Vous êtes sur la page 1sur 158

ETUDES TECHNIQUES POUR LA REHABILITATION DE LA DIGUE

DE PROTECTION DE GOUDEL, VILLE DE NIAMEY (NIGER)


MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU

MASTER EN INGENIERIE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT

OPTION : GENIE CIVIL / ROUTES ET OUVRAGES D’ART

-------------------------------------------------------------------------

Présenté et soutenu publiquement le 16 janvier 2018 à 10 h par:

Koffi ATCHOU

Travaux dirigés par :

Mr Moussa LO Ing Pascal COMPAORE

Enseignant au Département GCH Ingénieur Génie Rural


Fondation 2iE Directeur Général de CETECH Consult

Jury d’évaluation du stage :

Président : Mr Amadou BOUREIMA

Membres et correcteurs : Mr Moussa LO

Mr Célestin OVONO

Mr Pascal COMPAORE

Promotion 2016 - 2017


Etudes techniques pour la réhabilitation de la digue de protection ville
de Goudel, Niamey (Niger)

DEDICACES

Nous dédions ce travail :

Au Tout Puissant,

A la mémoire de mon papa bien aimé Kokou ATCHOU


A ma très chère mère Abla N’TCHOU
A mes frères et sœurs Ahoefa, Akpénou, Emmanuel, Jeannette,
A ma femme chérie Raissa B. SOULAMA
A mes enfants chéris Steeves, Linda

A toute ma famille,

Aux familles COMPAORE Pascal et OUEDRAOGO Mousso,

A Mes enseignants et encadreurs,

A Mes amis, proches et parents,

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

II
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

REMERCIEMENTS

Nous avons été honoré durant toute notre formation et au cours du stage de ce mémoire, du
soutien d’innombrables personnes à qui nous ne pouvons manquer d’exprimer notre sincère
reconnaissance. A cet effet nous leur témoignons toutes nos gratitudes.
Nous remercions, en premier lieu, Dieu qui a bien voulu nous donné la force pour effectuer le
présent travail.
En second lieu, nous tenons à remercier :
- L’ensemble du corps professoral de l’Institut International d’ Ingénierie de l’Eau etde
l’Environnement (2iE) pour tous les efforts consentis à faire de nous un produit utile
pour la société d’aujourd’hui et de demain.
- Mr Moussa LO, Enseignant au Département GCH, Directeur de mémoire pour sa
disponibilié,
- Tout le personnel enseignant et administratif de la Fondation 2iE,
- Le Directeur Général de CETECH Consult Mr Pascal COMPAORE pour m’avoir
accepté comme stagiaire dans sa structure,
- Mon père et ma mère pour d’innombrables sacrifices consentis depuis si longtemps et
sur les bancs,
- Ma femme et mes enfants pour le sacrifice consenti et pour d’inombrables privations,
- Mes frères et sœurs Akpénou, Ahoéfa, Emmanuel, Jean, Julien, Guy
- Toute ma famille pour son soutien,
- Ma belle-famille,
- La communauté togolaise au Burkina Faso et au Niger pour son soutien,
- Monsieur Pascal COMPAORE et sa famille pour la confiance placée en nous,
- Monsieur Mousso OUEDRAOGO et sa famille pour le soutien depuis belles lurettes,
- Messieur Théodore OUANDAOGO et Théodore KABORE pour leur conseil et amitié,
- Tout le personnel de CETECH Consult : Ali, Hamidou, Noel, Keylem, Rose, Clarice,
- Le personnel du PGRC-DU, de la DRGR, de l’entreprise Moorey à Niamey,
- Nos amis et parents auxquels nous réitérons nos remerciements pour leur soutien,
- Tous ceux qui de prés ou de loin ont contribué à la rédaction de ce présent rapport,
- Tous les camarades de 2iE et en particulier mes amis de promotions.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

III
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Au Pays des Hommes Intègres : le BURKINA FASO,

A tout le Peuple Burkinabè,

Pour son hospitalité.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

IV
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Citations

« Il est maintenant scientifiquement admis que les changements climatiques sont


une réalité avec laquelle l’humanité devra composer », (GIEC, 2007).

« Pour faire face aux effets néfastes des changements climatiques, les pays doivent
s’adapter », (CARE, 2010).

« De tous les ouvrages d’art, je dis bien de tous, même les petits, l’aspect importe ;
il n’est pas permis de faire laid (…). C’est une étrange opinion que d’estimer cher
ce qui est beau, bon marché ce qui est laid : on a fait laid et cher, beau et bon
marché » Paul Séjourné (Grandes Routes - 1913).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

V
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

LISTE DES ABREVIATIONS et ACRONYMES :

2iE : Institut International de l’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement.


CETECH Consult : Cabinet d’Etudes Techniques et Consultations.
PGRC-DU : Programme de Gestion des Risques de Catastrophes et de Développemnet Urbain.
IDA : International Dévelopment Association (Association Interntionale de Développement).
FPMA : Fonds pour les pays les moins avancés.
FEM : Fonds pour l’environnement mondial.
GIEC Groupe Inter gouvernemental sur l’Evolution du Climat.
PANA Programme d’Action National d’Adaptation.
IGN N : Institut Géographique National du Niger.
CRA Centre Régional AGRHYMET.
CNEDD : Conseil National de l’Environnement pour un Développement Durable.
CIEH : Comité Interafricain d’Etudes Hydrauliques.
DAOI : Dossier d’Appel d’Offre International.
Dd : Densité de Drainage.
Ds : Densité Spécifique.
EIER : Ecole Inter-Etats d’Ingénieurs de l’Equipement Rural.
MDC : Mission de Contrôle.
NIE : Notice d’Impact Environnemental.
OPN : Optimum Proctor Normal.
ORSTOM : Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

VI
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

SOMMAIRE
SOMMAIRE .......................................................................................................................................1
Liste des figures ..................................................................................................................................3
Listes des photos .................................................................................................................................4
Listes des tableaux ..............................................................................................................................5
Resumé .................................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
INTRODUCTION...............................................................................................................................8
CHAPITRE 1 : PRESENTATIONS GENERALES .........................................................................10
1 Présentation du projet. ................................................................................................................10
2 SITUATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET ........................................................................12
3 Les objectifs. ..............................................................................................................................14
3.1 Les objectifs du projet ........................................................................................................... 14
3.2 Les objectifs du stage. ........................................................................................................... 14
3.3 Cadre politique, juridique et institutionnel du projet de digue de Goudel............................. 15
CHAPITRE II : MATERIELS ET METHODOLOGIE ...................................................................16
4 MATERIELS..............................................................................................................................16
5 METHODOLOGIES ..................................................................................................................16
5.1 Etudes diagnostiques ............................................................................................................. 16
5.1.2. Visites de terrains .................................................................................................................. 16
5.1.3. Les entretiens/discussions avec les acteurs institutionnels .................................................... 17
5.1.3. La synthèse des données collectées ....................................................................................... 17
5.2. Etudes de base ....................................................................................................................... 17
5.2.1. Caractéristiques topographiques du site ................................................................................ 17
5.2.2. Etudes géotechniques. ........................................................................................................... 19
5.2.3. Etudes hydrologiques ............................................................................................................ 20
5.2.3.3. Etudes du bassin versant................................................................................................ 21
5.2.3.6. Détermination de la crue du projet ................................................................................ 23
5.3. Estimation des apports des bassins versants. ......................................................................... 23
5.4. Estimation des besions en eau du périmètre .......................................................................... 23
5.5. Etude d’impact environnementale ......................................................................................... 24
CHAPITRE 3 : LES ETUDES DIAGNOSTIQUES .........................................................................25
6. ETAT ACTUEL DES OUVRAGES. .....................................................................................25
6.2. La digue ................................................................................................................................. 25
6.3. Les parcelles de l’aménagement ............................................................................................ 26

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

1
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

6.4. Le canal d’amenée d’eau ....................................................................................................... 26


6.5. Les causes des dégradations et leurs conséquences............................................................... 26
CHAPITRE 4 : LES DIMENSIONNEMENTS DES OUVRAGES .................................................27
7. CONCEPTION DE LA DIGUE.............................................................................................27
7.2. Vérification des dimensions de la l’ancienne digue .............................................................. 27
7.3. Proposition de réhabilitation et extension de la digue. .......................................................... 27
8. CONCEPTION DES OUVRAGES ANNEXES. ...................................................................31
8.2. Le principe de fonctionnement des ouvrages. ....................................................................... 31
8.3. L’ouvrage à clapet anti retour................................................................................................ 32
8.4. L’ouvrage de prise d’eau. ...................................................................................................... 35
9. Dimensionnement structurel des ouvrages. ............................................................................35
9.2. L’ouvrage de prise d’eau ....................................................................................................... 35
9.3. Les ouvrages à clapet. ........................................................................................................... 36
9.4. La digue ................................................................................................................................. 36
9.5. Dimensionnement structurel du dalot .................................................................................... 36
 Calcul des murs en ailes (mur de soutènement Cantilever)....................................................41
CHAPITRE 5 :ETUDES D’IMPACTS ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES .....................44
10. Evaluation des impacts du projet de rehabilitation de la digue de Goudel. ............................46
11. Impacts, mesures d’attenuation ou de bonification. ...............................................................47
12. PGES de chantier....................................................................................................................47
CHAPITRE 6 : OBSERVATIONS RECOMMANDATIONS SUR LES TRAVAUX EN COURS
D’EXECUTION. ...............................................................................................................................48
13. Critères d’évaluation et de qualification des soumissionnaires. .............................................48
14. Plans et documents fournis par le Maître de l’Ouvrage .........................................................48
15. Dimensionnement des ouvrages de franchissement : ouvrages à clapet ................................48
16. Cadre de devis estimatif .........................................................................................................48
17. Conception générale et dimensionnement ..............................................................................49
B- Observations sur les travaux en cours d’execution. ...............................................................49
18. Etat de réalisation des ouvrages .............................................................................................49
19. Recommandations et perspectives. .........................................................................................50
Conclusion.........................................................................................................................................52
ANNEXES ........................................................................................................................................54

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

2
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Liste des figures

Figure 1 : Cartes de situation de la ville de Niamey et de zone du projet. ............................................ 13


Figure 2 : Organigramme de l’étude ................................................................................................. 18
Figure 3 : Répartition des pluies à Niamey. .......................................................................................... 21
Figure 4 : Pentes de talus en fonction de la hauteur du barrage ............................................................ 29
Figure 5 : Scéma statique ..................................................................................................................... 39
Figure 6 : Côtes des crues au Pont Kennedy ........................................................................................ 60
Figure 7 : Temps de retour de quelques débits maxima journaliers à Niamey (loi de Gumbel) ......... 60
Figure 8 : Résultas de sondages géotechniques. ................................................................................... 63
Figure 9 : Pluviométries journalières maximales de Niamey. .............................................................. 68
Figure 10 : Pluviométrie de Niamey depuis les années 1945 ............................................................... 68
Figure 11 : Influence des précipitations de la région de Niamey sur les débits maximaux du fleuve .. 69
Figure 12 : Statistiques des données pluviométriques journalières et annuelles de Niamey. ............... 80
Figure 13 : Marché en diagramme........................................................................................................ 83
Figure 14 : Schéma statique du dalot ................................................................................................... 93
Figure 15 :Abaques de dimensionnemnt de dalot ................................................................................ 93
Figure 16 : Travaux en diagramme..................................................................................................... 136
Figure 17 : Taux d'avancement général .............................................................................................. 138
Figure 18 :Taux d'avancement spécifique des travaux. ...................................................................... 138
Figure 19 : Taux d'avancement général du projet. .............................................................................. 139
Figure 20 : Taux d'avancement spécifique des travaux du projet........................................................ 139
Figure 21 : Taux d'avancement général et global des travaux des trois digues par rapport au délai
contractuel consommé. ........................................................................................................................ 140
Figure 22 : Avancement général des travaux du projet par rapport au délai consommé. ................... 141

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

3
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Listes des photos

Photo 4 : Caractéristiques du bassin versant De Goudel ...................................................................... 22


Photo 1 : Submersion et végétation sur les talus des digues ................................................................. 25
Photo 2 : Submersion des digues par les eaux du fleuve. ..................................................................... 25
Photo 3 : Remblai des digues en tout venant et activités humaines. ..................................................... 26
Photo 5 : Bassin versant de Goudel (Digue de protection) ................................................................... 64
Photo 6 : Revêtement en dallettes en béton armé des talus de la digue. ............................................. 142
Photo 7 : Raccommodage des murs en ailes qui ne respectent aucune norme technique. .................. 142
Photo 8 : Le bourrage du remblai du bloc technique. ......................................................................... 143
Photo 9 : Le gâchage manuel du béton, le coulage sur place des dallettes sur un plan incliné et en
l’absence du vibreur se poursuivent. ................................................................................................... 143
Photo 10 : Impossibilité de relier les dallettes entre elles par des joints en mortier : chaque dallette
devient un élément isolé de l’ensemble. .............................................................................................. 144
Photo 11 : Pose de deux conduites jumelées exigée par la population qui a estimé qu’une seule
conduite engendrerait une inondation eu égard au débit qui ruissèle dans cette zone. ....................... 144
Photo 12 :Conséquences du non-respect par l’entreprise des conseils de la mission de contrôle ...... 145

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

4
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Listes des tableaux

Tableau 1 : Pluviométrie annuelle pour différentes périodes de retou ................................................. 22


Tableau 2 : Caractéristiques du bassin versant. .................................................................................... 23
Tableau 3 : Récapitulatif des crues du projet. ...................................................................................... 23
Tableau 4 : Causes des dégradations et leurs conséquences ................................................................ 26
Tableau 5 : Choix du type de barrage en fonction du matériau............................................................ 28
Tableau 6 : Détermination de la largeur en crête de la digue. .............................................................. 29
Tableau 7 : Détermination des dimensions de la digue. ....................................................................... 30
Tableau 8 : Evaluation des hauteurs d’eau (surélevations) en amont des ouvrages :........................... 34
Tableau 9 : Matrice de synthèse de l’évaluation des impacts du projet de réhabilitation de la
digue de Goudel .......................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Tableau 10 : Consommation de délais par rapport à l’avancement des travaux. .................................. 49
Tableau 11 : La synthèse des principaux résultats de ce diagnostic ...................................................... 56
Tableau 12 : Les résultats de ces consultations des populations riveraines ......................................... 57
Tableau 13 : Présentation des options de travaux pour la digue de Goudel .......................................... 57
Tableau 14 : Cotes simulées des crues des débits maxima (intégration au modèle mathématique) .... 59
Tableau 15 : Paramètres géotechniques retenues ................................................................................. 62
Tableau 16 : Caractéristiques du bassin versant ................................................................................... 65
Tableau 17 : Extrêmes observés à la station hydrométrique de Niame ................................................ 70
Tableau 18 Pluviométries maximales journalières de Niamey ............................................................ 71
Tableau 19 : Influence des précipitations de la région de Niamey sur les débits maximaux du fleuve.
............................................................................................................................................................... 72
Tableau 20 : Caractéristiques de la digue ............................................................................................. 81
Tableau 21: Devis estimatif des travaux .............................................................................................. 82
Tableau 22: Présentation des options de travaux pour la digue de Goudel. .......................................... 84

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

5
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Résumé
Le présent mémoire porte sur les études techniques pour la réhabilitation de la digue de Goudel,
ville de Niamey, (NIGER), longue de quatre mille mètres (dont 2184,47 ml de nouvelle digue et
1763,34 de réhabilitation). Cette étude a pour but, la conception de l’ouvrage, avec actualisation,
au regard de quelques manquements observés dans la transmission les documents techniques
l’élaboration des plans d’exécution de la digue de Goudel avec ses détails et ceux des ouvrages
annexes

La mission d’études techniques a débuté par des activités de bureau et celles de terrain composées
des rencontres d’information avec les autorités coutumières et administratives des reconnaissance
du terrain et échange avec les populations bénéficiaires, de l’exécution des études thématiques
complémentaires (étude géotechnique, étude topographique et étude hydrologique) qui ont mis fin
à cette phase d’études préliminaires et enfin, le traitement des données et dimensionnement des
ouvrages.

A l’issue du diagnostic des tronçons de la digue et leur environnement, au cours duquel les autorités
coutumières et communales sont fortement impliquées sur les questions foncières, il est apparu la
nécessité de prolonger l’ensemble des digues pour tenir compte des besoins réels et de protéger
ainsi les habitations. Au cours de la conception générale de l’ouvrage, deux options ont fait surface
et c’est la seconde qui a été retenue.

Les études techniques ont abouti à la réalisation d’une digue homogène en remblai argileux et aux
ouvrages annexes d’une part et au contrôle et suivi des travaux d’autre part.

L’ouvrage proposé et réalisé permettra de protéger les populations riveraines et leurs biens contre
les inondations et au même moment permettre l’évacuation des eaux de ruissèlement desdits
quartiers.

Une évaluation environnementale du projet est abordée avec une proposition des mesures
d’atténuation et de bonification des impacts négatifs. Des observations sur les travaux en cours
d’exécution ont été faites et des recommandations formulées. Enfin pour terminer une
estimation financière sommaire du projet a été faite et son coût s’élève Un Milliard Huit Cent
Quatre Vingt Onze Millions Cinq Cent Onze Mille Huit Cent Quinze (1 891 511 815) Francs
CFA HT soit Un Milliard Neuf Cent Quatre Vingt Sept Millions Quinze Mille Huit Cent
Quarante Deux (1 987 015 842) Francs TTC

Mots clés

Digue de protection
Débits
Etudes techniques
Dalot
Ouvrage à Clapet

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

6
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

ABSTRACT
This project is about studies for the rehabilitation of the fourteen-meter-long Goudel dike in the
city of Niamey, NIGER, (including 2184.47 ml of new dyke and 1763.34 of rehabilitation).
This study aims at the design of the work, with updating, with regard to some shortcomings
observed in the transmission the technical documents the development of the plans of execution
of the dike of Goudel with its details and those of the ancillary works
The technical studies mission started with clerical and field activities consisting of information
meetings with the customary and administrative authorities of the field reconnaissance and
exchange with the beneficiary populations, of the execution of the complementary thematic
studies (study geotechnical, topographical study and hydrological study) which ended this
phase of preliminary studies and finally, the data processing and sizing of structures.
At the end of the diagnosis of the sections of the dyke and their environment, during which the
customary and communal authorities are strongly involved on the land issues, it appeared the
need to extend all the dikes to take into account the real needs and to protect homes. During the
general design of the structure, two options surfaced and the second was chosen.
The technical studies resulted in the construction of a homogeneous dike made of clay fill and
anexions structures on the one hand and the control and monitoring of works on the other.
The proposed and realized structure will protect riparian populations and their property against
floods and at the same time allow the evacuation of runoff water from these neighborhoods.
An environmental assessment of the project is addressed with a proposal for mitigation
measures and improvement of negative impacts. Comments on the work in progress were made
and recommendations made. Finally to finish a summary financial estimate of the project was
made and its cost rises A Billion Eight Hundred Four Twenty Eleven Million Five Hundred
Eleven Thousand Eight Hundred Fifteen (1,891,511,815) Francs CFA HT is A Billion Nine
Hundred Eight Eighty Seven Millions Fifteen Thousand Eight Hundred Thousand Two
(1,987,015,842) Francs CFA.

Keywords

Protective dyke
Flow rates
Technical studies
Dalot
Clamshell work

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

7
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

INTRODUCTION
Les changements climatiques sont avérés, affecteront le régime des précipitations, et intensifieront
le cycle hydrologique (cycle évaporation/précipitation), provoquant localement sécheresses et/ou
inondations (GIEC, 2007).

L’Afrique est particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique, notamment à cause
de sa dépendance à l’égard des rendements de l’agriculture sous pluie, de la pauvreté et du manque
de capacités (GIEC, 2007). De vastes régions africaines, notamment le Sahel et une partie de
l’Afrique australe, pourraient subir des effets dévastateurs d’ici 2100.
A l’instar des autres pays situés dans la bande sahélo – saharienne, les populations nigériennes sont
très vulnérables aux impacts de la variabilité et des changements climatiques en raison de la forte
variabilité interannuelle des précipitations (PANA, 2007). Elles sont exposées aux risques
d’inondation en amont dans les bassins versants qui représentent une menace pour les zones
urbaines et les communautés rurales le long des principaux cours d’eau dont le fleuve Niger. Pour
protéger ces populations et leurs biens (100 ha de périmètres irrigués et des habitations) contre ces
inondations, plusieurs digues ont été construites dans la ville de Niamey.
Cependant, l’état actuel de ces digues ne leur permet plus de jouer pleinement leur rôle. Ce qui
explique l’idée de la réhabilitation des digues dans la ville de Niamey.

Le projet, tel que défini dans les termes de référence, vise à la réhabilitation de trois tronçons de
digues de protection dans la ville de Niamey - dont celle du site de Goudel qui fait l’objet de notre
étude. - en vue de l’amélioration de la résilience des populations nigériennes face aux risques
naturels par la réalisation d’un certain nombre d’infrastructures liées à la maîtrise des inondations
sur les sites ciblés.

La transmission des éléments de base de la conception du projet par le maître d’ouvrage à


l’entreprise a été marquée par des manquements. Compte tenu de l’urgence des travaux de
réhabilitations de la digue (l’imminence des crues du fleuve qui provoqueraient les inondations à
Niamey, déjà annoncées en amont du fleuve au Mali par la crue guinéenne), il a été d’une part
décidé la poursuite des travaux et d’autres parts, recommandé des études plus approfondies. Le
présent mémoire d’ingénierie retrace l’ensemble des activités que nous avons mené Février à Juin,
sur le thème : « Etudes techniques pour la réhabilitation de la digue de protection de Goudel dans
la ville de Niamey.

Dans le but de réhabiliter la digue de Goudel, ce projet de mémoire se donne pour objectif général,
l’étude de conception de l’ouvrage, avec actualisation, au regard de quelques manquements
observés dans les documents techniques transmis par la maîtrise d’ouvrage ainsi que le suivi de
l’exécution assurée par la maitrise d’oeuvre.

Spécifiquement, nous procéderons à l’élaboration des plans d’exécution de digue de Goudel avec
ses détails, ensuite les plans des ouvrages annexes (les méthodes d’exécution).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

8
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Les travaux de réhabilitation de la digue de Goudel sont :

- Financés par la Banque Mondiale à travers le Crédit IDA-5340/NE;


- Réalisés pour le compte de PGRC-DU (Niger) par l’entreprise Morey (Niger) ;
- Contrôlés et supervisés par le bureau d’études CETECH Consult, Ingénieurs – Conseils
(Burkina Faso)

Conformément à l’objectif fixé, notre étude est structurée en trois parties :

- la première partie traite des généralités et de la méthodologie adoptée pour la rédaction de


ce mémoire ;
- la deuxième partie présente les diagnostics et les études de réhabilitation de la digue ;
- la troisième partie portera sur les travaux en cours d’exécution.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

9
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

CHAPITRE 1 : PRESENTATIONS GENERALES

1 Présentation du projet.
1.1. Contexte et problématique du projet

Le Niger est un vaste pays enclavé d’une superficie de 1,267 million de km2 et d’une population
d’environ 17 millions d’habitants. Il reste l’un des pays les plus pauvres d’Afrique subsaharienne,
avec un PIB par habitant d’environ 383 dollars et une espérance de vie de 57 ans.
Le Niger est très vulnérable aux risques naturels en raison de la forte variabilité interannuelle des
précipitations. Ces trente dernières années, dix grandes sécheresses et neuf inondations ont été
enregistrées. Les épisodes de sécheresse ont entraîné un exode rural massif et une croissance
démographique excessive dans les zones urbaines.
Au niveau de Niamey comme dans les autres localités du pays, les inondations de 2012 qui furent
des plus spectaculaires ont, quant à elles, considérablement endommagé les infrastructures et les
habitations dans les villes, les villages et les périmètres irrigués le long du Niger et de la
Komadougou.

Le gouvernement a, par la suite, sollicité l’appui de la Banque mondiale pour : a) réhabiliter les
infrastructures et améliorer les moyens de subsistance des populations vulnérables, grâce à des
programmes efficaces et durables ; b) améliorer les capacités des acteurs à gérer les risques de
catastrophes ; c) évaluer les risques, aménager le territoire, développer des méthodes de
construction résilientes, mettre en place des systèmes d’alerte précoce et de réponse d’urgence ; d)
mettre en œuvre des programmes pour traiter les risques en amont dans les bassins versants des
réseaux hydrographiques qui représentent une menace pour les zones urbaines et les communautés
rurales, le long des principaux cours d’eau.

Plusieurs digues ont été alors construites dans la ville de Niamey mais l’état actuel de ces digues ne
leur permet pas de jouer pleinement leur rôle. Pour réhabiliter ces ouvrages, le Gouvernement du
Niger obtenu de l’Association Internationale pour le Développement (IDA) un crédit couplé à un
don du Fonds pour les Pays les Moins Avancés (FPMA) administré par le Fonds pour
l’Environnement Mondial (FEM) pour financer le Projet de Gestion des Risques de Catastrophes
et de Développement Urbain (PGRC-DU). Le coût total du projet est estimé à 106,65 millions de
dollars, composé d’un crédit de l’IDA de 100 millions de dollars et d’un don du FPMA de 6,65
millions de dollars.
A travers ce projet, trois (3) digues de protection dont celle de Goudel devraient être construites le
long du fleuve à Niamey respectivement dans les communes I, IV et V.

1.2. La présentation des structures d’accueil


Au terme de notre formation de Master de recherche à l’Institut international d’Ingénierie de l’Eau
et de l’Environnement (2iE), nous devons effectuer un stage afin de satisfaire aux exigences de

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

10
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

compétence et de professionnalisme attendues de son cursus. Ce stage fait partie d’une démarche
pédagogique à travers laquelle, l’étudiant prend personnellement contact avec le milieu
professionnel dans lequel il désire évoluer plus tard. C’est dans ce cadre que nous avons effectué
notre stage à CETECH Consult sous le thème : Réhabilitation des trois digues de protection de
la ville de Niamey (cas de la digue de Goudel). Le projet de réhabilitation des digues fait partie
de l’un des volets de la composante 1 du PGRC-DU.
 CETECH Consult SARL
Le Cabinet d’Etudes Techniques est créé le 25 mai 1999.CETECH-Consult offre ses compétences
pour les études de conception, de faisabilité, d’ingénierie et les études institutionnelles, le suivi et
contrôle à pied d’œuvre des travaux. Les domaines concernés sont entre autres
 Barrages et aménagements hydro-agricoles
 Alimentation en eau en milieu urbain et rural ;
 Assainissement (pluvial, eaux usées et excrétas) ;
 Génie civil et travaux publics ;
 Hydrogéologie ;
 Hydrologie
L’ensemble des prestations concernées sont menées à différents stades du projet notamment dans :
 Les études préliminaires (diagnostic) ;
 Les études d’Avant-Projet Sommaires (APS) ;
 Les études d’Avant-Projet Détaillé (APD) ;
 Les études d’exécution ou études définitives d’ingénierie ;
 La préparation des dossiers d’appel d’offres / Evaluation et soumissions ;
 La surveillance et le contrôle des chantiers ;
 La gestion du Projet.
La mise en œuvre de ces services exige une maîtrise parfaite des compétences des différents
partenaires. Cela suppose aussi une stratégie de coordination gérée efficacement entre les acteurs.

Le cabinet CETECH-Consult Sarl comprend :


 Une Direction Générale ;
 Une Direction Administrative et financière ;
 Une Direction Technique ;
 Un Service des Infrastructures et Environnement ;
 Un Service des Formations.

 PGRC-DU
Le Programme de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain est créé par le
Gouvernement de la République du Niger avec l’assistance de la Banque Mondiale. Le PGRC-DU
vise à réduire la vulnérabilité des populations exposées aux risques d’inondations par une approche

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

11
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

multisectorielle intégrée. Le PGRC-DU a pour objectifs l’amélioration de la résilience du Niger aux


risques naturels grâce à :
(i) un certain nombre d’interventions liées à la maîtrise des inondations sur les sites ciblés du
projet
(ii) (ii) au renforcement des capacités du gouvernement à répondre rapidement et efficacement
en situation de crise ou d’urgence éligible.
Il cible les communes urbaines et rurales des régions de Tillabéry, Niamey, Dosso et Diffa. Dans la
région de Niamey, les actions concernent des digues de protection, des canalisations de drainage,
le pavage des rues et des infrastructures sanitaires et éducatives dans le site de réinstallation des
sinistrés, la gestion des déchets ménagers (matériel et décharge)
Les composantes du PGRC-DU sont les suivantes :

 Composante 1 : Infrastructures de protection contre les inondations ;


 Composante 2 : Appui à la gouvernance locale ;
 Composante 3 : Financement d’urgence en cas de réponse aux catastrophes ;
 Composante 4 : Gestion du projet
La réalisation / réhabilitation des digues de la ville de Niamey s’inscrit dans le volet Infrastructures
d'évacuation des eaux de pluie et investissements connexes de la rubrique Investissements pour la
maîtrise des inondations de la composante 1.
L’instrument de prêt envisagé est un Financement d’investissement, financé par un crédit accordé
par l’Association Internationale de Développement (IDA) couplé à un don du Fonds pour les Pays
les Moins Avancés (FPMA) administré par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). La
mise en œuvre devrait couvrir une période de six ans.

2 SITUATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET


2.1.La localisation et accès de la zone d’étude
Le site du projet est localisé dans la ville de Niamey, la capitale du Niger. La ville de Niamey se
situe entre 13°20 et 13°35 de latitude nord, et 2°00 et 2°15 de longitude est. La ville de Niamey est
administrativement composée de cinq arrondissements communaux. L’état de l’environnement
biophysique et humain de la zone d’insertion du projet est relatif à celui de la zone du fleuve sur les
deux rives. Il est décrit dans l'ensemble pour la ville de Niamey, avec des spécificités des
arrondissements communaux concernés

2.2. La zone d’étude


La digue de Goudel est localisée à la borne B11 par les coordonnées X =395 007.999 et Y=1495
982.057 en amont du 1er pont (Pont Charles De Gaule), sur la rive gauche du fleuve Niger. Elle
est située dans l’Arrondissement Communal Niamey 1 et longe l’aménagement hydro-agricole
du dit village (50 ha), les villages de Goudel, de Losso Goungou et de Gabou Goura sur une
longueur de 4200 ml.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

12
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

2.3. Le site du projet


Les trois digues en projet sont localisées dans la ville de Niamey respectivement dans les
arrondissements communaux Niamey I ; IV et V.

Figure 1 : Cartes de situation de la ville de Niamey et de zone du projet.

2.4. Le climat
La région de Niamey bénéficie d’un climat sahélo soudanien caractérisé par une courte saison de
pluie (Juin à Septembre) et une longue saison sèche (Octobre à Mai). Par exemple en 2006, Niamey
a enregistré 645,8 mm de pluie, avec une température moyenne des minimales de 23,7°C et une
moyenne des maximales de 36,8°C. On distingue aussi deux types de vent :

 le harmattan, un vent chaud et sec, qui souffle du Nord-Est au Sud-Ouest pendant la saison
sèche ;
 la mousson, un vent frais et humide qui souffle d’Ouest en Est pendant la saison des pluies.
2.5. La pluviométrie
La moyenne pluviométrique annuelle varie de 400 à 600 mm. Du mois de mai au mois de septembre,
la ville reçoit en moyenne 645 mm de pluies, avec des variations considérables d’une année sur
l’autre.
2.6. Le relief
Le relief de la ville de Niamey est formé de deux entités de part et d’autre du fleuve Niger : (i) les
plateaux de la rive gauche qui surplombent le fleuve, avec une altitude moyenne de 250 m et une
dénivellation de 20 à 25 m,
(ii) sur la rive droite, le relief est caractérisé par une plaine de 185 m d’altitude moyenne et une
zone de plateaux latéritiques.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

13
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

3 Les objectifs.

3.1 Les objectifs du projet

3.1.1 Objectif principal


L’objectif principal est de sécuriser les habitations des quartiers de Goudel, Losso-Goungou et
Gabgoura et les aménagements hydro agricoles contre les inondations qui peuvent survenir des
crues du fleuve Niger et des eaux de ruissellement

3.1.2 Objectifs spécifiques


- la réhabilitation des infrastructures,
- l’amélioration des moyens de subsistance grâce à des programmes efficaces et durables et
des capacités de gestion des risques de catastrophes
- l’amélioration de la résilience des populations nigériennes face aux risques naturels.

