Vous êtes sur la page 1sur 80

RÉPUBLIQUE MALGACHE

J. VIEILLEFON
F. BOURGEAT

NOTICE EXPLICATIVE

CARTES PEDOLOGIQUES
DE RECONNAISSANCE AU 1/50.000

FEUILLE DE NOSY-Bfi

OFFICEDELA RECHERCHE
SCIENTIFIOUE
ETTECHNIOUE
OUTRE-MER

CENTREDE TANANARIVE

PARIS . 1964
RfiPUBLIQUBMALGACHB

NOTICEEXPLICATIVE
-
CARTESPEDOLOGIQUES
DE RECONNAISSANCE AU 1/5O.O00

FBUILLB D E NOSY-B&

J. VIBLLBFON
Maltre de Recherches de 1’O.R.S.T.O.M.
et
F.BOURGBAT

-
Charge de Recherches de 1’O.R.S.T.O.M.

Centre O.R.S.T.O.M. de TANANARIVE


Section de Pedologie

TSIMBAZAZA - TANANARIVE

i
- 1 -

SOMMAIRE

Pages
G~N~RALITÉS 1
MORPHOLOGIE 1
I GÉOLOGIE ET ROCHES-MÈRES 1
l
C LIMAT 7
I VÉG~TATION 9
POPULATIONS E T CULTURES 11

LES SOLS 13
CLASSIFICATION 13
ferrallitiques
I -Sols 16
ferrallitiques
A) Sols typiques 16
B) Sols ferrallitiques cuirassés ou ferrugineux
cuirassés 20
faiblement
ferrallitiques
C) Sols
20
D) Sols
faiblement
ferrallitiques
rajeunis 24
Sols E) complexe
à profil 27
mull - Sols
II 29
III - Sols
hydromorphes 35
IV - Sols peu évolués 39
d'apport 1 - Sols 39
- Sols
2 d'érosion - Rankers 40
3 - Sols squelettiques sur basaltes scoriacés - 41

CONCLUSION 42

I' BIBLIOGRAPHIE 43

R ~ S U L T A T SANALYTIQUES
- L -

GÉNÉRALITÉS

MORPHOLOGIE
Nosy-Bé e s t une île engrandepartievolcaniquesituée sur la côte
Nord-Ouest de Madagascar ; elle subit néanmoins, ainsi que le Sambirano
voisin,desinfluencesclimatiques de type oriental.
L'étude détaillée de la géomorphologie de l'ile a été faite en 1954 par
R. Battistini (2). Cet auteur a donné une description complète des différents
reliefsvolcaniquesetéruptifs , ainsi qu'uneétude détailléedulittoral.
Nous ne donnerons doncque quelquesindications sur lesdivisions
naturellesdel'ne. Nous distinguerons :
- le massif du Lokobe y très boisé y avec l?îlede Nosy-Komba qui lui succ2de
v e r s l e Sud y de forme grossièrement conique y B réseau hydrographique
radiaire ;
- la zoneorientale, auxcollinesarrondiesrecouvertesdesolsépais,
aux valléesgarniesdeterrassesdansleurs débouchés v e r sk c ' m e r ;
- lazone occidentale aux nombreux appareils volcaniques récents, aux sols
plus ou moins épais, suivant la texture et l'âge des matériaux projetés ;
- la zoneseptentrionale , où s e côtoient lesterrainsvolcaniques et
sédimentairestousdeuxfortementérodés y auréseauhydrographique
structural.
La morphologie a été fortement masquée par le volcanisme quoique
certaines coulées ou projections aient épousé grossierement la topographie
antérieure.
Lereliefestassezmouvementémaisl'altitude est plutôtfaible y
les plushautssommetsserencontrant d'une partau Lokobé (455 m) y
d'autre part dans le massif occidental au Mont Passot (326 m ) .

GEOLOGIE ET ROCHES-MÈRES
L'étude de la géologie de Nosy-Bé a commencé il y a fort longtemps.
Pour ne citer que lestravauxprincipaux,l'étudede Lemoine (5) sur le
Nord de Madagascar, la carteau 1/200. OOOe de Besairie(3) y etplus
récemment la thèse de J. de Saint-Ours (8) ont défini la situation d'ensemble
de l'île y tandis que A. Lacroix (4)a donné un aperçu des différentes roches
rencontréesdansllile.Cedernier a distingué :
- le massif granitique et syénitiquedu Lokobe , ceinturé par le lias schisteux
partiellement redressé et métamorphisé ;
- 2 -

51 I
- 3 -

- les schistes et grès gardant des traces destructure monoclinale dans


le Sud-Est,leNord-Est et le Nord de l'île;
- des basaltes très altérés , dans les parties orientale et centrale, ainsi
que dans le Nord;
- des cendres et lapillis basaltiques de la zone occidentale principalement
présents par endroits à l'Est;
- des ankaratrites assez bien conservées dans l'Ouest de l'île , ainsi que
dansl'îledeSakatia;
- enfindes rhyolites qui couvrent la plus grande partiede cette dernière île.
i
La carte géologique la plus précise ne fournissant que le 1/200. OOOe ,
nous avons été amené à dresser une carte un peu plus détaillée des roches
mères en nous appuyant'surl'examendesphotosaériennes e t en faisant
descontrôles s u r le terrain.
Nous avons essayédereconnaître
l'âge
relatif
desdifférentes
formations.Sipourcertainesparties de l'île les limites étaient faciles
à tracer à l'échelledu 1/50. OOOe , en d'autres , plus hétérogènes, nous
avonsétéobligésderecourir à descomplexes (tuf etscories,cendres
e t ' s c o r i e s , scories et laves) ; enfin , certains sols anciens très évolués
et profonds masquent presque complètement la roche-mère qui a été très
profondément altérée.
Nous basant sur les superpositions et l'état d'avancement de l'attaque
des roches , nous avonsétabli la chronologieschématiquesuivante :
lias schisteuxpuisgréseux (?)
syénites et granites
rhyolites
lavesbasaltiquesdel'Est
cendres et scories anciennes
laves et scories du massif occidental
tuf (deux époques)
couléesde1'Androadroatra
cendres récentes
ankaratrites
alluvionsbasaltiques
~ En
effet,
les
ankaratrites
recouvrent
les
cendres
dans la presqu'île
d'Andilana, les cendres recouvrent le lias vers le Lokobe e t les basaltes
anciensdans la presqu'îledeBefefika.Enfin,les tufs recouvrentdes
scories et des sols fossiles rouges.

a) - Les schistes
On les rencontre dans la partie Sud-Est, autour du Lokobe et dans
la presqu'îledeTafondro,dans la partieCentre-Nord où ils forment la
lisière Sud-Est du lias , enfin au Nord de l'île , entre des bandes de grès.
Ils apparaissent encore pied
au dela couverturevolcanique vers Ambatozavavy,
Tanambao e t Bemanondro .
- 4 -

Leur altération est profonde et ils donnent généralement des sols épais
d'environ deux mètres s'ils ne sont pas érodés. La structure en plaquettes
se rencontre assez hautdans le profil.
I1 ne semble pas que les épanchements volcaniques aient recouvert
d'épais sols fossiles. La couche d'argile rouge, fréquemment rencontrée
2 la base des basaltes, ne peut leur être attribuée mais plutôt à l'altération
des basaltes.
Fortement ferruginisés , les sols sur schistes, jaune 2 jaune-orangé ,
ont parfoisformédescuirasses,comme à Kalampo.

b) - Les grès
Les grès ne sont observables que dans le Nord de Nosy-Bé et leur
érodibilité fait que les sols y sont presque inexistants. Seul l'extrême Nord
présente quelques profilsprofonds,fortementattaquésparl'érosionen
lavaka. Les sols conservés sont plus épais que sur schistes et de teinte
rouge.
Ces grès sont à texture fine. Le lessivage entraîne des accumulations
ferrugineuses dans les diaclases de la roche et la formationdepseudo-
concrétions sur les grains.
Lorsqu'ils sont érodés, les g r è s onttendance à donner des reliefs
enescalier aux marchesarrondiestandis que lesschistesen donnent
deplusanguleux.

c) - Lesgranites et syenites
Ils forment au Sud-Est l'essentiel du massif du Lokobe et de l'ne
de Nosy-Komba, ainsi qu'un petitmassifbouleversépar les projections
volcaniquesdans la presqu'îleauNord de l'île.

Dans le Lokobe et B Nosy-Komba, bien que l'on observe en surface


de nombreuxblocs rocheux, le soldépasse 2 m è t r e s , et ce s u r des
pentes voisines de 100 pour cent. I1 y est jaune à brun-jaune .
Dans le Nord, par contre, le s o l e s t rouge à brun-rouge.

d) - Lesbasaltesdel'Est
Les basaltes se présentent sous différentes textures et reliefs, mais
dans la partieorientale où ils sonttrès profondément altéré$, on ne
reconnaît pas le plus souventla nature du matériau originel,faute Be coupes
suffisamment profondes.

On observe parfois la désagrégation du basalte en boules de grosseur


variée ; de quelques centimètres à un mètre de diamètre, suivant la. texture
du matériau.

Lorsque les projections de cendres ou de lapillis ont recouvert les


laves sur une certaine épaisseur, la lave elle-même peut n'avoir été que
\

- 5 -

très peu altérée, al.ors que lescendressus-jacentes le sontpresque


complètement,l'horizon inférieur de cesdernièresétantimperméable.

.
I1 en est ainsi dansla presqu'île d'Antafianambitry Près d'Amporaja ,
dans l'extrême Nord de l'île, on ne rencontre que des cendres profondément
altérées et très brodées, la surface originelle n'étant conservée que sur
quelques buttes-témoins .
Dans leSud,versMahatsinjoetAmpombilavabe, on trouveplutôt
des scories y en particulier des basanitoïdes .
Les sols dérivés de roches basaltiques sont généralement peu riches
en cailloux; ils sont beiges ou bruns a brun-rouge s u r les laves compactes,
brun foncé à brun-jaune sur les scories y rouges à brun-rouge sur cendres
anciennes. On observeparfoisdes lits ferrugineuxetdesconcrétions
SOUS les cendres, ainsi qu'une cuirasse bien formée de un mètre d'épaisseur
dans la presqu'île d'Antafianambitry .
Lescendresprésententsouventdans le profil un horizonargileux
de quelques centimètres, le plus souvent rouge, parfois bleuté OU violacé;
on ne doit pas le confondre avec un horizon ,de sol schisteux.

e) - Les laves et scories du massifoccidental


Ces matériauxsontplusrécents; Sil'on ne peut ê t r e très précis
sur le type d'éruption quia construit le massif occidental,
on peut remarquer
qu'il y a peu de coulées de laves, mais plus souvent des coulées boueuses
dematériauxprojetés y plus ou moinsfinsqui, sous formeconsolidée,
donnent le tuf.

On observe des scories dans le centre du massif (Mont Passot), et


leSud,engénéral, à l'intérieurdeszones d'épandagedu tuf.

Mais on rencontre le plus souvent une superposition des différentes


textures,certainesprojectionsayantfossilisédessols bien formés, en
particulier à l'Ouest du massif, domainedu tuf.
Dans la zone des cratères-lacs, dont la forme générale en cône e s t
due à l'emboîtement de couches de projections successives, la pente externe
étantsemblable à la pentedescouches, on observe que l'altérationse
fait plutôt par la face interne du cratère, où les différentes strates sont
recoupées, que sur la face externe, généralement recouverte d'un glacis
de tuf (Ambaribongo) .
Ce glacis imperméable a été d'ailleurs mis à profit pour le creusement
d'un canal d'irrigation alimenté par l'eau du lac Amparihibe.
L'érosion a fortementattaqué le massif;lescrêtesdecratères
voisins se sont rapprochées pour ne plus former qu'un squelette que l'on
peut suivre du Mont Passot à 5 kms au Sud, vers Antsidihy.

Lesdépressionsainsilimitéesseraient les traces d'une série de


cratères antérieurs àla série des cratères-lacs àlaquelle semble appartenir
- 6 -

l'Ambaribongo,pourtantentièrementcombléalors que lesautres ne le


sont que partiellement.
Lesalluvionsdecomblement des c r a t è r e s , ou mieuxcolluvions
donnent naissance à des sols épais, généralement à tendance hydromorphe .
de teinte rougesur les scories ;
Les sols sont plus oumoins squelettiques
cetteteinte est souventdue ii la couleurmêmedesscories;demême
pour la teinte violacée de certains sols sur cendres. Le gris y par contre,
est toujours dû à une hydromorphie. Notonsenfinque certaines scories,
rougies à l'origineparcuissonlorsdel'éruption, donnent directement
des sols rouges quipeuvent n'être que peuévolués(solslithochromes).
A p a r t l e tuf que nous étudierons ci-après y et les alluvionsintra-
c r a t è r e s , d'étendue relativement faible y le massif occidental n'a pas donné
desolscultivables.

f) - Le tuf
Le tuf seul occupeunegrande surface à la périphérie du massif
occidental.Le long de la route qui mèned'Hell-Ville à Dzamandzar et
Ankiabe on peut observer de nombreuses coupes où apparaît le recouvrement
de sols fossiles rouges par le tuf gris-brun altéré en brun.
Si la texture du tuf est assez variée quoique dans des matériaux peu
grossiers y cendres et lapillis, sa structure et sa couleur sont uniformes.
Plusieurs formations de tuf .sontparfoissuperposéescommeprès
de Dzamandzar ou de l'llndroadroatra.
Au contact du tuf et du sol fossile recouvert, on trouve parfois des
fragments de plantes fossilisées y dont l'étude devrait permettre de dater y
aumoinsapproximativement,cescouléesboueuses.

L'altérationdu tuf semble peu profonde, on ne distingue pas d'horizons


bien différenciés.Seull'horizonsupérieurestplusfoncé.
Lessolssonttrèsrichesetlargementcultivésen canne à sucre
dans les parties basses de la périphérie du massif.

g) - Lescendres récentes
I1 est difficile de dire si les cendres récentesy comme celles du dôme
del'Ouestd'Ambohibory , sont ou non d'âge postérieur au dépôt du tuf.
Le fait qu'elles soient plus altérées et plus évoluées en sol n'est pas une
preuve d'ancienneté, carla texture etla perméabilité moyenne sontfavorables
à une altération rapide.

Les cendres sont y soit grises soit rouges à violacées. L'altération


donne des sols très meubles, bruns en surface, jaunes àrouges en profondeur
suivant le drainage, le degré d'évolution et la couleur du matériau originel.
Une hydromorphie partiellede surfacé faif-parfois apparaître une coloration
secondaire grise en surface de certains profils.
- 7 -

h) - Les ankaratrites
I1 s'agit là de roches compactes s'altérant sans donner de boules mais
enlaissantdegrosrésiduspierreuxtrèsnoirs. On enrencontredans
différentes régions del'île en particulier vers le Voririky, vers Kalampobe
e t dans la presqu'île d'Andilana.

L'altération peut être profonde , mais même en topographie plane ,


de très nombreuses pierres persistent dans le profil, ce qui rend les sols
impropres à certaines cultures, mais prédisposentà certaines autres, café ,
plantes à parfums. Ils sontbruns à brun-rouge,

i) Lesalluvions
Des alluvions basaltiques ont comblé des dépressions dues aux cratères
barrages de rivières, embouchures, etc . ..
e t donnent des sols profonds.
On observe également des terrasses.

