Vous êtes sur la page 1sur 1

Langue Grec

Objet d’étude Interrogations politiques


Auteur Platon
Texte République I, 344c
Selon le sophiste Thrasymaque, la justice n’est qu’une illusion : l’injuste triomphe.
Οὕτως, ὦ Σώκρατες, καὶ ἰσχυρότερον καὶ ἐλευθεριώτερον καὶ δεσποτικώτερον ἀδικία δικαιοσύνης ἐστὶν
ἱκανῶς γιγνομένη
Traduction(s)
Auteur(s) / Date(s) Manuel Hatier (2009)
Ainsi, Socrate, l’injustice, si elle atteint un degré suffisant, est plus puissante, plus digne
d’un homme libre et plus dominatrice que la vertu de justice.
Commentaire
Les élèves pourront aisément faire quelques repères : celui de la suppression des καὶ qui renforcent
l’énumération (un «à la fois» pouvait en rendre compte) ; la perte de l’antéposition des adjectifs au comparatif
par rapport au sujet ἀδικία sans article dans un énoncé à valeur de maxime) ; le déplacement de ἱκανῶς
γιγνομένη au début de la phrase avec l’explicitation de la valeur circonstancielle du participe, ici celle de la
condition (ce changement de place ne semble pas nécessaire mais met toutefois en lumière, dès le début, le
caractère provocateur du propos, l’idée d’un «épanouissement» de l’injustice qui lui permettrait de développer
toutes ses vertus) ; la traduction de δικαιοσύνης par «vertu de justice» (ce choix s’impose-t-il, dans le contexte
d’un éloge de l’injustice ?)
D’autres éléments requerront davantage leur attention : le neutre pour les adjectifs («chose plus forte »…) ou le
mot ἐλευθεριώτερον et non ἐλευθερος.
Mais l’essentiel porte sur d’autres points : on peut, comme le fait L. Robin (traduction en annexe), maintenir la
proximité des antonymes qui adosse l’une à l’autre, en grec, les deux vertus ennemies (sans compter
l’encerclement dans la phrase du δικαιοσύνης pris en étau entre les trois comparatifs et le ἱκανῶς γιγνομένη
final).
Par ailleurs, on peut discuter ici la traduction de δεσποτικώτερον : «plus digne d’un maître» est sans doute plus
clair, et dans la lignée de la traduction proposée pour l’adjectif précédent, même si le sens de domination
convient tout à fait à la pensée exprimée par le sophiste qui montre l’injustice comme source de liberté et de
pouvoir absolu sur autrui (valeur résultative possible de l’adjectif). Mais peut-être eût-il été mieux, en tout état
de cause, de respecter le parallélisme de traduction («quelque chose de plus libre et de plus dominateur» ou
«plus digne d’un homme libre et d’un maître»)
Autre traduction L. Robin (1950)
Tu le vois, Socrate, il y a plus de vigueur, plus de libre dignité, plus de maîtrise dans
l’injustice que dans la justice, quand l’injustice croît au degré convenable.