Vous êtes sur la page 1sur 24

SOMMAIRE

INTRODUCTION ……….……………………………………… 2

I- L’HISTOIRE DE LA SCULPTURE……………...…….....……5

II- LA SCULPTURE ET SA CONCEPTION…………...………16

CONCLUSION…………………………………………..…………21

1
INTRODUCTION
La sculpture dès sa naissance à l'aurignacien a accompagné l'humanité à travers les espaces
et le temps en prenant des formes aussi variés sous l'influence de facteurs naturels, sociaux ou
culturels. Elle étant une œuvre d'art obtenue par taille directe dans un matériau dur et
représentant, soit une figure à trois dimensions statue, buste etc., soit un élément en relief
incorporé à la surface d'un plan bas-relief, haut-relief etc. à combler le besoin de l'homme à
vouloir imiter sont environnement. En effet, L'art c'est l'emprunt d'une civilisation, en tant que
tel les pays occidentaux par la sculpture ont pu exprimer leurs savoirs faire.

1- Justification du sujet
Étudier l'évolution de la sculpture de la préhistoire à l'époque contemporaine. Cela consistera
à analyser l'histoire de la sculpture à travers les périodes de l'histoire. En effet, la sculpture a
été influencé par les civilisations au niveau politique, sociaux-culturels économique, et
éducatif.

D'abord, au plan politique la sculpture à servir de support de propagande dans le car où les
sculpteurs romains et certains sculpteur occidentaux d'aujourd'hui sculptent des monuments à
l'effigie des dirigeants politiques. La sculpture occidentale symbolise la stabilité, après chaque
événement qui marque l'histoire, pour stabiliser la population et afin que ceux-ci se rappelle
de ce s’est passé l'État installe un monument.

Ensuite, au plan sociaux-culturels la sculpture permet de dénoncer certains fais de la société


comme le racisme, la violence sociétale. A travers de l'histoire de la sculpture la jeune
génération occidentale apprend l'histoire de son passé ainsi leur organisation sociale donc elle
permet de prévoir l'avenir et celle du cadre social. Au niveau culturel elle rappelé a chaque
visite et chaque accident son savoir-faire sculpturale du passé.

Au plan économique le métier de sculpteur et ses dérivés est un secteur très rentable. En effet,
de la conception de l'œuvre d'art a son exposition la sculpture apporter des devises au
sculpteur et à l'État. Les monuments, les musées et site ancien font de millions de visiteurs par
jours cela aussi un atout économique très importante.

En fin, au plan éducatif l'enseignement artistique des écoles d'arts permet d'apprendre des
techniques sculpture de l'antiquité à nos jours.

2
2- Objectif général
L'objectif général de notre étude est de comprendre la sculpture occidentale. Il s'agit ici de
montrer comment la sculpture à évoluer depuis l'apparition de l'homme jusqu'à nos jours et
aussi d'étudier en tant que phénomène politique, économique, sociaux- culturel et éducatif par
rapport aux époques.

3- Objectif spécifique
A issue de nos recherches et de nos lecteurs nous devions être capable de :

- Montrer comment la sculpture à évoluer depuis l'apparition de l'homme jusqu'à nos jours ;

- Situer la sculpture dans histoire ;

- Définir les différents techniques de la sculpture ;

- Monter l'importance de sculpture dans les différentes sociétés ;

4- Question principale de recherche


Comment s’est-il déroulé l'évolution sculpturale de la préhistoire à nos jours ?

5- Question secondaire

-Quel sont les différentes périodes sculpturales ?

-Quel est l'impact de la sculpture sur les différentes sociétés au fur de l'évolution ?

6- hypothèse générale
L'évolution sculpturale de la préhistoire à nos jours s’est déroulé progressivement et en
plusieurs périodes.

3
7- hypothèse secondaire
- L'on peut classer les périodes sculpturales en cinq grandes périodes que sont la préhistoire,
l'antiquité, le moyen, le modernisme et la contemporaine à l'intérieur dès qu’elles dirent
civilisations ont marqué leur époque.

- la sculpture occidentale à Impact les différentes civilisations occidentales aux différentes


ères. Elle était la preuve qu’une civilisation avait atteint un niveau de développement
supérieur.

8- Méthodologie
Cette étude s'appuie sur l'histoire de l’art, toutefois elle ne se limite pas cas elle seule. Les
sciences comme l'archéologie sont les basé même de l'histoire de la sculpture occidentale. Les
différentes recherches effectuées pour ses sciences ont permis de tracé l'histoire chronologie
de là cette sculpture. Donc pour étudier l'histoire de la sculpture occidentale nous orienterons
nos recherches sur les disciples comme l’archéologie, là l'histoire de l'art, l'histoire humaine
etc. En plus des livres sur ses différents domaines nous utilisons l'outil informatique qui est
aujourd'hui un moyen incontournable dans le processus d'apprentissage. Ses recherches
seront toutefois appuie par les cours vue dans les années précédentes.

4
I- HISTOIRE DE LA SCULPTURE

1-La sculpture de la préhistoire


La sculpture couvre presque tout l'époque de la préhistoire, l'homme pour faire face aux
contraintes de son environnement se met a façonné son environnement proche. En effet, avec
l'apparition d’homo abolie l'homme sculptait à des fins utilitaires comme pour chasser. Des
fouilles archéologiques ont montré que la plupart des sculptures de cette époque était réalisé
pour représentait des figures féminines, les Vénus paléolithiques, ou des représentations
d'animaux.

