Vous êtes sur la page 1sur 56

MAI 2020

NUMERO 7

BULLETIN D’INFORMATION DU SENAT


Sehatra ifaneraseran’ny Vahoaka
sy ny Antenimierandoholona

DOSSIER
BULLETIN D’INFORMATION DU SENAT - NUMERO 7

Démocratie et intérim institutionnel

Akon’ny fankalazana ny faha-60 taonan’ny


ANTENIMIERANDOHOLONA

Le Sénat
un équilibre
de pouvoir
SOMMAIRE
ESSENTIELS
Les travaux législatifs
4 Bulletin d’information
du Sénat de Madagascar
Numéro 7
Mai 2020
————
Palais du Sénat
Anosy ­ Antananarivo
B.P 806 Antananarivo
Le Sénat un équilibre de pouvoir www.senat.mg

6
commsenatmada@gmail.com
———­
DOSSIERS Directeur de Publication
RAKOTOVAO Rivo
Démocratie et intérim institutionnel Président du Sénat
Administrateurs Généraux
­ ABDIRASSOUL Mourad
Le statut du parlement dans une Questeur chargé de l’Administration,
démocratie moderne et efficace des Finances et du Personnel
­ ANDRIANJAKA S. Goulzar
Questeur chargé de la Législation et des
Relations Publiques
La diplomatie parlementaire Coordinateurs Généraux

19
­ RAKOTOZAFY Jean Martin
Président de la Commission Sociale,
INTERVIEWS Culturelle et Communication
­ ROBLINE
Secrétaire Général
Président Rivo RAKOTOVAO : Rédacteur en Chef
ANDRIANARIMANANA Harilala
“L’absence du Sénat remettrait en question les acquis démocratiques des plusieurs années” Directeur de la Communcation
Rédaction
1er Questeur Mourad ABDIRASSOUL : Direction de la Décentralisation
“La transparence et la bonne gouvernance existent au Sénat” DIEUDONNE Landivola
JEREMINY M. Odile
RAKOTOMALALA Tahiry
RAKOTOMANGA Holy

Akon’ny fankalazana ny faha-60 taona


RAKOTONIRINA Luc Marcel
RALAZAMAMONJY Judie
RAMAMONJISOA Elmine
RANARIJAONA Miora
RANDRIANASOLO Niaritina
Photos
ANDRIAMBOAVONJY Charlie
RAKOTONIRINA Hariniaina
RAMBELO Abel Nirina

p. 27
RATSARAEFADAHY Eugenot

p. 47
RAZAFINDRAIBE Josoa
Responsable Technique
ANDRIANIRINA Hervey
Secrétariat de Rédaction
RASOLONJATOVO Hariseheno
Suivez Sénat de Madagascar sur :
Ce numéro a été réalisé grâce
www.senat.mg
à l’appui de la FES.
Le mot du Président

Une démocratie ouverte, inclusive et participative


En cette dernière ligne droite du mandat des Sénateurs, l’heure est venue de
dessiner l’allure générale des actions menées au niveau de cette deuxième
Institution de la République.
Ainsi, sous la houlette de son Président et de concert avec son Bureau
Permanent ainsi qu’avec ses Membres, le Sénat a toujours mis en exergue sa
lucidité, sa cohérence, sa sagesse ancestrale et son indéfectible attachement à
l’Etat de droit et à la bonne Gouvernance dans la conduite de toutes les
démarches qu’il a entreprises ainsi que de toutes les décisions qu’il a prises.
En effet, durant leurs quatre années de mandat, les Sénateurs, en vertu des
tâches à eux conférées par la Constitution, ont régulièrement soutenu l’Exécutif
dans toutes les actions positives entreprises par ce dernier et répondant aux
exigences de l’intérêt supérieur de la Nation.
Néanmoins, les mêmes Sénateurs se souciant de l’équilibre régional et de
traitement égalitaire n’ont également pas cessé de se lever pour servir de
balises aux démarches qui, faites par le même Exécutif, leur apparaissent dès
fois contraires à la Loi et déviant du souci d’offrir au Peuple le bien – être socio
– économique.
Avant d’avoir pris toute décision, le Sénat n’a jamais manqué de préalablement
se mettre à l’écoute des Collectivités décentralisées ainsi que des Organisations
économiques et sociales, dont il en est le représentant aux termes de la
Constitution.
D’ailleurs, le Sénat n’a également pas manqué d’apporter des amendements,
qu’il a jugés utiles et nécessaires, à des dispositions de Projets de Loi pour que
ceux ‐ ci ne violent pas le sacro – saint précepte de l’intérêt supérieur de la
Nation.
Il fut même un temps où le Sénat a carrément rejeté des Projets de Loi qu’il a
estimés avoir tordu le cou à cette doctrine sacrée.
Et, durant leur mandat, le Président du Sénat ainsi que les Sénateurs ont
toujours été présents dans les médias pour manifester à l’opinion publique leurs
visions, avis et positions par rapport au cours des affaires nationales. Et ce, ne
s’étant pas dévié d’un iota de ses principes de gouvernance.
En tout cas, même si certains n’ont cessé de crier à sa mort subite et ont
régulièrement mis des bâtons dans ses roues, le Sénat n’en a pas fait grand cas
et a toujours gardé son cap.
Bref, l’Institution d’Anosikely, durant ses quatre années de mandat, a su et pu
matérialiser dans le pays une Gouvernance essentiellement basée non
seulement sur l’observation stricte de l’Etat de droit mais encore et surtout sur
la Démocratie ouverte, inclusive et participative.

SOKELA Numéro 7 3
>>> ESSENTIEL

Les travaux législatifs


En 2019, le parlement malagasy n’a pas siégé lors de la première session ordinaire prévue se tenir le
premier mardi de mai pour une durée de 60 jours (Art. 75 Constitution).En effet, les élections législatives
pour renouveler les 151 membres de l’Assemblée Nationale ne se sont déroulées que le 27 mai 2019 et
les résultats ont été proclamés le 2 juillet 2019 par la Haute Cour Constitutionnelle.Ainsi, lorsque
l’Assemblée Nationale ne siège pas, le Sénat ne peut discuter que des questions dont le Gouvernement
l’a saisi pour avis, à l’exclusion de tout projet législatif (Art. 84 Constitution). Les travaux parlementaires
n’ont eu lieu qu’au mois d’octobre 2019, lors de la deuxième session ordinaire. Nous vous livrons donc
ci­après les projets de loi examinés par le Sénat en 2019 et durant la première session extraordinaire de
2020.

DEUXIEME SESSION ORDINAIRE 2019


Projets de loi de ratification
Projet de loi n°003/2019 du 14 août 2019 autorisant la ratification de l’accord de prêt relatif au
financement du projet de construction du pont sur le fleuve Mangoky, conclu le 12 juin 2019 entre la
1 République de Madagascar et la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique
(BADEA).
Projet de loi n°006/2019 du 30 octobre 2019 autorisant la ratification de l’accord de prêt relatif au
financement du Projet de construction du pont sur le fleuve Mangoky, conclu le 17 septembre 2019
2 entre la République de Madagascar et le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID).

Projet de loi n° 008/2019 du 20 novembre 2019 autorisant la ratification de l’Accord de Prêt relatif au
3 financement du programme Catastrophe DeferredDrawdown Option (CAT DDO) entre la République
de Madagascar et l’Agence Française de Développement (AFD).

Projet de loi n° 011/2019 du 04 Décembre 2019 autorisant la ratification de l’Accord de Prêt relatif au
4
financement du Projet d’Appui à la Connectivité des Transports (PACT) entre la République de
Madagascar et l’Association internationale pour le Développement (IDA).

Projets de loi ordinaire

1 Projet de loi n° 005/2017 du 03 mai 2017 modifiant et complétant certaines dispositions de


la Loi n°2003­042 du 3 septembre 2004 sur les procédures collectives d’apurement du passif.

2 Projet de loi n° 039/2018 DU 5 décembre 2018 régissant les opérations de pension livrée sur le marché
financier.

Projet de loi n° 009/2019 du 04 décembre 2019 relatif à la lutte contre les violences basées sur le genre.
3

4 SOKELA Numéro 7
>>> ESSENTIEL

Projet de loi de Finances

1 Projet de loi n° 05/2019 du 30 octobre 2019 portant loi de Finances pour 2020.

Projet de loi Organique

1 Proposition de Loi Organique n° 04­2019/PL complétant et modifiant l’article 82 alinéa 2 de


l’ordonnance n°2005­005 du 22 mars 2006 relative au Statut de la Magistrature présentée par la Député
RAFENOMANANTSOA Tsirimiharo Ny Aina Rapporteur Général Adjoint de l’ Assemblée Nationale.

Proposition de loi organique ajournée

Proposition de loi organique n°001/2019 du 15 novembre 2019 modifiant et complétant certaines


dispositions de l’ordonnance n°2019­006 du 28 mai 2019 portant loi organique modifiant certaines
1 dispositions de la loi organique n°2015­007 du 03 mars 2015 fixant les règles relatives au fonctionnement
du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des Sénateurs de Madagascar présentée
par RAKOTOVAZAHA Olivier, Sénateur de Madagascar.

PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE 2020


Projets de loi ordinaire
Projet de loi N° 003/2020 du 26/02/20, portant ratification des ordonnances n° 2019­008 du 15/07/2019,
portant abrogation totale de la loi n° 2017­11 du 28/07/2017 portant Politique Nationale du Cinéma et de
l’Image Animée ; n° 2019­012 du 15/07/2019 abrogeant les dispositions de la loi n° 97­035 du 01/12/97 portant
1 Création du Fond d’Entretien Routier ; n° 2019­013 du 15/07/2019 abrogeant les dispositions de la loi n°2005­
046 du 24/04/2005 portant création de l’Autorité Routière.

Projet de loi n° 002/2020 du 28 février 2020 portant ratification des ordonnances : 2019­001 du 10/05/2019
2 relative au patrimoine routier, 2019­ 007 du 06/06/2019 relative à l’Ordre national et le 2019­015 du
15/07/2019 relative au recouvrement des avoirs illicites.

Projet de loi ordinaire non-adopté

Projet de loi n° 001/2020 du 26/02/2020 portant ratification des ordonnances : n°2019­002 du 15/05/2019
portant loi organique modifiant et complétant certaines dispositions de la loi organique n° 2018­008 du
1 11/05/2018 relative au régime général des élections et des référendums , n°2019­006 du 28/05/2019 portant
loi organique modifiant certaines dispositions de la loi organique n°2015­007 du 03/03/2015 fixant les règles
relatives au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des Sénateurs de
Madagascar, n°20196009 du 15/07/2019 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi modifiée
n°99­022 du 19/08/1999 portant code minier.

Recueillis par JEREMINY Odile avec la collaboration de la Direction de la Législation et des Etudes (DLE)

SOKELA Numéro 7 5
>>> ESSENTIEL

Le Sénat un équilibre de pouvoir


Durant cette législature, l’Institution est composée majoritairement de membres issus du
parti HVM (Hery Vaovaon’i Madagasikara) si le parti TGV (Tanora Gasy Vonona) remplit
presque toutes les travées à l’Assemblée Nationale. Au­delà de ce clivage politique et à la
lumière de ses missions, le Sénat joue son rôle d’équilibre.

Solidaires, les Sénateurs sont venus nombreux à la HCC

Le Sénat, constitue la chambre haute du Parlement et détient la démocratie et l’Etat de droit qui font le fondement de la Ré­
le pouvoir législatif avec l’Assemblée Nationale, de ce fait il exa­ publique.
mine à fond des lois et les vote. La mission du Sénat est prévue par la loi fondamentale dans
A la différence de l’Assemblée Nationale, le Sénat représente son article 81, 83 et l’article 6 de la loi organique n° 2015­007
les Collectivités Territoriales Décentralisées et les organisations du 03 mars 2015 fixant les règles relatives au fonctionnement
économiques et sociales .Sa mission principale est de contrôler du Sénat , ainsi qu’aux modalités d’élection et désignation des
le gouvernement sur les questions économiques, sociales et sénateurs de Madagascar .
d’organisation des Collectivités Territoriales Décentralisées ; en A propos du respect de l’Etat de droit, cette législature est
outre, il joue un rôle de conseiller pour les organisations éco­ marquée par la saisine du Sénat de la HCC. Plus d’une dizaine
nomiques et sociales. En application du principe d’équilibre de de requêtes ont été introduites relatives au contrôle de consti­
pouvoir, le débat démocratique règne au sein de cette chambre. tutionalité, à des demandes d’interprétations, lesquelles étaient
Des débats qui suscitent tantôt des rejets, tantôt l’adoption ou assorties des Décisions ou Avis.
l’ajournement des projets de loi présentés. Contrairement aux En effet la Constitution dans ses articles in fine 118 et 119 au­
idées véhiculées, le Sénat n’est ni une Institution de blocage ni torise un Chef d’Institution ou le quart des membres composant
une Institution d’opposition, mais une Institution qui respecte l’une des Assemblées parlementaires à saisir la Cour Constitu­
6 SOKELA Numéro 7
>>> ESSENTIEL
tionnelle pour contrôle de constitutionalité, tout texte à valeur la Constitution.
législative ou réglementaire ainsi que toutes matières relevant Dans son Avis n° 07­HCC/AV du 25 avril 2019 la HCC a soutenu
de sa compétence, outre la demande d’avis sur la constitutio­ les arguments du Sénat en ce que le pouvoir du Président de
nalité de tout projet d’acte ou sur l’interprétation d’une dispo­ la République de légiférer par voie d’ordonnance se limite dans
sition constitutionnelle. le domaine de la loi ordinaire ; en outre, le décret n° 2019­790
Il s’est avéré que ces différentes décisions ou Avis démontrent, du 19 avril 2019 ne saurait justifier par le fait que l’initiative de
d’une part, que le Sénat a bel et bien accompli sa mission l’Exécutif a dû être effectuée en l’absence de l’Assemblée Na­
prévue par la loi fondamentale et la loi organique n° 2015­007 tionale, ni au vu d’une quelconque situation particulière ,
du 03 mars 2015, et d’autre part, reflètent le rôle d’équilibre puisque le dernier alinéa de l’article 163 exclut toute interpré­
de pouvoir du Sénat. tation dans ce sens. En effet, d’après cet article ,in fine : « les
La question qui vient à l’esprit est de savoir comment se mani­ pouvoirs exceptionnels détenus du Président de la République
feste l’équilibre de pouvoir dans la pratique du Sénat ? dans les circonstances exceptionnelles ou de trouble politique
L’explication apportée sur la requête d’interprétation de dispo­ ne lui confèrent pas le droit de recourir à une révision constitu­
sition constitutionnelle du Décret n° 2019­790 du 19 avril 2019 tionnelle » .
objet de l’Avis n° 07­HCC/AV du 25 avril 2019 et la demande Dès lors, si le droit de recourir à une révision constitutionnelle
de caducité des ordonnances prises en conseil des Ministres n’est pas conféré par la Constitution au Président de la Répu­
par le Président de la République objet de la Décision n° 04­ blique, même en cas de circonstances exceptionnelles ou de
HCC/D3 du 05 février 2020 nous permettent de cerner le pro­ trouble politique, il ne pourrait pas en être autrement dans
blème posé. une situation anormale où l’Assemblée Nationale ne siège pas
en raison de la fin du mandat des députés.
Décret n° 2019­790 du 19 avril 2019 objet de l’Avis
n° 07­HCC/AV du 25 avril 2019 Ratification obligatoire des ordonnances édictées
en 2019 par le Président de la République
Des questions ont été évoquées par les Sénateurs : Par décision n° 05­HCC/D3 du 13 février 2019 concernant la
­La révision de la Constitution relève­t­ elle ou non du domaine
loi n° 2019­001 déléguant le pouvoir de légiférer au Président
de la loi ?
de la République, la Haute Cour Constitutionnelle a clairement
­La nécessité de la décentralisation objet dudit décret répond énoncé en ses dispositifs en son article 3 que « les projets de
–elle à la « nécessité impérieuse » condition sine qua non de loi de ratification des ordonnances doivent être déposées de­
la révision de la Constitution ? (art 161 de la loi fondamentale) vant le Parlement au cours de sa seconde session ordinaire de
Par décret n° 2019­790 du 19 avril 2019 pris en conseil des mi­ l’année 2019 », qu’en son exposé des motifs la HCC a spécifié
nistres, les électeurs sont convoqués pour l’adoption du projet que « … si les ordonnances entrent en vigueur dès leur publi­
de loi constitutionnelle modifiant certaines dispositions de la cation, un projet de loi de ratification doit être déposé ulté­
Constitution de la quatrième République de Madagascar. rieurement devant le Parlement, que l’objet essentiel du dépôt
De prime à bord, il s’avère nécessaire de rappeler que le mandat de ratification est de maintenir en vigueur les ordonnances
des députés a pris fin le 05 février 2019, en l’absence de l’As­ édictées».
semblée Nationale et en application des dispositions de l’article La ratification des ordonnances par le Parlement est une obli­
104 de la Constitution, et en vertu de la loi n° 2019­001 le gation et non une faculté pour le pouvoir exécutif.
Parlement a délégué son pouvoir de légiférer au Président de Il est patent qu’aucun projet de loi de ratification des ordon­
la République relevant des mesures de portée générale sur le nances prises en 2019 n’a été déposé devant le Parlement au
domaine de la loi. cours de sa deuxième session ordinaire 2019.
Ces mesures de portée générale sont exhaustivement fixées Constatant la violation de l’article 120 al 3 de la Constitution
par les dispositions de l’article 95 de la Constitution, ne consa­ aux termes desquelles « les arrêtés et les Décisions de la HCC
crent guère la question relative à la révision de la Constitution. sont motivés, ils ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’im­
En vertu de l’Etat de droit et la démocratie, le Sénat avait saisi posent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités admi­
la HCC afin d’une demande d’interprétation constitutionnelle nistratives et juridictionnelles », le Sénat a formulé une de­
du décret n° 2019­790 du 19 avril 2019 Par décret n° 2019­790 mande en caducité de toutes les ordonnances édictées en 2019
du 19 avril 2019 par rapport aux articles 104,161,162,163 de
prises par le Président de la République pour faute de ratifica­
tion.
La HCC par « Décision n° 04­HCC/D3 du 05 février 2020 a or­
donné le Gouvernement de régulariser le dépôt des projets de
loi de ratification au cours de la prochaine session du Parlement
sous peine de caducité des ordonnances prises par le Président
de la République en 2019 ».
Les deux exemples cités ci­dessus montrent que le Sénat, tout
en respectant la démocratie, est pragmatique dans sa démarche
d’Institution d’équilibre de pouvoir, ce dans l’intérêt suprême
de la nation. Il appert que l’équilibre de pouvoir n’est pas un
vain mot au sein du Sénat.
La démocratie est la règle dans une République, la pensée
unique est l’image de la dictature, par conséquent le Sénat en
tant qu’Institution d’équilibre de pouvoir occupe une place très
importante dans une République.g
Le Président de la HCC, Jean­Eric RAKOTOARISOA, lisant «SOKELA» Luc Marcel RAKOTONIRINA

SOKELA Numéro 7 7
>>> DOSSIER

La démocratie et l’inter
C’est un des thèmes débattu lors de la célébration du 60ème anniversaire du Sénat tenue au mois de juillet
2019. Cette conférence­débat a été présentée par le Président du Sénat Rivo RAKOTOVAO devant un
parterre d’illustres invités dont le Président de l’Académie nationale malagasy, les politiciens, les cadres
d’entreprises. Les étudiants n’étaient pas en reste… L’objectif étant d’améliorer l’avenir de la Nation sur le
plan économique, social et politique et aussi pour pouvoir tirer des leçons des erreurs du passé. Une série
de questions a été soulevée : Qu’est ce que la démocratie ? Quel est son origine ? Quelle est son histoire
à travers le monde ? Comment l’a­t­on appliquée ? Démocratie directe, démocratie représentative et dé­
mocratie libérale ont été abordées lors de la première partie, si l’intérim institutionnel qui a été une grande
première dans les annales de la République a été décortiqué durant la seconde partie de la conférence.
Extrait.
Dans une démocratie directe, le pouvoir Si beaucoup les considèrent comme une pour celui qui va diriger une Nation.
appartient au peuple avant qu’il le donne démocratie, d’autres ne les reconnaîssent Tout ceci amène à poser la question sui­
à son représentant. Le peuple peut lui en­ pas ainsi à cause d’un très faible taux de vante : la loi qui régit la politique, l’écono­
lever ce pouvoir. Le Chef Fokontany qui participation aux élections. L’on se de­ mie exprime­t­elle la volonté du peuple ou
travaille pour le peuple doit être de ce fait mande si la démocratie est vraiment re­ vient­elle uniquement d’un expert et tra­
élu. Chez nous, la démocratie peut être présentative car même les analystes, sont duite ensuite en Constitution pour fixer
traduite partiellement par « souveraineté prudents pour la définir. Il fallait poser une l’organisation et le fonctionnement de la
du peuple » selon notre pensée et aussi Société ? Il est clair que tout système ten­
suivant la règle de gouvernance dans la so­
ciété : il y a un leader qui émet une idée,
le conseiller qui donne l’idée, mais la dé­
“Le Chef Fokontany qui dant à régir la société devrait émaner du
peuple avant d’être formulé en loi.
A titre d’illustration, dans certaines ré­
cision appartient à la majorité. La démo­ travaille pour le peuple gions, le Dina régit la société mais est
cratie est donc l’un des socles qui peut confronté la plupart du temps aux lois for­
faire perdurer un pouvoir. Par conséquent, doit-être élu mulées par les experts qui n’ont pas pris la
la décision de la majorité pour le choix de ” peine de consulter les valeurs partagées
celui qui va défendre les intérêts de tous au sein de la population. Ce qui entraîne
assure la longévité d’un pouvoir. C’est la automatiquement le non­respect de la loi
forme d’une démocratie directe. balise pour que la démocratie directe, in­ puisque la population trouve qu’elle ne re­
Sous un régime républicain, la démocratie directe ou le système représentatif suivent flète pas sa pensée. Ainsi, la loi qui régit le
représentative est fréquemment appli­ une seule voie pour devenir plus tard une domaine économique, social, politique de­
quée. La majorité désigne et destitue le démocratie tout court, pour une bonne vrait être révisée pour être appliquée dans
Président d’une manière démocratique organisation de la société. C’est pourquoi le consensus, ce qui traduit la démocratie.
c’est­à­dire par l’intermédiaire des urnes. le savoir et la sagesse sont nécessaires Enfin, la démocratie (Suite page 10)
8 SOKELA Numéro 7
>>> DOSSIER

Le Sénateur RAKOTOVAZAHA Olivier,


modérateur lors de la conférence

rim institutionnel
Pr Raymond RANJEVA
Président de l’Académie Nationale Malagasy :
«Il faudrait améliorer et renouveler
les bases de la démocratie»
“Le défi qui nous attend à l’heure actuelle est la démocratie
audio-visuelle, la démocratie internet et la démocratie
médiatique. Les conséquences néfastes de cette démocratie
médiatique ont été observées depuis longtemps. Si les
différentes élections ne sont pas bien étudiées, ce seront les
artistes, les sportifs qui vont prendre le devant en matière
politique, et il y aura de nouvelles catégories de dirigeants
politiques qui vont juste enchanter les électeurs.
La manière de gérer les caractéristiques de la démocratie
change radicalement et il faudrait de ce fait changer la manière
de l’exprimer. Par conséquent, il faudrait améliorer et renouveler
les bases de la démocratie, c'est-à-dire les élections, les droits
de l’homme, la liberté d’expression dans les affaires nationales,
l’art de diriger et de mettre en œuvre des plans stratégiques.
En ce qui concerne l’intérim, nous voulons juste le compliquer
parce que c’est vraiment complexe d’associer l’intérim et le
provisoire, deux concepts totalement différents, mais que nous
avons su le faire. La Constitution que nous avons adoptée ne
permet ni de développer ni d’exécuter, elle est conçue pour
freiner le développement et la bonne marche des affaires
nationales”.

