaitable pour obtenir
des températures plus de 100°C. Il se représente comme un module ayant un réflecteur de
forme parabolique disposée cylindriquement.
Cette géométrie lui permet de focaliser l’énergie solaire incidente selon une génératrice
linéaire ou est placé un tube absorbeur dans lequel circule un fluide caloporteur, cette
étude a comme objectif de modéliser le phénomène de transfert de chaleur dans le
concentrateur cylindroparabolique et surtout absorbeur ou on détermine l’évolution de
la température en fonction du temps de ce système ce qui fait qu’on a établi un bilan
thermique global qui tient compte des différentes échanges thermique, et un modèle
numérique basé sur les étapes suivantes : [2]
- L’énergie solaire reflétée par le concentrateur est tombée sur l’absorbeur. La chaleur
est récupérée grâce au fluide caloporteur, celui la s’échauffe en circulant dans un
absorbeur placé sous un vitrage qui laisse le rayonnement pénétrer et minimise les
pertes par le rayonnement infrarouge en utilisant l’effet de serre. Ce vitrage permet
aussi de limiter les échanges de chaleur avec l’environnement.
III.1. Etude Théorique et Optique du Concentrateur Cylindro-parabolique

Figure III.1 – Capteur Cylindro-parabolique de l’instituto Technologico y de Energias


Renovables aux Canaries (Tenerife). La surface réfléchissante est formée d’éléments
cintrés en métal poli. Au foyer se trouve un tube dans lequel circule un fluide caloporteur.

40
Chapitre. III Bilan Energétique

III.1.1 Concentration Idéale


En appelant L la longueur du concentrateur, la section d’ouverture s’écrit :
θ
S o = 4 fL tan
4
L’image de Gauss a pour surface : SG = Fε
D’où la concentration idéale CG = So/SG :
4 θ
CG = tan
ε 4

Figure III.2 – Coupe méridienne d’un demi capteur cylindro-parabolique montrant les
projections dans le plan focal de l’image du soleil. [1]

III.1.2. Concentration Géométrique


ρ oε ⎛θ ⎞
En posant FJ = Y et AF = ρo, on a : Y ≈ , S* = 2YL, S o = 2 Lρ o sin ⎜ ⎟
⎛θ ⎞ ⎝2⎠
2 cos⎜ ⎟
⎝2⎠
Et comme C = So/S*, on trouve :
sin θ
C=
ε

41
Chapitre. III Bilan Energétique

III.3. Etude Théorique du Concentrateur Cylindroparabolique


III.3.1. Performances Optiques d’un Concentrateur Cylindroparabolique
III.3.1.1. Taux de Concentration
La définition la plus commune du taux de concentration est basée sur la notion surface. Elle
est donnée comme étant le rapport de la surface de l’ouverture à la surface du récepteur :
C = Ao/Ar
Ao est la surface d’ouverture, Ar la surface de l’absorbance

III.3.1.2. Facteurs Optiques [25]


Facteur d’interception σ est le facteur optique le plus compliqué dans le calcul de la
performance optique d’un concentrateur CCP. Il représente le rapport entre l’énergie
interceptée par l’absorbeur et celle réfléchie par les surfaces réfléchissantes.
Il traduit le fait que certains rayons solaire peuvent être renvoyés vers l’extérieur du
concentrateur ou bien passer à côté de l’absorbeur lorsque les surfaces optiques présentent des
défauts ou des irrégularités et lorsque l’absorbeur est mal positionné dans le plan focal.
Donc il dépend des propriétés optiques des matériaux utilisés. Il existe aussi que certains
erreurs peuvent apparaître dans la construction du concentrateur ou le système de poursuite.
Si on utilise les paramètres d’erreurs universelles appliquées pour toutes les géométries du
collecteur, le collecteur d’interception σ est donné par l’équation générale suivante :

1 + cosϕ ϕ ⎡ sin ϕ (1 + cosϕ1 )(1 − 2d ' x sin ϕ1 ) − πβ ' (1 + cosϕ1 ) ⎤


γ= ∫ ⎢
Erf ⎥ (2)
2 cosϕ 0 ⎣ 2πσ ' (1 + cosϕ ) ⎦

⎛ sin ϕ (1 + cosϕi )(1 + 2d ' sin ϕii ) + πβ ' (1 + cosϕi ) ⎞ dϕ1


− Erf ⎜⎜ − ⎟⎟
⎝ 2πσ ' (1 + cosϕ ) ⎠ (1 + cosϕi )

La fonction d’erreur Erf est définie comme suit :


y
2
x ∫ e − z xdz
2
Erf ( y ) = (3)
π 0

φ angle d’ouverture.

42
Chapitre. III Bilan Energétique

III.3.1.3. Puissance Absorbée [18]


La puissance absorbée par unité de surface d’ouverture peut être écrit comme suit :
qabsorbé = I.ρ.γ.τ.C

III.3.1.4. Température de Sortie du Fluide Caloporteur Ts


q4
Ts = Te +
mcp
Débit massique

III.3.1.5. Rendement d’un Concentrateur Solaire n


Q gagnée
n =
A0 Iγ
III.4.Montage
Il existe deux types de montage d’un capteur cylindro-parabolique : [16]
1. Le montage suivant l’axe du monde : le tube récepteur est parallèle à l’axe de rotation
de la Terre. Le suivi du Soleil nécessite un simple asservissement en rotation autour de
cet axe.
2. le montage est-ouest : le tube récepteur est orienté est-ouest. Il faut orienter le capteur
vers le soleil deux ou trois fois par jour pour optimiser la réception du rayonnement.
Le rendement de captation est moins bon qu’avec le montage est-ouest asservi en
rotation.

Figure III.3 – Montage d’un capteur cylindro- parabolique


(a) Suivant l’axe du Monde.
(b) Suivant la direction Est-Ouest [1]
43
Chapitre. III Bilan Energétique

III.5. Bilan Thermique


III.5.1. Entre l’absorbeur et le fluide caloporteur :
Schéma qui présente les différents transferts de chaleur dans notre prototype
D’après le bilan utilisé on a :

qgagnée : Est la quantité d’énergie gagnée par le fluide caloporteur et qui indique le
transfert de chaleur entre le fluide caloporteur et le tube absorbeur.[14]

∆QF(x,t) = ρ F CF Aabs ∆x TF (x,t)

Et ρF et CF, TF sont respectivement la densité, la chaleur spécifique et la température du fluide


caloporteur.
Aabs = πDabs , Dabs = diamètre intérieur du tube absorbeur
QF ( x, t ) = ρ F CFVT ( x, t ) [9]

V : débit volumique du fluide caloporteur.

∂ TF (x,t)
ρFCFAabs∆x = ρFCFVTF (x,t) − ρFCFVTF (x+ ∆x,t) + q(z,gagnée
t)
∆x
∂t
La simplification de l’équation donne :
∂ TF (x, t) ∂ T (x, t)
ρ FCF A abs = ρ FCF V F + q (x, t)
(I)
∂t ∂x
gagnée

III.5.2. Entre l’Absorbeur et l’Enveloppe en Verre


Par analogie avec l’équation (1) la température du tube absorbeur T2 est donnée par :
∂ (∆Qabs (x, t) )
= (q absorbée (t) − q intérieur (x, t) − q gagnée (x, t) )∆x
∂t
Avec qintérieur, la quantité d’énergie qui indique le transfert thermique entre le tube absorbeur
et l’enveloppe du verre. [14]
Qabsorbée = est la quantité d’énergie solaire absorbée de la thermodynamique on a :
∆Qabs (x, t) =ρ abs Cabs A abs'∆xTabs (x, t) [9]

44
Chapitre. III Bilan Energétique

ρabs, Cabs et Tabs sont respectivement la densité, la chaleur spécifique et la température du tube
absorbeur.