3.1.3 Résultats attendus.


La protection des habitations des quartiers de Goudel, de Losso Goungou et de Gabgoura est assurée
par la construction d’une digue de 2500 ml et la réhabilitation d’une autre de 1632 ml environ.

3.2 Les objectifs du stage.

3.2.1 Objectif principal du stage.


L’objectif principal est de produire des études de conception et de dimensionnement de la digue de
protection du site de Goudel avec actualisation au regard de quelques manquements observés dans
les documents techniques transmis par la maîtrise d’ouvrage.

3.2.2 Objectifs spécifiques du stage.


Les objectifs spécifiques, qui renvoient par la même occasion à l’ensemble des tâches qui ont
constitué notre apport personnel à ce projet, sont les suivants :
 Produire une synthèse des études de base (les paramètres de dimensionnement des
ouvrages) ;
 Proposer des dimensionnements hydraulique et structurel de la digue et des ouvrages
annexes ;
 Reconduire une étude hydrologique et définir la côte de calage de la crête de la digue ;
 Reprendre les hypothèses de base, les besoins en eau, les dimensions de l’ouvrage de prise
d’eau ;
 Vérification de l’ouvrage à clapet et la section de l’ouvrage de prise d’eau ;
 Élaboration des plans de conception de l’ouvrage ;
 Actualisation des devis quantitatifs et estimatifs des travaux à réaliser,
 Analyse des études de l’APS/ APD/ DAO,
 Observations des travaux en cours d’exécution.
 Proposition des améliorations par rapport aux ouvrages en cours de réalisation

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

14
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

3.2.3 Résultats attendus


L’étude devra aboutir à l’élaboration d’un dossier actualisé et fiable des travaux de réhabilitation
de la digue de protection de Goudel.

3.3 Cadre politique, juridique et institutionnel du projet de digue de Goudel.


La mise en œuvre de ce projet s’inscrit dans un cadre politique, juridique et institutionnel. Du point
de vue juridique, il s’agit d’bord des conventions et traités internationaux que le Niger a signés et
ratifiés et qui peuvent être activés dans le cadre de ce projet. On peut citer :
- Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques
- la Convention n°155 relative à la sécurité au travail
- la Convention n°187 relative au cadre promotionnel en sécurité et santé au travail
Les textes nationaux sont entre autres :
 la constitution du 25 novembre 2010:
 la loi n° 98-56 du 29 décembre 1998, portant loi cadre relative à la gestion de
l’environnement,
 l’ordonnance 97-001 du 10 janvier 1997, portant institutionnalisation des études d’impacts.
Sur le plan institutionnel, le projet concernera plusieurs ministères sectoriels, le Conseil National
de l’Environnement pour un Développement Durable (CNEDD) et les Organisations de la Société
civile.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

15
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODE

Pour atteindre les objectifs assignés à notre étude, la démarche méthodologique suivante a été
adoptée :

- Une recherche bibliographique ;


- Des visites sur le terrain ;
- Des entretiens avec des acteurs du projet ;
- Une synthèse des données collectées ;
- Dimensionnement des ouvrages ;
- Elaboration des plans d’exécution

4 MATERIEL.
Pour atteindre nos objectifs fixés, du matériel spécifique et adapté suivant a été utilisé :
Un GPS mono fréquence type GARMIN pour faire la trace, le lever matricule et pour assurer le
calage des points de sommet de polygonale principale ;
Deux stations totales de type LEICA pour effectuer des levers des points de polygonale et des points
de détails.
Le bassin versant et le réseau hydrographique ont été délimités grâce aux images satellitaires prises
sur Google Earth ces données ont été traitées sur Global Mapper V.16,
Le logiciel Arcgis nous a permis l’élaboration de la carte du Niger
Les données pluviométriques ont été traitées par le tableur Excel et vérifiées par Hyfran.

5 METHODOLOGIE

5.1 Etudes diagnostiques

5.1.1 La revue / recherche documentaire et la collecte des données


Elles ont été réalisées grâce aux rapports de mission, d’études et de mémoires dans les Directions
Régionales et Générales du Génie Rural, au PGRC-DU, à l’IGNN et à la Direction de la
météorologie Nationale de Niamey ainsi qu’à l’AGRHYMET à Niamey. Ces consultations ont été
réalisées en fichiers numérique et sur support papier. Beaucoup de documents ont été consultés à
CETECH Consult à Ouagadougou et à Niamey.
Les éléments de base indispensables suivants ont pu être collectés :
- les données géotechniques et climatologiques ;
- les données hydrologiques et topographiques ;
- l’APD de l’étude.

5.1.2. Visites de terrains


Les visites de terrain s’inscrivaient entre autres dans le cadre du suivi et du contrôle à pieds d’œuvre
des travaux de réhabilitation de la digue de Goudel. Toute la région de Niamey est une zone

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

16
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

urbanisée où les terres appartiennent en grande partie à des privés. De ce fait toute action ayant trait
au foncier doit requérir au préalable l’adhésion de ces propriétaires de terrains. En effet, une de leur
doléances fut le fait de « Prendre en compte les terres agricoles et les habitations non encore
protégées et le souhait de voir la digue longer au mieux le lit mineur du Fleuve »

5.1.3. Les entretiens/discussions avec les acteurs institutionnels


La Direction Générale du Génie Rurale était chargée des études techniques de réhabilitation des
trois digues. Du fait des manquements constatés dans la transmission des plans initiaux, nous avons
sollicité et obtenu des entretiens avec les acteurs des études mais sans satisfaction, les plans
demeurent toujours inexistants.
Au PGRC-DU, nous avons pu entrer en possession de quelques documents.
A l’IGNN, nous avons pu vérifier l’impact de l’étendue des eaux vers la rive droite, l’érection de la
digue en rive gauche, un paramètre de contrôle qui obligera le fleuve à réagir par un paramètre de
réponse qui consiste à se déporter sur l’autre rive.

5.1.3. La synthèse des données collectées

La synthèse des données, leur regroupement et l’analyse des méthodes et des normes utilisées ainsi
que les notes de calcul afin de s’assurer de leur respect vis-à-vis des règles de l’art ont abouti à
l’élaboration de ce document. Cette synthèse a suivi le chronogramme suivant (figure 2):

5.2. Etudes de base


Les études de base sont constituées des études topographiques, des études hydrologiques et des
études de stabilité des ouvrages.

5.2.1. Caractéristiques topographiques du site


La topographie d’un site influe sur le choix de l’ouvrage. Les études topographiques défissent la
configuration morphologique du terrain. Elles permettent de définir un tracé en plan et en long de
l’ouvrage. Le plan de masse ou de situation du chantier peut figurer dans les études.

5.2.1.1. Les levés topographiques.


Les études topographiques débutent par une visite du site à lever qui est suivie d’une vérification
des bornes de référence implantées ainsi que les côtes de quelques points des ouvrages existants qui
ont été identifiées. Elles se sont terminées par le cheminement et le nivellement accompagné d’un
croquis de terrain topographiques. Les levés ont consisté à :
 Implanter les emprises et des déports de la digue et des ouvrages annexes ;
 Lever le profil en long de la digue et en travers suivant un quadrillage de 25x25 m ;
 Lever de densification des points sur le pont existant ;
 Lever la crête de la digue et la forme de pente de la crête de la digue ;
 Lever les couches de remblai mise en place les côtes des ouvrages annexes ;
 Etablir l’établissement de l’avant métré et le métré des différents ouvrages.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

17
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

• Levés topographiques (axe de digue, cheminement contradictoire,


Etudes / production des profils, implantations d'ouvrage, depport,
travaux • Traitement des données, réception de travaux ou rejet et reprise,
toographiques

• Essais géotechniques (densité in situ, sondages, proctor, planches,


Etudes / d'essai, granulométrie, prélèvement d'éprouvettes de béton,
travaux • Interprétation des résultats, réception de travaux ou rejet et reprise,
géotechniques

• Calcul du débit de projet,


Etudes et • Calage de l'ouvrage,
hydrologiques • Dimensionnement hydraulogique des ouvrages annexes,
hydrauliques

Etudes
• Dimensionnement structurel (béton armé) des ouvrages annexes,
structurales

• Dessin des plans de coffrage et de férraillage des ouvrages annexes,


Plans
d'exécution

Dévis • Estimation du cout du projet,


quantitaif et
estimatif;
• Choix de l'ouvrage le plus économique et techniquement réalisable,
choix d'une
variante

Etudes
d'impact
• Evaluation des impacts du projet sur l'environnement,
environnem • Estimation du cout global du projet,
ental et
social du
projet

• Evaluation des impacts du projet sur l'environnemen,


Point sur le
DAO

Synthèses • Evaluation des impacts du projet sur l'environnement


des travaux
en cours

Figure 2 : Organigramme de l’étude

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

18
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

5.2.1.2. Les courbes de niveau.


Les courbes de niveau ont une côte maximale de 230 m et une côte minimale de 190 m. Au droit
du site, le lit mineur est à la côte de 169,51 m

5.2.1.3. Choix du site d’implantation de l’ouvrage.


Le site d’implantation d’un barrage définit l’exutoire de son bassin versant. Le choix du site
d’implantation de l’ouvrage fait partie des critères de l’étude d’un projet de barrage. Mais la digue
de protection ne laisse pas assez de marge pour l’implantation de l’ouvrage. Le site ou l’objet à
protéger existe et la digue s’adapte aux contraintes du terrain.
La recherche de sites est limitée dans l'espace, et souvent le choix d'un site n’obéit plus qu’à des
considérations purement sociales ou politiques.
Face aux doléances et aux souhaits des populations, l’axe de la digue de la partie extension a été
décalée et longe au mieux le lit mineur du fleuve du profil P 20 au profil P125.

5.2.2. Etudes géotechniques.


Ces études servent de support pour se prononcer sur :
 l’étanchéité de la cuvette et de la fondation.
 les caractéristiques hydrauliques et mécaniques du terrain des fondations
 l’aptitude des matériaux de la zone d’emprunt à constituer un bon matériau de construction
: terre pour les remblais, granulats pour les bétons et maçonneries.
Des sondages dans l’axe de la digue (ancienne et nouvelle) et dans les zones d’emprunt ont été
réalisés. Les sondages en général montrent les coupes suivantes :

Les résultats fournis par le laboratoire (analyse granulométrique, limites d’Atterberg, Proctor
normal) ont permis d’avoir des informations sur les matériaux constituant la fondation de la digue
et la zone d’emprunt située dans la cuvette près de l’axe.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

19
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Terre végétale

Argile
Terre
limoneuse végétale

Argile limoneuse

Argile Argile
compact compact

Sondage 1 Sondage 2

Figure : Résultats des sondages

5.2.3. Etudes hydrologiques


Elles ont permis de caractériser les régimes hydrologiques passés et présents du fleuve Niger à
Niamey et de déterminer les débits maxima dans le cadre de la gestion des risques hydrologiques
(détermination des côtes de calages des digues). Les Débits extrêmes ainsi obtenus ont été intégrés
au modèle Mathématique du fleuve Niger qui a permis de traduire ces débits en côtes IGNN.
Elle a en outre ensuite consisté à examiner l’hydrologie de l’ensemble du bassin versant et à
déterminer les différents débits permettant également de dimensionner les différents ouvrages
d’assainissement (ouvrages à clapet).

Les études hydrologiques ont été faites à partir des pluies de la station de Niamey. Pour les apports,
l’ajustement des pluies maximales se fait par la loi de GUMBEL. Pour le calcul de la crue
décennale, nous avons utilisé deux méthodes : la méthode ORSTOM et celle de CIEH.

5.2.3.1. Choix de station de référence


La station de la ville de Niamey, site de l’étude est considérée comme représentative de la zone
du projet. Les relevés pluviométriques de la période 1985-2015 (1943-2015 pour les pluies
annuelles) seront analysés pour l’évaluation des apports sur la cuvette de la plaine de Goudel et
les débits de crue du fleuve Niger.

5.2.3.2. Etudes pluviométriques


La quantité moyenne annuelle des pluies recueillie dans la zone du projet de1985 à 2015 est de
533,79 mm, celle des pluies journalières, 203,35 mm. Quatre-vingt-quatorze pour cent (86%)
de la pluviométrie annuelle se concentre sur une période des mois de juin à septembre avec une
pointe de 37,32 % dans le seul mois d’août, la période des inondations.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

20
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Pluviométries mensuelles de la ville de Niamey


7000,00

6000,00

5000,00
Précipitations

4000,00

3000,00

2000,00

1000,00

0,00
jan fév mars avril mai juin juil août sept oct nov déc
Mois

Figure 3 : Répartition des pluies à Niamey.

5.2.3.3. Etudes du bassin versant


Ces études permettent d’examiner l’hydrologie de l’ensemble du bassin versant, de déterminer les
différents débits afin de dimensionner les différents ouvrages annexes. Elles ont consisté à :

 L’identification et la localisation de tous les passages d’eau sur les plans d’implantation,
 Le calcul des débits de pointe,
 Le dimensionnement des sections d’ouvrages hydrauliques.

5.2.3.4. Analyse statistique des données pluviométriques


L’estimation de la pluie annuelle moyenne (Pan) et de la pluie décennale (P10) a été déterminée à
partir des données pluviométriques de la station de Niamey de 1985 à 2015.L’analyse des graphes
montre que les données de la station de Niamey sont assez homogènes pour être judicieusement
utilisées dans cette étude.

Les données de la série pluviométrique annuelle ont été ajustées avec la Loi Normal de GAUSS.
Celles de la série de pluies maximales journalières, avec la loi de GUMBEL ont abouti à une pluie
journalière décennale de 72,82 mm. Elles ont été ensuite analysées avec le logiciel HYFRAN.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

21
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 1 : Pluviométrie annuelle pour différentes périodes de retour :


Période humide Période sèche
Période de
retour 1000 100 50 20 10 1000 1000 100 50 10
(année)
Quantiles
annuelles
1105,10 1064,83 1005,85 954,07 585,83 534,04 475,07 434,79
(mm)

Quantiles
journalières 136,66 105,09 95,54 82,78 72,93 15,69 21,24 23,47 27,12 30,72
(mm)

Remarque : Toutes les valeurs étudiées sont bornées.


En conclusion, les données étudiées sont représentatives et peuvent être utilisées (annexe 3)

5.2.3.5. Détermination des caractéristiques physiques du bassin versant


La superficie et le périmètre du bassin versant ont été déterminés à l’aide de Google Earth.
Catégorie : Bassins sahéliens et subdésertiques, s’étendant de l’isohyète 150 mm à l’isohyète
750-800 mm et dont la hauteur de l’averse décennale varie entre 60 mm et 110 mm.

Observation : La surface du bassin versant appartient à l’intervalle : 10 ≤ S ≤ 200 km²


Conclusion : Ce bassin versant fait partie de la classe des petits bassins versants.

Photo 1 : Caractéristiques du bassin versant de Goudel.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

22
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 2 : Caractéristiques du bassin versant.

Surface Périmètre Longueur Altitude Altitude Indice Igcorr Classe


S (km²) P (km) rectangle maximale minimale global de (m/km) Infiltrabilité
équivalent Zmax (m) Zmin (m) pente Ig du bassin
L (km) (m/km)
17,43 26,51 11,78 230 169,50 5,13 3,99 𝑅3 𝑃3

5.2.3.6.Détermination de la crue du projet


 Choix de la période de retour
La superficie du bassin versant est inférieure à 200Km², il fait partie de la classe des petits bassins
versants. Le choix de la période de retour tient compte du coût économique et de la durée de vie de
l’ouvrage. Nous l’avons fixée à 50 ans.

 Méthodes de calcul de la crue du projet

Les différentes méthodes ont donné chacune les résultats suivants dont le débit de la crue
cinquantenaire qui servira à dimensionner les ouvrages annexes de la digue de protection:

Tableau 3 : Récapitulatif des crues du projet.

Méthodes ORSTOM CIEH Gradex


Débit 𝑸𝟏𝟎 𝑸𝟏𝟎 𝑸𝟏𝟎 𝑸𝟓𝟎 𝑸𝟏𝟎𝟎
(𝒎𝟑 /𝒔) 10,8995 15,9899 15,989 18,69 22,066

5.3. Estimation des apports des bassins versants.


L’objectif de cette démarche est de s’assurer que les apports du bassin versants sont susceptibles de
remplir la cuvette en toute saison. Notre projet n’étant pas une digue de retenue, toutes les eaux qui
tombent dans la cuvette sont sensées ruisseler vers le fleuve. Les apports nous ont permis de
dimensionner les ouvrages de franchissement de ces eaux.

5.4. Estimation des besoins en eau du périmètre.


Cette étude a pour objectif d’estimer la quantité d’eau s’il fallait irriguer les 35 hectares du périmètre
agricole (par les motopompes) au même moment afin de procéder au dimensionnement hydraulique
de l’ouvrage de prise d’eau dans la rivière.
Hypothèses retenues :

- en saison sèche 23,50 ha pour le riz et 13,50 ha pour le maraîchage ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

23
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

- en saison humide 37 ha pour le riz ;


Soit un total de 2 004 781 m3 d’eau à prélever dans le fleuve durant une année de culture si les 37
ha de cultures sont toutes mises en valeur et qui transitera par l’ouvrage de prise.

5.5. Etude d’impact environnementale


Les politiques de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque Mondiale qui peuvent
s’appliquer aux activités du PGRC-DU sont entre autres : la PO 4.01 « Evaluation
Environnementale ». L’EE permet de prévenir les mesures de réparation coûteuse, assurer la
durabilité des projets et de ses objectifs, identifier des améliorations dans le but d’éliminer les effets
néfastes. Le projet de construction et réhabilitation des digues de protection de la ville de Niamey
est de la catégorie A ; ses activités soumises à une étude d’impact sur l’environnement. L’EIES vise
la prise en compte les préoccupations environnementales et les effets susceptibles d’être générés
par l’exploitation d’un établissement ou d’une installation d’un projet. Par la suite, un Programme
de Gestion Environnementale et Sociale sera élaborée. Le PGES de chantier sera un outil intégrateur
des aspects environnementaux et socio- économiques liés au sous-projet.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

24
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

CHAPITRE 3 : LES ETUDES DIAGNOSTIQUES


6. ETAT ACTUEL DES OUVRAGES.
6.2. La digue
Construite depuis 1985 et sans entretien, elle présente des dégradations en plusieurs endroits
causées par des passages d’animaux et de la population, des griffes d’érosion, la décharge des eaux
de ruissèlement, la poussée de la végétation sur les talus. Elle est réalisée avec du tout-venant.

Photo 2 : Submersion et végétation sur les talus des digues

Photo 3 : Submersion des digues par les eaux du fleuve.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

25
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Photo 4 : Remblai des digues en tout venant et activités humaines.

6.3. Les parcelles de l’aménagement


On enregistre des inondations répétées des parcelles de l’aménagement et les villages environnants.

6.4. Le canal d’amenée d’eau


Suite aux inondations répétées, le canal demeure bouché par les boues, le sable et les déchets
solides.

6.5. Les causes des dégradations et leurs conséquences.


Les causes des pathologies relevées lors des visites peuvent trouver leurs origines dans plusieurs
points comme consignées dans le tableau ci-dessous.

Tableau 4 : Causes des dégradations et leurs conséquences

Ouvrages Partie d’ouvrages


Causes des dégradations Conséquences
Corps Remblai en tout
de digue venant non compacté Dégradation et présence de
Passage de la population et dépression sur la digue
animaux Infiltration
Digue Couche de Submersion de la digue Fissuration
couronnement Trou de Renard
Talus de Absence de protection Griffes d’érosion des eaux
la digue Présence de la végétation et de ruissellement de la crête
des termitières
Crête Absence du muret de crête
Aménagement (culture du riz, Absence d’une digue de Une seule saison culturale
de l’oignon et maraîchère) protection sur la partie extension

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

26
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

CHAPITRE 4 : LES DIMENSIONNEMENTS DES OUVRAGES

7. CONCEPTION DE LA DIGUE.

7.2. Vérification des dimensions de l’ancienne digue

7.2.2. Pente de talus


La digue de Goudel a une hauteur inférieure à 5 m. Les talus amont et aval sont fixés à 2𝐻 ⁄1𝑉.
Cette digue est en tout venant. Les talus sont preque inexistants.

7.2.3. Largeur de crête.


Considérant les diverses dégradations subies par les digues, les largeurs en crête (voire les crêtes
elles-mêmes) sont inexistantes et ne respectent plus les normes fixées par :
KNAPPEN 𝑙 = 1,65 √𝐻 et
PREECE 𝑙 = 1,1 ∗ √𝐻 + 1.

7.2.4. Vérification de la revanche.


On dispose de deux approches pour le calcul de la revanche (approche empirique et simplifiée). La
vérification avec l’une ou l’autre des approches montre qu’elle n’existe plus.

7.3. Proposition de réhabilitation et extension de la digue.


La réhabilitation de la digue de Goudel sous-entend :
- la confortation et le réhaussement de l’ancienne digue ;
- l’extension d’une nouvelle digue de fermeture vers les quartiers Gabougoura et Losso
Goungou de 2 492,20 ml.

7.3.2. Choix du type de digue


Le choix du type de digue tient compte de :
- des résultats de l’analyse des matériaux retenus pour la construction de l’ouvrage.
- de la disponibilité en quantité suffisante de deux types de matériaux : de l’argile peu
plastique par endroit et du limon,
Pour effectuer le choix du type de digue, il est fait recours au tableau d’identification, de
classification et propriétés des terres destinées à la construction des barrages.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

27
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 5 : Choix du type de barrage en fonction du matériau.

Matériau Perméa- Tassement Résistance Densité Aptitude pour Aptitude pour


d’emprunt bilité au construction construction
cisaillement digue fondations
homogène
Limon Semi Moyen Mauvaise Assez Moyenne Moyenne
perméable faible
Argile peu Im- Moyen Mauvaise Moyen Moyenne Moyenne
plastique perméable

7.3.3. Dimensions de la digue.

7.3.3.1. Côte de calage de la digue.


L’intégration des débits maxima au modèle mathématique du fleuve et la simulation de la côte de
la crue millénaire au niveau du pont Kennedy sur le fleuve Niger à Niamey ont donné 180,77 et la
PHE à Goudel (à la borne B11) à 182,77 et la côte projet à 183,52.

7.3.3.2. Calcul de la hauteur et de la revanche.


La formule de GAILLARD est ici utilisée pour le calcul de la revanche :

h = hauteur des vagues (m)


f = fetch en km
2
𝑉 U = vitesse du vent en km/h
𝑅 = 0,75 ∗ [ℎ + ]
2𝑔
V = vitesse de propagation des vagues (m/s)
V = 1,5+2* h

𝑉2
𝑅 = 0,75 ∗ [ℎ + ]
2𝑔
𝑅 = 0,80 𝑚

𝑪ô𝒕𝒆𝒄𝒓ê𝒕𝒆 𝑩𝟏𝟏 = 𝟏𝟓𝟑, 𝟖𝟐

𝑯𝒂𝒖𝒕𝒆𝒖𝒓𝑫𝒊𝒈𝒖𝒆 = 𝟏𝟖𝟑, 𝟓𝟐 − 𝟏𝟕𝟖, 𝟏𝟏𝟏 = 𝟒, 𝟗𝟏 𝒎

7.3.4. La largeur en crête de la digue

La largeur en crête L est en général déterminée par l’une des formules suivantes où H est la
hauteur du remblai en mètres :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

28
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 6 : Détermination de la largeur en crête de la digue.

Hauteur max Auteurs Formules Résultat : l


de la digue H
Formule de KNAPPEN 1,65 ∗ √𝐻 3,66
4,91
Formule de PREECE 1,1 ∗ √𝐻 + 1 3,44

Nous choisirons 𝒍 = 𝟑, 𝟓𝟎 𝒎, afin de permettre la circulation des engins de compactage des


dernières couches et de disposer de deux rangées de dallettes de 50 cm représentant le muret de
crête. La crête sera constituée d’une couche d’argile latéritique bien compactée, d’épaisseur 20cm.
Elle aura une pente transversale de 3 % vers l’amont afin d’évacuer les eaux de pluies vers le
parement amont.

7.3.5. Pente des talus.

La stabilité d’une digue correspond à celle de son talus amont et son talus aval sur sa fondation.
Pour une digue en terre homogène ou à zones, avec une hauteur de digue inférieure à 5 m les pentes
sont de 2H/1V à l’aval et 2H/1V à l’amont sont admises.

Figure 4 : Pentes de talus en fonction de la hauteur du barrage

Fruit des talus


Hauteur du barrage Type de barrage en terre
Amont Aval
Inférieure à 5 m Homogène ou à zones 2 2

Homogènes, granulométrie étendu 2 2


5 à 10 m Homogène à fort pourcentage d’argile 2,5 2,5
A noyau et recharges grossières 2 2,5
Homogène, granulométrie étendu 2,5 2,5
10 à 15 m Homogène à fort pourcentage d’argile 3 2,5
A noyau et recharges grossières 2 2,3
Source : Gueye (2015), cours de barrage.

Toutefois des vérifications sont faites pour les cas de stabilités habituelles.
- Pour le cisaillement plan : le coefficient de sécurité est estimé à plus de 3.
- Pour la résistance au glissement : le coefficient de sécurité est estimé à 14,5.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

29
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

7.3.6. La section de la digue


𝐥+𝐵
La plus grande section de la digue est : 𝑆 = 2
∗𝐻
Tableau 7 : Détermination des dimensions de la digue.
Hmax Fruit talus l (m) B S Revêtement en dallettes Tranchée
(m) (m) (𝒎𝟐 ) Dimensions (m) ép. (cm) ancrage(m)
4,91 2 3,50 23,14 65,40 0,50x0,50 8 0,20 à 0,50

7.3.7. Protection des parements et de la crête


La protection des parements est constituée d’une géo membrane, le géotextile, d’une couche de
pose faite en sable d’une couche de 15 cm et d’un parement en dallettes en béton armé de 50 cm x
50 cm et de 8 cm d’épaisseur. Le poids unitaire de la moitié des enrochements (ici toutes les dallettes
sont uniformes) est estimé à 0,05 tonnes.
La crête est protégée par une couche de matériau latéritique d’une épaisseur de 20cm et compacté
à 95% Elle aura un dévers amont uniforme de 3% vers le fleuve.

7.3.8. Les fossés de garde.


Il est prévu la réalisation des fossés de garde au niveau de la digue afin de véhiculer les eaux
sauvages de la ville vers les exutoires retenus. Ils sont trapézoïdaux de 3,50 m de largeur de fonds,
4,50 m de largeur en gueule et profonds de 0,50 m.

7.3.9. La tranchée d’ancrage.


Les études géotechniques ont permis de retenir l’ancrage de la digue à 0,50 m pour toutes les parties
longeant le fleuve. La profondeur d’ancrage au niveau des ailes décroit de 0,50 m à 0,20 m à la
fermeture. Compte tenu de la faible profondeur, la largeur de la tranchée d’ancrage est retenue pour
3,50m en profondeur avec des parois inclinées de 1/1.

7.3.10. Les rampes d’accès


La construction des rampes d’accès servira aux populations riveraines et surtout au bétail de franchir
la digue et d’accéder au fleuve. Ces ouvrages ont une pente ou une rampe de moins de 10 %. La
digue est érigée dans le champ d’inondation (lit mineur) du fleuve.

7.3.11. Critères de conception des digues en terre.


La conception d’une digue devra répondre à sept (7) critères fondamentaux (annexe 4.1.1).
Une étude de stabilité pour la digue, qui se compose d’une étude de stabilité des talus par la
méthode des cercles de glissement n’est pas pour cause de la petite taille de la digue (Hauteur < 5
m).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

30
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

7.3.12. Le terrassement.

7.3.12.1. Les déblais


Ils consisteront aux déblais en masse de toute nature : fouilles de la tranchée d’ancrage, purges
dans l’ancienne digue. Pour les déblais relatifs aux travaux de la prise, ils seront exécutés selon
l’avancement des travaux de remblais de la digue. Les déblais ne seront pas réutilisables.

7.3.12.2. La planche d’essai.


La planche d’essai est systématiquement prévue avant la construction du remblai. Elle est
destinée à fixer les conditions de sa mise en œuvre et à déterminer les meilleures modalités
d’exécution.

7.3.12.3. Les remblais


Le remblai du corps de la digue et de la tranchée d’ancrage devra être bien compacté jusqu’à 95 %
de l’Optimum Proctor (OPN) afin d’avoir une étanchéité satisfaisante contre les eaux d’infiltration,
et aussi réduire les tassements ultérieurs de la digue. Le compactage se fera par couches de 25 cm,
le matériau gerbé à une teneur en eau proche de l’optimum.
En bref, les matériaux compactés du remblai doivent :
 être de la qualité intrinsèque prévue, c’est-à-dire que leur granulométrie, leurs limites
d’ATTERBERG, leur pourcentage de matières organiques, leur minéralogie, ont à respecter
les bornes prescrites ;
 être dans un état d’humidité conforme à la fourchette admissible ;
 être compactés suffisamment pour éviter tout désordre ultérieur, mais en évitant tout
surcompactage préjudiciable.

8. CONCEPTION DES OUVRAGES ANNEXES.

8.2. Le principe de fonctionnement des ouvrages.


Les ouvrages auront essentiellement deux types de fonctionnement :
 La sortie noyée.
Le niveau de l’eau à l’exutoire immédiat de l’ouvrage dépasse le bord supérieur de l’ouvrage. C’est
notre cas. L’ouvrage est situé en zone inondable ou à la confluence du fleuve Niger pendant les
périodes de crues.
L’écoulement des eaux se fera par surélévation du niveau amont à l’arrivée d’une crue du côté des
habitations qui ouvrira les clapets et on observera un écoulement en charge.
 La sortie libre ou dénoyée.
Le niveau de l’eau à l’exutoire immédiat de l’ouvrage est en dessous du bord supérieur de l’ouvrage.
Le type d’écoulement dans ce cas de sortie aval libre dépend alors du niveau amont :
𝐻1
 Le niveau amont est tel que 𝐷
> 1,25
(D étant le diamètre de la conduite, de la buse ou la hauteur du dalot)

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

31
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

L’écoulement de l’eau dans l’ouvrage peut se faire à surface libre ou à pleine section suivant la
longueur de l’ouvrage, après une forte contraction à l’entrée amont semblable au passage d’une
vanne de fond. Dans le cas de notre projet, ce phénomène s’observera dans les heures ou minutes
qui suivront l’ouverture des clapets : le pendant la crue du fleuve, le clapet sera fermé emprisonnant
l’eau en amont des ouvrages. A l’amorce de la décrue jusqu’à une certaine côte, le clapet s’ouvre
par la poussée de la charge d’eau en amont. On peut appeler ce type d’écoulement, un écoulement
avec section de contrôle amont.
𝐻1
 Le niveau amont est tel que ≤ 1,25
𝐷

Lorsque l’écoulement dans l’ouvrage se poursuit et le niveau en amont baisse, on arrivera à un


niveau où 𝐻1 ≤ 1,25 ∗ 𝐷. A ce moment, l’écoulement deviendra à surface libre. En fonction du
niveau de l’eau dans le fleuve, la cuvette se videra complètement ou non.
𝐻1
NB. : Ce seuil de 𝐷
où il y aura changement de forme d’écoulement est relativement peu précis
(entre 1,25 et 1,50 selon les auteurs) du fait de la non-symétrie des conditions d’entrée et de
l’ouvrage «Hydraulique routière, de N. V. TUU ».

8.3. L’ouvrage à clapet anti retour.


Nous avons adopté une section circulaire pour s’adapter à la géométrie du clapet.
La section hydraulique de l’ouvrage sera déterminée à base du débit calculé et correspondant au
bassin versant à drainer. Le débit capable à transiter par l’ouvrage est basé sur la formule de
2
Manning-Strickler :𝑄 = 𝐾 ∗ 𝑆 ∗ 𝑅3 ∗ 𝑖1/2

a) Les hypothèses de calcul


 Dimensions minimales
Pour faciliter son entretien d’une part et se conformer aux contraintes du diamètre des clapets sur
le marché, nous adoptons un diamètre minimal de ∅80 pour les conduites des ouvrages à clapet.
 Valeurs minimales de pentes
Il faut éviter les risques d’obstruction de la conduite en lui donnant une pente longitudinale qui
assure en toutes circonstances, une vitesse d’écoulement suffisante.
Pour les petites sections inférieures ou égales à 0,80 𝑚2 (∅ < 1 𝑚), les risques d’obstruction sont
importants et une pente minimale de 2 % est nécessaire.
 Facteurs de fixation des dimensions des conduites, buses et dalots.
Pour ces ouvrages, la vitesse maximale admissible a été prise égale à 3 m/s pour les petites
sections et à 2,75 m/s pour les moyennes sections. (Cours de routes EIER-ESTHER juillet 2005)

b) Dimensionnement hydraulique des conduites.


