Vous êtes sur la page 1sur 16

Poutre mixte isostatique en T Feuil 1 de 16

DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE MIXTE


ISOSTATIQUE EN TE

Cet exemple de poutre mixte concerne les vérifications du dimensionnement


d’une des solives (ou d’une poutre intermédiaire longitudinale) du bâtiment,
donc d’une poutre isostatique que l’on peut considérer simplement appuyée à
ses deux extrémités.

3,5m 3,5m
10m

Figure 1 : Schéma de calcul de la poutre

I. Généralité

I.1. Rappels des différents types de vérification à effectuer

a) Pour les vérifications à l’E.L.U en phase définitive de construction


+ la résistance des sections mixtes de la poutre au moment de
flexion (réduite éventuellement par la présence de l’effort
tranchant) ;
+ la résistance de l’âme à l’effort tranchant ou au voilement par
cisaillement ;
+ la résistance de la connexion au cisaillement longitudinal ;
+ la résistance de la dalle de béton à l'effort tranchant longitudinal
exercée par les connecteurs (armature transversale);

b) Pour les vérifications à l’E.L.U en phase de construction


+ la résistance des sections métalliques de la poutre au moment de
flexion (réduite éventuellement en présence de l’effort
tranchant) ;
+ la résistance de l’âme à l’effort tranchant ou au voilement par
cisaillement ;

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 2 de 16

+ la stabilité au déversement (en négligeant ici tout maintien latéral


par la tôle profilée).

c) Pour les vérifications à l’E.L.S en phase définitive


+ la flèche maximale;
+ l’évaluation de la fréquence propre de la poutre.

II. Données géométriques, mécaniques et données relatives


aux charges et aux combinaisons des charges

La poutre est étayée par un appui simple à mi-travée pendant la phase de


montage.
La travée: L = 10m
L’espace entre poutres : B = 3,5m

II.1. Données relatives à la dalle

hc = 75

hp =55

tf=12,7

ha=360 dw=334,6

tw=8

r =18

ba=170

Figure 2 : Section transversale de la poutre mixte


200
Φ10@100 115
Φ10@100
cs=25
hc = 75

hs,t=100 hs=90 65
hp =55
75
85 115

Figure 3 : Détail des barres d’armature dans la dalle et du bac collaborant.


La dalle est en béton à densité normale avec bac collaborant, dont les détails
géométriques sont donnés comme suivant:
─ les nervures sont perpendiculaires à la poutre
─ l'épaisseur de la dalle : hc = 75mm

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 3 de 16

─ la hauteur des nervures : h p = 55mm

─ l'espacement des nervures e 0 =200mm.


─ la largeur minimale d'une nervure b1 = 65mm
─ la largeur maximale d'une nervure b 2 = 85mm ,
b1 + b 2
─ la largeur moyenne d'une nervure b 0 = = 75mm ,
2
─ l'épaisseur du bac acier tp = 1mm ,

La largeur efficace de la dalle en béton participant au travail de la poutre EN1994-1-1:


mixte : cl. 5.4.1.2

 L  10m 
b eff = min  B,2 ×  = min 3,5m;2 ×  , donc beff = 2,5m
 8  8 

La nappe d’armature de la dalle est constituée de barres Ф10 avec maille de


100mm (équivalant à un pourcentage de 1,05%).

L'aire totale de l'armature transversale par mètre linéique:

π × (10mm )
2
A s,t = 10 × = 785,40 mm2 .
4

La distance entre cette nappe d'armature et la face supérieure du profilée est :

h s ,t = 100mm .

Note :
─ Les données concernant l’armature transversale dans la dalle sont
nécessaires pour effectuer plus loin la vérification de la résistance de la
dalle au cisaillement (cf. paragraphe III.4).

─ Pour le dimensionnement d’une poutre isostatique, on n’est en droit EN1994-1-1:


de négliger la contribution de l’armature longitudinale ; toutefois, cela cl. 6.2.1.2(1)c
ne dispense pas de mettre un taux minimal s’opposer à l’effet de la
retrait du béton. Pour le bâtiment considéré, l’armature longitudinale de
la solive en question devient l’armature transversale des poutres
intermédiaires transversales. En conséquence, l’armature longitudinale
de la solive va être justifiée plus loin lorsqu’on étudie la poutre
transversale continue de l’exemple N°3.