Près de la m e r , lesvasesdemangroveetlesdépôtscoralliens
ou coquilliers donnent naissance à des sols assez particuliers.

CLIMAT
.La région deNosy-Bé jouit , avec le Sambirano , d'un climat différent
de celui qui règne généralement sur la côteOuest , et qui se rapproche
plutôtdecelui du versantEstdeMadagascar, quoique l'alternance des
saisons y soit nettement plus accentuée. Le total des pluies est également
plus faible et les températures sont supérieures (5/6 des pluies en saison
humidecontre 9/10 s u r le reste de la côteOuest).

A Nosy-Bé même il existe une zonation, le coin Sud-Est étant plus


a r r o s é (Nosy-Komba,Hell-Ville)que lecentre(Dzamandzar , Fascène)
lui-même plus arrosé apparemment que le Nord et le Nord-Ouest.

Le gradient est généralement N-O/S-E , mais se déplace au cours


de l'année.

Pluies (voir p. 8)

Températures

Hell-Ville
J F M A M J J A S O N D
max. 30.630.730.930.930.028.728.128.529.630.631.331.1 30.1
min. 5 23. 3 22. O 20.4 19.~2 19.6 20.4 21.7 22.6 23.2 21.9
23.4 23.4 23.
- 8 -

Ambanja

J F M A M J J A S O N D
max. 30.831.031.631.631.130.429.830.130.731.731.931.6
31.0

min. 22.4 22.6 22.6 22. 1 20. O 18.2 16. I17.6 18.5 20.2 21.7 22.3 20.4

Les écarts de température sont plus grands à Ambanja.


Lecalculdel'indicedeMeyermontreassez bien la progression
. P
quand on passe au Sud-Est au Nord-Ouest (N =-)
D
P pluviométrie
déficit
D saturation
de

T. moy. ann. IndiceeEvap. N


Hell-Ville 26" 74 % 347
Dzamandzar 2 7"2 78 % 365
Fascène 26'1 76 % 360

Dzamandzar a l'humidité la plus élevée et c'est à Fascène que l'on


connaît le minimum (46 % en Août).
Les dépressions cycloniques e t les pluies qui les accompagnent sont
fortementressenties,et influencent les précipitationsannuelles.Ainsi
il est tombé1000mmdanslemoisdeFévrier 1955 et 400mmdans la
seulejournée du 12 Décembre1945.

PLUIES

I II III IV v VI VI1 VI11 IX X XI XII

2257,3 (40 a n s )
Hell-Ville 474,5 428,s 271,8
160,6
66,Z
47,3
36,6
49,6
58,3
160,6
188,4
368,6

2156,O (10 ans)


Dzamandzar 432,Z
461,3
307,8
166,4
49,3
44,s
24,7
38,O
66,l
68,l
208,6
328,7

2163,3 (15ans)
Fasche 438,3
472,l
291,5
173,4
74,7
36,7
27,4
38;7
43,6
65,s
189,8
341,7
- 9 -

Le régime des vents a une certaine importance sur les pluies et la


température, dont la moyenne est voisine de 26".
En saison humide,le drainage et le ruissellement sont très importants,
mais il existe,par ailleurs,une période plusou moins longue, en saison sèche,
pendant laquelle les plantes manquent d'eau. Pour les cultures exigeantes
comme la canne à s u c r e , on a recours à l'irrigation. Cependant il arrive
même que les cultures arbustives manquentd'eaysi les pluies se font attendre .
Les courbes d'évapotranspiration (fig. 2 e t 3) illustrent ce phénomène
pour une année moyenne ; Hell-Ville est représentatif des zones arrosées,
tandis qu'dmbanja l'est pour les zones plus sèches.
On peut observer que le déficit en eau varie de 200 à 300 m m .
Enfin, bien que leur cours ne soit pas de longueur appréciable, les
quelques rivières de l'île, surtout sur le versant oriental, ont transporté
d'importantes masses d'alluvions .

VEGÉTATION
La végétation de Nosy-Bé , comme celle du Sambirano , a été rangée à
part de celle du domaine de l'Ouest, en raison de ses affinités avec cellede
la région orientale de Madagascar, avec laquelle les affinités climatiques sont
également plus nettes. Perrierlade Bâthie (6)a défini 3 formations principales:
- la forêt des alluvions et des cours d'eau, peu représentée à Nosy-Bé;
- la forêt des pentes à sol profond;
- les bois descollinesgréseuses,
qui,toutestrois , ont étédiversementdétruites et remplacéespardes
formationssecondaires,savane , prairie.
Le Lokobe et Nosy-Komba , érigés en réserves naturelles, sont des
témoinsde la végétation des sols profonds.C'estdéjà une formation
secondaire, mais ony rencontredebeaux a r b r e s , dont les groupements
montrent unezonationavecl'altitude, les Canavium(Ramy) occupent les
parties basses et les Uapaca , ébéniers, apparaissent plus haut. En g r o s ,
la forêt est plus dense en altitude, ce qui correspond aux zones oh le défri-
chement n'a pu pénétrer. Quand la forêt a disparu, apparaît une savoka à
Rauenala, Ptevidiurn aquilinum, Barabanja, Tapiaka, Bambous àNosy-Komba.

Sur lereste de l'l'le, côtéoriental,c'est la savoka à Ravenala,


avocat marron, mimosas , qui s'est installée, avec un couvertherbacé
très érodées.
d'flypavvhenia, de Panicum àla limite, d'AYistida dans les zones
Les bois sur grès sont à peu près inexistants sauf à proximitéde
Befotaka;souvent la végétationprimitivedéfrichée a fait place à des
culturesarbustivesriches : plantes à parfums , caféiers,poivriers.
Dans la zone occidentale, on rencontre soit des taillis plus OU moins
6paisdansleszonesinutilisablespour la culture,soit une steppesur
lespentesplus ou moinsérodées.La canne à sucre occupe la plupart
des terrains utilisables.
- 10 -

NOSSI-BE
-.
. Pluie 2257'-

1
l

I-
J F M A M J J A S O N J F M A M J J A S O N D J

Fig. 2 Fig- 3
- 11 -

Enfin,danslesformationscôtièresde la mangrove, les espèces


habituelles Rhizophovamucvonata,Ceriopstagal,Avicennia mavina, pour
ne citer que les plusfréquents,sontinstallées.
Les adventices des cultures sont banales.

POPULATIONS ET CULTURES
A Nosy-Bé, le défrichement a été intense en raison de l'ancienneté
de l'occupation de l'île, mais le climat humide a empêché une extension
trop rapide des zones dénudées. La repousseest bonne sur les sols volcaniques,
et seuls les g r è s du Nord, ainsi parfois que les schistes a ont depassé le
pointcritique et ne pourraient être quedifficilementréembroussaillés .
ANosy-Komba, la zonedefrichéeapparaîtnettement sur la photo
aérienne comme un anneau couvrant les 2/3 inférieurs de l'île. Une savoka
dense, où apparaissent les blocsdesyénites, s'est installée s u r les
hauteurs et une prairie plus ou moins dégradée vers le Sud. La dégradation
e s t due à la culturedurizdemontagne,maintenantcantonnéedansdes
périmètres délimités. I1 existe, quoique moins développées qufà Nosy-Bé,
des cultures de café etd'ylang-ylang , ainsi qu'un très important reboisement
du ServicedesEauxetForêts,enTeck,Acajou,Terminalia.

Sur les sols volcaniques, si l'on fait exception des pentes trop fortes
et des cônes de débris trop grossiers, l'agriculture s'est installée sous
deux formes :
- soit une culture arbustive de type artisanal, s u r des sols profonds mais
tri% caillouteux, ne permettant pas de travaux culturaux répétés ;
- soit une culture de type industriel avec la canne à s u c r e , sur les sols
meubles de topographie assez plane pour être irrigués. Notons cependant
que l'emploi récent de l'irrigation par aspersion, qu'autorise cette culture
riche, permet d'obvier à l'inconvénient des terrains bosselés.

Les sols de quelques bas-fonds permettentla riziculture et l'installation


de prairies naturelles, mais l'élevage est presque inexistant, l'alimentation
en viande se faisant par importation de bêtes en provenance du Sambirano
et quifont la traversée s u r de grandes pirogues, les "raguiches".

L e r i z e s t produitenquantitéinsuffisantepourlemarchélocalet
on a recours à des importations. I1 existe quelques cultures maraîchères.
On ne saurait oublierla pêche quin'a pas actuellementle développement
qu'elle pourrait avoir. Les villages de pêcheurs de la côte sont toujours
abondamment plantés de cocotiers.
Si les habitants du pays,parmilesquels on compte denombreux
Comoriens, se livrent à la pêche et à la culture du riz et de quelques
plantes vivrières, ils ne suffisent pas à assurer la main d'œuvre nécessaire
pour les cultures,aussi la Compagnie Sucrièredoit-ellerecruterson
personnel dans le Sud de Madagascar.
- 12 -

L'étude des sols de Nosy-Bé a été faite au cours des mois d'Août
et Septembre 1960, à partir de la Station océanographique de 1'IRSM. Des
itinéraires automobiles, pédestres et maritimes ont permis de parcourir
l'île ainsi que de visiter tous les?lots environnants (Tanikely , Nosy-Komba,
Nosy-Sakatia , Nosy-Faly , Nosy-Mitsio) plus éloignés .
Parmi les nombreux profils examinés, 50 ont été prélevés pour être
analysés au laboratoiredeChimieanalytiquede la Section dePédologie
de 1'IRSM.
- 13 -

LES SOLS

CLASSIFICATION
Deux Pédologues de 1'1. R. S. M. ont publié dernièrem ent d es études
détailléessurlessolsvolcaniques :
- d'une part P. SEGALEN en 1957 ( g ) , dans une étuded'ensembledes
sols sur roche volcaniquebasiquede Madagascar, où quelquesprofils
de NOSY-BE sont décrits;
- d'autre part, 5. RIQUIER, en 1960 (7), dans la noticede la carte des
sols de 1'Ile de la Réunion.
Nous nous sommes donc inspirédesclassificationsadoptéespar
ces deux auteurspouretablircelledessolsvolcaniquesde NOSY-BE , . ,

enconservantpourcadregénéral la classificationrecommandéepar
G. AUBERT (1).
Les sols s u r roche-mère différente rentrent par ailleurs dans cette
dernière.
Lessolsde NOSY-BE seront donc étudiésdansl'ordresuivant :

I - Sols à hydroxydes et humusbiendécomposés


- Solsferrallitiques
A - Sols ferrallitiques typiques
1") sur
schistes-
rouges
Sols (1)
2") - Sols jaunes sur schistes (2)
3") - jaune-rouges
Sols rhyolite
sur
(3)
4") - brun-jaunes
Sols s u r basaltes (4 )
B - Sols faiblement ferrallitiques
- Sols
1")jaunes s u r granite $1
- bruns
2") ankaratrite
sur
Sols (6 )
3") - Solsrouges
scories a) sur (7)
schistesb) sur (8)
4") - Sols
jaunes à rouges sur grès (9)
C - Solsferrallitiquesrajeunis
1") - Solsbrun-jaune à brun-rouge sur syénite- (10)
granite- Sols
2")sur
rouges (11)
3") - Solsbrun-jaunes
a) s u r cendres
anciennes
(12)
b) sur scories
anciennes (13)
- 14 -

D - Solscuirassés
1") - Solsbruns sur basaltes
2") - Solsjaunes sur schistes
E - Sols à profil complexe
1") - brun-rouge
Sols recouverts de tuf (14)
2") - Sols
rouges
recouverts
scories
de (15)

II - Sols à Mull
- Solsbrunseutrophestropicaux
1") - Sols
brun-rouge sur cendres
récentes (16)
2") - Solsbruns
a) sur laves anciennes (17)
b) sur terrasses volcaniquesanciennes- (18)
3") - Sols bruns à brun-jaune
a) sur
récentes
scories (19)
b) s u r tuf (20)
4") - Solsbrun-jaune
a) s u r lapillis (2 1)
b) sur terrasses volcaniques anciennes- (22)

III - Sols hydromorphes


1")- Moyennement ou peu humifères
a) engorgement
profondeur
de (23)
Solsbruns à concrétions
b) engorgement permanent de profondeur- (24)
Sols à Gley
c) engorgement d'ensemble temporaire - (25)
Solssableuxtachetés
2") - Organiques
Solstourbeux
IV - Solspeuévolués
1") - Solsd'apport
a) alluvions volcaniques non hydromorphes (24)
b)colluvionsvolcaniques
c) sédiments maritimes
solssableux
coralliens sols (25)
sols de mangroves (p. m. ) -
- 15 -

2") - Solsd'érosion(lithosols)
a) sols roses sur grès et schistes
b) solsblancssurrhyolite
c) sur basaltes divers sols pierreux

Les zonalités climatique et d'altitude étant pratiquement inexistantes


parrapport à l'ilede la Réunion, nous avonssurtoutinsistésurles
caractères de natureet de texture de la roche-mère etd'âge relatif des sols.

L'érosion nous a permis par ailleurs d'introduire la notion de phase,


particulièrement utile dans l'appréciation des possibilités culturales des sols
- 16 -

I - SOLS FERRALLlTlQUES
A) SSISferrallitiques typiques '

l") - Solsrougessurschistes
Ces sols ne ne rencontrent en général que dans le coin Sud-Est
de la feuille,c'est-à-direenbordure du Lokobe dans un demi-cercle
allant du Nord d'Ambanoro à Ampasipohy , et dans le Nord et l'Ouest de
Nosy-Komba .
Lavégétationestgénéralementdégradée, à base d'Avocat
marron Ayis tida.
.
Le relief est en collines,basses On observe une forte érosion
ennappe, la couchehumifèrefaisantpratiquementdéfaut.

Nous prendrons un exempledecetypedesol s u r la route


d'Ambatozavavy à Ambanoro, un kilomètreaprèsBemanondro.C'estle
profil NB 5 :

O à 100 cm : Brun-rouge ; sec ;argileux ; structure grumeleuse àcubique.


100 à 200 cm : Brun-rouge ; sec; même texture et structure.
200 à 250 cm : Brun clair.
+ 250 cm : Roche schisteusealtérée à facettesgrisesetrouilles.

Lastructureschisteuseestmoinsbienconservée dans le
profil au fur et à mesure que l'on s'éloigne du Lokobe, les schistes étant
moins métamorphosés.
Par contre , le redressement des couches a probablement permis
une plus grande altérabilité , grâce à la plus facile pénétration de l'eau.

Caractéristiquesphysiquesetchimiques
Lagranulométrieestargileuseavec un peude sablefin et
delimon (60 '% d'argile). La capacité de rétention pourl'eau est assez
élevée.
Cessolssontpauvresenmatièreorganique,etl'azoteest
particulièrement faible.

Lecomplexeabsorbant a une capacitéplutôtfaible,et il est


déficiententoutesbaseséchangeables.Le pH estacide(5,3 à 5,6).
- 17 -

Les réserves reflètent les caractères ci-dessus, à l'exception


duphosphore y abondant, mais peu assimilable.