SOKELA Numéro 7 9
>>> DOSSIER
(Suite de la p. 8) libérale permet aux diri­
geants et à la population de se mettre en RAKOTONIRINA Luc
contact par l’intermédiaire de la démocra­ Marcel (Directeur du
tie directe. Le pouvoir appartient au
peuple et l’élu doit lui rendre compte.
cabinet Président du
C’est le peuple qui l’a mis au pouvoir et il Sénat)
lui appartient aussi de le destituer. Le fait
de ne pas accepter les critiques venant du
peuple entraîne le chaos car celui qui est «La démocratie est
au pouvoir veut y perdurer. fragile»
La mise en place et l’acceptation de la dé­
mocratie sont une balise pour l’omnipo­ “La démocratie est fragile car
tence et l’autocratie mais tout le monde peu de Malagasy savent sa si-
doit accepter que la gestion de la société,
de la ville, de l’Etat requiert des mesures
gnification. Pour renforcer la
appropriées. Des raisons qui poussent à démocratie, il faudrait enseigner
revenir sur une vraie base de la démocra­ aux citoyens ses principes de
tie. base. La connaissance de ces
principes peut contribuer à
L’intérim institutionnel l'amélioration de la vie mais
aussi au développement de la
Comme dans la première partie, le Prési­ société.
dent Rivo RAKOTOVAO a ouvert la confé­ Les principes fondamentaux
rence par une série de questions pour sont nombreux mais peu le sa-
évoquer les difficultés qu’il a rencontrées
lors de l’intérim au sommet de l’Etat.
vent, sans parler de l'intégrité
Comment agir dans cette situation pour et de la redevabilité des élus.
défendre l’intérêt de la Nation ? Comment Combien d'élus savent ce qu’est
défendre la démocratie et notre Répu­ la redevabilité ? C'est cette igno-
blique en tant qu’intérimaire alors que la rance qui conduit au comporte-
Présidence de la République en est l’ins­ ment douteux des gouvernants”.
tance suprême et la vie de la Nation en dé­
pend ? Des questions qui ont été utiles
pour comprendre les contradictions qui
ont orné cette période.
L’un des exemples cités a été l’incohérence
au niveau des dispositions des articles 45,
46, 48 de la Constitution. Ces dispositions
mettent en avant le principe d’intangibilité
du mandat du PRM alors que l’article 46
lui­même stipule que « le Président de la
République qui se porte candidat (…) dé­
Pasteur Edouard
missionne de son poste (…). Selon le Pré­ TSARAHAME, Politicien
sident Rivo RAKOTOVAO, la HCC a déjà
déclaré que cette disposition devrait être
amendée. Pour lui, le socle de la Nation re­ «La souveraineté
pose sur la confiance que le peuple a est foulée»
donné à l’élu qui va le diriger dans la dé­
mocratie, or celle­ci est encore fragile du
fait que nous sommes dans un régime “A propos de la démocratie à
semi­présidentiel. Madagascar, la souveraineté est
En effet, il est contraire à la démocratie si
l’élu à qui le peuple a donné sa confiance foulée car ce sont les idées et
ne défend pas l’intérêt de ce dernier. Le politiques étrangères qui sont
Président conforte en premier lieu la dé­ toujours pratiquées à Madagas-
mocratie selon la disposition constitution­
nelle or certains politiciens ont semé le car. Appelle-t-on cela démo-
doute, bien avant les élections, amenant cratie ? Durant l’intérim du
les analystes à se demander s’il défend un Président du Sénat, un candidat
intérêt quelconque. Par ricochet, le peuple
en a tiré une conclusion hâtive comme a fait entrer des armes à l’inté-
quoi l’intérim est fragile et instable tout en rieur du pays. Il y a des lois qui
oubliant qu’il y a également un gouverne­ régissent l’état malgache. On se
ment de consensus dans sa gestion. Le
gouvernement était de consensus, donc
pose la question si les lois peu-
politique, ce qui a rendu difficile la gestion. vent-elles être appliquées ou
Il n’y avait pas une confiance mutuelle non durant l’intérim ?”
entre dirigeant et dirigés. Néanmoins, l’ob­
jectif était de défendre l’intérêt suprême
de la Nation alors que (Suite page 12)
10 SOKELA Numéro 7
>>> DOSSIER

Lalatiana
RAVOLOLOMANANA
Politicienne
«A Madagascar, nous ne
vivons pas encore
la démocratie»

“Le professeur Zafy Albert est


le Père de la démocratie. Bien
qu’il soit Président de la Répu-
blique, il n’a cessé de commu-
niquer avec le peuple et de se
rapprocher de celui-ci grâce au
mada-raid qu’il a effectué à Ma-
dagascar.
Ce ne sont pas les 25 millions
de malagasy qui vont diriger en-
semble le pays. C’est grâce à
l’élection que le peuple peut prê-
ter le pouvoir à la personne qu’il cela reste un débat parce que qui respectent cette loi alors
a élue et à qui il a donné sa nombreux élus ne rendent pas que d’autres l’enfreignent inten-
confiance. L’élu devrait ainsi compte au peuple. Il appartient tionnellement, et bien qu’ils
avoir un caractère humble, ne aux dirigeants de faire connaître soient honnêtes ils sont tou-
pas trahir la confiance que le au peuple la loi sur laquelle jours critiqués. Il faut donc
peuple lui a donnée, et montrer notre République a été fondée. changer la pratique politique, la
un bon exemple quant au res- A propos de l’intérim du Prési- pratique de la gouvernance et
pect de la Constitution. dent de la République, notre mettre en œuvre la démocratie
Le parfait n’existe pas mais la pays était un modèle en Afrique en étudiant soigneusement son
démocratie réclame une conti- pour avoir tenu les élections. application”.
nuité. A Madagascar, nous ne vi- Cela dépend énormément de
vons pas encore la démocratie, l’intérimaire parce qu’il y a ceux

Olga RAMALASON,
Sénateur
“Concernant l'intérim, le
Président intérimaire semble
avoir été trop indulgent,
pourtant la Constitution lui a
donné le pouvoir et l’autorité.
Sa présidence n’a pas du tout
été remarquée. Cependant, de
nombreux points exigent que le
Président par intérim se lève et
prenne la parole. Nous avons
pensé qu’il n’osait pas prendre
des responsabilités et nous
nous sommes vraiment
demandé s’il y a eu un
intérimaire dans le pays”.

SOKELA Numéro 7 11
>>> DOSSIER
(Suite de la page 10) certain ne respectait tons et nous complétons ». Les discordes de la République de l’époque (qu’il a rem­
même pas la Constitution a­t­il annoncé. peuvent toujours exister mais un Président placé temporairement) était élu démocra­
Devant la rumeur qu’on a fait circuler à de la République est fait pour diriger la Na­ tiquement, le soupçon de fraude pesait
l’époque à propos du pouvoir du Premier tion non pas un parti politique ou une as­ sur lui. Tout ceci pour dire que notre dé­
ministre qui était plus étendu que celui du sociation de natifs. C’est là qu’on a besoin mocratie manque de sérieux. Le Président
Président intérimaire, il a fait savoir que d’une ouverture d’esprit pour ne pas divi­ était élu démocratiquement, il était là
ses pouvoirs étaient plutôt limités alors ser. pour défendre l’intérêt du peuple non pas
qu’on a rien enlevé à celui du PM. Le Pré­ Pour conclure, il a déclaré que c’est la celui de son parti ou son propre intérêt.g
sident du Sénat a fait de l’ouverture d’es­ Constitution qui a investi l’intérimaire dans
prit une valeur parce que « nous sommes un cadre légal alors que le concept a fait H.A
unis dans la diversité, nous nous respec­ l’objet d’une appréhension. Le Président

Pr Raymond RANJEVA
Président de l’Académie Nationale Malagasy :

«Le pays peut encore être sauvé car ce ne sont pas


les intellectuels qui manquent.»

“Lorsque nous parlons de Constitution, la première chose qui vient souvent à l'esprit est qu'il s'agit d’une
recette ou d’un gadget gênant et qui nécessite une solution rapide. Notons que la Constitution a trois
aspects: premièrement elle est un accord qui régit la société, deuxièmement elle définit l’organisation
entre les différentes structures du pays, et troisièmement elle est conçue pour le développement du pays.
En combinant ces trois points, nous pouvons constater que l’Etat malgache est malade. Il ne s’agit donc
pas de remplacer la Constitution. Si elle est remplacée par ceux qui se disent connaître la loi, nous nous
enfonçons encore plus. De nombreuses sortes de constitution ont été élaborées, et nous savons que telle
ou telle ne fonctionne pas. Le pays a besoin d’une guérison complète. Le Président du Sénat parle des
défunts RATSIMANDRAVA, ZAFY Albert, pourquoi toujours parler des défunts ? Lorsque tout le monde est
d'accord pour trouver une solution pour le développement du pays, il peut s’agir d’une solution conclue à
l’étranger par le co-gouvernement, jamais vu dans le monde. Chacun agit pour avancer le pays, et cela a
fait avancer le pays. Les politiciens sont prêts à trouver une solution pour leur pays. Cela signifie que
même si le pays est confronté à des problèmes, nous sommes prêts à faire face. Le pays peut encore
être sauvé car ce ne sont pas les intellectuels qui manquent”.

Les étudiants très attentifs

12 SOKELA Numéro 7
>>> DOSSIER

Le statut du parlement
dans une démocratie moderne et efficace
Ce sujet présenté par RAKOTONDRABAO Andriantsihafa, ancien membre de la HCC,
actuellement membre de la Cour Suprême a également suscité la participation du public
lors de la célébration du 60ème anniversaire du Sénat. A part les éminents juristes, des
politiciens sont venus apportés leur point de vue sur ce sujet qui est toujours d’actualité.
Extrait.
L’exposé a été axé autour des disposi­ vraient être acceptés, ils sont forcé­ tatif démontre l’existence d’une démo­
tions de l’actuelle Constitution. Pour ment différents de ceux du pouvoir. La cratie moderne qui n’est applicable
mieux orienter le débat, RAKOTON­ mise en place d’un régime représen­ que si les dirigeants autorisent les di­
DRABAO Andriantsihafa a posé une sé­
rie de questions. Lorsque nous enten­
Depuis, la Constitution a été ce que le
dons parler de statut du parlement, la
dirigeant voulait qu’il soit : en cas de
procédure parlementaire vient de suite succès, on récolte ensemble, en cas
à l’esprit, cependant celle­ci est­elle d’échec on se pointe du doigt. Le
stipulée dans la Constitution ? Concer­ peuple, les citoyens ne se sentaient pas
nant la stabilité de l’Etat, est­il néces­ responsables des affaires du pays,
saire de disposer de deux Assemblées mais ils attendaient toujours les élus,
ou une chambre suffit­elle pour valider c’est la cause profonde du problème.
le programme avancé par le Gouver­ Le peuple est indifférent à cause de la
nement ? Faut­il rester dans le bica­ loi fondamentale qu’est la Constitu‐
mérisme et procéder à un rééquili­ tion. Chaque fois que les dirigeants ob‐
brage ? Quel est le rôle d’une tiennent le pouvoir, ils ne cherchent
commission mixte paritaire ? Pourquoi pas à améliorer pour faire participer la
faut­il donner une priorité à l’examen population. Depuis la première Répu‐
des projets de loi émis par le gouver­ blique de 1958 à aujourd'hui, on a tou‐
nement au niveau des deux chambres? jours joué un rôle avec les deux
En matière de démocratie, il est pri­ chambres, cela n'a pas affecté la popu‐
lation quel que soit le système, mais
mordial d’avoir confiance aux élec­ Gérard RAKOTONIRINA, tous les dirigeants ont eu le pouvoir
tions. Si nous voulons vraiment nous
Président de l’Ordre des journa- que ce soit au niveau de l'exécutif ou
exprimer, l’existence d’un régime re­ au niveau du législatif, voire à la base
présentatif au sein même des Institu­ listes de Madagascar: «On a
même. Est‐ce que celui qui a écrit cette
tions de l’Etat est nécessaire. Il en est toujours joué un rôle avec Constitution a considéré les réalités so‐
de même pour la pluralité d’idées, les les deux Chambres» ciales et culturelles à Madagascar ?g
avis des autres partis politiques de­

SOKELA Numéro 7 13
>>> DOSSIER
vergences de vue. et que représente le Sénat ? Si nous li­ gence d’idées et la participation des
A propos de la relation entre le parle­ sons attentivement la Constitution, partis de l’opposition dans le débat en
ment et la démocratie, l’esprit de la nous pouvons constater que l’Assem­ vue du développement sont plus que
Constitution ainsi que la relation entre blée Nationale exprime les idées poli­ nécessaires.
un régime politique et le vécu de tiques tandis que le Sénat représente En 2007, chaque membre des deux
chaque citoyen doivent être observés. les collectivités territoriales décentra­ Chambres a été appelé respectivement
Le modèle appliqué devrait convenir à lisées et les organisations économiques « député » et « sénateur » tout court.
la réalité et apporter le développement et sociales. La démocratie moderne et Cette appellation a été changée par la
souhaité. Or, avec l’actuel statut du efficace est­elle vraiment appliquée ou Constitution de 2010 en « Député de
parlement, l’on se pose la question si ce ne sont que des mots pour encen­ Madagascar » et « Sénateur de Mada­
la représentativité existe réellement ser certains politiciens ? Dans ce sys­ gascar ». Ce qui amène à dire que les
au sein du système étatique. Quel est tème, les idées divergentes ont­elles membres du Parlement peuvent s’ex­
donc le rôle de l’Assemblée Nationale été retenues ou rejetées ? La diver­ primer librement. Ils ne se limitent pas

Pr Raymond RANJEVA
Président de l’Académie Nationale Malagasy :
«Le Sénat garantit les piliers et les valeurs du pays»
choix politique est observé par le point de rencontre entre
la verticale et l’horizontale.
Du point de vue développement, le définir dans ce pays est
déjà un sujet préoccupant parce que même si on explique
la stratégie de développement à la population, cette
dernière aura du mal à comprendre.
Du point de vue politique, le peuple est‐il responsable du
développement ? Il en est responsable s’il y a un système
qui lui permet de connaître la voie à suivre, de savoir ce qui
l’attend dans le processus de développement, et cela devrait
se faire dans une démarche horizontale, c'est‐à‐dire au
niveau du Sénat.
Une session spéciale a eu lieu au Sénat pour discuter des
stratégies et plans de développement du pays durant la
première République. Ce sont les représentants des
collectivités territoriales qui ont mobilisé les structures de
base avec les différentes entités qui sont représentées au
Sénat. Ils ont alors évoqué le souhait de ne pas défendre des
intérêts quelconques mais quelque chose de profondément
enraciné dans le peuple. Là, il n’est ni question de parti
politique, ni d’origine ni de choix, mais de souveraineté
politique, il s’agit d’un fondement concerté. Ceci nous
Nous, Malagasy, avons pensé que le fondement français amène à penser qu’à Madagascar, pour apporter une
était l’idéal, et que nous devons utiliser la langue française solution, il faut imiter un modèle. Nous devrons revenir au
et même si notre Constitution a été rédigée en malagasy passé où la structure a été claire pour la population, le
elle a été inspirée de cette pensée. peuple est souverain et le gouvernement n’est là que pour
Le Sénat français a vu le jour durant la 3ème République indiquer le chemin à suivre.
(1875‐1940), il aurait été créé pour faire face à l’assemblée Durant la deuxième République, à l’issue d'une réunion du
nationale ou la chambre des députés. Le Sénat et la Comité constitutionnel, les travaux menés sur la
chambre des députés ont formé l’assemblée nationale en ce décentralisation et les collectivités territoriales n'ont pas été
temps là, la raison en est que les gens ont peur de l’évolution approuvés. Les travaux se basaient sur le statut incluant le
de la tendance sur le plan politique. Il y a l'Assemblée pouvoir et le fonctionnement des collectivités territoriales
nationale ou la Chambre des députés qui expose et définit décentralisées mais ils ont été rejetés par le gouvernement.
la tendance et varie en fonction de la conjoncture. D'un En effet, au début de la première République, la province
autre côté, c'est le Sénat qui garantit les piliers et les valeurs avait un statut avec la loi cadre.
du pays. Nous n’avons jusqu’ici qu’un Etat centralisé. Les CTD ne sont
Chez nous, durant la 1ère République, les qu’une façade. Elles sont toujours évoquées à chaque
constitutionnalistes ont fait de gros efforts, ils craignaient élection alors qu’aucune mesure n’est prise, je pense que ce
ne pas suivre le changement de tendance de l'Assemblée n'est pas à travers la copie des modèles constitutionnels
nationale, directement élue par le peuple. Le Sénat a alors étrangers que nous pouvons résoudre nos problèmes. Notre
été mis en place pour combler cela. Cependant, la manière problème concerne l'unité nationale et la répartition de
de travailler à l’Assemblée nationale est une démocratie responsabilité, la solution, à mon avis, est l’Etat unitaire
verticale, et au Sénat c’est une démocratie horizontale. Le fédéral. g

14 SOKELA Numéro 7
>>> DOSSIER
à rapporter les doléances de la popu­ moi qui le dis, mais beaucoup
lation qui l’a votée voire de leur parti d'écrivains en parlent tel que Marcel
politique. C’est une liberté de HODLOF lorsqu’il a écrit l’Economie
conscience édictée dans les articles 71 politique, et d’autres universitaires
et 72 de la Constitution. Une disposi­ africains. Si nous devons faire une
tion contraire à l’article 72 qui stipule nouvelle Constitution, je ne
que les élus doivent respecter les l’appellerai plus Constitution mais un
lignes de son groupe politique ou en Dina de la société malgache, c’est à
dire qui part d’un accord. Le Dina est
allant plus loin les directives de leurs
très important pour les Malgaches,
électeurs. C’est le mandat impératif.
c’est sacré.
Chaque élu n’a plus la liberté de
conscience et doit suivre les directives Certains disent que le Dina divise,
de leur parti. qu’est‐ce qui nous empêche de
Mono ou bicamérisme ? constituer le Fokonolona, attribuer un
Dina à chaque Fokonolona, à un
Le changement en mono ou bicamé­ niveau plus élevé on garde les points
risme requiert le changement de la communs et on élimine les différends.
Constitution étant donné que les deux
ROBIVELO M. Michel- Ancien CST: Mr IMBIKY Anaclet a écrit et analysé
Chambres sont des Institutions recom­ «Le Dina est très important sur le Dina, et lorsque cela n’est pas
mandées par cette loi fondamentale. conforme à la loi, ce n’est pas valable.
pour les malgaches»
En prenant l’exemple de la France, un Autrement dit, le centralisme
grand débat a eu lieu en 1958 lors de Les Malgaches ne sont ni des démocratique n’a pas été respecté
doctrinaires capitalistes ni des durant la deuxième République. g
la mise en place de la Vème Répu­
blique. Le Général de Gaulle a maintes doctrinaires socialistes, ce n'est pas
fois émis ses idées là­dessus et il a été
constaté qu’il voulait garder un pouvoir travers cette réflexion doctrinale qu’a l’intérêt qu’on défend est différent. Ce­
élargi et ne voulait pas opter pour le été posée la question sur l’utilité du pendant, en approfondissant la ques­
bicamérisme. De là est sorti le système Sénat dans un Etat démocratique qui tion selon la philosophie politique qui
de rééquilibrage du bicamérisme au est pour certain courant politique plu­ régit notre Constitution, le Sénat re­
lieu de sa suppression. C’est donc à tôt nécessaire pour un Etat fédéral car présente les forces économiques et so­