Puis on trouve :

∂ Tabs
ρ abs Cabs A abs' (x, t) = q absorbée (t) − q intérieur (x, t) − q gagnée (x, t) (II)
∂t

Ou Aabs’ = πDabs’ Dabs’ = le diamètre extérieur du tube absorbeur.

III.5.3. Bilan Thermique entre l’Enveloppe du Verre et l’Environnement


De la même façon pour la température du tube en verre T3, on obtient :
∂ Tv (x, t)
ρ vCv A v = q intérieur (x, t) − q extérieur (III)
∂t

ρv, Cv et Tv sont respectivement la densité de la chaleur spécifique et la température de


l’enveloppe du verre.
Av = πDv Dv = le diamètre extérieur de l’enveloppe du verre.

45
Chapitre. III Bilan Energétique

Avec qextérieur = la quantité d’énergie qui indique le transfert thermique entre l’enveloppe du
verre et l’environnement.

Schéma qui présente les différents transferts de chaleur dans notre prototype

* Présentation des Nœuds de notre système

Nœud 4 (Miroir)
Nœud 3 (Vitrage)
Nœud 2 (Absorbeur)
Nœud 1 (Fluide)
1’ 2’ 3’ 4’ 5’ 6’ 7’ 8’
i1 i2 i3 i4 i5 i6 i7 i8

Pour simplifier notre étude en transfert de chaleur dans notre système on représente chaque
élément qui compose notre prototype comme un nœud chaque nœud est caractérisé par un
mode de transfert de chaleur, la température du nœud i1 varie en fonction du temps et
l’espace.

46
Chapitre. III Bilan Energétique

* Hypothèses utilisées dans le model de calcul :


‐ On néglige le transfert de chaleur par conduction dans tous les éléments du
concentrateur.
‐ La géométrie est traitée comme un problème uni-dimensionnel dans la direction
radiale.
‐ Les propriétés radiatives de l’absorbeur et de l’enveloppe en verre obéissent à la loi de
Kirchoff (sur face grise : émettrice, diffuse et absorbante).
‐ Les propriétés de l’eau dans le tube absorbeur sont en fonction de la température.
‐ Les propriétés de l’air dans l’espace annulaire sont en fonction de la température.
‐ Considérons que la convection est forcée entre le tube absorbeur et le fluide
caloporteur.
‐ Les effets de l’extrémité sont négligés.
‐ Le changement de phase n’est pas pris en considération donc les nombres
adimensionnelles ne change pas.
‐ La température de l’absorbeur varie en fonction du temps.
‐ La température du vitrage varie en fonction du temps.
‐ Le régime est transitoire.

III.5.4. Différents Mode de Transfert de Chaleur


III.5.4.1. Transfert de Chaleur entre l’Absorbeur et le Fluide Caloporteur
Considérant la convection forcée du fluide caloporteur dans le tube absorbeur, qgagnée est
calculée par l’équation de Dittus-Boelter pour l’écoulement totalement développé dans un
tube circulaire lisse. Par conséquent, le nombre de Nusselt local est donnée par :
Nu1 = 0,023 Re14/5 pr14

Pr1 est le nombre de Prandtl et Re1 le nombre de Reynolds.


Le nombre de Reynolds Re1 pour un flux dans un tube circulaire est donné par :
4ρf V
Re1 =
πD absi µ f

µf est la viscosité du fluide caloporteur.


Le nombre de PrandlL est donné par :
µf Cf
Pr1 =
Kf

Le coefficient d’échange convectif entre le fluide caloporteur et l’absorbeur Pr1 est donné par
l’équation suivante :
qgagnée = h1 π D1 (Tabs – Tf)

Les propriétés du fluide caloporteur Cf, Kf, µf et ρf sont fonction de la température Tabs.

47
Chapitre. III Bilan Energétique

III.5.4.2. Transfert de Chaleur entre l’Absorbeur et l’Environnement du Verre


Dans ce cas, nous avons deux modes de transfert de chaleur. La convection et le rayonnement
entre le tube absorbeur et l’enveloppe du verre.
qintérieur est calculée comme suit :
qintérieur = qintérieur-convection + qintérieur, rayonnement
la convection dans l’espace annulaire entre le tube absorbeur et l’enveloppe du verre est
estimée par des relations de la convection naturelle entre deux cylindres horizontaux et
concentriques [2], cependant l’enveloppe du verre est usuellement plus froid que le tube
absorbeur (Tabs > TV) :
2 πK eff
q intérieur convection = (Tabs − TV )
ln(Dvi /D abse )

Dabse est le diamètre extérieur du tube absorbeur.


Dvi le diamètre intérieur de l’enveloppe du verre.
Keff la conductivité thermique effectuée de l’air, elle représente la conductivité thermique que
l’air stationnaire devrait avoir pour transférer la même quantité de chaleur que l’air mobile,
elle est donnée par [1] :
1/ 4
Keff ⎡ Prair ⎤
= 0,386 ⎢ ⎥ (Rac)1/ 4
Kair ⎣ 0,861 + Prair ⎦

Ou

Rac =
[ln(Dvi /D abse )]4 Ra L
( −1 / 5
L3 D abse + D vi−3 / 5 )
5

Prair représente le nombre Prandtl de l’air dans l’espace annulaire entre l’absorbeur et
l’enveloppe du verre. Kair est la conductivité thermique de l’air.
L est la longueur effective de l’absorbeur
L = 0,5 (Dvi – Dabse)

Le nombre de Rayleigh est défini comme suit :


gBair ρ air (Tabs − TV ) L3
Ra L =
lair µair
Bair est le coefficient volumétrique de dilatation thermique de l’air.

48
Chapitre. III Bilan Energétique

Les propriétés de l’air dans l’espace annulaire, telles que :


αair , Bair , ρair , Kair , Cair , et Prair sont fonction de la température moyenne T = 0,5 (Tabs et TV)
en plus la densité de l’air.
Le transfert thermique par rayonnement qint-Ray entre deux cylindres concentriques et
horizontaux entre le tube absorbeur et l’enveloppe du verre peut être exprimé par la relation
suivante [2] :
4
τπD abse (Tabs − TV4 )
q intérieur,rayonnement =
1 1 − εg ⎛ D abse ⎞
+ ⎜ ⎟
ε abs εg ⎜⎝ D vi ⎟⎠

Ou εabs est l’émissivité de l’absorbeur. Elle dépend de la température de l’absorbeur [1] ; εg


l’émissivité de l’enveloppe du verre dans ce model εg prend la valeur 0 ; 9 ; τ la constante de
Stefan Boltzuman.

