Vous êtes sur la page 1sur 30

Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

IV.1 Introduction

Les propriétés et les caractéristiques des matériaux de construction déterminent le


domaine de leur application. Ce n’est qu’en évaluant ou en mesurant exactement les qualités
et les caractéristiques les plus importantes, que nous pourrons confectionner des bétons qui
nous permettent de construire des édifices et ouvrage solides, durables et haute efficacité
économique et technique. Toutes les caractéristiques des matériaux de construction, d’après
l’ensemble de leurs indices, sont divisées en caractéristiques physiques, chimiques puis
mécaniques.
Les caractéristiques de chaque composant de ces constituants, la démarche adoptée
ainsi que la méthodologie d’essais et le mode opératoire sont présentés.

IV.2 Matériaux utilisés


IV.2.1 Ciment
Le ciment que nous avons utilisé pour ce programme expérimental est un ciment
portland de classe CPA/CEM I/42,5 ES (CRS) d’Ain El Kbira (Wilaya de Sétif)
conformément à la norme NA 443 [13].
Les différentes caractéristiques que ce soit Chimiques, physiques ou mécaniques du
ciment utilisé sont établies sur des fiches techniques élaborées au niveau de laboratoire de
l'usine même. Nous notons que toutes les caractéristiques du ciment CPA/CEM I/42,5 ES
(CRS) manipulé répondent aux normes.

Figure IV.1 Ciment utilisé CEMI/42,5.

Page 43
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Toute la quantité de ciment utilisée lors des séries d'expérimentation a fait l'objet d'une
seule commande et conservé dans un milieu sec et à l'abri des écarts de température.
Les compositions chimiques et les propriétés physiques du ciment utilisé dans cette recherche
sont données dans les tableaux (IV.1 – IV.2 – IV.3 et IV.4) :
Tableau IV.1 Composition chimique du ciment [13].
Composition chimique du ciment

CaO Résidus
SiO2 -T Al2 O3 Fe2 O3 CaO-T SO3 Na 2 O K2 O Chlorures P.A.F
libre Insolubles

2,11 0 0,87
21,79 4,29 5 64,37 / 0,24 0,61 0,86
≤3,5% ≤0,1% ≤3%

Tableau IV.2 Composition potentielles du ciment [13].

Composition potentielles du ciment

Éléments Abréviation Teneur (%)

Silicate tri calcique C3 S 63,26


Silicate bi calcique C2 S 14,43
Aluminate tricalcique C3 A 2,49
Alummino-ferrite
C4 AF 15,9
tetracalcique
Tableau IV.3 Propriétés physiques du ciment [13].
Essais Physiques Garantie Mesures
P, S (g/Cm3) / 3,16
SSB (NA 231) cm2/g / 3388
Temps de Prise Min Début ≥ 60 206
(NA 232) Fin / 307
Expansion mm
à chaud ≤10 0.8
(NA229)
Refus % 90µ / 4.82
Consistance Normale
% / 24.35
(NA 229)
Retrait à 28 j (NA
µm/m ≤1000 /
440)

Page 44
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Tableau IV.4 Résistance mécaniques du ciment (MPa) [13].


Résistance mécanique du ciment (MPa)
Age
Essais 2 jours 7 jours 28 jours
Compression 16,4 36,2 55,2
Li ≥12,5 Li ≥42,5
Flexion 3,6 6,3 8,3

IV.2.2 Gravier
Le gravier utilisé pour la confection du béton dans notre étude expérimentale provient
de la carrière el Wiam d’EL AUCHE qui se situe à environ 40 Km au sud de la ville de BBA.
Les graviers sont des concassés de nature calcaire avec une taille de la particule
nominale de 8 mm (G1) et 16 mm (G2).

IV.2.2.1 Analyse granulométrique par tamisage : [NA EN 933-5]

 But de l’essai

L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages pondéraux


respectifs des différentes familles de grains constituants l'échantillon. Elle s'applique à tous
les granulats de dimension nominale inférieure ou égale à 63 mm, à l'exclusion des fillers.

Photo IV.1 La tamiseuse utilisée.

Page 45
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

 Principe de l’essai
L'essai consiste à fractionner au moyen d'une série de tamis emboîtés les uns sur les
autres, dont les dimensions des ouvertures sont décroissantes du haut vers le bas un matériau
en plusieurs classes granulaires de tailles décroissantes.
Les masses des différents refus et tamisât sont rapportées à la masse initiale du matériau.
Les pourcentages ainsi obtenus sont exploités sous forme graphique.
 Matériels utilisés
 Une colonne de tamis propres correspondants à chaque fraction.
Tableau IV.5 Tamis utilisés pour le tamisage des graviers.
Fraction Tamis utilisés (exprimé en mm)
3/8 (8 - 6,3 – 5 - 4 - 3.15 - 2.5 - et le fond)
8/16 (16 - 12.5 – 10 -8 - 6.3 - 5 - le fond)

 Préparation de l’échantillon
L’échantillon de gravier est préparé selon la norme NF EN 933-5
La masse M de l´échantillon pour essai doit être supérieure à 0,2 D, avec M exprimé en
kilogrammes et D plus grande dimension spécifiée en millimètres.

