Vous êtes sur la page 1sur 15

DEUXIEME PARTIE

CHAPITRE 1

LES AMORTIOSSEMENTS

I. DEFINITION

1. Notion d’amortissement

L’amortissement est la diminution de la capacité de générer des avantages


économiques futurs d’une immobilisation constatée à la fin d’un exercice, autrement dit,
l’amortissement est la répartition systématique obligatoire du montant amortissable d’une
immobilisation sur sa durée d’utilisation estimée.

L’amortissement traduit la diminution irréversible ou définitive de la valeur d’une


immobilisation résultante de l’usage, du temps, du changement technologique et de tout
autre cause dont les effets sont irréversibles.

2. Durée normale d’utilisation

 Soit la période pendant laquelle l'entreprise compte une immobilisation amortissable


 Soit, la période correspondante au nombre d’unités de production que l'entreprise
compte obtenir par la mise en œuvre de l’immobilisation corporelle
3. le montant amortissable

Le montant amortissable d’une immobilisation est son coût historique ou un autre


montant qui lui a été substitué dans les états financiers diminué de la valeur résiduelle
éventuelle.

Le coût historique d’une immobilisation (valeur d’origine) est le coût auquel une
immobilisation a été inscrite (coût d’acquisition).

La valeur résiduelle est le montant net qu’une entreprise compte obtenir en échange
d’un bien à la fin de sa durée d’utilisation après la déduction des coûts de cession prévus.

Si on pose A, l’amortissement, M le montant amortissable et D la durée d’utilisation


on a alors :

A = ƒ(M,D)

II. ROLE DE L’AMORTISSEMENT

L’amortissement remplit 3 fonctions principales.

1. Fonction économique

L’amortissement permet d’enregistrer la dépréciation des immobilisations sur


l’ensemble des exercices au cours des quels elles sont utilisées.

2. Fonction financière

L’amortissement permet à l'entreprise de récupérer la valeur de l’investissement


initial de façon à assurer le renouvellement des immobilisations usées, en effet la dotation
aux amortissements est une charge qui, contrairement aux autres n’entraîne pas des sorties
de fonds (argent), il constitue ainsi une source d’autofinancement permettant le
remplacement à l’identique des immobilisations détenues puisqu’il correspond à une charge
n’entraînant pas de sortie d’argent.

2 Z. Ben
Abdallah
3. Fonction juridique et fiscale

L’amortissement constate la dépréciation subie par les immobilisations et corrige par


conséquent les valeurs des postes du bilan pour donner une image fidèle du patrimoine de
l'entreprise.

III. LES METHODES D’AMORTISSEMENT

Rappelons que l’amortissement est fonction du montant amortissable de la durée


d’amortissement ou d’utilisation. Reste donc à définir la fonction, ƒ c'est-à-dire la manière de
répartir le montant amortissable sur la durée D.

L'entreprise peut concevoir une multitude de fonctions ou de méthodes


d’amortissement pourvus qu’elle conserve cette méthode d’une façon continue à fin de
pouvoir comparer sa performance d’un exercice à l’autre. En plus la méthode
d’amortissement doit traduire fidèlement la consommation des avantages attachés à
l’immobilisation amortissable.

La norme comptable N°5 prévoit à titre indicatif les méthodes d’amortissement


suivantes :

 Amortissement constant qui conduit à une charge constante sur la durée


d’utilisation du bien.
 Amortissement variable : proportionnel à l’utilisation du bien (suivant la
production)

1. L’amortissement linéaire

a) L’amortissement linéaire simple

Cette méthode suppose la prise en charge d’un montant constant ou fraction


constante du coût d’entrée de l’immobilisation sur sa durée d’utilisation. Si A est l’anuité
d’amortissement :

A = M/D

Exemple : si M = 100.000 et D = 10 ans, ►A = 100.000/10 = 10.000 par an. Dans ce


cas on dit que l’amortissement est égal à 10% par an.
3 Z. Ben
Abdallah
Cet exemple suppose que l’immobilisation est acquise au début de l’année. Lorsque
l’immobilisation est acquise au cours de l’exercice, un problème de montant de
l’amortissement de la première et la dernière année surgit. On adopte alors la règle de
prorata temporis en distinguant les trois cas suivants :

1er cas :

Si la mise en service a eu lieu avant le 15 du mois on commencera à amortir le bien à


partir du 1er jour du mois de la mise en service.

