Vous êtes sur la page 1sur 53

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont participé de quelque manière que ça soit à la réussite
de mon mémoire et plus particulièrement les personnes ci-dessous :

Monsieur Sani Adamou mon encadreur de mémoire qui m’a conseillé, a répondu régulièrement à mes
questions tout au long de la réalisation de mon mémoire et qui m’a accordé de son temps malgré son
planning chargé.

Monsieur Boubacar Djibo Directeur Général de l’Ecole Supérieure des Télécommunications qui a
établi notre convention et a servi d’intermédiaire entre Niger Télécoms et l’Ecole Supérieure des
Télécommunications.

Monsieur Ibrahim Abdou Directeur Technique de la société Niger Télécoms qui a bien voulu
m’accueillir comme stagiaire dans leur société et s’est montré très disponible pour répondre à mes
questions.

L’ensemble des employés du centre de transmission spatiale DOMSAT pour les conseils qu’ils m’ont
prodigué au cours des deux mois de stages.

Enfin, à ma famille et mes amis qui n’ont cessé de me montrer leur amour et leur sollicitude.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page I


Liste des Figures et Tableaux

Liste des Figures

Figure 1 : Architecture d’un réseau GSM…………………………………………………………7


Figure 2 : Principe émission-réception au niveau de la DOMSAT………………………………36

Figure 3 : Organigramme de Niger Télécoms………………………………………………..…..44

Liste des Tableaux

Tableau 1 : Tableau des différents systèmes utilisés en backhaul……………….....……………17

Tableau 2 : Plan de fréquence du centre DOMSAT ...............................................................................45

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page II


GLOSSAIRE
ADR : Audio Design Recorder

ACS : Système de Commande et d’Analyse

ADSL : Asymetric Digital Suscriber Line

ACS : Système de Commande et d’Analyse

Ampli: Amplificateur

BUC/SSPB: Bloc Up Converter/Solid State Power Block

CDMA: Code Division Multiple Access

DB : Décibel

DCME : Digital Circuit Multiplication Equipement

DOMSAT : Satellite Domestique

E1 : E1 correspond au MIC

EST : Ecole Supérieure des Télécommunications

ESMT : Ecole Supérieure

FH : Faisceaux Hertziens

FI : Fréquence Intermédiaire

G : Génération

Gbit/s : Giga bits par seconde

GHz: Giga Hertz

GMSC: Gateway Mobile Switching Center

GSM: Global System for Mobile communications

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page III


HEL: Hemispheric Est Rate

HER: Hemispheric Est Left

Hub : Site principal d’un réseau VSAT

Indoor : Intérieur

IP : Internet Protocol

KVA : Kilovoltampère

LNA : Low Noise Amplifier

LNB : Low Noise Bloc

Mbps : Méga bits par Seconde

Modem : Modulation-Démodulation

MHz : Méga hertz

MIC : Modulation par Impulsion et Codage

MSC : Mobile Switching Center-un équipement d’un réseau GSM

MSISDN: Mobile Subscriber ISDN Number

NIGELEC : Société Nigérienne d’Electricité

NODE B : Station de base dans un réseau mobile UMTS. C’est l’équivalent de la BTS dans les
réseaux GSM

OL: Oscillateur Local

Outdoor: Extérieur

PSTN: Public Switched Telephone Network

Remote : Station distante

RF : Radio Fréquence

RNC : Radio Network Controller

SES : Société Européenne des Satellites

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page IV


SSPA: Solid State Power Amplifier

SMS: Short Message Service

TIC : Technologies de l’Information et de la Communication

TRE: Récepteur

TRX : Emetteur

TIC : Technologies de l’Information et de la Communication

TMSI : Temporary Mobile Station Identity – le numéro d’identification temporaire

UCC : Up Converter Combiner

UIT : Union International des Télécommunications

UM : Interface Air entre le MS et la BTS

UMTS: Universal Mobile Telecommunications System

USB: Universal Serial Bus

V: Volt

VSAT: Very Small Aperture Terminal

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page V


Table des matières
I
Liste des figures et tableauxII
GLOSSAIREIII
INTRODUCTION ……………...........................................................................................1
PREMIERE PARTIE : Cadre théorique et méthodologique...............................................2
CHAPITRE I: Cadre théorique..........................................................................................3
I. Problématique………………….......................................................................................3
II. Les objectifs de recherche...............................................................................................3
II.1. Objectif général……………..........................................................................................3
II.2. Objectifs spécifiques....................................................................................................3
III. Hypothèses de recherche...............................................................................................4
III.1. Hypothèse générale…………........................................................................................4
III.2. Hypothèses secondaires................................................................................................4
IV. Pertinence du sujet…………….....................................................................................4
V. Revue critique de la littérature..................................................................................4
V.1. Généralités sur les Télécommunications........................................................................4
V.2. Le réseau fixe……………………................................................................................4
V.3. Le réseau mobile…………….......................................................................................5
V.3.1. Contexte…………………….....................................................................................5
V.3.2. Définition du réseau mobile......................................................................................5
V.3.3. Historique et évolution des réseaux GSM...................................................................6
V.3.4. Architecture d’un réseau GSM..................................................................................7
V.3.4.1. La station mobile................................................................................................7
V.3.4.1.1. Le Sous-système Radio.......................................................................................8

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page VI


V.3.4.1.2. Le sous Système Réseau......................................................................................9
V.3.4.1.3. Le sous-système d’exploitation..........................................................................11
V.3.5. Le bachauling………........................................................................................11
V.3.5.1. Les faisceaux hertziens......................................................................................11
V.3.5.2. La fibre optique................................................................................................11
V.3.5.3. Les satellites........................................................................................................13
V.3.5.4. Modèle d’analyse :...............................................................................................17
Chapitre II : Cadre Méthodologique.................................................................................21
I. Cadre de l’étude……......................................................................................................21
II. Délimitation du champ d’étude.......................................................................................21
III. Techniques d’investigation.............................................................................................21
IV.Difficultés rencontrées...................................................................................................22
DEUXIEME PARTIE : Cadre organisationnel et conceptuel............................................23
Chapitre I : Cadre organisationnel...................................................................................24
I. Historique de Niger Télécoms........................................................................................24
II. Missions de Niger Télécoms..........................................................................................24
III. Objectifs de Niger Télécoms.........................................................................................24
IV. Produits et Services de Niger Télécoms.........................................................................25
V. Les infrastructures de Niger Télécoms...........................................................................26
VI. Organisation de Niger Télécoms...................................................................................27
VI.1. La Direction Générale...............................................................................................27
VI.2. La Direction des Ressources Humaines......................................................................28
VI.3. La Direction Finances et Comptabilité........................................................................28
VI.4. La Direction commerciale.........................................................................................29
VI.5. Le Directeur Clientèles et Fidélisation........................................................................29
VI.6. La Direction Supply Chain........................................................................................29
VI.7. La Direction de l’Interconnexion................................................................................29
VI.8. Manager des régions.................................................................................................30
VI.9. La Direction Technique.............................................................................................30
VI.9.1. La Division Développement Internet ......................................................................30
VI.9.2. La Division Projets ...............................................................................................30

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page VII


VI.9.3. La Division Réseau Mobile GSM............................................................................31
VI.9.4. La Division Réseau Fixe.........................................................................................31
VI.9.4.1. Le Service de Backbone National Fibres Optiques : SBN/FO ................................31
VI.9.4.2. Le Service des Réseaux d’Accès Filaires : SRAF..................................................32
VI.9.4.3. Le Service d’Exploitation du Cœur de Réseau et des Plateformes d’Interconnexion :
SECR/PI…………….
……………………………………………………………………………….…...32
VI.9.4.4. Le Service de Transmission Hertzienne et par Satellite : STFH/SAT.......................32
VI.9.4.4.1. Présentation du Centre de transmission spatiale de Niamey (DOMSAT)..............33
VI.9.4.4.1.1. Historique....................................................................................................33
VI.9.4.4.1.2. Equipements du centre DOMSAT..................................................................33
VI.9.4.4.1.3. Principe de l’émission et de réception au niveau de la DOMSAT......................35
VI.9.4.4.1.4. Système de poursuite au niveau de la DOMSAT ( tracking )............................36
VI.9.4.4.1.5. Energie…………………...............................................................................36
TROISIEME PARTIE : Cadre analytique.......................................................................38
Chapitre 1 :Mise en place du réseau VSATdans un site ………………...

