Vous êtes sur la page 1sur 89

ROYAUME DU MAROC

********
MINISTERE DE L’EQUIPEMENT DUTRANSPORT, DE LA LOGISTIQUE ET DE L’EAU
*********
CAISSE POUR LE FINANCEMENT ROUTIER
********
DIRECTION PROVISOIRE D’AMENAGEMENT DE LA RN1
ENTRE TIZNIT ET DAKHLA
******
Marché n° : ………………………..

Objet : Réalisation de la voie express Tiznit-Laayoune

Travaux de dédoublement de l’ouvrage d’art existant


sur Oued Sayad au PK 1084+000

Le présent marché passé après appel d'offres ouvert sur offre de prix, séance publique en vertu
des dispositions de l’alinéa 2 § 1 de l’article 16, du §1 de l’article 17 et l’alinéa 3 § 3 de l’article 17 du
Règlement relatif aux conditions et formes de passation des marchés de la CFR (le Règlement)
approuvé en date du 25/04/2014
Entre,

Le Directeur de la Caisse pour le Financement Routier, assurant le rôle de « Maître d’ouvrage »


Et,
Monsieur ……………………………………………………………………
Agissant au nom de ………………………………………………………………
Capital social …………………………………………………………………….
Patente n° ………………………………………………………………………...
Registre de commerce de ……………………….n°……………………………..
CNSS ……………………..……………...………………………………………
Siège social ………………………………………………………………………
Compte bancaire (RIB)……………………………………………………………
Ouvert au nom de………………………………………………………………….
A…………………………………………………………………………………..
Désigné ci-après par " l’Entrepreneur".
La maîtrise d’ouvrage déléguée est assurée par le Directeur des Route & le Directeur de la
direction provisoire d’aménagement de la RN1 entre Tiznit et Dakhla.

Il a été décidé et convenu ce qui suit :

1
Sommaire
ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHE ..................................................................................................... 7
ARTICLE 2 : DOCUMENTS CONSTITUTIFS DU MARCHE ............................................................ 7
2.1 Les pièces constitutives du marché : ........................................................................... 7
2.2 Textes Généraux : ....................................................................................................... 7
2.3 Dispositions Générales ................................................................................................ 9
2.4 Pour le calcul des ouvrages : ....................................................................................... 9
2.5 PIECES CONTRACTUELLES POSTERIEURES A LA CONCLUSION DU MARCHE
9
ARTICLE 3 : MAITRISE D’OUVRAGE ET MAITRISE D’OUVRAGE DELEGUEE....................... 9
ARTICLE 4 : CONSISTANCE des travaux ................................................................................................ 9
ARTICLE 5 : DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR ............................................. 10
ARTICLE 6 : Données géometriques et FONCTIONNELLEs :........................................................... 11
6-1- Généralité : ...........................................................................................................................................11
6-2- Travure de l’ouvrage : ..........................................................................................................................11
6-3- Profil en travers : ..................................................................................................................................11
6-4- Tracé en plan ........................................................................................................................................11
6-5- Profil en long ........................................................................................................................................11
ARTICLE 7 : Description del’ouvrage à construire .............................................................................. 11
7-1- Généralités : ..........................................................................................................................................11
7-2- Tablier :.................................................................................................................................................11
7-3- Les culées : ...........................................................................................................................................11
7-4- Les piles : ..............................................................................................................................................12
7-5- Les dalles de transition : .......................................................................................................................12
7-6- Les fondations : ....................................................................................................................................12
7-7- Les remblais contigus à l’ouvrage : ......................................................................................................12
7-8- Les protections des remblais ou des appuis : ........................................................................................12
7-9- Equipement de l’ouvrage : ....................................................................................................................12
7-10- Glissière de sécurité : ..........................................................................................................................13
ARTICLE 8 : DESCRIPTIONS DES TRAVAUX DES RACCORDEMENTS : ................................................. 13
ARTICLE 9 : PRESCRIPTION GENERALES : .................................................................................. 15
ARTICLE 10 : ORIGINE DES MATERIAUX : .................................................................................. 15
ARTICLE 11 : PROVENANCE DES MATERIAUX : ........................................................................ 15
ARTICLE 12 : STOCKAGE DES MATERIAUX : ............................................................................. 15
2
ARTICLE 13 : QUALITE DES MATERIAUX : ................................................................................. 16
13-1- Matériaux pour bétons et mortiers ......................................................................................................16
13-2- Aciers pour béton armé :.....................................................................................................................21
13-3- Appareils d’appui en élastomère fretté: ..............................................................................................23
13-4- Equipements du tablier : .....................................................................................................................23
13-5- Matériaux pour Enrochements ............................................................................................................25
13-6- Géotextiles : ........................................................................................................................................25
13-7- Sols d’apport pour remblais :..............................................................................................................25
13-8- Badigeon pour parements cachés : .....................................................................................................26
13-9- Qualité des matériaux des remblais contigus :....................................................................................26
13-10- Qualité des matériaux des accès au pont : ........................................................................................26
ARTICLE 14 : Bétons et mortiers ......................................................................................................... 26
14-1- COMPOSITION ET FABRICATION DES MORTIERS : ...............................................................26
14-2- COMPOSITION ET UTILISATION DES BETONS : ......................................................................27
ARTICLE 15 : MATERIAUX ET ACCESSOIRES DIVERS : ........................................................... 32
ARTICLE 16 : CONTROLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX : ............................................... 33
16-1- Granulats pour bétons et mortiers .......................................................................................................33
16-2- Ciment : ..............................................................................................................................................34
16-3- Bétons : ..............................................................................................................................................35
16-4- Aciers :................................................................................................................................................39
ARTICLE 17 : ConDITIONS GENERALES D’EXECUTION : ......................................................... 40
ARTICLE 18 : PROGRAMME DES TRAVAUX : ............................................................................. 40
18-1- Mémoire technique .............................................................................................................................40
18-2- Matériel...............................................................................................................................................41
18-3- Matériaux ............................................................................................................................................41
18-4- Mouvement des terres .........................................................................................................................41
18-5- Organigramme du chantier .................................................................................................................41
18-6- Planning des travaux :.........................................................................................................................41
18-7- Hygiène et sécurité .............................................................................................................................42
ARTICLE 19 : ORGANISATION ET INSTALLATIONS DU CHANTIER, AMENEE DU MATERIEL,
AGREMENT DES MATERIAUX Y COMPRIS LE BETON : ....................................................... 42
19-1- Généralités ..........................................................................................................................................42
19-2- Aire de chantier et gardiennage ..........................................................................................................42
19-3- Panneaux de chantier ..........................................................................................................................43

3
19-4- Local du maître d’ouvrage ..................................................................................................................43
19-5- Repli du chantier .................................................................................................................................43
ARTICLE 20 : DESSINs FOURNIS APRES EXECUTION DE l’ OUVRAGE: ................................ 43
ARTICLE 21 : OUVRAGES PROVISOIRES ...................................................................................... 43
ARTICLE 22 : RECONNAISSANCE DU SOL DE FONDATION : .................................................. 44
ARTICLE 23 : EPREUVES ET RECEPTION DE l’OUVRAGE : ...................................................... 44
ARTICLE 24 : NIVELLEMENT-IMPLANTATION-PIQUETAGE : ................................................. 44
24-1- Nivellement : ......................................................................................................................................44
24-2- Implantation : ......................................................................................................................................44
24-3- Piquetage : ..........................................................................................................................................45
ARTICLE 25 : TERRASSEMENTS : ................................................................................................... 45
25-1- Emploi d’explosifs :............................................................................................................................45
25-2- Mouvement des terres :.......................................................................................................................45
25-3- Préparation du terrain sous remblais : ................................................................................................45
25-4- Exécution des remblais. ......................................................................................................................45
ARTICLE 26 : Fouille : ......................................................................................................................... 45
ARTICLE 27 : REMBLAIEMENT DES FOUILLES : ........................................................................ 46
ARTICLE 28 : REMBLAI Contigu : ................................................................................................... 46
ARTICLE 29 : ENROCHEMENTS : .................................................................................................... 46
ARTICLE 30 : mise en oeuvre des betons : .......................................................................................... 47
30-1- Généralités ..........................................................................................................................................47
30-2- Vibration du béton ..............................................................................................................................47
30-3- Reprise de bétonnage ..........................................................................................................................47
30-4- surfaces non coffrées ..........................................................................................................................47
30-5- Décoffrage, décintrement ...................................................................................................................47
30-6- Protection des bétons au jeune âge .....................................................................................................48
30-7- Conditions de température particulières .............................................................................................49
ARTICLE 31 : Coffrage, Echafaudage et ouvrages provisoires : ......................................................... 49
ARTICLE 32 : BETONS IMMERGE : ................................................................................................. 51
ARTICLE 33 : MISE EN OEUVRE DES ARMATURES POUR BETON ARME ............................. 51
33-1- Façonnage : .........................................................................................................................................51
33-2- Arrimage et calage des armatures : .....................................................................................................52
33-3- Continuité des armatures : ..................................................................................................................52
33-4- Armature en attente : ..........................................................................................................................52

4
33-5- Propreté des armatures :......................................................................................................................52
33-6- Tolérance sur la position des armatures après bétonnage : .................................................................52
ARTICLE 34 : ETANCHEITE ET REVETEMENT DE LA CHAUSSEE : ........................................ 53
34-1- Etanchéité de l’hourdis : .....................................................................................................................53
34-2- Revêtement : .......................................................................................................................................53
ARTICLE 35 : EQUIPEMENT DU TABLIER : .................................................................................. 53
35-1- Appareils d’appui : .............................................................................................................................53
35-2- Gargouilles du tablier : .......................................................................................................................53
35-3- Dispositifs de retenue : BN4 ...............................................................................................................54
35-4- Joints de chaussée et de trottoirs :.......................................................................................................55
35-5- Corniches et bordures de trottoirs : .....................................................................................................55
ARTICLE 36 : Vérinage du tablier ....................................................................................................... 55
ARTICLE 37 : EMPLACEMENT de l’ouvrage : ................................................................................. 55
ARTICLE 38 : EPREUVE DE l’OUVRAGE D’ART : ........................................................................ 55
ARTICLE 39 : TRAVAUX DE MACONNERIE : ............................................................................... 56
ARTICLE 40 : TOLERANCES : .......................................................................................................... 56
40-1- Tolérance générale :............................................................................................................................56
40-2- Tolérance d’aplomb : ..........................................................................................................................56
40-3- Tolérance de rectitude : ......................................................................................................................56
40-4- Tolérance sur le tracé de l’ouvrage terminé : .....................................................................................56
ARTICLE 41 : VARIANTES:............................................................................................................... 56
ARTICLE 42 : DISPOSITIONS GENERALES : ................................................................................. 57
ARTICLE 43 : CONSISTANCE DES PRIX : ...................................................................................... 58
43-1- Teneur des prix élémentaires des matériaux approvisionnés :............................................................58
43-2- Teneur des prix d’application : ...........................................................................................................58
ARTICLE 44 : DEFINITION DES PRIX : ........................................................................................... 59
ARTICLE 45 : SOUS-DETAIL DES PRIX : ........................................................................................ 72
ARTICLE 46 : MODE DE REGLEMENT DES TRAVAUX : ............................................................ 73
ARTICLE 47 : CAS DE FORCE MAJEURE ....................................................................................... 73
ARTICLE 48 : MODE DE PAIEMENT ............................................................................................... 73
ARTICLE 49 : DELAI D’EXECUTION – Pénalité de retard .............................................................. 73
ARTICLE 50 : REVISION Des PRIX .................................................................................................. 74
ARTICLE 51 : CAUTIONNEMENT PROVISOIRE –CAUTIONNEMENT définitif : ...................... 74
ARTICLE 52 : DELAI ET RETENUE DE GARANTIE...................................................................... 75

5
ARTICLE 53 : RESPONSABILITE DECENALE ............................................................................... 75
ARTICLE 54 : NANTISSEMENT :...................................................................................................... 75
ARTICLE 55 : DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR :....................................................................... 75
ARTICLE 56 : EMPLACEMENTS MIS A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRENEUR. ............... 75
ARTICLE 57 : SIGNALISATION TEMPORaIRE DE CHANTIER : ................................................. 75
ARTICLE 58 : SUJETIONS DIVERSES D’EXECUTION : ............................................................... 75
ARTICLE 59 : deplacement des reseaux : ............................................................................................ 76
ARTICLE 60 : RECRUTEMENT ET PAIEMENT DES OUVRIERS ................................................ 76
ARTICLE 61 : MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE ............................................................. 76
ARTICLE 62 : SOUS-TRAITANCE .................................................................................................... 76
ARTICLE 63 : DELAI DE NOTIFICATION ET DE L’APPROBATION DU MARCHE ................. 76
ARTICLE 64 : RECEPTION PROVISOIRE ........................................................................................ 76
ARTICLE 65 : RECEPTION DEFINITIVE ......................................................................................... 76
ARTICLE 66 : ASSURaNCEs .............................................................................................................. 76
ARTICLE 67 : LITIGES ....................................................................................................................... 77
ARTICLE 68 : RESILIATION ............................................................................................................. 77
ARTICLE 69 : PROVENANCE, QUALITE ET ORIGINES DES MATERIAUX ............................. 77
ARTICLE 70 : enlevement du materiel et des materiaux ...................................................................... 78
ARTICLE 71 : Modalités de règlement................................................................................................. 78
ARTICLE 72 : Retenue à la source applicable aux titulaires étrangers non résidents au Maroc .......... 78
ARTICLE 73 : LuTTE CONTRE LA fraude et la CORRUPTION ...................................................... 78
ARTICLE 74 : Personne chargée du suivi de l’exécution du marché ................................................... 78
ARTICLE 75 : Droits de timbre et d’enregistrement ............................................................................ 79
ARTICLE 76 : Variation dans la masse des travaux ............................................................................. 79

6
CHAPITRE I
INCIDENCES GENERALES ET DESCRIPTIONS DES TRAVAUX
ARTICLE 1 : OBJET DU MARCHE

Le présent marché a pour objet : Réalisation de la voie express Tiznit-Laayoune,


Travaux de dédoublement de l’ouvrage d’art existant sur Oued Sayad au PK 1084+000.

ARTICLE 2 : DOCUMENTS CONSTITUTIFS DU MARCHE


2.1 LES PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE :
Les pièces constitutives du marché sont celles énumérées ci-après dans l’ordre de priorité indiqué au
cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés des travaux exécutés pour le compte de
l’Etat (CCAG-T) :
• L’acte d’engagement ;
• Le présent cahier des prescriptions spéciales dans l’ordre (CPS), (chapitre I, II et III) ;
• Les plans visés « Bon pour exécution » ;
• Le bordereau des prix - détail estimatif ;
• Le sous détail des prix ;
• Le mémoire technique ;
• Le cahier des prescriptions communes (CPC) applicable aux travaux routiers courants du Ministère de
l'Equipement et édité par lui en vertu de l'arrêté n° 451-83 du 06 Décembre 1982, tel qu’il a été modifié
ou complété,
• Le Décret n° 2-14-394 du 06 Chabane 1437 (13 mai 2016), approuvant le cahier des clauses
administratives générales applicables aux marchés des travaux exécutés pour le compte de l’état.

En cas de contradiction ou de différence entre les pièces constitutives du marché, ces pièces prévalent dans
l’ordre ou elles sont énumérées ci-dessus.

Par le fait même de la signature de l’acte d’engagement, l'Entrepreneur est réputé avoir lu et accepté les
conditions et clauses prévues au présent CPS ainsi que celles prévues par les autres pièces rendues
contractuelles par ce même document.
Les données géotechniques brutes et la cubature des terrassements joints au dossier de consultation ont
seulement une valeur indicative et ne constituent pas une pièce constitutive du marché.
2.2 TEXTES GENERAUX :
Le titulaire du marché reste soumis aux textes législatifs et réglementaires en vigueur et notamment :
- Le règlement relatif aux conditions et formes de passation des marches de la caisse pour le financement
routier
- Le Décret Royal n° 330-66 du 10 Moharrem 1387 (21 Avril 1967), portant règlement général de la
Comptabilité Publique tel qu’il a été modifié ou complété.
- Le Décret n° 2-07-1235 du 4 Novembre 2008 relatif au Contrôle des Dépenses de l'Etat.
- La Circulaire 3/4/4126/DNRT du 6 Février 1989 relative aux usages des Ciments Portland composés.
- Le catalogue marocain des structures types de chaussées neuves ;
- La Directive des enrobés à chaud
- Le manuel de renforcement des chaussés existantes ;
- Le Dahir N° 1.03.195 du16 ramadan 1424 (11 novembre 2003) portant promulgation de la loi n°69.00
relative au contrôle financier de l’Etat sur les entreprises publiques et autres organismes.
- Le Dahir N° 1.85.347 du Rabia II 1406 (20.12.85) portant promulgation de la loi N°30.85 relatif à
la taxe sur la valeur ajoutée T.V.A rendue applicable par le Décret N° 2.91.885 du 30-12-1991
modifiant le Décret n° 2-86-99 du (14-03-1988 ).

7
- Dahir n° 1.03.195 du 16 ramadan 1424 portant promulgation de la loi n° 69-00 relative au contrôle
financier de l'Etat sur les entreprises publiques et autres organismes.
- Le Dahir n°1.15.05 du 29 rabiiII1436 (19 février 2015) portant promulgation de la loi n°112.13 relative
aux nantissements des marchés publics.
- La Circulaire 6001 Bis/TPC du 7 Août 1958 relative au transport de matériaux et marchandise pour
exécution des travaux publics.
- L’Arrêt n° 4451/DDP du 10 Octobre 1983 et le Dahir n° 89/30 du 21 Novembre 1989 relatif à
l’extraction du sable et matériaux de construction.
- Le Décret n° 2-94-223 du 6 Moharrem 1415 (16 Juin 1994) instituant pour le compte du Ministère des
T.P, un système de qualification et de classification des Entreprises de BTP (Tel qu’il a été modifié ou
complété par le décret n° 2-00-967 du 19 septembre 2001 et par le par le décret n° 2-98-536 du 13
janvier 1999)
- Fascicule 4 (Titre I) : Fourniture d’acier et autre métal. Armatures pour béton armé.
- Fascicule 4 (Titre II) : Armatures à haute résistance pour construction en béton précontraint.
- Fascicule 32 : construction de trottoirs
- Le Cahier des Prescriptions Commune (CPC) applicables aux études routières dépendant de
l'Administration de l'Equipement tel que est défini par l’Arrêté du Ministre des Travaux Publics, de la
Formation Professionnelle et de la Formation Des Cadres n° 1161-89 du 27 hija 1409 (3 juillet 1989)
portant approbation du cahier des prescriptions communes applicables aux marchés d’études routières
exécutés pour le compte du ministère des travaux publics, de la formation professionnelle et de la
formation des cadres.
- Les normes marocaines homologuées
- Les règles et conditions de révision des prix sont celles fixées par l’arrêté du Chef de Gouvernement
n°3.302-15 du 27 Novembre 2015.
- Les textes officiels réglementant la main d'œuvre et les salaires.
- La circulaire du Premier Ministre n° 397 du 27 Moharrem 1401 (5 décembre 1980), relative aux
assurances des risques situés au Maroc ;
- Règlements locaux concernant l'alimentation en eau et en électricité des immeubles ;
- Le Dahir n° 170-157 du 26 JoumadaI 1390 (30/07/1970) relatif à la normalisation industrielle.
- Le Dahir n° 1-02-130 du 1er Rabii II 1423 (13/06/2002) portant promulgation de la loi n° 08-01
relative à l'exploitation des carrières.
- Le Dahir n° 1-03-61 du 10 Rabii I 1424 (12/05/2003) portant promulgation de la loi n° 13-03 relative
à la lutte contre la pollution de l’air.
- Le Dahir n° 1-03-59 du 10 Rabii I 1424 (12/05/2003) portant promulgation de la loi n° 11-03 relative
à la protection et à la mise en valeur de l’environnement.
- La réglementation relative à l'achat, l'emmagasinage et l'emploi des explosifs au Maroc.
- La circulaire 6001 TP du 07/08/1958 relative aux transports des matériaux et marchandises pour
l'exécution des Travaux Publics ;
- La circulaire 5043-8 TP en date du 25 septembre 1967 relative aux travaux en régie.
- Les pièces générales à caractère réglementaire, normatif ou valant recommandations et citées dans les
différents articles du Chapitre II du CPS
- L’arrêté du ministre des travaux publics de la formation professionnelle et de la formation des cadres
n° l 161-89 du 31 juillet 1989 portant approbation des cahiers de prescriptions communes applicables
aux marchés d'études routières exécutées pour le compte du ministère des Travaux publics de la
formation professionnelle et de la formation des cadres.
- le Décret n° 2-14-394 du 06 chaabane 1437 (13 mai 2016), approuvant le cahier des clauses
administratives générales applicables aux marchés des travaux exécutés pour le compte de l’état
(CCAG-T).
- Le Guide Marocain des Terrassements Routiers (GMTR) rendu applicable par la note circulaire de la
DRCR n°214.22/40900/1896/2002 du 11/07/2002.
8
- Pour le Management Qualité du Projet, la mise en place du Système d’Assurance Qualité niveau 3 et
son pilotage : Norme iso 9001 version 2008, « Systèmes de management de la qualité — Exigences »
- Norme marocaine n°10.1.008 relative au béton
- En outre l’attributaire devra se procurer ces documents s’ils ne sont pas en sa possession et ne pourra
en aucun cas exciper de l'ignorance des textes et documents dont il est fait référence dans le présent
marché pour se soustraire aux obligations qui en découlent.
En cas de modifications dans les textes concernés, l’attributaire se référera aux plus récents
d’entre eux.
L'énumération des textes référencés est indicative et non limitative. L'Entrepreneur reste soumis d'une
manière générale aux lois et règlements en vigueur.

2.3 DISPOSITIONS GENERALES

D'une manière générale pour les règlements techniques, l'Entrepreneur, est tenu de s'assurer de l’accord
préalable du maître d’ouvrage délégué (M.O.D), sur l'application de tout règlement technique. Ceci s'applique
tout particulièrement à tous les aspects techniques.
2.4 POUR LE CALCUL DES OUVRAGES :

En règle générale, les calculs de résistance des ouvrages seront effectués conformément aux circulaires
ministérielles les plus récentes, complétées par les règles en vigueur à la date de la signature du Marché et
notamment aux prescriptions des fascicules définis au Cahier des Prescriptions Communes,
Si les documents généraux énumérés ci avant présentent des clauses contradictoires, l’Entrepreneur se
conformera au plus récent d’entre eux.
2.5 PIECES CONTRACTUELLES POSTERIEURES A LA CONCLUSION DU MARCHE
Les pièces contractuelles postérieures à la conclusion du marché comprennent :
- Les ordres de services
- Les avenants éventuels
- La décision prévue au paragraphe 3 de l’article 57 du CCAG-T, le cas échéant.

ARTICLE 3 : MAITRISE D’OUVRAGE ET MAITRISE D’OUVRAGE


DELEGUEE

Le maître d’ouvrage est le Directeur de la Caisse pour le Financement Routier (CFR). Il délègue la
maîtrise d’ouvrage aux Directeur des Routes et Directeur de la direction provisoire d’aménagement de la RN1
entre Tiznit et Dakhla, qui agit sous sa responsabilité conformément aux dispositions de l’article 144 du
Règlement complété par l’instruction des réclamations éventuelles.

ARTICLE 4 : CONSISTANCE DES TRAVAUX

Les travaux objet du présent marché comprennent :


- La construction de l’ouvrage, conformément aux projets d'exécution approuvé jusqu’à son achèvement
complet, à savoir, notamment :
 Les installations du chantier
 Aménagements des accès et pistes de chantier
 Maintien de la circulation routière.
 Les essais d’agrément et de recette des matériaux, les contrôles de qualité et les épreuves de
l’ouvrage.
 L’implantation de l’ouvrage.
 Les travaux de traitement des cavités karstiques éventuelles.

9
 L’exécution des fondations superficielles pour piles et culées
 L’exécution des piles et culées
 Le badigeonnage par un hydrocarboné de toute partie de parements en béton accessibles après
décoffrage et susceptible d’être en contact avec les terres.
 L’exécution des dalles de transition
 L’exécution du tablier
 L’exécution des trottoirs
 L’exécution de l’étanchéité du tablier et des trottoirs
 L’exécution de la couche de roulement
 L’exécution des remblais d’accès et remblai contigu
 L’exécution de la chaussée des accès,
 La fourniture et la pose des équipements de l’ouvrage : des corniches, des contre corniches, des
dispositifs de retenue avec ou sans barreaudage, des joints de chaussées et trottoirs, des appareils
d'appui, des gargouilles, bourrelets et descentes des eaux pluviales et des glissières de sécurité...
 le vérinage du tablier pour le relâchement des appareils d'appui.
 L’exécution des protections des culées et des talus.
 L'exécution des ouvrages de décharge éventuels.
 La construction des digues de canalisation des eaux au voisinage de l’ouvrage
 Remise en état des lieux y compris le lit de l'oued
 Repliement de l'installation.
- Tous les essais complémentaires en vue d’obtention des garanties figurant dans le marché.
- L’établissement des plans de recollement
- Toutes les dispositions nécessaires à la sécurité du chantier
- Les procédés de construction et les ouvrages provisoires nécessaires à l'exécution de l’ouvrage y compris
les plans et notes de calcul y afférents
- Les déviations et ouvrages provisoires nécessaires au maintien de la circulation.
En règle générale, les travaux à la charge de l’entreprise, comprenant toutes les fournitures et mise en
œuvre nécessaires à la construction de l’ouvrage objet du présent marché.

ARTICLE 5 : DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR

L'Entrepreneur devra fournir dans les délais prescrits les documents mentionnés dans le tableau ci-
après tels qu'ils sont définis dans les fascicules du CPC pour les travaux routiers courants :
Délai à dater du lendemain de
l’ordre de service notifiant Article du présent Cahier
Désignation du document
l’approbation du marché de définissant le document
l’Entrepreneur
- Mémoire technique 15 jours Art 19-1
- Provenances et qualités des matériaux 30 jours Chap 2
- Programme détaillé des travaux 15 jours Art 19
- Organisation et instruction du
30 jours Art 20
chantier
- Laboratoire du chantier 30 jours
- Représentation des entreprises 10Jours

- Essais préliminaires Au plus tard 15 J avant le démarrage


des travaux correspondants

10
30 J avant le démarrage de la phase
- Plans d’exécution et note de calcul
des travaux comprenant ces
des ouvrages provisoires
ouvrages
30j avant le démarrage des travaux
- Procédures spécifiques d'exécution
concernés
- Plans de recollement Avant la réception provisoire Art 21

ARTICLE 6 : DONNEES GEOMETRIQUES ET FONCTIONNELLES :


6-1- Généralité :
Les données géométriques et fonctionnelles de l’ouvrage sont définies dans les plans visés « Bon Pour
Exécution ». Seules les principales caractéristiques sont rappelées ci-après.
6-2- Travure de l’ouvrage :

Nombre de Travées 5
Portée de la travée 25m
Longueur d’about Selon les plans visés « Bon Pour Exécution »

6-3- Profil en travers :

La largeur totale de l’ouvrage est de 10m, Le profil en travers est constitué comme suit :

Largeur de chaussée carrossable 7m


Sur -largeurs : 0.5mcôté gauche et 0.43mcôté droit
Largeur du trottoir côté droit : 1.42m
Largeur du trottoir gauche côté TPC : 0.65m

6-4- Tracé en plan

Le tracé de l’ouvrage est comme indiqué sur les plans visés « Bon pour exécution ».
6-5- Profil en long

La ligne de référence choisie pour définir le profil en long de l’ouvrage est comme indiqué sur les
plans visés « Bon pour exécution ».