 Mode Opératoire
L’opération du tamisage du gravier se fait au moyen d’une tamiseuse ou on place la sér ie
des tamis sur le cercle inférieur du cadre de l’appareil en suite l’ensemble est serré aux
montants par la couronne supérieure, à l’aide de deux jeux de ressort et vis de blocage. La
vibration se fait 03 fois durant 07 minutes à chaque fois.
Les résultats obtenus sont classés dans les tableaux (IV.6 et IV7) :

Tableau IV.6 L’analyse granulométrique de gravier concassé (3/8).

Refus R’ (%) Tamis


Tamis Essai1 Essai2 Essai3 Moy
cumulé Partiel (%)
8 0 0 0 0 0 0 100
6.3 164.5 156.5 163.5 152.5 152.5 9.5312 90.4688
5 442 437.0 480 453 605.5 37.8437 62.1563
4 592.5 548.5 537.5 559.5 1165 72.8125 27.1875
3.15 364.5 397.5 352.5 371.5 1536.5 96.0312 3.9688
2.5 31.5 48 49 42.83 1579.33 98.7081 1.2919
fond 3.5 11 13.5 9.33 1588.66 99.2912 0.7088

Page 46
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Tableau IV.7 L’analyse granulométrique de gravier concassé (8/16).

Refus R’ (%) Tamis


Tamis Essai1 Essai2 Essai3 Moy
cumulé Partiel (%)
16 251.5 192 211 218.16 218.16 6.8175 93.1825
12.5 1351 1172.5 1319.5 1281 1499.16 46.8487 53.1513
10 989.5 968.5 916.5 958.16 2457.32 76.7912 23.2088
8 392.5 532 459 461.16 2918.48 91.2025 8.7975
6.3 174 276 235.5 228.5 3146.98 98.3431 1.6569
5 23 44 43.5 36.83 3183.81 99.4940 0.506
Fond 11.5 14.5 12.5 12.83 3196.64 99.895 0.105

Courbe granulométrique des gravier 3/8 et 8/15

Gravier 8/15 Gravier 3/8 limite sup limite inf limit super limite infer
110
100
90
80
70
Tamisat (% )

60
50
40
30
20
10
0
31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45
Modules des tamis

Figure IV.3 Courbe granulométrique des granulats concassés (3/8), (8/16).

IV.2.2.2 La masse volumique du gravier

La masse volumique est une grandeur physique qui caractérise la masse d'un matériau
par unité de volume, on distinguera :

A. La masse volumique apparente : [NA EN 1097]

C’est le rapport entre la masse d’un corps est l’unité de volume apparent (y’compris les
vides), Elle est exprimée en (g/cm3 , Kg/m3 , t/m3 ).
 Principe de l’essai
Le principe de cette mesure consiste à remplir un récipient avec un volume intérieur

Page 47
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

connu et de peser la quantité de granulats correspondant.


 Matériels utilisés
 Une balance avec une précision de 0.01g.
 Un récipient avec un volume de 5 litre.
 Une règle à araser.
 Mode opératoire
 Peser le récipient vide et taré.
 Prendre le matériau (gravier) dans les deux mains formant un entonnoir.
 Placer les deux mains à hauteur d’environ 10 cm au-dessous de récipient.
 Verser le matériau au centre de récipient jusque qu’il soit remplit et débord au tour.
 Araser avec la règle sans compacter le matériau.
 Peser le contenu et noter la masse M.
 Répéter l’opération 3 fois afin de valider l’essai.
 La masse volumique apparente est déterminée par la formule suivante :
M
app 
V
Les résultats obtenus sont représentés dans le tableau (IV.8) :

Tableau IV.8 Masse volumique apparente du gravier.

N° M V ρapp ρapp moy


Gravier
d’essai (g) (L) (g/cm3 ) (g/cm3 )
1 1559 1 1.559
3/8 2 1460 1 1.460 1.483
3 1429 1 1.429
1 7073.5 4.8 1.473
8/16 2 7072 4.8 1.473 1.473
3 7075 4.8 1.473

B. La masse volumique absolue : [NA EN 1097]

C’est le rapport entre la masse et l’unité de volume de la matière qui constitue le granulat,
sans tenir compte des vides pouvant exister dans ou entre des grains. Elle est exprimée en
(g/cm3 , Kg/m3 , t/m3 ). [14]

Page 48
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

 Principe de l’essai

Consiste à mesurer le volume réel occupé par les granulats, sans tenir compte des
vides. Dans notre étude on va utiliser la méthode de l’éprouvette graduée, car cette méthode
est très simple et très rapide.

 Matériels utilisés
 Une éprouvette graduée en verre.
 Mode opératoire
 Remplir l’éprouvette graduée en verre par un volume d'eau (V1 =400 ml).
 Peser une masse (M =300 g) du matériau (gravier).
 Introduire cette masse dans l'éprouvette (s’assuré de bien éliminer les bulles d’air).
 Noter le nouveau volume V2.
 Cette opération est répétée 3 fois.
 La masse volumique absolue est déterminée par la formule suivante :
M
 abs 
V 2 V 1 
Les résultats obtenus sont représentés dans le tableau (IV.9) :

Tableau IV.9 Masse volumique absolue du gravier.