II.2. Caractéristiques du profilé IPE360

─ les dimensions élémentaires du profilé

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 4 de 16

h a = 360mm, b f = 170mm, t w = 8,0, t f = 12,7mm, r = 18mm ,

─ l’aire de la section en acier

A a = 7,273×10-2 m2,

─ l’aire de la section reprenant l’effort tranchant

A V = 3,514×10-2 m2,

─ le moment d'inertie de flexion de la section en acier selon l'axe fort

I a , y = 1,627×10-4 m4 ,

─ le moment d'inertie de flexion de la section en acier selon l'axe


faible :

I a ,z = 1,043×10-5 m4 ,

─ le rayon de giration selon l’axe faible de la section en acier :

i a ,z = 37,878 mm ,

II.3. Actions verticales sur la poutre EN 1991-1-1

Charges permanentes :

─ Poids propre du plancher en béton EN1991-1-1:


Tableau A.1
 b  
g f = B× h c +  0  h p  ×ρc = 8 ,367 kN/m
  e0  

Note : le poids volumique du béton normal est de 24kN/m3 mais il


est à ajouter 1kN/m3 pour tenir en compte de l'armature, donc :
ρ c = 25kN/m3 ;

─ Poids propre de la poutre en acier : EN1991-1-1:


Tableau A.4
g s = A a × ρa = 0,57 kN/m

Note : le poids volumique de l’acier est pris ρ a = 78,5kN/m3 ;

─ Charge de finition intérieure (cloison, plafond et couvre sol), prise EN1991-1-1:


conformément au cas des cloisons mobiles de poids propre ≤ 1,0 cl. 6.3.1.2(8)

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 5 de 16

kN/m :

g fi = (1,2kN/m2) × B = (1,2kN/m2) × 3,5m = 4,2kN/m ;

─ Charge caractéristique d'exploitation en service normal est prise EN1991-1-1:


conformément à la valeur usuelle relative à un plancher de bureau, soit: Tableau 6.2

q (ke) = (3,0kN/m2) × B = (3kN/m2) × 3,5m = 10,5kN/m ;

─ Surcharge chantier durant la phase de montage

q (me) = (0,8kN/m2) × B = (0,8kN/m2) × 3,5m = 2,8kN/m

En effet, aucune valeur spécifique n’est donnée dans l’Eurocode 4 pour


les actions de construction des poutres, ceci nous conduit à faire
référence à l’Eurocode 1. Les valeurs des actions sont prises, dans cet
exemple, égales à 0,8 kN/m2, donc situant dans l'intervalle de 0,5 à 1,0
kN/m2 préconisé par l'Eurocode 1.

II.4. Caractéristiques des matériaux utilisés

II.4.1. L'acier de construction (du profilé) EN1993-1-1

Nuance de l'acier est de : S235, donc

─ la valeur nominale de la limite d’élasticité de l’acier : EN1993-1-1:


Tableau 3.1
f y = 235 N/mm2 (valable pour tf et tw inférieurs à 40mm) ,

─ module d'élasticité : EN1993-1-1:


cl. 3.2.6
E a = 210000 N/mm2 ,

─ et le paramètre de la limite d’élasticité (servant plus loin à la EN1993-1-1:


classification des sections et la vérification du voilement) : Tableau 5.2

235
ε= =1 .
fy

II.4.2. Béton EN1992-1-1

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 6 de 16

Classe de résistance est de : C25/30, donc: EN1992-1-1:


─ la valeur caractéristique de résistance à la compression sur cylindre: Tableau 3.1

f ck = 25 N/mm2

─ module d’élasticité sécant moyen :

E cm = 30500 N/mm2 .

Rapport des modules d'élasticité des matériaux permettant de ne pas EN1994-1-1:


distinguer les effets à des actions long terme de ceux des actions court terme: cl. 5.4.2.2(1)

n = E a / (E cm 2 ) = 13,8

II.4.3. L'armature

L'acier est choisi de classe S500, donc :

─ la valeur caractéristique de la limite d’élasticité de l’armature: EN1992-1-1:

f sy = 500 N/mm2 .

─ module d'élasticité :

E s = E a = 210000 N/mm2 .