Vue générale sur l’assistance

SOKELA Numéro 7 15
>>> DOSSIER
ciales, les collectivités territoriales, d’où
son utilité. Chacun a, la plupart du
temps, sa perception et sa lecture de
la Constitution. On se demande alors
si pour certains la Constitution n’est
qu’un contrat voire un contractua­
lisme, c’est­à­dire qu’il accepte une li­
mitation de leur liberté en échange de
lois garantissant la perpétuation du
corps social.
C’est encourageant de voir un débat
qui anime actuellement les cercles
aussi bien dans la Capitale que dans
les Provinces à propos des Collectivités
Territoriales Décentralisées. Selon les
dispositions de la Constitution, le Fo­
kontany n’est pas considéré comme
une CTD et reste sous tutelle du mi­
nistère de l’Intérieur alors que c’est la
base même du développement. Cela
devrait être rectifié.
Lors du débat, plusieurs idées contra­
dictoires ont émergé mais se sont re­
jointes sur le maintien du bicamérisme
qui entre dans le principe de la sépa­ fonctions spécifiques comme conseil constituante pour que nous puissions
ration de pouvoir. Il est clair que le Sé­ du Gouvernement en matière de CTD. plus tard mesurer la conformité des
nat représente les CTD et les organi­ En conclusion, il faudrait voir de près travaux par rapport aux réalités poli­
sations économiques et sociales, tandis les critères de sélection pour désigner tiques et socio­économiques du pays.g
que l’Assemblée nationale représente le comité de préparation et de rédac­
les opinions. Le Sénat a également ses tion de la Constitution ou l’Assemblée H.A

“La loi devrait être façonnée selon les circonstances antérieures”


antérieures, ce ne sont pas les idées passagères qui vont
tout changer.
et non à partir d’idées qui ont traversé l’esprit au Palais .
De la première République à ce jour, la loi a été amendée à
partir d’idées au Palais. Si nous regardons les doléances
arrivées à la HCDEDD, nombreux sont les changements que
nous devons apporter quant à l’organsiation de notre
société, la population réclame la sécurité alors qu’elle est
censée en être le propiétaire. La question de Dina a été
évoquée parce que la population a perdu tout son droit, elle
est attaquée par les dahalo qui préoccupent les forces de
sécurité, vous pourrez voir dans nos bulletins les aspects
La démocratie et l’Etat de droit, la Constitution, la de la démocratie où le peuple est victime ou en souffre car
décentralisation, et la place du Sénat ont tous été débattus, elle est conçue à partir de loi inspirée d’une pensée
c’est comme si nous donnons raison au Président de la étrangère.
République de réviser la Constitution notamment en ce qui Si le Sénat est vraiment garant de la politique décentralisée
concerne le Sénat, et nous savons comment les membres de comme inscrit dans la Constitution, montrez au peuple que
la HCC lui a répondu. Aujourd’hui, nous voudrions soulever vous protégez la structure de la commune et des collectivités
que : le Sénat et la HCDEDD sont tous deux garants de la décentralisées. L’exécutif fait souvent pression sur les
démocratie, mais souvent à Madagascar les litiges communes et elles en souffrent. Lorsque le maire n’est pas
entraînent un changement de système pour justifier, comme de même tendance que l’Exécutif, ce dernier le contraint de
l’a dit l’orateur ce n'est pas la façon de penser ou le système le suivre, donc pour rompre ce cercle vicieux nous
de pensée malgache que nous adoptons pour réviser la loi. demandons au Sénat de montrer qu’il est vraiment
La loi devrait être façonnée selon les circonstances représentant des CTD. g

16 SOKELA Numéro 7
>>> DOSSIER

La diplomatie parlementaire
Toujours dans le cadre de la célébration de son 60ème anniversaire, le Sénat a réalisé une
conférence sur la diplomatie parlementaire. La diplomatie au sein du Parlement est un
concept émergent. Le fait étant que la fonction diplomatique appartient au pouvoir exécutif.
Or, le pouvoir législatif joue un rôle important dans la prise de décision au sein d’une Nation.
De plus les procédures parlementaires présentent un lien effectif entre ces deux aspects
indissociables dans l’action d’un pays. Les cadres aussi bien formels qu’informels qui
régissent la diplomatie au parlement affirme cette dualité de pouvoir.
M. Théogène RAJAONARIVELO, Docteur en droit et professeur d’Universités, de par son
expérience a été choisi pour présenter le thème. Extrait.

La mondialisation a fait de la diplomatie un officiel présenté sur un feuillet plié en


phénomène ouvert à tous et pour tous. deux.
La diplomatie parlementaire pour sa part ­du point de vue scientifique, c’est la pra­
est un phénomène émergent. Au sein du tique des relations internationales.
parlement, un lieu de prise de parole, ­du point de vue pratique, c’est une sanc­
émerge la nécessité de la diplomatie car tion, une manière de présenter.
d’après ses fonctions, le parlement est in­ Et en d’autre terme, c’est l’art de négocier
vité à établir et voter des lois, vu ses pou­ entre gouvernement.
voirs législatifs. Or, la diplomatie est un
droit régalien du pouvoir exécutif. Définition contradictoire
Ainsi dans le but d’écarter un empiète­
ment de fonction et pour que ces deux A la différence de la négociation propre­
pouvoirs s’entraident, dans le but d’une ment dite, la diplomatie est un acte cen­
meilleure prise de décision, il est de notre tral. C’est l’action du pouvoir exercé. D’où
intérêt de mettre en valeur « la diplomatie le premier problème de définition de la DI­
parlementaire » pour apporter sa spécifi­ PLOMATIE PARLEMENTAIRE car la diplo­
cité institutionnelle et pour faire progres­ matie appartient à l’exécutif, mais elle peut
ser les relations et les traitements de relever de l’activité du parlement, législatif,
dossier dans le but d’une prise de décision vu le cadre de délibération de plusieurs
efficace. personnes pour une échange de point de
La diplomatie au sein du parlement repré­ vue, d’analyse de négociation, et de vote
sente le pouvoir des institutions de part le de loi. Mme RANDRIANASOLO Niaritina,
monde. Donc un dysfonctionnement est reconnu DARH, modérateur lors de la
­La diplomatie, du point de vue Etymolo­ dans l’activité diplomatique au sein du conférence
gie: du latin diploma, diplôme, document parlement, car dans le livre « la diplomatie
SOKELA Numéro 7 17
>>> DOSSIER
» de Jean Paul P. « L’activité diplomatique
existe dans un cadre, …, un cadre précis ;
une assemblée ou une enceinte réunissant
des groupes parlementaires ».

Débat et refléxion
En 2001, un débat sur cette réflexion de
contradiction fut organisé en France, re­
connaissant l’effectivité de la diplomatie
au parlement.
Deux (02) conceptions y ont été dévelop­
pées.
­ D’abord, une conception constructive,
action en matière de relation.
Le cadre des Groupes d’amitié ou relations Le SG du Sénat, Mme ROBLINE,
interparlementaires pour le développe­ participant au débat
ment y a été remarqué.
Ces relations ont pour objet le rassemble­
ment des parlementaires d’un pays for­
mant une entité géographique et Afrique et en faire un prestige. tient au gouvernement ; comme les actes
historique avec lesquels un pays entretient L’APF dont la 42ème session s’est tenue à de nomination. Par ailleurs, d’après l’article
des relations officielles. Ils concourent au Madagascar en 2016, session qui a permis 137 de notre constitution, le Président de
développement des relations bilatérales aux Parlementaires Francophones la République peut négocier et ratifier des
avec les pays et contribuent ainsi de ma­ d’échanger lors du débat général sur « la traités.
nière privilégiée à la Diplomatie Parlemen­ croissance partagée et le développement Or dans son article 56, la constitution sti­
taire. responsable, condition de stabilité du pule que la compétence pourra être parta­
A Madagascar, citons entre autres les monde et de l’espace francophone ». gée avec un engagement de l’armée. Donc
groupes d’amitié actifs : France – Mada­ les deux Assemblées décident avec
gascar ; Allemagne – Madagascar ; Maroc Compétence comme avis « favorable ou non », comme
– Madagascar ; … . le cas du traité de Versailles en 1920 où les
Ces activités demandent l’exercice de La compétence du parlement en matière Etats Unis n’ont pas adhéré.
fonction de la Diplomatie Parlementaire. diplomatique est difficile à comprendre,
­ Ensuite, une conception élargie, nécessi­ pourtant elle est reconnue. Des textes ju­ Reconnaissance progressive
tant la participation de plusieurs Parle­ ridiques l’expriment. A savoir :
ments. ­ Des textes internes, comme la constitu­ Bien que la diplomatie au sein du parle­
Cas de l’Union Interparlementaire(UIP), du tion ment soit un concept émergent, elle sup­
Parlement Panafricain (PAP), de l’Assem­ ­ Des textes externes, comme les conven­ pose un effet de reconnaissance, car la
blée Parlementaire Francophone (APF), … tions internationales. doctrine invite son application dans les
. L’activité diplomatique est réservée à l’exé­ règles ; surtout dans le cadre des débats
L’UIP qui décrit la diplomatie parlemen­ cutif, cf. article 57 de la constitution de budgétaires et les procédures de contrôle
taire comme une activité de négociation Madagascar ; et le monopole de compé­ budgétaire suite à la réalisation des Poli­
dans un cadre multilatéral ; un terrain tence de la procédure y est remarqué. Par tiques Générales de l’Etat .
d’échange et de contact entre des parle­ conséquent, la constitution se limite à une Bref, il faut se rendre compte que la Diplo­
mentaires dans un milieu d’institution ad seule autorité qui est le Président de la Ré­ matie Parlementaire existe et elle fait
hoc. publique. Donc la consécration de la pré­ partie des valeurs du parlement ; en parti­
Le PAP, dont le but est de promouvoir l’im­ carité du pouvoir en la matière est culier lors des décisions juridictionnelles
portance de la Démocratie, de la Paix, et remarquée sous un angle de concentra­ puisque le pouvoir législatif fait partie du
du Développement, est créé pour déve­ tion. domaine de définition du parlement g
lopper l’institution parlementaire en Ainsi toute activité diplomatique appar­ Recueillis par RANDRIANASOLO Niaritina

Un auditoire tout ouïe

18 SOKELA Numéro 7
>>> INTERVIEW

A quelques mois de la fin de la législature au Sénat, le Président Rivo


RAKOTOVAO et le Premier Questeur Mourad ABDIRASSOUL nous ont chacun
livré leurs impressions sur leur passage au sein de l’Institution.

Président Rivo RAKOTOVAO :


“L’absence du Sénat remettrait en question les acquis démocratiques de plusieurs années”

SOKELA : Février 2016 – Mai 2020, le mandat d’un Sénateur Sénat au sein de la République.
dure cinq ans, cette législature est donc sur le point de Cependant, le changement à la tête de l’Etat suite à des
s’achever. Pouvez­vous résumer les faits marquants ? élections apaisées et une alternance démocratique exemplaire,
Président Rivo RAKOTOVAO : Plusieurs faits ont, en effet, a soulevé un dilemme au sein de l’hémicycle. Un changement
marqué cette législature. Après les élections présidentielles de intervenu à mi­mandat des Sénateurs. Des idées ont émergé
fin 2013, l’une des mesures initiées par le Président Hery sur la position à adopter face à l’avènement d’un nouveau
RAJAONARIMAMPIANINA à l’époque était le rétablissement du régime dirigé par un nouveau Président de la République et
Sénat. Le retour à l’ordre constitutionnel marqué par accompagné de son gouvernement. Divergences ? Rupture ?
l’organisation de la présidentielle et des législatives de 2013, Des questions qui se sont posées par rapport aux relations avec
des communales et municipales et enfin les Sénatoriales de les Institutions de la République. En 2019, il reste encore deux
2015 ont acté la restauration de la légalité. Les instruments années avant que le mandat des Sénateurs expire. Ce qui a
d’une mise en exercice de la démocratie dans le pays ont ainsi rendu assez délicat la présidence interne au Sénat.
été instaurés. Le parachèvement de la Constitution est devenu L’Etat d’urgence sanitaire que nous vivons actuellement (NDLR
réalité. l’interview a été réalisée début mai 2020) est également un des
Fin 2018, c’était une grande première dans les annales de la faits marquants. Une situation d’exception qui régit
République lorsque le Président du Sénat a provisoirement actuellement la vie de la Nation. Le respect des mesures
exercé la fonction du Président de la République dans le cadre découlant de cette situation demande une certaine flexibilité
de l’organisation de l’élection présidentielle. Un scénario voire une adaptabilité dans le cadre de la gestion de
prescrit par notre Constitution et qui a d’ailleurs été respecté l’Institution. Ceci dit, nous avons l’obligation de respecter
à la lettre lorsque le Président de l’époque se portait candidat toutes les mesures de précaution y afférentes alors que nous
à sa propre succession. Sitôt sa mission terminée, le Président entrons en session ordinaire.
du Sénat a repris sa place malgré les incompréhensions de S’il en est ainsi sur le plan national, le Sénat a pu assurer son
quelques uns dans ce retour à la tête de la Chambre Haute. rôle sur le plan régional et international. Notre Institution a
Tout ce parcours nous amène à mesurer la place que tient le représenté la Nation dans différentes réunions notamment sur

SOKELA Numéro 7 19
>>> INTERVIEW
la sécurité alimentaire, étant donné que la présidence de consultations pour éviter une redondance sur la prise de
l’APMSAN (Alliance Parlementaire Malagasy pour la Sécurité décision au niveau de l’Etat. L’objectif est de pouvoir trouver
Alimentaire et Nutritionnelle) lui a échu. Nous avons pu un dénouement plus proche et adapté. Par mes expériences
participer pleinement au débat lors des Conférences tant en dans le secteur privé mais aussi dans le secteur public, j’estime
Afrique qu’en Europe et émettre nos suggestions. appropriée cette approche qui ne fera que rehausser la valeur
Concernant les affaires internes du Sénat, nous avons pu, entre de la humble mission des Sénateurs. D’ailleurs, elle concorde
autres, achever la mise en œuvre du statut particulier de nos exactement aux tournées et autres descentes sur le terrain
agents. Un dossier resté en suspens depuis une dizaine ainsi qu’aux contrôles de la politique publique effectués par les
d’années mais qui a pu finalement aboutir. Parmi ces membres de cette Chambre Haute du Parlement. Bref, ils
réalisations qui n’est pas des moindres a été la mise en seront en tort s’ils n’agissent pas de la sorte !
effectivité des antennes du Sénat dans les chefs lieux de S : Certains disent que les décisions du Bureau Permanent
province, à savoir à Toliary et Toamasina. défendent des intérêts contradictoires à ceux de l’Exécutif et
S : La méthode de travail que vous avez adoptée est certaines mauvaises langues interprètent cela comme
différente par rapport à celle des législatures précédentes. contraire aux intérêts de la Nation. Est­ce dû au fait que vous
Vous avez procédé à des consultations des différents secteurs êtes tous issus d’un même parti ?
concernés : organisation économique et social, syndicat, P. R. R. : A chacun son interprétation. Puisqu’il y a eu un
ordre, etc… lors des travaux de commission. Est­ce seulement changement de régime, la majorité a changé du point de vue
pour se différencier de l’autre Chambre ou est­ce par souci politique. Oui, cela pourrait l’être, il y a toujours un débat sur
de ne pas prendre des décisions hâtives ? les décisions du Gouvernement, n’est­ce pas la raison d’être
P. R. R. : Comment se différencier ? Si les membres de la d’un parlement ? Je m’oppose au fait d’approuver sans débat
Chambre Haute n’ont pas adopté cette méthode, il faut avouer une position et de suivre simplement la recommandation d’une
que nous n’avons pas accompli notre mission telle que la personne. Personnellement, je ne vois pas les choses de cette
République nous le réclame. N’oublions pas que les Institutions manière, ce principe d’acquiescement facile est à l’origine de
sont complémentaires comme tous les secteurs d’ailleurs, il y la mauvaise considération de l’opinion vis­à­vis du Sénat et de
a une complémentarité comme il existe une différence. Le l’Assemblée Nationale. Même au sein du Parlement, certains
Sénat a la responsabilité de représenter les collectivités pensent que nous ne devrions pas nous exprimer, nous
territoriales décentralisées, les organisations économiques et devrions nous retirer en cas d’opinion divergente. Voilà
sociales. C’est pour cette raison qu’à part les élus, des membres pourquoi une partie de l’opinion n’arrive pas à mettre le
sont désignés par le Président de la République pour leur parlement à la place qu’il faut. C’est comme si ce parlement a
compétence particulière. Parmi les candidats proposés par les été instauré pour justifier uniquement que nous sommes une
partis politiques, il y a eu des opérateurs économiques mais République. Si c’est le cas, nous avons une différence
pas forcément des politiciens. Le mode de fonctionnement du d’appréciation. Des Institutions complémentaires respectant le
Sénat veut que les consultations soient une méthode de travail. principe de séparation de pouvoir ne sont pas censés suivre
Les associations, les employeurs et les salariés, les syndicats aveuglément une consigne. Si par exemple des juges et le
etc… ont le droit d’être écoutés, sinon où vont­ils s’exprimer ? ministère de la justice se prononcent sur un dossier et suivant
Certes, ils sont consultés par le Gouvernement et par le un principe bien défini, seront­ils accusés de ne pas suivre
Parlement afin d’apporter leur avis dans le cadre de l’ordre du Président de la République, ou celui du Premier
l’élaboration des lois des finances, mais si nous parlons d’une ministre ou celui du Président du Sénat ou celui du Président
loi concernant l’industrie, les Sénateurs ne vont­ils pas de l’Assemblée nationale ou celui de la HCC ? Si tel est le
consulter le secteur concerné ? Chacun a son expérience, son mode de pensée, la démocratie serait alors prise à
point de vue, son vécu par rapport à la l’envers, parce que l’idée de base est la séparation
réalité sur le des pouvoirs, qui sont par la suite
terrain. C’est complémentaires. En l’absence de l’exercice
normal si les démocratique, nous reculons vers une pensée
Sénateurs unique dans ce pays.
procèdent S. : D’après votre vécu à la tête de l’Institution,
aux pensez­vous que le Sénat est indispensable pour
la Nation ou est­ce une structure budgétivore
comme certains le pensent ?
P. R. R. : A mon avis, l’absence du Sénat,
comme certains estiment, remettrait en
question les acquis démocratiques de
plusieurs années. Qui va se soucier de
nos collectivités décentralisées et des
organisations économiques et
sociales?

20 SOKELA Numéro 7
>>> INTERVIEW
N’oublions pas que certaines fonctions sont différentes de celles d’enrichir le débat. C’est ça le respect de la démocratie. On ne
de l’Assemblée nationale. Ce sont deux institutions peut pas et on ne doit pas confiner la démocratie. Au contraire
complémentaires et non pas opposées. Toutefois, une décision profitons du contexte actuel pour mettre en place et renforcer
de l’Assemblée nationale n’est pas forcément celle du Sénat. Les une démocratie ouverte, inclusive et participative. Gérer un pays,
débats politiques sont censés se tenir dans l’hémicycle, et le c’est faire l’effort d’écouter, d’analyser et prendre les décisions
Parlement ne peut que s’enrichir des idées à travers les séries de pour préserver l’intérêt supérieur de la Nation, du peuple.g
consultations. Des consultations qui n’équivaudraient pas
forcément à une concordance de point de vue, mais une manière

Questeur Mourad ABDIRASSOUL :


“La transparence et la bonne gouvernance existent au Sénat”

SOKELA : Pouvez­vous définir en nel, hospitalisation, recrutement, le paie­ rapport financier qui est scruté et analysé
quelques mots le rôle et les attributions ment des indemnités et soldes. par les membres de la Commission des Fi­
de la Questure chargé des Finances et du Enfin toute la logistique, et le patrimoine nances. Cette dernière, à travers son Pré­
Personnel ? du Sénat relèvent aussi de la responsabi­ sident, présente ledit rapport à la séance
Questeur Mourad ABDIRASSOUL : La per­ lité du Premier Questeur. plénière après avoir été convaincu ou non
sonne du questeur chargé de l’administra­ A cet effet, Il travaille étroitement avec du bien fondé des comptes financiers.
tion des finances et du budget s’occupe trois Directions au niveau de l’Administra­ Si j’avais donc reçu chaque année un qui­
essentiellement de la bonne marche du tion générale du Sénat, à savoir la Direc­ tus c’est que la majorité sinon la totalité
Sénat dans les domaines suivants : admi­ tion Financière, la Direction des des Sénateurs présents pendant la pré­
nistration budgétaire et financière, admi­ Ressources Humaines et la Direction de la sentation a accepté l’existence de la trans­
nistration des ressources humaines et Logistique et du Patrimoine. Le Secrétaire parence et surtout de la bonne
administration de la logistique et de patri­ Général du Sénat l’accompagne dans la gouvernance en matière de gestion bud­
moine du Sénat. Autrement dit, le Ques­ réalisation de cette mission. gétaire.
teur assure la bonne réalisation du budget S. : Certains disent qu’il y a une mauvaise S. : Vous êtes parmi les 21 Sénateurs
du Sénat après avoir reçu l’aval du Bureau voire nébuleuse gestion financière au nommés pour vos compétences particu­
permanent lors de l’élaboration du budget sein de l’Institution alors que vous avez lières et votre mission était d’assainir
dont il est en charge et ce budget doit être toujours prôné la transparence, et qu’à l’Institution, pour combattre le népo­
entériné dans la loi des Finances. En chaque fin d’exercices, vous avez tou­ tisme et la corruption, avez­vous réussi
outre, l’administration des Ressources Hu­ jours obtenu le quitus de vos pairs, qu’en ou failli à cette mission ?
maines consiste à régulariser la situation est­il exactement ? Q.M. A : En effet, le Président de la Répu­
des employés du Sénat en matière de Q.M. A : Le Premier Questeur doit présen­ blique sortant Son Excellence Mr Hery RA­
congé non pris, avancement du person­ ter à chaque nouvelle session ordinaire un JAONARIMAMPIANINA avait fait appel à