N° M V1 V2 𝛄 abs 𝛄 abs moy


Gravier
d’essai (g) (ml) (ml) (g/cm3 ) (g/cm3 )
1 300 400 515 2.608
3/8 2 300 400 515 2.608 2.608
3 300 400 515 2.608
1 300 400 512 2.678
8/16 2 300 400 513 2.654 2.67
3 300 400 512 2.678

IV.2.2.3 La porosité

C’est le rapport du volume des vides contenu dans les grains au volume total des
grains, elle est exprimée en pourcentage (%), définie par la relation suivante [15] :

Vv
P (%)  *100
Vt

Page 49
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

D’après les résultats obtenus précédemment (masse volumique apparente et absolue),


on peut exploiter ces données afin de déterminer la porosité du gravier grâce à la relation
suivante :
 
P (%)  1   *100
 
D’où ;
 : La masse volumique absolue du gravier.
 : La masse volumique apparente du gravier.
IV.2.2.4 La compacité

C’est le rapport du volume des grains solides au volume total des grains, elle est
exprimée en pourcentage (%), définie par la relation suivante [15] :
Vs
C (%)  *100
Vt

Ou : C (%) 1  P

IV.2.2.5 L’indice des vides

C’est le rapport du volume des vides contenus dans les grains au volume des grains
solides, définie par la relation suivante :
Vv
e (%) 
Vs

1c
Ou : e (%) 
c
Les résultats sont représentés dans le tableau (IV.10) :

Tableau IV.10 Porosité, compacité et indice des vides du gravier.

fraction de gravier Porosité (%) Compacité (%) l’indice de vide (%)


3/8 43.29 56.70 76.36
8/16 44.94 55.05 81.63

IV.2.2.6 Degré d’absorption d’eau : [NA EN 1097-6]

Le coefficient A mesure la capacité d’absorption d’eau d’un granulat. Plus il est élevé,
plus le matériau est absorbant, on en tient compte dans la formulation, Elle est exprimée en
(%) et définit par la formule [15] :

Page 50
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

 M Ms 
A (%)   h  *100
 Ms 
M h : La masse du matériau sature d’eau en (g).
M s : La masse du matériau sec en (g).
Les résultats sont regroupés dans le tableau (IV.11) :

Tableau IV.11 Degré d’absorption d’eau des agrégats (3/8), (8/16).

Fraction M h (g) M s (g) A (%)


3/8 1037.0 1000 3.70
8/16 1012.5 1000 1.25

IV.2.2.7 La résistance à la fragmentation par chocs

 Essai Los Angeles : [NA EN 1097- 2]


L'essai Los Angeles permet de mesurer les résistances combinées aux chocs et à la
détérioration progressive par frottement réciproques des éléments d'un granulat. Ce mode
opératoire s'applique aux granulats utilisés pour la constitution des chaussées et bétons
hydrauliques .
Le coefficient Los Angeles est d’autant plus élevé que le granulat est moins bon ; le
fascicule 65A indique la valeur LA ≤25% caractéristique fc28≥ 30 MPa pour les bétons dont
la résistance.

Figure IV.4 Appareil de Los Angeles.

Page 51
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Le tableau IV.12 donne l’estimation de la dureté des agrégats en fonction du coefficient LA :

Tableau IV.12 Estimation de la dureté des agrégats en fonction du coefficient LA [16].

Coefficient LA Estimation de la dureté d’agrégat


< 20 Très dure
20 à 25 Dure
25 à 30 Assez dure
30 à 40 Mis dure
40 à 50 Tendre
> 50 Très tendre

IV.2.3 Sable

IV.2.3.1 Analyse granulométrique par tamisage : [NA EN 933-1]


 But de l’essai
L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages
pondéraux respectifs des différentes familles de grains constituant l'échantillon.
 Principe de l’essai
L’analyse consiste à séparer et classer ces grains selon leur diamètre à l’aide de tamis,
emboîtés les uns sur les autres dont les dimensions des ouvertures sont décroissantes du haut
vers le bas. L’échantillon étudié est mis sur le tamis supérieur et le classement des grains est
obtenu par vibration de la colonne de tamis.
 Matériels utilisés
 Une colonne de tamis propres et correspondants à chaque fraction.

Tableau IV.13 Séries des tamis utilisés pour le tamisage du sable.

Fraction Tamis utilisés (exprimé en mm)


0/5 (5 – 2.5 – 1.25 – 0.63 – 0.32 – 0.16 – 0.08 et le fond)

 Préparation de l’échantillon
L’échantillon de sable est préparé selon la norme NF EN 933-1
La masse M de l´échantillon pour l’essai doit être supérieure à 0,2 D, avec M exprimée en
kilogrammes et D plus grande dimension spécifiée en millimètres.