ARTICLE 7 : DESCRIPTION DEL’OUVRAGE A CONSTRUIRE


7-1- Généralités :
L’ouvrage est défini par le présent CPS et par l’ensemble des plans visé « Bon pour exécution ». Il est
toutefois précisé que les niveaux de fondations indiqués sur ces documents n’ont qu’un caractère indicatif.
Les paragraphes qui suivent présentent les principales caractéristiques de cet ouvrage.
7-2- Tablier :
Le tablier est constitué de 04 poutres en béton armé associées à une dalle de couverture dont l’épaisseur
est indiquée sur les plans visé « Bon pour exécution ».
Les poutres sont préfabriquées et reliées entre elles par des entretoises sur appui.
7-3- Les culées :

11
Les appuis extrêmes sont du type pile-culée. Ils sont composés d’un dispositif de fondation supportant
des colonnes circulaires surmontées d'un chevêtre épais. Le chevêtre appuie le mur garde grève, les murs en
retour et la dalle de transition reposant sur le corbeau.
Le dispositif de fondation des culées est superficiel et constitué d’une semelle filante reposant sur le
sol moyennant un béton de rattrapage (gros béton).
7-4- Les piles :
Les appuis intermédiaires sont du type pile-marteau. Ils sont fondés sur un dispositif de fondation
supportant un fût circulaire creux surmonté d’un chevêtre large et évasé.
Le dispositif de fondation des piles est superficiel et constitué d’une semelle filante reposant sur le sol
moyennant un béton de rattrapage (gros béton).
7-5- Les dalles de transition :
Les dalles de transition prévues pour amortir les tassements des remblais d’accès dont les dimensions
seront ceux indiqués sur les plans visés “Bon pour exécution”.

Ces dalles seront coulées sur un béton de propreté de 10 cm d’épaisseur.


7-6- Les fondations :
Les piles et les culées seront fondées sur des semelles superficielles dont les dimensions sont indiquées
sur les plans visés “Bon pour exécution”, ces dernières doivent respecter le niveau inférieur des fondations
indiqué sur ces plans.
7-7- Les remblais contigus à l’ouvrage :
Les remblais d’accès à l’ouvrage auront des pentes de talus de 2/3. Ces remblais seront compactés par
couche de 0,30 maximum à 95 % de l’OPM.
Les côtés exacts de la ligne rouge des accès sont celles données par les plans de profil visés « Bon
pour exécution ».
Pour le drainage et assainissement de ces remblais des bourrelets et descente d’eaux sont prévus au
niveau de ceux-ci.
7-8- Les protections des remblais ou des appuis :
Les longueurs, les hauteurs et l’épaisseur des protections, sont fixées par les plans visés « Bon pour
exécution ».
Ces protections seront constituées en enrochements.
7-9- Equipement de l’ouvrage :
7-9-1 - Chape d’étanchéité :
La chape d’étanchéité est solidaire du tablier et doit résister aux actions du trafic sur la chaussée. Le
type et le mode d’exécution de la chape d’étanchéité sont précisés dans le CPS et les plans d’exécution.
7-9-2 - Revêtement :
Le revêtement définitif est en enrobé à chaud de 6cm d’épaisseur.
7-9-3 - Trottoirs :
La pente et La largeur des trottoirs seront celles indiquées sur les plans visés « Bon pour exécution ».
Les bordures sont en béton préfabriqué et sont saillantes de 0,18m par rapport à la face supérieur du
revêtement définitif.
Le corps des trottoirs est en béton maigre, il est équipé d’évidements dont le diamètre sera celui
indiquée sur les plans visés « Bon pour Exécution »
La partie supérieure est constituée d’une chape en béton avec incorporation d’un produit antidérapant.
7-9-4 - Corniches
Le profil des corniches est continu sur tout l’ouvrage y compris les culées. Ces corniches seront de
préférence préfabriquées, mises en place et réglées à l’aide d’un mortier de pose. Dans ce cas, les corniches
comporteront des armatures en attente pour leur fixation à celles prévues pour la contre corniche.

12
La face latérale extérieure des corniches recouvrera le bord de l’encorbellement de la dalle du tablier
afin de dissimuler les imperfections dues au coulage. Dans tous les cas les corniches doivent être réalisées
conformément au plan visé « Bon pour exécution ».

7-9-5 - Dispositifs de retenue type BN4 :


Les dispositifs de retenue de type BN4 et BN4 avec barreaudage doivent s’inscrire transversalement
dans les bandes indiquées sur les plans visés bon pour exécution. Elles sont fixées sur des longrines prévues à
cet effet.
Au passage des joints de chaussées, les dispositifs de retenue doivent conserver leurs performances
dans toutes les conditions d’ouverture du joint.
Le raccordement avec les dispositifs de retenue (glissières de sécurité) en section courante doit être
exécuté conformément aux plans d’exécution et à la norme XP P 98-421.
7-9-6 - Gargouille :
Les gargouilles sont prévues de chaque côté de la chaussée. Elles sont posées aux emplacements prévus
par les plans visés « Bon pour exécution »
7-9-7 - Appareils d’appui :
Les appareils d’appuis sont en élastomère fretté d’un type agrée par l’Administration et conforme au
ceux indiqués sur les plans visés « Bon Pour Exécution ».
7-9-8 - Joints de chaussée et sous trottoirs :
Les joints de la chaussée seront ceux indiqués sur les plans visés “Bon pour exécution”. Ces joints de
chaussée sont choisis et mis en place conformément prescriptions du présent CPS.
7-10- Glissière de sécurité :
Les glissières de sécurité seront placées à l’entrée et à la sortie du pont. Leur raccordement aves les
dispositifs de retenue sur ouvrage doit être conforme au plan visé bon pour exécution.

ARTICLE 8 : DESCRIPTIONS DES TRAVAUX DES


RACCORDEMENTS :

Les travaux des raccordements avec la voie express à exécuter au titre du présent marché comprennent
:
a- Travaux de terrassements :

✓ Établir toutes les opérations topographiques et piquetage complémentaires et spécial.


✓ La préparation des emprises des déblais et la préparation initiale des terres sous les remblais ;
✓ La réalisation d’une planche d’essai pour la mise en œuvre des remblais ;
✓ L’exécution des déblais et des remblais ;
✓ Le réglage des talus et de la plateforme selon les plans « bon pour exécution » ;

b- Travaux de construction du corps de chaussée :


✓ La reprise éventuelle du réglage et du compactage du fond de forme dans le cas où les travaux n’ont
pas démarré juste après les terrassements et cela quel que soit les raisons ;
✓ La fourniture et la mise en œuvre des matériaux pour couche de fondation ;
✓ La fourniture et la mise en œuvre des matériaux pour couche de base ;
✓ La fourniture et la mise en œuvre des matériaux pour couche de roulement ;
✓ La fourniture et la mise en œuvre des matériaux sélectionnés type 2 pour accotements,
✓ La réalisation des planches d’essais pour la mise en œuvre de la couche de fondation, les MS, la
couche de base, et la couche de roulement ;

13
✓ La fourniture, la mise en œuvre des liants hydrocarbonés pour GB3, BBSG2, couche d’accrochage et
l’imprégnation, y compris la fourniture des dopes éventuels ;
✓ La fourniture et la mise en œuvre des gravettes pour GB3 et BBSG2.
NB : Il est à préciser que la mise en œuvre des enrobés doit se faire par un alimentateur et un finisseur
doté d’une poutre laser et une table dont la largeur est supérieure à huit mètres (8m).

C H A P I T R E II : PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX

14
ARTICLE 9 : PRESCRIPTION GENERALES :
Sont à la charge de l’entreprise toutes les fournitures de matériaux qui ne sont pas expressément
exclues par le présent marché destiné à l’ouvrage. Les matériaux utilisés devront satisfaire aux conditions
fixées par les Cahiers des Prescriptions Communes ainsi que les différentes circulaires relatives à l’agrément
des procédés de construction des ponts.
Par le fait même de sa soumission, l’entrepreneur est réputé connaître parfaitement les ressources Des
lieux d’extraction ou de provenance ainsi que leur condition d’exploitation, d’accès, de fourniture ou de
transport en toute saison.
Aucune réclamation ne sera admise concernant le prix de revient à pied d’œuvre Des matériaux.
En cas d'anomalies constatées sur les matériaux, produits composants et équipements il est fait
application des dispositions du CCAG-T.
ARTICLE 10 : ORIGINE DES MATERIAUX :
Les matériaux seront d’origine marocaine, sauf en cas d’impossibilité, justifiée par l'entreprise et
reconnue par l’Administration.
ARTICLE 11 : PROVENANCE DES MATERIAUX :
Les matériaux destinés à la construction de l’ouvrage auront les provenances désignées ci-après :
Nature des matériaux Provenance des matériaux
1- Sables pour béton courant Proposé par l’entreprise et agrée par l’Ingénieur
2- Sable pour béton armé Idem
3- Granulats moyens et gros pour béton de construction Idem
béton armé Idem
4- Bois de coffrage Idem
5- Contre-plaqué de coffrage Idem
6- Eau de gâchage Idem
7- Liants hydrauliques Idem
8- Aciers pour béton armé Idem
9- Remblais Idem
10- Matériaux pour revêtement d’étanchéité Idem
11- Bitume pour chaussée Idem
12- Granulats et fillers pour la préparation d’enrobés Idem
13- Appareils d’appui Idem
14- Gargouilles du tablier Idem
15- Moellons pour perrés, enrochements et gabions Idem
16- Matériaux pour chaussée
Les matériaux non indiqués ci-dessus proviendront des lieux proposés par l'Entrepreneur à l'agrément
de l’Administration
La demande d'agrément sera sollicitée 15 (Quinze jours) avant l'utilisation des matériaux considérés.
ARTICLE 12 : STOCKAGE DES MATERIAUX :
Le stockage des matériaux sera effectué sur des aires spécialement aménagées dépourvues de
végétation, convenablement drainées, éventuellement recouvertes d’une couche anticontaminante et
généralement à l’abri de toute pollution.

Les constituants doivent être stockés et manipulés de façon à ce que leurs propriétés ne changent pas de
façon significative, en raison du climat par exemple, ou de leur mélange ou encore d'une contamination, et de
façon à ce que leur conformité à leur norme respective soit maintenue.

Les compartiments de stockage doivent être clairement identifiés de façon à éviter des erreurs sur les
constituants à utiliser.
Les instructions particulières des fournisseurs de constituants doivent être prises en compte.
Les moyens nécessaires au prélèvement d'échantillons représentatifs sur les tas, silos ou trémies doivent
15
exister.
Les matériaux contaminés ne devront pas être utilisés, la préparation des aires de stockage est à la charge
de l’entrepreneur.

ARTICLE 13 : QUALITE DES MATERIAUX :


13-1- Matériaux pour bétons et mortiers
13-1-1 - Granulats pour bétons et mortiers
les granulats pour bétons et mortiers doivent être conformes aux prescriptions de la norme 10.1.271
''Granulats pour bétons hydrauliques" et 10.1.008 "Bétons: Spécification, performances, production et
conformité"
a-Sables:
a.1-Nature :
Tous les sables doivent être conformes à la norme NM10.1.271 ''Granulats pour bétons hydrauliques"
et aux spécifications de la norme 10.1.008
La nature et la provenance des sables demeurent soumises à l’agrément de l’Ingénieur.
Les sables seront de préférence les sables de rivière, cependant les sables de mer pourront être acceptés,
lorsqu’ils seront soigneusement lavés et qu’ils présenteront une granulométrie satisfaisante.
L’emploi de sable provenant de broyage ou de concassage peut être autorisé après mélange avec le
sable de mer ou de rivière.
L’Entrepreneur doit indiquer la carrière de provenance et l’estimation de la qualité à extraire ou à
produire. La carrière de provenance doit être autorisée selon la réglementation en vigueur. Il est à rappeler
qu’en cas de fausses informations à ce sujet, le titulaire du marché est passible des sanctions prévues à
l’article 142 du règlement relatif aux conditions et formes de passation des marchés de la caisse pour le
financement routier.
a.2-Granularité : le fuseau de fabrication figure sur la FTP

le tableau ci-après résume les caractéristiques des sables conformément à la norme 10-1.271

Catégorie Passants (%) à


2D 1.58D D
GrA à GrD Vsi 100 Vsi 99 Vsi 85 Vss99

a.3-Module de finesse
le tableau ci-après résume les caractéristiques des sables conformément à la norme 10-1.271

Catégorie MF
MFA Li = 1.8 e=0.6
Ls=3.2
MFB- MFC Li=1.8 e=0.7
MFD Li=1.8 e=0.8

a.4-Teneur en fines (F) de la fraction 0/5mm


les caractéristiques de dispersion de la teneur en fines satisfont aux exigences de la norme 10.1.271
rappelées dans le tableau ci-après:
16
Catégorie Passants (%) au tamis de 0.08 mm
fA Ls 12 e 3 ou CV≤20%
fB Ls 15 e 5 ou CV≤20%
fC Ls 18 e 6 ou CV≤20%
fD Pas de spécifications mais FTP renseignée

a.5-Propreté :
Les sables devront satisfaire aux exigences de la norme 10.1.271 rappelées dans le tableau ci-après:

Catégorie PS % (*) ou
Sables d'extraction Autres sables VBO/D (g)
Alluvionnaire et
marine (IC<50°)
PSA Vsi 65 Vsi 60 Vss 1
PSB, PSc et PSD Vsi 60 Vsi 50
(*): il s'agit de l'essai ES piston sur le 0/2 limité à 10% de fines

a.6-Matières organiques :
L’essai colorimétrique doit être négatif ou les essais sur mortiers sont conformes.

b-les gravillons:
Les granulats proviendront des sites ou carrières choisis par l’entrepreneur et agréés par
l’Administration. L’Entrepreneur doit fournir à l’appui de demande d’agrément une analyse chimique des
matériaux mettant notamment en évidence sa teneur en sulfates, en sulfures et en matière organique.
Les caractéristiques des granulats doivent être conformes aux prescriptions des normes 10.1.271 et
10.1.008 ainsi que de l’article 82.2 du fascicule 65 du C.C.T.G relatif à l’exécution des ouvrages en béton armé
ou en béton précontraint.
b.1-Granularité :
Les granulats destinés à la confection du béton doivent répondre aux prescriptions ci-dessus indiquées.
Catégorie
GA, GB et GC Granulats non gélifs
GD Pas de spécifications mais FTP renseignée

Catégorie Passants (%) à


2D 1.58D D (d+D)/2 d 0.63d
GrA Vsi 100 Vsi 99 Li 80 Li 25 Li 1
Ls 99 Ls 75 Ls 20
e 15 e 35 e 15 Vss 5
GrB Li 20
GrC e 19 Ls 80 e 19
e 40
GrD Pas de spécifications mais FTP renseignée

Les gravillons destinés à la confection du béton armé doivent passer dans la passoire de 25 mm sans
pouvoir passer dans la passoire de 15 mm.
Tous les granulats seront complètement purgés de terre passés à l’eau et lavées si l’Ingénieur en
reconnaît la nécessité.
17
b.2-Propreté : Vss1.5
Cette valeur est portée à 3 pour les gravillons de roches massives et pour les gravillons d'extraction
alluvionnaires et marine d'IC≥50 si VBF≤10
b.3-Los Angeles
les gravillons devront satisfaire aux spécifications de la norme 10.1.271 rappelées ci-après:

Catégorie Vss
LAA 30
LAB et LAC 40
LAD 50

b.4-Coefficient d'aplatissement
les gravillons devront satisfaire aux spécifications de la norme 10.1.271 rappelées ci-après:

Catégorie Vss
AA 25
AB et AC 30
AD 40

b.5-Eléments coquilliers
les gravillons devront satisfaire aux spécifications de la norme 10.1.271 rappelées ci-après:

Catégorie Vss
CqA ,CqB et CqC 10
CqD 20

c-Caractéristiques communes aux sables et gravillons :


les granulats pour béton (sables et gravillons ) doivent satisfaire les exigences de la norme 10.1.207
rappelées ci-après:

Catégories
Caractéristiques
Valeur
communes aux sables
spécifiée A B C D
et gravillons
Absorption d’eau Pas de spécifications
Vss 2.5 5 6
(Ab, NM10.1.273) mais FTP renseignée
Impuretés prohibées
Vss 0.1
(ImP)(en %)
Tous les granulats (gravillons et sables) destinés à des bétons
exposés directement à un environnement humide (*) doivent
être qualifiés vis à vis de l'alcali réaction conformément à la
norme 10.1.279.
Alcali-réaction Réactivité En l'absence de justifications, ils sont considérés comme
potentiellement réactifs (PR) et les dispositions
correspondantes leurs sont applicables.
Les granulats potentiellement réactifs (PR) et les granulats
potentiellement réactifs à effet de pessimum (PRP) peuvent

18
être utilisés en prenant les précautions particulières définies
par la norme 10.1.279
Soufre total (S) en %
Vss 0.4 1 1.5
(NM 10.1.140)
Sulfates
en % SO3
Vss 0.2 0.8
si S total > 0.08 %
(NM 10.1.005)
Sulfates solubles dans
l’eau (SS) Pas de spécifications
Vss 0.2
si granulats recyclés mais FTP renseignée
(NM 10.1.005)
- Bétons contenant des:
Chlorures (Cl)
- armatures de précontrainte en acier: Cl 0.20
Teneur maximale en Cl-
- armatures en acier ou pièces métalliques noyées: Cl 0.40
rapportées à la masse de
- armatures en acier ou pièces métalliques noyées et formulées
ciment
exclusivement avec des ciments CHF ou CLK: Cl 0.65
NM 10.1.005
- Bétons sans armature en acier et pièces métalliques noyées: Cl 1,0

d-fillers
Le tableau suivant précise les caractéristiques applicables aux fillers qui doivent être conformes aux
prescriptions de la norme 10.1.271 :
d.1-Granularité
Catégorie Passants (%) à

1.58 D D 0,08 mm

GrA , GrB et GrC Vsi 85 Vss 10


Vsi 100
Vss 99
GrD Pas de spécifications mais FTP renseignée

d.2-Propreté
Catégorie Vss

VBA 1
VBB , VBC 2
VBD Pas de spécifications mais FTP renseignée

13-1-2 - Ciment :
Les ciments utilisés pour la fabrication des bétons doivent être conformes à la norme 10.1.004.
Des ciments conformes à la norme 10.1.004 ayant des caractéristiques complémentaires définies dans
les normes NM 10.1.156, NM 10.1.157 et NM 10.1.158 peuvent être utilisés pour la fabrication des bétons.
Ces caractéristiques leur confèrent une aptitude à l’emploi dans des environnements particuliers (exemple
environnement marin, environnement sulfaté,…)

les ciments utilisés bénéficient d'une certification émanant d'un organisme certificateur officiel.
Le ciment doit être choisi conformément aux normes marocaines en vigueur en prenant en
considération :

19
- l'exécution des ouvrages ;
- l'utilisation finale du béton ;
- les conditions de cure ;
- les dimensions de la structure;
- les agressions environnementales auxquelles la structure est exposée;
- la réactivité potentielle des granulats aux alcalins des constituants.

L'entrepreneur indique la catégorie, la classe et la provenance des ciments proposés par à l'acceptation
du Maitre d’ouvrage, dans le cadre des stipulations du fascicule 65 du C.C.T.G. et de celles qui suivent en vue
d'obtenir les caractéristiques chimiques ou mécaniques nécessaires à la réalisation de l’ouvrage dans les
conditions fixées au présent CPS.

Les ciments seront normalement livrés en vrac ou en sacs de 50kg muni d’une étiquette d’origine, sauf
autorisation de l’Administration, les magasins utilisés par l’entrepreneur pour la conservation des liants doivent
être secs et ouvert. Dans ces locaux, les liants doivent être séparés par nature. L’entrepreneur a la responsabilité
et la garde des liants en magasins jusqu’au moment de l’emploi. Le liant avarié ou qui se trouve dans des
enveloppes en mauvais état au moment de la sortie du magasin est rebuté.
Les liants rebutés sont enlevés des magasins par les soins et aux frais de l’entrepreneur dans un délai
de deux jours à dater de la notification procès-verbal de rebut.
Faute par l’entrepreneur de se conformer à cette prescription, il est procédé d’office par l’ingénieur à
l’enlèvement des lots rebutés, qui sont évacués aux frais, risque et périls de l’entrepreneur.
Tous les ciments parviendront d’usines choisies par l’entrepreneur agrée par l’administration.

13-1-3 - Adjuvants :
Les adjuvants doivent être conformes à la norme NM10.1.109

La formulation de béton doit préciser la nature, le rôle et le dosage précis des adjuvants proposés à être
utilisés.
L’entrepreneur est tenu de vérifier compatibilité des différents adjuvants entre eux, ainsi qu'avec les autres
composantes du béton.

13-1-4 - Eau de gâchage des mortiers et bétons :

L'eau de gâchage et les eaux de lavage récupérées de la production du béton doivent être conformes à
la NM 10.1.120.
L’Entrepreneur devra se procurer par ses propres moyens, l’eau nécessaire à l’exécution des travaux.
La provenance et la qualité des eaux de gâchage devront au préalable être soumises à l’agrément de
l’Ingénieur
L’emploi d’eau de mer est interdit.
En outre, les eaux douteuses ou soupçonnées de contenir des matières organiques aux sels sensibles
seront soumises à l’analyse chimique aux frais de l’entrepreneur.

13-1-5 - Compatibilité des différents constituants


Les constituants du béton doivent être choisis de façon à être compatibles entre eux et ne pas altérer
les armatures.
En particulier la quantité maximale d’ions-chlore (Cl–), rapportée à la masse de ciment, doit être
conforme aux dispositions ci-dessus.
Les teneurs en alcalins actifs (cas des granulats PR, PRP et NQ), en sulfates et en chlorures de
l'ensemble des constituants des bétons (y compris l’eau de gâchage) doivent être communiquées au Maître

20
d’Ouvrage (en même temps que leurs fiches techniques), ainsi que les bilans analytiques correspondants pour
chaque formulation.

13-2- Aciers pour béton armé :

Les prescriptions du Fascicule 65 du CCTG sont complétées comme suit :


Les aciers utilisés sont conformes aux normes en vigueur, notamment :
• NM 01.4.095 : Produits sidérurgiques Ronds lisses pour béton armé
• NM 01.4.096 : Produits sidérurgiques Armatures pour béton armé Barres et couronnes à haute adhérence
Non soudables
• NM 01.4.097 : Produits sidérurgiques Armatures pour béton armé Barres et couronnes à haute adhérence
Soudables

Les fers à béton bénéficient d'une certification de conformité, par rapport aux normes dont ils révèlent,
émanant d'un organisme certificateur officiel (en l’occurrence IMANOR). Dans ce cas, le dossier
d’agrément sera constitué de ce certificat de conformité contenant toutes les données assurant la conformité
et la traçabilité du produit.
Le cas échéant, l’entrepreneur est tenu de réaliser les essais d’agrément justifiant la conformité des aciers
par rapport aux normes dont ils révèlent, et de soumettre le dossier d’agrément à l’acceptation du maitre
d’ouvrage.
Ces essais d’agréments s’étendent sur l’ensemble des spécifications couverts par les normes en vigueurs,
notamment :
- Les caractéristiques géométriques et masse linéique,
- Les caractéristiques mécaniques,
- Les caractéristiques technologiques,
- Les caractéristiques de forme.
Les essais de recette seront effectués en conséquence conformément aux dispositions prévues par les normes
correspondantes.
Les dispositions des armatures en attente sont conformes au fascicule 65 du CCTG.

En complément des stipulations du fascicule 65 du CCTG, l’entrepreneur précisera lors de la demande


d’agrément les caractéristiques et la provenance des dispositifs de raccordement des armatures de béton armé
(manchons).
Il explicitera dans son PAQ ou mémoire technique les dispositions adoptées pour assurer la protection
contre la corrosion, en phase provisoire.

13-2-1 - Ronds lisses


a-Nuance des aciers :
Les armatures rondes et lisses seront de la nuance Fe235 telle que définie dans les prescriptions de la
norme marocaine NM 01.4.095.
a-Domaine d'emploi :
Ces aciers seront utilisés :
- Comme armatures de frettage
- Comme barres de montage
- Comme armature en attente, de diamètre inférieur ou égal à quatorze (14) millimètre si elles sont
exposées à un pliage suivi d’un dépliage.
L'appréciation de la possibilité de leur emploi reste soumise à l'agrément du Maître d’ouvrage.

21
13-2-2 - Acier à haute adhérence :
Les aciers à hautes adhérences prévus par le marché sont FeE500, ils devront satisfaire aux
prescriptions des normes correspondantes citées ci-haut en vigueur.
Ils seront utilisés pour l’ensemble des parties de l’ouvrage, conformément aux plans visés « Bon Pour
Exécution »
Il ne devra être utilisé simultanément que deux marques d'acier au maximum par nature d'ouvrage.
Elles seront coupées et cintrées à froid.

13-2-3 - Treillis soudé pour éléments préfabriqués

les treillis soudés et leurs éléments constitutifs seront conformes à la norme NM 01.4.226.les nuances
des aciers seront FeE500 pour les barres et FLE500 pour les fils tréfilés.

L’utilisation de treillis soudés ou de fils tréfilés est interdite sauf pour les pièces secondaires pour
lesquelles elle est soumise à l’acceptation préalable du Maitre d’ouvrage.

13-2-4 - Manchons de raccordement

(Normes NF A 35-020-1 et NF A 35-020-2)


Les dispositifs de raboutage éventuellement utilisés pour le raccordement des armatures de béton
armé sont admis s’ils bénéficient de la marque AFCAB-Dispositifs de raboutage ou d'ancrage d'armatures du
béton. Ils seront soumis à l'agrément du Maitre d’ouvrage.
Les manchons seront conformes aux prescriptions résultant des essais de qualification.
L'Entrepreneur fournira au Maitre d’ouvrage une notice technique détaillée du modèle de manchon prévu
avant toute commande au fournisseur.
Le serrage des manchons sera assuré du début à la fin par clef dynamométrique. Les règles générales
d'enrobage seront appliquées

13-2-5 - Conditions de livraison, transport, manutention et stockage

L’entrepreneur définira et appliquera la procédure de réception des produits.


L’acceptation des lots d’armatures est soumise à l’application de l’article 71.2 à 71.5 du fascicule 65
du CCTG.
L'Entrepreneur veillera à avoir un stock suffisant de façon à éviter un arrêt intempestif du chantier.
Le stockage sera organisé conformément aux spécifications de l’article 71 du fascicule 65 du CCTG.

D'une façon générale, les transports et manutentions sont organisés et effectués de manière que les armatures
ne subissent pas d'altérations (déformations permanentes accidentelles, blessures, souillures, ruptures
d'assemblages).
Le redressage de barres qui auraient dû être livrées droites mais ont été ployées accidentellement en cours de
fabrication, transport ou manutention, est interdit. De telles barres sont refusées. Cependant, leurs parties
demeurées droites après élimination des parties ployées peuvent être utilisées.
Les aciers et les armatures sont stockés dans un parc spécial soit sur le chantier, soit à l'atelier de fabrication
d'éléments assemblés s'il est distinct du chantier. Ils sont classés par catégories, nuances et diamètres. Le
parc de stockage est organisé de manière à éviter toute altération préjudiciable aux armatures (intempéries,
rouilles, graisse, terre…)
Elles seront coupées et cintrées à froid, elles seront façonnées sur gabarits de façon à présenter exactement
les longueurs et les formes prévues par les dessins d’exécution.
Le chauffage des aciers, en vue de faciliter leur façonnage, est formellement interdit.

22
Les armatures laissées en attente entre deux phases de bétonnage sont à protéger contre les pliages
accidentels.
Toute durée de stockage supérieur à un (1) mois donnera lieu à des vérifications périodiques de l‘état des
aciers ou des armatures

13-3- Appareils d’appui en élastomère fretté:


Il s’agit des blocs d'élastomère renforcé par des frettes métalliques en acier, adhérisées à l'élastomère,
servants à transmettre les efforts du tablier aux appuis.
Les éventuels éléments de glissement comportent une plaque de PTFE1 fixée sur le dessus de l'appareil
d'appui en élastomère. Une tôle en acier inoxydable poli liée à une platine supérieure en acier glisse sur la
plaque de PTFE.
Le type et les dimensions des appareils d’appuis sont précisés par les plans visés Boon pour exécution.
Les appareils d’appuis à utiliser pour l’ouvrage, doivent répondre aux spécifications des normes en
vigueurs, notamment :
- NM10.2.201: Appareils d’appuis en caoutchouc- Généralités et terminologie,
- NM10.2215 : Appareils d’appuis en caoutchouc- Spécifications,
- NM10.212 : Appareils d’appuis en caoutchouc- détermination de la résistance à l'ozone,
- NM10.213 : Appareils d’appuis en caoutchouc- Détermination à la résistance au brouillard salin
- NM05.2.202 : Appareils d’appuis en caoutchouc- Détermination du module de cisaillement.

