Vous êtes sur la page 1sur 2

I.P.E.I.

B
AU : 2008/2009
BG1

Corrigé
Devoir Surveillé de Mathématiques

exercice 1

a) Explicitons la formule pour max(x, y). Si x ≥ y, alors |x − y| = x − y donc 12 (x + y + |x − y|) =


1 1
2 (x + y + x − y) = x. De même si x ≤ y, alors |x − y| = −x + y donc 2 (x + y + |x − y|) =
1
2 (x + y − x + y) = y.

b) Pour 3 éléments, nous avons max(x, y, z) = max max(x, y), z , donc d’après les formules
pour 2 éléments :
max(x, y) + z + | max(x, y) − z|
max(x, y, z) =
2
1
1
(x + y + |x − y|) + z + (x + y + |x − y|) − z
= 2 2
.
2

exercice 2

n2 +n+n
√ √
2
a) Comme un n = ( n2 + n − n) n +n+n
n = 1, d’où un ∼ √ n
n2 +n+n
ce qui implique que

1
lim un = .
n→∞ 2

1+2+...+n n(n+1)
b) un = n2
= 2n2
, ce qui implique que
1
lim un = .
n→∞ 2

ln(1+x)
c) un = ln(n + 1) − ln(n) = ln( n+1 1
n = ln(1 + n ), comme limx→0 x = 1. alors
1 1
limn→∞ n ln(1 + n ) = 1 ce qui implique que un ∼ n , d’où limn→∞ un = 0

sin(x)
d) un = n sin( n12 ), comme limx→0 x = 1.) alors limn→∞ nun = 1 ce qui implique un ∼ 1
n et
par la suite limn→∞ un = 0

exercice 3

1. Soient a, b > 0. On veut démontrer que ab ≤ a+b 2 . Comme les deux membres de cette
inégalité sont positifs, cette inégalité est équivalente à ab ≤ ( a+b 2
2 ) . De plus,

a+b 2
 
ab ≤ ⇔ 4ab ≤ a2 + 2ab + b
2
⇔ 0 ≤ a2 − 2ab + b2
ce qui est toujours vrai car a2 − 2ab + b2 est un carré parfait. On a donc bien l’inégalité
voulue.
2. Quitte à échanger a et b (ce qui ne change pas les moyennes arithmétique et géométrique,
et qui préserve le fait d’être compris entre a et b), on peut supposer que a ≤ b. Alors en
ajoutant les deux inégalités
a/2 ≤ a/2 ≤ b/2
a/2 ≤ b/2 ≤ b/2,
on obtient
a+b
a≤ ≤ b.
2
De même, comme tout est positif, en multipliant les deux inégalités
√ √ √
a≤ a≤ b
√ √ √
a≤ b≤ b
on obtient √
a≤ ab ≤ b.

3. Il faut avant tout remarquer que ∀n, un et vn sont strictement positifs, ce qui permet de
dire que les deux suites sont bien définies. On le démontre par récurrence : c’est clair pour
u0 et v0 , et si un et vn sont strictement positifs alors leurs moyennes géométrique (un+1 )
et arithmétique (vn+1 ) sont strictement positives.
(a) On veut montrer que ∀n un ≤ vn . L’inégalité est claire pour n = 0 grâce aux hypo-
thèses faites sur u0 et v0 . Si maintenant n est plus grand que 1, un est la moyenne
géométrique de un−1 et vn−1 et vn est la moyenne arithmétique de un−1 et vn−1 ,
donc, par 1., un ≤ vn .
(b) On sait d’après 2. que un ≤ un+1 ≤ vn . En particulier, un ≤ un+1 i.e. (un ) est
croissante. De même, d’après 2., un ≤ vn+1 ≤ vn . En particulier, vn+1 ≤ vn i.e. (vn )
est décroissante.
(c) Pour tout n, on a u0 ≤ un ≤ vn ≤ v0 . (un ) est donc croissante et majorée, donc
converge vers une limite l. Et (vn ) est décroissante et minorée et donc converge vers

une limite l0 . De plus comme un+1 = un vn et puisque vn+1 = un +v 2
n
, l et l0 doivent
vérifier
√ l + l0
l = ll0 et l0 =
2
0
d’où l = l .

Vous aimerez peut-être aussi