 Mode Opératoire
Le mode opératoire et le même que celui utilisé pour le gravier, la seul différence est la
durée de l’essai ; au lieu de 7 minutes pour le gravier elle va être 4 minutes pour le cas du

Page 52
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

sable. Les résultats de l’analyse granulométrique de sable sont représentés dans le tableau
IV.14:
Tableau IV.14 Analyse granulométrique du sable d’OUED SOUF.
Diamètre des Refus Refus cumulés Refus cumulés Tamisât
tamis Elémentaires cumulés
(mm) (g) (g) (%) (%)
5 0 0 0 100
2.5 13 13 0.13 98.8
1.25 42 54 0.54 94.6
0.63 159 213 0.213 78.7
0.315 426 639 0.639 36.1
0.160 299 938.5 0.9385 6.15
0.08 53 991 0.991 0.9
Fond 8 999 0.999 0.1

Courbe granulométrique du sable d'Oued Souf

100
90
80
70
Tamisat (% )

60
50
40
30
20
10
0
20 25 30 35 40
Modules des tamis

Figure IV.5 Courbe granulométrique du sable d’OUED SOUF.


IV.2.3.2 Essai d’équivalent de sable : (NF P 18-598)
Cet essai consiste à plonger un poids défini de sable dans une éprouvette normalisée
remplie par une solution floculant ; après agitation, on laisse décanter le mélange pendant 20
minutes, ensuite on mesure la hauteur du sédiment (H1 et du sédiment + floculant H2).

Page 53
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

L’équivalent de sable permet de quantifier la notion de propreté d’un sable, la


présence d’un excès d’argile peut provoquer une augmentation du retrait et une forte demande
en eau ce qui entraînera une baisse de résistance mécanique, cependant un manque total de
fines conduit à des bétons peu maniables, ségrégations et de faibles compacité. L’équivalent
de sable est d’autant plus élevé que la teneur en argile est faible. Pour les bétons dont fc28 >
30MPa, la spécification du fascicule 65A exige un ESV> 80.
 Mode opératoire
 Tamiser une quantité de sable (masse supérieure à 500 g), Prendre une pesée de
120g
 Remplir l'éprouvette de solution lavant jusqu'au premier repère (10 cm).
 A l'aide de l'entonnoir verser la prise d'essai (120g) dans l'éprouvette et taper
fortement à plusieurs reprises avec la paume de la main afin d’éliminer toutes les
bulles d'air et favoriser le mouillage de l'échantillon
 Laisser reposer pendant 10 minutes.
 Fermer l'éprouvette à l'aide du bouchon en caoutchouc.
 Placer l’éprouvette dans un agitateur mécanique pendant 3 minutes.
 Retirer ensuite le bouchon, le rincer avec la solution lavande au-dessus de
l'éprouvette, rincée ensuite les parois de celle-ci.
 Faire descendre le tube laveur dans l'éprouvette, le rouler entre le pouce et l'index e n
faisant tourner lentement le tube et l'éprouvette et en impriment en même temps a u
tube un léger piquage. Cette opération a pour but de laver le sable et de faire monter
A. Equivalent de sable visuel (E.S.V) :
 Après 20 min de dépôt, lire la hauteur h1 , de niveau supérieure de floculat jusqu’au
fond de l’éprouvette à l’aide d’une règle.
 Mesurer également avec la règle la hauteur h2 compris entre le niveau supérieur de la
partie sédimentaire du fond de l’éprouvette.

h 
E sv   2  *100 %
 h1 

Avec :
h1 : hauteur du sable plus floculat.
h2 : hauteur du sable.

Page 54
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

B. Equivalent de sable piston (E.S.P) :


 Introduire le piston dans l’éprouvette et la laisser descendre doucement jusqu’à ce
qu’il repose sur le sédiment, à cet instant bloquer le manchon du piston et sortir celui-
ci de l'éprouvette.

 h' 
E SP   2  *100 %
 h1 
Avec :
h1 : hauteur du sable plus floculat.
h’2 : hauteur du sable.
Tableau IV.15 Qualité du sable en fonction des valeurs d’équivalent de sable ESV et ESP.

ES à vue ES au Piston Nature et qualité du sable

Sable argileux : risque de retrait ou de gonflement.


ES <65% ES <60%
Sable rejeté pour les bétons de qualité.

Sable légèrement argileux de propreté admissible pour


60%≤ ES ≥70% les bétons de qualité quat le retrait n’a pas de
65%≤ ES ≥75%
conséquence notable sur la qualité du béton.

Sable propre à faible proportion de fine argileuse

70%≤ ES ≥80% covenant parfaitement pour les bétons de hautes


75%≤ ES ≥85%
qualités.

Sable très propre : l’absence presque totale des fines


argileuse risque d’entrainer un défaut de plasticité du
ES >85% ES >80%
béton qu’il faudra compenser par une augmentation du
dosage en eau

Page 55
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Les résultats obtenus sont représentés dans le tableau (IV.16) :

Tableau IV.16 Résultats d’essai d’équivalent de sable d’OUED SOUF testé.


E.S.V
N° E.S.P moy
h1 (cm) h2 (cm) E.S.V (%) moy h'2 (cm) ES.P(%)
d’essais (%)
(%)
1 9.8 8.6 87.76 8.9 90.81

2 9.9 8.5 85.85 86.30 8.9 89.89 90.30

3 10.2 8.7 85.29 9.2 90.19

Figure IV.6 Essai d’équivalent de sable visuel et par piston.