2ième cas :

Si aprèsle15 on commence à partir du mois suivant.

3ième cas :

Si la mise en service est effectuée le 15 du mois on ajoute 15 jours au 2 ième cas.

Exemple :

Soit un matériel amortissable sur 10 ans acquis en août N à 50.000 dinars


1er cas : avant le 15 août ; A1 = (50.000/10)×5/12 = 2.083,333

2ième cas : après le 15 août ; A1 (50.000/10)×4/12 = 1.666,667

3ième cas : le 15 août ; A1 = (50.000/10)×4,5/12 = 1.875

tableau d’amortissement

année amortissement A. cumulé VCN au 31/12

N 1875 1875 48125

N+1 5000 6875 43125

N+2 5000 11875 38125

N+3 5000 16875 33125

N+4 5000 21875 28125

N+5 5000 26875 23125

N+6 5000 31875 18125

N+7 5000 36875 13125

N+8 5000 41875 8125


4 Z. Ben
Abdallah
N+9 5000 46875 3125

N+10 3125 50000 0

Comptabilisation

31/12/N

68 Dotation aux amortissements 1.875

2823 Amortissement des ITMOI 1.875

31/12/N+1

68 Dotation aux 5.000


amortissements

2823 Amortissement des ITMOI 5.000

Remarque :

1- Le compte de l’immobilisation amortissable doit toujours indiquer la valeur d’origine du bien


tant qu’il est exploité par l'entreprise.

2- Le compte « amortissement de … » doit indiquer :


- Avant inventaire : le total des amortissements pratiqués depuis la mise en service
jusqu’au 31/12 de l’exercice précédent.

-Après inventaire le total des amortissements d’avant l’inventaire plus les amortissements
de l’année en cours.

b) L’amortissement linéaire accéléré

5 Z. Ben
Abdallah
La fiscalité tunisienne admet depuis le 1 er janvier 1990 l’application de
l’amortissement linéaire accéléré.

L’amortissement linéaire accéléré consiste à amortir la valeur la valeur d’une


immobilisation en prenant le taux d’amortissement multiplié par un coefficient
définistcomme suit :

 Les équipements autres que le matériel de transport fonctionnant à 2


équipes TLA = TLS×1,5

 Les équipements autres que le matériel de transport fonctionnant à 3


équipes TLA = TLS×2

 Les équipements autres que les équipements de bureau et les voitures de


tourisme exploitées sous forme de leasing dont la durée de vie est inférieure
ou égale à 5 ans TLA = TLS×1,5 alors que ceux dont la durée de vie est
supérieure à 5 ans et inférieure ou égale à 10 ans ; TLA = TLS×2

 Les constructions qui font l’objet de contrat de leasing peuvent être amorties
linéairement sur la durée du crédit bail.

Exemple :

Même exemple que précédemment en supposant un amortissement accéléré et que


ce matériel fonctionne à 2 équipes.

TLA = TLS×1,5 = 10%×1,5 = 15%

Tableau d’amortissement

année amortissement amortissement cumulé VCN au 31/12

N 2812,5 2812,5 47187,5

N+1 7500 10312,5 39687,5

N+2 7500 17812,5 32187,5

6 Z. Ben
Abdallah
N+3 7500 25312,5 24687,5

N+4 7500 32812,5 17187,5

N+5 7500 40312,5 9687,5

N+6 7500 47812,5 2187,5

N+7 2187,5 50000 0

On remarque que l’amortissement linéaire accéléré diminue la durée d’utilisation de


l’immobilisation

c) L’amortissement massif ou intégral

Pour les immobilisations dont la valeur n’excède pas les 200 dinars, l'entreprise peut
les amortir à 100% sur un seul exercice quel que soit leur date d’acquisition.

