Vous êtes sur la page 1sur 29

Conductivité thermique des solides

par Michel LAURENT


Professeur à l’Institut Universitaire de Technologie (IUTB)
de Lyon 2 et CETHIL – INSA
et Pierre-Louis VUILLERMOZ
Professeur à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon
Laboratoire de Physique de la Matière

1. Phénomènes de transport dans les solides ...................................... K 420 - 2


1.1 Définition ...................................................................................................... — 2
1.2 Origine de la conduction de la chaleur dans les solides .......................... — 2
1.3 Quelques mécanismes résistifs.................................................................. — 2
1.4 Allure générale des courbes λ (T ) ............................................................. — 3
2. Traitement des données et précisions ............................................... — 4
3. Données numériques .............................................................................. — 4
3.1 Conductivité thermique des éléments (tableau 1) .................................... — 4
3.2 Conductivité thermique des alliages (tableaux 2 à 8)............................... — 5
3.3 Conductivité thermique des verres et céramiques (tableau 9) ................ — 5
3.4 Conductivité thermique des polymères (tableau 10)................................ — 5
3.5 Conductivité thermique des composites (tableau 11) .............................. — 5
3.6 Conductivité thermique des aliments (tableau 12) ................................... — 5
3.7 Conductivité thermique des matériaux du bâtiment (tableau 13)........... — 5
Références bibliographiques ......................................................................... — 29

our plus de renseignements, le lecteur pourra se reporter aux articles spé-


P cialisés dans les traités :
— L’entreprise industrielle ;
— Génie énergétique ;
— Construction ;
— Mesures et Contrôle.
3 - 1993
K 420

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 1
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

1. Phénomènes de transport
dans les solides
Nous traiterons dans ce paragraphe des généralités sur les
phénomènes de transport dans les solides.
Nota : pour plus de détails, le lecteur pourra se reporter à l’article Transmission de
l’énergie thermique. Conduction [BE 8 200] du traité Génie énergétique.

1.1 Définition
La conductivité thermique est la grandeur qui caractérise la
diffusion de la chaleur dans les milieux sans mouvement macro-
scopique de matière [1]. La diffusion de la chaleur s’effectue des
parties chaudes vers les parties froides.
Dans un matériau homogène et isotrope, la densité  de flux de
chaleur est liée au gradient de température grad T par l’intermédiaire
de la conductivité thermique λ (loi de Fourier) :
 = – λ grad T
La conductivité s’exprime en watts par mètre et par kelvin
(W · m–1 · K –1).
Pour un transfert de chaleur dans un mur d’épaisseur e dont les
deux faces planes de surface S sont maintenues aux températures
uniformes et constantes T1 et T2 (T2 > T1), le flux de chaleur Φ
(quantité de chaleur traversant le mur) est, en régime permanent :
S
Φ = λ ----- ( T 2 – T 1 )
e
Figure 1 – Contribution des différents mécanismes
de diffusion des phonons (d’après thèse de Anne-Marie Cazal-Poujade,
Université de Montpellier, 1970)
1.2 Origine de la conduction de la chaleur
dans les solides
température pour se prolonger au-dessus de la température
Dans les solides, la conduction thermique est assurée essentiel- ambiante. Il est également à l’origine de la dilatation thermique.
lement par les vibrations du réseau cristallin dont le quantum Ainsi, la présence de contraintes mécaniques peut diminuer
s’appelle phonon. Les électrons participent également à la conduc- sensiblement la conductivité thermique d’un solide.
tion. Dans les milieux isolants, les phonons agissent seuls tandis que
dans les métaux les électrons assurent la majorité du transport de ■ Diffusion des phonons par les défauts ponctuels : elle représente
la chaleur [2]. La valeur finie de la conductivité thermique ne se un autre processus résistif particulièrement important dans le
conçoit donc qu’en évoquant la présence de phénomènes résistifs domaine de température situé approximativement autour de 10
qui limitent le libre parcours moyen des phonons et/ou des électrons à 15 K. L’origine intrinsèque de cette résistance est due à l’existence
(figure 1). de défauts ponctuels et notamment aux isotopes naturels des élé-
ments inévitablement présents dans le matériau.
Si les isotopes ne diffèrent les uns des autres que par leur masse,
1.3 Quelques mécanismes résistifs les défauts ponctuels agissent simultanément au niveau :
— de leur masse ;
Nota : le lecteur pourra se reporter aux références bibliographiques [3] [4]. — des forces de liaison interatomique ;
— de leur volume, en créant des champs de contraintes élastiques
■ Dimensions géométriques : nécessairement finies, les locales.
dimensions géométriques de l’échantillon constituent une première
limite au libre parcours des phonons. Cette diffusion géométrique se À ces trois mécanismes résistifs fondamentaux, il conviendrait
manifeste de manière perceptible uniquement à très basses d’en ajouter d’autres. Citons, parmi ceux-ci, les interactions
températures (quelques kelvins). Elle concerne surtout la conducti- phonon-dislocation, phonon-photon, électron-phonon, électron-
vité thermique des monocristaux ou de polycristaux à gros grains. En défaut ponctuel, etc. En général, ils se manifestent dans le domaine
conséquence, les données à très basse température doivent être des températures les plus basses, c’est-à-dire au-dessous ou au
utilisées avec prudence puisque directement liées aux dimensions voisinage de 4 K.
géométriques de l’échantillon. Dans les données relatives aux matériaux cristallins (tableau 1)
figurent, parmi l’ensemble des couples de valeurs température-
■ Diffusions phonon-phonon : au sein du réseau, les atomes conductivité thermique, celles pour lesquelles la conductivité est
constituant le matériau vibrent. Selon le domaine de température, maximale. La pureté chimique de l’échantillon, la nature des traite-
ces vibrations peuvent être harmoniques ou anharmoniques. Ce ments thermiques subis, les contraintes externes peuvent modifier
dernier cas correspond à un mécanisme résistif qui débute à basse les valeurs moyennes indiquées.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

1.4 Allure générale des courbes  (T ) ■ Matériaux non cristallins : dans ce type de matériaux la conducti-
vité thermique est, en règle générale, une fonction croissante de la
température. Elle présente éventuellement, dans certains domaines
■ Solides cristallins : la courbe du quartz α sur la figure 2 donne de températures, des paliers plus ou moins accusés. À température
l’allure générale de la courbe λ (T ) d’un matériau monocristallin ou égale, y compris à température ambiante, la conductivité thermique
faiblement polycristallin. Cette forme convient aussi bien aux métaux d’un verre est toujours inférieure à celle du même matériau à l’état
qu’aux semiconducteurs ou aux isolants. cristallin (figure 2).
La conductivité thermique des cristaux diélectriques ou semi- L’absence de réseau cristallin dans ce type de matériau rend la
conducteurs est, à très basse température, proportionnelle : conductivité thermique à peu près indépendante de la dimension
géométrique. Tout se passe comme si le paramètre géométrique se
— à la capacité thermique massique (cv ) à volume constant (cv
réduisait à une valeur constante et petite.
proportionnel à T 3) ;
— à la dimension moyenne de la racine carrée de la section Dans ces conditions, le libre parcours moyen des phonons de
droite de l’échantillon. basses fréquences est considérablement réduit. Au contraire, la
valeur constante du libre parcours moyen des phonons de plus
En conséquence dans les matériaux diélectriques, la conductivité
haute fréquence rend la conductivité thermique proportionnelle à
thermique obéit à une loi en T 3 ( λ proportionnel à T 3).
la capacité thermique à volume constant par unité de volume C v .
Dans les métaux, λ varie plutôt selon une loi en T 2 ( λ ∝Hc T 2).
En conséquence, λ croît lentement à partir de 77 K jusqu’à et
Cette loi se trouve d’ailleurs très vite perturbée par un terme en 1/T
au-delà de 300 K (figure 2).
provenant des impuretés (λ = AT 2 + B /T ).
Aux températures plus élevées, T > θ D (θ D température de Debye), ■ Matériaux hétérogènes et composites : lorsque les dimensions
la conductivité des matériaux non métalliques décroît à peu près en des hétérogénéités sont petites devant celles du milieu dans lequel
1/T jusqu’à leur température de fusion ( λ proportionnel à 1/T ). Dans s’effectuent les transferts conductifs, le milieu peut être considéré
ce même domaine, la conductivité thermique des métaux décroît peu comme homogène (homogénéisation) [5] [6]. Il se caractérise alors
avec la température. Elle peut juste se relever rapidement avant le par une conductivité.
point de fusion (cas du fer). Rappelons encore qu’à basse tempéra- Le plus souvent les hétérogénéités ont une orientation privilé-
ture la conductivité thermique augmente avec la taille de grains. Les giée, de sorte que le transfert n’est pas équivalent suivant toutes
traitements thermiques jouent également un rôle important. Après les directions. Le milieu est dit anisotrope. Il en est de même pour
un recuit, λ croît, tandis qu’après une trempe ou un écrouissage λ certains monocristaux. La loi de Fourier se réécrit sous la forme :
diminue.

 = –  grad T

où  est le tenseur de conductivité :
λ 11 λ 12 λ 13

 = λ 21 λ 22 λ 23
λ 31 λ 32 λ 33

Les neuf termes λij positifs ne sont pas indépendants : λij = λji et
de plus λ ii λ jj – λ ij2 > 0 .
En coordonnées cartésiennes la densité de flux comporte trois
composantes :
∂T ∂T ∂T

Φ x = – λ 11 --------- + λ 12 --------- + λ 13 ---------
∂x ∂y ∂z 
∂T ∂T ∂T

Φ y = – λ 21 --------- + λ 22 --------- + λ 23 ---------
∂x ∂y ∂z 
∂T ∂T ∂T

Φ z = – λ 31 --------- + λ 32 --------- + λ 33 ---------
∂x ∂y ∂z 
En choisissant des orientations particulières pour les axes de coor-
données, le tenseur de conductivité se réduit aux termes diagonaux
λ11 , λ22 , λ33 (λij = 0) ; pour cette raison, nous donnerons, dans le cas
des matériaux anisotropes, les conductivités suivant ces directions
de propagation de la chaleur.
Évidemment, la conductivité thermique des matériaux hétéro-
gènes est liée à la conductivité des constituants et à leur
morphologie.
Depuis plus d’un siècle, plusieurs centaines de relations ont été
proposées. La relation due à Maxwell [7] correspond au cas de
sphères dispersées dans un milieu homogène et isotrope. Toutes

Figure 2 – Conductivités thermiques du quartz cristallin


et de matériaux amorphes

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 3
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

les conductivités obtenues avec ces relations sont nécessairement ● Erreur sur la mesure des températures et des différences de
comprises entre deux valeurs où les matériaux sont supposés température [9] [10] : les températures mesurées peuvent être
disposés en série ou en parallèle : entachées de plusieurs causes d’erreurs. Citons par exemple :
— les erreurs d’étalonnage des couples thermoélectriques ou
λ série < λ < λ parallèle
autres capteurs ;
1 εn — les erreurs provenant de la mesure de température par
-------------- = ∑ --------
λ série n
λ n
contact, à savoir :
• le capteur ne se met pas exactement à la température à
λ parallèle = ∑ εn λn déterminer (résistance thermique capteur-matériau),
n • le capteur perturbe le champ de température ;
— les forces électromotrices parasites ;
où εn est la fraction volumique du constituant n et λn sa conductivité. — les tolérances d’interchangeabilité des couples thermo-
électriques et des thermomètres à variation de résistance. En général
une table unique de valeurs représente la loi de variation du pouvoir
thermoélectrique ou de la résistance en fonction de la température.
2. Traitement des données Dans le meilleur des cas, avec un thermomètre à résistance de
platine, l’erreur absolue au-dessous de 90 K est de 0,001 K.
et précisions Au-dessus de 90 K, et jusqu’à la température ambiante, elle se situe
autour de 0,002 K. Au-delà, les erreurs augmentent avec la tempéra-
Toutes les valeurs de conductivité sont données en fonction de ture quel que soit le type de capteur.
la température par un développement polynomial de la forme Les auteurs ne précisent pas toujours la norme à laquelle obéissent
suivante : leurs capteurs de température.
● Erreurs sur le flux de chaleur : en régime stationnaire, le flux de
lg λ = C0 + C1 (lg T ) + C2 (lg T )2 + C3 (lg T )3 + C4 (lg T )4 + C5 (lg T )5
chaleur imposé à l’une des extrémités de l’échantillon est évalué à
avec T (K) température, partir d’une mesure de la tension et du courant. Tout ce flux ne
traverse pas l’échantillon. Les jonctions électriques dérivent une
λ (W · m–1 · K –1) conductivité thermique,
partie du flux, les échanges convectif et radiatif avec l’environnement
C 0 , C 1 , C 2 , C 3 , C 4 , C 5 constantes, contribuent aussi à perturber la mesure.
lg logarithme décimal. ● Erreurs dimensionnelles : si l’échantillon possède une forme
La fonction choisie pour ce lissage de la conductivité thermique géométrique simple, ces erreurs sont généralement faibles en ce qui
en fonction de la température est assez arbitraire puisqu’elle ne concerne la détermination de la surface de la section droite de
s’appuie sur aucune considération théorique. Cette formulation a l’échantillon et de sa hauteur.
été adoptée afin de donner toutes les conductivités sous la même En revanche, l’incertitude sur la distance entre les deux capteurs
forme, facilitant ainsi l’exploitation. de température fournissant le gradient thermique est beaucoup plus
Le nombre de termes utilisés (C 0 , C 1 , etc.) a été optimisé de grande. Par exemple, il est difficile de localiser la mesure de tempéra-
manière à conserver la précision des données expérimentales. Les ture pour un couple thermoélectrique placé dans un trou aménagé
paramètres C 0 , C 1 , etc., déterminés par la méthode des moindres dans l’échantillon.
carrés, figurent dans les tableaux du paragraphe 3. En assimilant à une erreur systématique la faible représentativité
d’un échantillon unique prélevé souvent de manière non aléatoire
dans un matériau massif, nous pouvons considérer comme
Le domaine de validité de chacune des interpolations est excellente toute mesure réalisée avec une incertitude de 5 %.
clairement indiqué. Toute extrapolation n’a aucun sens et peut
même devenir totalement erronée. Elle doit être formellement Toutes les erreurs que nous venons d’énumérer sont relatives à
proscrite. une mesure sur un matériau particulier. L’utilisateur des données
ci-après doit avoir bien conscience qu’il souhaite, en réalité, acquérir
des valeurs propres à son matériau, lequel est toujours différent de
■ Origine des erreurs celui qui a servi à la mesure. L’incertitude sur la conductivité
Les conductivités des échantillons polycristallins ou non peuvent souhaitée est difficile à chiffrer.
présenter des fluctuations relatives de conductivité ∆ λ / λ impor-
tantes en fonction de leur situation dans le lingot ou au sein du maté-
riau (variation de composition et/ou de structure), de traitements
thermiques intentionnels ou non. Nous ne disposons d’aucune étude 3. Données numériques
relative à la dispersion des résultats expérimentaux issus d’un
ensemble d’échantillons provenant d’un même matériau. Aussi
avons-nous choisi, lorsque cela était possible, les références rela- 3.1 Conductivité thermique des éléments
tives au matériau recuit ou de composition bien déterminée. (tableau 1)
Les éléments monocristallins fournissent des données beaucoup
plus reproductibles dans le domaine des températures ambiantes. Un certain nombre d’éléments ont été proposés pour constituer
La conductivité thermique des monocristaux s’avère, par contre, très des matériaux de référence de conductivité thermique : le cuivre, l’or,
sensible à la présence d’impuretés, de défauts cristallins (disloca- le platine, le nickel, le tungstène. Comme déjà signalé, il faut noter
tions, fautes d’empilement, précipités, etc.) dans toute la région des que les valeurs de conductivité sont très sensibles aux basses
très basses températures, et jusqu’à la température pour laquelle températures, à la pureté et à la perfection cristalline. De façon géné-
la conductivité thermique atteint son maximum λM . Cette valeur est rale nous avons choisi celles correspondant aux matériaux les plus
d’autant plus élevée que le matériau a une perfection cristalline plus purs. Pour les éléments, nous avons également inclus les
grande (figure 1 ou 2). conductivités des liquides et des gaz.
Au niveau instrumental, les mesures thermiques sont toujours
entachées d’imprécisions liées aux erreurs expérimentales qui
proviennent de la mesure des températures et des différences de
température, du flux de chaleur et des dimensions de l’échantillon
[8].