L’entrepreneur fournira le dossier d’agrément comportant toutes les informations assurant la


conformité et la traçabilité du produit, notamment les résultats d'essais prescrits par lesdites normes, réalisé
par un laboratoire spécialisé et agréée à faire ce type de contrôles.
Autrement, l'entrepreneur pourra utiliser des appareils d’appuis en élastomère fretté certifiés
conformes aux spécifications des normes ci-dessous, attestée par un marquage CE de niveau 1 au sens desdites
normes :
- NF EN 1337-1 – Appareils d'appui structuraux. Partie 1 : Indications générales
- NF EN 1337-2 - Appareils d'appui structuraux. Partie 2 : Eléments de glissement
- NF EN 1337-3 - Appareils d'appui structuraux. Partie 3 : Appareils d'appui en élastomère

L’entrepreneur fournira en conséquence le dossier d’agrément comportant toutes les informations


assurant la conformité et la traçabilité du produit, notamment certificat de conformité signé par le l’organisme
certificateur et qui doit inclure les informations suivantes :
- numéro d'identification de l'organisme de certification ;
- nom et adresse du fabricant ;
- description du produit (type, identification, utilisation,…) et une copie des informations
accompagnant le marquage CE ;
- conditions particulières d'utilisation du produit ;
- numéro du certificat ;
- conditions et durée de validité du certificat ;
- nom et fonction de la personne habilitée à signer le certificat

Les dimensions des appareils d’appui seront ceux indiqués dans les plans visés “Bon pour exécution”.
Les appareils d’appui devront être livrés sur chantier dans des emballages permettant leur
identification puis stockés à l’abri des intempéries.

13-4- Equipements du tablier :


13-4-1 - Gargouille :
Les gargouilles constituant les pénétrations à travers le tablier seront constituées par des tubes en
matériau inerte : polyvinyle chlorure rigide, amiante-ciment, fonte etc...
23
Chacune devra comporter à sa partie inférieure un embout d’une longueur de 10cm devant permettre
l’accrochage de la descente d’eau
La partie supérieure sera équipée d’un pavé d’entrée d’eau ou d’une virole à la lumière en matériaux
protégés de l’oxydation ou inoxydables. Le dispositif prévu à la partie supérieure devra être pourvu d’un
système garantissant l’étanchéité, genre platine à moignon en plomb de 3 mm d’épaisseur ou joint de mastics
adhérents.
Les buses de pénétration du hourdis sont prolongées jusqu’à 15cm sous le niveau du hourdis
Les tubes propre de la gargouille sont prolongées jusqu’à 15cm sous le niveau du tablier.
13-4-1 - Etanchéité :
L'étanchéité du tablier est réalisée conformément au fascicule 67 titre I du CCTG par l’un des procédé
suivants :
- une chape en asphalte coulé bicouche
- une chape en feuilles préfabriquées bitumineuses système monocouche.
- un procédé composé d'un vernis d'imprégnation à froid et d'une feuille préfabriquée surmontée d'une
protection en asphalte gravillonné
Le système mis en œuvre doit être titulaire d'un avis technique valide sur les étanchéités des ponts routes
avec support en béton, délivré par le SETRA.

13-4-2 - Dispositifs de retenue: BN4


Ces dispositifs de retenue seront conformes aux spécifications des normes NF P 98-409 et XP P 98-
421 complétées par les pièces du Marché et suivant les dossiers pilotes « Barrières de sécurité pour la retenue
des poids lourds » Collection du Guide Technique GC du SETRA.

Les dalles de frottement pour barrières ou glissières lorsqu'il en est fait usage, notamment aux
extrémités de l’ouvrage seront également conformes aux mêmes prescriptions ; en particulier le ferraillage de
ces dalles devra être conforme au même dossier-pilote.

Qualité des matériaux


a) Support et lisses métalliques
Se référer à l’article 5.3 de la norme XP P 98-421.
Le métal de base est un acier qui doit être apte à la galvanisation à chaud.

b) La boulonnerie
Se référer à l’article 5.4 de la norme XP P 98-421.

c) Béton
Le béton des barrières destiné à la confection des longrines des dispositifs de retenue seront mis en
œuvre dans les mêmes conditions que le béton de la structure. Leur constitution est définie dans le CPS.

d) La protection contre la corrosion


Elle sera assurée par galvanisation à chaud 550 g/m2 (80 m environ), la galvanisation à chaud
impose que la conception générale des pièces soit conforme aux spécifications de norme en vigueur. Se référer
à l’article 5.5 de la norme XP P 98-422.

e) La peinture
Les barrières normales et les glissières ne seront pas peintes.
L’entrepreneur devra présenter un dossier d’agrément à l'acceptation du Maître d'ouvrage. Il
comprendra les chapitres prévus par les normes. En particulier, il traitera au moins des points suivants :

24
• définition du lot en relation avec les approvisionnements d'acier (avec les certificats de conformité de la
qualité des aciers),
• consistance de l'examen visuel,
• les essais (visuel, ressuage ou magnétoscopie, pesée, épaisseur de la galvanisation, etc.,
• les fiches de suivi du contrôle interne et externe,
• le marquage ou l'identification du lot,
• le traitement des non conformités,
• etc.

L'Entrepreneur fournira au Maître d'ouvrage les fiches de suivi de fabrication.


Il s'assurera du bon état de la livraison, de sa conformité à la commande et les conditions de stockage
sur une aire drainée et propre sans contact avec le sol.
Le Maître d'ouvrage se réserve le droit de procéder à des contrôles en usine ou sur le chantier en
particulier des soudures.

13-4-3 - Joints de chaussée et sous trottoirs :


Les joints de chaussée ainsi que leurs équipements annexes (joints de trottoirs, caches de bordures, de
GBA...) doivent bénéficier d'un avis technique valide ou d'une certification de marquage. Ils seront
préalablement soumis à l’agrément de l’Administration.
Chaque type de joint de chaussée devra faire l’objet de dessins détaillés et de note expliquant
notamment les dispositions à prendre pour le montage et le fonctionnement.
Ils ne devront pas exercer de poussée sur la superstructure une fois la chaussée exécutée.
Tous les autres types de joints de chaussée devront faire l’objet de dossiers détaillés et notes
explicatives, expliquant notamment le fonctionnement afin que l’Administration puisse en apprécier les
qualités.
13-5- Matériaux pour Enrochements
Ils devront satisfaire aux prescriptions des fascicules 63 et 64 du CCTG
Tous les enrochements doivent provenir de roches pures, non gélives et saines exemptes de fissures et de
corps nuisibles (gangue de terre, produits friables, etc.).
Leur calibre devra être égal à celui mentionne sur les plans d’exécution.
Le rapport L/l entre la plus grande dimension L de la pierre et la plus petite l ne doit pas dépasser 3.
La résistance à l'abrasion (Los Angeles) doit être inférieure à 35.
La masse volumique des enrochements est supérieure à 2,7 t/m3.

13-6- Géotextiles :
Le géotextile à mettre en œuvre dans le cadre du présent marché, est un géotextile non tissé aiguilleté de
densité minimale égale à 800g/m².
L’entrepreneur est tenu d’approvisionner les géotextiles emballés avec leur étiquetage, fixé par le fabricant,
permettant de vérifier les spécifications précisées dans le dossier d’agrément.

13-7- Sols d’apport pour remblais :


Les sols pour remblais seront conformes aux prescriptions du GMTR et doivent être présentés par
l’Entrepreneur à l’agrément de l’Administration.
Ils devront :
- Etre exempt d’éléments végétaux de toute nature.
- Etre exempts de toute quantité appréciable d’humus.
- Présenter un indice de plasticité inférieur à quinze (15).
- Ne comporter aucun élément supérieur à 200 mm.

25
13-8- Badigeon pour parements cachés :
Le badigeon pour toute partie de parements en béton susceptible d’être en contact avec les terres est réalisé
soit au goudron désacidifié, de bitume à chaud ou d'une émulsion non acide de bitume. Son épaisseur
minimale est de 1 mm, Il sera exécuté en trois couches croisées, avec intervalle de temps de prise nécessaire
à chacune d’elle.

13-9- Qualité des matériaux des remblais contigus :


Les matériaux utilisés pour les remblais contigus doivent être conformes aux prescriptions du GMTR.
Notamment : D2, B3, B2 avec VBS < 1,5 ; B4 avec VBS < 1,5.
Le matériau ainsi que le mode d’exécution des remblais contigus devront faire l’objet d’une demande
d’agrément préalable.

13-10- Qualité des matériaux des accès au pont :


La qualité Des matériaux destinés à la réalisation Des accès du pont est définie par les fascicules
suivants :
- Le fascicule n° 3 du CPC pour les travaux de terrassement.
- Le fascicule n° 4 du CPC pour les ouvrages d’assainissement et de soutènement.
- Les cahiers Des fascicules n° 5 du CPC pour les travaux routiers courants relatifs aux chaussées
pour lesquelles le trafic à prendre en considération pour leur application est de classe T2.
La qualité des liants hydrocarbonés doit être conforme aux spécifications techniques du fascicule n° 5
cahier n°5 du CPC applicables aux travaux routiers courants complété par :
• La note circulaire de la DRCR n°214.22/50.5/238/340 du 11/12/98 relative au contrôle et suivi des travaux
routiers.
- La note circulaire de la DR n°215.30/96/08du 05/11/2008 relative à l’imprégnation des assises en
grave non traitées à l’émulsion de bitume.

ARTICLE 14 : BETONS ET MORTIERS

14-1- COMPOSITION ET FABRICATION


DES MORTIERS :
les prescriptions du fascicule 63 du CCTG sont complétés comme suit:

14-1-1 - Utilisation des mortiers


Pour les travaux des ouvrages d’art, les mortiers auront les utilisations suivantes :
• Mortier de calage, qui mis en œuvre à l’état liquide (consistance fluide ou pâteuse) entre éléments
préalablement positionnés, assure la continuité mécanique.
• Mortier de scellement, qui mis en œuvre à l’état liquide (consistance fluide ou pâteuse) assure la
fixation d’une pièce dans un élément en béton hydraulique.
• Mortier de réparation de surfaces de béton.
• Mortier de reprise de bétonnage.
• Mortier de montage des éléments de maçonnerie.

14-1-2 - Composition des mortiers


ces mortiers peuvent être :
• soit des mortiers de chantier : mortiers composés de constituants individuels dosés et mélangés sur
chantier.

26
• soit des mortiers industriels : mortiers dosés et mélangés en usine et fournis sous forme de mortier sec
prêt à gâcher avec de l’eau ou sous forme de mortier frais prêt à l’emploi.
Les mortiers de réparation de surface de béton et de reprise de bétonnage seront exclusivement des
mortiers industriels à base de liants hydrauliques ou à base de résines synthétiques. Ils doivent être conforme
à la norme marocaine de référence (NM10.1.219) ou normes équivalentes et bénéficier d’une certification de
conformité par un organisme certificateur officiel.
Ces produits sont soumis à l’agrément du MO avant utilisation.
Les mortiers industriels de calage et de scellement doivent être conformes à leurs normes marocaines
de référence NM10.1.217 et NM 10.1.218ou normes équivalentes et bénéficier d’une certification de
conformité par un organisme certificateur officiel.
En cas d’utilisation de mortier de chantier pour le calage ou le scellement, il doit être de classe M30
et dosé au moins à 400Kg de ciment CPJ45 par m3.
Le mortier de chantier pour le montage des éléments de maçonnerie sera dosé au moins à 450Kg de
ciment CPJ45 par m3. Il peut également être un mortier industriel conforme à la norme marocaine de
référence NM 10.1.528 ou équivalente.
Dans tous les cas, les compositions des mortiers de chantier seront proposées à l’agrément du MO
avant utilisation.
Le sable utilisé pour la composition des mortiers de chantier sera au moins de catégorie B.

14-1-3 - Fabrication des mortiers


La fabrication des mortiers industriels (fabriqués en usine), leur marquage, les conditions de leur
réception sur chantier seront conformes aux normes en vigueur et éventuellement aux règles de certification
pour les produits certifiés.
L’emploi des mortiers industriels sur chantier sera conforme aux fiches techniques et
recommandations du fabricant.
La fabrication des mortiers de chantier est soumise aux dispositions ci-après :
• Pour le dosage de la composition du mortier, le sable est mesuré dans des caisses ou dans des
brouettes, dont la capacité présente un rapport simple avec le nombre de sacs de liant employé.
• Le mortier est fabriqué manuellement. Le mélange, sable et ciment, est opéré à sec, sur une aire
plane et de niveau, en planches ou en tôles jusqu’à parfaite homogénéité. On ajoute alors,
progressivement, avec un arrosoir à pomme, en retournant à la pelle, la quantité d’eau strictement
nécessaire. La trituration continue ensuite, jusqu’à ce que le mortier soit parfaitement homogène et
bien liant.
• Dans tous les cas, le mortier doit être gâché jusqu’à obtention de la consistance désirée.
• Le mortier doit être employé, aussitôt après sa confection. Tout mortier qui serait desséché, ou
aurait commencé à faire prise, doit être rejeté et ne doit jamais être mélangé avec du mortier frais.

14-2- COMPOSITION ET UTILISATION


DES BETONS :
Les bétons doivent satisfaire aux exigences de la norme NM.10.1.008 et aux prescriptions du fascicule
n° 65 du CCTG sauf dispositions contraires mentionnées ci-après.

14-2-1 - Définition et destination des bétons


Préalablement à l’exécution des travaux, l’entrepreneur soumettra à l’acceptation de l’Ingénieur la
composition des bétons qu’il compte utiliser, en fonction de leur destination
Cette formulation doit être établie par un laboratoire agrée.
Les bétons seront désignés par le symbole, la classe, la résistance, le poids du liant par m3 de béton en
œuvre et par la granularité du gros agrégat.

27
La composition granulométrique sera étudiée et contrôlée pour donner au début le maximum de
compacité et de résistance compatible avec une bonne maniabilité, compte tenu des dispositions des ouvrages
et des moyens de mise en place et de serrage utilisé.
Les caractéristiques des bétons à propriétés spécifiées ou à composition prescrite sont précisées ci-
après :

Teneur
Classe de Rapport Dmax du Catégorie
Parties Classe minimale Nature de
résistance Eeff/C granulat des
d'ouvrages d'exposition en liant ciment
requise maximal (mm) granulats
(Kg/m3)
Béton de
propreté et
250 CP 20 C
de protection
des talus
Gros béton
de XCA1 XG1 B20 290 CP 0.65 40 C
remplissage
Semelle de CP 25
XCA2 XG1 B30 330 0.55 A
fondation
Piles et
XCA2 XG1 B30 330 CP 0.55 25 A
culées
Dalles de
XCA1 XG1 B30 330 CP 0.55 25 A
transition
Cadres et
XCA2 XG1 B30 330 CP 0.55 25 A
portiques
Murs de
XCA2 XG1 B30 330 CP 0.55 25 A
soutènement
A
Tablier XCA2 XG2 B30 340 CP 0.45 25

Béton coulé
en place XCA2 XG1
B30 330 CP 0.55 25 A
pour
équipements

La consistance dépend de l’usage et la destination du béton. Ainsi, la consistance sera plastique (S2)
si le béton est vibré, fluide (S4) s’il est auto plaçant et ferme (S1) s’il est damé (cas du béton de propreté).
La teneur maximale en chlorures est celle de la classe Cl 1,0 pour les bétons non armés et Cl 0.4 pour
les bétons armés.

- Les parties d'ouvrages mentionnées par chaque domaine d'emploi sont données à titre indicatif, la
classe de béton à utiliser étant celle portée sur les plans d'exécution.
- La classe de consistance est donnée à titre indicatif et pourra être modifiée après épreuves d'étude
et de convenance des bétons en accord avec le Maitre d’ouvrage. Les tolérances sur la valeur de la consistance
requise à l'issue de ces épreuves seront celles de la norme en vigueur.

- Lorsque l'épaisseur de mortier à mettre en œuvre excédera vingt millimètres, le mortier sera
remplacé par un micro béton dont les plus gros granulats n'excéderont pas cinq millimètres de diamètre.

28
L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur l'importance que le Maître d'œuvre apporte à la régularité
et l'homogénéité de la teinte de l'ensemble des parements vus de l’ouvrage.
L’addition d’adjuvants tels que plastifiants est subordonnée à l’agrément de l’Ingénieur.

14-2-2 - Indicateurs de durabilité


La durée de vie requise pour l’ouvrage d'art objet du présent marché est de 100 ans.
La formulation du béton doit être en se basant sur le guide technique du LCPC « maitrise de
la durabilité des ouvrages d’art en béton : application de l’approche performentielle », édition mars
2010.

a-Prévention des désordres dus à l'alcali-réaction


Le niveau de prévention exigé pour cet ouvrage vis-à vis de l'alcali réaction est le niveau B selon le
guide de recommandation LCPC pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction.
Les granulats doivent faire l'objet d'une étude de qualification suivant les dispositions des normes en
vigueur NF P 18.542,
Dans le cas de sable fillérisés, les fillers doivent être qualifiés séparément des sables vis-à-vis de
l’alcali-réaction lorsque la granulométrie du filler correspond à la coupure 0-0,315mm, par l’essai cinétique
visé par la norme P18-589.
Les fillers siliceux ne sont admis que sous réserve que la formule de béton proposée satisfasse à un
critère de performance (essai de gonflements) conformément aux prescriptions du chapitre 6 des
« recommandations pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du L.C.P.C. de juin 1994.
Les teneurs en alcalins-actifs (cas des granulats PR, PRP et NR) en sulfates et en chlorures doivent
être communiquées au Maitre d’ouvrage en même temps que la fiche technique du produit (FTP).
Les granulats doivent être non réactifs (N.R.). Toutefois, des granulats potentiellement réactifs à effet de
pessimum (P.R.P.) peuvent être utilisés sous réserve que les deux conditions du chapitre 9 des
« Recommandations pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du L.C.P.C. de juin 1994 soient
vérifiées. Si ces conditions ne sont pas vérifiées, les granulats sont considérés comme potentiellement réactifs
(P.R.) et toutes les dispositions du présent C.C.T.P relatives aux granulats potentiellement réactifs
leur sont applicables.
De même, des granulats potentiellement réactifs (P.R.) peuvent être utilisés sous réserve qu’au moins
une des quatre conditions suivantes soit vérifiée :
- Condition 1 : la formulation satisfait à un critère analytique (bilan des alcalins) effectué
conformément aux prescriptions du chapitre 5 des « Recommandations pour la prévention des
désordres dus à l’alcali-réaction » du L.C.P.C. de juin 1994.
- Condition 2 : la formulation satisfait à un critère de performance (essais de gonflement) effectué
conformément aux prescriptions du chapitre 6 des « Recommandations pour la prévention des
désordres dus à l’alcali-réaction » du L.C.P.C. de juin 1994
- Condition 3 : sur la base des prescriptions du chapitre 7 des « Recommandations pour la prévention
des désordres dus à l’alcali-réaction » du L.C.P.C. de juin 1994, le Maitre d’ouvrage juge que la
formulation offre des références d’emploi suffisamment convaincantes.
- Condition 4 : le béton proposé contient des additions minéralogiques inhibitrices en proportions
suffisantes, eu égard aux prescriptions du chapitre 8 des « Recommandations pour la prévention des
désordres dus à l’alcali-réaction » du L.C.P.C. de juin 1994.

14-2-3 - Prévention des désordres dus à la réaction sulfatique interne :


Dans le cadre des épreuves d'étude, l'entrepreneur doit démontrer que la température maximale
susceptible d’être atteinte par le béton de toutes les parties de l’ouvrage - compte tenu du planning de
réalisation, du programme de bétonnage et des éventuelles dispositions particulières proposées par
l’entrepreneur - respecte la température maximale fixée dans le document intitulé «Recommandations sur la
prévention des désordres dus à la réaction sulfatique interne» édité par le LCPC en août 2007.
29
Si la température maximale donnée par la méthode simplifiée constituant l'annexe IV de ce document
excède le seuil fixé pour le niveau de prévention requis et rappelé ci-dessous, une étude plus précise doit être
entreprise par l'entrepreneur, à ses frais, pour valider la formule proposée et pour définir la température
maximale du béton à la livraison.
La température maximale dans le béton doit, d'une manière générale, rester inférieure aux valeurs
indiquées dans le tableau ci-dessous.

OUVRAGE
CATEGORIE NIVEAU PREVENTION
PARTIE OUVRAGE

Tablier de pont protégé


As
par chape étanchéité

piles – culées
II Bs
Conséquences peu
Fondations tolérables
superficielles
Dalots enfouis Bs
dans les remblais ou
dans le terrain naturel

14-2-4 - Essais de durabilité


Les méthodes de référence pour les essais de durabilité sont les suivantes :
- Porosité à l’eau :NF P 18-459,
- Perméabilité au gaz :XP P 18-463,
- Migration des ions chlorure : XP P 18-462,
- Carbonatation
- Lixiviation à pH constant : annexe du guide de 2009 "Méthodologie d’application du concept de
performance équivalente des bétons",
- Gel : XP P 18-420, XP P 18-424 ET XP P 18-425
- Absorption d’eau : essai réalisé par référence à la norme NF EN 13369 . Le résultat, arrondi à 0,1 %
près, correspond à la moyenne obtenue sur 3 éprouvettes moulées non protégées conservées dans l’eau
et testées à 28 jours.

14-2-5 - Fabrication et transport du béton :

a-Fabrication:
Le matériel, les conditions de fabrication et de contrôle de fabrication du béton sont soumis à
l’acceptation du Maitre d’ouvrage.
Il est interdit de fabriquer des gâchées de volume inférieur à la plus grande des deux valeurs
suivantes :
- soit la gâchée minimale fixée par le constructeur du mélangeur ;
- soit la moitié de la capacité nominale du mélangeur.
Les organes de réglage des bascules, les accès à tous les dispositifs permettant de modifier la valeur
des pesées sont verrouillés ou plombés en permanence. En outre, la fabrication du béton sera soumise aux
spécifications ci-dessous.

30
a.1-Bétons prêts à l’emploi (BPE)
L'entrepreneur peut utiliser des bétons prêts à l'emploi préparés en usine, sous réserve de l'acceptation
du Maitre d’ouvrage et du respect des conditions suivantes :
- les bétons et l’installation de fabrication bénéficient de la marque NM-BPE selon la NM019-" Règles
de certification - Béton prêt à l'emploi" ou équivalent.
- pour les bétons, cette certification atteste la conformité à la norme en vigueur NM10.1.008.
- de plus, l’installation de fabrication doit respecter les spécifications données dans la norme
NM10.1.008.
- les commandes du titulaire se réfèrent à la norme en vigueur, en contractualisant les clauses relatives
aux conditions de préparation, aux contrôles et essais en cours de fabrication, à la commande et à la
livraison. La partie technique de la commande est tenue à la disposition du Maître d’Ouvrage.
- dans le cas général d’emploi de bétons à propriétés spécifiées (BPS), la commande précise en outre
les valeurs requises des données de base et, le cas échéant, des exigences complémentaires.
- Dans tous les cas, I ‘entrepreneur reste responsable de la conformité des bétons aux stipulations du CPS.
- Ce béton doit être également doit répondre aux exigences de durabilité du présent CPS( approche
performentielle).

- Dans tous les cas, les conditions particulières suivantes sont appliquées :
- un bordereau accompagne chaque charge livrée et est tenu à la disposition du Maitre d’ouvrage ;
- l’entrepreneur donne toutes facilités utiles au contrôle extérieur pour effectuer les épreuves de
contrôle, constituant le contrôle de conformité ; celles-ci sont effectuées par lots, le béton étant prélevé
juste avant sa mise en place dans la partie d'ouvrage concernée ;
- le fournisseur accepte les essais effectués au titre du contrôle par l'Entrepreneur ou par le Maitre
d’ouvrage.
a.2-Fabrication par la centrale sur site
La centrale doit respecter les spécifications de la norme NM 10.1.008 et éventuellement pour les
centrales certifiées les spécifications techniques du référentiel de la marque NM-BPE.
Elle est soumise à l’acceptation du Maître d’Ouvrage.
Pour des travaux en régie de très petites quantités et dans le cas où aucun autre moyen ne peut être
mis en œuvre, bien que non admise par la NM10.1.008, la fabrication en bétonnière pourra être envisagée.
Dans ces conditions, l'entreprise fabriquant le béton doit respecter scrupuleusement les exigences du cahier
des prescriptions spéciales (CPS).
Pour ce mode de fabrication, l'utilisation de formules de béton "robustes" devra être privilégiée : Les
bétons spéciaux sont bien évidemment proscrits. Les performances mécaniques visées devront être spécifiées
en conséquence.
Ce mode de fabrication doit être réservé pour le bétonnage de pièces faiblement structurelles.
Néanmoins, les précautions minimales suivantes sont à observer lors de la confection du béton par la
bétonnière :
- le ciment sera livré en sacs de 50kg. Après sa réception, il sera stockés dans un endroit protégé
contre l'humidité et les impuretés et à l'abri des écoulements d'eau et de la pluie.
- les matériaux constitutifs doivent être dosés par volume pour chaque classe de béton à l'aide de
caisses dont les volumes ont été prédéfinis. le volume de ces caisses doit correspondre à une quantité de 50kg
de ciment selon la composition du béton à confectionner.
- des épreuves de convenance doivent être réalisés pour fixer en particulier le volume de la charge
élémentaire et les conditions particulières de malaxage.
- un représentant du maitre d'ouvrage doit assister en permanence à l'opération de bétonnage pour
vérifier la régularité du béton confectionné.

b-Transport et manutention.

31
Les conditions de transport et de manutention du Béton sont soumises à l'acceptation du Maitre
d’ouvrage.
Le béton est transporté dans des conditions qui ne donnent lieu ni à ségrégation ni à commencement
de prise avant mise en œuvre. Toutes précautions sont prises pour éviter, en cours de transport, une
évaporation excessive ou l'intrusion de matières étrangères.

b.1- Transport.
Lorsque l'emplacement de la centrale de malaxage oblige à transporter le béton par camion (cas
notamment où la centrale n'est pas située sur le site du chantier), le béton est transporté par bétonnière portée,
équipée d'un tambour comportant au moins deux vitesses de rotation, l’une pour l'agitation (de l'ordre de 2 à
3 tours par minute), I’ autre pour le brassage (de l'ordre de 12 à 15 tours par minute).

b.2-Manutention.
Lorsque l'Entrepreneur emploie des pompes à béton, des transporteurs pneumatiques ou des bandes,
les canalisations ou les bandes sont nettoyées après chaque arrêt prolongé ; les canalisations exposées au
soleil sont convenablement protégées.
c- Précautions spéciales.
sont soumis par l'Entrepreneur à l'acceptation du Maitre d’ouvrage :
• le temps maximal entre la fin de la fabrication du béton et la fin de sa mise en place(Tm);
• le temps maximal de transport, en tenant compte du temps d'attente et du délai nécessaire pour la
manutention et la mise en œuvre du béton (Tm), qui sera porté à la connaissance du fournisseur
de béton dans le cas du béton prêt à l'emploi
Le délai maximal d’utilisation du béton, compté à partir de la fin de sa fabrication jusqu’à sa mise en
place dans le coffrage, n’excède pas 1 heure 30, en règle générale, lorsque la température est voisine de 20°
C. Cette limite est à modifier lorsque la température s’écarte sensiblement de cette valeur et dans le cas
d’emploi de certains adjuvants.
La durée cumulée du transport et de l’attente éventuelle sur chantier jusqu’à la fin de la vidange ne
doit pas être supérieure à deux heures. Dans le cas de transport par camion benne, ces temps sont
respectivement ramenés à 1 h et à1 h 30.
La durée pratique d’utilisation du béton (Tm) est mentionnée dans le programme de bétonnage.
Avant chargement, le producteur doit s'assurer, en faisant tourner la bétonnière portée à grande
vitesse, que la cuve est bien vidée et ne contient plus d'eau; il veille à ce que le chauffeur, s'il nettoie le camion
pendant le chargement du béton, n'introduise pas d'eau dans la cuve.
Il est interdit d'ajouter de l'eau en cours de Transport ; à l'arrivée du camion sur le chantier, ou
pendant le déchargement du béton, aucun ajout d'eau ne doit avoir lieu autre que celui, éventuel,
préalablement prévu et accepté par l'ingénieur de l'Administration.
Dans le cas d'un béton fluidifié, le camion est équipé d'un réservoir spécial et les conditions
d'introduction du fluidifiant et du malaxage complémentaire sont fixées de manière très précise, après
exécution de l'épreuve de convenance et acceptation de Maitre d’ouvrage.