SOKELA Numéro 7 21
>>> INTERVIEW

Crise de la Covid-19, port de masque et distanciation sociale ont été respéctés à la salle des séances (mai 2020)

moi pour pouvoir assainir le Sénat du 16,5 milliards d’ariary utilisable à partir du
point de vue népotisme et corruption de mois de mai. L’année d’après, ce budget
tout genre. était ramené à 22,3 milliard d’ariary et à
Comme vous le savez, nous n’avons pas 25 milliard d’ariary en 2018.
effectué de recrutement de nouveaux Notre budget prévu pour l’année 2019
employés au niveau du Sénat où l’effectif était de 33 milliards d’ariary et qui a été
est déjà en surnombre (plus de 550 em­ réduit immédiatement à 15 milliards
ployés), automatiquement nous avons ar­ d’ariary par le Président de la République
rêté le népotisme et la corruption. actuel lorsqu’il avait obtenu la légifération
Concernant les cas de népotisme et de par ordonnance de la LFR (Loi des Fi­
corruption décelés pendant la période de nances rectificative).
la Transition, le Bianco avait déjà été saisi Il est clair que notre budget a connu une
par le Sénat et le Tribunal avait déjà sanc­ baisse drastique surtout au niveau du
tionné les incriminés. poste de Biens et Services (dont fait partie
Par contre, le Bureau Permanant du Sénat le carburant) et du poste Transferts dont
avec les grands responsables de l’adminis­ fait aussi partie les remboursements des
tration du Sénat et avec l’aide du Ministre frais médicaux, étant donné que le Sénat
des Finances ont effectué un grand travail n’avait plus obtenu de prise en charge par
en entérinant le Statut Particulier des les hôpitaux et cliniques, et ceci depuis la
fonctionnaires du Sénat qui a permis de période de la Transition.
bien catégoriser les employés de l’Institu­ Les conséquences sont désastreuses car
tion. C’était une forme d’assainissement les Sénateurs n’ayant pas leurs propres
effectuée. En plus la mise en place du lo­ voitures pour effectuer les missions dans Communes, le budget alloué au Sénat ne
giciel AUGURE a permis aussi de rationa­ les communes (en moyenne 30 à 50 représente qu’environ 15.000.000 Ar par
liser la gestion du Personnel du Sénat. communes) n’étaient plus à mesure de an par Commune, ce qui est vraiment très
Autrement dit, tous les employés du faire les tournées convenablement car le peu.
Sénat sont actuellement bien identifiés. carburant était réduit de plus de la moitié, Pour votre information le budget actuel
Le seul problème à résoudre consiste à moyen par excellence pour réaliser les du Sénat représente 5% du budget cu­
trouver l’effectif optimum pour le Sénat missions périodiques. mulé de la Présidence et de la Primature
mais cela dépendra de la destinée de l’Ins­ S. : D’après votre vécu, en tant que Séna­ en ordre de grandeur. A vous de juger si
titution du point de vue politique et de sa teur, l’Institution est­elle vraiment une le budget du Sénat est excessif ou insuffi­
composition finale en termes de nombre Institution budgétivore voire inutile alors sant pour assurer la mise en place de la
de Sénateurs. Dans tous les cas de figure, que le modèle de développement que décentralisation effective prônée par la
l’affectation d’une partie du personnel nous avons choisi est plutôt basé sur les Constitution.
dans les autres Institutions et Ministères Collectivités territoriales décentralisées? Par contre, il faut se poser la question sur
s’avère nécessaire. Q.M. A : A mon avis, il faut mesurer l’effi­ les résultats réellement obtenus dans les
S. : Depuis bientôt une année, le budget cacité du Sénat en fonction du budget al­ Communes suite à l’intervention des Sé­
du Sénat a diminué. Les Sénateurs peu­ loué. Dans notre Constitution, en effet, le nateurs pour leur compte. Des rapports
vent­ils encore accomplir leur mission Sénat représente les collectivités territo­ périodiques sont effectués par ces der­
suite à cette mesure ? riales décentralisées comprenant les niers au niveau de leur Vice­président res­
Q.M. A : Au début du mandat en 2016, on Communes, les Régions et les Provinces. pectif.g
nous avait octroyé un budget d’environ Si nous ne considérons que les Propos recueillis par H.A

22 SOKELA Numéro 7
>>> AUDIENCES

Les précédentes visites effectuées par les Ambassadeurs, Représentants


d’organismes internationaux au Sénat étant déjà publiées dans la dernière
revue de l’Institution (SOKELA, Hors Série, juillet 2019), nous vous livrons ici
les audiences à partir du mois d’Août 2019.

>>> ETATS-UNIS
L’Ambassadeur des Etats Unis à Madagascar, SEM Michael Peter
PELLETIER a effectué le mardi 27 août 2019 une visite de courtoisie
auprès du Président Rivo RAKOTOVAO entouré à l’occasion par les
membres du Bureau permanent et par le Président de la
commission relations internationales.
La rencontre a été axée sur le raffermissement de la coopération
entre les deux pays et la possibilité d’échanges d’expériences entre
les Institutions américaines et malagasy.
A l’issue de la rencontre, SEM Michael Peter Pelletier a déclaré aux
journalistes présents que sa visite a été motivée du fait que le Sénat
tient une place importante dans la mise en œuvre de la démocratie à Madagascar. Questionné sur la loi sur l’opposition,
il a annoncé que Madagascar est un pays souverain mais les Etats Unis sont toujours prêts pour l’appuyer à la mise en
place de la démocratie et l’Etat de droit.n

>>> FAO
Le Président du Sénat Rivo RAKOTOVAO a reçu en audience le Représentant
résident de la FAO à Madagascar Patrice Talla TAKOUKAM, accompagné de
ses collaborateurs le 18 septembre 2019.
La reprise et l’amélioration de la collaboration impliquant l’Alliance
Parlementaire Malagasy pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle
(APMSAN) était au centre de la discussion. En effet, durant la période où
l’Assemblée Nationale a terminé sa législature, toutes les activités étaient
interrompues. Notons que l’APMSAN est une alliance unissant les
parlementaires de Madagascar présidée, pour son premier mandat, par le
Sénateur de Madagascar RANDRIAMANANTSOA Jafetra. n

>>>UNHCR
VALENTIN TAPSOBA, Directeur régional du Haut­Commissariat
des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a effectué une visite
de courtoisie auprès du Président du Sénat Rivo RAKOTOVAO le
mercredi 24 septembre 2019 au Palais d’Anosikely.
En premier temps, Monsieur VALENTIN TAPSOBA a adressé son
remerciement auprès du membre du Sénat d’avoir adopté la loi
qui donne aux enfants métisses d’une mère malagasy la
possibilité de jouir la nationalité malagasy. Ensuite les deux
personnalités ont discuté la loi régissant les réfugiés à
Madagascar et c’était l’occasion pour le Directeur Régional de
l’UNHCR d’inviter le Président du Sénat à assister à la réunion
annuelle que l’UNHCR organisera le 07 octobre 2019.
Le Président du Sénat a insisté sur l’élaboration de la loi sur les
réfugiés à Madagascar afin qu’ils puissent jouir la nationalité
malagasy et qu’ils puissent vivre sereinement dans le territoire
Malagasy. n

SOKELA Numéro 7 23
>>> AUDIENCES
>>> Parlement aux deux institutions pour la dé­
signation des cinq représentants
Panafricain du parlement Malagasy au parle­
Le Président du Sénat Rivo RA­ ment panafricain : trois proposés
KOTOVAO a reçu le Président du par l’Assemblée Nationale et deux
parlement Panafricain Roger par le Sénat. Il a sollicité des re­
Nkodo DANG, le jeudi 25 sep­ présentants féminins et des mem­
tembre 2019. bres issus des partis de l’opposi­
Une visite qui s’est focalisée sur tion.
l’amélioration de la collaboration
Quant au Président du Sénat, il a
entre le parlement panafricain et
le parlement malagasy. Ce mo­ précisé l’importance de la femme
ment était une occasion pour les pour la bonne marche du parle­
deux parties de discuter trois ment. Il a félicité le peuple mala­
thèmes, dont le terrorisme, le gasy pour la signature de la «
changement climatique et l’im­ charte de Malabo » et a invité les
migration. autres pays africains qui n’ont pas
Roger Nkodo DANK a fait appel encore signé cette charte. n

>>> FRANCE différents secteurs notam­


Le nouveau Ambassadeur de ment : l’économie, l’éduca­
France, SEM Christophe tion, la santé et la sécurité.
BOUCHARD a effectué une Les relations entre le parle­
visite de courtoisie auprès ment des deux pays ne seront
du Président Rivo RAKOTO­ pas négligées.
VAO le mercredi 23 octobre A ce propos, le Président
2019. Rivo RAKOTOVAO a rappelé
Outre le raffermissement des que la relation entre parle­
relations qui ont existé depuis ments est une occasion pour
longtemps entre la France échanger les expériences et
et Madagascar, le nouveau favoriser une coopération
ambassadeur a annoncé que continue et renforcée pour
ses priorités seront axées sur le bien du peuple. n

>>> Union sur le plan politique, social et


Européenne économique afin de comprendre
les problèmes du pays. Aussi le
Ce fut au tour du Sénat de recevoir renforcement des relations entre
le 23 octobre 2019 SEM Giovani le parlement malagasy et les parle­
di GIRALIMO, Ambassadeur de ments de l’Union Européenne
l’Union Européenne à Madagascar était au centre de la discussion.
dans sa tournée d’information au Le Président du Sénat a déclaré
sein de nos Institutions. Il a été qu’un échange est toujours très
reçu par le Président Rivo RAKO­ important pour le Sénat et il a
TOVAO. invité SEM Giovanni di GIRALIMO
Le but de la visite est de procéder à présenter l’Union Européenne
à des échanges d’informations lors d’une séance d’informationn

>>> ALLEMAGNE
Le Président du Sénat, quant à lui, a
Le Président du Sénat Rivo RAKOTOVAO souligné que la coopération entre les
a reçu en audience SEM Derus deux pays apporte une importance
MICHAEL, nouveau Ambassadeur de capitale pour le Sénat en matière
l’Allemagne à Madagascar, le jeudi 07 d’échange d’expériences. Aussi
novembre 2019. l’Allemagne est un pays qui respecte
Selon Son Excellence Monsieur Derus vraiment la bonne gouvernance et
MICHAEL, il est de son devoir de donne de l’importance à la biodiversité,
rencontrer tous les Chefs d’institution au respect de l’environnement qu’il est
de Madagascar pour le bon nécessaire de prendre en exemple car
déroulement et la réalisation de sa c’est le socle de développement d’un
mission. Ses priorités se concentreront pays.
sur les divers secteurs comme la Il a souligné aussi que par le biais de la
biodiversité, l’environnement, l’énergie FES, l’Allemagne est notre partenaire
et le respect de l’application de la technique et est toujours présent pour
décentralisation à Madagascar. le bien de la Nation.n

24 SOKELA Numéro 7
>>> AUDIENCES
>>> Corée du Sud
Des parlementaires coréens, dirigés
par le Vice­président de l’Assemblée
nationale de la République de la
Corée du Sud, LEE Ju Young, ont
effectué une visite de courtoisie
auprès du Président Rivo
RAKOTOVAO le 25 novembre 2019.
Ces parlementaires Coréens ont
montré leur volonté d’épauler
Madagascar, notamment dans les
domaines politiques, économiques
et sociales.
L’occasion a été également saisie
par ces parlementaires de solliciter
Madagascar, plus particulièrement
le Sénat, à rejoindre «l’union déroulera au Kénya en 2020 beaucoup dans les différentes
parlementaire mondiale du Quant au Président Rivo infrastructures dans la grande île, ce
scoutisme». Leur souhait est que la RAKOTOVAO, il a souligné qui témoigne la confiance du
Chambre Haute participe à la l’importance de la relation entre les gouvernement Sud­Coréen au
prochaine Union Nationale qui se deux pays. La Corée du sud investit gouvernement malagasy. n

>>> Afrique du Sud


>>> Indonésie
SEM ANINDITA HARIMURTI AXIOMA chargé d’affaires
de l’Ambassade d’Indonésie à Madagascar, est venu
rendre visite au Président du Sénat, Rivo RAKOTOVAO, au
Palais de verre, à Anosikely, le jeudi 12 décembre 2019.
Le principal objectif de cette visite a été de renforcer les
liens, la collaboration et la fraternité entre les deux pays.
Tout comme Madagascar, l’Indonésie vient également de
finir les élections législatives, communales, et
présidentielle.
Son Excellence Monsieur ANINDITA HARIMURTI AXIOMA
tenait à transmettre les salutations du Président de la
république indonésienne et également celles du
Président du Sénat indonésien. Il a aussi affirmé que
l’Indonésie est prête à coopérer avec Madagascar et à
apporter son aide ; et souhaite également une bonne
collaboration et une bonne entente entre le Sénat
Son mandat ayant pris fin, Son Excellence Madame indonésien et celui de Madagascar ; et invite une
VUYELWA MAUD DOLMO Ambassadeur d’Afrique du délégation de Sénateurs de Madagascar à venir en
Sud est venue faire ses adieux au Président du Sénat le Indonésie pour une visite officielle l’année prochaine.n
02 décembre 2019. Elle a tenu à remercier ce dernier
pour ces quatre années de collaboration en précisant
que la coopération entre les deux pays fut couronnée de
succès durant cette période.
Elle a également souligné l’importance des efforts fournis
par l’Etat malagasy qui a mené le pays vers une alternance
démocratique dans le respect de l’Etat de droit. “Les
efforts accomplis jusqu’ici ont apporté des évolutions
considérables pour Madagascar, malgré cela, il est
important que les dirigeants sachent tirer des leçons de
chaque situation car la perfection n’existe pas” a­t­elle
conclu.
Le Président du Sénat, Rivo RAKOTOVAO, quant à lui, a
tenu à remercier Son Excellence Madame l’ambassadeur
de l’Afrique du Sud pour sa collaboration avec les
Institutions notamment le Sénat. n

SOKELA Numéro 7 25
>>> AUDIENCES
>>> Inde
Le Président du Sénat Rivo RAKOTOVAO a reçu Son Excellence
Monsieur ABHAY KUMAR, ambassadeur de l’Inde à Madagascar,
le mardi 17 décembre 2019.
La rencontre s’est basée sur la continuité de la coopération entre
les parlements des deux pays et pour raffermir le lien. La création
d’un Groupe d’amitié est envisagé. n

>>> Japon
Arrivé au terme de sa mission à Madagascar, Son Excellence
Monsieur ICHIRO OGASAWARA, Ambassadeur du Japon a
fait une visite d’adieu auprès du Président du Sénat Rivo
RAKOTOVAO le mercredi 18 décembre 2019.
Son Excellence Monsieur ICHIRO OGASAWARA a remercié le
Président du Sénat pour les trois années de collaboration
avec Madagascar. Il a fait le tour d’horizon concernant tous
les projets de développement que le Japon a réalisés à
Madagascar, en indiquant plus particulièrement le projet
d’extension du port de Toamasina et le projet d’irrigation de
la plaine d’Ambatondrazaka qui est toujours en cours
aujourd’hui.
Le Président du Sénat a sollicité la continuité de la
collaboration entre les deux pays dans la fraternité. n

>>>France
Le Sénateur Jean­Yves LECONTE, a effectué une visite
de courtoisie auprès du Vice­Président du Sénat pour >>>Algérie
la province de Tuléar KOLO Roger, le 31 janvier 2020.
Une occasion pour les deux personnalités d’échanger Le mardi 03 mars 2020, Son Excellence Monsieur Bafdal
des informations concernant les deux Chambres MOKADDEM, Ambassadeur de l’Algérie à Madagascar,
hautes respectives. a été reçu par le Président Rivo RAKOTOVAO au Palais
Son passage à Madagascar lui a permis de rendre du Sénat.
visite aux différentes associations sous la tutelle de la Une visite qui a permis aux deux personnalités de faire
communauté française telles que les usines et les le tour d’horizon sur les actualités malagasy, régionales
écoles. et continentales. Cela a également été l’occasion pour
Quant au Vice­président de Tuléar KOLO Roger, il a SEM Bafdal MOKADEEM de rappeler le parcours de la
souligné que le parlement français et le parlement relation entre Madagascar et Algérie.
malagasy ont les mêmes structures. Aussi, Il a pu faire Etant un fléau intercontinental, l’évolution et la
un petit aperçu sur les rôles et les attributions du propagation du coronavirus ont été abordées.n
Sénat qui représente aussi les CTDs. n Recueillis par : JEREMINY Odile, RAKOTOMANGA Holy,
DIEUDONNE Landivola, RAMAMONJISOA Elmine.

26 SOKELA Numéro 7
>>> FRIEDRICH EBERT STIFTUNG

Les besoins socio-économiques de la Nation


selon les Organisations de la Société Civile

1.Introduction stratégies et plans existants.


Madagascar se classe parmi les dix (10) pays les plus pauvres
3. Objectif
du monde avec un PIB par habitant d’environ $410,00 en
L’objectif du présent document est de présenter la vision des
2016. La situation socio­économique est marquée par un taux
OSC quant aux besoins socio­économiques de la nation ré­
de pauvreté au niveau national avoisinant les 80% de la popu­
pondant aux contextes actuels sans compromettre les capacités
lation et ce malgré les atouts exceptionnels que le pays ne
des générations futures. Il repose sur les expériences pratiques
parvient pas à exploiter efficacement et durablement pour
des participants et sur l’enseignement tiré des pratiques anté­
donner un impact positif et significatif aux conditions de vie
rieures. Il présente des axes et orientations stratégiques visant
de la population.
à améliorer progressivement la situation socio­économique
La vision du PRM place les CTD et les OSC comme des acteurs
de la population malagasy.
de l’émergence et la société civile dans son rôle d’interpellation
et de proposition s’est penchée sur les besoins socio­écono­ 4. Le processus d’élaboration du DBSE :
miques de Madagascar pour apporter sa contribution dans le Le présent document est le fruit d’une approche participative
processus de développement du pays. menée auprès de six (06) régions de Madagascar, à savoir :
La société civile vise l’amélioration continue de la qualité de DIANA, BOENY, ATSINANANA, MATSIATRA AMBONY, ATSIMO
vie des citoyens par la prise ne compte du caractère indissociable ANDREFANA et ANOSY pendant trois (03) années durant les­
des dimensions sociale, économique, culturelle et environne­ quelles les besoins socio­économiques de chaque région ont
mental du développement dans une perspective d’équité intra été débattus avec la participation des CTD et des sénateurs de
et inter régionale. Madagascar.
Un atelier de partage entre les représentants des OSC issues
2.Le document des besoins socio­économiques de Madagascar:
de ces six (06) régions a été organisé afin d’obtenir une
DBSE
synthèse des travaux de consultation menés dans les six
Le DBSE consiste en un processus participatif destiné à atteindre
régions. Lesdits travaux de synthèse ont été axés sur les cinq
de manière progressive des objectifs économiques, sociaux,
(05) thématiques suivantes :
environnementaux et culturels.
Axe 1 : les services socio de base
Il repose sur des axes d’intervention jugés prioritaires par les
Axe 2 : le développement économique, l’entreprenariat et
organisations de la société civile malagasy, appuyant les
l’emploi
politiques gouvernementales et impliquant l’ensemble des ac­
Axe 3 : le foncier
teurs socio­économiques.
Axe 4 : les infrastructures, l’aménagement du territoire et l’ur­
Le DBSE est basé sur une analyse concrète reflétant les consta­
banisme
tations de la situation réelle au niveau de la population et de
Axe 5 : la gouvernance
l’identification d’une vision à long terme du pays.
Le présent DBSE constitue également un cadre de réflexion 5. Les problématiques socio­économiques de la nation
globale qui peut être inclus dans les politiques et stratégies Des services sociaux de base peu performants et de plus en
sectorielles du gouvernement. Dans ce sens, il repose sur les plus inaccessibles

SOKELA Numéro 7 27
>>> FRIEDRICH EBERT STIFTUNG
5.1.Education en perte de performance et inadaptée aux la toxicomanie en zone rurale et urbaine et dénoncée par la
besoins de la nation population comme source de la recrudescence de l’insécurité.
Les contres performances du système éducatif sont liés à la Par ailleurs, on constate un manque de confiance de la
vétusté et à l’insuffisance des infrastructures scolaires publiques. population envers les forces de l’ordre et du système judiciaire
Le manque de l’effectif des enseignants qualifiés marque éga­ en général. Ce fait est dû à la pratique excessive de la
lement cette baisse de performance. Ceci est souligné par la corruption.
proportion importante du nombre des enseignants payés par
5.4. Fournitures d’eau et d’électricité défaillantes
les parents d’élève (les FRAM) dont les qualifications ne ré­
Le taux d’adduction en eau et électricité est extrêmement
pondent pas aux exigences du métier.
faible en milieu rural. La qualité de service est marquée par de
La déscolarisation est importante en milieu rural qu’en milieu
fréquentes coupures en eau et électricité due à l’insuffisance
urbain, principalement à cause de la pauvreté des ménages
et la vétusté des infrastructures alors que la tarification de ces
étant donné que les parents ne peuvent plus subvenir aux
services ne cesse d’augmenter.
charges scolaires de leurs enfants. L’éloignement géographique
des écoles par rapport à certains villages constitue un blocage 5.5. Perte de l’identité culturelle Malagasy :
dans la scolarisation des enfants. La cohésion sociale marquée par le « fihavanana » laisse la
Le programme scolaire national reste trop théorique et ne place à l’égo, au non­respect d’autrui, de la société et des
répond pas aux besoins réels de la population surtout en biens communs
milieu rural.
Les formations correspondant aux potentialités économiques 5.6.Une structure économique figée
des régions sont quasi inexistantes. Les formations en matière La structure économique de Madagascar ne connaît pratique­
de tourisme, de mine sont par exemple rare voir inexistant ou
inaccessible pour les couches sociales vulnérables dans les
régions à forte potentialité minière ou touristique.
Particulièrement, pour les régions rurales, l’enseignement
général ne représente pas une nécessité absolue étant donné
que les enfants/jeunes de ces zones sont plus intéressés par
les enseignements techniques et professionnels. En effet,
vivant dans des zones touchées par un seuil de pauvreté pré­
pondérante, l’apprentissage d’un métier est le plus approprié
afin de pouvoir contribuer à l’amélioration des conditions de
vie des ménages.
5.2. Les services de santé de base sont de plus en plus inac‐
cessibles et le taux de satisfaction de ces services offerts est
en baisse
Pour l’accessibilité géographique, pour cause de l’éloignement
des CSB par rapport aux villages, les malades doivent souvent
entreprendre de longs trajets éreintants pour accéder aux
soins médicaux auprès de ces centres de santé publics. Seuls
cinquante­trois pourcents (53%) des formations sanitaires pu­
bliques sont accessibles toute l’année en partant des chefs
lieux de district (état des lieux 2014 : direction des districts sa­
nitaires du MSP).
Pour l’accessibilité financière, l’extrême pauvreté constitue un
frein pour l’accès aux soins de base, les consultations médicales ment pas d’évolution et se caractérise encore par la prédomi­
et particulièrement les médicaments sont payants dans les nance du secteur agriculture et du secteur service qui ne
formations sanitaires publiques permet pas le développement rapide prôné actuellement.
Bon nombre de CSB (quarante­six pourcents 46%) ne disposent ­ Une prolifération du secteur informel : la situation économique
pas d’un médecin et les infrastructures et matériels sont est caractérisée par le manque d’emploi décent qui a entraîné
vétustes. Au vue, de l’insuffisance des médecins, la durée de une situation de précarité et de vulnérabilité d’une grande
l’attente pour être reçu par un médecin peut dépasser une partie de la population. La création de micros entreprises indi­
demi­journée. Cette situation, combinée à l’éloignement de viduelles fortement informelles serre de moyen de subsistance
certains villages n’incite pas à la consultation d’un médecin pour une grande partie de la population. Cette situation
qu’en cas de maladie grave. limitant les recettes fiscales apporte néanmoins la création
Les médicaments pour les traitements, autres que les vaccins d’emploi particulièrement en milieu urbain
pour les enfants de bas âge, sont payants et hors de la portée
5.7. Le marché de travail, un problématique
des ménages vulnérables. Ces derniers ne bénéficiant pas de
Le taux de chômage est faible à Madagascar puisqu’il ne
couverture santé
touche que 1,3% de la population active (source : BIT) en re­
5.3. Insécurité grandissante tant en milieu urbain que rural vanche, la situation inadéquate touche plus de 81% de la po­
Les forces de l’ordre sont concentrées dans les zones urbaines pulation active occupée particulièrement les femmes.
et faiblement déployées en milieu rural, la durée des interventions En termes de niveau d’instruction, la situation est inédite car
en cas d’appel est jugée trop longue par la population, les le taux de chômage s’accroît avec le niveau d’instruction. Les
forces de l’ordre n’arrivent sur les lieux qu’après le départ des universitaires sont plus touchés (environ 5%) que les individus
assaillants. De plus, le manque moyen, les frais pour les sans instruction (environ 0,5%).
carburants lors des déplacements des forces de l’ordre sont Ce qui indique une inadéquation des formations par rapport
demandés aux victimes. On note également la prolifération de aux besoins de la nation.