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

3.2 Conductivité thermique des alliages 3.5 Conductivité thermique


(tableaux 2, 3, 4, 5, 6, 7 et 8) des composites (tableau 11)
Dans ce tableau se trouvent rassemblés des matériaux qui peuvent
Nous avons essayé de sélectionner les alliages les plus être considérés comme homogènes (§ 1) et des produits par essence
fréquemment utilisés. Pour un alliage de désignation donnée, la hétérogènes (nids d’abeilles). Pour ceux-ci il aurait été préférable de
composition est comprise dans une tolérance conforme à la norme. donner la résistance thermique par unité de surface :
Deux alliages de même désignation n’ont pas la même composition
donc des conductivités un peu différentes. T2 – T1
R = ------------------
-
La plupart des alliages subissent des traitements thermiques en Φ
vue d’améliorer certaines de leurs propriétés. Ces traitements
modifient la structure et par suite la conductivité. avec T2 – T1 écart de température de part et d’autre du nid
d’abeilles,
Les matériaux pour lesquels les incertitudes sont faibles (3 à 5 %)
ont souvent fait l’objet de campagnes de comparaison inter- Φ flux de chaleur traversant le nid d’abeilles en régime
laboratoires [8]. permanent.
Dans le tableau nous avons donné la conductivité λ ainsi
définie :

3.3 Conductivité thermique des verres e


λ = ---------
et céramiques (tableau 9) SR
avec e épaisseur,
Les céramiques sont le plus souvent élaborées par frittage. Leur S surface.
porosité dépend étroitement des conditions de fabrication ; cette Cette conductivité ne peut être utilisée que pour les parois de
porosité se répercute sur leur masse volumique et sur leur mêmes caractéristiques géométrique et physique.
conductivité thermique. Dans la plupart des cas, nous avons précisé Les conductivités des composites de la littérature présentent de
la masse volumique. De plus, suivant les conditions d’élaboration, fortes dispersions liées vraisemblablement à des textures diffé-
les structures peuvent différer (phases vitreuse et cristalline). rentes. Ces valeurs doivent être utilisées avec prudence.
Dans cette rubrique nous avons également inclus des matériaux
d’isolation des fours qui se présentent sous des formes diverses :
fibre en vrac, en panneau ou en nappe...
3.6 Conductivité thermique
des aliments (tableau 12)
3.4 Conductivité thermique
des polymères (tableau 10) Le tableau fournit quelques valeurs de conductivité d’aliments
usuels à l’état congelé ou non. Des conductivités intrinsèques de
constituants ont été données (amidon, gluten, saccharose...).
Nous avons recueilli des données sur les principaux polymères
non chargés.
Les domaines de température concernent surtout les basses et
très basses températures, car c’est dans ces domaines que la litté-
3.7 Conductivité thermique des matériaux
rature fournit les valeurs les plus cohérentes. La conductivité de du bâtiment (tableau 13)
ces matériaux a fait l’objet d’interprétations théoriques il y a un
peu plus d’une dizaine d’années [23] [24] [26].
Les conductivités ont été relevées dans le Document Technique
Unifié [34] sur lequel s’appuie la législation française. (0)
(0)
(0)

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 5
Tableau 1 – Conductivité thermique des éléments (1)
Domaine Incerti- État Température Conductivité à tempé-
de température tudes physique de fusion rature Observations et références
Éléments C0 C1 C2 C3 C4 C5

K 420 − 6
bibliographiques (2)
(K) (%) (K) (W · m–1 · K –1) (K )
Aluminium 3,615 6 1,077 1 – 0,830 4 2,397 4 – 2,596 5 0,703 2 1 à 40 5 solide 933,2 2,32 · 104 à 10 Aluminium pur à 99,999 9 %, recuit ;
– 10,026 2 60,876 4 – 75,567 5 40,029 9 – 9,752 4 0,901 1 40 à 933,2 5 solide 4,42 · 10 2 à 77 [11] [12] [13] [14]
2,39 · 102 à 300
2,32 · 102 à 600
solide 2,14 · 102 à 900
– 3,574 2 3,263 8 – 0,472 1 933,2 à 2 400 10 liquide 9,30 · 101 à 1 000 Valeurs estimées au-dessus de 933,2 K
Argent 3,594 7 1,479 6 – 3,230 6 7,442 6 – 7,109 5 2,049 4 1 à 30 5 solide 1 234 1,94 · 104 à 7 Argent pur à 99,999 %, bien recuit ;
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES
33,827 2 – 53,531 2 35,644 2 – 11,428 5 1,745 4 – 0,099 9 30 à 1 234 5 solide 4,84 · 102 à 77 [11] [12] [13] [14]
4,26 · 102 à 300
3,92 · 102 à 700
3,54 · 102 à 1 200 Valeurs estimées à partir de 1 000 K
– 6,888 7 5,482 5 – 0,818 1 1 234 à 3 000 10 liquide 1,97 · 102 à 2 000
Antimoine 1,632 3 3,106 1 – 13,993 30,779 1 – 26,551 7,694 1 2 à 20 10 solide 903,7 4,65 · 102 à 10 Haute pureté, recuit ; [11] [12] [13] [14]
4,576 5 – 2,109 8 0,330 1 20 à 903,7 10 solide 5,90 · 101 à 77
2,38 · 101 à 300
1,83 · 101 à 600
1,68 · 101 à 900
Argon – 6,060 4 3,229 5 – 0,822 8 0,089 2 50 à 4 400 5 gaz 5,04 · 10 –3 à 77 Valeurs extrapolées au-dessous de 80 K,
1,76 · 10 –2 à 300 argon neutre ; [11] [12] [13] [14]
4,28 · 10 –2 à 1 000
6,97 · 10 –2 à 2 000
1,16 · 10 –1 à 4 000
Azote – 6,563 8 4,127 9 – 1,218 7 0,146 5 50 à 3 500 5 gaz 7,41 · 10 –3 à 77 Valeurs extrapolées au-dessous de 70 K,
2,57 · 10 –2 à 300 azote neutre ; [11] [12] [13] [14]
6,41 · 10 –2 à 1 000
1,13 · 10 –1 à 2 000
1,64 · 10 –1 à 3 000
Béryllium 2,327 8 0,391 1 1,973 – 2,995 2,136 8 – 0,579 3 2 à 80 15 solide 1 550 7,24 · 102 à 4 Béryllium haute pureté, recuit ;
1,59 · 103 à 77 [11] [12] [13] [14]
24,829 2 – 23,720 7 8,468 5 – 1,034 8 80 à 1 300 15 solide 2,02 · 102 à 300
1,27 · 102 à 600

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


8,79 · 101 à 1 000
Bismuth 1,655 6 0,122 4 18,538 2 – 33,522 9 15,653 8 2 à 7,5 10 solide 544,525 1,55 · 103 à 4 Monocristal perpendiculaire à c,
4,496 8 – 2,441 0,399 7,5 à 350 10 solide 2,05 · 101 à 77 Polycristal pur à 99,997 % ;
7,92 à 300 [11] [12] [13] [14]
Bore 0,146 2 2,598 – 0,230 5 – 0,265 9 2 à 100 10 solide 2 573 3,70 · 101 à 4 Haute pureté ; [11] [12] [13] [14]
4,26 · 102 à 35
2,77 · 102 à 77
11,885 9 – 8,413 9 2,276 3 – 0,234 5 100 à 1 400 10 solide 2,80 · 101 à 300

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
9,39 à 700
5,18 à 1 200
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est
notée. a, b, c directions cristallographiques.
__________________________________________________________________________________________________
Tableau 1 – Conductivité thermique des éléments (1) (suite)
Domaine Incerti- État Température Conductivité à tempé-
de température tudes physique de fusion rature Observations et références
Éléments C0 C1 C2 C3 C4 C5
bibliographiques (2)
(K) (%) (K) (W · m–1 · K –1) (K )
Brome – 5,249 8 1,181 4 260 à 580 5 gaz 4,75 · 10 –3 à 300 [11] [12] [13] [14]
8,68 · 10 –3 à 500
– 317,665 6 365,231 3 – 141,453 3 18,325 3 320 à 530 10 vap. sat. 4,68 · 10 –3 à 320
9,10 · 10 –3 à 500
174,988 8 – 209,940 3 83,749 2 – 11,167 3 270 à 550 10 liq. sat. 1,24 · 10 –1 à 300
7,55 · 10 –2 à 500
Cadmium 3,688 9 – 0,047 2 5,880 9 – 11,076 5 4,494 1 1 à 10 10 solide 594,18 9,23 · 103 à 4 Polycristal pur à 99,999 %, recuit ;
7,630 1 – 7,653 5 3,460 7 – 0,520 2 10 à 594 10 solide 1,04 · 102 à 77 [11] [12] [13] [14]
9,99 · 101 à 300
9,02 · 101 à 500
– 1,135 7 0,993 1 594 à 800 10 liquide 4,90 · 101 à 700
Césium 1,439 6 3,367 3 – 6,135 9 4,495 – 1,503 7 0,189 9 2 à 301,9 10 solide 301,9 1,10 · 102 à 4 [11] [12] [13] [14]
4,23 · 101 à 77
3,53 · 101 à 300
– 322,157 7 471,138 6 – 257,456 2 62,568 2 – 5,706 8 301,9 à 1 900 10 liquide 1,95 · 101 à 310
1,75 · 101 à 1 000
Chlore – 1,478 8 – 3,759 7 2,272 5 – 0,342 8 200 à 700 5 gaz 8,75 · 10 –3 à 300 [11] [12] [13] [14]
1,84 · 10 –2 à 600
Chrome 1,602 6 1,140 2 – 0,683 6 1,019 3 – 0,489 2 1 à 50 10 solide 2 118 5,98 · 102 à 25 Pur à 99,998 %, recuit ;
19,197 6 – 27,433 6 18,075 4 – 6,129 7 1,064 4 – 0,076 50 à 1 400 10 solide 1,92 · 102 à 77 [11] [12] [13] [14]
9,37 · 101 à 300
7,36 · 101 à 700
6,26 · 101 à 1 200
Cobalt 1,429 5 1,188 9 – 0,824 6 1,124 2 – 0,494 2 1 à 50 10 solide 1 765 4,61 · 102 à 25 Polycristal, pur à 99,999 %, recuit ;
10,433 6 – 10,030 7 4,174 1 – 0,605 2 50 à 500 10 solide 2,01 · 102 à 77 [11] [12] [13] [14]
1,00 · 102 à 300
7,39 · 101 à 500
Cuivre 3,457 3 1,485 – 3,009 4 6,316 5 – 5,297 2 1,338 5 1 à 50 5 solide 1 356 1,95 · 104 à 10 Pur à 99,999 %, recuit ;
83,017 1 – 152,337 7 115,534 6 – 43,839 6 8,323 6 – 0,632 9 50 à 1 356 10 solide 5,97 · 102 à 77 [11] [12] [13] [14]
4,03 · 102 à 300
3,87 · 102 à 600

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


3,72 · 102 à 900
16,300 1 – 15,598 4 5,545 6 – 0,638 8 1 356 à 3 200 10 liquide 1,82 · 102 à 2 000
Diamant – 0,384 3 4,079 2 – 3,741 9 4,361 4 – 2,159 2 0,338 9 1 à 400 10 solide > 3 823 2,57 · 101 à 4 Type II a, haute pureté et haute perfec-
1,06 · 104 à 77 tion cristalline ; [11] [12] [13] [14]
2,31 · 103 à 300
Étain 4,261 8 0,164 1 7,407 6 – 22,928 9 20,926 6 – 6,540 3 1 à 12 15 solide 505,06 3,26 · 104 à 2 Polycristal, pur à 99,999 %, recuit ;
14,040 3 – 20,688 1 13,719 8 – 4,279 8 0,584 7 – 0,022 7 12 à 505,06 10 solide 9,30 · 101 à 77 [11] [12] [13] [14]

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
6,69 · 101 à 300
5,98 · 101 à 500
2,613 8 – 1,178 6 0,281 505,06 à 1 500 15 liquide 4,05 · 101 à 1 000
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est
notée. a, b, c directions cristallographiques.
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

K 420 − 7
Tableau 1 – Conductivité thermique des éléments (1) (suite)
Domaine Incerti- État Température Conductivité à tempé-
de température tudes physique de fusion rature Observations et références
Éléments C0 C1 C2 C3 C4 C5

