Vous êtes sur la page 1sur 4

Centre Universitaire de Ghardaïa 1ére S.N.

V: 2010-2011

CHAP 2: STRUCTURE DE LA MATIERE


1) Introduction
L'ensemble de la matière de l'univers, vivante ou inerte, est constituée de particules
appelées atomes. Plusieurs théories et modèles ont été mis en évidence afin de
décrire ces particules.

2) Le monde avant l’atome


Vers 600 av. J.-C., Thalès désignait l’eau comme le principe de toute chose,
substance primordiale dont procède et dans laquelle retourne chaque chose
selon Anaximène l'air est l’élément fondamental auquel peut être ramenée toute
chose, l’air est donc infini.
Empédocle (vers 433-493 av. J.-C.), philosophe grec affirmait que toute chose se
compose des quatre principaux éléments : terre, air, feu et eau.
Leucippe (vers 460-470 av J.-C.), passe néanmoins pour l’initiateur de la théorie
atomiste, développée successivement par Démocrite, Le mot "atome" vient du grec
"a-tomos" et signifie "insécable".

3) La théorie atomiste

A.les atomistes Grecs

Démocrite (vers 460-470 av. J.-C.), philosophe grec, développa la


théorie atomiste de l’Univers, dont la première formulation fut émise
par Leucippe. Selon Démocrite, les atomes se déplacent au hasard
dans le vide, se heurtent mutuellement, puis se rassemblent, en
formant des figures. Ces figures peuvent elles-mêmes entrer dans la
composition d’objets plus complexes.

B. Théorie atomique de DALTON

Dalton (1803) a supposé que la matière est constituée d'atomes et a démontré que
les atomes d'un même élément sont identiques et ont une certaine masse (masse
atomique),il a même proposé des symboles pour certains éléments.

Hydrogène azote carbone oxygène soufre fer cuivre

C. Modèle de J-J Thomson (découverte de l'électron)


L'expérience du tube cathodique de W.Crookes (1879) a permet à J.J Thomson de
découvrir le premier composant de l’atome: l'électron, particule de
charge électrique négative (1895), en étudiant le comportement des
rayons cathodiques en présence d'aimants et de champs
électriques. Il découvre que ces rayons dévient en leur présence. Il
conclut que ces rayons lumineux sont des particules négatives qu'il
appelle «électrons». Il détermine même le rapport entre la charge
électrique (e) des particules et leur masse (m): e/m = 1,76 X 1011 (C/Kg).
Il propose un premier modèle d’atome, Il imagine l’atome comme une sphère remplie
d'une substance électriquement positive et fourrée d'électrons négatifs "comme des

Module: Chimie1 1 Prof: HADJ SEYD AEK


Centre Universitaire de Ghardaïa 1ére S.N.V: 2010-2011

raisins dans un panier". On donnera le nom de «Plum-Pudding» au modèle


atomique de Thomson.

Appareil de J-J Thomson

Démocrite et Dalton s'étaient donc trompés... Le modèle de Dalton devra être


modifié: l'atome ne peut plus être considéré comme l'unité indivisible la plus petite
de la matière.

D. Modèle de Rutherford (découverte du noyau)

En 1912, Rutherford découvre le noyau atomique, en étudiant la


déviation des particules sur une feuille mince d'Or , il constate
que la plupart des particules traversent la feuille et celle-ci n'est
pas endommagée. Son nouveau modèle d'atome montre que sa
charge électrique positive, ainsi que l’essentiel de sa masse, est
concentrée en un noyau quasi-ponctuel. Les électrons de l'atome se
déplacent autour de ce noyau tels des planètes autour du Soleil, et
la force électrique attractive (la charge négative de l'électron
attirant la charge positive du noyau) joue le rôle de la force de gravitation pour les
planètes; d’où le nom de modèle d’atome planétaire. A noter que contrairement à
l’atome des Grecs, celui de Rutherford n’est ni indivisible (puisque composite), ni
plein puisqu'il contient essentiellement du vide: La distance noyau-électrons est
10.000 fois plus grande que le rayon du noyau : Rn/Ra=1/10.000.

E. Découverte des nucléons


Rutherford comprend que le noyau est lui-même composé
de nucléons. Ces nucléons sont de deux sortes:
• de charge positive, c’est un proton.
• de charge neutre, c’est un neutron
Le neutron sera effectivement découvert en 1932 par Chadwick.
Le modèle planétaire de l'atome présente un gros défaut.
Les électrons peuvent émettre de la lumière sous certaines conditions (dans une
ampoule électrique par exemple); ce faisant, ils perdent de l'énergie et devraient
donc se rapprocher dangereusement du noyau jusqu'à s'y écraser !
Un tel atome ne serait donc pas stable !