28 SOKELA Numéro 7
>>> FRIEDRICH EBERT STIFTUNG
5.8. Un secteur agricole peu performant 5.12. Filière artisanale en déclin
L’agriculture, malgré ces 1,2 millions Ha de rizière et autant de Le secteur artisanal souffre d’une baisse de la disponibilité des
terre arable disponible est caractérisé par une insuffisance et matières premières dû à la dégradation significative de l’envi­
une vétusté des infrastructures agricoles, seulement 100.000 ronnement. Ce qui augmente les coûts de fabrication et
Ha (source : ministère de l’agriculture et du développement diminue la compétitivité. Ceci entraîne une difficulté pour
rural 2014) bénéficient d’une irrigation normalisée. Les agri­ trouver des débouchées aux produits artisanaux malagasy.
cultures souffrent également des impacts des aléas climatiques.
5.13. Le secteur foncier, source de conflits sociaux
Ces situations amenuisent et constituent une menace sérieuse
Une des problématiques marquant la Société Malagasy ac­
pour la sécurité alimentaire. Le secteur agricole est aussi
tuellement est la multiplication des conflits fonciers dans toute
marqué par des exploitations familiales orientées à une
l’île.
économie de subsistance et dont les techniques agricoles ne
Cette situation engendre une hésitation à investir dans l’agri­
sont pas adéquates aux aléas climatiques : résilience climatique
culture ou dans d’autre secteur. La corruption est pointée du
très faible.
doigt comme la source principale de ces conflits fonciers.
5.9. Une exploitation abusive des ressources naturelles
5.14. Voies de communication intra et inter régionales in‐
Outre les fonctions écologiques qui garantissent le bien être
de la population, la dégradation des ressources naturelles ter­ suffisantes
restres et marines par une exploitation non contrôlée hypothèque Une des principales faiblesses du développement économique
les potentialités économiques des générations futures. des zones rurales réside dans leurs difficultés à écouler leurs
De plus, selon la banque mondiale, le coût de la dégradation productions. En effet, les infrastructures routières intra régionales
sont insuffisantes et la plupart ne sont pas praticables pendant
les saisons de pluies.
5.15. Extension sauvage des villes
Le manque de planification territoriale et la corruption ont en­
traîné une extension anarchique des villes. Cette situation
compromet le développement futur de nos villes et accroît les
difficultés d’aménagement ultérieur.
5.16. Système de gouvernance peu performant
La société civile malagasy constate un manque de confiance
de la population par rapport à l’administration, une réduction
de la qualité de service de l’administration (délai d’attente
trop longue, accueil, …) dû principalement aux pratiques
excessive de la corruption à tous les niveaux et au manque
d’équité et de transparence par rapport aux procédures des
services publics.
Le manque de confiance de la population par rapport à l’ad­
ministration est amplifié par la rareté des comptes rendus
claires des élus envers les citoyens, d’une application des lois
sélectives et des divers abus sur l’utilisation des biens publics.
Cette situation entraîne un manque de dialogue social permettant
de mieux concevoir des politiques publiques répondant aux
besoins socio­économiques réels de la population.
6. Les axes stratégiques
environnementale à Madagascar est estimé à environ 450 Axe 1 : rendre les services publics sociaux plus performants et
millions de dollars par an. D’autant plus que Madagascar a été plus accessibles.
identifié au niveau mondial comme faisant partie des 5 pays En matière de santé et d’éducation, la société civile propose
les plus vulnérables au changement climatiques. de réviser les politiques sectorielles pour faciliter l’accès aux
5.10. Un secteur touristique peu développé et de moins en soins et à l’éducation des populations vulnérables. Entre autre,
moins attractif il s’agit de plaider pour une augmentation de budget alloué à
Le secteur tourisme malgré les énormes potentialités a du mal l’éducation et à la santé publique.
à décoller à cause de la recrudescence de l’insécurité, de la Particulièrement, pour le secteur « éducation », accélérer le
dégradation ou destruction des paysages forestiers et marins recrutement et le déploiement d’enseignants qualifiés et fonc­
et l’insuffisance d’infrastructure touristique répondant aux tionnaires pour alléger les coûts supporter par les parents
normes internationales. d’élèves.
Le climat des investissements n’incite pas les acteurs inter­ En parallèle, renforcer les capacités des enseignants pour
nationaux à s’implanter à Madagascar et ce malgré nos poten­ accroître le niveau de l’éducation nationale.
tialités. En matière « d’eau et d’énergie », la société civile malagasy
propose de libéraliser le secteur et favoriser l’implantation
5.11. Retombée des exploitations minières faiblement perçues d’autres sociétés de production et de distribution pour la four­
par la population niture d’eau et d’électricité spécialement en milieu rural.
Malgré l’existence de grandes industries minières à Madagascar, En matière de sécurité publique, la lutte contre la corruption
les impacts socio­économiques au niveau régional / national dans le système judiciaire, principalement auprès des forces
auprès de la population sont moindres. La société civile
de l’ordre doit être une priorité du gouvernement.
malagasy pense que la fiscalité et la redevance minière sont
Enfin, des actions de sensibilisation pour rétablir l’esprit de
très faibles et ne permettent pas un développement socio­
Société, du respect mutuel et du respect des biens communs
économique du pays.
doivent être menées de manière continue et incluses dans les

SOKELA Numéro 7 29
>>> FRIEDRICH EBERT STIFTUNG
cours d’éducation civique.
Axe 2 : créer un environnement économique favorable et inclusif,
bénéfique pour la population exploitant les potentialités de
chaque région de manière durable.
­ Globalement, favoriser les investissements pour le dévelop­
pement du secteur industriel à Madagascar par une révision du
code des investissements. L’industrialisation permet de créer
des emplois, des valeurs ajoutées et augmentera les recettes
fiscales des collectivités pour qu’elles puissent investir dans le
secteur social. Les potentialités économiques de chaque région
doivent être identifiées, mesurées et vulgarisées pour permettre
aux investisseurs potentiels de mieux cadrer leurs visions et
plan d’affaire.
­ Augmenter la productivité agricole en réhabilitant les réseaux
hydro­agricoles existants et former les agriculteurs sur des nou­
velles techniques et procédées adaptées aux changements cli­
matiques.
Ces actions seront renforcées par une facilitation de l’accès à un
fond d’appui sectoriel agricole qui permettra de diversifier les
cultures et augmenter l’utilisation d’intrants de qualité.
­Améliorer le climat des investissements pour accroître les ca­
pacités touristiques de chaque région. Diversifier les attraits
touristiques par la valorisation des richesses culturelles et arti­
sanales. Ces actions devraient être soutenues par le renforcement
de la sécurité en général et une stabilité politique.
­Réactualiser les lois minières et opérationnaliser le bureau de bonne qualité.
d’administration minière ou BAM. Axe 5 : promotion de la bonne gouvernance et de l’état de droit
­Développer un label des produits artisanaux malagasy et les pour une meilleure gestion des ressources des CTD.
promouvoir périodiquement au niveau national et international. Améliorer la stratégie de lutte contre la corruption et renforçant
Les clients potentiels sont les plus souvent sensibles aux respects les contrôles et les sanctions en opérationnalisant le comité
des droits de l’homme, la production des artisanats doit être pour la sauvegarde de l’intégrité.
transparente dans ce domaine et garantir le respect desdits Améliorer la transparence de la gestion par la mise en place
droits de l’homme (conditions de travail inhumain, emploi d’en­ d’un système de communication obligatoire et systématique
fant,…). pour les CTD sur la gestion administrative et financière.
Axe 3 : règlement des conflits fonciers et facilitation de l’accès 7. Les recommandations
au foncier. Pour assurer la prise en compte du DBSE, il faut un plaidoyer
Réviser le code foncier et prendre en compte des droits fort à l’endroit des législatifs et des exécutifs et la confirmation
coutumiers, alléger les procédures administratives et vulgariser des rôles de la société civile dans le développement du pays.
les informations/procédures administratives sur le foncier pour
lutter contre la corruption. Faciliter l’accès au foncier et renforcer 8. Conditions de réussite et facteurs de risque
la sécurisation des investissements.
8.1. Les conditions de réussite :
Axe 4 : développement territorial harmonieux, inclusif, respectueux
La réussite du DBSE est tributaire de la stabilité politique interne
des valeurs et de l’environnement et soutien du développement
du pays. Cette stabilité politique est aussi une condition préalable
socio­économique.
à l’extension des investissements privés nationaux et internatio­
Vulgariser les schémas régionaux d’aménagement du territoire
naux.
(SRAT) pour une politique proactive qui anticipe les besoins
Le DBSE doit être accompagné d’un plan d’action cohérent dont
dans les prochaines décennies. La société civile malagasy plaide
l’élaboration doit se faire avec le la participation active des mi­
également pour une augmentation significative du budget relatif
nistères concernés. Enfin, une large adhésion de la population
aux travaux d’infrastructure socio­économiques de chaque
en général est nécessaire pour la mise en œuvre desdits plans
région. Le contrôle des divers travaux d’infrastructure doivent
d’action.
également être renforcés pour obtenir des produits durables et
8.2. Facteurs de risque :
Les déficits en ressources humaines, financières et technologiques
pourraient compromettre la mise en œuvre efficace du DBSE.
9. Le système de suivi évaluation
L’opérationnalisation du système national intégré de suivi éva­
luation (SNISE) élaboré en 2008 pour suivre les progrès des réa­
lisations des programmes gouvernementaux est nécessaire pour
accompagner, ajuster et améliorer les plans d’action issus du
DBSE. Le SNISE comprend :
­ Le cadre institutionnel précisant les missions et attributions
des parties prenantes en matière de suivi­évaluation.
­ Les mécanismes de coordination et de suivi­évaluation.
­ Le calendrier de suivi­évaluation et les outils nécessaires pour
le développement du système.

30 SOKELA Numéro 7
>>> RELATIONS INTEPARLEMENTAIRES

Sécurité alimentaire et nutritionnelle


Etant le premier pays Africain à avoir mis en place une Alliance parlementaire
pour la Sécurité Alimentaire, Madagascar a été à l’honneur au Forum sous
régional des Parlementaires qui s’est tenu à Brazaville Congo du 19 au 21
novembre 2019.

Le Président Rivo RAKOTOVAO lors d’un débat

L ’Alliance Parlementaire Malagasy


pour la Sécurité Alimentaire et Nu­
tritionnelle (APMSAN) est établie le 14
que de plusieurs associations.
«Une vision commune pour une ali‐
mentation et une nutrition améliorées
«investissement et financement pour
la sécurité alimentaire et nutritionnelle
: le rôle du parlement», «l’alliance
février 2017 après que le Parlement à travers une agriculture durable» tel parlementaire : un outil de mobilisation
Panafricain (PAP) ait lancé en août est le thème du Forum. L’objectif est et de communication inter‐acteurs»,
2016 l’Alliance Panafricaine pour la Sé­ la mise en place du réseau des al­ «renforcer la coopération sous régio‐
curité Alimentaire et Nutritionnelle. liances des parlementaires de la sous­ nale pour mieux contrôler le marché
L’initiative a été appuyée par la FAO. région Afrique centrale pour la Sécurité alimentaire»
Ainsi, une délégation du Sénat de Ma­ alimentaire et nutritionnelle des po­ Madagascar avait l’honneur d’animer
dagascar conduite par le Président Rivo pulations de la sous­région. le sous­thème 2 : «Le parlementaire
RAKOTOVAO et composée par les Sé­ Le forum s’articulait autour de cinq et la gouvernance en matière de sécu‐
nateurs Jafetra RANDRIAMANANTSOA, sous thèmes, à savoir : «le législateur rité alimentaire et nutritionnelle» et le
Président de l’APMSAN et MANESSOR face à la problématique de la lutte sous­thème 4 «L’alliance parlemen‐
Bernard, a été invitée à Brazaville pour contre la malnutrition», «le parlemen‐ taire: un outil de mobilisation et de
un partage d’expérience notamment taire et la gouvernance en matière de communication inter‐acteurs».g
avec les pays de la Région de la sécurité alimentaire et nutritionnelle», Miora RANARIJAONA
Communauté Économique des États
de l’Afrique Centrale (EEAC).
Le forum organisé par le Parlement du
Congo en étroite collaboration avec le
Gouvernement congolais, la CEEAC, le
Système des Nations Unies (FAO, PAM,
OMS et UNICEF) et placé sous le Haut
patronage du Président de la Répu­
blique du Congo voyait la participation
des Alliances parlementaires de nom­
breux pays de l’Amérique latine, de Au premier plan à droite le Sénateur Jafetra RANDRIAMANANTSOA,
l’Europe, de l’Amérique du Nord ainsi au second plan le Sénateur Bernard MANESSOR (Lunettes)

SOKELA Numéro 7 31
>>> RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES

Réseaux parlementaires et les défis de la sécurité alimentaire


Le Sénat de Madagascar, représenté par le Président du Sénat Rivo RAKOTOVAO,
accompagné par les Sénateurs Harisson BENESSY et Olga RAMALASON, a participé à un
Séminaire international sur les réseaux parlementaires et les défis de la sécurité alimentaire
qui s’est tenu au Rabat, Royaume du Maroc du 30 octobre au 01 novembre 2019.

La salle des séances du Parlement Marocain

C
’est la première réunion du réseau
parlementaire sur la sécurité ali­
mentaire en Afrique et dans le
monde arabe organisée par l’association
des sénats et le conseil équivalent en
Afrique et dans le monde arabe, en parte­
nariat avec l’Organisation des Nations
Unies pour l’alimentation et l’agriculture
(FAO).
Les parlements sont les partenaires es­
sentiels dans les politiques de lutte contre
la pauvreté, la faim et la mal nutrition,
compte tenu de leur fonction législative
et leur rôle de contrôle des politiques
budgétaires et gouvernementales. Les La délégation Malagasy, au premier plan
le Président Rivo RAKOTOVAO. Au
parlements jouent également un rôle im­
second plan, de g. à d. les Sénateurs
portant dans l’élaboration des politiques Harisson BENESSY et Olga RAMALASON
publiques liées au développement, ce qui
permettra de mettre en place un cadre solutions ont été signées par les partici­ de la population et au secteur privé pour
institutionnel efficace et étendu capable pants. L’Union Parlementaire Africaine miser ses activités à l’agriculture.
de garantir le droit de l’alimentation et à (UPA), le Parlement Panafricain, les parle­ Interviewé par une chaîne marocaine, le
la nutrition et de renforcer la gestion du mentaires venant d’Arabie, d’Amérique la­ Président du Sénat de Madagascar a sou­
développement agricole. tine, de Caraïbes… ont fait appel à la ligné que la lutte contre la malnutrition re­
L’objectif du séminaire est de dégager des contribution de tous pour soutenir les ac­ quiert la conviction de tous. g
décisions urgentes à prendre au niveau tivités des organisations internationales,
des parlements sur les défis de la sécurité au gouvernement pour créer une struc­
alimentaire. Durant ce séminaire, des ré­ ture qui va assurer la sécurité alimentaire JEREMINY Odile
32 SOKELA Numéro 7
>>> RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES

Echanges d’expériences avec le Sénat du Rwanda


R
avagé en 1994 par le génocide, le Rwanda s’est reconstruit en une vingtaine d’années.
Il est devenu un exemple économique pour les pays du continent africain. Comment
et pourquoi ce pays a­t­il réussi à se relever aussi vite ? Quelles leçons Madagascar,
qui n’a jamais connu ni de guerre civile ni de conflit majeur, peut tirer de cette réussite ?
Notons qu’un économiste et un architecte malagasy ont contribué à la reconstruction du
Rwanda.
C’est dans cette optique qu’une délégation malagasy composée de deux Sénateurs et de
trois techniciens du Sénat de Madagascar a effectué une visite officielle à Kigali, Capitale du
Rwanda pendant cinq jours, du 22 au 27 décembre 2019.
Il s’agit d’une visite sur invitation du Président du Senat du Rwanda, sur demande effectuée
par son homologue malagasy.

SOKELA Numéro 7 33
>>> RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES
L’objectif de la visite consistait à :
comprendre le mécanisme et le fonction­ Situation économique
nement des Institutions de la République ­ Selon la Banque mondiale, le Rwanda a enregistré un taux de croissance annuel
du Rwanda à travers l’analyse des instru­
moyen de 7,5 % entre 2000 et 2018, dû en partie à l’amélioration de la
ments juridico­institutionnelles, notam­
ment : la constitution, les institutions et les gouvernance économique au cœur de la stratégie Vision 2020 portée par Paul
CTD ; partager les bonnes pratiques du Kagamé.
Rwanda en matière de bonne gouver­ ­ La croissance devrait être de 7,8 % en 2019, selon les projections du FMI.
nance, de l’instauration de l’Etat de droit ­ Objectif de faire du Rwanda le « Singapour africain à l’horizon 2050, le pouvoir
et de la lutte contre la corruption. Le but
rwandais souhaite faire de Kigali un hub pour les conférences internationales.
est de les transmettre à toutes les forces
vives de la nation, entre autres : les mé­ ­ Le Rwanda place le secteur des TIC parmi les piliers de sa stratégie de
dias, les politiciens, les organisations de la développement : 80 % de pénétration mobile, un réseau 4G couvrant plus de 95
société civile, économiques, et syndicales ; % de la population.
enfin de dégager les facteurs clés de la ­ Le Master Plan Smart Rwanda 2020 adopté en 2015 décline des objectifs tels que
réussite du pays. la création d’une société « cashless », le positionnement du Rwanda en hub
Les partages et les échanges étaient axés
sur les cadrages juridico­politiques du Pays africain du numérique ou encore le passage de 95 % des transactions
notamment sur les organisations du Sénat gouvernementales en ligne.
et de l’Assemblée nationale, des Collecti­ ­ La stratégie digitale du Rwanda est représentée par la plateforme Smart Africa,
vités Territoriales Décentralisées (Dialogue créée en 2013 à l’initiative du Président Kagamé qui rassemble aujourd’hui 24
National), le processus d’élaboration et de États africains. Smart Africa promeut la transformation numérique du continent
vote des lois de finances ; le principe de
et organise chaque année un sommet à Kigali qui rassemble 4000 participants.
travail à tous les niveaux : le leadership et
la redevabilité, la gouvernance politique et ­Les autorités rwandaises ont élaboré une nouvelle stratégie (Vision 2050) qui se
la transparence, l’Etat de droit. concentre sur la transformation agroalimentaire, l’innovation et l’urbanisation.
Des échanges et des séries de conférences
ont été effectués sur le leadership des di­
rigeants politiques du pays, la redevabilité, et y a déposé une gerbe. A la fin du séjour, émergents d’Afrique. Elle est l’un des plus
la gouvernance et la transparence, ainsi des descentes sur terrain ont été effec­ petits pays du continent en superficie et
que la décentralisation et l’Etat de droit. tuées afin de voir des cas concrets comme en nombre d’habitants (12 Millions) et est
Ces échanges de partage se sont déroulés la Zone économique spéciale de Kigali et classée 34ème sur les 55 pays d’Afrique en
avec le Bureau permanant élargi du Senat le Village de KARAMA (IDP model village). termes de PIB (9,12 milliards USD), si Ma­
du Rwanda, la Commission du développe­ Les deux Institutions ont confirmé leur vo­ dagascar est classé 29ème (12 ,1 milliards
ment économique et finances, le Minis­ lonté de raffermir les liens par la création USD). Elle dispose, entre autres, d’une
tère des finances et de la planification future d’un Groupe d’amitié. La concréti­ Banque Centrale et une monnaie natio­
économique, l’Office de l’audit général des sation se fera à Madagascar suite à une in­ nale, le franc rwandais. L’économie rwan­
finances de l’Etat, l’Office Rwandais de la vitation du Président du Senat Malagasy à daise a connu ces derniers temps une
gouvernance et le Maire de la ville de Ki­ son homologue Rwandais pour venir visi­ forte croissance.
gali. ter le pays. En effet, après le génocide de 1994 qui a
Par ailleurs, dès son arrivée à Kigali, la dé­ Principe de consensus détruit les bases de l’économie rwandaise
légation a visité le Mémorial du Génocide La République du Rwanda est un des pays et a appauvri la population, des efforts de