K 420 − 8
bibliographiques (2)
(K) (%) (K) (W · m–1 · K –1) (K )
Fer 1,872 5 1,477 9 – 2,406 1 3,976 2 – 2,550 1 0,486 8 1 à 60 10 solide 1 810 9,71 · 102 à 20 Pur à 99,998, recuit ; [11] [12] [13] [14]
101,204 2 – 191,700 6 149,113 6 – 58,311 6 11,465 8 – 0,909 1 60 à 1 100 10 solide 1,76 · 102 à 77
8,07 · 101 à 300
4,94 · 101 à 700
– 7,109 4,949 – 0,704 5 1 183 à 1 810 15 solide 2,82 · 101 à 1 200
3,43 · 101 à 1 800
– 15,627 6 10,014 9 – 1,450 3 1 810 à 3 000 15 liquide 4,25 · 101 à 2 000 CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES
Fluor 2,210 8 – 7,216 8 3,574 9 – 0,514 6 90 à 800 5 gaz 9,12 · 10 –3 à 100 [11] [12] [13] [14]
2,81 · 10 –2 à 300
5,81 · 10 –2 à 700
459,162 3 – 996,912 1 805,023 1 – 288,339 38,701 6 50 à 140 10 vap. sat. 8,79 · 10 –3 à 100
– 529,036 6 1 130,382 8 – 905,649 9 322,191 1 – 42,970 1 50 à 140 10 liq. sat. 1,37 · 10 –1 à 100
Gallium 4,358 5 1,717 4 – 5,218 7 2,523 8 – 0,283 2 – 0,028 8 1 à 302,93 15 solide 302,93 2,94 · 104 à 2 Monocristal parallèle à a, polycristal,
4,95 · 101 à 77 pur à 99,999 9 % ; [11] [12] [13] [14]
4,00 · 101 à 300
– 1,219 8 1,075 4 302,93 à 600 15 liquide 3,79 · 101 à 400
Germanium 1,430 5 3,451 – 1,320 2 – 0,632 8 0,368 9 – 0,047 1 1 à 1 200 10 1,79 · 103 à 12 [11] [12] [13] [14]
3,47 · 102 à 77
5,71 · 101 à 300
2,40 · 101 à 700
1,55 · 101 à 1 200
Graphite 0,238 3 – 2,201 5 5,517 7 – 2,123 9 10 à 50 20 solide 3 925, subl. 1,51 · 102 à 30
ATJ 6,101 6 – 3,474 0,776 4 – 0,084 50 à 2 000 20 solide 5,59 · 101 à 77
9,62 à 300
2,51 à 1 000
1,18 à 2 000
237,792 4 – 453,278 1 342,099 6 – 126,891 4 23,166 5 – 1,669 1 200 à 3 400 20 solide 9,68 · 101 à 300 Parallèle à la pression de moulage ;
4,81 · 101 à 1 000 [11] [12] [13] [14]
3,14 · 101 à 2 000
2,37 · 101 à 3 000
352,121 9 – 647,483 4 473,585 1 – 171,196 1 30,596 9 – 2,165 4 200 à 3 400 20 solide 1,29 · 102 à 300 Perpendiculaire à la pression
6,30 · 101 à 1 000 de moulage ; [11] [12] [13] [14]

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


4,04 · 101 à 2 000
3,01 · 101 à 3 000
Graphite – 18,600 9 31,551 1 – 17,34 4,125 6 – 0,365 7 285 à 3 300 5 solide 1,24 · 102 à 300 Utilisé comme matériau
AXM 5Q 8,88 · 101 à 500 de référence ; [25]
5,78 · 101 à 1 000
3,78 · 101 à 2 000
2,76 · 101 à 3 000

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
Graphite 0,238 3 – 2,201 5 5,517 7 – 2,123 9 10 à 50 20 solide 1,51 · 102 à 30 Perpendiculaires aux couches ;
pyrolityque 6,101 6 – 3,474 0,776 4 – 0,084 50 à 2 000 20 solide 5,59 · 101 à 77 [11] [12] [13] [14]
9,62 à 300
2,51 à 1 000
1,18 à 2 000
– 6,614 5 19,068 1 – 16,727 2 7,476 1 – 1,295 5 10 à 150 20 solide 4,10 · 103 à 77 Parallèles aux couches ;
8,149 7 – 3,312 7 0,763 5 – 0,087 3 150 à 2 000 20 solide 2,00 · 103 à 300 [11] [12] [13] [14]
5,32 · 102 à 1 000
2,48 · 102 à 2 000
__________________________________________________________________________________________________

(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.


(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est
notée. a, b, c directions cristallographiques.
Tableau 1 – Conductivité thermique des éléments (1) (suite)
Domaine Incerti- État Température Conductivité à tempé-
de température tudes physique de fusion rature Observations et références
Éléments C0 C1 C2 C3 C4 C5
bibliographiques (2)
(K) (%) (K) (W · m–1 · K –1) (K )
Graphite – 0,537 1 4,441 2 – 1,986 3 0,251 7 500 à 3 000 5 solide 8,49 · 101 à 500 Utilisé comme matériau
RVD 5,08 · 101 à 1 000 de référence ; [25]
3,41 · 101 à 2 000
2,96 · 101 à 3 000
Graphite – 4,329 8 8,325 – 3,328 3 0,404 4 500 à 3 000 5 solide 7,00 · 101 à 500 Utilisé comme matériau
RVD 4,07 · 101 à 1 000 de référence ; [25]
2,69 · 101 à 2 000
2,39 · 101 à 3 000
Hélium – 2,599 6 – 0,065 8 – 0,061 1 10,878 9 15,163 5,910 4 0,08 à 1,5 10 gaz 2,51 · 10 –3 à 1 [11] [12] [13] [14] [17]
– 2,644 9 0,982 7 – 0,170 3 0,028 9 1,5 à 5 000 10 gaz 7,79 · 10 –3 à 4
6,26 · 10 –2 à 77
1,53 · 10 –1 à 300
3,55 · 10 –1 à 1 000
8,47 · 10 –1 à 3 000
1,33 à 5 000
– 1,989 6 0,675 9 2,3 à 4,2 10 liquide 2,61 · 10 –2 à 4
1,382 6 – 12,958 6 – 72,989 6 – 108,092 6 0,5 à 1 solide 1,13 · 102 à 0,8
1,385 – 10,469 1 20,790 6 – 31,722 6 1à2 solide 1,03 à 1,5
Hydrogène – 2,941 7 2,061 3 – 2,378 8 1,723 4 – 0,530 8 0,058 7 20 à 2 000 gaz 5,39 · 10 –2 à 77 [11] [12] [13] [14]
1,79 · 10 –1 à 300
4,31 · 10 –1 à 1 000
8,21 · 10 –1 à 2 000
Indium 2,695 6 5,767 5 – 9,454 9 3,737 1 à 15 10 solide 429,76 5,02 · 103 à 3 [11] [12] [13] [14]
3,088 8 7,239 7 – 15,926 4 11,632 9 – 3,647 4 0,419 5 15 à 429,76 10 solide 9,87 · 101 à 77
8,12 · 101 à 300
– 71,858 5 80,435 – 29,453 6 3,605 8 429,76 à 1 200 10 liquide 4,38 · 101 à 800 Valeurs estimées
Lanthane – 0,13 5,076 8 – 12,268 6 16,715 7 – 10,533 6 2,382 2 à 40 15 solide 1 193 1,86 · 101 à 15 [11] [12] [13] [14]
3,594 3 – 3,485 3 1,451 1 – 0,179 3 40 à 700 15 solide 9,55 à 77
1,38 · 101 à 300
1,85 · 101 à 600
Lithium 1,384 6 4,389 1 – 9,587 9 12,385 1 – 7,267 7 1,485 5 2 à 70 10 solide 453,7 7,42 · 102 à 15 [11] [12] [13] [14]

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


8,831 9 – 7,784 7 2,991 5 – 0,395 7 70 à 453,7 10 solide 1,37 · 102 à 77
7,76 · 101 à 300
– 0,922 4 1,416 7 – 0,172 4 453,7 à 1 700 10 liquide 5,97 · 101 à 1 000
Magnésium 2,112 7 1,351 4 – 1,863 2 3,227 1 – 2,147 0,392 7 1 à 45 10 solide 923 1,41 · 103 à 15 Pur à 99,98 % ; [11] [12] [13] [14]
39,746 2 – 58,364 1 33,057 – 7,745 9 0,466 1 0,046 9 45 à 923 10 solide 2,03 · 102 à 77
1,59 · 102 à 300
1,51 · 102 à 600
1,49 · 102 à 900

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
– 0,535 9 0,820 5 923 à 1 200 10 liquide 8,43 · 101 à 1 000
Manganèse – 0,302 0,344 7 0,238 5 – 0,073 6 2 à 300 15 solide 1 517 9,46 · 10 –1 à 4 Pur à 99,99 %, valeurs extrapolées
5,05 à 77 au-dessus de 100 K ; [11] [12] [13] [14]
7,88 à 300
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est
notée. a, b, c directions cristallographiques.
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

K 420 − 9
Tableau 1 – Conductivité thermique des éléments (1) (suite)
Domaine Incerti- État Température Conductivité à tempé-
de température tudes physique de fusion rature Observations et références
Éléments C0 C1 C2 C3 C4 C5
bibliographiques (2)

K 420 − 10
(K) (%) (K) (W · m–1 · K –1) (K )
Mercure 4,039 1 – 2,194 5 – 2,234 7 2,050 2 2 à 10 10 solide 234,28 2,27 · 102 à 4 Pur à 99,999 %, valeurs estimées
1,800 9 – 0,148 1 10 à 234,28 10 solide 3,32 · 101 à 77 de 5 à 70 K ; [11] [12] [13] [14]
2,88 · 101 à 200
– 268,229 3 406,983 2 – 231,385 8 58,569 – 5,562 2 234,28 à 1 500 10 liquide 8,33 à 300
1,18 · 101 à 1 000
Molybdène 1,162 5 1,137 – 0,556 6 0,711 1 – 0,288 8 1 à 35 10 solide 2 883 2,74 · 102 à 20 Pur à 99,95, recuit ; [11] [12] [13] [14]
– 50,697 112,801 9 – 88,135 1 30,151 6 – 3,832 8 35 à 150 10 solide 2,13 · 102 à 77
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES
23,465 8 – 31,476 6 17,310 7 – 4,187 3 0,373 7 150 à 2 800 10 solide 1,38 · 102 à 300
1,11 · 102 à 1 000
8,81 · 101 à 2 000
Néon – 3,296 5 0,909 5 – 0,044 8 25 à 5 000 gaz 1,82 · 10 –2 à 77 Incertitude : 5 % si T < 500 K ; 10 % si
4,80 · 10 –2 à 300 1 000 < T < 3 000 K ; [11] [12] [13] [14]
1,07 · 10 –1 à 1 000
2,11 · 10 –1 à 3 000
2,85 · 10 –1 à 5 000
Nickel 1,810 5 0,817 0,503 4 – 0,353 7 1 à 20 10 solide 1 726 8,84 · 102 à 20 Pur à 99,99 %, recuit ; [11] [12] [13] [14]
– 48,876 9 130,963 4 – 127,514 59,995 8 – 13,783 2 1,242 6 20 à 631 10 solide 1,98 · 102 à 77
9,01 · 101 à 300
6,47 · 101 à 600
2,986 3 – 1,053 9 0,225 7 631 à 1 500 10 solide 6,53 · 101 à 700
8,24 · 101 à 1 500
Niobium 1,398 6 1,491 – 2,705 2 4,951 7 – 3,587 9 0,796 3 1 à 40 10 solide 2 741 2,47 · 102 à 15 Pur à 99,9, recuit ; valeurs de 100 à 300 K
28,458 – 49,976 9 37,315 7 – 13,908 6 2,583 7 – 0,190 6 40 à 2 200 10 solide 5,87 · 101 à 77 interpolées ; [11] [12] [13] [14]
5,35 · 101 à 300
6,31 · 101 à 1 000
7,65 · 101 à 2 000
Or 2,646 2 1,601 6 – 3,703 7 7,705 6 – 6,539 5 1,740 8 1 à 25 6 solide 1 336,2 2,82 · 103 à 10 Pur à 99,999 % ; [11] [12] [13] [14]
3,56 · 102 à 77
49,514 2 – 98,129 1 81,781 3 – 33,968 9 7,028 1 – 0,579 5 25 à 1 336,2 6 solide 3,20 · 102 à 300
2,86 · 102 à 1 000
27,592 3 – 25,835 4 8,552 9 – 0,929 4 1 336,2 à 4 500 6 1,19 · 102 à 2 000

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


Oxygène – 4,560 9 1,478 – 0,098 – 0,005 50 à 1 500 5 7,00 · 10 –3 à 77 [11] [12] [13] [14]
2,65 · 10 –2 à 300
5,44 · 10 –2 à 700
9,65 · 10 –2 à 1 500
Palladium 2,302 8 0,623 4 1,422 6 – 1,484 7 0,188 3 1 à 30 10 solide 1 825 1,13 · 103 à 10 Pur à 99,995 %, recuit ; 150 < T < 1 000 K :
– 46,354 6 118,956 6 – 104,856 5 39,78 – 5,530 3 30 à 150 10 solide 8,25 · 101 à 77 conductivité = 7,55 · 101 W/(m · K) ;
[11] [12] [13] [14]
Phosphore – 0,548 1 – 4,267 7 12,233 6 – 8,931 1 2,620 6 – 0,276 3 3 à 300 10 solide 317,3 4,90 · 10 –1 à 4 Noir, polycristallin ; [11] [12] [13] [14]

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
3,88 · 101 à 30
3,69 · 101 à 77
1,25 · 101 à 300
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est
notée. a, b, c directions cristallographiques.
__________________________________________________________________________________________________
Tableau 1 – Conductivité thermique des éléments (1) (suite)
Domaine Incerti- État Température Conductivité à tempé-
de température tudes physique de fusion rature Observations et références
Éléments C0 C1 C2 C3 C4 C5
bibliographiques (2)
(K) (%) (K) (W · m–1 · K –1) (K )
Platine 2,363 5 1,545 4 – 3,522 7 7,704 7 – 6,908 8 1,909 5 1 à 30 10 solide 2 042 1,30 · 103 à 8 [11] [12] [13] [14]
21,999 7 – 35,065 6 24,009 6 – 8,020 6 1,289 6 – 0,077 8 30 à 1 800 10 solide 8,35 · 101 à 77
7,10 · 101 à 300
7,30 · 101 à 700
8,67 · 101 à 1 500
Plomb 3,442 8 0,373 6 3,163 5 – 9,662 2 4,922 6 1 à 10 10 solide 600,576 4,16 · 103 à 2 Pur à 99,99 %, recuit ; [11] [12] [13] [14]
15,015 5 – 30,731 1 28,251 – 12,962 7 2,960 5 – 0,269 5 10 à 600,5 10 solide 4,08 · 101 à 77
3,50 · 101 à 300
3,10 · 101 à 600
– 0,580 4 0,638 8 600,5 à 1 000 10 liquide 1,88 · 101 à 800
Potassium 3,003 3 0,718 2 1,661 2 – 5,123 9 2,401 2 1 à 15 10 solide 336,8 1,96 · 103 à 3 Pur à 99,97 % ; [11] [12] [13] [14]
12,116 – 19,251 4 13,692 – 4,292 1 0,499 3 15 à 336,8 10 solide 1,08 · 102 à 77
1,01 · 102 à 300
– 2,852 5 3,780 5 – 0,777 7 336,8 à 1 400 10 liquide 3,70 · 101 à 800
Sélénium – 0,061 5 2,102 9 4,391 6 – 8,735 8 4,646 7 – 0,794 9 1 à 40 15 solide 490,2 3,93 · 101 à 6 Monocristal, perpendiculaire à c ;
– 97,748 4 263,910 9 – 276,962 1 143,247 8 – 36,686 4 3,726 6 40 à 490 15 solide 3,73 à 77 [11] [12] [13] [14]
1,35 à 300
0,753 8 1,517 6 6,660 8 – 12,607 7,287 8 – 1,399 1 à 40 15 solide 2,00 · 102 à 6 Monocristal, parallèle à c ;
– 96,213 3 261,819 8 – 275,282 7 142,619 – 36,581 3,721 40 à 490 15 solide 1,31 · 101 à 77 [11] [12] [13] [14]
4,76 à 300
Silicium 0,660 4 2,266 2 1,903 – 1,734 3 0,232 9 1 à 50 10 solide 1 685 4,78 · 103 à 30 [11] [12] [13] [14]
– 119,720 8 265,990 9 – 224,297 9 92,739 2 – 18,940 7 1,531 5 50 à 1 680 10 solide 1,42 · 103 à 77
1,46 · 102 à 300
4,84 · 101 à 700
2,53 · 101 à 1 200
Sodium 3,220 8 0,459 7 2,729 1 – 4,535 1,476 6 1 à 10 10 solide 371 4,91 · 103 à 4 [11] [12] [13] [14]
– 13,206 3 54,564 9 – 65,870 1 36,361 8 – 9,458 3 0,941 1 10 à 371 10 solide 1,33 · 102 à 77
1,31 · 102 à 300
– 4,111 7 4,723 5 – 0,921 9 371 à 1 700 10 liquide 8,34 · 101 à 500
10 4,92 · 101 à 1 200
Soufre – 0,214 7 – 0,676 6 0,196 2 90 à 350 10 solide 392,2 1,65 · 10 –1 à 100 Amorphe ; [11] [12] [13] [14]