II. Principe d’installation


ANNEXES

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page VIII


Licence en Réseaux et Service Télécoms Page IX
INTRODUCTION

Les télécommunications sont définies comme étant l’ensemble des techniques et moyens
développés pour la production, le traitement et la transmission de l’information entre deux points
distants. Aujourd’hui, les moyens de télécommunications occupent une place importante et sont
devenus des nécessités dans nos sociétés. On assiste à ce jour à plusieurs types de réseaux de
communication dont, les data, le fixe et le mobile. Le déploiement de ces réseaux nécessite
l’utilisation des liens de transmission pour le transport de l’information.

Les opérateurs de réseaux mobiles GSM (Global Système for Mobile Communications), utilisent
plusieurs techniques de transmission pour favoriser le transport des données entre la partie radio
et la partie réseau d’accès.

C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet de fin d’étude qui consiste à l’étude d’une solution
de prolongement pour les dessertes GSM dans les zones difficilement accessibles. L’objectif
général de ce projet est de faire une proposition concrète à Niger Télécoms, concernant la
technique la plus appropriée pour couvrir les localités difficilement accessibles par les services de
télécommunications.

Nous avons organisé ce travail, en trois (3) parties pour mener à bien ce projet.

La première partie intitulée « le cadre théorique et méthodologique » sera subdivisée en deux


chapitres dont le premier « cadre théorique » et le second « cadre méthodologique ». Ensuite, la
deuxième partie « cadre organisationnel » nous ferons la présentation de l’entreprise d’accueil.
Enfin la troisième partie « cadre analytique » exposera l’analyse des résultats et les
recommandations de l’étude. Le travail sera achevé par une conclusion indiquant la finalité du
projet.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 1


PREMIERE PARTIE :
Cadre théorique et méthodologique

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 2


CHAPITRE 1 : Cadre théorique
I. Problématique
Le Niger pays du sahel, d’une superficie de 1.267 millions de kilomètres carré est semi-
désertique constitué en grande partie de régions désertiques et montagneuses à faible densité. Les
régions d’Agadez et de Diffa sont celles qui sont les moins couvertes. En effet, ces deux régions
sont les plus vastes en termes de superficie et ont la faible densité d’habitants. « Rapport annuel
2016 de L’ARTP ». Ces régions demeurent difficilement accessibles par les services de
télécommunications. Il arrive qu’aucune infrastructure de réseau d’accès de terre ne puisse être
mise en place dans certaines parties de ces zones. Fournir une connectivité dans ces zones de
manière rentable constitue une tâche ardue, mais il demeure important de répondre aux nombreux
besoins de télécommunication/TIC des habitants de ces régions pour améliorer leur qualité de
vie. Au Niger, le taux global des services de téléphonies est de 38.63% et le taux de pénétration
des services internet (fixe et mobile) est de 19.06% en 2016. Ainsi, pour pouvoir couvrir les
zones non rentables, le gouvernement nigérien a instauré un fond d’accès universel géré par
l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ARTP) afin de porter le taux de
couverture nationale de 100% a l’horizon 2021. Dans ce contexte, quelle solution technique les
opérateurs GSM pourraient utiliser pour atteindre de manière efficace ces zones ?

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 3


II. Les objectifs de recherche

II.1. Objectif général


L’objectif général de ce projet est de faire une proposition concrète à Niger Télécoms concernant
la technique la plus appropriée pour couvrir les localités difficilement accessibles par les services
de télécommunications.

II.2. Objectifs spécifiques


Dans cette partie nous allons nous appesantir sur les parties des télécommunications en rapport
avec notre thème de mémoire. C’est notamment : Le réseau Mobile au sein duquel nous ferons un
Focus sur le backhauling et particulièrement la technologie VSAT qui constitue le noyau de notre
sujet de mémoire.

III. Hypothèses de recherche

III.1. Hypothèse générale


Notre hypothèse générale consistera à rechercher en termes de backhauling des réseaux mobiles,
le moyen le plus approprié pour répondre à la problématique posée dans le présent mémoire.

III.2. Hypothèses secondaires


L’hypothèse secondaire consistera à démontrer la possibilité d’intégrer la solution proposée dans
le réseau de l’opérateur objet de la présente étude en occurrence Niger télécoms.

IV. Pertinence du sujet

Le sujet permet de proposer une technologie appropriée pour prolonger la desserte GSM dans les
zones reculées du Niger. Ceci afin d’inciter Niger Télécoms et au-delà tous les opérateurs de
réseau Mobile exerçant sur notre territoire à s’investir pour le désenclavement des zones les plus
reculées.

V. Revue critique de la littérature

V.1. Généralités sur les Télécommunications


Les télécommunications sont définies comme étant l’ensemble des techniques et moyens
développés pour la production, le traitement et la transmission de l’information entre deux points

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 4


distants. Une télécommunication est une communication à distance et à temps réel. Selon l’IUT
c’est toute transmission de signaux, de sons, d’écriture, d’image ou de renseignement de toute
nature par fil, radioélectricité, optique ou autres systèmes. Les télécommunications se
caractérisent par le fait que seule l’information utile est transmise aux usagers, le support étant
utilisable par différentes communications soit en même temps, soit à des temps différents. Ce
secteur reste toujours en perpétuelle évolution et a complètement révolutionné le monde. On
distingue deux types de réseaux de télécommunications: Le réseau fixe et le réseau mobile.

V.2. Le réseau fixe


Le réseau fixe appelé aussi Réseau Téléphonique Commuté (RTC) ou réseau filaire est conçu
pour permettre la mise en relation temporaire d’installation d’abonnés de façon automatique et
universelle, sans restriction d’accès, afin de permettre l’échange de conversation. Ce réseau est
constitué de plusieurs parties :

La partie réseau d'accès appelé aussi réseau de distribution ou la boucle locale ou encore réseau
de desserte est parfois désigné par l’expression « derniers kilomètres du réseau ». C’est
l’ensemble des moyens (câbles, poteaux, fils...) servant à relier les terminaux d’abonnés à un
autocommutateur.

La partie commutation ou autocommutateur : c’est la partie intelligente du réseau qui permet de


raccorder un grand nombre d'abonnés, et permettre que n'importe quel abonné puisse
communiquer avec n'importe quel autre qu’il soit local (raccordé à lui-même) ou distant
(raccordé à un autre autocom dans une autre ville ou pays).

La partie transmission ou réseau de transport est constituée par l’ensemble des liaisons de
transmission sur différents supports tels que : Les supports métalliques (câbles cuivre), les
supports optiques (fibres optiques), l’espace libre (les transmissions par faisceaux hertziens, ou
par satellites). Il permet de faire le lien entre deux autocommutateurs distants et comporte
plusieurs circuits selon sa capacité. Par exemple, pour 1 E1, on a 30 circuits. On peut ainsi avoir
30 communications simultanées.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 5


V.3. Le réseau mobile

V.3.1. Contexte
L’apparition du réseau mobile a constitué un bouleversement majeur dans les systèmes de
communication puisqu’il a offert la possibilité de téléphoner et de se déplacer en même temps.
Depuis son apparition, les réseaux n’ont cessé d’évoluer pour proposer une qualité de service
toujours plus grande.

V.3.2. Définition du réseau mobile


Un réseau mobile est un réseau téléphonique qui permet l’utilisation simultanée de millions des
téléphones sans fil, immobiles ou en mouvement y compris lors des déplacements à grande
vitesse et sur une grande distance.

Les réseaux de téléphonie mobile sont composés de 3 sous-systèmes: une partie radio, une partie
réseaux et le centre de maintenance et d’exploitation. Les antenne-relais sont une porte d'entrée :
elles permettent aux usagers d'accéder au réseau qui achemine ensuite les communications.

Ce secteur n’a cessé de muter et a connu son essor dans les années 90 avec le GSM (Global
System for Mobile communications).

V.3.3. Historique et évolution des réseaux GSM


La première génération de téléphones mobiles a débuté dans les années 80 en offrant un service
médiocre et très couteux de communication mobile. Le GSM est apparu dans les années 90 avec
la norme 2G, s'appuyant sur les transmissions numériques permettant une sécurisation des
données. Le GSM permettait de passer des appels téléphoniques et aussi l’usage de SMS.

Le GSM a connu un énorme succès et a permis de susciter le besoin de téléphoner en tout lieu
avec la possibilité d'émettre des mini messages. La 2G a été lancée en 1992 mais la téléphonie
mobile n'a réellement inondé le marché qu'à la fin des années 90. Le débit de 9.6 kbps proposé
par le GSM est très vite devenu insuffisant. C’est à partir du début des années 2000, que les
débits deviennent suffisants et ont permis de développer de nouveaux services.

