Vous êtes sur la page 1sur 22

Table des matières

Table des matières 1


.1 Introduction générale : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
.2 Chaine d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
A La fonction ACQUERIR : . . . . . . . . . . . . . . 5
B La fonction TRAITER : . . . . . . . . . . . . . . . 5
C La fonction COMMUNIQUER : . . . . . . . . . . 6
.3 Chaine d’énergie : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
A La fonction ALIMENTER : . . . . . . . . . . . . . 7
B La fonction DISTRIBUER : . . . . . . . . . . . . . 8
C La fonction CONVERTIR : . . . . . . . . . . . . . 9
D La fonction TRANSMETTRE : . . . . . . . . . . . 9
E La fonction AGIR : . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
.4 Le systèmes choisi : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
.5 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT : . . . . . . . . . . . . . . . 11
.6 PRÉSENTATION DE LA STATION : . . . . . . . . . . . . . . . . 12
.6.1 Analyse de la station et description des éléments . . . . . . . 13
.7 LES CAPTEURS UTILISER : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
A Capteurs de position mécanique : . . . . . . . . . . 14
B LES CAPTEURS INDUCTIFS : . . . . . . . . . . 16
C les capteurs PHOTO ELECTRIQUES : . . . . . . 17
.8 La programmation : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
.9 CONCLUSION : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

1
Études de fonctionnement de
station de lavage automatisé

2
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

.1 Introduction générale :

Définition d’un systèmes automatisé :


Un système automatisé est composé de plusieurs éléments qui exécutent un
ensemble de tâches programmées sans que l’intervention de l’homme ne soit né-
cessaire. Exemples : le passage à niveau automatique, la porte de garage, etc. . .

Il est composé de :

Chaîne d’information / La partie commande (PC) : elle donne les ordres et re-
çoit les informations de l’extérieur ou de la partie opérative. Elle peut se présenter
sous 3 manières différentes : un boîtier de commande, un microprocesseur (cerveau
électronique), ou un ordinateur

Chaîne d’énergie / La partie opérative (PO) : c’est la partie d’un système au-
tomatisé qui effectue le travail. Autrement dit, c’est la machine. C’est la partie
qui reçoit les ordres de la partie commande et qui les exécute. Elle comporte les
capteurs et les actionneurs :

Un actionneur est un élément de la partie opérative qui est capable de pro-


duire une action physique tel qu’un déplacement, un dégagement de chaleur, une
émission de lumière ou de son à partir de l’énergie qu’il a reçu.

Un capteur est un élément de la partie opérative qui permet de recueillir des


informations et de les transmettre à la partie commande. Les capteurs sont choisis
en fonction des informations qui doivent être recueillies (température, son, lumière,
déplacement, position).

Figure 1

Les informations qui transitent dans les systèmes automatisés sont de 4 types :

3
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

. Les consignes : C’est l’opérateur qui communique avec le système par l’inter-
médiaire d’un pupitre.

. Les signaux : C’est le système qui communique avec l’utilisateur par l’inter-
médiaire du pupitre.

. Les ordres : C’est une information interne au système qui permet de comman-
der les différentes opérations nécessaires à la réalisation de la tâche.

. Les comptes rendus : Ce sont des informations internes au système qui per-
mettent de connaître son état et l’état de la matière d’œuvre pendant tout le
fonctionnement.

.2 Chaine d’information
Les chaînes d’information des systèmes automatisés comprennent majoritai-
rement des composants et des cartes électroniques. De ce fait, les informations
sont nécessairement des signaux électriques basse tension (maximum 24 Volts) qui
peuvent être de nature différente (Logique, analogique, numérique).

Les flux de ces informations se décomposent en 3 fonctions :

. La fonction « ACQUERIR »

. La fonction « TRAITER »

. La fonction « COMMUNIQUER »

Figure 2 – Chaine d’information

4
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

A La fonction ACQUERIR :
Les informations entrantes sont de deux sortes : Les consignes de l’opérateur
et les comptes rendus de la chaîne d’énergie

. Les consignes de l’opérateur sont recueillies par l’intermédiaire de boutons,


interrupteurs, claviers,joysticks, souris, etc.