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


2,06 · 10 –1 à 300
– 0,179 6 2,247 5 0,654 3 – 1,812 1 1 à 10 10 solide 1,29 · 101 à 6 Polycristal ; [11] [12] [13] [14]
5,058 1 – 6,528 1 2,848 9 – 0,456 3 10 à 368 10 solide 6,58 · 10 –1 à 77
2,71 · 10 –1 à 300
0,328 9 – 0,444 4 368 à 392 10 solide 1,52 · 10 –1 à 380
– 24,312 2 16,859 2 – 3,018 3 392 à 600 10 liquide 1,32 · 10 –1 à 400
Tantale 1,058 5 1,610 4 – 3,145 5,429 4 – 3,724 5 0,814 6 1 à 24 10 solide 3 269 1,42 · 102 à 20 Pur à 99,9 %, recuit ; [11] [12] [13] [14]
20,384 3 – 35,043 7 26,222 8 – 9,750 1 1,799 6 – 0,131 7 24 à 3 200 10 solide 6,08 · 101 à 77

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
5,72 · 101 à 300
5,89 · 101 à 1 000
6,23 · 101 à 2 000
6,39 · 101 à 3 000
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est
notée. a, b, c directions cristallographiques.
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

K 420 − 11
Tableau 1 – Conductivité thermique des éléments (1) (suite)
Domaine Incerti- État Température Conductivité à tempé-
de température tudes physique de fusion rature Observations et références
Éléments C0 C1 C2 C3 C4 C5
bibliographiques (2)

K 420 − 12
(K) (%) (K) (W · m–1 · K –1) (K )
Thallium 2,328 3 3,759 4 – 4,602 2 0,291 7 0,4 à 4,5 20 solide 576,2 9,71 · 102 à 4 Pur à 99,99 % ; [11] [12] [13] [14]
5,204 4 – 4,919 1 2,293 4 – 0,360 1 4,5 à 420 20 solide 4,66 · 101 à 77
4,15 · 101 à 300
Tellure 2,302 9 1,680 9 1,432 3 – 5,876 6 2,890 6 1 à 10 10 solide 722,7 8,54 · 102 à 4 Pur à 99,99 %, monocristal
12,831 9 – 26,226 8 26,261 5 – 13,417 3 3,290 4 – 0,307 10 à 722,7 10 solide 1,19 · 101 à 77 perpendiculaire à c ; [11] [12] [13] [14]
2,11 à 300
1,46 à 600
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES
– 66,335 5 44,730 7 – 7,439 6 722,7 à 900 10 liquide 6,63 à 800
Titane 0,156 3 1,127 3 – 0,494 6 0,604 7 – 0,234 6 1 à 40 15 solide 1 953 5,71 à 4 Pur à 99,99 %, polycristal ;
4,30 · 101 à 40 [11] [12] [13] [14]
0,129 2 2,715 6 – 1,500 6 0,242 5 40 à 1 900 15 solide 3,47 · 101 à 77
2,16 · 101 à 300
1,97 · 101 à 700 T > 1 000 K, valeurs extrapolées
2,43 · 101 à 1 500
Tungstène 3,750 3 – 0,892 8 0,128 6 – 0,005 9 300 à 3 300 5 solide 3 653 1,73 · 102 à 300 Utilisé comme matériau
1,45 · 102 à 500 de référence ; [25]
1,17 · 102 à 1 000
9,82 · 101 à 2 000
8,79 · 101 à 3 000
3,159 5 1,108 1 – 1,287 8 3,832 8 – 4,062 3 1,154 1 à 60 5 solide 3 653 8,40 · 103 à 8 Pur à 99,99 %, recuit ; [11] [12] [13] [14]
37,565 2 – 65,473 4 48,387 4 – 17,697 4 3,189 8 – 0,226 7 60 à 3 653 5 solide 2,64 · 102 à 77
1,78 · 102 à 300
1,22 · 102 à 1 000
1,04 · 102 à 2 000
9,65 · 101 à 3 000
Uranium 0,050 2 1,088 2 – 0,151 5 1 à 20 10 solide 1 405 9,70 à 10 [11] [12] [13] [14]
0,389 1,133 – 0,513 4 0,091 6 20 à 1 200 10 solide 2,06 · 101 à 77
2,74 · 101 à 300
3,45 · 101 à 600
4,83 · 101 à 1 200
Vanadium 0,170 6 0,716 2 0,541 5 – 0,275 6 1 à 90 15 solide 2 192 5,47 à 4 [11] [12] [13] [14]

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


3,97 · 101 à 77
3,229 9 – 1,415 3 0,289 1 90 à 2 000 15 solide 3,15 · 101 à 300
3,85 · 101 à 1 000
5,11 · 101 à 2 000
Zinc 3,279 5 1,172 3 – 2,039 1 7,081 1 – 9,146 1 3,298 7 1 à 16 10 solide 692,655 7,61 · 103 à 6 Pur à 99,999 %, recuit, polycristal ;
– 17,315 2 61,941 7 – 68,380 2 34,830 5 – 8,411 7 0,781 1 16 à 692 10 solide 1,41 · 102 à 77 [11] [12] [13] [14]
1,22 · 102 à 300
1,06 · 102 à 600

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
– 0,692 0,84 692 à 1 100 10 liquide 6,73 · 101 à 1 000
Zirconium 1,044 6 1,173 9 – 0,879 1 1,430 1 – 0,775 7 1 à 18 15 solide 2 125 1,13 · 102 à 15 Pur à 99,95 %, recuit, polycristal ;
3,493 2 – 1,389 5 0,160 6 0,020 9 18 à 600 15 solide 3,84 · 101 à 77 [11] [12] [13] [14]
2,26 · 101 à 300
2,09 · 101 à 600
46,332 2 – 44,657 4 14,642 1 – 1,583 9 600 à 2 000 15 solide 2,36 · 101 à 1 000
3,13 · 101 à 2 000
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
__________________________________________________________________________________________________

(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est
notée. a, b, c directions cristallographiques.
Tableau 2 – Conductivité thermique des alliages d’aluminium (1)
Domaine Conductivité à tempé-
de Incertitudes rature Observations et références
Alliages C0 C1 C2 C3 C4 C5 température bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K)
7 075 – 6,963 2 14,706 8 – 10,064 7 3,451 2 – 0,564 4 0,034 3 25 à 610 10 3,00 · 101 à 30 Composition pondérale :
1,30 · 102 à 300 Cu : 1,6 % ; Mg : 2,5 % ;
1,86 · 102 à 600 Cr : 0,23 % ; Zn : 5,6 % ;
[11] [12] [13] [14]
7 039 – 0,198 4 1,652 – 0,284 0,002 8 6 à 300 5 2,99 · 101 à 20 Composition pondérale :
8,44 · 101 à 77 Zn : 3,6 % ; Mg : 2,35 % ;
1,56 · 102 à 300 Mn : 0,23 % ; Cr : 0,2 % ; [15]

6 063 0,256 3 3,807 9 – 4,261 6 2,878 6 – 0,733 1 4 à 50 5 1,72 · 102 à 20 [16]


– 38,628 1 81,085 9 – 59,171 1 18,915 – 2,240 2 50 à 295 5 2,38 · 102 à 77
2,04 · 102 à 273
5 086 F – 0,058 9 0,674 8 0,469 8 – 0,170 7 4 à 120 10 1,73 · 101 à 20 Composition pondérale :
5,50 · 101 à 77 Mg : 4,1 % ; Cr : 0,1 % ;
Cu : 0,07 % ; Fe : 0,28 % ;
Mn : 0,51 % ; Si : 0,1 % ;
Ti : 0,02 % ; Zn : 0,1 % ;
[11] [12] [13] [14]
5 083 O – 0,398 6 1,578 6 – 0,250 7 0,005 7 6 à 320 10 1,75 · 101 à 20 Composition pondérale :
5,31 · 101 à 77 Mg : 4,44 % ; Cr : 0,1 % ;
1,15 · 102 à 300 Cu : 0,04 % ; Fe : 0,1 % ;
Mn : 0,7 % ; Si : 0,1 % ;
[11] [12] [13] [14]
3 004 – 3,043 8 6,188 6 – 2,673 2 0,414 4 25 à 320 10 3,28 · 101 à 25 Composition pondérale :
7,94 · 101 à 77 Mn : 1,2 % ; Fe : 0,52 % ;
1,52 · 102 à 300 Cu : 0,16 % ; Si : 0,13 % ;
Mg : 1,02 % ; Ti : 0,02 % ;
[11] [12] [13] [14]
3 003 F 1,207 6 – 1,883 8 3,632 2 – 1,789 2 0,281 8 4 à 320 10 5,92 · 101 à 20 Composition pondérale :
1,37 · 102 à 77 Mn : 1,23 % ; Fe : 0,48 % ;
1,75 · 102 à 300 Cu : 0,1 % ; Si : 0,15 % ;
Mg : 0,1 % ; [11] [12] [13] [14]
2 024 – 0,688 2,393 2 – 1,248 5 0,612 1 – 0,173 6 0,018 8 15 à 300 10 1,71 · 101 à 20 [16]
5,54 · 101 à 77

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


1,26 · 102 à 300
1 100 F 0,509 6 3,754 4 – 4,424 2 3,118 3 – 0,820 6 4 à 45 2,64 · 102 à 20 [16]
– 207,368 2 492,607 4 – 456,565 7 209,184 1 – 47,458 7 4,270 8 45 à 296 10 2,81 · 102 à 77
2,16 · 102 à 273
Duralumin – 0,701 6 2,490 2 – 0,725 7 0,079 5 15 à 475 15 3,05 · 101 à 20 Composition pondérale :
8,86 · 101 à 77 Cu : 4,1 % ; Fe : 0,42 % ;
1,67 · 102 à 300 Mg : 0,57 % ;
[11] [12] [13] [14]
1,91 · 102 à 450

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si,
à partir d’une autre température, une autre observation est notée.
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

K 420 − 13
Tableau 3 – Conductivité thermique des alliages de cuivre (1)
Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Alliages C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température

K 420 − 14
bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K)
Bronze 7,482 4 – 4,87 1,042 1 330 à 515 10 6,72 · 101 à 330 Composition pondérale :
(Sn 4 %) 8,50 · 101 à 500 Sn : 4,18 % ; [11] [12] [13] [14]
Bronze – 37,899 9 43,316 7 – 15,857 5 1,948 8 355 à 690 10 5,77 · 101 à 360 Composition pondérale :
(Sn 10 %) 6,94 · 101 à 500 Sn : 10,02 % ; Fe : 0,21 % ;
[11] [12] [13] [14]
Cuivre – 0,371 2 1,039 4 0,082 7 – 0,045 3 2 à 520 10 1,88 à4 Composition pondérale :
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

au béryllium 3,80 · 101 à 77 Be : 2 ou 2,4 % ; [11] [12] [13] [14]


1,05 · 102 à 300
Cuivre – 1,711 5 2,293 3 – 0,490 3 0,001 5 0,008 7 3 à 400 15 3,11 · 10–1à 4 Composition pondérale : Mn : 12 % ;
au manganèse 9,78 à 77 Ni : 4 % ; [11] [12] [13] [14]
2,05 · 101 à 300
Constantan 1,042 1 – 6,649 6 12,204 5 – 8,216 7 2,447 2 – 0,271 4 5 à 250 10 8,99 à 20 Composition pondérale :
1,89 · 101 à 77 Ni : 45 % ; [16]
1
2,37 · 10 à 250
Cuivre – 0,498 5 – 0,469 9 2,728 – 1,438 7 0,227 8 4 à 470 15 8,38 · 10–1à 4 Composition pondérale : Ni : 10 % ;
au nickel 3,55 · 101 à 77 [11] [12] [13] [14]
6,11 · 101 à 300
Cuivre – 0,984 7 1,341 – 0,133 6 15 à 473 10 3,42 à 20 Composition pondérale : Si : 3,6 % ;
au silicium 1,17 · 101 à 77 Mn : 1 % ; [11] [12] [13] [14]
3,29 · 101 à 300

Cuivre 0,698 7 4,494 4 – 5,409 8 3,771 2 – 1,009 8 4 à 35 10 1,36 · 102 à 4 [16]


au tellure 7,60 · 102 à 30
– 60,359 8 134,489 3 – 105,545 36,247 – 4,612 4 35 à 180 4,67 · 102 à 77
3,84 · 102 à 180
Laiton – 0,449 5 1,296 – 0,049 2 – 0,033 2 4 à 300 10 2,02 à4 [11] [12] [13] [14] [17]
3,96 · 101 à 77
9,00 · 101 à 300
Cuivre – 590,679 5 888,198 3 – 498,459 6 124,228 5 – 11,599 3 320 à 975 10 2,62 · 102 à 320 Composition pondérale : Zr : 0,3 % ;
au zirconium 2,85 · 102 à 600 Co : 0,3 % ; [11] [12] [13] [14]

© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques


2,78 · 102 à 900
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si,
à partir d’une autre température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
__________________________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Tableau 4 – Conductivité thermique des aciers (1)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Aciers C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
(K) –1
(%) (W · m · K ) –1 (K)
Fer Armco 1,255 2 – 1,207 2,168 2 – 0,697 2 6 à 50 3 6,60 · 101 à 20 Utilisé comme matériau
– 68,199 154,863 6 – 134,465 9 57,498 8 – 12,113 4 1,004 3 50 à 1 190 3 7,41 · 101 à 300 de référence ; [39] [40] [41]
4,67 · 101 à 700
3,06 · 101 à 1 100
0,203 9 0,407 1 1 190 à 1 800 5 2,96 · 101 à 1 300
E 24 8,154 8 – 9,045 8 4,166 8 – 0,630 5 273 à 873 10 5,39 · 101 à 300 [18]
4,98 · 101 à 500
3,85 · 101 à 800
E 36 – 3,519 4 3,963 1 – 0,765 3 273 à 573 10 4,00 · 101 à 300 [18]
4,00 · 101 à 500
XC 12 – 4 718,534 8 8 659,150 1 – 6 344,358 8 2 320,592 8 – 423,714 6 30,891 7 273 à 1 473 15 6,01 · 101 à 300 [18]
4,79 · 101 à 600
3,11 · 101 à 1 000
2,73 · 101 à 1 400
XC 18 – 1 068,665 3 1 201,267 – 449,148 3 55,953 6 3,00 · 101 à 300 [18]
6,30 · 101 à 500
XC 25 40,248 3 – 44,995 8 17,540 4 – 2,283 4 273 à 1 073 10 5,14 · 101 à 300 [19]
4,58 · 101 à 600
2,97 · 101 à 1 000
0,141 7 0,418 9 1 073 à 1 473 10 2,79 · 101 à 1 300
XC 42 40,809 7 – 45,729 7 17,862 6 – 2,330 9 273 à 1 073 10 5,12 · 101 à 300 [19]
4,49 · 101 à 600
2,82 · 101 à 1 000
– 0,369 7 0,580 7 1 073 à 1 473 10 2,75 · 101 à 1 300
XC 80 17,919 2 – 19,97 8,207 8 – 1,127 3 273 à 1 073 10 4,79 · 101 à 300 [19]
4,14 · 101 à 600
2,77 · 101 à 1 000
– 0,664 3 0,675 6 1 073 à 1 473 10 2,75 · 101 à 1 300
21 B 3 – 414,357 3 629,551 5 – 357,064 89,999 1 – 8,509 3 273 à 1 073 10 5,19 · 101 à 300 [18]
et 38 B 3 4,41 · 101 à 600
2,78 · 101 à 1 000
– 0,053 6 0,473 1 073 à 1 273 15 2,53 · 101 à 1 200
20 M 5 55,335 5 – 56,685 4 21,584 1 – 2,743 2 273 à 1 073 10 4,63 · 101 à 300 Mêmes valeurs pour :
et 35 M 5 4,20 · 101 à 600 20 35 MB 5, 16 20 MC 5 ; [18]
2,95 · 101 à 1 000
0,104 5 0,432 3 1 073 à 1 273 15 2,73 · 101 à 1 200
38 C 2 28,211 1 – 31,423 6 12,433 – 1,644 2 273 à 873 10 4,68 · 101 à 300 Mêmes valeurs pour : 42 C 2,
4,38 · 101 à 500 32 C 4, 38 C 4, 42 C 4 ; [18]
3,48 · 101 à 800
100 C 6 – 79,482 8 88,963 – 32,458 9 3,936 8 273 à 673 10 3,60 · 101 à 300 [18]
3,80 · 101 à 500
10 CD 9.10 22,970 9 – 25,890 6 10,389 – 1,383 9 290 à 1 080 10 3,55 · 101 à 300 [19]
3,57 · 101 à 600
2,72 · 101 à 1 000
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 15
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

Tableau 4 – Conductivité thermique des aciers (1) (suite)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Aciers C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
(K) –1
(%) (W · m · K ) –1 (K)
15 CD 4.05 22,260 8 – 24,688 1 9,854 4 – 1,312 7 290 à 1 084 10 4,17 · 101 à 300 [19]
3,84 · 101 à 600
2,77 · 101 à 1 000
10 NC 6 1,281 7 0,111 8 273 à 573 3,62 · 101 à 300 Mêmes valeurs pour : 16 NC 6,
3,83 · 101 à 500 20 NC 6 ; [18]
Z 3 CN 18.10 – 0,369 1 – 2,365 6 4,484 5 – 2,319 6 0,487 – 0,034 2 4 à 973 10 8,05 à 77 Mêmes valeurs pour :
1,50 · 101 à 300 Z 2 CN 18.10 ; [16] [18]
1,79 · 101 à 500
2,21 · 101 à 800
Z 30 C 13 – 2,27 2,701 5 – 0,491 6 273 à 1 073 10 2,54 · 101 à 300 [18]
2,76 · 101 à 600
2,57 · 101 à 1 000
– 0,282 2 0,555 7 1 073 à 1 273 15 2,68 · 101 à 1 200
Z 6 CND – 19,807 2 22,657 3 – 8,220 9 1,007 6 273 à 973 10 1,54 · 101 à 300 [18]
17.11 1,96 · 101 à 600
2,29 · 101 à 900
Acier 0,803 – 5,513 4 8,376 1 – 4,757 1,218 2 – 0,117 3 6 à 915 5 7,95 à 77 Composition pondérale :
au Cr Ni 1,46 · 101 à 300 Cr : 19 % ; Ni : 14 % ; [20]
1,94 · 101 à 600
2,30 · 101 à 900
Acier moulé 40,248 3 – 44,995 8 17,540 4 – 2,283 4 273 à 1 073 15 5,14 · 101 à 300 Conductivité
280-480-M 4,58 · 101 à 600 à 1 273 K : 27,2 W/(m · K) ; [21]
2,97 · 101 à 1 000
Acier moulé 40,809 7 – 45,729 7 17,862 6 – 2,330 9 273 à 1 073 15 5,12 · 101 à 300 Conductivité
370-650-M 4,49 · 101 à 600 à 1 273 K : 26,8 W/(m · K) ; [21]
2,82 · 101 à 1 000
Acier moulé – 2,322 8 3,110 3 – 0,611 4 373 à 1 273 15 4,27 · 101 à 400 [21]
35 CD 4 3,97 · 101 à 600
3,20 · 101 à 1 000
Acier moulé 34,717 6 – 38,966 1 15,191 6 – 1,966 5 273 à 1 073 15 3,32 · 101 à 300 Conductivité
32 NCD 14 3,54 · 101 à 600 à 1 273 K : 28,5 W/(m · K) ; [21]
2,81 · 101 à 1 000
Acier moulé 15,7 – 16,65 6,185 8 – 0,742 9 273 à 1 273 15 1,32 · 101 à 300 [21]
Z 120 M 1,81 · 101 à 600
12-M 2,31 · 101 à 1 000
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 16 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Tableau 5 – Conductivité thermique des fontes (1)

Domaine Conductivité à tempé-


Incerti- Observations
de rature
Fontes C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes et références
température
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K) bibliographiques (2)

Lamellaire – 4,925 1 5,202 – 1,020 7 370 à 770 15 5,01 · 101 à 400 Équivalent carbone :
3,8 % C 4,01 · 102 à 700 3,8 % ; [19]
Lamellaire – 5,558 3 5,736 5 – 1,129 2 370 à 770 15 5,28 · 101 à 400 Équivalent carbone :
4,8 % C 4,19 · 101 à 700 4,8 % ; [19]
Vermiculaire – 10,042 9 8,658 – 1,608 7 370 à 770 15 3,92 · 101 à 400 Équivalent carbone :
3,9 % C 3,70 · 101 à 700 3,9 % ; [19]
Vermiculaire – 4,749 2 4,967 7 – 0,965 5 370 à 770 15 4,36 · 101 à 400 Équivalent carbone :
4,1 % C 4,19 · 101 à 700 4,1 % ; [19]
GS – 10,644 2 9,070 9 – 1,689 1 370 à 770 15 3,33 · 101 à 400 [19]
3,10 · 101 à 700
Grise 1,973 3 – 0,131 7 370 à 670 15 4,27 · 101 à 400 Composition pondérale :
0,53 % Cu 4,05 · 101 à 600 C : 3,2 % ; Si : 1,5 % ;
Mn : 0,57 % ;
Cu : 0,53 % ; [22]
Grise 1,994 9 – 0,135 2 370 à 670 15 4,40 · 101 à 400 Composition pondérale :
0,99 % Cu 4,16 · 101 à 600 C : 3,18 % ; Si : 1,59 % ;
Mn : 0,58 % ;
Cu : 0,99 % ; [22]
Grise 2,086 4 – 0,170 2 370 à 670 15 4,40 · 101 à 400 Composition pondérale :
1,45 % Cu 4,11 · 101 à 600 C : 3,15 % ; Si : 1,58 % ;
Mn : 0,58 % ;
Cu : 1,45 % ; [22]
Grise 1,942 3 – 0,111 1 370 à 670 15 4,50 · 101 à 400 Composition pondérale :
0,75 % Ni 4,30 · 101 à 600 C : 3,16 % ; Si : 1,56 % ;
Mn : 0,94 % ;
Ni : 0,75 % ; [22]
Grise – 0,166 4 1,627 – 0,346 6 370 à 670 15 5,25 · 101 à 400 Composition pondérale :
0,2 % Cr 4,77 · 101 à 600 C : 3,19 % ; Si : 1,42 % ;
Mn : 0,96 % ;
Cr : 0,2 % ; [22]
Grise – 0,893 1 2,167 6 – 0,444 9 370 à 670 15 5,43 · 101 à 400 Composition pondérale :
0,39 % Cr 4,95 · 101 à 600 C : 3,17 % ; Si : 1,4 % ;
Mn : 0,97 % ;
Cr : 0,39 % ; [22]
Grise 0,484 1,038 – 0,220 2 370 à 670 15 4,94 · 101 à 400 Composition pondérale :
0,54 % Cr ; 4,66 · 101 à 600 C : 3,12 % ; Si : 2,31 % ;
0,77 % Mo Mn : 0,39 % ; Cr : 0,54 % ;
Mo : 0,77 % ; [22]
Grise 1,925 3 – 0,178 6 370 à 670 15 2,89 · 101 à 400 Composition pondérale :
Nicrosilal 2,69 · 101 à 600 C : 1,81 % ; Si : 6,42 % ;
Ni : 18,65 % ;
Cr : 2,02 % ; [22]
Grise 1,863 6 – 0,129 2 370 à 670 15 3,37 · 101 à 400 Composition pondérale :
Ni-Resist 3,20 · 101 à 600 C : 2,41 % ; Si : 1,8 % ;
Mn : 0,62 % ; Ni : 13,7 % ;
Cr : 3,37 % ;
Cu : 6,41 % ; [22]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié
sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 17
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

Tableau 6 – Conductivité thermique des alliages de nickel (1)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti- Observations
de rature
Alliages C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes et références
température
bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1)(K)
Monel 0,014 3 – 2,519 8 6,086 5 – 4,144 4 1,190 2 – 0,124 3 4 à 295 10 8,82 · 10–1 à 4 [16]
1,59 · 101 à 77
2,15 · 101 à 273
Monel – 1,028 2 0,461 2 1,498 5 – 0,760 6 0,048 8 0,018 9 4 à 300 10 4,40 à 20 [17]
écroui 1,37 · 101 à 77
2,15 · 101 à 273
Monel 0,468 1 – 4,411 8,918 3 – 6,142 1 1,861 – 0,210 3 4 à 300 10 8,56 · 10–1 à 4 [17]
recuit 1,37 · 101 à 77
2,15 · 101 à 273
Inconel – 1,442 8 1,346 2 0,173 9 – 0,112 4 4 à 300 10 2,55 · 10–1 à 4 [17]
écroui 9,14 à 77
1,75 · 101 à 273
Inconel – 0,552 2 – 0,912 6 3,057 7 – 1,614 1 0,259 2 4 à 300 10 4,88 · 10–1 à 4 [17]
recuit 1,13 · 101 à 77
1,46 · 101 à 273
Inconel – 1,497 4 1,149 0,636 4 – 0,301 1 3 à 100 10 2,29 · 10–1 à 4 [17] de 4 à 30 K ; [11] [12]
X-750 8,19 à 77 [13] [14] de 3 à 1 665 K
1,904 5 – 1,092 7 0,305 7 100 à 1 665 10 1,14 · 101 à 273
1,52 · 101 à 500
2,39 · 101 à 1 000
3,29 · 101 à 1 500
Inconel 718 – 0,729 4 – 0,602 1 2,341 1 – 1,128 4 0,119 0,017 7 à 290 10 6,62 · 10–1 à 7 Alliage de l’espace.
6,37 à 77 Composition pondérale :
1,08 · 101 à 273 Ni : 54,57 % ; Cr : 18,06 % ;
Fe : 17,08 % ; Nb + Ta :
5,12 % ; Mo : 3,18 % ;
Ti : 0,85 % ; Al : 0,44 % ;
Mn : 0,29 % ; [15]
Hastelloy X 0,110 1 – 2,812 9 5,379 4 – 3,336 2 0,887 2 – 0,084 6 à 300 10 9,50 · 10–1 à 7 Composition pondérale :
6,02 à 77 Cr : 21,06 % ; Fe : 17,58 % ;
9,76 à 273 Mo : 9,15 % ; Co : 1,45 % ;
W : 0,65 % ; C : 0,12 % ;
Si : 0,43 % ;
Mn : 0,53 % ; [15]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié
sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 18 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Tableau 7 – Conductivité thermique des alliages de titane (1)


Domaine Incerti- Conductivité à tempé-
de tudes rature Observations
Alliages C0 C1 C2 C3 C4 C5 température et références
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K) bibliographiques (2)

Titane – 3,934 3 6,021 5 – 2,749 2 0,448 8 17 à 280 10 1,72 à 20 Mn : 4,7 % ; Al : 3,99 % ;


RC 1308 5,51 à 77 C : 0,14 % ;
8,09 à 273 [11] [12] [13] [14]

Titane – 1,364 8 3,243 6 – 1,306 2 0,212 1 24 à 920 10 1,82 · 101 à 30 Composite nominale
Al V 3,39 · 101 à 77 Al : 6 % ; V : 4 % ;
7,11 · 101 à 273 [11] [12] [13] [14]
1,30 · 102 à 600
1,93 · 102 à 900
Titane – 3,208 9 3,816 4 – 1,349 4 0,195 7 25 à 920 10 3,18 à 77 [11] [12] [13] [14]
2,5 Al-16 V 8,12 à 273
1,50 · 101 à 600
2,16 · 101 à 900
Titane – 0,107 5 – 2,976 6,072 2 – 4,077 2 1,206 5 – 0,132 2 5 à 300 5 1,92 à 20 Composition pondérale :
A 110 4,34 à 77 Al : 5,5 % ; Sn : 2,5 % ;
7,64 à 273 Fe : 0,2 % ; [15]

Titane – 2,656 5 3,110 6 – 1,098 5 0,170 7 25 à 920 10 2,81 à 77 Composition pondérale :


120 VCA 7,41 à 273 V : 13,9 % ; Cr : 10,4 % ;
1,47 · 101 à 600 Fe : 0,25 % ; vieilli 60 h
à 775 K ; 4,82 g/cm3 ;
2,22 · 101 à 900 [11] [12] [13] [14]
Titane 5,109 4 – 3,285 6 0,669 5 310 à 810 10 1,20 · 101 à 310 Composition pondérale :
140 A 1,31 · 101 à 500 Fe : 2,2 % ; Cr : 2,1 % ;
1,63 · 101 à 800 Mo : 2 % ;
[11] [12] [13] [14]
Titane – 6,862 9 7,793 7 – 2,496 3 0,263 7 87 à 700 10 6,35 à 90 Composition pondérale :
150 A 1,32 · 101 à 273 Cr : 2,75 % ; Fe : 1,4 % ;
1,50 · 101 à 600 [11] [12] [13] [14]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié
sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est notée.

