Vous êtes sur la page 1sur 34

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE

ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE


LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE « M’HAMED BOUGARA »
- BOUMERDES –

FACULTE DES HYDROCARBURES ET DE LA CHIMIE

DEPARTEMENT

GISEMENTS MINIERS ET PETROLIERS

Spécialité : Production des hydrocarbures


Enseignant : Mme : Souad Hammadou
Module : Chimie de Surface
Réalisé par : Benmiloud Ali
Boulmeredj Issam

MAPH16
ANNEE UNIVERSITAIRE
2019/2020
20

1
TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION …………………………………………………………………………………..4
I. ADSORPTION ET ADSORBANTS…………………………………………………………5
1. Adsorption…………………………………………………………………………………….5
2. Description du mécanisme d’adsorption………………………………………….…….….....7
3. La cinétique d’adsorption…………………………………………………………….….….......7
3.1Modélisation de la cinétique d’adsorption ………………………………………………….....8
3.1.1. Modèle de pseudo-premier ordre………………………………………………………...8
3.1.2. Modèle de pseudo-second ordre ……………………………………………………… ..9
3.1.3. Modèle de diffusion intra-particulaire…………………………………………………...9

4. Les principaux adsorbants………………………………………………………………….10


A. Zéolithes…………………………………………………………………………………..10
B. Les tamis moléculaires……………………………………………………………………10
C. Le gel de silice………………………………………………………………………….…10
D. Les charbons actifs……………………………………………………………………………..11

5. Différentes formes de charbon actif…………………………………………………………...12


5.1. Charbon actif en poudre (CAP)……………………………………………………………12
5.1.1. Utilisation du charbon actif en poudre………………………………………………....13
5.1.2. Avantages du charbon actif en poudre………………………………………………..13
5.1.3. Inconvénients du charbon actif en poudre………………………………………….…13
5.2. Charbon actif granulé (CAG)…………………………………………………………….....13
5.2.1. Utilisation du charbon actif granulé…………………………………………………..14
5.2.2. Avantages du charbon actif granulé………………………………………………… .14
5.2.3. Inconvénients du charbon actif granulé……………………………………………….15
6. Propriétés du charbon actif ……………………………………………………………………16
6.1. Composition……………………………………………………………………………………16
6.2. Modes de production…………………………………………………………………………...16
6.3. Utilisations spécifiques………………………………………………………………………....17

II. PRINCIPALES VOIES DE FABRICATION DES CHARBONS ACTIFS………………18


1. La pyrolyse (carbonisation)…………………………………………………………………...18
2. L’activation…………………………………………………………………………………… 19

2
A. L’activation physique : .....................................................................................................20
B. L’activation chimique : .....................................................................................................21

3. Oxydation :................................................................................................................................21
III. PROPRIETES CHIMIQUES ET STRUCTURALES DES CHARBONS ACTIFS ..........23
1. Structure poreuse d’un charbon activé.................................................................................23
A. Loi de Kelvin :.....................................................................................................................25
B. Le modèle de Barrett, Joyner et Halenda (BJH): .................................................................25
C. Théorie de Dubinin :............................................................................................................26
D. Analyse « t-plot » (Diagramme « t ») et volume des micropores : .....................................29
2. Caractéristiques de surface d’un charbon activé : ..............................................................30
A. La surface spécifique :.........................................................................................................30
B. Les fonctions de surface (groupements de surface) : ..........................................................31
IV. PRINCIPALES APPLICATIONS DE CHARBON ACTIF……………………………….33

CONCLUSION .................................................................................................................................34

3
INTRODUCTION

Les charbons activés furent les premiers matériaux adsorbants utilisés industriellement en 1794
pour la décoloration du sirop de sucre en Angleterre. Depuis lors, de nombreux travaux de
recherches se sont succédé en vue d’augmenter les performances d’adsorption de ce genre de
matériaux. Il convient de citer dans ce cas le premier produit conventionnel CHANEY
développé en 1923 [1]. En 1992, la production en Europe et en Amérique du Nord s’est élevée
à 500000 tonnes.
Le charbon actif est obtenu à partir de matières organiques (bois, tourbe) carbonisées, puis
activées (dégagement des cavités remplies de goudron lors de la carbonisation). Le charbon
actif peut être obtenu soit sous forme de poudre avec des pores de quelques µm de dimensio n,
soit sous forme de grain. Il peut être régénéré selon trois procédés de désorption : à la vapeur,
thermique et chimique.
L'expérience montre que les charbons actifs sont des adsorbants à très large spectre : la plupart
des molécules organiques se fixent à leur surface, les moins retenues étant les molécules les
plus polaires et celles linéaires, de très faible masse molaire (alcools simple, premiers acides
organiques…). En revanche, les molécules peu polaires, génératrices de goût et d'odeur, et les
molécules à haute masse molaire sont, pour des raisons différentes, bien adsorbées sur les
charbons.
Outre ces propriétés adsorbantes, les charbons actifs sont également des supports de bactéries
capables de dégrader une fraction de la phase adsorbée. Ainsi une partie du support est
continuellement régénérée et susceptible de libérer des sites permettant de fixer des nouvelle s
molécules. Les charbons actifs sont disponibles sous deux formes : charbon actif en poudre
(CAP) et le charbon actif en grains (CAG). Le CAG est, la plupart du temps, employé dans le
traitement de l'eau.

4
I. ADSORPTION ET ADSORBANTS

1. Adsorption

Le phénomène d’adsorption est un phénomène de dépôt de molécules en phase fluide


(l’adsorbat) sur une surface solide (l’adsorbant). Tous les constituants d’un mélange ne
s’adsorbent pas à la même vitesse et dans les mêmes proportions. Cela entraîne un phénomène
de séparation. Depuis le début des années soixante, les procédés de séparation par adsorption
sont devenus des opérations industrielles courantes. Ils sont conçus autour d’un ou plusieurs
lits fixes de solide adsorbant, aussi appelées colonnes d’adsorption. Ce sont des cylind res
remplis de particules de solide adsorbant. Un mélange fluide s’´écoule le long de ce lit dans
lequel les différents constituants sont séparés.

On appelle adsorption, la rétention de molécules de gaz sur une surface solide (à différenc ier
de l’absorption : rétention d'un gaz dans un liquide). Les interactions responsables de
l'adsorption sont des forces de Van Der Waals et électrostatiques, dues à la polarité des surfaces
et à la polarisabilité des molécules. Les liaisons intermoléculaires ainsi formées sont de faible
valeur, et peuvent par conséquent être rompues « facilement ». La quantité adsorbée augmente
avec la pression du gaz : elle peut donc aller de quelques molécules sur la surface, puis une
monocouche et jusqu'à plusieurs couches formant une véritable phase liquide, surtout dans les
micropores (Figure 1).

