Vous êtes sur la page 1sur 17

Rapport de Stage

Médiation culturelle et linguistique à La Semaine de


l’étudiant 2011
Stage réalisé du 17 au 24 octobre 2011

Diana PINZON

Marie Hermanier Cathérine Heymman


Référent de stage Responsable pédagogique
Mission Culture Université Toulouse II Le
Université de Toulouse Mirail
SOMMAIRE

INTRODUCTION................................................................................................................................ 4
1. L’UNIVERSITÉ DE TOULOUSE ................................................................................................. 5
2. LA MISSION CULTURE ................................................................................................................ 7
2.1. La Semaine de l’étudiant. ......................................................................................................... 8
3. MON STAGE AU SEIN DE LA SEMAINE DE L’ÉTUDIANT ................................................ 10
3.1 Tâches et activités accomplies ................................................................................................. 10
3.1.1 .Soirée création étudiante : ................................................................................................ 10
3.1.2. Soirée International des étudiants étrangers : ................................................................. 11
3.1.3. Tandem interculturel : ...................................................................................................... 11
3.1.4. Tâches mineurs : ............................................................................................................... 12
4. LE BILAN DU STAGE ................................................................................................................. 13
4.1. Les résultats :........................................................................................................................... 13
4.2. Les difficultés : ........................................................................................................................ 14
CONCLUSIONS ................................................................................................................................ 15
ANNEXES .......................................................................................................................................... 16
Annexe 1.......................................................................................................................................... 17
REMERCIEMENTS

Je tiens tout particulièrement à remercier Zelda Lannes et Marie Hermenier, mes référents
de stage pour m’avoir acceptée en tant que stagiaire, pour leur accueil chaleureux, leur bonne
disposition envers mes propositions, pour leur bonne écoute, et leur accompagnement tout au
long de cette expérience. Je remercie aussi mon collègue de stage, Omar Chanchaga pour son
aide et son soutient dans toutes les activités proposées.

D’une façon plus générale, je remercie l’ensemble de l’équipe de la Mission culture pour
l’intérêt démontré par le projet de La semaine de l’étudiant et son guide.

Enfin, je tiens spécialement à remercier tous les bénévoles qui m’ont soutenu lors de la
mise en place et l’exécution des mes idées pour mener à bon terme cette expérience.
INTRODUCTION

La médiation culturelle est un champ d'action enrichissant où en particulier les étudiants


ont un rôle important dans la mise en place des initiatives concernant la rencontre et la
connaissance des différentes cultures. Toulouse, comme ville principale du Sud-ouest de la
France, n'échappe pas au rendez-vous des étudiants venus de tous les coins de la France, de
l'Europe et des autres parties du monde. Actuellement, Toulouse première ville universitaire
de France et troisième ville dans le classement culturel français, accueille plus de cent mille
étudiants chaque année. Cette situation a été favorisée par des projets culturels créés
spécialement pour les jeunes, dans lesquels l’Université de Toulouse a pris la première place
pour l’organisation permanente des activités et programmes permettant d’inclure les nouveaux
arrivants de la ville rose. C’est pour cela que, année après année, l’Université de Toulouse
organise La Semaine de L’étudiant. Cet événement sert d’ouverture à la rentrée de l'année
scolaire et d'accueil aux étudiants toulousains, favorisant les relations culturelles entre la ville
et ses habitants, dont les étudiants constituent un nombre conséquent.

J’ai effectué mon stage au sein de la Mission culture de l’Université de Toulouse, lors de la
Semaine de l’Etudiant. L’organisation et la mise en place de cette activité m’a permis de me
concentrer sur mes habilités dans les champs des langues étrangères, de la communication et de
la connaissance de la langue espagnole et latino-américaine, car les échanges au sein de La
semaine de l’étudiant sont des espaces de valorisation de la langue espagnole et de la
revendication du passé entre Toulouse et l’Espagne.