III.5.4.3. Transfert de Chaleur entre l’Enveloppe du Verre et l’Environnement


On suppose que le transfert thermique entre l’enveloppe du verre et l’environnement et dû à la
convection et au rayonnement.
qextérieur = qextérieur, convection + qextérieur, rayonnement
Le nombre de Nusselt du à la convection est donné par la formule suivante [14] :
4/5
0,62 Re Pr 1/ 2 1/ 3
⎡ ⎡ Re3 ⎤ 5 / 8 ⎤
Nu 3 = 0,3 + 3
⎢1 + ⎢ ⎥ ⎥
[1 + (0,4 /Pr3 ) ]
2 / 3 1/ 4
⎣ ⎣ 282 ⎦ ⎦
Pour l’enveloppe de verre, le nombre de Reynolds Re3 est défini par :
ρ airamb Vvent D ve
Re 3 =
µair,amb

Vvent est la vitesse du vent. ρair, amb, µair, amb sont respectivement la densité et la viscosité de
l’air ambiant Dve et le diamètre extérieur de l’enveloppe du verre.
Le nombre de Prandtl Pr3 est toute les propriétés de l’air sont fonction de la température
moyenne de l’air.
Tamb = 0,5 (Tabs + Tamb). La densité de l’air dans ce cas est une fonction de la pression
atmosphérique.
Le transfert thermique à l’environnement dû à la convection est qextérieur, convection =
qext, conv = h3 π Dve (Tv – Tamb)
Nu 3 K air,amb
h3 =
D ve

49
Chapitre. III Bilan Energétique

Le transfert thermique à l’environnement dû au rayonnement peut s’exprimer par [4] :


qext,Ray = ε3 τ π Dve (Tabs4 – Tamb4)

III.6. Pertes Thermiques [14]


Une fois que les rayons solaires ont fait leurs chemins vers le récepteur au-dessus de la
température ambiante, ce qui produit un processus des pertes de chaleurs à partir du récepteur.
Ces modes des pertes sont la convection, le rayonnement et la conduction, qui sont
dépendants de la différence dans la température entre le récepteur et l’environnement et de la
géométrie du récepteur et celle du concentrateur. La formule est donnée sous la forme
suivante :
Q pert = Qcond + Qconv + Q ray

III.6.1. Pertes Par Conduction


Les pertes par conduction sont habituellement petites comparées à ceux par convection et par
rayonnement. Elles sont souvent combinées avec le terme de perte de convection dans la
plupart des analyses.

Qcond = λ abs A abs (Tabs − Tamb )∆z

III.6.2. Pertes par Convection


La mauvaise connaissance du phénomène de la convection est encore posée pour une plaque
plane. Elle est dépendante de la vitesse du vent et sa direction par rapport au site. Ces pertes
sont proportionnelles à la surface de l’absorbeur et la différence entre la température de
surface captatrice et la température ambiante donnée par la formule :

Q conv = h conv A abs (Tabs − Tamb )

Le coefficient de transfert de chaleur par convection est donné par la formule suivante [14] :

Nuλ air
h conv =
d
d : Diamètre du récepteur.

50
Chapitre. III Bilan Energétique

λair : Conductivité thermique de l’air

Le nombre du Nusselt Nu est donné par :

Nu = 0,664(Re)1/2(Pr)1/3

Le calcul du nombre de Reynolds Re par la formule :

Vd
Re =
Vair

III.6.3. Pertes par rayonnement :


La perte de chaleur par rayonnement est importante pour des récepteurs fonctionnant
seulement aux températures légèrement au-dessus de la température ambiante, et devient
dominante pour des collecteurs fonctionnant à températures élevées. Le schéma 5,2 illustre
cette transition pour une surface verticale noire en air immobile. Le taux de perte de chaleur
de rayonnement est proportionnel à l’émittance de la surface et à la différence dans la
température à la puissance quatre. L’équation décrite sous la forme, nous avons :

Q ray = ε abs σA abs (Tabs4 − Tciel


4
)
Où :
εabs : Facteur émissivité de l’absorbeur.
σ : Constante Stefan-Boltzmann.
Tciel : Température du ciel.

La température équivalente du rayonnement du ciel dépend de la densité de l’air et de son


contenu d’humidité, quand l’humidité relative est haute où qu’on soit au niveau de la mer, on
peut supposer que la température du ciel est identique à la température de l’air ambiant.
Cependant pour les basses humidités relative ou aux altitudes élevées, la température du
rayonnement du ciel peut être inférieur de 6°C que la température ambiante [13], donné par la
formule de Whillier (1967) :

Tciel = Tamb – 6

51
Chapitre. III Bilan Energétique

Et par la formule de Swinbank (1963) :

Tciel = 0,0552 Tamb


1,5

On obtient la forme suivante :


Q ray = A abs h ray (Tabs − Tamb )
4
Tabs − Tciel
4
h ray = ε abs σ
Tabs − Tamb

III.7. Discrétisation des Equations


(Résolution du système d’Equation)

Les équations du bilan thermique utilisées ne sont linéaires, pour ce cas on a opté pour la
méthode de discrétisation des différences finies pour résoudre les équations suivantes ou la
température varie avec le temps et l’espace :
∂ TF (x, t) ∂ T (x, t)
ρ FCF A abs = ρ FCF V F + q (x, t)
(I)
∂t ∂x
gagnée

∂ Tabs
ρ abs Cabs A abs' (x, t) = q absorbée (t) − q intérieur (x, t) − q gagnée (x, t) (II)
∂t
∂ Tv (x, t)
ρ vCv A v = q intérieur (x, t) − q extérieur (III)
∂t

Pour l’évolution de notre fluide caloporteur qui est l’eau, nous considérons un problème
monodimensionnel pour lequel le domaine est un segment situé sur un axe ox.
Ce segment est découpé on petites parties sur une longueur de 8m chaque partie de 1m
déterminer par les nouds P (xi) du maillage
A P B
x=0 xi-1 xi xi+1 x=l ox
La température au point P sera noté TFxi et les deux points voisins TFx(i-1) et TFx(i+1).
Le nombre de point utilisé est 2.

52
Chapitre. III Bilan Energétique

* Estimation de la dérivée première au premier ordre :

⎛ ∂ TF ⎞
⎜ ⎟ = cte1TFx(i −1) + cte 2TFxi
⎝ ∂ x ⎠i
Cette équation est un développement limité au premier ordre de T(x,t) au tour du point P
selon la méthode de Taylor on déduit :

⎛ ∂ TF ⎞
TFx(i-1) = TFxi – (xi – x(i-1)) ⎜ ⎟ + 0(xi – x(i-1))²
⎝ ∂ x ⎠i
Cte1 et cte2 s’obtiens par le développement limité au premier ordre de T(x,t) autour du point
P.

⎛ ∂ TF ⎞ -1 1
⎜ ⎟ = (x – x ) T(i-1) + (x – x ) Ti
⎝ ∂ x ⎠i i (i-1) i (i-1)

Donc :

∂ T(x, t) TFi (t) − TF(i −1) (t)


=
∂x ∆x

On a :
longeur
∆x =
i0

i = 1,2…………..i0,i0=8

Le résultat est un ensemble d’équation du premier ordre pour la température du fluide


caloporteur.

