Vous êtes sur la page 1sur 18

CHAPITRE2

EQUIPEMENTS D’INTERCONNEXION
RÉSEAU

1. Les Hubs
2. Les commutateurs
3. Fonctionnement des commutateurs
4. Les routeurs
INTRODUCTION
 Un réseau local sert à interconnecter les ordinateurs d'une organisation,

 une organisation comporte généralement plusieurs réseaux locaux, il est


donc parfois indispensable de les relier entre eux.

 Dans ce cas, des équipements spécifiques sont nécessaires.

I. KECHICHE BELAIBA
 Lorsqu'il s'agit de deux réseaux de même type, il suffit de faire passer les
trames de l'un sur l'autre. Dans le cas contraire, c'est-à-dire lorsque les
deux réseaux utilisent des protocoles différents, il est indispensable de
procéder à une conversion de protocole avant de transférer les trames.
 Les principaux équipements matériels mis en place dans les réseaux
locaux sont :
 Les concentrateurs (hubs):permettant de connecter entre eux
plusieurs hôtes
 Les commutateurs (switches):permettant de relier divers éléments
tout en segmentant le réseau
 Les routeurs,:permettant de relier de nombreux réseaux locaux

23
LES CONCENTRATEURS (1/3)
 Appelés aussi Hubs,
 travaillent sur la première couche du modèle OSI.
 Ils relient des postes de travail utilisant la topologie étoile.
Le concentrateur se situe alors au centre de l'étoile.

I. KECHICHE BELAIBA
Les cartes réseaux de chaque poste sont connectées sur un port du
concentrateur.
Il existe un port par connexion.

24
LES CONCENTRATEURS (2/3)
 Les Hub sont tous Half Duplex (pas d'émission / réception en
même temps).

Le concentrateur transmet les données reçues d'une station ou


matériel de connexion (autre concentrateur, routeur ...) vers
toutes les stations connectées au sous-réseau, c'est de la

I. KECHICHE BELAIBA
diffusion.
 Les couches deux et trois feront le
tri afin de déterminer si ces
données leurs sont destinées.

 Les hôtes ignorent les messages


qui ne leur sont pas adressés. Seul
l'hôte spécifié dans

 l'adresse de destination du
message traite le message et
répond à l'expéditeur.
25
LES CONCENTRATEURS (3/3)
 Le concentrateur propage les
collisions.
 Un concentrateur ne décode pas les
messages.
il ne détecte pas que le message est
endommagé et le répète sur tous les

I. KECHICHE BELAIBA
ports.

 DOMAINE DE COLLISION:
 Région du réseau au sein de laquelle les hôtes partage l’accès au média.
 Par exemple, sur un concentrateur 48 ports, les 48 utilisateurs partagent un seul
gros domaine de collision, et donc n’utilisent pas la bande passante de façon
optimale.
 DOMAINE DE DIFFUSION :
 zone logique d'un réseau informatique où un ordinateur quelconque connecté au
réseau peut directement transmettre à tous les autres ordinateurs du même
domaine, sans devoir passer par un routeur.
 RQ:
Le but pour les concepteurs LAN est de réduire, c’est-à-dire séparer un grand
26
domaine de collision en plusieurs petits domaines de collision.
LES COMMUTATEURS(1/4)

 Ils sont aussi appelés Switch et travaillent au niveau 2 du


modèle OSI ou 3 si ils intègrent une fonction de routage.
 Ce matériel a été créé pour segmenter les réseaux

I. KECHICHE BELAIBA
27
Les commutateurs(2/4)

 A la différence des ponts, chaque port du commutateur est


un domaine de collisions.
Cela implique que sur chaque port les stations peuvent émettre sans
se soucier des autres postes.

I. KECHICHE BELAIBA
2
8
LES COMMUTATEURS(3/4)
 A la différence des hubs, la majorité des commutateurs peuvent utiliser
le mode Full duplex. La communication est alors bidirectionnelle,
doublant le taux de transfert maximum.
 Au démarrage, un Switch va construire une table de correspondance
adresse MAC - numéro de port appelée table de commutation.

I. KECHICHE BELAIBA
 Cette table est enregistrée dans une mémoire interne.
 Lorsqu'une nouvelle carte réseau est connectée sur un de ses ports, il va
adapter sa table de correspondance.

 Les commutateurs possèdent une mémoire propre leurs


permettant de récupérer et de mémoriser les données reçues
avant de les émettre vers le bon port de sortie.
 Il existe 2 modes de commutatation :
 les Store-Forward : les données sont stockées avant d'être envoyées vers le
port destination
 les Cut Through : envoi des données à la volée.

29
LES COMMUTATEURS(4/4)
 Les commutateurs permettent de regrouper certains de leurs ports, de ce
fait, il est possible de créer un réseau virtuel isolé logiquement du reste des
machines. On parle de VLAN (Virtual Local Area Network).