• Les sculptures préhistorique

Cette époque les hommes sculptait essentiellement deux types de sculpture. Ce sont les
sculptures mobiliers ou Art mobilier et les sculptures pariétal.

L'art mobilier est un support sculpté par l'homme de la préhistoire avec lequel il se déplaçait.
Ses scrupules étaient souvent utilitaires. Mis à part quelques exemples exceptionnels de
modelage la technique se limite aux différents degrés de l'incision allant de la gravure fine à la
ronde-bosse en passant par la gravure profonde. Certaines pièces portent cependant des traces
de peinture.

Isturitz Baguette demi-rondes à décor géométriques Les Trois-frères. Bouquetins affrontés

La sculpture pariétale désigne l'ensemble des œuvres d'art sculpté réalisées par l'Homme sur
des parois de grottes et abris sous roche. Elles représentent les traces laissées par les hommes
de cette époque. Tout comme la peinture ils sculptaient ou gravais avec et après un rituel ou
une chasse ou un évènement inattendu.

5
A la préhistoire les hommes qui sculpture utilisais la pierre pour sculpter. La plus de leur
sculpture était en relief, mais nous notons également la présence de quelques sculptures en
ronde-bosse. En effet, au paléolithique les différentes pièces sculpturales sont sculptées dans
les matériaux comme l'os, l'ivoire, l'argile ou la pierre. Grâce à la technique de datation les
archéologues ont pu daté la plus vieille sculpture qui date de 40 000 à avant notre ère, c’est la
Vénus de Hohle Fels. Avec l'évolution d’Homo qui passe de erectus à sapiens ses réalisations
deviennent de plus en plus complexe à la fin du paléolithique. Cela se voit à travers les bisons
faire en argile qui a été retrouvé la Grotte du Tuc d'Audoubert en Ariège, les bas-reliefs de
l’abri sous roches du Roc-aux-Sorciers dans la Vienne ou les monolithes sculptés de Göbekli
Tepe en Turquie.

Au néolithique l'homo sapience devient sédentaire comment à avoir la maîtrise de ses


éléments. En effet c'est à cette époque que les vestiges retrouver montre que l'homme maîtrise
l'argile à travers les réalisation. Il apparaître la poterie et l'usage de la cuisson d'œuvres
modelées en argile.

Avec l'évolution des civilisations occidentale et la découverte de nouveaux matériaux les


hommes du néolithique arrive à sculpter le métal, les techniques de moulage, le modelage à la
cire ou à partir de minerai.

2- La sculpture Antique

La sculpture à l'époque antique est caractérisée pas les réalisations grecque. Cette sculpture
est l'une des plus grandes manifestations de l'art occidental. Ayant hérité la plus partie de leur
savoir-faire de la civilisation égyptienne, la sculpture est l'aspect le plus connu de l’art grec
antique, pour les espères d'aujourd'hui c'est à cette époque que la sculpture a atteint son
niveau de perfection. Comme technique les sculptures grecques préféraient la ronde-bosse.
L'utilisation du fer pour sculpture étant déjà apparue depuis l'Égypte antique c'est le matériel
idéal pour les Grecs.

Trois Grandes grandes périodes caractérise la sculpture de la Grèce antique : Art cycladique,
Grèce archaïque, Grèce classique. Ses différents périodes ont évalué de tel sort a donné la
renommée de la sculpture Grèce.

6
2-1- Art cycladique, de -3200 à -2000

Les sculpteurs de la Grèce de cette époque travaillaient avec marbre blanc. Les statuettes
produites pas ceux-ci n'était pas expressive, ils sculptaient des œuvres sans visages, n'y yeux
etc. L'œuvre réaliser chacun donnait son avis.

2-2- Grèce archaïque

Période géométrique, de -1050 à -700

A cette époque les sculpteurs Grèce utiliser différents matériaux pour la fabrication de leurs
œuvres. Ses matériaux étaient de bois, de terre cuite ou d'ivoire, parfois de bronze.
Aujourd'hui se savoir-faire antique n'est retrouvé que dans les sanctuaires comme Olympie,
Délos, Delphes.

Période archaïque, du VIIIe siècle av. J.-C. au VIe siècle av. J.-C. : de -800 à -500

A partir du VIIIe siècle av J-C les sculpteurs Grecque met l'homme a l'honneur en copiant sur
le savoir-faire statique de Égypte ancienne, il y a plus de précisions le corps sculpter tant à la
perfection. En effet, à cette époque les gens sont plus représenté, il s'agit de Kouros pour le
jeune garçon et Koré pour la jeune fille

Kouros et Koré

7
2-3- Grèce classique

Premier classicisme, au Ve siècle av. J.-C. : de -500 à -400

Selon le Musée national archéologique d'Athènes cette période remonte à 2500 ans, le premier
classicisme marque tout d'abord la sculpture de la Grèce et l'art occidental dans tout son sens,
les sculpteurs de cette époque sont au sommet de leur art et tend vers la perfection et par
conséquent ils réalisent des œuvres d'art sculpturale d'une précision inouï, les sociétés se
développer et avec se développent s'accentue l'écart des classes politique. Elle coïncide
notamment avec le développement de la démocratie athénienne. Donc très vite des figures
politique les plus emblématiques de l'époque sont idéalisé. Quant au corps très vite là position
statique de l'époque archaïque sont oubliés, les sculptures de cette époque présentait léger
déhanchement caractéristique et les proportions du corps sont maîtrisées. Les matières
privilégiées des sculpteurs sont le marbre et le bronze. La plupart des œuvres d'art sculpturale
réaliser ne porte pas de signature mais avec la renommée de certains artistes aujourd'hui les
chercheurs leurs attributs certains œuvres. Quelques artistes ont marqué le premier
classicisme. Nous avons Phidias, Myron, Polyclète