Calcul du débit capable :
Soit D = diamètre de la conduite, 𝐷 = 80 𝑐𝑚 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑏𝑢𝑠𝑒 ∅800
Y = hauteur du liquide dans la buse, soit 𝑌 = 80 𝑐𝑚 on a adopté une revanche de 20 cm

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

32
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Ɵ = angle intérieur (en radian) que fait le liquide avec les deux bords des parois de la buse
2𝑦 2 ∗ 60
Ɵ = 2 arccos (1 − ) = 2 arccos (1 − ) = 4,19 𝑟𝑑
𝐷 80
𝐷 Ɵ − sinƟ 0,8 4,190 − sin(4,190)
𝑅𝐻 = ∗ = ∗ = 0,2414 𝑚
4 Ɵ 4 4,190
2 1
𝑄 = 𝐾 ∗ 𝑆 ∗ 𝑅3 ∗ 𝑖 2
𝜋 ∗ 𝐷2 2 1
𝑄 = 67 ∗ ∗ 0,24143 ∗ 0,052
4

𝑄 = 1,685 𝑚3 /𝑠
Le débit capable calculé par la méthode ORSTOM donne un débit cinquantenaire 𝑄50 =
18,69 𝑚3 m3/s soit 3𝑥3 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒𝑠 𝑑𝑒 ∅80 𝑒𝑡 𝑢𝑛 𝑑𝑎𝑙𝑜𝑡 𝑒𝑥𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑒 2𝑥1,00𝑥0,80

 Conditions aux limites


0,5 𝑚/𝑠 ≤ 𝑉 ≤ 3,5 𝑚/𝑠
Vérification :
Avec les dimensions retenues, le débit de dimensionnement sera :
𝟐 𝟏
𝑸𝒅𝒊𝒎𝒆𝒏𝒔𝒊𝒐𝒏𝒏𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 = 𝑽 ∗ 𝑺 ↔ 𝑽 = 𝑲 ∗ 𝑹𝟑 ∗ 𝒊𝟐
2 1
𝑉 = 67 ∗ 0,2433 ∗ 0,0052
𝑽 = 𝟏, 𝟏𝟐𝟗𝟔𝟒𝟔𝟗 𝒎𝟑 /𝒔
Le débit limite d’érosion est :
𝑸𝒆𝒓 = 𝑺 ∗ 𝑽𝒎𝒂𝒙 = 𝑩 ∗ 𝒚 ∗ 𝑽𝒎𝒂𝒙
𝝅𝑫𝟐
𝑸𝒆𝒓 = ∗ 𝟑, 𝟓
𝟒
𝑸é𝒓 = 𝟏, 𝟕𝟓𝟖𝟒 𝒎𝟑 /𝒔
Conclusion
𝑽𝒎𝒂𝒙 > 𝑉
𝑸𝒍𝒆 > 𝑸𝒄
Il n’y aura pas d’érosion ni d’engorgement, les sections choisies sont considérées définitives.

Le débit de dimensionnement ou le débit capable est supérieur au débit ruisselé de même,


les conditions de limites sont vérifiées : Buses de ∅80 adoptées.

Signalons qu’un prélèvement d’eau doit respecter la règle de Q-2-7 (annexe 4.2.2).

La crue cinquantenaire donne 𝑸𝟓𝟎 ≈ 𝟐𝟐, 𝟗𝟒 𝒎𝟑 /𝒔. Le choix du diamètre de la conduite nous est
imposé par une contrainte majeure : le diamètre du clapet sur le marché. Le diamètre disponible est
du ∅𝟖𝟎 et compte tenu de l’urgence des travaux, nous l’avons adopté.

Il faut calculer la surélévation ∆𝐻 du niveau amont pour vérifier si elle est compatible avec la
géométrie du projet au droit du franchissement. « Sources : Hydraulique routière, V.T. Nguyen »

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

33
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

La formule générale applicable dans le cas des ouvrages fonctionnant avec sortie noyée :
𝑄2 2∗𝑔∗𝐿
∆𝐻 = 2
∗ (𝐾𝑒 + 4/3
+ 1)
2∗𝑔∗𝐴 𝐾 2 ∗ 𝑅𝐻
𝐷2 𝐷
Pour les buses circulaires, 𝐴 = 𝜋 ∗ 4
et 𝑅𝐻 = 4
; ce qui donne :
2
𝑄 4/3
2∗𝑔∗𝐿
∆𝐻 = ∗ (𝐾𝑒 + 4 ∗ + 1)
2 ∗ 𝑔 ∗ 𝐴2 𝐾 2 ∗ 𝐷4/3

En prenant 𝑔 = 9,8 𝑚⁄𝑠𝑒𝑐 2 et 𝐾 = 67 (conduite en fonte revêtue intérieurement),

𝐾𝑒 = 0,2 perte de charge à l’entrée des ouvrages, avec mur de tête et mur en aile

𝑄2 𝐿
∆𝐻 = 0,083 ∗ 4
∗ (𝐾𝑒 + 0,028 ∗ 4/3 + 1)
𝐷 𝐷
𝐷
𝐿 = 𝑏 + 2 ∗ 𝑝𝑒𝑛𝑡𝑒 ∗ (∆ℎ − )
2

Tableau 8 : Evaluation des hauteurs d’eau (surélévations) en amont des ouvrages :

Localisation de Hauteur remblai H Largeur ouvrage l Surélévation de l’eau en


l’ouvrage amont ∆𝐻
P52 3,11 14,34 1,00
P67 4,10 18,30 1,09
P84 2,85 13,30 0,98

Interprétation: De toutes les façons, cette surélévation n’est que théorique. Lorsque la cuvette
continue par se remplir et au même moment, il n’y a pas de décrue au niveau du fleuve, la côte de
l’eau continuera toujours par monter. La côte alerte sera atteinte et l’alarme se déclenchera. D’où
la nécessité de protéger la digue contre une éventuelle submersion de la digue à partir de l’amont.
Dans le cas d’une sortie libre, le type d’écoulement dépend de la profondeur d’eau H 1 en amont de
l’ouvrage. Il se fait à surface libre très souvent. Pour assurer une bonne évacuation des débits admis
à l’entrée de l’ouvrage, il faut que le régime soit torrentiel (pente longitudinale de l’ouvrage soit
supérieure ou égale à la pente critique) Il faut également limiter la vitesse maximale à 3 m/s, mais
𝑄
l’écoulement ne se faisant plus à surface pleine, sa formule𝑉 = 𝑆
n’est plus valable.

La formule de la pente critique en général se présente comme suit :


𝑔∗𝑆
𝐼𝑐 = 4/3
𝐾 2 ∗ 𝑅𝐻 ∗ 𝐵

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

34
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Pour une bue buse circulaire, si R est le rayon de la buse, on a alors les paramètres suivants :
1
𝑆 = 𝑅2 ∗ 𝜃 − 2 ∗ 𝑅2 ∗ 𝑠𝑖𝑛2𝜃 et 𝑃 = 2 ∗ 𝑅 ∗ 𝜃
𝑅 𝑠𝑖𝑛2𝜃
𝑅𝐻 = ∗ (1 −
2 2𝜃
𝑦
𝑃 = 2 ∗ 𝑎𝑟𝑐 𝑠𝑖𝑛√𝑅 ∗
2
Substituant ces relations dans les expressions de Ic et Qc, il vient :
𝐼𝑐 22/3 ∗ 𝜃 4/3
𝐼𝑐∗ = 𝑔 =
𝑅1/3 ∗ 𝐾2 (𝑠𝑖𝑛𝜃) ∗ (2 ∗ 𝜃 − 𝑠𝑖𝑛2𝜃)1/3

𝑄 (2 ∗ 𝜃 − 𝑠𝑖𝑛2𝜃)3/2
𝑄∗ = =
√𝑔 ∗ 𝑅5 4 ∗ (𝑠𝑖𝑛2𝜃)1/2
𝑄
Connaissant le débit Q et le diamètre D, donc le rayon, on calcule :𝑄 ∗ =
√𝑔∗𝑅5
𝐼𝑐
Dans l’abaque, on tire la valeur de :𝐼𝑐∗ = 1/3 𝑔
𝑅 ∗ 2
𝐾

Buses métalliques, K= 37 et buses en béton, K= 67


1,685
𝑄∗ = = 0,94
√9,8 ∗ 0,85
Pour 𝑄 ∗ = 0,94, 𝐼𝑐∗ = 1,85% soit 𝑰∗𝒄 = 𝟐%

8.4. L’ouvrage de prise d’eau.

Les dimensions de l’ouvrage tiennent compte de l’accès de la taille de l’homme pour son entretien
et pour éviter d’être boucher par les branchages. A cet effet, un bac muni d’une grille a été
proposé. Sur ce, une section hydraulique inférieure de 1,00 m x 1,00 m a été proposée pour tenir
compte de la disponibilité des vannes murales sur le marché. Elles seront logées dans des profilés
en U (UAP 100) à Ailes Parallèles (50 mm), eux-mêmes, logés dans les piédroits

9. Dimensionnement structurel des ouvrages.

9.2. L’ouvrage de prise d’eau


L’ouvrage comprend un dalot de 2x1,00x1,00. Les dalots ne peuvent en général admettre qu’une
faible épaisseur de remblai (de l’ordre d’un à deux mètres), sauf les cas d’aménagement spéciaux
et à moins d’être calculés pour des surcharges.
Il fait office d’ouvrage de franchissement des eaux d’irrigation de l’aménagement agricole de
Goudel. Il est localisé au P125 dans le canal primaire. Il se compose de :
- Un dalot de 2x0,80x1,00

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

35
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

- Un bac de réception en aval en béton armé de 350 kg/m3, protégé par une grille à mailles
serrées en fer ∅10
- Quatre murs en aile faisant 45° avec l’axe du dalot ;
- Deux vannes murales plates.

9.3. Les ouvrages à clapet.


Les clapets anti-retour sont localisés aux lieux d’écoulement des eaux à la hauteur de la digue aux
profils P52, P67 et P84. Leurs radiers sont calés à la cote de fond de l’exutoire pour permettre une
évacuation complète des eaux.
Il fait office d’ouvrage de franchissement des eaux de ruissellement des quartiers environnements
et se compose des ouvrages suivants:
- un bac de réception en amont en béton armé muni de deux murs en aile de 1,50 m de haut,
protégé par une grille à mailles serrées en fer ∅10 . La côte d’entrée de l’eau dans ce bac est
celle du radier de l’ouvrage ;
- une conduite en fonte ∅800 enrobée dans un massif de 20 cm x 20 cm de béton dosé à 300
kg/m3, en pente longitudinale de 1‰ ;
- un bac de réception en aval en béton armé de 350 kg/m3, muni de deux murs en aile de 1,50
m de haut, protégé par une grille à mailles serrées en fer ∅10 et logeant le dispositif du clapet.

9.4. La digue
Les dallettes de protection du parement amont et aval sont en béton armé dosé à 350 kg/m 3
L’armature retenue pour chaque dallette est : 𝟔∅𝟏𝟎 .

9.5. Dimensionnement structurel du dalot

 Notes de calcul du dalot de l’ouvrage de prise d’eau (annexe 5)

Nous nous proposons de présenter les différentes étapes de calcul pour le dimensionnement du
dalot de section 0,80 m x 0,80 m surmonté d’un remblai épais de 4,30 m. Le dalot ne peut en
général admettre qu’une faible épaisseur de remblai (de l’ordre d’un à deux mètres), sauf les cas
d’aménagement spéciaux et à moins d’être calculés pour des surcharges.
Afin d’améliorer les conditions d’entrée de l’eau dans l’ouvrage, nous optons pour un dalot avec
mur incliné de 45º.

9.5.1. Normes et règlements de calcul

Les actions à prendre en compte dans le calcul des caniveaux sont définies par les textes
réglementaires normatifs en particulier le titre 2 du fascicule 61 du cahier des prescriptions
communes (CPC) «Conception, calcul et épreuves des ouvrages d’arts ».
Les sollicitations sont déterminées à partir des expressions de KLEINLOGEL portant sur le
«Formulaire des cadres simples ».

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

36
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Le calcul du ferraillage se fera suivant les règles techniques de conception et de calcul des
ouvrages et constructions en béton armé de la méthode des états limites dites règles B.A.E.L 91
modifié 99.
9.5.2. Caractéristiques des matériaux

a. Béton

Fissuration préjudiciable
Béton B25 de poids volumique = 𝟐, 𝟓 𝒕/𝒎𝟑
Résistance à la compression à 28 jours : 𝒇𝒄𝟐𝟖 = 𝟐𝟓 𝑴𝑷𝒂
Résistance à la traction à 28 jours : 𝒇𝒕𝟐𝟖 = 0,6 + 0,06 ∗ 𝑓c28 = 𝟐, 𝟏 𝐌𝐏𝐚
0,85.∗𝑓𝑐28 0,85∗ 25
La contrainte de compression à l’état limite du béton : 𝝈𝒃𝒄 = 𝜃∗.𝛾𝑏
= 1∗ 1,5
= 𝟏𝟒, 𝟏𝟕 𝑴𝑷𝒂
avec 𝛾𝑏 = 1,5
Contrainte limite de compression du béton : 𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28 = 0,6 × 25 = 𝟏𝟓 𝑴𝑷𝒂

L’enrobage : c = 3 cm, car la fissuration est préjudiciable (Ouvrage enterré) et B25 ; (ou c = 2 cm
si B40)

b. Acier

Nuance : acier Haute Adhérence Fe E 400


Limite d’élasticité 𝒇𝒆 = 𝟒𝟎𝟎 𝑴𝑷𝒂
𝑓
Contrainte de calcul de l’acier : 𝝈𝒔 = 𝑒⁄𝛾𝑠 = 𝟑𝟒𝟕, 𝟖𝟑 𝑴𝑷𝒂 avec 𝜸𝒔 = 𝟏, 𝟏𝟓
Contrainte de traction limite de l’acier :
2
𝜎𝑏𝑐 = 𝑚𝑖𝑛 { 𝑓𝑒 ; max(0,5𝑓𝑒 ; 110√𝜂. 𝑓𝑡28 )} = 𝟐𝟎𝟕, 𝟑𝟏 𝑴𝑷𝒂
3
Avec 𝜂 = 1,6 pour les barres HA et fils 𝐻𝐴∅ > 6 𝑚𝑚HA.

9.5.3. Caractéristiques du remblai

Le remblai d’accès est constitué de l’argile de poids spécifique de 21,00 kN/m3 et de coefficient
de poussée des terres k = 0,333.
Le dalot est surmonté de 4,30 m du même matériau compte tenu de la particularité de l’ouvrage.
Les surcharges de remblai : q = 10 kN/m2

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

37
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Piédroits Tablier Piédroits Radier Radier Piédroits Tablier


Cas
MA M (A-B) MB M (B-C) MC M(C-D) MD M(A-D) N2(AD) N1(AB) N3(CD) N4(BC)
Tablier 1 -3,210 -3,210 -3,210 6,420 -3,210 -3,210 -3,210 6,420 0,000 48,170 48,170 0,000
Piédroits 2 -0,688 -0,275 0,138 0,138 0,138 -0,275 -0,688 2,338 1,313 8,250 8,250 1,313
Radier 3 -3,710 -3,710 -3,710 7,420 -3,710 -3,710 -3,710 7,420 0,000 55,670 55,670 0,000
Poussée terre 4 0,609 -2,468 -2,269 -2,269 -2,269 -2,468 0,609 0,609 18,373 13,660 16,651 18,373
Remblai 2 coté 6 -0,168 0,336 -0,168 -0,168 -0,168 0,336 -0,168 -0,168 1,832 0,000 0,000 1,832
Remblai 1 coté 7 -0,747 1,144 2,027 -0,533 -3,097 -0,136 1,813 0,533 4,461 4,655 -4,655 4,461
G Charges Permanentes 1+2+3+4 -6,998 -9,663 -9,051 11,709 -9,051 -9,663 -6,998 16,787 19,685 125,750 128,741 19,685
Charges Variables V1 6 -3,600 7,196 -3,600 13,562 -3,600 7,196 -3,600 13,562 1,832 37,440 37,440 1,832
Charges Variables V2 7 -4,179 8,004 -1,405 13,197 -6,529 6,724 -1,619 14,263 4,461 42,095 32,786 4,461
Charges Variables V3 5+8 -3,432 6,860 -3,432 13,730 -3,432 6,860 -3,432 13,730 0,000 37,440 37,440 0,000
Charges Variables V4 5+6+8 -3,600 7,196 -3,600 13,562 -3,600 7,196 -3,600 13,562 1,832 37,440 37,440 1,832
Charges Variables V5 5+7+8 -4,179 8,004 -1,405 13,197 -6,529 6,724 -1,619 14,263 4,461 42,095 32,786 4,461
Max de charges
Q variables
-4,179 8,004 -3,600 13,730 -6,529 7,196 -3,600 14,263 4,461 42,095 37,440 4,461
Sollicitation (ELS) -12,013 -0,0582 -13,371 28,1846 -16,886 -1,0277 -11,318 33,9028 25,0378 176,263 173,669 25,0378

Sollicitations (ELU) -15,715 -1,039 -17,619 36,4016 -22,012 -2,2508 -14,847 44,0571 33,2658 232,904 229,961 33,2658

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

38
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Schéma statique

Figure 5 : Schéma statique

9.5.4. Calcul des sections d’aciers

9.5.4.1. armatures du tablier

Armatures en travée
Armatures sur appuis
𝑀𝑠𝑒𝑟 28,18 m.KN/ml
𝑀𝑠𝑒𝑟 16,87 m.KN/ml
𝑁𝑠𝑒𝑟 25,05 KN/ml
Excentricité 1,12 m

Théorique Choix
Appui 10,078 cm2 6HA12 + 6HA10, esp =20 cm
2
Travée 2,872 cm 6HA8, esp = 20 cm

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

39
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

9.5.4.2. Calcul des armatures du radier

Armatures en travée
Armatures sur appuis
𝑀𝑠𝑒𝑟 33,90 m.KN/ml
𝑀𝑠𝑒𝑟 12,03 m.KN/ml
𝑁𝑠𝑒𝑟 25,05 KN/ml
Excentricité 1,35 m

Théorique Choix
Appui 9,576 cm2 6HA8 + 6HA10 , esp =20 cm
Travée 2,872 cm2 6HA8, esp = 20 cm

9.5.4.3. Calcul des armatures des piédroits

𝑀𝑠𝑒𝑟 -1,03 m.KN/ml


𝑁𝑠𝑒𝑟 173,67 KN/ml
Excentricité 0,0059 m

Théorique Choix
Longitudinale 2,872 cm2 6HA8, esp = 20 cm

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

40
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

 Calcul des murs en ailes (mur de soutènement Cantilever)


9.5.5. Prédimensionnement (annexe 5)

Tableau récapitulatif des dimensions

Désignation Symboles Formules Résultats (m)


Hauteur total du dalot H - 5,75
Hauteur du rideau 𝐻𝑟 - 5,25
Largeur de la semelle B 𝟎, 𝟐𝟎 ∗ 𝑯 ≤ 𝑩 ≤ 𝟎, 𝟒𝟓 ∗ 𝑯 3,00
Longueur du talon A B-e-C 1,50
Longueur du patin C 𝟎, 𝟏𝟐𝟓 ∗ 𝑯 ≤ 𝑪 ≤ 𝟎, 𝟐𝟎 ∗ 𝑯 1,00
Epaisseur du voile 𝒆𝟏 𝟎, 𝟎𝟖𝟑𝟑𝟑 ∗ 𝑯 0,50
Epaisseur du voile 𝒆𝟐 𝟎, 𝟎𝟒𝟏𝟔𝟔𝟔 ∗ 𝑯 0,25
Epaisseur de la semelle 𝒆𝑺 𝟎, 𝟎𝟖𝟑𝟑𝟑 ∗ 𝑯 0,50

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

41
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 9 Tableau récapitulatif des charges et efforts


𝟐 𝟏 𝟏
∗𝑯 ∗𝑯 ∗𝑯
H 𝟑 𝟐 𝟑

𝑯𝒊 5,25 3,5 2,625 1,75

Poussées terres 36,225 24,15 18,1125 12,075

𝑁 (𝑘𝑁⁄𝑚) 49,22 29,31 20,67 12,69

Poussées des terres 𝑉 (𝑘𝑁⁄𝑚) 129,47 51,30 27,13 11,10

Poussées des terres, 𝑀𝐺𝑝𝑡 (𝑘𝑁⁄𝑚 ) 226,56 59,85 23,74 6,48

Charge, 𝑁 (𝑘𝑁⁄𝑚) 14,23 9,49 7,11 4,74

Charge, 𝑀𝐺𝑐 (𝑘𝑁⁄𝑚 ) 37,35 16,60 9,34 4,15

𝑀𝑠𝑒𝑟 (𝑘𝑁⁄𝑚) 263,91 76,45 33,08 10,63

9.5.6. Détermination des armatures principales des différentes sections.

Etat-limite de service de la section S1 :

𝑀𝑠𝑒𝑟
𝒆=
𝑀𝑠𝑒𝑟 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑁𝑠𝑒𝑟 𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑁𝑠𝑒𝑟

263,91 49,22 5,36


.

Observation : L’excentricité 𝒆 est très grande.


Conclusion : Par simplification, nous considérons que la section est sollicitée en flexion simple.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

42
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Section 𝑨𝒔𝒆𝒓 (𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎) Choix 𝑨𝒖 (𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎)


𝑺𝟏 𝟑𝟏, 𝟗𝟔 8HA14 +5HA10 𝟐𝟎, 𝟑𝟕

Observation : 𝑨𝒖 < 𝑨𝒔𝒆𝒓


Conclusion : ceci montre bien que lorsque la fissuration est préjudiciable (et à fortiori, très
préjudiciable), l’état-limite déterminant est l’état-limite de service et qu’on peut se passer du
calcul à l’état-limite ultime.

9.5.7. Calcul des armatures secondaires.

Armatures secondaires 𝐴ℎ (𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎) 𝐴𝑣 (𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎)


Théorique Choix Théorique Choix
Face « côté terre » 𝟓, 𝟎𝟎 5HA12 𝟓, 𝟎𝟎 5HA12
Face avant 3,75 5HA10 𝟑, 𝟕𝟓 5HA10

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

43
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

CHAPITRE 5: ETUDES D’IMPACTS ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES

L’Etude Environnementale (EE) permet de prévenir les mesures de réparation coûteuse, d’assurer la
durabilité des projets et de ses objectifs, d’identifier des améliorations dans le but d’éliminer les effets
néfastes.
L’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) permet la prise en compte les préoccupations
environnementales et les effets susceptibles d’être générés par l’exploitation d’un établissement ou
d’une installation, d’un projet.
Le Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) est l’un des outils de contrôle et de gestion
environnementale parmi tant d’autres: SME, ACV, MDP, IDD.
Le PGES est à la fois un outil de gestion et un outil de prévision et d’aide à la décision.

Les activités du projet de construction des 3 digues à Niamey dont celle de Goudel sont financées par
la Banque Mondiale, à travers le PGRC-DU, elles doivent en conséquence être exécutées
conformément aux politiques de sauvegarde environnementale et sociale et aux directives de cette
institution. Les travaux doivent être réalisés en conformité avec les politiques applicables au projet,
conformément aux règles qui s’appliquent aux projets classés en Catégorie B.

Les politiques de la banque qui sont activées dans le cadre de ce projet sont :

 PO 4.01 : Evaluation Environnementale ;


 PO.4.12 : Réinstallation Involontaire ;
 Po (10 +1) : Relative à la diffusion de l’information.

L'étude d'impact comprend notamment :

 Une analyse de l'état initial du site et de son environnement ;


 Une analyse des effets directs et indirects du projet sur l'environnement ;
 Les mesures envisagées pour supprimer, réduire, et, si possible, compenser les conséquences
dommageables.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

44
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Ainsi, sa démarche vise la maitrise des impacts des travaux de construction et de réhabilitation de la
digue de Goudel pendant la phase d’exécution en relation avec les enjeux environnementaux et
sociaux décrits dans l’Etude d’Impact Environnementale et Sociale.
L'objectif de ce plan de gestion environnementale et sociale de chantier est de ressortir l’ensemble
des engagements et des dispositions nécessaires à prendre pour minimiser la pollution, réduire les
autres nuisances potentielles de la phase de chantier susceptibles d’affecter la santé des personnes et
de la faune, de prendre en charge les questions sécuritaires, de préciser les conditions de mise en
œuvre des actions requises pour honorer ces engagements. Le PGES de chantier inclut également les
coûts des actions requises de même que les responsabilités respectives des différents acteurs
concernés pour rendre son application effective.
En résumé, le PGES de chantier vise à :
- atténuer les impacts négatifs du sous-projet de construction et de réhabilitation de la digue de
Goudel, partie intégrante du PGRC-DU, sur les milieux biophysique et humain, en appliquant les
mesures d’atténuation identifiées dans l’étude d’impact environnementale et sociale et d’autres
mesures jugées utiles ;
- maximiser les retombées positives du sous-projet;
- assurer le suivi et la surveillance environnementale du chantier ;
- apporter des correctifs ou les améliorations nécessaires décelées notamment lors du suivi
environnemental.

Le montant total de la mise en œuvre du PGES du chantier s’élève à Quatre Vingt Six Millions Sept
Cent Quatre Vingt Mille (86 780 000) F CFA HT soit Cent trois Millions Deux Cent Soixante Huit
Mille Deux Cent (103 268 200) F CFA TTC (annexe 6).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

45
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de protection
dans la ville de Niamey : site de Goudel

10. Evaluation des impacts du projet de rehabilitation de la digue de Goudel.

Milieu biophysique Milieu humain


Composante du milieu récepteur

agropastorale

commerciales

Qualité de vie

Déplacement
souterraines
et qualité de
Microclimat

sécurité des
populations

populations

populations
Patrimoine

touristique
Végétation

culturel et

de vie des
et niveau
Activités

Activités
sauvage
Eaux de
surface

Emploi
Faune

Santé,
Eaux
l’air

sols

de
Activités sources d’impacts

Installation et repli du chantier    ● ●       ●


construction de la

Débroussaillage    ● ●      / ●
● ● ● 
Phase de

Exploitation emprunts       
digue

Transport et fourniture des matériaux    ● ●      /


Exécutions des Travauxd’ouvrag    ● ●      
Remise en état des emprunts    ● ●   
Présence de la main d’œuvre  ● ● /● /
Présence de digue   ●/   ●/  
exploi
Phase

tation

Exploitation de l’aménagement    /● /● ●/  ● ●/


Entretien de la digue     /● ●/ ● ●/

Légende
Importance de l’impact Valeur de l’impact
 Faible Positif
● Moyenne Négatif
 Forte Indéterminé

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU


46
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

11. Impacts, mesures d’atténuation ou de bonification.


Le bilan des impacts négatifs significatifs et les mesures environnementales et sociales
spécifiques requises pour atténuer les impacts négatifs et optimiser les impacts positifs sont
consignés dans le tableau ci-dessous. L’Entreprise contractante s’engage à mettre en œuvre ces
mesures pour accroitre la qualité du projet, son insertion dans l'environnement et garantir sa
contribution au développement endogène durable dans la zone du sous-projet.
Le résumé des impacts et les mesures d’atténuation ou de bonification sont présentés dans le
bilan des impacts (annexe 6).

12. PGES de chantier


Le PGES répond d’une part aux prescriptions contenues dans le cahier des clauses
environnementales qui visent à garantir l’intégration de la dimension environnementale et
sociale dans la mise en œuvre de ces travaux et décrit d’autre part comment l'Entreprise Morey
entend mettre en œuvre, respecter et faire respecter par ses prestataires de service, les lois et les
règlements de la République du Niger en lien avec les travaux de construction de la digue,
notamment ceux relatifs à la préservation de l’environnement biophysique et humain ainsi que
les directives et les politiques opérationnelles de sauvegarde environnementale et sociale de la
banque mondiale.

Sa démarche vise la maitrise des impacts des travaux de construction et de réhabilitation de la


digue de Goudel pendant la phase d’exécution en relation avec les enjeux environnementaux et
sociaux décrits dans l’Etude d’Impact Environnementale et Sociale.
En bref, le PGES de chantier vise à :

- atténuer les impacts négatifs du sous-projet de construction et de réhabilitation de la digue


de Goudel, partie intégrante du PGRC-DU, sur les milieux biophysique et humain, en
appliquant les mesures d’atténuation identifiées dans l’étude d’impact environnementale et
sociale et d’autres mesures jugées utiles ;
- maximiser les retombées positives du sous-projet;
- assurer le suivi et la surveillance environnementale du chantier ;

- apporter des correctifs ou les améliorations nécessaires décelées notamment lors du suivi
environnemental.

Le contenu du plan opérationnel de gestion environnementale et sociale de chantier (annexe


6.2.1)

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

47
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

CHAPITRE 6 : OBSERVATIONS RECOMMANDATIONS SUR LES TRAVAUX EN


COURS D’EXECUTION.

Les études d’APD ont pour buts essentiels l’approfondissement de la solution technique
d’ensemble au niveau des ouvrages considérés, la présentation des choix architecturaux et
techniques

A- Spécifications du DAO

13. Critères d’évaluation et de qualification des soumissionnaires.


Le DAO stipulait d’accorder une marge de préférence nationale de 7,5% (sept pourcent et demi)
aux entreprises nationales
Ce traitement de faveur a contribué à diminuer les chances des autres soumissionnaires et par
ricochet, défavorisé la concurrence, la compétitivité. Une entreprise étrangère aurait servi de
comparaison au cours de l’exécution des travaux.

14. Plans et documents fournis par le Maître de l’Ouvrage


Les plans initiaux des ouvrages d’art : le profil en travers type de la digue, les plans de l’ouvrage
de prise, les plans des ouvrages à clapet anti retour etc. n’ont pas été retrouvés. Ils n’ont pas été
transmis à l’entreprise.

15. Dimensionnement des ouvrages de franchissement : ouvrages à clapet


Les études de l’APD ont montré que trois ouvrages à clapet (un par site) de diamètre chacun ∅80
suffiraient pour évacuer les crues des eaux sauvages venant des quartiers. Celles que nous avons
menées ont abouti à neuf ouvrages à clapet (trois par site) de diamètre chacun ∅80 .

16. Cadre de devis estimatif


Dans l’APD, les modalités générales d’exécution des travaux n’ont pas été clairement précisées
et diverses interprétations erronées s’en sont suivies. Ainsi dans le prix N° 205, il est intitulé
« Remblais argileux arrosé et compacté pour digue et tranchée d'ancrage », le groupe de mots
« Remblais argileux arrosé et compacté » a servi de prétexte aux entreprises d’approvisionner
le chantier en matériaux secs. Le matériau sec est gerbé sur place sur la crête de la digue. Or il
n’y a pas assez d’espace sur la digue pour les manœuvres d’engins de terrassement, ce qui a
contribué au faible rendement.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

48
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

17. Conception générale et dimensionnement


Le mot « réhabilitation » a été mal interprété par tout un chacun. Les modalités générales
d’exécution des travaux de confortation n’ont pas été décrites dans le l’APD ni dans le DAO.

B- Observations sur les travaux en cours d’exécution.

Le constat général qui se dégage est l’entreprise contractante est une entreprise a beaucoup
d’expériences dans les travaux de terrassement notamment dans les pistes rurales mais très peu
dans l’exécution d’une digue et autres ouvrages d’art (barrage, dalot, buses),

18. Etat de réalisation des ouvrages

 Ouvrage de prise.

L’entreprise a rencontré des difficultés dans l’exécution des travaux de l’ouvrage de prise. Cela
se justifie par le manque d’expériences en la matière.
 Ouvrage à clapet.

Initialement prévues en fonte, les conduites ont été remplacées par celles en acier. Elles doivent
être enrobées dans du béton.

 Parement des talus en dallettes préfabriquées.

Les dallettes sont des éléments préfabriqués. Elles ne peuvent pas être coulées sur place sur un
plan incliné de 26°, car elles ne peuvent pas être vibrées ni être reliées entre elles par du
mortier dans une épaisseur conforme de joint.

 Prolongation des délais d’exécution.