II.4.4. Connecteurs

Les goujons à tête soudés utilisés pour réaliser la connexion de la dalle avec
le profilé, ont les caractéristiques suivantes :
─ diamètre du fût:

d = 19mm ;

─ la hauteur totale est de 100mm, donc la hauteur hors-tout :

h sc = 120mm ,

en notant que : h sc ≥ 3d conformément à une exigence de l’Eurocode ; EN1994-1-1:


cl. 6.6.5.7(1)

─ et résistance ultime spécifiée à la traction:

f u = 450 N/mm2 .

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 7 de 16

II.5. Coefficients partiels et valeurs de calcul des résistances des


matériaux

Les coefficients partiels des matériaux, utiles aux vérifications aux ELU (Texte du
conduisent aux résistances de calcul suivantes : guide ?)

─ acier de construction : γ M 0 = 1,0 , EN1993-1-1:


Note2B de 6.1
donc, f yd = f y γ a = 235 N/mm2 ;

─ béton: γ c = 1,5 , EN1992-1-1:


Tableau 2.1N
donc, f cd = f ck γ c = 16,7 N/mm2 ;

─ armature : γ s = 1,15 , EN1992-1-1:


Tableau 2.1N
donc, f sd = f s γ s = 365,2 N/mm2 ;

─ et, coefficient partiel des connecteurs : γ V = 1,25 . EN1994-1-1:


cl. 2.4.1.2

III. Vérifications aux E.L.U. à l’état définitif de la EN1994-1-1:


construction Section 6

III.1. Calcul des sollicitations maximales

Valeur de calcul de la charge totale répartie uniformément sur la poutre : EN1990:


Tableau A1.2
q k = 1,35(g f + g s + g fi ) + 1,5q e = 33,5 kN/m

Pour une poutre isostatique, les efforts internes sont donnés directement par
les expressions suivantes:
─ valeur de calcul du moment fléchissant maximal à mi-travée :

q k × L2
M Ed = = 419 kN.m
8

─ valeur de calcul de l’effort tranchant maximal exercé aux appuis :

qk × L
VEd = = 167 kN .
2

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 8 de 16

(Texte du
III.2. Vérifications en moment fléchissant et effort tranchant guide)

On suppose que l’axe neutre est de type plastique, quitte à revenir sur cette
hypothèse si nécessaire.

Les efforts résultants en équilibre dans la section mixte sont (Figure 4): (Texte du
guide)
─ pour le bloc rectangulaire de béton :

Fcd = 0,85f cd × b eff × h c = 2656 kN .

─ pour le profilé en acier:

Fad = f yd × A a = 1709 kN < Fcd .

L’axe neutre se situe donc dans la dalle en béton à la distance z p par rapport
à la surface supérieure de la dalle:

Fad
zp = = 48,26 mm .
0,85f cd × b eff

z p = 48,26
A.N.P

Figure 4 : Position de l’A.N.P de la section sous le moment positif


Le profilé travaillant totalement en traction, la section mixte est
nécessairement de classe 1, ce qui est fréquent pour les poutres de bâtiment
sous flexion positive.

Le moment de résistance plastique de la section mixte est donc égal à :

h z 
M pl,Rd = Fad  a + h c + h p − p  = 489kN.m .
 2 2

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 9 de 16

L’effort tranchant dans la section critique médiane étant nul, on vérifie bien

M Ed = 419 kN.m < M pl,Rd

Par ailleurs, on vérifie pour l’âme du profilé que

donc, le risque du voilement par cisaillement est exclu. EN1993-1-1:


cl.5.1(2)
La résistance plastique au cisaillement de la section mixte peut être prise EN1993-1-1:
comme la résistance plastique uniquement de la section cisaillée du profilé cl. 6.2.6(2)
métallique, soit :

f yd
Vpl,Rd = Vpl,a ,Rd = A V × = 476 kN > VEd = 167 kN .
3

III.3. Détermination des connecteurs pour assurer une connexion


complète

On détermine tout d’abord la résistance de calcul au cisaillement PRd d’un EN1994-1-1:


goujon. Elle est donnée par la plus petite valeur des deux résistances cl. 6.6.3.1(1)
suivantes :

─ résistance pour une ruine par cisaillement des connecteurs : EN1994-1-1:


cl. 6.6.3.1(1)
f u πd st2
PRd = 0,8 × × = 81,7 kN .
γV 4

─ résistance pour une ruine par éclatement et fendage du béton : EN1994-1-1:


cl. 6.6.3.1(1)
f ck E cm
PRd = 0,29α × d 2 × = 71,1 kN .
γV

h st
Le coefficient correctif α valant 1 puisque = 6,3 , donc, supérieur à 4.
d st

D’où la valeur à retenir : PRd = 71,1 kN pour un goujon qui serait utilisé avec
dalle pleine.