IV.2.3.3 Module de finesse (NF P 18-304)


Le module de finesse d’un sable est égale au 1/100e de la somme des refus exprimés
en pourcentage sur les différents tamis de la série suivante : 0.16 ; 0.315 ; 0.63 ; 1.25 ; 2.5 ; 5.
Le module de finesse d’un sable est un paramètre qui détermine la finesse du sable. Un sable
grossier (2.8 <Mf< 3.2) favorise l’obtention d’une bonne résistance mais risque d’entraîner
une moins bonne maniabilité et une possible ségrégation, quant au sable fin (1.8 < Mf < 2.2)
il facilite la mise en œuvre du béton au détriment de la résistance.
Pour un béton à hautes performances, vu l’importante quantité de fines (ciment et
ajout minéral), il est préférable d’utiliser un sable dont son module de finesse est compris
entre 2.7 et 3.0 [17].

Page 56
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Tableau IV.17 Modules de finesse du sable.

Quantité du sable Module de finesse

Gros > 2.5


Moyen 2 à 2.5
Fin 1.5 à 2
Très fin 1 à 1.5

𝟏
MF=𝟏𝟎𝟎 (∑ ( refus cumulés en % des tamis{0,16 − 0,315 − 0,63 − 1,25 − 2,5 − 5})

MF 
 0  1.2  5.4  21.3  63.9  93.85  1.87
100
Après l’analyse granulométrique, on trouve que le module de finesse du sable testé
est égal à : MF = 1.87 MF entre 1.5 et 2 (c’est un sable fin). Il faut le corriger avec
un sable gros (sable concassé).
IV.2.3.4 Masse volumique du sable

A. Masse volumique apparente


 Principe de l’essai
Le principe de cette mesure consiste à remplir un récipient avec un volume intérieur connu et
de peser la quantité de granulats correspondants.

 Matériels utilisés
 Une balance avec une précision de 0.01g.
 Un récipient avec un volume de 1 litre.
 Une règle à araser.
 Mode opératoire
 Peser le récipient vide et tarer.
 Prendre le matériau (sable) dans les deux mains formant un entonnoir.
 Placer les deux mains à hauteur d’environ 10 cm au-dessous de récipient.
 Verser le matériau au centre de récipient jusque qu’il soit remplit et débord au tour.
 Araser avec la règle sans compacter le matériau.
 Peser le contenu et noter la masse M.
 Répéter l’opération 3 fois afin de valider l’essai.
 La masse volumique apparente à l’état lâche est déterminée par la formule suivante :

Page 57
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

M
app 
V
Les résultats obtenus sont représentés dans le tableau (IV.18) :

Tableau IV.18 Masse volumique apparente du sable d’OUED SOUF.

N° d’essais M (g) V (L) ρ app (g/cm3 ) ρ app moy (g/cm3 )


1 1698 1 1.698
2 1701 1 1.701 1.699
3 1700 1 1.700

B. La masse volumique absolue : [NA EN 1097-6]


Le mode opératoire et le même que celui utilisé pour le gravier décrit précédemment. La
masse volumique absolue du sable est déterminée par la formule :
M
abs 
V 2 V 1 
Avec : M=300 g
Les résultats sont présentés dans le tableau (IV.19) :

Tableau IV.19 Masse volumique absolue du sable d’OUED SOUF.

V1 V2 M ρabs moy
N° d’essais ρabs (g/cm3 )
(ml) (ml) (g) (g/cm3 )
1 512 2.678
2 400 513 300 2.654 2.67
3 512 2.678

IV.2.4 Sable concassé

Le sable concassé est utilisé pour la correction du sable d’Oued Souf pour obtenir un
module de finesse Mf= 2.8.
Les résultats de l’analyse granulométrique du sable grossier sont représentés dans le
tableau (IV.20) :

Page 58
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Tableau IV.20 Analyse granulométrique du sable concassé d’El AUCHE.

Refus Tamis
Tamis Essai 1 Essai 2 Essai 3 Moy R’ (%)
cumulé (%)
5 6.5 10.5 11 9.33 9.33 0.93 99.07
2.5 212 210 214 212 221.33 22.13 77.87
1.25 335.5 335.5 335.7 335.5 556.83 55.68 44.32
0.63 206.5 200.3 203.3 203.33 760.16 76.01 23.89
0.315 128.8 125.9 129.8 128.5 888.66 88.86 11.14
0.160 75.9 78.5 80.9 78.5 967.16 96.71 3.29
0.08 23.5 22.3 24.6 23.34 990.5 99.05 0.95
Fond 4 5.5 3.8 4.5 995 99.50 0.50

Courbe granulométrique du sable concassé


100
90
80
70
Taùisat (%)

60
50
40
30
20
10
0
20
Modules des tamis

Figure IV.7 Courbe granulométrique du sable concassé.


 Correction du sable
M F M F2
G1  *100
M F1  M F 2
Avec MF1 > MF > MF2
2.8 1.87
G1  *100  80%
3.04 1.87
G2 = 20%
IV.2.4.1 Degré d’absorption d’eau
L’essai est la même que pour le gravier. Les résultats sont représentés dans le tableau
(IV.21) :
Tableau IV.21 Degré d’absorption d’eau des granulats fins.