Au cours de l’exécution des travaux, il a été rajouté recommandé des travaux confortatifs pour
la sécurisation et la pérennisation de l’ouvrage (géotextile, couche de pose en sale). La masse
de ces travaux représente a fait augmenter le marché initial et a justifié la conclusion d’un
avenant et la prolongation du délai initial. Les délais consommés par rapport à l’avancement
des travaux avant l’avenant et le 5 septembre après la signature de l’avenant sont les suivants :

Sites 20 février 2017 20 mars 2017 05 septembre 2017


des travaux Taux Délai Taux Délai Taux Délai
avancement consommé avancement consommé avancement consommé
Digue Goudel 25,42 % 100 % 31,94 % 110% 90,18 % 122,22
Les 3 digues 22,45 % 90,91 % 25,76 % 100% 42,93 % 113,79
Tableau 10 : Consommation de délais par rapport à l’avancement des travaux.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

49
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

 La construction des rampes.


Voulant satisfaire les souhaits des populations riveraines, la digue a longé au mieux le champ
d’inondation (le lit mineur) du fleuve. Or il est prévu la construction des rampes d’accès de ces
mêmes populations et de leur bétail au fleuve. Ces rampes constituent des épis perpendiculaires
au sens de l’écoulement de l’eau du fleuve. A ces paramètres de contrôle que constituent ces
rampes, le fleuve réagira par des paramètres de réponses. Il se produira des départs de matériau.
Les rampes construites constituent des berges résistantes mais le fond du fleuve est affouillable,
Sa largeur ne peut plus augmenter. Un accroissement du débit Q (et donc de la vitesse V) va
donc prioritairement conduire au creusement du lit (augmentation de la profondeur h) et
l’ouvrage sera en danger.
 Proposions d’améliorations par rapport aux ouvrages en cours de réalisation.

Les propositions d’améliorations s’inscrivent dans le cadre des observations et des


recommandations sur les plans présentés par l’entreprise. La prise en compte de ces
recommandations ferait économiser du matériau et surtout du temps matériel sur le délai
contractuel.

19. Recommandations et perspectives.


Fort conscient que notre objectif sur les travaux en cours n’est pas été totalement atteint au
regard de la qualité des travaux, nous recommandons donc des pistes de réflexion à l’entreprise
pour optimiser sa gestion. Au terme de cette étude, nous formulons quelques recommandations
à l’entreprise. Il s’agit de la nécessité du choix d’une méthodologie efficiente pour la
préparation et la programmation de chantier et surtout l’exécution des travaux de remblai de
digue, des blocs techniques, les ouvrages d’arts, le respect des prescriptions techniques. Celle-
ci passe par la mise en place d’un service étude qui aura en charge de mettre au point les projets :
budgétiser et ordonnancer les futurs chantiers à réaliser. La nécessité de renforcer les capacités
managériales des ingénieurs et décideurs de l’entreprise s’avère impérative pour relever les
défis auxquels l’entreprise est confrontée et aussi pour bien se positionner face à la concurrence
grandissante des entreprises étrangères. En outre, cette approche permettra à l’entreprise de
mieux affiner ses stratégies, de dynamiser sa structure et d’acquérir une démarche structurée de
conduite de projet. Il s’en suit également la nécessité d’une analyse de la gestion de chantier
.Cette action, qui semble souvent être négligée permettra à l’entreprise de modifier et de
corriger si besoin les modes opératoires et les procédés d’exécutions.
A l’endroit des travaux de réhabilitation de la digue, nous recommandons :
 La digue de protection doit pouvoir jouer son rôle de « protection »

Exécuter un bassin de rétention des eaux de pluies pour stocker le surplus des eaux de
ruissèlement pouvant provoquer en retour une nouvelle inondation lorsque la montée des eaux
du fleuve persiste et la décrue tarde à intervenir.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

50
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Ou prévoir une mini station de pompage des eaux venant des agglomérations au cas où la digue
de protection semble débordée et ne puisse plus jouer le rôle de protection.

 Critères de sélection des entreprises :

Encadrer ou appliquer à sa juste valeur (voire supprimer), la marge de préférence nationale de


7,5% (sept pourcent et demi) aux entreprises nationales. Cette pratique met un coup de frein à
la compétitivité aux entreprises étrangères au Niger et aux entreprises nigériennes à l’étranger.

 La nécessité de prolonger la nouvelle digue.

La construction de la nouvelle digue de Goudel montre la nécessité de la prolonger en digue de


fermeture jusqu’au domaine du Général Souna Sani Sido en vue de protéger les aménagements
agricoles et les habitations de Gabougoura et de Tondibiah.

 Axe de la digue (partie extension)

Pour repondre aux souhaits des bénéficiaires, « la digue longe au mieux le fleuve Niger ». La
digue de protection est implantée dans la zone d’inondation du fleuve. Or il est prévu la
réalisation des rampes d’accès qui déboucheront dans le lit du fleuve et constitueront des épis,
Le comité de gestion de la digue doit se tenir en alerte pour des entretiens courants de ces parties
d’ouvrages à la fin de chaque hivernage

 Une franche collaboration


La collaboration entre le Maître d’ouvrage ou son représentant et l’Ingénieurs-Conseils doit
être l’une des plus franches et sincères possibles. Il en va de la qualité, de la résistante et de
l’esthétique de l’ouvrage et de la satisfaction des bénéficiaires.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

51
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Conclusion
Ce stage a été une occasion de confronter nos connaissances théoriques et pratiques acquises
au cours de notre formation aux réalités du terrain et de réaliser un projet professionnel
personnalisé. Il a été un plus à notre expérience dans la conception d’ouvrages et dans le
contrôle et l’exécution des travaux, les réalités du terrain sous d’autres cieux, la diversité des
hommes et leur culture dans les travaux publics et les ouvrages d’art. Les différentes études
menées de nouveau dans le cadre de la réhabilitation / réalisation des digues de protection de
Niamey / site de Goudel nous ont permis d’aboutir à la proposition de plans d’exécution
d’ouvrages d’art répondant aux règles de l’art. Ce travail a abouti d’une part aux notes de calcul
et aux plans des digues de protection, des ouvrages de prise d’eau et à clapet anti retour jouant
le rôle d’ouvrages de franchissement et d’autre part aux observations et aux recommandations
sur les travaux en cours.

Les résultats ont été à la hauteur de nos attentes sur le plan de l’élaboration des plans. Par contre,
sur le plan du contrôle des travaux, certains n’ont pas respecté les règles de l’art, ce qui leur a
valu de les certifier non conformes. Ce sont entre autres les dallettes coulées sur place sur un
plan incliné.

Nonobstant le délai contractuel de l’entreprise qui a été largement dépassé et les difficultés
rencontrées, la réalisation de cet ouvrage a été assez bien maîtrisée tant sur le plan technique
qu’esthétique. Sur le plan qualité, les normes prescrites dans le CPT ont été respectées autant
qu‘exigeait la bonne tenue de l’ouvrage.

D’une manière générale, la réalisation d’un tel ouvrage constitue un atout majeur dans
l’atteinte des objectifs du PGRC-DU.

Le critère esthétique est l’un des aspects qui doit retenir l’attention de tout visiteur de la digue
de Goudel. Du technicien à l’individu lambda, l’ouvrage réjouit la vue, l’aspect également
importe, à l’instar de Paul SEJOURNE pour qui « De tous les ouvrages d’art, je dis
bien de tous, même les petits, l’aspect importe ; il n’est pas permis de faire laid
(…) C’est une étrange opinion que d’estimer cher ce qui est beau, bon marché ce
qui est laid : on a fait laid et cher, beau et bon marché ».

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

52
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

REFENCES BIBLIOGRAPHIE

N. V. TUU , (1985) Hydraulique routière,

Mounirou (2014), Cours HEC, Enseignant Chercheur à 2iE

Mounirou, Cours HSL (2014), Enseignant Chercheur à 2Ie

Petits Barrages, Comite Français des Grands Barrages

Angelbert Chabi BIAOU (Septembre 2010), Cours d’Hydraulique Routière

Dr Adama P-S MESSAN (2014) cours Béton Armé 2 et 3


Ismaïla Gueye. (2015), cours de Barrage 2iE, Ouagadougou Burkina Faso.

Jean Abèle et Francis de Gardin, Février 2001 « Dynamique fluviale et travaux en Rivière, Tome
II »

Institut National de la Statistique, 2014, « Le Niger en chiffre »

Institut National de la Statistique, 2011-2015, « Annuaire Statistique du Niger »

1. Jean Pierre NKOGHE ESSONE. (2005a, Septembre 2009 au 2IE), « Cours de Préparation
des chantiers ». 59 pages.

2. Jean Pierre NKOGHE ESSONE. (2005c, produit en avril 2005 au 2IE), « Cours
d’ingénierie des Marchés Publics », 128 pages.

3. Jean Pierre NKOGHE ESSONE. (2005c. produit en avril 2005 et mise à jour Septembre
2009 au 2IE), « Cours de gestion des chantiers », 80 pages.
Jean Pierre NKOGHE ESSONE. (Septembre 2009 au 2IE), « COUR SUR LES ETUDE DES
PRIX », 95 pages

Amadou Lamine MAR, (2004). Cours d’hydraulique : Ecoulements à surface libre. EIER-
ETSHER. : ISBN ET HG (67).

Dr. Harouna Karambiri et Dr. Ismaila Gueye, (2005). Petits barrages en terre. 2005. UTER
GVEA/UTER ISM (2iE).

J-M Durand, (1996). Petits barrages pour l’équipement rural en Afrique. ETSHER. :
J-M Gresillon, (1975). Barrages en terre. EIER. : ISBN CI-08396.
CI-08396
M. L. Compaore, (1996). Cours de barrages. 1996: EIER.

Daniel Lautrin. (2002) ;Vieillissement et réhabilitation des petits barrages en terres ; Camagref
édition ISBN 2-85362-597-4.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

53
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

ANNEXES

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

54
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

55
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Annexes 1 : Contexte du projet : diagnostic des tronçons de digue et leurs


environnements.

Les différents tronçons de digues ont été parcourus de bout en bout au cours de la
reconnaissance des sites. Pendant cette étape, les autorités coutumières et communales sont
fortement impliquées sur les questions foncières. Il est apparu la nécessité de prolonger
l’ensemble des digues pour tenir compte des besoins réels et de protéger ainsi les habitations.

Tableau 11 : La synthèse des principaux résultats de ce diagnostic

SITE / DIGUE : GOUDEL


RECONNAISSANCES DES DIGUES ACTIONS PROPOSEES
- La digue protège un aménagement hydro-agricole (AHA)
- réhabilitation du tronçon
de 50 ha à Goudel et les villages de Goudel et Losso-
existant
Goungou ;
- Prolongement de la longueur
- Date de construction : 1985
sur 200 m environ pour avoir
- Dégradation en plusieurs endroits ;
une fermeture acceptable.
- Présence de points bas sur la digue ;
- Prolongement de la digue
- Existence d’un point décharge des eaux de quartier ;
jusqu’au périmètre de
- Submersion par les crues du fleuve en 2012 et par des
Gabougoura.
eaux de pluie venant des quartiers en amont ;
- Etude géotechnique sur
- Inondations répétées des parcelles de l’aménagement et
l’emprunt argileux entre le
les villages environnants.
fleuve et axe
- Existence des zones d’emprunt de sable, de gravier, de
- Prospection géotechnique
moellons et de banco dont la puissance et les qualités
dans les zones exondées
seront connues lors de l’étude géotechnique poussée.

Toute la région de Niamey est une zone urbanisée où les terres appartiennent en grande partie
à des privés. De ce fait toute action ayant trait au foncier doit requérir au préalable l’adhésion
de ces propriétaires de terrains. De ce fait, des consultations du public ont été initiées.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

56
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 12 : Les résultats de ces consultations des populations riveraines

Commune/ Avis ou doléances


Observations Conclusion
site de la population
 Prendre en compte les
C Ny I Les riverains sont
terres agricoles et les Le fleuve se divise en
Digue favorables à la
habitations non encore deux grands bras et
Goudel- réhabilitation et la
protégées suffisamment large pour
Losso- réalisation de
Goungou  Souhait de voir la digue contenir la crue suite à
l’extension de la digue
longer au mieux le lit l’endiguement
de Goudel
mineur du Fleuve

Tableau 13 : Présentation des options de travaux pour la digue de Goudel

OPTIONS 1 OPTIONS 2
Confortation et rehaussement de 2 115,6 Confortation et rehaussement de 1 632 ml de
ml de l’ancienne digue l’ancienne digue
Réalisation de 774,8 ml de nouvelle digue Réalisation de 2492,20 ml de nouvelle digue
(fermeture) (fermeture)
Fourniture et mise en place d’un ouvrage à Fourniture et mise en place de trois (3)
clapet anti-retour ouvrages à clapet anti-retour
Réalisation de trois (3) rampes d’accès Réalisation cinq (5) rampes d’accès
Réalisation de 600 ml fossé de garde Réalisation 900 ml de fossé de garde
Réalisation d’une (1) prise sur le chenal

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

57
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Annexes 2 : Etudes topographiques et géotechniques.

 Caractéristiques topographique du site de Goudel


Les travaux topographiques ont permis d’obtenir les différents profils en long et en travers de
référence de ladite digue et les zones d’extension susceptibles d’être intégrées au projet.
L’ensemble des travaux est rattaché au réseau de nivellement général du Niger à travers trois
(3) repères nivelés dont la borne B11.

Les profils en travers sont réalisés tous les 25 m et dans les changements de pentes et constituent
ainsi les profils en long des différents tronçons.
La longueur du profil en long réalisé est 4 600 ml (réhabilitation et extension)

 Débits maxima journalier et temps de retour à Niamey


Sur la base d’un ajustement avec la loi de Gumbel : les résultats de l’ajustement sont donnés
La crue de 2012 au niveau du pont Kennedy est encadrée par la crue centennale et la crue
millénaire de l’analyse statique.

Dans le cadre de la réhabilitation des tronçons de digues de Niamey, nous proposons de retenir
la crue millénaire de 2617 m3/s comme débit de référence pour le calage.

 Détermination de la Côte de Calage des débits extrême maximum

Sur la base des données du modèle mathématique du fleuve Niger des « planches 4 et 5 », la
bande de « Saga Fondo à Ndouga Tarey» long de 44.5 kilomètres qui couvre largement
l’entendue de la région de Niamey, a été extraite.

Côtes des crues retenues : L’intégration des débits maxima au modèle mathématique du fleuve
Niger, donne les cotes des différentes crues du fleuve Niger. Ainsi, la cote simulée pour la
crue millénaire au niveau du pont Kennedy est estimée à 180,77.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

58
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 14 : Cotes simulées des crues des débits maxima (intégration au modèle
mathématique)

cote crue de cote crue cote crue cote crue


PK PK Cote
Nom profil calage du simulée millénaire bimillénai
partiel cumul fond
modèle 2012 calculée re calculée

1 Saga fondo N38 C 0 0 178,2 183,65 183,25 183,54 183,72


2 Tondikware N39 2,45 2,45 177 182,85 182,42 182,73 182,93
3 Niamey N40 14 16,45 174,9 181 180,55 180,88 181,08
Niamey NIAP (Pont
4 2,4 18,85 174,35 180,9 180,42 180,77 180,98
Kennedy) N41

5 Niamey SABA N40 A 3,35 22,2 173,6 180,65 180,13 180,51 180,74
6 Saga Station 5,1 27,3 173,85 180,25 179,78 180,12 180,33
7 Tillabery N40 B 5,2 32,5 174,2 179,8 179,39 179,69 179,87
N’Dounga Tarey
8 6,1 38,6 173,55 179,4 178,97 179,28 179,48
N41A
N’Dounga Saney
9 5,9 44,5 172,3 178,95 178,46
N41B
178,82 179,04
<

Sur la base du nivellement topographique rattaché, effectué dans le cadre de la présente étude,
la cote simulée du modèle est de 180,42 m. A la lecture 619 cm correspondant à la crue de 2012,
la côte est de 181,21 m. La différence de 0,79m (181,21-180,42) pourrait résulter de
l’ensablement du fleuve suite à la dégradation spécifique du bassin versant en 20 ans avec une
charge d’apport solide moyenne de 4 cm/an. La côte de la crue millénaire est donc 181,52.

Ainsi, la côte simulée de la crue millénaire à retenir est de 181,52 m. Sur la base de cette côte,
des conditions météorologiques de Niamey, une revanche de 0,48 m suffirait pour résorber les
vagues. La côte de calage retenue de la digue au niveau du pont Kennedy est de 182, 00 m

Pont Kennedy côte 182,00 m


Distance Pont Kennedy – Digue Goudel Borne B11 : 8,279 km
Pente moyenne du fleuve : 0,0093%

tan(𝛼) =
𝐿

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

59
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

ℎ = tan(𝛼) ∗ 𝐿
ℎ = 0,0093 ∗ 8,279 𝑘𝑚
ℎ = 0,77 𝑚
Digue Goudel Borne B11 : côte 𝐻 = 182,00 + 0,77 = 182,77 𝑚.

181,6
181,4
181,2
181
180,8 2012
180,6
Q1000
180,4
180,2
180
179,8
Cote Cote du Cote
simulée nivèlement retenue

Figure 6 : Côtes des crues au Pont Kennedy

3500

3000

2500

2000 1950-1969

1500 1970-1993
1994-2008
1000

500

0
Q2 Q5 Q10 Q50 Q100
Q1000 Q2000

Figure 7 : Temps de retour de quelques débits maxima journaliers à Niamey (loi de Gumbel)

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

60
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

 Les levés topographiques complémentaires.

En dépit du premier levé topographique effectué sur l’axe initial de la digue, un autre levé a été
réalisé pour désormais prendre en compte le nouvel axe objet d’un large consensus entre les
populations et le maitre d’œuvre. Ce levé a été réalisé au 1/1000 è avec des profils en travers à
tous les 25m. Chaque profil en travers comporte au moins 5 points. Ce travail topographique
effectué a permis à l’Entreprise de présenter le premier dossier d’exécution couvrant
uniquement la nouvelle digue. Les travaux ont pu ainsi démarrer avec cependant des
inquiétudes sur la hauteur projet de la digue qui paraissaient exagérément élevée sur certains
tronçons sans qu’on ne puisse l’expliquer.
Pendant que les travaux se poursuivent, la mission de contrôle et l’Entreprise ont décidé alors
de vérifier par nivellement, le rattachement de la borne B11 qui est la borne de référence du site
à une des bornes du nivellement général du Niger, implanté dans l’enceinte de la Gendarmerie.
Ce travail topographique mené délicatement a permis de constater des erreurs importantes dans
le levé de rattachement de l’APD. La correction de ces erreurs a permis d’obtenir des cotes de
calage de la digue acceptables. Ainsi la cote de la borne B11 qui est la borne de référence est
de 182.77 m.

Borne N° Profil cote


Données de départ B11 123 180,95
Données corrigées B11 133 182,77

Une revanche de 75 cm a été appliquée sur la borne B11, ce qui donne une côte de 183,52. Une
pente de 0,0093% est appliquée à partir de ce profil en aval et une rampe en amont. Sur cette
base, la digue débute au profil P17 à la côte 183.82 m et se ferme au profil P207 à la côte 183.33m.

 Implantation de l’axe de la Digue.

Les données topographiques ont pour référence essentielle la borne B11 par laquelle tous les
levés sont rattachés. Les travaux d’implantation de l’axe de la digue sont des travaux
topographique qui consiste à matérialiser l’itinéraire de la digue tel que prévu par le dossier
d’appel d’offre et d’y apporter au besoin les corrections techniques qui s’imposent.
 Caractéristiques géotechniques.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

61
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 15 : Paramètres géotechniques retenues

Paramètres retenus pour le


Commune/site Recommandations
dimensionnement des ouvrages
 Profondeur de fondation : 0,50
à 1,20 m
 Profondeur des fondations :
 Résistance des sols de 0,50 m
C Ny I
fondation : 1,6 bars à 1,20 m et
Digue Goudel-  Résistance des sols de
3,78 bars à 1,40 m
Losso-Goungou fondation : 1,6 bars
 Emprunt argileux de bonne
 Emprunt d’argile retenu
qualité: épaisseur 1,00 m,
 Talus : 1V/2H (amont et aval)
perméabilité 2,48E-09 m/s,
tassement de 5,35%

Des études géotechniques ont été réalisées sur le site. Elles ont visé à apprécier l’étanchéité
de la fondation et à s’assurer de la disponibilité en matériaux de construction de bonne
qualité. On a effectué alors des sondages dans l’axe du barrage et au niveau des chambres
d’emprunt. Conformément aux termes de références, ces études ont pour objectifs :
- La reconnaissance des sols devant constituer l’emprise des digues,
- La confirmation des gisements des matériaux d’emprunts pour les terrassements et
le béton avec prélèvement d’échantillons et les essais correspondants au laboratoire,

Les essais réalisés sont principalement :


- Les essais d’identification sur les matériaux de la digue (Argile et latérite):Analyse
granulométrique, Limites d’Atterberg, Les essais de portance (Proctor modifié),
essais de perméabilité, essais œdométriques.
- Les essais d’identification sur les matériaux de la fondation : Analyse
granulométrique, Limites d’Atterberg, Sondage au PDL

La recherche des matériaux pour le béton s’est portée principalement sur les graviers et les
essais réalisés sont la granulométrie et Los Angeles.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

62
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Figure 8 : Résultats de sondages géotechniques.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

63
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Annexes 3 : Etudes hydrauliques et hydrologiques

A. Délimitation du bassin versant


I. Délimitation

Le bassin versant en une section droite d’un cours, est défini comme la totalité de la surface
topographique drainée par ce cours d’eau et ses affluents à l’amont de cette section. Il est
entièrement caractérisé par son exutoire à partir duquel nous pouvons le délimiter. Nous
avons utilisé les logiciels Google Earth et Global Mapper pour délimiter ce bassin versant.

Photo 5 : Bassin versant de Goudel (Digue de protection)

II. Caractéristiques

Un bassin versant possède plusieurs caractéristiques. Mais dans le cadre de ce projet, nous ne
considérons que quelques-unes que sont la surface, le périmètre, le rectangle équivalent. Les
deux premières caractéristiques ont été déterminées directement par le logiciel. Notons cette
spécificité : étant donnée la nature de la digue, l’exutoire du bassin versant est constitué par la
digue de protection. Ce bassin versant est de la catégorie 𝑅5 𝑃3
La longueur du rectangle équivalent est déterminée par la formule littérale suivante :
P+√P2 −16×S
 L : longueur du rectangle équivalent : L= = 11,78 Km
4
 P : périmètre du bassin versant P = 26,512 km;
 S : surface du bassin versant S= 17,43 km².
 Longueur du réseau hydrographique : 5,61 Km:
Lréseau
 Densité de drainage : dd = = 0,3218
S
 Dénivelée spécifique:Ds = Icorrig ∗ √S = 16,67 m

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

64
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

∆H
 Indice global de pente : Ig = = 5,13
L
 Typologie du relief: Modéré.
 Climat : Sahélien (Pluviométrie moyenne annuelle = 699 mm)
 Classe d’infiltrabilité : R3(P3)

Tableau 16 : Caractéristiques du bassin versant

Catégories Caractéristiques climatiques régionales et géomorphologiques

P1 Bassins rigoureusement imperméables, entièrement rocheux ou argileux ;

Bassins imperméables avec quelques zones perméables de faible étendue ou


bassins homogènes presque imperméables ;
P2

Bassins assez imperméables comportant des zones perméables d’étendue


notable ou bassins homogènes assez peu imperméables ;
P3

Bassins assez imperméables tels qu’on en rencontre en zone de


décompression granitique avec abondance d’arènes ;
P4

P5 Bassins perméables : sables ou carapace latéritique très fissurée

Catégories Pentes transversales et longitudinales

R1 Pentes extrêmement faibles, inferieures à 0,1% et 0,2% ;

R2 Pentes faibles, inferieures à 0,5%, Ce sont des bassins de plaine ;

Pentes modérées comprises entre 0,5% et 1%

R3 Terrains intermédiaires entre plaine et zone à ondulation de terrain

Pentes assez fortes, pentes longitudinales comprises entre 1% et 2% ; pentes


transversales supérieures à 2%. Zones des ondulations de terrains.
R4

Pentes fortes ; pentes longitudinales comprises entre 2% et 5% ; pentes


transversales entre 8% et 20%. Régions de collines ;
R5

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

65
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Pentes très fortes ; pentes longitudinales supérieures 5% ; pentes transversales


supérieures 20%. Régions de montagnes.
R6

Catégories Régimes climatiques

Bassins sahéliens et subdésertiques : de l’isohyète 150 mm à l’isohyète 750-


800 mm
B1
Hauteur de l’averse décennale varie entre 60 mm et 110 mm ;

Bassins tropicaux et tropicaux de transition ;

Situés à la limite du régime tropical et régime sahélien : entre isohyète 800


mm et 1 600 mm (on inclut aussi les bassins équatoriaux de savane) ;
B2
Remarque : différence de comportement entre le début et la fin de la saison
des pluies ; Hauteur de l’averse décennale varie entre 110 mm et 130 mm ;

B3 Bassins forestiers

Ecoulement hypodermique ;

Hauteur de l’averse décennale varie entre 110 mm et 130 mm

Sources : Hydraulique routière, Nguyen VAN TUU


B. Analyse des données pluviométriques
I. Présentation des données

Les données pluviométriques utilisées dans ce projet sont les pluies journalières maximales de
la ville de la capitale du Niger, Niamey. Les données de la localité du projet sont fournies par
la Station météorologique de Niamey (Niger) et s’étalent sur une trentaine d’années soit de
1985 à 2015

II. Analyse fréquentielle

 Choix de la loi
Les pluies journalières maximales sont analysées. La loi de Gumbel est une loi extrême. Par
conséquent, nous l’avons utilisée. Concernant la série des pluies moyennes annuelles nous
avons utilisé un ajustement à la loi de GAUSS.

 Classement des données

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

66
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Etant donné que la loi de Gumbel n’utilise que les fréquences au non dépassement, l’échantillon
est classé par ordre croissant.

 Calcul des paramètres statistiques


Ces paramètres sont entre autre la moyenne, l’écart type, le coefficient de variation, le mode et
la médiane.
∑x
- Moyenne arithmétique y = ∑ Ni
i

∑(xi −y)
- Variance S² = N

- Ecart − type δ = √𝑆²


- Coefficient de variation cv = δ/y
Les paramètres statistiques ont été calculés et les résultats sont regroupés dans le tableau
suivant :

Paramètres statistiques

Moyenne Variance Ecart-type Coefficient de variation

203,35 -0,95 47,66 0,23

Analyse pluviométrique

L’analyse des relevés pluviométriques montre que la quantité moyenne annuelle de pluie
recueillie dans la zone du projet sur la période considérée est de 770,00 mm, celle des pluies
journalières, 50,00 mm. Il s’agit de la moyenne des années 1985 à 2015. Quatre-vingt-quatorze
pour cent (86%) de la pluviométrie annuelle se concentre sur une période de juin mois (juin
septembre) avec une pointe de 37,32 % dans le mois d’août.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

67
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Pluviométries journalières maximales


350
jan
300
fév
250 mars
Précipitations

200 avril
mai
150
juin
100
juil
50 août

0 sept
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
oct
nov
Années

Figure 9 : Pluviométries journalières maximales de Niamey.

Remarque : Influence des précipitations de Niamey sur les débits maximaux du fleuve :
Les précipitations de la région de Niamey n’ont pas d’influences significatives sur les débits
maximaux du fleuve Niger. L’activité humaine est à la base des dégradations des berges et des
bassins versants provoquant des inondations. Les précipitations des années 1960 étaient plus
importantes que celles de nos jours et pourtant !

Pluviométries annuelles, Station de Niamey


1200,00

1000,00
Précipitations

800,00

600,00

400,00

200,00

0,00
1943
1945
1947
1949
1951
1953
1955
1957
1959
1961
1963
1965
1967
1969
1971
1973
1975
1977
1979
1981
1983
1985
1987
1989
1991
1993
1995
1997
1999
2001
2003
2005
2007
2009
2011
2013
2015

Années
Pluviométrie

Figure 10 : Pluviométrie de Niamey depuis les années 1945

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

68
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Précipitations de Niamey et débits maximaux du Fleuve


3000

2500
Précipitations

2000

1500

1000

500

2005

2010
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004

2006
2007
2008
2009

2011
2012
2013
2014
2015
2016
Années

Pluviométrie Débits minimaux Cotes minimales Débits maximaux Cotes maximales

Figure 11 : Influence des précipitations de la région de Niamey sur les débits maximaux du
fleuve à Niamey

Observations : En 1988, en 1995 et en 2012, les débits maximaux du fleuve ont atteint leurs
pics tant disque les pluies de la région de Niamey étaient à leur niveau normal.

Conclusion : Les précipitations de la région de Niamey n’ont pas d’influences significatives


directes sur les débits maximaux du fleuve Niger. L’activité humaine est à la base des
dégradations des berges et des bassins versants provoquant des inondations. Les précipitations
des années 1960 étaient plus importantes que celles de nos jours et pourtant !

Taille de l'échantillon n =31 Intervalle de confiance = 95%


Echantillon valide = 30 Moyenne = 533,79
Période de retour Fréquence U Gauss Valeur Borne inf. Borne sup
P5s 0,2 -0,8 452,15 410,20 494,11
P10s 0,1 -1,28 403,17 353,92 452,42
P100S 0,01 -2,33 296,03 225,66 366,41
P5h 0,8 0,8 615,42 573,47 657,37
P10h 0,9 1,28 664,40 615,15 713,65
P100h 0,99 2,33 771,54 701,17 841,92

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

69
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 17 : Extrêmes observés à la station hydrométrique de Niamey.

Extrêmes observés à la station hydrométrique de Niamey


Dates Débits et Cotes mini Dates Débits et Cotes maxi

Q inst
(m3/s) H inst (cm) Q inst (m3/s) H inst (cm)

02/06/1985 0,00 25,00 04/12/1985 1 506,00 438,00

20/06/1986 0,00 60,00 01/01/1986 1 317,00 411,00

26/06/1987 4,37 78,00 12/12/1987 1 177,20 390,00

01/06/1988 0,61 65,00 24/08/1988 1 894,20 489,00

23/06/1989 3,97 70,00 10/12/1989 1 296,00 408,00

13/06/1990 0,22 62,00 09/12/1990 1 175,00 405,00

16/05/1991 12,40 94,00 12/12/1991 1 238,00 423,00

13/07/1992 32,88 116,00 31/08/1992 1 361,00 443,00

06/06/1993 13,00 95,00 05/12/1993 1 207,00 418,00

04/06/1994 25,23 111,00 16/09/1994 1 711,00 493,00

22/06/1995 85,00 150,00 22/01/1995 1 746,00 498,00

08/06/1996 53,40 132,00 11/01/1996 1 697,00 491,00

28/05/1997 31,02 112,00 09/01/1997 1 375,00 461,00

22/05/1998 32,38 113,00 19/09/1998 1 899,97 537,00

21/05/1999 79,34 143,00 21/12/1999 1 640,13 501,00

18/06/2000 59,02 131,00 27/01/2000 1 711,47 511,00

29/05/2001 42,10 120,00 31/12/2001 1 586,10 493,00

03/06/2002 77,56 142,00 02/01/2002 1 586,10 493,00

01/06/2003 9,34 94,00 23/09/2003 1 797,07 523,00

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

70
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

02/07/2004 46,60 123,00 10/01/2004 1 789,93 522,00

29/05/2005 46,60 123,00 03/09/2005 1 612,90 497,00

01/07/2006 36,50 116,00 29/08/2006 1 768,53 519,00

06/06/2007 62,26 133,00 31/12/2007 1 690,07 508,00

25/05/2008 36,50 116,00 07/01/2008 1 704,33 525,00

01/06/2009 34,63 130,00 14/01/2009 1 692,20 529,00

01/06/2010 39,59 134,00 07/09/2010 2 001,80 566,00

07/06/2011 94,42 172,00 04/02/2011 1 764,80 538,00

03/06/2012 47,02 140,00 21/08/2012 2 492,00 618,00

17/06/2013 59,18 149,00 30/08/2013 2 472,00 616,00

Source: Autorité du Bassin du Niger (ABN)

Tableau 18 Pluviométries maximales journalières de Niamey

Jan. Fév. mars avril mai juin juillet août Sept. Oct. Nov. Déc.
1985 0 0 0 1,65 15,98 34,21 79,8 174 49,67 39,08 1,91 0
1986 0 0 0,24 0,56 2,14 21,12 155,25 163,69 46,29 20,24 2,47 0
1987 0 0 0 1,08 3,87 23,69 79,91 174,99 55,24 41,21 1,91
1988 0 0 0 1,01 12,12 49,32 150,53 138,25 113,16 30,17 4,34 0
1989 0 0 1,09 3,21 9,69 42,65 142,32 245 119,45 46,36 3,23 0
1990 0 0 0 6,21 6,23 25,12 111,23 188,21 121,2 39,12 9,08 0
1991 0 0 0 1,65 5,9 32 132 167,98 62,33 20,06 9,68
1992 0 0 1,69 12,66 85,69 99,58 116,98 169,98 99,2 40,25 12,57 0
1993 0 0 0 0,91 11,08 55,84 100,2 151,29 69,85 29,8 7,41 0,12
1994 0 0 1,77 8,43 27 84,58 196 251,21 79,88 51 7,23 0
1995 0 0 5,14 11,12 19 49 109,63 169,14 91 56,12 28,85 1,8
1996 0 0 3,69 9 13,9 18 163 155,37 112,09 61 11,12 1,13
1997 0 0 0 0 6,48 29,83 128,87 160,54 55,12 28,87 0 1,89
1998 0 0 1,15 11,03 25 94,32 298,98 269,25 68,52 39,23 9,12 0
1999 0 0 2,3 11,12 32 59,58 201,51 200,98 86,22 40,37 7,72 0

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

71
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Jan. Fév. mars avril mai juin juillet août Sept. Oct. Nov. Déc.
2000 0 0 3,41 0 12,55 31,16 99,86 179,52 89,99 29,18 12,73 0
2001 0 0 0 3,87 12,54 29,25 101,56 232,15 120,39 77,15 29,59 0
2002 0 0 0 1,95 12 32,5 149,25 191,1 55,14 42,14 1,42 0
2003 0 0 0 3,95 6,9 23,25 155,49 262,1 89,35 32,6 3,96
2004 0 0 0 0 56 49,6 135,25 182,75 16 9,2 0 0
2005 0 0 0 2,3 15,5 30,89 120,9 197,21 69 210 0 0
2006 0 0 0 0 0,8 45,6 110,6 168,2 87,8 10 0 0
2007 0 0 0 0 19,8 42,2 145,2 255,9 59,6 0 0 0
2008 0 0 0 0 12,4 94,3 163,8 160,8 46,6 0 0 0
2009 0 0 0 14,4 18,9 15,5 183,3 196,6 96,4 35,2 0 0
2010 0 0 0 0 6,9 26,5 74,9 147,2 179,6 46,3 62,1 0
2011 0 0,3 0 2,3 14 37,3 79,4 174 35,7 37,9 0 0
2012 0,1 0,5 0 3,4 17,7 42,8 125,4 326,7 92,4 12,3 0 0
2013 0 0 0 56,4 4,5 69,1 89,1 299,6 24,5 7,2 0 0
2014 0 0,5 0 0 50,3 48,1 147,4 226,9 89,4 0,7 0 0
2015 0 6,6 0 0 0 47 195,6 144,1 110,7 70,4 0 0

Tableau 19 : Influence des précipitations de la région de Niamey sur les débits maximaux du
fleuve.

