Vous êtes sur la page 1sur 8

Les grandes manœuvres Ferroviaire :

l’Occitanie
se mobilise
d’Amazon en France pour ses LGV

▶ L’e-commerçant déploie
son réseau logistique en
France. Le groupe devait
▶ L’américain, qui dispose
de cinq grands centres de
distribution dans l’Hexa-
▶ Le roi du commerce en
ligne cherche à racheter
un distributeur en France
▶ Des contacts ont été pris
avec Casino – concernant
Monoprix –, Intermarché
V olem nostre TGV ! » Peut-
être Carole Delga, la pré-
sidente de la région Occi-
tanie, en passera-t-elle par la lan-
gue d’oc pour déclarer haut et
inaugurer, mardi, un site à gone, projette d’en ouvrir ou nouer un partenariat, et Système U. Mais le fort à la France entière : « Nous
Boves (Somme), en pré- un près de Senlis (Oise), afin de se développer dans groupe a trouvé porte close voulons notre TGV. » Mercredi
sence d’Emmanuel Macron avec 500 emplois à la clé les magasins physiques PAGE 5 4 octobre, la patronne PS de la ré-
gion organise à Toulouse une
grande journée de mobilisation
pour les transports collectifs,
ayant pour objectif de peser sur

Nokia, Alstom… Des promesses pas toujours tenues les Assises de la mobilité.
Cette large concertation, desti-
née à définir les priorités du
transport en France, est en cours
▶ Emmanuel depuis le 19 septembre et débou-
chera sur une loi d’orientation
Macron s’est rendu, en 2018. Il s’agit donc de convain-
mardi 3 octobre, cre d’urgence le gouvernement
de financer des lignes à grande
sur le site Whirl- vitesse (LGV) entre Bordeaux et
pool d’Amiens, Toulouse et entre Montpellier et
repris par un Perpignan.
Car il y a péril pour les rails occi-
industriel local tans. La pause sur les grands pro-
▶ Le plan jets ferroviaires décrétée par Em-
manuel Macron, le 1er juillet, lors
social annoncé de l’inauguration de la LGV
chez Nokia Le Mans-Rennes, visait en parti-
pose la question culier plusieurs programmes en
préparation, dont GPSO (Grand
de la valeur Projet ferroviaire du Sud-Ouest),
des engagements représentant 9 milliards d’euros
d’investissements et reliant à
des repreneurs plus de 300 kilomètres/heure
▶ Le refus de l’Etat Bordeaux à Toulouse et à Dax.
éric béziat
de rester au capital LIR E L A S U IT E PAGE 4
d’Alstom fait
polémique

9
PAGE 3

Emmanuel Macron,
à l’usine Whirlpool COÛT EN MILLIARDS D’EUROS
d’Amiens, lors de la DU GRAND PROJET FERROVIAIRE
campagne présidentielle, DU SUD-OUEST, QUI DOIT RELIER
le 26 avril. BORDEAUX À TOULOUSE ET À DAX
CHESNOT/GETTY IMAGES/AFP

AGRICULTURE PERTES & PROFITS | STARBUCKS


LE TON MONTE
Un café de potiron au comptoir
ENTRE ÉLEVEURS
ET ASSOCIATIONS DE 0123
P
horS-SérIe

DÉFENSE DES ANIMAUX anique sur la Toile, le Pumpkin Spice


Latte a disparu des écrans radars. Le
pourtant produit et torréfie ses propres grains,
et fabrique les multiples sirops (vanille, noi-
célèbre café au lait aromatisé au poti- sette, potiron) qui aromatisent ses fameux
PAGE 4
ron et épices, concocté par Starbucks, « caffe latte ». Plus barman que marchand.
n’est soudain plus à vendre. « J’en ai besoin ! », Déjà en juillet dernier, la firme avait annoncé
se lamente un client sur Twitter. Qu’il se ras- qu’elle fermait les 379 magasins de la chaîne
SOCIAL sure, depuis le 8 septembre, la boisson est dis- Teavana, qui vendaient du thé dans les centres
TRENTE ANS APRÈS, ponible dans tous les cafés de la marque. En re-
vanche, impossible désormais de trouver sur le
commerciaux. Une activité pourtant achetée
en 2012 pour 620 millions de dollars cash
LE BILAN MITIGÉ DE Web le sirop de potiron, ingrédient clé de ce
breuvage d’automne typiquement américain.
(528 millions d’euros).
Howard Schultz, le président et fondateur de
LA LOI SUR L’INSERTION Starbucks a en effet fermé, ce dimanche 1er oc-
tobre, sans prévenir, son magasin en ligne. Plus
la société, l’avait laissé entrevoir en avril, en re-
connaissant devant les investisseurs que
PROFESSIONNELLE
DES HANDICAPÉS
possible d’acheter via Internet les cafés et les si-
rops aromatisés qui font la notoriété de la
firme de Seattle. Pour les consommer, il faudra
« chaque détaillant, s’il veut gagner dans l’envi-
ronnement actuel, doit devenir le lieu d’une ex-
périence. Votre produit ne doit pas être disponi- 1917
PAGE 5
obligatoirement se rendre dans l’un des 25 700
bars implantés dans le monde.
ble en ligne, ni sur Amazon. » Un appel au re-
tour de la rareté et de l’exclusivité dans un La révoLution
La plus grande chaîne de café du monde
quitte Internet. A l’heure où tous les commer-
monde d’abondance. Aujourd’hui, le public
veut de l’exceptionnel. Il déserte les exposi- russe Le récit de L’historien
marc ferro
çants se lamentent de la désertification des tions permanentes et accepte de faire trois
magasins physiques et ne jurent plus que par heures de queue pour être le premier à décou-
« l’omnicanal », la vente par tous les moyens de vrir l’exposition éphémère sur Gauguin ou
diffusion possibles, Starbucks pense tout le Vermeer à Paris ou Amsterdam.
contraire. « Nous voulons simplifier nos canaux C’est la même chose pour le café latte au poti-
de vente », affirme la société. ron. Il signe le retour de l’automne et dure le 1917 LA RÉVOLUTION RUSSE
j CAC 40 | 5 364 PTS + 0,26 % temps d’une saison. Et pour les fans, il reste à
LE RÉCIT DE L’HISTORIEN MARC FERRO
Plus barman que marchand suivre la recette de Stella sur son site, qui sug-
j DOW JONES | 22 557 PTS + 0,68 % Qu’est-ce qui a poussé l’entreprise américaine gère d’acheter la citrouille, de fabriquer son Un hors-série du « Monde »
J EURO-DOLLAR | 1,1734 à prendre une décision aussi radicale ? D’abord, propre sirop en mélangeant la purée avec de 100 pages - 8,50 €
J PÉTROLE | 55,93 $ LE BARIL la reconnaissance des faibles performances de l’eau, du sucre et des épices. En somme, de re- Chez votre marchand de journaux
cette activité par rapport aux coûts qu’elle en- découvrir le summum de l’exclusivité : la cui-
J TAUX FRANÇAIS À 10 ANS | 0,73 % et sur Lemonde.fr/boutique
gage. Et puis la conviction que vendre du thé ou sine à la maison. p
VALEURS AU 3 OCTOBRE À 9 H 30 du café n’est pas le métier de Starbucks, qui philippe escande

Cahier du « Monde » No 22620 daté Mercredi 4 octobre 2017 - Ne peut être vendu séparément
2 | plein cadre 0123
MERCREDI 4 OCTOBRE 2017

Désigné par les associations


anticorruption, le 10, Hyde Park
Crescent appartiendrait à l’ex-chef
d’Etat nigérian Adbusalami Abubakar.
GUILHEM ALANDRY POUR « LE MONDE »

londres – correspondance
Londres, grande lessiveuse
L
e car rempli de passagers tente
péniblement de se frayer un che-