Enfin, La semaine de l’Étudiant m’a permis d’intervenir en tant que stagiaire au niveau de
la médiation culturelle de la langue espagnole, afin d’en montrer la présence dans le milieu
étudiant en France. Ce stage m’a servi aussi à valoriser le développement de mon métier
d’enseignante et chercheuse des différentes manifestations dans lesquelles les langues
étrangères peuvent prendre place. Sans doute, l’expérience acquise dans La Semaine de
l’étudiant soutient mon désir d’établir une liaison entre les manifestations culturelles et
populaires et la culture de l’espagnol comme langue étrangère, mais surtout maternelle.
1. L’UNIVERSITÉ DE TOULOUSE

L’Université de Toulouse, née au XVIème siècle, est un organisme qui réunit les
établissements d’éducation supérieur et de recherche1, dont la nature publique rend accessible
tout type de services administratifs concernant l’éducation de niveau universitaire à Toulouse.
Elle rassemble 14 établissements de recherche et des universités.

L’Université de Toulouse a un champ d’action sur plusieurs domaines comme la formation,


la recherche, la vie culturelle, le doctorat, l’international, et la valorisation de l’éducation. En
tant que structure qui favorise les bonnes relations parmi les différents établissements
d’éducation, elle a dans ses objectifs deux visions : un objectif externe visant au
positionnement de l’éducation de la région Midi-Pyrénées comme la référence principale et un
pôle majeur dans le domaine de la recherche et de la formation. Et un objectif interne visant la
création d’un esprit de rapprochement entre le service public et l’éducation supérieure avec ses
établissements membres, afin de favoriser la diffusion de la communication et de l’information.

En plus de ces objectifs, il est essential de signaler que certaines missions sont liées à la
diffusion culturelle comme le développement des relations européennes et internationales, la
mise en valeur de l’offre globale de formation et l’amélioration des services de la vie étudiante.

Dans les activités réalisées par cet organisme, on peut en différencier trois :

1. L’accompagnement du service de la communication dans la mise en œuvre des ac-


tions de communication et de relations publiques ;
2. l’action mutualisée via l'Université de Toulouse dans la définition et la mise en œuvre
des actions de communication pour les projets mutualisés ;
3. l’action spécifique hors Université de Toulouse : le traitement des dossiers de commu-
nication relevant des établissements d’éducation supérieure, pour lesquels est sollicité
un partenariat avec l’Université de Toulouse. Le service communication de l'Universi-
té de Toulouse intervient en collaboration avec l’équipe de communication de
l’établissement porteur.

1
Données tirés de la page d’internet de l’Université de Toulouse : http://www.univ-toulouse.fr/universite/presentation
L’une des consignes générales de ces activités est le « service public de l'enseignement
supérieur et de la recherche en réduisant les inégalités sociales et culturelles par l'accès aux
formes les plus élevées de la culture et de la recherche, en direction de tous les publics »2. Afin
de fortifier ces missions, il est donc indispensable pour l’Université d’agir sur:

 la diffusion de supports écrits (rapport d'activité, plaquette de présentation...) ;


 le déploiement d'outils électroniques (newsletter, site internet...);
 des activités événementielles (rentrée solennelle de l'Université de Toulouse, Salon info-
sup, Semaine de l'Étudiant...);
 des actions de relations presse (conférences, communiqués, panorama de presse...).

2
Université de Toulouse Rapport d’activité 2011, pag . 18.
2. LA MISSION CULTURE

Au sein de cette structure, pour ce qui concerne la planification, la préparation et le


déroulement de La semaine de l’étudiant, le secteur attaché est « la mission culture ». Cette
partie de l’université a été créée pour soutenir tous les événements permettant d’accueillir,
d’aider, et d’intégrer tous les nouveaux arrivants, c’est-à-dire, les étudiants français des autres
régions ou villes et des étudiants étrangers.