Les comptes rendus de la chaîne d’énergie sont en fait des grandeurs physiques
(de position, vitesse, fin de courses, pression, température, débit, intensité. . . ) qui
sont recueillis en permanence par l’intermédiaire de CAPTEURS. Il existe une
multitude de capteurs de formes et de technologies différentes.

B La fonction TRAITER :
Cette fonction est assurée par le « cerveau » du système appelé PARTIE COM-
MANDE qui gère l’ensemble des informations.

Elle est « PROGRAMMEE » de façon à gérer la succession des opérations en


donnant des ordres à la chaîne d’énergie ou des messages à l’opérateur en fonction
des différents comptes-rendus ou consignes.

La grande majorité des systèmes de diffusion limitée est commandée par un


AUTOMATE PROGRAMMABLE INDUSTRIEL (A.P.I.) ou, parfois, par un or-
dinateur.

Pour les systèmes de grande diffusion telles que les machines à laver, la partie
commande se résume à un module ou une CARTE ELECTRONIQUE plus ou
moins complexe.

5
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

C La fonction COMMUNIQUER :
Cette fonction se résume généralement à informer l’opérateur sur l’état du sys-
tème (et / ou de sa matière d’œuvre), sur les actions à réaliser, voir pour alerter
sur certains défauts ou problèmes.

Les composants permettant de réaliser cette fonction sont des voyants, des
écrans, des buzzers ou hauts parleurs, etc.

Certains systèmes nécessitent aussi d’être interconnectés avec des périphé-


riques (imprimantes, fax. . . ), avec d’autres systèmes automatisés (comme dans
des chaînes de fabrication) ou avec des ordinateurs (pour de la supervision).

Ils utilisent pour cela des protocoles de transferts normalisés et des liaisons
physiques câblées ou sans fil (réseaux locaux, hertziens, wifi, Bluetooth. . . ).

.3 Chaine d’énergie :
C’est la PARTIE OPERATIVE du système automatisé qui est chargée de réa-
liser ce pourquoi il a été conçu mais pour ce faire, elle consomme de l’énergie.

Il existe différentes formes d’énergie (éolienne, solaire, mécanique, musculaire,


électrique, pneumatique,thermique, nucléaire. . . ) qui ne seront pas toutes utilisées
directement.

En effet, il est nécessaire de récupérer, modifier, transformer, adapter le flux


d’énergie qui se décompose en 5 fonctions :

. La fonction « ALIMENTER »

. La fonction « DISTRIBUER »

. La fonction « CONVERTIR »

. La fonction « TRANSMETTRE »

. La fonction « AGIR »

6
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

Les formes d’énergies qui sont les plus utilisées dans les systèmes automatisés
sont :

. L’énergie ELECTRIQUE : Soit en haute tension alternative (400 volts tri-


phasés ou 230 volts monophasés) soit en basse tension généralement continue (in-
férieure à 24 Volts).

La plupart du temps l’énergie électrique est délivrée directement par un opéra-


teur (fournisseur) comme E.D.F. mais il est aussi possible de l’obtenir par d’autres
sources :

avec des batteries ou des piles (qu’il faut prévoir de remplacer ou recharger et
qui ont une durée de vie limitée) avec des panneaux solaires ou des éoliennes,par
combustion (avec des groupes électrogènes) . L’énergie PNEUMATIQUE (air com-
primé) ou HYDRAULIQUE (huile) pour alimenter des actionneurs particuliers.

. L’énergie MECANIQUE pour déplacer, déformer, modifier, etc.

. L’énergie THERMIQUE pour chauffer, sécher, etc

A La fonction ALIMENTER :
La plupart du temps, l’énergie d’entrée est électrique et fournie par un opéra-
teur d’électricité.Il sera donc, au minimum, nécessaire de brancher le système sur
le réseau électrique, de le protéger ou de transformer la haute tension en basse
tension.