La 3G a été impulsée par les exigences des applications vidéo sur le mobile. L’accès aux services
de connexion à internet et surtout de messagerie s'est peu à peu installé dans les habitudes des

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 6


utilisateurs. Dans les faits, la 3G n'est arrivée en France qu'en 2004. Au Niger, la licence 3G a été
attribuée à Niger Télécoms en Avril 2018.

Pendant que la 2G est toujours utilisée et la 3G non encore totalement exploitée. L’offre « 4G »,
le très haut débit mobile, avait été annoncée depuis 2013. Elle est basée sur le standard LTE
(Long Term Evolution). Les débits pourraient atteindre jusqu’à 1 gigabit/s en stationnaire et 100
Mb/s en mouvement.

V.3.4. Architecture d’un réseau GSM

Figure 1 : Architecture d’un réseau GSM

L’architecture d’un système GSM est composée des éléments suivants :

 La station mobile (MS) ;


 Le Sous-système Radio (BTS, BSC) ; 
 Le sous-système réseau (MSC, HLR, VLR, AUC) ;

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 7


 Le sous-système d’exploitation (OMC-R, OMC-S, OMC-M) ;

V.3.4.1. La station mobile


La station mobile ou terminal (téléphones, ordinateurs, clés USB) est l’équipement physique
utilisé par l’usager du réseau GSM pour accéder aux services de télécommunications offerts.
Selon Jean-Philippe Muller, 2002.

Elle est constituée de deux éléments séparables :

 Le numéro d’équipement (International Mobile Equipement Identity) mis dans la


mémoire du mobile lors de sa fabrication.

 Une carte SIM (Suscriber Identity Mobile) qui contient les caractéristiques de
l’abonné et de ses droits dans laquelle se trouve le numéro d’abonné IMSI
(International Mobile Suscriber Identity).

V.3.4.2. Le Sous-système Radio


Il gère la partie radio des communications et se compose d’émetteurs-récepteurs radio (BTS)
contrôlés par une BSC.

La BTS

La BTS (Base Tranceiver Station) ou station de base est un point d’accès au réseau GSM des
utilisateurs mobiles. Les BTS se matérialisent sous la forme d’antennes sur les toits des
immeubles ou sur le bord des routes. Ils assurent la fonction d’émission et de réception radio. La
communication entre la station mobile (MS) et la station de base (BTS) est réalisée par l’interface
(Um), appelé aussi interface air. La zone de rayonnement de l’antenne de la BTS définit la
cellule. La BTS gère également l’interface et le dialogue avec la BSC.

Les grandes parties d’une BTS sont :

Un pylône sur lequel sont fixées les antennes.

Des équipements radio (TRX, TRE) émetteurs-récepteurs sont abrités généralement au pied du
pylône.

Les antennes assurent l’interfaçage physique entre le réseau et les utilisateurs.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 8


Les liaisons entre les antennes et les TRX sont assurées par des câbles coaxiaux appelés feeders.

Le BSC

Le BSC (Base Station Controller) ou contrôleurs de station de base, est l’organe intelligent du
sous-système radio. Le BSC joue un rôle de concentrateurs pour le trafic provenant des BTS. Il a
un rôle de relais pour les alarmes émanant des BTS vers l’OMC. Le BSC est une banque de
données pour les versions logicielles et les données de configuration téléchargées par l’opérateur
sur les BTS. Un BSC gère les canaux radio, contrôle l’admission des appels, la gestion des
handovers ou contrôle de puissance, tandis que les BTS ne font qu’appliquer les décisions prises
par le BSC. Le BSC pilote également les transferts entre deux cellules. Les BTS et les BSC sont
reliés à travers des liens de transmissions appelés backhauling. Ces liens peuvent êtres en fibre
optique, par faisceaux hertziens, ou par satellites.

V.3.4.3. Le sous Système Réseau


Il gère le traitement des appels, la mobilité et l’acheminement des communications. Il se compose
de commutateurs radio (MSC) et d’un certain nombre de bases de données HLR, VLR, AUC et
EIR.

Le MSC

Le MSC est un commutateur radio qui gère l’ensemble des communications dans le réseau GSM.
Plusieurs BSC peuvent être raccordés au même MSC. Les commutateurs MSC d’un opérateur
sont reliés entre eux pour la commutation interne des informations. Des MSC servant de
passerelle (Gateway Mobile Switching Center, GMSC) sont placés en périphérie du réseau d’un
opérateur de manière à assurer l’interopérabilité entre les réseaux d’opérateurs. Le MSC permet
de réaliser les :

 Communications entre mobiles,


 Communications de mobile vers d’autres réseaux Nationaux GSM ou fixes,
 Communications de mobile vers l’International,
 Communications de mobile vers des réseaux de transmissions de données,

Pour ces trois derniers types de communications, le MSC intègre une fonction de passerelle
(Gateway) qui assure le passage du monde GSM à un monde externe. Chaque passerelle peut ne

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 9


pas être présente dans tous les MSC du réseau. En outre, lors d’une communication vers d’autres
réseaux, lorsqu’un MSC n’est pas équipé de Gateway la communication transite vers un MSC qui
en dispose.

Le HLR

Le HLR (Home Location Register) est une base de données qui centralise les caractéristiques et
les informations de localisation des usagers du réseau GSM. Le HLR est théoriquement unique,
mais sur des gros réseaux il peut être fractionné sur plusieurs unités.

Il contient :

- Le numéro IMSI d’identification international de l’usager.

- Le numéro de téléphone international de l’usager MSISDN, par exemple 227 xx xxxxxx.

- Le profil de l’usager, c'est-à-dire le type d’abonnement souscrit, droit aux appels


internationaux, droit à certains services supplémentaires.

Le VLR

Le VLR (Visited Location Register) est présent dans une zone géographique donnée, gérée par un
MSC. Le MSC est raccordé au VLR qui le supporte.

Chaque VLR peut communiquer avec le HLR des autres MSC. Il contient les mêmes types
d’informations que le HLR, mais cette fois relatives aux mobiles physiquement présents dans la
zone géographique contrôlée par le MSC. En plus, il contient pour chaque mobile :

- Un identifiant temporaire TMSI qui sera utilisé à la place de son numéro IMSI, tout le
temps qu’il restera sous contrôle du même VLR.
- Sa localisation complète (zone de localisation).

L’AUC

L’AUC (Authentification Center) est l’unité qui authentifie les mobiles et qui détient toutes leurs
clés d’authentification. Il est associé au HLR. Le MSC s’adresse à lui lors d’une demande
d’inscription pour valider l’accès du mobile au réseau.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 10


L’EIR

L’EIR (Equipment Identity Register) est la base de données des abonnés. Elle est consultée pour
s’assurer de la légitimité d’un mobile. C’est en particulier dans l’EIR que sont identifiés les
mobiles volés et interdits d’accès au réseau.

V.3.4.4. Le sous-système d’exploitation


Il contrôle les droits d’accès au réseau, les droits des usagers et assure l’interface homme-
machine d’exploitation. Il gère aussi le maintien en conditions opérationnelles du réseau et la
remontée des alarmes. Dans les OMC (Opération and Maintenance Center), on distingue
l’OMC /R (Radio) qui est relié a toutes les entités du BSS a travers les BSC, l’OMC/S (System)
qui est relié au sous-système NSS a travers les MSC. L’OMC/M (Maintenance) contrôle
l’OMC/R et l’OMC/S.

V.3.5. Le bachauling
Le terme « mobile backhaul » est le plus particulièrement utilisé dans les réseaux de téléphonie
mobile, pour désigner le réseau de transmission assurant les liens entre le BSC/RNC et la
BTS/Node B selon la génération du réseau de téléphonie mobile.

Les liaisons composants le réseau backhaul sont des liaisons de transmission et peuvent êtres en
faisceaux hertziens, en câbles (fibres optiques ou cuivre), ou par satellite (VSAT).

V.3.5.1. Les faisceaux hertziens


Un faisceau hertzien est une liaison radioélectrique point à point, bilatérale et permanente (full
duplex), a ondes directives offrant une liaison de bonne qualité et sûre permettant la transmission
d’informations en onde multiplex à plus ou moins grande capacité, permettant l’interconnexion
de sites distants.

Ce type de liaison point à point est aujourd’hui principalement numérique et est utilisé pour des
liaisons voix et données.

Il utilise comme support des ondes radioélectriques, ces derniers sont concentrés en un faisceau
pour faire du point à point avec des fréquences porteuses de 1 à 40 GHz très fortement
concentrées à l’aide d’antennes directives. D'après leurs caractéristiques radioélectriques, on peut

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 11


classer les faisceaux hertziens en deux catégories : les faisceaux hertziens fonctionnant en
visibilité et les faisceaux hertziens trans-horizontaux.