de l’argent sale nigérian


min dans les petites rues de Lon-
dres. Au micro, à l’avant, le guide
attire l’attention sur le bâtiment
qui se rapproche sur la droite.
« Nous arrivons maintenant à la hauteur de
Park View, avec son splendide penthouse et sa
vue plongeante sur Regent’s Park. »
La visite qui se déroulait mercredi 27 sep-
tembre n’avait rien de touristique. Organisée
Plusieurs associations de lutte 2016 a cependant réussi à prouver qu’au
moins un millier de ces logements apparte-
trop forte, il faudra que cette dernière s’expli-
que. » La loi a été votée en avril.
par une coalition d’associations de lutte con-
tre le blanchiment d’argent (ClampK, Trans-
contre la corruption dénoncent naient à des « personnes exposées politique-
ment », euphémisme utilisé dans la finance
Depuis quelques mois pourtant, l’élan réfor-
miste britannique semble avoir été brisé. La
parency International, Global Witness…) et
baptisée « KleptoTour », elle réunissait acti-
le rôle joué par l’immobilier de pour désigner celles qui représentent un fort
risque de corruption. « On pense que ce n’est
deuxième grande promesse de M. Cameron
était de créer un registre des propriétaires im-
vistes et journalistes. Objectif : faire le tour
des villas et appartements luxueux soup-
luxe de la capitale britannique que le sommet de l’iceberg », affirme Rachel
Davies, de Transparency International.
mobiliers étrangers (il en existe déjà un pour
les résidents au Royaume-Uni). Avec cet outil,
çonnés d’être issus de l’argent de la corrup-
tion internationale. Les militants ont trouvé
dans le blanchiment. Après avoir Dans ce jeu de blanchiment d’argent par
l’immobilier londonien, le Nigeria occupe
se cacher derrière une société offshore ne de-
vrait plus être possible. En avril, le gouverne-
ce moyen original pour attirer l’attention sur
le rôle de Londres comme grande lessiveuse
sévi , le gouvernement semble une place importante. « Londres est l’un des
endroits favoris des élites nigérianes », rap-
ment britannique a publié un projet allant
dans ce sens. « La consultation avançait bien,
mondiale. Après s’être consacrés aux oligar-
ques russes il y a dix-huit mois, ils se concen-
vouloir faire demi-tour pelle Matthew Page, un consultant qui a tra-
vaillé quinze ans auprès du département
on était d’accord sur tous les grands sujets », ra-
conte Roman Borisovich, de l’association an-
trent cette fois-ci sur le Nigeria. d’Etat américain. Il rappelle ce chiffre vertigi- ti-blanchiment ClampK. Mais depuis mai,
Au cœur du très chic quartier de Sloane neux : 178 milliards de dollars (151 milliards plus de nouvelles. Les militants craignent que
Square, se trouve ainsi un bel hôtel particulier d’euros) de flux financiers illégaux ont quitté le projet ne soit enterré.
possédé par le président du Sénat nigérian, reils de fitness et de musculation à plus de le Nigeria entre 2004 et 2013, d’après l’asso- Entre-temps, la première ministre britanni-
Bukola Saraki, dont le nom est apparu dans 10 000 euros pièce… Sa mère et son fils ciation Global Financial Integrity. « Impossi- que Theresa May a organisé des élections lé-
les « Panama Papers », ces millions de fichiers étaient aussi logés dans ses propriétés. ble de dire combien, mais une bonne partie gislatives en juin et perdu sa majorité absolue
issus d’un cabinet d’avocats panaméen qui D’après les accusations américaines, le train termine à Londres. » à la chambre des Communes. Les associations
ont jeté une lumière crue sur le monde opa- de vie dispendieux de l’ancienne ministre du Le Nigeria n’est évidemment pas le seul pays soupçonnent qu’elle ne veuille plus écorcher
que de la finance offshore. A proximité, la pétrole était directement financé par les pots- en cause, et les associations entendent avant la réputation de Londres comme capitale per-
fondation du vice-président du Sénat, Ike de-vin versés par deux hommes d’affaires ni- tout dénoncer l’attitude jugée laxiste des missive pour l’argent étranger. « Avec le Brexit,
Ekweremadu, est propriétaire d’un apparte- gérians. Début 2011, Kolawole Akanni Aluko et autorités britanniques. « La corruption au Ni- le gouvernement veut peut-être conserver un
ment. L’ancien chef d’Etat nigérian Abdulsa- Olajide Omokore ont reçu des licences pour geria n’est pas nouvelle, et c’est à ce pays de la plan de secours, avec la possibilité de se trans-
lami Abubakar en possède également un exploiter des gisements d’hydrocarbures AU CŒUR résoudre, explique Oliver Bullough, un jour- former en refuge offshore si les négociations
dans un quartier voisin. A chaque fois, il s’agit
d’hommes politiques dont les salaires offi-
dans les eaux du Nigeria. A la même période,
ils ont acquis ces résidences, par l’intermé-
DE CE MONOPOLY naliste d’investigation qui prépare un livre
sur le sujet. Mais depuis les années 1960, la
tournent mal », avance M. Borisovich. Le mi-
nistère britannique de l’industrie, chargé du
ciels peuvent difficilement expliquer qu’ils diaire de sociétés offshore enregistrées aux GRANDEUR NATURE, mondialisation a ouvert la possibilité de ca- projet de loi, réplique que la consultation
puissent se loger dans le centre de Londres. îles Vierges britanniques et aux Seychelles. cher cet argent par le biais des paradis fiscaux, « poursuit son cours » et que ses résultats se-
Et cela ne suffisant sans doute pas, la minis- DES PROPRIÉTÉS et de l’investir notamment ici dans l’immobi- ront publiés en temps voulu.
LE PENTHOUSE DE « MADAM D. »
Dans ce jeu de Monopoly grandeur nature,
tre et sa mère ont finalement décidé de vivre
entre 2012 et 2014 dans deux luxueux appar-
EN BORDURE DE lier. C’est le côté obscur de la mondialisation.
Dans cet univers, Londres, c’est l’Etoile de la TRAVELLER’S CHEQUES EN AMBULANCE
Diezani Alison-Madueke tient un rang à part. tements de location, toujours près de Regent’s REGENT’S PARK, mort », dit-il en référence à la saga Star Wars. La motivation des autorités britanniques à
C’est à l’ancienne ministre du pétrole de 2010 Park, dont les loyers étaient payés par les mê- La capitale britannique sert de grande lessi- agir ne convainc pas tout le monde. La visite
à 2015 qu’appartient le fameux penthouse de mes hommes d’affaires, selon l’accusation du DÉCORÉES veuse, avec son réseau historique de paradis guidée nous mène maintenant à Kensington
Park View. Elle aime visiblement beaucoup le gouvernement américain. Montant versé en fiscaux, et c’est à la fois un endroit où les élites West, une tour résidentielle en plein cœur de
gazon de Regent’s Park. Elle possède ou a pos- deux ans et demi : 538 000 livres (environ À GRAND FRAIS mondiales adorent résider. Londres. L’un des appartements a été acheté
sédé trois propriétés en bordure de ce splen- 615 000 euros). Mme Alison-Madueke fait PAR L’EX-MINISTRE En 2015, David Cameron, alors premier mi- en 1997 par un certain Mohammed Navarrio,
dide espace vert du centre de Londres : au maintenant l’objet de procédures judiciaires nistre britannique, a donné un coup de pied qui était en fait le pseudonyme du fils de l’an-
nord, au sud et à l’est. Une quatrième villa au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, ce qui ex- NIGÉRIANE dans la fourmilière. Lui dont le père avait été cien dictateur nigérian Sani Abacha (1993-
dans le Buckinghamshire, en grande banlieue plique que ses propriétés soient identifiées. un courtier grand utilisateur de paradis fis- 1998). « A l’époque, l’argent partait du palais
ouest de Londres, vient compléter ce tableau Mais l’immense majorité de l’argent de la cor- DU PÉTROLE caux a tenu un discours solennel à Singa- présidentiel sous forme de traveller’s cheques,
de chasse immobilier. Prix total lors de l’achat ruption qui arrive jusqu’à Londres est, par dé- pour : « Le Royaume-Uni ne doit pas devenir un qui étaient transportés en ambulance jusqu’à
en 2011 : 11,5 millions de livres (13,1 millions finition, cachée. refuge pour l’argent de la corruption du reste sa résidence », raconte M. Page. Le fils du dic-
d’euros), selon les accusations du ministère Ces dernières années, les lois contre le blan- du monde. » Il a tenu parole en créant un nou- tateur, Mohammed Abacha, était l’un des
de la justice américain, qui a lancé en juillet chiment se sont durcies, notamment au ni- vel outil juridique, « la confiscation pour ri- hommes liges du blanchiment d’argent,
une demande de saisie de ces biens. veau des banques, désormais obligées de pro- chesse inexpliquée (« unexplained wealth or- comme l’ont prouvé plusieurs procès, qui
« Madam D. » ou « The Madam », comme céder à des vérifications sur leurs clients. der ») », qui permet à un juge de geler un actif ont révélé que son nom de code était Navar-
l’appelle le personnel de maison, semble Mais il reste un trou béant avec l’immobilier. si son propriétaire n’arrive pas à justifier la rio. « Le dictateur est mort depuis vingt ans, et
avoir le goût de la décoration. Dans chacune Actuellement, 44 000 propriétés à Londres provenance de l’argent. « Jusqu’à présent, il le pseudonyme est connu depuis longtemps
de ses propriétés londoniennes, elle a lancé sont possédées par des sociétés étrangères, était très difficile d’agir si la personne suspectée des forces de l’ordre : qu’est-ce que les autorités
de grands travaux de rénovation ou de déco- dont 91 % sont enregistrées dans des paradis n’avait pas été condamnée pour corruption, britanniques attendent pour agir ? », s’étonne
ration : installation d’un ascenseur, réfection fiscaux. Impossible de connaître leur proprié- explique Mme Davies, de Transparency Inter- M. Page. L’appartement vaut aujourd’hui
complète de la cuisine, meubles et peintures taire réel. Une fascinante enquête de Transpa- national. Désormais, si la différence entre la 1,5 million de livres (1,7 million d’euros). p
achetés aux Etats-Unis, commande d’appa- rency International et Thomson Reuters en valeur du bien et les revenus de la personne est éric albert
0123
MERCREDI 4 OCTOBRE 2017 économie & entreprise | 3

Reprise d’entreprises : des paroles et des actes


Les candidats montrent patte blanche avant le rachat, mais oublient parfois leurs promesses

I
l est de retour. Mardi 3 octo-
bre, Emmanuel Macron s’est L’horizon
rendu à l’usine Whirlpool s’est éclairci
d’Amiens (Somme), l’un des
hauts lieux médiatiques de la pour le site
campagne présidentielle. Le Whirlpool
26 avril, celui qui était alors candi-
dat s’était rendu à la préfecture d’Amiens,
pour discuter avec l’ensemble des où Emmanuel
organisations syndicales de l’ave-
nir du site après la délocalisation Macron s’est
de la production en Pologne. rendu mardi
Dans le même temps, sa concur-
rente, la présidente du Front na- Le ministre
tional Marine Le Pen, s’était dé- de l’économie,
placée sur le parking de l’usine Bruno ché français, retombé à son ni-
pour exprimer son soutien aux Le Maire, veau de 1960. « La France reste un
ouvriers… Informé de cette pré- à l’usine pays stratégique pour le groupe »,
sence, M. Macron avait fini par re- d’Alstom affirme la direction, qui souligne
joindre les salariés pour un long de Petite-Forêt que 40 % des fonctions centrales y
échange. (Nord), le sont localisées, autant qu’en
Six mois plus tard, le président 29 septembre. Suisse.
de la République revient sur les PASCAL ROSSIGNOL/
lieux alors que la situation s’est REUTERS General Electric, dans l’attente
largement éclaircie. Début 2017, Après une bataille homérique en-
l’américain, en annonçant la délo- tre General Electric et Siemens
calisation de son usine d’Amiens, sous l’œil d’Arnaud Montebourg,
s’était engagé auprès du gouver- alors ministre du redressement
nement français à trouver un ou productif, le groupe américain fi-
plusieurs repreneurs avant l’arrêt nit par avaler la branche énergie
de sa production, prévu en d’Alstom en 2015. A la clé, un
juin 2018. C’est chose faite. Mi- grand nombre d’engagements ar-
septembre, le groupe industriel a rachés par M. Montebourg à Jeff
signé avec WN, une société créée Immelt, alors PDG de GE. Parmi
par Nicolas Decayeux, un indus- ces derniers, l’installation en
triel local, un accord pour la re- France des sièges mondiaux des
prise du site et la création de flexibles servant à produire de pe- Si Whirlpool semble respecter aujourd’hui figure de bon élève tinu à chaud ont été remplacés, la divisions réseaux, énergie renou-
277 postes, à l’horizon 2020, pour tites et moyennes séries. ses engagements, que valent ceux parmi les investisseurs étrangers. ligne de laminage modernisée… velable et des turbines vapeurs,
autant de postes supprimés. « Début janvier 2018, nous instal- pris par les industriels à l’heure Malgré la crise de la sidérurgie, Ar- Quant aux hauts fourneaux, Ar- ainsi que la création de trois coen-
Accompagné par Whirlpool, BPI lerons les machines et commence- des rachats ou de grandes crises ? celorMittal a largement respecté celorMittal les a, comme prévu, treprises avec l’actuel Alstom. Le
Group et les pouvoirs publics, rons à recruter parmi le personnel Nokia, Arcelor ou General Electric les engagements pris envers l’Etat maintenus en l’état, même si de produit tiré de ces cessions de
M. Decayeux entend réutiliser le de Whirlpool les futurs opéra- (GE) ont-ils tenu leur promesse en novembre 2012. A Florange, le nouvelles dépenses seraient né- coentreprises permettra à Alstom
savoir-faire local pour produire à teurs », précise M. Decayeux. D’ici alors que Siemens Mobility et Als- groupe s’était engagé à investir cessaires pour redémarrer éven- de financer des dividendes excep-
son compte, ou pour des tiers, des à février, il devrait embaucher au tom se rapprochent ou que Fin- 180 millions d’euros sur cinq ans. tuellement l’installation. En ma- tionnels à ses actionnaires lors du
boîtes réfrigérées pour le trans- minimum 235 personnes afin de cantieri reprend STX ? Promesse tenue : 190 millions tière d’emploi, enfin, 629 postes mariage avec Siemens Mobi-
port de sang ou les vaccins, par lancer la production de WN dès d’euros d’investissements de- ont certes été supprimés, mais lity.Par ailleurs, GE s’est engagé à
exemple, et des chargeurs pour juin 2018. En parallèle, des discus- ArcelorMittal, le bon élève Voué vraient être engagés sur la pé- sans licenciements secs. Plus de la créer 1 000 postes nets d’ici à
voitures électriques. Quelque sions se poursuivent pour ac- aux gémonies par certains après riode, selon le dernier rapport du moitié du personnel a bénéficié 2018, tout en maintenant le nom-
21 millions d’euros seront investis cueillir d’autres activités sur le l’achat en 2006 d’Arcelor, puis la comité de suivi. La cokerie a été do- d’un reclassement sur le site. bre d’emplois de GE-Alstom en
sur trois ans afin d’acheter, no- site avec un objectif de 300 postes fermeture des hauts fourneaux de tée d’un gazomètre reconfiguré, France. Depuis, environ 500 em-
tamment, de nouvelles machines au total. Florange en Lorraine, Mittal fait les vieux moteurs du train con- LafargeHolcim, un mariage très plois ont été créés par le biais de
déséquilibré Bruno Lafont, le pa- l’installation de la fonderie digi-
tron de Lafarge, l’avait promis lors tale à Paris ou l’implantation d’un
Sous pression, Nokia réitère ses engagements de l’annonce de la fusion avec le
suisse Holcim, en avril 2014 :
centre de services partagés euro-
péen à Belfort, inauguré en no-
« Personne ne rachète personne ! », vembre 2016.
la rencontre a été « fructueuse », a assuré tes tant qu’ils n’ont pas atteint les 4 200 em- tion imminente de deux cadres dirigeants, il s’agit bien d’une « fusion entre Dans le même temps, GE a mul-
Benjamin Griveaux, le secrétaire d’Etat plois en France, et à ne pas procéder à de dé- le premier devant prendre la tête de la divi- égaux », avec un conseil d’admi- tiplié les annonces de restructura-
auprès du ministre de l’économie, qui rece- parts coercitifs tant qu’il n’y a pas 2 500 per- sion mobile, le second celle des Bell Labs, nistration parfaitement équili- tions. En janvier 2016, il a annoncé
vait, lundi 2 octobre, les syndicats et la direc- sonnes en R&D », explique Frédéric ces centres de recherche, ancien fleuron bré. Et aucune crainte : « Il n’y aura un vaste plan visant à réduire de
tion de Nokia. Au terme d’une réunion de Aussedat de la CFE-CGC. d’Alcatel. Les deux nouveaux cadres dé- pas de fermeture d’usine. L’impact 20 % les effectifs en Europe, ce qui
trois heures trente, l’équipementier télé- pendront directement du siège. sur l’emploi sera donc très limité. » devrait entraîner la perte de
coms a réaffirmé sa promesse de maintenir Doit mieux faire Mais Nokia doit mieux faire dans quatre Trois ans plus tard, Holcim a 765 postes en France. Puis, en
un volume d’emplois de 4 200 personnes Il aura fallu que syndicats et politiques s’en domaines. « Dans les faisceaux hertziens, le clairement pris le pouvoir. Bruno juillet, GE a présenté un plan de
en France, et de porter son effectif en re- mêlent pour que le groupe se décide à em- “public safety” [les réseaux de téléphonie Lafont, qui devait diriger le nou- suppression de 345 emplois sur
cherche et développement (R&D) à 2 500 baucher dans ses activités de recherche. parallèle] ou les Bell Labs, la situation n’est vel ensemble, a été écarté avant son site consacré à l’hydroélectri-
d’ici la fin 2018. Autant d’engagements pris « Nokia nous a fait part d’un plan volonta- pas claire. Le gouvernement leur a demandé même la fusion. Son successeur cité à Grenoble. Le groupe s’est en-
il y a deux ans lors du rachat d’Alcatel, et qui riste d’embaucher 300 personnes rapide- de préciser la feuille de route », dit choisi chez Lafarge a aussi dû gagé à compenser toutes les res-
jusque-là n’étaient pas tenus. Le PDG de No- ment dans les quatre à cinq mois », se félicite M. Aussedat. Surtout, Nokia, qui s’était en- quitter le groupe, désormais pré- tructurations. Par exemple, la di-
kia, Rajeev Suri, a écrit récemment au mi- Pascal Guiheneuf de la CFDT. « Ils viennent gagé à faire du site breton de Lannion l’un sidé par un Suisse et dirigé par un vision renouvelable de GE a lancé
nistre de l’économie, Bruno Le Maire, et à de prendre un cabinet de recrutement et des des centres névralgiques de ses activités de Allemand. Trois vagues de sup- cette année la construction de son
M. Griveaux pour renouveler ces garanties postes ont été ouverts le week-end dernier », cybersécurité devra passer à l’acte. Jusqu’à pressions d’emplois ont eu lieu usine de pales d’éoliennes à Cher-
En revanche, le plan social qui porte sur dit Roland Tutrel de la confédération syndi- récemment, ce dernier comptait quatorze depuis l’OPA et l’effectif en France bourg et prévoit l’embauche de
597 postes dans les fonctions supports cale. En dix-huit mois, les effectifs sont tom- salariés et un seul chercheur. Prochain ren- est passé de 5 460 à 4 990 person- 550 personnes à terme. p
n’est pas remis en cause. « Nokia s’est sim- bés à 3 900 salariés, dont 2 000 en R&D. dez-vous fin novembre. p nes. Un mouvement lié à la fu- philippe jacqué
plement engagé à ne pas supprimer de pos- Nokia a également annoncé la nomina- sandrine cassini sion, mais aussi au déclin du mar- et denis cosnard

