Vous êtes sur la page 1sur 6

LES FONDATIONS A ENCUVEMENT

1. Conception
1.1.ENCUVEMENTS À PAROIS À CLÉS
Les encuvements avec des parois à clés ou à crans peuvent être considérés comme
agissant de manière monolithique avec le poteau. Le problème est traité dans le DTU 23-3
Ossatures industrielles en béton Partie 3 qui reprend les indications formulées dans l’EC2.
h
F
M v

Fv
M Fh
0,1l
Fh
s F1
l μF1
F2 μF2
0,1l μF3
ls

s
F3

(a) avec surface de joint à clés (b) avec surface de joint


lisse

Figure 19: Fondations en encuvement


• Principe de calcul
Il convient d'effectuer le calcul au poinçonnement comme dans le cas d'un assemblage
poteau / fondation monolithique, selon le paragraphe 2 (voir Figure 19 (a)), sous réserve de
vérifier la transmission du cisaillement entre poteau et fondation.

Le coefficient de frottement μ est défini à l’article 6.2.5 de l’EC2 avec son annexe nationale
française, en fonction de l’état de surface (coffrées, non coffrées, rugueuses).
NOTE Peuvent être considérées comme rugueuses, telles que définies à l’article 6.2.5 de l’EC2 des
surfaces pour lesquelles les granulats sont rendus apparents par désactivation, sablage ou tout autre
procédé permettant d'arriver à un résultat équivalent.
Les efforts extérieurs en pied de poteau sont déterminés comme suit :

Fv = μ (F1 – F2) + F3 Fh = F1 – F2 – μ F3
M = (μ H/2 – D1) F1 + [μ H/2 – (D2 – L)] F2 + μ L F3
fig 20 dimensionnement des encuvements
Le principe de ferraillage est le suivant :
Le ferraillage de l’encuvement comprend des cadres horizontaux et des armatures
verticales,
Le ferraillage de la semelle se dimensionne comme dans le cas d’une semelle
traditionnelle ;
Lorsque le moment appliqué génère des efforts de traction dans les armatures verticales des
poteaux, le recouvrement des armatures du poteau avec des armatures de la fondation doit
être assuré.
Il convient d'augmenter la longueur de recouvrement, d'une longueur au moins égale à la
distance horizontale entre les barres d'armature du poteau et celles de la fondation (voir
Figure suivante (a)).
Il convient de prévoir des armatures horizontales adaptées pour la jonction par
recouvrement.

FIG 21 : SCHEMA DE BIELLES


FIG 22 : ENCUVEMENT

Vrd=Fv / surface verticale de l’encuvement

vRdi = c fctd + μ σn + ρ fyd (μ sin α + cos α) < 0,5 ν fcd (6.25)


où : c et μ sont des coefficients qui dépendent de la rugosité de l'interface
fctd= fctk,0,05/γc,
c = 0,45 et μ = 0,7 si surface rugueuse = surface présentant des aspérités d'au moins 3 mm
de haut espacées d'environ 40 mm, obtenues par striage
c = 0,50 et μ = 0,9 si surface crantée : surface présentant des clés
ρ = As / Ai
As aire de la surface des armatures traversant l'interface, armatures d'effort
tranchant comprises, le cas échéant, correctement ancrées de part et d'autre de
l'interface
Ai aire du joint
Si cette condition n'est pas remplie, il convient d'effectuer le calcul au poinçonnement
comme pour les encuvements à parois lisses.
4.1.2 ENCUVEMENTS À PAROIS LISSES
On peut admettre que la transmission des efforts et du moment du poteau à sa fondation
s'effectue sous forme d'efforts de compression F1, F2 et F3 au travers du béton de
remplissage de l'encuvement d'une part et des forces de frottement correspondantes d'autre
part, comme indiqué sur la Figure 19 (b). Ce modèle nécessite de vérifier la condition : l ≥ 1,2
h.
Il convient d'adopter un coefficient de frottement μ ≤ 0,3.
Il convient de porter une attention particulière aux points suivants :
- dispositions constructives du ferraillage en partie supérieure des parois de
l'encuvement vis-à-vis de F1 transmission de F1 le long des parois latérales du plot
- ancrage des armatures principales dans le poteau et dans les parois de l'encuvement
- résistance au cisaillement du poteau dans l'encuvement
- résistance au poinçonnement de la base de l'encuvement vis-à-vis des efforts transmis
par le poteau
RÈGLES DE L’ART
L’épaisseur e des parois de l’encuvement est au moins égale au 1/5ème de la plus grande
dimension de l’ouverture de celui-ci, sans être inférieure à 10 cm.
L’épaisseur e’ du joint n’est pas prise inférieure à 3 cm. Le mortier de remplissage du joint
doit être mis en place soigneusement; il est assez rare d’utiliser pour cet usage un mortier
sans retrait. Cependant, cela paraît impératif si les faces latérales du pied du poteau et de
l’encuvement ne sont pas rugueuses ; toutefois cette dernière solution n’est par
recommandée a priori.