Lavaleur du rapport SiOZ/Al2O3 , obtenu parl'analyseau


réactif triacide, est nettement l'indice d'un sol ferrallitique ( 1 , 3 0 ) .

2") - Solsjaunes sur schistes


Cessolssontfréquentsdans le coinSud-Est,comme les
précédents mais le plus souvent sous forêt, où ils sont "brun sur jaune".
Ils sontfortementérodés,etpassentparfois à dessolssquelettiques.

On en voit dans le massif du Lokobe y à Nosy-Komba, dans la


presqu'ile de Tafondro et sur quelques affleurements dans le centre de l'fie.

Nous enprendrons un exempledanslemassif du Lokobe, à


200 m d'altitude, s u r le chemin menant au sommet. C'est le profil NB 4 :

Oà 2 0 c m : Brun foncé (F 54) ; légèrement humifère j argilo-sableux ;


structure grumeleuse à nuciforme.
20 à 60cm : Brun (E 56) tacheté de jaune et rouge ; argileux, tendance
plastique .
60 à 130 cm : Jaune-rouge
argileux.
130 à 210cm : Horizond'altérationbariolé,sablo-argileux.

On ne peut atteindre la roche-mère.

Desblocsdesyéniteparsèment la surface,maissontdus
simplement à la descente de fragments de roche des sommets. La roche-
m è r e du sol est y ici, schisteuse. , "

Cavaetévistiques plzysiques et ehinziques


La granulom6trie est encore argilo-limoneuse , mais on observe
en'surface une baissedesélémentsfins, due à l'érosionennappe sur
ces fortes pentes.

A l'exception des 20 centimètres supérieurs y tr&shumifBres,


le sol est plutôt pauvre en matière organique. L'azote est peu abondant y
mais néanmoins un peuplusquedanslessolsrouges.Lerapport C/N
est plutôt bas.
La capacité d'échange du complexe est faible et peu saturée,
avec un pH plusbas que danslessolsrouges,mais la déficienceen
potasse est moins forte.
Les réserves sont très faibles en tous éléments.
Le rapport silice/alumine est particuli6rement bas (l,2).
- 18 -

3") - Solsjaune s u r rouge(surrhyolite)


Ces sols occupent la majeure partie de l'île de Nosy-Sakatia y
sous des phases d'érosion diverses, le plus souvent maximale, la roche
altérée blanchâtre étant visible unpeu partout y ce qui donne de loin un
aspect très particulier à cette ile.

En quelques endroits y des ilots de forêts reliques ont subsisté y


formant des sortes de buttes témoins. Sinon on ne rencontre qu'une maigre
steppe à Aristida ou pas de végétation du tout.

Nous prendrons un exempledecetypede sol avecleprofil


NB 23, relevé dans le centre de l'île y sous Aristida y au bord d'un ravin.
On observe :

O à 20 cm : Jaune ; argilo-sableux;structuregrumeleuse;poreux.
20 à 40 cm : Litdeconcrétionsferrugineusesdures.
40 à 90 cm : Jaune-rouge;argileux;cimenté.
90 à 300cm : Bariolé blanc et rouge ; argileux.
300 à 500 cm : Zone d'altérationblanchâtre.

Dans une zone desavane à arbustes y l'horizonsupérieur (O


à 20) est presque brun et légèrement humifère.

L'érosionprovoque de nombreux colluvionnements dans


les ravins.

Caractéristiquesphysiques et chimiques
La granulométrieest plus argileuse en remontant dans le profil,
maisl'horizonsupérieurestpartiellementlessivé.Vers un mètre y on
trouve 60 % d'argile et 20 % de limon.

L'horizon supérieur estmoyennement pourvuen matière organique


(3 %). L'azote y estenquantitémoyenne.Le C/N estplutôtbas.

Lecomplexe absorbant est peu saturé. Chaux et potasse sont


déficientes. Par contre , on trouve enprofondeur (200 cm) unfort pourcentage
desodiuméchangeable.

Le pH est acide dans la zone d'altération et remonte dans les


horizonsintermédiairesau-dessusde 6 y parsuite de leurrichesseen
sodiuméchangeable.

Les réserves sont très faibles.

Le rapport SiO,/Alz03 du sol est bas (1,3) ; il est déjà inférieur


à 2 dans la zone d'altération.
\

i - 19 -

4") - Solsbrun-jaune à brun-rouge sur basaltes anciens


Les sols ferrallitiques sur basalte sont répandus dans la partie
Estdel'fle, zone desprojections les plusanciennes. On ne reconnaît
généralement pas la texturede la roche-mère,l'altérationétanttrès
profonde.
Vers le sommet des collines , on a généralement affaire à des
cendres ou cinérites , mais on reconnaît également des sols profonds s u r
laves OU scories.

Sur la route du centre, au Nord du calvaire, on peut observer


le profil suivant (NB 56) :

O à 15 cm : Brun à brun foncé ; argileux; polyédrique ; bien structuré ;


poreux.
15 à 40 cm : Brun ;argileux ;polyédrique plus grossier ;moins cohérent.
40 à 120cm : Brun ; argileux ; tendance prismatique.
120 à 300 cm : Rougeâtre;argileux;massif;faiblementporeux.
300 à 500 cm : Rouge ; argileux.

Versle Mont Jopia,auNord-Ouestdu Lokobe , sousforêt


secondaire, le profilestplus jaune :

O à 12 cm : Brun-jaune ; sec,argileux;grumeleux à cubique.


' 12 à 30 cm : Brun-rouge (F 43);argileux,polyédrique.
30 à 90cm : Brun-rouge ; massif;plastiqueenprofondeur.

Enfin, prèsd'Ambohibory , un sol typique sur cendres présente :

O à 10cm : Brunfoncé;humifèregrumeleux;tachantlesdoigts.
10 à 100 cm : Brun-jaune;argileux;grumeleux.
100 à 200 cm : Jaune ; argilo-limoneux. '

200 à 300 cm : Zone d'altération grisâtre des cendres.

On trouvesouventdans lesprofilssurcendres un horizon


d'argile rouge , comme vers Andavakatokona , à l'Ouest d'Hell-Ville .
Cavactévistiquesphysiquesetchimiques
Lagranulométrieestgénéralementargileuse,avec limon et
sablefin.Lacapacitéderétentionpourl'eauestmoyenne.
L'horizon supérieur est assez riche en matière organique.
L'azote est assez abondant dans les zones peu érodées.
Le rapport C/N est plutôt faible.
- 20 -

Lecomplexeabsorbantest doué d'une fortecapacitéet bien


pourvu en chaux et magnésie. La potasse manque. Le pH est acide (5,4).

Lesréservessont bonnes en chaux etphosphore,faibles en


potasse. Le rapport silice/alumine est compris entre 1,l e t 1 , 9 , indiquant
un sol ferrallitique .

Cessolssontparfoiscultivésenmanioc,patates,etc . ..
mais ne portent pas de concessions industrielles.

B) Sols ferrallitiques cuirassés ow ferrugineux cuirassés


Les cuirasses sont assez rares à Nosy-Bé. Néanmoins nous en avons
rencontré une dans le Nordde la presqu'iled'Antafianambitry.Elleest
surmontéed'unsolbrun B trèspetitesconcrétions.Elleapparaîtvers
un mètredeprofondeur,etsonépaisseur est prochede 1 mètre.Elle
est découverte en plusieurs endroits. I1 semble que le sol qui la recouvre
actuellement soit allochtone .

C) Sols faiblement ferrallitiques


l") - Sols jaunes sur granite
On rencontrecessolsdans la zone dessolsferrallitiques,
sur le versant Nord-Est du Lokobe, sous végétation de forêt secondaire.
, l
il
A un kilomètre à l'Ouestd'Ampasipohy, v e r s 200 mètres
d'altitude sous pentemodérée, on observeleprofilsuivant (NB 49) :

O à 75 cm : Jauneorangé ; argilo-sableux ; structureparticulaire ;


poreux.
75 à 130cm : Jaune-clair ; argilo-sableux; particulaire.
130 à 150cm : Zone d'altérationblanchâtre.

Legraniteduraffleuredanslesthalwegs.

Cavact6ristiquesphysiques et chimiques
Ce solestargilo-sableux, homogène.
La matière organique est très peu abondante (1 % O ) . L'azote
est déficient. Le complexe absorbant est très pauvre, surtout en chaux.
Lapotasse e s t moyenne.Le pH est très acide(4,8).
Les réserves sont très faibles, sauf en potasse.
Le rapport Si02/A1203 est légèrement inférieur à 2.
\
'il!
\ - 21 -

2") - Solsbrunscaillouteuxsur ankaratrite


Localisation
On rencontre ces sols bien développés d'une part au centre de
la zone orientale,dans un triangleBevoay,Bamananasy,Ankarankely,
où des concessions de café sont nombreuses, d'autre part à l'Est de la
presqu'fleduNord, v e r s Kalampobe.
Lessols duNordsontd'ailleursplusvieux et plusévolués
que ceuxducentre,etaussimoinscultivés.

Morphologie
'Nous prendrons un exemple de sol assez jeune à 500 m à l'Est
de Bevoay , s u r la route d'Ambatozavavy , dans une plantation de caféiers ,
vanilliers et poivriers, des blocs de roche. sonore parsemant la surface
du sol ainsi que tout le profil.

Le profil NB 6 présente :

O à 5 cm : Brun-foncé ; argileux ; structuregrumeleuse à cubique ;


poreux.
5 à 50 cm : Brun-jaune; argileux; structure grumeleuse à particulaire .
50 à 120 cm : Brun-jaune;argileux;tachesnoires.
+ 120 cm : Roche très peu altérée.
VersMazavalalana, le profilestmoinsprofond,brunfoncé
et grumeleux sur 50 cm, au-dessus de la rochetachetéederouge.
Enfin, entre Maharandry et Kalampobe , le sol, toujours mêlé
de roches, est brun-rouge e t plusfinementgrumeleux.

Cavactkris tiques physiques et chimiques


Mis à part les gros blocs, le reste du sol est assez nettement
argilo-limoneux , avec une apparente migration d'argile.
La capacité de rétention pourl'eauatteint 40 %. La matiGre
organique est assez abondante e t bien répartie,maisassezhumifiée.
L'azote est abondant et le rapport C/N faible.
Lecomplexeabsorbantest doué d'une assezfortecapacité ,
richeenchaux et magnésieéchangeable,maisplutôtpauvreenpotasse,
eette déficience étant par ailleurs .accentuée par une supériorité du sodium
échangeable.Lasaturation est assez forte et le pH voisinde 6 .
Lesréservessont bonnes enphosphore, moyennes en chaux
et faibles en potasse.
L'analysetriacide donne un rapportSi02/Al2 O3 légèrement
inférieur à 2 (1,85 à 50 cm).
- 22 -

3") - Solsrouges
a) Solsrougeslithochromessurscories
Ces sols sont fréquents sur les scories anciennes, épaisses) que l'on
rencontre à Tanikely,Nosy-Faly, ou sur certainscônescomme surle
.
Mont Voririky On n'observe généralement pas de zone d'altération nette,
mais celle-ci est généralement profonde.
Nous prendrons un exemple de ce s o l s u r les pentes du volcan Bemoko,
sous végkation d'Hyparrhenia yufa. C'est le profil NB 21 :
Oà 2 0 c m : Brun-rouge
argilo-limoneux , structure
grumeleuse à
cubique.
20 à 60 cm : Brun tacheté de rouge ; argilo-limoneux .
60 à 130 cm : Brunà taches noires
s u r les débris de roche
qui apparaissent
deplusenplus.
130 à 170 cm : Plus rouge en profondeur avec de t r è s nombreux débris.
A Tanikely , leprofilestmoinsépais (50 cm)maiségalement brun-
rouge sans zone d'altération.

Caractéristiques physiques et chimiques


Lagranulométrieestplusgrossière que surleslavasbasaltiques,
avec argile, limon et sable fin en quantités voisines.
L'horizonsupérieur est moyennementpourvuen matièreorganique.
L'azote y est assez abondant. Le complexe absorbant) de forte capacité,
e s t bien saturé en chaux et magnésie mais pauvre en potasse.
)

Le phosphoreassimilableestélevé. Le pH est supérieur à 6.


Les réserves sont bonnes en chaux et phosphore, moyennes en potasse,
sauf à Tanikely (2 %O).
Le rapportsilice/alumineestde1,75vers1,50mdeprofondeur,

b) Solsrouges sur schistes liasiques


Ces sols sont présents dans le Nord de l'île au Nord de Bemanondrobe .
)

Ils sont le plus souvent très érodés mais parfois encore cultivés en riz sec.

Nous en prendronsun exemple à un kilomètre à l'Ouest de Mangirakirana,


sur une colline à faiblepente.C'estleprofil NB 46 :

O à 40 cm : Brun;argileux;structuregrumeleuse à nuciforme.
40 à 60 cm : Brun-rouge;argileux, tendancepolyédrique.
60 à 200 cm : Jaune à rougebigarré;argileux,massif.
200 à 400 cm : Schistes altérés gris-rouge.
+ 400 cm : Schistes altérés nettement structurés.
- 23 -

Cavacte'yistiquesphysiques et chimiques
La granulométrie est argileuse à argilo-limoneuse .
Lamatièreorganiqueest peuabondante e t moyennement humifère.
L'azote e s t abondant en surface seulement.

Lecomplexeabsorbantest plus richeenmagnésiequ'enchaux,et


pauvre en potasse. La saturation est moyennet, le pH est acide ( 4 , 3 à 4,9).

Les réserves sont faibles, sauf en phosphore, mais la rochecontient


5 pour mille de potasse.

Le rapport SiOz/Alz03 est inférieur à 2.

4") - Solsjaunes à roupes sur grès liasiques L


Ces sols, quel'on rencontre dans le Nord de l'île, sont très
fortement érodés, et la forêt y a depuis longtemps disparu, ne subsistant
que danslesthalwegs s u r descolluvions.L'érosion a séviennappe,
rigoles,ravinsentraînantdessédimentssableuxdanslesdépressions.
La roche elle-même affleure très souvent.

Dans une zone érodée en nappe, au Nord d'antsatrabevoa , sous


Aristida, on observe le profilsuivant (NB 58) :

O à 10cm : Brun-clairlégèrementhumifère;structuregrumeleuse.
10 à 150 cm : Jaune à beige ; sableux; particulaire ; cimenté.
150 cm : Niveaudepseudo-concrétionsferrugineuses.
150 à 350 cm : Rouge-orangé;sablo-argileux,quelquescailloux.
+ 350 cm : Gris à jaune; altération du grès.

Cavactéristiques physiques et chimiques


La granulométrie est sablo-argileuse à argilo-limono-sableuse ,
avec assez peu de sables grossiers.
On observe un certainlessivage d'argile.

Lateneurenmatièreorganique est moyenne danslesdix


centimètressupérieurs,maisbaissenettementau-dessous.

