Vous êtes sur la page 1sur 5

3.

Les tissus secondaires


Ces tissus sont présents uniquement chez les Dicotylédones et les Gymnospermes seulement
parce qu’ils sont responsables de la croissance en épaisseur.
3.1 Les méristèmes secondaires : ils sont responsables de la formation des tissus
secondaires. Leurs cellules ont une forme rectangulaire et sont bien alignées et disposent
d’une grande vacuole. Ils sont en nombre de deux : le phellogène ou assise génératrice
subérophellodermique et le cambium ou assise génératrice libéro-ligneuse.
 Le phellogène ou assise génératrice subérophellodermique : c’est un tissu
générateur secondaire formé dans la couche externe de l’écorce primaire. Vers
l’extérieur, elle forme le liège ou suber. Vers l’intérieur, elle constitue le
phelloderme qui a un rôle d’accumulation des réserves (Fig. n°20).
 Le cambium ou l’assise libéroligneuse: c’est un méristème cylindrique
responsable de la croissance en épaisseur. Ses cellules sont en forme de
prismes et effilées vers les extrémités Le cambium est un méristème
monostratifié qui génère les cellules de chaque côté. Il se localise entre le
xylème (vers l’intérieur) et le phloème (vers l’extérieur). Chez certains
végétaux et surtout chez les arbres, l’origine du cambium est l’anneau initial du
méristème primaire apical de la tige. Chez d’autres végétaux, il se trouve
uniquement au niveau des faisceaux conducteurs. Le cambium fasciculaire
secondaire se forme à partir de la différenciation des cellules
parenchymateuses du faisceau médullaire qui fusionnent avec le cambium
primaire des faisceaux conducteurs pour former un anneau cambial fermé (Fig.
n°20).

Fig. n°20 : Les méristèmes secondaires

3.2 Les tissus conducteurs secondaires


Comme les tissus conducteurs primaires, ils ont un rôle dans le transport de la sève brute et la
sève élaborée dans la plante et de soutien. Les cellules du cambium ou l’assise génératrice
libéroligneuse se trouvant entre le xylème primaire et le phloème primaire entrent en division
et se différencient pour former le xylème secondaire appelé le bois et le phloème secondaire
ou le liber. Les tissus conducteurs secondaires vont se développer en permettant la croissance
en épaisseur des plantes et ils vont remplacer petit à petit le xylème et le phloème primaires.
 Le xylème secondaire (bois) : qui a une différenciation centripète (vers
l’intérieur) (Fig. n°21). Il est formé par divers types de cellules à savoir des
trachéides (vaisseaux) et des trachées qui assurent le transport de l’eau, des
fibres de bois sont responsables de la résistance mécanique et du parenchyme
ligneux qui se trouve le long des vaisseaux ou des faisceaux médullaires.
Toutes ces cellules ont comme origine une cellule cambiale initiale (cambium).
On parle de bois homogène ou homoxylé, qui est présent chez les Gymnospermes, lorsqu’il
renferme les éléments conducteurs suivants : les trachéides aréolées, les fibres sont absentes,
le parenchyme ligneux horizontal (parenchyme ligneux cellulosique ou lignifié formant une
seule file de cellules) et le parenchyme vertical est rare et réduit à quelques cellules
parenchymateuses (Fig. n°21). Par contre, les Dicotylédones possèdent un bois hétérogène ou
hétéroxylé qui contient les éléments conducteurs suivants : les vaisseaux rayés, réticulés et
ponctués, les fibres sont très abondantes, le parenchyme ligneux horizontal est formé par des
rayons ligneux uni ou plurisériés et le parenchyme ligneux vertical (Fig. n°22).
Fig. n°21 : Coupe transversale du bois homoxylé du tronc de Mélèze d’Europe
Larix europaea

Fig. n°22 : Coupe transversale du bois hétéroxylé du tronc de Chêne Quercus


 Le phloème secondaire (liber) : qui a une différenciation centrifuge (vers
l’extérieur) (Fig. n°23). Il conduit la sève élaborée et assure un rôle de
stockage des réserves. Il est formé par les mêmes éléments du phloème et des
cellules parenchymateuses du liber, du parenchyme du faisceau libérien et des
fibres. Tous ces éléments sont constitués par des cellules vivantes.
La périphérie de la tige

Le centre de la tige

Fig. n°23 : Formation des tissus conducteurs secondaires

3.3 Les tissus protecteurs secondaires

L’épiderme est l’un des tissus primaires qui couvre les tiges et les feuilles. Le périderme est
un parenchyme cortical secondaire qui couvre les tiges du végétal (troncs d’arbres). Il est
composé par : le liège, l’assise subérophellodermique et le phelloderme (Fig. n°25).

 Le liège (suber ou phellème): C’est un tissu de revêtement secondaire dont le rôle est
la protection. Ses cellules sont mortes, jointives et ne présentent pas de méats entre
elles et dont les parois contiennent de la subérine d’où elles constituent un manchon
imperméable (a : Fig. n°24). Chez les tiges, se trouvent des lenticelles, ce sont de
petits pores constitués d’un agrégat lâche de cellules, qui permettent les échanges
gazeux étant donné que ses cellules sont subérisées et elles constituent une barrière
contre les échanges gazeux avec l’environnement (b : Fig. n°24).
a b

Fig. n°24 : Les cellules du suber (a) et lenticelles (b)

Chez les tiges âgées et surtout chez les arbres, le parenchyme cortical secondaire correspond à
l’écorce et elle est composée par des cellules mortes subériées. L’écorce et le liège sont
considérés comme des éléments protecteurs contre les pertes d’eau, les infections des
microorganismes et les effets des fortes lumières et chaleurs.

 Le phelloderme : Il contient quelques cellules vivantes qui ressemblent à celles de


l’écorce et contiennent des chloroplastes et il a un rôle d’accumulation des réserves.
Le phellogène se rencontre au niveau des parties âgées des racines et des tiges (Fig.
n°25).

Fig. n°25 : Suber et phelloderme

Vous aimerez peut-être aussi