Tableau 8 – Conductivité thermique des alliages de zirconium (1)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Alliages C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K)
Zircaloy 4 10,491 1 – 6,492 7 1,215 1 670 à 1 790 15 7,15 · 101 à 700 Composition pondérale :
1,34 · 10 2 à 1 500 Fe : 0,23 % ; Mg : 0,16 % ;
Cr : 0,086 % ; Cu : 0,017 6 % ;
[11] [12] [13] [14]
Zircaloy 2 0,847 9 – 0,132 2 0,097 2 290 à 1 060 20 1,31 · 101 à 300 Composition pondérale :
1,70 · 101 à 600 Fe : 0,18 à 0,24 % ;
Cr : 0,07 à 0,13 % ;
2,02 · 101 à 900 [11] [12] [13] [14]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié
sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 19
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

Tableau 9 – Conductivité thermique des verres et céramiques (1)


Domaine Conductivité à tempé-
Verres Incerti-
de rature Observations et références
et C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
céramiques (K) (%) –1 –1
(W · m · K ) (K)
Alumine – 18,476 2 70,002 4 – 76,616 1 38,080 9 – 8,979 0,814 9 100 à 2 100 10 1,33 · 102 à 100 État polycristallin ; pur à 99,5 % ;
3,60 · 101 à 300 densité relative : 98 % ;
7,80 à 1 000 [11] [12] [13] [14]
5,92 à 2 000
– 39,375 2 41,470 1 – 14,043 6 1,563 9 1 000 à 2 220 5 7,38 à 1 000 Utilisé comme matériau
5,53 à 2 000 de référence ; [25]
Magnésie 0,079 1 1,151 34 4,971 3 – 3,717 3 0,596 6 1 à 35 10 6,94 · 101 à 4 Monocristal pur 99,96 % ;
3,36 · 103 à 25 [11] [12] [13] [14]
– 148,427 9 352,495 1 – 318,073 5 139,904 6 – 30,193 4 2,563 3 35 à 500 10 4,92 · 102 à 77 [11] [12] [13] [14]
5,99 · 101 à 300
3,17 · 101 à 500
Quartz – 3,356 4 9,679 9 – 14,439 4 9,937 2 – 3,069 1 0,349 9 3 à 1 400 10 1,07 · 10 –1 à 4 Fondu ; [11] [12] [13] [14]
5,27 · 10 –1 à 77
1,38 à 300
2,18 à 800
5,00 à 1 300
– 2,641 1 6,482 3 – 9,109 5 5,812 1 – 1,590 1 0,152 8 3 à 370 10 1,07 · 10 –1 à 4 Vitreux ; [11] [12] [13] [14]
5,02 · 10 –1 à 77
1,75 à 300
– 1,677 3 1,626 3 – 0,411 9 – 0,414 8 – 0,056 6 0,134 8 0,2 à 10 5 1,16 · 10 –1 à 4 Souvent cité comme
– 8,059 2 25,812 1 – 35,210 5 22,766 2 – 6,906 7 0,798 2 10 à 300 5 5,86 · 10 –1 à 77 référence ; [24] [26]
1,84 à 300
Quartz alpha 1,057 5 2,987 9 – 0,259 3 – 0,520 5 – 0,029 1 0,023 4 0,3 à 11 10 4,43 · 102 à 4 Parallèle à c ; [24]
79,221 4 – 374,221 2 695,214 9 – 616,405 7 263,080 6 – 43,611 3 11 à 40 10 2,03 · 103 à 12
6,287 8 – 3,580 2 0,783 7 – 0,078 2 40 à 325 10 6,28 · 101 à 77
1,10 · 101 à 300
Oxyde 1 999,904 8 – 2 529,266 4 1 199,510 6 – 252,682 5 19,942 6 1 000 à 2 400 5 4,21 à 1 000 Utilisé comme matériau
de thorium 2,39 à 2 000 de référence ; [25]
Oxyde – 31,888 5 37,642 6 – 14,128 2 1,728 250 à 1 400 10 8,51 à 300 Polycristallin, pur à 99,5 % ;
de titane 3,97 à 800 densité relative 98 % ;
3,23 à 1 300 [11] [12] [13] [14]
– 4,274 4 15,337 3 – 8,795 8 1,010 8 5 à 30 10 9,82 · 101 à 4 Rutile monocristallin parallèle
2,01 · 103 à 12 à c, pur à 99,997 % ;
28,686 7 – 40,971 4 23,122 8 – 5,805 4 0,536 30 à 400 10 3,15 · 101 à 77 [11] [12] [13] [14]
1,05 · 101 à 300
14,464 3 – 57,896 9 95,151 4 – 62,971 6 14,426 3 5 à 30 10 1,78 · 102 à 4 Rutile monocristallin perpendi-
1,66 · 103 à 12 culaire à c, pur à 99,997 % ;
29,887 9 – 44,346 4 26,029 3 – 6,857 3 0,673 1 30 à 400 10 2,24 · 101 à 77 [11] [12] [13] [14]
7,39 à 300
Oxyde – 0,452 6 0,330 4 – 0,026 7 390 à 1 770 15 1,68 à 400 Masse volumique : 5,35 g/cm3 ;
de zirconium 1,99 à 1 000 porosité : 2,37 % ;
2,15 à 1 600 [11] [12] [13] [14]
Nitrure 3,564 8 – 1,032 6 0,094 5 470 à 1 070 10 2,93 · 101 à 500 Composition pondérale :
d’aluminium 2,08 · 101 à 1 000 Al : 64,8 % ; N : 32,8 % ; C : 0,2 % ;
Si : 0,4 % ; Fe : 0,1 % ;
[11] [12] [13] [14]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée. a, b, c directions cristallographiques.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 20 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Tableau 9 – Conductivité thermique des verres et céramiques (1) (suite)


Domaine Conductivité à tempé-
Verres Incerti-
de rature Observations et références
et C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
céramiques (K) (%) –1 –1
(W · m · K ) (K)
Nitrure – 0,004 5 0,446 9 – 0,148 3 80 à 780 10 1,56 à 300 Parallèle à c ; [27]
de bore 1,24 à 600
627,702 3 – 1 276,312 1 034,044 – 415,980 8 83,161 5 – 6,616 6 100 à 780 10 2,24 · 102 à 300 Parallèle à a ; [27]
1,48 · 102 à 600
Nitrure – 1,120 2 1,677 2 – 0,275 1 480 à 1 830 10 2,53 · 101 à 500 Composition pondérale :
de titane 2,73 · 101 à 1 000 Ti : 77,9 % ; N : 17,9 % ; 3
2,70 · 101 à 1 500 masse volumique : 4,78 g/cm ;
porosité 12 % ; [11] [12] [13]
[14]
162,348 7 – 305,676 9 204,886 1 – 58,497 6 6,061 4 370 à 1 200 10 2,30 · 101 à 500 Composition pondérale :
6,78 à 1 000 Ti : 77,5 % ; N : 18 % ; Ca : 1 % ;
C : 0,3 % ; SiO2 : 0,1 % ;
porosité 19 % ; [11] [12] [13]
[14]
Carbure – 0,607 9 3,792 1 – 2,159 2 3,192 8 – 2,015 6 0,370 1 3 à 300 15 2,26 · 101 à 4 Monocristal transparent de
de silicium 4,09 · 103 à 77 type n ; [11] [12] [13] [14]
4,94 · 102 à 300
Carbure 3 622,705 – 5 145,632 5 2 738,985 2 – 647,142 4 57,246 6 470 à 1 270 10 2,07 · 101 à 500 Masse volumique 4,63 g/cm3 ;
de titane 1,04 · 101 à 800 [11] [12] [13] [14]
5,14 à 1 200
– 2,867 1 2,592 2 – 0,368 8 710 à 2 330 15 3,55 · 101 à 800 Composition pondérale :
4,15 · 101 à 1 200 Ti : 80,3 % ; C : 19,3 % ; 3
4,69 · 101 à 2 000 masse volumique 4,77 g/cm ;
[11] [12] [13] [14]
Cordiérite – 0,215 3 0,345 7 – 0,078 3 170 à 970 10 1,45 à 300 Composition pondérale :
1,38 à 600 Al2O3 : 34,5 % ; MgO : 7,5 % ;
1,33 à 900 SiO2 : 58 % ;
masse volumique 1,985 g/cm3 ;
porosité : 0,24 % ; [33]
Mullite 4,270 4 – 2,214 5 0,326 7 370 à 1 470 10 5,25 à 400 Composition pondérale :
3,93 à 800 Al2O3 : 69 % ; SiO2 : 31,9 % ;
3
3,54 à 1 200 masse volumique 2,79 g/cm ;
porosité : 11,4 % ; [11] [12] [13]
[14]
5,733 1 – 3,345 8 0,527 4 470 à 1 470 10 3,51 à 500 Composition pondérale :
2,92 à 800 Al2O3 : 69 % ; SiO2 : 31,9 % ;
3
2,70 à 1 200 masse volumique 2,21 g/cm ;
porosité 29,8 % ; [11] [12] [13]
[14]
Pyrex – 1,795 7 1,413 7 1,286 8 – 4,212 4 3,043 6 – 0,669 2 1 à 75 10 8,90 · 10 –2 à 4 [16]
5,26 · 10 –1 à 75
– 11,183 3 12,707 1 – 4,945 3 0,663 7 100 à 800 10 1,09 à 300 Composition pondérale :
1,52 à 600 SiO2 : 81 % ; B2O3 : 12,5 % ;
Na2O : 4,5 % ; Al2O3 : 2 % ;
masse volumique : 2,225 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
Pyroceram – 273,757 4 527,965 9 – 403,013 4 152,776 5 – 28,794 7 2,159 9 100 à 1 400 10 3,98 à 300 [11] [12] [13] [14]
3,11 à 800
2,85 à 1 200
SIL 30 – 1,732 7 0,491 473 à 1 473 20 3,91 · 10 –1 à 500 Composition pondérale :
5,22 · 10 –1 à 900 Al2O3 : 0,7 à 1,3 % ; SiO2 : 90
6,26 · 10 –1 à 1 300 à 95 % ; Fe2O3 : 0,2 à 0,3 % ;
masse volumique : 0,95 g/cm3 ;
AFNOR 160 L ; [28]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée. a, b, c directions cristallographiques.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 21
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

Tableau 9 – Conductivité thermique des verres et céramiques (1) (suite)


Domaine Conductivité à tempé-
Verres Incerti-
de rature Observations et références
et C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
céramiques (K) (%) –1 –1
(W · m · K ) (K)
Coranit 321,794 6 – 325,640 6 109,947 1 – 12,364 3 473 à 1 273 20 5,19 à 500 Composition pondérale :
3,54 à 900 Al2O3 : 89 % ; masse volumique :
3,65 à 1 200 3,12 g/cm3 ; [29]
Scanit 4,391 8 – 1,728 8 0,222 2 293 à 1 273 20 2,97 · 101 à 300 Composition pondérale :
1,76 · 101 à 800 SiC : 85 % ; masse volumique :
3
1,50 · 101 à 1 200 2,71 g/cm ; [29]
MS 6 – 23,895 6 27,337 6 – 10,155 8 1,242 4 473 à 1 673 20 2,16 à 500 Composition pondérale :
1,82 à 1 000 Al2O3 : 60 % ; masse volumique :
1,95 à 1 500 2,53 g/cm3 ; [29]
MS 4 – 238,028 228,515 7 – 73,002 3 7,771 6 873 à 1 673 20 2,15 à 1 000 Composition pondérale :
2,18 à 1 500 Al2O3 : 70 % ; masse volumique :
2,5 g/cm3 ; [29]
MS 2R – 10,306 5 14,951 8 – 6,347 7 0,855 1 473 à 1 673 20 4,17 à 500 Composition pondérale :
3,22 à 1 000 Al2O3 : 89 % ; masse volumique
3,51 à 1 500 3,05 g/cm3 ; [29]
Kerlane 45 – 25,047 3 14,316 3 – 2,083 2 670 à 1 270 20 6,63 · 10 –2 à 700 Composition pondérale :
1,92 · 10 –1 à 1 200 Al2O3 : 47 % ; SiO2 : 52 % ;
fibre en vrac ; masse volumique :
0,16 g/cm3 ; [30]
Zirlane 100 2,717 6 – 4,094 8 0,983 1 670 à 1 470 20 1,06 · 10 –1 à 700 Composition pondérale :
2,69 · 10 –1 à 1 200 Al2O3 : 38 % ; SiO2 : 46 % ;
ZrO2 : 15 % ; fibre en vrac ;
masse volumique :
0,1 g/cm3 ; [30]
Zirlane 160 – 6,896 5 1,969 9 0,014 1 670 à 1 470 20 6,64 · 10 –2 à 700 Composition pondérale :
2,01 · 10 –1 à 1 200 Al2O3 : 38 % ; SiO2 : 46 % ;
ZrO2 : 15 % ; fibre en vrac ;
masse volumique :
0,16 g/cm3 ; [30]
Kerlane 45 6,105 2 – 6,268 1,315 6 670 à 1 270 20 8,34 · 10 –2 à 700 Composition pondérale :
1,90 · 10 –1 à 1 200 Al2O3 : 47 % ; SiO2 : 52 % ;
en nappe ; masse volumique :
0,16 g/cm3 ; [30]
Zirlane 160 – 153,553 3 156,725 9 – 54,117 4 6,280 3 670 à 1 470 20 8,40 · 10 –2 à 700 Composition pondérale :
1,91 · 10 –1 à 1 200 Al2O3 : 38 % ; SiO2 : 46 % ;
ZrO2 : 15 % ; fibre en vrac ;
masse volumique :
0,16 g/cm3 ; [30]
Keranap 50 36,154 3 – 26,467 4 4,707 9 670 à 1 470 20 9,13 · 10 –2 à 700 Composition pondérale :
1,97 · 10 –1 à 1 200 Al2O3 : 48 % ; SiO2 : 50 % ;
panneau rigide ; masse
volumique : 0,26 g/cm3 ; [30]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée. a, b, c directions cristallographiques.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 22 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Tableau 10 – Conductivité thermique des polymères (1)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Polymères C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K)
PVC – 1,894 1,096 3 – 1,963 8 2,208 3 – 0,988 5 0,151 1,5 à 310 10 2,62 · 10 –2 à 4 [23]
1,26 · 10 –1 à 77
1,59 · 10 –1 à 300
Polystyrène – 12,154 7 8,424 6 – 1,571 250 à 300 10 1,19 · 10 –1 à 300 Masse molaire : 3 650 g/mol ;
masse volumique : 1,087 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
Poly- – 2,585 7 0,983 3 0,203 6 0,126 8 – 0,227 7 0,052 8 1,5 à 320 10 1,21 · 10 –2 à 4 [23]
propylène 1,67 · 10 –1 à 77
isotactique 2,39 · 10 –1 à 300
Poly- – 3,110 4 1,770 4 – 0,326 9 95 à 255 10 1,33 · 10 –1 à 100 [24]
propylène 1,80 · 10 –1 à 250
atactique
Polyoxy- – 2,372 4 1,885 9 – 1,846 4 2,337 4 – 1,230 4 0,208 3 2 à 290 10 2,88 · 10 –2 à 4 [23]
méthylène 5,02 · 10 –1 à 77
3,93 · 10 –1 à 273
Polyméthyl- – 1,609 7 1,265 8 – 0,907 3 – 0,398 1 0,363 6 0,095 7 0,2 à 10 10 6,19 · 10 –2 à 4 [24]
méthacrylate – 0,328 4 – 2,073 1 1,512 4 – 0,295 9 10 à 310 10 1,43 · 10 –1 à 77
2,08 · 10 –1 à 300
Poly- – 1,735 4 0,767 9 – 0,703 2 0,293 3 1,5 à 40 10 3,44 · 10 –2 à 4 [24]
éthylène – 1,241 4 0,232 5 90 à 330 10 1,63 · 10 –1 à 90
téréphtalate 2,16 · 10 –1 à 300
Polyéthyl- – 1,412 8 0,280 6 97 à 330 10 1,41 · 10 –1 à 100 [24]
méthacrylate 1,92 · 10 –1 à 300
Poly- – 1,799 7 1,165 6 – 2,198 9 2,229 7 – 0,913 9 0,131 8 1,5 à 330 10 3,03 · 10 –2 à 4 [24]
carbonate 1,31 · 10 –1 à 77
2,34 · 10 –1 à 300
Poly n butyl 3,775 3 – 6,547 9 3,040 2 – 0,456 1 90 à 300 10 1,55 · 10 –1 à 100 [24]
méthacrylate 1,90 · 10 –1 à 300
Nylon – 2,054 7 – 0,936 3 2,490 5 – 0,93 – 0,012 6 0,034 8 4 à 300 10 1,21 · 10 –2 à 4 [17]
2,95 · 10 –1 à 77
3,49 · 10 –1 à 300
Teflon – 2,342 2,728 3 – 2,543 8 1,616 4 – 0,549 8 0,072 3 4 à 300 10 4,62 · 10 –2 à 4 [17]
2,33 · 10 –1 à 77
2,62 · 10 –1 à 300
Caoutchouc – 8,055 2 2,979 5 110 à 265 10 1,38 · 10 –2 à 120 [11] [12] [13] [14]
vulcanisé 1,23 · 10 –1 à 250
Caoutchouc – 2,661 3 0,737 7 125 à 301 20 5,37 · 10 –2 à 77 Composition pondérale :
élastomère 1,47 · 10 –1 à 300 latex pur : 87,64 % ; S : 2,4 % ;
ZnO : 2,61 % ; Captax : 0,79 % ;
non tendu ; [11] [12] [13] [14]
Mousse de – 31,99 21,400 3 – 3,651 330 à 640 20 6,66 · 10 –2 à 350 Résine silicone R 7002 ;
caoutchouc 1,92 · 10 –1 à 600 masse volumique : 0,186 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
Caoutchouc – 1,269 7 0,361 – 0,067 2 90 à 200 10 1,53 · 10 –1 à 100 [24]
1,59 · 10 –1 à 180
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 23
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