L'azote estégalement abondant ensurface. Le rapport C/N


est bas .
Lecomplexeabsorbantesttrèsdésaturé,avec un pH voisin
de 5.Lesréservessontinexistantes, sauf enphosphore.Lerapport
SiOz/Alz03 est un peu inférieur à 2 .
- 24 -

D) Sols faiblement ferrallitiques rajeunis


Ces sols, sur pentes généralement fortes, sont rajeunis par- érosion.
Le rapport silice/alumine est souvent légèrement supérieurà 2 . La roche-. ,
mère est rarement à uneprofondeur supérieure à 2.- mètres ; on trouve
desminérauxenvoied'altérationdansleprofil. Sil'on fait le rapport
silice/aluminesur la fractionargileuse,cerapport est comprisentre
1,8 et 2.
L'analysethermiquedifférentiellemontre la présence,enfaible
quantité il est vrai, degibbsite . L'évolution ferrallitiqueest'certaine
mais celle-ci se trouve contrariée par les processus d'érosion.

l")- Sols brun sur jaune à rouge sur syénite


Sur la plaine Est du Lokobe , sous forêt ombrophile secondaire,
vers 300 m , on peut observer le profil suivant (NB 48) :
O 3 20 cm : Brun;sableux;particulaire.
20 à 35 cm : Beige;sableux;particulaire.
35 à 65 cm : Orangé;argilo-limoneux; cubique ; légèrementplastique.
65 à 130 cm : Jaune;argileux;plastique.
130 à 220 cm : Roche altérée jaune-rouge , sablo-argileux , tendance
par ticulair. e

Lesgranitesetsyénites duLokobe et de Nosy Komba n'ont


passubi une évolutionlatéritiqueaussiintensequelesschistesqu'ils
traversaient.

ANosy-Komba, sur la plaineNordde l'île, vers Anketsabe,


sous une culture de manioc, onpeut observer le profil NB 39 :
O à 10 cm : Brun clair ; argilo-limoneux ;grumeleuxà cubique , poreux.
10 à 30 cm : Brun-jaune;argilo-limoneux.
100 à 140 cm : Jaune-orangé; limono-argileux ;+friable.
+ 140 cm : Roche altéréejaune,friable.
Cavactévistiques physiques et chimiques
P l u s sableuxensurfacedansleszonesérodées, le solest
généralement argileux à limono-argileux .
Le sable fin augmente en profondeur. L'horizon supérieur est
assezriche en matièreorganique (5 %), assezbienhumifiée.L'azote
est abondant en surface. Le complexe, de moyenne capacité, est faiblement
saturé, assez pauvre en potasse et parfois en chaux. Le pH est inférieur
à 5 . Les réserves sont très faibles en tous éléments .
Le rapport Silice/
alumine est supérieur à 2 .
- 25 -

Ces solssurpentesgénéralementfortessontprobablement
continuellement rajeunis par l'érosion, ce qui expliquerait que l'évolution
ferrallitique ne s'y observe pas. La roche est rarement à une profondeur
supérieure à 2 m .

Verslesommetdel'ilede Nosy-Komba,donc souspente à


peu près nulle, le profil NB 40 présente à 40 cm un rapport SiOz /Al,O,
assez voisinde 2 inférieur à celui des sols sur pente.
)

2") - Solsrouges s u r granite


Ces sols sont uniquement visibles dans la presqu'île du Nord,
au ponton du cirque de Marovato.Les profils sont le plus
souvent bouleversés
parlesprojectionsvolcaniques.

Le profil intactNB 54 a été relevé au sommet du chemin venant


à Marovato, au Sud, sous steppe .
à Hyparrhenia -et Avistida I1 présente :

O à 20 cm : Brun-rouge; humifère ; sablo-argileux; structure nuciforme.


20 à 100 cm : .Rouge ;sablo-argileux; structure nuciforme à polyédrique ,
devenant plus massive.
100 à 200 cm : De même couleur ) plushumide.
+ 200cm : Roche altérée en rose.

SurlesbordsducirquedeMarovato,probablement dû à un
ancienvolcan, on peut observerdesprofils profonds surprojections
volcaniquesdanslesquels setrouventdenombreuxmorceaux d,e granite
arrachés lors del'éruption.

Cavactévistiques physiques et chimiques


Lagranulométrie est sablo-argileuse,avecassezdelimon,
peu de sables grossiers.

L'horizon supérieur, humifère, contient 6 pour 100 de matière


organique,peuhumifiée,etestricheenazote. Lecomplexeabsorbant
a une forte capacité, mais il e s t peu saturé et pauvre en chaux et potasse ,
mais riche en magnésie et un peu en soude. Le pH e s t de 5 . Les réserves
sont faibles, le phosphore un peumoinsdéficient quechaux et potasse.

LerapportSiOz/AlzO,estsupérieur à 2. Larocheest peu


richeen fer mais on observe" une assezforteconcentrationdèsles
)

horizons profonds. I1 y a probablement du lessivage.


- 26 -

3") - Sols brun-jaune


a) Sur cendres anciennes
On rencontrecessolsau Nord et à l'Ouestdessolsanciensplus
latéritiques, vers Ambodimanga la presqu'îledeBefefika, la presqu'île
d'antafianambitry , la région d'Amporaha .
On assiste parfois, comme vers Amporaha, à une érosion assez forte,
le sol intact ne subsistant que s u r quelquesbuttestémoins.

Dans le centre, s u r la routed'ambodimanga à Tanambao, on observe


le profilsuivant (NB 44) :

O à 150cm : Brun;limono-argileux;grumeleux à nuciforme.


150 à 300cm : Brun-jaune (E 64),limono-argileux,tendance massive .
+ 300 cm : Brun-jaune (E 63);limoneux, à concrétionssurmontant
des laves altérées en boules, visibles dans les thalwegs.

VersAmbohibory, s u r lecônefortementdisséquédecendres un peu


plusrécentes,leprofil est légèrementplusrocheuxenprofondeur.Le
profil NB 35 présente :

O à 5cm : Humifère ; brun foncé ; limoneux ; grumeleux à nuciforme.


5 à 65 cm : Brun-jaune (E 64),limoneux;grumeleux à particulaire .
65 à 220cm : Brun-jaune;limono-argileux;mêmestructure.
220 à 400cm : Brun-rouge ; roche altérée sablo-limoneuse; friable.

Danscettezone, les phasesplus ou moinsérodéesdecesolsont


mêlées avec des résidus conservés sous forêt clairsemée.

Caractéristiquesphysiquesetchimiques
Lagranulométrieestgénéralementargileuse (65%) avec un peu de
' limonetsablefin.
La matière organique est plus ou moins abondante en surface, et maigre
.
en profondeur. Elle est moyennement humifiée L'azote e s t plutôt déficient,
et le C/N assez faible.
Le complexe absorbant, de forte capacité en général, qui diminue avec
le vieillissement, est assez peu saturé. Le pH est compris entre 5 et 6.
I1 est plus riche en magnésie qu'enchaux et pauvre en potasse.

Les réserves sont bonnes en phosphore, faibles en chaux et très faibles


en potasse.

Le rapport silice/alumine est voisin de 2.


- 27 -

b) Sur scories .anciennes


Les scories s'altérant moins vite que les cendres ou lapillis en raison
deleurgrandeperméabilité)c'estsurdesscoriesassezanciennes) en
bordure Est dumassif occidental, que l'on rencontre des sols assez évolués .
Nous en prendrons un exemple, près de Mahabo Manongarivo) dans le
centredel'ile,sous un boisdemanguiers.C'estleprofil NB34 :

O à 20 cm : Brun;limoneux;grumeleux.
20 à 65 cm : Brun-jaune foncé (F63) ; limoneux; grumeleux àparticulaire.
65 à 125 cm : Brun-jaune;argileux;légèrementplastique.
125 à 200 cm : Légèrementplusrouge,mêmestructure les débrisde
roche commencent à apparaître.

Notons que pasplus que surlessolslithochromes, on nerencontre


dezoned'altérationfranche. On observeparfois de petitesconcrétions
dansleshorizonsintermédiaires.

Caractéyistiquesphysiques et chimiques
La granulométrie est argileuse à argilo-limoneuse .
La matière organique est bien répartie dans le profil et moyennement
humifiée.
L'azote e s t abondant e t l e C/N plutôt bas.

Lecomplexeabsorbant est peu s a t u r é ) pauvre en potasse mais riche


en magnésie. Le pH estde 5. Les réserves sontfaibles , surtout en potasse.
Lephosphore e s t moyen.Lerapport SiO,/Alz O3 dépasse 2.
Notons que danslessols les plusévolués l'argileprédomineetla
chaux manque.

E) Sols à profil complexe


a) recouverts de scories récentes
sols assez évolués.
Les scories du massif occidental ont recouvertdes

Nous donnerons un profil de sol s u r cendres fossifilisé au Nord


.
d'Ankorera le long de la rivière Djabala C'est le profil'NB 9 qui présente :
)

O à 30 cm : Brun foncé (S 62) ; limoneux;grumeleux


à particulaire .
Sol 30 à 100 cm : Jaune tacheté de beige) limono-argileux,
recouvrant mêlé
de
nombreux cailloux
scoriacés
altérés.
- 28 -

100 à 250 cm : Jaune du sol s u r cendres, argilo-limoneux,


tendance massive..
Sol
250 à 300* - cm : C-Ouche argileuse rouge.
fossile
300 à 600 cm : Zone d'altérationgrisedescendres.

Caractéristiquesphysiques et chimiques
Le sol enterré est moins argileux que le sol qui le recouvre. I1
est également plus riche en éléments fertilisants. Bien que plus ancien,
il présente un rapport SiOz/A1203 légèrement supérieur.

b) recouverts de tuf
De nombreuses coupesmontrant la superposition du tuf surle
sol rouge évolué sont visibles le long des routes et chemins d'exploitation,
sur toutlepourtour du massifoccidental,versDjabala,Dzamandzar ,
.
Lambert, Beomby On en observe également au col menant à 1'Ambaribongo.
L'épaisseur du tuf recouvrant varie de 1 à 4 m è t r e s .
Nous en prendrons un exemple au Sud d'oranges, aubordde la
routeconduisantaulacAmparihibe.C'estleprofil NB 17 :
O à 20 cm : Brunolive (F 72),humifère, limono-
sableux,grumeleux.
Tuf
20 à 80 cm : Brun-jaune (F 63)-; tuf assezaltéré.
80 à 130 cm : Brun-jaune c l a i r ; tuf t r è s peu altéré.
130 à 160cm : Brun-gris;argileux.
Sol
fossile 160 à 220 cm : Brun-jaune
àbrun-rouge,sablo-limoneux,
recouvrant des cailloux basaltiques.

Caractéristiques physiques et chimiques


Le sol recouvrant est de texture nettement plus grossière (sablo-
argilo-limoneux) que le sol sous-jacent (argileux).

Le sol fossile est nettement plus évalué e t plus lessivé, appauvri


en potasse.
Le rapport SiOz/Al2O3 est légèrement inférieur à 2danslesol
fossile (faiblement ferrallitique).
- 29 -

II - SOLS A MULL

- Sols brunseutrophestropicaux
a) Sols brun sur rouge sur cendres récentes
Ces sols se rencontrent principalement dans la zone occidentale,
généralement auNordde cette zone, vers .
Kalampobe et Antsoa L'altérabilité
plusgrandede la rocheet une relativeimperméabilitéontpermis une
évolution assez rapide.
Nous décrirons un profilrelevéprèsd'Antsoa,près d'unezone
d'extensionde la canne à sucre. C'est le profil NB22 :
O à 30 cm : Brun-jaune ; limoneux ; grumeleux.
30 à 150 cm : Brun-jaune (F63);argilo-1imoneux;structure
grossièrement
cubique ; dur .
150 à 250 cm : Rouge (F 46), tacheté; argileux; même structure.
250 à 350 cm : Brun (E 72) tacheté de gris et noir; altérationdes cendres.
Au Sud de Kalampo , sur la route de Beomby , le sol passe plus
rapidement au brun-rouge .
Cavactévistiques physiques et chimiques
Lagranulométrie est argilo-limoneuse , sans sables grossiers.
La capacité de rétention est moyenne. . ,

La matière organique, peu abondante, est bien répartie. L'azote


est déficient et le C/N bas. Lecomplexeabsorbant,defortecapacité ,
e s t bien saturé. Lephosphoreassimilableestbon. Le pH est supérieur
à 7 en surface.
Lesréservessont bonnes en tous éléments. Le rapportsilice/
alumine est légèrement supérieur à 2.

b) Sols bruns sur laves basaltiques anciennes


la zone orientale
A la périphérie des sols ferrallitiques rajeunis de
on rencontre parfois des sols moins évolués s u r laves, dont la morphologie
est différente des sols sur épanchements plus récents du massif occidental.
Le sol est assez uniformément brun.

On peut observer à l'Ouest d'Hell-Ville , une région assez plane,


voisine du cratgre-lac d'Ampombilavabe :
la couléetabulaireprend un aspect de terrasse.
- 30 -

Leprofil NB 7 , relevé sous canne à sucre, présente :

O à 30 cm : Beige clair;limono-argileux;grumeleux à particulaire .


30 à 50 cm : Brun ; limono-argileux ; grumeleux à lamellaire.
50 à 80 cm : Brun-gris ; argilo-limoneux;humide.
80 à 120 cm : Brun-gris foncé ; même texture reposant sur des cailloux
basaltiques plus ou moins altérés.
Près de Saoulang, le profil est encore moins épais (50 cm), de
mêmetexture,également s u r un relief très plat.

Caractéristiquesphysiquesetchimiques
Lagranulométrieestargilo-limoneuse à sablefin,lesable
grossier étant absent.

Lamatièreorganiqueest bien répartiedansleprofilet bien


humifiée. L'azote est abondant, du moins dans l'état actuel de la culture
decannes.
Lacapacitéd'échangeducomplexeestgrande, e t la saturation
est forte. Le pH est néanmoins assezbas.Lapotasseestfaible.Les
réserves sont moyennes à fortes. Le rapport SiOz/Alz03 est supérieurà
2 , plusélevédans la régionde Saoulangque vers Ambonara.

- Solsbruns s u r terrasses volcaniquesanciennes

Desalluvionsvolcaniques un peumoinsépaisses se rencontrent


fréquemment'dansdenombreuxthalwegs.Parfoisledrainagedifficile a
provoquél'hydromorphiede ces alluvions (voir sols hydromorphes) .
Là encore, la surface et la forme générale justifient l'appellation
de t e r r a s s e .

Nous enprendrons un exemple p r è s del'usinedeDzamandzar,


auSud, sous une culturedecanne à sucre (profil NB 31).

O à 5 cm : Brunfoncé,sec;grumeleux à nuciforme.
5 à 50 cm : Brunfoncé (H 61);humide;argileux;plastique.
50 à 100 cm : Brun gris (F 61) ; argilo-limoneux.
+ 100 cm : Brunolive;argileux,collant.

La nappe affleure ici à 80 c m .

Près de Navatsiamporiana, la t e r r a s s e volcanique est plus épaisse


à solbrun,argileux,mieuxdrainé.
- 31 -

Cuvuctéyistiquesphysiques et chimiques
Lagranulométrieestsablo-argilo-limoneuse,avectrès peude
sablesgrossiers.Lacapacitéderétention pourl'eau estassezforte.

La matière organique est assez abondante e t bien répartie.