Figure N° 1 : Le phénomène d'adsorption

Il existe deux types de processus d’adsorption : l’adsorption physique et l’adsorption chimiq ue.
Dans le cas de l’adsorption physique (la physisorption), la fixation des molécules d’adsorbât
sur la surface d’adsorbant se fait essentiellement par les forces de Van Der Waals (liaison de
type électrostatique), avec des énergies d’interactions entre 5 et 40 kJ/mol. Il se produit sans
modification de la structure moléculaire et est parfaitement réversible (c’est à dire que les
molécules adsorbées peuvent être facilement désorbées en diminuant la pression ou en
augmentant la température).

5
La physisorption [3] résulte de la présence de forces intermoléculaires d’attraction et de
répulsion qui agissent entre deux particules voisines.
Dans le cas de l’adsorption chimique (la chimisorption), le processus résulte d’une réaction
chimique avec formation de liens chimiques entre les molécules d’adsorbât et la surface
d’adsorbant. L’énergie d’interaction mise » en jeu est élevée (de 40 kJ/mole à 400 kJ/mole).

Les adsorbants « chimiques » peuvent être soit éliminés, soit plutôt régénérés par action d'un
traitement chimique qui rend à l'adsorbant ses propriétés initiales. Par exemple, un adsorbant
contenant du cuivre métallique peut être employé pour éliminer des traces de dioxygène qu'il
captera en formant de l'oxyde CuO, lui -même régénéré par action du dihydrogène dilué dans
le diazote avec formation d'eau.

Tableau.1. Comparaison entre l’adsorption physique et l’adsorption chimique

Propriété Adsorption physique Adsorption chimique


Types de liaison Liais on de Van Der Waals Liaison chimique
T° du processus Relativem ent basse Plus élevée
Désorption facile Difficile
Cinétique Rapide, indépendante de la Très lente.
température.
Chaleur d’adsorption Inférieur à10 Kcal/m ole. Supérieur à10 Kcal/mole

Energie mise en jeu Faible. Elevée.


Types de formation Formation en multicouche en Formation en monocouche.
monocouche.

6
I. 2. Description du mécanisme d’adsorption

L'adsorption se produit principalement en trois étapes. La figure représente un matériau


(adsorbant) avec les différents domaines dans lesquels peuvent se trouver les molécule s
organiques ou inorganiques qui sont susceptibles de rentrer en interaction avec le solide

Figure.2 : Description du mécanisme d’adsorption

A Diffusion externe : cette étape correspond au transfert des molécules à travers le film
liquide de l’adsorbat vers la surface externe de l’adsorbant.
B Diffusion interne : les molécules se propagent de la surface des particules vers les sites
actifs en remplissant les pores.
C Diffusion de surface : Réaction d’adsorption se produit au contact des sites actifs, une fois
adsorbées, la molécule est considérée comme immobile

I. 3. La cinétique d’adsorption :
La cinétique de l’adsorption décrit la diminution de la concentration de l’adsorbat dans la
solution en fonction du temps de contact.
La connaissance de la cinétique de l’adsorption présente un intérêt pratique considérable dans
la mise en œuvre optimale d’un adsorbant et dans la connaissance des facteurs à optimiser pour
fabriquer ou améliorer un adsorbant conduisant à la cinétique la plus rapide possible.
La vitesse d’adsorption d’un soluté à partir d’une solution dépend de nombreux facteurs,
notamment la nature de l’adsorbant, l’adsorbat, ainsi que de la vitesse d’agitation du milieu.
La littérature fournie plusieurs modèles qui permettent d’examiner le ou les mécanismes qui
contrôlent le processus d’adsorption. Parmi ces modèles, on distingue le modèle de pseudo-
premier ordre, le modèle de pseudo-second ordre et le modèle de diffusion intra-particulaire.

7
I.3.1Modélisation de la cinétique d’adsorption :

L’étude de la cinétique d’adsorption permet de donner des informations relatives au mécanis me


d’adsorption et sur le mode de transfert des adsorbats de la phase liquide à la phase solide. En
effet, plusieurs modèles cinétiques ont été développés pour décrire la cinétique d’adsorption.
Parmi ces modèles nous citons ci-dessous les modèles les plus employés dans la littérature.
I.3.1.1. Modèle de pseudo-premier ordre

Il a été supposé dans ce modèle que la vitesse d’adsorption à l’instant t est proportionnelle à la
différence entre la quantité adsorbée à l’équilibre qe et la quantité qt adsorbée à cet instant et
que l’adsorption est réversible. La constante de vitesse d’adsorption du premier ordre est
déduite à partir du modèle établi par Lagergreen (1898). La loi de vitesse s’écrit :

Où :
k1 : constante de vitesse pour une cinétique du pseudo-premier ordre (en min-1).
qt : quantité adsorbée à l‘instant t (mg/g)
qe: quantité d‘adsorbée à l‘équilibre (mg/g)

La forme intégrée de cette équation est comme suit :

L’application de ce modèle pour un système donné peut être vérifiée en examinant la linéar ité
de la droite obtenue en portant ln (qe-qt) en fonction de t. L’ordonnée à l’origine et la pente de
la droite permettent de calculer qeet k 1.
(Avec « qe » et « qt » sont respectivement les quantités d’adsorbat à l’équilibre et à l’instant «
t » (mg/g),
K1 est la constante de la vitesse d’adsorption pour le premier ordre.
En traçant la droite « ln (qe-qt) =f(t) », k1 est la pente de cette droite et « ln (qe) » en est
l’ordonné à l’origine.)

I.3.1.2. Modèle de pseudo-second ordre :

Le modèle du pseudo-second ordre permet de caractériser la cinétique d’adsorption en prenant


en compte à la fois le cas d’une fixation rapide des solutés sur les sites les plus réactifs et celui
d’une fixation lente sur les sites d’énergie faible.

8
Les hypothèses de ce modèle sont :
W L’adsorption se déroule sur des sites localisés et il n’y a pas d’interactions entre les
molécules adsorbées.

α Le maximum d’adsorption correspond à la formation d’une monocouche d’adsorbats sur la


surface de l’adsorbant.

α La vitesse de désorption est négligeable devant celle d’adsorption.


Le modèle de pseudo-second ordre :

qt: quantité adsorbée à l‘instant t.


qe: quantité adsorbée à l‘équilibre.
L’intégration conduit à l’équation suivante :

Où k2 représente la constante de vitesse d’adsorption du pseudo-second ordre (g/ (mg.min).


Les paramètres cinétiques de ce modèle, notamment la constante cinétique k 2et la capacité
d’adsorption à l’équilibre qe (mg/g), peuvent être obtenues grâce à la représentation :
t/qt= f(t), où (1/qe) est la pente et (1/k2.qe2) est l’ordonné à l’origine.