∂TFi (t ) f F (TF (i −1) )C F (TF (i −1) )VF (t )


q gagnée (TF .i (t ), Tabs ,i (t ) )
V (t ) 1
=− F TFi (t ) + TF ( j −1) (t ) +
∂t Aabs ∆x f F (TFi )C F (TFi ) Aabsi ∆x f F (TF .i )C F (TF ) Aabs.i

1 ⎡ ⎛ ∆tρ F (i −1) C F(i −1) VF ⎞ ∆t ⎤


TFi = ⎢TF(i −1) ⎜⎜1 + ⎟+ q (T , T )⎥
ρ Fi C Fi A abs ∆x ⎟⎠ ρ Fi C Fi A abs
gagnée Fi abs
∆tVF ⎢⎣ ⎝ ⎥⎦
1+
A abs ∆x

On simplifié l’équation résolu par la méthode des constantes

53
Chapitre. III Bilan Energétique

TFit +1 = A' TFit + B'F(i


t
−1) + C

⎡ VF ∆t ⎤
A = ⎢1 − ⎥ avec ncoll = 1,∆t=1s
⎣ A abs n coll ∆x ⎦

ρ F(i −1) CF(i −1) VF∆t


B=
ρ Fi CFi A abs ∆x

qgagnée F(i −1)


C=
ρ Fi CFi A abs

Avec :
TF,O(t) = TF entrée (t)
Condition initiale :
TF,i (O) = TF initiale (Xi) Xi = i.∆X

- pour chaque élément distinct du système avec ∆X longueur il y a une température de


l’absorbeur déterminée par l’équation différentielle.

∂Tabs ,i (t )
=
1
[qabsorbée (t ) − qint erne (Tabs ,i (t ),Tenv,i (t )) − qgagnée (t )]
∂t f abs Cabs Aabs

Tabsi =
∆t
[Q absorbée (t) − Q interne (Tabsi (t), Tenvi (t)) − Q gagnée (t)] + Tabs(i −1)
ρ abs C abs A abs

On simplifié l’équation résolu par la méthode des constantes


Tabst +1 = Tabs + E

∆t
E= [q − q − q ]
ρ abs Cabs Aabs absorbée int erne gagnée

Avec les conditions initiales :

54
Chapitre. III Bilan Energétique

Tabs,i (O) = Tabs, initiale (xi) , xi = i. ∆x

Il ya aussi la température de l’enveloppe en verre pour chaque élément de longueur calculée à


partir de l’équation différentiel du premier ordre.
∂ Tv;i (t) 1
= [q interne (Tabs,i (j), Tv,i (t)) − q externe (Tv,i (t), Tamb (t))]
∂t f vCvA v

∆t
Tvi = [q interne (Tabsi (t), Tvi (t) − q externe (Tvi (t), Tamb (t)] + Tv(i −1)
ρ vCv A v

On simplifié l’équation résolu par la méthode des constantes


Tvt +1 = Tv + F

∆t
F= [q interne − q externe ]
ρvCvA v

Avec les conditions initiales :


Tv,i (O) = Tv initiale (xi)
xi = i. ∆x
* Structure du code de calcul [26]
Nous avons développé un code de calcul en langage FORTRAN qui est un monobloc, qui
nous permet de déterminer le rayonnement solaire direct, puis nous avons calculés le facteur
d’interception et les différentes puissances, ensuite on as mis les équations précédentes
simplifiés obtenu par le bilan thermique établis dans une boucle de temps et une boucle
d’espace. Ce qui nous a permis d’obtenir l’évolution du rendement de notre système.
On a pris on considération la température ambiante qui est 290K dans une journée d’automne
qui est le 16 Décembre 2002 à Wisconsin USA d’où Les coordonnées géographiques et
Latitude =43 ,9O9
Longitude = 71 ,1537
Altitude =267
Et un débit de 0,5m3/s de fluide caloporteur (l’eau).
Ce code est constitué par les étapes suivantes :
1. Déclaration des constantes et variables.

55
Chapitre. III Bilan Energétique

2. Mise des paramètres des prototypes.


3. Coordonnés géographiques de l’expérimentale.
4. Caractéristiques thermophysiques de l’eau.
5. Calcul des coordonnés horaires.
6. Calcul du rayonnement solaire direct sans poursuite et avec poursuite totale cosθ =1.
7. Calcul des températures (T. ambiante, T. ciel).
8. Calcul du facteur d’interception avec la méthode d’intégral de Simpson (polynôme de
5ème ordre).
9. Calcul des puissances.
10. Mise en équation du bilan thermique.
11. Calcul du rendement thermique et les pertes thermiques.

56
Chapitre. III Bilan Energétique

* L’Organigramme de Calcul

Début

Ouverture d’un fichier de résultat et d’un


Fichier des données

Lecture des paramètres et des constantes

Calcul des coefficients d’échange indépendant de la température

tl = 6h, 18h 00

Calcul du rayonnement direct

Calcul du facteur d’interception


Retour
Si non

ε < = 0,05

Continuer

Calcul Qabs, Qgagnée, Qinterne, Qexterne, Tamb, TC

TFi = Tamb + dt1


TFi = Tamb + dt1 , TVK = TV + dT2 Tabs
K
= TP + dT3

57
Chapitre. III Bilan Energétique

Calcul des propriétés d’eau

Calcul des coefficients dépendants


De la température

Calcul des températures


TFiK+1 , TVK+1, TPK+1

Calcul de rendement

Résultats Horaires

tl = tl + 1

TFiK = TFiK+1
TVK = TVK+1 NON tl > 18
K K+1
Tabs = Tabs
OUI

Stop

Fin

58
Chapitre VI
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

IV.1. Introduction
La résolution du système d’équations des bilans thermique au nivaux de chaque partie du
concentrateur par la méthode numérique des différences finies, un programme de calcul en
fortran a était établi après la discrétisation des équations non linéaire ce qui nous as permis
d’obtenir un ensemble de résultats numériques que nous validerons par des résultats
Expérimentaux.

IV.2. Les Caractéristiques du Prototype :


Le concentrateur solaire étudié présente les caractéristiques suivantes :
Désignation Dimension
Diamètre interne du tube absorbeur DAi 0,012m
Diamètre extérieur du tube absorbeur Dae 0,14m
Diamètre intérieur de l’enveloppe en verre Dvi 0,017m
Diamètre extérieur de l’enveloppe en verre Dve 0,020m
Largeur effective du Miroir Weff 1m
Longueur du Tube 8m

IV.3. Les Caractéristiques des Matériaux Utilisés :


Les caractéristiques thermophysiques de matériaux pouvant constituer le concentrateur
solaire. [28]
Métal Conductivité Masse Chaleur Absorptivité Emissivité
Thermique Volumique Massique
W/mit Kg/m3 g°/kg.k
Cuivre 384 8900 398 0,25 0,02
Aluminium 204 2700 879 0,63 0,09
Verre à vitre 0,93 2700 840 Transmissivité
0,85-0,92

Les coordonnées géographiques de Wisconsin Madison USA :


Latitude =43 ,9O9
Longitude = 71 ,1537
Altitude =267

59
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

IV.4. Les Résultats Numériques :


D’après notre observation une orientation est-ouest du concentrateur implique que ces
effets sont très importants au début et à la fin de la journée surtout pour des journées
comprises entre les équinoxes.
Ceci est traduit par l’angle d’incidence qui prend des valeurs maximales durant cette
période.