Principe de fonctionnement d’une liaison FH

Pour chaque liaison hertzienne, on définit deux fréquences correspondant aux sens de
transmission. Une liaison est organisée d’une manière générale de la façon suivante :

 Deux stations terminales.


 Des stations relais, en effet pour des raisons de distance et de visibilité, le trajet entre
l’émetteur et le récepteur est souvent découpé en plusieurs tronçons appelés bonds reliés
par des stations relais. Les stations relais utilisant des émetteurs-récepteurs dirigés dans le
sens opposé. Ils sont généralement placés tous les 50 kilomètres (km) en moyenne. Les
antennes utilisées sont généralement communes aux deux sens. Les stations relais sont
aussi dotées d’amplificateurs qui font amplifier les signaux reçus.

V.3.5.2. La fibre optique


Ce sont des câbles comportant plusieurs fibres en verre de silice et pouvant acheminer de très
larges bandes. Le câble à fibre optique est constitué d’un cœur (diamètre de 8 à 10 micromètre)
entouré d’une gaine (125 micromètre) et protégé par une enveloppe plastique, le revêtement
primaire (diamètre 250 micromètre).

Principe de fonctionnement d’une liaison en fibre optique

Un système de transmission en fibre optique est constitué principalement :

 Côté émission, d’une source de lumière laser qui sert à convertir le signal électrique en
signal optique ;
 Un support de transmission qui est un câble en fibre optique ;
 Côté réception, d’un photo-détecteur qui sert à effectuer l’opération inverse (convertir le
signal optique en signal électrique).

Le principe consiste à transformer le signal électrique, à le transmettre en signal lumineux, à


l’envoyer sur une fibre optique et à le récupérer à la fin du parcours en faisant l’opération inverse.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 12


La lumière subit des réflexions totales et multiples tout le long de la fibre optique et ne subit pas
beaucoup d’atténuation, ce qui permet de parcourir de longues distances sans amplificateur.

La fibre optique utilise deux types de multiplexage à savoir le multiplexage en temps et le


multiplexage en fréquence.

Le TDM (Time Division Multiplexing) qui consiste à découper la bande passante de la fibre
optique en unité de temps que vont se partager les différentes communications. Cela permet donc,
à un émetteur de transmettre plusieurs canaux numériques élémentaires à faible débit sur un
même support de communication à plus haut débit.

Le multiplexage en longueur d’onde WDM (Wavelength Division Multiplexing) consiste à


mélanger plusieurs signaux optiques sur une même fibre optique afin de multiplier la bande
passante de celle-ci. Les signaux sont portés par des longueurs d’ondes différentes, et espacés
assez largement afin de ne pas interférer les uns avec les autres.

V.3.5.3. Les satellites.


Historique des VSAT

En 1955, J.R PIERCE directeur de la Bell Téléphone proposa l’emploi de relais radio orbitaux
pour assurer la liaison entre les deux continents, selon une idée d’ARTHUR C. CLARKE
écrivain de science-fiction qui fut le premier en 1945 a formuler le concept de système de
télécommunications par satellite.

Jusqu’en 1965, les liaisons des télécommunications passent des câbles et des FH. En effet, relier
des points séparés par des montagnes, des déserts et des forêts apparait comme une situation
difficilement surmontable. Le satellite vient donc assurer le rôle de relais dans l’espace.

Principe d’une liaison satellitaire

Le système de transmission par satellite est constitué par un secteur terrien qui est la station
terrienne et le secteur spatial qui est le satellite.

Un satellite de télécommunication peut être considéré comme une sorte de relais hertzien. Son
rôle est de recevoir les signaux transmis par les stations terriennes émettrices, les transposer en
fréquences et retransmettre les signaux amplifiés vers les stations terriennes réceptrices. Le

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 13


satellite peut être utilisé pour un backhauling mobile lorsque la distance entre l’équipement de la
station de base et le cœur du réseau est trop grande pour que le faisceau hertzien ou le câble
soient économiquement viables. Le VSAT (Very Small Aperture Terminal) est un système qui
repose sur le principe d’un site principal (le hub) et d’une multitude de points distants (les
stations VSAT « remote »). Le hub est le point le plus important du réseau, c’est par lui que
transitent toutes les données qui circulent dans le réseau. Les satellites peuvent avoir plusieurs
orbites.

L’orbite est une trajectoire fermée d’un corps animé de mouvement périodique. C’est une courbe
décrite par une planète autour du soleil ou par un satellite autour de sa planète. Il ya trois grands
types d’orbite :

Orbite Géostationnaire (GEO) : Permet au satellite de faire le tour de la terre en 24 heures. Le


satellite Géostationnaire parait immobile au-dessus d’une région et est placé à 36000 km de la
terre.

Orbite Moyenne (MEO Medium EarthOrbit) : Ces orbites sont réservées initialement aux
satellites de communications qui couvrent le pôle nord et le pôlesud. Ils sont placés dans une
orbite elliptique et peuvent atteindre 12000 kilomètres (km) au-dessus de la terre, avec une durée
de visibilité de 6 heures de temps.

Orbite basse (LEO Low EarthOrbit) : placé entre 500 et 2000 km au-dessus de la terre. Un
satellite LEO peut faire le tour de la terre en approximativement 20 minutes.

La station terrienne est le terminal d’émission – réception d’une liaison par satellite. Elle est
constituée de :

 Une antenne généralement commune a l’émission et a la réception.

Les stations terriennes utilisent des antennes à réflecteur parabolique de 0,5 à 32 mètres associées
à une source d’illumination. Ce type de réflecteur est utilisé à cause de sa directivité, ce qui
permet le pointage de l’antenne sur le satellite. On distingue plusieurs types d’antennes.

Le système d’alimentation des antennes est de trois types :

Centrale, excentrée, et périscopique.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 14


Antennes à système d’alimentation centrale

Elles sont constituées d’un réflecteur parabolique dont la source principale est située au foyer.
Cette technique est utilisée pour des antennes à cornet que l’on retrouve généralement dans les
réseaux VSAT. Les antennes « Cassegrain » sont également de ce type.

Antennes à alimentation décalée

Les antennes asymétriques ou à alimentation excentrée ont un meilleur diagramme de


rayonnement du fait que l’effet de masque devant l’ouverture est moins prononcé. Elles sont
généralement utilisées dans les petites stations terriennes et sont aussi de type Cassegrain ou
grégorien.

Antennes à source périscopique

Elles utilisent un système de miroirs réfléchissant pour la propagation des signaux (au lieu des
guides d’ondes). Elles sont utilisées pour les stations terriennes de standard A (diamètre supérieur
à 18 mètres).

Les équipements Radio Fréquence (RF) qui sont constitué de :

 Amplificateurs de puissance

Ils sont utilisés dans la chaine émission et permettent d’amplifier les signaux RF issues des
convertisseurs élévateurs de fréquence. Ce sont les SSPA, BUC /SSPB.

 Amplificateurs réception

Ils sont utilisés dans la chaine réception et permettent d’amplifier le signal en provenance du
satellite. Ce sont des amplificateurs à très faible température de bruit car le signal à amplifier est
très faible et il faut éviter d’amplifier le bruit d’où leur nom d’amplificateur a faible bruit
(LNA/LNB).

 Convertisseurs de fréquence

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 15


Ils permettent en émission de convertir les signaux FI (70MHz, 140 MHz ou 1 GHz) en RF (6
GHZ en bande C et 14 GHz en bande Ku).

En réception, ils convertissent la RF reçue du satellite (4 GHz en bande C et 11Ghz en bande Ku)
en FI (70MHz, 140 MHz ou 1 GHz).

 BUC et LNB

Il s’agit des Bloc Up Converters (BUC) et des Low noise Bloc (LNB). Ils ont pour rôle de
combiner les fonctions d’amplification et de transposition des signaux.

 Les équipements de modulation et de démodulation (MODEM)

Ils permettent de transposer les signaux bande de base (voix, données) en FI. Les paramètres
relatifs aux caractéristiques des porteuses (fréquence, modulation) sont généralement appliqués à
partir des modems.