Pour des systèmes embarqués, la fonction alimenter est réalisée par des batteries
ou des piles

Pour des systèmes qui nécessitent d’autres énergies comme de l’air comprimé il
faut utiliser des compresseurs ou des pompe

7
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

B La fonction DISTRIBUER :
Les composants assurant cette fonction sont des PREACTIONNEURS dont
le rôle est de distribuer l’énergie seulement s’ils en reçoivent l’ordre de la partie
commande.

L’énergie est de la même forme en entrée et en sortie.

Le type de composant est donc fonction de la forme et du type d’énergie qu’ils


doivent distribuer :

. Les CONTACTEURS (haute tension) ou les RELAIS (basse tension) pour


l’énergie électrique.

. Les DISTRIBUTEURS ou les VANNES pour l’énergie pneumatique ou hydrau-


lique.

. Les INTERFACES ELECTRONIQUES de puissance (tension continue très faible)


qui sont directement intégrées sur des cartes électroniques de commande.

8
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

C La fonction CONVERTIR :
Dans la majorité des cas, l’énergie distribuée est électrique, pneumatique ou
hydraulique. Pour agir sur la matière d’œuvre, on doit nécessairement obtenir une
énergie mécanique ou thermique. On utilise pour cela des ACTIONNEURS qui
convertissent l’énergie.

Il existe de nombreux types d’actionneurs différents, les plus couramment uti-


lisés étant :

Les MOTEURS ELECTRIQUES qui convertissent l’énergie électrique en éner-


gie mécanique de rotation -Il existe aussi des moteurs linéaires qui transmettent
un mouvement de translation

Il existe aussi des moteurs linéaires qui transmettent un mouvement de translation

-Il existe aussi des vérins rotatifs qui transmettent un mouvement de rotation

.Les POMPES ou TURBINES qui utilisent de l’énergie électrique pour créer


un débit de liquide ou de gaz.

. Les ELECTROAIMANTS qui utilisent l’énergie électrique pour créer un


champ magnétique.

. Les RESISTANCES qui utilisent l’énergie électrique pour créer une énergie
THERMIQUE.

. Les MOTEURS THERMIQUES qui utilisent de l’énergie fossile pour créer


une énergie mécanique de rotation

D La fonction TRANSMETTRE :
Cette fonction, facultative, est très souvent utilisée pour entrainer les compo-
sants mécaniques entre eux. Cette fonction regroupe en fait plusieurs fonctions
techniques comme :

9
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

. ADAPTER l’énergie du point de vue des efforts ou de la vitesse, grâce aux


réducteurs à engrenage, aux systèmes poulies-courroie ou pignons-chaîne, etc.

.TRANSFORMER l’énergie pour passer par exemple d’un mouvement de rota-


tion à un mouvement de translation grâce aux crémaillères, aux systèmes bielle-
manivelle ou levier-coulisseau, aux cames, etc.

E La fonction AGIR :
Les composants qui agissent directement sur la matière d’œuvre se nomment
les EFFECTEURS, ils servent à saisir, déplacer, fixer, assembler, modifier, trier,
chauffer, etc.

Il existe une multitude de formes, de matières et de technologies d’effecteur qui


doivent s’adapter à chaque matière d’œuvre comme des ventouses, des poussoirs,
des doigts, des tapis roulants, des enrouleurs, des plateaux, des roues, des brosses,
des résistances, etc.

.4 Le systèmes choisi :
Station de lavage automatique (Lave-auto automatique) C’est un système auto-
matisé dont la fonction principale est de laver une voiture. Pour simplifier, l’étude
présentée ne prend pas en compte les autres fonctions optionnelles d’un portique
comme le lavage des roues, le séchage, etc. La matière d’œuvre principale du sys-
tème est, évidemment, le véhicule automobile, mais en se plaçant du point de vue
du concepteur du système, il est aussi nécessaire d’agir sur l’eau et les produits
nécessaires au lavage. MATIERES D’ŒUVRE : Véhicule + Eau + Produits.