1,0

0,9

0,8
Cos f

0,7

0,6

0,5

0,4
6 8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 1: Evolution temporelle de l’angle d’incidence.

60
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

* Rayonnement direct :
Nous montrons la variation de l’éclairement solaire direct pour un concentrateur qui suit le
mouvement du soleil durant une journée d’automne.
Nous montrons la variation de l’éclairement solaire direct pour un concentrateur sans
poursuite solaire durant une journée d’automne.
On remarque que la puissance solaire reçue à l’ouverture de la parabole avec suiveur est
plus importante par rapport à l’éclairement direct reçu sans suiveur. Le système de
poursuite permet un gain de plus 10% (environ) pendant l’automne, cette variation est due
à l’influence de l’inclinaison solaire

1000
Puissance solaire direct sans poursuite (W)

800

600

400

200

6 8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure2 : évolution temporelle de la puissance solaire

61
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

1200

1000

Puissance solaire direct (W/m )


2
800

600

400

200

0
6 8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 3 : évolution temporelle de la puissance solaire avec cosθ = 1

62
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

* Variation de la température de l’absorbeur du fluide caloporteur et du vitrage en


fonction du temps solaire :
L’observation permet de noter que la température du tube absorbeur est la plus importante
d’où sa température maximale atteint approximativement 574 K aux environs de 13h , en
deuxième position se succède la température du fluide caloporteur (qui est l’eau dans
notre cas ou plus précisément de la vapeur surchauffée _ vu le changement de phase_ ) du
fait de la quantité d’énergie relativement importante qui lui est transmise de l’absorbeur
par convection forcée (coefficient d’échange par convection estimé à 121w-m-2-k-1) celle-
ci a atteint une température maximale de 550K aux environs de 13h.
Puis la température du vitrage qui a atteint une température maximale de 476K aux
environs de 13haprès avoir reçue le rayonnement direct réfléchit par le miroir

600 Température du fluide caloporteur

500

400
Température (k)

300

200

100

0
10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 4 : La variation temporelle du fluide caloporteur

63
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

600
Température du tube absorbeur

500

400
Température (k)

300

200

100

0
8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 5 : Variation temporelle du Tube Absorbeur

Evolution des puissances : absorbée, utile, pertes thermiques en fonction de


la puissance solaire :

La puissance absorbée est la plus importante ,et accroit avec la puissance solaire puisque
elle provient du rayonnement direct réfléchit par le miroir ce qui est expliqué par la hauteur

du soleil et la masse atmosphérique, son importance est due à ses coefficients


(d’absorption de transmission) élevés.
Il est évident aussi que la puissance utile récupérée par le fluide caloporteur dépend
étroitement du rayonnement solaire direct, vu la simultanéité d’évolution entre la puissance
absorbée et la puissance solaire

64
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

Température d'enveloppe du verre


500

Température (k) 400

300

200

100

0
8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 6: Variation temporelle du Vitrage

65
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

* Variation des puissances en fonction du temps solaire :


La puissance absorbée est la plus importante et accroit avec la puissance solaire puisque
elle provient du rayonnement direct réfléchit par le miroir ce qui est expliqué par la hauteur
du soleil et la masse atmosphérique, son importance est due à ses coefficients
(d’absorption de transmission) élevés.
Il est évident aussi que la puissance utile récupérée par le fluide caloporteur dépond
étroitement du rayonnement solaire direct, vue que la puissance absorbée dépond de la
puissance solaire et donc les puissance augmentes avec l’accroissement de la puissance
solaire

Puissance utile
14000
Puissance absorbée
Les pertes thermiques
12000

10000
Puissances (W/m )
2

8000

6000

4000

2000

0
8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 7: Evolution temporelle des puissances : absorbée, utile, pertes thermiques

66
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

14000
13000
Puissance utile
Puissance absorbée
12000
Perte
11000
10000
9000
Puissances (W)

8000
7000
6000
5000
4000
3000
2000
1000
0
0 200 400 600 800 1000
2
Puissances solaires (W/m )

Figure 8 : évolution des puissances en fonction de la puissance solaire

600

500
Temperature du fluide (k)

400

300

200

100

0
0 200 400 600 800
2
Puissance solaire(W/m )

Figure 9 : Evolution de la Température du Fluide Caloporteur en Fonction de la


Puissance Solaire

67
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

*Evolution de la Température du Fluide Caloporteur en fonction de ox :


D’après le graph obtenu de la variation de la température du fluide caloporteur en fonction
de (ox) on observe que la température du fluide caloporteur augmente avec la longueur du
tube absorbeur (à chaque fois qu’on augmente la longueur du tube absorbeur, la
température du fluide caloporteur augmente avec).
De ce fait on déduit que le contact direct du tube absorbeur avec le fluide caloporteur
(l’eau) et suite à la convection forcée on a le chauffage de l’eau jusqu’à l’ébullition,
(obtention de la vapeur surchauffée).

400
Température du fluide caloporteur (k)

380

360

340

320

300

0 1 2 3 4 5 6 7 8
La longueur du tube absorbeur (m)

Figure 10: Evolution de la température du fluide caloporteur en fonction de la longueur


du tube absorbeur (ox)

68
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

*Evolution de la température du fluide caloporteur avec les débits volumiques


différents :
D’après les graphs obtenus, on a conclu que lorsqu’on diminue le débit volumique du
fluide caloporteur, la température de ce dernier augmente

3
Débit= 0.9 m /s
3
Débit= 0.4 m /s
600 3
Débit= 0.1 m /s

500

400
Température (k)

300

200

100

0
8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 11 : Influence du débit volumique sur la température du fluide caloporteur

69
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

*Evolution de la température de l’absorbeur avec et sans couche sélective :


On remarque que l’évolution de la température du tube absorbeur avec une couche
sélective est nettement plus grande que pour celle sans couche sélective.
_ Sans couche sélective : cuivre poli (xab = 0,25)
_ Avec couche sélective : en chrome noir (xab = 0,95)

avec couche sélective


sans couche sélective
600

500
Température de l'absorbeur (k)

400

300

200

100

0
8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 12 : Influence de la couche sélective sur la température de l’absorbeur

70
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

*Evolution du facteur d’interception :


Evolution du facteur d’interception du déplacement de l’absorbeur dans le plan focal.
On remarque que :
Pour un déplacement de 60% de l’absorbeur dans le plan focal, le facteur est de valeur de
55%
Pour un déplacement de 30% de l’absorbeur dans le plan focal, le facteur est de valeur de
90%

Donc :
A chaque fois que le déplacement entre la ligne focale et l’absorbeur diminue le facteur
d’interception augmente

1,0 Gama

0,9
Facteur d'interception (%)

0,8

0,7

0,6

0,5

0,4

0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7


*
d
d’

Figure 13 : Evolution du facteur d’interception en fonction de d’

71
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

Pour une position idéale de l’absorbeur dans le plan focal, ce facteur prend des valeurs
simplificatrices et pour un angle d’ouverture supérieur à 50°, le taux du flux absorbé est
supérieur à 85% en effet l’angle d’ouverture du collecteur varie simultanément avec la
tache solaire sur la surface de l’absorbeur pour intercepter le maximum du rayonnement
solaire incident.

