Vous êtes sur la page 1sur 7

Réponse dynamique d’un profil de sol  : Les fondations des ouvrages, CGS 26 et 27oct 2008

REPONSE DYNAMIQUE D’UN PROFIL DE SOL


(Utilisation du Logiciel SHAKE)
W. Kouici, Chargée de recherche au CGS

I. INTRODUCTION
Dans la phase d’avant projet d’une construction d’importance vitale, une étape importante
précède le calcul au séisme de ces ouvrages, c’est l’étude de site. Il s’agit de déterminer la
réponse dynamique du profil de sol en ce site, l’étape la plus importante dans cette étude est
l’évaluation des effets directs du séisme.
En effet, le mouvement sismique en un point est affecté par les facteurs liés à la source, au
trajet parcouru entre le foyer et le site et par les facteurs liés à des conditions locales propres
au site. Ces conditions (géologiques, topographiques et les interactions sol-structure)
modifient la nature du mouvement sismique. L’accélération au rocher est amplifiée ou
désamplifiée par le sol. De plus, ce dernier agit comme un filtre. Il laisse passer les fréquences
proches de sa fréquence fondamentale. Celles-là seront fortement présentes, les autres par
contre sont fortement atténuées.
Nous précisons alors, qu’une étude sismique d’un site est nécessaire pour des ouvrages
particuliers (pour lesquels il est indiqué dans le règlement qu’une étude complémentaire et
spécifique doit être menée) ou dans les cas ou les conditions de sol sont défavorables en
considérant un mouvement sismique (telles que : une couverture sédimentaire épaisse qui
susceptible de causer l’amplification de ce dernier, ou une couche de sable lâche sous une
nappe phréatique qui peut se liquéfié une fois soumise a ce mouvement).
Les résultats de l’étude sismique du site seront utilisés dans le calcul et le dimensionnement
de l’ouvrage à bâtir (à savoir : l’accélération maximale, le spectre de réponse), ainsi que pour
l’approbation du type de fondations choisi lors de calcul de l’ouvrage (car si le potentiel de
liquéfaction est confirmé par les calculs il ne sera plus possible d’adopter des fondations
superficielles, il faudra alors passer a un radier général ou a des fondations profondes selon la
conception de la superstructure et l’étendu de la zone liquéfiable).

II. RÉPONSE SISMIQUE D’UNE COLONNE DE SOL

Les contrastes liés à certaines conditions géologiques et topographiques locales agissent sur le
mouvement sismique incident, en modifiant les caractéristiques qui le définissent, à savoir : sa
durée, sa bande de fréquence et son amplitude, et ce d’une manière parfois très importante et
sur une courte distance. Ce phénomène, communément nommé effet de site.
Les récents tremblements de terre de grande envergure (Northridge 1994, Kobe 1995, Izmit
1999 ou Alger 2003) ont confirmé que les conditions géotechniques du sol ont une très grande
importance dans la répartition géographique des dégâts. L’influence décisive de la nature
locale du sol de fondation sur l’intensité et le contenu fréquentiel dominant de l’excitation
sismique est ainsi devenue de plus en plus évidente.

1
Réponse dynamique d’un profil de sol  : Les fondations des ouvrages, CGS 26 et 27oct 2008

Nous revenons alors à la problématique qui est comme suit : lors d’un tremblement de terre
(séisme), la colonne de sol est soumise à une accélération sismique, évaluée au rocher. La
question posée, est :
Connaissant l’accélération au rocher à partir des enregistrements, quelle sera la réponse du sol
à la surface, ou à n’importe quelle interface de celui-ci ?
Pour répondre à cette question, nous allons passer en revue les différentes étapes à suivre pour
le calcul de l’accélération en surface dans les paragraphes suivants.

II.1. Définition de la fonction de transfert:

L’étape la plus importante dans la détermination de la réponse sismique d’une colonne de sol,
consiste à l’évaluation de sa fonction de transfert. Cette fonction nous permet d’avoir le taux
d’amplification du mouvement sismique due au sol, ainsi que les fréquences de vibration de la
colonne de sol et plus principalement la fréquence fondamentale, pour les comparer aux
fréquences de vibration de l’ouvrage afin d’éviter ou de réduire les phénomènes de
résonances.
La fonction d’amplification, entre deux couches i et j d’un profil de sol, est définie comme
étant le rapport des amplitudes de Fourier des déplacements (vitesses, accélérations) dans les
deux couches. Cette fonction est une caractéristique intrinsèque du profil de sol. Sa
détermination permet de calculer le mouvement sismique en tout point du profil à partir d’une
excitation générée au niveau de l’assise rocheuse.