I.3.1.3. Modèle de diffusion intra-particulaire


Conformément aux travaux de Srivastava et al. (2006), le modèle cinétique de diffusion intra-

particulaire est souvent présenté simplement par l’équation


Où :
kd : constante de diffusion intra-particulaire en (mg/g .min1/2).
La constante kd est déduite de la pente de la partie linéaire de la courbe donnant la quantité
adsorbée à l’instant t en fonction de t1/2.

9
I.4. Les principaux adsorbants

A. Zéolithes

Les zéolithes sont des aluminosilicates cristallisés dont la structure de la cellule unitaire
consiste en un assemblage tétraédrique d'oxydes de silicium et d'aluminium. Elles présentent
une forte affinité pour l'eau ce qui diminue leur efficacité en traitement d'air chargé en COV,
L’air étant presque toujours humide. Pour le traitement des COV, on utilise des zéolithes
hydrophobes qui ne contiennent pas ou très peu d'aluminium (silicate. La structure cristalline
forme des cavités avec des fenêtres d'entrée de taille calibrée de l'ordre de grandeur des
dimensions des molécules. Ces fenêtres jouent le rôle des mailles d'un tamis d'où l'autre nom
des zéolithes.

B. Les tamis moléculaires

Ce sont des solides carbonés possédant une distribution très fine de taille des pores.

C. Le gel de silice

C’est un adsorbant de composition chimique SiO 2 .nH2 O, présentant une distribution assez large
de dimensions de pores et dont la surface interne est relativement polaire.

Les critères de performance d'un adsorbant


 
 La capacité d'adsorption pour les composants à retenir ;

 
La sélectivité entre les composants à adsorber et les constituants à laisser passer ;


La désorbabilité (capacité à la désorption dans des conditions de température et de
pressions acceptables)  des composants retenus qu'il est nécessaire de récupérer lorsque
l'adsorbant est saturé.

10
D. Les charbons actifs

Le charbon actif, en grains ou en poudre, est un matériau connu pour ses propriétés adsorbantes.
Il est utilisé depuis longtemps dans l’industrie pour l’épuration de fluides ou dans l’industr ie
chimique pour ses capacités de catalyse [4, 5]. Leur porosité et leur chimie de surface sont à
l'origine d'un fort pouvoir adsorbant. Le conseil Européen des Fédérations de l’Industr ie
Chimique (C.E.F.I.C) donne la définition suivante pour les charbons actifs : « Ce sont des
produits carbonés dotés d’une structure poreuse présentant une très grande surface de contact
interne ; Ces matériaux issus d’un procédé industriel peuvent adsorber une large variété de
substances, c’est-à-dire qu’ils sont capables de fixer des molécules sur une surface interne ; Ils
sont en conséquence appelés adsorbants ».
Les charbons activés peuvent être classés d’après leurs caractéristiques (la surface spécifique,
les indices d’iode, de phénols et de détergents, la friabilité, la taille effective, le poids
spécifique, le coefficient d’uniformité etc.), d’après leur origine (bitume, tourbe, lignite,
charbon, etc.), ou d’après leurs aspect commercial (en poudre ou en grain).
Les charbons actifs en poudre (CAP) ou en grain (CAG) sont fabriqués à partir des mêmes
matériaux et se différencient surtout par la granulométrie. Alors que le CAG est caractérisé par
une granulométrie s’étalant de 0.5 à 5mm, le CAP est composé de particule de 1 à 45 microns.
Leur mode d’utilisation est également fort différent. Le CAP est dispersé dans l’eau dans
laquelle il se maintient en quasi- suspension, le CAG joue le rôle d’un milieu filtra nt
continuellement traversé par un écoulement. Le choix entre les deux produits se fait après une
comptabilisation d’un ensemble de critères tels que la nature du problème, ses caractéristiq ue s
(charge et durée), les objectifs de traitement (à court, moyen ou long terme) ou le débit de
production.

La Régénération : La régénération a pour but d’éliminer de la structure poreuse du


charbon, les composés préalablement adsorbés. La régénération peut s’effectuer de
différentes façons :

11

La régénération à la vapeur : cette méthode est réservée à la régénération des charbons
actifs qui ont simplement adsorbé des produits très volatils. Cependant, le traitement à la vapeur


peut être utile pour déboucher la surface des grains de charbons et désinfecter le charbon.

La régénération thermique : cette opération est réalisée par pyrolyse ou en brûlant les
matières organiques adsorbées par les charbons actifs. La régénération thermique consiste en
un séchage, une désorption thermique des composés et un traitement à température élevée (650
à 980°C) en présence de quantités limitées de vapeur d’eau, de gaz d’échappement et


d’oxygène. Il y a une perte de charbon de l’ordre de 7 à

10%.

La régénération chimique : Il s’agit d’une régénération acide oubasique, ou par
oxydation chimique ou par utilisation d’un solvant d’extraction.

I.5. Différentes formes de charbon actif
Selon leurs applications, les charbons actifs sont disponibles soit en poudre (CAP), soit en
grains (CAG).

I.5.1. Charbon actif en poudre (CAP)

Les charbons actifs en poudre présentent une granulométrie inférieure à 100 µm avec un
diamètre moyen situé entre 15 et 25 µm. Par exemple la norme ASTM D5158 classe les
particules de diamètre inférieur ou égal à 0,177 mm comme CAP. Ils ont une large surface
externe et une faible profondeur de diffusion : la vitesse d’adsorption est très rapide.

De tels charbons sont donc utilisés préférentiellement pour l’adsorption de solutions en mode
batch. Les poudres fines sont utilisées en pharmacie et servent aussi à décolorer les huiles, les
graisses, les vins, les sucres et de nombreux autres liquides organiques.

Figure 5. Charbon actif en poudre.

12
I.5.1.1. Utilisation du charbon actif en poudre

Le charbon actif en poudre est utilisé en combinaison avec un traitement de clarification.


Le charbon actif en poudre est ajouté continuellement avec l’eau à traiter avec des agents
floculants. Il est recommandé d’utiliser des clarificateurs pour augmenter le temps de contact
entre le charbon et l’eau. La dose d’ozone nécessaire dans le cadre d’un inter oxydation est
alors réduite. La principale conséquence est que le nombre de sous-produits d’ozonation
diminue.

I.5.1.2. Avantages du charbon actif en poudre

Le charbon actif en poudre est 2 à 3 fois moins cher que le charbon actif granulé.
Des quantités supplémentaires peuvent être rajoutées en cas de pointes de pollutio n
accidentelles ou temporaires.
L’adsorption est rapide dans la mesure où une grande partie de la surface de contact est
directement disponible.