ARTICLE 15 : MATERIAUX ET ACCESSOIRES DIVERS :


L’Entrepreneur précisera les provenances et qualités de tous les matériaux et accessoires non
mentionnés dans l’article 10 ci avant et qui interviendraient dans la construction de l’ouvrage.
Les matériaux proposés par l’Entrepreneur sont soumis à des essais préliminaires d’informations et à
des essais de recette.
Tous ces matériaux et fournitures doivent être agréés par l’Administration .Celle-ci se réserve le droit
d’évacuer du chantier aux frais de l’Entreprise toute fourniture ne répondant pas aux règles de l’Art et de
démolir aux frais de l’Entreprise toute construction non conforme au plan approuvé “Bon Pour Exécution”.

32
ARTICLE 16 : CONTROLE DE LA QUALITE DES MATERIAUX :
16-1- Granulats pour bétons et mortiers

16-1-1 - Agrément des matériaux


Pour chaque carrière ou ballastière, l'Entrepreneur doit réaliser des essais de type initiaux et de
maîtrise de la production des granulats, conformément à la norme NM 10.1.271 afin de s'assurer qu'ils sont
conformes aux spécifications ci-dessus.

Une épreuve préalable portant sur l’ensemble des caractéristiques spécifiées est effectuée par le
contrôle intérieur de l’entreprise sur un échantillon représentatif de la production proposée. Elle donne lieu
à l'établissement de la fiche technique de chaque produit comportant les valeurs spécifiées sur lesquelles
l'Entrepreneur s'engage.
Les résultats sont transmis au Maître d’ouvrage avec la demande d'agrément.
Les essais de type initiaux sont renouvelés lorsqu'il fait appel à une nouvelle source de granulats ou
à chaque changement majeur susceptible d'avoir des répercussions sur les caractéristiques des granulats.
L'agrément de la provenance des granulats constitue un point d'arrêt.
L’administration pourra contrôler ces essais à tous moments en les faisant renouveler soit par un
laboratoire agrée par cette dernière, soit dans ces propres laboratoires. Les dépenses en cours pour ces essais
de contrôle effectués par l’Administration seront à la charge de l’Administration, si leurs résultats sont
conformes à ceux des essais fournis par l’Entrepreneur à la charge de celle-ci dans le cas contraire.

16-1-2 - Nature et fréquence des essais en cours de production

Le contrôle de la production sera réalisé par lot de livraison ou de production fabriqué dans des
conditions présumées uniformes. La consistance des lots soumis au contrôle de conformité est fixée par le Plan
d'Assurance Qualité ou le mémoire technique.
La nature et la fréquence minimale des essais de réception visant à déterminer les caractéristiques
des granulats, à la charge du contrôle intérieur de l’entreprise, sont fixées comme il suit :

Granulats Caractéristiques Catégorie de béton


Fc28< 30 MPa Fc28 30 MPa
Caractéristiques
par provenance par provenance
physiques: Los Angeles
Gravillons Granularité
1000 m3 500 m3
Aplatissement
Teneur en fines 500 m3 250 m3
Granularité
500 m3 250 m3
Module de finesse
Sable Teneur en fines
250 m3 125 m3
Propreté
Polluant organique par provenance par provenance
Réaction alcali-silice
Absorption d'eau
Impuretés prohibées
Sable et gravillons par provenance par provenance
Caractéristiques
chimiques: soufre,
sulfates, chlorures

33
Toute livraison destinée à la mise à la consommation dont le volume serait inférieur aux seuils précités
fera l’objet d’un contrôle de réception portant sur l’ensemble des caractéristiques susvisées.

Les volumes indiqués ci-dessus sont des maxima qui pourront être abaissés par le Maître d’ouvrage,
en cours de travaux, en fonction de la sensibilité du granulat à la caractéristique spécifiée.
Le Maître d’ouvrage pourra, par ailleurs, faire effectuer à ses frais tout autre essai, qu'il jugera
nécessaire.

Essais facultatifs
Le Maître d’ouvrage pourra, par ailleurs, faire effectuer à ses frais tous autres essais, notamment :

Pour les sables pour mortier et bétons :


- Module de finesse
- Essais colorimétriques
- Teneur en chlorure pour les sables d’origine marine

Pour les gravillons :


- Coefficient d’aplatissement.

16-1-3 - Essais de recette :


Ces essais à la charge de l’Administration s’ils ne peuvent être effectués dans le laboratoire de chantier
décrit au présent CPS.
Ces essais de recette seront effectués par lot ou suivant une périodicité précisée à l’article ci-après.
Aucune tolérance autre que celles fixées dans le présent CPS ne sera admise.
Les matériaux ne répondant pas aux conditions requises seront refusés et mis en dépôt hors du chantier
par les soins et aux frais de l’Entrepreneur.
a. Périodicité Des essais de recette :
a.1-Sables pour béton :
Il sera exécuté :
- Une mesure de l’équivalent de sable par cinquante (50) mètre cube de sable en fraction de cinquante (50)
mètre cube de sable.
- Un contrôle de granularité par cent (100) mètres cubes ou fraction de cent (100) mètres cubes de sable.
Avec au moins :
- Une mesure de l’équivalent de sable et un (1) contrôle de granularité du sable par journée de livraison.
a.2-Granulats moyens et gros pour béton :
Il sera exécuté :
- Une (1) mesure du coefficient lot Angeles par provenance de granulats.
- Une (1) mesure de la proportion en période de granulats passant au lavage au tamis de deux (2) millimètre
y compris. S’il y a lieu, la mesure de l’indice de plasticité des éléments inférieurs à deux (2) millimètre
par :
 Cinquante (50) mètre ou fraction de cinq (50) mètre cube de granulats.
 Un (1) contrôle de granularités par cent (100) mètres cube ou fraction de cent (100) mètre cubes.
Avec au moins une mesure de la proportion en poids de granulats passant au tamis de deux (2)
millimètres et un contrôle de granulats par jour de livraison.

16-2- Ciment :
L'Entrepreneur devra effectuer, des prélèvements conservatoires de ciment :
* de 10 kg pour chaque lot de ciment pour les épreuves d'études et de convenance des bétons.

34
* de 5 kg pour chaque lot de ciment utilisé au cours de chantier.
Le terme "lot" désigne la quantité de produit faisant part de la même unité de transport.
La cadence des prélèvements sera la suivante (par unité d’ouvrage d’art) :
- un prélèvement correspondant à chaque fondation : massifs de béton de substitutions, semelles,
- un prélèvement correspondant à chaque appui, ou phase d’exécution de l’appui.
- un prélèvement correspondant à chaque tablier, ou phase d’exécution du tablier.

Les prélèvements seront effectués soit dans le silo à l'aide d'un dispositif installé sur la colonne
montante, soit au droit du malaxeur.

Ces prélèvements sont conservés à l'abri en récipients étanches et étiquetés, soit par le laboratoire qui
procédera aux analyses, soit par le Maître d’ouvrage.
Le reliquat de ciment, après essais, sera conservé durant six (6) mois.
Le Maitre d’ouvrage se réserve la possibilité de modifier la cadence de ces prélèvements.
Pendant toute la durée des travaux de bétonnage, l’entrepreneur fournit au Maitre d’ouvrage les
relevés statistiques du fabriquant de ciment comprenant moyenne, écart-type et coefficient de variation. En
complément à l’article 85.1B du fascicule 65 du CCTG, le fournisseur de ciment présente, à l’appui de ses
résultats d’auto-contrôle, un engagement sur le respect de la valeur minimale retenue C min.

16-2-1 - Essais effectués sur les prélèvements conservatoires


Sur chaque prélèvement désigné par le Maître d’ouvrage, seront réalisés par l'Entrepreneur et à sa
charge les essais suivants :
- Sur tous les ciments :
✓ Identification rapide,
✓ temps de prise,
✓ expansion à chaud,
✓ flexion - compression à 7 et 28 jours.
✓ chaleur d'hydratation.

Les résultats de ces essais devront être communiqués au Maitre d’ouvrage dans les soixante-douze
(72) heures qui suivent les prélèvements et en tout état de cause avant l'emploi des ciments (excepté les essais
de résistance).
16-2-2 - Conséquence d'une ou plusieurs insuffisances des caractéristiques des
ciments
Si des défauts susceptibles d'être imputés à la qualité des ciments livrés sont constatés dans les six
mois après le prélèvement, sur une quelconque partie d'un ouvrage ou sur les éprouvettes de béton de cet
ouvrage, le Maitre d’ouvrage peut faire effectuer, sur les prélèvements conservatoires correspondants, à la
charge de l'Entrepreneur des essais de vérification de la conformité aux normes des ciments livrés, dans les
conditions de la norme marocaine NM 10 .1.004.
Lorsque les essais de vérification sur les ciments donnent des résultats défavorables, l'entrepreneur
est tenu responsable de la qualité de l’ouvrage concerné et le Maître d’ouvrage.

16-3- Bétons :
Les prescriptions du fascicule 65 du CCTG et de la norme 10.1.008 sont complétées comme suit :

16-3-1 - Dispositions générales


Les épreuves à la charge de l'Entrepreneur dans le cadre du contrôle intérieur sont réputées
rémunérées par les prix du béton.
Les épreuves de contrôle extérieur sont à la charge du Maître d’ouvrage comme indiqué ci-après.

35
16-3-2 - Etude des bétons
La détermination de la formule nominale et l'exécution des épreuves d'étude, sont exécutées à la
charge de l'Entrepreneur. Ces opérations et l'analyse de leurs résultats feront l'objet d'un chapitre du PAQ ou
d'un rapport à annexer au mémoire technique et à soumettre à l'avis du maître d'ouvrage.

Seuls sont soumis à l'épreuve d'étude, les bétons à résistance mécanique spécifiée précisés à l'article
11 ci-avant et qui font l'objet d'une étude de composition.
L'Entrepreneur vérifiera lors de l'épreuve d'étude que la résistance des bétons respecte les valeurs
exigées au CPS au cours des différentes phases de son programme d'exécution.
L'épreuve d'étude sera conduite et interprétée conformément à l'article 85.1 du Fascicule 65 du CCTG.
Elle devra être communiquée au Maître d’ouvrage au moins 45 jours avant le début des travaux
correspondants.
16-3-3 - Epreuve de convenance

Les épreuves de convenance seront effectuées pour chaque formulation de béton aux deux centrales:
centrale principale et centrale de secours conformément à l'article 85.3 du fascicule 65.
L’étude de convenance se déroulera en présence du laboratoire agrée chargé par l’entrepreneur pour lui réaliser
l’étude de formulation.
Tous les bétons soumis aux épreuves d'étude devront subir des épreuves de convenance. Celles-ci sont réalisées
dans le cadre du contrôle intérieur et sont à la charge de l'entrepreneur.

Ces épreuves de convenance seront conduites et interprétées conformément à l'article 85.3 du


Fascicule 65 du C.C.T.G. Le ciment utilisé pour l'épreuve de convenance donne lieu à un essai de résistance
à la compression dans les conditions normalisées à la charge de l'Entrepreneur et à un prélèvement
conservatoire.
Les résultats des épreuves de convenance à 28 jours devront être communiqués au Maître d’ouvrage
au moins quinze jours avant la mise en œuvre prévue des ouvrages correspondants ; les résultats à sept (7)
jours devant obligatoirement être communiqués dans les 48 heures de la réalisation de l'essai.
les résultats de l'épreuve de convenance constituent un point d'arrêt.
L’Agrément sera donné par l’Ingénieur si la résistance à 28 jours au moins égale à la résistance
correspondance au béton d’étude.
Néanmoins, les travaux pourront démarrer si la résistance à 7 jours est au moins égale à 8/10 de la
résistance à 28 jours obtenue au laboratoire pour le béton correspondant.
Dans le cas contraire, il conviendrait d’atteindre les résultats à 28 jours.
Si les essais à 28 jours ne donnaient pas les résistances obtenues au laboratoire.
L’Entrepreneur sera tenu d’exécuter à ces frais un nouveau béton après avoir apporté sur son chantier
les améliorations nécessaires.

16-3-4 - Epreuves de contrôle à la mise en œuvre


Les épreuves de contrôle incombent à l'Entrepreneur. La confection, le marquage, la conservation et
le transport des éprouvettes jusqu'au laboratoire sont à la charge de l'Entrepreneur.
Les épreuves de contrôle seront conduites et interprétées conformément aux prescriptions de la norme
NM10.1.008 et aux dispositions du présent CPS pour toutes les classes de béton à propriétés spécifiées (BPS).
Les résultats seront transmis au maitre d'ouvrage dans les 48h qui suivent leurs réalisations.

16-3-5 - Essais de contrôle

a-Essais de contrôle
Afin de vérifier la régularité de la fabrication de béton, l’Ingénieur peut à tout moment ordonner des
essais de contrôle aux frais de l’Administration.
36
A cet effet, il sera coulé pour chaque lot d'emploi et chaque fois que l’Ingénieur le jugera utile des
échantillons de béton qui seront soumis à des essais de compression et de traction à 7 et 28 jours.
L’entrepreneur donne toute facilité pour l'exercice de ce contrôle.
L'ouvrage sera décomposé en "lot d'emploi" compatible avec l'application de l'épreuve de contrôle
définie par le fascicule 65 du C.C.T.G.
Sont considérés comme "lots d'emploi" :

- chaque massif de béton de purge et substitution,


- chaque semelle,
- chaque phase de bétonnage d’un élément de l'ouvrage,(fût, chevêtre, poutre,hourdis...) ou phase
d’exécution de cet élément.
- chaque dalle de transition,
- chaque radier, chaque mur pour les entonnements des têtes,
- chaque autre phase de bétonnage.

L’épreuve de contrôle comprend les prélèvements pour l'exécution d'essais de consistance, de


résistance à la compression à vingt-huit jours et, le cas échéant, de teneur en air occlus.
Les prélèvements destinés aux essais sont effectués sur le chantier immédiatement avant la mise en
place du béton.
Les lots seront dédoublés si les parties d'ouvrage qui composent le lot sont coulées avec un décalage
dans le temps tel qu'on n'ait plus l'assurance d'une composition homogène des bétons correspondants

Chaque prélèvement est issu d'une seule gâchée.


Le nombre minimal de prélèvement est fixé à :
- trois (3) par lot d’un volume inférieur à 100 m3
- Trois (3), plus un par tranche de 100 m3 supplémentaires ou fraction restante ou par phasage de bétonnage.

De plus, il est effectué par l’entrepreneur au minimum deux essais de consistance de béton frais sur
chaque camion de livraison (un essai avant la mise en œuvre et un essai pendant la mise en œuvre) ou dans le
cas de fabrication du béton sur chantier, un essai par heure de bétonnage.

Chaque prélèvement donne lieu à une mesure de consistance au cône D’ABRAMS et à la confection
de 6éprouvettes pour la détermination de la résistance à la compression.

b-Critères de conformité

b.1- Consistance du béton frais


Le lot est réputé conforme à la spécification de la valeur cible définie selon les spécifications du
présent CPS et en conformité avec la norme NM 10.1.008 si tous les résultats se trouvent dans la fourchette
requise.
Si le résultat d’un essai est extérieur à cette fourchette, la gâchée ou charge correspondante peut être
rebutée et la gâchée ou charge suivante fait l’objet d’un nouvel essai.
Si le résultat de cet essai est encore à l’extérieur de la fourchette, la gâchée ou charge correspondante
est rebutée et le bétonnage est arrêté jusqu’à détection des causes de l’anomalie et modification du réglage.

37
La première gâchée fabriquée à partir de ce nouveau réglage fait l’objet d’un essai qui doit se situer
dans la fourchette requise.

b.2-Résistance
Pour juger de la conformité de la résistance du béton, la quantité de béton utilisée pour la structure,
les éléments de la structure, etc.…, doit être partagée en lots sur lesquels on juge la conformité. Le volume
total de béton d’un lot doit être produit dans les conditions présumées uniformes.
La conformité des résultats des résistances sera évaluée par formule selon les critères de la norme
NM10.1.008.
Le lot est réputé conforme à la résistance caractéristique requise si les critères d’acceptation définies
dans le tableau suivant sont remplies :

Nombre de Résultat
Moyenne des Résultats
prélèvement pour un lot individuel d’essai fci
brut fcm en MPa
de béton en MPa
n=3 fci >fck – 4 fcm >fck + 1.0
n=4 fci >fck – 4 fcm >fck + 2.0
n=5 fci >fck – 4 fcm >fck + 2.5
n=6 fci >fck – 4 fcm >fck + 3.0
n=9 fci >fck – 4 fcm >fck + 3.0
n=12 fci >fck – 4 fcm >fck + 3.0
 15 fci >fck – 4 fcm >fck + 1.12 s

En désignant par : fcm : la moyenne des résultats brut,


Fci : le résultat individuel,
Fck : la résistance caractéristique requise,

16-3-6 - Epreuves d'information


a-Généralité
Le P.A.Q. ou mémoire technique devra définir le programme d'épreuves d'information à la charge de
l'Entrepreneur. il précise les délais de transmission des résultats au Maitre d’ouvrage.

L'Entrepreneur propose l'interprétation des résultats. En cas de résultats non conformes aux
prévisions, I’ Entrepreneur formule toute proposition utile au Maitre d’ouvrage.

Les épreuves d'information ont un double but :


- donner l'assurance que la qualité du béton est compatible avec les modalités de construction dans les
conditions réelles de durcissement et les spécifications d’exécution afin de prendre les mesures nécessaires en
cas de non-conformité ;
- permettre d'acquérir des données autres que celles fournies par l'épreuve de contrôle. L'Entrepreneur donne
toutes facilités à l'Administration pour procéder aux essais répondant à cet objectif.
b- Essais de résistance au jeune âge
Ces essais ont pour but de déterminer la résistance in situ du béton au jeune âge et sont réalisés sur
des éprouvettes d’information confectionnées et conservées dans des conditions étudiées pour représenter au
mieux les conditions de mise en place et de maturation du béton dans la partie d’ouvrage concernée.
38
Les résultats obtenus sont enregistrés et comparés aux critères correspondants pour autoriser ou non
les opérations de construction (décoffrage, mise en précontrainte,…) imposant un niveau minimal de
résistance mécanique.

16-4- Aciers :
Dans le cadre de l'action qualité, l'entrepreneur définira et appliquera la procédure de réception des
produits.
L’acceptation des lots d’armatures est soumise à l’application de l’article 71 du fascicule 65 du CCTG.
Les dispositions en matière d'assurance qualité pour les armatures de béton armé sont établies
conformément à l'article 71du fascicule 65 du CCTG.
Pour les aciers et les armatures certifiées, le contrôle intérieur par l’Entrepreneur est limité, à leur
identification et vérification de leur conformité.
A cette fin, pour les aciers à haute adhérence et les treillis soudés, l'entrepreneur vérifie la conformité
des aciers d'après leur étiquetage.
Pour les aciers lisses, il dispose du bordereau de livraison certifiant leur origine et leur nuance, et doit
en vérifier la conformité à la commande.
L'acceptation des armatures pré façonnées est, en outre, subordonnée à lavérification de la conformité
aux dessins d'exécution.
Les aciers seront livrés par un producteur agrée qui garantira la qualité de la production.
L’entreprise doit fournir à l’Administration tous les certificats authentifiant l’origine et la classe des
aciers approvisionnés.
Les aciers donneront lieu à des essais de contrôle si l’Administration, l’estime nécessaire.

39
C H A P I T R E III : MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX

ARTICLE 17 : CONDITIONS GENERALES D’EXECUTION :


D’une manière générale, l’ouvrage devra être exécuté en se conformant aux prescriptions de la norme NM
10.1.008 et des fascicules du C.P.C. applicables aux travaux routiers courants, notamment les fascicules du
CCTG relatifs à l’exécution des ouvrages d’art suivants :
NM 10.1.008 : Béton : Spécifications, performances, production et conformité
Fascicule 2 : Terrassements généraux,
Fascicule 3 : Fourniture de liants hydrauliques,
Fascicule 4, titre II : Fourniture d’acier et autres métaux- Armatures à haute résistance pour les
constructions en béton précontraint par pré ou post-tension,
Fascicule 23 : Fournitures de granulats employés à la construction et à l’entretien des
chaussées,
Fascicule 24 : Fourniture de liants bitumineux pour la construction et l’entretien des
chaussées,
Fascicule 25 : Exécution des corps de chaussées
Fascicule 27 : Fabrication et mise en œuvre des enrobés hydrocarbonés
Fascicule 31 : Bordures et caniveaux en pierre naturelle ou en béton et dispositif de retenue
en béton,
Fascicule 32 : Construction de trottoirs.
Fascicule 56 : Protection des ouvrages métalliques contre la corrosion
Fascicule 63 : Exécution et mise en œuvre des bétons non armés, confection des mortiers,
Fascicule 65 : Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint, (2012)
Fascicule 66 : Exécution des ouvrages de génie civil à ossature en acier
Fascicule 67, titre I : Etanchéité des ponts route- Support en béton de ciment
Fascicule 68 : Exécution des travaux de fondation des ouvrages de génie civil

ARTICLE 18 : PROGRAMME DES TRAVAUX :


L'Entrepreneur sera tenu de soumettre à l'agrément de l'Administration, dans un délai de quinze (15)
jours à dater du lendemain de la notification de l'ordre de service notifiant l'approbation de son marché, le
programme détaillé selon lequel il s'engage à conduire les travaux.
Ce programme présenté sous forme d'un planning classique, fera ressortir le délai d'exécution global
et le délai d'exécution par phase de travaux.
Les rendements et les moyens en personnel et matériel, sur la base desquels il sera établi, devront être
indiqués ; si ces bases différent de celles éventuellement données par un sous détail de prix, l'Entrepreneur ne
pourra tirer aucun argument pour élever une éventuelle réclamation étant seul responsable de l'établissement
de ses sous détails et du programme de travaux compatibles avec les détails contractuels.
Ce programme devra tenir compte d'une façon réaliste des risques météorologiques.
L’entrepreneur devra proposer en temps utile les adjonctions ou modifications qu’il y aura lieu
d’apporter à ce programme pendant la durée des travaux.
18-1- Mémoire technique
Un mémoire technique qui précise l’organisation du chantier et la méthodologie que l’Entrepreneur
compte adopter pour réaliser les travaux pour chacune des tâches élémentaires (déblai, remblai, assainissement,
confortement, OA, chaussées…etc.). Ce rapport comprendra une note détaillée qui indiquera la composition
et les caractéristiques des ateliers de production, le nombre, le type et le rendement des engins ainsi que le
rendement journalier des ateliers par poste de travail à respecter. Le rendement des engins, devra tenir compte
de la baisse des rendements par temps pluvieux.
Le rapport devra préciser également les aménagements proposés par l’entrepreneur en vue de protéger
l’environnement. Une description particulière devra être faite pour les mesures portant sur :
40
Le contrôle des rejets de toute nature (installation de chantier, entretien des engins, campement, etc.),
Les modalités d’évacuation et de traitement des déchets de toute nature,
Le contrôle et la réduction des émissions de poussière,
Le contrôle des implantations et du fonctionnement des éventuels campements.
18-2- Matériel
La liste des engins que l’Entrepreneur compte mettre en place pour réaliser les travaux prévus, avec
leur âge, état, rendement et disponibilité (un modèle type, à respecter impérativement, est joint en annexe 3).
La liste des engins doit être accompagnée des fiches techniques établies par les constructeurs.
La liste du matériel fourni par l’Entrepreneur n’est pas limitative et il ne peut élever aucune
réclamation si en cours des travaux, il est amené à modifier ou à compléter ce matériel. Si pour une raison
quelconque, l’Entrepreneur désire retirer du chantier une partie du matériel avant l’achèvement des travaux
auxquels il est destiné, il ne peut le faire qu’avec l’accord écrit du maître d’ouvrage ; cet accord laisse toutefois
à l’Entrepreneur la responsabilité et les conséquences de ce retrait.
L’Entrepreneur établira un échéancier d’acheminement du matériel sur le chantier ; les implications
de cet échéancier devront être en parfaite concordance avec le programme général des travaux.
18-3- Matériaux
Une note qui mentionne la provenance des principales fournitures : ciment, aciers, liants
hydrocarbonés, etc. et leur conformité aux spécifications contractuelles.
Dans le cas où l’Entrepreneur compte utiliser des produits prêt à l’emploi (béton, enrobés ou autres),
il doit fournir tous les renseignements utiles sur les fournisseurs (usines, fabricants) et sur la qualité des mêmes
produits fournis à d’autres clients pendant les trois derniers mois.
L’Entrepreneur indiquera la situation, la provenance, la qualité et le potentiel des gîtes des matériaux
qu’il propose de retenir pour les emprunts et pour les matériaux de la couche de forme, chaussée et béton. Il
précisera la composition des stations de concassage et des centrales de fabrication ainsi que leur rendement
journalier. Le choix des gîtes des matériaux doit prendre en considération la sauvegarde de l’environnement
contre toute forme de pollution des milieux avoisinants y compris par les rejets ou les poussières qui seront
issues des installations de concassage ou de postes de confection des matériaux noirs.
L’Entrepreneur indiquera le descriptif et l’emplacement des aires de stockage. Une carrière ne peut être
considérée comme un lieu de stockage qu’après l’accord écrit du maître d’ouvrage délégué.
18-4- Mouvement des terres
Le projet de mouvement de terres envisagé par l’Entrepreneur qui indique les hypothèses retenues
pour les taux de réutilisation et la destination de chaque déblai. Y seront également indiquées les zones de
dépôt ainsi que les distances moyennes pour transporter les déblais.
Le plan des mouvements des terres devra tenir compte des données climatiques et des conditions
particulières de réutilisation des matériaux sensibles à l’eau.
18-5- Organigramme du chantier
L’organigramme du chantier qui définit les unités de direction, de gestion, de logistique, d’études, de
contrôle et de production que l’Entrepreneur prévoit de mettre en place pour assurer la réalisation des travaux.
Il sera accompagné de la liste nominative et des curriculum vitae du personnel de direction, de maîtrise que
l’Entrepreneur compte affecter à chacune de ces unités avec mention de leur date de disponibilité et de leur
fonction sur le chantier.
18-6- Planning des travaux :
Le programme des travaux qui doit être suffisamment détaillé pour informer le maître d’ouvrage des
dispositions que compte prendre l’Entrepreneur pour réaliser les travaux dans les délais prescrits.
Le planning est établi en cohérence avec :
- Les cadences prévues ;
- La réglementation en vigueur (Articles 20et 21 du fascicule n°1 des CPC…) ;
- Les conditions climatiques de la zone et de la période d’exécution du chantier ;
- Le délai global du marché

41
- Les délais partiels du marché
En outre, le planning doit :
- Comporter les dates réelles fixées d’un commun accord avec le maître d’ouvrage ;
- faire figurer les dates d’amenées et de replis des ateliers mécaniques
Le planning des travaux doit être complété par :
- L’évolution de la main d’œuvre et du matériel en fonction du programme des travaux ;
- L’échelonnement prévisionnel des dépenses ;
Le planning des travaux sera présenté sous forme d’un diagramme de type « diagramme à barres ».

18-7- Hygiène et sécurité


Une note qui décrit les mesures particulières prévues de manière à assurer l’hygiène et la sécurité sur le chantier
et à ses abords, tant pour les ouvriers que pour les riverains.