Le complexe absorbant est bien saturé le pH est supérieur à 6 .

Les réserves sont bonnes, la potasse atteint 1,5 %O .


Très forte teneur en éléments échangeables (10 me % de chaux,
25 me % demagnésie, 0,4 me % depotasse. Très granderichesseen
phosphore.

c) Solsbrun B brun-jaune

- Sur scories récentes


Cessolssontplusjeunesetmoins profondsque les précédents
et s'apparentent aux lithosols.

Leprofilestgénéralementmêlédecaillouxdebasalte bulbeux
scoriacé.Enfin,lesprojectionsdece typerecouvrentsouventdessols
plus anciens qui sont ainsi plus ou moins fossilisés (voir sols fossiles).

Le sol meuble dépasse rarement 30 c m .

Sur les basanites du Mont Diégo le profil (BN 10) e s t le suivant :


' ,
O à 12 cm : Noirâtre ; limono-sableux;grumeleux.
12 à 30 cm : Brun olive ; limoneux; grumeleux à particulaire.
+ 30 cm : Cailloux scoriacés.

Sur le Mont Passot, le profil n'a que 15 cm, avecune concentration


humifère.

Cavactéyistiquesphysiques e t chimiques
La granulométrie est variable mais on trouve toujours des sables
grossiers (15 à 25 %) .
Lacapacitéderétention pourl'eauestassezforte.L'horizon
supérieur parfois seul, est toujours humifère et l'azote est généralement
abondant.
Lecomplexeabsorbantestgénéralementbiensaturé,avec pH
supérieurà 6 . Quoique moyennement abondante, la potasse est déséquilibrée
par rapport à la chaux et la magnésie.
- 32 -

Le phosphore assimilable est très bon et les réserves également


fortes. Malgré cette relative richesse, ces sols ne sont gu&re utilisables,
sauf dansdeszones à pentesfaiblesplus ou moinscolluvionnées.Les
cultures non gênées par les cailloux peuvent y être installees (café, ylang) .

' - Solsbruns à brun-jaune s u r tuf

Letuf,couléeboueuseforméedelapillis et cendres,éléments
assez fins consolidés en cimentés, occupe une assez grande surface autour
du massif occidental, (en particulier vers l'Ouest).

Seules les bassespentes, où leruissellementestmoinsrapide


etlesnappesfréquentes, ontsubi un commencementd'évolution.Plus
haut, on a plutôt affaire à des lithosols.

Comme le materiau précédent, le tuf a t r è s souvent fossilisé un


sol évolué , rouge.
L'altération est généralement assez faible etl'évolution peu nette.
I1 est possible que la culture accentue un peul'évolution.Cessolssont
très riches.

Nous prendrons un exemple auSud-Est de Lambert sous Eucalyptus,


c'est le profil NB 20 :

O à 5 cm : Brungris ; limoneux;grumeleux.
5 à 40 cm : Brun foncé ; argilo-limoneux;grumeleux.
I

40 à 80 cm : Bruntachetéderouge;montrantlesstratifications.
80 à 180 cm : Couche de tuf t r è s peu altéré, gris-beige.

A Antsatrakola,dans un champ decannescultivédepuis une


centained'années, on observeleprofil NB 11 :

O à 30 cm : Brun noir (S61) ;limono-argileux, grumeleux àparticulaire.


30 à 50 cm : Brunjaune;sablo-limoneux,particulaire.
50 à 80 cm : Brun-jaune;particulaire.
80 à 120cm : P l u s sableux à graviers.
120 à 150cm : Brun-jaune,soufflé, très sableux.

Cavactévistiquesphysiques et chimiques
La granulométrie est sablo-limoneuse , avec un peu plus d'argile
dansleshorizonssupérieurs.
On a plus ou moins de sable grossier suivantl'origine des coulées.
La capacité de rétention pour l'eau est assez forte.
- 33 -

L'horizonhumifère est moyennement pourvu en matière organique,


maislesolsousculturemontre une nettemigrationenprofondeur (2 %
à 80 cm de profondeur). L'azote est généralement abondant. Le C/N e s t
un peu fort.

Le complexe absorbant possède une tres forte capacité d'échange


et est bien saturé. Lamagnésie est abondante,maisdiminuenettement
sous culture. La potasse est moyenne. Le phosphore assimilable est fort
et le pH est voisin de7, l'imperméabilité du matériau empêchant le lessivage
et l'acidification .
Lesréservessontfortes,surtouten chaux etphosphore.La
potasse est également abondante. Les rapports SiOz/AlzOT obtenus sur ce
type de sol sont toujours supérieurs à 2 (2,2 à 2,5).

e)Solsbrun-jaune

- Sur lapillis
Moinsévoluésque les sols sur cendres, mais plus que les sols
s u r scories, ces sols sontfréquents au bas descônesdescories ou au
voisinage.

A 500 mètresau Sud d'Antsidihy , on peut observerleprofil


suivant (NB 29) sousbroussailles :

O à 10 cm : Brunfoncé;limoneux;grumeleux.
10 à 50 cm : Brunjaune;sableux,particulaire.
50 à 110 cm : Couche de projections grises peu altérées.

Caractéristiques physiques et clzim'iques


Ce sol est très argileuxensurface,trèssableux (50 % sables
grossiers) en profondeur.

La matière organique est bien répartie, peu humifère.

L'azote est abondanten surface. Le C/N est bon. Lephosphore


assimilable est élevé.

- Sur terrasses anciennes


Les rivières de Nosy-Bé, bien que de cours relativement de faible
longueur , ont accumulé parfois de belles alluvions
, en particulier1'Andranobe
et la rivièredeFascene. On trouve à la basedesgaletsdebasalte.
- 34 -

Desruisseauxpluspetitsontégalementformédessortes de
terrasses mais on trouve rarement de galets. Ainsi près de Dzamandzar
et dans le Nord de l'île vers Antsatrabevoa.

La rivière de Fasc&ne, au Nord-Est du terrain d'aviation montre


une belle coupe(NB) (1) .
O à 20 cm : Brunfoncé;limoneux;grumeleux à cubique;poreux.
20 à 40 cm : Brun-jaune ; légèrement humide ; limoneux ; grumeleux à
nuciforme.
40 à 90 cm : Brun-jaune ; limoneux.
90 à 160 cm : Brun-jaunefoncé;limono-argileux;tendancemassive; à
petites taches noires.

Les galets sont à 2 m - 2 m , 50.

Le long de l'Andranobe, le sol est mêlé de concrétions calcaires


les blocs et galets apparaissent à 2 mdeprofondeur.

Caracte'ristiquesphysiques et chimiques
La granulométrie est argilo-limoneuse à sable fin.

Lamatièreorganique est t r è s abondante.L'azote est fort le


C/N bon, le complexe absorbant est bien saturé, avec pH supérieur à 6 .
Le phosphore assimilable est assez bon. Les réserves sont bonnes; seule
la potasse est un peudéficiente(moinsde 1 %O contre3 %O pourchaux
et phosphore).

Ces alluvions sont assez cultivées en cannes ou, éventuellement,


en ylang-ylang ou cagé.

Lesalluvionsde I'Andranobe sont un peu plus riches que celles


de Fascgne .
- 35 -

111 - SOLS HYDROMORPHES

Lesprojectionsvolcaniquesonteudesinfluencesdiverses sur la
topographie. Nous enretiendrons 2 importantes, à partl'érectionde
reliefs variés :

1) le barrage à l'écoulement de certains thalwegs;


2) le combkement de certaines dépressions, causées directement ou
indirectementpar les éruptions (créationde cratères ou barrages).

L'érosion, très active en général sur les matériaux volcaniques, a


accentuélecomblement de certainesdépressionsetpermisledrainage
des autres.

Néanmoins, le drainage est souvent assez mauvais pour que la nappe


phréatique soit suffisamment haute, et par ses variations dues au climat,
conduise à une hydromorphie.

Les sols tourbe- sont actuellement rares, quoique certains profils


en conservent la trace.

11 s'agit le plus souvent d'une hydromorphie de profondeur, pouvant


conduire à dessols à gley. On peutobserverégalementdessolsgris.

Enfin des alluvions basaltiques recouvrant la mangrove sont visibles


en certains points de la côte Ouest de l'ne.
Certainscratèresdevolcans ontétécomblésparlesalluvions
volcaniques.Lorsquelecomblement a étécomplet,les eaux sesont
frayées un cheminhors du cratèreet le drainage se fait à peu p r e s
normalement,C'estlecasde la cuvettede 1'Ambaribongo.
D'autres fois, le ruisseau drainant n'est pas suffisamment important
et le sol estlégèrementhydromorphe;c'estalors le casde la cuvette
de Marovato, où alluvionsvolcaniques et granitiquessontmêlées.

Silecratèreest très petit,les eaux ne sontgénéralementpas


assezvolumineusespourcréer une brècheet la naturescoriacée de la
rocheaidant,l'eaus'infiltreenprofondeur. Nous enavons un exemple
avecleSadjoabe,dontlesol est fortement soumis à l'hydromorphie.
D'autres cratères ne sont qu'au début du comblement de leurs lacs,
comme 1'Andjavibe , 1'Amparihibe et l e s alluvionssontsousl'influence
d'une nappe assez haute.
- 36 -

Le cas desdépressions créées parun barrage est illustré par la vaste


cuvette marécageuse située au sud-ouest du Mont Voririky dans le Centre
)

del'ile.Lebarrages'estconstruitpar une couléed'ankaratrites et le


drainage est très mauvais,

a) Sols à engorgement deprofondeur


Sadjoabe , NB 8 :
Nous citerons un premier profil dans lacuvette de

O à 30 cm : Brun-rougefoncé (S 22) ; limono-argileux; collant.


30 à 60 cm : Brun-jaune (K 63); argileux.
60 à 70 cm : Brun tacheté de rouge et noir; très argileux.

Cavacte'ristiques physiques et chimiques


Lagranulométrieestargilo-limoneuse à sablefin.Lacapacité
de rétention pour l'eau atteint 40 %.
La teneur en matière organique est assez forte et elle est maigre
enprofondeur.L'humificationestmoyenne.
La teneur en azote est forte en surface. Le C/N est faible. Le
complexepossède une capacitéd'échange forte) il est riche enchaux e t
magnésie) mais plutôtpauvreen potasse. La saturation est moyenne e t
le pH ne dépasse pas 5.
Lesréservessontmoyennes)plusfortesenphosphore.
Dans la cuvette de 1'Andjavibe une sortededeltas'estformé
dont la frangeextérieureest occupée pardesraphias,tandis que v e r s
l'intérieur des cultures sont installées .
(ylang)
Le profil NB 14 présente:

O à 35 cm : G r i s foncé (S 61) ; argileux;plastique.


35 à 60 cm : Jaune foncé tacheté de noir ; argileux ; structure grumeleuse
peu stable; plastique.
60 à 100 cm : Gris-jaune;argileux,plastique.
100 à 150cm : Brun-jaune;sablo-limoneux;grumeleux à nuciforme.

Caracte'ristiques physiques et chimiques


La granulométrie est argilo-sableuse fine ) avec 20 % de limon.

Lamati6re organique' est moyennement abondantemoyennement


humifiée,saufdansl'horizonde 35 à 60.

Le complexe absorbant est plus riche que celui du sol précédent )

la potasse étant toujours la moins abondante. Le pH est assez élevé (6 à 7).


- 37 -

b) Sols à engorgementpermanentdeprofondeur(sols à gley)


A Marovato, on peut observer un profil de sol à gley (NB 53) :
O à 25 cm : Gris-rouge ;argilo-limoneux ;grumeleux àcubique ; tendance
lamellaire .
25 à 45 cm : Gris-jaune;argileux;plastique.
45 à 120 cm : Jaune et gris; gley ; limono-argileux,plastique.

Caracte'vistiques physiques et cltirniques


La granulométrie est plus fine en surface qu'en profondeur où les
sables atteignent 48 %.
La surface est assez humifère, et l'azote y es: abondant,
Lecomplexe estassezpauvrement pourvuenchaux et potasse
et le pH est acide. Les réserves sont faibles en tous éléments , attestant
le mélanged'apportspluspauvresaveclesdébrisvolcaniques.
Nous retrouvonsdansce sol les caractères observes s u r le sol
rouge s u r granitevoisin.
Enfin la dépression alluviale du Voririky présente également un
sol à gleypeuprofond, très argileux. C'est le profil NB 51 :

O à 3 cm : Noir,trèsorganique.
3 à 30 cm : Gris foncé ; argileux; plastique.
3 0 B 80cm : Gris-jaune bariolé; plastique, c'est l'horizon de gley .
i 80 cm : Jauneetblanc,cimenté.

La nappe phréatique est proche de la surface (20 à 3 0 cm).

Cavactéyistiquesphysiques et chimiques
La granulométrie est nettement argileuse (70 %).

La matiere organique est abondante.Elle e s t très peuhumifiée


et l'azote est abondant.Le C/N est plutôt faible.

Le complexe absorbant est riche en chaux et magnésie, mais très


pauvre en potasse. Le pH est voisinde 7 .
Les réserves sont fortes en chaux , moyennes en phosphore et très
faibles en potasse.

Non utilisé à l'heure actuelle , ce sol pourrait , après drainage,


convenir à la riziculture , desapportspotassiquesétantparailleurs
absolument nécessaires.
- 38 -

Sols hydromorphes à engorgementd'ensembletemporaire (Sols


sableux tachetes)
Nous avons vu que la plupart des sols hydromorphes de l'île sont
sur matériau volcanique.

I1 existequelques dépressions à solsableux,issuesdesgrès


dans la régiondeBefotaka ou des cordonssableux de certaines plages.

A un kilomètreau Sud deBefotaka, sur un pédimentforméde


colluvions des grès voisins on peut observer le profil suivant (NB 52) :

O à 5 cm : Beige ; sableux ; structuregrumeleusesecondairement


particulaire.
5 à 25 cm : Brun-jaune;sablo-argileux.
25 à 70 cm : Gris-jaune;sablo-argileux.
70 à 100 cm : Gris clair;sablo-argileux.
+ 100 cm : Gris ; sableux.

Cavactéristiquesphysiques et chimiques
La granulométrie est sableuse fine et argileuse (50 % de sables
finset 30 % d'argile en moyenne).Lacapacitéderétentionpourl'eau
estfaible.Lamatièreorganiqueatteintseulement 1 , 5 %. L'azoteest
faible en surface, très faible au-dessous. Le complexe absorbant est assez
pauvre; le pH est acide. Les réserves sont très faibles.
- 39 -

IV - SOLS PEU EVOLUÉS

1 - Sols d'apport
a) Suralluvions et colluvionsbasaltiques
De petitscomblementsalluviauxsontvisiblesdansdenombreuses
dépressions. Le drainage y est suffisant pour que l'évolution hydromorphe
ne puisse s'y manifester. En outre, des colluvions assez riches occupant
denombreux bras de pentes , issusdematériauxdetexturediverses.

C'est, par exemple, le cas de comblementdu cratère de 1'Ambaribongo ,


cultivé en canne. Un profil vers le centre de la cuvette (NB 24) présente :

O à 15 cm : Brun noir (J 61) , s e c ; limoneux; grumeleux à particulaire.