Frise du Parthénon, par Phidias. Le Discobole de Myron. Le Doryphore de Polyclète

8
Second classicisme, de l’IVe siècle av. J.-C. au règne d'Alexandre le Grand : de -400 à -
323

Après la guerre de Péloponnèse la sculpture Grecque rentre dans le second classicisme. Le


draper est plus développé tous les détails du corps sont mise en valeur. La sculpture est plus
proche de la réalité les figures ont plus de mouvement.

Groupe du Laocoon,

Par les sculpteurs rhodiens Agésandros,

Athénodore et Polydore

Malgré tout se savoir-faire grecque de l'époque antique et le nombre incalculable d'œuvre


produits pour les sculptures la plus des œuvres dès cette époque ont disparus et ce qui reste
sont tout aussi en danger. Pour la plupart des œuvres que nous voyons dans les différents
musées sont des copies reproduire à l'époque romaine et aujourd'hui par certains artistes
occidentaux. Mais des doutes reste sur la forme originelle des sculptures car sans document
datant de l'époque les restaurateurs font avec ce qu'ils ont comme les restes de statut ou de de
statut peinture et cela conduit à la modification des œuvres.

3- La sculpture au moyen-âge

Le Moyen Âge est une période historique située entre l’Antiquité tardive et la Renaissance.
Elle s’étend sur une durée de près de mille ans que les historiens européens ont divisés en
plusieurs parties. L'art du moyen-âge est essentiellement un art religieux. En cela la sculpture
n'est pas en marge. Les sculptures sont déjà présentes dans la période dite romane, avec des
thèmes souvent inspirés de l'Ancien Testament. Les thèmes se diversifient, et la statuaire
devient un art à part entière dans la période dite gothique

9
3-1- La sculpture romane

La sculpture romane permet de percevoir le niveau de développement de leur société.


Associé architecture et sculptures fut une idée révolutionnaire. Aujourd'hui cette association
fascine encore le monde qui voit visiter des différentes cités de Rome. Essentiellement,
lorsque L'architecte romain réalise une construction il réserve tous des espaces au sculpteur
afin que celui-ci réalise ses œuvres. Les espace qui sont mises à la dis position du sculpteur et
celui a pour devoir de décorer les chapiteaux des colonnes et des piliers. La plupart des
tympans des porches des églises sont sculptés y compris les voussures, en dégradé qui
encadrent le tympan. Les encadrement d'ouvertures (portes et fenêtres) reçoivent un décor
sculpté très souvent stylisé. La collaboration entre architecture et sculptures se perçoit quand
la sculpture l'utilise des éléments architecturaux comme les arcs ou portiques encadrant des
personnages. Les le niveau de développement de perçoit notamment dans l'utilisation de
l'espace donner, les sculpteurs romains plus d'utiliser les techniques du ronde-bosse, de haut et
bas-relief ils font la gestion de l'espace. Ils utilisent surtout des figures géométriques qui sont
le trapèze pour les chapiteaux, le demi-cercle pour les tympans, le rectangle pour les linteaux
des portes. Comme on le perçoit au niveau de la peinture au niveau de la sculpture les
personnages, animaux sont entassés, voire enchevêtrés pour occuper tout l'espace.

Au niveau des façades religieuses las sculptures ne sont pas proportionnais et pire la
perspective n'y est pas tout comme les peintres de l'époque les sculpteurs font la superposition
des personnes. Les personnages centraux, considérés comme les plus importants, sont plus
grands que ceux éloignés du centre ; la taille des sujets représentés est réduite pour tenir
compte de l'espace restant. Malgré que les Romains ont copié sur les Grèce antique mais le
niveau de perfection des sculpteurs Grèce n'y pas ici car les formes des sujets représentés sont
souvent déformées pour tenir compte de la configuration de l'espace et le remplir. Souvent les
proportions de certains éléments sont exagérées afin de combler le vide. Souvent aussi on
rajoute des éléments pour meubler une surface restée sans décors, ils font du remplissage.
L'épaisseur des sculptures est calculée de manière à ce qu'aucune ne déborde dans le vide par
rapport aux voisines, cela donne un aspect un peu aplati. Tous ceci tourne autour de la
religion les personnages religieux étaient les plus représentés.

Portail-Saint-Trophime-Tympan

10
3-2- La sculpture gothique

La sculpture gothique comme la sculpture romane va de pair avec l'architecture gothique qui
s'épanouit dans la seconde partie du Moyen Âge en Europe occidentale. Au départ spécialisés
dans la représentation des personnages religieux plus tard elle va se porter sur la sculpture
funéraire, du mobilier et des objets somptuaires. Les sculpteurs gothiques utilisent la pierre
pour sculpter. En plus de cela ils utilisent d'autres matériaux en fonction disponible dans la
région ce sont granite, grès, calcaire, marbre, albâtre mais aussi l'ivoire et le bois. En effet, les
produits de départ sont accès sur les sculptures religieuses qui ornent les entrées et les portails
des églises. Avec l'évolution ils vont développer les sculptures funéraires qui sont de plus en
plus stylé.