Photo 2

34 SOKELA Numéro 7
>>> RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES
stabilisation et de réhabilitation ont été
avancés par le Gouvernement.
Ce dernier a manifesté une volonté poli­ Le parlement
tique de moderniser et diversifier son éco­
nomie et ambitionne à travers son Plan de
développement national (National Plan­ Le Sénat
ning Development Framework) basé sur la
26 membres : 12 élus, 8 présentés par le Président de la République, 4 présentés par
bonne gouvernance de devenir un pays à
les partis politiques, 1 présenté par l’Université publique, 1 par les Universités
revenu émergent en 2050. Des réformes
privées. Leur mandat est de 8 ans en 1 fois. 32% de femmes.
pour faciliter les investissements, particu­
lièrement dans le secteur de la production Les organes du Sénat sont :
et transformation agricole, à travers les
projets agro­industriels, ont été mises en ­ L’Assemblée Plénière ;
place ainsi que l’instauration d’une Zone ­ La Conférence des Présidents ;
économique spécial (ZES). Le Rwanda a ­ Le Bureau du Sénat ;
également commencé à prendre en ­ Les Commissions (au nombre de 4);
charge le problème énergétique par l’ex­ ­ Le Comité chargé de l’évaluation des activités du Sénat, de la
ploitation à partir de 2009 du gaz méthane discipline, du comportement et de l’immunité des Sénateurs ;
du lac Kivu. ­ Le Secrétariat Général.
Actuellement, la ville de Kigali qui est la vi­ L’Assemblée plénière est composée de tous les Sénateurs et elle est l’organe
trine du pays, n’a rien à envier aux autres suprême de prise de décision du Sénat.
capitales africaines avec ses routes bitu­ La Conférence des Présidents est composée par le Bureau du Sénat, bureaux des
mées, ses quartiers salubres, son système commissions permanentes et celui du Comité.
éducatif, son système de transport compa­
rable à celui des pays européens. Le Bureau du Sénat est composé du Président du Sénat et deux (02) Vice­présidents :
Cependant, tous ces efforts sur le plan le Vice­président chargé des affaires parlementaires et le Vice­président chargé des
économique demeureront vains si le affaires administratives et financières.
peuple rwandais n’a pas adhéré au dyna­
misme établi par les dirigeants. Avec ses La commission est un organe au niveau de laquelle s’effectuent l’examen et la
plus de 12 millions d’habitants composés préparation initiale de la matière à alimenter l’ordre du jour et les débats de
de trois ethnies différentes, et plus de 3,5 l’Assemblée plénière.
millions de diasporas, le Rwanda a pris en Le Comité chargé de l’évaluation des activités du Sénat, de la discipline, du
main sa destinée autour de la réconcilia­ comportement et de l’immunité des Sénateurs est composé de cinq (05) membres
tion et de répondre méticuleusement aux élus par l’Assemblée plénière. Il est responsable de faire le suivi du fonctionnement
exigences de leur Constitution. Il a fait un du Sénat, du discipline et comportement des Sénateurs tant à l’intérieur qu’à
de ses atouts le dépassement du clivage
l’extérieur du Sénat. Dans sa routine, il se doit de formuler les résolutions et
politique, à titre d’exemple le Président de
recommandations à l’intention de l’Assemblée plénière, indiquant les points faibles
la République et le Président de l’Assem­
et les points forts dans le fonctionnement, proposant ainsi le plan d’amélioration de
blée nationale ne sont pas issus d’une
la prestation des services au Sénat.
même formation politique, il en est de
même du Président du Sénat et des deux Les organes susdits jouissent d’un appui technique des services administratifs et
Vice­présidents. Le principe de consensus financiers. Lesdits services sont confiés à l’autorité du Secrétaire général du Sénat
est respecté dans la composition du gou­ secondé par le Secrétaire général adjoint chargé des affaires législatives.
vernement qui dépend de la répartition
des chaises à l’Assemblée nationale.
Le Rwanda a également mis en place un
système de dialogue pour trouver un ac­
L’Assemblée Nationale
cord, un consensus sans omettre de res­
pecter l’Etat de droit avec un dynamisme La Chambre des députés du Rwanda compte 80 membres dont:
pluraliste et en respectant l’égalité entre • 53 élus au suffrage universel au scrutin secret;
homme et femme. A ce sujet, les mem­ • 24 femmes sont élues par des conseils spécifiques conformément aux entités
bres du Sénat (26) sont constitués de 38% administratives;
de femmes, il en est de même à l’Assem­ • 2 membres élus par le Conseil national de la jeunesse;
blée Nationale (80) où elles détiennent • 1 membre élu par la fédération de l'Association des Handicapés.
42% des sièges.
En matière de bonne gouvernance, des
structures étatiques ont été nance (ORG) qui a pour rôle de surveiller œuvre de la politique de décentralisation
érigées comme l’Office de l’Ombudsman régulièrement la prestation des services et etc... Enfin, le Rwanda dispose d’un Office
qui travaille comme médiateur entre les ci­ le respect des principes de bonne gouver­ de l’Auditeur Général des Finances de
toyens, les institutions publiques et pri­ nance dans les secteurs public et privé l’Etat qui est rattaché au Parlement et a
vées, prévient et combat l’injustice, la ainsi qu’au sein des organisations non­ pour tâche de promouvoir la responsabi­
corruption et les infractions connexes, re­ gouvernementales. Cet office mène des lité, la transparence et les bonnes pra­
çoit et examine les patrimoines déclarés recherches sur la gouvernance au Rwanda, tiques dans les activités du
des hautes autorités du pays, des agents promeut les principes de la bonne gouver­ Gouvernement.
de l’Etat et des employés responsables des nance, de la démocratie, du fonctionne­ Malgré le bref séjour et un emploi du
biens et finances publiques etc… Il y a éga­ ment et de la prestation des services, temps assez chargé, la visite a été très en­
lement l’Office Rwandais de la Gouver­ conseille le Gouvernement sur la mise en richissante

SOKELA Numéro 7 35
>>> RELATIONS INTERPARLEMENTAIRES
dispositions de cette loi fondamentale.
Groupe d’amitié Ainsi, plusieurs leçons ont pu être tirées au La législation
Les rencontres avec les différentes Institu­ vu des nombreuses bonnes pratiques ci­
Le Parlement exerce le pouvoir légis­
tions ont été constructives et de grande tées précédemment si bien que plusieurs
latif conjointement avec le gouverne­
qualité. Les responsables rwandais n’ont pays africains aient fait du Rwanda un mo­
dèle économique. ment.
pas hésité à partager leurs expériences. Ils
Les Sénateurs rwandais effectueront une Le droit de présenter des projets de loi
ont été d’une grande ouverture et ont mis
de côté la rétention d’information. visite officielle au Sénat de Madagascar. Ce appartient au gouvernement et aux
La bonne gouvernance est une des clés de sera également l’occasion de mettre en membres de la Chambre des députés.
la réussite du Rwanda. Le pays est un place un groupe d’amitié afin de raffermir Les projets de loi présentés par le gou­
exemple à suivre dans ce domaine. L’ins­ les relations.g H.A vernement ou les députés sont repro­
tauration de l’Etat de droit est également duits et distribués aux parlementaires
La délégation malagasy
un atout de leur succès, les Rwandais font en séance plénière.
preuve de rigueur et de discipline. A titre Après adoption de leur pertinence, un
4Mourad ABDIRASSOUL, Questeur 1
d’exemple, la corruption, les malversa­
4Bruno BETIANA, Rapporteur Général1 rapport est établi qui est joint au pro­
tions, le détournement de denier public
4Ferdinand ANDRIAMIHAJA, jet de loi et traité au comité approprié
sont quasi­inexistants dans leur pays.
Chef de Cabinet Questeur 1 pour un examen plus approfondi. Si le
La délégation a pu constater tout au long
4Alain RASAMBANY, projet de loi est jugé insuffisant, il est
de sa pérégrination que les rwandais ont
Conseiller du Président du Sénat renvoyé à son auteur.
élaboré leur Constitution pour le progrès,
4Harilala ANDRIANARIMANANA, En commission, tout député est auto­
dans un esprit de partage du bien du pays,
Directeur de la Communication risé à proposer des amendements ou
et qu’ils respectent scrupuleusement les
des sous­amendements ou plusieurs
articles. Ceux­ci sont votés avec le
texte original.
Après l'étude du projet de loi, la
commission fait un rapport à soumet­
tre à la séance plénière.
La session plénière vote article par ar­
ticle et adopte la loi par un vote nomi­
natif. Aucun amendement n'est
autorisé en séance plénière.
La loi votée est soumise à la Chambre
du Sénat, si elle est de sa compétence,
ou au gouvernement pour promulga­
Photo 3
tion et publication.
Dans le cas où le Sénat n'approuve pas
un projet de loi qui lui est transmis ou
si les amendements proposés par le
Sénat ne sont pas acceptables pour la
Chambre des députés, les deux cham­
bres créent une commission compo­
sée d'un nombre égal de députés et
de sénateurs qui font des propositions
sur des questions encore en cours de
débat.
Les deux chambres sont informées par
Photo 4 la commission du compromis trouvé
et les chambres le décident.
Légendes photos : Si la décision de compromis n'est pas
1. Le Président du Sénat de Rwanda Augustin IYAMUREMYE serrant la adoptée par les deux chambres, le
main du 1er Questeur Mourad ABDIRASSOUL (Sénat de Madagascar) projet de loi est renvoyé à l'initiateur.
en présence de la Vice-Présidente chargée des finances et de l’admi-
nistration Dr MUKARAMBA Alvera et de BETIANA Bruno 1er Rappor- Chaque loi entre en vigueur à la date
teur Général (Sénat de Madagascar) de sa promulgation et publiée au Jour­
2. Séance de travail avec le Bureau du Sénat du Rwanda nal officiel de la République du
3. Dépôt de gerbe au Mémorial de Kigali Rwanda.
4. Séance de travail au Ministère des Finances Rwandais

36 SOKELA Numéro 7
>>> RELATIONS INTERNATIONALES

34ème session de l’Examen Périodique Universel


Madagascar, représenté par une délégation dirigée par le Garde des sceaux, Ministre de la
Justice Jacques RANDRIANASOLO, a participé à la 34ème session de l’Examen Périodique
Universel du conseil des droits de l'homme (EPU) qui s’est déroulé à Genève, du 04 au 15
novembre 2019. Le Secrétaire Général du Sénat Mme ROBLINE et Mme LAZAMBOLA
Fleurys Chef du Service des Etudes Juridiques ont représenté le Sénat.

L
’EPU est un mécanisme unique
qui permet d’examiner
périodiquement la situation des
droits de l’homme dans les 193 Etats
membres des Nations Unies. Son
objectif est d’améliorer la situation
des droits de l’homme dans tous les
pays et de traiter la violation des
droits de l’homme, où qu’elle se
produit. Par ailleurs, l’EPU rappelle
aux Etats membres leur responsabilité
de respecter pleinement et de mettre
en œuvre tous les droits de l’homme
et libertés fondamentales.
Ainsi, durant cette session, les
représentants de chaque Etat ont
exposé les réalités en matière de
respect de droit de l’homme dans leur
pays respectif et ont proposé les
différentes solutions pour l’améliorer.
Pour Madagascar qui était parmi les
14 Etats examinés, la délégation a
apporté des rapports concernant la
réforme sur le statut de l’opposition et
le registre de naissance.
Le Secrétaire Général du Sénat, Mme
ROBLINE, quant à elle est intervenue
à propos du taux de participation des
femmes dans la politique à
Madagascar. Notons qu’une
recommandation a été émise lors de
cette session à l’endroit de tous les
parlementaires qui devraient
contrôler la réalisation et le respect
des droits de l’homme. g

La délégation Malagasy JEREMINY Odile

SOKELA Numéro 7 37
>>> CONFERENCES et ASSISES

Assises Interinstitutionnelles de l’Evaluation


internationales et le Sénateur VIA Céline, a participé aux Assises
Interinstitutionnelles de l’Evaluation, qui se sont tenues au
Carlton Anosy.
Ces assises ont comme objectifs de construire collectivement
un référentiel théorique et méthodologique en matière
d’évaluation, de déterminer le rôle spécifique de chacun et leur
complémentarité, de définir des modalités de coordination pour
renforcer l’Institutionnalisation de l’évaluation à Madagascar et
les processus d’apprentissage, de mettre en évidence les
partenariats potentiels avec les Partenaires techniques et
financières (PTF) et MASSE.
Les représentants de l’exécutif, la Cour des comptes, les
partenaires techniques et la MASSE y ont également été
Le Sénat de Madagascar, représenté par RAFIDIARISON Jean représentés.
Rémi Président de la commission finances, économie et plan, Notons que l’ouverture officielle s’est tenue le jeudi 12 mars
Brigitte RASAMOELINA Rapporteur Général II, Pierrot 2020 et les réunions ont duré 2jours.c
RAJAONARIVELO Président de la commission Relations

Conférences débats organisées par le CREM

« Une bonne volonté politique pour atteindre une croissance économique »


de Réflexion des Economistes protection sociale y a été
de Madagascar) et l’UNICEF, à soulignée, car ces secteurs
laquelle le Sénat, en tant que sont indispensables au
représentant des collectivités développement, et que seule
territoriales décentralisées et une bonne gouvernance
organisations économiques et assure la fiabilité de ces
sociales a été invité. investissements.
L’Institution a été représentée Durant le débat, le Président
à l’occasion par son Président Rivo RAKOTOVAO a affirmé la
ainsi que quelques Sénateurs. nécessité d’avoir une bonne
Cette conférence s’est tenue le volonté politique et
jeudi 16 mai 2019 au Pavé, à économique, d’exploiter notre
Antaninarenina, et dirigée par potentialité, de voir la priorité
le Président de la CREM, au niveau des collectivités
RATOBISAONA Rado. territoriales décentralisées et
L’importance d’investir dans le d’avoir un partenariat afin
domaine des secteurs sociaux d’atteindre une croissance
« Investir davantage dans les thème de la conférence­débat de base, tels que la santé, économiquec
secteurs sociaux », tel a été le organisée par le CREM (Cercle l’éducation, la nutrition, la

La bonne gouvernance pour une distribution équitable


Le CREM (Cercle de Réflexion des Economistes à Madagascar) a teur social dépend de l'accroissement des ressources de telle ma­
organisé un atelier avec des parlementaires, des représentants nière à ce qu’elles répondent aux besoins du peuple. Nombreuses
de l'État, des professeurs et des étudiants de l'Université au Carl­ sont les terres cultivables et autres ressources disponibles pour
ton Anosy le jeudi 12 septembre 2019. l’exploitation. Mais tout cela requiert de la bonne gouvernance
Cet atelier porte sur l’amélioration de la gestion du budget de pour une distribution équitable.
l’Etat alloué au secteur social au profit du peuple malgache. Les Notons que l’atelier a également pour but d'avoir des personnes
représentants du CREM et de l’UNICEF ont annoncé que promou­ saines et instruites pouvant produire et contribuer au dévelop­
voir le plan social, notamment la santé, l’enseignement, implique pement du pays.c
le développement du pays.
Au cours du débat, le président Rivo RAKOTOVAO, qui a dirigé la
délégation du Sénat, a mentionné que le développement du sec­ Recueillis par DIEUDONNE Landivola
38 SOKELA Numéro 7
>>> CONFERENCES et ASSISES

Conférence sur l’Immigration à l’IFM


L
es chercheurs de l’Univer­ gratoires, la déforestation et
sité d’Antananarivo, de la mise en valeur des territoires,
FAO, du Centre National les nouvelles formes de migra­
de Recherche sur l’Environne­ tion, le débat appuyé par des
ment (CNRE), du Centre de Re­ chiffres et données fiables a
cherche agronomique et de la été enrichissant. Le Sénat étant
Coopération Internationale le représentant des Collectivi­
pour le développement tés Territoriales Décentralisées
(CIRAD) ont convié le monde et des organisations écono­
de la politique et socio­écono­ miques et sociales a participé
mique à l’Institut Français de pleinement au débat.
Madagascar pour débattre sur « La migration ne doit pas être
l’immigration. «Migration mé­ considérée comme un pro­
connue à Madagascar et en blème mais doit faire partie du
Afrique subsaharienne une processus de développement
réalité en mouvement» a été le et surtout offrir une opportu­
thème débattu durant la jour­ nité pour la réduction de la sente une politique de migra­ tour de l’accès à la terre, l’em­
née du 23 mai 2019 et auquel pauvreté rurale » a déclaré le tion pour en gérer les causes et ploi, les exploitations minières
le Président du Sénat Rivo RA­ président du Sénat avant de les effets afin de trouver une etc.…
KOTOVAO a pris part. poursuivre que « la migration solution fiable et durable pour Des films sur la migration ont
Tournant autour de 4 sujets est un mode d’instinct de sur­ le développement de notre été visionnés tout au long de la
majeurs, dont les différentes vie tout en respectant les pays ». journée. c
formes de migration, l’ancrage règles qui érigent la société. Il Faut­il rappeler que la migra­
historique des dynamiques mi­ est nécessaire que l’Etat pré­ tion à Madagascar tourne au­ RALAZAMAMONJY Judie

Donak’afon’ny tanora
Le « Donak’afon’ny tanora » or­
ganisé par la FES (Friedrich
Ebert Stiftung) et le YLTP a eu
lieu le vendredi 24 mai 2019 au
«Le Pavé» Antaninarenina.
Pour cette quatrième édition,
la Fondation Friedrich Ebert
Stiftung (FES) et le YLTP ont
choisi le thème : "La seule
issue serait­elle la suppression
de la structure parlemen­
taire?" Un thème d’actualité
suite au récent débat sur la dis­
solution du Sénat.
Le Sénateur RAKOTOVAZAHA
Olivier, secrétaire général du
MFM, Laurent RAMAROSON,
Coordonnateur national Miara
­miainga, Olivia RAJERISON, ration du pouvoir. Il a égale­ déjà dans les projets de l’Etat si on ne parle que de la corrup­
avocate et Faraniaina RAMA­ ment souligné qu'un tel chan­ a­t­il déclaré. L’effectif des tion au sein de l’Assemblée Na­
ROSAONA, responsable dans le gement est fonctionnaires au parlement et tionale et l’incapacité des
domaine de la lutte contre la anticonstitutionnel. Madagas­ la sélection des assistants parlementaires à définir leurs
corruption ont été invités pour car est une République et l’Ins­ parlementaires seront aussi attributions. Il a toutefois sug­
débattre sur le sujet. titution joue un grand rôle examinés. Des formations se­ géré qu'il devrait y avoir un
Le Sénateur Olivier RAKOTOVA­ dans l’instauration de la décen­ ront dispensées aux députés a­ comité de surveillance sur la
ZAHA a souligné que bon nom­ tralisation effective. t­il déclaré et que ce sont les manière dont les Parlemen­
bre de nos concitoyens ne sont Laurent RAMAROSON,quant à conseils nationaux écono­ taires mènent ses travaux. L’in­
pas conscients du rôle que lui, s'y est fortement opposé miques et sociaux qu’il faut tervenant a également réitéré
tient le Sénat. Qualifié de bud­ lors de son intervention. Selon soutenir financièrement. que le Sénat est indispensable
gétivore, l’Institution ne per­ ce politicien, l'Etat ne pouvait Un représentant de la société pour une véritable décentrali­
çoit que 0, 4% seulement du pas mener à bien le projet IEM civile a mentionné que malgré sation reflet de la démocratie
budget de l’Etat. Il a rappelé s’il n’y a pas une véritable dé­ l'adoption des lois affectant di­ dans le pays. c
que depuis 1959 le peuple ma­ centralisation et un amende­ rectement le peuple, de nom­
lagasy a choisi le bicamérisme ment constitutionnel s’avère breux défis restent à relever et
qui exige le respect de la sépa­ nécessaire. Ce cas de figure est beaucoup de failles à restaurer, RAKOTOMALALA Tahiry

SOKELA Numéro 7 39
>>> ATELIER & FORMATION

Atelier pour le personnel du Sénat à Toamasina


L’EISA (Institut Electoral pour une
démocratie durable en Afrique) a
organisé un atelier de trois jours
sur l’évaluation des politiques pu­
bliques et sur la décentralisation
budgétaire pour le personnel du
Sénat à Toamasina, du 24 au 26
septembre 2019.
Compte tenu de l’importance de
l’évaluation de la politique pu­
blique et de la décentralisation
pour l’Institution, le Président
Rivo RAKOTOVAO a fait le dépla­
cement pour honorer de sa pré­
sence la cérémonie d’ouverture. Il
a annoncé que la formation arrive
à point pour renforcer le savoir­
faire des agents de l’Institution. Il
a encouragé les participants à
profiter de l’atelier pour mieux ap­
puyer les Sénateurs dans leurs
travaux.
A ce sujet, les participants ont été été acquises pour améliorer leur travail ciements à l’EISA et aux formateurs et a
unanimes, à l’issue de la formation, de dans le futur. souligné que la formation était très utile et
l’utilité de tel renforcement de capacité et Le Vice­président MALO Benoît qui a clô­ en valait la peine.g
ont reconnu que des connaissances ont turé l’Atelier a tenu à adresser ses remer­ Direction de la Décentralisation