15 à 45cm : Brunolive (F 72) ; humide ; argilo-limoneux;grumeleux;
plastiqueenprofondeur.
45 à 65 cm : Brun-noir'tachetédeblanc ; argilo-limoneux.
65 à 100 cm : Brun jaune ; limono-argileux.

Cavacte'vistiques physiques et chimiques


La granulométrie est argilo-limoneuse à sable fin.
Lamatièreorganiqueest peuabondante mais bien répartie et bien
.
humifiée L'azoteestassez abondant e tl e C/N e s t bon.Lecomplexe
absorbant est doué d'une fortecapacité e t sa saturation est forte. I1 e s t
cependant assez faiblement pourvu en potasse. Le pH varie de 6 , 3 à 6 , 8 .
Les réserves sont fortes, particulièrement en chaux e t phosphorece
dernierétanttrèsassimilable.Les colluvionsde la zone orientalesont
moinsriches que cellesde la zoneoccidentale etaccusentdesbesoins
en potasse, ainsi que certaines alluvions de la frange côtière occidentale.

b) Sur sables littoraux coralliens ou coquilliers


Cessolssontfréquents s u r les côtesdel'île. Ils supportentsouvent
de belles cocoteraies, commela presqu'île d'Andilana ou près d'Analaketraka,
à l'Est de l'île.

Enplusieursendroitslecorail,recouvertdesable , setrouve très


durcivers 1 mètredeprofondeur.Maisau-delà il a été probablement
altéré, enrichissant en calcaire le sol sableuxsus-jacent.
- 40 -

Près d'analaketraka, un profil sous cocotiers montre l'aspect suivant


(NB 45) :

O à 30 cm : Brunfoncé, sec ;humifère; sableux; structure particulaire,


tri% friable.
30 à 80 cm : Brun-jaune ; légèrement humide ; sableux;particulaire.
80 à 110 cm : Jaune;sableux;mêlédedébriscoralliens.
+ 110 cm : Corauxdursblancs à gris.

Cavactdvistiques physiques e t chimiques


Lagranulométrie de ces sols est assez
homogène, naturellement sableuse,
avec 50 % de sable grossier et 20 à 30 % de sable fin. Le limon est peu
abondant, sauf parfoisdansleshorizonsdesurface.

.
La matière organique est assez abondante et bien humifiée Le complexe
absorbantesttrèsricheencalcium, très pauvreenpotassium,le pH
est alcalin. Les réserves sont fortes en calcium, faibles en potassium,
moyennesenphosphore.

Malgré la proximitéde la mer,etdesrecouvrementspossibles aux


grandesmarées, la teneurdessolsenselssolublesestinférieure à
1 pourcent.

2 - Sols d'érosion - Rankers


Des sols à tendance squelettique sont fréquents s u r différentes
roches-mères; ils sontdus à une végétationinsuffisante, un relief trop
accentué et à la structurede la rochemère,voiresonimperméabilité
ou sa facilité B donner des amas détritiques érodibles.

a) Sols roses squelettiques sur schiste du lias


Lesgrèssontparticulièrementaffectésparl'érosion,dans la partie
centre Nord de l'île. Partout la forêt a disparu et ils ne sont plus couverts
qued'une maigre prairie à Aristada. Desconcrétionscolluvionnéessont
très fréquentes en surface. Les .schistes paraissent moins attaqués mais
s'ils tiennentmieux en zone plane, ils se désagrègent facilement s u r les
penteset colluvionnenten tas. Larocheschisteusepureestrarement
atteinte, alors que legrèsapparaitquelquefois.

b) Solsblancssquelettiques sur rhyolite


Ces sols occupent la majeure partie de l'ile de Sakatia. Le sol complet
rouge est conservé sur quelques buttes témoins. Mais ailleurs il e s t tronqué ;
- 41 -

la partiesupérieuredusol)renduetrèsfriablepar la dessication,se
retrouvant dans les thalwegs et bas de pentes. Le paysage présente alors
un aspect désolé , la zone d'altération du sol, blanchâtre, apparaissant un
peu partout.

On ne rencontre que de maigres cultures sur les colluvions. Les zones


encore forestées doivent être protégees .
3 - Sols squelettiques sur basaltes scoriacés
Laplupartdescônesdescoriesplus QU moinsrécentssont
recouverts de tels sols , abondamment pierreux, avec une maigre végétation
arbustive. I1 en est ainsi dans le Nord-Ouest de l'île , vers Andilana, dans
certainespartiesdumassifoccidental,auSud-Estprèsd'Ambatoloaka.
Quelques cultures de café et de poivriers sont parfois installées sur les
pentes les plus faibles.

Sur les pentes Ouest du massif occidental, c'est le tuf très peu
altéré qui donne cet aspect squelettique au s o l , avec un tapis de graminées
très peu dense. Le mélange fréquent avec les scoriescondamne l'utilisation
de ces sols. Leur situation en altitude empêche par ailleurs leur irrigation,
que nécessiterait la culture de la canne, sauf peut-être en cas d'irrigation
par aspersion.
- 42 -

CONCLUSION

Nous avons voulu, dans cette étude des divers types de sols présents
sur l'île de' Nosy-Bé, tenter de lier l'évolutionpédologique de matériaux
volcaniques variés avec leur âge et les tendances climatiques de la région.
La texture des matériauxd'originevolcaniquejoue un grand rôle s u r la
rapidité d'évolution .

Lescendrestassées sous formede tuf sontlesplusrésistantes.


Par contre,l'érosion y estmoinsactive.Lorsque l'évolution esttrès
poussée, il e s t néanmoins paspossibledereconnaître la roche-mère .
C'estcequisepassedans la zoneorientaledel'île,mise à partles
ankaratrites.

Malgré la variétédes sols prospectés, il n'a pas étépossible,


ainsi queRiquieravait pu lefairedansl'étude des sols del'îlede la
Reunion, de déterminer une zonalitéverticale,nimême une zonalité
climatique nette, bien que l'on puisse observer une plus ou moins grande
ferrallitisation des sols de la moitié orientale.

Celatientaussiauxdimensionsrestreintes de l'île. L'agriculture


2 Nosy-Bé tient beaucoup compte de la jeunesse des sols et de la texture y
les sols de texturefine,de topographie assezplane y étantréservés à
la canne de sucre, les sols pierreux aux cultures arbustives y plantes à
parfums, café, poivre.

Beaucoup d'alluvions ont été mises à profit y surtout là où elles sont


bien drainées. I1 existe encore une zone susceptible d'aménagement, dans
le
voisinage de Mahabo-Manongarivo, où des opérationslimitées de
drainage devraient permettre de récupérer unezone assez vaste de sols
marécageux,susceptibleensuite de porterdesculturesderiz.Cela
dépendra des nécessités de colonisation de sols vierges.
- 43 -

BIBLIOGRAPHIE

(1) AUBERT (G. ) - Classification des sols - Cahiers ORSTOM Pédologie


-
1963 - no 3 pp. 1-7-

-
(2) BATTISTINI (R. ) Etudemorphologique deNosy-Bé, Mém. IRSM >
s é r i e F tome III, 1959, pp. 121-326.

(3) BESAIRIE (H. ) - Carte géologique au 1/200.000" deNosy-Bé.Notice


service géologique de Madagascar, 1933 .
(4) LACROM (A. ) - Minéralogie de Madagascar,1922 Editeur : CHAILAMEL
1 7 , Rue Jacob PARIS.

(5) LEMOINE (P. ) - Etude de la Géologie duNord de Madagascar publication


service géologique de Tananarive, 1906.

(6)PERRIER DELA BATHIE (H. ) - La végétation Malgache. Annales du


Musée Colonial de Marseille, 1921 .
(7) RIQUIER (J. ) -
- Les sols de 1'Ile de la Réunion Notices s u r les cartes
pédologiques de reconnaissance. Publication IRSM, 1960.

(8) DESAINT-OURS (J. ) - Thèse sur la géologie du Nord de Madagascar


- Publication du service géologique de Madagascar. 1960.

(9) SEGALEN (P. ) - Les solssur roches volcaniques basiques àMadagascar


-
.
Mémoires IRSM, 1957 Série D - Tome VIII, pp. 1-181.
- 44 -

RÉSULTATS ANALYTIQUES

Pour lesprocessusd'analyses,sereporterau"Formulairedes
techniquesanalytiquesemployées aux laboratoiresdePédologieet de
Microbiologie d e 1'IRSM'' , Tananarive, Janvier 1959 .
Les fiches analytiques qui suivent sont données à titre indicatif des
types de sols définis dans cette étude. Les données s'intègrent généralement
dans les limites fixées pour chaque type de sols dansl'exposé des caracté-
ristiquesphysiquesetchimiques.Lesautresfichesanalytiques peuvent
être consultées au laboratoire.

Clé desprélèvementsanalvsés

Type de No prélèvement
1 NB 5
2 4
3 23
4 56
5 49
6 6
7 21
8 46
9 5a
10 4a
11 54
12 35-44
13 34
14 9
15 17
16 22
17 7
- 45 -

Type de sol No prélèvement


18 31
19 10
20 20
21 29
22 1
23 14
24 53-51
25 52
26 52
27 24
28 45
Région : NOSY-BE
Profil : NB 5 Type de sol : ferrallitique Roche-mère : schistes
Pente : faible Relief : plat Drainage : bon
Végétation : Savane

Numéro Profondeur Porosité Argile


Structure
Sable fin Sable gros. Humidité
Limon
échantillon % % % ',% équival. 76

O - 100 51 54,7 16,4 13,3 499 35,l


52 100 - 200 60, 1 13,5 22,9 36,6 391
53 200 - 250 27," 14,5 2 54,7
,5 36

Matière Elements
échangeables I
Numéro
échantillon

I
organique
totale
%O
H-us
%O
lI Acides
humiques

%O
Carbone

%O
Azote

%O
Milliéquivalents
pour 100 grammes

51 4,85 O, 37 14,4 1,50 O, 04 O, 05 O, 55


52 595 O, 28 991 O, 5 O, 07 O, 02 0,25
53 197 O, 19 29,4 O. 5 O. 32 O. 02 0.42

Capacité Somme des Degré de Phosphore Réserves


Numéro assimilable
d'échange bases saturation PH
échantillon Ca O
Milliéquival. pour 100 g r % p 2 0 5
I

51 9,15 23,4 2,15 5,6 O, 05 O, 40 O, 12 3,55


52 7 O, 85 12,l 593 O, O10 O, 40 O, 12 3,50
53 1,25 16,4 796 5,3 O, O10 O, 20 O, 12 3,lO
Région : NOSY-BE
,Profil :NB4 ~ de
Type sol : ferrallitique Roche-mère : granite
Végétation : forêt humide
Relief : plat Erosion : nappe modérée
Drainage : bon

Numéro
Bchantillon Profondeur
Structure
Porosité
Argile 1 Liion
équival. %

41 2- 20 cm 43,l 20,6 16,3


42 20- 60 65, O 20,6 9,6
43 60-130 14,9 25,7 55,9 38,4
44 130-180 19,3 25,6 52,4

Matière Elementséchangeables
Numéro Acides
organique Humus Carbone Azote
échantillon humiques Ca O Mg O K, O Naz O
totale C/N
Milliéquivalents
%O %O %O. %O

'm
%O
pour 100 grammes

41 392 1 9 1 8,4 O, 97 8,65


42 14,5 2,25
125 O, 4 123 O, 26 5 0,45 2, O 0,27
0,48
43 O, 5 O, 5 O, 3 O, 3 O, 17 1,lO O, 27
0,42

Numéro
Degré de I Phosphore I Réserves
saturation
échantillon
Milliéquival. pour 100 g r %
40, 1
21,6
20,5
498
478
5,6 1 O, 075
O, 025
0,015 I O, 36
O, 30
0,30 1 O, 40
O, 70
0,25 I O, 25
O, 35
0,35
Région : NOSY-BE
Profil : NB 23 Relief : colline
Roche-mère, : rhyolite
: faible
Pente Drainage : bon Erosion : nappe modérée
Végétation : Savane y steppe

Numéro Argile Limon Sable fin Sable gros. Humidité


Profondeur Structure Porosité
échantillon % % % % équival. %

231 0- 20 cm grumeleux 37,5 21,8 26,9 11, O 21


232 40- 90 - 62,8 21,6 9,8 5YO 27
233 100-300 - 54,7 13,7 29,3 1Y6 32
2 34 300-500 - 34,4 34,4 30,5 4Y2 -
Matière Eléments échangeables
Acides
Humus Carbone Azote
humiques Ca0 M g 0 K 2 0 Na2 O

I I
%O %O I %O %O
C/N
Milliéquivalents
pour 100 grammes

31,l 231 1Y5 11 1,6 0,O 0,2 0,2


2Y2 2 32 OY4 3 1,o 0,o 0,o 1,l
233 OY5 OY2 O, '7 O, O O, O 4,1
234 - - - - - - -
- -
Numéro
échantillon d'échange I
Capacité Somme des
bases
Milliéquival. pour 100 gr
Degré de
saturation
%
PH
Phosphore
assimilable
Ca O
Réserves

K2 0 p2 05

231 13,4 2YO 15 30 OY8 OY9 1Y1


2 32 41 2Y1 26 50 OY2 OY3 OY7
233 9Y8 4Y9 49 30 OY2 OY3 OY7
234 - - - - OY4 OY1 O, 3
Région : NOSY-BE
Profil : NB
56 Type de sol : ferrallitique brun-jaune Roche-mère :basalte indifférencié

:
Pente : faible Relief : collines Erosion :nappe
Végétation : Avocat marron Drainage : bon

échantillon

561
7
Numéro Profondeur

I
Structure

O - 5 cm polyédrique
Porosité

bonne
Argile
%
49,l 25,2 20,3 194
équival. %

34,5
Humidité

562 15 - 40 11 11
53,2 20,6 21, O 292 35, O
563 100 tendance assez 61, O 27,3 9,7 O, 7 35,8
prismatique bonne
à massif
564 300 21,5 62,8 6 293 I 36,4 I

Matière Elementséchangeables rp
Acides
1I
W
Numéro Carbone Azote
organique humiques C a 0M g 0 K, O Na, O I
échantillon
totale
%O
..
%O 1 %O
-1.
%O
C/N

I .
Milliêquivalents
pour 100 grammes
561 43 2
562 ’ 17 1
563 335 a
564 C

I
3,5 c -
Numéro
échantillon
Capacité
d’échange I Somme des
bases
Milliéquival. pour 100gr
Phosphore
assimilable

561 22
562 20
563 52
3,5
564 18,7 46
Rbgion : NOSY-BE

Profil : NE 49 Type de sol' : faiblement ferrallitique Roche-mère : syenite


Pente : modérée Relief : montagne Végétation :forêt humide

Numéro Argile Limon Sable fin Sable gros. Humidité


Profondeur Structure Porosité
échantillon % ?6 % % équival. %
491 0- 75 cm 11,6 36,822 28,2 22,6
4 92 75- 130 35,3 19,l 24 20,7 20
493 130-150 31,2 15,6 28 19,3 24,5
3

Matière Elémentséchangeables
Numéro Acides I
organique Humus Carbone
humiques Azote
échantillon Ca0 Mg0 Kz O Naz O m
totale C/N O
Milliéquivalents I
%O
pour 100 grammes
I I I
. .