Le refus de l’Etat de rester au capital d’Alstom agite les esprits


Le gouvernement a décidé de ne pas exercer les options lui permettant d’acquérir jusqu’à 20 % du capital du constructeur du TGV

L’ Etat doit-il ou non exercer


les options lui permettant
d’acheter des actions Als-
tom auprès de Bouygues ? La ques-
tion a beau avoir l’air très techni-
jet : c’est lui qui avait forcé le
groupe Bouygues en 2014 à con-
sentir à l’Etat deux options. La
première (qui expire le 5 octobre)
permet aux pouvoirs publics d’ac-
Les critiques des élus, de gauche
et de droite, portent sur plusieurs
plans. Les uns voudraient que
l’Etat conserve un pied pour peser
davantage au sein de « l’Airbus du
mie, Bruno Le Maire, mercredi
4 octobre : « La condamnation de
Christine Lagarde dans le cadre de
l’arbitrage Tapie montre qu’il peut
y avoir une conception très exten-
traire la création de valeur liée au
rapprochement avec Siemens »,
explique le banquier d’affaires
Philippe Villin, un proche de Ni-
colas Sarkozy, qui a le premier
l’Etat aura renoncé à exercer son
option. »
Un discours qui agace forte-
ment aussi bien chez Bouygues
qu’au sein de l’exécutif. « Nous ne
que, elle est devenue politique. quérir 20 % du capital du fabricant train ». D’autres dénoncent le fait sive de la notion de négligence. » Le ouvert ce débat. faisons pas de spéculation », in-
« Il reste quinze jours pour que de trains au prix de 35 euros par que l’Etat ferait un cadeau à Bou- 19 décembre 2016, la cour de jus- Et d’expliquer : « Selon ce com- siste un proche du gouverne-
l’Etat rachète les actions qu’il loue à action. La seconde (qui court jus- ygues en laissant le groupe de BTP tice de la République avait repro- muniqué, chaque actionnaire va ment. Combien vaudra l’action
Bouygues au sein d’Alstom et qu’au 17 octobre) porte sur 15 % du bénéficier d’une éventuelle ché à l’ancienne ministre de l’éco- profiter d’une prime de contrôle de Alstom en juillet 2018, date jus-
qu’ensuite il fasse jouer l’option de capital d’Alstom pour un prix es- hausse du cours de Bourse. « Ne nomie de ne pas avoir déposé de 4 euros par action, de 4 euros de di- qu’à laquelle Bouygues s’est en-
rachat de GE Renewable », a lancé timé à environ 32 euros l’action. pas exercer l’option est une faute à recours contre la décision du tri- vidende exceptionnel et on peut es- gagé à conserver sa participa-
lundi 2 octobre à Grenoble l’an- Lundi 2 octobre, le cours de la fois politique, industrielle et fi- bunal arbitral qui avait octroyé timer à 8,50 euros par action la va- tion ? « Si la Commission euro-
cien ministre, Arnaud Monte- Bourse d’Alstom a clôturé à nancière », attaque Boris Vallaud, 405 millions d’euros à l’homme leur des synergies in fine. Com- péenne impose des remèdes très
bourg, devant les salariés de la fi- 35,90 euros. député PS et ancien directeur de d’affaires Bernard Tapie en conflit ment l’Etat peut-il abandonner lourds, l’action peut plonger. L’Etat
liale regroupant les activités d’Als- cabinet de M. Montebourg à avec le Crédit lyonnais. aux Bouygues une telle plus-value n’est jamais à l’abri d’une moins-
tom et de General Electric dans les « Faute politique et industrielle » Bercy. « Je suis surpris que l’Etat ait an- potentielle ? Si, comme on me le value, comme il l’a vu sur le bloc
énergies renouvelables. Selon lui, Dans le cadre de l’accord avec Sie- « La question de l’exercice des op- noncé qu’il renonçait à l’exercice dit, Siemens ne veut pas de l’Etat Renault acheté en avril 2015 », sou-
en investissant 1,5 milliard mens, les pouvoirs publics se tions mérite d’être étudiée. Il faut de son option d’achat sur deux actionnaire à ses côtés, l’Etat peut ligne un banquier d’affaires.
d’euros, l’Etat pourrait espérer ré- sont engagés à ne pas actionner l’analyser rapidement », estime tiers des titres Alstom de Bouygues toujours louer ses droits de vote à Quant à Bouygues, qui était entré
cupérer une plus-value de ces instruments financiers. Une Gilles Carrez, député Les Républi- alors que le communiqué aux ac- Siemens ou au moins demander à au capital d’Alstom en 2006, le
380 millions d’euros. lettre dans ce sens a déjà été cains, ancien président de la com- tionnaires, approuvé par ses deux Bouygues de lui rétrocéder con- groupe prévoit juste de récupérer
L’ancien ministre du redresse- adressée au groupe Bouygues, se- mission des finances qui audi- représentants au conseil d’admi- tractuellement la plus-value qu’il sa mise. p
ment productif connaît bien le su- lon nos informations. tionnera le ministre de l’écono- nistration d’Alstom, vante au con- va obtenir, justement parce que isabelle chaperon
4 | économie & entreprise 0123
MERCREDI 4 OCTOBRE 2017

Les éleveurs se mobilisent contre l’offensive végane


Le Sommet de l’élevage de Clermont-Ferrand devrait être le théâtre d’un face-à-face tendu

D
es antiviande sont propagande, mises en scène trom-
prêts à agiter une nou- peuses, manipulations de chiffres,
velle fois le chiffon diffusions de fausses vérités… »
rouge. Leur cible, le La Confédération paysanne a
Sommet de l’élevage, qui ouvre ses mis en ligne une vidéo intitulée
portes du mercredi 4 au vendredi « Faire face à la mort », où elle
6 octobre, à Clermont-Ferrand. Les donne la parole à des éleveurs
éleveurs, désormais habitués à pour évoquer le sujet. « La filière a
être piqués au vif par les bande- peut-être eu tort de penser que le
rilles des ONG abolitionnistes, consommateur aime bien les va-
préparent leur riposte, désireux de ches et le steak, mais préfère occul-
ne pas être mangés tout cru. ter la notion de mort de l’animal. A
Interbev, l’interprofession de la une certaine époque, chacun avait
viande, souhaite d’abord minimi- des grands-parents ou un grand-
ser l’incidence sur la consomma- oncle qui tuaient poules ou lapins.
tion de viande. Même si, selon les Ce n’est plus le cas aujourd’hui »,
indicateurs publiés par l’établisse- analyse M. Pagès.
ment public FranceAgrimer, les
Français chipotent, et sont moins Nouer le dialogue
enclins à mettre de la protéine ani- En mai, la filière a organisé, pour la
male dans leur assiette. Certes, la troisième année, les Rencontres
tendance n’est pas nouvelle et cor- made in viande, avec l’ouverture
respond aux évolutions des habi- des portes d’élevages, d’abattoirs
tudes alimentaires des Français. et d’industries sur le territoire. Elle
Mais elle se poursuit. En 2016, la a diffusé une vidéo sur YouTube,
consommation de porc et de bœuf qui décrit toutes les étapes, de la
a encore régressé de près de 3 % et vache au steak. Et alimente les ré-
celle de veau de 4,1 %. Seules les seaux sociaux d’« informations
ventes de steak haché restent bien positives ». « Il ne faut pas jouer la
orientées, portées par l’engoue- politique de l’autruche. On doit ré-
ment pour le burger. pondre aux questions légitimes que
Pour autant, l’interprofession ne se posent les 98 % des Français qui
sous-estime pas l’influence des mangent de la viande », dit Bruno
nouvelles ONG. « Les végétariens Dufayet, président de la Fédéra- Des militants de 269Life libération animale, devant des abattoirs à Bazas (Gironde), le 26 septembre. GEORGES GOBET/AFP
existent depuis longtemps. Nous tion nationale bovine.
n’avons jamais été contre ce com- Depuis trois ans, Interbev a éga-
portement alimentaire. Chacun est
libre de faire ses choix. Le vrai pro-
lement décidé de nouer le dialo-
gue avec des ONG environnemen-
vrai que les éleveurs bovins sont
confrontés à des prix peu ou pas
Les ONG cherchent le rapport de force
blème est quand on veut l’imposer tales. Puis avec des associations du rémunérateurs depuis cinq ans.
à tout le monde. Les réseaux so- bien-être animal – mais pas « les La filière viande bovine a décidé pour son coup d’essai, elle a prévu un coup et plus égalitaire pour les humains et les autres
ciaux et les médias donnent beau- antiviande » –, consciente qu’elle de signer des engagements avec d’éclat. La toute nouvelle association écologiste animaux ». « Nous espérons également créer des
coup d’échos à ces militants », es- ne pouvait faire abstraction des at- les grandes enseignes de distribu- et animaliste Earth Resistance, créée en janvier, liens avec les éleveurs et les ouvriers des abat-
time Marc Pagès, directeur géné- tentes sociétales. Elle souhaite dis- tion pour mieux valoriser sa pro- projette de bloquer les trois jours du Sommet toirs, qui sont des victimes du système », expli-
ral d’Interbev. L’interprofession a cuter avec les associations de con- duction. « Tous les distributeurs de l’élevage de Clermont-Ferrand, du mer- que Emilie Pujol.
d’ailleurs mis en place une veille sommateurs. « J’en ai marre de voir ont signé, sauf Cora. Ils s’engagent credi 4 au vendredi 6 octobre, grâce à des ac- Une volonté de dialogue que ne partage pas
des réseaux sociaux. sortir des steaks végétaux. Vous re- à verser 80 centimes d’euro de plus tions de désobéissance civile non violente. l’association 269Life libération animale, qui re-
A priori, pas question d’« être gardez la composition, il y a quan- du kilo de carcasse payé 3,60 euros, L’ONG illustre un mouvement qui gagne du ter- vendique la « confrontation ouverte et si besoin
dans la défensive. De répondre tité de graisses, d’édulcorants, de ce qui couvre nos coûts de produc- rain dans le petit milieu de la protection ani- violente » avec l’industrie. Issue d’un mouve-
communiqué contre communi- conservateurs. On dit que le végétal tion. Cela représente aujourd’hui male : celui de l’attaque frontale de l’industrie ment international fondé en 2012 en Israël,
qué ». Même si l’opération Nuit de- est bon pour la santé. Je dis non, 5 500 vaches par mois, soit un de la viande, au lieu de seulement sensibiliser l’ONG française a multiplié les blocages d’abat-
bout devant les abattoirs, menée, c’est bon pour les fabricants de pro- quart du potentiel. Leclerc, lui, a si- les consommateurs. Aux vidéos de L214, aux toirs – huit, depuis un an –, de sièges sociaux de
fin septembre, par une association duits transformés », dit M. Pagès. gné, mais n’a pas donné suite dans campagnes sur les réseaux sociaux et à la distri- l’industrie de la viande et les opérations de libé-
végane, a conduit les syndicats Les attaques des antiviande pas- la réalité », raconte M. Dufayet. bution de tracts dans les rues, viennent désor- ration d’animaux voués à la mort.
agricoles à réagir. La Confédéra- sent d’autant plus mal auprès des Dans ce contexte difficile, les ac- mais s’ajouter des blocages d’abattoirs ou la li- Le 26 septembre, elle a, par ailleurs, organisé
tion paysanne a estimé que « l’as- éleveurs que leur situation éco- cords de libre-échange font encore bération d’animaux. les secondes Nuits debout devant les abattoirs,
sociation végane extrémiste nomique est délicate. « Se faire monter la tension. « L’Europe a ac- qui ont rassemblé 2 500 militants sur 80 sites,
269Life Libération animale a, une traiter d’assassin pèse sur le mo- cepté d’importer 65 000 tonnes de « Confrontation ouverte et si besoin violente » lors de « veillées pacifistes ». « L’objectif était de
nouvelle fois, franchi la ligne rouge ral », assure M. Pagès, qui craint viande canadienne. Et, dans le ca- « Nous voulons créer un rapport de force avec l’in- faire déplacer les activistes de la rue vers les lieux
de la bêtise, en organisant des ma- des dérapages sur le terrain. Il est dre de l’accord commercial, en dis- dustrie, devenir un vrai contre-pouvoir », assure d’exploitation animale, pour remettre les ani-
nifestations devant les abattoirs et cussion, avec le Marché commun Emilie Pujol, la cofondatrice et présidente de maux au premier plan », expose Tiphaine La-
en taxant les éleveurs et les ouvriers du Sud, l’Europe vient de proposer Earth Resistance, âgée de 26 ans et diplômée garde, la coprésidente de 269Life libération ani-
d’abattoirs d’assassins ». d’importer 70 000 tonnes de d’une maîtrise de sciences politiques. Pour male, une juriste âgée de 34 ans. Mais ces actions
Le syndicat met dans le même
Les attaques viande sud-américaine à droits de montrer qu’elle n’est pas seulement dans la « dé- offensives et illégales ont un prix : les membres
panier « les acteurs de l’agroindus- des antiviande douane réduits. Ils vont exporter de nonciation », mais qu’elle « propose aussi des so- de l’association font l’objet de 10 convocations
trie et les militants antispécistes, l’aloyau et nous concurrencer sur le lutions », son association organise toute la se- devant les tribunaux dans les mois qui viennent,
qui occultent et oublient le lien
passent d’autant marché le plus intéressant pour maine un « camp de la transition » dans la pré- et encourent des peines pouvant aller jusqu’à
millénaire entre l’homme et l’ani- plus mal auprès nous. Il y a une forme d’incohé- fecture du Puy-de-Dôme. « Un événement vé- sept ans de prison et 100 000 euros d’amende.
mal ». La Coordination rurale, a, rence, alors que l’on nous demande gan, mais ouvert à tous », précise-t-elle. Près de « Il est illusoire de penser que l’on peut s’attaquer
elle, dénoncé « les actions des vé-
des éleveurs que de travailler sur des élevages dura- 120 militants s’y sont inscrits, une majorité de autrement que symboliquement à l’industrie de
gans, qui se multiplient, sous cou- leur situation bles et que rien de tel n’est demandé jeunes entre 20 et 35 ans, surtout des femmes. la viande, juge Yves Bonnardel, philosophe et es-
vert de défense du bien-être ani- à nos concurrents dans le cadre de Au menu : des formations à la non-violence, sayiste antispéciste. En réalité, cela reste une
mal, et ne reculent devant rien : dé-
économique ces accords », dit M. Dufayet. p mais aussi des conférences et des débats sur la autre façon de sensibiliser l’opinion publique. » p
gradation de boucheries, vidéos de est délicate laurence girard « construction d’un modèle de société plus juste audrey garric