Tableau 11 – Conductivité thermique des composites (1)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Composites C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K)
Fibre de – 1,800 7 2,142 2 – 2,287 5 1,320 8 – 0,323 1 0,025 4 2 à 440 15 8,08 · 10 –2 à 4 Fraction volumique de fibre :
verre 3,03 · 10 –1 à 77 61 % ; résine époxyde ;
5,61 · 10 –1 à 300 tissus de verre R ; fourni
par Ferrozell (HgW2372) ; [31]
5,98 · 10 –1 à 440
– 1,758 3 0,728 6 1,078 2 – 1,088 8 0,328 3 – 0,027 5 2 à 440 15 7,49 · 10 –2 à 4 Fraction volumique de fibre :
4,41 · 10 –1 à 77 72 % ; résine Lekutherm E270 ;
8,11 · 10 –1 à 300 durcisseur T3 ; fibre de verre E ;
fourni par Bayer ; [31]
1,18 à 440
– 1,843 2 0,889 9 0,911 1 – 1,620 5 0,833 – 0,137 8 2 à 400 15 5,86 · 10 –2 à 4 Fraction volumique de fibre :
2,86 · 10 –1 à 77 78 % ; résine polyester
6,79 · 10 –1 à 300 Leguval W 45 ; fibre de verre E ;
fourni par Bayer ; [31]
6,93 · 10 –1 à 400
– 1,714 9 1,253 1 – 0,266 4 – 0,618 5 0,458 9 – 0,083 1 2 à 400 15 7,27 · 10 –2 à 4 Fraction volumique de fibre :
2,37 · 10 –1 à 77 60 % ; résine CIBA
7,61 · 10 –1 à 300 CY209-HT972 ; enroulement
filamentaire ;
9,33 · 10 –1 à 400 fibre de verre E ;
fourni par Dornier ; [31]
Résine 2,928 1 – 3,436 9 0,808 9 175 à 270 15 2,26 · 10 –1 à 270 Résine pure DX 210, durcisseur
BF3 400, utilisée dans les onze
composites ci-dessous ; [44]
Fibre de – 0,612 2 0,292 9 180 à 270 15 1,26 à 270 Fibres parallèles, fraction
Kevlar 49 volumique 64,4 % ; conductivité
parallèle aux fibres ; [43]
– 0,540 6 0,241 1 180 à 270 15 1,11 à 270 Fibres croisées à 45o, fraction
volumique 64,9 % ; conductivité
suivant la bissectrice
des fibres ; [43]
0,688 8 0,249 9 180 à 270 15 1,98 · 101 à 270 Fibres croisées à 90o, fraction
volumique 57,8 % ; conductivité
suivant la bissectrice
des fibres ; [43]
– 0,705 6 0,250 3 180 à 270 15 8,00 · 10 –1 à 270 Fibres croisées à 90o, fraction
volumique 67,6 % ; conductivité
parallèle à la chaîne ; [43]
– 0,654 6 0,229 8 180 à 270 15 8,02 · 10 –1 à 270 Fibres croisées à 90o, fraction
volumique 67,6 % ; conductivité
parallèle à la trame ; [43]
Fibre – 8,303 4 7,356 9 – 1,333 3 90 à 270 15 5,04 · 101 à 270 Fibres HMS parallèles, fraction
de carbone volumique : 60,7 % ;
conductivité parallèle aux
fibres ; [44]
– 272,083 342,437 2 – 143,652 5 20,097 5 175 à 270 15 1,46 à 270 Fibres HMS parallèles, fraction
volumique : 57,9 % ;
conductivité perpendiculaire
aux fibres ; [44]
– 8,071 6 6,820 5 – 1,211 5 80 à 270 15 2,24 · 101 à 270 Fibres HMS croisées à 90o,
fraction volumique : 55,7 % ;
conductivité parallèle
à une direction de fibres ; [44]
– 4,917 4 3,634 6 – 0,499 2 80 à 270 15 9,30 à 270 Fibres HTS parallèles, fraction
volumique : 58,4 % ;
conductivité parallèle aux
fibres ; [44]
– 2,284 6 0,888 1 175 à 270 15 7,49 · 10 –1 à 270 Fibres HTS parallèles, fraction
volumique : 59,1 % ;
conductivité perpendiculaire
aux fibres ; [44]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 24 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Tableau 11 – Conductivité thermique des composites (1) (suite)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Composites C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K)
Fibre – 6,417 7 4,868 5 – 0,790 8 80 à 270 15 5,55 à 270 Fibres HMS croisées à 90o,
de carbone fraction volumique : 62,1 % ;
(suite) conductivité parallèle
à une direction de fibres ; [44]
– 2,025 9 1,832 – 2,828 8 2,449 8 – 0,801 1 0,087 9 2 à 460 15 3,08 · 10–2 à 4 Taux de fibre : 55 %, résine CIBA
5,81 · 10–1 à 77 CY209-HT972 ; enroulement
2,67 à 300 filamentaire ; fibre de carbone
C ; fourni par Dornier ; [31]
3,40 à 440
Fibre 3,010 8 – 0,364 4 430 à 770 15 1,11 · 102 à 450 Fraction volumique de fibre :
de carbone 9,42 · 101 à 700 50,4 % ; masse volumique
à matrice du composite : 0,217 g/cm3 ;
d’aluminium élaboré par pression uniaxiale à
630 oC ; mesure perpendiculaire
à la pression
d’élaboration ; [32]
2,583 8 – 0,110 5 420 à 750 15 1,95 · 102 à 450 Fraction volumique de fibre :
1,86 · 102 à 700 24,4 % ; masse volumique
du composite : 0,253 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale à
630 oC ; mesure perpendiculaire
à la pression
d’élaboration ; [32]
– 1,793 3 3,141 1 – 0,600 6 420 à 770 15 2,05 · 101 à 450 Fraction volumique de fibre :
1,91 · 102 à 700 15,5 % ; masse volumique
du composite : 0,260 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale à
630 oC ; mesure perpendiculaire
à la pression
d’élaboration ; [32]
Fibre 11,274 4 – 6,340 6 1,107 4 370 à 970 15 1,88 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
de carbone 1,61 · 102 à 600 44,6 % ; masse volumique
à matrice 1,61 · 102 à 900 du composite : 0,573 g/cm3 ;
de cuivre élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure perpendicu-
laire à la pression
d’élaboration ; [32]
2,420 9 – 0,051 370 à 970 15 1,94 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
1,90 · 102 à 600 36,5 % ; masse volumique
1,86 · 102 à 900 du composite : 0,635 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure perpendicu-
laire à la pression
d’élaboration ; [32]
2,687 5 – 0,107 5 370 à 970 15 2,56 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
2,45 · 102 à 600 27,4 % ; masse volumique
2,34 · 102 à 900 du composite : 0,704 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure perpendicu-
laire à la pression
d’élaboration ; [32]
2,483 5 – 0,016 4 370 à 970 15 2,76 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
2,74 · 102 à 600 18,3 % ; masse volumique
2,72 · 102 à 900 du composite : 0,767 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure perpendicu-
laire à la pression
d’élaboration ; [32]
2,509 7 – 0,013 7 370 à 970 15 2,98 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
2,96 · 102 à 600 9,4 % ; masse volumique
2,95 · 102 à 900 du composite : 0,829 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure perpendicu-
laire à la pression
d’élaboration ; [32]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 25
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

Tableau 11 – Conductivité thermique des composites (1) (suite)


Domaine Conductivité à tempé-
Incerti-
de rature Observations et références
Composites C0 C1 C2 C3 C4 C5 tudes
température bibliographiques (2)
(K) (%) (W · m –1 · K –1) (K)
Fibre – 3,32 3,647 1 – 0,635 3 390 à 970 15 7,39 · 101 à 400 Fraction volumique de fibre :
de carbone 8,11 · 101 à 600 44,6 % ; masse volumique
à matrice 8,12 · 101 à 900 du composite : 0,573 g/cm3 ;
de cuivre élaboré par pression uniaxiale
(suite) à 1 050 oC ; mesure parallèle
à la pression
d’élaboration ; [32]
1,058 0,668 7 – 0,110 4 390 à 970 15 1,12 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
1,16 · 102 à 600 36,5 % ; masse volumique
1,17 · 102 à 900 du composite : 0,635 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure parallèle
à la pression
d’élaboration ; [32]
2,016 2 0,084 3 400 à 970 15 1,72 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
1,78 · 102 à 600 27,4 % ; masse volumique
1,84 · 102 à 900 du composite : 0,704 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure parallèle
à la pression
d’élaboration ; [32]
1,920 7 0,160 4 450 à 970 15 2,22 · 102 à 450 Fraction volumique de fibre :
2,32 · 102 à 600 18,3 % ; masse volumique
2,48 · 102 à 900 du composite : 0,767 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure parallèle
à la pression
d’élaboration ; [32]
0,986 9 0,93 – 0,147 4 370 à 970 15 2,56 · 102 à 400 Fraction volumique de fibre :
2,71 · 102 à 600 9,4 % ; masse volumique
2,80 · 102 à 900 du composite : 0,829 g/cm3 ;
élaboré par pression uniaxiale
à 1 050 oC ; mesure parallèle
à la pression
d’élaboration ; [32]
Nids – 1 332,327 8 1 583,184 7 – 627,571 7 82,900 2 340 à 500 20 4,21 · 10–2 à 400 Nids d’abeilles phénolique,
d’abeilles épaisseur : 9 mm ; faces en
tissu de verre et polyester ;
masse volumique 0,159 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
2,583 1 – 4,51 1,212 4 230 à 540 20 7,09 · 10–2 à 300 Nids d’abeilles polyester,
1,75 · 10–1 à 500 épaisseur : 15,6 mm ; faces
en tissu de verre et polyester ;
masse volumique : 0,144 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
38,95 – 31,162 4 6,152 5 330 à 530 20 3,31 · 10–1 à 400 Acier inoxydable collé ;
épaisseur : 15,6 mm ; masse
volumique : 0,104 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
– 594,361 3 694,801 3 – 271,173 1 35,292 7 220 à 580 20 1,73 · 10–1 à 300 Acier inoxydable brasé,
2,60 · 10–1 à 500 cellules : 9,7 mm ; épaisseurs :
parois 0,04 mm, faces 0,08 mm ;
épaisseur : 15,6 mm ;
[11] [12] [13] [14]
– 165,493 3 185,121 1 – 69,187 8 8,634 7 230 à 480 20 5,97 · 10–1 à 300 Alliage d’aluminium 2024 T3,
épaisseur : 15,6 mm ; masse
volumique : 0,068 9 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
– 12,741 9 7,731 5 – 1,221 1 230 à 540 20 8,26 · 10–2 à 300 Nids d’abeilles phénolique,
1,70 · 10–1 à 500 épaisseur : 15,6 mm ; faces
alliage d’aluminium 2024 T3 ;
masse volumique : 0,144 g/cm3 ;
[11] [12] [13] [14]
(1) Les coefficients polynomiaux sont définis au paragraphe 2.
(2) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié sauf si, à partir d’une autre
température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 26 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Tableau 12 – Conductivité thermique des aliments