Les tâches de ce département comprennent la création des nouveaux espaces d’interaction,


où les étudiants sont encouragé à déployer leur expression artistique et culturelle. Au travers de
manifestations, rencontres, événements, et plusieurs actions, la mission culture est au sein de la
scène de la médiation culturelle toulousaine, car elle s’occupe de développer avec d’autres
structures participantes des événements dits culturels (le Printemps de Toulouse, Le CROUS,
Les Rencontres de Cinémas d’Amérique Latine, l’Institut Cervantes parmi d’autres…) un
ensemble concret afin de dynamiser la vie étudiante, d’attirer des nouveaux publics et
d’améliorer l’accueil et l’intégration des étudiants.

Tout l’ensemble des services proposés par la mission culture sont fondés sur le besoin de
loisirs, révélé dans les rapports-actions des dernières années. Les données montrées par ces
documents indiquent qu’en 2010 plus de 1000 spectateurs ont assisté aux séances du festival
université de théâtre Scènes de la rentrée. Et de la population étudiante en 2010 -94.000
étudiants en 2010- 70% a participé aux manifestations de La semaine de l’étudiant en octobre
2010. Il existe aussi des autres manifestations tout au long de l’année où des étudiants peuvent
être associés. Par exemple, en 2010, l’Université de Toulouse a permis à plus de 500 étudiants
étrangers de découvrir le patrimoine et la culture de Midi-Pyrénées dans des sorties, qui
permettent les échanges interculturels3. Dans cette même année, la mission culture a également
mis à disposition la possibilité de s’abonner à une newsletter hebdomadaire électronique,
appelé « Les bons plans culturels de l’Université de Toulouse ». La newsletter, diffusée via
courrier électronique, communique les différentes activités liées à la culture et à la vie
étudiante sur Toulouse. Normalement, toutes les activités proposées y sont gratuites. Enfin, les
statistiques précédentes montrent que l’accès à la culture est l’une des inquiétudes majeures des
étudiants français et étrangers.

3
UNIVERSITÉ DE TOULOUSE, Rapport d’activité 2010 de l’Université de Toulouse, 2011, Toulouse. Cahier fourni par
Marie Hermenier.
En plus des activités, la mission culture édite chaque semestre une publication dédiée « à
la curiosité des étudiants » U’Zoom. Cette publication a sorti son premier numéro en octobre
2010. Le but du magazine est d’explorer les opportunités des rencontres interculturelles entre
étudiants de la région Midi-Pyrénées. Le public étudiant peut y retrouver une sélection variée
sur l’actualité des événements culturels (concerts, expositions, festivals, conférences) qui
animent les campus, ainsi que des portraits d'étudiants ou d'associations étudiantes dont le
parcours original ou le dynamisme pourraient en inspirer d’autres.

Il existe aussi des autres publications permanentes qui facilitent le séjour étudiant :

 Ariane, un guide pratique proposé aux nouveaux étudiants qui viennent faire un séjour
à Toulouse. Il est rédigé en français, anglais et chinois et également publié en version
électronique.
 Le Plan étudiant Toulouse Midi-Pyrénées recommande les lieux incontournables de la
vie culturelle et universitaire à Toulouse et en région.
 L'Exploreur, est un guide étudiant de la vie culturelle de la cité ;
 AfterWork, fascicule qui présente toutes les manifestations culturelles de l’Université de
Toulouse pendant l’année scolaire.

2.1. La Semaine de l’étudiant.

Pour mettre en évidence l’importance de La Semaine de l’étudiant, voici un témoignage


apparu lors de la participation d’une étudiante dans le bénévolat proposée par la Mission Culture :

« J'ai été volontaire pour la Semaine de l'étudiant en octobre 2010. Pendant cette semaine, on peut par-
ticiper gratuitement à des activités culturelles pour mieux connaître sa ville et faire des rencontres avec
des étudiants de différents établissements ».