F. Modèle de l’atome de Bohr

Afin de rendre compte de cette stabilité atomique, Niels Bohr


crée en 1913 un nouveau modèle d'atome:
Les orbites des électrons ne sont pas quelconques mais
"quantifiées"; seules certaines orbites particulières sont
permises pour l’électron. Ce n'est que lorsque celui-ci saute
d’une orbite à l’autre qu'il peut émettre (ou absorber) de la
lumière. Le modèle de Bohr est le dernier modèle obéissant à la
physique classique, c’est-à-dire la physique qui explique les mouvements et les
phénomènes existant à notre échelle humaine.

Module: Chimie1 2 Prof: HADJ SEYD AEK


Centre Universitaire de Ghardaïa 1ére S.N.V: 2010-2011

Ces modèles d’atomes sont donc faciles à comprendre et à se représenter.

Niveaux d'énergie de l'atome


d'hydrogène E=-13,6/n2 (eV)

4) La théorie quantique
D’après la physique classique, on considérait que l’énergie avait une structure
continue. La base de la théorique quantique fut fixée par le physicien allemand Max
Planck qui en 1900, postula que la matière ne peut émettre ou absorber l’énergie
rayonnante que par petites unités discrètes appelées quanta.
W=h. (h=Cte de Planck, =fréquence de la radiation lumineuse)
Einstein prouve, par la suite, l’existence de ces quanta, en
déterminant celui qui véhicule la lumière, le photon. Cette
découverte remet en question le caractère ondulatoire de la lumière
qu’on a fini par accepter tant bien que mal.
W=E=m.c2 (E= énergie, c=célérité de la lumière=3.108 m/s)
Cette ambiguïté est levée dans les années vingt, grâce aux travaux de
Louis de Broglie, introduisant la notion de dualité onde-particule ( =h/m.v), et à
ceux de Schrödinger et Heisenberg, qui fondent la mécanique ondulatoire
permettant ainsi de développer une équation dite équation d’onde pour décrire les
propriétés ondulatoires de la particule et, plus particulièrement, le comportement de
l’électron dans l’atome d’hydrogène. À l’aide de la mécanique quantique, on peut
alors déterminer les orbites permises, et calculer leurs rayons ainsi que leurs
niveaux d’énergie.

5) modèle actuel de l'atome


Le modèle actuel de l'atome est un modèle nucléaire comme celui de Rutherford.

L'atome comprend deux parties : un noyau


et des électrons en mouvement rapide
autour de ce noyau.
Le . Le noyau: est constitué de protons de
charge électrique positive, et de neutrons de
charge électrique nulle. Ces particules qui
constituent le noyau sont également
appelées nucléons.
• Le cortège électronique: est constitué
proton d'électrons de charge électrique négative qui
gravitent autour du noyau constituant un
neutron
nuage électronique.
electron

Module: Chimie1 3 Prof: HADJ SEYD AEK


Centre Universitaire de Ghardaïa 1ére S.N.V: 2010-2011

Caractéristiques des particules


Particule Symbole Charge Masse (kg)
électrique (C)
Proton p e=1,602.10-19 mp=1,6726.10-27
Neutron n 0 mn=1,6749.10-27
Electron e- -1,602.10-19 me=9,1094.10-31

La charge électrique d'un proton est appelée charge élémentaire, on la note e.

6) Numéro atomique et nombre de masse


Par définition on notera :
Z le numéro atomique d'un noyau, c'est le nombre de protons qu'il contient.
A le nombre de masse d'un noyau, c'est le nombre de nucléons (protons+neutrons)
qu'il contient.
Ces deux nombres permettent de connaître complètement la composition du noyau.
En effet : Z est le nombre de protons. Le noyau contient A nucléons dont un
nombre Z sont des protons, le restant N=A-Z est le nombre de neutrons

7) Représentation symbolique d'un atome


Le noyau d'un élément quelconque X s'écrit à l'aide de Z et A sous la forme suivante

1H 19F 27A1 197Au

Hydrogène Fluor Aluminium Or

8) Isotopie
A l'état naturel, les atomes d'un élément ne possèdent pas forcément la même
composition de leur noyau. Comme un élément est défini par son numéro atomique
Z, ils possèdent tous Z protons mais ils peuvent contenir un nombre de neutrons N
différent. Voici les atomes des trois isotopes de l'hydrogène pouvant exister :

Les isotopes d'un élément sont les atomes possédant le même numéro atomique Z
mais un nombre de masse A différent.

9) Masse d'un atome


La masse d'un atome est égale à la somme des masses des particules qui le
composent.
matome= Z.mp + (A-Z).mn + Z.me
masse des masses des masse des
protons neutrons électrons
matome ~ mnoyau = Z.mp + (A-Z).mn

Module: Chimie1 4 Prof: HADJ SEYD AEK

Vous aimerez peut-être aussi