Ce rapport ne dépend que des propriétés des couches traversées. C’est une caractéristique
intrinsèque du milieu.

II.2. Accélération en surface libre

Le calcul de la réponse sismique d’un profil de sol peut se résumer aux points suivants :
1. Détermination de la fonction d’amplification du système, notée Ti , j    .
2. Simulation du signal d’entrée au rocher, noté X(t).
3. Calcul de sa transformé de Fourier, notée TF(X(t)).
4. Faire le produit du spectre de Fourier obtenu par la fonction de transfert pour calculer le
spectre de Fourier du mouvement en surface libre (ou à une couche donnée), noté TF(Y(t))
5. Calcul de l’accélérogramme à la surface libre (ou à une couche donnée) par la transformée
de Fourier inverse.
Ces étapes peuvent être résumées par le schéma suivant :

INPUT OUTPUT
TF ( X(t) ) TF ( Y(t) )
SOL
Ti,j(

TF ( Y(t) ) = TF ( X(t) ) . Ti,j(

2
Réponse dynamique d’un profil de sol  : Les fondations des ouvrages, CGS 26 et 27oct 2008

II.3 Détermination de l’excitation sismique à la base (INPUT)

La limitation et le manque d’accélérations enregistrées, en plus de l’utilisation de plus en plus


large de l’analyse dynamique temporelle pour l’étude des réponses de structures et
spécialement des structures importantes et secondaires (ponts, barrages, tuyauteries, ).
Toutes ces raisons sont à l’origine de la motivation qui existe autour du développement des
capacités de la simulation numérique des accélérogrammes.
Pour cela, plusieurs modèles stochastiques de génération numérique d’accélérations du sol ont
été proposés et appliqués aux problèmes de structures. Parmi ces modèles, ceux de Tajimi,
Cornell, Housner et Jennings, Shinozoka et Sato, Ruiz et Penzien. Cependant, Shinozoka et al
introduisent dans une série d’articles la méthode de la représentation spectrale qui peut être
facilement programmée pour la simulation numérique d’accélérations ou de déplacements du
sol.

II.4 Modélisation du profil de sol


Le calcul de la réponse sismique requiert une modélisation plus ou moins rapproché de la
réalité du profil de sol, qui est sans exagérer trop compliqué (sols hétérogènes quelconques,
multicouches à interfaces aléatoires…etc.).
Le sol diffère d’un site à un autre, de par sa stratigraphie, sa géologie,…etc. En effet, même
les reconnaissances géotechniques, souvent très chères, ne permettent pas de reconstituer les
caractéristiques mécaniques en tout point, ainsi que la stratigraphie d’un sol donné de façon
exacte. Nous émettons alors des hypothèses simplificatrices pour pouvoir modéliser le sol.
II.3.1 Modèle continu : qui a pour hypothèses :

1. Le profil de sol étant infini dans la direction horizontale


2. Au voisinage de la surface libre la direction de propagation est verticale, le problème
devient unidimensionnel.
Pour ce type de modèle, la solution est analytique.

II.3.2 Modèle discontinu :


Dans le cadre de la conception parasismique des ouvrages, l’ingénieur est amené à traiter
des problèmes : d’interaction sol-strucutre, de sols hétérogènes…etc. La solution analytique
est dans ce cas généralement difficile, d’ou le recours à une modélisation numérique en
éléments finis (différences finies....etc.).

III. PRESENTATION DU PROGRAMME SHAKE

Le programme universel SHAKE est un logiciel de calcul de la réponse sismique d’un profil
de sol, à stratification horizontale, développé par B. Schnabel et H. Bolton Seed (1972) à
l’université de Berkeley, Californie.
Les hypothèses fondamentales de ce programme sont :
 Le profil de sol étant infini dans la direction horizontale.
 Chaque couche est entièrement définie par son module de cisaillement G, son
coefficient de Poisson  , sa masse volumique , son coefficient d’amortissement , et
son épaisseur h.