0,95

0,90
Facteur d'interception (%)

0,85

0,80

0,75

0,70

0,65

40 50 60 70 80 90
Anglee d'ouverture (°)

Figure 14 : Evolution du Facteur d’Interception en Fonction de l’Angle


d’Ouverture

72
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

*Evolution du Rendement :
On observe que le rendement augmente durant le chauffage du collecteur

1,0

Rendement instantané

0,5

0,0
6 8 10 12 14
Temps (h)

Figure 15 : Evolution temporelle du rendement instantané

0,45

0,40

0,35

0,30
Rendement instantané

0,25

0,20

0,15

0,10

0,05

0,00
300 400 500 600
Température de l'absorbeur (k)

Figure 16: Evolution du rendement instantané en fonction de la température de


l’absorbeur

73
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

0 ,4 5

0 ,4 0

0 ,3 5

0 ,3 0
Rendement instantané
0 ,2 5

0 ,2 0

0 ,1 5

0 ,1 0

0 ,0 5

0 ,0 0
300 400
T e m p é r a tu r e d u f lu id e ( k )

Figure 17 : Evolution du rendement instantané en fonction de la température du fluide

74
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

IV.5. La Validation des Résultats avec l’expérimental :
‐ Validation de la température du fluide caloporteur à une journée d’automne du 16
Décembre 2002 à Wisconsin Madison USA
On remarque que notre résultat numérique est aproximatif à celui de l’expérimental et que
l’expérimental donne quelques déviations vers 14h et 15h, ce qui est expliqué par des
troubles atmosphériques qu’on prend pas en considération lors de l’étude numérique et vue
les différents hypothéses de calculs prise en considération c’est pratiquement impossible
d’avoir un résultat identique.
Quand au rayonnement solaire direct sans poursuite, il est approximatif aux résultats
numériques.

600 Température du fluide caloporteur

500
T e m p é ra tu re (k )

400

300

200

10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 18 : Evolution de la température du fluide en fonction du temps solaire

75
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

1000

Puissance solaire direct sans poursuite (W)


800

600

400

200

6 8 10 12 14 16 18
Temps (h)

Figure 19 : Evolution temporelle du Rayonnement Direct

76
Chapitre. IV Résultats et Interprétations

IV.6. Conclusion générale :


Ce travail est une contribution a l’étude d’un concentrateur cylindro_parabolique il
s’intéresse particulièrement au rayonnement concentrée et au différent partie du
concentrateur avec les différents modes de transfert de chaleur parmi les résultats les plus
importants :
‐ La poursuite solaire influence positionnement le rendement de la puissance solaire
« rayonnement direct ».
‐ L’augmentation de la valeur Du facteur optique fait augmenter la puissance
absorbée et donc la température du fluide.
‐ L’augmentation de la longueur du tube absorbeur entraine une augmentation de la
température du fluide caloporteur a la sortie du tube absorbeur.
‐ La diminution du débit volumique entraine une augmentation de la température du
fluide caloporteur.

77
Références Bibliographiques :

[1] J .Bernard, énergie solaire calculs et optimisations, édition : ellipses, 2004

[2] M. Iqbal, an introduction to solar energy, edition: academic press .toronto, 1983

[3] M.capderou, atlas solaire de l’Algérie, tome 1, vol 1 et 2 modèle théorique et


expérimentaux, édition : office des publications universitaire, Algérie ,1987

[4] Y. Jannot, cours de transfert thermique, thermique solaire, édition : Mac Graw Hill,
octobre 2003

[5] C.P .de brichaumbot et C .vauge, le gisement solaire, édition : ed.tek et doc paris, 1982

[6] J.A.duffie and JW. Becam, solar engineering, edition : thérmal process 2nd .INC ,1991

[7] M. Khaled, conception est réalisation d’un concentrateur sphérique, université de


constantine, 2008.

[8] SA. Kalogirou, solar thermal collectors and applications progress in energy and
combustion science, edition : London, Washington DC, 2004

[9] Lyderic Bocqet, Jean Pierre Faroux, Jacque Renault, toute la thermodynamique et la
mécanique des fluides, édition : Dunod Paris,2002

[10] J.E. Braun et JC. Mitchell, solar geometry for fixed and tracking surface, edition:
solar energy laboratory, 1983

[11] R. Winston, solar energy, edition: Handbook of optics,1974

[12] M.GEYER .and WB. Stine, power from the sun, edition: JT. Lyle center, 2001

[13] Wassila CHKIROU, analyse thermique pour l’absorbeur d’un concentrateur solaire
cylindo_parabolique, séminaire Maroc, du 15 au 17 novembre 2005

[14] Donald R, Pitts, heat transfert, edition : shaums series, 1977

[15] Damou Aicha, projet/neal Algérie, responsable de la communication, Décembre 2006

[16] N.ESKIN, transient performance analysis of cylindrical parabolic concentrating


collectors and comparision with expérimental résults ,thése,1999

[17] Alain Ferrire et Gilles Flamant, captation transformation et conversion de l’énergie


solaire par les technologies a concentration. Thème 7. Solaire thermique, édition : Académie
des sciences et Technologies, 2002

[18] U.H.Kurzweg. JP. Benson, iso-intensity absorber configurations for parabolic


concentrators. Edition: solar energy, 1982

78 

 
[19] B. Jennifer. Krvstal Roaers, parabolic solar cookers, edition: campus center for
appropriate technologies Humboldt state university, 2002

[20] Hay.je.davies.ja, calculation of solar radiation incident on an inclined surface, edition:


proceedings first Canadian solar radiation workshop ,1980

[21] A.steinfeld et R.Palumbo, solar thermo chemical process technology .edition:


encyclopedia of physical science et technology ,2001

[22] Ar.Rabl, optical and thermal properties of compound parabolic concentrator ,edition:
New York .John Wiley and Sons, 1991

[23] Pretzel A.C and Simpson CE, Heat loss technique for annular solar receiver designs,
edition: ms-c ms-doc,1978

[24] A.gama et M.hadadi et A.malek, étude et réalisation d’un concentrateur


cylindroparabolique avec poursuite aveugle ,revue energies renouvelables,vol11.n :3,2008

[25] s.kalogéro.sliod and j.ward., a simplified méthode for estimating intercept factor of
parabolique Through collectors,prodeedings of the forth word renewable energy congress ,
denver . Colorado .USA

[26] Syemour bocquet. arthur poe, programation fortran,edition :sylviejacoud,1978

[27] Ahmed Khedim, l’énergie solaire et utilisation sous sa forme thermique et


photovoltaïque, éditions : centre de publication universitaire ,2003

[28] j. spitz et A . Aubert, matériaux sélectifs pour la conversion photo thermique de


l’énergie solaire ,édition :revue de physique appliqué tome 14,janvier 1979

[29] Sebastien roche, université de la réunion,faculté des sciences et technologies,master