Description d’un réseau VSAT

Un réseau VSAT (Very Small Aperture Terminal) est un système qui repose sur le principe d’un
site principal (le hub) et d’une multitude de points distants (les stations remote). Le hub est le
point le plus important du réseau c’est par lui que transite toutes les données qui circulent dans un
réseau. Le VSAT permet de relier un petit site aux réseaux de communication que ce soit pour la
téléphonie ou l’accès a internet avec de petites antennes de 2,4 mètres dans la bande C et 1,8 dans
la bande Ku. Les réseaux VSAT se présentent sous deux types de topologies.

Topologies des réseaux VSAT

Le réseau en étoile

Toutes les stations VSAT communiquent par l’intermédiaire de la station hub. Avec le réseau en
étoile, il existe deux types de configurations :

La configuration point-a-point : Elle est généralement utilisée pour le transfert de fichiers.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 16


La configuration point-a-multipoint : Avec deux modes d’exploitations à savoir une station
émettrice et plusieurs réceptions (système de distribution) et plusieurs stations émettrices et une
réception (réseau de collecte).

Le réseau maillé

Dans ce réseau, toutes les stations peuvent communiquer entre elles sans passer par le hub. Le
rôle du hub est de superviser l’établissement la communication et son déroulement.

V.3.5.4. Modèle d’analyse 


Ce tableau nous permettra de comparer en termes d’avantages et inconvénients par rapport à
notre problématique les différents systèmes de backhauling passés en revue dans la revue
littéraire.

Tableau des différents systèmes utilisés en backhaul.

Systèmes utilisés en Avantages des systèmes Inconvénients des systèmes


backhaul
Elles ne nécessitent pas de L’énergie transportée décroit
support physique entre avec le carré de la distance
l’émetteur et le récepteur de (c’est la source principale de
l’information. perte de puissance.)

Le chemin de passage d’un Les ondes sont sensibles à


faisceau est quasiment libre l’activité électromagnétique
Les Faisceaux Hertziens et n’est soumis à aucune naturelle (orages, activité
autorisation des propriétaires solaire…), les effets
des terrains traversés dès lors atmosphériques importants
que la licence d’exploitation tels que la pluie, la neige
est délivrée par l’ARTP. peuvent couper la
communication.
Facilité de mise en œuvre sur
les terrains accidentés ou Lorsque deux stations
inhospitaliers. terminales FH sont séparées

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 17


par une mer, des montagnes,
Possibilité d’interfacer tout ou par un désert, il est très
type de communication sur difficile de les relier par
un faisceau hertzien. faisceau hertzien.
L’allocation de la bande
passante est extrêmement
limitée : de 300 MHz (Méga
Hertz) a 1GHz (Giga Hertz)
allocation de 50MHz soit 14
possibilités. Cela limite
l’offre dans les zones de forte
demande.

Les micro-ondes utilisées


dans les faisceaux hertziens
sont bloqués par les
obstacles. Les émetteurs et
les récepteurs doivent donc
être en vue directe l’un de
l’autre.

Plus la distance est


importante, plus ils doivent
se situer haut

La fibre optique est Fragilité apparente, toute


insensible au bruit, et aux opération sur la fibre doit se
rayonnements faire avec précaution.
électromagnétiques. Elle a
une faible atténuation. Les épissures doivent se faire
dans un environnement
Elle a une très grande dégagé et propre à l’abri de

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 18


capacité (supérieure à 100 la poussière.
Gbits/s) et grande portée (pas
La Fibre optique de régénération de 80 Km en La mise en œuvre
moyenne). spécialisée, retour sur
investissement environ
15ans.
Tenue au feu, aux rongeurs, à
la torsion, à l’écrasement et Support relativement cher,
aux chocs. cout du génie civil
considérable, techniquement
complexe à poser,
connectique fragile.
L’utilisation du satellite Le principal inconvénient est
géostationnaire permet son prix.
d’avoir une large couverture
(en moyenne presqu’un La rareté du spectre
hémisphère). satellitaire est une
caractéristique essentielle.
Le cout ne dépend pas de la Certaines parties de ce
distance. spectre se trouvent assez
saturées et rendent nécessaire
Les stations terrestres ne une bonne gestion de sa
dépendent pas des répartition.
infrastructures terrestres.
Lorsque le hub tombe en
Les VSAT Le VSAT est un système qui panne tout le réseau est
permet de connecter plus de paralysé car toutes les
10 000 points simultanément communications passent par
au réseau. un hub.

Mise en œuvre aisée. En La couverture d’un satellite


effet, il est possible de géostationnaire à quelques
diffuser facilement et de exceptions près est fixe.
façon économique (en bande) Ainsi, après avoir choisi le
depuis un satellite la même satellite, si une zone doit être
information a de nombreuses connectée prochainement
stations. n’est pas couverte, elle ne le
sera jamais avec ce satellite.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 19


Tableau 1 : Tableau des différents systémes utilisés en backhaul

A l’issue de l’analyse des données du tableau ci-dessous il ressort aisément que la VSAT est la
technologie la mieux appropriée pour la desserte des zones les plus reculées et de faibles densités.
C’est donc ce que nous retenons comme modèle dans le cas de notre étude.

Chapitre II : Cadre Méthodologique


Dans ce chapitre, nous expliquerons le contexte dans lequel nous étudierons le projet grâce à
certains concepts qui seront explicités tel que : le cadre de l’étude, la délimitation du champ de
l’étude, les techniques d’investigations ainsi que les difficultés rencontrées au cours de la
réalisation du mémoire.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 20


I. Cadre de l’étude

La période du 15 Mai au 15 Juillet 2018, a été consacrée au stage et à la réalisation du mémoire


de fin d’étude. L’étude se fait en vue de l’obtention d’un diplôme de licence professionnelle et
porte sur l’étude d’une solution de desserte dans les zones difficilement accessibles. Nous avons
choisi ce thème après avoir constaté que les problèmes de couverture de zones difficilement
accessibles sont d’ordre nationale et concernent tous les opérateurs GSM.

II. Délimitation du champ d’étude

Dans le cadre théorique, nous avons mis mettre l’accent sur le réseau GSM de Niger Télécoms
notamment son architecture, les liens de transmission utilisé dans le backhauling, plus
précisément la technologie VSAT. Nous contribuerons dans cette étude en proposant à Niger
Télécoms la technologie VSAT pour le prolongement de son réseau GSM en zones reculées.

III. Techniques d’investigation


La collecte d’informations dans le cadre de la réalisation du mémoire, nous a permis de faire
plusieurs recherches afin de recenser des informations concernant notre projet. Parmi ces
recherches, nous pouvons citer :

 Le recueil des informations au niveau du personnel du centre DOMSAT.


 Nos anciens ouvrages de l’Ecole Supérieure des Télécommunications.
 Des échanges avec nos encadreurs et ainés académiques.
 Des recherches en ligne qui nous ont beaucoup aidés dans l’enrichissement du travail.

IV. Difficultés rencontrées


Comme toute réalisation, il y a eu un certain nombre de difficultés. Elles sont liées à la
documentation et à la recherche des informations.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 21


Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 22
DEUXIEME PARTIE :
Cadre organisationnel et conceptuel

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 23


Chapitre 1 : Cadre organisationnel

I. Historique de Niger Télécoms


Niger Télécoms est une société publique de télécommunications Nigérienne créée le 28
Septembre 2016 par la fusion de deux (2) sociétés étatiques nigériennes de télécommunications
Sonitel (voix et internet par la téléphonie fixe) et SahelCom (voix et internet par la téléphonie
mobile).

Face aux résultats toujours déficitaires des deux (2) entreprises, l’Etat nigérien a annoncé en 2015
leur fusion, qui s’est concrétisé le 28 Septembre 2016. La nouvelle entreprise est dotée d’un
capital de 23,5 milliards de francs CFA (soit 35 millions d’euros) et le résultat net est d’environ 5
milliards de francs. Niger Télécoms est dirigée par un Directeur Général (DG) nommé le 3
Décembre 2016 au conseil des ministres.

II. Missions de Niger Télécoms


Les principales missions sont :

 L’établissement et l’exploitation d’un réseau de télécommunications cellulaires de


norme GSM ouvert au public et de la téléphonie fixe PSTN ;

 Augmenter les chiffres d’affaires et les marges ;

 Développer la productivité et les compétences des équipes commerciales :

 Couvrir tout le Niger par la fibre optique pour faciliter l’accès internet à la population,
etc.

III. Objectifs de Niger Télécoms

L’objectif principal de Niger Télécoms est de mettre le Niger sur la voie de développement, en
offrant à la population des services adéquat à des tarifs compétitifs, désormais les plus
abordables. Elle a aussi comme objectifs :

 Le déploiement des services de téléphonie mobile et fixe. 

 La fourniture de l’accès internet, les contenus internet et les multimédias etc.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 24


 La vente d’équipements de télécommunications.