Au XVe siècle le sculpteur gothique sont au sommet de leur art avec des œuvres aussi
achevées que le Tombeau du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi. Pour satisfaire une
population en augmentant, une demande croissante et une clientèle privée on voit apparaître
d'œuvres sculpturale s de plus petite taille qui sont transportables. Ce qu'il faut retenir de la
sculpture gothique c'est qu'il est dominé par les sculptures funéraires qui servent a décoré et a
représenté le défunt et les sculpture somptuaires

3-3- La sculpture byzantin

La sculpture byzantine plonge ses racines dans la sculpture romaine d'Orient, notamment
celle du Bas-Empire qui fleurit dans un certain nombre de villes d'Asie Mineure. Les
sculptures byzantines sont dominées par des œuvres en relief. La grande sculpture décline et
se fige (Colosse de Barletta) ; l'art du relief est remplacé par le décor en méplat ou peint. La
tradition des sarcophages demeure (Ravenne) ; le décor inspiré de broderies orne colonnes,
chaires, clôtures de marbre. La sculpture antique persiste dans les ivoires des grands ateliers

Les apôtres

11
4- La sculpture de la Renaissance

La renaissance est le retour du savoir-faire sculpturale de l'époque antique. Les méthodes de


la Grèce antique sont de retour notamment avec le nu qui avait disparus au profil de la
religion. Il faut notamment noter cas la renaissance l'homme redevient le centre d'intérêt. Si la
sculpture antique est revenue à la renaissance cela est du a plus commande et concours
organisé pour embellir certains édifices religieux. On peut dire que l'art de la sculpture s'est
amélioré au cours des années notamment avec le fait que la représentation du corps humain
est plus valorisée et plus détaillée. Elle fait apparaître l'esthétisme du corps humain comme
dans l'art gréco-romain.

De cette période nait le mouvement artistique Le maniérisme au XVe siècles. En effet, ce


mouvement fait la recherche du mouvement dans les œuvres. Pour une sculpture doit attirer
l'attention du spectacle de tel sort a le captivité La différence entre la renaissance et l'antiquité
c'est son les matériaux. En effet, là la renaissance les sculpteurs la pierre et les matériaux de
modelage. Bien d'artistes sculpteurs on faire la renommée de l'art sculptures de la renaissance.

Quelques artistes de la renaissance

Les premiers sculpteurs de la Renaissance sont italiens. Parmi les plus grands, on trouve
Michel-Ange, Donatello et Andrea Del Verrocchio (maître de Léonard de Vinci, qui fit son
apprentissage dans son atelier). Jean de Bologne s'illustre à Florence, après que la période
artistique de la Haute Renaissance a consacré de fait la cité toscane comme capitale des Arts ;
ses œuvres figurent en bonne place dans la Loggia dei Lanzi. En France, un peu plus tard,
naîtra une seconde génération de grands sculpteurs, très influencés par l'art italien. On peut
citer Jean Goujon ou encore Germain Pilon.

De nombreux artistes se sont déplacés en Europe, parfois jeunes et sans retour dans leur pays
d'origine. Il est donc impossible de concevoir des « écoles » nationales tant les échanges ont
été intenses. D'autre part il était commun qu'un artiste soit polyvalent, certains peintres,
architectes, furent aussi sculpteurs, comme Michel-Ange, mais bien d'autres aussi.

Quelques œuvres de la renaissance

David, Michel-Ange

12
5- La sculpture du XVIIème siècle

Ce siècle a vu naître deux grandes périodes que sont le classique, baroque.

5-1- la sculpture classique

La sculpture classique désigné une période où les sculpteurs se sont inspirés de l'antiquité,
elle a débuté pendant la Renaissance. En réalité les sculpteurs de la période classique produits
des œuvres en s'inspirant des époques passées comme la Grèce Antique, l'art Romain etc. En
effet, la période classique voit des changements, tant dans le style que dans le rôle même de la
sculpture. Les poses deviennent plus naturelles, comme on le voit sur œuvre comme l'Aurige
de Delphes qui est un bon exemple de transition vers cette sculpture plus réaliste. Par ailleurs,
les compétences techniques des sculpteurs grecs de cette époque évoluent également avec une
représentation des formes humaines dans des postures plus variées.

5-2- La sculpture Baroque

Le style baroque est un mouvement artistique adapté à la sculpture. Ce mouvement a vu le


jour en Italie en 1600. Ce style est considéré comme l'évolution des produits de la
Renaissance. Caractéristiques pas sa richesse d'esthétique et la recherche de mouvement
dynamique, la baroque sera classé le plus grand mouvement artistique du XVIIe siècle par
Wölfflin dans Les Principes fondamentaux de l’art. Comme à l'époque romaine la sculpture et
l'architecture fusionnent pour créer une expérience qui transforme le réel pour le spectateur.
Pour apprécier les sculptures baroques il faut l'observer sous plusieurs angles. Les sculptures
baroques sont réalisées pour être placé dans un grand espace.