Formation de hauts fonctionnaires

Fondation Friedrich Ebert Stiftung, les séances qui ont duré du


15 au 18 avril 2019 se sont déroulées dans le cadre bucolique
d’un hôtel à Ampefy.
Le but de la formation était de permettre aux participants de
comprendre leurs potentiels et leurs atouts en usant des outils
de leadership adéquats, de mieux gérer leur direction respective
avec leur équipe, d’avoir une meilleure gestion administrative
avec suivi et évaluation de chaque direction.
Les participants ont été unanimes quant à la nécessité d’une telle
formation qui les a aidé à évaluer leur style de leadership selon
Les Secrétaires généraux et les Directeurs du Sénat et de l’Assem­ les catégories «diriger», «convaincre», « concerter » ou « délé­
blée Nationale ont reçu une formation en leadership et élabora­ guer».g
tion stratégique avec outils de suivi évaluation.
Entrant dans le cadre de la coopération parlementaire avec la RANARIJAONA Miora

40 SOKELA Numéro 7
>>> TOPIMASO

Andraikitra nosahanin’ireo Loholona


Maro ireo andraikitra nosahanin’ireo Loholona ivelan’ny fotoam­pivoriana eto amin’ny Lapan’Anosikely.
Ao ireo fidinana ifotony hihaonana amin’ny solontenan’ny Vondrom­bahoaka Itsinjaram­pahefana, ao ireo
fihaonana amin’ny mpiara­miombon’antoka ary eo ihany koa ny fandraisana Vondrona samihafa eto Anosy
ihany.
g Azo tsongaina amin’izany ny fidinana ifotony teny
Ambohitrimanjaka izay notanterahin’ireo Loholon’i Madagasikara
avy amin’ny Faritan’ny Antananarivo izay notarihin’Atoa
RANDRIAMANATSOA Jafetra, ny Alatsinainy faha 21 oktobra 2019.
Nandray andraikitra ireto Loholona ireto hijery sy hamantatra izay
tena zava­misy marina. Nifampiresaka sy nihaino ny feon’ny
vahoakan’Ambotrimanjaka manoloana ny fisian’ny tetikasa
Tanamasoandro. Ny vahoaka eny an­toerana moa dia tsy
mankasitraka ny hanatanterahana izany tetikasa izany eo amin’ny
tanin’izy ireo, satria amin’ny maha mpamatsy vary ny
tananan’Antananarivo azy ireo dia nangataka izy ireo ny mba tsy
hanatofana ny tanimbary ary nanolotra vahaolana ny mba hijeren‘ny
fitondram­panjakana toerana hafa hanatanterana izany
fotodrafitrasa izany. n JEREMINY Odile

g Amin’ny maha mpanao lalàna ny Antenimierandoholona dia


nisy ihany koa ny fihaonan’ireo Loholona mpikambana ao amin’ny
vaomieran’ny sosialy, ny koltoraly ary ny fifandraisana, izay nota­
rihin’ny Loholona RAKOTOZAFY Martin Filohan’ny vaomiera sy
gEo ihany koa ny fihaonan’ny Loholon’i Madagasikara RAKO­ ireo Loholona vehivavy tamin’ ireo delegasiona avy amin’ny “Mis­
TOARISOA Bakonirainy tamin­ Rtoa HAWA Ahmed Youssouf so­ sion de playdoyer” avy any Maputo notarihin­dRtoa KAYITESI
lontena maharitry ny Vondrona Afrikanina monina sy miasa Jeanne Flora, ny Alarobia 18 desambra 2019, teto amin’ny
eto Madagasikara, tetsy amin’ny Foibe toeran’ny Vondrona Lapan’Anosikely. Fihaonana nahafahan’ireo vahiny nandresy la­
Afrikana etsy Akorondrano ny zoma 21 febroary 2020. Fampi­ hatra ireo Loholon’i Madagasikara ny maha zava­dehibe ny fano­
roboroboana ny fandraisan’andraikitry ny vehivavy malagasy mezan­danja ny zon’ny vehivavy maneran­tany ka nangatahan’izy
ireo ny mba hankatoavana ny “protocole de Maputo” mikasika
eo amin’ny sehatry ny ara­politika sy ara­tsosialy eto Madaga­ izany zon’ny vehivavy izany amin’ny fotoam­pivoriana mana­
sikara no vontoatin’ny fihaonana tamin’izay.n D. Landivola raka.n D. Landivola

gAmin’ny maha mpanara­maso ny fampiasam­bolam­panjakana ny


Parlemanta dia nisy koa ny fihaonan’ireo Loholon’i Madagasikara
mpikambana ao amin’ny Vaomiera misahana ny fitantanam­bola izay
notarihin’ny Filohany RAFIDIARISON Jean Rémi Gabriel tamin’ireo
delegasiona avy amin’ny fikambanana iraisam­pirenena INTOSAI
Development Initiative (IDI) notarihin’ny Filohany Atoa JOSTEIN F.Tellens,
niaraka tamin’ireo tompon’andraikitra avy amin’ny «Cour des Comptes»
eto Madagasikara ny Alarobia 15 janoary 2020, teto amin’ny
Lapan’Anosikely.
Ny INTOSAI Development Initiative dia fikambanana iraisam­pirenena
miara­miasa amin’ny «cour des comptes» iraisam­pirenena, manampy
ara­pitaovana eny fa na ara­bola ireo «cour des comptes» manerana izao
tontolo izao ka anisan’izany ny eto Madagasikara.
Nandritra io fihaonana io no nampahafantaran’ny delegasiona ny tokony Madagasikara dia tsy mbola manaraka ny fenitra iraisam­
hisian’ny fiaraha­miasa eo amin’ny «Cours des comptes» sy ny parlemanta pirenena ka mbola betsaka ny asa tokony hohatsaraina
amin’ny maha samy mpanara­maso ny fampiasam­bola­panjakana azy amin’ny alalan’ny fanamafisana ny fahaiza­manao.n
ireo. Nolazain’izy ireo ihany koa fa ny « Cour des comptes » eto Miora RANARIJAONA

SOKELA Numéro 7 41
>>> TOPIMASO

Fametrahana samboady ireo Loholona vaovao


Nandritry iny taona 2O19 iny dia miisa efatra ireo Loholon’i Madagasikara no tsy nanohy intsony ny asa
maha Loholona azy ireo. Tao ireo izay niova firehana politika rehefa hirotsaka ho Solombavambahoaka ka
nahatonga ny fanonganan’ny antokony azy tsy ho Loholona intsony (Atoa FERNAND Jeannot), tao ireo
voafidy ho Solombavambahoaka (Rtoa RAMAROSOA Emiline , Rtoa RAVONINAHITRINIARIVO Mbade
Jeanine Gabriel, Atoa VELONTSARA Paul Bert) ary tao ihany koa ny voatendry ho Lehiben’ny Faritra (Atoa
LYLISON René de Rolland Urbain). Noho ireo rehetra ireo dia tsikaritra ny fahabangan­toeran’ireo Loholon’I
Madagasikara ka nahatonga ny Filohan’ny Antenimierandoholona nampahafantatra ny Fitsarana avo
momba ny Lalampanorenana izany ka nanendren’ity farany ireto Loholon’i Madagasikara vaovao ireto:

­ Atoa RANDRIAMANANJARA Philibert, laharana faharoa tamin’ny lisitry


ny antoko MIFANASOA no nisolo toerana an­dRtoa RAMAROSOA Emiline
­Atoa RANDRIAMANANTENA Vévé, laharana fahatelo tamin’ny lisitry ny
antoko MAPAR, no nisolo toerana an’Atoa VELONTSARA Paul Bert. Ny fa­
metrahana ny samboady maha Loholon’i Madagasikara azy roa farany ireo
moa dia notanterahina ny alakamisy 25 jolay 2019 teto amin’ny Lapa
maitso Anosikely.

Atoa MAHALINY izay mpiray lisitra tamin’


Atoa FERNAND Jeannot nandritry ny
fifidianana Loholon’i Madagasikara no nisolo
toerana azy. Ka ny alarobia 29 mey 2019, teto
amin’ny Lapan’Anosikely, no nanatanterahana
ny fametrahana ny samboady maha Loholon’i
Madagasikara azy.

Atoa RANDRIAMANANTENA Niry


Lanto, laharana fahaefatra
tamin’ny lisitry ny antoko MAPAR,
no nisolo toerana an’ Andriamatoa
LYLISON René de Rolland Urbain
izay voatendry ho Governora ny
faritra Sofia. Ka ny zoma 13
desambra 2019 no
nanatanterahana ny fametrahana
samboady maha Loholon’i
Madagasikara azy teto anivon’ny
Antenimierandoholona.

Nangonin’i JEREMINY Odile

42 SOKELA Numéro 7
>>> TOPIMASO
Ny Antenimierandoholona sy ny any amin’ny Faritra

mpampihavana azy.
Fa anisan’ny asa sahanin’ny Loholona eny
ifotony ihany koa ny fanomezana vonina­
hitra ireo lanonam­panjakana isan­kara­
zany sy fanatrehana ireo atrikasa
fampandrosoana ny faritra rehefa any an­
toerana izy ireo. Ohatra tamin’izany ny fa­
natrehan’ny Filoha Lefitra avy amin’ny
faritany Toamasina MALO Benoît ny fame­
trahana samboady ny Ben’ny Tanana tao
Soanierana Ivongo sy Fénerive Est. Teo
ihany koa ny fanatrehan’ity Filoha lefitra ity
Ny Filoha lefitra Malo Benoît (ankavanana indrindra) sy ireo Depiote lany tao Toamasina I
ny « Ateliers régionaux sur l’élaboration de
Tafapetraka ary amperinasa tanteraka ny sinjaram­Pahefana sy andraisany anjara la politique nationale de bonne gouver­
rantsamangaikan’ny Antenimierandoho­ amin’ny fampandrosoana azy ireo, ary nance » izay nokarakarain’ny firenena mi­
lona na ny « Antenne » any Toamasina an­ izany indrindra no tena antom­pisian’izao kambana sy ny Comité pour la Sauvegarde
kehitriny. Notokanan’ ny Filohan’ny Birao eny ifotony izao. Santionany de I’Intégrité na CSI tao Toamasina ny ton­
Antenierampirenena RAZANAMAHASOA amin’izany ny fandraisan’ny Loholona tolo andron’ny 03 marsa 2020. Atrik’asa
Christine sy ny Filoha lefitry ny Antenimie­ Remi Gabriel RAFIDIARISON ny mpikam­ nandinihina ny hahafahana mametraka ny
randoholona avy amin’ny faritany Toama­ bana avy amin’ny CFM na ny Komity Fam­ fanjakana tsara tantana hatreny ifotony.
sina MALO Benoît ny 12 oktobra 2019 lasa pihavanana Malagasy avy amin’ny Faritra Amin’ny maha mpiahy ny Vondrom­ba­
teo mantsy ny Tranon’ny Antenimiera na « Atsinana sy Analanjirofo, Atoa MANGA­ hoakam­paritra Itsinjaram­Pahefana ny
Maison du Parlement » izay ikambanan’ny LAZA Eugène sy Rtoa YASMINE mialoha ny Antenimierandoholona dia anisan’ireo izay
Parlementa roa tonta eny Mangarano II fananganana ny SITOA na ny Sehatra Ifam­ nanome voninahitra ny lanonam­piania­
Toamasina. piresahana aty amin’ny faritany Toamasina nan’ny Governoran’ny faritra Atsinanana
Mandritry ny fotoana tsy handaniana la­ ny 24 febroary 2020. Sehatra izay andrai­ koa ireo Loholona avy amin’ny Faritany
làna eny anivon’ny Lapa eny Anosy dia san’ireo solontenam­panjakana isan­tso­ Toamasina ny 19 martsa 2020 lasa teo.
maro ireo andraikitra sahanin’ny Loholona kajiny sy olomanan­kaja anjara amin’ny
eny ifotony ifandraisany bebe kokoa famahàna ny olana eny ifotony sy hanato­
amin’ireo Vondrom­bahoakam­paritra It­ nan’ny CFM kokoa ny faritra amin’ny maha Direction de la Décentralisation
43
SOKELA Numéro 7
>>> SAMIHAFA
VARAVARANA MISOKATRA NOKARAKARAIN’NY MSK

“Tena ilaina ny Antenimierandoholona”


Nikarakara varavarana misokatra nanama­
rihana ny Andro iraisam­pirenena ho an’ny
«zo mahafantatra» ny 26 ­ 27 ­ 28 Septam­
bra 2019 lasa teo teny amin’ny Tranombo­
kimpirenena ny Ministeran’ny serasera sy
ny kolontsaina « Fanjakana misokatra ho
an’ny olompirenena » ka nandray anjara
tamin’izany ny Antenimierandoholona.
Marobe ireo olona tonga nitsidika ny tra­
noheva. Laharana faha­33 no nisy ny An­
tenimierandoholona ary tena liana
tamin’ireo tahirin­kevitra mampiseho ny
anjara andraikitry ity Andrimpanjakana ity
ireo mpitsidika.
Tahirin­kevitra tsy latsaky ny 350 isan’an­
dro no nozaraina tamin’ireo mpitsidika
nandritra ny hateloana naharetan’ny fam­
pirantiana. Be dia be moa ny fanehoan­ke­
vitra nataon’ireo olona tao aorian’ny
fitsidihana ary anisan’izany ny hoe tsy
mandanindany volam­panjakana ny Ante­
nimierandoholona fa voaporofo ny antony
ilàna azy eo amin’ny fampandrosoana ny
firenena.
Ho an’izay tsy tonga teny an­toerana moa
dia asaina izy ireo hitsidika ny tranokala
www.senat.mg raha te ahalala bebe
kokoa ny Antenimierandoholona.g Ny Filoha Lefitra KOLO Roger mandray ny Minisitra Lalatiana RAKOTONDRAZAFY.
Ao aoriana (misatroka) ny Sekreteram­panjakana miadidy ny Zandarmaria ny Jly
RAMAMONJISOA Elmine Richard RAVALOMANANA

Fitsidihan’ny mpianatra avy amin’ny STICOM


Nandritra ny andron’ny serasera momba
ny tranomboky sy fitehirizana ny hevitra sy
ny boky dia nanao fitsidihana teto amin’ny
ivon­toerana famakiam­bokin’ny Anteni­
mierandoholona ireo mpianatra avy ao
amin’ny anjery manontolo STICOM
“Sciences et Techniques de l’Information
et de la Communication” eny Ankatso nia­
raka tamin’ireo coach avy ao amin’ny
Commission Nationale Malagasy pour
l’UNESCO sy ireo tompon’andraikitry ny
sekoly, ny zoma 14 jiona 2019.
Atoa RANDRIANAMBININA Christiansenn
Talen’ny fitantanandraharaha misahana ny
fitsinjaram­pahefana niaraka tamin’ny
mpiara­miasa aminy moa no nandray azy
Atoa RANDRIANAMBININA Christiansenn Talen’ny fitantanandraharaha misa­
ireo tao amin’io ivon­toerana io. Nosanta­
hana ny fitsinjaram­pahefana (mintsangana)manazava amin’ireo mpianatra.
rin’Andriamatoa Tale tamin’ny fampaha­
fantarana ny fitantanandraharaha izay kin’ny Antenimierandoholona . kiam­boky izany.
sahaniny ny fotoana, nanao famelabela­ Ny lehiben’ny sampandraharahan’ny ivon­ Maro dia maro moa ireo fanontaniana na­
rana fohy mikasika ny Antenimierandoho­ toerana kosa tetsy andaniny no nanolotra nitikitika ireo mpianatra nandritra io fo­
lona ihany koa izy ary nanazava ireo asa ireo karazana boky misy amin’izany ivon­ toana io ary nahazahoan’izy ireo valiny
aman’andraikitr’ireo sampandraharaha toerana izany ary koa nanazava ireo asa avokoa. Afa­po tanteraka izy ireo nandritra
tantanany indrindra ny sampandraharaha aman’andraikitra sahanin’ireo mpiara­ izany fitsidihana izany.g
misahana ny ivon­toerana famakiam­bo­ miasa aminy ao amin’izany toerana fama­ RAMAMONJISOA Elmine

44 SOKELA Numéro 7
>>> SAMIHAFA

Firosoana amin’ny “AUGURE”


Nanatanteraka famelabelaran­kevitra tra koa ny tena isan’ny mpiasa eto ani­ taovana iray entina hanatsarana ny fani­
momba ny «AUGURE» Rtoa RANDRIA­ von’ny Antenimierandoholona. Ny laha­ sana ny mpiasa­panjakana, ahafahana
NASOLO Niaritiana DARH eto anivon’ny ram­pahamehana hoy izy dia ny mahafantatra ny mombamomba ny
Antenimierandoholona tamin’ny fivo­ fanatsarana ny fomba fiasa sy ny tonto­ mpiasa isaky ny Minisitera, ny Andrimpan­
riamben’ny mpiasa, ny alatsinainy 11 no­ lon’ny asa. Ampianarina asa ny mpiasa re­ jakana ary isaky ny orinasam­panjakana.
vambra 2019. Fivoriambe teo ambany hetra mba hahafahany manatsara sy Nambarany fa ny fanjakana foibe, ny Mi­
fitarihan’Atoa ABDIRASSOUL Mourad mampitombo ny traikefany hoy ihany izy, nisiteran’ny toe­karena sy ny fitantanam­
Kestiora voalohany, natrehin’ny Filoha itadiavana trano ahitana efitra folo ny bola ary ny Minisiteran’ny asa sy ny
Rivo RAKOTOVAO sy ny mpiasa rehetra mpiasa mba hahafahan’izy ireo miaina asam­panjakana no niara­niombon’an­
teto anivon’ny Antenimierandoholona. ara­dalàna eo am­panaovana ny asany, toka tamin’ny fanatanterahana sy nipoi­
Nandritra ny lahateny fanombohana ny fi­ hatsaraina ny sehatra ara­pahasalaman’ny ran’izao “AUGURE”izao.
voriana ny Kestiora voalohany Mourad mpiasa amin’ny alalan’ny fampitomboana Ny Sampandraharaha miandraikitra ny
ABDIRASSOUL no nilaza fa natao ity fivo­ ireo toeram­pitsaboana izay mandray an­ mpiasa no mampiditra ny mombamomba
riambe ity mba hahafahan’ny besinimaro tanana ireo mpiasa ireo. ny mpiasa ao anatin’io “AUGURE” io, ny
mahafantatra bebe kokoa ny momba ny « Ramatoa RANDRIANASOLO Niaritiana mpiasa iray dia tokony ao anatin’ny rafitra
AUGURE », mba hahafahana mahafanta­ moa dia nanazava fa ny « AUGURE» dia fi­ iray raha ny voalazany ihany. Ny fampidi­
rana ny mpiasa ao anatin’ny “AUGURE”
dia ny “numéro matricule” no mitondra
azy raha ny laharan’ny kara­panondro
kosa ho an’ny ECD. Raha ny momba ny
“détachement “ dia mbola mandalo din­
gana lavalava vao afaka mifindra rafitra
hafa ny mpiasa iray.
Nomarihiny fa mbola eo andalampandrai­
ketana an­tsoratra ny mombamomba ny
mpiasan’ny Antenimierandoholona ny fi­
tantanan­draharaha izay sahaniny
amin’izao fa mbola mandeha miandalana
eny ny dingana arahina manaraka.g
Ny Kestora Voalohany Mourad ABDIRASSOUL
RAMAMONJISOA Elmine

Hetsika ara-tsosialy nataon’ny FIA


Ho fankalazana ny fetin’ny faran’ny taona 2019, toy ny fanao
isan­taona dia nizara fanomezana ho an’ny mpiasan’ny
Antenimierandoholona mpikambana ao amin’ny
Fiombonamben’ny Antenimierandoholona (FIA) ny biraon’izany
fikambanana izany, izay notarihan’ny Filohany
RASOLOFONIAINA Hyacinthe, ny alatsinainy 30 desambra
2019,teto amin’ny lapan’Anosikely.

JEREMINY Odile

SOKELA Numéro 7 45
>>> SAMIHAFA

Fambolen-kazo teny Ankazobe


Notanterahina teny Ankazobe, ny alahady 19
janoary 2020, ny fanokafana tamim­pomba
ofisialy ny taom­pambolen­kazo ho an’ity taona
2020 ity. “Hamboly hazo aho ho an’ny taranako,
Madagasikara rakotra ala no tanjona” io no
lohahevitra nosafidiana tamin’ity taom­
pambolen­kazo ity.
Andrimpanjakana, Ministera, orinasa tsy
miankina, ONG sns…. no niara­nientana, samy
nanefa ny adidiny tamin’ny fanatratrarana izany
tanjona izany ho fampandrosoana ny firenena
ka anisan’izany ny fianakaviamben’ny
Antenimierandoholona izay nandray anjara
mavitrika tamin’izany. g D. Landivola

Fankalazana ny 8 martsa
Toy ny isan­taona dia nandray anjara tamin’ny fanka­
lazana ny andro iraisam­pirenena ho an’ny vehivavy,
ireo Loholon’i Madagasikara vehivavy sy ireo mpiara­
miasa vehivavy teto anivon’ny Antenimierandoholona,
ny Alatsinainy faha 09 martsa 2020.
Niavaka ny fankalazana tamin’ity taona ity, satria
hetsika fanomezan­drà no nentina nanamarihana izany
tetsy amin’ny Hopitaly HJRA, hetsika izay notarihin’ny
Loholon’i Madagasikara RAMALASON Olga.
Manoloana izany no nanambarany fa tsara ny manome
Navitrika tamin’ny fanomezan­drà ny Loholona RAMALASON Olga
rà, satria mamonjy olona sy manome aina. Noho izany
dia nanentana ny rehetra izy mba hazoto amin’ny
fanomezan­drà na dia indray mandeha isan­taona
ihany aza. g
RAMAMONJISOA Elmine

sy ny Loholona RAKOTOARISOA Bakonirainy

Loholona, mpikambana amin’ireo kabinetra,


mpiara­miasa marobe no tonga nanome rà ary ireo mpiara­miasa

46 SOKELA Numéro 7
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA

Varavarana misokatra
Nandritry ny fankalazana ny faha 60 taonan’ny Antenimierandoholona dia nisy ny varavarana misokatra ho an’ny
daholobe teto amin'ny Lapan’Anosikely izay nandraisan’ny Antenimierampirenena, ny Fondation Friedrich Ebert ary
ny EISA anjara.
Varavarana misokatra nentina nampahafantarana ny tantaran’ny Antenimierandoholona tao anatin’ny 60 taona.
Hita fa maro dia maro ny vahoaka liana indrindra fa ireo mpianatra izay nitsidika ny trano heva.
Ankoatr’io fampiratiana io dia nitsidika ny Lapan’ny Antenimierandoholona ihany koa ireo mpianatra.

