Vous êtes sur la page 1sur 1

Document : Témoignage sur le site personnel d’un Français vivant au Canada

Internet.
A Montréal (Canada), l’hiver est rude. En quelques semaines, la température peut passer
de 40°C à – 40°C. Du coup, on utilise le réseau de couloirs souterrains pour se déplacer sans sortir :
près de trente kilomètres de galeries permettent de circuler sans jamais avoir à mettre le nez
dehors de l’hiver ! Et chaque numéro d’arrêt de bus est un numéro de téléphone, avec une boîte
vocale donnant les horaires des prochains bus. Pas la peine d’attendre des heures dans le froid.
Les Québécois savent apprivoiser l’hiver.

Document : Témoignage sur le site personnel d’un Français vivant au Canada

Internet.
A Montréal (Canada), l’hiver est rude. En quelques semaines, la température peut passer
de 40°C à – 40°C. Du coup, on utilise le réseau de couloirs souterrains pour se déplacer sans sortir :
près de trente kilomètres de galeries permettent de circuler sans jamais avoir à mettre le nez
dehors de l’hiver ! Et chaque numéro d’arrêt de bus est un numéro de téléphone, avec une boîte
vocale donnant les horaires des prochains bus. Pas la peine d’attendre des heures dans le froid.
Les Québécois savent apprivoiser l’hiver.

Document : Témoignage sur le site personnel d’un Français vivant au Canada

Internet.
A Montréal (Canada), l’hiver est rude. En quelques semaines, la température peut passer
de 40°C à – 40°C. Du coup, on utilise le réseau de couloirs souterrains pour se déplacer sans sortir :
près de trente kilomètres de galeries permettent de circuler sans jamais avoir à mettre le nez
dehors de l’hiver ! Et chaque numéro d’arrêt de bus est un numéro de téléphone, avec une boîte
vocale donnant les horaires des prochains bus. Pas la peine d’attendre des heures dans le froid.
Les Québécois savent apprivoiser l’hiver.

Document : Témoignage sur le site personnel d’un Français vivant au Canada

Internet.
A Montréal (Canada), l’hiver est rude. En quelques semaines, la température peut passer
de 40°C à – 40°C. Du coup, on utilise le réseau de couloirs souterrains pour se déplacer sans sortir :
près de trente kilomètres de galeries permettent de circuler sans jamais avoir à mettre le nez
dehors de l’hiver ! Et chaque numéro d’arrêt de bus est un numéro de téléphone, avec une boîte
vocale donnant les horaires des prochains bus. Pas la peine d’attendre des heures dans le froid.
Les Québécois savent apprivoiser l’hiver.

Document : Témoignage sur le site personnel d’un Français vivant au Canada

Internet.
A Montréal (Canada), l’hiver est rude. En quelques semaines, la température peut passer
de 40°C à – 40°C. Du coup, on utilise le réseau de couloirs souterrains pour se déplacer sans sortir :
près de trente kilomètres de galeries permettent de circuler sans jamais avoir à mettre le nez
dehors de l’hiver ! Et chaque numéro d’arrêt de bus est un numéro de téléphone, avec une boîte
vocale donnant les horaires des prochains bus. Pas la peine d’attendre des heures dans le froid.
Les Québécois savent apprivoiser l’hiver.