- Un grand maître de la sculpture baroque : Le Bernin

Le plus grand sculpteur de l’époque baroque fut sans doute Gian Lorenzo Bernini, dit Le
Bernin. Son art est typique de ce style : mouvement, torsion des formes, amplification
spectaculaire, effets d’illusion. L’eau devient un élément fondamental du récit sculptural,
raison pour laquelle il édifie tant de fontaines, devenant la figure de proue de l’art baroque
dans la capitale italienne.

Apollon et Daphné, Le Tombeau d’Alexandre VII ou La Bienheureuse Ludovica Albertoni


constituent des exemples de chefs-d’œuvre de la sculpture baroque. Le Bernin s’impose
comme l’un des artistes les plus doués de sa génération.

Il est, en tout cas, le plus talentueux dans le maniement du langage baroque, dans la traduction
par le marbre de cette volonté de l’Église de renforcer la ferveur religieuse et l’extase

13
bienheureuse. On le voit bien dans son Extase de Sainte Thérèse, dans sa façon de sculpter à
Thérèse d’Avila un visage languissant et pénétré de spiritualité.

L’influence du Bernin dans la sculpture religieuse est considérable : ses anges et ses saints,
révulsés dans l’extase, envahissent le monde occidental. Jusqu’à ce que les ciseaux du
classicisme finissent par leur couper les ailes, un peu partout en Europe.

Apollon et Daphné

6- La sculpture moderne et contemporain

6-1- La sculpture moderne

S’il faut dater les débuts de la sculpture moderne, c’est peut-être lors de l’Exposition
universelle de Paris, en 1900. Lors de cet événement, Auguste Rodin a dévoilé ses œuvres les
plus novatrices, comme les Bourgeois de Calais ou ses portraits de Balzac et Victor Hugo.
C’était aussi la première présentation publique de ses portes de l’enfer au sommet de laquelle
trônait Le Penseur. Les sculpteurs du XXe siècle doivent en effet beaucoup à Auguste Rodin.
Dans une forme d’art qui répétait de vieilles idées depuis 200 ans, son énorme puissance et sa
variété ont incité ses successeurs à exprimer de nouvelles idées. Et, bien qu’ils aient eu
rapidement tendance à s’éloigner à la fois de son réalisme et de ses sujets littéraires, ses
innovations ont eu une influence importante, même si ce fut dans l’opposition, comme chez
Aristide Maillol qui a rejeté les surfaces rugueuses de Rodin pour des épures lisses et parfaites
en pierre ou en bronze.

Les artistes de la Renaissance, qui avaient puisé leur inspiration dans les œuvres
redécouvertes de la Grèce classique et de Rome, les artistes du XXe siècle se sont ressourcés
aux formes simples et puissantes de l’art africain (Picasso) et océanien primitif (Gauguin).
Wilhelm Lehm Bruck, sculpteur allemand, a commencé sous l’influence de Maillol pour
ensuite étirer ses personnages à la manière de l’art primitif. Les femmes de Gaston Lachaise
empruntent à la sculpture de l’Inde ancienne. Ses corps ronds, solides et massifs, semblent
symboliser la vitalité de la féminité.

14
6-2 La sculpture contemporaine

Dans l’histoire, la sculpture exigeait un apprentissage exclusif pour devenir l’exercice de toute
une vie. Dépendant, encore plus que la peinture, de la commande publique et des mécènes, la
sculpture s’est néanmoins affranchie d’une esthétique attendue grâce aux pratiques
iconoclastes des Avant-gardes et de quel-ques créateurs.

Le XXème siècle défie l’écriture linéaire de l’histoire de l’art. La sculpture témoigne des
ruptures opérées par des artistes en solitaire ou en communauté. Certains, intériorisant les
avancées conceptuel­les de la physique de l’espace, du temps, du mouvement, de l’optique, et
des mathématiques, expérimentent des formes et mêlent des matériaux non convention-nels à
ceux qui ont forgé la tradition. D’autres démystifient le processus de fabrication en perturbant
la durabilité et la stabilité. Enfin, le lexique circonscrit de la sculpture s’élargit à des notions
étranges (les sculptures vivantes, par exemple). La sculpture a été largement modifiée par la
traversée moderne et, dans l’âge contemporain, elle a imposé ses modali­tés et ses lieux
d’élaboration au point de transformer les espaces d’exposition.

Cette première rencontre de l’année 2011 sur la sculpture don­nera les jalons d’une histoire
artistique animée par les personnalités et les mouvements qui ont questionné la pratique et
ouvert des voies nouvelles. Elle est conçue comme une transmission de quelques éléments
fondamentaux nécessaires à l’identification de la sculpture contemporaine.

15
II- LA SCULPTURE ET SA CONCEPTION

Il existe plusieurs types de sculpture sont Bronze d'art, Bas-relief, Haut-relief, Statue équestre,
Ronde-bosse, Trophée, Sculpture sur bois, Sculpture sur pierre

1- Les différentes sortes de sculptures

De façon générale il existe trois sortes de sculptures la sculpture bas-relief, la sculpture en


haut relief et la sculpture en ronde bosse.

1-1- La sculpture bas-relief

Cette sculpture est appelée comme tel car le fond et la sculpture ne font qu’un. Il peut s’agir
par exemple d’une pièce de monnaie, avec une tête en relief dessus.

1-2- La sculpture en haut relief

C’est une variante de la sculpture bas-relief puisque ses reliefs sont davantage proéminents.
Cette extension du bas-relief se différencie par l’ajout de certains éléments à la sculpture,
lesquels sont séparés par un vide de leur fond.