L’Occitanie se bat pour avoir, elle aussi, ses lignes à grande vitesse
Du PS à LR, les élus locaux vont défendre, mercredi, les projets – menacés – de LGV Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan

suite de la première page Mme Delga. Une société de projet Mais l’argumentaire de la prési- gionales ont été sollicités pour Un avis partagé par Michel Sar-
porterait le risque financier et une dente fait bondir les opposants au
Le TGV soutenir l’initiative du 4 octobre : ran, grand chef étoilé toulousain.
L’amertume le dispute à la colère fiscalité dédiée – réorientation de la tout-TGV. « Une société de projet, Bordeaux- Jean Tirole, Prix Nobel d’écono- « J’ai du mal à comprendre com-
parmi les édiles toulousains et lan- taxe sur les carburants, taxation cela ne fera pas de miracle, ce n’est mie, Charles Champion, le patron ment il est possible que le monde
guedociens. Le TGV Bordeaux- des poids lourds internationaux et pas la grotte de Lourdes, ironise un
Toulouse de l’ingénierie d’Airbus, le mé- politique hésite à investir dans un
Toulouse nous est promis depuis des hausses immobilières – ren- consultant en économie du ferro- nous est promis daillé olympique Martin Fourcade TGV pour la quatrième ville de
vingt-cinq ans, disent-ils, les prési- drait le montage viable. » viaire. Qu’on se rappelle le précé- (biathlon) et Claude Onesta, mana- France qui connaît la plus forte vi-
dents Sarkozy et Hollande ont réi- dent Perpignan-Figueiras, la so-
depuis 25 ans, ger général de l’équipe de France talité démographique du pays, ex-
téré, selon eux, l’engagement de le Union sacrée ciété créée pour l’exploiter a fait disent les édiles masculine de handball multimé- plique le cuisinier. C’est une
construire. « Nous avons contribué Quant à l’opposition entre trans- faillite en 2016 faute de rentabilité. daillée. Et même le maire de Bor- énigme. Et c’est un peu désespérant.
pour 140 millions d’euros au finan- port du quotidien et grande vi- Résultat : la SNCF a dû reprendre la deaux – éternelle rivale de Tou- Comme si se réveillaient les vieux
cement de la LGV Tours-Bor- tesse, Mme Delga la réfute. « Nous ligne et ses déficits, ce qui a alourdi raissait pas indispensable à beau- louse – Alain Juppé. démons du temps des cathares. »
deaux », rappelle Mme Delga. Une avons besoin de la LGV pour désen- une fois encore la dette ferroviaire. coup d’entre nous, se souvient Ber- Gérard Bertrand, ancien rugby- Dans la région, on prend très mal
dépense qui reste en travers de la gorger la vieille ligne complète- Et puis des opposants, il y en a aussi trand Pancher, député UDI de la man narbonnais, viticulteur et ce qui pourrait ressembler à du
gorge des élus occitans. ment saturée. Le projet GPSO per- dans la région elle-même, écologis- Meuse et spécialiste des trans- chef d’entreprise, rappelle l’impor- mépris de la part de ces messieurs
Le problème, c’est que le gouver- met de faire rouler sur la LGV des tes, mais aussi habitants qui pâtis- ports. Le projet a été finalement tance d’une LGV Montpellier-Per- du Nord. « Le Grand Paris Express
nement a dorénavant une doc- trains classiques et même des sent des faiblesses du réseau et ris- ajouté à la liste in extremis. Et les pignan, qui ne figure même pas coûte 25 milliards d’euros, s’agace
trine : les capacités de finance- trains de fret. » Le gouvernement quent de se cabrer contre une pressions politiques n’y ont pas été parmi les projets potentiels exa- Mme Delga. Et on parle, en plus, de
ment publiques limitées iront en n’a d’ailleurs pas complètement hausse de la fiscalité. Il va falloir un étrangères. » minés aujourd’hui. « L’Occitanie dépassements pouvant atteindre
priorité aux transports du quoti- fermé la porte à la LGV occitane. jour l’admettre : l’économie du TGV Face aux détracteurs, la grande est le tronçon manquant de l’im- 10 milliards d’euros, soit le niveau
dien et tout investissement dans Après une rencontre en septem- est dans l’impasse. » région joue l’union sacrée, façon mense réseau à grande vitesse qui du projet GPSO. Refuser à l’Occita-
des infrastructures nouvelles doit bre entre les élus et la ministre des « En 2012, lors des réunions de la pack de rugby. Le maire LR de Tou- relie Londres à Séville. Cet axe Nord- nie des investissements essentiels
trouver ses propres ressources. transports, Elisabeth Borne, un commission Mobilité 21 qui devait, louse, Jean-Luc Moudenc, et Carole Sud est à mon sens prioritaire. Et serait une rupture de l’égalité répu-
« Nous avons déjà fait des proposi- groupe de travail a été constitué déjà, définir nos priorités en ma- Delga ont mis de côté leurs querel- notre région en a besoin pour son blicaine. » p
tions dans ce sens, répond pour évaluer les propositions. tière d’infrastructures, GPSO ne pa- les. Patrons à succès et gloires ré- développement touristique. » éric béziat
économie & entreprise | 5
0123
MERCREDI 4 OCTOBRE 2017

Amazon maille
la France
de ses entrepôts
Après Boves, inauguré le 3 octobre,
le groupe américain projette d’ouvrir
un centre logistique près de Senlis.
Avec plus de 500 emplois à la clé

L’
appétit de conquête à ouvrir en 2007, à Montélimar
d’Amazon ne semble dans la Drôme environ
pas près de s’arrêter en 40 000 m²), à Sevrey, en Saône-et-
France. Le géant améri- Loire (environ 40 000 m²), et à
cain du commerce en ligne doit, Lauwin-Planque, dans le Nord
mardi 3 octobre en début d’après- (90 000 m²).
midi, inaugurer son nouveau site
logistique Boves, près d’Amiens Des élus muselés
dans la Somme, en présence du Amazon a surtout en tête le coup
chef de l’Etat, Emmanuel Macron. d’après : la création d’un centre de
Le site a ouvert ses portes le tri au parc d’activités les Portes-
25 septembre. de-Senlis, dans le sud de l’Oise. Si-
Ce nouvel entrepôt – le plus tué à moins de ving-cinq minutes pour y permettre le développe- Xavier Bertrand, qui veut faire des selés durant toute la procédure de Berlin et à Potsdam, en Allema-
grand d’Amazon en France de l’aéroport de Roissy-Charles- ment d’une activité logistique. Hauts-de-France un grand pôle lo- préparation, sous peine d’un re- gne, auprès de ses clients les plus
avec 107 000 m2 – porte à cinq le de-Gaulle et à quinze minutes de « L’enquête publique s’est terminée gistique. » Il applaudit surtout les trait du projet en cas de fuites. fidèles, ceux qui adhèrent à son
nombre de grands centres de dis- la plate-forme de fret de Ville- samedi, précise Jérôme Bascher, conséquences de cette nouvelle Plusieurs informations ont tout système d’abonnement Amazon
tribution du groupe dans l’Hexa- pinte, la zone était inoccupée de- président de l’intercommunalité implantation qui pourrait géné- de même circulé, comme la cons- Prime.
gone. L’américain est ainsi pré- puis 1991. Senlis Sud Oise. Le projet est mo- rer plus de 500 emplois. truction sur un champ situé à En France, Amazon a débuté
sent à Saran (70 000 m², dans le La commune a dû modifier son derne et cohérent avec le schéma Comme à chaque nouvel entre- l’entrée de l’autoroute d’un im- progressivement sur le terrain
Loiret), qui a été le premier plan local d’urbanisme (PLU) régional du président de région, pôt, élus et autorités ont été mu- mense bâtiment moderne pour des achats alimentaires, en com-
Amazon pour la fin de l’année mençant par ouvrir en septem-
2018, composé d’une partie ma- bre 2015 des espaces « épicerie » et
L’e-commerçant cherche à racheter un distributeur en France nutention, d’une grande cantine
et de bureaux.
« bières, vins et spiritueux » sur
son site Internet. Le 7 mars, il a
La communauté de communes lancé Amazon Pantry, un service
amazon serait en quête d’une quinzaine mentaire. « Ils ont démarché tout le monde mais ils ont trouvé porte close pour le mo- va investir pour aménager une où la livraison des produits est
d’implantations de commerce physiques mais n’ont pas reçu de retours positifs, ra- ment », explique un connaisseur du sec- partie des voiries et permettre facturée au carton rempli. Plus
en France, et notamment à Paris, selon nos conte un distributeur. Amazon veut se rap- teur. Du coup, pour mettre la pression sur aux 600 camions attendus cha- encore que le renforcement de
informations. Objectif : ouvrir d’ici à deux procher d’une enseigne de distribution pour les distributeurs, Amazon cherche à ouvrir que jour d’entrer sans encombre son réseau logistique, Amazon
ans des boutiques, s’inspirant du concept profiter de sa capacité d’achat qu’ils n’ont ses propres magasins. « C’est leur straté- sur l’autoroute A1. Il se murmure suscite de nombreuses interroga-
de magasin sans caisse que le géant teste à pas pour le moment, et pour la connais- gie », poursuit-il. aussi qu’Amazon est intéressé tions concernant sa stratégie
Seattle (Etat de Washington), Amazon Go. sance du client que l’on a avec nos maga- En février, le journal britannique Sunday par des terres avoisinantes, ac- d’expansion dans le commerce
Plus globalement, le géant américain a ap- sins. On voit bien l’intérêt pour Amazon, Times indiquait qu’Amazon cherchait des tuelles propriétés d’agriculteurs, physique.
proché des distributeurs français pour mais le nôtre est moins évident. Amazon implantations dans le centre de Londres, situées à côté du futur pôle logis- Après avoir mis 13,7 milliards de
nouer des partenariats ou réaliser une ac- n’est pas notre ami : au final leur but est de pour y lancer Amazon Go. Ces discussions tique, pour y loger des denrées dollars (environ 11,7 milliards
quisition en France. Des contacts ont ainsi nous manger et nous n’allons pas leur ouvrir entre Amazon et la grande distribution ex- alimentaires. d’euros) sur la table, en juin, pour
été pris avec Casino, concernant notam- la porte et leur donner le menu. » pliquent les récentes spéculations qui ont Tous les observateurs s’atten- racheter le distributeur américain
ment son enseigne Monoprix, mais le fran- enflé dans les salles de marché sur un ra- dent à ce qu’Amazon annonce Whole Foods Market, Amazon
çais n’a pas donné suite. « Casino n’a pas En quête de partenariats chat de… Carrefour. Une rumeur qui avait prochainement le lancement en pousse également ses pions sur le
l’intention de vendre Monoprix », indique- Au Royaume-Uni, aussi, Amazon est en débuté cet été après la publication d’une France de son service de livraison marché français, comme au
t-on au sein du groupe. quête de partenariats. La chaîne de super- étude de la Société générale donnant Carre- de produits frais, baptisé Amazon Royaume-Uni. p
L’américain a aussi discuté avec Inter- marchés Morrisons, numéro quatre de la four, Casino et Morrisons comme cibles po- Fresh. Après Londres et Tokyo, le laurie moniez
marché et Système U, deux groupes indé- grande distribution outre-Manche, aurait tentielles d’Amazon en Europe. p groupe installé à Seattle avait (lille, correspondance)
pendants spécialistes de la distribution ali- été approchée. « Ils ont tenté de discuter, c. pme commencé à le tester en mai à et cécile prudhomme