I.5.1.3. Inconvénients du charbon actif en poudre

Le charbon actif en poudre ne peut pas être régénéré quand il est mélangé avec des boues
d’hydroxyde.
Il est difficile d’enlever les dernières traces d’impuretés sans ajouter une quantité très
importante de charbon actif en poudre.
La détection des pointes de pollution est problématique et sa concentration applicable est
limitée.
I.5.2. Charbon actif granulé (CAG)

Le CAG peut être soit en forme granulée soit extrudée il est représenté par des tailles telles que
8х20, 20х40, ou 8х30 pour des applications en phase liquide et par 4х6, 4х8 ou 4х10 pour des
applications en phase vapeur. Par exemple, un charbon 20х40 est formé de particules traversant
une maille standard américaine Nº 20 (0.84 mm) mais retenues par une maille Nº 40 (0.42 mm).
La taille 8х30 est la plus utilisée pour de nombreuses applications.

13
Figure 6. Charbon actif granulé.

I.5.2.1. Utilisation du charbon actif granulé

Le charbon actif granulé est utilisé dans des différents types de traitements des eaux pour la
réduction des oxydants chlorés résiduels et une très faible élimination de certains sous-produits
de désinfection tels que les bromates et les chlorates, et aussi utilisé pour enlever la turbidité et
pour dissoudre des composés organiques, l’odeur, les taches, les colorants. Le traitement au
charbon actif granulé est reconnu comme étant le procédé le plus efficace contre les goûts et
les odeurs. Ce composé de faible poids moléculaire favorise une durée de vie prolongée. Il est
utilisé pour l’élimination des micropolluants organiques et de la matière organique sous forme
de carbone dissous.
Il est utilisé en filtration pour des traitements de finition, car il permet l’amélioration de
nombreux paramètres liés à la matière organique naturelle (MON) : couleur, goût, odeur et
demande en désinfectant. En outre, son utilisation en filtration biologique permet d’obtenir des
rendements d’élimination du carbone organique biodégradable (CODB) pouvant aller jusqu’à
80 % à 18 °C, mais ne dépassant pas 30 % à 8°C.

I.5.2.2. Avantages du charbon actif granulé

La durée de vie du charbon actif granulé dépend de l’abattement de la matière organique et du


lissage des points de pesticide. Le choix du type de charbon actif est également déterminant sur
le rendement de l’élimination.
Le charbon actif granulé a une capacité d’adsorber une partie de presque toutes les vapeurs.
Il a une grande capacité d’adsorption pour les substances organiques en particulier les solvants.
Il retient un grand nombre de substances chimiques en même temps.
Il fonctionne bien dans un domaine large de température et d’humidité. Il est inerte et on peut
l’utiliser en toute sécurité.
Il est facilement disponible et de bon marché.

14
I.5.2.3. Inconvénients du charbon actif granulé

Durée de vie limitée.


Préfiltration : Les carburants dissous et matières en particules peuvent rapidement encrasser le
charbon, nécessitant un prétraitement dans la plupart des cas.
Coût : Le besoin de remplacer régulièrement le charbon épuisé rend le charbon actif granulé
plus cher que le stripping pour des concentrations élevées de contaminants.
Déchets dangereux : tout le charbon doit être finalement jeté, puisqu’il ne peut être régénéré
qu’un certain nombre de fois, ou pas du tout dans le cas de l’adsorption de métaux ou de résidus
d’explosifs. Selon les caractéristiques du charbon épuisé, il peut être jeté comme déchet
dangereux, ce qui augmenterait le coût et responsabilité. Les facteurs influençant la capacité
d’un adsorbant comprennent la surface spécifique, la taille des pores et la polarité.


Tableau 3 : les déférents types de charbon actif

15
I.6. Propriétés du charbon actif [12]

I.6.1. Composition

La composition chimique du charbon actif dépend de la nature de la matière première initia le


ainsi que des traitements qu’elle peut subir (activation). Il peut renfermer en dehors du carbone,
de l’hydrogène, de l’oxygène, de l’azote ou du phosphore. Le charbon actif est le terme
générique employé pour décrire une famille des adsorbants carbonés avec une forme fortement
cristalline. Le carbone est arrangé en forme quasi graphitique en particules de petites tailles.
Une grande variété de produits de charbon actif est disponible exhibant des caractéristiq ues
nettement différentes dépendant de la technique de matière première et l’activation utilisée dans
leur production. En choisissant un charbon actif, il est important d’avoir une compréhens io n
claire des caractéristiques adsorptives et physiques du matériau afin d’optimiser les
disponibilités d’exécution.

Le charbon actif est un matériau solide, sans goût. Il est un adsorbant à très large spectre, la
plupart des molécules organiques se fixent à sa surface, les plus mal fixées étant les molécules
les plus courtes, c’est à dire celles qui contiennent moins de trois atomes de carbone (exemples
: alcool simple, premier acide organique et les substances moins polaires). Il contient un nombre
considérable de cavités ou pores ce qui lui confère une surface de contact considérable comprise

entre 700 et 2000 m2/g. Le charbon actif se distingue du carbone élémentaire par l’élimina tio n
de toutes les impuretés non carbonées et l’oxydation de sa surface.

I.6.2. Modes de production

L’adsorbant carboné peut être préparé à partir de nombreuses sources par une grande variété de
méthodes. L’index de Merck divise ces méthodes en quatre formes de base :
• Noir animal obtenu en calcinant les os, le sang, la viande, etc.
• Noir de fumée obtenu par une combustion incomplète de gaz naturel.
• Noir lampant obtenu en brûlant des matières graisses, des huiles, de résines, etc.
• Charbon actif préparé à partir du bois, et des matières végétales.