10
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

.5 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT :
L’utilisateur gare sa voiture à l’emplacement prévu à cet effet et demande le
lavage de sa voiture en entrant un jeton ou une carte sur le pupitre (Consignes).

Le système possède de nombreux capteurs qui détectent la présence de la voi-


ture (sans laquelle le système ne doit pas démarrer), les formes extérieures de la
voiture (pour ne pas l’endommager), la position des éléments de la partie opéra-
tive, etc. Tous ces capteurs transmettent les comptes-rendus.

A partir des ces informations, la partie commande (ici un automate program-


mable industriel) informe l’utilisateur du déroulement du programme (par un af-
ficheur et des voyants) et donne ses ordres à la partie opérative pour organiser la
succession des opérations de lavage.

La partie opérative est alimentée en énergie électrique grâce à un opérateur


d’électricité et l’énergie est distribuée aux moteurs et aux pompes (actionneurs)
par l’intermédiaire de contacteurs (préactionneurs).

Le lavage effectif de la voiture est réalisé par les brosses (effecteurs) qui frottent
sur la carrosserie pendant que l’eau et les produits sont pulvérisés grâce à des buses.

11
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

.6 PRÉSENTATION DE LA STATION :

12
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

.6.1 Analyse de la station et description des éléments


Un moteur asynchrone triphasé M1 : ( 220/380 P 6 CV cos φ 0,75 η 80% )
entraîne en rotation (via un convertisseur de fréquence) un réducteur 1/40ème qui
entraîne à son tour en translation le portique, soit en grande vitesse 5 cm/s pour
approcher la voiture, soit en petite vitesse 2 cm/s pour la nettoyer. Ce moteur sera
commandé par un variateur monophasé type ATV08 qui sera piloté par les sorties
d’un API sur les entrées logiques du variateur Li1 (avant) Li2 (arrière) Li3 (petite
vitesse) Li4 (grande vitesse)

Un moteur asynchrone triphasé M2 : ( 380/660 P 2 CV cos φ 0,82 η 90%) en-


traîne en translation la montée et la descente du rouleau horizontal au moment du
nettoyage.

Un moteur asynchrone triphasé M3 : ( 380/660 P 4 CV cos φ 0,72 η80%) en-


traîne en rotation les 3 rouleaux de brossage. Une électrovanne de lavage asperge
l’eau et le savon au moment du déplacement avant (lavage) et asperge l’eau seule-
ment au moment du déplacement arrière (rinçage). Non étudié.

On détecte les positions extrêmes du portique (sécurité avant et sécurité ar-


rière) par des capteurs de position mécaniques S1 et S2. Une action sur l’un de ces
capteurs bloque la station. Seul le technicien peut la remettre en position initiale.

On détecte les positions maximales gauche et droite du portique à l’aide de


capteurs type inductifs ou photoélectriques S3 et S7. On détecte la présence de la
voiture à l’aide de capteurs type photoélectrique S5.

Enfin, on détecte la taille de la voiture par deux capteurs type inductif S4 et


S6. Ce sont ces capteurs qui provoquent la petite vitesse, la rotation des rouleaux,
la descente des rouleaux (3 secondes) et l’aspersion du liquide.

La station a 3 états selon la position de la clé :


1.Position arrêt : tous feux éteints, la station est indisponible.
2.Position normale : la station est disponible selon une horloge
programmée de 7 h 00 à 22 h 00. Le feu est alors au vert (sinon éteint la nuit).
3.Position manuelle : un technicien intervient, la station est indisponible (feu rouge
allumé).

Le technicien :
Lors d’une intervention, le technicien peut manœuvrer manuellement les moteurs
en appuyant sur les boutons-poussoir correspondants. La station est au feu rouge,
et le technicien a un petit voyant rouge. A la fin de son intervention, il remet la
station en position initiale et remet la clé sur "normal". Le feu passe alors au vert

Le client :

13
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

si le feu est au vert Place sa voiture sous le portique et choisit deux modes de
lavage. Le lavage simple , le portique fait 1 seul aller retour.