1physique énergétique

79 

 
Annexes A

1.11. Appareils et Méthodes de Mesure du Rayonnement Solaire


Les mesures du rayonnement solaire sont en général du domaine de la météorologie nationale
de chaque pays ou des instituts météorologiques universitaires. Mais la technique de l’énergie
solaire a besoin de ces mesures. Pour déterminer la capacité et le rendement d’un capteur
solaire, il faut mesurer l’intensité du rayonnement solaire incident. Pour cela, on utilise des
appareils de mesure que l’Organisation Mondiale de la Météorologie a classifiés et que les
services de la météorologie de chaque pays étalonnent régulièrement.
1.11.1. L’Héliographe : Mesure de la Durée de l’Ensoleillement
Cet appareil est conçu pour mesurer la durée de l’ensoleillement. L’irradiation directe à
laquelle l’héliographe est sensible est caractérisée par l’observation de l’ombre au niveau du
sol. L’instrument standard se met en fonction lorsque l’irradiation solaire dépasse une limite
d’éclairement de 200W/m² soit à peu près le cinquième du maximum.
Un des héliographes les plus utilisés est celui de Camphell-Stokes : il se compose d’une
sphère en verre de 10cm de diamètre permettant de concentrer les rayons solaires sur une
bande de carton bleu-foncé où le rayonnement laisse une trace de brûlure. Figure 47

80
Annexes A

1.11.2. Le Pyranomètre : Mesure de l’irradiation globale G [W/m²]


Cet instrument enregistre toute l’énergie solaire qu’il reçoit aussi bien par rayonnement direct
que par rayonnement diffus. En principe, l’appareil repose sur un support horizontal ans le but
de pouvoir mesurer le rayonnement incident sur une surface également horizontale. L’angle
du champs de vision est alors 180°. Le spectre de longueur d’onde mesuré par un
pyranomètre s’étend entre 0.2 et 3.0µm (de la lumière visible à la limite de l’infrarouge).
L’appareil le plus couramment utilisé est le pyranomètre d’Eppley. Sa surface de réception
comprend deux anneaux concentriques en argent. L’anneau intérieur est recouvert d’une
couche noire, l’anneau extérieur est blanc. La différence de température ∆T entre les anneaux
est mesurée par des thermocouples qui sont en contact thermique avec les surfaces inférieures
des anneaux, mais qui sont électriquement isolés. Le tout est scellé à l’intérieur d’un
hémisphère en verre. Le temps de réponse est d’environ 30 secondes.

Entre la température due à la lumière solaire absorbée et celle de l’environnement, il y a une


différence de température ∆T qui est proportionnelle à l’énergie absorbée.
1.11.3. Le Pyrhéliomètre : Mesure de l’Irradiation Solaire Directe
C’est un instrument pour mesurer l’irradiation directe. Cet appareil est doté, par rapport au
rayonnement solaire, d’une surface normale de réception et d’un angle du champs de vision
réduit (<12°).

81
Annexes A

I = S / cosθ = S / sinH

Angle du champs de vision : réduit <12°


Bande : onde courte
Etendue : 0.2 – 3.0µm
L’énergie arrive au pyrhéliomètre par un tube venant d’un disque solaire et d’un anneau
concentrique. La version la plus utilisée est le pyrhéliomètre à disque d’argent, qui comprend,
comme son nom l’indique, un disque d’argent noirci, placé à la face inférieure d’un tube, avec
un diaphragme limitant l’angle d’ouverture. La température est mesurée à intervalles régulier
(Figure 49).

1.11.4. Pyranomètre Spécial pour Mesurer l’Irradiation Diffuse


Le rayonnement diffus est mesuré par un pyranomètre équipé d’un écran servant à occulter le
rayonnement direct. La figure 50 représente le croquis d’un tel dispositif.

82
Annexes A

83
Annexe B  
 

Les méthodes de discrétisation :

B.1 Méthode des éléments finis


La méthode des éléments finis permet de résoudre de manière discrète une EDP dont on
cherche une solution approchée suffisamment fiable. De manière générale, cette EDP porte
sur une fonction u, définie sur un domaine. Elle comporte des conditions aux bords permettant
d'assurer existence et unicité d'une solution.
La méthode des éléments finis présente les avantages suivants :

• Traitement possible de géométries complexes.


• Détermination plus naturelle des conditions aux limites.
• Possibilité de démonstrations mathématiques de convergence et de majoration
d’erreurs.

Mais également quelques inconvénients dont :

• Complexité de mise en œuvre.


• Cout en temps de calcul et en mémoire.

Quelques formules d’approximation des dérivées partielles par des différences finies pour les
dérivées partielles premières :

• Différences divisées progressives

• Différences divisées régressives

• Différences divisées centrées

84
 
Annexe B  
 

B.2 Méthode des différences finies


Elle consiste à remplacer les dérivées apparaissant dans le problème continu par des
différences divisées ou combinaisons de valeurs ponctuelles de la fonction en un nombre fini
de points discrets ou nœuds du maillage.
La méthode des différences finies présente des avantages à savoir, une grande
simplicité d’écriture, et un faible coût de calcul, et quelques inconvénients tels
que une limitation de la géométrie des domaines de calcul, des difficultés de prise en compte
des conditions aux limites portant sur les dérivées ou les gradients de l’inconnue
ainsi que l’absence de résultats de majorations d’erreurs.
Nous donnons dans ce qui suit quelques formules d’approximation des dérivées par des
différences finies pour la dérivée première :

Différence divisée progressive d’ordre un

Différence divisée progressive d’ordre deux

Différence divisée régressive d’ordre un

Différence divisée régressive d’ordre deux

85
 
Annexe B  
 

Différence divisée centrée

Avec :
h= xi+1-xi-1

86
 
Annexe C  
 

Les nombres adimensionnels :

C.1 Nombre de Nusselt

La combinaison du coefficient d'échange de chaleur par convection, de la longueur


caractéristique et de la conductivité thermique du fluide est appelée module ou nombre de
Nusselt.

C'est le rapport du gradient de température dans le fluide en contact immédiat avec la


surface au gradient de température de référence. Il caractérise l'intensité de l'échange de
chaleur sur la limite fluide-surface.

hc : Coefficient de convection thermique.

L : Longueur caractéristique.

λf : Coefficient de conductivité thermique du fluide.

C.2 Nombre de Grashoff

Ce nombre caractérise la transmission de la chaleur en convection naturelle, il


exprime le rapport entre les forces de viscosité et les forces ascensionnelles créées dans le
fluide par les différences de température qui y règnent.

β : Le coefficient de dilatation thermique rapporté à la température moyenne du fluide

(ß =1/T pour un fluide parfait).

g : L'accélération de la chute libre.

L : Une dimension caractéristique.

C.3 Nombre de Prandlt

Ce nombre représente le rapport de la viscosité cinématique à la diffusivité thermique;


il caractérise les propriétés physiques du fluide.

87  
Annexe C  
 

Cp : Chaleur spécifique à pression constante.

λf : Conductivité thermique du fluide.

a : Diffusivité thermique.

Plus la viscosité est grande plus l'énergie dépensée nécessaire pour véhiculer le
fluide est élevée et plus la diffusivité est grande plus le fluide extrait facilement la chaleur de
la paroi.

C.4 Nombre de Reynolds

Ce nombre est une mesure de la grandeur relative des forces d'inertie par rapport aux
forces de viscosité dans l'écoulement.

v : Vitesse caractéristique du fluide.