En fait, la dalle est mixte et on va utiliser 2 goujons dans une onde connectée
( n r = 2). Les ondes étant perpendiculaires à l’axe de la poutre, le facteur de
réduction à appliquer à PRd vaut :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 10 de 16

EN1994-1-1:
0,7  b 0  h st  cl. 6.6.4.2
kt =  × − 1  = 0,491,
n r  h p  h p 


donc peut être retenu puisqu’il ne dépasse pas la valeur 0,7. EN1994-1-1:
cl. 6.6.4.2
Tableau 6.2
Notes :

─ On peut vérifier que la hauteur hors-tous des goujons, ici de 120mm, EN1994-1-1:
reste prise égale à 95mm, reste inférieure à la valeur cl. 6.6.4.1(2)
(h p + 75mm ) = 125mm, condition nécessaire à la validité de
l’expression de k t .

─ On peut noter également que b1 = 65mm ≥ 50mm, donc l’enrobage EN1994-1-1:


des goujons par le béton des ondes est suffisant. cl. 6.6.5.8

M pl ,Rd EN1994-1-1:
─ Dans la mesure où ici = 1,89 < 2,5 , il n’y a pas lieu de
M pl,a ,Rd cl. 6.6.1.3.(3)
vérifier la connexion dans des sections intermédiaires de la travée
critique.

L’effort total de cisaillement longitudinal Vlf s’exerçant sur chaque longueur


critique (c'est-à-dire chaque demi-travée de poutre est donné par :

Vlf = min (Fcd , Fad ) = 1709 kN .

D’où le nombre minimal des connecteurs sur la longueur critique de 5m:

Vlf
Nf = = 47,6 goujons.
k t PRd

Puisque les goujons adoptés sont des connecteurs ductiles en connexion (Texte du
complète, on peut alors les espacer uniformément d’une distance de 200mm, guide ?)
c'est-à-dire deux goujons dans chaque onde. Cette distribution conduit à 50
connecteurs par demi-travée, soit de 100 connecteurs sur la longueur totale
de 10m.

Notes :

─ Sur le plan des dispositions constructives, on vérifie que le critère EN1994-1-1:


d’espacement minimal entre rangées de connecteurs, évitant une cl. 6.6.5.7(4)
interaction défavorable entre ceux-ci, est bien satisfait : 200mm > 5dst
= 95mm.

─ On vérifie également que d = 19mm < 2,5× tf = 34mm, donc, la EN1994-1-1:


condition d’un bon soudage du connecteur sur la semelle du profilé est cl. 6.6.5.7(5)

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 11 de 16

réalisée.

III.4. Vérification de la résistance de la dalle (armée transversalement) EN1994-1-1:


au cisaillement longitudinal apporté par les connecteurs cl. 6.6.6

Dans la dalle, le pourcentage d'armatures transversales doit suffire à assurer EN1994-1-1:


la reprise des sollicitations tangentes apportées par les connecteurs sans cl. 6.6.6.1(1)P
risque de ruine prématurée par cisaillement longitudinal où une rupture par
fendage longitudinal.

En pratique, on doit vérifier que le flux de cisaillement v Ed dans chaque EN1994-1-1:


longueur critique ne dépasse pas le flux de cisaillement v Rd offert pas la cl. 6.6.6.1(2)P
surface potentielle de cisaillement. On effectue en suivant les vérifications
pour trois zones identiques au dimensionnement des connecteurs
III.4.1.1 Vérification des bielles de béton EN1994-1-1:
cl. 6.6.6.2
La longueur critique prise entre le point de moment nul et moment maximal,
donc :

L
∆x = =5m
2

La hauteur de calcul de section concernée par le cisaillement longitudinal


étant ici h f = h c = 75mm .

La contrainte moyenne de cisaillement à reprendre par une bielle est (pour EN1992-1-1:
une vérification de la section de type a-a) : cl. 6.2.4

Vlf
v Ed = = 2,3 N/mm2 .
2h f × ∆x

On adopte pour les bielles le coefficient de réduction en résistance :

 f 
v = 0,61 − ck  = 0,54
 250 

et pour angle θf de bielles avec l'axe de la poutre : θ f = 30° (on a le choix EN1992-1-1:
de le prendre tel que 26,5° ≤ θf ≤ 45° pour la membrure comprimée) cl. 6.2.4(4)
Note
Pour éviter la ruine des bielles, on vérifie que

v Ed = 2,3 N/mm2 < v × f cd × sin θ f cos θf = 3,9 N/mm2 .