Page 59
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Fraction M H (g) M S (g) A (%)


Sable concassé 520 500 4
Sable fin 513 500 2.6

IV.2.5 Additions minéraux


Les ajouts utilisés dans notre programme expérimental sont les suivants :
 Les fillers de calcaires
Les fillers de calcaire utilisés dans notre étude sont récupérés auprès de la cimenterie
d’AIN TOUTA (Wilaya de Batna).
 La pouzzolane: La pouzzolane naturelle utilisée dans ce travail a été ramené de la
carrière Beni Saf, qui a été broyé aux finesses de 5000 cm2 /g.
 Le laitier: laitier qui est choisi pour le programme expérimental est un laitier de
production local (EL HADJER), qui a été broyé aux finesses de 5000 cm2 /g.
IV.2.5.1 Caractéristiques chimiques
La composition chimique des ajouts a été déterminée au niveau du laboratoire de la
cimenterie d’AIN EL KBIRA (Wilaya de Sétif).
Les résultats obtenus sont présentés en pourcentage (%) dans le tableau (IV.22) :

Tableau IV.22 caractéristiques chimiques des ajouts utilisés.

SiO 2 Al2 O3 Fe2 O3 CaO MgO SO 3 K2O Na2 O Cl P.A.F


Laitier 35.49 6.77 0.44 31.33 1.38 0.80 1.403 / 0.001 22.538
Filler de
2.62 0.66 0.68 56.38 0.4 0.34 0.16 / 0.009 38.754
calcaire
Pouzzolane 46.66 17.74 8.69 11.01 4.14 0.04 1.10 5.07 / /

IV.2.5.2 Les caractéristiques physiques


La procédure, le mode opératoire et matériel utilisé pour déterminer les
caractéristiques physiques des ajouts est quasiment le même que celui utilisé pour le ciment et
selon les mêmes normes.

Page 60
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

A. Masse volumique apparente

Il s'agit de déterminer la masse volumique apparente des trois (03) types d’ajouts utilisés dans
notre étude. La technique expérimentale utilisée est celle de l'appareil appelé « entonnoir ».

Figure IV.2 Entonnoir utilisé.


 Conduite de l'essai
 Tarer le récipient P1 .
 Remplir le récipient P 1 . posé au- dessous de l’axe du dispositif entonnoir avec la
poudre de ciment.
 Faire l’opération sans vibration. Raser avec la réglette appuyée sur les bords de
récipient.
 Nettoyer l’extérieur du récipient.
 Peser de nouveau le récipient rempli P2 .
P1  P2
app 
V
B. Masse volumique absolue
Il s'agit de déterminer la masse volumique absolue des trois (03) types d’ajouts utilisés dans
notre étude. La technique expérimentale utilisée est celle de l'appareil appelé "le Densimètre
de Le Chatelier".

Page 61
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Photo IV.3 Le Densimètre de Le Chatelier


 Conduite de l'essai
 Peser 64 g de ciment
 Introduire le benzène jusqu'à la graduation inférieure trait marqué 0 soit V0
 Introduire l’ajout dans le densimètre
 Agiter doucement en faisant tourner le densimètre pour chasser l'air entraîné par la
poudre
 Après stabilisation du niveau lire le volume soit V1
 Calcul de la masse volumique absolue par la relation :
M

V1V 0 
c. La finesse
L’essai consiste à la mesure de la surface des grains contenus dans une masse unité de
poudre, elle s'exprime en cm2 /g.
 Principe de l'essai:
Elle consiste à mesurer le temps mis par une quantité fixée d'air pour traverser un lit de
poudre compacté à une dimension et une porosité spécifiées. La surface massique est
proportionnelle au temps mis pour traverser la couche de poudre.

Page 62
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Photo IV.4 Appareil de Blaine.


 Conduite de l'essai
 Peser une quantité de l’ajout et mettre la poudre dans la cellule puis compacter à l'aide
du piston
 Placer la surface conique de la cellule dans le rodage conique au sommet du
manomètre
 Obturer le dessus du cylindre avec bouchon adéquat. Ouvrir le robinet d'arrêt en
amenant le niveau du liquide à la première ligne.
 Fermer le robinet d'arrêt et enlever le bouchon du cylindre.
 Démarrer le chronomètre dès que le liquide atteint la deuxième ligne.
 Arrêter le chronomètre dès que le liquide atteint le troisième repère.
 Relever le temps à 0.2s près et la température à 1°C près.
 Calculer la surface spécifique du ciment par la formule.

K e3 t
SSB 
 1  e  0.1
Avec
K: constante de l'appareil.
 : Masse volumique en g/cm3.
η : Viscosité de l'air à la température de l'essai en poise.
t : Temps de passage de l'air dans la couche de poudre en seconde.

Page 63
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

e : porosité de l’ajouts dans la cellule.


Le tableau (IV.23) représenté les caractéristiques physiques du laitier, pouzzolane et fillers de
calcaire
Tableau IV.23 Les caractéristiques physiques des ajouts utilisés.