4.2 Cas particulier de l’encuvement avec μ=0


On désigne par M, N et H l’ensemble des sollicitations s’exerçant dans le poteau au niveau
de l’arase supérieure de l’encuvement (voir FIG.).
On adopte le schéma de calcul représenté sur la figure
5 e
Retenons : z = t et c = 0,85b −
6 2

FIG.22 :CALCUL DE L’ENCUVEMENT

Écrivons l’équilibre du système à la base du poteau :

5
M + H. t − H S t = 0 et HS − H = Hi
6
ll résulte de ces équations :

M 6 M H
HS = + H et Hi = +
z 5 z 5
z
Z = HS . le rapport z/c n’étant pas pris inférieur à 1.
c
a). Les cadres horizontaux supérieurs disposés sur une hauteur de l’ordre de t/3 sont
dimensionnés pour équilibrer l’effort HS : (ce sont les aciers numérotés 1 dans la figure )

HS
A=
2. f ed
FIG.23 : CADRES HORIZONTAUX SUPÉRIEURS

Dans la mesure où :
- la section A règne sur les quatre côtés de l’encuvement,
- l’épaisseur minimale e recommandée est respectée,
on peut se dispenser de vérifier le transfert de HS aux deux parois verticales.
b). Les armatures verticales disposées dans les angles sont dimensionnées pour reprendre
l’effort Z : (armatures notées 2 dans la figure )

Z
A=
2. f ed
Ces armatures doivent être correctement ancrées dans la semelle.
c). Les cadres horizontaux inférieurs sont sollicités par l’effort Hi diminué de la valeur des
forces de frottement développées à la base du poteau ; cela conduit généralement à une
section négligeable.
Hi − Nϕ < 0 : Pas de cadres inférieurs avec ϕ = tg45° = 1
• VÉRIFICATION DU PIED DU POTEAU
Sur la longueur t du pied du poteau, l’effort tranchant maximal est Hi.
Sur cette longueur, les cadres du poteau sont à calculer pour cet effort tranchant en tenant
compte de l’effort normal. La densité d’armatures ne sera pas inférieure à celle requise dans
6
la zone courante du poteau. Dans le cas ou t ≤ a , les cadres ne sont pas nécessaires
5
(console courte).
FIG.24 : VÉRIFICATION DU PIED DU POTEAU

4.3 Cas particulier de l’encuvement avec μ>0


on retrouve les méthodes du CEB
le coefficient de frottement μ béton sur béton est pris en général égal à 0,3
[(0,99L + 0,15H)F h −(0,03L − 0,045H)Fv + 1,09M ]
F1=
[1,09(0,8L + 0,3H)]
[(0,19L − 0,15H)Fh − (0,27L + 0,045H)Fv + 1,09M]
F2=
[1,09(0,8L + 0,3H)]
5 M 9Fh
si μ=0 on obtient F1=F2= + et F3= Fv
4 L 8

FIG 25 : PRINCIPES