1-3- La sculpture ronde bosse

Ce type de sculpture est entièrement autonome et n’a pas de fond. Elle peut être placée sur
un socle ou tout simplement par terre, sur un meuble, sur de la pierre ou sur une planche.
Comme particularité, elle doit être traitée directement avec la matière pour la fabriquer

1-4- D’autres types de sculpture

Outre ces trois types de sculpture, il existe également d’autres déclinaisons. Ainsi, il est
possible de classer une sculpture en plein ou monobloc. Cela implique de faire attention aux
creux, vides, tensions, formes et reliefs que le sculpteur veut donner. Dans la pratique, s’il
veut travailler sur les vides, il devra faire attention aux détails cités précédemment, pour que
la sculpture ait sa propre identité. Il y a aussi les sculptures qui passent d’un corps à des bras.
Elles sont très fragiles et requièrent une grande harmonie dans la création des formes et des
reliefs.

16
2- Techniques de la sculpture

Les sculpteurs occidentaux comme dans le reste du monde utiliser des techniques pour
réaliser leur œuvre. Il faut rappeler que depuis l'antiquité ses techniques ont pu évoluer. Quant
au le matériel il évolue en fonction des époques et de l'apparition de nouveaux matériaux. Ses
techniques sont le modelage, moulage, fonte et taille

2-1- LE MODELAGE

Matériaux : argile, cire, plâtre

De toutes les techniques de la sculpture, la plus simple à mettre en œuvre, et aussi la plus
ancienne, est la technique du modelage à main libre. Elle n’exige pas nécessairement
l’utilisation d’outils particuliers puisque la main du sculpteur suffit à modeler une matière
naturelle et malléable comme l’argile ou la cire. Le sculpteur connaît deux procédés pour
modeler la matière : le procédé de modelage par accumulation de matière et le procédé de
modelage par suppression de matière. Mais, bien souvent, c’est en combinant les deux
procédés que le sculpteur façonne son œuvre. Le modelage permet au sculpteur de réaliser
rapidement son ébauche dans l’argile, puis de la modifier et de la rectifier à volonté tant que
l’argile ne sèche pas. Ainsi, les artistes prennent soin de réserver leurs sculptures sous un
linge humide entre chaque séance de travail.

Ces qualités ont fait du modelage pendant tout le XIXe siècle la technique privilégiée du
sculpteur. En effet, à partir de la Renaissance, le modelage s’est vu attribuer un caractère
privilégié, dans la mesure où l’essentiel du travail du sculpteur, dès cette époque, a davantage
résidé dans la conception et le façonnage des modèles que dans l’exécution des œuvres
définitives. Celle-ci a été laissée le plus souvent aux mains des mouleurs, fondeurs et des
praticiens.

Quelques précisions techniques

Le modelage d’une ronde-bosse par adjonction de boulettes (écrasées) ou de colombins se


pratique, selon les cas, avec ou sans armature. Les rondes bosses de grand format qui doivent
servir de modèle définitif et ne sont pas soumises à la cuisson, se façonnent presque toujours à
partir d’une armature.

Les rondes bosses en argile destinées à être cuites, qu’on appelle aussi « terre cuite », sont
presque toujours évidées. Elles ne renferment pas d’armature qui ferait fendre et se crevasser
la terre. Cet évidement, indispensable pour faciliter le séchage et éviter les risques
d’éclatement au moment de la cuisson, s’opère après l’achèvement de l’œuvre.

17
2-2- LE MOULAGE

Matériaux : plâtre

La technique du moulage, qui consiste à reproduire à l’aide d’un moule des formes en ronde
bosse ou en relief, joue un rôle important en sculpture. Elle permet au sculpteur, dans une
phase intermédiaire de son travail, de tirer une ou plusieurs répliques à l’exacte imitation d’un
modelage exécuté dans un matériau fragile et au mouleur de multiplier les reproductions de
certaines sculptures célèbres, afin d’un assurer une diffusion commercialisée.

Il existe 2 types de procédé de moulage

• Le moulage à creux-perdu. La réalisation d’un moule à creux-perdu en plâtre, le moule est


généralement une coquille en deux morceaux, entraîne la détérioration du modèle original en
terre, ou en cire. Le modèle original a donc essentiellement pour fonction de permettre le
tirage d’une épreuve originale unique plus résistante.

• Le moulage à bon-creux. Dans le cas du moule à bon creux, le moule est fractionné selon la
complexité du modèle en plusieurs morceaux qui s’assemblent entre eux. Avant d’exécuter un
moule à bon-creux à pièces, le mouleur examine le modèle dont il doit prendre l’empreinte
pour déterminer l’emplacement, la forme et le nombre de pièces nécessaires, certaines statues
au drapé compliqué exigent la confection de près de 1200 pièces. Pour faciliter l’opération du
moulage à bon-creux à pièces, le sculpteur souvent obligé de découper le modèle en terre. Le
moulage, en plâtre ou en terre, garde trace des coutures correspondant à la jonction des
éléments du moule. On le répare en effaçant ces traces.

Ces répliques généralement en plâtre sont obtenues par coulage de plâtre dans le moule. Le
façonnage des épreuves de série en terre, argile cuite, à l’aide d’un moule à bon-creux
s’effectue par pressage.