16
I.6.3. Utilisations spécifiques

Les charbons actifs sont utilisés dans la purification des gaz (atmosphère confinée) ou les
liquides alimentaires (huiles, sucres, eau potable). En effet, ils sont déjà utilisés couramment
dans le traitement des gaz à grande échelle, notamment pour capter du CO 2 dans le contexte de
production de l’hydrogène pur. Il présente une bonne adsorptivité du CO 2 , une adsorptivité
relativement faible du CO, de N 2 et O 2 , et très faible pour H2 . En principe le charbon actif est
un agent décolorant, désodorisant. Il peut aussi être utilisé pour extraire l’éthylène des
installations de stockage de fruits.
L’utilisation primaire du charbon actif est le traitement de l’eau y compris l’eau potable (24 %
de l’utilisation), des eaux de rejet (21 %) et le traitement de l’eau souterraine (4 %), ce qui
représente approximativement la moitié de toutes les applications aux Etats-Unis.
Le charbon actif est utilisé dans la séparation moléculaire pour la pharmacie, stockage de gaz,
catalyse etc., et est aussi utilisé dans le domaine médical. Il peut diminuer l’efficacité de
certaines médications prescrites par ailleurs. Il est donc, toujours préférable de prendre celles -
ci avec un intervalle d’environ deux heures avant ou après la prise de charbon actif et en cas de
doute, d’interroger son médecin traitant. L’adsorption de la substance ingérée diminuant ainsi
son absorption gastro-intestinale. Le charbon actif le plus utilisé dans ce domaine est le charbon
actif végétal, habituellement utilisé en forme poudre (en boite on en gélule), comprimés et
granulés. Il peut aussi être utilisé pour la filtration de la fumée de tabac. Le charbon actif a aussi
de nombreuses autres applications pour fixer les pesticides, dans les masques à gaz, dans les
dispositifs de contrôle de pollutions tels que les convertisseurs catalytiques et la désulfura tio n
de gaz de cheminée. Le charbon actif peut être utilisé comme adsorbant pour l’extraction des
matières toxiques de l’eau (ions métalliques, substances organiques, etc.), et de l’air (SO 2 , NO,
Cl2 etc.) et utilisé dans l’industrie minérale pour la récupération de l’or des solutions appauvries.
Les charbons actifs sont aussi largement utilisés dans les filtres à air dans des applicatio ns
industrielles et aussi pour le conditionnement de l’air. Les composés organiques volatils (COV)
peuvent créer des problèmes environnementaux inacceptables s’ils sont rejetés dans
l’atmosphère. Dans le domaine de métaux lourds, les charbons actifs sont de plus en plus
utilisés. Les métaux lourds tels que le cuivre, le nickel, le cadmium, le plomb, le mercure sont
extraits par ce moyen dans le traitement des effluents industriels. Les besoins en charbon actif

17
dans tous les domaines de traitement de gaz et de liquides ne cessent de croître. Les multip les
défis rencontrés dans la pollution inquiétante de l’environnement à travers le monde entier et
qu’il faut relever par tous les moyens font que la demande en charbon actif deviendra très
importante à l’avenir. A titre d’exemple, le tableau 4 regroupe la demande en charbon aux
Etats-Unis d’Amérique.

II. PRINCIPALES VOIES DE FABRICATION DES CHARBONS
ACTIFS

1. La pyrolyse

La pyrolyse est le processus dans lequel un échantillon est soumis à des températures élevées
entre 400 et 1000°C, sous atmosphère inerte, de manière à obtenir un produit carboné solide,
ainsi que des composés volatils (liquides et gazeux).

Le but de la pyrolyse est d’obtenir un produit fortement carboné, avec une microporosité
rudimentaire qui pourra ensuite être développée dans le processus d’activation. Cette étape sert
à éliminer, par pyrolyse [8], les espèces autres que le carbone, notamment l’hydrogè ne,
l’oxygène, des traces de sulfure ou d’azote sous forme de produit volatil [9, 10]. Le produit
obtenu par pyrolyse ne possède qu’une porosité rudimentaire et ne peut pas être employée
comme adsorbant sans une activation supplémentaire. Les atomes (oxygène et hydrogène) sont
éliminés sou l’effet de la chaleur et le matériau devient plus riche en carbone. Les atomes de
carbone restants se regroupent en feuillets aromatiques possédant une certaine structure
planaire. Ces feuillets s’arrangent ensuite d’une manière irrégulière laissant ainsi des interstic es
entre eux. Ces derniers donnent naissance à une porosité primaire de produit carbonisé [11].

Les différents paramètres déterminant la qualité, les propriétés et le rendement de la pyrolyse


sont :
 La vitesse du chauffage du four ;
 La température finale de pyrolyse ;
 Le temps de résidence dans le four (le temps de séjour) ;
 La nature du matériau du départ ;
 La taille des particules ;
 La décomposition thermique des composants chimiques ;
 Le traitement préalable réalisé dans les matériaux originaux.

18
Il existe une température de pyrolyse pour chaque matériau à partir de laquelle le rendement
reste constant.

masseinitiale − massefinale

Rendement(%) = ×100
masse
initiale

2. L’activation

Le but du processus d’activation est d’augmenter le volume poreux et en élargissant le diamètre


des pores créent lors de la carbonisation. L’activation sert à accroître de nombre de sites actifs
nécessaires à l’adsorption [9], elle supprime les structures carbonées désorganisées, exposant
ainsi les feuillets aromatiques aux agents d’activation.

La structure interne du composé ainsi obtenu est constituée d’un assemblage aléatoire de
cristallites de type graphitique, appelés par la suite Unité Structurales de Base (USB) (Figure 2).
L’espace entre ces unités constitue la microporosité de charbon actif présente le modèle proposé
par Stoeckli [35] (Figure 3).
En général, la réaction d’activation est un procédé qui fait intervenir un agent oxydant à une
température élevée, de manière à produire un produit poreux de masse inférieure. Cette perte de
masse indique le degré d’activation (taux d’activation) appelé « burn-off ».

Le taux de « Burn-off » augmente avec la durée de la réaction d’activation. La température


finale détermine la perte de masse [36]. Il existe deux modes d’activation, l’activation physique
et l’activation chimique.

Figure N° 2 : Modèle de l’USB [11]

19
Figure N° 3 : Représentation schématique de la microstructure du charbon activé

A. L’activation physique :

L’activation physique permet, grâce à l’action d’un oxydant (eau, oxygène, air, dioxyde de
carbone,) à haute température (750°C-1000°C), de développer la structure microporeuse en
éliminant les résidus de la carbonisation contenus dans les micropores. Cette réaction
consomme un nouveau plan de carbone et augmente la microporosité. Elle est effectuée, entre
650 et 900°C [8] ou entre 800 et 1000°C [21] ou entre 650 et 900°C [37] sous atmosphère
inerte, par des agents oxydants tels que la vapeur d’eau, le CO 2 , l’air ou un mélange de gaz.
L’agent activant oxyde les parties les plus réactives de carbone sous forme de CO ou CO 2 , cette
seconde phase conduit à l’ouverture des pores et à une très grande surface spécifique (entre 500
et 3000 m2/g). Le niveau de température joue un rôle important dans le processus d’activatio n.
En effet, à basse température, la cinétique d’oxydation est faible et l’activation conduit à une
distribution de taille de pore homogène dans tout le volume du matériau.
Quand la température augmente, la vitesse de réaction croît plus rapidement que la diffusion du
gaz oxydant. Le procède est donc limité par le transport du gaz oxydant au sein du matériau, ce
qui conduit à une perte d’homogénéité de la porosité.
L’utilisation du dioxyde de carbone comme agent oxydant favorise le développement de la
microporosité alors que la vapeur d’eau favorise une porosité aux dimensions plus larges.