Le handicap est un peu mieux intégré en entreprise T RAN S PORTS


Canal Seine-Nord :
un compromis trouvé
pour le financement
Grâce à la loi de 1987 et à celles qui ont suivi, le nombre de travailleurs handicapés en emploi atteint 1 million L’Etat a annoncé avoir trouvé
un « compromis » avec les col-
lectivités locales permettant
de relancer le projet du canal

L’ île Seguin de Boulogne-


Billancourt (Hauts-de-
Seine) devait être en effer-
vescence, mardi 3 octobre, pour
accueillir les célébrations des
De moins en
moins de sociétés
choisissent de
« En tant que DRH dans l’indus-
trie du bâtiment, je n’avais jamais
rien fait avant 2005, reconnaît Al-
bine Gasquet, aujourd’hui direc-
trice générale du groupe JLO, un
La loi travail a créé un dispositif
d’emploi accompagné, en cours
de lancement. Les ordonnances
du 22 septembre ont ajouté les
maladies chroniques évolutives à
sident de Deafi, une autre société
de relation client adaptée. Plu-
sieurs prestataires de services
ont investi ce nouveau segment
de marché, en développant des
Seine-Nord, en « pause » de-
puis le 1er juillet, mardi 3 octo-
bre, dans Le Courrier picard.
Ce projet de canal, long de
107 km, sera géré par les col-
30 ans de la loi du 10 juillet 1987, subir la sanction cabinet de conseil spécialisé l’adaptation des postes de travail. plates-formes de mise en rela- lectivités locales, qui assume-
qui a instauré l’obligation d’em- dans la mise en œuvre des politi- Elles ont aussi inscrit le handicap tion : en langage des signes par ront l’emprunt nécessaire au
ploi pour les travailleurs handica- ques d’emploi liées au handi- au nombre des sujets verrouilla- webcaméra, par forum de discus- bouclage du projet. Enfin,
pés, et créé l’Association de ges- 11 % des sociétés sont sous accord, cap. Jusqu’alors, on abordait la bles par la branche lors de négo- sions pour les malentendants ou l’Etat promet d’affecter une
tion du fonds pour l’insertion des surtout des grandes », affirme question essentiellement pour ciations collectives. La loi numé- avec des interprètes, comme taxe pour couvrir son apport
personnes handicapées (Age- Mme Baltazar. En 2016, seize nou- maintenir dans l’emploi un sala- rique a, elle, produit ses premiers Elioz ou Acceo. La prestation peut de 1 milliard d’euros sur un
fiph). Trente ans déjà que les en- velles conventions collectives rié après un accident. Mais, à par- effets sur l’emploi. coûter entre 250 000 et 300 000 budget prévisionnel de près
treprises privées de 20 salariés et ont été signées, dont 14 au niveau tir de 2005, avec l’obligation de D’ici à octobre 2018, toutes les euros par an. L’entreprise cliente de 5 milliards d’euros. – (AFP.)
plus devraient compter 6 % de des branches. négocier sur l’emploi handicapé, entreprises privées réalisant plus l’inscrit dans son budget RSE.
personnes en situation de handi- De moins en moins d’entre- toutes les grandes entreprises se de 250 millions d’euros de chiffre Mais Sourdline et Deafi ont CON J ON CT U R E
cap dans leurs effectifs, sauf à prises choisissent de subir la sont lancées dans des politi- d’affaires devront avoir rendu aussi fait de l’accessibilité aux en- La Grèce table
payer une « contribution » (sanc- sanction pour éviter d’avoir à ques de handicap. » leurs services accessibles aux treprises un tremplin pour la for- sur une croissance
tion) à l’Agefiph. employer des handicapés. En D’autant que la définition avait sourds. Plusieurs ont déjà bien mation et l’emploi des sourds. de 2,4 % en 2018
Le bilan emploi de cette loi reste dix ans, le nombre d’établisse- changé. « La loi ne parlait plus avancé : Coriolis Telecom, Canal+, « En 2017, après cinq sessions de for- Le gouvernement grec a dé-
plus que modeste : 3,3 % de tra- ments ayant dû verser une « con- d’infirmes, comme avant 1987, en Vente-privée ont ainsi formé au mation, une cinquantaine de voilé, lundi 2 octobre, le pro-
vailleurs handicapés sont recen- tribution » a baissé de 28 %. référence aux invalides de guerre, « service client maison » les sala- sourds ont obtenu leur diplôme de jet préliminaire du budget de
sés dans les effectifs des entrepri- Enfin, la part des groupes qui ne ni de handicapés, comme en 1987, riés de la pionnière Sourdline, conseiller relation client à distance l’Etat pour 2018, prévoyant
ses, seulement 1 million de per- font rien – ni plan, ni accord, ni mais de toute personne dont l’état qui avait monté une première agréé par l’Association pour la for- une croissance de 2,4 % pour
sonnes handicapées ont un em- emploi – s’effondre : seules 8 % de santé ne permet plus d’être effi- équipe de video-conseillers en mation professionnelle des adul- 2018 et un excédent budgé-
ploi, et le taux de chômage n’a des entreprises ne menaient cient à 100 % sur son poste de tra- langage des signes dès 2004. « Au tes », se félicite M. Correa. Malakoff taire primaire de 3,57 % du
cessé de croître, jusqu’à 19 % aucune action en 2014, soit trois vail, explique Mme Gasquet. Elle départ, les entreprises ont une vo- Médéric, un de leurs premiers produit intérieur brut. – (AFP.)
en 2017. « Mais, depuis plusieurs fois moins qu’en 2006. intègre le handicap qui n’est pas lonté de démarche RSE [responsa- clients, a recruté quatre des sta-
années, de plus en plus de salariés Depuis trente ans, l’obligation visible : le diabète, les séquelles bilité sociétale des entreprises], giaires Deafi, après deux ans de T RAVAI L T EMPORAI R E
déclarent leur situation de handi- légale a constitué un levier effi- après un cancer… » puis elles découvrent qu’elles ont prestation de service. « En 2009, il Adecco se renforce
cap », souligne la présidente de cace, surtout depuis que la loi du des clients sourds », explique Ca- y avait 250 000 conseillers relation en Amérique du Nord
l’Agefiph, Anne Baltazar. 11 février 2005 sur l’égalité des Dispositif d’accompagnement roline Mitanne, la fondatrice de client entendants. Pour offrir un Le groupe suisse Adecco, le
La loi de 1987 et celles qui ont droits et des chances a ren- Les nouvelles obligations légales Sourdline, qui compte 11 salariés. même niveau de service aux sourds numéro un mondial du tra-
suivi ont permis de réelles avan- forcé la contrainte financière. En introduites en 2016, par la loi Selon l’Institut Pasteur, sur les et aux malentendants, il faudrait vail temporaire, a annoncé,
cées sur l’intégration du handi- dix ans, jusqu’en 2005, le nom- pour une République numérique 4 millions de sourds, 100 000 uti- former 16 000 diplômés. » Une dé- mardi 3 octobre, le rachat de la
cap en entreprise, que les nou- bre de travailleurs handicapés et par la loi travail, puis en 2017, lisent les signes comme langue marche susceptible d’améliorer société américaine Mullin
veaux dispositifs de la loi numé- en emploi était passé de par les ordonnances Macron, in- principale. « Le marché est encore l’image du travailleur handicapé International, spécialisée dans
rique et de la loi travail comptent 220 000 à 252 000. Mais, les dix citent désormais les entreprises à à prendre, une centaine d’entre- en entreprise, en dissociant, enfin, les transitions de carrière,
poursuivre. « Le sujet du handi- années suivantes, il a bondi de s’intéresser à la surdité et aux prises seulement sont équipées », le handicap de la compétence. p sans toutefois révéler le mon-
cap est réellement pris en compte : 252 000 à 968 000. maladies chroniques. estime Jean-Charles Correa, pré- anne rodier tant de la transaction. – (AFP.)
6 | campus 0123
MERCREDI 4 OCTOBRE 2017

Les normaliens, élite en quête d’emploi


Payés durant leurs études, les étudiants de Normale-Sup s’engagent en retour pour dix ans au service de l’Etat