Pluviomét Débits Cotes Débits Cotes


rie minimaux minimales maximaux maximales
1985 396,3 0,00 25,00 1506,00 438,00
1986 412 0,00 60,00 1317,00 411,00
1987 381,9 4,37 78,00 1177,20 390,00
1988 498,9 0,61 65,00 1894,20 489,00
1989 613 3,97 70,00 1296,00 408,00
1990 506,4 0,22 62,00 1175,00 405,00
1991 431,6 12,40 94,00 1238,00 423,00
1992 640,6 32,88 116,00 1361,00 443,00
1993 426,5 13,00 95,00 1207,00 418,00
1994 707,1 25,23 111,00 1711,00 493,00
1995 478,00 85,00 150,00 1746,00 498,00
1996 400,18 53,40 132,00 1697,00 491,00

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

72
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Pluviomét Débits Cotes Débits Cotes


rie minimaux minimales maximaux maximales
1997 474,88 31,02 112,00 1375,00 461,00
1998 437,67 32,38 113,00 1899,97 537,00
1999 516,09 79,34 143,00 1640,13 501,00
2000 416,48 59,02 131,00 1711,47 511,00
2001 507,85 42,10 120,00 1586,10 493,00
2002 401,81 77,56 142,00 1586,10 493,00
2003 538,75 9,34 94,00 1797,07 523,00
2004 425,45 46,60 123,00 1789,93 522,00
2005 511,97 46,60 123,00 1612,90 497,00
2006 423 36,50 116,00 1768,53 519,00
2007 523,3 62,26 133,00 1690,07 508,00
2008 477,9 36,50 116,00 1704,33 525,00
2009 560,3 34,63 130,00 1692,20 529,00
2010 543,5 39,59 134,00 2001,80 566,00
2011 380,9 94,42 172,00 1764,80 538,00
2012 621,3 47,02 140,00 2492,00 618,00
2013 550,4 59,18 149,00 2472,00 616,00
2014 563,3 52,42 144,00 1561,20 512,00
2015 574,4 53,78 145,00 2127,00 580,00

C. Calcul du débit de projet

 Choix de la période de retour


La superficie du bassin versant étant inférieure à 200 km², ce qui correspond à celle d’un petit
bassin versant. Le choix tient compte du coût économique et de la durée de vie de l’ouvrage.
Nous avons choisi une période de retour de 50 ans.

 Méthode de calcul de la crue du projet


a) Détermination de la crue décennale par la méthode ORSTOM

La crue est donnée par la relation

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

73
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

∝∗ 𝑲𝑹𝟏𝟎 ∗ 𝑷𝟏𝟎 ∗ 𝑨 ∗ 𝑺
𝑸𝒓𝟏𝟎 =
𝑻𝑩
α : Coefficient multiplicateur pour passer de la crue moyenne à la crue de pointe, il est pris
égale à 2,60.
Kr10 : Coefficient de ruissellement décennal ;
P10 : la pluie maximale journalière de temps de retour 10 ans ;
A : coefficient d’abattement de la pluie décennale ponctuelle ;
S : Superficie du bassin versant, qui est estimée à 17,43 Km² ;
Tb : temps de base de la crue ;
 Calcul du coefficient d'abattement A.
Il se détermine à partir de l'équation simplifiée de VUILLAUME (1974) comme suit :
𝑨 = 𝟏 − (𝟗 ∗ 𝒍𝒐𝒈(𝒓) − 𝟎, 𝟎𝟒𝟐 ∗ 𝑷𝒂𝒏 + 𝟏𝟓𝟐) ∗ 𝟏𝟎−𝟑 ∗ 𝒍𝒐𝒈(𝑺)
Avec :
S : superficie du bassin versant en km2 (17,42 m2)
Pan : hauteur moyenne de précipitation annuelle en mm (533,79 mm)
r : période de retour considérée (r = 10 ans pour la fréquence décennale).
𝑨 = 𝟏 − (𝟗 ∗ 𝒍𝒐𝒈(𝟏𝟎) − 𝟎, 𝟎𝟒𝟐 ∗ 𝟓𝟑𝟑, 𝟕𝟗 + 𝟏𝟓𝟐) ∗ 𝟏𝟎−𝟑 ∗ 𝒍𝒐𝒈(𝟏𝟕, 𝟒𝟑)
𝑨 = 𝟎, 𝟖𝟐𝟕𝟗
 Détermination de la pluie maximale décennale humide
La pluie maximale décennale est celle ayant la probabilité d’être dépassée une fois tous les 10
ans, d’où une fréquence au dépassement de 1⁄10. Sa fréquence au non dépassement est 𝐹𝑛𝑑 =
9⁄10 et la variable centrée réduite correspondante est 𝑢 = −ln(− ln(𝐹𝑛𝑑 ))

La pluie maximale décennale peut être obtenue par l’équation de la droite de tendance ;

𝑃10 = 0,2725𝑥 2 + 14,74 𝑥 + 48,374

𝑃10 = 0,2725𝑥 2 + 14,74 𝑥 + 48,374

𝑃10 = 72,82 𝑚𝑚

 Calcul du temps de base.


o P10 : Pluie journalière décennale, P10 = 72,82 mm ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

74
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

o α10: Coefficient de pointe de la crue décennale, α10 = 2.6 ;


o S : Superficie du bassin versant, S = 17,43 km² ;
o Tb10 : temps de base. Il sera déterminé par la formule : 𝑇𝑏10 = 𝑎 ∗ 𝑆 0.36 + 𝑏 ;
Les paramètres a et b varient en fonction de la pente :

Paramètres Ig =7 m/km Ig = 10 m/km

a 163 95

b 142 80

Tb10 (minutes) 598,094 345,52

Par interpolation, on trouve pour

𝐼𝑔 = 5,13 𝑚⁄𝑘𝑚, 𝑇𝑏10 = 307,75 min 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑇𝑏10 = 5ℎ7 min 45𝑠
 Correction du temps de base à partir de la check-list 3a2a :
Pour une surface inondable de 5%, le coefficient de majoration du temps de base est x = 50% ;
donc pour une surface inondable de 6%, on aura x = 6*50/5 = 60%. Ainsi le temps de base
corrigé est :

𝑇𝑏10 = (1 + 0,60) ∗ 𝑇𝑏

𝑻𝒃𝟏𝟎 = 𝟒𝟗𝟐, 𝟒𝟔 𝒎𝒊𝒏 = 𝟖, 𝟐𝟏𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆𝒔
Temps de montée 𝑇𝑚

𝑇𝑚 = 0,33 ∗ 𝑇𝑏10

𝑇𝑚 = 162,51 𝑚𝑖𝑛

 Calcul de 𝐾𝑟10: Coefficient de ruissellement décennal :

𝑎′
𝐾𝑟70 𝑜𝑢 𝐾𝑟100 = + 𝑐′
𝑆 + 𝑏′
Calcul de Kr70

Pente a’ b’ c’ Kr70

15 250 20 21.7 28,38

7 200 20 18.5 23,84

5,13 Par interpolation, on trouve 13,59

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

75
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

On retient donc𝑲𝒓𝟕𝟎 = 𝟏𝟑, 𝟓𝟗%

Calcul de Kr100
Pente a’ b’ c’ Kr100

15 325 30 26 32,85

7 240 30 22 27,06

5,13 Par interpolation, on trouve 15,53

On retient donc𝑲𝒓𝟏𝟎𝟎 = 𝟏𝟓, 𝟓𝟑 %

 Valeur de Kr10 pour une pente de 5,13 %

𝐾𝑟70 : 𝐾𝑟10 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑃10 = 70 𝑚𝑚 → 13,59 %

𝐾𝑟10 : 𝐾𝑟10 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑃10 = 95 𝑚𝑚 → 𝑥 %

𝐾𝑟100 : 𝐾𝑟10 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑃10 = 100 𝑚𝑚 → 15,53 %

Kr70 : Kr10 pour P10 = 70 mm 20.0657%

Kr100 :Kr10 pour P10 = 100 mm 23.86%

Kr10 :Kr10 pour P10 = 95 mm X%


(15,53 % − 13,59 %)
𝐾𝑟10 = 13,59 % + ∗ (95 − 70)
(100 − 70)

𝑲𝒓𝟏𝟎 = 𝟏𝟓, 𝟐𝟎𝟗𝟑 %


Correction de Kr10 selon la check-list 3a4a

% de terres cultivées Taux de majoration (%)

40 20

60 50

80 80 (par extrapolation)

 Correction de Kr10 à partir de la check-list 3a4a : la valeur de Kr10 à retenir est :


𝐾𝑟10 = 15,2093 % ∗ 0,80 ; 𝐾𝑟10 = 𝟏𝟐, 𝟏𝟔𝟕𝟓 %
Surface non inondable du bassin : 𝑆 ′ = (1 − 0,06) ∗ 𝑆

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

76
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

AN: 𝑆 ′ = 16,3942 𝐾𝑚2


Ainsi, on a

0.8279 ∗ 0.07282 ∗ 0.121675 ∗ 2.6 ∗ 16,3942 ∗ 106


𝑄10 = 1.03 ∗
𝟒𝟗𝟐, 𝟒𝟔 ∗ 60
𝑸𝟏𝟎 = 𝟏𝟎, 𝟖𝟗𝟗𝟓 𝒎𝟑 /𝒔

S’ (km²) A 𝑃10 (mm) 𝐾𝑟10 (%) 𝜶𝟏𝟎 𝑇10 (min) 𝑸𝟏𝟎 (m3/s)

17,43 𝟎. 𝟖𝟐𝟕𝟗 73,82 12,1675 2.6 492,46 10,8995

a) Détermination de la crue décennale par la méthode CIEH.


C’est une méthode statistique avec plusieurs variantes, fonction de l’appartenance du bassin à
un découpage climatique, une position géographique, un découpage pour un pays ou un
groupe de pays. Les données de base nécessaires à l’application de cette méthode sont les
suivantes :
S : Superficie du bassin versant
Pan : Pluie annuelle moyenne
Ig : Indice global de pente
Kr : Coefficient de ruissellement
Le débit décennal en m³/s est donné par la formule suivante :

𝑄10 = 𝑎 ∗ 𝑆 𝑏 ∗ 𝐼𝑔 ∗ 𝐾𝑟𝑑 ∗ 𝑃𝑎𝑛


𝑒
… … ..

Avec a, b, c, d et e des coefficients d’ajustement déterminés par régressions multiples.

On utilisera alors six (06) formules de régressions les plus susceptibles d’approcher la crue
décennale en fonction des paramètres les plus représentatifs que sont𝑆, 𝐼𝑔 et 𝐾𝑟10. Elles
présentent un nombre d’échantillons et un coefficient de corrélation élevés.

 Équation N°11 : Découpage par zone Pan < 1000 mm en fonction de S et𝐾𝑟10.

𝑸𝟏𝟎 = 𝟎, 𝟒𝟏𝟎 ∗ 𝑺𝟎,𝟓𝟎 ∗ 𝑲𝟎,𝟗𝟓𝟐


𝒓𝟏𝟎

 Équation N°12 : Découpage par zone Pan < 1000 mm en fonction de 𝑆, 𝐼𝑔 et 𝐾𝑟10.

𝑸𝟏𝟎 = 𝟎, 𝟎𝟗𝟓 ∗ 𝑺𝟎,𝟔𝟒𝟑 ∗ 𝑰𝟎,𝟒𝟎𝟔


𝒈 ∗ 𝑲𝟏,𝟎𝟑𝟖
𝒓𝟏𝟎
 Équation N° 25 : Découpage par pays ou groupe de pays en fonction de 𝑆, 𝐼𝑔 et 𝐾𝑟10
𝑸𝟏𝟎 = 𝟏, 𝟒𝟏𝟎 ∗ 𝑺𝟎,𝟓𝟒𝟐 ∗ 𝑲𝟎,𝟓𝟏𝟏
𝒓𝟏𝟎

 Équation N°27 : Découpage par pays ou groupe de pays en fonction de 𝑆, 𝐼𝑔 et 𝐾𝑟10

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

77
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝑸𝟏𝟎 = 𝟎, 𝟓𝟔𝟎 ∗ 𝑺𝟎,𝟔𝟏𝟗 ∗ 𝑰𝟎,𝟐𝟕𝟗


𝒈 ∗ 𝑲𝟎,𝟓𝟏𝟎
𝒓𝟏𝟎

Le calcul donne :

Valeur Valeurs de 𝑄10en m3/s par les équations 𝑄10 (m3/s)


retenu
Paramètres N°11 N°12 N°25 N°27

S (km²) 17,43

𝐼𝑔𝑐𝑜𝑟𝑟 (m /km) 3,99 18,47 24,98 23,80 17,29 24,98

𝑲𝒓𝟏𝟎 (%) 12,1675

Des débits calculés par les différentes formules, nous retiendrons pour la méthode CIEH, le
débit maximum Q10= 24,98 m3/s.
 Correction du débit à partir de la check-list 3a2a :
Pour une surface inondable de 5%, le coefficient de majoration du temps de base est y = 30% ;
donc pour une surface inondable de 6%, on aura y = 6*30/5 = 36%.

Ainsi le débit corrigé est : 𝑄10 = (1 − 0,36) ∗ 𝑄10
′ 𝟑
AN: 𝐐𝟏𝟎 = 𝟏𝟓, 𝟗𝟖𝟗𝟗𝐦 /𝐬

Récapitulatif :

Méthode ORSTOM Méthode CIEH Valeur à retenir

Q10 (m3/s) 10,8995 𝟏𝟓, 𝟗𝟖𝟗𝟗 𝟏𝟓, 𝟗𝟖𝟗𝟗

b) Détermination de la crue de projet centennale Q100.


Pour passer du débit décennal au débit de la crue centennale, on utilise la méthode du Gradex.
𝑄100 = 𝐶 ∗ 𝑄10
𝑇
(𝑃100 − 𝑃10) ( 𝑏⁄24)0.12
𝐶 = 1+ ∗
𝑃10 𝐾𝑟10

𝑸𝟏𝟎𝟎 = 𝟐𝟐, 𝟎𝟔𝟔 𝒎𝟑 /𝒔

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

78
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

La détermination des différents débits par les deux (02) méthodes n’étant pas très fiables car
tâchées d’erreurs, nous adopterons le débit de crue cinquantennale (obtenu par interpolation
entre Q10 et Q100).

c) Passage de 𝑄100 à 𝑄50

𝑄100 = 15,9899 → 10 𝑎𝑛𝑠 Par interpolation on a :

𝑄50 = 𝑥 → 50 𝑎𝑛𝑠 15,9899 − 22,066 15,9899 − 𝑥


=
10 − 100 10 − 50
𝑄100 = 22,066 → 100 𝑎𝑛𝑠
𝑸𝟓𝟎 = 𝒙 = 𝟏𝟖, 𝟔𝟗 𝒎𝟑 /𝒔

d) Détermination de la pluie maximale décennale humide


La pluie maximale décennale est celle ayant la probabilité d’être dépassée une fois tous les 10
ans, d’où une fréquence au dépassement de 1⁄10. Sa fréquence au non dépassement est 𝐹𝑛𝑑 =
9⁄10 et la variable centrée réduite correspondante est 𝑢 = −ln(− ln(𝐹𝑛𝑑 )).
La pluie maximale décennale peut être obtenue par l’équation de la droite de tendance :
𝑃10 = 0,2725𝑥 2 + 14,74 𝑥 + 48,374 = 72,82 𝑚𝑚

Ajustement par la loi de GUMBEL


180
y = 0,2725x2 + 14,741x + 48,374
160
R² = 0,9996
140

120

100

80

60

40

20

0
-3,00 -2,00 -1,00 0,00 1,00 2,00 3,00 4,00 5,00 6,00 7,00 8,00

borne inf nuage de points borne sup


Puissance (borne inf) Log. (borne inf) Log. (borne inf)
Poly. (borne inf) Linéaire (nuage de points) Poly. (borne sup)

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

79
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Ajustement par la loi normale de GAUSS


1400
y = 143,04x + 769,95
1200 R² = 0,9839

1000

800

600

400

200

0
-3 -2 -1 0 1 2 3
Valeurs observées borne inférieure borne supérieure
Linéaire (Valeurs observées) Poly. (borne inférieure) Poly. (borne supérieure)

Figure 12 : Statistiques des données pluviométriques journalières et annuelles de Niamey.

A. Estimation des besoins en eau du périmètre.

octobre Nov. Dec. Jan. Fev. mars avril mai juin juillet aout Sept.
Besoin riz par
0 0 195833,5 195833,5 195833,5 195833,5 195833,5 195833,5 129500 129500 129500 0
hectare
Besoin
maraîchage 0 56250 56250 56250 56250 56250 56250 0 0 0 0 0
par hectare
Total besoin
mensuel 5098,5 61348,5 262320 270371 270371 270371 270371 206030 129500 129500 129500 5098,5
Besoin riz par
hectare 0 0 4166,5 4166,5 4166,5 4166,5 4166,5 4166,5 1750 1750 1750 0
Besoin
maraîchage
par hectare 0 2083,5 2083,5 2083,5 2083,5 2083,5 2083,5 0 0 0 0 0

Soit un total de 2 004 781 m3 d’eau à prélever dans le fleuve durant une année de culture si
les 37 ha de de cultures sont toutes mises en valeur. La section de 1x0,8x0,80 du dalot de
l’ouvrage de prise est suffisant.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

80
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Annexes 4 : Propositions de la réhabilitation de la digue

I- Consistance des travaux.


1.1. Caractéristiques de la digue.

Tableau 20 : Caractéristiques de la digue

CARACTERISTIQUES TRONÇON 1

Localisation et  P17 au P132, Longueur: 2185,10 ml; extension


description du tronçon  P132 au P207, longueur: 1762,72 ml réhabilitation ancienne digue
Longueur totale (m) 3 947, 82 m
Hauteur (m) 0à 4m
Cote de la crête (m) Du P17 à la côte 183,78 au P207 à la côte 183,33
Largeur en crête (m) 4,00 m
Pente talus amont 1V/2H
Pente talus aval 1V/2H
Ep. Couronnement
20 cm
latéritique
Pente longitudinale 0,093 %o

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

81
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

1.2.Consistance des travaux. (cadre de devis quantitatif et estimatif)

Tableau 21: Devis estimatif des travaux

Réf Désignation des travaux Unités Prix unitaires Quantités Montant Total

Série
Installation du chantier/dossier d'exécution
100
101 Installation et repli de chantier U 50 000 000 1,00 50 000 000
102 Etablissement des dossiers d'exécution et de récolement U 10 000 000 1,00 10 000 000
Sous total 100 60 000 000
Série
TERRASSEMENTS
200
201 Débroussaillage et décapage sur 20ml de large m2 300 51 500,00 15 450 000
202 Déblais en masse aux engins m3 3 000 4 392,32 13 176 960
205 Remblai argileux pour digue et tranchée d'ancrage m3 4 000 85 453,00 341 812 000
207 Remblais latéritiques couronnement digue ép.= 20cm m3 6 000 3 095,00 18 570 000
208 Rampe en remblais latéritiques pour voie d'accès U 2 000 000 5,00 10 000 000
210 Fossé de garde (évacuation des eaux de ruissellement) ml 5 000 900,00 4 500 000
Sous total 200 403 508 960
Série
GENIE CIVIL
300
Dallettes en béton armé dosé à 350 Kg/m3 y compris joint
301/C1 m2 11 500 21 669,91 249 203 965
et toute sujétion pour protection talus amont de la digue
Dallettes en béton armé dosé à 350 Kg/m3 y compris joint
301/C2 m2 11 500 21 947,91 252 400 965
et toute sujétion pour protection talus aval de la digue
Réalisation d'ouvrages de prises à 2 vannes de 80/100 y
301/d U 5 000 000 1,00 5 000 000
compris toute sujétion
Réalisation d'ouvrages de vidange munis de clapets anti-
301/e U 10 000 000 9,00 90 000 000
retour de Ø 800 mm y compris toute sujétion
301/h Béton cyclopéen pour ancrage d'appui des dallettes m3 110 000 2 960,87 325 695 150
303 Revêtement en perré maçonné au droit des ouvrages m2 20 000 150,00 3 000 000
309 Fourniture et pose d'une plaque de signalisation U 50 000 1,00 50 000
Sous total 300 925 350 080
GENERAL MARCHE INITIAL 1 388 859 040

TRAVAUX DE CONFORTATION
Série
400
TRAVAUX NEUFS
401 F& P géotextile sous dallette amont m2 8 000 23 643,82 189 150 560
402 Couche de pose de 15cm en sable sous dallette amont m3 5 000 1 083,50 5 417 478
403 F& P géotextile sous dallette aval m2 8 000 23 921,82 191 374 560
404 Couche de pose de 15cm en sable sous dallette aval m3 5 000 1 097,40 5 486 978

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

82
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Réf Désignation des travaux Unités Prix unitaires Quantités Montant Total

405 Plus-value de transport pour matériaux argileux m3xKm 500 222 446,40 111 223 200
Sous total 400 502 652 775
SOUS TOTAL TRAVAUX DE CONFORTATION
TOTAL GENERAL HT HD 1 891 511 815
TVA 19ù 95 504 027
TOTAL GENERAL TTC 1 987 015 842

Le marché en diagramme

Installation et
repli du chantier
21% 3% 17%
Terrassement

Génie Civil
59%

Travaux
confortatifs

Figure 13 : Marché en diagramme

1.3. Proposition de réhabilitation (méthodologie).

La réhabilitation de la digue de Goudel sous-entend d’une part, la confortation et le


rehaussement de l’ancienne digue et d’autre part, l’extension d’une nouvelle digue de fermeture
vers les quartiers Gabougoura et Losso Goungou de 2 492,20 ml. Après le nettoyage des talus
et le décapage de la crête de l’ancienne digue, la reconfortation consiste à l’exécution d’un
écran argileux en amont et aval pour protéger l’ancienne digue qui devient un noyau. Le remblai
s’effectue en redans avec des marches de 3,5 m de long au minimum et de 1 m de hauteur afin
d’exécuter 4 couches de remblai de 0,25 m par marche.

Le réhaussement est la suite logique de la fin du remblai en redans (recouvrement total de


l’ancienne digue). Il consiste à la poursuite du remblai depuis la côte décapée de la crête de
l’ancienne digue jusqu’à la côte de la crête de la digue à réhabiliter diminuée de l’épaisseur de
la couche de couronnement.

Sur la base de l’analyse des résultats du diagnostic et de la consultation du public, deux (2)
options de conception sont proposées pour ce tronçon.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

83
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Tableau 22: Présentation des options de travaux pour la digue de Goudel.

OPTIONS 1 OPTIONS 2

Confortation et rehaussement de 2 115,6 ml Confortation et rehaussement de 1 632 ml


de l’ancienne digue de l’ancienne digue

Réalisation de 774,8 ml de nouvelle digue Réalisation de 2492,20 ml de nouvelle digue


(fermeture) (fermeture)

Fourniture et mise en place d’un ouvrage à Fourniture et mise en place de trois (3)
clapet anti-retour ouvrages à clapet anti-retour

Réalisation de trois (3) rampes d’accès Réalisation de cinq (5) rampes d’accès

Réalisation de 600 ml fossé de garde Réalisation de 900 ml de fossé de garde

Réalisation d’une (1) prise sur le chenal

C’est au cours des études de réhabilitation de l’ancienne digue qu’il s’est avéré nécessaire de
la prolonger vers Gabougoura pour protéger habitations et le périmètre agricole

 Critères de conception des digues


La conception d’une digue devra répondre aux sept (7) critères suivants :
1. La digue devra être sécurisée contre les surverses vis-à-vis des crues par
l’aménagement d’un évacuateur de crues de capacité suffisante. A cet aspect
devra s’ajouter celui de la possibilité de vidange.
2. Les pentes des talus devront être stables pendant la construction, pendant la
mise en eau et la mise en exploitation de l’ouvrage, ainsi que dans le cas de
vidange rapide.
3. La digue devra être conçue de manière à ne pas imposer des pressions
excessives à la fondation (capacité portante du sol de fondation).
4. Les infiltrations à travers la digue et le sol de fondation doivent être limitées et
contrôlées de façon à éviter les risques de renard.
5. La digue doit être sécurisée vis-à-vis de l’effet des vagues.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

84
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

6. Le talus amont doit être protégé contre le batillage (pompage des matériaux par
l’action des vagues), la crête et le talus aval contre l’érosion du au vent et au
ruissellement des eaux de pluies.
7. Si le barrage est dans une région sujette à des séismes, sa conception sera tel
que le séisme le plus sévère, raisonnablement prévisible, n’endommage pas la
fonction de la structure.
La digue de Goudel étant une digue de protection et non une digue de retenue, les critères (1)
et (7) ainsi que ceux de rentabilité avec la plus grande valeur possible de (Vol retenue / Coût
ouvrage) ne seront pas pris en compte. De même, le choix du site du barrage est imposé par
l’objet qu’on veut protéger.
 Analyse de la stabilité de la digue

L’analyse de stabilité d’un barrage en remblai peut se décomposer en deux parties :


 la détermination des actions auxquelles est soumis l’ouvrage ;
 l’analyse des combinaisons de ces actions, combinaisons dont on retient les
plus défavorables vis-à-vis du mécanisme de rupture envisagé.

1.4. Protection des parements amont et aval par des dallettes

 Dimensionnement du parement.
L'épaisseur de la couche peut être calculée comme suit :
𝑒 = 𝑐 ∗ 𝑉2
hv = hauteur de la vague en (m) = 0,35 m
V = vitesse de propagation de la vague (m).
c = coefficient qui dépend de la pente et du poids volumique des grains solides (poids
spécifique, Gs) de la roche
L’épaisseur e=0,0911 m soit e = 8 cm. Les parements sont des dallettes (50 cm x 50 cm) en
béton armé soutenu à l’extrémité inférieure par une butée en gros béton.
𝜌 ∗ ℎ3
𝑃= = 0,05066 𝑡𝑜𝑛𝑛𝑒𝑠
𝑘𝑝 ∗ 𝑐𝑜𝑡𝑎𝑛𝛼 ∗ (𝑑 − 1)3
P = poids unitaire de la moitié des enrochements
𝜌 = masse volumique des enrochements
d = densité des enrochements par rapport à l’eau
cotan(a) = fruit de talus
Kp = coefficient de dégât (peut être pris égal à 5)
h = hauteur des vagues
L’épaisseur minimale de l’enrochement est évalué à :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

85
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

e = 1,5 D50.

 Dimensionnement des dallettes.

Dallettes en BA pour la protection du parement amont et aval


Hypothèse de calcul : section d’aciers = 0,2 à 0,5% de la section du béton (𝐴𝑠 = 0,20% ∗ 𝐴𝑏 )
Section d’acier : soit des aciers ∅10 de section
𝐴𝑠 = 0,20% ∗ 𝐴𝑏
𝐴𝑏 = 50 ∗ 50 = 2 500 𝑐𝑚2
6∅10 = 4,71 𝑐𝑚2 ≅ 5 𝑐𝑚2
Conclusion : Acier par dallettes : 𝟔∅𝟏𝟎

II- Conception des ouvrages annexes

1. Fonctionnement des ouvrages

Afin de déterminer les dimensions de petits ouvrages hydrauliques, il convient de connaître


les conditions dans lesquelles ils fonctionneront et les diverses formes que prendre
l’écoulement à travers ces ouvrages « Hydraulique routière, de N. V. TUU »
Nos ouvrages auront essentiellement deux types de fonctionnement :
 La sortie noyée.
Le niveau de l’eau à l’exutoire immédiat de l’ouvrage dépasse le bord supérieur de l’ouvrage.
C’est notre cas quand l’ouvrage est situé en zone inondable ou à la confluence du fleuve
Niger pendant les périodes de crues.
L’écoulement des eaux se fera par surélévation du niveau amont à l’arrivée d’une crue du côté
des habitations qui ouvrira les clapets et on observera un écoulement en charge.
 La sortie libre ou dénoyée.
Le niveau de l’eau à l’exutoire immédiat de l’ouvrage est en dessous du bord supérieur de
l’ouvrage.
Le type d’écoulement dans ce cas de sortie aval libre dépend alors du niveau amont :
𝐻1
 Le niveau amont est tel que > 1,25
𝐷
(D étant le diamètre de la conduite, de la buse ou la hauteur du dalot)
L’écoulement de l’eau dans l’ouvrage peut se faire à surface libre ou à pleine section suivant
la longueur de l’ouvrage, après une forte contraction à l’entrée amont semblable au passage
d’une vanne de fond. Dans le cas de notre projet, ce phénomène s’observera dans les heures
ou minutes qui suivront l’ouverture des clapets : le pendant la crue du fleuve, le clapet sera
fermé emprisonnant l’eau en amont des ouvrages. A l’amorce de la décrue jusqu’à une
certaine côte, le clapet s’ouvre par la poussée de la charge d’eau en amont. On peut appeler ce
type d’écoulement, un écoulement avec section de contrôle amont.
𝐻
 Le niveau amont est tel que 𝐷1 ≤ 1,25

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

86
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Lorsque l’écoulement dans l’ouvrage se poursuit et le niveau en amont baisse, on arrivera à


un niveau où 𝐻1 ≤ 1,25 ∗ 𝐷. A ce moment, l’écoulement deviendra à surface libre. En
fonction du niveau de l’eau dans le fleuve, la cuvette se videra complètement ou non.
𝐻
NB. : Ce seuil de 𝐷1 où il y aura changement de forme d’écoulement est relativement peu
précis (entre 1,25 et 1,50 selon les auteurs) du fait de la non-symétrie des conditions d’entrée
et de l’ouvrage «Hydraulique routière, de N. V. TUU ».