2. L’amortissement variable

Il consiste à pratiquer des dotations aux amortissements proportionnellement à


l’utilisation du bien amortissable, dans ce cas la fonction d’amortissement sera exprimée
ainsi.

production. au . cours. de . l' exercice


A=M ×
cpacité . productive. totale

Exemple :

Soit une machine de production acquise en N à 35.000, sa capacité productive


totale est estimée à 10.000 unités. Durant sa vie, la production annuelle est estimée
comme suit :

N N+1 N+2 N+3 N+4

7 Z. Ben
Abdallah
1.000 2.000 3.500 2.000 1.500
Taux
d’amortissement 10% 20% 35% 20% 15%

Tableau d’amortissement

année amortissement amortissement cumulé VCN au 31/12

N 3500 3500 31500

N+1 7000 10500 24500

N+2 12250 22750 12250

N+3 7000 29750 5250

N+4 5250 35000 0

IV. COMPTABILISATION DES AMORTISSEMENTS

La constatation comptable des amortissements se fait à la fin de chaque exercice


pour examiner la dépréciation d’une immobilisation et la constatation d’une charge. La
diminution de valeur est inscrite au crédit du compte « amortissements de …», compte N°
28X. l’amortissement est une charge, par conséquent il est porté au débit du compte 68
« dotation aux amortissements et au provisions»

Schématiquement :

31/12/N

68 Dotation aux amortissements X

28X Amortissement de….. X

Au bilan

Actifs VO AMORT X-Y

Immobilisation X X-Y

8 Z. Ben
Abdallah
AMORT immob Y

V. LES SORTIES D’ACTIFS

Dans le cas de cession d’une immobilisation :

1. Calculer et enregistrer au moment de la cession l’amortissement


complémentaire qui s’étend de la date du dernier inventaire à la date de cession.

2. Déterminer la somme des amortissements pratiqués depuis la date


d’acquisition jusqu’à la date de cession.

3. Déterminer la valeur comptable nette au jour de cession et la comparer au


prix de cession.

4. Comptabiliser l’opération de cession. Pour cela il faut créditer le compte de


l’immobilisation concernée pour la valeur d’origine et débiter le compte d’amortissement de
l’immobilisation en question pour la somme des amortissements pratiqués, débiter le
compte de trésorerie ou de tiers pour le prix de cession. Si l’opération n’est pas soldée, la
différence sera portée en charge si c’est une perte et en produit si c’est un gain.

- si charge ; 636 « charge nette sur cession d’immobilisation et autres pertes non récurrentes
ou exceptionnelles »

- si bénéfice ; 736 « produit net sur cession d’immobilisations et autres gains non récurrents
ou exceptionnels »

Exemple :

Un camion à été acheté le 10/02/N pour une valeur de 6.000 dinars, il a été vendu le
01/03/N+3 pour une valeur de 2.500 (par chèque)

Ce camion a été amorti selon le mode linéaire simple au taux de 20%.

9 Z. Ben
Abdallah
année amortissement amortissement cumulé VCN au 31/12

N 1.100 1.100 4.900

N+1 1.200 2.300 3.700

N+2 1.200 3.500 2.500

N+3 200 3.700 2.300

La valeur comptable nette du camion à la date de cession est de 2.300 dinars qui est
inférieure à 2.500 prix de cession donc, on a enregistré un gain.

Comptabilisation

01/03/N+3

68 Dotation aux amort et prov 200

2824 Amort complémentaire D0 Amort MT 200

282 Amort MT 3.700


4

532 Banque 2.500

224 MT 6.000

736 Produit net/cess imm et 100


autre gain NR ou excep

1. TVA à reverser en cas de cession d’une immobilisation

La vente d’une immobilisation amortissable ayant donné lieu à récupération de TVA à


son acquisition, donne lieu au versement d’une fraction de cette TVA si :

- Elle est vendue avant la 5ième année pour les équipements

- Elle est vendue avant la dixième année pour les immeubles

10 Z. Ben
Abdallah
Le montant de la TVA à reverser est égal à la TVA déductible ou récupérée au
moment de l’acquisition diminué de 1/5 par année civile ou fraction d’année civile écoulée
pour les équipements et de 1/10 par année civile ou fraction d’année civile écoulée pour les
immeubles.

TVA à reverser = TVA déduite initialement – autant de 5 ième ou de 10ième que d’année
ou fraction d’année écoulée depuis l’acquisition jusqu’à la cession. Ce montant doit être
facturé au client et reversé au trésor public.

Exemple  :

Une entreprise à cédé le 20/03/N au prix de 60.000 dinars par chèque une machine
acquise le 25/06/N-2 à 100.000 dinars (HTVA de 18%)

Cette machine à été amortie régulièrement au taux de 20%.