L
a lettre est arrivée en fé- vorisées. En 2016-2017, presque
vrier. Les preuves du res- 60 % étaient des enfants de cadres
pect de l’engagement dé- ou de professions intellectuelles
cennal n’étaient pas suffi- supérieures, pour seulement 2,8 %
santes. L’Ecole normale supé- d’enfants d’ouvriers (contre 34 %
rieure (ENS), dans sa missive, et 12 % pour les étudiants d’univer-
concluait au recouvrement de sité). « La plupart d’entre nous n’ont
plus de 30 000 euros, une somme pas besoin de cette somme pour
calculée au regard du nombre faire leurs études. Nos parents nous
d’années restant dues au service auraient aidés de toute façon », re-
de l’Etat par Raphaël, 31 ans (tous connaît Alice, de la promo 2011.
les prénoms ont été modifiés à la Elle raconte avoir dépensé sans
demande des intéressés). Peu compter, « en voyages, apéros et
après sa sortie de l’ENS, le jeune shopping », son « salaire » d’étu-
homme, faute de l’emploi qu’il es- diante, considéré comme « de l’ar-
pérait dans le management des gent de poche »…
institutions publiques, s’était réo-
rienté dans le secteur (privé) des Pénurie de postes
assurances sans attendre les dix « Si on était pragmatique on sus-
ans fatidiques au service de l’Etat. pendrait le salaire, et les étudiants
Depuis 2014, cette situation n’est qui en ont besoin toucheraient une
plus atypique : un normalien parti bourse. Mais cela reviendrait à nier
trop vite dans le secteur privé est la signification sociologique du sa-
tenu de rembourser sa « pantou- laire… A un moment où l’ENS voit
fle ». Les écoles normales supé- son prestige s’éroder », juge Fabien
rieures ont créé des services ad hoc Truong. Pour Jean-François Pin-
pour retrouver ceux qui pensaient ton, président de l’ENS de Lyon, le
échapper à cette « dette ». Chaque salaire versé pendant les études a
année où le contrat décennal court une fonction essentielle : il permet
encore – soit six ans après une sco- de financer la formation des fu-
larité de quatre ans –, les norma- turs chercheurs français. « Pour
liens, qui ont bénéficié lors de leur certains, sans ce salaire, il aurait été
scolarité d’une rémunération difficile de continuer à faire des étu-
d’environ 1 300 euros mensuels des de haut niveau », argumente
nets, sont tenus de renseigner cet ancien normalien venu d’un
leurs activités professionnelles à milieu modeste.
l’école. S’il y a un doute ou une ab- SIMON LANDREIN Confrontés à la pénurie de pos-
sence de réponse, la procédure de tes dans l’enseignement supérieur
contrôle s’enclenche. et la recherche, nombreux sont
vernement de Bernard Cazeneuve une crispation sur cette question res mais tenue d’accueillir tous les ceux qui se demandent pourquoi,
Une « pantoufle » de 50 000 euros publiait un décret durcissant les
De 2004 à 2012, du paiement effectif de la “pantou- étudiants. « Le salaire joue comme traités comme des privilégiés pen-
A l’école de la rue d’Ulm, à Paris, conditions de pantouflage des an- « soixante-douze fle”, souligne Emmanuel Aubin, un signal social. C’est une recon- dant leurs études, ils se retrouvent
neuf promotions (2004-2012) ont ciens élèves de Polytechnique, de professeur de droit public à l’uni- naissance : l’Etat investit sur ce que ensuite quasiment lâchés dans la
déjà été passées au crible. Sur quel- Normale-Sup et de l’ENA. En août,
cas de rupture versité de Poitiers. En une année, vous deviendrez. C’est un dû qui nature. « Il y a un paradoxe ab-
que 1 300 anciens élèves fonction- la loi rétablissant la confiance de l’engagement un décret, une loi, une proposition sanctifie votre place au sommet de surde entre notre formation à l’ENS
naires stagiaires concernés par ce dans la vie politique défendue par de loi (du groupe Les Républicains) la pyramide scolaire. Pierre Bour- et la réalité du marché de l’emploi,
suivi, « soixante-douze cas de rup- Emmanuel Macron, imposait
décennal ont été et une commission déontologie à dieu dirait que c’est un acte d’offi- témoigne de façon anonyme une
ture de l’engagement décennal ont qu’un rapport soit remis au Parle- constatés, qui ont l’Assemblée nationale ont remis le cialisation. Cette paie a été long- normalienne qui, après avoir raté
été constatés, qui ont déclenché, à ment début 2018 pour présenter sujet sur le devant de la scène légis- temps justifiée par l’impératif de son agrégation, n’a pas été prise
l’issue du processus, des demandes les mesures mises en œuvre pour
déclenché lative et politique ! » former une élite de professeurs… dans l’enseignement supérieur.
de recouvrement. Neuf sursis d’un le remboursement des traite- des demandes de Le débat se cristallise sur le coût Mais la plupart des normaliens éta- Cette déconnexion ahurissante des
ou deux ans ont été accordés, en ments et indemnités perçus pen- de la formation des élites et l’injus- blissent des stratégies d’évitement exigences de l’administration est
fonction des pièces justificatives et dant la scolarité. M. Macron, an-
recouvrement », tice apparente d’un système à de l’enseignement secondaire », es- d’autant plus incompréhensible
de la situation des alumnis. Douze cien élève de l’ENA, s’était lui- selon l’ENS deux vitesses : d’un côté ces gran- time Fabien Truong, professeur de que la grande majorité des norma-
dispenses totales ont été accordées, même acquitté de sa « pantoufle » des écoles (X, ENS, ENA, Ensai, sociologie à l’université Paris-VIII, liens ont un réel attachement pour
cinq dispenses de remboursement (50 000 euros) en démissionnant ENAC, Ecole nationale de la magis- lui-même normalien. la fonction publique et souhaitent
à 50 % de la somme due et une dis- de la fonction publique pour s’en- trature…) qui rémunèrent leurs Un salaire d’autant plus difficile sincèrement pouvoir honorer leur
pense de 75 % », indique la direc- gager dans la campagne présiden- étudiants, de l’autre l’université, à justifier que la majorité des nor- engagement décennal. » p
tion de l’école. tielle, en novembre 2016. « Il existe en proie aux difficultés budgétai- maliens sont issus de familles fa- marine miller
Longtemps, les écoles normales
(Cachan, Lyon, Ulm) se sont con-
tentées de faire appel à la « bonne
volonté » de leurs anciens élèves
« Les polytechniciens sont confrontés à une raréfaction des débouchés publics »
partis dans le secteur privé pour
payer leur « pantoufle », calculée
sur le nombre d’années restant
ENTRETIEN d’autres se tournent vers la diplomatie, la littérature,
plus rarement vers le monde des affaires. Pour Poly-
fesseur de lycée est encore une promotion sociale. L’en-
seignement ouvre aussi sur la presse et la littérature.
dues à la fonction publique. L’Etat Christophe Charle, professeur d’histoire contempo- technique, l’expansion industrielle ouvre des perspec- Les passages dans le privé sont exceptionnels, les com-
et le ministère de l’enseignement raine à Paris-I, explique comment le secteur privé a tives d’emploi dans les sociétés minières, industrielles, pétences des normaliens n’ayant a priori pas beaucoup
supérieur justifiaient cette forme ébranlé l’Ecole normale supérieure et l’Ecole polytech- les chemins de fer... Jusqu’à la guerre de 1914, cepen- d’utilité pour les entreprises. En 1945, l’ENA est créée, et
de laxisme par le peu de cas de dé- nique, piliers historiques de « l’élite républicaine ». dant, l’armée garde un fort prestige, même dans les de premiers normaliens s’y présentent, tels le futur mi-
parts vers le privé des normaliens. classes dirigeantes : le capitaine Dreyfus préféra faire nistre et écrivain Alain Peyrefitte ou Roger Fauroux (fu-
Leurs compétences n’intéressant Un petit nombre de grandes écoles rémunèrent carrière dans l’artillerie plutôt que de rejoindre l’entre- tur patron de Saint-Gobain). Ce détour par la haute ad-
guère le monde des affaires, « les leurs étudiants. Pourquoi ? prise familiale – un choix qui s’avérera tragique puis- ministration permettra à certains d’accéder aux gran-
transferts sont restés exceptionnels L’Ecole polytechnique et l’Ecole normale supérieure qu’il fut la victime d’une haute hiérarchie antisémite... des entreprises publiques ou privées.
jusqu’à la moitié du XXe siècle », (ENS) ont été créées en 1794 pour former les nouveaux
rappelle l’historien Christophe cadres de la nation révolutionnaire puis, sous l’Empire, La notion de « pantoufle » est apparue au XIXe siècle ? Comment expliquer les crispations que génèrent
Charle. Ils devront attendre les an- des professeurs, des officiers, des ingénieurs... Dès le dé- Ce mot, très péjoratif, apparaît vers 1880 dans l’argot ces départs vers le privé ?
nées 1980 pour trouver de nou- part, leurs étudiants bénéficiaient du gîte et du couvert, des polytechniciens. Les « pantouflards » sont littérale- Il y a actuellement une crise de la représentation. Nom-
veaux débouchés réellement at- et d’une petite bourse d’étude. Après la Libération, ment des gens qui se mettent les pieds dans des pan- bre de normaliens se demandent à quoi ils servent.
tractifs. En 1983 sera même créé le en 1944, les normaliens touchent un traitement de toufles et trahissent l’idéal de service public. Contraire- Après le concours d’entrée, le chemin est encore diffi-
Club des normaliens d’entreprise, fonctionnaire « stagiaire », les polytechniciens, militai- ment aux officiers qui, eux, portent des bottes, sym- cile : agrégation, thèse de doctorat… Le parcours est semé
qui compte aujourd’hui près de res, une solde d’officier. bole de discipline. Après la Grande Guerre, qui devait d’embûches : une « bête à concours » ne fait pas forcé-
600 membres. être « la der des der », nombre de diplômés de l’X par- ment un bon chercheur et réciproquement. Les poly-
Depuis cette fameuse décennie Quand les départs vers le secteur privé se sont-ils tent dans le privé. Il devient même aberrant de ne pas techniciens sont confrontés à une raréfaction des dé-
« fric et frime », le « pantouflage » développés dans ces écoles ? « pantoufler » : à l’époque, le franc-or a été dévalué, et bouchés publics à mesure que l’Etat se redéploie ou ex-
– terme contesté par les écoles nor- Dans les années 1880, la IIIe République entend rattra- les salaires des fonctionnaires ne suivent pas l’inflation ternalise ses fonctions. Maigre consolation : ceux qui
males car relevant de l’argot mili- per le retard scientifique sur l’Allemagne : les norma- des prix, phénomène nouveau. partent dans le privé améliorent les perspectives de pro-
taire des polytechniciens – est ré- liens accèdent en plus grand nombre aux chaires uni- Les normaliens sont moins obsédés par l’argent. motion pour ceux qui restent dans le public – même si le
gulièrement un sujet de préoccu- versitaires et aux nouveaux postes dans la recherche. Dans leurs milieux d’origine (petite fonction publique, différentiel de salaire reste très conséquent. p
pation politique. En mai, le gou- Certains, comme Jean Jaurès, se lancent en politique, petit commerce, professions libérales…), devenir pro- propos recueillis par m. mi.

46 %
. . . E N BR E F

« Par chance, nous n’avons pas de


bâtiment Colbert à l’université d’Orléans ! »
C’est le pourcentage des nouveaux chirurgiens-dentistes
19 OCTOBRE
Remise du prix de l’ingénierie du futur
LOUIS-GEORGES TIN, chargé de mission qui viennent de Roumanie Pour la 11e édition, Syntec-Ingénierie a invité les étu-
« égalité diversité » de l’université d’Orléans Au 1er janvier 2016, l’Ordre national des chirurgiens-dentistes (ONCD) re- diants et apprentis ingénieurs à « apporter des répon-
Egalement président du Conseil représentatif des associations censait, parmi les 41 200 professionnels en activité en France, 500 nou- ses scientifiques et technologiques à un cas concret : la
noires (CRAN), fondateur de la Journée mondiale de lutte contre veaux membres diplômés à l’étranger, soit 31 % des primo-inscrits en candidature de la France à l’Exposition universelle ». Six
l’homophobie et la transphobie et professeur de littérature française à 2015. Derrière les diplômés en Roumanie – « dont 11 % sont de nationalité projets ont été présélectionnés, sur le thème de l’ex-
l’université d’Orléans, Louis-Georges Tin demande que soient débapti- roumaine », précise une étude du ministère des solidarités et de position : « Mettre sur pied un village global ». Des thé-
sés les établissements scolaires qui portent le nom du ministre de la santé –, la péninsule Ibérique est le deuxième pourvoyeur étranger matiques grand public s’affronteront : tuiles solaires,
Louis XIV à l’origine du Code noir, qui légalisa en 1685 l’esclavage dans de dentistes en France : 22 % des primo-inscrits à l’ordre ont obtenu leur drones policiers pour sécuriser les flux routiers, etc.
les colonies. diplôme en Espagne, et 17 % au Portugal. Le lauréat sera désigné à la Cité des sciences, à Paris.
0123
MERCREDI 4 OCTOBRE 2017 idées | 7
LETTRE DE WALL STREET | par ar naud l epar m ent ier