 La réalisation de toute prestation dans le domaine des services, des réseaux des
télécommunications, des radiocommunications et dans tout autre secteur connexe ou
complémentaire.

 La prise d’intérêt et la participation sous quelque forme que ce soit dans toutes les
entreprises similaires notamment par voie d’apport, souscription ou achat d’actions,
sociétés nouvelles, fusion ou autrement.

IV. Produits et Services de Niger Télécoms


Produits:

 Pack sim prepaid;


 Pack phone ;
 Gamme de cartes 200 /500 /1000 /2000 /3000 /5000 /10.000 ;
 Modems ;
 Clés USB ;

Services :

 Sms International ;
 Reconduction de numéro ;
 Création de numéro ;
 Détail de communication ;
 Postpaid (Système de facturation mensuelle) ;
 Recharge automatique ;
 Anonymat « numéro masqué » ;
 Sms broadcasting ;
 Détail de charge ;
 Greffage ;
 Sms ;
 Transfert de crédit ;

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 25


 Saada Zumunta (appeler 5 correspondants à tarif réduit) ;
 Gfu (Groupe ferméd’utilisateurs) ou flotte ;
 Internet mobile ;
 Payphone ;
 Création e-mail ;

V. Les infrastructures de Niger Télécoms


Pour assurer les différents services à ces clients, Niger Télécoms dispose des infrastructures
suivantes :

 Un backone IP ;

 Une plateforme ADSL ;

 Une plateforme d’interconnexion composée de Soft Switch et Media Gateway assurant les
communications téléphoniques internationales et transite avec les opérateurs mobile GSM
du pays ;

 Un Réseau mobile de deuxième et de troisième génération avec plus de 100 stations


mobiles reparties dans le pays ;

 Des stations numériques domestiques avec un hub à Niamey ; 

 Un réseau à fibre optique frontière Burkina-Niamey-frontière Benin ;

 Des boucles en fibre optique à Niamey ;

 Un réseau fibre optique sur les différents axes de l’intérieur du pays :

- Axe Niamey-Tillabéry frontière Mali ;

- Axe Niamey-Dosso-Konni-Tahoua ;

- Axe Konni-Illela-frontière Nigéria ;

- Axe Konni-Maradi-Zinder ;

- Axe Maradi-Dan Issa frontière Nigéria ;

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 26


- Axe Tahoua-Agadez-Arlit ;

- Axe Agadez-Zinder-Diffa ;

 Un réseau FH sur plus de mille kilomètres (1000 km) ;

 Deux (2) centraux numériques à Niamey assurant le raccordement d’abonné fixe et le


transite national ;

 Dix (10) centraux numériques dans les chefs-lieux des Régions et Départements ;

 Un réseau mobile CDMA 2001x dans toutes les grandes villes du pays ;

 Des agences commerciales de proximité à Niamey ;

 Des agences commerciales de proximité dans tous les chefs-lieux de région et de


correspondants commerciaux à l’intérieur du pays ;

VI. Organisation de Niger Télécoms


La structure organisationnelle est la représentation schématique des liens hiérarchiques et
fonctionnels d’une entreprise ou d’une organisation. La structure organisationnelle de Niger
Télécoms permet de préciser les niveaux de responsabilités et les canaux de communication
(l’organigramme de Niger Télécoms en annexe [1]). Cette structure permet la réalisation des
objectifs assignés sans qu’il ait de conflit à l’intérieur du cadre organisationnel.

Niger Télécoms exerce ses activités dans le cadre d’une organisation définie par ses dirigeants.
Actuellement Niger Télécoms est dirigée par un Directeur Général nommé par décret au conseil
des ministres. Il a actuellement sous son autorité huit (8) directions centrales qui sont : La
Direction des Ressources Humaines (DRH), la Direction Financière et Comptabilité (DFC), la
Direction Marketing (DM), la Direction de Vente (DV), la Direction Supply Chain (DSC), la
Direction de l’Interconnexion (DI), la Direction des Agences Régionales (DAR), et la Direction
Technique (DT). Au sein de chaque direction se trouve une sous structure organisationnelle
composée de divisions, de services, et de cellules.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 27


VI.1. La Direction Générale
Le Directeur Général (DG) veille au bon fonctionnement de la société et est chargé de l’exécution
des décisions prises par le conseil d’administration à qui il rend compte de sa gestion. Pour une
bonne coordination de la Direction Générale, le DG nomme un Conseiller Principal DG qui
l’assiste et à qui le Secrétariat DG et la Cellule Conseillers Techniques rendent compte, une
Relation Publique, un Chef de Cabinet, des Audits Internes, Project Management Office (PMO)
qui lui rendent compte directement.

VI.2. La Direction des Ressources Humaines


Elle a pour fonctions d’assurer l’interface avec la Direction Générale, conseiller et accompagner
la Direction Générale dans ses orientations stratégiques en tenant compte du capital humain,
définir et valider les grands axes de la politique des ressources humaines. La Direction des
Ressources Humaines est organisée comme suit :

- La Division Administration des Ressources Humaines ;

- La Division Développement des compétences ;

- La Division Affaires Juridiques et de la Protection Sociale ;

VI.3. La Direction Finances et Comptabilité


 La direction financière met en place des outils d’aide à la prise de décisions stratégiques
et prévient ainsi les risques financiers. Elle est en général supervisée par un directeur
administratif et financier (DAF), aide à planifier la stratégie de développement du
dirigeant ou de la direction générale de l’entreprise.

 La direction comptabilité est chargée de la gestion des comptes. Le directeur comptable


est le garant de l’exactitude et de la conformité des écritures comptables de la société pour
laquelle il travaille. Il établit les procédures nécessaires au traitement précis des comptes.

La Direction Financière et Comptabilité est organisée comme suit :

- La Division Comptabilité ;

- La Division Finance et Trésorerie ;

- La Division Recouvrement et Contrôle de Gestion ;

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 28


VI.4. La Direction commerciale
Le Directeur Commerciale définit une politique commerciale en vue d’accroitre les ventes de
l’entreprise et d’augmenter le chiffre d’affaires. Il doit manager l’équipe commerciale pour
qu’elle applique cette politique et atteigne les objectifs fixés. Elle est composée de plusieurs
divisions :

- La Division Marketing ;

- La Division de Vente ;

- La Division Grande Entreprise ;

- La Division Communication ;

VI.5. Le Directeur Clientèles et Fidélisation


Le Directeur Clientèles et Fidélisation est responsable de la mise en place du programme de
fidélisation au service de la relation client. Il est composé de plusieurs divisions :

- La Division backoffice ;

- La Division technique ;

VI.6. La Direction Supply Chain


Le rôle du Directeur Supply Chain consiste à concevoir et à mettre en œuvre la stratégie de
production de l’entreprise, c’est la phase d’approvisionnement en matières premières à la
livraison au client. Elle est organisée comme suit :

- La Division Achat ;

- La Division Logistique ;

- La Division Maintenance ;

VI.7. La Direction de l’Interconnexion


L’interconnexion est l’échange de trafic réciproque entre les différents réseaux existants dans un
pays donné. Les nouveaux opérateurs ont besoin de l’interconnexion pour offrir une couverture
nationale et pour éviter l’isolement de leurs abonnés. Elle est organisée comme suit :

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 29


- Division Interconnexion Nationale ;

- Division Interconnexion Internationale et Roaming ;

VI.8. Manager des régions


Le Manager des Régions pilote les activités spécifiques de toutes les régions du Niger. Il
regroupe les postes d’encadrement d’équipes à dominance commerciale dédiées à un point de
vente ou à un réseau de distribution. Elle est organisée comme suit :

 Service du Personnel ;

 Service Commercial ;

 Service Financier ;

 Service Technique ;

VI.9. La Direction Technique


Le Directeur Technique est chargée de superviser l’ensemble de l’activité technique de
l’entreprise et le développement du réseau des télécommunications. Il est également chargé de
concevoir, développer, expérimenter et de réaliser des nouvelles méthodes ou technologies pour
les réseaux et systèmes de télécommunications. La direction technique est organisée comme suit :

VI.9.1. La Division Développement Internet 


Le plus grand potentiel d’Internet est réalisé en accélérant la communication entre les clients et
leurs fournisseurs, en améliorant les niveaux de service et en réduisant les couts logistiques. Elle
est composée de trois services :

 Service Développement Internet et Backbone IP ;

 Service Système d’Information et Support Information ;

 Service Réseau d’Entreprise ;