JEREMINY Odile

SOKELA Numéro 7 47
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA

48
SOKELA Numéro 7
Andrana asa fanaovana lalàna
Ny talata 23 jolay 2019 tolakandro dia niroso tamin’ny andrana asa fanaovana lalàna ny mpianatry
ny sekoly ambony sy anjery manontolo kilasy fahaefatra no miakatra avy amin’ny FDSP (Faculté de
Droit et des Sciences Politiques), ny Université ACEEM, ny UCM (Université Catholique de
Madagascar) ary ny IEP (Institut d’Etudes Politiques).

Fivoriana azon’ny besinimaro natrehana


no natao, nandaniana ny « Proposition de
loi n°001/2017 du 24 avril 2017 modifiant
et complétant les dispositions de l’ordon­
nance n°78­002 du 16 février 1978, modi­
fiée par la loi n°2005­037 du 20 février
2006 relative aux principes généraux du
Service National » natolotry ny Kestiora
voalohan’ny Antenimierandoholona MA­
HAZARA Jannick mpianatra ao amin’ny
Université ACEEM.
Nofaranana ny zoma 26 jolay 2019 izany
andrana asa fanaovan­dalàna izany izay
nandaniana ny « Projet de loi n° 015/2017
du 13 juin 2017 sur le recouvrement et
affectation des avoirs illicites » ka nano­
«Solotenan’ny Governemanta» nandritra ny andrana fanaovan­dalàna
mezana « attestation de stage » azy 80
mianadahy nandray anjara ho fanamari­ izy, amin’ny fiainany ho avy sy amin’ny fia­ nandritra io andrana asa fanaovan­dalàna
hana ny fiofanana nataon’izy ireo teto narana horatoviny raha hiakatra amin’ny io.Marihina fa izy no nanolotra izany tolo­
amin’ny Antenmierandoholona. sehatra ambonimbony kokoa ary mampi­ dalàna izany.
Nambaran’ny Filohan’ny Antenimierando­ tombo ny fari­pahaizany sy fari­pahalalany Tsikaritra nandritra io fotoana io ny trai­
holona Rivo RAKOTOVAO fa izao hetsika izany. kefa izay nanan’ireto mpianatra ireto re­
izao dia nentina nampahafantarana Ny kestiora voalohan’ny Antenimierando­ hefa nahazo fampiofanana nandritra ny
an’ireo mpianatra ny fomba amam­panao holona Mourad ABDIRASSOUL koa dia ni­ iray volana mahery nanomanan’izy ireo
parlemantera eran’izao tontolo izao sy ny laza fa fomba entina hamerenana ny izany, nanomboka tamin’ny « stage pra­
asa iandraiketin’ny Antenimieradoholona fitiavan­tanindrazana sy hanomezana ha­ tique » amin’ny asa fanaovan­dalàna ary
mandritra ny fivoriana izay ataony. Miton­ sina ny tanora malagasy no nampise­ nofaranana tamin’izao fizarana attesta­
dra tombotsoa ho azy ireo koa, hoy ihany hoana indray an’io tolo­dalàna io tion de stage izao. Nizotra araka ny tokony

SOKELA Numéro 7 49
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA
ho izy tokoa ny fandanian’izy ireo ny
tolo­dalàna sy ny volavolan­dalàna ary
nahafapo ny mpanatrika izany.
Marihina moa fa iray volana mahery no
nanomanan’izy ireo izany, nanomboka
tamin’nyy « stage pratique » ary nofa­
ranana tamin’izao simulacre parlemen­
taire. Nosantarina tamin’ny fivorian’ny
Birao maharitra izay notarihin’ny Filo‐
han’ny Antenimierandoholona RAKO­
TONDRATSIMBA Aina Herimami
mpianatra avy amin’ny IEP, nandinihana
Nangotraka ny ady hevitra
ny fandaharam­potoan’ny fivoriana,
ny fotoana, notohizana tamin’ny
«conférence des Présidents», ary nofa­
ranana tamin’ny fandaniana ny volavo­
lam­pandaharam­potoana manomboka
ny 01 jolay ha hatramin’ny 23 jolay
2019 daty fandaniana ireo volavolan­
dalàna roa ireo. Nisy ihany koa ny
asam‐baomiera itambarambe izay nan­
dinihana ny tolo­dalàna sy ny volavo­
lan­dalàna.
Kanefa talohan’ireo rehetra ireo dia
nisy ny fifidianana ireo birao maharitra
sy ireo filohan’ny vaomiera. Ny fitanta­
nan­draharaha misahana ny « Legisla­
tion et Etudes » moa no nikarakara io
hetsika io. RALAZAMAMONJY Judie

Fanehoan­kevitry ireo mpianatra


Aina RAKOTONDRATSIMBA, Master en science politique. Nia-
natra tao amin'ny Institut d’Etudes Politiques Madagascar.
Nitondra ny andraikitra filohan'ny Antenimieran-doholona nan-
dritra ny “ simulation parlementaire “.

N
y zava-dehibe indrindra azo tsoa- Ny tolo-dalàna mikasika ny fanompoam- holona vaovao mba hoentiny mandrafi-
hina tao anatin'ny fandraisana pirenena ohatra dia toa mitaky amin’ny tra ny fanehon-keviny mandritra ny fivo-
anjara tamin’ny “simulacre vondrom-bahoaka hitsinjaram-pahefana riana eo anivon’ny antenimiera.
parlementaire “ dia ny maha saropady ny fandraisana tanora eo anivon’ny birao
ny sata repoblikana sy ny demokrasia eto sy rafitra misy eo aminy. Kanefa toa Asa sarotra no iandraiketan’ny loholona
amin’ny firenena. Ny Antenimieran-do- adino ny fahasahiranana misy eny ifo- indrindra rehefa amin’ny fandaniana la-
holona mantsy dia mitazona toerana tsy tony amin’ny tsy fahafahan’ireny rafitra làna. Mila miaro ny tombotsoan’ny fari-
azo hamaivanina ao anatin'ny rafitra re- ireny miasa nohon’ny teti-bola tsy ampy. tra izay misy azy izy. Indraindray anefa
poblikana amin'ny maha andrim-panja- Nefa ny lalàna izay arafitra dia mety am- mety misy tsy fitovian-kevitra amin’ny
kana azy. Ny asa fiahiana sy fitondrana pitombo indray ny vesatra ara-bola misy Loholona namany satria ny faritra tsirai-
ny tenin'ny vondrom-bahoaka hitsinja- eny ifotony. Mety azo heverina any ana- ray dia samy manana ny zavatra ilainy.
ram-pahefana izay sahanin'ny loholona tin’ny didy fampiharana ny pitsopitsony Manaraka izay dia mila miray hina
dia ilaina amin'ny fampanjakana ny de- momba ny teti-bola, kanefa ilay fampidi- amin’ny hevitry ny antoko politika misy
mokrasia ary mba hampisy fampandro- rana sy fiheverana mialoha ny fandrafe- azy ihany koa ny Loholona mba hampisy
sona eny ifotony. tana lalàna ny momba ny fiantraikany ny famarinan-toeran’ny antoko eo ani-
Ventesina ombieny ombieny ny resaka eny ifotony no tena ilaina avohitra. Mba von’ny antenimiera. Ny tombotsoan’ny
fampandrosoana eny ifotony nefa tsapa ahatongavana amin’izay dia ilaina ny antoko anefa dia mety tsy hifanandrify
tao anatin’ny atrikasa izay nataonay fa fakan-kevitra eny ifotony amin’ny ala- amin’ny tombotsoan’ny faritra izay so-
tsy mbola tafapetraka ny rohy mampifan- lan’ny fanohanana ny rafitry ny demo- loany tena. Ilaina arak’izany ny fandanja-
dray ny vondrom-bahoaka hitsinjaram- krasia eny ifotony toy ny lanjana ireo lafiny roa ireo rehefa
pahefana sy ny fanjakana foibe. Tao fivoriam-pokonolona sy ny filan-kevitry mandany lalàna. Ary izay no maha saro-
anatin’ny volavolan-dalàna izay nodiniha- ny tanàna. Ary ny fanohanana ireo rafi- tra ny asan’ny loholona. Misy olana ara-
nay dia tsikaritra fa tsy voahevitra any tra ireo dia andraikitry ny loholona sy ny moraly sy etika mipetraka izay tsy
am-piandohana ny mikasika ny tombot- antenimiera. Ary tsiahivina fa amin’ny maintsy vahan’ireo Loholona tsirairay re-
soan’ny eny ifotony rehefa manao lalàna. alalan’ireo rafitra ireo no ahazoan’ny lo- hefa handany lalàna izy ireo. g

50 Numéro 7
SOKELA
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA
RAKOTOMANDIMBY Rivomalala
Emilson, mpianatra avy amin’ny
IEP (VP TOLIARA)

V
oalohany aloha nandritra iny
fiofanana iny no nahitana
mivantana ny asan’ny
Antenimierandoholona amin’ny
Governemanta, ny anjara asan’ny
Antenimierandoholona amin’ny resaka
fandaniana lalàna, famolavolana lalàna
toy ny tolo-dalàna izay nataon’ny
Kestiora voalohany ABDIRASSOUL
Mourad, fanombanana ny politikam-
panjakana ary amin’ny maha
mpisolotena ny Vondrom-bahoaka- ANDRIAMBOLASOA Sarobidy
paritra itsinjaram-pahefana sy ny Diamondra, mpianatra avy amin’ny
vondrona ara-tsosialy sy ara-toekarena FDSP (VP TANA )
azy eo amin’ny “pouvoir central” izay

N
izara anankiroa mazava tsara ilay
mizotra bebe kokoa mankany amin’ny fiofanana, nisy ny théorie na dia
fampandrosoana anatiny. Ny hoe efa nianarana tany
fifanankalozan-kevitra nandritra ny ampianarana aza dia nisy ny famerenana
fandaniana lalàna izay nataon’ireo kely, teo indrindra indrindra koa ilay
vondrona politika efatra dia nahaliana pratique satria ilay théorie dia zavatra
tokoa satria tamin’io fotoana io dia samy tsotra, zavatra hoe survolé fotsiny lay izy.
nanana ny fanehoan-keviny avy izy ireo, Fa rehefa tafiditra tao anatiny izahay dia
ny antoko TIM zao dia nanana ny fomba tao no nahitanay lay pitsopitsony sy
fijeriny izy tamin’ny fomba fanohanany detail rehetra izay tsy nohita tany
ilay volavolan-dalàna, teo ihany koa ny amin’ilay théorie tany ampianarana. Teo
MAPAR izay niezaka nanatsara sy niaro ihany koa no nanaporofoana fa tsy ny
hatrany ny mba handaniana ilay lalàna. Loholona ihany no miasa mandrafitra
Nandritra io fotoana io ihany koa no lalàna fa misy ekipa be dia be, ao ireny
nahitana ny maha zava-dehibe an’ilay fonctionnaire parlementaire be dia be
lalàna, ny fisian’ ilay “rapport de force” ireny. Satria ireny zavatra ireny moa dia
teo amin’ny vondrona politika kanefa na tsy hitan’ny olona raha tsy ao anatiny
dia nisy aza izany dia azoko tsoahina fa ihany vao mahita izany. Fanovozan-
eo amin’ity Andrimpanjakana ity ny pahalalana be dia be no tena azo
fifanankalozan-kevitra atao rehetra dia nandritra ilay fiofanana, satria nandritra
mivoaka amina teboka anankiray ihany ny iray volana teo dia ilay ambaratonga
dia ny fampandrosoana maharitra . rehetra amin’ny fandaniana lalàna, RABAKOSON Anjavola, mpianatra
Eo amin’ilay asa-baomiera izay anaovana nanomboka tamin’ny asa-baomiera ka avy amin’ny UCM (Présidente des
ilay fandalinana bebe kokoa ny momba hatramin’ny fivoriana azon’ny Commissions Finance, Economie
an’ilay fanohanana an’ilay volavolan- besinimaro atrehina, dia niditra amin’ny
dalàna hoe mankany amin’ilay tanjona antsipiriany avokoa ny fomba fanaovana et Plan)

I
eritreretina tokoa ve ity lalàna ity, azy. Nisy ihany koa ny karazana ny andrana asa fanaovan-dalàna iny
laharampahamehana ve ilay lalàna. Izay fifanankalozana fahaizana tamin’izahay no nahafahako nahafantatra sy nan-
rehetra izay no ametrahako ny mahazava- samy mpianatra, mety hoe nisy zavatra dalina bebe kokoa ny anjara
dehibe ny Antenimierandoholona satria tsy hitanay nefa noho ny fifaneraserana asan’ireo Loholona eto Madagasikara sy
amin’ny maha « chambre haute” azy dia tamin’ny ankizy hafa ohatra ny hoe ny ny maha zava-dehibe ny andraikitra saha-
mirona mankany amin’ny avy ao amin’ny faculté, ny avy amin’ny nin’izy ireo ; indrindra fa ny antony
fampandrosoana maharitra foana ny institutions, fifampizarana fahalalana ka ilana ny Antenimierandoholona amin’ny
fandinihana ny lalàna . nahazahoana expérience. maha Andrimpanjakana azy.
Mavesabesatra ihany raha ny andraikitry Ny asan’ny Antenimierandoholona Tsy mora tokoa raha ny anjara asan’izy
ny Loholon’i Madagasikara satria araka ny Lalampanorenana dia manoro- ireo, kanefa dia tena manan-danja eo
voalohany indrindra amin’ny maha hevitra ny Governemanta, io dia amin’ny fiainan’ny firenena izany. Ary
mpisolo tena ny CTD azy izay dia tsy karazana atao hoe balise alohan’ny ny tena zava-dehibe tsapako tamin’iny
maintsy manao fanadihadiana izy ireo anaovan’ny governemanta ny asa andrana asa fanaovan-dalàna iny dia ny
eny anivon’ireo sampana maro samihafa iandraiketiny, anjara asa izay maha samy hoe olona manam-pahalalana lalina
misy eny amin’ny faritra iadidian’izy hafa ny Antenimierandoholona amin’ny amin’ny sehatra sahaniny avokoa ireo Lo-
ireo, ary matetika dia mifantoka amin’ny Antenimierampirenena satria ny holon’i Madagasikara ireo ka tokony
fampandrosoana maharitra foana ny ankabeazan’ny olona ao dia manam- omena ny anjara toerana sahaza azy izany
andraikitra sahanin’izy ireo izany hoe pahaizana avokoa, izany hoe misolo tena satria mafy tokoa ny asa izay ifoforany ;
ireo asa fanaovana lalàna sy fandaniana ireo manam-pahaizana eny anivon’ny indrindra mandritra ny fivorian'ny vao-
lalàna izay ataon’izy ireo dia mifototra CTD izy ireo. Mavesatra kokoa noho miera entina andinihina lalàna na vola-
amin’ny sehatra ara-tsosialy sy ara- izany ny asany satria noho ny fisian’izany volan-dalàna izay isan’ny notarihiko
toekarena amin’ny ankapobeny mba fifandanjana izany dia balise iray nandritra iny andrana fanaovan-dalàna
hisian’ny fampandrosoana anatiny vao manampy ny fitondrana ny iny.g
ny fampandrosoana nasionaly.g Antenimierandoholona.g JEREMINY Odile

SOKELA Numéro 7 51
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA

Hetsika isam-paritra

Nisy ihany koa ny hetsika ara­kolotoraly isam­


paritra izay nataon’ireo mpiasa teto anivon’ny
Antenimierandoholona ny talata 23 jolay ka
hatramin’ny alakamisy 25 jolay 2019.
Ny talata 23 jolay 2019 dia ny mpiasa avy amin’ny
Faritanin’Antananarivo sy ny Faritanin’i Toliara no
nanafana ny lanonana. Nanaraka ireo ny avy
amin'ny Faritanin'i Fianarantsoa sy Antsiranana
ny alarobia 24 jolay 2019 ary namarana azy ny
avy amin'ny Faritanin'i Toamasina sy Mahajanga
ny alakamisy 25 jolay 2019.
JEREMINY Odile

52 Numéro 7
SOKELA
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA

Fifaninanana « radio crochet »

Nisy koa ny Radio crochet izay noka­ jaka Andohalo, Sekolintsika Anala­ hazo ny laharana Voalohany ny St Jo­
rakarain’ny fitantanan­drahara­ mahitsy, Ste Famille Mahamasina, seph Mahamasina, faharoa ny IFE
han’ny Fitsinjaram­pahefana teto IFR Ankadifotsy. Itaosy ary fahatelo ny LTA Ampefi­
anivon’ny Antenimierandoholona ka Nofaranana ny zoma 26 jolay izany fi­ loha.
nandraisan’ireo sekoly ambaratonga faninana Radio Crochet izany ka no­ Marihina moa fa solotena dimy isaky
faharoa sy ambaratonga ambony an­ tolorana loka sy fanomezana ireo ny sekoly no nandray anjara tamin’io
jara. Ireto avy izy ireo : LTA Ampefi­ nandresy. fifaninana radio crochet io ary afa­po
loha, LMA Ampefiloha, IFE Itaosy, Ho an’ny Sekoly ambony dia nahazo tokoa ny mpandray anjara tamin’ny
Université ESCA Antanimena, ESTIIM ny laharana voalohany ny ESTIIM An­ fampahafantarana ny Antenimieran­
Andavamamba, STICOM Ankatso, davamamba, faharoa ny STICOM An­ doholona.
ISSEG Soanierana, ENS Ampefiloha, katso ary fahatelo ny Université St JEREMINY Odile
Université St Michel Amparibe, St Jo­ Michel Amparibe. Ho an’ny Sekoly
seph Mahamasina, Lycée Marie Man­ ambaratonga faharoa kosa dia na­
SOKELA Numéro 7 53
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA

Fankalazana ny faha – 15 taonan’ny Vakomanitry ny Antenimierandoholona


Seho an­tsehatra goavana no nanamari­
hana ny faha­15 taonan’ny “Vakomani­
try ny Antenimierandoholona”.
Notontosaiana teny amin’ny Plazza Am­
pefiloha izany ny zoma 26 jiolay 2019,
nanomboka tamin’ny 2ora sy sasany fo­
lakandro. Mbola tao anatin’ny fankala­
zana ny faha 60 taonan’ny
Antenimierandoholona ihany izany.
Ny lanonana dia teo ambany fia­
hian’Atoa Filohan’ny Antenimierando­
holona Rivo RAKOTOVAO mivady, ny
Mpikambana ao anatin’ny Birao Maha­
ritra, ary ny Loholon’i Madagasikara re­
hetra.
Nasaina manokana tamin’izany ny ta­
rika R’IMBOSA; izay ray aman­dreny ni­
taiza, nanabe, nikolokolo ny
Vakomanitra ka nampita taminy ny hira
“Vivat Senatus” izay tsapa fa lasa fama­
tarana manokana ny Antenimierando­
holona Malagasy ankehitriny.
Teo ihany koa ny Antokom­pihiran’ny
Ministeran’ny Vola sy ny Fitatanam­
bola, izay vondrona miara­dia amin’ny
Vakomanitra ao amin’ny sampana AMI­
Vondron’ny Antokompihiran’ny Minis­
tera sy ny Andrimpanjakana rehetra.
Tonga nanome lanja ny lanonana ny fi­
lohan’ny Antenimierandoholona teo
aloha
Honoré RAKOTOMANANA sy Guy RAJE­
MISON RAKOTOMAHARO.
Tamin’io fotoana io ihany koa no nano­
lorana mari­pankasitrahana ireo nahazo
ny laharana telo voalohany tamin’ny fa­
moronana ny sary famantarana ny fan­
kalazana ny faha­60 taonan’ny
Antenimierandoholona.

RANDRIANASOLO Niaritina

54 Numéro 7
SOKELA
>>> AKON’NY FANKALAZANA 60 TAONA

Fifaninanana ara-panatanjahantena

Ny zoma 26 jolay 2019 dia hetsika ara­pa­


natanjahantena izay natao tao amin’ny
kianja mitafo Mahamasina sy fanomezan­
drà izay notanterahina teny amin’ny HJRA
no fandaharam­potoana.
Nanombohana ny fanatanjahatena ny
hazakazaka « semi­marathon » niarahana
tamin’ny Filohan’ny Antenimierandoho­
lona mivady, ny Loholona ary ny mpiara­
miasa izay niainga teto Anosy. Nisy ihany
koa ny baolina kitra, ny volley ball ary ny
basketball izay nandraisan’ny rehetra an­
jara.
Nandritra io fotoana io dia nisy ny lalao
baolina kitra izay nihaonan’ny mpitantana
ny Senat sport sy ny Loloholona ka nan­
draisan’ny Filoha Rivo RAKOTOVAO sy lo­
holona vitsivitsy anjara .
Nambaran’ny Filoha fa ity hetsika ity no
natao dia ho mariky ny fifankatiavana sy
ny firaisankinan’ ny Loholona sy ny
Mpiasa na dia mandalo fotoana sarotra
aza ny Antenimierandoholona amin’izao
fotoana izao.
RAMAMONJISOA Elmine

Suivez Sénat de Madagascar sur :

www.senat.mg

SOKELA Numéro 7 55

Vous aimerez peut-être aussi