Vous êtes sur la page 1sur 8

Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot

___________________________________________________________________________________________

Chapitre 3
Modèle géométrique direct et inverse d’un robot

1. Modélisation Géométrique Directe d’un robot (MGD)


1.1. Définition du MGD
Le Modèle Géométrique Direct permet de connaître les mouvements de l’effecteur dans
l’espace de la tâche en fonction des mouvements des articulations du robot. Il permet notamment
de déterminer l’espace de travail du robot (domaine atteignable).
Le MGD d’un robot est donc l’application f de Rn dans R6 (si n est le nombre d’axes du robot)
exprimant x en fonction de q :

⎡ ⎤
⎢ ⎥
= ( )= =⎢ ⎥/
à ⎢ ⎥
⎢ ⎥
⎣ ⎦
Donc il s’agit d’un système de six équations permettant de calculer les six inconnus xi en fonction
de n valeurs de qi.

1.2. Notations et règles générales


Considérons un robot série de chaine cinématique ouverte comme le montre la figure 1.
Certaines règles et notations doivent être respectées comme suit :

Figure 1 : Robot série à chaine cinématique ouverte

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
1
Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot
___________________________________________________________________________________________

- La variable de l’articulation j est notée qj


- Le corps j est noté Cj
- Les corps sont supposés parfaitement rigides, connectés par des articulations
considérées comme idéales
- Le repère R j est lié au corps Cj
- L’axe zj est porté par l’axe de l’articulation j+1
- Les paramètres qui permettent de définir le repère Rj par rapport au repère
antécédent sont munis de l’indice j.
- Le repère R0(o,xo,yo,zo) est lié à la base fixe du robot, O est le centre de l’articulation 1
- Le repère R1(A,x1,y1,z1) est lié au corps 1, A et le centre de l’articulation 2
………………… et ainsi de suite.

Remarque : Le nombre de corps du robot est égale au nombre d’articulations+1

Pour trouver le modèle géométrique direct d’un robot en chaîne ouverte simple, il faut placer un
référentiel sur chaque corps du robot. Pour un robot à n articulations, donc à n+1 corps, le MGD
est donné par l’expression :
0Tn=0T1 1T2 2T3 …………n-1Tn

1.3. Méthode de Denavit-Hartenberg


Cette convention fournit pour chaque axe la matrice de transformation homogène correspondante
par la connaissance de quatre paramètres au lieu de six. Cette méthode peut être intéressante
pour systématiser les calculs du modèle géométrique.
Ainsi les règles de Denavit-Hartenberg sont les suivantes :
- L’axe zJ correspond à l’axe de l’articulation j+1
- L’axe xj est perpendiculaire à l’axe zj-1
- L’axe xj coupe l’axe zj-1
Le passage de Rj-1 à Rj s’exprime en fonction des quatre paramètres de Denavit-Hartenberg
suivants (Fig. 2):
αj : angle entre les axes zj-1 et zj, correspondant à une rotation autour de l’axe xj
dj : distance entre xj-1 et xj, correspond à une translation le long de zj-1
θj : angle entre les axes xj-1 et xj, correspondant à une rotation autour de zj-1
aj : distance entre zj-1 et zj le long de xj.

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
2
Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot
___________________________________________________________________________________________

zj
j
xj

zj-1 oj

aj
dj
oj-1 j

xj-1

Figure 2 : Règles de Denavit-Hartenberg

La variable articulaire qj est soit θj, soit aj, selon que l’articulation j est rotoïde ou prismatique.
En utilisant ces paramètres, la matrice de transformation homogène i-1Ti s’écrit :
i-1Ti = rot(zj-1,θj) x trans(zj-1, dj) x trans(xj, aj) x rot(xj, αj)
Soit :

1.4. Méthode de Denavit-Hartenberg modifiée


La méthode de Denavit-hartenberg est bien adaptée pour des structures ouvertes simples,
mais présente des ambiguïtés lorsqu’elle est appliquée sur des robots à structures fermées ou
arborescentes. Wisama Khalil propose une modification de cette méthode : méthode de
Denavit-Hartenberg modifiée (méthode de Khalil). Cette méthode permet la description
homogène en un nombre minimum de paramètres pour la représentation des différentes
structures de robots généralement rencontrés.

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
3
Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot
___________________________________________________________________________________________

Les règles générales précédemment présentées seront donc modifiées comme suit (Fig. 3):
- L’axe zJ correspond à l’axe de l’articulation j+1
- L’axe xj est porté par la perpendiculaire commune aux axes zj est zj-1. Si les
axes zj et zj -1 sont parallèles ou colinéaires, le choix n’est pas unique : des considérations de
symétrie ou de simplicité permettent alors un choix rationnel.
Les quatre paramètres géométriques de la convention (D-H) sont dans ce cas les suivants :
αj : angle entre les axes zj-1 et zj, correspondant à une rotation autour de l’axe xj-1
aj : distance entre les axes zj-1 et zj, correspond à une translation le long de l’axe xj-1
θj : angle entre les axes xj-1 et xj, correspondant à une rotation autour de zj
dj : distance entre xj-1 et xj, correspondant à une translation le long de l’axe zj.