VI.9.2. La Division Projets 


Le chef de projet anime une équipe professionnelle aux compétences multiples pour réaliser un
produit qui leur est confié. Il joue le rôle d’une interface entre les équipes éditoriales et
informatiques et doit maitriser les délais et les couts. Elle comprend deux services :

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 30


 Service Etude et Ingénierie ;

 Service Gestion Projet ;

VI.9.3. La Division Réseau Mobile GSM


La Division Réseau GSM comporte trois (3) services :

 Service NSS et RoamingInternational :S. NSS ;

 Service BSS, Optimisation et Planification du réseau : S.BSS ;

 Service Réseau Intelligent, Billings et VAS : SRI &VAS ;

VI.9.4. La Division Réseau Fixe 


Le réseau filaire est un réseau que l’on utilise grâce à une connexion avec fil. Ce réseau utilise
des câbles Ethernet pour relier des ordinateurs et des périphériques grâce à un routeur ou à un
commutateur. On qualifie souvent ce réseau de rapide, fiable et sécurisé. Elle est composée de
quatre services :

 Le service Backbone National en fibre optique ;

 Le service de transmission hertzienne et satellitaire ;

 Le service des Réseaux d’Accès Filaires ;

 Le service d’Exploitation du Cœur de Réseau et des Plateformes d’Interconnexion ;

VI.9.4.1. Le Service de Backbone National Fibres Optiques : SBN/FO 


Le Service Backbone National Fibres Optiques a pour rôle de :

 Assurer l’exploitation et la maintenance du backbone national de transmission


par fibres optiques et des liaisons d’interconnexion ;

 Collecter, centraliser et analyser les données sur la qualité de service et la


disponibilité des liaisons de transmission par fibres optiques ;

 Organiser et de contrôler l’application des règles relatives à l’exploitation et à la


maintenance des centres de transmission par fibres optiques ;

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 31


VI.9.4.2. Le Service des Réseaux d’Accès Filaires : SRAF
Le Service des Réseaux d’Accès Filaires a pour rôle de :

- Etudier, concevoir et exécuter les travaux programmables de création, d’extension, de dé


saturation, de fiabilisation, d’assainissement et de réaménagement du réseau filaire
(cuivre et fibre optique) ;

- Etudier et exécuter les travaux de modification des infrastructures réseaux en relation


avec les autres intervenants du domaine public (NIGELEC, SEEN, etc.) ;

- Assurer la maintenance préventive et curative des câbles multi paires ;

VI.9.4.3. Le Service d’Exploitation du Cœur de Réseau et des Plateformes


d’Interconnexion : SECR/PI
Le Service Exploitation du Cœur de Réseau et des Plateformes d’Interconnexion a pour rôle de :

- Organiser et contrôler les règles d’exploitation technique et de maintenance des centres de


Commutation ;

- Veiller à l’application des normes techniques en matière de Commutation ;

- Participer à l’exécution des travaux d’extension ou de nouvelles installations et veiller à


leur bonne exécution ;

VI.9.4.4. Le Service de Transmission Hertzienne et par Satellite : STFH / SAT


Le Service Transmission Hertzienne et par Satellite a pour rôle de :

- Assurer l’exploitation et la maintenance des équipements des centres techniques de


transmission hertzienne et par satellite ;

- Collecter, centraliser et analyser les données sur la qualité de service et la disponibilité


des liaisons de transmission hertzienne et par satellite ;

- Organiser et de contrôler l’application des règles relatives à l’exploitation et à la


maintenance des centres de transmission hertzienne et par satellite ;

- Contrôler l’application des orientations, directives et normes techniques des centres de


transmission hertzienne et par satellite ;

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 32


Le Centre de transmission spatiale de Niamey qui nous a accueillis pour le stage relève de ce
service.

VI.9.4.4.1. Présentation du Centre de transmission spatiale de Niamey (DOMSAT)

VI.9.4.4.1.1. Historique
Créée et inaugurée en 2006 à l’occasion de l’organisation du championnat de lutte traditionnelle à
Diffa, pour couvrir par la suite les autres localités : Arlit, Agadez, Tchintabaraden, Bilma, Azelik,
Ingal en 2017, et tout récemment Fachi qui a été mis en service le 26 juin 2018.

La DOMSAT ou centre de transmission par satellite du réseau national des télécommunications


est une station numérique.

La DOMSAT travaillait sur le satellite Intelsat 901/342 degrés Est, et utilise le transpondeur
86/86, en polarisation RHCP/LHCP (TX=RHCP ET RX=LHCP), ainsi le 18 mars 2013, elle est
repositionnée sur le satellite SES-5 à 5 degrés Esten orbite Géostationnaire. Elle utilise depuis le
7 Septembre 2017, le transpondeur HER08/HEL08 en polarisation R/L. Le réseau de
transmission de Niger Télécoms se présente sous forme de topologie en étoile.

Elle assure les liaisons nationales en GSM, CDMA et INTERNET avec les cinq (5) autres
stations Distantes (remote) qui sont :

Azelik : en INTERNET et CDMA avec une porteuse à 2.048 Mbps.

Fachi : en GSM avec une porteuse à 2048 Mbps.

Ingal : en GSM avec une porteuse à 2.048 Mbps.

Tchirozerine : en INTERNET.

Tchintabaraden : en CDMA, GSM et INTERNET.

VI.9.4.4.1.2. Equipements du centre DOMSAT


L’ensemble des équipements Indoor de la DOMSAT sont rackés dans 6 baies, à savoir :

 Deux baies SIEMENS supportant les équipements de Compression/DCME ou Max-Pro et


le suppresseur d’écho ; Remarque : ces équipements sont en arrêt.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 33


 Trois baies NEWTEC supportant les équipements comme les Modems, les UCC, le BUC,
le récepteur de Balise ;

 Un onduleur de 10Kva ;

 Une baie ADR ;

 Les modems :

On distingue les modems de type IP satellite, Paradise P310, Comtech 600 L, Comtech CDM-
570L, Comtech-QXL, Newtec EL470. Remarque : Les modems de type IP satellite sont
conçus uniquement pour le trafic d’internet.

 Un ampli BUC/SSPB de 400W ;

 LNB : Le LNB du centre dispose d’un OL de 5150 MHz ;

 L’antenne : L’antenne de 7,3 mètres de diamètre assure le rayonnement des ondes


électromagnétiques. Elle a comme caractéristiques :

 Sa polarisation (vertical, horizontal...) ;

 Sa ou ses fréquences de fonctionnement (plan de fréquence du centre DOMSAT annexe


[2]) ;

 Sa bande passante (550 MHz...) ;

 Son impédance (50, 75, 300 Ohms...);

 Son gain (en dbi 51 à 57.5) ;

La station fonctionne en équipement Outdoor avec une antenne, deux LNB de 60 dB de gain
chacun (fonctionnant en normal/secours) et un coffret pour l’asservissement de l’antenne ACS
3000. Au niveau du satellite SES-5 on utilise le transpondeur HER08/HEL08 dans la bande de
fréquence de 6127.7314MHz à 6180.4681 MHz en émission et dans la bande de 3902.7314 MHz
à 3955.4681 MHz en réception avec une bande passante totale allouée de 20.9075 MHz qui est
repartie entre les différentes stations distantes nationales.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 34


VI.9.4.4.1.3. Principe de l’émission et de réception au niveau de la DOMSAT

La chaine émission

En émission, nous disposons d’un équipement appelé ADR où arrive le trafic des différents
centraux téléphoniques. ADR joue le rôle d’interface avec les centraux téléphoniques et fait le
multiplexage des signaux optiques en MIC. Ces Mics viennent au niveau des modems qui vont
faire la modulation pour sortir une fréquence en bande L dans la gamme de 1GHz. Ensuite ces
fréquences sont couplées au niveau du combineur puis renvoyées dans l’UCC qui fera
l’adaptation des niveaux des différentes porteuses et faire sortir une fréquence en bande L qui
sera envoyé sur le (BUC). Ce dernier fait la transposition et l’amplification de cette bande L en
bande C (à 6 GHz) grâce à un oscillateur local de 4900MHZ. Cette bande à 6 GHZ est ensuite
amplifiée et attaque le duplexeur avant d’être acheminés vers l’antenne, qui émet vers le satellite.