2. Ouvrage de prise d’eau.

L’ouvrage de prise fait office d’ouvrage de franchissement des eaux d’irrigation de


l’aménagement agricole de Goudel. Il est localisé au P125 dans le canal primaire. Il se compose
des ouvrages suivants:
- un bac de réception en amont en béton armé muni de deux murs en aile de 1,50 m de
haut, protégé par une grille à mailles serrées en fer D10. La côte d’entrée de l’eau dans
ce bac est celle du radier de l’ouvrage ;
- une conduite en fonte ∅800 enrobée dans un massif de 20 cm de béton dosé à 300
kg/m3, en pente longitudinale de 1‰ ;
- un bac de réception en aval en béton armé de 350 kg/m3, muni de deux murs en aile de
1,50 m de haut, protégé par une grille à mailles serrées en fer D10 et logeant le
dispositif du clapet.
Afin d’améliorer les conditions d’entrée de l’eau dans l’ouvrage, nous optons pour un dalot
avec mur incliné de 45º.
Il existe 3 principaux types d’ouvrages de prise d’eau :
- Par tuyau (buse à travers la digue),
- Par gouttière
- Par canal
Une des exigences est qu’elle soit équipée d’une grille fixe au vide de maille inférieur ou égal
à 1 cm de diamètre

3. Ouvrage à clapet anti retour

Le calcul de la crue cinquantenaire donne𝑸𝟓𝟎 ≈ 𝟏𝟖, 𝟔𝟗 𝒎𝟑 /𝒔. Le choix du diamètre de conduite


nous a été imposé une contrainte majeure : le diamètre du clapet sur le marché. Le diamètre
disponible est du ∅𝟖𝟎 et compte tenu de l’urgence des travaux, nous l’avons adopté.

Calcul du débit capable :

Soit D = diamètre de la conduite, 𝐷 = 80 𝑐𝑚 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑏𝑢𝑠𝑒 ∅800


Y = hauteur du liquide dans la buse, soit 𝑌 = 80 𝑐𝑚 on a adopté une revanche de 20 cm
Ɵ = angle intérieur (en radian) que fait le liquide avec les deux bords des parois de la buse

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

87
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

2𝑦 2 ∗ 60
Ɵ = 2 arccos (1 −
) = 2 arccos (1 − ) = 4,19 𝑟𝑑
𝐷 80
𝐷 Ɵ − sinƟ 0,8 4,190 − sin(4,190)
𝑅𝐻 = ∗ = ∗ = 0,2414 𝑚
4 Ɵ 4 4,190
2 1
𝑄 = 𝐾 ∗ 𝑆 ∗ 𝑅3 ∗ 𝑖 2
𝜋 ∗ 𝐷2 2 1
𝑄 = 67 ∗ ∗ 0,24143 ∗ 0,052
4

𝑄 = 1,685 𝑚3 /𝑠
Le débit capable calculé par la méthode ORSTOM donne un débit cinquantenaire 𝑄50 =
18,69 𝑚3 m3/s soit 3𝑥3 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒𝑠 𝑑𝑒 ∅80 𝑒𝑡 𝑢𝑛 𝑑𝑎𝑙𝑜𝑡 𝑒𝑥𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑒 2𝑥1,00𝑥0,80
 Conditions aux limites
0,5 𝑚/𝑠 ≤ 𝑉 ≤ 3,5 𝑚/𝑠
Vérification :
Avec les dimensions retenues, le débit de dimensionnement sera :
𝟐 𝟏
𝑸𝒅𝒊𝒎𝒆𝒏𝒔𝒊𝒐𝒏𝒏𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 = 𝑽 ∗ 2𝑺 ↔ 𝑽 =1𝑲 ∗ 𝑹𝟑 ∗ 𝒊𝟐
𝑉 = 67 ∗ 0,2433 ∗ 0,0052
𝑽 = 𝟏, 𝟏𝟐𝟗𝟔𝟒𝟔𝟗 𝒎𝟑 /𝒔
Le débit limite d’érosion est :
𝑸𝒆𝒓 = 𝑺 ∗ 𝑽𝒎𝒂𝒙 = 𝑩 ∗ 𝒚 ∗ 𝑽𝒎𝒂𝒙
𝝅𝑫𝟐
𝑸𝒆𝒓 = 𝟒 ∗ 𝟑, 𝟓
𝑸é𝒓 = 𝟏, 𝟕𝟓𝟖𝟒 𝒎𝟑 /𝒔
Conclusion
𝑽𝒎𝒂𝒙 > 𝑉
𝑸𝒍𝒆 > 𝑸𝒄
Il n’y aura pas d’érosion ni d’engorgement, les sections choisies peuvent être considérées
définitivement

Le débit de dimensionnement ou le débit capable est supérieur au débit ruisselé de même, les
conditions de limites sont vérifiées : Buses de ∅80 adoptées

On a dénombré dans la zone d’extension, trois zones de passages d’eau aux profils P52 ; P67
et P84 soit3 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒𝑠 ∅80 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑐ℎ𝑎𝑞𝑢𝑒 𝑝𝑟𝑜𝑓𝑖𝑙, ce qui donne un débit total de 3 ∗ 3 ∗
1,685 = 15 𝑚3 et le reste, les 4 𝑚3 sera évacué par un ouvrage existant de 2x1,50x1,00 en bon
état situé dans la zone de réhabilitation.

Notons que les ouvrages sont reliés entre eux par un fossé de garde en leur amont.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

88
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Il reste à calculer la surélévation ∆𝐻 du niveau amont pour vérifier si elle est compatible avec
la géométrie du projet au droit du franchissement. « Sources : Hydraulique routière, Nguyen VAN
TUU »
La formule générale applicable dans le cas des ouvrages fonctionnant avec sortie noyée :
𝑄2 2∗𝑔∗𝐿
∆𝐻 = 2
∗ (𝐾𝑒 + 4/3
+ 1)
2∗𝑔∗𝐴 𝐾 2 ∗ 𝑅𝐻
𝐷2 𝐷
Pour les buses circulaires, 𝐴 = 𝜋 ∗ et 𝑅𝐻 = ; ce qui donne :
4 4
2
𝑄 4/3
2∗𝑔∗𝐿
∆𝐻 = ∗ (𝐾𝑒 + 4 ∗ + 1)
2 ∗ 𝑔 ∗ 𝐴2 𝐾 2 ∗ 𝐷 4/3

En prenant 𝑔 = 9,8 𝑚⁄𝑠𝑒𝑐 2 et 𝐾 = 67 (conduite en fonte revêtue intérieurement),

𝐾𝑒 = 0,2, Perte de charge à l’entrée des ouvrages, avec mur de tête et mur en aile

𝑄2 𝐿
∆𝐻 = 0,083 ∗ 4
∗ (𝐾𝑒 + 0,028 ∗ 4/3 + 1)
𝐷 𝐷
𝐷
𝐿 = 𝑏 + 2 ∗ 𝑝𝑒𝑛𝑡𝑒 ∗ (∆ℎ − )
2
Localisation Hauteur Largeur Surélévation de
de l’ouvrage l’eau en amont ∆𝐻
Remblai H ouvrage l Observations

P52 3,11 14,34 1,00

P67 4,10 18,30 1,09

P84 2,85 13,30 0,98

Interprétation: De toutes les façons, cette surélévation n’est que théorique. Lorsque la cuvette
se remplit et au même moment, il n’y a pas de décrue au niveau du fleuve, la côte de l’eau
continuera toujours par monter. La côte alerte sera atteinte et l’alarme se déclenchera. D’où la
nécessité de protéger la digue contre une éventuelle submersion de la digue à partir de
l’amont.
Dans le cas d’une sortie libre, le type d’écoulement dépend de la profondeur d’eau H1en
amont de l’ouvrage. Il se fait à surface libre très souvent. Pour assurer une bonne des débits
admis à l’entrée de l’ouvrage, il faut que le régime soit torrentiel (pente longitudinale de
l’ouvrage soit supérieure ou égal à la pente critique) Il faut également limiter la vitesse
𝑄
maximale à 3 m/s, mais l’écoulement ne se faisant plus à surface pleine, sa formule 𝑉 = 𝑆
n’est plus valable.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

89
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

La formule de la pente critique en général se présente comme suit :


𝑔∗𝑆
𝐼𝑐 = 4/3
𝐾 2 ∗ 𝑅𝐻 ∗ 𝐵
Pour une bue buse circulaire, si R est le rayon de la buse, on a alors les paramètres suivants :
1
𝑆 = 𝑅 2 ∗ 𝜃 − 2 ∗ 𝑅 2 ∗ 𝑠𝑖𝑛2𝜃
𝑃 = 2∗𝑅∗𝜃
𝑅 𝑠𝑖𝑛2𝜃
𝑅𝐻 = 2 ∗ (1 − )
2𝜃
𝑃 = 2 ∗ 𝑅 ∗ 𝑠𝑖𝑛𝜃
𝑦
𝑃 = 2 ∗ 𝑎𝑟𝑐 𝑠𝑖𝑛√𝑅 ∗
2
Substituant ces relations dans les expressions de I et Qc, il vient :
𝐼𝑐 22/3 ∗ 𝜃 4/3
𝐼𝑐∗ = 𝑔 =
𝑅1/3 ∗ 2 (𝑠𝑖𝑛𝜃) ∗ (2 ∗ 𝜃 − 𝑠𝑖𝑛2𝜃)1/3
𝐾


𝑄 (2 ∗ 𝜃 − 𝑠𝑖𝑛2𝜃)3/2
𝑄 = =
√𝑔 ∗ 𝑅 5 4 ∗ (𝑠𝑖𝑛2𝜃)1/2
Connaissant le débit Q et le diamètre D, donc le rayon, on calcule :
𝑄
𝑄∗ =
√𝑔 ∗ 𝑅 5
Dans l’abaque, on tire la valeur de :
𝐼𝑐
𝐼𝑐∗ = 𝑔
𝑅1/3 ∗ 𝐾2
Buses métalliques, K= 37 et buses en béton, K= 67
1,685
𝑄∗ = = 0,94
√9,8 ∗ 0,85
Pour𝑄 ∗ = 0,94, 𝐼𝑐∗ = 1,85% soit 𝐼𝑐∗ = 2%

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

90
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Annexes 5 : Etudes structurelles des ouvrages

1. Notes de calcul du dalot de l’ouvrage de prise d’eau.

Nous nous proposons de présenter les différentes étapes de calcul pour le dimensionnement du dalot de
section 0,80 m x 0,80 m surmonté d’un remblai épais de 4,30 m. Le dalot ne peut en général admettre
qu’une faible épaisseur de remblai (de l’ordre d’un à deux mètres), sauf les cas d’aménagement spéciaux
et à moins d’être calculés pour des surcharges.
Afin d’améliorer les conditions d’entrée de l’eau dans l’ouvrage, nous optons pour un dalot avec mur
incliné de 45º.

1.1. Normes et règlements de calcul

Les actions à prendre en compte dans le calcul des caniveaux sont définies par les textes réglementaires
normatifs en particulier le titre 2 du fascicule 61 du cahier des prescriptions communes (CPC)
«Conception, calcul et épreuves des ouvrages d’arts ».
Les sollicitations sont déterminées à partir des expressions de KLEINLOGEL portant sur le «Formulaire
des cadres simples ».
Le calcul du ferraillage se fera suivant les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et
constructions en béton armé de la méthode des états limites dites règles B.A.E.L 91 modifié 99.
1.2. Caractéristiques des matériaux

Béton

Fissuration préjudiciable
Béton B25 de poids volumique = 𝟐, 𝟓 𝒕/𝒎𝟑
Résistance à la compression à 28 jours : 𝒇𝒄𝟐𝟖 = 𝟐𝟓 𝑴𝑷𝒂
Résistance à la traction à 28 jours : 𝒇𝒕𝟐𝟖 = 0,6 + 0,06 ∗ 𝑓c28 = 𝟐, 𝟏 𝐌𝐏𝐚
0,85.∗𝑓𝑐28 0,85∗ 25
La contrainte de compression à l’état limite du béton : 𝝈𝒃𝒄 = = = 𝟏𝟒, 𝟏𝟕 𝑴𝑷𝒂 avec
𝜃∗.𝛾𝑏 1∗ 1,5
𝛾𝑏 = 1,5
Contrainte limite de compression du béton : 𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28 = 0,6 × 25 = 𝟏𝟓 𝑴𝑷𝒂

L’enrobage : c = 3 cm, car la fissuration est préjudiciable (Ouvrage enterré) et B25 ; (ou c = 2 cm si
B40)

Acier

Nuance : acier Haute Adhérence Fe E 400


Limite d’élasticité 𝒇𝒆 = 𝟒𝟎𝟎 𝑴𝑷𝒂
𝑓
Contrainte de calcul de l’acier : 𝝈𝒔 = 𝑒⁄𝛾𝑠 = 𝟑𝟒𝟕, 𝟖𝟑 𝑴𝑷𝒂 avec 𝜸𝒔 = 𝟏, 𝟏𝟓
Contrainte de traction limite de l’acier :
2
𝜎𝑠 = 𝑚𝑖𝑛 { 𝑓𝑒 ; max(0,5𝑓𝑒 ; 110√𝜂. 𝑓𝑡28 )} = 𝟐𝟎𝟕, 𝟑𝟏 𝑴𝑷𝒂
3

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

91
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Avec 𝜂 = 1,6 pour les barres HA et les fils 𝐻𝐴∅ > 6 𝑚𝑚.

Caractéristiques du remblai

Le remblai d’accès est constitué de l’argile de poids spécifique de 21,00 kN/m3 et de coefficient de
poussée des terres k = 0,333.
Le dalot est surmonté de 4,30 m du même matériau compte tenu de la particularité de l’ouvrage.
Les surcharges de remblai : q = 10 kN/m2

1.3. Principe et méthode de calcul des sollicitations

NB : De manière générale, les études seront faites par bande d’un mètre de dalot (b = 1 m).

Pour le calcul des sollicitations dans les éléments de structure du cadre simple, nous considérerons les
différents cas de charges : sous actions permanentes d’une part, et sous surcharge d’exploitation d’autre
part. Pour chaque cas de charge, nous calculerons les moments fléchissant M aux appuis A, B, C, D ;
les moments en mi travée dans les éléments AB (piédroit gauche), BC (tablier), CD (piédroit droit), et
AD (radier) ; et les efforts normaux N dans les éléments AB (piédroit gauche), BC (tablier), CD (piédroit
droit), et AD (radier) désignés respectivement par N2, N3, N4et N1.

Les valeurs de sollicitation du moment fléchissant M et de l’effort normal N seront déterminées sur la
base d’un calcul en cadre simple à partir des formules provenant de l’ouvrage de KLEINLOGEL.

a. Données diverses.

La largeur roulable et la largeur chargeable sont égales(𝑳𝑹 = 𝑳𝒄 ).

b. Convention des signes

Les moments fléchissants sont positifs lorsqu’ils entrainent de la traction dans la partie interne du
cadre.

Pour l’effort normal, on conviendra de considérer qu’il y a compression s’il est positif et traction s’il
est négatif.

1.4. Calculs et sollicitations.


1.4.1. Récapitulatif des données.
 Dalot cadre simple, à une ouverture.
- Largeur nette de passage de l’eau : L = 0,80 m
- Hauteur nette de l’ouverture : H = 0,80 m
- Longueur du dalot : 3,50 m

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

92
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

 Schéma statique
Les distances utilisées pour le dimensionnement sont celles de la fibre moyenne ; l’épaisseur de tous
les éléments de la structure du dalot étant de 30 𝑐𝑚 ; le schéma statique de calcul du cadre simple ainsi
que les nouvelles dimensions sont :

Figure 14 : Schéma statique du dalot


Calcul des épaisseurs
L’épaisseur de la traverse supérieure, est calculable par la formule
𝑙
𝑒𝑡𝑠 = 32 + 0,125 (avec un minimum de 0,30 m).
𝑒𝑡𝑠 = 0,156 𝑚 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑒𝑡𝑠 = 0,30 𝑐𝑚
L’épaisseur des pieds droits et de la traverse inférieure 𝑒𝑡𝑖
Elles dépendent de la formation du sol de fondation. (voire abaque suivant)
Avec « ESOL » : «module de pseudo-élasticité » du sol


Figure 15 : Abaques de dimensionnement de dalot

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

93
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Les valeurs tirées d'essais en place ne sont pas représentatives, par conséquent nous adopterons les
valeurs indiquées dans le tableau ci-après, qui paraissent néanmoins suffisantes pour un
dimensionnement des épaisseurs.

Argile Limon Sable Grave Rocher

Sur consolidé ou très serré 80 70 180 300 Très peu 1600


fracturé
Normalement consolidé ou 55 50 150 170
normalement serré Normal 1000

Sous consolidé altéré et remanié ou 30 15 30 Très facturé 800


lâche
Très altéré 160

Dans notre cas, 𝐸𝑆𝑂𝐿 = 50 𝑀𝑃𝐴 d’où :

Parties d’ouvrages Epaisseurs : cm (ép.)


Piédroits 30
Traverse inferieure 30

Cependant dans notre cas l’ouvrage étant sous un remblai de 4,30m, un supplément d’efforts
est apporté à la structure.
Méthodologie de calcul : On estime au moyen des abaques de la figure 11, les valeurs qui seraient
suffisantes si le remblai n'existait pas, soit 𝑒𝑖0 . On majore ensuite chaque épaisseur selon la formule
approximative :

Avec :
𝐻 ∗ 𝑑2 𝑒𝑖 =épaisseur résultant de la lecture des abaques (0,30 cm)
𝑒𝑖 = 𝑒𝑖0 ∗ √1 + 𝐻 = hauteur du remblai (4,30 m)
200 ∗ 𝑒2𝑖0
𝑑 = ouverture de l’ouvrage (0,80 m)

𝑒𝑖 = 0,30356 𝑚 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑒 = 30 𝑐𝑚

Parties d’ouvrages Semelles Piédroits RG Piédroit RD Dalle couverture

Epaisseurs (cm) 30 30 30 30

D’axe à axe, les dimensions du cadre valent :


𝑙 = 𝐿 + 𝑒2 = 0,80 + 0,30 = 1,10 𝑚
𝒍 = 𝟏, 𝟏𝟎 𝒎
ℎ = 𝐻 + 𝑒1 = 0,80 + 0,30 = 1,10 𝑚
𝒉 = 𝟏, 𝟏𝟎 𝒎

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

94
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Calcul des moments d’inertie de chaque élément de structure du cadre.

𝑏 ∗ 𝑒13 0,80 ∗ 0,303


𝑱𝑨𝑫 = 𝑱𝑨𝑩 = 𝑱𝑩𝑪 = 𝑱𝑪𝑫 = = = 1,80 ∗ 𝟏𝟎−𝟑 𝒎𝟒
12 12

Définition et calcul des constantes


JBC
k1 = = 1,00
JAD
𝐉𝐁𝐂 𝐡
𝐤𝟐 = ∗ = 𝟏, 𝟎𝟎
𝐉𝐀𝐁 𝐥
𝐊 𝟏 = 𝟐 ∗ 𝐤 𝟐 + 𝟑 = 2 ∗ 1,0 + 3 = 𝟓, 𝟎𝟎

𝐊 𝟐 = 𝟑 ∗ 𝐤 𝟏 + 𝟐 ∗ 𝐤 𝟐 = 3 ∗ 1 + 2 ∗ 1,00 = 𝟓, 𝟎𝟎
𝐤𝟏 1
𝐊𝟑 = 𝟑 ∗ 𝐤𝟐 + 𝟏 − = 3 ∗ 1,00 + 1 − = 𝟑, 𝟖𝟎
𝟓 5
𝟔 6
𝐊 𝟒 = ∗ 𝐤 𝟏 + 𝟑 ∗ 𝐤 𝟐 = ∗ 1 + 3 ∗ 1,00 = 𝟒, 𝟐𝟎
𝟓 5
𝐅𝟏 = 𝐊 𝟏 ∗ 𝐊 𝟐 − 𝐤 𝟐 𝟐 = 5,00 ∗ 5,00 − 1,002 = 𝟐𝟒, 𝟎𝟎

𝐅𝟐 = 𝟏 + 𝐤 𝟏 + 𝟔 ∗ 𝐤 𝟐 = 1 + 1 + 6 ∗ 1,00 = 𝟖, 𝟎𝟎

Soient :

Constantes Valeurs Constantes Valeurs


𝐽1 = 𝐽3 0,00180 𝐾1 5,000
𝐽2 = 𝐽4 0,00180 𝐾2 5,000
𝑘1 1,000 𝐾3 3,800
𝑘2 1,000 𝐾4 4,200
𝐹1 24,000 𝐹2 8,000

1.4.2. Calcul des sollicitations sous l’action des charges permanentes

1.4.2.1. Charges permanentes sur le tablier

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

95
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝒈
𝑩 𝑪

𝒉
𝑫
𝑨
𝒍

– Poids propre du tablier : 25 ∗ 0,30 ∗ 1 = 7,50 𝑘𝑁/𝑚𝑙


– Poids du remblai : 21 ∗ 4,30 ∗ 1 = 90,30 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2∗25∗0,30∗4,80
– Poids propre des murs de tête : (3,5+(2∗0,3)) ∗ 1 = 17,56 𝑘𝑁/𝑚𝑙

La somme des actions permanentes sur le tablier :

𝒈 = 𝟕, 𝟓𝟎 + 𝟗𝟎, 𝟑𝟎 + 𝟏𝟕, 𝟓𝟔 = 𝟏𝟏𝟓, 𝟑𝟔 𝒌𝑵/𝒎𝒍

Moments sur appuis.

𝑔 ∗ 𝑙2
𝑀𝐴 = 𝑀𝐷 = − (𝑘 ∗ 𝐾1 − 𝑘2 ) = −𝟑, 𝟎𝟖 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
4 ∗ 𝐹1 1
𝑔 ∗ 𝑙2
𝑀𝐵 = 𝑀𝐶 = − (𝐾 − 𝑘1 ∗ 𝑘2 ) = −𝟑, 𝟎𝟖 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
4 ∗ 𝐹1 2

MB MC

MA MD

rs

Moments à mi-travée

𝑔 ∗ 𝑙2
𝑀(𝐴,𝐷) = + 𝑀𝐴 = 𝟔, 𝟏𝟓 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
8

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

96
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝑔 ∗ 𝑙2
𝑀(𝐵,𝐶) = + 𝑀𝐵 = 𝟔, 𝟏𝟓 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
8
𝑀𝐴 + 𝑀𝐵
𝑀(𝐴,𝐵) = 𝑀(𝐶,𝐷) = = −𝟑, 𝟎𝟖 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
2

Efforts normaux
𝑀𝐵 − 𝑀𝐴
𝑵𝟐 = −𝑵𝟒 = =𝟎

𝑔∗𝑙
𝑵𝟏 = 𝑵𝟑 = = 𝟒𝟔, 𝟏𝟒 𝒌𝑵
2

1.4.2.2. Charges permanentes dues aux piédroits


P P

B C

A D
Rs

– Poids propre des piédroits :𝑃 = 25 ∗ 1,10 ∗ 0,30 ∗ 1 = 𝟖, 𝟐𝟓𝟎 𝒌𝑵/𝒎𝒍


2∗𝑃 2∗8,250
– La réaction du sol est : 𝑅𝑆 = 𝑝 = 𝑙
= 1,100
= 𝟐𝟎, 𝟔𝟐𝟓 𝒌𝑵⁄𝒎𝒍 ;

Moments sur appuis

P P

MB MC

MA MD

p
𝑃 ∗ 𝑙 ∗ 𝑘1 ∗ 𝐾1
𝑀𝐴 = 𝑀𝐷 = − = −𝟎, 𝟔𝟖𝟕𝟓 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
2 ∗ 𝐹1

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

97
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝑃 ∗ 𝑙 ∗ 𝑘1 ∗ 𝑘2
𝑀𝐵 = 𝑀𝐶 = = 𝟎, 𝟏𝟑𝟕𝟓 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
2 ∗ 𝐹1

Moments à mi- travée


𝑙 𝑙
𝑅𝑆 ∗ 2 ∗ 2 𝑅𝑆 ∗ 𝑙 2
𝑀(𝐴,𝐷) = + 𝑀𝐴 = + 𝑀𝐴 = 2,3375 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2 8
𝑀𝐵 + 𝑀𝐶
𝑀(𝐵,𝐶) = = 0,1375 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2
𝑀𝐴 + 𝑀𝐵
𝑀(𝐴,𝐵) = = −0,275 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2
𝑀𝐶 + 𝑀𝐷
𝑀(𝐶,𝐷) = = −0,275 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2

Efforts normaux

3 ∗ 𝑃 ∗ 𝑙 ∗ 𝑘1 ∗ (1 + 𝑘2 )
𝑁2 = 𝑁4 = = 1,3125 𝑘𝑁
2 ∗ ℎ ∗ 𝐹1

𝑵𝟏 = 𝑵𝟑 = 𝑃 = 𝟖, 𝟐𝟓𝟎 𝒌𝑵

1.4.2.3. Charges permanentes sur le radier

– Poids propre du tablier : 25 ∗ 0,30 ∗ 1 = 7,50 𝑘𝑁/𝑚𝑙


– Poids du remblai : 21 ∗ 4,30 ∗ 1 = 90,30 𝑘𝑁/𝑚𝑙
– Poids des pieds droits : 25 ∗ 0,25 ∗ 1 ∗ 2 = 12,50 𝑘𝑁/𝑚𝑙
– Poids propre du radier : 25 ∗ 0,25 ∗ 1 = 6,25 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2∗25∗0,30∗4,80
– Poids propre des murs de tête : (3,5+(2∗0,3))
∗1 = 17,56 𝑘𝑁/𝑚𝑙

La somme des actions permanentes sur le tablier :

𝒈 = 𝟏𝟑𝟗, 𝟏𝟕𝟖𝟓 𝒌𝑵/𝒎𝒍

Moments sur appuis


𝒈 ∗ 𝒍𝟐
𝑴𝑨 = 𝑴𝑫 = − (𝒌 ∗ 𝑲𝟏 − 𝒌𝟐 ) = −𝟑, 𝟕𝟏𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
𝟒 ∗ 𝑭𝟏 𝟏

𝑔 ∗ 𝑙2
𝑀𝐵 = 𝑀𝐶 = − (𝐾 − 𝑘1 ∗ 𝑘2 ) = −𝟑, 𝟕𝟏 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
4 ∗ 𝐹1 2

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

98
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Moments à mi-travée

𝑔 ∗ 𝑙2
𝑀(𝐴,𝐷) = + 𝑀𝐴 = 𝟕, 𝟒𝟐 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
8

𝑔 ∗ 𝑙2
𝑀(𝐵,𝐶) = + 𝑀𝐵 = 𝟕, 𝟒𝟐 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
8
𝑀𝐴 + 𝑀𝐵
𝑀(𝐴,𝐵) = 𝑀(𝐶,𝐷) = = −𝟑, 𝟕𝟏 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
2

Efforts normaux
𝑀𝐵 − 𝑀𝐴
𝑵𝟐 = −𝑵𝟒 = =𝟎

𝑔∗𝑙
𝑵𝟏 = 𝑵𝟑 = = 𝟓𝟓, 𝟔𝟕 𝒌𝑵
2

1.4.3. Calcul des sollicitations sous l’action des poussées des terres
1.4.3.1. Calcul des contraintes 𝝈𝟏, 𝝈𝟐 et ∆𝝈

4300
σ1

80 ∆σ

σ2

0,30
σ1 = K ∗ γd ∗ (4,30 + ) = 31,11885 kN⁄𝑚2
2

σ2 = K ∗ γd ∗ (h + 4,30) = 35,6643 kN⁄𝑚2

∆σ = σ2 − 5 ∗ σ1 = −119,92995 kN⁄𝑚2

- Moments sur appuis.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

99
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

MB MC
Ç1 Ç1

Ç2 MA MD Ç2

k 2 ∗ (k 2 + 3) k 2 ∗ (3 ∗ k 2 + 8)
MA = MD = − ( ∗ σ1 ∗ h2 + ∗ ∆σ ∗ h2 )
4 ∗ F1 20 ∗ F1

𝐌𝐀 = 𝐌𝐃 = 𝟎, 𝟔𝟎𝟗𝟑𝟐𝟑𝟒. 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍

k 2 ∗ (3 ∗ k1 + k 2 ) k 2 ∗ (7 ∗ k1 + 2 ∗ k 2 )
MB = MC = − ∗ σ1 ∗ h2 − ∗ ∆σ ∗ h2
4 ∗ F1 20 ∗ F1

𝐌𝐁 = 𝐌𝐂 = −𝟐, 𝟐𝟔𝟖𝟗𝟗𝟓𝟒 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍

- Efforts normaux

σ1 + (2 ∗ σ2 ) MB − MA MD − MA
N1 = ∗ℎ+ +
6 ℎ 𝑙

𝐍𝟏 = 𝟏𝟑, 𝟔𝟓𝟗𝟔𝟔 𝐤𝐍

𝐍𝟐 = 𝐍𝟒 = 𝟏𝟖, 𝟑𝟕𝟐𝟔𝟔 𝐤𝐍

(2 ∗ σ1 + σ2 ) ∗ h MA − MB MC − MB
N3 = + +
6 ℎ 𝑙
𝐍𝟑 = 𝟏𝟔, 𝟔𝟓𝟏𝟒𝟗𝟖𝟓 𝐤𝐍

- Moment à mi-travée.