20
B. L’activation chimique :

L’activation chimique est un autre procédé d’obtention des charbons actifs. Elle consiste à
imprégner le matériau de départ à partir d’une solution concentrée d’agent très oxydant et/ou
déshydratant (acide phosphorique, chlorure de zinc, hydroxyde de potassium,…). Le matériau
est ensuite pyrolysé entre 400°C et 800°C, lavé et séché. Le charbon actif est ainsi obtenu en
une seule étape.
L’activation chimique s’effectue en même temps que la carbonisation sous atmosphère inerte
entre 400 et 600°C, après imprégnation du précurseur par un agent activant. Ces agents activant
sont en général des acides de Lewis (chlorures de zinc, aluminium, fer, …), des sels d’acides
(acides sulfurique, phosphorique, borique,…) ou des carbonates des métaux alcalins [21, 39,
40]. Ces agents sont ajoutés en grandes quantités, puis éliminés par lavage. La taille des pores
dans le charbon actif final est déterminée par le degré d’imprégnation. Plus celui-ci est élevé,
plus le diamètre des pores est grand [39]. En effet, avec l’acide phosphorique, la microporos ité
de la fibre du charbon actif sera prédominante, surtout pour de fortes concentrations en agent
activant.

3. Oxydation :

L’oxydation des charbons actifs est une méthode facile pour introduire des groupes fonctionne ls
(modification des fonctions de surfaces de l’adsorbant) à la surface du charbon. Cette étape peut
se faire après l’activation soit par des agents oxydants en solution (eau oxygénée (H 2 O 2 ), acide
nitrique (HNO 3 ), ou peroxydisulfate d’ammonium (NH4 )2 S2 O8 )…) ou gazeux (air, vapeur
d’eau, ou dioxyde de carbone); le peroxydisulfate d’ammonium oxyde la surface sans modifier
la structure poreuse de charbon actif. Le processus d’oxydation conduit principalement à la
formation des sites carboxyliques, ou la transformation des sites oxygène en sites
carboxyliques.
Des échantillons de 1 gramme de charbon actif sont immergés dans 10 ml de solution de
(NH4 )2 S2 O8 saturée en H2 SO4 (1M). Le mélange est thermostaté à 298K, avec agitatio n
constante, et l’oxydation à lieu durant différentes périodes de temps (h). Ensuite, le charbon est
nettoyé par extraction au soxhlet avec de l’eau désionisée durant 24 heures ou jusqu’à l’absence
de sulfates. Finalement, le charbon est séché à température ambiante et puis à l’étuve à 110°C
pendant 12 heures.

21
Figure.3 : Les étapes de fabrication du charbon actif

22
III. PROPRIETES CHIMIQUES ET STRUCTURALES DES
CHARBONS ACTIFS

La structure et la nature chimique d’un charbon activé évolue au long des processus de
carbonisation (calcination) et d’activation.

1. Structure poreuse d’un charbon activé

La structure d’un solide est définie par deux principaux paramètres : la porosité et la surface
spécifique qui dépend directement du volume poreux [10]. Selon la définition de l’IUPAC [53],
la porosité est divisée en trois domaines :

Tableau N° 4 : Distribution de la taille des pores selon l’IUPAC [53]

Dénomination Diamètre (A°)


Macropores >500
Mésopores 20-500
Micropores <20

Les micropores et les mésopores sont produits par des Burn-off inférieurs à 50%. Au-delà de
ce degré d’activation les micropores se forment au déterminent des micro- et mésopores [43].
Les micropores peuvent être divisés en trois catégories au niveau des fibres de carbone activé
[54].
Les macropores permettent au fluide d’accéder à la surface interne du charbon actif, les
mésopores favorisent le transport de ce fluide et les micropores sont les sites de l’adsorption.
La présence de macropores crée une résistance au transfert de matière, généralement facteur
limitant dans le cas des adsorbants en grain.

Tableau N° 5 : Distribution de la taille des micropores d’une fibre du charbon activé [54]

Dénomination Diamètre (A°)


Micropore 14-20
Supermicropore 7-14
Ultramicropore <7

23
La structure poreuse de charbon actif en grain ou en poudre est hétérogène, elle comprend des
macro-, méso- et micropores. Par contre, la structure poreuse pour les fibres de charbon activé
est plus homogène, (figure 4) [5].

Figure N° 4 : Structure schématique des pores de Fibre du Carbone Activé (FCA) ou de


Charbon Actif en Grains (CAG) [5]

Figure N° 5 : Représentations schématisées d’un grain poreux

La distribution de la taille des pores est la distribution de l’aire spécifique versus la taille des pores.
Ceci est un paramètre important pour la détermination de la morphologie des pores du solide
poreux.

On peut déterminer la distribution poreuse par l’utilisation des lois suivantes :

24
A. Loi de Kelvin :

Ce modèle ne considère que le phénomène de condensation capillaire. La distribution de la taille


des pores d’un solide mésoporeux peut être calculée partir de l’isotherme de désorption de la vapeur
avec l’aide de l’équation de Kelvin :

Avec :
P : La pression d’équilibre de l’adsorbat ;

P° : La pression de vapeur saturé de l’adsorbat condensé ;

ƒ : Facteur dépendant de la forme géométrique du capillaire ou plus exactement du


type de ménisque formé par le liquide dans ce capillaire. Si le ménisque est hémisphérique ƒ =2 ;
s’il est cylindrique ou hémicylindrique ƒ = 1 et s’il est sphérique ƒ = 4.

γ : La tension superficielle de l’adsorbat liquide

; r : Le rayon du pore ;

V : Le volume molaire du gaz ;


θ : L’angle de mouillage (de contact entre le condensât capillaire et le film adsorbé sur les parois
du pores).

Si le liquide mouille la surface (cos θ) = 1 ; ainsi à P 1 donné on détermine le rayon de pore r1 tel
que les pores vérifiant r < r1 sont tous remplis tandis que les pores de diamètre r > r 1 sont tous vides.

Le concept de la condensation capillaire et ses expressions quantitatives dans l’équation de


kelvin est la base de toutes les différentes procédures utilisées pour le calcul de la distributio n
de la taille des pores [55].

B. Le modèle de Barrett, Joyner et Halenda (BJH) :

25
La méthode BJH pour le calcul de la distribution de taille de pore [56] est basée sur un modèle
d’adsorbant constitué d’un ensemble de pores cylindriques .

La méthode de BJH ne s’applique qu’à l’isotherme de désorption d’azote pour des pressions
relatives comprises entre 0,1 et 0,98, et suppose l’existence de pores cylindriques ouverts aux
deux extrémités. Ce modèle complète l’approche de Kelvin en tenant compte de la variatio n
du nombre de couches adsorbées.