ARTICLE 19 : ORGANISATION ET INSTALLATIONS DU CHANTIER,


AMENEE DU MATERIEL, AGREMENT DES MATERIAUX Y
COMPRIS LE BETON :
L'Entrepreneur soumettra à l'Ingénieur le projet de ses installations de chantier dans un délai de un
mois et 15 jours à compter de la date de notification de l’approbation du marché.
En général les installations de chantiers tiennent compte des éléments suivants :

19-1- Généralités
L'installation et l'aménagement du chantier font l'objet de plusieurs articles regroupés en une seule
position. Cette position comprend l'installation propre à l'entreprise, ainsi que des aménagements destinés au
maître d’ouvrage.
Avant de remettre son offre, l’entrepreneur est tenu de se renseigner sur l'emplacement du chantier,
les chemins d'accès, la place disponible pour le stockage, ainsi que les possibilités de réaliser les raccordements
à l'électricité et à l'eau. En outre, il doit reconnaître les difficultés qui se posent lors de l'exécution.
Les travaux se feront sous circulation et l'entrepreneur ne pourra interrompre la circulation sur les
routes que dans le cas où le maître d’ouvrage en reconnaîtrait la nécessité absolue et lui en donnerait
l'autorisation pour une époque et un délai déterminé.
Cette prestation ne donnera droit à aucune indemnité spéciale de la part du maître de l'ouvrage.
La circulation pour piétons et pour les véhicules prioritaires tels que les ambulances, pompiers, etc.
doit être garantie en permanence.
L’accès au chantier doit être assuré pour le maître d'ouvrage ainsi que tous les intervenants désignés
par celui-ci pour le suivi des travaux.
.
19-2- Aire de chantier et gardiennage
L'entrepreneur définira, en collaboration avec les services compétents, l’emplacement exact de la
clôture de chantier.
Il définira, en accord avec le représentant du Maitre d’ouvrage, la superficie de l'aire de chantier et son
emprise sur la voie publique, permettant l'enlèvement des déblais et décombres de démolition, la livraison des
matériaux de chantier, l'installation des engins de lavage, etc.
Cette aire de chantier devra permettre le stockage de la totalité des fournitures, la réalisation des
installations de chantier y compris celles nécessaires pour abriter le matériel et les équipements du
soumissionnaire, l’atelier garage, le local technique pour groupe électrogène le cas échéant, les locaux pour le
maître d’ouvrage, le laboratoire géotechnique, les logements du personnel de l’entreprise et ses bureaux.
L’entrepreneur pourvoira au gardiennage du chantier et des installations du chantier. La période de
gardiennage couvrira toute la durée des travaux jusqu’à la réception de ceux-ci. Le coût du gardiennage pour
la totalité de l'aire de chantier est compris dans le poste installation de chantier.

42
19-3- Panneaux de chantier
Une sous construction fixée à l’entrée du chantier, à un endroit à choisir par le maître d’ouvrage,
permettra de fixer un panneau principal de dimensions approximatives 3,00 x 3,00 m ainsi que cinq plaques
inférieures de dimensions approximatives de 3,30 x 0, 40 m avec un intervalle de 0,05 m
Le panneau principal indiquera la nature de la réalisation, le nom des différents intervenants (maître
d’ouvrage, maître d’œuvre, entreprise,…), les plaques inférieures sont destinées à l'indication des autres corps
de métier.
Les panneaux seront lisses et résistant aux intempéries, les finitions (teinte de fond, écritures ou autres
indications) seront soumises et approuvées par le maître de l'ouvrage.
Les panneaux de chantier seront éclairés, en période normale, à partir de 21.00 heures le soir à 7.00
heures du matin.
Le coût du panneau de chantier à installer à l'entrée du chantier est compris dans le prix de l’installation
du chantier.

19-4- Local du maître d’ouvrage


L’entrepreneur sera tenu de mettre à la disposition de l’Administration au démarrage des travaux pour
personnel de contrôle des travaux qui sera implanté à proximité des installations de chantier de l’entreprise un
local d’au moins 20m² équipé du mobilier adéquat (bureaux, ordinateur, appareil photo…) et une liaison
téléphonique.
Le coût de cette prestation est compris dans le prix de l’installation du chantier

19-5- Repli du chantier


Après la fin des travaux les installations seront repliées et le site remis en état et nivelé. Tous les débris
et déchets résultant du repli du chantier seront évacués dans des lieux de décharge indiqués par le maître
d’ouvrage dans le délai indiqué au présent marché.
Les frais du repli du chantier et des installations du chantier sont à la charge de l’entrepreneur et ils
sont compris dans le prix de l’installation du chantier.

ARTICLE 20 : DESSINS FOURNIS APRES EXECUTION DE L’ OUVRAGE:


(cf art36 du Fascicule 65 du CCTG)

L’établissement du dossier de recollement incombe à l’Entrepreneur, il établit et remet à l’Administration,


avant la réception provisoire, trois copies complètes du dossier de recollement sous format numérique et papier
(Les plans seront pliés au format A4). Le dossier de recollement comprend tous les documents d’exécution
(Etude d’exécution+documents de suivi et de contrôle intérieur) rendus conformes à l’exécution, de façon à
pouvoir être versés dans leur état final au dossier de l’ouvrage

Les dessins et notes de calculs sont complétés ou refaits de façon à être rendus conformes à l’exécution
définitive.
Les documents de suivi d’exécution, ainsi que les fiches d’anomalies éventuelles (dossiers d’agrément
validés, procédures, comptes rendus d’incidents, résultats des contrôles, épreuves et essais divers…), sont
regroupés et remis au maître d’ouvrage

Une synthèse claire de qui a fait quoi sur le chantier est à remettre au Maître d’Ouvrage. Cette notice doit
décrire la prestation de chaque intervenant, préciser ses coordonnées.

ARTICLE 21 : OUVRAGES PROVISOIRES


Dans les délais fixés à l’article 6 l’entrepreneur devra fournir les documents relatifs au projet des
ouvrages provisoires.

43
L’étude des ouvrages provisoires est établie sous forme de notice, de dessins d’exécution et de notes
de calculs assortis de toutes les consignes et des certificats nécessaires.
Le projet doit faire apparaître clairement la conception en ce qui concerne les descentes de charges,
les contreventements, le décintrement et le démontage ; il doit également faire apparaître et justifier les profils
utilisés, avant et après déformation, tant du point de vue de la conformité et de l’aspect de l’ouvrage fini que
du comportement mécanique de l’ouvrage provisoire et de l’ouvrage lui-même.
Les ouvrages provisoires sont dimensionnés en prenant en compte tout le poids de la structure à
exécuter (ainsi que le poids des coffrages et platelages divers).
Les déformations des cintres sous charges de construction ne devront pas être supérieures à 2 cm.

Ces documents signés, ou contresignés par le responsable sont remis à l’Administration avant tout
commencement de réalisation de l’ouvrage provisoire.

Il est à signaler que tous les dispositifs à mettre en place pour assurer la stabilité, lors des
travaux, de l’ouvrage existant et de l’ouvrage construit en 1ère phase font partie des ouvrages provisoires.
Ces dispositifs seront mis en place pour assurer :
- Les conditions de stabilité au glissement des remblais d’accès ;
- La stabilité des terrassements des sols de fondation ;
- La stabilité des piles et culées de l’ouvrage existant et de l’ouvrage construit en 1ère phase lors
de la réalisation des terrassements des sols de fondation.

ARTICLE 22 : RECONNAISSANCE DU SOL DE FONDATION :


Une reconnaissance de sol a été réalisée par un laboratoire agréé par l’Administration, ce rapport peut
être consulté à la direction provisoire d’aménagement de la RN1 entre Tiznit et Dakhla.
Il est précisé que ledit rapport n’a qu’un caractère simplement indicatif et que l’Entrepreneur demeure
entièrement responsable de son interprétation.

ARTICLE 23 : EPREUVES ET RECEPTION DE L’OUVRAGE :


Les épreuvesde l’ouvrage seront faites conformément aux règlements techniques auxquels se réfère le
présent devis programme et selon un programme détaillé que l’entrepreneur sera tenu de soumettre en temps
utiles à l’agrément de l’administration.
L’âge minimum que devra avoir le béton au moment des épreuves sera au moins égal à quatre-vingt-
dix jours (90J).
L’entrepreneur devra fournir à ses frais tout le matériel nécessaire à la conduite des essais ainsi que
les échafaudages et passerelles pour visiter les différentes parties de l’ouvrage au cours de l’essai.
Si une épreuve conduit à déceler des vices ou malfaçons, l’entrepreneur sera tenu de réparer ces
derniers à ses frais et l’épreuve sera recommandée dans les conditions que l’Administration se réserve de
déterminer alors seule et souverainement.
ARTICLE 24 : NIVELLEMENT-IMPLANTATION-PIQUETAGE :
24-1- Nivellement :
L’Administration indiquera à l’entrepreneur un repère de nivellement voisin de l’ouvrage auquel il
conviendra de se rattacher.
24-2- Implantation :
L’entrepreneur procédera en présence de l’Administration à l’implantation de l’axe de l’ouvrage. Il
sera dressé un procès-verbal.
Il appartiendra à l’entrepreneur de réaliser l’implantation complémentaire des autres éléments de
l’ouvrage.

44
24-3- Piquetage :
En dehors de piquetage contradictoire prévu ci-dessus, outres les autres opérations de piquetage,
nivellement, tracé, nécessaire à l’exécution des travaux conformément aux dispositions projetées ou
approuvées par les Ingénieurs, seront assurées par l’entrepreneur, à ses frais, et sous sa responsabilité, même
si ces opérations sont effectuées en présence d’un représentant de l’Administration.
Pour assurer le suivi géométrique de l’ouvrage, l’entrepreneur est tenu de réaliser des piquets de
nivellement au nombre suffisant encadrant l’emprise des travaux.
Les piquets de nivellement doivent être robustes, inoxydables et discrets et être, Leur conception est
telle que leur contact avec le talon de la mire est toujours limitée à un point. Les repères susceptibles d'offrir
un appui linéaire ou surfacique au talon de la mire sont ainsi interdits. Ils sont ancrés dans des socles en béton
de surface carré de 1*1 minimum, suffisamment ancrés et surélevés du le sol
En cas détérioration des piquets ou des repères pour quelques causes que soit, les piquets ou repères
seront immédiatement rétablis par les soins et aux frais de l’entrepreneur, la mise en ordre sera constatée par
un procès-verbal établi contradictoirement avec l’entrepreneur.
L’entrepreneur sera tenu, en outre, responsables de toute fausse manœuvre et de toute augmentation
des travaux qui résulteraient du dérangement ou de la disparition des piquets.
Le coût de ces prestations est à la charge de l’entreprise.
ARTICLE 25 : TERRASSEMENTS :
Les terrassements seront exécutés conformément aux propositions du fascicule 3 du CPC applicable
aux travaux routiers courants relatifs aux travaux de terrassement.
25-1- Emploi d’explosifs :
L’emploi d’explosifs est interdit sur l’ensemble du chantier, sauf autorisation expresse de l’Ingénieur
et des autorisations civiles.
25-2- Mouvement des terres :
L’entrepreneur proposera à l’Ingénieur le programme de mouvement des terres définissant :
- La destination des déblais mis en dépôt
- Les conditions d’utilisation des déblais mis en remblais
- L’origine et les conditions d’utilisation des emprunts.
Ce programme devra recevoir l’agrément de l’Ingénieur 15 jours avant le commencement des
terrassements.
25-3- Préparation du terrain sous remblais :
Le terrain sous remblai fera l’objet d’une préparation initiale. Des opérations complémentaires
pourront être exigées par l’Ingénieur en fonction de la nature des terrains rencontrés lors des opérations de
déblai.
25-4- Exécution des remblais.
L’exécution des remblais doit être conforme aux prescriptions du fascicule 3 du CPC applicable aux
travaux routiers courants.

ARTICLE 26 : FOUILLE :
Sont considérés comme fouilles tous les déblais exécutés au droit de l’ouvrage.
Les matériaux en provenance des fouilles pourront être utilisés en remblais de la plate-forme ou
évacués vers une décharge agrées par l’Ingénieur s’ils sont impropres à leur réutilisation.
L’entrepreneur peut choisir librement le profil des fouilles sous réserve que ce profil et les tolérances
à admettre dans sa réalisation soient soumis à l’agrément de l’Ingénieur.
L’entrepreneur soumettra en temps utile, à l’Ingénieur le dispositif d’étaiement ou de blindage qu’il
prévoit d’utiliser.
Les équipements sont à la charge de l’entrepreneur qui est tenu de maintenir les eaux à un niveau
compatible avec l’avancement et la bonne exécution des travaux. Il n’est pas fixé de débit permanent maximal
contractuel d’épuisement.

45
Le fond de fouille sera réglé et compacté avec une tolérance de plus ou moins 3 cm.
Les hors profil seront comptés par un procédé à soumettre à l’agrément de l’Ingénieur assurant une
compacité du fond de fouille sensiblement uniforme.
ARTICLE 27 : REMBLAIEMENT DES FOUILLES :
Les matériaux pour remblaiement des fouilles proviendront des fouilles en déblais à l’emplacement de
l’ouvrage. Ils seront expurgés des pierres dont la plus grande dimension excéderait quinze (15) centimètres.
Ces remblais seront méthodiquement compactés l’épaisseur maximale de chaque couche élémentaire
ne devra pas excéder, après tassement, Vingt (20) centimètres.
La densité sèche des remblais en place devra attendre quatre-vingt-quinze (95) pour cent de la densité
sèche à l’optimum Proctor normal.

ARTICLE 28 : REMBLAI CONTIGU :


Les spécifications relatives à la qualité des matériaux pour remblai contigu sont précisées dans le
chapitre correspondant.
Le titulaire propose les moyens et méthodes qu'il envisage de mettre en œuvre pour la réalisation des
remblais contigus, en précisant notamment les dispositions qu'il compte prendre aux abords immédiats de
l'ouvrage.
Conformément aux prescriptions du GMTR, Les remblais contigus doivent être soigneusement
compactés. Il est donc nécessaire d’assurer un bon compactage du remblai sans endommager l’ouvrage d’art.
Ceci impose d’éviter l’utilisation des compacteurs lourds, notamment :
- le compacteur à pneu : P3
- les compacteurs vibrants : V4 et V5
- les vibrants à pieds dameurs : VP3 à VP5
- les statiques à pieds dameurs : SP1 et SP2
Le compactage des bords de remblai doit être identique à celui de l’ensemble du remblai. II nécessite
l’emploi d’une méthode adaptée, proposée par l’entrepreneur.
Le compactage des matériaux de remblais doit se faire :
- en couches minces prédéfinies en fonction du matériau et du compacteur, chaque couche
élémentaire ne devra pas excéder, après tassement, vingt (20) centimètres.
- à des teneurs en eau proches de l’optimum Proctor prédéfini du matériau.

La densité sèche des remblais en place devra attendre quatre-vingt quinze (95) pour cent de la densité sèche à
l’optimum Proctor normal fournie avec la fiche matériau lors de la demande d'agrément.
L’attention est attirée également à la réalisation de la jonction du remblai contigu avec le remblai courant.

ARTICLE 29 : ENROCHEMENTS :
Les dimensions des enrochements et leur emplacement est indiqué dans les plans visés « Bon pour
exécution». Les prescriptions de qualité des enrochements, sont précisées par l’article correspondant dans le
présent CPS.
La mise en place des enrochements ne peut se faire qu’après acceptation des terrassements et des blocs
Le titulaire doit poser tous les gabarits et repères nécessaires pour indiquer le tracé et les limites des
enrochements à construire.
La proportion des vides subsistant dans la masse doit être aussi faible que possible et ne doit pas
excéder 35% . Les saillies ou creux ne doivent pas dépasser le diamètre d'un demi-bloc.
Le titulaire est tenu de procéder rechargements nécessaires en enrochements jusqu'à la réception des
travaux.
Les tolérances admises sur les profils réels par rapport aux profils théoriques sont de + ou - 10cm.

46
ARTICLE 30 : MISE EN OEUVRE DES BETONS :
30-1- Généralités
Les résultats de l’épreuve de convenance, sont portés à la connaissance du Maitre d’ouvrage et le
bétonnage ne peut commencer qu’après accord du Maitre d’ouvrage.
Le béton qui n’aurait pas été mis en place dans le délai préalablement fixé pour cette mise en place,
ou qui aurait commencé à faire prise, est rejeté.
La mise en place doit conserver au béton son homogénéité, ne pas provoquer de déplacement
d’armatures ni de déformation des conduits de précontrainte, ni de bouchons dans ces mêmes conduits. Elle
doit éviter une déformation anormale des coffrages et assurer la conformité des parements aux exigences les
concernant.

30-2- Vibration du béton


Sauf éventuellement dans le cas d’emploi de béton fluidifié, les bétons pour béton armé ou précontraint sont
mis en œuvre par vibration ; la vibration interne ou les procédés utilisés doivent assurer le remplissage des
moules ainsi que l’homogénéité et la compacité du béton en place.
L’épaisseur des couches serrées par vibration superficielle est limitée à 20cm pour les bétons non ou
faiblement armés et 15cm pour les bétons fortement armés ou précontraints.

30-3- Reprise de bétonnage


L'entrepreneur soumet au maître d'ouvrage les dispositions particulières à prévoir pour les reprises
prévues aux dessins de coffrage et pour les reprises inopinées.
A chaque reprise sur béton durci, la surface de l’ancien béton est débarrassée de sa laitance et
nettoyée par un traitement approprié défini au plan qualité.
En l’absence de dispositions particulières prévues par le marché, les conditions minimales à respecter
sont la propreté de la surface de reprise et l’absence d’eau libre sur celle-ci.
30-4- surfaces non coffrées
Le réglage et la finition des surfaces non coffrées s’effectuent sans apport de mortier.
Sauf disposition différente du marché, les parements non coffrés doivent présenter un uni qui
s’apparente à celui des parements adjacents.
Les surfaces non coffrées devant recevoir une couche de protection ou un revêtement présentent la
texture compatible avec la nature de cette couche.

30-5- Décoffrage, décintrement


Les coffrages et étaiements ne peuvent être enlevés que lorsque le béton a atteint une résistance
suffisante pour ne pas engendrer des détériorations superficielles dues au décoffrage, résister aux actions qui
lui sont alors appliquées et éviter des flèches différées dépassant lestolérances spécifiées.
Le décintrement ne peut être effectué avant que le béton supporté ait vingt-huit jours d’âge que si les
conditions de l’opération sont définies au préalable et soumises au maître d'ouvrage présentées dans le plan
qualité. Si les conditions fixées ne sont pas satisfaites à la date prévue, le décintrement est retardé en tant que
de besoin
Les opérations sont conduites progressivement et sans chocs avec une séquence assurant la
stabilité et la résistance des autres éléments de l’étaiement.
En cas de gel pendant la durée de prise et de durcissement, les opérations sont retardées sur
proposition de l’entrepreneur et accord du Maître d’Ouvrage.
La protection du béton, assurée par le coffrage, et éventuellement complétée par une isolation
thermique, est poursuivie en tant que de besoin immédiatement après le décoffrage.

47
30-6- Protection des bétons au jeune âge
La protection du béton a pour but de lutter contre la dessiccation au jeune âge et les chocs thermiques.
Elle permet de minimiser les risques de fissuration induits et de conférer au béton d’enrobage une qualité
satisfaisante (perméabilité et porosité en rapport avec le niveau de durabilité requis).
Il y a lieu en outre de tenir compte de l’effet des retraits thermique et endogène, ainsi que de l’influence
de la température extérieure, au stade de la conception de l’ouvrage (calcul, dispositions constructives…)et à
celui de leur exécution (choix des matériaux, protection contre le froid et l’ensoleillement,
La cure est indispensable et doit être appliquée le plus tôt possible après la mise en œuvre du béton.
Elle peut faire appel, successivement ou de manière séparée, aux méthodes suivantes :
▪ maintien du coffrage en place ;
▪ application sur le béton d’une bâche hermétique et étanche à la vapeur ;
▪ mise en place sur la surface du béton de couvertures mouillées et maintien de leur surface humide ;
▪ apport d’eau en quantité appropriée pour maintenir la surface du béton visiblement humide ;
▪ application sur la surface de béton d’un produit de cure conforme aux normes NF P 18-370 et
NM10.1.219 et bénéficiant d'une certification de conformité émanant d'un organisme certificateur
officiel.
De même, des conditions ambiantes humides (HR >80% et vent de vitesse maximale inférieure
à30km/h, ou temps pluvieux) assurent des conditions de cure satisfaisantes pour le béton. Elles doivent faire
l’objet d’un enregistrement sur chantier.
Les procédés de cure par humidification, arrosage ou immersion ne peuvent pas être employés par
temps de gel.
La mise en place de bâches étanches maintenues en permanence doit, soit assurer un contact complet
avec le béton, ce qui est exclu dans le cas des parements, soit laisser un vide d’air continu de façon que le
traitement soit homogène.
L’application des produits de cure doit être compatible avec les revêtements définitifs éventuels ; les
produits de cure teintés ne doivent pas être utilisés pour les parements, sauf essai de convenance favorable.
La cure commence à partir de la fin de la mise en œuvre du béton. Sa durée minimale est donnée dans
le tableau suivant :

Délai minimal de cure


Température à la
Surface du béton Développement de la résistance r du béton (2)
(t)en °C(1) Rapide Moyen Lent Très lent
r≥0,50 0,50>r≥0,30 0,30>r≥0,15 r<0,15
t≥25 14 h 1,5j 2j 2j

25 > t≥15 1j 2,5j 4j 5j

15 > t≥10 1,5j 4j 7j 9j

10 > t ≥ 5 (3) 2j 5j 10j 15j


(1)
Il s’agit de la température mesurée à la surface du béton et non pas à l’extérieur du coffrage. En
pratique, en l’absence de mesure directe de température à la surface du béton, on retiendra la température
ambiante moyenne sur la durée de la cure. Cette température moyenne peut être estimée à partir de la
moyenne des températures journalières mesurées à midi sous abri.
(2)
Le développement de la résistance, r, du béton est le rapport de la résistance moyenne à 2 jours à la
résistance moyenne à 28 jours, déterminée par des essais préalables ou basé sur l’expérience d’un béton de
composition comparable.
(3)
Le décompte de la durée de cure est suspendu lorsque la température de la surface du béton est
inférieure à 5°C.

48
Les durées indiquées dans le précédent tableau peuvent cependant être optimisées par le biais d’une
étude spécifique basée sur les principes de maturométrie en déterminant un âge équivalent du béton par
rapport à la température de référence de 20 °C.
Dans ce cas, la durée minimale de la cure est égale au délai nécessaire à l’obtention d’une maturité
suffisante du béton de surface pour minimiser la sensibilité à la dessiccation.
Cette maturité critique, qui correspond au degré d’hydratation du béton permettant la segmentation
de la porosité capillaire, est prise forfaitairement à 35% de la résistance moyenne en compression à 28 jours,
sauf si une étude expérimentale permet de justifier une valeur différente.

30-7- Conditions de température particulières


(Cf. Fascicule 65 du CCTG)
Les prescriptions précédentes de fabrication, de mise en œuvre et de cure du béton s’appliquent pour
des conditions ambiantes courantes.
Lorsque la température mesurée sur chantier est inférieure à 5 °C ou lorsque la température
du béton au moment de sa mise en œuvre est susceptible de dépasser 32 °C,des dispositions particulières,
préalablement définies, sont adoptées.
Dans le cadre du programme de bétonnage le titulaire soumet préalablement au maître d’ouvrage les
dispositions qu’il propose de prendre pour limiter la température maximale du béton frais (utilisation de
ciments à faible chaleur d’hydratation et/ou d’eau refroidie, formulation permettant de minimiser le
dégagement de chaleur, réduction du délai entre la fabrication et la mise en place, recours au travail de nuit,
etc…) et en complément de celles qui résultent du sous article "Cure" susvisé.

Lorsque la température mesurée sur chantier est inférieure à – 5 °C, la mise en place du béton n’est
pas autorisée,
Lorsque cette température est comprise entre – 5 °C et + 5 °C, la mise en place du béton n’est autorisée
que sous réserve de l’emploi de moyens efficaces pour prévenir les effets dommageables du froid.
Le programme de bétonnage précise alors les dispositions à prendre.

Après interruption de bétonnage due au froid, le béton éventuellement endommagé est démoli, et il est
opéré comme dans le cas des reprises accidentelles.
Pour les périodes où la température ambiante, mesurée sur le chantier, est durablement supérieure à
35°C, l’entrepreneur soumet au Maître d’Ouvrage, dans le cadre du programme de bétonnage, les dispositions
qu’il propose de prendre pour limiter la température maximale du béton frais.
Lorsque la température du béton au moment de sa mise en œuvre est susceptible de dépasser
32 °C, le niveau le plus contraignant de ces dispositions complémentaires doit être prévu.
Le titulaire peut, pour accélérer le durcissement du béton, proposer des traitements thermiques, à
condition que ceux-ci n'aient pas d'effet préjudiciable sur le comportement du béton à moyen et à long terme.
Tout traitement thermique doit faire l'objet d'une notice justificative, avec références et prescriptions
à observer pour obtenir les résultats annoncés.
Dans tous les cas, le programme de bétonnage précise le procédé, le matériel et les moyens de contrôle
prévus.

ARTICLE 31 : COFFRAGE, ECHAFAUDAGE ET OUVRAGES


PROVISOIRES :
L’Entrepreneur est tenu de respecter les prescriptions suivantes.
L’étude du projet et l’établissement des dessins pour les échafaudages et ouvrages provisoires devront
être établis par l’Entrepreneur compte tenu des efforts développés par vibration et des actions dynamiques,
ainsi que les déformations des parties de l’ouvrage qu’ils auront à supporter. Ils tiendront compte de la qualité
du sol d’assise

49
Les coffrages, échafaudages et cintres devront pouvoir résister en toute sécurité à une pression
minimum de 1,2 tonne/m2.
Les ouvrages provisoires métalliques seront justifiés conformément au titre V du fascicule 61 du
CCTG. sans aucune pondération des efforts dus au poids du béton supporté.
Les ouvrages provisoires en bois devront satisfaire aux normes NF 21 202 et B 52.001 toutefois :
- Les contraintes admissibles de compression axiale, de flexion et de traction parallèle aux fibres seront
celles résultant de l’article 9 de la Norme NFBS 2001 affectées forfaitairement d’un coefficient de
réduction de zéro virgule huit (0.8) et non de ceux définis par l’article 12 de la dite Norme.
- Les contraintes admissibles de cisaillement longitudinal sur section nette, au niveau de la fibre moyenne
des pièces et de la compression transversale, seront celles résultant de l’article 9 de la Norme susvisée,
sans aucun coefficient de la réduction.
Si les échafaudages comportent des pièces fléchies, la déformation de celles-ci, sous la charge pendant
la construction, ne devra pas dépasser 1/1000 de la portée sans excéder 2 cm.
Au cas où il serait utilisé un cintre déformable sous la charge du béton, l’Entrepreneur prendra toutes
les dispositions utiles pour qu’en cours ou après bétonnage, les déformations du cintre n’entraînent pas de
désordre dans l’ouvrage. En particulier, les dispositions propres à éviter la fissuration des parties bétonnées,
seront soumises à l’agrément de l’Ingénieur.
D’autre part, un programme de décintrement devra être présenté à l’Ingénieur, précisant les
dispositions prévues pour permettre à l’ouvrage de se porter seul.

a-Qualité des parois de coffrage


Les parois de coffrage seront exécutées conformément aux prescriptions du chapitre 6 du Fascicule
65 du CCTG.
Les parois de coffrage seront de deux types :
- Parois ordinaires
- Parois soignées

Parois ordinaires
Les parois ordinaires seront constituées soit de stockage de bois simplement juxtaposés, soit de
panneaux convenablement jointifs et la dénivelée tolérée maximal dans les joints est de deux (2) millimètres
et la dénivelée tolérée normalement à la paroi entre deux éléments voisins est de trois (03) millimètres.
Les parois ordinaires seront utilisées pour les fondations et les parements qui seront cachés par les
remblais.
Parois soignées
L’Entrepreneur propose à l’acceptation de l’Ingénieur sur la nature et la qualité des matériaux
constitutifs en justifiant qu’ils sont bien adaptés aux exigences de résultats stipulés au marché pour la qualité
des parements.
Pour les matériaux les plus courants, les prescriptions suivantes doivent être appliquées :
Les sciages de bois sont alignés de façons parallèles à arrêter vives. Et rabotés sur quatre faces.
Les panneaux non métalliques ne sont pas remployés que dans la mesure où une protection contre
l’usure des arrêts et la pénétration de l’eau du béton a été assurée. Le contre plaque doit être raide si son
épaisseur ne lui assure pas à elle seule une seule une rigidité suffisante, les panneaux de particules ou de fibres
sont fixées sur un support rigide.
Dans le cas de panneaux métalliques, les surfaces de têtes ou contact du béton doivent être
soigneusement placées et non pointes, les têtes doivent être raides si leur épaisseur ne leur assure pas à elle
seule une rigidité suffisante.
Quel que soit le matériau constitutif des parois soignées. L’écartement maximal dans les joints est d’un
(1) millimètre et le dénivelé toléré normalement à la paroi entre deux éléments voisins est de deux (02)
millimètres.