Figure 3 : Méthode de Denavit-Hartenberg modifiée

la matrice de transformation homogène i-1Ti s’écrit dans ce cas :


j-1Tj = rot(zj-1, αj) x trans(xj-1, aj) x rot(zj, θj) x trans(zj, dj)
Soit :

j-1Tj=

Pour une mise en œuvre pratique de la méthode (D-H), il faut tout d’abord placer les
repères sur les articulations du robot tout en remplissant un tableau avec les paramètres
(D-H), couramment appelée matrice (D-H). Le paramètre σj tient compte du type de
l’articulation, il est égale à 0 si l’articulation j est rotoïde, et 1 si elle est prismatique.

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
4
Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot
___________________________________________________________________________________________

Articulation (j) σj θj αj aj dj
1
2
3

n

Tableau 1 : Matrice D-H

1.5. Exercice d’application


Soit le robot RR suivant :
- Placer les repères sur chaque articulation conformément aux règles D-H (originales)
- Déduire les paramètres D-H et donner la matrice correspondante
- Calculer toutes les matrices de transformations homogènes et déduire le modèle géométrique
direct du robot.

L2

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
5
Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot
___________________________________________________________________________________________

Solution
- Un repère est placé sur chaque articulation en respectant les règes D-H.

X1 X2

Z1 Z2
L2

Z0

X0

- La matrice D-H est donc la suivante

Articulation (j) σj θj αj aj dj
1 0 Θ1 -/2 0 L1
2 0 Θ2 0 L2 0

- Matrices de transformations homogènes et MGD du robot


0 − 0
0T1= 0 0
0 −1 0 1
0 0 0 1
− 0 2
1T2= 0 2
0 0 1 0
0 0 0 1
− − 2
0T2=0T1 − 2
x 1T2=
− − 0 1− 2
0 0 0 1

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
6
Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot
___________________________________________________________________________________________

2. Modèle géométrique inverse d’un robot (MGI)


Il s'agit de déterminer les coordonnées articulaires q permettant d'obtenir une situation désirée
pour l'organe terminal et spécifiée par les coordonnées opérationnelles. Il n'existe pas de méthode
systématique d'inversion du modèle géométrique. Lorsqu'elle existe, la forme explicite, issue
d'une inversion mathématique, qui donne toutes les solutions possibles au problème inverse (il y
a rarement unicité de la solution) constitue le modèle géométrique inverse.
Donc, contrairement au MGD, le modèle géométrique inverse exprime les coordonnées
articulaires en fonction des coordonnées opérationnelles, tel que :
q= f-1(x)
Il existe un certain nombre de méthodes pour calculer le modèle géométrique inverse, notamment
la méthode géométrique, la méthode de Pieper ou celle de Paul qui traite séparément chaque cas
particulier et qui convient pour la plupart des robots industriels. La figure 4 montre les solutions
possibles d’un MGI pour un robot à 6 ddl. Dans cet exemple il y a 8 solutions possibles pour
atteindre la position désirée de l’organe terminal.

Figure 4. Exemple de solution d’un MGI pour un robot à 6 ddl

2.1. Méthode géométrique


Cette méthode est intéressante pour les robots à structure simple et ne nécessite pas forcément
des calculs préalables du MGD. Elle consiste à utiliser les relations trigonométriques d’un triangle
quelconque.
Soit le manipulateur évoluant dans le plan et décrit par la figure 5.

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
7
Cours SMA & Robotique Chapitre 3 : Modèle géométrique direct et inverse d’un robot
___________________________________________________________________________________________

Le MGD de ce robot est décrit par le système d’équations :


= cos (1) Y
= sin (2)
Une démarche analytique simple permet de déterminer
Le MGI, soit en divisant (2)/(1) on obtient :

= ( )→ =

On a également la relation trigonométrique :


q1
= + = → = +
X
Figure 5 : Manipulateur à 2 ddl évoluant dans le plan
2.3. Méthode de Paul
Soit nT0 le MGD d’un robot, on note :

U0= 0Tn=0T1 x 1T2 x 2T3 …………n-1Tn=


0 0 0 1
U0 représente la solution de l’organe terminal dans le référentiel R0
La méthode consiste à pré-multiplier successivement les deux membres de l’équation par les
matrices de transformations homogènes inverses jTj-1, dont le but est d’isoler et d’identifier l’une
après l’autre les variables articulaires recherchées. On aura comme première étape pour un robot
à 6 ddl :
1 T0 x U0= 1T2 x 2T3 x 3T4 x 4T5 x 5T6
On peut donc calculer q1, puis on multiplie par 2T1 pour calculer q2 et ainsi de suite afin de calculer
tous les qi.
U0= 0T1 x 1T2 x 2T3 x 3T4 x 4T5 x 5T6
1 T0 x U0= U0 =1T2 x 2T3 x 3T4 x 4T5 x 5T6
2 T1 x U1= U2 = 2T3 x 3T4 x 4T5 x 5T6
3 T2 x U2= U3 = 3T4 x 4T5 x 5T6
4 T3 x U3= U4 = 4T5 x 5T6
5 T4 x U4= U5 = 5T6

___________________________________________________________________________________________
Université 8 Mai 1945 Guelma Responsable de la matière : Pr. DJEBALA
8