La chaine réception

A la réception, on reçoit une bande de 4 GHz du satellite qui sera orientée vers le duplexeur puis
passe dans le LNB. Le LNB joue le rôle de transposition et d’amplification des signaux de la
bande C à la bande L. Il reçoit la bande 4 GHZ qu’il va transposer dans la bande 1 GHZ ensuite il
l’amplifie. Ces signaux arrivent dans le diviseur pour la répartition de la bande vers les modems.
Les modems à leur tour feront la démodulation et font sortir leurs débits dédiés qui seront
renvoyé sur l’ADR.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 35


SES-5

Fixe D M Bande FI : 950-1525 MHz

E1 C E1 E1 O FI FI
COM UCC BUC
A M D
S
GSM D E1 E E 6 GHz
E
R M Duplexeur

CDMA E1 S D
E
AS FI 4 GHz
I
LNB
V
RB
F
Internet
O Routeur

Emission Tx

Réception Rx

AS : Analyseur de Spectre

COM : Combineur

DIV : Diviseur

RB: Récepteur de Balise

SE : Suppresseur d’Echo

Figure 2: Principe émission-réception au niveau de la DOMSAT

VI.9.4.4.1.4. Système de poursuite au niveau de la DOMSAT ( tracking )


Pendant la durée de l’orbite inclinée, les stations terriennes doivent avoir des systèmes de
tracking afin de pointer correctement l’antenne sur le satellite. On reçoit une fréquence balise de
3623MHZ en bande C du satellite qui passe dans le duplexeur ensuite dans le LNB. Du LNB on
le renvoi sur le diviseur pour extraire cette fréquence balise puis renvoyer sur le récepteur de
balise. Ensuite ce dernier le renvoie au niveau de l’équipement de contrôle et commande des
systèmes de poursuite de l’antenne (ACS), qui traduit les fréquences en tension. Le ACS envoie
les coordonnées du satellite à deux moteurs AZIMUTH (gauche, droite) et ELEVATION (haut,
bas) qui se charge de poursuivre la position du satellite afin d’être dans le spectre du satellite.

VI.9.4.4.1.5. Energie
Le centre DOMSAT est alimenté par trois principales sources : la Nigelec, les batteries, les
groupes électrogènes (automatique et manuel fonctionnant en standby). En temps normal, le
centre est alimenté par la Nigelec. En cas de coupure du secteur, les batteries assurent

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 36


l’alimentation à travers l’onduleur avant que le groupe démarre. La Nigelec fournie une tension
triphasée (380V) alternative qui arrive au niveau du tableau de distribution. Ce tableau de
distribution alimente l’onduleur et un redresseur. L’onduleur charge les batteries et alimente les
équipements. Le redresseur convertit les 220V alternative en 48V continue pour alimenter les
équipements utilisant une tension de 48V continue.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 37


Troisième partie : Cadre analytique

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 38


Chapitre I : Mise en place du réseau VSAT dans un site

Dans cette partie, nous allons montrer comment le système va s’appliquer sur le terrain. Pour
déployer le système, nous proposons de mettre en place un réseau VSAT pour prolonger la
desserte GSM dans les zones rurales. Notre proposition consiste à déployer le réseau VSAT dans
un nouveau site « Tchibarkaten », un site aurifère situé dans le Département d’Arlit à la frontière
avec l’Algérie. Cette installation aura pour but de relier la (ou les) BTS de ce site au BSC avec un
lien a 2Mbit/s.

I. Equipements

Pour l’installation de la nouvelle station, il faudra :

Pour le Site de Tchibarkaten :

 Un modem
 Un BUC de 20 Watts
 Un LNB de 60 dB
 Un duplexeur
 Un diviseur
 Un combineur
 Un UCC pour l’adaptation à niveau des différentes porteuses
 Une antenne de 3,40 mètres de diamètre
 Un Récepteur de balise
 Un Analyseur de spectre

Pour le Site Hub de Niamey :

 Un modem
 Les accessoires nécessaires pour raccorder le MODEM aux autres équipements déjà
existants.

II. Principe de l’Installation des équipements

IL faudra d’abord faire un Survey sur le Site pour déterminer l’endroit où il faut installer
l’antenne en fonction des coordonnées du Satellite. On procéde ensuite à la réalisation de travaux

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 39


de génie civil (GC) pour l’installation physique de l’antenne. Une fois installée, on passe à l’étape
de pointage de l’antenne sur le satellite en se servant des Angles AZIMUT et ELEVATION
calculés sur la base des coordonnées du Site et ceux du Satellite. Une fois l’antenne pointée sur le
satellite, les différents équipements doivent être connectés comme suit :

En émission,

Les modems vont faire la modulation des signaux pour sortir une fréquence en bande L dans la
gamme de 1GHz. Ensuite ces fréquences sont couplées au niveau du combineur puis renvoyées
dans l’UCC qui fera l’adaptation des niveaux des différentes porteuses et faire sortir une bande de
fréquences en bande L qui sera envoyée sur le BUC. Ce dernier fait la transposition et
l’amplification de cette bande L en bande C (à 6 GHz). Cette bande à 6 GHZ est ensuite
envoyée vers le duplexeur avant d’être acheminés vers l’antenne, qui émet le signal vers le
satellite.

En réception,

A la réception, on reçoit du Satellite, une bande de fréquences de 4 GHz qui sera orientée vers le
duplexeur puis passe dans le LNB. Le LNB joue le rôle de transposition et d’amplification des
signaux de la bande C à la bande L. Il reçoit la bande 4 GHZ qu’il va transposer dans la bande 1
GHZ ensuite il l’amplifie. Ces signaux arrivent dans le diviseur pour la répartition de la bande
vers les modems. L’analyseur de spectre permet de visualiser les différentes porteuses.

NB : Les fréquences émission et réception qui seront affectées aux différents MODEM sont
attribuées par le Plan de fréquences établit de commun accord avec l’Opérateur Satellite (SES).

Une fois les équipements alimentés on procède à la mise en service du lien entre les deux Sites.
Une fois la qualité de service adéquate (EB/NO et BER), on connecte le ou les BTS sur le
MODEM pour l’établissement du trafic.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 40


CONCLUSION

L’étude réalisée a pour finalité de proposer à Niger Télécoms une solution de prolongement pour
la desserte GSM dans les zones difficilement accessibles. Ce mémoire nous a permis de
comprendre le réseau GSM, de faire une étude comparative des différents supports de
transmission utilisés en backhauling et de comprendre l’environnement de Niger Télécoms.

En effet, cette étude nous a permis de savoir que la technologie VSAT est la plus approprié pour
une expansion territoriale des services de téléphonie mobile, particulièrement dans les zones les
plus inaccessibles.

Ce travail réalisé s’est avéré très enrichissant pour nous dans la mesure où, il nous a permis
d’approfondir nos connaissances théoriques acquises.

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 41


Bibliographie et Webographie

Cours Réseaux mobiles ESMT promotion 2016-2017.

Cours Architectures des Réseaux des Télécommunications, EST, 2017.

Cours réseaux d’accès, EST, 2018.

Cours de Télécommunications par satellites, EST, 2017.

https://www.santédev.fr>Conf_NIGER (page consultée le 05 Mars 2018).

https://www.telecom.ugl.ac.be> node 165_mn Le sous-système réseau (page consultée le 12


Avril 2018).

https://www.memoireonline.com/1213/8188/m_Etude-de –la-qualité-de-service-dans-les-
réseaux-mobiles-GSM13.html (page consultée le 12 Avril 2018).

https://www.orientation.com (page consultée le 4 Juillet 2018).

https://www.nigerdiaspora.net/index.php/societe/1369-telephonie-mobile-plus-de-7-millions-
d-abonnés (page consultée le 6 Juillet 2018).

https://www.memoireonline.com Interconnexion entre deux réseaux cellulaires des normes


GSM par faisceau hertzien par Leon Beya KALAMBA (page consultée le 3 Juin 2018).

https://www.divona.dz/cest-quoi-un-reseau-backhaul (page consultée le 26 Mai 2018).

Igm.univ-mlv.fr/~dr/XPOSE2009/Transmission _sur fibre_optique/multiplexage.html (page


consultée le 27 Mai 2018).

Jean-Philippe Muller, 2002-Le réseau GSM.

Michèle Germain Forum ATENA 2014 – L’essentiel du GSM


programme _de renaissance_phase2 static1.squarespace.com (page consultée le 29 Juin
2018).

réseautélécom.com/le-niger-a-l-aube-de-l’accès-universel-aux-tics (page consultée le 2 Juin


2018).

selectra.info Les réseaux mobiles (page consultée le 29 Juin 2018).

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 42


ANNEXES :

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 43


[1] : Organigramme de Niger Télécoms

Figure 3 : Organigramme de Niger Télécoms

Licence en Réseaux et Service Télécoms Page 44

Vous aimerez peut-être aussi