50
Dans le cas de parements fins, le réemploi des matériaux de paroi doit être organisé la façon à assurer
la régularité requise de la teinte, de la texture et de la forme géométrique spécifiée pour les parements.
b-Propreté des coffrages :
Les coffrages doivent être propres en particulier.
- Avant humidification ou enduction d’un démoulant, les coffrages sont débarrassés de toute souillure
susceptible de tâcher la surface du béton, la finition du nettoyage étant assurée à l’air comprimé.
- En cas de réemploi, les panneaux de coffrages sont nettoyés, remis en état et protégés des intempéries.
- Aucun élément de fixation (tête de clou) ne doit rester en saillie sur les parois destinées aux parements
-
c-Démoulant :
Si les parois sont en bois, il est procédé avant bétonnage à un arrosage prolongé. Dans les cas ou enduit
les parois avec un démoulant (ou produit de démoulage). Ce produit doit être soumis à l’acceptation de
l’Ingénieur dans le cadre du projet des coffrages. Le démoulant doit présenter une totale innocuité vis à vis des
coffrages (notamment métallique) du béton de l’aspect du parement ou du personnel.
d-Fixation et autres dispositifs intérieurs au béton :
Les dispositifs utilisés pour la fixation des coffrages ou la position des armatures ne doivent nuire ni à
la résistance de l’ouvrage ni à leur durabilité.

ARTICLE 32 : BETONS IMMERGE :


Les bétons coulés sous l’eau seront étudiés pour donner une consistance plastique peu dissociable et
de prise relativement lente.
Leur mise en œuvre s’effectuera conformément aux prescriptions des articles 74 et 75, chapitre II-
sous titre III – du fascicule 68 au CCTG.

ARTICLE 33 : MISE EN OEUVRE DES ARMATURES POUR BETON


ARME
La mise en œuvre des armatures pour béton armé soit respecter les exigences du Fascicule 65
notamment l’article 73. Ces exigences sont complétées par :
33-1- Façonnage :
33-1-1 - Généralités :
Le cintrage est exécuté mécaniquement, à l’aide de mandrins de façon à assurer un rayon de courbure
constant de la partie pliée. Aucune tolérance en moins n’est admise sur le diamètre des mandrins, des tolérances
en plus peuvent être accordées sous réserve de leur compatibilité avec le fonctionnement des structures et les
prescriptions réglementaires.
Le chauffage des aciers, en vue de faciliter leur façonnage, est formellement interdit.
Les armatures laissées en attente entre deux phases de bétonnage sont protégées contre les pliages
accidentels.
33-1-2 - Ronds lisses :
Les diamètres de mandrins utilisés pour le façonnage sont au moins égaux à cinq fois le diamètre des
armatures, sauf dans le cas des cadres étriers ou épingles (de diamètre au plus égal à 16 mm), pour lesquels le
diamètre du mandrin vaut au moins trois fois celui de l’armature concernée.
Le pliage et le dépliage systématiques des armatures en attente ne sont pas admis.

33-1-3 - Armature à haute adhérence :


Les appareils utilisés pour le cintrage doivent être en bon état et conçus de façon à ne pas altérer les
reliefs des armatures.
Les diamètres (en millimètres) des mandrins de cintrage sont au moins égaux aux valeurs rapportées
par les plans ‘Bon pour exécution’.

51
Si la température des armatures est comprise entre +5°C, et -5°C, des précautions particulières sont à
prendre, soit par réduction de la vitesse de cintrage, soit par augmentation des diamètres des mandrins sous la
réserve indiquée à l’article 30-1-2.
Si la température des armatures est inférieure à -5°C, le façonnage est en général interdit
Toute armature dont le cintrage excessif serait incompatible avec sa fonction est rebutée.
Les armatures rebutées sont transportées hors du chantier ou rendues inutilisables pour leur destination
initiale.
Le pliage et le dépliage des armatures à haute adhérence en attente est interdit
Pour tout autre détail sur le façonnage des armatures pour le béton armé, des propositions peuvent être
formulées et soumises à l’agrément de l’Ingénieur.

33-2- Arrimage et calage des armatures :


Les armatures sont maintenues par arrimages et calages suffisants pour qu’elles ne puissent subir, lors
des opérations de mise en œuvre des déplacements ou déformations excédent les tolérances admises.
Les armatures sont assemblées par des ligatures, en principe à tous les points de croisement.
Les ligatures sont en fils d’acier doux recuit fortement serré toutes les chutes de fils d’acier sont
éliminées avant le bétonnage.
Les soudures en croix sont exécutées à la pince, et ne sont autorisées que pour les ronds lisses de la
nuance Fe 24 et les armatures à haute adhérence reconnue aptes au soudage.
La disposition, la forme et la nature des dispositions de calage sont soumises à l’agrément de
l’Ingénieur et figurant sur les dessins d’exécutions.
Les cales doivent être stables et n’avoir aucun effet défavorable qu’il s’agisse de la résistance
mécanique de la structure, de sa durabilité (risque de corrosion) ou encore de la qualité des parements.
Il est interdit de disposer les armatures intérieures au contact du coffrage et de les soulever pendant le
bétonnage pour assurer leur enrobage.
Les cales métalliques au contact des coffrages sont interdites.
Les cales en béton ou mortier doivent présenter des propriétés analogues à celles du béton de la
structure (composants, résistance, aspect des parements).
33-3- Continuité des armatures :
La continuité mécanique des armatures (jonctions) peut être obtenue par recouvrement ou par
manchons. Le nombre de jonctions est à réduire au minimum.
Les jonctions par manchons sont conformes aux prescriptions résultant des essais préalables à leur
emploi. Les règles générales d’enrobage sont appliquées compte tenu du diamètre nominal des armatures
rendues continues à condition que l’enrobage minimal soit de 2 centimètres.

33-4- Armature en attente :


Les armatures en attente ne sont constituées d’armatures à haute adhérence que s’il n’existe aucun
risque de plature ou si l’entrepreneur dispose d’un moyen approprié de plature et de redressement.
L’entrepreneur prend les dispositions utiles pour éviter les couleurs de rouilles sur les parements en
provenance des armatures en attente.

33-5- Propreté des armatures :


Au moment de la mise en œuvre du béton, les armatures en place doivent être propres, sans souillure
susceptible de nuire à l’adhérence du béton.

33-6- Tolérance sur la position des armatures après bétonnage :


Les tolérances en moins sur l’enroba minimal « C » des armatures ne sont admises que pour C>1 cm.
Ces tolérances sont de 0,2 c pour les fonds de coffrages (horizontaux ou inclinés) et de 0,2c pour les autres
(coffrées ou non).

52
En dehors de l’enrobage, la tolérance sur la position des armatures est fixé à 2 (deux) centimètres dans
toutes les directions, sauf les cas pour une pièce de hauteur (ou d’épaisseur) h, dans la direction où l’écart de
l’armature diminue la résistance, la tolérance est de cinq millimètres pour h25cm et de h/50 pour
25cm<h<100cm.
Pour les armatures parallèles dont l’espacement est au plus égal à 10 centimètres, la tolérance sur cet
espacement est fixée à un centimètre.
Des tolérances différentes peuvent être fixées par l’Ingénieur en fonction des caractères particuliers de
la structure.

ARTICLE 34 : ETANCHEITE ET REVETEMENT DE LA CHAUSSEE :


34-1- Etanchéité de l’hourdis :
L’étanchéité à appliquer doit être exécutée sur une surface propre et sèche ne présentant aucune
aspérité pénétrant dans le produit utilisé.
L’état de surface de l’hourdis fait l'objet d'une acceptation du maître d’ouvrage. Il doit être conforme
aux spécifications du l’article 9 et à l'annexe 6 du fascicule 67 du CCTG titre I.
L’entrepreneur est tenu de soigner la réalisation des relevés d’étanchéité dans les engravures ainsi que
les différents raccords aux pénétrations conformément aux règles de l’art.
Après achèvement et jusqu'à exécution des enrobés, l’entrepreneur est tenu d’assurer la protection de
la chape mise en place.
La surface extérieure ne doit pas comporter de lésions, cloques, gonfles, plis, etc. Tous les défauts sont
repris aux frais de l’entrepreneur autant que de besoin.
D’une façon générale, elle sera réalisée conformément au fascicule 67 titre I du C.C.T.G et au dossier
STER 81 du SETRA, ainsi que toute autre prescription écrite du fabricant agrée (abri, préalables à la mise en
place…).

34-2- Revêtement :
Le revêtement définitif sera en enrobé à chaud d’une épaisseur de 6cm (0/10) mis en place au moyen d'un
finisseur à chenilles équipées de patins de caoutchouc, afin de ne pas poinçonner la chape d'étanchéité de
l'ouvrage d'art.
ARTICLE 35 : EQUIPEMENT DU TABLIER :

35-1- Appareils d’appui :


Les appareils d’appui et les dispositifs anti cheminement éventuels seront posés selon les indications du
fabricant.
L'exécution des bossages d'appui inférieurs en micro-béton respecte les prescriptions du document
"Environnement des appareils d'appui en élastomère fretté - Règles de l'art" édité par le Sétra et le LCPC en
octobre 1978 (réimpression de juin 90).
Des connecteurs verticaux doivent lier le bossage au couronnement des appuis.
Les bossages doivent déborder d'au moins 5 cm des bords des appareils d'appui (à porter à10 cm si le
dé dépasse 10 cm de hauteur) et d'au moins 10 cm du parement vertical le plus voisin.

35-2- Gargouilles du tablier :


Les gargouilles seront posées conformément aux implantations et niveaux donnés sur les plans,
l’étanchéité sera particulièrement soignée conduite pour assurer à ces appareils le maximum d’efficacité.
La mise en œuvre des avaloirs se fait conformément au document "Assainissement des ponts routes-
Guide technique" édité par le SETRA en 1989.

53
35-3- Dispositifs de retenue : BN4
35-3-1 - Généralités
Les barrières normales de sécurité et les glissières seront mises en œuvre selon les prescriptions du
dossier pilote « Barrières de sécurité pour la retenue des poids lourds » Collection du Guide Technique GC
du SETRA.
L'Entrepreneur devra soumettre au visa du Maître d'ouvrage des plans détaillés d'implantation de la
barrière, de ses pièces d'ancrage et de ferraillage du muret en même temps que le plan d'implantation
d'ensemble des superstructures et accessoires d'équipement. Dès que le tablier reposera sur ses appuis
définitifs, l'Entrepreneur fera faire un levé des extrémités des encorbellements de tablier de façon à corriger
le plan d'implantation des pièces d'ancrage.
En outre, il fournira sous forme de procédures une notice de pose qui devra définir les dispositions de
fixation provisoire sachant que la lisse devra être coulée par plots, sans réservation au droit des ancrages.
Sur le site, les barrières seront mises en place en respectant les dispositions du document GC 77 et de
ses mises à jour complétées comme suit :
• les pièces d'ancrage ou l'ensemble pièce d'ancrage montant seront mis en place puis calés, les répartiteurs
seront ensuite introduits, avant que les montants ne soient mis en place. L'ensemble sera réglé avant
l'opération de bétonnage du muret (point d'arrêt).
Le béton sera fabriqué, transporté et mis en œuvre dans les mêmes conditions que le béton de la structure.

En cas de courbe, la lisse sera cintrée de manière à respecter la tolérance de pose prévue ci-après.

Aux abouts du tablier, la lisse comportera un manchon permettant la libre dilatation des éléments.
L'ouverture du joint ainsi constitué sera calculée suivant la température à la pose et la longueur dilatable de
l'ouvrage. Ce joint devra pouvoir reprendre les efforts en cas de choc.

Les surfaces à reconditionner au droit des blessures, des coupes ou des soudures exécutées sur
chantier seront convenablement dégraissées, décalaminées et dérouillées s'il y a lieu, puis recevront, en
l'absence d'humidité, l'application d'une peinture riche en zinc.

L'épaisseur de la peinture mise en œuvre sera supérieure ou égale à celle du revêtement adjacent.

35-3-2 - Tolérances
A partir du profil en long réel de l'ouvrage, sera fixé le profil en long de la partie supérieure de la
longrine qui devra être rectiligne et, sauf impossibilité dûment justifiée, confondu avec le profil en long
théorique.
Après exécution, le profil en long de la partie supérieure de la longrine sera parallèle au profil en
long théorique de l'ouvrage à un (1) centimètre près.
La tolérance sur la géométrie des parties en béton est de +1 cm.
La tolérance pour faux alignement en plan ou en hauteur du muret et de la lisse est de 1 cm par rapport
à la ligne idéale tout le long de l'ouvrage intéressé.

La tolérance sur l’espacement des supports est de +3,5 cm.


La surface totale des défauts, affectant la galvanisation, à reconditionner ne pourra excéder 10 % de
la surface totale de la barrière. Au-delà, les éléments incriminés seront retournés à l'usine.
L'Entrepreneur remettra au Maître d'ouvrage les relevés de la géométrie de la structure, ceux de
l'ensemble des pièces d'ancrage et des montants puis ceux de la barrière ou glissière terminée.
Le bétonnage du muret est subordonné à l'accord du Maître d'ouvrage.

54
35-4- Joints de chaussée et de trottoirs :
Les joints de chaussée, de trottoirs, le relevé et caches d’équipements seront exécutés conformément
au guide technique du SETRA de 1986 : "Joint de chaussée des ponts-routes’’, et aux prescriptions écrites du
fabricant agrée.
Les joints seront mis en place après sciage minutieux de la couche de roulement déjà exécutée mais
sans que le béton du tablier soit attaqué (tout autre procédé de coupe du tapis est interdit). Les arêtes ne doivent
être détériorées. des scellements éventuels seront réservés dans le tablier et mur garde-grève.
L’entrepreneur est tenu de soigner la mise en place du mastic d’asphalte, éventuels drains, étanchéité
dans le vide ou tout autre accessoire du joint assurant à la fois la liaison du joint à l’étanchéité du tablier et
étanchéité propre du joint
La partie supérieure du joint est à (0,-2) mm près dans le plan défini par les arêtes sciées du tapis.
Le béton de remplissage est mis en œuvre sans reprise jusqu'au niveau du plan défini par les arêtes
sciées du tapis avec les tolérances indiquées au paragraphe ci-dessus. La surface supérieure du béton est
talochée. L’entreprise apportera un soin particulier à leur réglage pour éviter toute discontinuité de la surface
du roulement.
Pour harmoniser sa couleur avec celle du revêtement adjacent, ce béton est teinté en noir dans la masse,
tout autre procédé de coloration (enduction de film époxy noir par exemple) étant interdit.
Dans le cas où le joint comporte une boulonnerie de liaison des éléments à la structure, cette
boulonnerie est serrée aux valeurs précisées dans le manuel de pose et rappelées dans l'avis technique du joint.
Cette opération est effectuée avec les moyens définis dans le manuel de pose du fabricant/installateur du joint.

35-5- Corniches et bordures de trottoirs :


Elles seront en béton coulé en place pour équipements, leur mode de mise en œuvre (préfabrication ou
coulées en place) sera soumise à l’agrément de l’Ingénieur.
Ils sont posées après clavage ou décintrement de l'ouvrage. Leurs calage est fait sur un lit de mortier
de ciment parfaitement réglé et nivelé.
La tolérance pour faux alignement en plan, ou en hauteur est de 1 cm par rapport à la ligne idéale tout
le long de l’ouvrage.
Les parties des bordures de trottoir adjacentes aux joints sont obligatoirement coulées en place après
pose des joints.

ARTICLE 36 : VERINAGE DU TABLIER


L’opération de vérinage est prévue en fin de réalisation du tablier pour récupérer les rotations des
appareils d'appui ou déformations prises pendant le chantier.
L’entrepreneur est tenu de présenter la procédure de vérinage, qui doit expliciter le matériel mis en
oeuvre pour assurer le vérinage de tablier et garantir la stabilité dans toutes les phases,
La puissance de matériel nécessaire au vérinage présente un coefficient de sécurité d'au moins 1,5 par
rapport à la réaction maximale attendue, tout phénomène de biais et/ou de dissymétrie pris en compte.
Lors des opérations de vérinage, le pilotage des divers vérins se fait en déplacement. La précision en
déplacement du dispositif, doit être compatible avec les différences transversales et longitudinales de niveaux
maximales admissibles par le tablier telles qu'elles ressortent des calculs joints à la procédure.
Sur une même ligne d'appuis transversale, le dispositif doit permettre de connaître à tout moment le
déplacement et la réaction d'appui du tablier.

ARTICLE 37 : EMPLACEMENT DE L’OUVRAGE :


L’entrepreneur doit exécuter le présent ouvrage conformément aux plans visés « Bon pour exécution »

ARTICLE 38 : EPREUVE DE L’OUVRAGE D’ART :


Le programme des épreuves sera donné par l’entrepreneur et soumis à l’approbation de l’Ingénieur un
mois avant l’achèvement. Il sera établi de telle manière que les différentes parties constitutives de l’ouvrage
55
aient atteint les résistances à la compression et au cisaillement qu’elles pourraient être amenées à supporter
ultérieurement par application des charges définies ci-dessus.
Les flèches sont relevées au cours de l’épreuve.
L’entrepreneur fournira à ses frais, et suivant les ordres qui lui seront donnés ; tout le matériel
(échafaudage, passerelle de visite, etc...) nécessaire à la conduite des essais, les matériaux destinés à constituer
les charges mortes ainsi que la main-d’œuvre que nécessitent des essais.
La fourniture des charges roulantes sera aussi à la charge de l’entrepreneur.
La réception provisoire de l’ouvrage ne sera prononcée qu’après l’achèvement des épreuves et lorsque
celle-ci auront donné les résultats entièrement satisfaisants.

ARTICLE 39 : TRAVAUX DE MACONNERIE :


Les travaux de maçonnerie seront conduits conformément aux prescriptions de fascicule n° 4 du CPC
applicable aux travaux routiers courants.
ARTICLE 40 : TOLERANCES :
Les tolérances visées dans le présent article concernant les implantations, dimensions et tracé de
l’ouvrage définis par les plans visés « Bon pour exécution ». Les valeurs admissibles, sont indiquées ci-après.
Si plusieurs tolérances peuvent s’appliquer, la plus sévère est retenue.

40-1- Tolérance générale :


La tolérance sur toute dimension « d » exprimée en centimètre est mesurée entre parement opposés,
arrêtés ou intersections d’arrêtes, est donnée par la formule suivante :
0,07*racine(d) cm, avec un minimum de 1 cm et un maximum de 7 cm.
Il est rappelé que pour une poutre, les dimensions en cause sont la longueur, la hauteur, l’épaisseur et
des l’âme. Pour une dalle, on considère son épaisseur et ses dimensions en plan(longueur, largeur ; diagonales).
40-2- Tolérance d’aplomb :
Le défaut d’aplomb admissible d’un élément de hauteur exprimée en centimètre, voisin de la verticale
est égale à : Racine(h)/7 cm

40-3- Tolérance de rectitude :


La tolérance de rectitude sur une arrêté ou génératrice rectiligne est caractérisée par 1 flèche admissible
sur tout segment de longueur “L” exprimé en centimètre de cette arrête ou génératrice. La tolérance en cause
est égale à la plus grande des deux valeurs (L/20) cm en élévation ou (L/40) cm en plan et 1 (Un) cm
Pour des arrêtes courbes, les tolérances sont fixées par analogie.
En tous cas de non conformité de tout en partie de l’ouvrage aux stipulations du marché.
L’entrepreneur est tenu de procéder aux réparations nécessaires. A cet effet, après reconnaissance et analyse
des défauts ou désordres, et avant début d’intervention. L’entrepreneur propose à l’Ingénieur les réparations
(nature et consistance) à effectuer. Celles-ci sont à la charge de l’entrepreneur.

40-4- Tolérance sur le tracé de l’ouvrage terminé :


Au cas où l’Ingénieur estimerait devoir faire exécuter les mesures à d’autres moments de la vie de
l’ouvrage, elles peuvent être corrigées si l’une des parties la demande, en extrapolant les déformations de
l’ouvrage par changement ultérieur, fluage ou tassement selon les prévisions du calcul des contre-flèches
approuvé par l’Ingénieur ou selon les mesures faites si celles-ci sont plus favorables à l’entrepreneur.
ARTICLE 41 : VARIANTES:
Aucune offre variante ne sera admise ni pour l’ouvrage ni pour la chaussée.

56
C H A P I T R E IV : MODE D’EVALUATION DES TRAVAUX
ARTICLE 42 : DISPOSITIONS GENERALES :
Nonobstant des indications figurant dans le bordereau du dossier de consultation et fournis à titre de
renseignements, qu’il appartient aux concurrents de vérifier et de compléter à leur diligence exclusive et sous
leur seule responsabilité. Il est formellement stipulé, que par le frais même du dépôt de leurs offres, les
concurrents sont réputés avoir parfaite connaissance pour s’en être personnellement rendu-compte de toutes
57
les conditions de l’établissement du projet et de l’exécution des travaux susceptibles d’influer sur les prix de
l’ouvrage.

ARTICLE 43 : CONSISTANCE DES PRIX :


43-1- Teneur des prix élémentaires des
matériaux approvisionnés :
Les prix élémentaires s’appliquent à des fournitures à pieds d’œuvre des matériaux destinés à être
incorporés à l’ouvrage de manière définitive et permanente ces matériaux étant en état de réception.
43-2- Teneur des prix d’application :
Les prix d’application ont trait à l’ouvrage ou parties d’ouvrages construites, conformément aux
prescriptions du marché.
Les prix d’application tiennent, en ordre de tous les faux-frais de l’entreprise et notamment de ceux
énumérées ci-après à titre indicatif et non limitatif.
- Des conditions d’installation du chantier,
- Des conditions d’exploitations des carrières,
- Du régime des oueds.
Les prix du bordereau dressé par chaque commissionnaire devront tenir compte de toutes les conditions
résultant directement ou indirectement de ces conditions, ainsi que de l’incidence.
- Des frais des essais mis à la charge de l’entrepreneur par le présent CPS.
- Des droits de douane, taxe sur les chiffres d’affaires et tous autres impôts, taxes ou droits découlant de
l’exécution des travaux.
- Tous frais de dommage résultant d’accident et tous faux frais et dommages causés par les intempéries et
les crues.
- Des bénéfices, frais généraux et faux-frais de l’entreprise.
- De la législation en vigueur sur la réglementation du travail, tant en ce qui concerne les salaires, assurances
sociales et accidents de travail que la durée du travail réglementaire que l’entrepreneur est censé connaître
parfaitement.
- Les transports, ainsi que la fourniture des magasins moyens de transport, matériel, engins et outils de toute
espèce nécessaire à l’exécution des travaux.
- Les installations provisoires de toute nature nécessaire à l’exécution des travaux y compris notamment,
tous terrassements, dragages et pompages éventuels nécessaires à ces installations provisoires, bétonnage,
calage coffrages de toute nature y compris les frais de repliement et d’évacuation en fin de chantier, avec
remise en état des lieux.
- Les frais et sujétions de toute nature entraînée par le maintien de la circulation, donc y compris tous frais
résultant des mesures de sécurité entraînées par les textes en vigueur, les usagers locaux, et notamment les
frais entraînés par l’établissement et l’entretien des palissages, clôtures signalisation, fléchage, balisage,
éclairage y compris consommation d’engins électrique.
- Tous frais d’achat ou de location de matériaux et matériels de toute sorte, nécessaire à l’exécution des
travaux et tout droits et indemnités d’extraction de matériaux, de location, d’emplacement, etc..)
- Tous les frais d’études, de dessins, d’établissement de document et de calcul d’exécution visée à l’article
18 du présent marché.
- Tous frais d’implantation et piquetage
- Tous frais résultant de droits de brevets
- Tous frais de main- d’œuvre y compris paiement d’heures supplémentaires et frais d’outillage et
d’entretien.
- Tous frais d’assistance technique sur chantier ou l’intervention de spécialistes appelés par l’entrepreneur
pour réaliser ou contrôler certaines opérations.

58
ARTICLE 44 : DEFINITION DES PRIX :
Prix N° Désignation du prix Définition du prix

100 - Installation et signalisation


101 Installation et repli du Ce prix rémunère au forfait les frais
chantier : d’installation et repli du chantier de
l’ouvrage objet du marché. il
comprend :
- La réalisation et l’aménagement des locaux destinés
à l’Administration comprenant :
• une salle de réunion de 50 m² équipée et de trois
bureaux de 5x6 m² bien, aménagés avec des tableaux
d’affichage, armoires, matériel informatique et table
de réunion avec des chaises...
• Un local réservé au stockage des échantillons agrée
par l’Administration
- La réalisation et la maintenance d’une plate-forme
aménagée pour le stockage des matériaux avec
compartiments
- La fourniture, le transport et la mise en place des
ouvrages provisoires.
- L’indemnisation des particuliers propriétaires des
terrains ou arbres sera à la charge de l’entreprise.
- Le dessouchage des arbres (enlèvement des arbres et
tout type de plantations y compris les racines) et le
dégagement de l’emprise pour la réalisation des
remblais contigus à l’ouvrage qui sera construit dans
le cadre du présent marché.
-

Ce prix comprend aussi les aménagements à


effectuer dans le lit de l’Oued pour la mise hors d’eau
éventuelle du chantier, y compris :

- la réalisation des digues d’accès plate-forme de


travail ou protection nécessaire à l’exécution des
travaux dans le lit de l’oued
- pompage d’eau et réalisation d’un batardeau et
remblais éventuels pour dévier l’Oued
provisoirement durant toute la période des travaux.
- l’exécution éventuelle de caissons provisoires
éventuels et leur recépage après travaux, la
démolition de la digue en fin de travaux, la remise en
état naturel du lit de l’oued et toutes sujétions.
Ce prix comprend aussi les frais relatifs au laboratoire du
chantier tel que défini dans le présent CPS. Il comprend :
- la fourniture, l'installation, l'équipement et le repli
des locaux à usage de laboratoire, conformément aux
stipulations du présent CPS,

59
- tous les frais d’entretien et de fonctionnement du
laboratoire (salaires, fournitures, électricité,
chauffage, téléphone, etc.) liés à l'exécution des
essais à la charge du titulaire.

Ce prix comprend aussi :


- La fourniture et la mise en place, la location et
l’évacuation des diverses passerelles de service et
échafaudages nécessaires pour visiter les différentes
parties d’ouvrage inaccessibles par les moyens
classiques au cours des essais de chargement et
notamment les appareils d’appui,
- la fourniture et la mise en place du matériel
nécessaire à la réalisation des essais et mesures, en
particulier, la location, la mise en place et
repliement des camions chargés,
- la remise en état de la chaussée après les épreuves,
- les frais correspondant à tous les aléas et sujétions.

Ce prix comprend également les frais d’établissement des


plans de recollement conforme à l’exécution tel qu’il a été
défini dans le présent CPS.