Le rayon de Kelvin [56] exprimé en nm est :

Lorsque l’on utilise l’azote le rayon de pore est relié au rayon de Kelvin et de l’épaisseur de la
multicouche adsorbée par :

C. Théorie de Dubinin :

La théorie de Dubinin essentiellement utilisée dans le cas du remplissage des micropores, et


peut être utilisée dans le cas de l’adsorption sur certaines surfaces non poreuses. Dans cette
théorie la structure poreuse d’un charbon activé est déterminée par les paramètres suivants : le
volume de micropore W0 exprimé en cm3/g, la distribution de la largeur moyenne de

micropore L (nm) et la surface microporeuse totale Smi (m2/g) (c’est la surface accessible aux
molécules adsorbées et elle est associée à la microporosité de l’échantillon et la taille de la
molécule adsorbée).

L’adsorption de gaz par des solides microporeux peut être explicitée par l’équation de
Dubinin-Astakhov [57, 58] basée sur la théorie de remplissage des volumes de micropores :

Avec :

26
W0 : Volume total du système microporeux (le volume maximal de vapeur que l’on peut
condenser dans les micropores), il s’exprime en cm3 de vapeur ramenée aux conditio ns
normales par gramme d’adsorbant ou en mmol/g ;
W : Volume de vapeur adsorbé et condensé dans les micropores par gramme d’adsorbant à P/P°
;
E0 : Energie d’adsorption caractéristique pour un gaz standard et du solide ;
β : Coefficient d’affinité dépend de l’adsorbat (paramètre structural) (β =E/ E0 ).
Le benzène est pris comme référence avec β (C6 H6 ) = 1 ;
E : L’énergie d’adsorption d’un système adsorbat/adsorbant donné ;
R : Constante des gaz parfaits ;
T : La température en Kelvin ;
n : Dépend du type d’adsorption, reflète l’hétérogénéité du solide. En effet, plus il est élevé,
plus la structure du solide est homogène 1 < n < 3. Dans le cas des charbons actifs, il est
normalement compris entre 1.5 et 3, la valeur n = 2 étant la plus fréquente Dubinin-
Radushkevich (DR). Dans le cas de micropores en forme de fente, les valeurs proches de 1
correspondent à une largeur moyenne de micropores assez élevée tandis que les valeurs
supérieures à 2 traduisent une largeur moyenne de micropores faible.

Pour des systèmes microporeux assez homogènes, (n) est compris entre 2 et 5, notamment
pour les zéolithes.

D’un point de vue théorique E et n reflètent la distribution de l’énergie d’adsorption dans le


système microporeux.
L’équation de Dubinin-Radushkevich (DR) [57] ; dérivant de l’équation de Dubinin-Astak ho v
[58], est classiquement utilisée sous forme linéaire pour l’analyse des charbons actifs avec n
=2.
L’équation N°6 est appliquée à l’isotherme d’adsorption obtenue avec l’azote à 77K dans le
domaine de pression relative de 10-5 à 10-1.

A partir de cette formule, la taille des micropores (L) et le volume des microporeux

27
(W0 ) peuvent être déterminés graphiquement par la linéarisation suivante :

 R.T 2
La valeur de la pente D = -2.303   est liée à l’énergie d’adsorption E. La taille des
 E 
2. .K
micropores L peut être déterminés par l’équation : L= avec β = E/E0 ; β =0,33 et
E

K=13 nm.kJ.mol-1 pour l’azote à 77K.

L’énergie caractéristique est reliée à la largeur moyenne L des pores [59].

L’aire de la surface des pores S mic est reliée à leur volume et leur largeur par l’équation suivante
:

Il est possible de déduire la surface spécifique interne (surface spécifique équivalente) SN2du
solide.

Où :

am: L’aire d’encombrement superficielle de N 2 ;

N : Nombre d’Avogadro ;

M : Masse molaire de l’adsorbat ;

d : Masse volumique de l’adsorbat en phase adsorbée à la température T.

La caractéristique principale de l’équation de Dubinin-Astakhov est l’invariance de température


des paramètres E0 et n. Cette caractéristique a permis de tirer des conséquences thermodynamiques

28
très importantes. Par définition, la chaleur d’adsorption nette correspond à la chaleur iso stérique
moins l’enthalpie de vaporisation et par conséquent :

 : Le coefficient d’expansion thermique de l’adsorbat.

Le taux de remplissage (de recouvrement) avec, N nombre total de sites d’adsorption


et Na nombre de molécules adsorbés.

Pour les solides microporeux, la chaleur d’adsorption nette conduit à l’enthalpie d’immersion
par la relation :

La
résolution de cette dernière intégrale (équation 13), en la combinant avec l’équation (12),
permet d’établir l’équation suivante [60] pour un charbon actif classique (n =2) :

L’équation (14) correspond au remplissage des micropores. L’enthalpie expérimentale


correspond à iHmic et au mouillage de la surface externe [61].

hi : L’enthalpie spécifique de mouillage en (J.m-2) ;


Sext : La surface externe du solide ;
Vm : Le volume molaire (cm3.g-1).

D. Analyse « t-plot » (Diagramme « t ») et volume des micropores :

Lippens, De Boer et leurs collaborateurs [62] ont développé une nouvelle méthode
d’exploitation des isothermes d’adsorption permettant d’obtenir, sans longs calculs, la surface
spécifique du solide et des indications intéressantes sur la forme et le rayon moyen des pores.
Elle donne une analyse détaillée des micropores en plus de mesure des macropores et
mésopores. Elle consiste à tracer l’isotherme d’adsorption en terme du gaz adsorbé versus (t :
épaisseur de la couche adsorbée). En effectuant une extrapolation de la deuxième région
linéaire obtenue en faisant l’ordonné à l’origine (t = 0), on peut obtenir le volume des

29
micropores. Le graphique est tracé suivant le volume adsorbé en fonction de « t » en
considérons l’équation

Où :

V : Le volume du gaz adsorbé à TPN en moles/g du solide ;


Vm : Le volume du gaz adsorbé à TPN nécessaire pour recouvrir la surface d’une monocouche
δ: Est l’épaisseur moléculaire d’une monocouche de gaz (épaisseur statistique); la valeur de δ
d’une couche monomoléculaire d’azote adsorbée à 77 K, qui est 3,54 A° [62],
bt : Est la pente de la courbe.