 L'utilisation de réseaux virtuels permet cependant de séparer

I. KECHICHE BELAIBA
virtuellement un commutateur en plusieurs domaines de diffusion.

30
Commutateur Vs Concentrateur (1/2)

Concentrateur Commutateur

Obsolètes Actuellement utilisés

I. KECHICHE BELAIBA
 

 Les données envoyées sont  Les données envoyées d'un


envoyés sur tous les ports aux ordinateur vers un autre sont
périphériques qui décodent la uniquement reçues par
trame d'en-tête pour savoir si destinataire.
elles leurs sont destinées. Possibilité d’avoir des
communication parallèles

 Bande passante totale limitée  Bande passante déterminée


à la vitesse du hub. par le nombre de ports.
 Ex: Un hub 100 base-T offre  Ex: Un Switch 100 Mbps 8 ports
100Mbps de bande passante peut gérer jusqu'à 400 Mbps en
31
partagée entre tous les PC, half duplex, le double en full
quelque soit le nombre de ports. duplex.
Commutateur Vs Concentrateur (2/2)

Concentrateur Commutateur

Compatible "half-duplex". Compatible "full-duplex",

I. KECHICHE BELAIBA
 

Un port 100Mbps permet Double la vitesse de chaque


juste une liaison à 100 Mbps. port, de 100 Mb/s à 200 Mb/s
pour un Ethernet 100 BaseT.

Tous les ports Un port


= =
un domaine de collision un domaine de collision

Conservent le même domaine de diffusion.


32
COMMUTATEUR: FONCTIONNEMENT 1/2
 Les commutateurs Ethernet transfèrent de manière sélective des
trames individuelles d’un port récepteur au port sur lequel le nœud
de destination est connecté.
 Ce processus de réacheminement sélectif peut se comparer à la

I. KECHICHE BELAIBA
création d’une connexion point à point momentanée entre les nœuds
de transmission et de réception.
 Cette connexion ne dure que le temps d’envoyer une trame unique.
 Durant ce laps de temps, les deux nœuds disposent de l’intégralité de
la bande passante et représentent une connexion point à point
logique.

33
COMMUTATEUR: FONCTIONNEMENT 2/2

 La table MAC doit contenir des adresses MAC ainsi que les ports
correspondants.
 Le processus d’apprentissage permet l’acquisition dynamique de

I. KECHICHE BELAIBA
ces mappages en mode de fonctionnement normal.

 Initialement cette table est vide


 Chaque fois qu’une trame entre dans le commutateur, celui-ci
examine son adresse MAC source.
 Une procédure de recherche permet au commutateur de
déterminer si la table contient déjà une entrée pour l’adresse
MAC concernée.
 Si l’entrée n’existe pas, le commutateur en crée une nouvelle
dans la table MAC, à l’aide de l’adresse MAC source, et associe
cette adresse au port d’arrivée de la trame.
 Le commutateur pourra alors utiliser ce mappage pour 34
transmettre des trames à ce nœud.
I. KECHICHE BELAIBA
35
LES ROUTEURS(1/4)
 Un routeur est un équipement d'interconnexion de réseaux
informatiques permettant d'assurer le routage des paquets
entre deux réseaux ou plus afin de déterminer le chemin qu'un
paquet de données va emprunter.

Les routeurs permettent de diviser le domaine de diffusion

I. KECHICHE BELAIBA

 ce qui n’est pas le cas pour les concentrateurs et commutateurs


conservent le même domaine de diffusion.

 Lorsqu'un utilisateur appelle une URL , le client Web (navigateur)


interroge le serveur de noms , qui lui indique en retour l'adresse
IP de la machine visée.
Son poste de travail envoie la requête au routeur le plus proche, c'est-à-
dire à la passerelle par défaut du réseau sur lequel il se trouve.
Ce routeur va ainsi déterminer la prochaine machine à laquelle les
données vont être acheminées de manière à ce que le chemin choisi soit le
meilleur.
36
 Les routeurs tiennent à jour des tables de routage, véritable
cartographie des itinéraires à suivre en fonction de l'adresse visée.
 Il existe de nombreux protocoles dédiés à cette tâche.
LES ROUTEURS(2/4)
 En plus de leur fonction de routage, les routeurs permettent de
manipuler les données circulant sous forme de datagrammes afin
d'assurer le passage d'un type de réseau à un autre.
 RQ: Dans la mesure où les réseaux n'ont pas les mêmes capacités en
terme de taille de paquets de données, les routeurs sont chargés de

I. KECHICHE BELAIBA
fragmenter les paquets de données pour permettre leur libre
circulation.
 Un routeur possède plusieurs interfaces réseau, chacune connectée
sur un réseau différent. Il possède ainsi autant d'adresses IP que de
réseaux différents sur lesquels il est connecté.

37
LES ROUTEURS(3/4)
 On distingue 3 types de routeurs:

 Les routeurs noyaux sont les routeurs principaux car ce sont


eux qui relient les différents réseaux

I. KECHICHE BELAIBA
 Les routeurs externes permettent une liaison des réseaux
autonomes entre eux.
 Ils fonctionnent avec un protocole appelé EGP (Exterior Gateway
Protocol) qui évolue petit à petit en gardant la même appellation

 Les routeurs internes permettent le routage des informations


à l'intérieur d'un réseau autonome.
 Ils s'échangent des informations grâce à des protocoles appelés IGP
(Interior Gateway Protocol), tels que RIP et OSPF

38
Les routeurs(4/4)

I. KECHICHE BELAIBA
39

Vous aimerez peut-être aussi