Masse volumique Masse volumique Surface spécifique de


apparente (kg/dm3 ) absolue (kg/dm3 ) Blaine (cm2 /g)
Pouzzolane 0.98 2.38 5000
Laitier 0.864 2.91 5000
Filler de calcaire 0.9 2.73 4600

IV.2.6 Super plastifiant– haut réducteur d’eau


IV.2.6.1 Description
Lors de cette étude nous avons utilisé les adjuvants provenant de GRANITEX Oued
Semmar. (Wilaya d’Alger).Le super-plastifiants est :
MEDAFLOW 30, il est conforme aux exigences des normes NFP 18333 et NFP
18336.Il permet d’obtenir des bétons et mortiers de très haute qualité .En plus de sa fonction
principale de super-plastifiant, il permet de diminuer la teneur en eau du béton d’une façon
remarquable, Medaflow 30 est un super-plastifiant de la troisième génération de type
polycarboxylate, les caractéristique de super plastifiant est présenté dans le tableau (IV.24) :

Tableau IV.24 caractéristique du super-plastifiant [18].

Teneur en Teneur en
Forme Couleur PH Densité
chlore extrait sec

Liquide Jaunâtre 6 – 6,5 1,07 ± 0,01 < 1g/L 30%

IV.2.6.2 mode d’emploi

Le MEDAFLOW 30 est introduit dans l’eau de gâchage. Il est ajouté dans le béton
après que 50 à 70% de l’eau de gâchage ait été introduite [18].

Page 64
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

IV.2.6.3 Les dosages en super plastifiant (extrait de sec)

Tableau IV.25 dosage en super plastifiant utilisé dans la formulation

mélang Témoi 20BF 30BF 40BF 10N 20N 30N 40N 2.5L 5L 7.5L 10L
es n S S S P P P P F F F F
SP (%) 0.8 0.7 0.6 0.5 0.8 0.9 0.9 0.9 0.8 0.8 0.8 0.8
IV.2.5 L'eau de Gâchage : (NA EN 1008)
L'eau utilisée pour le gâchage du béton est de l'eau potable de robinet du laboratoire
de génie civil, l’université de Bordj Bou Arreridj.

IV.3 Formulation de béton

Le choix des proportions de chacun des constituants d'un béton afin d'obtenir les
propriétés mécaniques et de mise en œuvre souhaitées s'appelle la formulation.

IV.3.1 Présentation de la méthode de formulation


La recherche des bétons à hautes performances passe par la réduction de la porosité du
béton durci, c'est-à-dire de son pourcentage de vides. En effet, les dimensions et les volumes
des pores capillaires sont les principaux paramètres qui régissent les résistances mécaniques
du béton et les propriétés de transfert déterminantes pour la durabilité. L'optimisation de la
formulation d'un BHP consiste à diminuer la porosité de la matrice cimentaire et à optimiser
le squelette granulaire.
Le choix des proportions de chacun des constituants d'un béton afin d'obtenir les
propriétés mécaniques et de mise en œuvre souhaitées s'appelle la formulation.
La formulation d'un béton doit intégrer avant tout les exigences de la norme NF EN
206-1, laquelle, en fonction de l'environnement dans lequel sera mis en place le béton,
La formulation d’un BHP suit les trois principales étapes suivantes [1] :
a- Détermination d’une formule théorique prévisionnelle
b- Optimisation du mélange en laboratoire
c- Validation de la formule centrale
IV.3.2 Définitions et formules:
Pour traiter notre formulation des BHP on a utilisé la méthode de L'Université de
Sherbrooke,
IV.3.3 Teneur en ajout cimentaire:

Page 65
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Lorsque les ajouts cimentaires ou les fillers sont ajoutés lors du malaxage, le terme
teneur en ajout cimentaire se rapporte à la masse de ciment utilisée pour fabriquer le béton.
Quand ils sont incorporés dans le ciment, le terme teneur en ajout cimentaire se rapporte à la
masse totale du liant (ciment +ajout cimentaire ou filler).
La densité, dc, du ciment Portland ou de tout autre ajout cimentaire peut être calculée selon la
méthode ASTM C188 en utilisant l'expression:
A
dc 
A C
A : Masse de ciment sec.
C : Pesée hydrostatique du ciment
IV.3.4 Teneur en super plastifiant
Il est toujours préférable d'exprimer la teneur en super plastifiant en pourcentage de
solides par rapport à la masse de ciment parce que les super plastifiants commerciaux n'ont
pas la même teneur en solides (actifs) ni la même densité.

Figure IV.8 Représentation schématique d’un super plastifiant [3].


IV- Densité d’un super plastifiant :
En utilisant les notations qui apparaissent à la figure IV-20, la densité est égale à :
M liq
d sup 
V liq

Page 66
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Mliq : Masse de liquide de super plastifiant


Vliq : volume de super plastifiant liquide
b- Teneur en solides :
Elle est égale à :
M sol
s *100
V liq
Msol : Masse des particules solides de super plastifiant
Mliq : Masse de liquide de super plastifiant
c- Masse d’eau contenue dans un certain volume de super plastifiant :
Lorsque l’on ajoute plusieurs litres de super plastifiant dans un béton, il faut tenir
compte de la quantité d’eau que l’on ajoute ainsi, de façon à pouvoir calculer le rapport (eau /
liant) réel du béton. Il est donc nécessaire de savoir calculer la quantité d’eau contenue dans
un certain volume de super plastifiant.
V liq *d sup
ME  * 100  s 
s
Lorsque l’on utilise les unités g et cm3 ou kg et L, on peut alors exprimer ME et VE par
la même valeur :
V liq *d sup
VE  * 100  s 
s
dsup : Densité du super plastifiant
s : Teneur en solides de superplastifiant.
Vliq : volume de super plastifiant liquide

d- Masse des particules solides et volume de super plastifiant nécessaire :