3
Réponse dynamique d’un profil de sol  : Les fondations des ouvrages, CGS 26 et 27oct 2008
 La réponse sismique du profil est due à la propagation verticale d’ondes de
cisaillement.
 L’onde de cisaillement excitatrice est introduite sous forme d’accélérogramme.
 La non-linéarité du comportement est prise en compte par un schéma itératif en
considérant un comportement linéaire équivalent.
Le programme SHAKE a été modifié (d’où la version SHAKE91), Cette dernière est
composé de 11 parties indépendantes appelées « options ». Selon le type d’analyse désiré, un
certain nombre d’entre elles doivent être exécutées dans un ordre logique. Aussi elle possède
une bibliothèque de données sur les courbes G et  en fonction de la déformation appelées :
lois de comportement du sol (nous pouvons retrouver 13 lois de comportement), ces dernières
seront utilisées pour l'option linéaire équivalente (approche de Seed et Idriss).
Nous exposons ci-dessous es différentes options incluses dans ce programme de calcul :
Option 1 : Relative à la définition des lois de comportement du module de cisaillement et de
l’amortissement des couches de sol.
Option 2 : Relative à l’introduction des propriétés des couches constituants le profil de sol.
Option 3 : Relative à la définition des paramètres de l’excitation sismique.
Option 4 : Relative à l’affectation de l’excitation définie en option 3 à une couche donnée du
profil de sol.
Option 5 : Relative à l’introduction du nombre maximum d’itérations nécessaire au calcul
non linéaire.
Option 6 : Relative au calcul des réponses sismique au sommet des couches de sol désirées.
Option 7:
7: Cette option permet de spécifier les couches où les contraintes de cisaillement et
les déformations doivent être calculées. Si l’on désire avoir ces résultats pour d’autres
couches de sol, cette option peut être répétée autant de fois que nécessaire.
Option 8:
8 Idem que l’option 6.
Option 9 : Relative au calcul des spectres de réponse en accélération, vitesse ou déplacement
au niveau des couches de sol choisies.
Option 10 : Relative au calcul des fonctions d’amplification entre deux couches de sols.
Option 11:
11: Comporte les données relatives au calcul du spectre de Fourier tels que le numéro
de la couche de sol, le nombre de fois où le spectre va être lissé et le nombre total de ses
valeurs.
Nous allons vous présenter dans un fichier annexe : un fichier de données type avec les
différentes options (annexe01), ainsi que l’accélération utilisée à la base (annexe 02)

III.1 Présentation de la méthode linéaire équivalente :

Cette méthode utilisée dans le logicien SHAKE pour prendre en compte les non-linéarités
dans le sol, elle est basée sur la procédure itérative suivante :
1. Estimation pour chaque couche du profil de sol, des valeurs initiales du module de
cisaillement G et du coefficient d’amortissement  et formation du module complexe G 
.

4
Réponse dynamique d’un profil de sol  : Les fondations des ouvrages, CGS 26 et 27oct 2008
2. Résolution du problème de propagation d’ondes dans un milieu élastique et évaluation de
la déformation maximale de cisaillement  max au cours du chargement puis la distorsion
moyenne, où  moy    max ( =50 à 70%) dans chaque couche.

3. Détermination à partir des lois de comportement, le module de cisaillement G et


l’amortissement  correspondants à la distorsion moyenne calculée dans chaque couche.
Si ces valeurs sont différentes de celles estimées, des itérations seront effectuées jusqu’à ce
que les déformations calculées correspondent avec une tolérance préalablement fixée (nous
avons considéré une erreur de 5% dans notre programme) aux valeurs estimées à l’étape
précédente (en général, la convergence est obtenue en moins de cinq itérations). Les
caractéristiques G et  obtenues dans la dernière itération sont dites compatibles à la
déformation induite.
Les réponses du sol seront par la suite calculées de la même façon que dans le cas linéaire,
ainsi que les déformations de cisaillement au milieu de chaque couche. Celles-ci sont
obtenues, à l’aide de la réponse donnée par résolution du problème dans le domaine
fréquentiel.

IV. EXEMPLE DE CALCUL

IV.1. Introduction :

Une étude de microzonage a été effectuée par le CGS ayant pour objet la réalisation d’une
étude sismique d’un site, destiné a recevoir une centrale turbine à gaz 3x400 MW, selon les
étapes suivantes :
- Synthèse de l’étude d’aléa sismique englobant la sismicité, l’étude photogéologique
et l’accélération maximale au sol (PGA) de site à étudier
- Géologie de la région englobant le site
- Analyse des données hydrogéologiques
- Etude géotechnique et géophysique
- Etude des effets de site à travers l’évaluation de la fonction d’amplification du sol
- Etude des effets de site induits
 Potentiel de liquéfaction
 Potentiel de rupture du sol en surface
 Potentiel de glissement de terrain
 Potentiel d’inondation liée aux séismes
- Dérivation du spectre de réponse du site
- Synthèse de l’étude de microzonnage

IV.2 Généralités
Nous commençons par donnée des informations sur le site, telles que : la localisation
géographique, la superficie, l’intensité du vent, etc.… et définir l’activité sismique de la
région, qui est dans ce cas d’étude relativement modérée et est classée zone IIa par le
Règlement Parasismique Algérien (RPA1999, version 2003).