NB : pour la solution en connexion partielle, vEd est réduit par η, ce qui

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 12 de 16

conduit à vérifier toujours la condition.


III.4.1.2 Vérification de l’aire de l’armature transversale EN1994-1-1:
cl. 6.6.6.3
Pour mémoire, le maillage de l'armature transversale de la dalle est
constituée de barres Ф10 avec maille de 100mm (équivalant à un
pourcentage de 1,05%), donc:

A s,t = 785,4mm2.

L'aire demandée de l'armature pour 1m de dalle si on néglige la participation


du bac :

hf
v Ed ×
cot(θ f )
1m × = 227 mm2 < A s,t = 785,4mm2 .
f sd

IV. Vérification à l'E.L.U dans la phase de montage EN1993-1-1:


Section 6
Pour mémoire, la poutre est étayée pendant la phase de montage, l’analyse de
la poutre dans cet état peut effectuée comme une poutre métallique de 2
travées.

IV.1. Classification de la section

La classification de la section est effectuée via les classifications de l’âme et


des semelles.

─ Classification de l'âme du profilé : la hauteur de voilement de la EN1993-1-1:


paroi est considérée égale à la hauteur de l’âme excluant les parties Tableau 5.2
congés. On observe que : (feuille 2)

h a − 2 t f − 2r
= 37,3 ≤ 72ε = 72 , donc, l’âme est de classe 1 .
tw

─ Classification de la semelle supérieure: la semelle supérieure peut EN1994-1-1:


être automatiquement dit de classe 1 parce que les connecteurs sont cl. 5.5.2(1)
correctement dimensionnés précédemment pour assurer la liaison
efficace entre la dalle et le profilé.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 13 de 16

Toutefois, on peut toujours effectuer la classification classique de la EN1993-1-1:


semelle supérieure afin éviter un critère assez sévère de la distance Tableau 5.2
entraxes des connecteurs préconisé à la clause 6.6.5.5(2) de EN1994-1- (feuille 1) et
1.
EN1994-1-1:
cl. 6.6.5.5(2)
 b f − t w − 2r 
  t f = 4,96 ≤ 9ε =9
 2 

 la semelle supérieure est de classe 1

─ Le résultat identique permet de conclure que la semelle inférieure


est aussi de classe 1.

En conséquence, les sections sont de classe 1sous les moments positif et


négatifs. Le moment résistant plastique de la section du profilé métallique est
considéré comme le moment résistant.

IV.2. Résistances des sections critiques

─ Le moment résistant plastique de la section métallique : EN1993-1-1:


cl. 6.2.5(2)
M pl,a ,Rd = f yd × Wpl, y = 240 kN.m

─ Changes appliquées à la poutre métallique en phase de montage

q k ,m = 1,35(g f + g s ) + 1,5q m = 16,26 kN/m

─ valeur de calcul du moment maximal trouvé à mi-travée :


2
L
q k ,m ×  
M Ed =  2  = 51 kN.m < M
pl,a,Rd = 240 kN.m
8

─ et valeur de calcul de l’effort tranchant maximal exercé aux appuis :

5q k L
VEd = × =102kN < Vpl,Rd = 579,3 kN
4 2

Note : pour mémoire, seule l'âme du profilé métallique est à considérer dans
la vérification de la résistance de la poutre contre l'effort tranchant dû à la
combinaison ELU en phase définitive. Ce dernier est toujours plus important
que l'effort tranchant causé par la combinaison en phase de construction. Par
conséquent, la vérification de la résistance de la poutre à l'effort tranchant
dans la phase de construction devrait satisfaire dans cette étape de
vérification.

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 14 de 16

EN1993-1-1 et
IV.3. Déversement des sections critiques ENV1993-1-1

La vérification effectuée pour la section sur les l’étayage.


Puisque la poutre est étayée à mi-travée, la longueur de calcul du
déversement est de :

L
Lc = = 5m
2

Position d’application des charges :

ha
zG = = 180 mm
2

(les charges étant supposées s'appliquer sur la semelle supérieure du profilé)

La résistance en flexion vis-à-vis du déversement donnée par un program EN 1993-1-1:


conformément à l'Eurocode comme "LTBeam" serait donc la suivante : cl.6.3.2.1

M b,a, Rd = 68,6 kNm > 51,1 kNm .