Numéro I d % ISomme des


~bases ~
échantillon Milliéquival. pour lOOgr
Degré de
saturation
~
%
~ ~
Phosphore
assimilable
Réserves

491 14,6 O, 030


492 21,6 O, 030 O, 25 O, 85 O, 40
493 21,6 O, O10 O, 40 1,lO
Région : NOSY-BE
Profil : NB 6 Relief : colline Roche-m2re : Basalte en
Pente : faible Végétation : culture gros blocs
Erosion : nappe

I Numéro
échantillon
IProfondeur I Structure I Porosité
Argile
%
Limon
%
Sable fin Sable gros. Humidité
% % équival. %

61 0- 5 cm nuciforme 50,3 29,l 20,4 2,7 36,2


à cubique
62 5- 50 grumeleux 71,3 12,7 10,5 321 40,l
à
particulaire
63 50-110 - 55,8 20,2 20,3 390 499 I

cn
CL
Matière Elémentséchangeables
Numéro mus Carbone Azote I
échantillon organique humiques
Acides Ca0 Mg O K ZO Naz O
totale C/N
Milliéquivalents
%O %O %O %O %O
pour 100 grammes

61 31,8 431 O, 7 18,4 293 12 6,O 0,2 ,7


O 7,2
62 5,3 197 O, 5 391 L4 4 6,O 4,6 O, 1 0,4
63 324 1,o O, 3 290 O, 4 5 6,O 0,O O,?
13,O
~~

CapacitéSomme des Degré de


Numéro saturation
d'échange
bases PH
échanti11on Milliéquival! pour 100g r %
61 23,O 14,l 61 596
62 18,8 11,l 59 691
63 21,3 19,7 92 694
Rbgion : NOSY-BE
Profil : NB 21 Relief : colline Roche-mère : basalte
Pente : modérée Végétation : Savane, steppe scoriacée

Numéro
échantillon
1
Profondeur I Structure I Porosité I Argile
.-
% l
1 L i y
.-
Sablefin
% équival. %
2 11 0- 20cm grumeleux 36,4 26 29,6
2 12 20- 60 cubique 35,5 27,7 31,3
2 13 60-130 - 22,3 26,5 41,4 9-,2 48,3
2 14 130-170 - 21,8 26,2 3 9 , l 12,l

Numéro Matière
Ac ides I Eléments
échangeables I
organique Humus Carbone Azote
échantillon humiques Ca0 Mg0 K Z O Na2 O
totale C/N
Milliéquivalents
%O %O
pour 100 grammes
7 8,l 12,2 O, 1 1,l
6 8,2 8, 6 0,O 2,5
5 8, O 9, 2 O, O 4,4
- - - - -

Numéro
échantillon

211
Capacité Somme des
d'échange
Milliéquival. pour 1O0 gr
21,5 34,5
Degré de
saturation
%
62
bases
PH

695
Phosphore
assimilable

195
T Réserves

2 12 31,4 19,4 61 694 200


2 13 34,3 21,7 63 690 185
2 14 - - - 693 -
Région : NOSY-BE
Profil : NB 46 Drainage : bon Roche-mère : schistes
Pente : faible Végétation : culture

Numéro Argile Sable fin Sable


Limon
gros. Humidité
Profondeur Structure Porosité
lchantillon
461 O- 40 cm grumeleux
à nuciforme
I %
58,4 I %
26,4 I %
10,9 I % équival. %

462 40- 60 67,O 15,8 16,3 O, 2 37,8


463 60-200 23,l 12,6
62,4 197 25,O
464 200-400 56,2 13,O 28,l 296 -
465 400 -F 33,8 39,8 24,7 1Y2 -
I
Matière Elémentséchangeables
Acides
Numéro
Bchantillon
organique
totale
Humus humiques Carbone Azote
C/N
Ca0 I Mg0 1 K z O lNaz O
Milliéquivalents
%O %O %O %O %O
Dour 100 grammes
461
462
463
464
O, 4 I - - -
465 I - - -
Numéro d'échange bases saturation assimilable
échantillon
Milliéquival. pour 1O0 g r % Ca O
461 20J7 737 37
462 16,O 696 41
463 41
21,5 8,9
464 - - -
465 - - -
R6gion : NOSY-BE
Profil : NB 58 Relief : colline Roche-mère : grès
Pente : modérée Drainage : bon Erosion : nappe très forte,
Végétation : steppe ravins "lavaka"

Numéro
7
échantillon Profondeur
O- 10 cm grumeleuxà
Argile
Structure

particulaire
10-150 20, 20,354,5 O 40,8 497
20,9 192 66,4 11, O 36,2
28,3 18,4 51,4 L 5 -
Numéro
échantillon
Matière

totale
Acides
humiques

%O
1I
I

Carbone
Azote

%O -
I1
I

%O
C/N
I Elementséchangeables
Ca0 1 Mg0 K 2O
Milliéquivalents
.-
pour 100 grammes

584 l
I
I 1

CapacitéPhosphore
Réserves
Somme
deDegrédes
Numéro d'échange bases saturation
échantillon PH assimilable
Milliéquival. pour 100 gr % Ca O K2 0 P2O 5
12,4 1,9 5 530 15 O, 7 O, 4 1,o
794 193 17 595 10 O, 4 O, 4 198
13,5 125 11 10 594 O, 4 O, 2 398
584 - - - 4,6 - O, 8 O, 0 390
Région : NOSY-BE
Profil : NB 48 Relief. : montagne Roche-mère : Syenite
Pente : faible Végétation : forêt humide Drainage : nappe légère

I
1
Numéro Argile Sable gros Humidité
Profondeur
Structure Porosité équival. %
échantillon % %
481 O- 2 0 cm particulaire 26,8 42,2 11,5
4 82 35-65 11
51,l 11,3 19,l 17,2 27,5
483 65-130 cubique 49, 20,9
O 17,8 11,7 24,5
484 130-220 particulaire - - -
~~

Matière Elémentséchangeables
Numéro Acides
ichantillon
organique
totale
Humus
humiques
Carbone Azote
C/N
Ca O I Mg O I K 2 O lNaz O

%O %O I %O I %O I %O l Milliéquivalents

481
482
483
484
_______~

Numérod'échange
I
Capacité Somme des
bases
Degré de
saturation PH
échantillon
Milliéquival. pour 100 gr %
481 14,5 1,8 12 4Y7
482 13, O 1,5 11 4,8
483 15,8 2,1 13 4Y9
484 - - - -
Rtigion : NOSY-BE

Profil : NB 54 Relief : colline Roche-mère : granite


Pente : faible Végétation : steppe Erosion : nappe modérée

Numéro
échantillon
I
Profondeur I Structure

O- 20 cm 41,1 34,9 15,7 32,2 697


20-100 41,O 39,9 12,6595 36,9
34,5 41,l 20,3 47,3 392
12,4 15,6 10,7 61,9-

Matière Elémentséchangeables

II II
Numéro I
Acides Carbone
Azote
échantillon humiques Ca O .Mg O K2 O Na, O cn
Q,
C/N
Milliéquivalents I
%O %O %O %O %O
pour 100 grammes
541 57,l 598
542 125 1,5 3
543 O, 8 O, 8 11,4 2
544 - -

I
I I
Capacité Somme des Degré de Phosphore Réserves
Numérod'échange bases saturation PH assimilable
échantillonMilliéquival. pour 100 g r %
541 799 27,5 29 520 30
542 24,3 891 33 499 10
543 12,5 35,835 520 20 O, 9 O, 9
544 - - - -
Région : NOSY-BE

Profil : 44 Relief : colline Roche-mère : cendres


Pente : faible Drainage : bon basaltiques

Numéro Argile Limon Sable fin Sable gros. Humidité


Profondeur Structure Porosité
échantillon % % % % équival. %

441 0-150cm 48,8 23,2 24,O 292 27,5


442 150-300 66,5 17,l 420 29,7
11,7
443 - 49.6 21.7 17.2
10.5 28

I
Numéro
échantillon
Matière
organique
totale
%O
Humus
Acides
humiques
Carbone

%O
Azote

%O
I1 C/N
Elementséchangeables
C a O I M g O I K 2 0I N a 2 0
Milliéquivalents
pour 100 grammes
I

4
U1
I

441 6,25 O,
425
18 1,4 7,7 0,07 O, O1
442 2,75 O,295
63 1,l O , 12 O, 12 O, O1
443 2,2 O, 56 293 1,l O, 07 0,07 0,Ol

Degré de Phosphore Réserves


Numéro d'échange bases saturation assimilable
échantillon Milliéquival. pour 100g r PH

1 2
% Ca O KZ 0 pz. O,

18,15 50,6 5,3 O, 030 1,05 O, 60 2,25


11,2 593 O, 030 O, 40 O, 12 2,25
16,O 32,5 592 O, 030 120 O, 20 2,80
Région : NOSY-BE
Profil : NB 35 Relief : colline Roche-mère : cinérite
Pente : nulle Végétation : steppe
__ Erosion : rigoles,
- ravins
Drainage : bon

Numéro Argile Humidité


Profondeur
Structure Porosité
échantillon équival. %

351 40,5
nuciforme
352 33,l
particulaire
353 29,6

Numéro Matière Acides


échantillon
totale
humiques Carbone Azote Ca O I Mg O 1 K ZO I Naz O
Milliéquivalents
%O %O %O
pour 100 grammes
351 16, O 16
3 52 594 9
- -
1
353 2,3

Capacité
Somme des Degré de Réserves Phosphore
Numéro d'échange bases saturation assimilable
échantillon
Milliéquival. pour 100 gr % KZ0 1 P205
351
6,5 27,4 24
352 24,6 420 16
353
38,3 30,3 -
Région : NOSY-BE
Profil : NB 34 Relief : plateau Roche-mère : scories
Pente : faible Végétation : forêt humide basaltiques

Numéro Argile Limon Sable fin


Profondeur Structure Porosité équival. %
échantillon % % %
O- 20 cm grumeleux 61,l 17,7 16,4
20- 65 grumeleuxà 63,9 19,7 14,5
particulaire
-
343
344

Numéro
65 -125
125-200 + grumeleuxà

Matière
particulaire
I I
82,2
- 795
-
7
893
-
I I
I
28,7
Cléments échangeables
échantillon organique
totale
Humus
humiques
Acides
Carbone Azote
C/N
I
Ca O I Mg O I K ZO lNaz O
Milliéquivalents
%O %O %O %O %O
pour100 grammes
35,6 926 390 20,6 198 11 4,2 3,7 0,2 O, 0
13,8 4,o O, 7 890 192 6 3,3 1,6 O, 1 0,8
491 195 O, 5 274 O, 3 6 3 , 3 0 0, 9, o 0,5
- I
- I
- I
- l
- -

i
1

!
Capacité Somme des Degré de Phosphore
Numéro saturation assimilable
d'échange bases PH
échantillon
Milliéquival. pour 100gr %
341 23,7 13,3 56 522 20
342 23,l 528 25 5,2 15
343 21,7 498 22 591 30
344 - - - -
Région : NOSY-BE
Profil : m 9 Type de sol : Sols superposés Roche-mère : tourbes et
Pente : faible Relief : colline cendres
Végétation : steppe Drainage : bon Erosion : nappe légère

Numéro
échantillon Profondeur

91
92
93
94
0- 30 cm
30-100
100-300
300-600
Structure Porosité
%
65J2

56,6
46,6
31,8
1 i 1 ir$
22,2
25,4
30,6
15,5
21,2
32,4 437
Humidité
équival. %

Acides
1 Elements
échangeables Q,
O
Humus Carbone Azote Mg O
humiques Ca0 K z O Naz O I

1 %O %O %O %O %O
C/N
Milliéquivalents
pour100grammes

O, 5 18,6 O, 74 25,l 2,65 7,O O, 10 0,75


O, 4 15,2 O, 33 46, O 5,6 O, 10
2,90 1,05
O, 3 195 0, 16 9,3 6,O 0,25 1,05
17,4

Capacité Somme des Degré de Phosphore Réserves


Numéro assimilable
d'échange saturation bases
PH
échantillon
Milliéquival. pour 100g r % Ca O Kz 0
I

91 20,55 10,5 51 O, O10 O, 85 O, 85 O, 65


92 20, O 8,65 43,2 5J O, O10 1,20 O, 90 O, 20
93 35,7 24,7 69,l 7.7 O, 07 2,lO 1,lO 1,20
Région : NOSY-BE
Profil : NB 17 Relief : plateau Roche-mère : cendres sur basaltes scorie
Pente : nulle faible Végétation : culture Drainage : bon
r--

T 1 I
I1 Structure

O- 20 C a grumeleux
20- 80
Porosité
I Argile
%
Liion Sable
fin
Sable
%
gros.
I %
80- 13042,8 20,l
130-160 18,
19,l
60,5 O
160-220

T
Matière Eléments échangeables
Numéro Acides
organique Humus Carbone
Azote C a 0M g 0 Kz O Naz O
échantillon humiques
totale C/N
Milliéquivalents
%O '%O %O %O %O pour 100 grammes
20,l
171 18
10,
172 O 11
10,
173 O 7
174 - -
- -
L175 L
i
I I

Numéro
échantillon
Capacité
d'échange I
Somme des
bases
Milliéquival. pour 100gr
Degré de
saturation
%
PH
Phosphore
assimilable'
Ca O
Réserves

171 43,8 23,2 53 693 225 499


172 39,9 48,482 692 310 499
173 43,O 26,4 61 - 1380 836
174 - - - - - 291
175 - - - - - 396
Rkgion : NOSY-BE
Profil : NB 22 Relief : terrasse Roche-mère : cendre récente
Pente : nulle Drainage : bon Végétation : culture

Numéro Argile Limon Sable fin Sable gros. Humidité


échantillon Profondeur Porosité Structure
% % % % équival. %
100 - 52,2 26,2 16,6 3Y9 37,4
2 O0 cubique 23,6 54,4 17,7 39 5 45,3
250-350 - 20,5 49,9 26, O 371 38,l

Numéro
échantillon
Matière
organique
totale
Humus I Acides
humiques I Carbone
1 Azote 1 Cm
Elementséchangeables
Ca0 M g 0 K, O
Milliéquivalents
%O
pour 100 grammes
~

22 1 8,7 14,6 O, 1 0,8


222 14,O 13,6 O, 1 Oy8
223 13,O 20,O 0,3 1.0

Numéro
d'échange
Capacité I Sornns;fes Degré de
saturation PH
Phosphore
assimilable
Réserves I
échantillon
Milliéquival. pour 100 gr % Ca O K2 0 p2 O,
221 35,4 24,3 68 7Y3 185 * 4Y1 1Y6 2YO
222 34,8 28,5 82 7Y7 30 GY1 L 4 1Y6
223 34,3 55,7 61 GY9 65 5Y1 2Y5 1 9 1
Région : NOSY-BE