5
Réponse dynamique d’un profil de sol  : Les fondations des ouvrages, CGS 26 et 27oct 2008

IV.3. Situation géographique et géologie du site :


IV.3.1. Situation géographique du site :
Donné les coordonnées de positionnement géographique, et les limites de site. (Illustrer par
une figure)
IV.3.2. Géologie régionale et géomorphologie :
Cette partie nous permet d’identifier les zones potentiellement dangereuses, telles que celles
qui bordent les failles actives ou qui sont sujettes aux glissements de terrains et délimiter
spatialement les différentes formations de surface.
IV.3.3. Analyse de la photographie aérienne :
L’analyse de la photographie aérienne (au 1/20.000) et la carte géologique de la région au
1/50.000 ont confirmé l’absence de faille active traversant le site
IV.4. Géologie locale :
Le secteur d’étude est représenté essentiellement par des formations d’âge Pliocène et
Actuels qui sont :
 Les Dunes actuelles très développées en bordures des falaises au Sud et au Nord de
l’embouchure du l’Oued EL Malah; aussi sur plusieurs points de l’intérieur, où elles
se forment aux dépens des grès pliocènes sous-jacents.
 Grès et sables à hélice, il s’agit de grès dallés d’origine dunaire, s’effritant en
surface, très développés entre Dj. Touita et la mer ; forment les hautes falaises de
l’embouchure de l’Oued El Maleh. Puissance au moins de 60 m.

IV.5 Topographie du site :


Le site d’étude est un terrain qui donne sur la mer, il est bordé de falaises essentiellement
gréseuses hautes plus d’une cinquantaine de mètre avec une côte d’orientation NNE-SSW.
La morphologie du site est plus au moins plane et l’altitude moyenne au centre du site est de
+55m.
L’analyse et l’interprétation successive de la carte géologique et de la photographie aérienne
au niveau du site devant recevoir la future centrale électrique de Terga ont mis en évidence
ce qui suit :
 Le site présent une morphologie plus au moins plane mais il est bordé par une falaise
de nature gréseuse qui montre par endroits des éboulements.
 Les formations géologiques du site sont caractérisées par une alternance de sables et
des grés légèrement consolidés à non consolidés.
 Absence de faille active dans le site et ses environs.

V. Etude hydrogéologique
L’étude hydrologique et hydrogéologique est une étape très importante avant d’aborder
n’importe quel projet d’aménagement. Les problèmes d’instabilités majeurs vis-à-vis de
l’aménagement, gonflement, tassement, liquéfaction et glissement des terrains, sont souvent
en relation avec l’action de l’eau souterraine ou de ruissellements. L’étude des eaux

6
Réponse dynamique d’un profil de sol  : Les fondations des ouvrages, CGS 26 et 27oct 2008
superficielles et souterraines devient donc très utile dans la recherche des causes des différents
phénomènes gravitaires.

L’approche de cette étude est basée sur la nature géologique du site, les sondages carottés
ainsi que les forages existants autour du site.
L’hydrogéologie de ce site se caractérise par une topographie plane et une nature des terrains
perméables (sables fin), ce qui favorise la présence d’un aquifère de faible importance en
nappe perchée dans les sables fins et les grès consolidé à fragmenté.
 La nature sableuse des sols mais saturés à des profondeurs supérieures à 40m, écarte
toute susceptibilité au risque d’instabilité liée à la liquéfaction.
 La topographie du site ne favorise pas beaucoup le ruissellement des eaux
superficielles en temps de pluie. Ces eaux risque de provoquer des inondations qu’il
faut écarter en effectuant des travaux de drainage importants et d’évacuation.
 Des inondations liées à la présence de failles actives sur le site sont à écarter car sur le
site, il n y a aucune faille active pouvant provoquer une déformation tectonique
entraînant un soulèvement ou glissement de terrain.

Vous aimerez peut-être aussi