2-3-La technique de la fonte

Matériau : métal et plus généralement le bronze

La technique de la fonte est considérée comme l’une des plus anciennes techniques de la
sculpture est apparue vers la deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C. Jusqu’au XIXe
siècle, les différentes opérations ont été pratiquées soit par les sculpteurs eux-mêmes, soit, le
plus souvent, par des ouvriers spécialisés placés sous leur contrôle, mouleur, fondeur,
ébarbeur, ciseleur, monteur, etc. Au sortir du moule, quel que soit le procédé employé, les
œuvres fondues ne sont pas totalement achevées, elles doivent être réparées et retravaillées :
ébarbage, ciselure, polissage, patine.

18
Il existe deux principaux procédés de fonte : la fonte à cire-perdue et la fonte au sable.

Bien qu’ils connaissent une faveur égale, des raisons pratiques conduisent les sculpteurs à
privilégier :

• Le procédé de la fonte au sable pour couler un nombre relativement élevé d’exemplaires


comme des séries, d’édition, reproduisant des modèles de formes simples ou complexes, de
petites et moyennes dimensions.

• Le procédé de la fonte à cire-perdue, sans destruction du modèle, pour couler un nombre


limité d’exemplaires reproduisant des modèles de formes complexes de petites et grandes
dimensions, le procédé de la fonte à cire-perdue convient particulièrement bien à la réalisation
des œuvres monumentales comme les statues équestres, fondues en un seul jet.

Fonte à la cire perdue

Pour les sculptures en bronze, la technique la plus couramment utilisée au XIXe siècle est
celle de la fonte à la cire perdue. Dans un nouveau moule en creux réalisé à partir du plâtre
original, le fondeur coule de la cire et obtient une réplique fidèle du modèle. Lorsque la cire a
durci, elle est entourée d’un réseau de conduits par lesquels s’échapperont, à l’étape suivante,
la cire fondue et les gaz. L’ensemble est recouvert d’une coque en matériaux réfractaires, puis
chauffé. La cire fond, s’écoule, et le métal en fusion est introduit par l’intermédiaire des
conduits dans l’espace laissé libre. Lorsque le bronze a repris sa consistance solide, le moule
est cassé, les conduits ou évents coupés au ras de la surface ; l’ensemble est ciselé et poli
avant d’être patiné. Lorsqu’on veut obtenir une fonte creuse, ce qui est le cas le plus fréquent
et surtout lorsqu’il s’agit d’une sculpture de grand format, un noyau constitué de matériau
réfractaire est introduit au début de l’opération dans le moule en plâtre. L’espace laissé vide
entre le moule et le noyau sera seul occupé par la cire, puis par le bronze. Le noyau sera
ensuite extirpé et la sculpture sera creuse. Ces opérations peuvent être répétées à partir du
premier moulage en plâtre, permettant l’édition de multiples.

La composition du bronze, qui conditionne l’aspect et la résistance de l’œuvre, consiste


essentiellement en un alliage de cuivre (70 à 90 %) et d’étain (15 %). Comme le plâtre, le
bronze sait conserver jusque dans ses moindres détails, la forme modelée par le sculpteur. Il
est inaltérable et se brise difficilement, mais à côté de tous ces avantages, il possède deux
inconvénients : il est coûteux et pesant.

19
2-4- La technique de la taille

Matériaux : pierre, bois, plus généralement le marbre

La technique de la taille, qui consiste à supprimer de la substance dans un bloc de matière,


peut être pratiquée selon deux procédés : la taille directe et la taille avec mise-aux-points.

• La taille directe est un procédé de taille pratiquée par l’artiste lui-même, soit d’après nature -
on pense que Michel-Ange a fait poser un marbrier de Carrare pour son David -, soit d’après
des esquisses dessinées ou modelées.

La technique de la taille de la pierre s’oppose de façon très nette à celle du modelage : alors
qu’en modelant, le sculpteur peut à son gré ajouter et retrancher, le fait de tailler implique
exclusivement l’idée d’enlèvement de matière sans possibilité de repentirs. Aussi procède-t-
on avec prudence par étapes successives : dégrossissage, ébauche, taille des plans principaux,
taille des plans intermédiaires, rendu du modelé, finition et polissage. Aussi les sculpteurs, dès
la Renaissance, ont-ils préféré recourir au procédé de la taille avec mise aux- points qui leur
permettait de se faire aider par des praticiens ou même d’abandonner à ceux-ci la totalité des
opérations de façonnage.

• La taille avec mise-aux-points est un procédé qui exige le recours à un modèle définitif
résistant et ayant tout le fini souhaité, pour ne donner lieu à aucune interprétation de la part du
praticien qui se borne à le reproduire mécaniquement. Ce modèle est généralement un
moulage en plâtre (épreuve originale) reproduisant un modèle préparatoire plus fragile, en
terre ou en cire. A partir du XVIIe siècle, le travail des sculpteurs a surtout consisté à
concevoir et élaborer les modèles destinés à la taille avec mise-aux-points. Sur le modèle sont
prises des mesures, réseau de points de repère qui sont reportés sur le bloc à tailler. Ces points
de repère indiquent l’épaisseur de matière à supprimer au fur et à mesure du travail. La
densité des points augmente au fur et à mesure. Le report des points de repère peut s’effectuer
à l’aide de divers instruments. Les méthodes de mise-aux-points pour reproduire un modèle
sont :

• La mise-aux-points sous châssis avec fil à plomb, couramment pratiquée aux XVIIe et
XVIIIe siècles pour l’ébauche des rondes bosses.