Dans la moitié des cas, les actions font perdre de l’argent

O
n se rappelle son catéchisme finan- de dollars cumulés depuis 1926, selon les cal- l’Evangile de Matthieu, où ceux qui ont beau- pour l’investisseur que s’il détient dans son
cier : les actions sont plus risquées, culs de M. Bessembinder, des sommes multi- coup reçu reçoivent encore plus tandis que portefeuille les (futures) stars de la cote. Plus
mais elles rapportent plus à long pliées en moyenne par 180. Sa méthode con- l’ouvrier qui n’a pas fait fructifier son bien est qu’on ne le croyait, la Bourse s’apparente da-
terme. Pour voir son pactole pro- siste grosso modo à calculer l’écart entre l’évo- puni : « Serviteur mauvais et paresseux, tu sa- vantage au capital-risque : beaucoup d’échecs,
gresser, mieux vaut acquérir un portefeuille lution du cours de Bourse et ce que rapporte- vais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que et quelques pépites qui viennent sauver l’en-
de titres de société et attendre la fortune plutôt rait un bon du Trésor, et à y ajouter les je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. semble. Il ne s’agit pas d’un casino où l’on finit
que d’acheter des bons du Trésor sans risques dividendes. Mais, c’est la surprise, la richesse (…) Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à ce- toujours par perdre contre la banque, mais
mais peu rémunérateurs. Pour la plus grande n’est créée que par une poignée d’entreprises : lui qui en a dix. A celui qui a, on donnera encore, d’un jeu où on ne peut pas gagner si on ne dé-
prospérité de l’économie capitaliste. 4 % d’entre elles, soit 1 096 seulement, ont gé- et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a croche pas à un moment le jackpot, si on n’a
Las, cet enseignement en prend un coup à la néré cette manne. Toutes les autres réunies, rien se verra enlever même ce qu’il a. » pas le nez creux pour investir dans les Google, EXXON, APPLE,
lecture de l’étude menée par Hendrik Bessem-
binder, professeur de finance à l’Arizona State
soit 96 %, n’ont pas plus rapporté ensemble
que des bons du Trésor.
Loi impitoyable, que l’on retrouve à la Bourse
du XXIe siècle. Hendrik Bessembinder reste
Coca-Cola ou JPMorgan.
Conclusion du professeur Bessembinder :
MICROSOFT,
University, WP Carey School of Business. Les Ainsi, la prospérité est portée par de vieilles encore surpris des résultats de son étude. « La leçon à retenir de cette étude, c’est qu’il faut GENERAL
actions ne rapportent rien dans la moitié des gloires et de nouvelles stars : dans l’ordre, D’abord, le retour négatif de la majorité des ac- fortement diversifier son portefeuille. » On l’ap-
cas et font perdre de l’argent ! Seules 42 % d’en- Exxon (1 000 milliards de dollars) ; Apple (745) ; tions – « Je ne m’attendais pas cela », confie-t-il prend à l’université dans les cours de théorie ELECTRIC ET IBM
tre elles rapportent plus qu’un bon du Trésor.
Pour aboutir à ce constat, le chercheur a cal-
Microsoft (630), General Electric (608) et IBM
(520), qui, toutes, ont créé plus de 500 mil-
au téléphone –, et le taux de concentration de
la richesse, qui dépasse son intuition.
de la finance. C’est encore plus vrai à l’aune de
cette étude. L’ennui de cette conclusion, c’est
ONT CONTRIBUÉ
culé combien avaient rapporté les 26 000 ac- liards de dollars de richesses et contribué en- qu’elle percute le constat fait dans la précé- ENSEMBLE
tions ayant été cotées en Bourse aux Etats- semble à 10 % de la richesse totale. Particuliè- NE PAS PASSER À CÔTÉ DU JACKPOT dente « Lettre de Wall Street » (Le Monde du
Unis entre 1926, première année où les don- rement intéressant est le cas de General Mo- La situation s’est dégradée avec la multiplica- mercredi 20 septembre) : on était arrivé à la À 10 % DE
nées étaient disponibles, et 2016. Le résultat tors, en dépit d’une fin tragique et de sa mise tion des introductions en Bourse sur le Nas- conclusion, grâce à une étude du Français Tho-
est édifiant. La moitié des titres américains, di- en faillite lors de la grande crise de 2008. Le daq. Les actions introduites à la cote entre les mas Philippon, professeur à la New York Uni- LA PROSPÉRITÉ
videndes compris, ont un retour négatif. Et géant de l’automobile, dont l’action était tom- décennies 1926 et 1966 ont eu de meilleures versity, que les entreprises investissaient trop TOTALE
12 % d’entre eux ont tout simplement disparu, bée à 0,61 dollar en 2009 contre 93 dollars dix performances en moyenne que les bons du peu et privilégiaient la rente, en partie parce
l’actionnaire perdant toute sa mise. Beaucoup ans plus tôt, a créé 425 milliards de dollars, es- Trésor (pour 60 % à 90 % d’entre elles, selon la qu’elles avaient pour actionnaires des fonds DEPUIS 1926
de morts dans ce capitalisme, où la durée de sentiellement grâce aux dividendes versés de- décennie). Ce taux a ensuite chuté, oscillant de pension passifs, qui se contentent de repro-
vie d’une entreprise à la cote n’est que de sept puis 1928. Une règle d’airain, donc, la richesse entre 30 % et 40 % pour les introductions en duire l’indice boursier pour justement ne pas
ans et demi. va à la richesse. Bourse réalisées entre 1976 et 2006, et est légè- manquer les pépites. p
L’affaire n’empêche pas le capitalisme de Dans cette Amérique pétrie de religiosité, rement remonté à 45 % depuis dix ans. Con-
créer d’immenses richesses : 35 000 milliards l’étude confirme la parabole des talents, dans clusion de l’affaire, la Bourse n’est rentable leparmentier@lemonde.fr

L’ÉCLAIRAGE Pour sauver l’Europe, il faut s’appuyer


Uber se retrouve pris au piège
de son propre modèle sur l’attractivité de nos valeurs
par armand hatchuel
rence déloyale vis-à-vis des taxis. Ils Pour Enrico Letta, ancien premier ministre monde de demain qu’en faisant valoir
jugent aussi que les conducteurs sont l’attractivité et la force de nos valeurs.
de facto des salariés déguisés en
italien, les raisons de bâtir une Europe unie Si nous réussissons à faire cela,

L
e 22 septembre, l’autorité autoentrepreneurs, ce qui les prive ne sont plus seulement de préserver la paix nous, les Européens, pourrons être,
organisatrice des transports des droits associés au contrat de selon une formule anglo-saxonne
de Londres a annoncé qu’elle travail. D’ailleurs, en octobre 2016, un
ou d’avoir plus de croissance, mais de garder sa bien connue, des « rule makers » et
retirait à Uber sa licence de tribunal anglais saisi par des syndica- souveraineté dans un monde plus concurrentiel pas des « rule takers ». C’est-à-dire que
transporteur. Le choc est rude, car sur listes a accordé le statut de salariés nous serons ceux qui organisent les
le « grand Londres », Uber représente aux conducteurs d’Uber. L’affaire est règles de fonctionnement du monde,
près de 40 000 conducteurs et des encore en appel. et pas ceux qui les appliquent, ou,
millions d’habitués. Les réactions Mais en retirant à la société sa li- par enrico letta dans les périodes que je viens de dé- pire, les subissent. Si l’on se disperse
n’ont pas tardé : la firme a indiqué cence, Londres ne se place pas sur ce crire. Un pays pouvait compter un trop, la dimension de chacun de nos
qu’elle faisait appel de cette décision, terrain et rappelle qu’Uber, comme milliard d’habitants et rester en pays européens nous fera compter

L
et une pétition massive en faveur entreprise de transport, doit impéra- orsque l’intégration euro- marge de la marche du monde, inévitablement parmi ceux qui ne
d’Uber a vite circulé. Pourtant, le tivement assurer la sécurité des péenne a commencé, le comme la Chine avant son ouverture font qu’appliquer les règles. Celles-ci
dirigeant d’Uber est intervenu passagers et des personnels. Cette monde était peuplé de commerciale. Grâce à l’accès plus fa- seront écrites par les Américains et
aussitôt pour reconnaître que la firme dernière exige le contrôle des trois milliards d’habitants, cile à la technologie, la force démo- les Chinois, tandis que les Italiens, les
avait fait des « erreurs » et devrait compétences, de la moralité, de la dont un sur six était européen. Dans graphique est devenue un atout, et Français, les Espagnols, les Portugais,
envisager des changements. santé et du comportement des les deux prochaines décennies, le non plus un poids. les Belges, les Polonais, etc., chacun
Pourquoi cette autocritique conducteurs. Elle impose aussi la monde sera peuplé d’environ dix Même les plus grands pays euro- de son côté, les recopiera. Voilà le vé-
soudaine ? Uber est habitué aux déclaration des actes criminels com- milliards de personnes, dont seule- péens, avec « seulement » 40, 60 ou ritable défi d’avenir pour l’Europe et
contentieux avec les villes et les Etats. mis pendant les déplacements. Elle ment une sur vingt sera européenne. 80 millions d’habitants, n’auront la raison de s’unir aujourd’hui !
Certes, l’enjeu est énorme et Londres interdit enfin toute entrave à Sur les sept milliards d’humains sup- aucune chance de soutenir la concur- Les leaders populistes et souverai-
est emblématique de la liberté l’inspection, par la police, du plémentaires, il n’y aura aucun Euro- rence croissante du reste du monde. Je nistes mentent lorsqu’ils prétendent
d’entreprendre. Mais il faut remar- fonctionnement de l’entreprise. Or, péen : ils seront asiatiques, africains ne pense pas seulement aux grands que quitter l’Europe nous ferait re-
quer que l’autorité londonienne ne Londres accuse Uber d’avoir été et américains. émergents, surnommés les BRICS trouver notre souveraineté, notre
reprend pas les accusations habituel- défaillant sur toutes ces obligations et L’Union européenne est née dans et (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique grandeur et la maîtrise de notre des-
les de concurrence déloyale ou de d’être un transporteur qui n’accom- pour un monde « eurocentrique ». La du Sud), mais aussi à la Turquie, au tin. Soit la souveraineté sera euro-
non-respect des droits des conduc- plit pas sa mission sécuritaire. nécessité de se redresser après 1945 et Mexique, à l’Indonésie, au Vietnam ou péenne, soit elle disparaîtra. Dire la
teurs : elle reproche à Uber de ne pas la guerre froide, dont le continent était encore à la Corée du Sud et au Nigeria. vérité aux électeurs, c’est, plutôt que
respecter les exigences de sécurité RESPONSABILITÉ DE TRANSPORTEUR le principal champ d’affrontement, Si on constituait un G7 dans vingt ans, diffuser des messages mystificateurs,
qui s’imposent à tout transporteur. Un tel constat interpelle inévitable- plaçaient l’Europe au cœur des préoc- il ne compterait plus aucun pays euro- expliquer dans quelle direction va le
Or, un tel constat remet directement ment le modèle de la plate-forme. Si cupations mondiales. A la fin des an- péen ! Le centre de gravité du monde, monde et affirmer quelle direction
en cause le modèle de travail Uber veut adapter son organisation nées 1980, la chute du mur de Berlin a on le sait, s’est déplacé vers l’Asie. On nous, Européens, voulons le voir
indépendant que prône Uber. et ses sous-traitants à sa mission encore mis notre partie du monde au résume cette tendance en disant prendre. C’est faire comprendre que
Car la firme se présente comme un sécuritaire, comment peut-il garan- centre de la sphère géopolitique. qu’on est en train de passer de l’Atlan- l’Europe sera forte et influente dans
organisateur de rencontres entre des tir le bon comportement de milliers L’eurocentrisme s’étendait aussi à tique au Pacifique. Barack Obama, le monde, mais pas à l’image de ce
autoentrepreneurs possédant des de conducteurs indépendants, sou- l’économie. Lors de sa création à l’ini- lorsqu’il était président des Etats-Unis, qu’elle fut dans le passé, ni de la
véhicules et des clients. La valeur vent occasionnels, peu formés, ou tiative de Valéry Giscard d’Estaing, a beaucoup travaillé sur sa relation même manière.
ajoutée d’Uber résiderait essentielle- forcés pour gagner leur vie d’adop- en 1975, le G7 (groupe des sept pays avec les pays de l’Asie Pacifique. Cela ne sera possible que si nous
ment dans son système d’informa- ter des horaires de travail dange- les plus riches du monde) était à ma- sommes capables de réinventer
tion, de paiement et d’optimisation reux ? Il lui faudrait adopter un sys- jorité européen : il comprenait les VÉRITABLE DÉFI l’Europe et de l’adapter à un monde
des déplacements. Tandis que la réa- tème rigoureux de contrôle, de quatre grands pays du Vieux Conti- Devant cette force fondée sur la popu- global, dans lequel les poids, le pou-
lité du service et du transport serait supervision et de professionnalisa- nent. L’Europe représentait un tiers lation, que peut faire notre Vieux voir et les éléments de force seront
l’œuvre de conducteurs indépen- tion des conducteurs. Or de telles de l’économie mondiale. Continent ? Pas grand-chose sur le complètement redistribués. Pour-
dants. En tant que fournisseurs procédures sont incompatibles avec Aujourd’hui, le cadre a complète- plan démographique, sauf à mieux quoi faire l’Europe ? Pour que le
d’Uber, ceux-ci sont donc libres de le statut d’indépendant. et contrain- ment changé, surtout en raison d’une gérer l’immigration. Il peut, en revan- monde que nous laisserons à nos en-
travailler quand ils le souhaitent, draient à salarier ses conducteurs ! relation inédite entre modernité et che, changer de terrain de jeu et valo- fants, même s’il est moins « eurocen-
mais le prix des courses et la rémuné- A l’inverse, Uber pourrait demander géographie, rendue possible par la riser un des avantages compétitifs le trique », soit fondé sur les valeurs
ration des conducteurs sont fixés par aux pouvoirs publics de considérer diffusion des nouvelles technologies : plus important dont nous, Euro- européennes. p
la plate-forme. Les critiques de ce chacun des conducteurs comme le pouvoir économique est de plus en péens, disposons, mais que nous
modèle stigmatisent une concur- transporteur responsable. Mais cela plus déterminé par la force démogra- avons trop souvent tendance à négli-
reviendrait à les constituer en profes- phique. Ce lien n’était pas aussi étroit ger : l’attractivité de nos valeurs.
sion réglementée comme… les taxis ! La question qui se présente à nous
Et leur rémunération serait alors bien est alors celle-ci : comment passer
différente. Uber est donc pris au piège d’une force portée par notre puis- ¶
de son propre modèle.
On retrouve ici une leçon oubliée de
SOIT LA SOUVERAINETÉ sance économique à une force fondée
sur nos valeurs ? Attention, cela ne
Enrico Letta est président de l’Institut
Jacques Delors, doyen de l’Ecole
gestion industrielle : au long du SERA EUROPÉENNE, veut surtout pas dire renoncer à toute des affaires internationales de Sciences
XIXe siècle, la technicisation accrue ambition de puissance économique, y Po (PSIA), et ancien premier ministre
du travail et la montée des exigences SOIT ELLE NE SERA PAS. compris industrielle. Mais devant italien. Il prononcera le 4 octobre
¶ sécuritaires ont favorisé la création et
DIRE LA VÉRITÉ, C’EST l’émergence, dans vingt ou trente ans, la conférence inaugurale du cycle
Armand Hatchuel le développement d’un salariat de nouveaux grands acteurs écono- économique des 20es Rendez-vous
est professeur à Mines- pérenne. Aussi magique que soit une EXPLIQUER DANS QUELLE miques, face à d’immenses agglomé- de l’histoire, à Blois, qui se dérouleront
ParisTech/PSL Research plate-forme numérique, transporter rations de millions d’habitants, nous du 4 au 8 octobre, avec pour thème
University des gens crée des responsabilités… p DIRECTION VA LE MONDE ne pouvons être influents dans le « Eurêka : inventer, découvrir, innover ».
8 | MÉDIAS&PIXELS 0123
MERCREDI 4 OCTOBRE 2017

