Vous êtes sur la page 1sur 2

Dire et écrire, allers et retours 

EFLE - Cours d’appoint - B1 (B2) 

Automne 2020 - Jeudi 12h30-14h00, en ligne 

Eiseingnante: Stéphane Pahud 

Étudiante: Tainah Negreiros Oliveira de Souza 

email: ​Tainah.NegreirosOliveira@unil.ch 

 
LE RAP : un support didactique possible pour le français langue étrangère ? 
 
La  réflexion  sur  la  question  proposée  a  été  principalement  guidée  par  les  réflexions 
de  Stéphane  Mohr,  dans  son  texte  «Exploiter  des  textes  de rap en didactique du FLE 
et  du  FLS:  perspectives  et  possibilités  d’exploitation».  (2011).  Il  s'agit  d'une 
recherche de maîtrise écrite à partir de l'expérience de l'auteur en tant qu'étudiante et 
en  tant  qu'enseignante.  Le  fait  que  le  rap  soit  important  pour  ses  études  en  anglais 
l'a  incitée  à  réfléchir  à  la  manière  dont  il  pourrait  être  important  dans  sa pratique de 
professeur de français pour les jeunes. 
En  tant  qu'étudiant  francophone  étranger,  j'ai  essayé  de  m'interroger  sur ma relation 
avec  la  musique  française  et  surtout  le  rap,  sur  la  mesure  dans  laquelle  cette 
musique  a  contribué  à  ma  formation.  Je  ne  connais  pas  grand  chose  à  l'univers  du 
rap  et  je  pensais  que  cette  présentation  et  cette  recherche  seraient  également 
importantes dans ce sens. 
 
L'une  des  premières  choses  que  l'auteur  suggère  de  nous  affronter  si  nous 
entendons  nous  rapporter  au  rap  dans  le  processus  d'enseignement  et 
d'apprentissage  de  la  langue  française  concerne  la  desestigmatisation  du  rap  une 
art  mineur,  violent  et  vulgaire.  L'auteur  nous  suggère,  et  ici  je  m'associe  à  elle,  que 
nous  devrions  comprendre  le  rap comme un style singulier qui ne doit pas se réduire 
à  l'une  ou  l'autre  partie  d'une  chanson  ou  d'un  artiste.  Stéphane  Mohr  considère  le 
rap  comme  un  document  authentique,  ce  qui  signifie  que ils ne sont pas créés pour 
fins  éducatives.  Il  est  important  de  penser  au  rap  a  partir  de  comme  il  est 
historiquement  constitué  (l'auteur  fait  une  brève  description  de  l'histoire  du  hip  hop 
et  du  rap,  commençant  dans  les  années  1960,  1970  à  partir  de  Soul  et  Funk  et 
remontant  aux  États-Unis  à  partir  des  années  1980  ),  d'où  il  vient,  d'où  il se renforce 
et, surtout, quelle diversité d'expériences il dépeint habituellement. 
 
Le  rap  ne  doit  pas  être réduit à des mots mis en rimes qui 
sont  déclamées  sur  un  morceau  de  musique.  Derrière  les 
morceaux  que  nous  avons  sélectionnés  pour  ce travail se 
cache  toujours  une  histoire,  des  inspirations,  des 
réflexions  –à  travers  l’intertexte-  mais  aussi  des 
invitations à réfléchir. (MOHR, p. 20) 
 
A  partir  du  point  de  départ  signalé  par  l'auteur,  je  me  demande  comment  le  rap  en 
tant  qu'objet  artistique  pertinent  peut  être  un  outil  didactique  important  dans 
l'enseignement  de  la  langue  française?  Mes premières intuitions sont liées à l'intérêt 
pour  la  familiarité  que  la  langue  du  rap  peut  nous  aider  à  comprendre  la  langue 
parlée  au  quotidien,  et  la  langue  issue  de  la  rencontre  de  différentes  cultures 
puisque,  souvent,  le  rap  en  français  est  chanté  par  des  artistes  immigrés ou filles et 
fils d'immigrés. 
 
Un  autre  topic  important  pour  défendre  l’utilisation  de  rap  dans  l'enseignement  du 
français est lié à son rythme et à sa musicalité: 
 
 
“La  musicalité  des  textes  est  liée  avec  l’étude  de  la 
prononciation  de  la  langue  française.  Les  chansons  de 
hip-hop  jouent  énormément  sur  la  diction  et  le  débit  de  parole 
(le  «  flow  »),  au  même  titre  que  les  pièces  de  théâtre, 
notamment  des  pièces  «  classiques  ».  Le  problème  est  qu’il 
n’est  pas  facile  d’avoir  accès  à  des  enregistrements  de théâtre 
alors  qu’il  est  relativement  simple  d’accéder  à  une  chanson  de 
hip-hop,  ceci  grâce  aux  technologies  de  l’information  et  de  la 
communication.  Au  même  titre  que  le  théâtre,  le  rap  joue 
beaucoup  sur  les  allitérations  et  les  assonances  afin  de 
rythmer  ses  chansons.  Bien  sûr  ce  n’est  pas  le  cas  de  tous 
les artistes.” (MOHR, p. 23) 
 
En  dialogue  avec  le  que  a  dit  Mohr,  j’ajoute  le  fact  que  le  rap  est  très  concentré  au 
mot.  L’attention  au  mot  lié  a  son  musicalité  et  rythme  peuvent  être  trés  important 
pour la mémorisation et compréhension de la langue française. 
Comme  une  étape  important  de  la  élaboration  de  cette  travail,  j’ai  recherché  des 
artistes  francophones  que  nous  pourrons  écouter  et  parler  au  moment  de  la 
présentation. 

Vous aimerez peut-être aussi