Yinjie NI — Étudiant chinois en 5e année de Génie Civil à l'Institut National des Sciences Appliquées
de Toulouse4

La Semaine de l’étudiant est l’action insigne de la mission culture, car elle se fait la porte

4
Ce témoignage a été tiré du site web de l’Université de Toulouse. http://www.univ-toulouse.fr/vie-etudiante. Consulté le
20 décembre 2011.
d’entrée de la ville Toulouse et la région Midi-Pyrénées pour les étudiants. Plus de 100 activités
gratuites sont proposées tout au long d’une semaine en octobre dans Toulouse et dans les 8 villes
universitaires de la région : Albi, Auch, Castres, Figeac, Montauban, Rodez, Tarbes et Toulouse. Pour
la mission culture et pour l’Université de Toulouse, cette manifestation majeure contribue à mieux
faire connaître les lieux d'étude aux étudiants français et étrangers arrivant pour la première fois dans
la région.

Le programme de La Semaine de l’étudiant, construit en collaboration avec différents


partenariats, s'articule autour de concerts (musique actuelle, musique classique), spectacles (danse,
théâtre), visites (beaux-arts, art contemporain), rencontres autour de la vie d'un théâtre, parcours
culturels, forum associatif, soirées et d’autres activités réalisés dans toute la ville, ainsi que dans tous
les campus universitaires. Le but principal de l’événement est d’entrer en contact direct avec la vaste
population étudiante, en offrant un grand nombre de possibilité de loisirs et en montrant la richesse
culturelle de la ville et de chaque établissement éducatif. Pour cela, dans la réalisation du programme
interviennent des partenariats institutionnels tels que la Région Midi-Pyrénées, la Mairie de Toulouse.
D’autres partenaires associatifs et culturels participent comme AEGEE, AFEV, APAREA, ARCALT,
Bibliothèque de Toulouse, La Cave Poésie, la Cinémathèque de Toulouse, La Dynamo, la Novela, le
Bijou, le Mandala, Institut Cervantes, Collectif CLITO, parmi d’autres.

Par rapport au bilan de l’année 2010, voici quelques statistiques qui aideront le lecteur à la
compréhension du festival5:

 11.546 étudiants de Midi-Pyrénées ont participé à la Semaine de l’Étudiant dans les 7 sites
universitaires (Albi, Auch, Castres, Montauban, Rodez, Tarbes et Toulouse) dont 7600 étu-
diants à Toulouse.
 La fréquentation du site internet atteint environ 11 800 visites en septembre et octobre (8500
en 2009).
 70 événements organisés sur toute la région, 50 sur la seule ville de Toulouse.
 Plus de 56 partenaires culturels et associatifs.
 Plus de 35 étudiants bénévoles toulousains.
 10 projets étudiants ont été retenus suite à l’appel à candidature passé au printemps
2011 : musique, théâtre, photo, danse, etc.

5
Chiffres fournies par Marie Hermenier, responsable de la Mission Culture et référent de mon stage.
3. MON STAGE AU SEIN DE LA SEMAINE DE L’ÉTUDIANT

Ayant décrit la structure d’accueil de mon stage, je continuerai avec la description de ma


mission tout au long de mon stage. Il est nécessaire de signaler que cette expérience professionnelle a
compris 20h de travail, faites dans le déroulement de La Semaine de l’étudiant, c’est-à-dire du 13 au
21 octobre.

Le thème du stage est Médiation culturelle et linguistique pour la Semaine de l’étudiant. Ce


sujet aborde trois étapes : la première concerne la phase de création avec une tâche ou une activité à
développer et à concevoir. Une fois les activités établies, la seconde étape va s’orienter vers la
médiation entre la Mission Culture et le public, à travers la mise en route de la structure de La
Semaine de l’étudiant. Finalement, le travail se concrétise lors de la réalisation de l’activité pendant
l’événement.