L 3L
Note : le risque de déversement des sections à et (sous le moment
4 4
positif) est moins important que celle de la section sur l’étayage (sous le
moment négatif) même sans tenant en compte l’effet de maintient des bacs.

V. Vérification à l'E.L.S EN1994-1-1:


Section 7
Au préalable, on peut faire un commentaire que, pour but d'une
simplification, la flèche et la période de vibration peuvent être calculées avec
la combinaison caractéristique.
Pourtant, d'une façon plus conformément avec l'Eurocode, la flèche de la
poutre doit être calculée avec la combinaison quasi-permanente quand on
considère l'aspect structurel et la période de vibration de la poutre doit être
calculée avec la combinaison fréquente.

V.1. Moment d’inertie de la section mixte texte du


guide?
L’aire de la section homogénéisée :

b eff h c
Ah = Aa + = 20890 mm2 .
n

On observe que :

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 15 de 16

 ha  b eff h c2
Aa  + h p  = 1,709×10 -3
m3
> = 0,511×10-3 m3 ,
 2  2n

alors, l'A.N.E se situe dans le profilé métallique à une distance par rapport à
la face supérieure de la dalle :

Aa  h a  1 b eff h c
2
ze = ×  + hp + hc  + × = 132,4 mm .
Ah  2  Ah 2n

Le moment d’inertie de la section homogénéisée est calculé par :

 h c2  hc  
2

I h = I a + A a (z a − z e )
b h
+ eff c  +  z e −   = 5,211×10 m
-4 4
2

n  12  2  

V.2. Flèche maximale dans la poutre

Changes appliquées à la poutre métallique en phase de construction

q k ,m = (g f + g s ) = 8,93 kN/m

La réaction R à ajouter

5q k ,m L
R= = 55,84 kN
8

La combinaison à utiliser pour calculer la flèche est de type quasi- EN1990:


permanente (c'est-à-dire ψ2 = 0,3). Ainsi, la charge appliquée à la poutre A1.4.3(4)
mixte à l'état définitif de construction est :

q k ,d = (g fi ) + 0,3q e = 7,35 kN/m

La flèche au milieu de la poutre calculée au milieu de la poutre

1 R×L
4
5 q k ,d L L L
δ= × + × = 19,4 mm = < = 40mm,
384 E a I h 48 E a I h 515 250

alors, le critère de flèche est satisfait

Texte du
V.3. Contrôle de la vibration de la poutre
guide?
Par une simple mesure, la fréquence propre de vibration de la poutre est
estimée via la flèche de la poutre sous la somme des poids propres de la dalle
et du profilé. L'expression proposée est:

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton


Poutre mixte isostatique en T Feuil 16 de 16

f = 18 δ sw

où δsw est la flèche calculée avec la combinaison fréquente mais sans tenant
en compte la flèche due à la réaction d'étayage pendant la phase de
construction, (c'est-à-dire c'est-à-dire ψ1 = 0,5):

q k ,d = (g fi ) + 0,5q e = 9,45 kN/m

4
5 q k,m L
donc, δsw = × = 11,25 mm ,
384 Ea I h

et, f = 5,4 Hz > 4Hz , alors, le critère de vibration est satisfait.

V.4. Commentaire au mode de construction utilisant l’étayage

Dans le problème en question, l’étayage et une solution pour diminuer


significativement les déplacements venant essentiellement dans la phase de
montage. Si on prétend à ne pas utiliser l’étayage, la flèche maximale dans la
poutre est calculée comme suivant :
─ La flèche à la mi-travée de la poutre en phase de montage

5 q k ,m × L
4

δm = × = 34,06mm .
384 E a × I a

─ La flèche à la mi-travée de la poutre en phase définitive de


construction

5 q k ,d × L
4

δd = × = 8,75mm .
384 E a × I h

─ La flèche totale à la mi-travée de la poutre:

L
δ = δ m + δ d = 42,8 mm =
233

alors, on observe une flèche nettement plus élevée et si on impose le


L
critère = 50mm, le critère de flèche n’est pas satisfait.
250

Guide du dimensionnement des poutres mixtes acier-béton