Cherchons la VCN au 20/03/N

VCN = VO - ∑ amortissements

∑ amortissements = 20.000×6/12 + 20.000 + 20.000×3/12

∑ amortissements = 35.000 avec Amortissement N = 5.000

VCN = 65.000

TVA à reverser = 100.000 ×18% - 3/5 ×100.000×18%

TVA à reverser = 7.200

Résultat de cession = 60.000 –(7.200 + 65.000)

Résultat de cession = - 12.200 (perte)

11 Z. Ben
Abdallah
20/03/N

68 Dotation aux amort et prov 5.000

2823 Amort complémentaire D0 Amort ITMOI 5.000

282 Amort ITMOI 35.000


3

532 Banque 60.000

636 charge nette/cess imm et 12.200


autre perte NR ou excep

223 ITMOI 100.000

43651 TVA à payer 7.200

VI. MISE HORS SERVICE D’UNE IMMOBILISATION

Exemple  :

Une voiture totalement amortie est mise hors service, sa valeur d’origine est 5.000
dinars.

Dt

282 Amort MT 5.000


4

224 MT 5.000

Exemple  :

On tire les informations suivantes du bilan après inventaire au 31/12/09

Camion VO : 12.000

Amortissement cumulé : 8.000

Durée d’utilisation : 5 ans

12 Z. Ben
Abdallah
Valeur résiduelle estimée : 2.000

Amortissement : linéaire simple

Mise hors service : 01/07/2010

Correction  :

Montant amortissable : M = 12.000 – 2.000 = 10.000

Amortissement complémentaire = 10.000 × 20%×6/12 = 1.000

Amortissement cumulé = ∑ amort = 9.000

Donc, VCN = 1.000

Comptablement :

01/07/10

68 Dotation aux amort et prov 1.000

2824 Amort complémentaire D0 Amort MT 1.000

282 Amort MT 9.000


4

636 charge nette/cess imm et 3.000


autre perte NR ou excep

224 MT 12.000

VII. L’AMORTSSEMENT DES SUBVENTIONS D’INVESTISSEMENT

Les subventions d’investissement sont des sommes reçues à fin de permettre à


l'entreprise d’acheter, de construire, de créer ou de se rendre acquéreur par tout autre
moyen d’actif immobilisé ou d’autre actif.

13 Z. Ben
Abdallah
Les subventions d’investissement sont amorties proportionnellement à
l’amortissement du bien qu’elles ont financé. On dit que les subventions sont rapportées au
résultat concerné.

A fin de rapporter les subventions au résultat des exercices concernés le compte


1459 « subventions d’investissement inscrites au compte de résultat » est débité par le crédit
du compte 739 « quote part des subventions d’investissement inscrite au résultat de
l’exercice »

Seul figure au bilan le montant des subventions non encore inscrit à l’état de résultat.
Le compte 145 « subvention d’investissement » et le compte 1459 « subventions
d’investissement inscrites au compte de résultat » sont soldés (à l’ouverture de l’exercice
suivant) l’un par l’autre lorsque le crédit du premier devient égale au débit de l’autre.

Exemple  :

Passer au journal les écritures d’amortissement au 31/12/N+2 d’un équipement


acquis à 100.000 dinars le 10/03/N dont 50% à été financé par une subvention de l’Etat. On
vous informe aussi que cet équipement est amortissable linéairement sur 5 ans.

Enregistrement :

31/12/N+2

68 Dotation aux amort et prov 20.000

D0 Amort des ITMOI 20.000

145 Sub d’inv incrite au cpte résult 10.000


9

Quote part des subventions 10.000


739
D’I inscrite au résult exerci

VIII. LA RESORPTION DES CHARGES A REPARTIR (autre actif non


courant)

14 Z. Ben
Abdallah
1. La résorption des frais préliminaires

La résorption des frais préliminaires et des charges à répartir est comptabilisée à la


fin de chaque exercice comme suit :

31/12/N

681 Dotation au résorption des (M1+M2)/3


2 charges reportées

271 FP M1/3

272 Charges à répartir M2/3

La résorption des frais préliminaire et des charges à répartir se fait suivant la méthode
directe. Les frais préliminaires et les charges à répartir sont amortis généralement
selon la méthode linéaire simple sur 3 exercices en respectant la règle de prorata.
Une fois les charges à répartir sont totalement résorbées les comptes 271 et 272 se
trouvent soldés.

15 Z. Ben
Abdallah

Vous aimerez peut-être aussi