Le lavage double, le portique fait 2 fois l’aller retour.si le feu est au orange
Attend que le client précédent ait dégagé la piste. Feu vert au bout de 20 secondes
après l’arrêt du portique

.7 LES CAPTEURS UTILISER :


A Capteurs de position mécanique :
CARACTÉRISTIQUE :
Les capteurs mécaniques de position, appelés aussi interrupteurs de position,
sont surtout employés dans les systèmes automatisés pour assurer la fonction dé-
tecter les positions. On parle aussi de détecteurs de présence.

Ils sont réalisés à base de microcontacts placés dans un corps de protection et


muni d’un système de commande ou tête de commande.

AVANTAGES :
— sécurité de fonctionnement élevée : fiabilité des contacts et manœuvre posi-
tive d’ouverture
— bonne fidélité sur les points d’enclenchement (jusqu’à 0,01 mm)
— séparation galvanique des circuits
— bonne aptitude à commuter les courants faibles, combinée à une grande en-
durance électrique
— tension d’emploi élevée
— mise en œuvre simple, fonctionnement visualisé
— grande résistance aux ambiances industrielles

DÉTECTION :
tout objet solide

14
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

TECHNOLOGIE :
2 fils

UTILISATION :
Les plus significatives se rencontrent dans la mécanique et la machine-outil
(usinage, manutention, levage), dans l’agro-alimentaire et la chimie (conditionne-
ment, emballage), sur des types d’applications relevant de :

la détection de pièces machines (cames, butées, pignons)

la détection de balancelles, chariots, wagons

la détection directe d’objets

PRINCIPE :
C’est un commutateur, commandé par le déplacement d’un organe de com-
mande (corps d’épreuve). Lorsque le corps d’épreuve est actionné, il ouvre ou ferme
un contact électrique. De nombreux modèles peuvent être associés au corps : tête à
mouvement rectiligne, angulaire ou multidirection associée à différents dispositifs
d’attaque (à poussoir, à levier, à tige).
La tête de commande et le dispositif d’attaque sont déterminés à partir de :

la forme de l’objet : came 30°, face plane, forme quelconque

la trajectoire de l’objet : frontale, latérale, multidirectionnelle

la précision de guidage

15
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

B LES CAPTEURS INDUCTIFS :

CARACTÉRISTIQUE
Ce type de capteur est réservée à la détection sans contact d’objets métal-
liques.L’objet est donc à proximité du capteur mais pas en contact contrairement
à un détecteur de position.

AVANTAGES :
— pas de contact physique avec l’objet détecté : possibilité de détecter des
objets fragiles, fraîchement peints
— pas d’usure, durée de vie indépendante du nombre de manœuvres détecteur
statique, pas de pièces en mouvement
— produit entièrement encapsulé dans la résine (étanche)
— très bonne tenue à l’environnement industriel (atmosphère polluante)

DÉTECTION :
tout objet métallique, portée de détection :jusqu’à 50mm pour les plus courants
dépend de l’épaisseur des objets

TECHNOLOGIE :
2 fils ,3 fils

UTILISATION :
Machine-outil, robotique, chimie fine, agro-alimentaire, domaines d’applica-
tions de l’usinage, manutention, assemblage, convoyage

16
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

PRINCIPE :
La technologie des détecteurs de proximité inductifs est basée sur la variation
d’un champ magnétiqueà l’approche d’un objet conducteur du courant électrique.

C les capteurs PHOTO ELECTRIQUES :

CARACTÉRISTIQUE :
Dans les systèmes automatisés, on peut détecter une présence, sans contact
avec un objet ou une personne, voir même en être très éloigné.
Les détecteurs photoélectriques se composent essentiellement d’un émetteur de lu-
mière associé à un récepteur photosensible. La détection est effective quand l’objet
pénètre dans le faisceau lumineux et modifie suffisamment la quantité de lumière
reçue par le récepteur pour provoquer un changement d’état de la sortie.