σ1 ∗ ℎ2 ∆𝜎 ∗ ℎ2 MA − MB
M(A.B) = + +
8 12 2
𝐌(𝐀.𝐁) = −𝟐, 𝟒𝟔𝟕𝟓𝟗𝟔 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍

𝐌(𝐂.𝐃) = 𝐌(𝐀.𝐁) = −𝟐, 𝟒𝟔𝟕𝟓𝟗𝟔 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍

MA + MD
M(A.D) = = 𝟎, 𝟔𝟎𝟗𝟑𝟐𝟑𝟒 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍
2

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

100
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

1.4.3.2. Sollicitations sous l’action des surcharges routières (du remblai) sur le remblai d’accès

Cette surcharge est de 10kN/m2


-
remblai d’accès des deux côtés

Calcul de la charge

La contrainte horizontale :

𝜎 = 𝐾. 𝑞 = 0,333 × 10 = 3,33 𝑘𝑁/𝑚2


La résultante :

𝑅 = 𝜎. ℎ = 3,33 × 1,10 = 3,663 𝑘𝑁/𝑚

Moments sur appuis

MB MC

Ç Ç

MA MD

k 2 ∗ (k 2 + 3)
MA = MD = − × σ × h2
4 ∗ F1

𝑀𝐴 = 𝑀𝐷 = −0,1678875 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙

𝐌𝐀 = 𝐌𝐃 = 𝐌𝐁 = 𝐌𝐂 = −𝟎, 𝟏𝟔𝟕𝟖𝟖𝟕𝟓 𝒎. 𝒌𝑵/𝒎𝒍

 Efforts normaux
𝐍𝟏 = 𝐍𝟑 = 𝟎 𝒌𝑵
𝜎 ∗ ℎ 3,33 ∗ 1,10
𝑁2 = 𝑁4 = = = 1,8315 𝑘𝑁
2 2

Moments à mi – travée

𝜎ℎ2 𝑀𝐶 + 𝑀𝐷
𝑀(𝐶.𝐷) = + = 0,336𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
8 2

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

101
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝜎 × ℎ2 𝑀𝐴 + 𝑀𝐵
𝑀(𝐴.𝐵) = + = 0,335775 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
8 2
𝑀𝐴 + 𝑀𝐷
𝑀(𝐴.𝐷) = = −0,1678875 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2
𝑀𝐵 + 𝑀𝐶
𝑀(𝐵.𝐶) = − = 0,1678875 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2
- remblai d’accès d’un seul côté

La contrainte horizontale : 𝜎 = 𝐾. 𝑞 = 0,333 × 10 = 3,33 𝑘𝑁. 𝑚2 ; 𝑞: 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒

La résultante : 𝑅 = 𝜎. ℎ = 3,33 × 1,60 = 5,33 𝐾𝑁/𝑚


 Moments sur appuis
MB MC

MA MD

𝑞 ∗ ℎ2 𝑘2 ∗ (𝑘2 + 3) 𝐾3 + 𝑘2
𝑀𝐴 = ∗( − )
4 2𝐹1 𝐹2

𝑴𝑨 = −𝟎, 𝟕𝟒𝟔𝟔𝟔𝟔 𝒎. 𝑲𝑵/𝒎𝒍

𝑞 × ℎ2 𝑘2 (𝑘2 + 3) 𝐾3 + 𝑘2
𝑀𝐷 = ∗ (− + )
4 2𝐹1 𝐹2

𝑴𝑫 = 𝟏, 𝟖𝟏𝟑𝟑𝟑𝟑 𝒎. 𝑲𝑵/𝒎𝒍

𝑞 × ℎ2 𝑘2 (3𝑘1 + 𝑘2 ) 𝐾4 − 𝑘2
𝑀𝐵 = ∗ (− + )
4 2𝐹1 𝐹2

𝑴𝑩 = 𝟐, 𝟎𝟐𝟔𝟔𝟔𝟔 𝒎. 𝑲𝑵/𝒎𝒍

𝑞 × ℎ2 𝑘2 (3𝑘1 + 𝑘2 ) 𝐾4 − 𝑘2
𝑀𝐶 = ∗ (− − )
4 2𝐹1 𝐹2

𝑴𝑪 = −𝟑, 𝟎𝟗𝟔𝟔𝟔𝟔 𝒎. 𝑲𝑵/𝒎𝒍

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

102
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

 Efforts normaux
𝑀𝐵 − 𝑀𝐶
𝑵𝟏 = −𝑵𝟑 = = 𝟒, 𝟔𝟓𝟒𝟓𝟒 𝒌𝑵

𝑀𝐷 − 𝑀𝐶
𝑵𝟐 = = 𝟒, 𝟒𝟔𝟎𝟔𝟎 𝒌𝑵

𝑵𝟒 = 𝟗, 𝟐𝟎𝟖𝟒 𝒌𝑵

 Moments à mi-travée
En récapitulant les formules du formulaire, on obtient :
𝑀𝐴 + 𝑀𝐷
𝑀(𝐴.𝐷) = = 0,53333 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2
MB + MC
M(B.C) = = −0,53333 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
2

𝜎ℎ2 𝑀𝐴 + 𝑀𝐵
𝑀(𝐴.𝐵) = + = 1,143662 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
8 2

𝜎ℎ2 𝑀𝐶 + 𝑀𝐷
𝑀(𝐶.𝐷) = + = −0,136337 𝑚. 𝑘𝑁/𝑚𝑙
8 2

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

103
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Piédroits Tablier Piédroits Radier Radier Piédroits Tablier


Cas
MA M (A-B) MB M (B-C) MC M(C-D) MD M(A-D) N2(AD) N1(AB) N3(CD) N4(BC)
Tablier 1 -3,210 -3,210 -3,210 6,420 -3,210 -3,210 -3,210 6,420 0,000 48,170 48,170 0,000
Piédroits 2 -0,688 -0,275 0,138 0,138 0,138 -0,275 -0,688 2,338 1,313 8,250 8,250 1,313
Radier 3 -3,710 -3,710 -3,710 7,420 -3,710 -3,710 -3,710 7,420 0,000 55,670 55,670 0,000
Poussée terre 4 0,609 -2,468 -2,269 -2,269 -2,269 -2,468 0,609 0,609 18,373 13,660 16,651 18,373
Remblai 2 coté 6 -0,168 0,336 -0,168 -0,168 -0,168 0,336 -0,168 -0,168 1,832 0,000 0,000 1,832
Remblai 1 coté 7 -0,747 1,144 2,027 -0,533 -3,097 -0,136 1,813 0,533 4,461 4,655 -4,655 4,461
G Charges Permanentes 1+2+3+4 -6,998 -9,663 -9,051 11,709 -9,051 -9,663 -6,998 16,787 19,685 125,750 128,741 19,685
Charges Variables V1 5+6 -3,600 7,196 -3,600 13,562 -3,600 7,196 -3,600 13,562 1,832 37,440 37,440 1,832
Charges Variables V2 5+7 -4,179 8,004 -1,405 13,197 -6,529 6,724 -1,619 14,263 4,461 42,095 32,786 4,461
Charges Variables V3 5+8 -3,432 6,860 -3,432 13,730 -3,432 6,860 -3,432 13,730 0,000 37,440 37,440 0,000
Charges Variables V4 5+6+8 -3,600 7,196 -3,600 13,562 -3,600 7,196 -3,600 13,562 1,832 37,440 37,440 1,832
Charges Variables V5 5+7+8 -4,179 8,004 -1,405 13,197 -6,529 6,724 -1,619 14,263 4,461 42,095 32,786 4,461
Max de charges
Q variables
-4,179 8,004 -3,600 13,730 -6,529 7,196 -3,600 14,263 4,461 42,095 37,440 4,461
Sollicitation (ELS) -12,013 -0,0582 -13,371 28,1846 -16,886 -1,0277 -11,318 33,9028 25,0378 176,263 173,669 25,0378

Sollicitations (ELU) -15,715 -1,039 -17,619 36,4016 -22,012 -2,2508 -14,847 44,0571 33,2658 232,904 229,961 33,2658

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

104
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

1.5. Choix des armatures


1.5.1. Choix des sollicitations de dimensionnement.

- Principe de choix des armatures

Pour le dimensionnement de chaque partie du dalot, nous avons choisi le couple (M,N) le plus
défavorable, c’est-à-dire, donnant la plus grande section de béton. Pour une section de calcul
donnée, les cas où les moments sont positifs et ceux où les moments ont négatifs ont été traités de
façon disjointe. Pour une valeur de moment positive, les aciers sont disposés sur la face interne du
dalot. De même, pour une valeur de moment négative, les aciers sont disposés sur la face externe.
Etant donné que les sections sont calculées en flexion composée, due à l’influence de l’effort
normal, le couple (M, N) le plus défavorable n’est pas toujours celui dont le moment fléchissant
est le plus grand (en valeur absolue). En effet, un effort normal de compression est un effort
favorable, contrairement à un effort normal de traction.

- Données

Section rectangulaire.
h

𝑏 = 1,00 𝑚 ℎ = 0.30 𝑚 𝑑 = 0,27 𝑚 𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎, 𝑓𝑒 = 400𝑀𝑃𝑎

Dimensionnement à l’état limite de service ELS

𝜎𝑏𝑐 = 0,6. 𝑓𝑐28 = 0,6 × 25 = 𝟏𝟓 𝑴𝑷𝒂

𝜎𝑆 = 207,31 𝑀𝑃𝑎
̅̅̅

1.5.2. Calcul des sections d’acier

Le calcul des armatures est mené en flexion composée. Toutes nos sections sont partiellement
𝑀 𝐸
comprimées/tendues |𝑒0 = 𝑠𝑒𝑟 > = 0,05 𝑚|
𝑁𝑠𝑒𝑟 6

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

105
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Organigramme de calcul des aciers en section partiellement comprimées aux ELS


sans armatures comprimées 𝝈𝒔

Moment par rapport aux aciers tendus 𝑀𝑠𝑒𝑟/𝐴 = 𝑀𝑠𝑒𝑟 + 𝑁 ∗ (𝑑 − )
2

𝝈𝒃𝒄
𝜶𝒔𝒆𝒓𝑹𝑩 = 𝝈
𝝈𝒃𝒄 + 𝟏𝟓𝒔

𝜶𝒔𝒆𝒓𝑹𝑩 ∗ 𝒃 ∗ 𝒅𝟐 ∗ 𝝈𝒃𝒄 𝑴𝑹𝑩


𝑴𝑹𝑩 =
𝟐 = 𝑴𝒐𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒓é𝒔𝒊𝒔𝒕𝒂𝒏𝒕 𝒅𝒖 𝒃é𝒕𝒐𝒏 𝒔𝒆𝒖𝒍
𝜶𝒔𝒆𝒓𝑹𝑩 𝒅 = 𝟎, 𝟗𝟎 ∗ 𝒅𝒐 = 𝟎, 𝟐𝟕 𝒎 𝒆𝒕 𝒃 = 𝟏, 𝟎𝟎 𝒎
∗ [𝟏 − ]
𝟑 Vérifier si 𝑴𝑹𝑩 ≥ 𝑴𝒔𝒆𝒓/𝑨
sinon prévoir des aciers

𝟐 ∗ 𝒏 ∗ 𝑴𝒔𝒆𝒓/𝑨
𝝀=𝟏+
𝒃 ∗ 𝒃𝟐 ∗ 𝝈𝒔
𝑛 = 15 (Coefficient d’équivalence acier béton)

𝟑
𝝋 = 𝒂𝒓𝒄𝒄𝒐𝒔 (𝝀𝟐 )

4 ∗ 3,14 φ
αserRB = 1 + 2 ∗ √λ ∗ cos( + )
3 3

Section théorique d’acier


2
𝑏 ∗ 𝑑 ∗ 𝛼𝑠𝑒𝑟 𝑁𝑠𝑒𝑟
𝐴𝑠 𝑡ℎ = −
2 ∗ 𝑛 ∗ (1 − αser ) σs

𝑓𝑡 ∗(𝑒𝑜 −0,455∗𝑑) 𝑀𝑠𝑒𝑟


Section minimale d’acier 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,23 ∗ 𝑏 ∗ 𝑑 ∗ 𝑒𝑡 𝑒0 =
𝑓𝑒 ∗(𝑒𝑜 −0,185∗𝑑) 𝑁𝑠𝑒𝑟

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

106
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

1.5.2.1. Calcul des armatures du tablier

Armatures en travée
𝑀𝑠𝑒𝑟 28,18 m.KN/ml Armatures sur appuis
𝑁𝑠𝑒𝑟 25,05 KN/ml 𝑀𝑠𝑒𝑟 16,87 m.KN/ml
Excentricité 1,12 m

Théorique Choix
Appui 10,078 cm2 6HA12 + 6HA10, esp =20 cm
Travée 2,872 cm2 6HA8, esp = 20 cm

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

107
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

1.5.2.2. Calcul des armatures du radier

Armatures en travée
𝑀𝑠𝑒𝑟 33,90 m.KN/ml Armatures sur appuis
𝑁𝑠𝑒𝑟 25,05 KN/ml 𝑀𝑠𝑒𝑟 12,03 m.KN/ml
Excentricité 1,35 m

Théorique Choix
Appui 9,576 cm2 6HA8 + 6HA10, esp =20 cm
Travée 2,872 cm2 6HA8, esp = 20 cm

1.5.2.3. Calcul des armatures des piédroits

𝑀𝑠𝑒𝑟 -1,03 m.KN/ml


𝑁𝑠𝑒𝑟 173,67 KN/ml
Excentricité 0,0059 m

Théorique Choix
Longitudinale 2,872 cm2 6HA8, esp = 20 cm

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

108
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

2. Calcul des murs en ailes (mur de soutènement Cantilever)

Prédimensionnement

H= hauteur totale du dalot,


𝐻𝑟 = hauteur du rideau,
B= largeur de la semelle,
A= longueur du talon,
C= longueur du patin,
𝑒1 = épaisseur du voile extrémité inferieure (rideau),
𝑒2 = épaisseur du voile extrémité supérieure (rideau),
𝑒𝑠 = épaisseur de la semelle.
H = hauteur du mur 𝐻 = 5,75 𝑚
Rideau (voile) Semelle
Ep. 𝑒1 (𝑚) 𝑒2 (𝑚) Hauteur 𝑯𝒓 Epaisseur (𝑒𝑠 ) Largeur B
H H H − e1 H 0,20 ∗ H ≤ B ≤ 0,45 ∗ H
12 24 12
0,50 0,25 5,25 0,50 3,00

La longueur du patin

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

109
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝟎, 𝟏𝟐𝟓 ∗ 𝑯 ≤ 𝑪 ≤ 𝟎, 𝟐𝟎 ∗ 𝑯
𝑪 = 𝟏, 𝟎𝟎 𝒎
La longueur du talon : 𝐴 = 𝐵 − 𝑒 − 𝐶 = 1,50 𝑚
Tableau récapitulatif

Désignation Symboles Formules Résultats (m)


Hauteur total du dalot H - 5,75
Hauteur du rideau 𝐻𝑟 - 5,25
Largeur de la semelle B 𝟎, 𝟐𝟎 ∗ 𝑯 ≤ 𝑩 ≤ 𝟎, 𝟒𝟓 ∗ 𝑯 3,00
Longueur du talon A B-e-C 1,50
Longueur du patin C 𝟎, 𝟏𝟐𝟓 ∗ 𝑯 ≤ 𝑪 ≤ 𝟎, 𝟐𝟎 ∗ 𝑯 1,00
Epaisseur du voile 𝒆𝟏 𝟎, 𝟎𝟖𝟑𝟑𝟑 ∗ 𝑯 0,50
Epaisseur du voile 𝒆𝟐 𝟎, 𝟎𝟒𝟏𝟔𝟔𝟔 ∗ 𝑯 0,25
Epaisseur de la semelle 𝒆𝑺 𝟎, 𝟎𝟖𝟑𝟑𝟑 ∗ 𝑯 0,50

Calcul de K
Sol humide 𝜑 = 35°
𝜑
𝐾 = tg^2(45 − )
2
𝑲 = 𝟎, 𝟐𝟕𝟏 𝐦
Calcul des contraintes verticales
𝜎𝑣 = 𝛾 ∗ 𝐻 avec 𝛾 = 18 kN/m3
Calcul des poussées
𝜎ℎ = 𝐾 ∗ 𝜎𝑣 avec 𝐾 = 0,27

Hauteur mur H (m) H 0 5,25 5,75


Contraintes 𝜎𝑣 (𝒌𝑵⁄𝒎 ) 𝟑
𝛾∗𝐻 0 94,5 103,5
Poussées 𝜎ℎ (𝑘𝑃𝑎 ) 𝐾 ∗ 𝜎𝑣 0 25,515 27,945

Inventaire des actions agissant sur le mur en aile :

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

110
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Charges verticales
Poids propre du rideau (voile) 𝑊𝑟 ;
Poids propre de la semelle 𝑊𝑠 ;
Poids propre du massif de sol 𝑊𝑠𝑜𝑙 ;
Charge d’exploitation𝑊𝑞 .
Charges horizontales

Poussée du sol 𝑃𝑠 ;

Charge d’exploitation𝑃𝑞 .

𝑆1 encastrement du voile sur la semelle section d’acier A


𝑆2 encastrement du patin sur le voile section d’acier A2
𝑆3 encastrement du talon sur le voile section d’acier A3
𝑆4 section du voile au tiers de sa hauteur section d’acier A 4
𝑆5 section du voile à la moitié de sa hauteur section d’acier A5
𝑆6 section du voile aux deux tiers de sa hauteur section d’acier A 6

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

111
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝑥 𝑒1 − 𝑒2
=
𝐻𝑖 𝐻

𝑋 = 𝑥 + 𝑒2
2.1. Le calcul des poussées

𝟐 𝟏 𝟏
∗𝑯 ∗𝑯 ∗𝑯
H 𝟑 𝟐 𝟑

𝑯𝒊 5,25 3,5 2,625 1,75


Poussées terres 36,225 24,15 18,1125 12,075

2.2. Calcul des sollicitations

(N effort normal, V effort tranchant, MG moment de flexion au centre de gravité de la section


considérée).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

112
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝑆1 𝑆4
𝐻𝑖 = 𝐻 = 5,25 𝐻
𝐻𝑚 = 𝐻 − = 3,50
3
𝑁 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝒆𝟏 + 𝒆𝟐 𝒆𝟏 + 𝒆𝟐
∗ 𝑯𝟏 ∗ 𝟐𝟓 ∗ 𝑯𝟒 ∗ 𝟐𝟓
𝟐 𝟐
0,25 + 0,50 0,25 + 0,42
∗ 5,35 ∗ 25 ∗ 5,35 ∗ 25 = 29,31
2 2
= 49,22
𝑉 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑯 𝑯
𝑵∗ 𝑵∗
Poussées des terres 𝟐 𝟐
5,25 3,50
49,22 ∗ = 129,47 29,31 ∗ = 51,30
2 2
𝑀𝐺𝑝𝑡 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑯 𝑯
𝑽∗ 𝑽∗
Poussées des terres 𝟐 𝟐
5,25 3,50
129,47 ∗ = 226,56 51,30 ∗ = 59,85
3 3

𝑁 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑘∗𝐻 𝑘∗𝐻


Charge 2,71 ∗ 5,25 = 14,23 2,71 ∗ 3,50 = 9,49
𝑀𝐺𝑐 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑯 𝑯
𝑵∗ 𝑵∗
Charge 𝟐 𝟐
5,25 3,50
14,23 ∗ = 37,35 9,49 ∗ = 16,60
2 2
𝑀𝑠𝑒𝑟 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑀𝐺𝑝𝑡 + 𝑀𝐺𝑐 𝑀𝐺𝑝𝑡 + 𝑀𝐺𝑐
226,56 + 37,35 = 263,91 59,85 + 16,60 = 76,45

𝑆5 𝑆6
𝐻 2∗𝐻
𝐻𝑖 = = 2,625 𝐻𝑚 = 𝐻 − = 1,75
2 3
𝑁 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝒆𝟏 + 𝒆𝟐 𝒆𝟏 + 𝒆𝟐
∗ 𝑯𝟓 ∗ 𝟐𝟓 ∗ 𝑯𝟔 ∗ 𝟐𝟓
𝟐 𝟐
0,25 + 0,38 0,25 + 0,33
∗ 2,625 ∗ 25 ∗ 1,75 ∗ 25 = 12,69
2 2
= 20,67
𝑉 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑯 𝑯
𝑵∗ 𝑵∗
Poussées des terres 𝟐 𝟐

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

113
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝑆1 𝑆4
𝐻𝑖 = 𝐻 = 5,25 𝐻
𝐻𝑚 = 𝐻 − = 3,50
3
2,625 1,75
20,67 ∗ = 27,13 12,69 ∗ = 11,10
2 2
𝑀𝐺𝑝𝑡 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑯 𝑯
𝑽∗ 𝑽∗
Poussées des terres 𝟐 𝟐
2,625 1,75
27,13 ∗ = 23,74 11,10 ∗ = 6,48
3 3

𝑁 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑘∗𝐻 𝑘∗𝐻


Charge 2,71 ∗ 2,625 = 7,11 2,71 ∗ 1,75 = 4,74
𝑀𝐺𝑐 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑯 𝑯
𝑵∗ 𝑵∗
Charge 𝟐 𝟐
2,625 1,75
7,11 ∗ = 9,34 4,74 ∗ = 4,15
2 2

𝑀𝑠𝑒𝑟 (𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑀𝐺𝑝𝑡 + 𝑀𝐺𝑐 𝑀𝐺𝑝𝑡 + 𝑀𝐺𝑐


Poussées des terres 23,74 + 9,34 = 33,08 6,48 + 4,15 = 10,63

2.3. Détermination des armatures principales.

Etat-limite de service de la section S1 :


𝑀𝑠𝑒𝑟 = 226,56 + 37,35 = 263,91 𝑘𝑁⁄𝑚
𝑁𝑠𝑒𝑟 = 49,22 𝑘𝑁⁄𝑚
𝑀𝑠𝑒𝑟 263,91
L’excentricité 𝒆 = = = 5,36 𝑚
𝑁𝑠𝑒𝑟 49,22

Observation : L’excentricité 𝒆 est très grande. (Cours Mur de soutènement Dr Messan 2iE)
Conclusion : Par simplification, nous considérons que la section est sollicitée en flexion
simple.

Pour 𝜎𝑠− = 250 𝑀𝑃𝑎 , on a, avec d = 0,50 – 0,03 = 0,47 m


103 ∗ 𝑀𝑠𝑒𝑟 103 ∗ 0,26391
= = 4,78
𝑑2 ∗ 𝜎𝑠− 0,472 ∗ 250
𝒅
Pour cette valeur: 𝑨 = 𝟔𝟖 d’où : (Cours Mur de soutènement Dr Messan 2iE)
𝐴 = 𝐴𝑠𝑒𝑟 = 68 ∗ 𝑑 = 31,96 𝑐𝑚2 ⁄𝑚

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

114
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝑨𝒔𝒆𝒓 = 𝟑𝟏, 𝟗𝟔 𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎


NB : A l’état-limite ultime, nous aurions :
𝑀𝑢 = 1,35 ∗ 226,56 + 1,50 ∗ 49,22 = 379,68 𝑘𝑁𝑚⁄𝑚 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝟎, 𝟑𝟖 𝑴𝑵𝒎/𝒎
𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎 =>
0,85 ∗ 𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 = = 14,2 𝑀𝑃𝑎 (avec θ = 1)
1,5
𝑀𝑢
𝜇𝑏𝑢 = 𝑏×𝑑2 ×𝑓 = 0,12, d’où k=25,2 (Cours Mur de soutènement Dr Messan 2iE)
𝑏𝑢
𝑀𝑢
𝐴𝑢 = 25,2 ∗
𝑑
𝑨𝒖 = 𝟐𝟎, 𝟑𝟕 𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎

Observation : 𝑨𝒖 < 𝑨𝒔𝒆𝒓


Conclusion : ceci montre bien que lorsque la fissuration est préjudiciable (et à fortiori,
très préjudiciable), l’état-limite déterminant est l’état-limite de service et qu’on peut se
passer du calcul à l’état-limite ultime.

2.4. Résultats des calculs à l’ELS pour toutes les sections du voile (𝝈−
𝒔 = 𝟐𝟓𝟎 𝑴𝑷𝒂)

Section 𝑀𝑠𝑒𝑟 D (m) 103 ∗ 𝑀𝑠𝑒𝑟 d Aser


(𝑘𝑁⁄𝑚) 𝑑 2 ∗ 𝜎𝑠− A (cm2 ⁄m)
(𝑐𝑚2 ⁄𝑚)/𝑚
𝑆1 0,263 0,50 − 0,03 4,80 68 31,96
= 0,47
𝑆4 0,076 0,47 − 0,03 1,58 30 13,20
= 0,44
𝑆5 0,032 0,44 − 0,03 0,76 16,20 6,64
= 0,41
𝑆6 0,010 0,41 − 0,03 0,29 7,20 2,74
= 0,38

2.5. Armatures secondaires.


2.5.1. Face « côté terre » armatures horizontales.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

115
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝐴ℎ ≥ 0,10 ∗ 𝑒1
𝐴ℎ = 5 𝑐𝑚2 ⁄𝑚
2.5.2. Face avant, armatures horizontales et verticales.
𝐴𝑣 ≥ 0,10 ∗ 𝑒1 𝑠𝑜𝑖𝑡 5 𝑐𝑚2 ⁄𝑚
𝐴ℎ ≥ 0,075 ∗ 𝑒1 𝑠𝑜𝑖𝑡 3,75 𝑐𝑚2 ⁄𝑚

Armatures 𝐴ℎ (𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎) 𝐴𝑣 (𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎)


secondaires Théorique Choix Théorique Choix
Face « côté terre » 𝟓, 𝟎𝟎 5HA12 𝟓, 𝟎𝟎 5HA12
Face avant 3,75 5HA10 𝟑, 𝟕𝟓 5HA10

2.6. La semelle

ELS ELU
𝑅𝑉 ( (𝑘𝑁⁄𝑚) 297,72 404,172
𝑅𝐻 (𝑘𝑁⁄𝑚 ) 129,25 177,36
𝑀/𝐴 (𝑘𝑁𝑚⁄𝑚) -313,34 -418,5015
𝑀/𝐴
𝑒𝐴 = (𝑚)
𝑅𝑉 1,0524654 1,03545397
𝑅𝑣
𝜎=
2 ∗ 𝑒𝐴 148,86 202,086

2.7. Patin avant.

Le moment d’encastrement dans la section 𝑆2 vaut :

ELS ELU
2
𝐶 𝐶2
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 𝜎𝑠𝑒𝑟 ∗ 𝑀𝑢 = 𝜎𝑢 ∗
2 2
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 74,43 𝑘𝑁𝑀 ⁄m 𝑀𝑢 = 101,04 𝑘𝑁𝑀⁄m
103 ∗ 𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑀𝑢
= 1,34 2
= 0,032
𝑑 2 ∗ 𝜎𝑠 𝑑 ∗ 𝑓𝑏𝑢

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

116
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

𝐴 𝑘 = 23,35 𝑑 ′ 𝑜ù
= 12𝑑′ 𝑜ù 𝐴 = 12 ∗ 𝑑
𝑑 𝑀𝑢
𝐴=𝑘∗
𝑨 = 𝟓, 𝟔𝟒 𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎 𝑑
𝑨 = 𝟓, 𝟎𝟐 𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎

Remarque : On constate une fois de plus que lorsque la fissuration est préjudiciable ou
très préjudiciable, l’état limite ultime n’est pas déterminant.

2.8. Talon arrière.


 Le talon arrière est soumis à la réaction du sol de fondation sous le talon,
 au poids propre des terres au-dessus du talon,
 aux charges d’exploitation au-dessus du talon.

ELS ELU

20 ∗ 𝐻 + 10 = 115 𝑘𝑁⁄𝑚2 1,35 ∗ 20 ∗ 𝐻 + 1,50 ∗ 10 =


156,75 𝑘𝑁 ⁄𝑚2
Moment d’encastrement 𝑙2 𝑙2
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 115 ∗ − 𝑀𝑢 = 156,75 ∗ −
2 2
(section 𝑆3 à 1,50 m de 𝑙2
l’extrémité aval) 𝑙2 202,08 ∗
148,86 ∗ 2
2 𝑀𝑢 = 195,58 𝑘𝑁𝑀⁄m
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 171,73 𝑘𝑁𝑀 ⁄m

103 ∗ 𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑀𝑢
= 5,20 = 0,333
𝑑 2 ∗ 𝜎𝑠 𝑑2∗ 𝑓𝑏𝑢

𝐴 𝑘 = 23,35 𝑑 ′ 𝑜ù
= 60𝑑 ′ 𝑜ù 𝐴 = 60 ∗ 𝑑
𝑑 𝑀𝑢
𝐴=𝑘∗
𝑑
𝑨 = 𝟏𝟗, 𝟐𝟎 𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎 𝑨 = 𝟏𝟓, 𝟎𝟐 𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

117
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Semelle Calcul Section acier 𝑨 (𝒄𝒎𝟐 ⁄𝒎) Choix

Patin avant ELS 𝟓, 𝟔𝟒 5HA12

Talon arrière ELS 𝟏𝟗, 𝟐𝟎 10HA14 + 5HA12

2.9. Les diverses vérifications


2.9.1. Vérification de l’effort tranchant.

Pour 𝐴1
𝑁𝑢 = 1,35 ∗ 𝑉𝑝𝑡 + 1,5 ∗ 𝑉𝑐
Il faut que : avec 𝛾𝑏 = 1,5 𝑒𝑡 𝑓𝑐28 = 25 ∶
0,07
𝑁𝑢 ≤ ∗ 𝑑 ∗ 𝑓𝑐28 = 𝜕
𝛾𝑏

𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑆1 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑆4 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑆5 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑆6


Effort tranchant 𝑁𝑢 (𝑁⁄𝑚) 196,119 83,48 47,30 22,10
d 0,47 0,44 0,41 0,38
0,07
∗ 𝑑 ∗ 𝑓𝑐28 (𝑁⁄𝑚)
𝛾𝑏 548,33 513,33 478,33 443,33
𝜕 0,358 0,163 0,099 0,050

Observation : La condition est vérifiée pour toutes les sections.


Conclusion : Il n’y a pas besoin d’armatures d’effort tranchant.

2.9.2. Choix de l’acier et de la longueur des plots.

Considérant la disponibilité sur le marché de l’acier à béton, nous préconisons des𝐻𝐴∅400.


Pour éviter un développement anarchique de la fissuration inévitable, nous introduisons des
coupures volontaires sous forme de joints constitués de joints water stop tous les 6 à 8 m.

Quant à la hauteur du plot, un maximum de 2 m est acceptable, sinon il faut disposer des
goulottes pour éviter la ségrégation du béton.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

118
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

L’ouvrage doit être muni de dispositifs de drainage et d’évacuation des eaux susceptibles de
s’accumuler derrière le voile. Pour annuler cette poussée hydrostatique. On peut utiliser des
dallettes poreuses drainantes ou des barbacanes.

2.9.3. Vérification de la stabilité : Le non-glissement sur le terrain d’assise.

Soient les données suivantes : 𝐶 ′ = 0 et 𝜑 ′ = 370 . La condition à satisfaire avec les mêmes
combinaisons d’actions que pour la vérification du non-poinçonnement est :
𝑡𝑔(𝜑 ′ )
𝑅𝐻 ≤ 𝑅𝑉 ∗ = 0,50 ∗ 𝑅𝐻
1,5
Ou encore
𝑅𝐻
𝑡𝑔(𝛿𝑅 ) = ≤ 0,50
𝑅𝑉
𝑅𝐻
= 0,43
𝑅𝑉
𝑹
Observation : 𝑹𝑯 ≤ 𝟎, 𝟓𝟎
𝑽

Conclusion : Le non-glissement sur le terrain d’assise est vérifié.