Quand le solide est non poreux, la courbe «t» se présente sous forme d’une droite passant par
l’origine.
La valeur de l’épaisseur « t » de la couche adsorbée peu influencée par la nature des solides
examinés quelle que soit la pression relative P/P°.
Sur la base de leurs expériences, ils ont proposé une relation unique entre l’épaisseur de la
couche adsorbée « t » et la pression relative P/P° valable pour une grande variété de solides non
poreux. Cette relation expérimentale peut se mettre sous la forme analytique suivante :

Si l’on introduit, dans la relation (16), la valeur de l’épaisseur statistique δ par sa valeur
3,54 A° et la combinaison avec l’équation (17), on peut écrire :

Cette expression relie le volume adsorbé, V, à la pression relative P/P°. Comme cette équation
s’applique à de nombreux solides noms poreux, elle est appelée isotherme standard.

2. Caractéristiques de surface d’un charbon activé :

A. La surface spécifique :

La surface spécifique représente la surface totale par unité de masse du produit accessible aux
atomes et aux molécules. Il s'agit donc de considérer toute la surface de chaque particule,
porosité ouverte comprise. Le volume poreux étant important, la surface développée est énorme

30
: de 500 à 1500 m2.g-1. Notons que ce sont essentiellement les micro et mésopores qui créent
de la surface. La surface spécifique est calculée en mesurant la quantité d'un gaz adsorbé à
basse température (généralement l'azote à 77 K) et en supposant que la surface est recouverte
par une monocouche de molécules. La surface spécifique dépend directement de la porosité ;
plus la microporosité est grande plus la surface spécifique est importante.

Il est nécessaire de distinguer la surface externe et la surface interne d’un adsorbant (Figure 6).
La première est la surface microporeuse S mi représentée par les parois des micropores ; elle
peut atteindre plusieurs mètres carrés par gramme et est reliée au volume Wo et à la largeur L
par la relation n°10 [63].
La deuxième est la surface non-microporeuse ou la surface externe Se qui comprend les parois
des mésopores et des macropores, ainsi que la surface des feuillets aromatiques. Pour les
charbons actifs, cette surface varie entre 10 et 200 m2/g environ.

Figure N° 6 : Représentation schématique de la surface interne et externe d’un charbon actif

B. Les fonctions de surface (groupements de surface) :

On trouve principalement des sites oxygénés et, éventuellement des sites aminés présents à la
surface du charbon et liés à l'origine et à la méthode de fabrication du charbon actif. Si le
charbon a reçu un traitement chimique, d’autres groupes fonctionnels peuvent être introduits
spécifiquement.

Les charbons possédant des groupements acides de surface ont des propriétés
d’échange de cations,
 tandis que ceux possédant un caractère basique ont un pouvoir d’échange

anionique [64].

La connaissance de la nature chimique de la surface est essentielle pour comprendre
l’adsorption
 de certains composés inorganiques en solutions aqueuses, par des charbons activés

[65].

31

Le caractère acide et/ou
 basique de la surface d’un charbon active est étudié par une

variété de techniques [66,67].

La nature des groupements fonctionnels ainsi que les propriétés qui en découlent
(acidité, basicité, polarité) sont dépendantes de la composition du précurseur et du processus

de fabrication (carbonisation et activation).

Ces groupements sont de trois sortes : acides, basique ou neutre. Les plus fréquemme nt
identifiés sont les groupements acides [68].
Les processus d’oxydation augmentent la concentration en surface de ces groupes chimiq ues
[69,70]. Les groupes fonctionnels basiques de surface sont moins connus [71].

carboxyle
OH phénol
O
OH O lactone

O O

anhydride O

O
O
Peroxyde
O

O
quinone

Figure N°7 : Quelques groupements acides et basiques identifient

En surface du charbon actif [10]

Chromènes

Pyrone

Figure N° 8 : Quelques groupements basiques identifient en surface du charbon actif

32
IV. Principales applications de charbon actif

Les charbons actifs sont utilisés dans plusieurs domaines [Memento technique, 1989] :
 Le traitement des eaux potables ou des eaux industrielles qui sont produites à partir des eaux
de surface. Le charbon actif fixe alors les composés organiques dissous qui n'ont pas été
éliminés par autoépuration (ou élimination biologiq ue naturelle). Nous citons en exemple les
substances qui donnent le goût et la saveur à l'eau. Ces adsorbants retiennent également certains
métaux lourds à l'état de traces.
 Le traitement tertiaire des eaux résiduaires ou industrielles. Dans ce cas le charbon actif
peut être considéré comme un complément au traité biologique. Ce procédé est utilisé au niveau
de la station d'épuration de l'unité Couvertex de Aïn-Djasser, Wilaya de Batan, pour
l'élimination des colorants.

 Le traitement des eaux résiduaires industrielles : ce traitement est employé lorsque
l'utilisation des techniques biologiques n'est pas permise. Le but du charbon actif est donc
d’éliminer les composés toxiques non biodégradables.

 La purification industrielle des produits pharmaceutiques, chimiques ou alimentaires
(sucre, huiles végétales…).

 L’action catalytique en tant que support de catalyseur.
Le charbon exerce un effet catalytique lors de la réaction d'oxydation de l'eau par le chlore
libre :

(C.P.A) 1
O
Cl2 + H2O 2HCl + 2 2 (A-8)
Ainsi, on effectue la déchloration d'une eau ayant subi un traitement de chloration par excès.

Enfin, Il est à noter que les traitements avec le charbon actif en poudre ou en grains sont d'un
intérêt croissant car ils se caractérisent essentiellement par :
 Un faible coût dynamique.

 Une mise en œuvre simple.

Une meilleure compétitivité par rapport à d'autres procédés de traitement telle que la
biodégradation.

33
Conclusion
Les charbons actifs sont des adsorbants. Ils sont constitués d’un matériau carboné
essentiellement amorphe, doté d’une porosité très développée. Ils peuvent être obtenu
à partir d’un grand nombre de matériaux contenant du carbone d’origine végétale,
animale ou minérale.
Leurs procédés de fabrication se regroupent en deux catégories :

• L’activation physique qui consiste en une carbonisation suivie d’une oxydation à

haute température

• L’activation chimique qui met en jeu un agent chimique favorisant la

déshydratation, puis une réorganisation structurale à des températures plus faibles.


Les propriétés d’adsorption des charbons actifs liées à leurs porosités et à leurs
surfaces spécifiques sont exploitées dans de nombreuses applications en phase liquide
ou gazeuse. Les applications en phase liquide comptent le traitement de l’eau potable,
le traitement de nappes phréatiques, la décoloration, la rétention d’impureté dans
différents procèdes chimiques et dans les fabrications alimentaires, la séparation de
composés pharmaceutiques ou de composés miniers. Les applications en phase gazeuse
sont tout aussi diverses : la récupération de solvants, la protection contre des polluants
atmosphériques, la séparation de composés gazeux, le stockage de gaz et enfin la
catalyse.
Le choix d’un charbon actif adapté à l'usage pour lequel il est destiné est fondamental
pour sa performance.

34