Si c’est la masse de liant utilisée dans un béton et si d est le dosage en super plastifiant
suggéré par le fabricant, alors la masse de solides est :
C *d
M sol 
100
C : est la masse de liant.
D : est le dosage en super plastifiant (la masse de solides)
Le volume de super plastifiant liquide qui contient M sol se calcule de la façon suivant :
M sol
V liq  *100
s *d sup
Msol : Masse des particules solides de super plastifiant

Page 67
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

dsup : Densité du super plastifiant


s : Teneur en solides de superplastifiant.
e- Volume des solides contenus dans Vliq :
 100  s 
V sol V liq 1  d sup *
 100 
dsup : Densité du super plastifiant
s : Teneur en solides de superplastifiant.
Vliq : volume de super plastifiant liquide
L’étude a été menée sur 12 types des compositions des bétons représentés dans le tableau
IV.26 :
Tableau IV.26 Différents types des bétons étudiés.
Liant Laitiers
Nom mélange Ciment(%) Pouzzolane(%) Calcaire(%)
(%) (%)

Témoin 100 100 / / /

100 80 20 / /

Laitier 100 70 30 / /

100 60 40 / /

100 90 / 10 /

100 80 / 20 /
Naturelle
pouzzolane 100 70 / 30 /

100 60 / 40 /

100 97.5 / / 2.5

100 95 / / 5
Filler de
calcaire 100 92.5 / / 7.5

100 90 / / 10

IV.3.5 Type et composition des différents bétons


Le tableau IV.27 présente la formulation complète des 12 mélanges de béton pour des
rapports eau / ciment ou eau/liant de 0,30.

Tableau IV.27 Composition théorique des différents bétons.

Page 68
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Filler
Pierres Super- Pouzzolane
E/C Eau Ciment Sable Laitier de
N° concassées plastifiant naturelle
(E/L) (l/m3) (kg/m3) (kg/m3) (Kg/m3 ) Calcaire
(kg/m3à (l/m3) (kg/m3)
(Kg/m3 )

Béton Témoin
1 0,30 156 520 1050 700 4 / / /
Ajout Laitier
2 156 416 693,7 3,64 104 / /
1050
3 0,30 156 364 691,08 3,12 156 / /
4 156 312 688,45 2,6 208 / /
Ajout Calcaire
5 156 507 698,93 / 13 /
6 156 494 697,33 / 26 /
0,30 1050 4
7 156 481 695,63 / 39 /
8 156 468 693,93 / 52 /
Ajout Pouzzolane
9 156 468 686,57 4 / / 52
10 156 416 670,74 4,68 / / 104
0,30 1050
11 156 364 656,7 4,68 / / 156
12 156 312 642,47 4,68 / / 208

Après la détermination du dosage avec différents composants, une série d’essais a été effectué
ayant pour but de connaître la performance de cette composition.

IV.4 Confection et contrôle des éprouvettes


IV.4.1 Malaxage du béton
Le but de cette opération est d’homogénéiser le béton et lui donner une bonne
cohésion, pour cela on commence à malaxer selon les étapes suivantes :
1. Verser les constituants dans la cuve : d’abord les gravillons, puis le sable et les
fines.
2. Malaxer à sec pendant 30s.
3. Ajouter l’eau pendant 1 min 30s, le malaxeur en marche.
4. le super-plastifiant est mélangé dans un tiers d’eau après l’introduction du premier
tiers d’eau au cours du malaxage, ensuite on à introduire la quantité d’eau restante.
5. Malaxer pendant 2 min.

Page 69
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

Photo IV.5 : Malaxeur utilisé.


IV.4.2 maniabilité
Apres étude de la formulation théorique des différents bétons hauts performance nous
expérimentons ces formulations en adaptant la quantité nécessaire d'eau avec un rapport
E/L=0.30 plus un super plastifiant et en respectant un affaissement au cône d'Abrams
(supérieur ou égale à 15 cm).

Photo IV.6 Correction d’affaissement au cône d’abrams.

IV.4.3 Serrage du béton

Page 70
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

L’opération consiste à réduire au maximum le pourcentage des vides à l’intérieur du


béton et augmenter la compacité. Ils sont conservés ensuite dans une chambre à une
température 20 ± 2°C.

Photo IV.7 Table vibrante utilisé.


IV.4.4 Conservation des éprouvettes :

Photo IV.8 Conservation dans l’eau potable en température ambiante.

Page 71
Chapitre IV Matériaux, matériels et essais

IV.4.5 Mesure des résistances


La résistance en compression des bétons est mesurée sur des éprouvettes cubique
10*10*10 cm3 . L’effort est appliqué par une presse hydraulique.

Photo IV.9 Presse utilisé.


IV.5 Conclusion
Dans ce chapitre, les différentes caractéristiques physiques, chimiques et mécaniques
des composants ont été établies. Les courbes granulométriques de toutes les classes
granulaires sont présentées. Il était important de définir la partie normative à laque lle doivent
répondre les différents mélanges. La méthode de formulation a été développée et le calcul des
proportions des constituants de notre programme expérimental étant fait, ainsi, les essais sur
béton.

Page 72