Elle est réalisée selon deux procédés :

1. blocage du faisceau par la cible.


2. renvoi du faisceau sur le récepteur par la cible.

AVANTAGES :
— pas de contact physique avec l’objet détecté.
— détection d’objets de toutes formes et de matériaux de toutes natures.
— détection à très grande distance.
— sortie statique pour la rapidité de réponse ou sortie à relais pour la commu-
tation de charges jusqu’à 2 A.
— généralement en lumière infrarouge invisible, indépendante des conditions
d’environnement

DÉTECTION :
tout objet,dépend de l’opacité et de la réflection de l’objet
Portée de détection :

17
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

jusqu’à plusieurs mètres ,dépend du système employé

TECHNOLOGIE :
3 fils

UTILISATION :
-détection d’objets et de produits dans la manutention et le convoyage

-détection de pièces dans les secteurs de la robotique

-détection de personnes, de véhicules ou d’animaux dans les secteurs des as-


censeurs et du bâtiment en général
Pour réaliser la détection d’objets dans les différentes applications, 3 systèmes de
base sont proposés :
Système barrage :
2 boitiers , portée : 30m , pas les objets transparents
Système réflex :
1 boitier , portée : 15m ,pas les objets transparents et réfléchissants
Système proximité : 1 boitier , portée : dépend de la couleur de l’objet (clair
mieux détecté) ,pas les objets transparents

Figure 3 – Les systèmes barrage/reflex/proximité

18
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

.8 La programmation :

Figure 4 – TABLEAU D’AFFECTATION DES ENTREES/SORTIES API

19
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

Figure 5 – GRAFCET DE CYCLE

20
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

Figure 6 – Grafcet de mise en sécurité

Figure 7 – Grafcet de lavage

21
Études de fonctionnement de station de lavage automatisé

.9 CONCLUSION :
L’automatisation dans la vie quotidienne ou dans l’industrie est associée à une
production et des services plus rapides et à des coûts de main-d’œuvre moins chers.
Un autre avantage pourrait être qu’il remplace le travail dur, physique ou mono-
tone. De plus, les tâches qui ont lieu dans des environnements dangereux ou qui
dépassent les capacités humaines peuvent être effectuées par des machines, car
les machines peuvent fonctionner même à des températures extrêmes ou dans des
atmosphères qui ne sont pas accessibles à l’homme. Ils peuvent également être en-
tretenus avec de simples contrôles de qualité. Cependant, pour le moment, toutes
les tâches ne peuvent pas être automatisées, et certaines tâches sont plus coûteuses
à automatiser que d’autres. Les coûts initiaux d’installation des machines dans les
paramètres d’usine sont élevés et le fait de ne pas entretenir un système peut en-
traîner la perte du produit lui-même.

En outre, certaines études semblent indiquer que l’automatisation industrielle


pourrait avoir des effets néfastes au-delà des préoccupations opérationnelles, y
compris le déplacement des travailleurs en raison de la perte systémique d’emploi
et de l’environnement aggravé ; cependant, ces résultats sont à la fois alambiqués
et controversés par nature, et pourraient potentiellement être contournés.

Enfin, l’automatisation est un si grand privilège pour l’homme

BIBLIOGRAPHIE :
— https : //docplayer.f r/8879511 − Station − de − lavage − automatique −
presentation − de − la − station.html
— http : //technologie − sciarretta.ovh/?p = 739
— f ile : ///C : /U sers/Rania/Downloads/inf ormatione nergie20(1).pdf
— http : //lgt.garnier.f ree.f r/capteurs/capteurs.pdf
— http : //www.pedagogie.ac−aix−marseille.f r/jcms/c1 81652/f r/detecteurs−
de − position − et − de − proximite?hlT ext = capteurs + électromécanique

22

Vous aimerez peut-être aussi