L : Dimension linéaire caractéristique du corps.

µ : Viscosité dynamique.

ν : Viscosité cinématique.

ρ : Densité du fluide.

C.5. Nombre de Peclet

Il exprime le rapport des flux thermiques par convection et par conduction dans un
échange de chaleur convectif. Ce nombre intervient surtout dans les problèmes d'écoulements
faibles nombre de prandlt: c'est-à-dire les métaux liquides.

88  
Annexe C  
 
C.6 Nombre de Rayleigh

Il exprime la relation entre les nombres de Grashoff et de Prandlt. Ce nombre peut


fournir un critère de passage de la convection naturelle laminaire à la convection naturelle
turbulente.

C.7 Nombre de Graetz

L et D sont des dimensions caractéristiques du conduit.

C.8 Nombre de Stanton ou Margoulis

Il exprime le rapport entre les flux thermiques total et par convection dans un
échange de chaleur convectif.

89  
Annexe D

1. Caractéristique thermo physique de l'eau:


Dans ce paragraphe, nous avons exprimé les caractéristiques thermo physiques de l'eau en
fonction de la température exprimée en °C.

1.1. Conductivité thermique (W/M.°C):

λ=0.569+0.185×10-2 ×T-0.749×10-5 ×T 2

1.2. Capacité calorifique Cp (j/Kg.°C):

Cp=4216.664-3.165×T+0.886×10-1×T 2 -0.101×10-2 ×T 3 +0.445×10-5 ×T 4


1.3. Coefficient de dilatation volumique β[1/°K]:

β=(-0.884+0.188×T-0.26×10-2×T2 +0.252×10-4×T3 -0.975×10-7×


T4 )×10-4

1.4. Chaleur latente de vaporisation Lv [KJ/Kg]:


Une valeur empirique donne avec très bonne approximation la valeur de la chaleur latente de
vaporisation pour 0°<T> 200°C:
Lv=2500.8-2.48×T
Formule que l'on peut arrondir avec une erreur négligeable de façon à la rentir plus
facilement:
Lv=500-2.5×T
On peut aussi utiliser la formule suivante
Lv=4185× (597-0.56×T)

1.5.Viscosité dynamique µ [Kg/M.h]:

µ=5.449-0.1067×T+7.325×10-4×T2

90
Annexe D

1.6. Viscosité cinématique ν[M2/S]:

⎧ -3 .6 5 × T + 1 .7 8 8 × 1 0 -6 p o u rT Î[0 ,2 0 ]°C
⎪ -6
⎪ -1 .7 2 5 × (T -2 0 )+ 1 .0 0 6 × 1 0 p o u rT Î[2 0 ,4 0 ]°C
ν= ⎨ -6
⎪ -0 .8 7 5 × (T -4 0 )+ 0 .5 6 8 × 1 0 p o u rT Î[4 0 ,6 0 ]°C
⎪ -0 .5 8 7 × (T -6 0 )+ 0 .4 7 8 × 1 0 -6 p o u rT Î[6 0 ,8 0 ]°C

91
‫ﻣﻠﺨﺺ ‪:‬‬

‫هﺬﻩ اﻟﺪراﺳﺔ ﺗﺮآﺰ ﻋﻠﻰ اﻟﻨﻤﺬﺟﺔ اﻟﺮﻳﺎﺿﻴﺔ ﻟﻤﻜﺜﻒ ﺷﻤﺴﻲ ﻣﻦ ﻧﻮع أﺳﻄﻮاﻧﻲ ﻣﻜﺎﻓﺊ‪ ،‬ﺛﻢ إﻗﺎم‬

‫ﺗﻘﻴﻴﻢ ﺣﺮاري ﻋﻠﻰ اﻟﻤﺎء وﻋﻠﻰ أﻧﺒﻮب اﻻﻣﺘﺼﺎص‪ ،‬واﻟﺰﺟﺎج اﻟﻤﻐﻠﻒ ﻋﻠﻰ اﻟﺘﻮاﻟﻲ‪ ،‬وﻧﻈﺎم‬

‫اﻟﻤﻌﺎدﻻت اﻟﺘﻲ ﺗﺤﺼﻞ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺗﻢ ﺣﻠﻬﺎ ﻣﻦ ﺧﻼل ﻃﺮﻳﻘﺔ اﻟﻔﺮوق اﻟﻤﺤﺪودة‪ ،‬وﻳﺘﻢ اﻟﺤﺼﻮل‬

‫ﻋﻠﻰ اﻟﻨﺘﺎﺋﺞ ﻟﻴﻮم ﻧﻤﻮذﺟﻲ‪ ،‬إن اﻟﺘﺒﺎﻳﻦ ﻓﻲ درﺟﺔ ﺣﺮارة اﻟﻤﺎء‪ ،‬وأﻧﺒﻮب اﻻﻣﺘﺼﺎص واﻟﺰﺟﺎج‬

‫اﻟﻤﻐﻠﻒ وآﺬﻟﻚ ﺗﻄﻮر ﻗﻮات اﻟﺨﺴﺎﺋﺮ اﻟﺤﺮارﻳﺔ واﻷداء اﻟﺤﺮاري ﻟﻠﻤﻜﺜﻒ وﺗﺄﺛﻴﺮ اﻟﻤﻌﻠﻤﺎت‬

‫)اﻟﻬﻨﺪﺳﻴﺔ و اﻟﺒﺼﺮﻳﺔ( ﻋﻠﻰ اﻟﻨﻤﻮذج‪.‬‬

‫آﻠﻤﺎت اﻟﺒﺤﺚ ‪ :‬اﻟﻤﺮآﺰات اﻟﺸﻤﺴﻴﺔ – اﻟﻄﺎﻗﺔ اﻟﺸﻤﺴﻴﺔ – أﺳﻄﻮاﻧﻲ ﻣﻜﺎﻓﺊ – اﻟﺘﺮآﻴﺰ‬

‫اﻟﺸﻤﺴﻲ‪.‬‬

‫‪92 ‬‬
‫‪ ‬‬
Summary:

This study focuses on the mathematical modelling of solar concentrator type “parabolic

trough plan” a thermal balance was established respectively on the coolant on the absorber

tube and the glass envelope, the system of equations obtained is solved by the method of

finite differences results are obtained for a typical day, the variation of the temperature of the

coolant, the absorber tube and the glass envelope and the evolution of the power of the heat

loss and efficiency of the concentrator and the influence of parameters (geometrical and

optical) on the prototype.

Keywords: solar concentrators, solar, parabolic through plant, concentration.

93
Résumé

Cette étude porte sur la modélisation mathématique d’un concentrateur solaire de type

Cylindro-parabolique, un bilan thermique a était établi respectivement sur le fluide

caloporteur sur le tube absorbeur et sur l’enveloppe en verre, le system d’équations obtenu est

résolu par la méthode des différences finies. On obtient les résultats pour une journée typique,

la variation de la température du fluide caloporteur, du tube absorbeur et de l’enveloppe en

verre .ainsi que l’évolution des puissances, des pertes thermiques, le rendement du

concentrateur et l’influence des paramètres (optiques) sur le prototype.

Mots clés : concentrateurs solaire, énergies solaire, Cylindro-parabolique, concentration

94