Le vintage à la conquête du jeu vidéo


MÉD I AS
Accord aux Etats-Unis
entre Altice et Disney
pour la diffusion
de chaînes
Editeurs et créateurs indépendants ressuscitent la vieille cartouche plastique Altice USA, filiale américaine
du groupe de télécoms et de
médias de Patrick Drahi, a
trouvé un accord – très at-

C
omme le vinyle dans la quer – les anciens ont disparu –, des machines plus récentes leur dre vos MP3 ou votre collection de tendu des professionnels –
musique, la cartouche les composants sont neufs et il a
C’est le retour permettront de passer la seconde. jeux Steam sur eBay, comme vous avec Disney, ont indiqué,
dans le jeu vidéo est-elle fallu les adapter à l’alimentation d’un lien physique, Pour lui, « les joueurs “rétro” vendriez vos vinyles ou vos jeux en lundi 2 octobre, les deux en-
susceptible de faire son des consoles en vigueur à l’épo- aiment tenir un objet entre leurs boîte. C’est la négation du concept treprises. Les chaînes de
grand retour ? Lorsque, le 31 août, que. « Par mesure de sécurité, on a
quelque chose mains, mettre un jeu dans une même de collection. » l’empire Disney dont ESPN
l’éditeur japonais Capcom a an- dû inclure des convertisseurs dans qu’on peut vieille console, regarder la boîte, Financés par l’intermédiaire de (sport), ABC (généraliste) et
noncé qu’il allait rééditer l’emblé- toutes nos cartouches, précise lire le manuel. On peut physique- la plate-forme collaborative WABC (locale) seront tou-
matique Street Fighter II, sous M. Gibson. On a aussi travaillé
montrer, exposer, ment ressentir qu’on n’a pas payé Kickstarter, les créateurs de ce jeu, jours diffusées par Opti-
forme de cartouche, pour célé- étroitement avec Capcom pour les entreposer, et, pour rien ». Car le retour de la car- utilisable avec un simple émula- mum, la marque commer-
brer les 30 ans de la série-culte, les illustrations. » touche, c’est aussi le retour d’un teur sur PC, ont proposé à leurs ciale d’Altice USA dans les
fans se sont déchaînés sur Inter- Cette passion pour la cartouche
peut-être un jour, lien physique, d’une preuve maté- contributeurs les plus généreux Etats de New York, du Con-
net. Le jeu sera disponible fin no- est réelle. « Sur certains supports, transmettre rielle, quelque chose de tangible (au moins 40 livres, soit 45 euros) necticut, du New Jersey et de
vembre aux Etats-Unis sur Super les sorties se comptent en dizaines, qu’on peut montrer, exposer, en- de le recevoir sur cartouche. Face Pennsylvanie. – (AFP.)
Nintendo, une console qui n’a voire plus ! », détaille Guillaume treposer, et, peut-être un jour, à l’engouement pour ce bout de
plus connu de sortie depuis 1998. Verdin, rédacteur pour le Mag de bientôt pour les consoles NES, Su- transmettre. Une incongruité à plastique, la cartouche fait face à T EC HN OLOGI ES
Ce n’est pas la première fois que l’association MO5.com et spécia- per NES, MSX, et Master System ! », l’heure du tout-numérique. un handicap de taille : les Super Equifax : 145,5 millions
Capcom fait les yeux doux aux liste du jeu vidéo rétro. Partout prévient Toby Saint-Aubin, qui se La cartouche comme dernier Nintendo ou ColecoVision, qui d’Américains touchés
amoureux des cartouches en dans le monde, des créateurs in- targue de publier « entre dix et lien physique avec sa passion, permettent de faire tourner ces par le piratage
plastique. En 2013, cent cinquante dépendants travaillent de concert quinze jeux par an » sous le label c’est aussi la conception qu’en a jeux, sont introuvables dans le L’agence américaine de crédit
exemplaires de DuckTales, sorti pour donner une seconde jeu- Acclaim, marque historique dont Matthew Phillips, développeur de commerce. Pour que les cartou- Equifax a revu à la hausse, à
près de vingt-cinq ans plus tôt, nesse à leurs consoles préférées, ils ont racheté le nom en 2014. Tanglewood, jeu Mega Drive ches d’iam8bit et des déve- 145,5 millions, le nombre de
avaient été distribués à quelques développant de nouveaux jeux Pas de quoi, cependant, faire vi- prévu pour cet hiver : « Si vous loppeurs indépendants rejoi- clients touchés aux Etats-
heureux élus. Mais pas question, pour ces supports antiques. vre ce petit collectif, dont un seul achetez un album dématérialisé gnent les étagères des collection- Unis par un piratage massif
cette fois, d’une simple opération membre est salarié. Un marché ou que vous vous abonnez à un neurs, encore faudrait-il que les dû, selon son ex-PDG Richard
promotionnelle : 5 500 exemplai- Nostalgiques marginal ? De niche, en tout cas. service de streaming, en fin de Nintendo, Sega et acteurs de Smith, à une faille informati-
res seront mis en circulation. Mais il n’y a pas que les joueurs Même si M. Saint-Aubin veut compte, vous ne possédez rien : l’époque leur donnent les que que l’entreprise n’a pas
Une réédition que iam8bit, le qui sont nostalgiques : chez les croire que, d’ici à la fin de l’année, vous avez juste l’autorisation de moyens de les lire. p su corriger, a-t-on appris,
distributeur de ces cartouches à créateurs aussi, il y a la volonté de les projets de Collectorvision pour l’écouter. Vous ne pouvez pas ven- corentin lamy lundi 2 octobre. – (AFP.)
l’ancienne, envisage comme la ressusciter des systèmes morts
première d’une longue série : trop tôt et contribuer à réparer ce
« On veut faire ce que Criterion fait qui est parfois perçu comme une
avec les classiques du cinéma : injustice.
créer des pièces de collection haut C’est le cas du collectif canado-
de gamme, mais qui sont égale- californien Collectorvision.
ment fonctionnelles », explique En 2008, les Québécois Jean-Fran-
son cofondateur, Jon M. Gibson. çois Dupuis et Toby Saint-Aubin
Pour les nostalgiques, cette réé- commencent par fabriquer des
dition de Street Fighter II est la manettes personnalisées, avant
bienvenue, même si le prix de de publier leurs propres jeux pour
100 dollars (84,50 euros) est jugé des machines de la fin des an-
rédhibitoire. Mais cette opéra- nées 1970 et du début des an-
tion a un coût : iam8bit utilise un nées 1980 : ColecoVision,
nouveau moule pour les fabri- Atari 2 600 ou Intellivision. « Et

présentent
Le Centre national
du cinéma va aider la
création vidéo sur le Web
Le CNC lance un fonds de 2 millions d’euros
pour une centaine de projets par an LAISSEZ-VOUS
GUIDER DANS
D eux millions d’euros par
an pour les youtubeurs.
La formule est un peu
trop lapidaire car sont concernées
longues comme Boucherie Ethi-
que, du collectif Parasites, sur l’in-
dustrie de la viande ou Les Disso-
ciés du collectif Suricate (qui colla- UN MUSÉE
UNIQUE !
toutes les formes de « jeune créa- bore avec la société de production
tion numérique », qu’elles soient Web Golden Moustache du
diffusées sur la plate-forme filiale groupe M6) ou encore la série de
de Google ou sur sa concurrente courtes vidéos (deux à treize mi-
Dailymotion, sur les réseaux so- nutes) « Les Visiteurs du futur » de
ciaux comme Facebook et Snap- François Descraques.
chat, ou sur un site. Mais il résume Le livre n°1
l’intention du fonds créé le mardi Des montants modestes
3 octobre par le Centre national du
cinéma et de l’image animée
(CNC). Confronté, comme les chaî-
nes de télévision et les studios à la
mutation numérique, l’orga-
La seconde – jusqu’à 50 000 euros
– est une aide aux « chaînes » des
créateurs, ouvertes aux personnes
ayant au minimum 50 000 abon-
nés. Le CNC cite alors comme
3
seulement

,99
nisme de soutien au cinéma et à la exemple « Solange te parle », de
production audiovisuelle fran- l’actrice et auteur de chroniques
çaise veut faire un effort pour les intimistes et humoristiques Ina
vidéastes du Web et les nouvelles Mihalache, ou encore Le Fos-
formes d’œuvres. soyeur de films du vidéaste Fran-
Ce fonds va aider une centaine çois Theurel. Leurs vidéos sont
de projets par an. « Il est important déjà présentes sur CNC/Talent, la
pour nous de soutenir ces nouvelles chaîne YouTube lancée par le cen-
écritures qui fleurissent sur Inter- tre pour promouvoir les nouvelles Dans chaque beau livre,
net, ses nouvelles esthétiques, ses créations. Comme les autres
nouveaux formats, ses nouveaux exemples cités par le CNC, ce sont 70 chefs-d’œuvre décryptés
codes d’écriture et de réalisation », des producteurs déjà reconnus sur
explique la présidente Frédérique le Web. par des historiens d’art
Bredin dans un communiqué. Le Ce nouveau fonds reste très mo-
fonds proposera deux aides diffé- deste par rapport au total des aides
rentes pour s’adapter à des vidéos distribuées par le CNC en 2016 :
souvent autopubliées sur des pla- 784,5 millions d’euros, dont 355 Pour découvrir un extrait gratuit de Van Gogh, rendez-vous sur :
tes-formes ouvertes, sans le sou- millions pour le cinéma, 294 pour
tien financier d’un « diffuseur » l’audiovisuel et 20 pour le numéri- www.lemuseeidealgeo.fr
geo.fr
comme c’est le cas pour les films, que. Mais à l’échelle de la création
les téléfilms ou les documentaires sur Internet, les montants annon-
traditionnels. cés ne sont pas anodins.
La première aide – jusqu’à Les dossiers seront sélectionnés
30 000 euros – cible les vidéos. Elle cinq fois par an, par une commis-
soutiendra des œuvres en particu- sion de dix membres issus repré-
lier et sera ouverte aux créateurs sentant notamment les créateurs
vidéo ayant au moins
10 000 abonnés ou ayant été sélec-
tionnés dans un festival. Le CNC
ou les plates-formes, précise le
CNC. Les premiers projets sont à
déposer avant le 3 novembre. p
Toutes les 2 semaines chez votre marchand de journaux
prend comme exemple des vidéos alexandre piquard