Fraction massique Conductivité
Température Observations et références
Aliments d’eau thermique
bibliographiques (1)
(K) (%) (W · m–1 · K –1)
Blé 305 14,7 0,16 Masse volumique : 0,75 g/cm3 ; [35]
Carotte 257 0,67 Masse volumique : 0,6 g/cm3 ; en morceau,
en tranche et ébouillantée ; [35]
Jus de pomme 293 87 0,56 [35]
353 87 0,63
293 70 0,50
353 70 0,56
Pomme 280 0,42 Fruit entier ; [35]
Citron 300 0,44 [35]
Orange 300 0,49 [35]
Viande de bœuf maigre 276 74 0,47 3 à 4 % de matières grasses ; [35]
258 74 1,12
Bœuf séché 308 0,065 [35]
Agneau 293 72 0,46 8,7 % de matières grasses ; [35]
258 72 1,12
Porc maigre 277 72 0,48 6,1 % de matières grasses ; [35]
258 72 1,49
Veau 293 75 0,47 2,1 % de matières grasses ; [35]
258 75 1,38
Blanc d’œuf 309 88 0,56 [35]
Saumon 278 73 0,50 5,4 % de matières grasses ; [35]
258 73 1,13
Beurre 277 0,2 [35]
Lait entier 275 83 0,52 3,6 % de matières grasses ; [35]
293 83 0,55
323 83 0,59
353 83 0,61
Solution sucrée 273 90 0,53 Canne ou betterave ; [35]
293 90 0,57
323 90 0,61
353 90 0,64
Huile d’olive 305 0,168 [35]
340 0,166
424 0,16
458 0,156
Pâte de blé dur 293 30 % (volumique) 0,36 [36]
293 40 % (volumique) 0,38
Saccharose 293 0 0,3 [37] [38] [46]
293 10 0,5
293 50 0,4
243 10 1,8
243 50 0,8
Amidon 293 0 0,34 [37] [38]
Ovalbumine 293 0 0,22 [37] [38]
Gélatine 293 0 0,33 [37] [38]
(1) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié
sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 27
CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES __________________________________________________________________________________________________

Tableau 13 – Conductivité thermique des matériaux du bâtiment


Masse volumique Conductivité
sèche thermique Observations et références[34]
Matériaux
Incertitudes 20 % (1)
(103 kg/m3 ) (W · m–1 · K –1)
Granite 2,5 à 3 3,5
Gneiss 2,4 à 2,7 3,5
Basalte 2,8 à 3 3,5
Lave 2,1 à 2,4 2,9
Ardoise 2,7 2,1
Marbre > à 2,59 2,9
Pierre dure calcaire 2,35 à 2,58 2,2 Grès de même conductivité à masse volumique comparable
Pierre ferme calcaire 2,16 à 2,34 1,7 Meulière de même conductivité à masse volumique comparable
Pierre tendre 1,65 à 1,84 1,05
Terre cuite 1,7 à 2,1 1 à 1,35
Béton plein 2,2 à 2,4 1,75 Bétons de granulats lourds siliceux, silico-calcaires et calcaires
2,2 à 2,4 1,4 Bétons de granulats lourds de laitier de hauts fourneaux
de Lorraine
Béton caverneux 1,7 à 2,1 1,4 Bétons de granulats lourds siliceux, silico-calcaires et calcaires
1,6 à 2 0,7 Moins de 10 % de sable de rivière
Béton de pouzzolane 1 à 1,2 0,44 Sans éléments fins ni sable
Béton de ponce naturelle 0,95 à 1,15 0,46
Béton de perlite ou de vermiculite 0,4 à 0,6 0,24 Dosage 6/1 coulé en place
Béton cellulaire 0,775 à 0,825 0,33 Traité à l’autoclave
0,575 à 0,625 0,22
Béton 0,375 à 0,425 0,16 Traité à l’autoclave
Amiante-ciment 1,8 à 2,2 0,95
Amiante-ciment cellulose 1,4 à 1,8 0,46
Plâtre 1,1 à 1,3 0,5 Haute dureté
Plâtre courant 0,75 à 1 0,35 Plâtre d’enduit intérieur
Feuillus mi-lourds 0,6 à 0,75 0,23 Chêne, hêtre, frêne, etc. et résineux très lourds : pitchpin
Feuillus légers 0,45 à 0,6 0,15 Tilleul, bouleau, érable, etc. et résineux mi-lourds :
pins sylvestre et maritime
Feuillus très légers 0,3 à 0,45 0,12 Peuplier, okoumé
Balsa 0,06 à 0,12 0,05
Panneaux de particules de bois 0,65 à 0,75 0,17
pressés à plat 0,36 à 0,44 0,1
Panneaux contreplaqués et lattés 0,45 à 0,55 0,15 Pins maritimes ou d’Orégon
0,35 à 0,45 0,12 Okoumé ou peuplier
Liège 0,5 0,1 Comprimé
0,1 à 0,15 0,043 Expansé pur
0,15 à 0,25 0,048 Expansé aggloméré au brai ou aux résines synthétiques
Paille comprimée 0,3 à 0,4 0,12
Polystyrène expansé 0,009 à 0,013 0,044 Classe 1, norme NF T 56-201
0,016 à 0,02 0,039 Classe 3, norme NF T 56-201
0,025 à 0,035 0,037 Classe 5, norme NF T 56-201
Polyuréthane 0,03 à 0,04 0,029 Expansé en continu
Asphalte pur 2,1 0,7
Asphalte sablé 2,1 1,15
Bitume 1 à 1,1 0,23 Carton feutre et chape souple imprégnée
Verre 2,7 1,5
Verre cellulaire 0,12 à 0,13 0,05
0,13 à 0,14 0,055
0,14 à 0,18 0,063
(1) Pour un élément donné, les observations notées sur la première ligne (ou l’une des premières) sont valables pour tout le domaine de température étudié
sauf si, à partir d’une autre température, une autre observation est notée.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
K 420 − 28 © Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques
__________________________________________________________________________________________________ CONDUCTIVITÉ THERMIQUE DES SOLIDES

Références bibliographiques

[1] MATHIEU (J.P.), KASTLER (A.) et FLEURY (P.). [16] SCOTT (R.B.). – Cryogenic engineering. D. Van [34] Documents Techniques Unifiés (DTU). Règles
– Dictionnaire de la physique. 2e éd. Masson Nostrand Company Inc. 358 p. (1963). Th-K 77. Règles de calcul des caractéristiques
Eyrolles (1985). [17] CONTE (R.R.). – Éléments de cryogénie. thermiques utiles des parois de construction.
[2] MISSENARD (A.). – Conductivités thermiques Masson et Cie, 323 p. (1970). Centre Scientifique et Technique du Bâtiment,
des solides, liquides, gaz et de leurs mélanges. Paris, 265 p. (1977).
[18] OTUA. Données physiques sur quelques
Eyrolles (1965). aciers d’utilisation courante (1983). [35] ASHRAE. Handbook of fundamentals. –
[3] KLEMENS (P.G.). – Solid state physics. p. 1, F. chap. 29 : thermal properties of foods,
[19] Metals Handbook. Properties and selection :
Seitz et D. Turnbull (éd.), vol. 7, Academic p. 29.1-29.20. American Society of Heating,
iron, steels and high performance alloys.
Press New York (1957). Refrigerating and Conditioning Engineer Inc.,
Vol. 1, ASM International, 10e éd., 1 063 p.
New York (1977).
[4] TYE (R.P.). – Thermal conductivity. R.P. Tye (1990).
(éd.) vol. 1, Academic Press Londres New York [36] ANDRIEU (J.), GONNET (E.) et LAURENT (M.).
[20] FITZER (E.). – Thermophysical properties of
(1969). – Thermal conductivity and diffusivity of
solid materials. Project section II. Cooperative
extruded Durum wheat pasta. Food SC. and
[5] BATCHELOR (G.K.) et O’BRIEN (R.W. et F.R.S.). measurements on heat transport phenomena
Tech. vol. 22, p. 6-10 (1989).
– Thermal or electrical conduction through a of solid materials at high temperature. Agard
granular material. Proc. R. Soc. Lond. Advisory report no R-606, NATO (1973). [37] ANDRIEU (J.), GONNET (E.) et LAURENT (M.).
vol. A. 355, p. 313-333 (1977). – Intrinsic thermal conductivity of basic food
[21] APAM. Communication privée.
c o n p o n e n t s . H i g h Te m p e r a t u r e - H i g h
[6] PRAKOURAS (A.G.), VACHON (R.I.), CRANE [22] GUNDLACH (R.B.). – The effects of alloying Pressure, vol. 19, p. 323-30 (1987).
(R.A.) et KHADER (M.S.). – Thermal elements on the elevated temperature
conductivity of heterogenous mixtures, [38] RENAUD (T.), BRIERY (P.), ANDRIEU (J.) et
properties of gray irons. AFS Transactions
vol. 21, p. 1157-66 (1978). LAURENT (M.). – Thermal properties of model
(1983).
foods in frozen state. J. of Food Eng. vol. 15,
[7] MAXWELL (J.C.). – A Treatise on electricity [23] CHOY (C.L.) et GREIG (D.). – The low tempera- p. 83-97 (1992).
and magnetism, vol. 1, 440 p., 3e éd. Oxford ture thermal conductivity of isotropic and
University Press Londres (1892). [39] SHANKS (H.R.), KLEIN (A.H.) et DANIELSON
oriented polymers. J. Phys. C/Solid State Phys.
(G.C.). – Thermal conductivity of Armco iron.
[8] LAURENT (M.). – Étude comparative et vol. 10, p. 169-179 (1977).
J. Appl. Phys. vol. 38, no 7, p. 2885-92 (1967).
critique de quelques méthodes de détermina- [24] CHOY (C.L.). – Thermal conductivity of poly-
tion des caractéristiques thermophysiques [40] VUILLERMOZ (P.L.) et PINARD (P.). – Conducti-
mers. Polymer, vol. 18, p. 983-1004 (1977).
des solides conducteurs de la chaleur. Revue vité thermique du fer à basses températures.
[25] MINGES (M.L.). – Evaluation of selected refrac- CRAS vol. 227 B, p. 493-95 (1973).
Gén. de Therm. vol. 20, no 238, p. 701-18
tories as high temperature thermophysical
(1981). [41] HUST (J.G.), POWEL (R.L.) et WEITZEL (D.H.).
property calibration materials. AD-AO 16472,
[9] HLADIK (J.). – Métrologie des propriétés – Thermal conductivity standard reference
NTIS National Technical Information Service,
thermophysiques des matériaux. Collection materials from 4 to 300 K. I Armco Iron. J.
US Department of commerce (1975).
Mesures Physiques, Masson, 349 p. (1990). Res. NBS, vol. 74 A, p. 673-90 (1970).
[26] ZELLER (R.C.) et POHL (R.O.). – Thermal
[10] MAGLIC (K.D.). – Compendium of thermo- [42] TAYLOR (R.). – Thermophysical properties.
c o n d u c t i v i t y a n d s p e c i fi c h e a t o f
physical property measurement methods. International Encyclopedia of Composites,
noncrystalline solids. Phys. Rev. (B), vol. 4,
K.D. Maglic, A. Cezairlyan, V.E. Peletsky (éd.) vol. 5, p. 530-48, M. Stuart, M. Lee éd.
p. 2029-31 (1971).
vol. 1 (1985). [43] HARRIS (J.P.), YATES (B.), BATCHELOR (J.) et
[27] PARROTT (J.E.) et STUCKES (A.D.). – Thermal
[11] TOULOUKIAN (Y.S.). – Thermal conductivity : GARRINGTON (P.J.). – Thermal conductivity
conductivity of solids. Pion Limited, 157 p
m e t a l l i c e l e m e n t s a n d a l l o y s . Vo l . 1 , of Kevlar fibre-reinforced composites. J. of
(1975).
Touloukian (Y.S.) series (éd.), Ho (C.Y.) Series Mat. Sc. vol. 17, p. 2925-31, VCH, New York
[28] Documentation technique d’un fabricant de (1982).
technical ed. IFI/Plenum New York Washington
matériaux réfractaires : Société Européenne
(1970). [44] PILLING (M.W.), YATES (B.), BLACK (M.A.) et
de Produits Réfractaires SEPR.
[12] TOULOUKIAN (Y.S.), POWELL (R.W.), HO TATTERSALL (P.). – The thermal conductivity
[29] Documentation technique d’un fabricant de of carbon fibre-reinforced composites. J. of
(C.Y.) et KLEMENS (P.G.). – Non metallic solid.
matériaux réfractaires : Savoie Réfractaires, Mat. Sc. vol. 14, p. 1326-38 (1979).
Vol. 2, Touloukian (Y.S.) series (éd.), Ho (C.Y.)
mars 1991.
Series technical ed. IFI/Plenum New York [45] HUST (J.G.). – Thermal conductivity and elec-
Washington (1970). [30] Documentation technique d’un fabricant de trical resistivity standard reference materials :
matériaux réfractaires : Kerlane. tungsten 4 to 3 000 K. High temperatures -
[13] TOULOUKIAN (Y.S.), POWELL (R.W.), HO (C.Y.)
et KLEMENS (P.G.). – Non metallic liquids and [31] AUGSBURGER (E.I.), DIETSCHE (W.), KINDER High pressures vol. 8, p. 377-90 (1976).
gases. Vol. 3, Touloukian (Y.S.) series (éd.), Ho (H.) et BECKER (J.). – Thermal conductivity of [46] RENAUD (T.). – Mesure et modélisation de la
(C.Y.) Series technical ed. IFI/Plenum New York several fibre-reinforced composites between conductivité et de la diffusivité thermiques
Washington (1970). 2 K and 300 K. Cryogenics, vol. 11, p. 666-7 des produits alimentaires congelés et non
(1980). congelés. Thèse de Génie Chimique. Univer-
[14] TOULOUKIAN (Y.S.) et LILEY (P.E.). – Thermo-
physical properties of matter. Touloukian [32] TAYLOR (R.) et QUNSHENG (Y.). – Proc. Int sité Claude Bernard Lyon 1, 179 p. + annexes
(Y.S.) series (éd.), Ho (C.Y.) Series technical Conf. on composites. ICCM/VIII Honolulu, (1990).
ed. IFI/Plenum New York Washington (1970). J.W. Tsai, G.W. Springer (éd.), juil. 1991. [47] CAZAL-POUJADE (A.M.). – Thèse de docteur
[15] HUST (J.G.), POWELL (R.L.) et WEITZEL (D.H.). [33] CABANNE (F.) et MINGES (M.L.). – Thermal ès-sciences physiques. CNRS AO 4867, 176 p.
– Thermal conductivity of aerospace alloys at conductivity and thermal diffusivity of (1970).
cryogenic temperatures. NBS report no 9732, cordierite-based ceramic. Results of CODATA
188 p (1969). measurement program. High temperature -
High pressure, vol. 21, p. 69-78 (1989).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Constantes physico-chimiques K 420 − 29

Vous aimerez peut-être aussi