Actions Actions verticales 𝑀/𝐴


horizontales (pesanteur) (𝑘𝑁𝑚⁄𝑚)
𝑅𝐻 = 𝑃𝑄 𝑜𝑢 𝑃𝐺 𝑅𝑉 = 𝐺 𝑜𝑢 𝑄
(𝑘𝑁⁄𝑚) (𝑘𝑁⁄𝑚)
a Semelle 25 ∗ 𝐵 ∗ 𝑒1 = 37,50 𝐵
𝑅𝑉 ∗ = −56,25
G 2
𝑅𝑉 ∗ 1,38 = −49,41
b Voile 25 ∗ 𝐻𝑟 ∗ 𝑒2 = 35,94
(𝑒2 − 𝑒1 ) 𝑅𝑉 ∗ 1,33 = −21,88
25 ∗ 𝐻𝑟 ∗
Poids du mur c Voile 2
et des terres = 16,41

1 Mur (a+b+c) = 89,84 = −130,54


(𝑒2 − 𝑒1 )
20 ∗ 𝐻 ∗ ⁅𝐴 + ⁆
2 Terre amont 2 2,25 ∗ 𝑅𝑉
Poussées de = 186,88
= −420,88
terres
3 Terre aval 20 ∗ 1 ∗ 0,30 = 6,00 𝐶
2 𝑅𝑉 ∗ = −3,00
𝐻 2
20 ∗ 𝑘 ∗
2
4 = 110,10

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

119
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Actions Actions verticales 𝑀/𝐴


horizontales (pesanteur) (𝑘𝑁𝑚⁄𝑚)
𝑅𝐻 = 𝑃𝑄 𝑜𝑢 𝑃𝐺 𝑅𝑉 = 𝐺 𝑜𝑢 𝑄
(𝑘𝑁⁄𝑚) (𝑘𝑁⁄𝑚)
𝐻
𝑅𝐻 ∗ = 211,03
3
Q Charge 𝑅𝑉
𝑞 ∗ 𝐴 = 15 2
d’exploitation 5 ∗ (𝐴 +
3

∗ (0,35 − 0,20))

= −25
Poussées de
terre 6 𝑞 ∗ 𝐴 ∗ 𝐻 = 19,15 𝐻
𝑅𝐻 ∗ = 55,05
2
1+2+3+4+5+6 129,25 297,72 −313,34
1,35*(1+2+3+4)+1,5*(5+6)

Combinaison (1+2+3+4+5+6)
Moment total 𝑀/𝐴 (𝑘𝑁𝑚⁄𝑚) −313,34
𝑅𝑉 ( (𝑘𝑁⁄𝑚) 297,72
𝑅𝐻 (𝑘𝑁⁄𝑚) 129,25
𝑀/𝐴
Excentricité 𝑒𝐴 = 1,05
𝑅𝑉
Tiers central
𝑏 3
= 1
3 3
2∗𝑏 2∗3
= 2
3 3

5 ∗ 𝑅𝑣 𝑒𝐴 1292,88 𝑘𝑁⁄𝑚2 ou 1,293 𝑀𝑃𝑎


𝜎𝑟é𝑓 = ∗ (1 − 1,2 ∗ )
2∗𝑏 𝑏
𝑅𝐻 0,43
𝑡𝑔(𝛿𝑅 ) =
𝑅𝑉
0,58
𝛿𝑅 (𝑒𝑛 𝑟𝑎𝑑𝑖𝑎𝑛)
0,65
𝑒 −𝛿𝑅 (𝐶 = 0)

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

120
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Annexes 6 : EIES et observations diverses

1. Description des mesures préventives de contrôle, de suppression, d'atténuation et de


compensation des impacts négatifs

Le bilan des impacts négatifs significatifs et les mesures environnementales et sociales


spécifiques requises pour atténuer les impacts négatifs et optimiser les impacts positifs sont
consignés dans le tableau ci-dessous. L’Entreprise contrastante s’engagera à mettre en œuvre
ces mesures pour accroitre la qualité du projet, son insertion dans l'environnement et garantir
sa contribution au développement endogène durable dans la zone du sous-projet.
2. Impacts et mesures d’atténuation.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

121
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Bilan des impacts significatifs et des mesures environnementales et sociales d’atténuation ou de bonification

Composant Activités sources


Milieu Période Description de l’impact Mesures préconisées
e affectée d’impacts
Terrassement et  Rejet de poussière et les émissions gaz
1. Mettre en place des panneaux de limitation de vitesse partout où cela
par les engins et le trafic des véhicules de
exploitation des est nécessaire
chantier
Phase de carrières 2. Limitation des vitesses à au plus 30 km/h lors du transport des
Air matériaux
travaux
3. Entretien régulier des engins et camions
4. Arrosage régulier des pistes à proximité des zones d’habitations
 Perturbation de la structure du sol avec
5. Veiller à ce que les camions chargés du transport des matériaux
les travaux et le transport desmariaux.et
Travaux de évitent les traversées inutiles des champs et empruntent les principales
fragilisation des terres dunaires
construction des voies d’accès aux sites de prélèvement des matériaux
traversées
digues et
Physique
exploitation des
 Risque de pollution par les déchets
carrières 6. Eviter les déversements des huiles de vidange et hydrocarbures sur les
Phase de liquides et solides
chantiers et les sites d’entretien et parking des engins
travaux
7. Mise en place d’un dispositif de collecte et d’élimination de déchets
de chantier(poubelles ou bacs ordures au niveau de la base vie et des
emprises des travaux) et évacuation des matériaux non utilisés
 Risque d’érosion des terrains suite à
Sol 8. .Remettre en état les sites d’emprunt de matériaux à l'issue du chantier
l’ouverture des zones de carrières
(remblai et compactage des zones touchées)

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

122
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Composant Activités sources


Milieu Période Description de l’impact Mesures préconisées
e affectée d’impacts
 Risque d’érosion suite à la modification
9. Aménager tous principaux koris collecteurs des eaux de ruissellement
locale du drainage naturel des eaux
débouchant sur les zones endiguées.
pluviales

Eau de Phase de Construction  Risque de polluer les eaux le long des


10. Eviter les déversements des matériaux et le rejet des débris d’arbres
berges
surface travaux digue abattus dans le fleuve
Dégagement de  Destruction de la végétation pendant les
11. L’abattage des arbres devra se limiter à ceux qui entravent les travaux
Phase de travaux de terrassement et construction
l’emprise de la de construction de la digue
préparati
digue
on et de
Construction de la
travaux
Végétation digue
Prélèvement de  Destruction des rhizomes de Bourgou au
12. Remise en état des sites et plantation de bourgou sur les sites
Phase niveau des sites de prélèvement de
l’argile la cuvette
construc l’argile
du fleuve pour la
tion
construction
Terrassement, et  Disparition de l’habitat de la petite faune
Biologique (reptiles, rongeurs et autres petits
ouverture des
Phase de oiseaux) suite aux travaux de
Faune carrières terrassement et de construction
travaux 13. Eviter la chasse sur les chantiers

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

123
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Composant Activités sources


Milieu Période Description de l’impact Mesures préconisées
e affectée d’impacts
Trafic des  Nuisances temporelles et perturbation de
14. Définir dans le cahier de prescriptions techniques les horaires de
la quiétude de la petite faune (oiseaux ;
véhicules de travail dans la journée
rongeurs et reptiles)
transport des 15. Veiller au respect des horaires de travail
matériaux et
mouvement des
engins
Présence de la  Perte d’habitat de poissons et diminution
16. Préserver l’intégrité d’une l’aire suffisamment large située entre la
Phase de zone de frayère des poissons en
digue digue et la berge du fleuve pour garantir une possibilité de zone de
période de crue suite à l’érection de la
d’exploit frayère aux poissons
digue
ation

 Nuisances diverses et des maladies


17. Veiller à l’interdiction d’accès du public au chantier
respiratoires chez les ouvriers liées aux
poussières et aux fumées
Qualité de
Travaux de
vie, Santé et
construction de la  Risques d’accident de travail tel que les
18. Limitation des vitesses des camions au niveau de la traversée des
Humain sécurité blessures lors des travaux
Phase de digue et quartiers et villages lors du transport des matériaux
travaux 19. Garantir la sécurité des ouvriers par la fourniture d’équipements
nécessaires (casques, gants, etc.).

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

124
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Composant Activités sources


Milieu Période Description de l’impact Mesures préconisées
e affectée d’impacts
d’aménagements  Nuisance sonore pour les riverains
20. Définir dans le cahier de prescriptions techniques les horaires de
(ronflement de moteurs et utilisation
intérieurs travail dans la journée et veiller à leur respect
répétée de klaxons)
21. Définir un bon phasage des travaux à travers la limitation de la durée
du chantier par l’augmentation de l’effectif des travailleurs

Présence du  Perturbation des activités familiales


22. Réserver et aménager des zones temporaires d’accès au fleuve pour
Riverains et (vaisselle, baignade) des populations
Phase chantier les populations riveraines
les loisirs riveraines notamment les jeunes et les
travaux femmes 23. Aménager des lavoirs partout où cela est nécessaire

Phase Sensibilisation des  Adhésion de la population


24. avant le démarrage des travaux, un séminaire
préparati populations d’information/sensibilisation destiné aux chefs de villages, chefs de
riveraines quartier, les communes, la société civile, la police nationale et
on municipale
Conflits et Travaux de  Risque de conflits entre les populations
25. Donner une priorité au recrutement de la main d’œuvre locale non
cohésion résidentes et ouvriers de chantiers en cas
construction de la qualifiée au niveau des quartiers et villages concernés
de non recrutement de la main d’œuvre
sociale Phase de digue et locale 26. Rendre fonctionnel l’ancien réseau d’irrigation par des travaux de
travaux d’aménagement curage afin de permettre l’approvisionnement des parcelles rizicoles
à partir dudit réseau et non par des conduites individuelles placées sur
intérieur
la digue. On évitera ainsi de perdre la campagne en cours. Le curage
se fera à la pelle mécanique ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

125
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Composant Activités sources


Milieu Période Description de l’impact Mesures préconisées
e affectée d’impacts
27. Compenser les pertes de quelques paysans qui auront perdu une partie
de leur production pendant les travaux

3. PGES de chantier
3.1. Contenu du plan opérationnel de gestion environnementale et sociale de chantier
3.1.1. Conception, gestion et hygiène des installations et base vie
Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Limiter les risques naturels pour les Choix du site, conception des installations et 1. La base vie dispose d’installations sanitaires.
résidents et optimiser la qualité de qualités des services 2. 20 poubelles seront disposées aux endroits indiquées pour recevoir les déchets ordinaires constitués
vie essentiellement de matières organiques,
3. Deux (2) réservoirs d’eau potable seront installés en quantité suffisante et la qualité d’eau sera adéquate
aux besoins ;

3.1.2. Gestion des sites de carrières et zones d’emprunt


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Limiter les impacts liés au bruit et à Définition d’un plan d’exploitation réduisant 1. Choix judicieux des carrières sur la base des recommandations de la mission de contrôle
la poussière et les risques de l’emprise au sol des activités, et la distance de 2. Les nouveaux emplacements d’extraction :
sécurité publique transport des matériaux et optimisant les bonnes a. Ne seront pas situés à proximité des emplacements cultuels et des zones humides,

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

126
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

pratiques environnementales applicables aux b. Ne seront pas situés à côté des cours d’eau dans la mesure du possible pour éviter l’envasement des
conditions opérationnelles du site. rivières,
c. Seront facile à réhabiliter ;
Au regard de l’inondation des ancienne d. : des sites avec la végétation minimale sont préférés
carrières, des nouvelles carrières seront 3. Exploitation des carrières sur les domaines publics soumises à une autorisation préalable et les carrières
identifiées sur les zones hautes des berges du exploitées sur un terrain privé soumises à déclaration
fleuve. Cela fera l’objet d’une étude d’impact 4. Signalisation des carrières et zones d’emprunt avec des panneaux de signalisation
environnementale et sociale. 5. Matérialisation des limites des zones d’emprunt
6. Les matériaux mis en dépôt seront protégés par des travaux de drainage
7. Les excavations seront exécutées de manière à éviter toute accumulation d’eau stagnante
8. La végétation naturelle délimitant les carrières sera conservée et protégée ;
9. Les matériaux de découverte et les terres végétales seront régalés dans un endroit découvert à proximité de
la carrière afin de faciliter la percolation de l’eau et d’éviter l’érosion. Cet espace aménagé en dépôt sera
laissé à disposition pour récupération futures de ces terres lors de la remise en état de la carrière (le cas
échéant) quand les quantités de matériaux utilisables seront épuisées
10. Un arrosage régulier sera effectué pour réduire l’envoi des poussières

3.1.3. Contrôle des poussières et autres émissions atmosphériques


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Limitation de la pollution de l’air à Suivre avec régularité l’efficacité 1. Toutes les pistes seront régulièrement arrosées par camions citernes avec une moyenne de
partir des sites d’activés et respect de la des mesures antipollution mises trois passages par jour entre 6 h et 18 h
règlementation en vigueur en œuvre sur les sites en 2. Les citernes seront ravitaillées à partir du fleuve
particulier les mesures de lutte 3. La vitesse sera fixée à 50 km/h sur les pistes latéritiques
contre la poussière le long des 4. Installation de panneaux régulateurs de vitesse au niveau des agglomérations traversées. La
accès au site vitesse sera fixée à 30 km/h dans les villages
5. L’entreprise se dotera d’un garage de chantier équipé pour la maintenance du matériel roulant
pour le maintenir en bon état de fonctionnement afin de minimiser les rejets de gaz
d’échappement dans l’atmosphère. L’Entreprise dispose à cet effet d’un garage à Niamey

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

127
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

3.1.4. Gestion des nuisances sonores


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
 Limiter le bruit sur le chantier et Mesures, préventions et 1. Les approvisionnements seront planifiés sur la journée afin d’éviter les livraisons aux heures
dans ses alentours adaptation aux contraintes locales susceptibles de créer des nuisances au voisinage
 Informer de la démarche qualité 2. Des panneaux indiquant l’itinéraire pour le chantier et accès livraison
environnementale du chantier 3. Les niveaux sonores (pression acoustique) des engins et outils utilisés sur le chantier (hors
dispositifs sonores de sécurité) seront inférieurs ou égaux à 80 dB(A) à 10 m de l’engin ou de
l’outil
4. Les engins seront en bon état de fonctionnement
5. Les engins seront dotés des klaxons de recul à fréquences mélangées
6. Les mouvements pour les approvisionnements seront réduits en groupant les déplacements
(livraisons groupées)
7. Le respect des horaires de travail réglementaires et les rythmes de vie des populations
3.1.5. Gestion du défrichement
Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Limiter les conséquences du Documenter les bonnes pratiques à 1. Lors de la préparation de terrain sur le site, les matériaux ligneux issus du débroussaillement
défrichement sur l’environnement mettre en œuvre lors des opérations de seront, soit utilisés sur place pour les besoins de l’exploitation soit restitués gratuitement de
de la zone défrichement manière organisée aux populations riveraines qui le désirent.
2. Aucun commerce de produits ligneux issus du site n’est autorisé
3. L’abattage d’arbre de grande taille (plus de 7 m) ne se fera qu’en cas d’absolue nécessité sous
autorisation officielle de coupe obtenue auprès de l’Administration des Eaux et forets
4. Lors des opérations de découverture, la terre végétale, soit par convention la couche superficielle
constituée des 20 premiers cm du sol, sera mise en réserve et conservée sur site pour les
opérations de remise en état.

3.1.6. Gestion des déchets


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

128
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Prévenir la population du milieu Misse en œuvre des principes de bonne 1. Des réceptacles pour recevoir les déchets seront disposés à proximité des diverses
naturel par la production de déchets gestion des déchets (limitation de la installations
solides de lixiviats et d’effluents production, réutilisation ou recyclage 2. Ces réceptacles seront vidées périodiquement et les déchets à déposer dans un dépotoir
stockage dans des conditions (fosse)
satisfaisant les pratiques 3. La fosse sera située au moins 50 m des installations au moins 100 m du cours d’eau (fleuve
internationales) et des effluents Niger)
(traitement approprié avant rejet) 4. Les déchets combustibles pourront être incinérés en condition contrôlées pour éviter tout
risque de feux de brousse
5. A la fermeture du site, la fosse contenant les déchets non combustibles et non récupérable
sera comblée avec de la terre jusqu’au niveau du sol naturel
6. Les déchets toxiques, notamment les batteries usagées et les filtres à huile, les morceaux de
tuyaux PVC, les bouts de ferrailles seront récupérés séparément dans des conteneurs
étanches afin d’être réexpédiés vers Niamey, dans un but de recyclage
7. Les Eaux renfermant de petites quantités d’huile provenant du contact avec l’équipement ou
des activités de récupération de déversements d’huile seront récupérées et traitées avant rejet
8. L’eau de lavage et de rinçage des équipements ne sera pas déchargée dans des cours d’eau
ou des drains
3.1.7. Gestion des hydrocarbures
Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Réduire les risques de pollution Préparation et mise en application de 1. Les aires d’entretien des engins devront disposer de réceptacle de récupération des huiles et des
chronique ou accidentelle de l’eau procédures rigoureuses dans graisses
ou des sols par les produits ou l’utilisation des produits chimiques 2. Les eaux usées provenant de ces aires d’entretien seront canalisées vers un puisard afin d’éviter
déchets dangereux stockés sur les dangereux, mise en place d’une l’écoulement des produits polluants vers les sols non revêtus
sites d’activité procédure d’intervention d’urgence en 3. Les aires de stockage des hydrocarbures, aires de ravitaillement, seront imperméabilisées
cas de déversement accidentel sérieux 4. Les citernes hors terre seront placées sur une aire bétonnée étanche et cette aire entourée d’un
de produit dangereux mur étanche constituant un bassin de réception de volume égal à au moins 15% du volume
d’hydrocarbures stockés
5. Les huiles usées seront stockées dans les futs à entreposer dans un lieu sûr
6. Les huiles usées seront données aux populations locales pour être réutilisées ou réexpédiées vers
Niamey dans un but de recyclage

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

129
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

3.1.8. Gestion du trafic du chantier et des accès au site


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Maintenir des conditions de sécurité Qualité des voies de circulation, 1. Mise en place de panneaux adéquats de signalisation et en quantité suffisante (des panneaux de
optimum sur les routes et sites signalisation prévention au niveau des signalisation indiquant des travaux, l’approche de chantier et des sorties des camions et engins,
comportements contrôle des accès les limitations de vitesse les virages dangereux, etc.)
2. Contrôle des conducteurs au respect des mesures prescrites et en cas de violation, appliquer des
sanctions qui seront déterminées par la loi
3. Sensibilisation des populations et des travailleurs de chantier sur les risques liés aux accidents de
chantier
4. Sensibiliser les populations et les conducteurs aux respects du code de la route
5. A la fin des travaux civils, toutes les voies d’accès seront réhabilitées

3.1.9. Gestion de la santé


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Assurer des conditions de bonne Détection des maladies transmissibles 1. Pour tout produit ou technique faisant l’objet d’une fiche de données sécurité, celle-ci sera
santé et de soins pour l’ensemble du en prévention des épidémies, réponse fournie au conducteur des travaux à l’arrivée sur le chantier et les prescriptions y figurant seront
personnel effective aux urgences être respectées
2. Une copie de chaque fiche sera conservée dans un classeur spécifique sur le chantier
3. Les règles de sécurité adoptées sur les chantiers comme précisées dans les plans particuliers de
sécurité et de protection de la santé
4. Des boites à pharmacie pour la protection collective seront en place et utilisées
5. Les équipements de protection individuels seront mis en place et portés (les chaussures de
sécurité, le casque de chantier antibruit si besoin)
6. La distribution des EPI se fera en fonction de l’activité, du poste de travail tout en tenant compte
du niveau d’exposition des travailleurs
7. La possession, la consommation ou la distribution d’alcool, de la drogue ou des substances non
autorisées sera formellement interdite sur tous les postes de travail

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

130
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

8. Les employés arrivant sur les lieux de travail ou exerçant leur tache sous l’influence de ces
produits seront sanctionnés conformément au règlement intérieur de l’entreprise (mise à pied ou
licenciement)
3.1.10. Plan d’approvisionnement et gestion de l’eau
Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Assurer des conditions de bonne Bonne gestion de l’eau pour l’ensemble 1. Il sera évité à tout prix d’être en conflit avec les demandes en eau des communautés locales.
sécurité, santé pour l’ensemble du du personnel de chantier et la 2. Pour l’eau utilisée pour l’alimentation du personnel de chantier, elle sera une eau potable ;
personnel construction des ouvrages. 3. Il sera mis sur le chantier, un réservoir d’eau potable destiné pour l’eau de consommation ;
4. Pour l’eau utilisée pour la construction des ouvrages et l’arrosage des pistes de circulation du
chantier, l’entreprise fait ses approvisionnements à partir du fleuve.
3.1.11. Plan de protection des ressources fauniques
Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Assurer une protection des Application des règles et respects de la 1. Interdiction au personnel de pratiquer la pêche illégale ;
ressources halieutiques règlementation en matière de pêche. 2. Pour protéger la faune aquatique, les équipements de prise d’eau seront équipés de grillage dont les
mailles seront assez fines afin d’éviter l’aspiration des alevins et des petits poissons.

3.1.12. Plan de remise en état du site


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Assurer la restauration du site en fin Mise en œuvre des principes de bonne 1.A la fin des travaux, l’Entreprise réalisera tous les travaux nécessaires à la remise en état des lieux ;
de chantier. gestion du site après le chantier. 2. L’Entreprise récupérera tout le matériel, engins et matériaux ;
3. Elle n’abandonnera aucun équipement ni matériaux sur le site ni dans les environs ;
4. Tous les déchets liquides ou solides seront évacués pour être stockés dans des endroits sécurisés ;
5. Toutes les fosses et trous seront comblés ;
6. Toutes les monticules artificielles seront nivelées ;
7. Le site ne devra présenter aucun risque de danger pour les populations, et en particulier les enfants ;
8. Les aires éventuellement bétonnées seront démolies et les matériaux de démolition mis en dépôts
sur un site approuvé par l’Ingénieur contrôle ;

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

131
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre

3.1.13. Plan de communication avec les riverains


Objectifs Principes Activités/disposition à mettre en œuvre
Informer, sensibiliser et former sur les Mise en œuvre des principes de 1. Recrutement d’un prestataire ;
dispositions à prendre en terme de sécurité, communication pour une gestion 2. Formation et sensibilisation des riverains par une équipe du prestataire au niveau des
d’accès au site, de respect des règles transparente pour les riverains. quartiers ;
environnementales etc..

Tableau 4 : impacts, mesures d’atténuation ou de bonification

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

132
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

3.2.Montant du PGES.

PGES CHANTIER
PRIX
DESIGNATIONS UNITE QTE PU
REF. TOTAL
Série 100 AIR
Camion-citerne pour l'arrosage des pistes
101 mois 5,00 1 500 000 7 500 000
d'accès
SOUS TOTAL AIR 7 500 000
Série 200 SOL
Délimitation et matérialisation de l'emprise
201 des travaux par des piquets et des banderoles u 1,00 1 500 000 1 500 000
de signalisation
Remise en état des carrières -
Chargement et transport de matériaux de
202 m3 10 000,00 1 700 17 000 000
comblement
203 Comblement des excavations au Bull j 20,00 80 000 1 600 000
204 Etalage de la couche arable au gradeur j 15,00 82 000 1 230 000
Dispositifs de collecte et d'évacuation des
-
ordures
205 Bac de collecte des ordures U 20,00 25 000 500 000
Evacuation des ordures: 20 bacs x 4 par
206 bac 300,00 2 500 750 000
mois x mois
207 Etude des nouvelles carrières u 1,00 4 000 000 4 000 000
SOUS TOTAL SOL 26 580 000
Série 300 Ressource en eau de surface
Plan de gestion des déchets (matériaux,
u 1,00 2 000 000 2 000 000
301 matières végétales et organiques)
SOUS TOTAL EAU 2 000 000
Série 400 Végétation
Plantation d'arbres et remise en état des sites
u 1,00 3 000 000 3 000 000
401 de plantation de Bourgou
402 Obtention des autorisations nécessaires u 2,00 500 000 1 000 000
SOUS TOTAL VEGETATION 4 000 000
Série 500 Sécurité et santé
501 Panneau de sécurité U 20,00 25 000 500 000
EPI (casque, souliers, Gilet, Gants,
502 équipements anti-bruit, etc..) renouvelables Pers 100,00 50 000 5 000 000
deux (2) fois pendant la durée du chantier
Boite à pharmacie (1 boite/quinzaine) pendant
503 U 10,00 100 000 1 000 000
5 mois
Confection de supports pédagogiques en
504 mois 1,00 1 000 000 1 000 000
matière de sécurité et de santé

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

133
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

SOUS TOTAL SECURITE ET SANTE 7 500 000


Série 600 Emploi et revenu
601 Sensibilisation des exploitants u 1,00 - -
Remplacement des conduites d'irrigation
602 ml 600,00 7 000 4 200 000
détruites pendant les travaux
603 Réhabilitation de l'ancien réseau d'irrigation ml 1 000,00 5 000 5 000 000
604 Construction de lavoirs de 6mx4m en BA U 4,00 2 000 000 8 000 000
SOUS TOTAL EMPLOI ET REVENU 17 200 000
Série 700 Gestion des impacts liés au chantier
701 Elaboration et mise en œuvre du PGES u
Formation et sensibilisation des riverains sur
702 u 1,00 2 000 000 2 000 000
les activités du chantier
Recrutement d'un environnementaliste de
703 h/mois 5,00 1 200 000 6 000 000
chantier
SOUS TOTAL GESTION DES IMPACTS 8 000 000
Série 800 Mesures d'urgence
801 Réalisation d'un batardeau provisoire ml 700,00 20 000 14 000 000
SOUS TOTAL MESURES D'URGENCE 14 000 000
TOTAL GENERAL PGES HT HD 86 780 000
TVA 19% 16 488 200
TOTAL GENERAL TTC 103 268 200

Tableau : Coût estimatif de la mise en œuvre du PGES du chantier

4. SPECIFCATIONS DE L’APD / DAO : Critères d’évaluation et de qualification des


soumissionnaires.

Dans les procédures de sélection des entreprises, un des principes généraux, l’égalité dans le
traitement des candidats semble ne pas être respectée.

En effet, le DAO stipulait d’accorder une marge de préférence nationale de 7,5% (sept pourcent
et demi) aux entreprises nationales conformément et sous réserve des dispositions suivantes :

(a) Les entreprises souhaitant bénéficier d’une telle préférence, doivent, dans le cadre des
justifications en support à leurs qualifications, fournir également les informations portant entre
autres sur l’actionnariat de l’entreprise, et permettant d’établir si l’entreprise (ou les entreprises
groupées) est (sont qualifiée(s) pour bénéficier de la préférence nationale conformément à la
classification établie par l’Emprunteur et acceptée par la Banque.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

134
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

(b) Une fois reçues et revues par l’Emprunteur, les Offres conformes pour l’essentiel seront
classées en deux groupes :

(i) Groupe A : Soumissionnaires nationaux éligibles à la préférence nationale ;

(ii) Groupe B : Autres Soumissionnaires.

Dans un premier temps, toutes les Offres évaluées d’un Groupe seront comparées entre elles
afin de déterminer l’Offre évaluée la moins disante de chaque Groupe, qui sera à son tour
comparée avec l’Offre évaluée la moins disante de l’autre Groupe. Si à l’issue de cette
comparaison, une Offre du Groupe A est la moins disante, elle sera l’attributaire du Marché. Si
une Offre du Groupe B est la moins disante, dans une seconde étape, toutes les offres du Groupe
B majorées d’un montant équivalent à 7,5% (appliqué au montant des Offres corrigées pour
erreurs arithmétiques et rabais et excluant les Sommes à Valoir et les Travaux en Régie, le cas
échéant), seront comparées à l’Offre évaluée la moins disante du Groupe A. Si l’Offre du
Groupe A est la moins disante, elle sera l’attributaire du Marché ; dans le cas contraire, l’Offre
évaluée la moins disante du Groupe B telle que déterminée lors de la première étape ci-dessus
sera sélectionnée

5. Prolongation des délais d’exécution

L’Entrepreneur avait droit à une prolongation des délais d’exécution dans le changement de la
masse de travaux. Au cours de l’exécution des travaux, pour la sécurisation des travaux, il a été
rajouté des travaux. Ainsi, la couche de pose des dallettes qui était initialement en latérite a été
remplacée par une couche de 5 cm de sable. Pour éviter la dispersion de l’argile et le départ du
matériau (le matériau étant dispersif), il a été prévu la pose du géotextile sur lequel on disposera
les 5 cm de sable. Cette masse de travaux représente 47% des travaux initiaux et ont justifié la
conclusion d’un avenant.

6. Etude de prix des travaux en cours.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

135
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Les travaux en diagramme

3,20%
Installation de
chantier
26,53% 24,10%
Terrassement

46,17%
Génie Civil

Avenant N°1

Figure 16 : Travaux en diagramme

Réf Désignation des travaux Unités Prix unitaires Quantités Montant Total

Série
Installation du chantier/dossier d'exécution
100
101 Installation et repli de chantier U 50 000 000 1,00 50 000 000
Etablissement des dossiers d'exécution et de
102 U 10 000 000 1,00 10 000 000
récolement
Sous total 100 60 000 000
Série
TERRASSEMENTS
200
201 Débroussaillage et décapage sur 20ml de large m2 300 51 500,00 15 450 000
202 Déblais en masse aux engins m3 3 000 20 435,00 61 305 000
Remblai argileux arrosés et compactés pour
205 m3 4 000 85 453,00 341 812 000
digue et tranchée d'ancrage
Remblais latéritiques arrosés et compactés pour
207 m3 6 000 3 095,00 18 570 000
couronnement digue de 20cm d'épaisseur
208 Rampe en remblais latéritiques pour voie d'accès U 2 000 000 5,00 10 000 000
Fossé de garde pour l'évacuation des eaux de
210 ml 5 000 900,00 4 500 000
ruissellement
Sous total 200 451 637 000

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

136
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Série
GENIE CIVIL
300
Dallettes en béton armé dosé à 350Kg/m3 et
301/C1 20Kg d'acier/m3 y compris joint et toute sujétion m2 11 500 21 669,91 249 203 965
pour protection talus amont de la digue
Dallettes en béton armé dosé à 350Kg/m3 et
301/C2 20Kg d'acier/m3 y compris joint et toute sujétion m2 10 000 21 947,91 219 479 100
pour protection talus aval de la digue
Réalisation d'ouvrages de prises à 2 vannes de
301/d U 5 000 000 1,00 5 000 000
80/100 y compris toute sujétion
Réalisation d'ouvrages de vidange munis de
301/e clapets anti-retour de Ø 800 mm y compris toute U 10 000 000 3,00 30 000 000
sujétion
Béton cyclopéen pour ancrage d'appui des
301/h m3 110 000 2 960,87 325 695 150
dallettes
Revêtement en perré maçonné au droit des
303 m2 20 000 150,00 3 000 000
ouvrages
309 Fourniture et pose d'une plaque de signalisation U 50 000 1,00 50 000
Sous total 300 832 428 215
SOUS TOTAL GENERAL MARCHE INITIAL 1 344 065 215

AVENANT N°1
Série
TRAVAUX NEUFS
400
401 F& P géotextile sous dallette amont m2 8 000 23 643,82 189 150 560
Réalisation de lit de pose de 5cm en sable sous
402 m2 5 000 21 669,91 108 349 550
dallette amont
403 F& P géotextile sous dallette aval m2 8 000 23 921,82 191 374 560
Réalisation de lit de pose de 5cm en sable sous
404 m2 5 000 21 947,91 109 739 550
dallette aval
405 Plus-value de transport pour matériaux argileux m3xKm 500 222 446,40 111 223 200

Sous total 400 709 837 420


TOTAL GENERAL HT HD 2 053 902 635
TVA 19ù 134 869 110
TOTAL GENERAL TTC 2 188 771 745

Tableau : Coût estimatif des chantiers de réhabilitation de la digue de Goudel.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

137
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Taux d'avancement général

9,82%

Travaux réalisés et
réceptionnés
90,18% Travaux certifiés non
conformes

Figure 17 : Taux d'avancement général

Taux d'avancement des travaux


100,00

80,00

60,00
94,98
40,00 76,52
70,00 61,98
20,00

0,00
Installation et Terrassement Génie civil Travaux issus de
repli de chantier l'avenant

Figure 18 : Taux d'avancement spécifique des travaux.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

138
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Taux d'avancement global des travaux

42,93%

Travaux exécutés

57,07%
Travaux restants à
exécuter

Figure 19 : Taux d'avancement général du projet.

Tauux d'avancement du marché global


120,00

100,00
% de travaux réalisés

80,00

60,00

40,00 84,33
70,00
48,32
20,00
20,28
-
Installation de chantier Terrassement Génie Civil Travaux issus de l'avenant
Travaux réalisés

Figure 20 : Taux d'avancement spécifique des travaux du projet

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

139
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Taux d'avancement général des travaux par rapport au délai contractuel consommé
Consommation délai Taux avanc. travaux

160,00
Le taux d'avancement des travaux (%)

150,00
145,45
140,00
136,36
127,27
120,00 118,18
109,09
100,00 100,00
90,91
80,00 81,82
72,73
60,00 63,64
54,55
45,45 42,93
40,00
36,36 40,11 42,14 42,55
34,20 33,26
27,27
20,00 22,45 25,76
18,18 16,62 18,64
9,09 5,92 7,28 8,53 10,49
0,00 0 0,11 1,75 3,91

Le délai contractuel (jour).


NB: Le délai contractuel du projet est considéré comme étant la date de fin
des travaux au plus tard.

Figure 21 : Taux d'avancement général et global des travaux des trois digues par rapport au
délai contractuel consommé.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

140
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

COMPARAISON DES TAUX D'AVANCEMENT DES TROIS CHANTIERS ET


DU PROJET GLOBAL

Goudel Saga Lamorde Projet Global


100,00

90,00 90,18

80,00
75,77 76,90
73,44
70,00

60,00
56,30
50,00
48,12
42,93
42,55
40,00 40,11 42,14
34,20 33,26 34,20
31,94
30,00 29,79 29,79 29,79 30,70 29,99 30,15
25,42 25,76 23,47 24,77 24,77 24,21
24,21
22,56 23,61 22,45
20,00 19,33 20,21 20,62 20,33 18,64 18,04 19,53 18,95 20,04 21,40
16,95
13,31 11,56
10,00 10,08 8,53 10,49
8,04 7,50
4,88 5,52 5,25 7,28
5,25 5,92
1,75
1,63 2,72 2,95 2,66
0,00 0,00 0,32
0,11
0,04
0,01 0,01 0,04 0,04 0,29 0,29

Figure 22 : Avancement général des travaux du projet par rapport au délai consommé.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

141
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Annexes 7 : Photos de chantier et Plans d’ouvrages

1. Photos de chantier

Photo 6 : Décapage de la terre végétale et exécution de la tranchée d’ancrage.

Photo 7 : Exécution de la planche d’essai et remblai de la tranchée d’ancrage.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

142
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Photo 8 : Réalisation des essais de densité in situ avec du densitomètre à membrane,


réception de la couche, autorisation de poursuite du remblai.

Photo 9 : Arrosage de la couche réceptionnée et nouvel approvisionnement en matériau pour


la couche suivante

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

143
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Photo 10 : Approvisionnement et mise en œuvre du remblai de la couche suivante du corps de


digue.

Photo 11 : Couronnement latéritique de la crête de la digue.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

144
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Photo 12 : Talutage manuel des talus de la digue

Photo 13 : Mise en place du géotextile, de la couche de pose de sable et des dallettes pré
fabriquées.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

145
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Photo 14 : Pose des dallettes contre l’ancrage d’appui et voici la digue réalisée.

Photo 15 : La préfabrication des dallettes avec un moule de 12 unités.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

146
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

16: Confection des éprouvettes de béton

17: Conservation des éprouvettes de béton

2. Plans d’ouvrages.

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

147
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

148
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

149
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

150
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

Profils en long du début et de la fn de la digue de protection

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

151
Etudes techniques pour la réhabilitation de trois digues de
protection dans la ville de Niamey : site de Goudel

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE / MASTER GCH / 2017 / Koffi ATCHOU

152