Le prix de cette prestation ne doit pas dépasser 5% du


montant de l’acte d’engagement HTVA des prix du présent
marché, une fraction égale aux (2/3) de ce prix sera réglée
lorsque l’installation de chantier est achevée. Le solde sera
réglé après achèvement des travaux, remise en état des lieux
et repliement du chantier.
102 Signalisation temporaire Ce prix rémunère à la journée calendaire, la
fourniture, la mise en place, la surveillance, le maintien,
le remplacement quelque ce soit la cause conduisant à
ce remplacement de la signalisation temporaires du
chantier.
Il comprend les panneaux d’indication du
chantier suivant le modèle fourni par l’administration,
les panneaux de signalisation retro-fléchissant, les
gyrophares pendant la nuit.
Ce prix comprend également le repliement en
fin de chantier de ces dispositifs de signalisation
temporaire du chantier.
Tout manquement à l’une des prescriptions suscitées
constatées par l’Administration entraîne le non
application du prix au jour calendaire correspondant
200 - Terrassement et fouilles
201 Déblais pour fouilles : Ce prix rémunère au mètre cube les déblais des fouilles
pour ouvrages en tranchée ou en puits en terrain de toute

60
nature y compris le rocher et le blindage des parois avec
présence d’eau souterraine, y compris évacuation de
déblais en excédent coût de mesures destinées à assainir
la surface de travail .Le coût de l’exécution des ouvrages
provisoires nécessaires pour l’évacuation des eaux,
d’épuisement et notamment les frais de pompage
proprement dit. Les fouilles seront descendues aux cotes,
reconnues et acceptées par le maître d’ouvrage, et feront
l’objet d’un procès-verbal de réception.
Les quantités à prendre en compte étant calculées à partir
des dimensions théoriques des semelles (en cas des
fondations superficielles) ou du gros béton (en cas des
fondations semi-profondes), portées aux plans du projet
remis à l’entrepreneur et visés « Bon pour exécution ».
Il est précisé qu’il ne sera pris en compte aucune
sur largeur quelle que soit l’importance de celle-ci.
202 Remblaiement des Ce prix rémunère au mètre cube, la fourniture et le
fouilles transport depuis le lieu d’emprunt de matériaux d’apport
nobles pour remblaiement y compris arrosage et
compactage suivant les règles de l’art ainsi que toutes
sujétions.
Les quantités à prendre en compte étant calculées à partir
des dimensions théoriques des semelles (en cas des
fondations superficielles) ou du gros béton (en cas des
fondations semi-profondes), portées aux plans du projet
remis à l’entrepreneur et visés « Bon pour exécution ».
Il est précisé qu’il ne sera pris en compte aucune sur
largeur quelle que soit l’importance de celle-ci.
203 Remblais contigus Ce prix rémunère au mètre cube, la fourniture et le
transport depuis le lieu d’emploi, l’emprunt de matériaux
sélectionnés pour remblais contiguës à l’ouvrage
jusqu’aux limites conventionnelles prévues au plans visés
« Bon pour exécution ».
Ce prix comprend notamment :
- La préparation des terrains sous les remblais
- La fourniture, le transport des matériaux et l’eau
d’arrosage.
- La mise en œuvre et le compactage des matériaux
- Le réglage des talus
- La protection contre les eaux de toutes natures pendant
l’exécution des remblais.
Il comprend aussi :
- les piquetages,
- les mélanges à réaliser éventuellement entre des
matériaux de diverses natures,

61
- le comblement des purges éventuelles,
- le réglage et le compactage méthodique suivant les
prescriptions du CPS,
- le réglage des talus de remblais et du fond de forme,
- Amenée et Repliement du matériel approprié de
compactage.
- la mise en place et le dégagement des dispositifs de
protection du remblai avant exécution du corps de
chaussée.

300 – PILES ET CULEES


301 Béton de propreté (BPE) Ce prix rémunère au mètre cube la fourniture et la mise
en œuvre de béton propreté damé y compris coffrage et
toutes sujétions de mise en œuvre.
Les dimensions sont celles définies dans les plans « Bon
pour exécution ».
302 Gros Béton(BSS) Ce prix rémunère au mètre cube la fourniture et la mise
en œuvre du gros béton y compris coffrage vibration et
toutes sujétions de mise en œuvre.
Les dimensions sont celles définies dans les plans
« Bon pour exécution ».
303 Béton Classe B30 Ce prix rémunère au mètre cube la fourniture et la mise
en œuvre de béton de classe B30tel que défini dans le
présent CPS y compris vibration et toutes sujétions de
mise en œuvre.
Les dimensions sont celles définies dans les plans « Bon
pour exécution ».

304 Coffrage parties non Ces prix rémunèrent au mètre carré les coffrages
vues ordinaires pour parements ordinaire non vus nécessaires à
la construction de l'ouvrage. Ils comprennent la fourniture
à pied d'œuvre, le montage, la fixation, les opérations de
réemploi et le repliement des différents éléments de
coffrage nécessaires. Ils comprennent également
l'isolation thermique si nécessaire, l'application des
produits de démoulage et les larmiers prévus au marché
mais ne comprennent pas les traitements de surface.
Les quantités rémunérées sont les quantités calculées sur
les plans d'exécution -surfaces de reprise exclues - étant
entendu que les trous de petites dimensions(fixation des
coffrages, réservations, trous pour scellements) ne sont
pas déduits.

62
305 Coffrage parements Ces prix rémunèrent au mètre carré les coffrages soignés
soigné simples pour parements soigné nécessaires à la construction de
l'ouvrage. Ils comprennent la fourniture à pied d'œuvre, le
montage, la fixation, les opérations de réemploi et le
repliement des différents éléments de coffrage
nécessaires. Ils comprennent également si nécessaire,
l'application des produits de démoulage et les larmiers
prévus au marché mais ne comprennent pas les
traitements de surface.
Les quantités rémunérées sont les quantités calculées sur
les plans d'exécution -surfaces de reprise exclues - étant
entendu que les trous de petites dimensions(fixation des
coffrages, réservations, trous pour scellements) ne sont
pas déduits.
306 Acier haute adhérence Ce prix rémunère, au kilogramme, le transport la
(H.A) fourniture, le façonnage et la mise en place des aciers à
hautes adhérences pour les culées et piles conformément
aux plans visés « bon pour exécution ». y compris le
calage, les ligatures, les sujétions liées aux armatures en attente
ou autres de bonne exécution.

307 Acier rond lisse (DX) Ce prix rémunère, au kilogramme, le transport la


fourniture, le façonnage et la mise en place des aciers
ronds lisse pour les culées et piles, y compris le calage,
les ligatures, les sujétions liées aux armatures en attente
ou autres de bonne exécution.

400 – TABLIER
401 Béton de class B30 Ce prix rémunère au mètre cube la fourniture et la mise
en œuvre de béton de classe B30 tel que défini dans le
présent CPS y compris vibration, pose et toutes sujétions
de mise en œuvre.
Les dimensions sont celles définies dans les plans « Bon
pour exécution ».
402 Aciers haute adhérence Ce prix rémunère au kilogramme la fourniture et la mise
(H,A) en œuvre des aciers à haute adhérence pour béton armé
du tablier y compris toutes sujétions de fourniture,
transport, façonnage et mise en œuvre. y compris le
calage, les ligatures, les sujétions liées aux armatures en
attente ou autres de bonne exécution.
Les dimensions sont celles définies dans les plans « Bon
pour exécution ».

403 Aciers ronds lisses (DX) Ce prix rémunère, au kilogramme, le transport la


fourniture, le façonnage et la mise en place des aciers

63
ronds lisse pour le tablier. y compris le calage, les
ligatures, les sujétions liées aux armatures en attente ou
autres de bonne exécution.

404 Préfabrication et mise en Ce prix rémunère au mètre carré de prédalles, fourniture


place des prédalles et la mise en œuvre de béton y compris vibration,
manutention et pose et toutes sujétions de mise en place.
Il comprend également le coffrage soigné de ces
prédalles.
405 Atelier de fabrication des Ce prix rémunère au forfait pour l’ouvrage objet du
poutres présent marché la préparation, le réglage, le nettoyage des
aires de fabrication des poutres ainsi que l’aménagement
des fonds de moules de préfabrication et contre flèches.
Ce prix comprend aussi les terrains qui seront réservés
pour ces aires.

406 Transport et mise en Ce prix rémunère à l’unité le transport et la mise en place


œuvre des poutres des poutresen béton armé préfabriqués sur leur appuis
définitifs, après leur préfabrication ; il comprend tout le
matériel nécessaire, réglage de plate-forme, accès et
toutes sujétions de parfaite exécution.
407 Coffrage soigné pour Ce prix rémunère au mètre carré les coffrages soignés
parement vus : pour le tablier du pont et comprend toutes sujétions de
mise en place, de surface courbes ou inclinées, de
coffrage perdu et d'échafaudage pour parties en
encorbellements ainsi que toutes fournitures.
408 Vérinage du tablier Ce prix rémunère forfaitairement et globalement pour
tous les appuis de l’ouvrage, les opérations de vérinage
du tablier à effectuer en fin de chantier pour permettre :
• l'annulation des déformations prises par les
appareils d'appui définitifs pendant la construction
du tablier.
Il comprend :
• la fourniture, la mise en œuvre et l'enlèvement des
appareils d'appui provisoires,
• l'amenée et la mise en place des appareils d'appui
définitifs,
• l'exécution des opérations de vérinage,
• le scellement des appareils d'appui définitifs
conformément aux stipulations du CPS.
Il ne comprend pas la fourniture des appareils d'appui qui
est rémunérée par les prix de la série "Appareils d'appui"
du présent bordereau des prix.
500 – Equipement du tablier projeté et Réaménagement du tablier existant

64
A) Equipements du tablier projeté
501 a Joints de chaussée des Ce prix rémunère au mètre la fourniture, la pose et le
culées de l'ouvrage réglage des joints de chaussée des culées de l'ouvrage
projeté projeté indiqués sur les plans visés « Bon pour exécution
» ou équivalent Il inclut :
– la fourniture et la mise en place des ancrages, des
compléments de ferraillage et de toutes les autres
fournitures nécessaires,
– la mise en place de la protection et le remplissage
provisoire de la zone d'ancrage avant exécution de
l'étanchéité et de la couche de roulement,
– le sciage des enrobés et leur évacuation,
– la fourniture et la pose des drains,
– la reprise de la continuité de l'étanchéité de l'ouvrage y
compris dans les zones de relevés des trottoirs,
– le remplissage du solin entre le trait de scie et le joint
selon la technique spécifique au modèle de joint.
Il comprend les couvre joint et relevé au droit du trottoir
et dispositifs de retenu.
Il comprend également toutes fournitures, transport, tous
frais de pose et toutes sujétions.
501 b Joints de chaussée des Ce prix rémunère au mètre la fourniture, la pose et le
piles de l'ouvrage réglage des Joints de chaussée des piles de l'ouvrage
projeté projeté indiqués sur les plans visés « Bon pour exécution
» ou équivalent Il inclut :
– la fourniture et la mise en place des ancrages, des
compléments de ferraillage et de toutes les autres
fournitures nécessaires,
– la mise en place de la protection et le remplissage
provisoire de la zone d'ancrage avant exécution de
l'étanchéité et de la couche de roulement,
– le sciage des enrobés et leur évacuation,
– la fourniture et la pose des drains,
– la reprise de la continuité de l'étanchéité de l'ouvrage y
compris dans les zones de relevés des trottoirs,
– le remplissage du solin entre le trait de scie et le joint
selon la technique spécifique au modèle de joint.
Il comprend les couvre joint et relevé au droit du trottoir et
dispositifs de retenu.
Il comprend également toutes fournitures, transport, tous
frais de pose et toutes sujétions.
502 a Joints de trottoir des Ce prix rémunère au mètre linéaire les joints pour trottoirs
culées de l'ouvrage des culées de l'ouvrage projeté indiqués sur les plans visés
projeté « Bon pour exécution » ou équivalents. Il comprend la

65
fourniture, le transport, la mise en place et toutes
sujétions de bonne exécution.
502 b Joints de trottoir des Ce prix rémunère au mètre linéaire les joints pour trottoirs
piles de l'ouvrage projeté des piles de l'ouvrage projeté indiqués sur les plans visés
« Bon pour exécution » ou équivalents. Il comprend la
fourniture, le transport, la mise en place et toutes
sujétions de bonne exécution.

503 Etanchéité pour tablier Ce prix rémunère au mètre carré la fourniture, le transport
pour ouvrage projeté et la mise en œuvre d'étanchéité du tablier conformément
au plans visés « Bon Pour Exécution »
Il comprend toutes les sujétions de fourniture et de mise
en oeuvre concernant la préparation du support, la
réalisation des différentes couches constitutives de la
chape, la réalisation des relevés d'étanchéité dans les
engravures, la protection de ces relevés, les différents
raccords aux saignées, gargouilles, drains, ainsi que toute
sujétion de bonne exécution.

504 Revêtement bitumineux Ce prix rémunère au mètre carré la fourniture et la mise


pour ouvrage projeté en œuvre d’un revêtement du tablier avec une épaisseur
minimale de 6 cm d’enrobé bitumineux (0/10 à chaud). Il
comprend tous les frais de préparation du produit (liants),
couche d’ancrage, la mise en place et toutes sujétions de
parfaite exécution.

505 a Dispositifs de retenue Ce prix rémunère au mètre la fourniture et la pose des


type BN4 (sans barrières de sécurité de type BN4 (sans barreaudage). Il
barreaudage) inclut leurs ancrages, leur protection anticorrosion
et tient compte de toutes les sujétions de réglage, de
calage et de matage
ainsi que de franchissement des joints de dilatation.
La longueur rémunérée est la longueur entre axes des
poteaux extrêmes,
mesurée parallèlement à l'axe en plan de l'ouvrage et
conformément aux plans visés «Bon Pour Exécution ».
505 b Dispositifs de retenue Ce prix rémunère au mètre la fourniture et la pose des
type BN4 (avec barrières de sécurité de type BN4 (avec barreaudage). Il
barreaudage) inclut leurs ancrages, leur protection anticorrosion
et tient compte de toutes les sujétions de réglage, de
calage et de matage
ainsi que de franchissement des joints de dilatation.
La longueur rémunérée est la longueur entre axes des
poteaux extrêmes,
mesurée parallèlement à l'axe en plan de l'ouvrage et
conformément aux plans visés «Bon Pour Exécution ».

66
506 Longrine support des Ce prix rémunère au mètre linéaire les longrines en béton
dispositifs de retenu BN4 armé situées en extrados du tablier et nécessaires à
(y compris ferraillage) l'ancrage des dispositifs de retenue et des corniches.
pour ouvrage projeté Il comprend la fourniture et la mise en œuvre du béton et
des coffrages, tels que
définis au CPS et sur les plans joints visés « Bon Pour
exécution », et tient compte de toutes les sujétions de
réglage et de cure des surfaces non coffrées.
Il comprend également la fourniture le façonnage et la
mise en œuvre des armatures passives de ces longrines.

507 Corniche préfabriqué Ce prix rémunère au mètre linéaire, la fourniture et la


epour ouvrage projeté mise en œuvre de corniches préfabriquées y compris
contre corniche en béton armé y compris fourniture et
toutes sujétions de fabrication et de mise en œuvre pour
assurer l’alignement de l’ouvrage.
Les dimensions sont celles définies dans les plans « Bon
pour exécution ».
508 Corps du trottoir pour Ce prix rémunère au mètre linéaire la fourniture, la mise
ouvrage projeté en œuvre conformément aux plans « Bon pour
exécution » du béton dosé au minimum à 200 kg/m3 pour
le remplissage de corps de trottoirs.
IL comprend les réservations en fourreaux en PVC pour
passage de câbles et divers. Il comprend la finition de la
couche de surface, du carrelage et toutes sujétions
conformément aux plans vises « Bon pour exécution »
509 Bordures de trottoirs Ce prix rémunère au mètre linéaire, la fourniture, pose et
peinture des bordures conformément aux plans visés
‘’ Bon pour exécution ‘’.

510 Appareils d’appui Ce prix rémunère au décimètre cube la fourniture, le


stockage et la pose des appareils d’appui en élastomère
fretté y compris les bossages, frettages, les taquets d’arrêt,
les dés de vérinage et autre équipement, conformément
aux plans vises « BON POUR EXECUTION « y compris
toutes sujétions de parfaite exécution.

511 Gargouilles de l'ouvrage Ce prix rémunère à l’unité des gargouilles conformes aux
projeté prescriptions du présent CPS. Il comprend le pavé
d’entrée d’eau, les sujétions de calage dans les hourdies
ou dans la dalle et les sujétions d’étanchéité au droit de
raccordement les caniveaux fils d’eau.

B) Réaménagement du tablier existant

67
512 Démolition du trottoir, Ce prix rémunère au forfait la démolition du trottoir,
bordure, garde-corps S7, bordure, garde-corps S7, contre corniche, gargouille et
contre corniche, corniche de l’ouvrage existant côté TPC et toutes
gargouille et corniche de sujétions de bonne exécution.
l'ouvrage existant coté
TPC
513 Renformis en béton armé Ce prix rémunère au mètre cube les renformis en béton
(y compris ferraillage de armé (y compris ferraillage de renforcement au niveau de
renforcement) au niveau l’ouvrage existant) conformément aux plans visés « Bon
de l'ouvrage existant pour exécution ».
514 Ce prix rémunère au mètre linéaire de gardes corps type
BN4 au niveau de l’ouvrage existant côté TPC, il
Dispositifs de retenue comprend la fourniture, le transport, le montage, le
type BN4 pour l’ouvrage soudage, et les accessoires de fixation et la peinture avec
existant-Coté TPC toutes ses phases ainsi que toute sujétion de bonne
exécution.
515 Longrine support des Ce prix rémunère au mètre linéaire de longrine support
dispositifs de retenue des dispositifs de retenue BN4 réalisée en béton B30 au
BN4 (y compris niveau de l’ouvrage existant côté TPC, y compris
ferraillage) pour ouvrage
ferraillage selon les dimensions et les dispositions
existant-Coté TPC
indiquées dans les plans « Bon pour exécution ».
516 Bordure de trottoirs Ce prix rémunère au mètre linéaire, la fourniture et pose
pour ouvrage existant- des bordures, au niveau de l’ouvrage existant côté TPC,
Coté TPC conformément aux plans visés « Bon pour exécution ».
517 Ce prix rémunère au mètre linéaire, la fourniture et la mise
en oeuvre de corniches préfabriquées en béton armé ainsi
que la réalisation de contre corniches au niveau de
l’ouvrage existant côté TPC, y compris fourniture et toutes
Corniche préfabriquée sujétions de fabrication et de mise en oeuvre pour assurer
en béton armé (y compris
l’alignement de l’ouvrage.
contre corniche) pour
ouvrage existant côté Les dimensions et dispositions sont celles définies dans
TPC les plans « Bon pour exécution ».
518 Ce prix rémunère au mètre linéaire de gardes corps type
BN5 au niveau de l’ouvrage existant côté extérieur
conformément aux plans visés « Bon pour exécution », il
comprend la fourniture, le transport, le montage, le
Garde corps type BN5 soudage, et les accessoires de fixation et la peinture avec
pour ouvrage existant- toutes ses phases ainsi que toute sujétion de bonne
Coté extérieur exécution.
519 Longrine support des Ce prix rémunère au mètre linéaire de longrine support
dispositifs de retenue des dispositifs de retenue BN5 réalisée en béton B30 au
BN5 pour ouvrage niveau de l’ouvrage existant côté extérieur, y compris
existant-Coté extérieur y
ferraillage selon les dimensions et les dispositions
compris ferraillage
indiquées dans les plans « Bon pour exécution ».

68
520 Ce prix rémunère au mètre carré l’étanchéité réalisée en
film mince de 5 mm agrée par l’administration. Il
Rétablissement de comprend la préparation du transport, la fourniture et la
l’étanchéité pour tablier mise en place des matériaux d’étanchéité et toute sujétion
de l’ouvrage existant de finition et de raccordement.
521 Ce prix rémunère au mètre carré le décapage et le
dégagement du revêtement bitumineux existant ainsi que
la réalisation du nouveau revêtement (y compris couche
Rétablissement du
revêtement bitumineux d’accrochage) comprenant tous les frais de préparation du
pour ouvrage existant produit et la mise en place et toutes sujétions.
522 Ce prix rémunère au forfait le réaménagement du mur
garde grève de l’ouvrage existant selon les plans « Bon
Réaménagement du mur
garde-grève de l'ouvrage pour exécution » et les indications du maître d’ouvrage
existant délégué.
523 a Ce prix rémunère au mètre linéaire l’enlèvement et le
dégagement des joints de chaussée existants des culées et
leur remplacement par des joints de chaussée type Wd80
Remplacement des joints
selon les plans visés « Bon pour exécution ». Il comprend
de chaussée des culées de
l'ouvrage existant – toutes fournitures, transport, tous frais de pose et toutes
Wd80 sujétions.
523 b Ce prix rémunère au mètre linéaire l’enlèvement et le
dégagement des joints de chaussée existants des piles et
leur remplacement par des joints de chaussée type Wd110
Remplacement des joints
selon les plans visés « Bon pour exécution ». Il comprend
de chaussée des piles de
l'ouvrage existant – toutes fournitures, transport, tous frais de pose et toutes
Wd110 sujétions.
524 a Ce prix rémunère au mètre linéaire l’enlèvement et le
dégagement des joints de trottoir existants des culées et
leur remplacement par des joints de trottoir type TO80
Remplacement des joints
selon les plans visés « Bon pour exécution ». Il comprend
de trottoir des culées de
l'ouvrage existant – toutes fournitures, transport, tous frais de pose et toutes
TO80 sujétions.
524 b Ce prix rémunère au mètre linéaire l’enlèvement et le
dégagement des joints de trottoir existants des piles et leur
remplacement par des joints de trottoir type TO110 selon
Remplacement des joints
les plans visés « Bon pour exécution ». Il comprend
de trottoir des piles de
l'ouvrage existant – toutes fournitures, transport, tous frais de pose et toutes
TO110 sujétions.
600 – Equipement divers et protections
Badigeonnage Ce prix rémunère au mètre carré la fourniture et la mise
601 en œuvre du badigeonnage des parements enterrés qui
sont en contact avec la terre y compris la fourniture, la
mise en œuvre du produit de protection des surfaces en
contact avec les terres agréé par l’Administration, Il
rémunère toutes les dispositions prévues par le présent

69
CPS ainsi que celles relatives à la préparation de l’état de
surface, y compris les ragréages éventuels.
Les dimensions sont celles définies dans les plans « Bon
pour exécution ».

602 Enrochements
Ce prix rémunère au mètre cube la réalisation
d’enrochement pour la protection des appuis, remblais
d’accès et digue de canalisation des eaux conformément
aux prescriptions du présent CPS. Il comprend aussi :
• la fourniture à pied d’œuvre de matériaux
d’enrochement,
• le chargement, le transport, quelle que soit la
distance, et le déchargement sur les lieux d’emploi
ou de dépôt,
• l’aménagement de la zone de dépôt,
• la reprise éventuelle des enrochements mis en
dépôt provisoire,
• la fourniture et mise en œuvre de la couche de
matériaux de protection.
• les sujétions de mise en œuvre notamment sous et
contre des maçonneries dans l’eau et les sujétions
de phasage,
• la fourniture, le transport à pied d’œuvre et la
mise en œuvre des matériaux de calage éventuels.
Les quantités à prendre en compte étant
déterminées d’après leur volume mis en place dans la
limite du volume théorique défini par les dessins visés
‘’Bon pour exécution’’.

603 Géotextiles Ce prix rémunère au mètre carré la fourniture, le transport


et la mise en œuvre du géotextile non tissé aiguilleté de
800g/m² conformément aux plans d’exécution ainsi que
toue sujétion de bonne exécution.
604 Couche de transition Ce prix rémunère au mètre cube la réalisation d’une
couche de transition formée de matériaux (10-150) mm
sous l’enrochement pour la protection des appuis,
remblais d’accès et digue de canalisation des eaux
conformément aux spécifications de l’étude.
605 Filtre Ce prix rémunère au mètre cube la réalisation d’une
couche de filtre formée de matériaux (0-20) mm sous
l’enrochement pour la protection des appuis, remblais
d’accès et digue de canalisation des eaux conformément
aux spécifications de l’étude.

70
606 Glissière de sécurité Ce prix rémunère au mètre linéaire la réalisation tout type
de glissières de sécurité des accès et de raccordement
avec tout autre dispositif de retenue de l’ouvrage (GS2,
GCU, GRC, GCUL…). Il comprend la fourniture, le
transport, le montage et les accessoires de fixation ainsi
que toute sujétion de bonne exécution.
607 Descente d’eau Ce prix rémunère au mètre linéaire la fourniture et la
pose des descentes d’eau préfabriquées de taille moyenne,
y compris toutes sujétions de mise en œuvre.
608 Bourrelets en béton Ce prix rémunère au mètre linéaire la réalisation
des bourrelets en béton conformément aux plans types du
dossier d’exécution.

609 Déblaiement de fouilles Ce prix rémunère au mètre cube les déblais et les
pour enrochements remblais de fouilles nécessaires à la mise en œuvre des
enrochements et des filtres, conformément aux plans
d’exécution ainsi que toue sujétion de bonne exécution.
700 – Raccordement avec la voie express (Section neutralisée)
701 Remblais Ce prix rémunère au mètre cube de remblais en
place conformément aux prescriptions du prix n° B-4-3 du
fascicule n°2 du CPC, et suivant plans visés ‘’Bon pour
exécution’’, ainsi que toutes les sujétions résultantes des
documents contractuels.

702 Mise en œuvre BBSG2 Ce prix rémunère à la tonne suivant les


(0/10mm) y compris prescriptions du prix D 4,3, du fascicule n°2 du CPC, et de
couche d’accrochage la norme NM13.1.214 la fourniture, le transport, le
stockage et la mise en œuvre des Bétons Bitumineux semi
grenus(0/10) concassés purs fournis par l’entreprise. Ce
prix comporte aussi la fourniture et la mise en place de
couche d’accrochage en émulsion acide à 65% de bitume
au dosage agréé par le Maître d’Ouvrage délégué ainsi que
toutes les sujétions résultantes des documents contractuels
quelques soient les conditions de mise en œuvre. Le
répandage se fera au finisseur.
Toutefois ce prix ne comprend pas la fourniture du
liant qui est rémunéré dans le cadre d’un prix à part.

703 Bitume pur pour BBSG2 Ce prix rémunère à la tonne la fourniture de bitume
(0/10mm) pur 40/50 suivant les prescriptions du prix n° D, 5, 1, c du
fascicule n°2 du CPC pour réalisation BBSG2 ainsi que
toutes les sujétions résultant des documents contractuels.

704 Mise en œuvre GB3 Ce prix rémunère à la tonne selon la norme


(0/14mm) y compris la NM13.1.210 la fourniture, le transport, le stockage et la
couche d’accrochage mise en œuvre de grave bitume de classe 3 pour couche de
base avec granulats (0/14) concassés purs fournis par
l’entreprise. Ce prix comporte aussi la fourniture et la mise
71
en place de couche d’accrochage en émulsion acide à 65%
de bitume au dosage agréé par le Maître D’Ouvrage
délégué ainsi que toutes les sujétions résultantes des
documents contractuels quelles que soient les conditions
de mise en œuvre en une ou plusieurs couches. Le
répandage se fera au finisseur.
Toutefois ce prix ne comprend pas la fourniture du
liant qui est rémunéré dans le cadre d’un prix à part.

705 Bitume pur pour GB3 Ce prix rémunère à la tonne la fourniture de bitume
(0/14mm) pur 40/50 suivant les prescriptions du prix n° D, 5, 1, c du
fascicule n°2 du CPC pour réalisation GB3 ainsi que toutes
les sujétions résultant des documents contractuels.

706 Imprégnation (1,5 Ce prix rémunère à la tonne la fourniture de


kg/m2) l’émulsion de bitume 55% pour réalisation de
l’imprégnation ainsi que toutes les sujétions résultant des
documents contractuels.
707 Mise en œuvre de Ce prix rémunère au mètre carré l'exécution d'une
l'imprégnation couche d'imprégnation en émulsion de bitume 55% à
raison de 1.5 kg/m² suivant les prescriptions du prix n°
D,3,1 du fascicule n°2 du CPC, toutefois ce prix ne
comprend pas la fourniture du liant qui est rémunéré dans
un prix à part. Ce prix comprend également le sablage de
l’imprégnation avec un grain de riz avec un dosage agréé
par l’administration et toutes sujétions.
708 GNF1(0/40mm) Ce prix rémunère au mètre cube, suivant les
prescriptions du prix D.2-1-b du fascicule 2 du CPC et les
dispositions du présent CPS, la fourniture et la mise en
place des graves non traitées de type GNF1 (0/40), y
compris arrosage, compactage et réglage ainsi que toutes
sujétions contractuelles
709 MS2 Ce prix rémunère au mètre cube, suivant les
prescriptions du prix n° D-6-1-2 de la note circulaire de la
DR du 22/01/1992 et les dispositions du présent CPS, la
fourniture et la mise en place de MS type 2 pour
accotements et TPC, ainsi que toutes sujétions
contractuelles.
800 Blindage de l'ouvrage Ce prix rémunère au forfait le blindage de
existant au moment des l’ouvrage existant au moment des travaux conformément
travaux au dossier d’exécution établi par l’entreprise et approuvée
par l’administration.

