Vous êtes sur la page 1sur 6

Dynamique du point

3. Dynamique du point
i) Le principe d’inertie et référentiels galiléens
ii) Le principe de conservation de quantité de mouvement
iii) Définition (Newtonienne) des forces
iv) Quelques lois de forces

stsm-usthb.blogspot.com

https://www.facebook.com/forum.st.sm
i) Le principe d’inertie et référentiels galiléens

Principe de l’inertie :Il existe un référentiel absolu pour lequel un corps isolé (très
éloigné de tout autre corps de telle sorte qu’il ne soit soumis à aucune action) est
animé d’un mouvement de translation rectiligne, uniforme (cas particulier : est au
repos).

Référentiel de Copernic : à pour origine, le centre de masse du système solaire; les


directions sont définies à partir de trois étoiles fixes; le Soleil concentre 99,85% de la
masse du système solaire, le centre de masse du système solaire " se confond " avec
celui du Soleil.

Référentiel géocentrique : a, pour origine, le centre de masse de la Terre; ses


directions sont fixes par rapport aux direction du référentiel de Copernic; Le
référentiel géocentrique est en translation par rapport au référentiel de Copernic; cette
translation est, en première approximation à "intensité de vitesse uniforme" puisque
l’orbite de la Terre dans le référentiel de Copernic est, en première approximation,
"circulaire". Cette translation n'est pas à "vecteur vitesse uniforme", le référentiel
géocentrique n'est pas "galiléen".

Le référentiel terrestre a pour origine le point O définissant le lieu, ses directions


sont la direction verticale CO et deux directions perpendiculaires dans le plan
horizontal (pour certains problèmes, les directions définies par le méridien et le
parallaxe sont commodes).
ii) Le principe de conservation de quantité de mouvement
La quantité qui reliée la masse d’un objet avec son vitesse c’est la quantité de
mouvement elle traduit l’état d’une particule dans un référentiel galiléen. à tout point
matériel, on peut associer un scalaire positif mesurant son inertie : il s'agit de la masse
inerte m. Une particule en mouvement dans un référentiel R, acquiert une quantité de
mouvement :

  dx
p  mv  m
dt

Principe d'inertie : Dans un référentiel galiléen, une particule libre conserve sa


quantité de mouvement.

iii) Définition (Newtonienne) des forces

Dans ce référentiel absolu, pour un objet ponctuel formé de particules


élémentaires en nombre donné, le principe fondamental de la dynamique s’écrit :

 dP dmv dv

F  m avec m  const
dt dt dt

où F est une entité mathématique vectorielle appelée force traduisant l’action sur

l’objet ponctuel. L’action totale peut être le résultat de plusieurs actions, la force F
est la résultante des forces associées à chaque action.
Le principe fondamental exprime que la force est proportionnelle à la variation du

  dv
vecteur vitesse v où a  est le vecteur accélération.
dt
Le facteur de proportionnalité m est appelé masse d'inertie. Dans un référentiel

galiléen, une particule soumise à une force F voit sa quantité de mouvement varier
d'autant plus vite que la force est importante.

Le premier principe fondamentale du dynamique est : « la sommet des forces


extérieur appliquer sur une particule »
 
 ext  ma
F

iv) Quelques lois de forces :

Principe de l’action et de la réaction : Soient deux points matériels M et M' ne

subissant que des forces d'action mutuelle. Soit la force exercée sur M de la part de

M' et soit la force exercée sur M' de la part de M.

Le principe de l'action et de la réaction énonce que et que la direction


commune à ces deux forces est celle de MM'.

il a y deux type de forces :

1- Forces à distance : tel que la force de gravitation, la foce colobien


Force de gravitation : La force entre deux masses ponctuelles est toujours attractive.
Elle s'exprime grâce à la loi de Newton :
 mm 
Fm1m2  G 1 2 ur

avec G = 6. 67∙10-11(SI) la constante de gravitation universelle. m1 et m2 désignent les
masses.

Force électrostatique : La force entre deux particules chargées électriquement est soit
attractive soit répulsive. L'état électrique des particules est caractérisé par leur charge
électrique Q, scalaire positif ou négatif. Deux charges de même signe se repoussent.
Loi de Coulomb :

 qq 
Fq1q 2  k 1 2 ur avec : k = 9∙109(SI).

La force magnétique de Lorentz : s'exerçant sur une particule chargée en mouvement


dans un champ magnétique est perpendiculaire à la vitesse et au champ magnétique :
  
F  qv  B

2-Forces de contact :
-Contact solide-solide : le contact entre deux solide fait apparaître deux forces : une
 
force N normale au support et une force T tangentielle au support qui s'oppose au
glissement.
- Lorsqu'il y a glissement sans frottement on a T = 0.
- Lorsqu'il y a glissement avec frottement, on a T  d N où  d désigne le coefficient
de frottement dynamique.
-Lorsqu'il n'y a pas glissement, on dit qu'il y adhérence et l'on a T  s N où  s
désigne le coefficient de frottement statique (en pratique  s   d tout en restant
supérieur).
Contact solide liquide : Lorsqu'un liquide s'écoule autour d'un obstacle solide, deux
actions apparaissent (voir _figure 2.5) :
- la force de traînée qui pousse l'obstacle dans la direction de l'écoulement. C'est cette
force qui est responsable du frottement à l'avancement des véhicules : on a
1
T  v ² SCx où Cx désigne le coefficient de traînée,  la masse volumique du
2
liquide, v la vitesse d'écoulement (loin de l'obstacle) et S la section droite maximum
de l'obstacle.

la force de portance perpendiculaire à la vitesse. Cette force apparaît dès que


l'obstacle est asymétrique. C'est cette force qui est responsable du décollage des
avions.
1
P  v ² SCz la force de décollage d’une avion
2
Dans le cas particulier d'une bille en mouvement lent dans un liquide, la portance
disparaît et la traînée devient proportionnelle à la vitesse (loi de Stokes)
T  v
où α dépend de la viscosité du liquide et de la taille de la bille.
Tension élastique : lorsque l'on allonge un ressort, apparaît une force de rappel

T  k (l  l0 )ux
avec l0 la longueur à vide du ressort, l la longueur du ressort et k la constante de
raideur (en N/m).
Exemple d’application :
Chute libre avec résistance de l'air :
Considérons une chute rectiligne en considérant l'action de l'air.
*Cas linéaire : traînée visqueuse linéaire T  v . Le PFD donne :
p  T  ma
dv 
g v
dt m

m
Par intégration avec :   est le temps de relaxation et vl  g est la vitesse limite.

v  vl 1  exp( t /  )
Plus la masse est importante et plus la vitesse limite est grande.

Russian Physics Journal


Editor-in-Chief: Alexander I. Potekaev
ISSN: 1064-8887 (print version)
ISSN: 1573-9228 (electronic version)
Journal no. 11182
Springer US
Physics and Technology
(Wiley-Interscience, New York, 1982