• La mise-aux-points par la méthode des trois compas, deux de ces compas sont à branches
droites ou légèrement courbes et le troisième, appelé compas d’épaisseur, est à branches
courbes. Pour un buste, la mise en place de deux ou trois cents points de repères nécessaires,
représente 2 ou 3 mois de travail.

• La mise-aux-points à la machine : plus rapide et plus fidèle que toutes les autres méthodes
de mise-aux-points, cette technique est inventée au début du XIXe siècle, elle est composée
de trois pointes mobiles et d’un bras articulé susceptible de prendre toutes les positions.

20
L’écart entre invention et exécution s’est définitivement creusé au début du XIXe siècle avec
l’invention du pantographe par Achille Collas (1837), qui facilitait les méthodes de report et
autorisait même l’agrandissement ou la réduction du modèle. Le pantographe est ainsi à
l’origine de l’abondante production de fontes d’édition qu’a connues le XIXe siècle.

Il existe plusieurs types de sculpture sont Bronze d'art, Bas-relief, Haut-relief, Statue équestre,
Ronde-bosse, Trophée, Sculpture sur bois, Sculpture sur pierre

CONCLUSION

Depuis l'apparition de l'homme sur terre il s’est toujours distingués des autres créatures de
son environnement en mettant la différence entre lui et ces derniers. Il laisse des traces après
son passé, pour ce fait il a toujours imité son environnement proche à travers la peinture, la
sculpture et les d'autres formes d'art. A travers l'histoire l'homme a sculpté pour représenter le
meilleur qui est en lui. La sculpture atteint la perfection dès l'antiquité grecque et jusqu'au jour
d'aujourd'hui les sculptures de cette époque servent de base pour les sculpteurs d'aujourd'hui
avec le canon Grecque.

21
BIBLIOGRAPHIE ET LECTURES RECOMMANDÉES

Google, recherches

Opéra Mini

Sculpture.prehistoire.culture.fr/fr/contenu/la-sculpture-parietale.html

Luc Benoist, Histoire de la sculpture, 1965, p.4

Mathieu Copeland et Kunsthalle Bern, Vides : Une rétrospective, éd. Centre Pompidou,
2009, p. 240

Honoré de Balzac (auteur), Pierre Citron (rédacteur), La Comédie humaine, Volume 5, éd.
Du Seuil, Paris, 1966, p. 83

Michel Lorblanchet, Les grottes ornées de la Préhistoire. Nouveaux regards, Errance, 1995,
287 p.

Henri Delporte, L'image des animaux dans l'art préhistorique, Éditions Picard, 1990

Le site du national archéologique d'Athènes

Geneviève Bresc-Bautier, Bernard Ceysson, Maurizio Fagiolo dell'Arco, François


Souchal et al., La sculpture : De la Renaissance au XXe siècle : du XVe au XXe siècle,
Taschen, 1999 (1re éd. 1986 et 1987 (en 2 volumes)), 607 p., 35 cm (ISBN 3-8228-6974-0), p.
11-162

Le réalisme dramatique et choquant de Lorenzo Bernini

Archéologique, histoire de l'humanité

M KOUASSI Kouakou Siméon, Introduction à l'archéologie

22
TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION.....................................................................................................................2

I- HISTOIRE DE LA SCULPTURE........................................................................................5

1- La sculpture préhistorique...................................................................................................5

2- La sculpture de l’époque Antique.......................................................................................6

2-1- 2-1- Art cycladique, de -3200 à -2000…………………………………….…………….4

2-2- Grèce archaïque.................................................................................................................7

2-3- Grèce classique……………………………………………………………………………………………………………..7

3- La sculpture au Moyen-âge.................................................................................................8

3-1- La sculpture Romane......................................................................................................10

3-2- La sculpture gothique.....................................................................................................11

3-3- La sculpture byzantin………………………..……………......……………………….11

4- La sculpture de la Renaissance..........................................................................................12

5- La sculpture au XVIIème siècle........................................................................................13

5-1- La sculpture Classique....................................................................................................13

5-2- La sculpture Baroque......................................................................................................11

6- La sculpture moderne et contemporaine..........................................................................14

6-1- La sculpture moderne ....................................................................................................14


6-2- la sculpture contemporaine ...........................................................................................15

II- LA SCULPTURE ET SA CONCEPTION ……………………...…………………..…16

1- Les différentes sortes de sculptures………………………………………………………...…………………….16

23
1-1 La sculpture bas-relief…………………………………………………………….…………………………….16
1-2- La sculpture en haut relief…………………………………………………………………….……………….…...16
1-3- La sculpture ronde bosse……………………………………………………….……………………………………16
1-4- D’autres types de sculpture……………………………………………..……………… ;……………………….16

2- Techniques de la sculpture……………………………………………………………………………………………..17
2-1- LE MODELAGE……………………….....…………………………………………...…………………………………..17
2-2- LE MOULAGE……………………………………………………………………………………………………………….18
2-3-La technique de la fonte………………………………………………………....…………………….…………….18
2-4- La technique de la taille…………………………………………..…………………………………………………20

CONCLUSION........................................................................................................................21

BIBLIOGRAPHIE ET LECTURES RECOMMANDÉES.................................................22

TABLE DES MATIÈRES......................................................................................................23

24