ARTICLE 45 : SOUS-DETAIL DES PRIX :


L’Entrepreneur devra joindre à son offre le sous détail de tous les prix énumérés au bordereau
des prix détail estimatif.
72
ARTICLE 46 : MODE DE REGLEMENT DES TRAVAUX :
Les règlements se feront par application des prix du bordereau aux quantités d’ouvrage
réellement effectuées et constatées contradictoirement en cours d’exécution et dans la mesure où l’
ouvrage réalisé sera conforme aux prescriptions du marché.
L’Entrepreneur soumettra à l’approbation de la direction provisoire d’aménagement de la
RN1 entre Tiznit et Dakhla avant le dixième jour de chaque mois, un projet d’attachement provisoire
des travaux exécutés au cours du mois précédent. Accompagné de tous les métrés et pièces
justificatives nécessaires à la vérification.
Les situations et les pièces justificatives (métrés, etc...) seront établies en nombre
d’exemplaires suffisants.
Après contrôle et rectification éventuelle de ces documents, la direction provisoire
d’aménagement de la RN1 entre Tiznit et Dakhla établira le décompte correspondant au montant des
sommes dues.
En cas de contestation de la part de l’Entrepreneur sur les rectifications faites par la direction
provisoire d’aménagement de la RN1 entre Tiznit et Dakhla seule sera effectué, le versement de la
somme acceptée par l’Administration concernée, Il demeure entendu qu’en cas de désaccord, les
travaux ne pourront pas être interrompus par l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur déclarant avoir compris dans son prix tous les travaux nécessaires à son
complet achèvement, il ne sera pas admis de travaux supplémentaires sauf ceux faisant l’objet d’un
ordre de service de la direction provisoire d’aménagement de la RN1 entre Tiznit et Dakhla.
ARTICLE 47 : CAS DE FORCE MAJEURE
Le cas de force majeure pourra être évoqué par l’Entrepreneur lorsque le niveau du PHE de la
crue que connaît l’Oued franchi aura atteinte ou dépassée la côte correspondant à la crue centennale
(article 47 du CCAGT).

ARTICLE 48 : MODE DE PAIEMENT


L’Administration se libérera des sommes dues en exécution du marché qui sera conclu avec
le concurrent retenu en faisant donner crédit au compte bancaire postal ou du trésor ouvert au nom
du titulaire du marché porté sur l’acte d’engagement.

C H A P I T R E V PRESCRIPTIONS DIVERSES
ARTICLE 49 : DELAI D’EXECUTION – PENALITE DE RETARD
Le délai d’exécution global du présent marché est fixé à 8 mois à compter du lendemain du jour de
notification de l’ordre de service prescrivant à l’Entrepreneur de commencer les travaux.
73
En cas de non-respect de ce délai par l’Entrepreneur des pénalités de retard d’un montant de 1/1000
du montant du marché (DH/jour de calendrier) seront appliquées.

En application des dispositions de l’article 65 A §7 du CCAG-T, le montant des pénalités est plafonné
à huit pour cent (8 %) du montant du marché éventuellement modifié ou complété par les avenants.
ARTICLE 50 : REVISION DES PRIX
Conformément aux dispositions de l’article 14 du décret n° 2-06-388 précité, les prix du présent
marché sont révisables par application des formules suivantes. Cette révision s’applique quel que soit le
résultat des calculs.

P = Po * (0,15 + 0,85 * (OA4 / OA4o)).

Dans lesquelles :

P : montant hors taxe révisé de la prestation considérée.


Po : montant initial hors taxe de cette même prestation.

OA4 OA4o : index global relatif aux travaux de construction d’un ouvrage d’art en béton armé.

Les valeurs de référence des index inclus dans les formules de révision sont celles publiées
mensuellement par le Ministère de l’Equipement du Royaume du Maroc.

Le calcul du coefficient de révision est établi par l'Administration lors de l'établissement des
décomptes. Les calculs sont arrêtés à la quatrième décimale. La révision est appliquée quelque soit les résultats
des calculs.

Si des retards sont constatés dans l'apparition des index au moment de l'établissement des décomptes,
l'Administration pourra valablement réviser les prix, par application des index qui précédant immédiatement.
Le réajustement sera fait dès parution des nouveaux index.

Si le décompte mensuel à réviser concerne des travaux dont la période d'exécution chevauche sur deux
mois consécutifs ayant les index de révision différents, la dépense afférente à ce décompte sera ventilée dans
le temps en autant de parties qu’il y aura de valeurs différentes du coefficient de révision.

Si cette ventilation ne peut être effectuée, il sera appliqué au montant total du décompte un coefficient
de révision moyen calculé au prorata du nombre de jours calendaires auquel correspond chacune des valeurs
du coefficient de révision.

Pour ce calcul, tous les mois sont réputés avoir une durée de 30 jours calendaires

Les règles et conditions de révision des prix sont celles fixées par l’arrêté du Chef de Gouvernement
n°3.302-15 du 27 Novembre 2015.

ARTICLE 51 : CAUTIONNEMENT PROVISOIRE –


CAUTIONNEMENT DEFINITIF :
Le montant du cautionnement provisoire est fixé à 300 000 Dirhams (trois cent mille DH).
Le montant du cautionnement définitif est fixé à Trois pour cent (3%) du montant du marché T.T.C. Il doit
être constitué dans les 20 jours qui suivent la notification d’approbation du marché.

74
ARTICLE 52 : DELAI ET RETENUE DE GARANTIE
Le délai de garantie est fixé à une année. Une retenue de garantie de dix pour cent (10%) sera opérée
sur le montant des travaux et cessera de croître lorsqu’elle atteint sept pour cent (7%) du montant initial du
marché y compris le montant des éventuels avenants.

ARTICLE 53 : RESPONSABILITE DECENALE


A partir de la réception définitive, le titulaire restera soumis à la responsabilité décennale telle que
prévue par l’article 769 du 12Aout 1913 formant le code des obligations et contrats.

ARTICLE 54 : NANTISSEMENT :
Dans l’éventualité d’une affectation en nantissement du marché, il est précisé que :
1- La liquidation des sommes dues par la Caisse pour le Financement Routier
(CFR) en exécution du présent marché sera opérée par les soins du Directeur
de la CFR ;
2- Le Fonctionnaire chargé de fournir au titulaire du marché ainsi qu’au
bénéficiaire des nantissements ou subrogations les renseignements et états
prévus à l’article 8 du dahir n°1.15.05 du 29 rabi II 1436 (19 février 2015)
portant promulgation de la loi n°112.13 relative au nantissement des marchés
publics est le Directeur de la CFR ;
3- Les paiements prévus au présent marché seront effectués par le Trésorier
Payeur de la CFR seul qualifié pour recevoir les significations des créanciers
du titulaire du présent marché.
Conformément aux dispositions de l’article 13 du CCAG-T, le maître d’ouvrage délivre sans
frais à l’entrepreneur et sur sa demande et contre récépissé un exemplaire spécial du marché portant
la mention « Exemplaire unique » et destiné à former titre de nantissement.
ARTICLE 55 : DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR :
A défaut par l’Entrepreneur d’avoir rempli les obligations qui lui sont imposées par les documents
contractuels, toutes les notifications lui seront valablement faite à l’adresse indiquée au présent marché.
ARTICLE 56 : EMPLACEMENTS MIS A LA DISPOSITION DE
L’ENTREPRENEUR.

L’Entrepreneur pourra disposer pour les installations de son chantier, le stationnement de son matériel
et le dépôt provisoire des matériaux, du domaine public constituant les emprises des routes classées, à condition
que les emplacements choisis ne présentent aucun danger ni gène à la circulation. Ces emplacements seront
remis en leur état initial dans le délai de 30 jours. Cette remise en état conditionne le prononcé de la réception
provisoire des travaux.
ARTICLE 57 : SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIER :
Le principe de signalisation temporaire du chantier conforment à la directive de la DRCR
correspondante, sera remis à l’entrepreneur pour adoption établissement du plan de signalisation.
En cas de carence de l’entrepreneur dans la mise en place et dans le maintien de la signalisation
temporaire du chantier routier conforme à la directive de la DRCR, le maître d’ouvrage peut prendre, aux
frais de l’entrepreneur, les mesures nécessaires après mise en demeure de celui-ci restée sans effet.
En cas de dépassement des délais contractuels, l’entreprise maintiendra, à sa charge et sans
indemnité aucune, la signalisation temporaire du chantier jusqu’à l’achèvement des travaux
L’intervention du maître d’ouvrage ne dégage pas pour autant la responsabilité de l’entrepreneur.
ARTICLE 58 : SUJETIONS DIVERSES D’EXECUTION :
i. Sujétions résultant du maintien des communications. Pendant l’exécution des travaux, la circulation
routière au droit du chantier pourra être soumise aux restrictions ci-après :
Il ne sera procédé à des déviations provisoires que sur autorisation du maître d’ouvrage au droit des travaux
afin de permettre l’exécution de ceux-ci dans de bonnes conditions. Ces déviations seront construites et
75
revêtues (Terrassement, GNB, imprégnation et revêtement bicouche) munies d’ouvrages d’assainissement
adéquats. L’entretien de la déviation comprend, le renforcement de la chaussée, l’entretien des ouvrages
d’assainissement, et des dépendances de la route, ainsi que toutes autres prestations nécessaires pour la bonne
exploitation de la route.

2- Sujétions résultant de l’exécution simultanée de travaux étrangers à l’entreprise :


Les travaux visés à l’article 46du paragraphe Ib du Cahier des Clauses Administratives Générales sont élargis
à tous les travaux qui se réaliseront simultanément avec ceux du présent marché.
ARTICLE 59 : DEPLACEMENT DES RESEAUX :
Par dérogation aux dispositions de l’article 39 du CCAG-T, pour tous les réseaux, l’entreprise
procédera à leur découverte en réalisant des tranchées par ses propres moyens et en présence des
représentants des organismes concernés pour éviter les risques de détériorations de ces réseaux.
L’entrepreneur reste seul responsable en cas de détérioration ou dégâts causés à ces réseaux
au moment de la réalisation des travaux.
ARTICLE 60 : RECRUTEMENT ET PAIEMENT DES OUVRIERS
Les formalités de recrutement et de paiement des ouvriers sont celles prévues par les
dispositions de l’article 23 du CCAG-T.
ARTICLE 61 : MESURES DE SECURITE ET D’HYGIENE
Les mesures de sécurités et d’hygiène sont celles prévues dans le présent CPS. Les
dispositions prévues à ce sujet à l’article 33 du CCAG-T doivent être strictement observées.
ARTICLE 62 : SOUS-TRAITANCE
Les conditions de sous-traitance sont régies par les dispositions de l’article 141 du règlement
relatif aux conditions et formes de passation des marchés de la caisse pour le financement routier.
ARTICLE 63 : DELAI DE NOTIFICATION ET DE L’APPROBATION
DU MARCHE
L’approbation du marché doit être notifiée à l’attributaire dans un délai maximum de soixante
quinze (75) jours à compter de la date fixée pour l’ouverture des plis. Les conditions de prorogation
de ce délai sont fixées par les dispositions de l‘article 136 du règlement précité.
ARTICLE 64 : RECEPTION PROVISOIRE
Les réceptions provisoires seront prononcées conformément à l’article 73du CCAGT.
Elles ne pourront être prononcées que si les travaux répondent aux conditions stipulées au marché. Elles
prendront effet à partir des dates d’achèvement réel des travaux dûment constatés par l’administration.

Un procès-verbal de réception provisoire de l’ensemble des travaux sera établi mentionnant la date
réelle de l’achèvement des travaux.
ARTICLE 65 : RECEPTION DEFINITIVE
A l’expiration du délai de garantie, il sera procédé à la réception définitive des travaux
conformément à l’article76 du CCAG-T. Un procès-verbal de réception définitive sera établi.
ARTICLE 66 : ASSURANCES
En application de l’article 25 du CCAGT ; L’entrepreneur est tenu de fournir les attestations
d’assurance citées ci-dessous :
a) Véhicules automobiles utilisés sur chantier.
b) Accidents de travail.
c) Responsabilité civile incombant :
▪ A l’entrepreneur, en raison des dommages causés aux tiers par l’ouvrage objet du
marché, jusqu’à la réception définitive, les matériaux, le matériel, les installations, le
personnel de l’entrepreneur, etc. quand il est démontré que ces dommages résultent
76
d’un fait de l’entrepreneur, de ses agents ou d’un défaut de ses installations ou de ses
matériels ;
▪ A l’entrepreneur, en raison des dommages causé sur le chantier et ses dépendances
aux agents du maître d’ouvrage ou de ses représentants ainsi qu’aux tiers autorisés par
le maître d’ouvrage à accéder aux chantiers, jusqu’à la réception définitive ;
▪ Au maître d’ouvrage délégué, en raison des dommages causés aux tiers sur le chantier
et ses dépendances par ses ouvrages, ses matériels, ses marchandises, ses installations,
ses agents, etc. l’entrepreneur renonce à tout recours contre le maître d’ouvrage ;
▪ Au maître d’ouvrage, en raison des dommages causés au personnel de l’entrepreneur
et provenant, soit du fait de ses agents, soit du matériel ou des tiers dont il serait
responsable, et qui entraînerait un recours de la victime ou de l’assurance « accident
du travail ».
d) Dommages à l’ouvrage, à ce titre sont garantis, pendant la durée des travaux et jusqu’à la
réception provisoire, les ouvrages provisoires objet du marché, les ouvrages et installations
fixes ou mobiles du chantier, les matériels, matériaux et approvisionnements divers, contre
les risques d’incendie, vol, détérioration pour quelque cause que ce soit, sauf cataclysmes
naturels.
L’entrepreneur doit informer le maître d’ouvrage de toute modification ou résiliation
concernant les polices d’assurances prévues par le présent article sous peine de l’application des
mesures coercitives prévues à l’article 79 du CCAGT.
ARTICLE 67 : LITIGES
Si en cours de la réalisation du marché, des différends et litiges surviennent avec la société, les parties
s’engagent à régler celles-ci dans le cadre des stipulations de chapitre IX du CCAG applicable aux marchés de
travaux.
Les litiges entre le maître d’ouvrage et la société sont soumis aux tribunaux compétents.
ARTICLE 68 : RESILIATION
Dans le cas où l’Entrepreneur ferait preuve d’une activité insuffisante ou en cas de la non-exécution des
Clauses du présent marché l’Administration le met en demeure de satisfaire à ses obligations dans un délai qui
ne devra pas être inférieur à quinze (15) jours.
Passé ce délai, si la cause qui a provoqué la mise en demeure subsiste, le marché pourra être résilié de plein
droit et sans indemnité aucune.
Tous les autres cas de résiliation prévus par le C.C.A.G.T et le règlement relatif aux conditions et formes de
passation des marchés de la caisse pour le financement routier sont applicables.

ARTICLE 69 : PROVENANCE, QUALITE ET ORIGINES DES


MATERIAUX
Tous les matériaux, matières et produits utilisés dans les travaux objet du présent cahier des
prescriptions spéciales proviendront de carrières ou d’usines agréées par le Maitre d’ouvrage.
L’entrepreneur ne peut, en aucun cas, se prévaloir de l’éviction par le Maitre d’ouvrage de
fournisseurs ou sous-traitants pour demander une majoration quelconque sur le prix de la fourniture.
Les matériaux doivent satisfaire aux normes marocaines en vigueur à la signature du marché ou à
défaut, aux normes internationales ou à défaut aux règles de l’art usuelles.
Le Maitre d’ouvrage peut effectuer tous les essais qu’il estime nécessaires pour vérifier que les
matériaux ou produits utilisés sont conformes aux spécifications imposées.
L’entrepreneur est tenu d’éloigner du chantier, à ses frais, en un lieu agrée par le Maitre d’ouvrage
les matériaux ne satisfaisant pas aux conditions ci-dessus.

77
Le Maitre d’ouvrage est seul compétent pour juger de la qualité des matériaux et décider de leur lieu
d’emploi. En particulier le lieu de provenance des matériaux ne peut en aucune façon laisser préjuger
de leur qualité.

ARTICLE 70 : ENLEVEMENT DU MATERIEL ET DES MATERIAUX


En application de l’article 44 du CCAG-Travaux, le délai fixé pour le dégagement, le nettoiement et
la remise en état des emplacements mis à la disposition de l’entrepreneur est de Quinze jour (15) jours
de calendrier à compter de la date de la réception provisoire. Une pénalité particulière de Deux Mille
Dirhams (2.000,00) DH par jour de calendrier de retard sera appliquée à compter de la date
d’expiration du délai indiqué plus haut. Cette pénalité sera retenue d’office sur les sommes encore
dues à l’entrepreneur.
ARTICLE 71 : MODALITES DE REGLEMENT
Le règlement des prestations réalisées sera effectué sur la base de décomptes établis par le maître
d’ouvrage en application des prix du bordereau des prix – détail estimatif aux quantités réellement
exécutées, déduction faite de la retenue de garantie, le cas échéant.
Le montant de chaque décompte est réglé à l’entrepreneur après réception par le maître d’ouvrage de
tous les métrés, situations et pièces justificatives nécessaires à sa vérification.
Seules sont réglées les prestations prescrites par le présent cahier des prescriptions spéciales ou par
ordre de service notifié par le maître d’ouvrage.
Sur ordre du maître d’ouvrage, les sommes dues à l’entrepreneur seront versées au compte bancaire
n° (RIB sur 24 positions)…..………………………………………………… ouvert auprès de la
banque…………………………………………………………………………
ARTICLE 72 : RETENUE A LA SOURCE APPLICABLE AUX
TITULAIRES ETRANGERS NON RESIDENTS AU
MAROC
Une retenue à la source au titre de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu, le cas
échéant, fixée au taux de dix pour cent (10 %), sera prélevée sur le montant hors taxe sur la valeur
ajoutée des travaux réalisés au Maroc dans le cadre du présent marché.
Cependant, le titulaire peut opter pour une imposition forfaitaire au taux de huit pour cent (8 %) sur
le montant hors TVA dans les conditions prévues à l’article 16 du Code général des Impôts.

ARTICLE 73 : LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION


L’entrepreneur ne doit pas recourir par lui-même ou par personne interposée à des pratiques de fraude
ou de corruption des personnes qui interviennent, à quelque titre que ce soit, dans les différentes
procédures de passation, de gestion et d’exécution du marché.
L’entrepreneur ne doit pas faire, par lui-même ou par personne interposée, des promesses, des dons
ou des présents en vue d’influer sur les différentes procédures de conclusion d’un marché et lors des
étapes de son exécution.
Les dispositions du présent article s’appliquent à l’ensemble des intervenants dans l’exécution du
présent marché.

ARTICLE 74 : PERSONNE CHARGEE DU SUIVI DE L’EXECUTION


DU MARCHE
Le suivi de l’exécution du marché est confié à l'équipe désignée par le maître d’ouvrage.
La liste(nom ou la qualité) des membres de cette équipe sera notifié à l’entrepreneur.
Les tâches confiées à cette personne et les actes qu’elle est habilitée à prendre est le suivi des travaux
78
ARTICLE 75 : DROITS DE TIMBRE ET D’ENREGISTREMENT
L’entrepreneur doit acquitter les droits auxquels peuvent donner lieu le timbre et l’enregistrement du
marché, tels que ces droits résultent des lois et règlements en vigueur.

ARTICLE 76 : VARIATION DANS LA MASSE DES TRAVAUX


L’augmentation et la diminution dans la masse des travaux sont traitées respectivement
conformément aux articles 57 et 58 du C.C.A.G- Travaux.

79
ROYAUME DU MAROC
********
MINISTERE DE L’EQUIPEMENT DUTRANSPORT, DE LA LOGISTIQUE ET DE L’EAU
*********
CAISSE POUR LE FINANCEMENT ROUTIER
********
DIRECTION PROVISOIRE D’AMENAGEMENT DE LA RN1 ENTRE TIZNIT ET DAKHLA
******
MARCHE N° ….......................

OBJET : REALISATION DE LA VOIE EXPRESS TIZNIT LAAYOUNE

Travaux de dédoublement de l’ouvrage d’art existant sur Oued Sayad au PK 1084+000

BORDEREAU DES PRIX ET DETAIL ESTIMATIF

N° Prix Désignation Unité Qté P.U. Montant


100 Installation et signalisation
101 Installation et repli du chantier FT 1
102 Signalisation temporaire J 240
200 Terrassements et fouilles
201 Déblais pour fouilles m³ 3720
202 Remblaiement des fouilles m³ 2635

203 Remblais contigus m³ 2270


300 Piles et culées
301 Béton de propreté (BPE) m³ 6
302 Gros Béton(BSS) m³ 812
303 Béton de classe B30 m³ 999

80
304 Coffrage parties non vues m² 834

305 Coffrage parements soigné simples m² 616


306 Acier haute adhérence (H.A) Kg 137803
307 Acier rond lisse (DX) Kg 618
400 Tablier
401 Béton de classe B30 m³ 727
402 Aciers haute adhérence (H,A) Kg 183379
403 Aciers ronds lisses (DX) Kg 1797
404 Préfabrication et mise en place des prédalles m² 554
405 Atelier de fabrication des poutres FT 1
406 Transport et mise en œuvre des poutres U 20
407 Coffrage soigné pour parement vus m² 2694
408 Vérinage du tablier FT 1
Equipements du tablier projeté et
500 Réaménagement du tablier existant
500-A Equipement du tablier projeté
501 a Joints de chaussée des culées de l'ouvrage projeté ml 20
501 b Joints de chaussée des piles de l'ouvrage projeté ml 10
502 a Joints de trottoir des culées de l'ouvrage projeté ml 3
502 b Joints de trottoir des piles de l'ouvrage projeté ml 2
503 Etanchéité pour tablier pour ouvrage projeté m² 1299
504 Revêtement bitumineux pour ouvrage projeté m² 1084
505 a Garde corps type BN4 sans barreaudage ml 136
505 b Garde corps type BN4 avec barreaudage ml 136

Longrine support des dispositifs de retenue BN4 (y


506 compris ferraillage) pour ouvrage projeté ml 272

81
507 Corniche préfabriquée pour ouvrage projeté ml 272
508 Corps du trottoir pour ouvrage projeté ml 130
509 Bordure de trottoir ml 130
510 Appareils d'appui dm³ 461
511 Gargouilles de l'ouvrage projeté U 5
500-B Réaménagement du tablier existant
Démolition du trottoir, bordure, garde corps S7,
512 contre corniche, gargouille et corniche de l'ouvrage Ft 1
existant coté TPC
Renformis en béton armé (y compris ferraillage de
513 m³ 68
renforcement) au niveau de l'ouvrage existant
Dispositifs de retenue type BN4 pour l'ouvrage
514 ml 130
existant-Coté TPC
Longrine support des dispositifs de retenue BN4 (y
515 compris ferraillage) pour ouvrage existant-Coté ml 130
TPC
Bordure de trottoirs pour ouvrage existant-Coté
516 ml 130
TPC
Corniche préfabriquée en béton armé (y compris
517 ml 130
contre corniche) pour ouvrage existant côté TPC
Garde corps type BN5 pour ouvrage existant-Coté
518 ml 130
extérieur
Longrine support des dispositifs de retenue BN5
519 pour ouvrage existant-Coté extérieur y compris ml 130
ferraillage
Rétablissement de l’étanchéité pour tablier de
520 m² 1118
l’ouvrage existant

82
Rétablissement du revêtement bitumineux pour
521 m² 1118
ouvrage existant
Réaménagement du mur garde-grève de l'ouvrage
522 Ft 1
existant
Remplacement des joints de chaussée des culées de
523 a ml 20
l'ouvrage existant – Wd80
Remplacement des joints de chaussée des piles de
523 b ml 10
l'ouvrage existant – Wd110
Remplacement des joints de trottoir des culées de
524 a ml 3
l'ouvrage existant – TO80
Remplacement des joints de trottoir des piles de
524 b ml 2
l'ouvrage existant – TO110
600 Equipements divers & protections
601 Badigeonnage m² 1030
602 Enrochements m³ 19622
603 Géotextiles m² 1664
604 couche de transition m³ 2251
605 filtre m³ 3753
606 Glissières de sécurité ml 200
607 Descentes d'eau ml 35
608 Bourrelets en béton ml 200
609 Déblaiement de fouilles pour enrochements m³ 15256
Raccordement avec la voie express (Section
700 neutralisée)
701 Remblai m³ 1869
Mise en œuvre de BBSG2 (0/10mm) y compris la
702 couche d'accrochage t 43
703 Bitume pur pour BBSG2 (0/10mm) t 3
Mise en œuvre de GB3 (0/14mm) y compris la
704 couche d'accrochage t 71
83
705 Bitume pur pour GB3 (0/14mm) t 4
706 Imprégnation (1,5 kg/m²) t 1
707 Mise en œuvre de l'imprégnation m² 440
708 GNF1 (0/40mm) m³ 136
709 MS 2 m³ 32
Blindage de l'ouvrage existant au moment des
800 travaux Ft 1
Total général HT
TVA (20%)
TOTAL GENERAL TTC

Arrêté le présent bordereau des prix et détail estimatif à la somme de :………………………………………………………………


…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

84
ANNEXE
COMPOSITION DE L’ATELIER POUR TRAVAUX
DE : …………………………

• COMPOSITION DE L’ATELIER POUR TRAVAUX


DE : …………………………
QUANTITE A TRAITER : ………………………………………
DUREE DE LA TACHE : ………………………………………….( mois ou jours ouvrés)
RENDEMENT DE L’ATELIER Horaire : .………………...(unité / heure)
Journalier : …………………(unité / jour)
DATE D’AMENE SUR LE CHANTIER…………………………………………………..
DATE DE REPLI……………………………………………………………………………

CONSTRUCTION DU POSTE DE TRAVAIL :

 Nombre d’heures par poste : …………………………………………………


 Nombre de poste par jour : …………………………………………………
 Nombre de jours ouvrés par mois : ………………………………………….
NOMBRE D’ATELIERS AFFECTES A LA TACHE : ……………………………….

Rendement
unitaire
QUANTITE Composition de l’atelier
Unité Val.

MATERIEL

Bulldozer CAT D 10 N 520 HP pour ripage…… m3/Hr


Bulldozer CAT D9 370 HP pour accumulation. …. m3/Hr
Chargeuse sur pneus Cat 988 5,6m3……………… m3/Hr
Pelle Fiat Hitachi FH 300 avec démolisseur……... m3/Hr
Dumper ton.35……………………………………. m3/Hr
PERSONNEL
Chef de l’équipe
Conducteur d’engin
Ouvrier spécialiste
Aide ouvrier

- Manœuvre

(Une fiche de ce type doit être produite pour chaque tâche figurant au programme de travaux)
NB : Les mentions et valeurs inscrites dans le tableau sont données à titre de modèle.

85
LISTE RECAPITULATIVE DU MATERIEL A UTILISER

Désignation du
matériel
Rendement Age Etat Lieu de travail Disponibilité
Avec indication Nombre
par heure/jour Année (1) actuel (2)
du type

(1) neuf, rénové, usagé, très usagé


(2) indiquer la date à laquelle le matériel sera disponible

86
MODELE DU SOUS-DETAIL DES PRIX

N° PRIX : DESIGNATIONDUPRIX : RENDEMENT ESTIME Ml


DATE : QUANTITEPREVUE : heure M²
DISTANCE DE TRANSPORT : ou jour M3
Kg
T

Composantes Total
du prix P.U. Total
Quantité Matériel
matériel- P.U.
U Matériel et Fournitures Fournitures Sous-traitance
ou durée Main- et
main d’utilisation et
d’œuvre d’œuvre Main- prestations
prestations
d’œuvre
et
fournitures
Désignation amortissement gros consommables Prix
1 entretiens 3 Unitaire P.U. TOTAL
2 1+2+3

Total 1 Total 2 Total 3

87
MARCHE N° .......
Le présent marché passé après appel d'offres ouvert sur offre de prix, séance publique en vertu des
dispositions de l’alinéa 2 § 1 de l’article 16, du §1 de l’article 17 et l’alinéa 3 § 3 de l’article 17 du Règlement
relatif aux conditions et formes de passation des marchés de la CFR (le Règlement) approuvé en date du
25/04/2014
Objet du marché : Réalisation de la voie express TIZNIT - LAAYOUNE
Travaux de dédoublement de l’ouvrage d’art existant sur Oued Sayad au PK 1084+000
Montant du marché: ...................................................

Dressé par le chef d’aménagement travaux Validé par le Directeur de la Direction


Tronçon nord : Provisoire d’Aménagement de la RN1 :

Lu et accepté par l’entreprise : Présenté par le Directeur des Routes :

Approuvé par le Directeur de la Caisse pour le Visé par le Contrôleur d’Etat :


Financement Routier :

88 et dernière