Profil : NB 7 Relief : terrasse Roche-mère : coulée basaltique


Pente : nulle Drainage : bon Végétation : culture

Numéro
Profondeur Structure Porosité I
Limon
Argile
% I % Sable fin
%
Humidité
équival. %
O- 30 cm grumeleux- 33,7 28,3 33,8 31,9
particulaire
30- 50 grumeleux 53,8 19,4 23,9 33,9
lamellaire
50- 80 - 49,9 22,5 24,7 34,2
74 80-120 - 41,6 24,6 31,3 -
I
Matière Eléments échangeables
Numéro Acides Q,
Humus Carbone Azote
échantillon organique
totale humiques C/N
Ca0 1
M g 0 K z O lNaz O
W
I
Milliéquivalents
%O %O %O %O %O
pour 100 grammes
71 124 10, O 17,3 L 5
490 6 0,2 0,3
9,6 6,O
72 2,o 13,8O, 5 890 190 8 4,6 0,4 0,l 13,6
73 11, O - O, 6 694 O, 9 7 6,8 O,4,3
1 0,7
- - - - - - - - - -
I
74

Numéro

71
Capacité ISomme des
d'échange

20, O
bases
échantillonMilliéquival, pour 100gr
16,l
Degré de
saturation
%
80
PH
Phosphore
assimilable

20
T Réserves

72 28, O 18,7 66 20
73 27,4 12,O 43 25
74 - - -
Région : NOSY-BE
Profil : NB 31 Relief : plateau,
dépression
Roche-mère : Tuf ou alluvion
Drainage : plus ou moins bon

Numéro
7
échantillon Profondeur
~~ ~
Porosité
Argile
Structure %
Sable gros.
%
Humidité
équival. %

311
312
3 13
30- 50 cm
50-100
c 100
34,639,l
31,3
40,338,3
19,4
16,7
14,7 I 45,2
399
597
497

Matière Eléments échangeables


Acides Azote
organique Humus Carbone C aM
0 g0 KZ O Na,O
échantillon humiques
totale C/N
Milliéquivalents
%O %O %O
I %O %O pour100grammes

33, O 8,O
14,9 590
3 13 23,2 795

1 Numéro
échantillon
I Capacité
d'échange
Somme

Milliéquival.
pour
100
1
des
Degré
bases
gr
I %
de
saturation
T PH
I Phosphore I Réserves

311 50,8 27,4 54


3 12 52,4 33,6 68
3 13 37,l 4 4 . 1 84 485
Région : NOSY-BE

Profil : NB 10 Relief : colline Roche-mère : basanites


Pente : faible Végétation : culture Erosion : nappe modérée
Drainage : bon

I échantillon
Profondeur Porosité Argile
% %
Sable
%
fin Sablegros.
Limon
%
Humidité
équival. %

22,5 27,9 23,9 14,2 28,O


grumeleux à
12-30
102 particulaire 33,7 15,l 34,2 15,O 29,3

I échantillon
Numéro Matière
organique Humus Carbone Azote
Elémentséchangeables Q,
U1

totale
humiques
Acides Ca0 M g 0 K, O Naz O I
C/N
Milliéquivalents
%O %O %O %O %O pour 100 grammes

113,5 590 198 76,O 292 34 13,2 0,610,3 0,7


11,4 2,o L8 696 193 5 8,3 1,o
11,2 0,22
I Degré de Réserves
Capacité Somme des
Numéro
. Phosphore
d'êchange bases saturation PH . assimilable
échantillon Ca O
Milliéquival. pour 1O0 g r % K2 0 P2 0 5

101 24,8 36,767 65 498 290 397


102 37,O 20,7 56 50 3,9 124 299
Région : NOSY-BE
Profil : NB 20 Relief : plateau Roche-mère : tuf
Pente : faible Végétation : forêt sèche Drainage : bon

Numéro Argile Limon Sable fin, Sable gros. Humidité


Structure Profondeur
Porosité
échantillon % % % % . équival. %
2O1 O- 5 cm grumeleux 36,l 31,l 27,2 34,5 372
202 5- 40
p 1 :;: 1
11
43,6 27,2 40,6 198 26,5
203 40- 80 - 42, 21,l 28,l
204 80-180 - 20, O 26, O 46,I 4;;6
205 - - 39,: 19,7
993 32,3

m
Matière Elémentséchangeables
Numéro Acides
échantillon organique
totale
Humus humiques Azote Carbone
C/N -Ca0 1 Mg0 Ka O Na2 O
I
Q,

Milliéquivalents ' ,Q,

%O %O %O %O %O I
pour 100 grammes
I

I I

Numéro
échantillon
d'échange I Capacité
Sorn;:es
Degré de
saturation
Phosphore
assimilable T Réserves

Milliéquival. pour 100 gr


2O1 41,4 36,6 150
202 40,8 35,4 15
203 39,5 31,2 175
204 - - -
205 - - -
Région : NOSY-BE
Profil : NB 29 Type de sol : jeune Roche-mère :protection
Pente : plat Relief : colline ‘Drainage : bon

E I
Numéro Argile
Profondeur Structure Porosité
échantillon

0- 10 cm 52 12,l 28,8 196 24,2


10- 50 494 922 36,4 46,5 15, O
50-110
293 8 8 27,2 56, O 13, O

Matière I l I -Ëléments
échangeables I
Numéro
échantillon organique
Humus
totale
Acides
humiques Carbone I Azote 1 C/N
I CaOIMgO)K,O)NazO
I

Milliéquivalents
I
I
%O
I %O I %O pour 100 grammes

274 2,20 10,9 10 16,4 0,84 0,85


O, 6 O, 36 11,9 9,5 7,O 0,95 1,13
293 O, 3 O, 11 13,7 15,4
27,3 3,65 5,50

Numéro Capacité Somme des de Degré


saturation
1I pH
II assimilable1
Phosphore I Réserves I
d’échange bases
échantillon Milliéquival. pour 100 gr
% Ca O

65,8 692 O, 500 9,4 2,04 4,65


28,85 64,4 828 O, 325 15, O 3,48 4,60
293 83,6 7 O, 900 27,5 792 4,15
Région : NOSY-BE
Profil :' NB 1 Relief : terrasse
Roche-mère : terrasse alluviale
Pente : nulle : steppe,
basaltedeculture
Végétation
Erosion : nulle Drainage : bon

Numéro
échantillon
11
Profondeur
Structure
I1
Porosité

O- 20 cm grumeleuxà
cubique
II I A??1e
Limon
%
24,6
Sable fin
%
23,3
Sablegros.
%
195
Humidité
équival. %
31,4
12 20- 40 grumeleuxà 23,l 23,6 090 33,s
nuciforme
13 40- 90 17,4 30,8 O, 3 34,3
14 90-160 nuciforme 24,4 32,O 321 -

1
I I

Numéro Matiêre - I Eléments échangeables O,


Acides
I Mg0 I K,OINa,
Q,
organique Humus Azote
échantillon humiques Ca O O I
totale C/N
%O %O I %O %O
Milliéquivalents
pour 100 grammes
11 37,O 21,4 8 11 9,O 12,O 0,4 1,4
12 33,2 19,2 9 19 7, O 0,2 1,4
8,6
13 22,O 12,7 8 16 6,O 10,6 O, 1 1,4
- - - - - - -

I
14
c
I I Phosphore I
Numéro
échantillon
Capacité
d'échange
Milliéquival. pour 100gr
Degréde

%
saturation I pH I assimilable 1 Ca O
Réserves

I KzO I p z 05
11 27,O 22,8
12 22,5 17,2
13 22,4 18,2
14 - -
142
143

144
145

Numéro

,
Profil : NB 14
Pente : nulle

Numero

1
échantillon
141

échantillon

141
142
143
144
145

Numéro

142
143
144
145
!
Profondeur

35- 60
60-100

100-150
-
Structure

O- 35 cm

Matière
organique
totale
%O

20, O
18,3
10, O
-
-
Capacité
d’échange
L
Porosité

-
grumeleux
grumeleux 2
nuciforme

Humus

%O

bases
échantillon Milliéquival. pour 1O0 gr

141
Relief

Acides
Région : NOSY-BE

humiques

%O
: dépression
Végétation : bush, marais, culture

Carbone

Degré de
Azote

saturation
%
74
62
71
-
-
I
Limon
Argile

90O

11,6
810,6
5Y8
-
%
41,l
44,6
48,6

45,3

%O

1Y9
192
O, 7
-
%
23,3
21, O
17, O

18,”

C/N

7
-
Roche-mère : colmatage, alluvions

Sable fin
%
28, O
24,9
28,9

30, 5
-
basaltiques

0
Mg0
Sable gros. Humidité
%
528
6Y7
5Y1

5YO

I C aEléments
-
équival. %
40, O
41,2
40,5

-
-
échangeables
K, O Na, C
Milliéquivalents
pour 100 grammes

12, O
Région : NOSY-BE
Profil : NB 51 Relief : dépression Roche-mère : alluvions
Pente : nulle Drainage : gêné , mauvais basaltiques
Végétation : marais Erosion : nulle

Profondeur Structure Porosité Argile Limon Humidité


Sable fin Sable gros.
échantillon % % % % équival. %
511 0-30 cm 67,4 19,3 9,8L 0 49,7
512 30-80 69,3 13,4 13,9 1,5 38,4
513 14,l 26,O
68,7 O, 7 -
Matière I Elements
échangeables I
I
I
Numéro Acides
échantillon organique
totale
Humus
humiques
Carbone l Azote 1 C/N
Ca O I Mg O 1 K z O [ Naz 01 4
O

I
I
Milliéquivalents
%O I %O l %O pour 100 grammes

511 27,2 2,8 9 14,8 13,O O, 1 0,8


512 14,8 1,6 9 9,0 15,O 0,O 0,8
513 - - - 15,O O, 18,O
1 1.0
~ ~

Capacité Somme des Degré de Phosphore Réserves


Numéro d'échange bases saturation assimilable
échantillon Milliéquiva pour 100gr
%
PH
Ca O I K20 I P, O5

511 43,O
512 39,l
513 48,2
Région : NOSY-BE
Profil : NB 53 Drainage : gené Roche-mère : colluvions granitiques
Pente : plat et volcaniques

Argile Limon . Sable fin Sable gros. Humidité


Numéro Profondeur Porosité Structure
échantlllon % % % % équival. %

53 1 O- 25 cm 64,4 14,O 17,4 195 44,8


25- 45 532 11,30 56,9
27,8 37,8 3,2
533 45-120 l 40,2 11,80 40,O 31,8 795

MatiGre Acides Elementsechangeables


Numéro
Azote
échantillon
organique Humus
humiques
Carbone
Ca0 I Mg0 lKzO I NazO
1
totale
MiIIGquivalents
%O %O %O %O %O
pour 100 grammes
I
53 1 38,l 994 22, O 2,08 10,5
532 893 5,4 426 O, 82 596
533 4,65 O, 8 2.7 O. 41 6.5

Numéro
d'échange
1
Capacité Somme des
bases
Degré de
saturation PH
Phosphore
assimilable
Réserves
échantillon
Milliéquival. pour lOOgr % Ca O K2 0 p 2 O,

531 26, O 6,25 24 4,7 O, 020 O, 30 O, 50 O, 62


532 15, O 7,26 49 5,2 O, 020 O, 65 O, 30 1,lO
533 14, O 7,30 51 690 O, 020 1,65 O, 80 O, 65
Région : NOSY-BE
Profil : NB 52 Relief : peneplaine
Roche-mère : pediment
sableux
: nulle
PenteDrainage : bon
Végétation
à gêné : steppe

Numéro Argile Sable fin Sablegros.


Limon Humidité
échantillon Profondeur Structure
Porosité
% % % % équival. %
521 5- cm grumeleuxà
25 22,8 10,8 . 52,5 12,O 999
particulaire
522 25- 70 - 27,9 829 12,9 17,5 44,
523 70-100 - 28,3 10,5 48," 23,l 12,7

Numéro
échantillon
Matière
organique
totale
Humus Acides
humiques
1 Carbone I Azote
Eléments
Ca0
échangeables
I M g 0 I KZO
I
I N a z 01
Milliéquivalents
%O %O
pour 100 grammes

521 16,2 590 9


522 493 336 5
523 595 394 5

.Numéro Capacité
d'échange
I SOIIII~PS Degré de
saturation
I Phosphore I Réserves
échantillon
Milliéquival. pour 100gr %
. 521 11,7 195 13 O, 5
522 294 898 27 O, 4
523 394 11,3 30 O, 3
Région : NOSY-BE
Profil : NB 24 Relief : dépression Roche-mère : colluvion basaltique
Pente : nulle Végétation : culture Drainage : bon à gêné

Numéro Profondeur Structure


échantillon
O- 15 cm grumeleuxà
particulaire
15- 45 grumeleux
45- 65 -
244 65-100 - 1 37;4 1 3239 790 -

i
Numéro
Matière I ---T Elémentséchangeables
organique Humus Acides
humiques Azote Carbone C a 0 IMgOlK20INazO
échantillon
totale C/N
Milliéquivalents
%O %O %O %O %O
pour 100 grammes
24 1 11,7 628 2Y8 23,2 l, 82 12 8,O 14,8 0,3 Oy6
242 10, O 5Y8 896 122 1,50 5 9,5 16,4 0,3 O, 5
243 15,5 O, 9 O, 5 10,4 O, 93 11 9,5 16,O 0,2 O, 5
244 - - - - - - - - - -
Capacité Somme des Degré de Phosphore Réserves
Numéro d’échange bases saturation assimilable
échantillor pH
Milliéquival. pour 100 gr % Ca O KZ 0 P2 O 5

241 37,2 23,” 63 6,3 640 4Y7 271 3,6


242 36,4 26,7 73 6Y5 640 593 291 3Y2
243 34,6 26,3 76 6,8 1100 5Y5 197 394
244 - - - 6,8 - 5Y8 196 4Y1
Region : NOSY-BE
Profil : NB 45 Relief : terrasse Roche-mère : sable
Pente
Drainage
: nulle : bon corallien

Numéro Structure Argile Limon Sable fin


échantillon Profondeur Porosité
% % % équival. %
481 0- 30 cm 12,8 15 29,8 41,5 24
482 30- 80 8,8 294 26,l 63 13,5
483 80-110 6, 8 2 33,9 55,2 12,2

Matière Elémentséchangeables
Numéro Acides
organique Humus Carbone Azote
échantillon humiques Ca0 Mg0 K z O l N a z O
totale C/N
%O 1 Milliéquivalents
pour 100 grammes
I I I
481 2,92 41 0,15 1,2 3,O
482 O, 36 12,o O, 06 O, 07
47 1,08
483 O, 14 6,4 40,5 O, O9 O, 15 O, 35

Numéro Réserves Phosphore


d'échange saturation assimilable
échantillon
Milliéquival. pour 100g r Kz 0 p, 06

481 15,3 30,8 O, 40 5,25


482 397 35,7 O, 35
1,30
483 4,85 38,5 O, 35 190
Composition & Impression
RAMBAULT & G U I O T
18 rue de Calais, PARIS9e
O.R. S. T. Q. M.
Direction générale :

24, rue Bayard, PARIS-8"


Service Central de Documentation :

80, toute d'Aulnay, BONDY (Seine]


Centre de Tananarive

B.P. 434, TANANARIVE (Rép. Malgache

O,R. S T . O.M. Editeur


Dépôt légol4 trirn.1964