Avec ces trois étapes, l’objectif du stage se construit à partir de la médiation culturelle et
linguistique afin d’aider l’équipe à mettre en place des événements concernant la participation des
langues étrangères, liées aux thématiques interculturelles. Pour ce faire, l’équipe de la Mission
Culture requérait une étudiante compétente dans la maîtrise du français, de l’espagnol et de l’anglais,
dans la prise d’initiative, la capacité à transmettre et sensibiliser l’esprit du festival, le travail en
équipe et le sens de l’organisation, en plus de la créativité, du dynamisme et des capacités pour
affronter des situations avec des groupes nombreux.

3.1 Tâches et activités accomplies

Ces habilités furent nécessaires pour créer les activités linguistiques requises dans les actions
de La Semaine de l’étudiant. Mon intervention s’est effectuée lors de quatre actions de l’événement,
à savoir :

3.1.1 .Soirée création étudiante :

Avec le but d’inciter et inspirer les étudiants à s’exprimer à travers différentes manifestations
artistiques, incluant la musique, les arts et la danse, la soirée ouverte, à toute la communauté
étudiante, avait développé un grand intérêt de la part du public pour l’improvisation des talents de
toutes les classes. En profitant du fait que l’équipe de la Mission Culture avait prévu une grande
affluence étrangère, j’ai développé une activité fondée sur l’expression orale, non seulement en
espagnol, mais en général dans n’importe quelle langue étrangère. Avec le titre de Chant’ ta langue !
les participants à cette activité devaient entonner une chanson dans sa langue maternelle. Il était
prévu un animateur et des stands pour chaque langue inscrite pour les étudiants : espagnol, anglais,
français et italien. D’abord, l’idée était que chaque inscrit réalisait une présentation de lui-même et
de son pays, ainsi que de la chanson dans sa langue. Il pouvait apporter sa musique ou disposer des
instruments apportés pour l’occasion. Le déroulement de cette activité a eu lieu vers la fin de la
soirée, avec la vérification des inscrits et la préparation des pistes et des instruments pour les
chansons. Quinze inscrits avant la soirée, ils étaient vingt participants au final. Au total, il y eu 6
chansons en espagnol, 7 en français, une en chinois et 3 en italien et 3 en anglais.

3.1.2. Soirée International des étudiants étrangers :

À différence de la Soirée création, cette réunion prétendait amener un esprit de convivialité


liée à l’inter-culturalité, en présentant Toulouse comme une ville internationale. La consigne était
«les rencontrés, la convivialité et les échangés font partie de mon parcours étudiant ». Ma mission
donc était d’établir une action dans laquelle tous les étudiants se sentiraient concernés. D’abord, il est
traditionnel pour cette soirée de faire des petits « badge-drapeaux », en identifiant les nationalités des
étudiants présents. Cet instrument m’a permis de rassembler dans l’activité tous les assistants en
groupes plus définis. Puis, une fois les groupes formés, avec l’aide des bénévoles, nous avons décidé
d’animer la soirée et de mettre en place l’idée : groupes de tandems disposés dans le grand salon
avec des affiches indiquant chaque langue : français, espagnol, anglais italien, et chinois. À
l’intérieur, chaque participant pouvait présenter le pays du badge ou chercher un étudiant de cette
origine pour en parler. Les participant avaient la pleine liberté de choisir son groupe et sa
présentation, ainsi que d’écouter les interventions ou en improviser une.

3.1.3. Tandem interculturel :

Le tandem se déroulait avec la prémisse de l’interaction des étudiants qui souhaitaient parler
en langues étrangères et en français. La première tâche a été la création d’une fiche électronique,
mise en place sur le site web de La Semaine de l’étudiant pour l’inscription des participants. L’idée
était que chaque étudiant participant crée une sorte de « dossier » avec ses donnés personnelles,
loisirs, intérêts, et langues parlées. Cette information m’a servi à former des groupes pour les
tandems linguistiques. Après avoir reçu les données des inscrits, j’ai du former les groupes respectifs
dans chaque langue et préparer également le lieu de rencontre. Les groupes formés étaient : français,
espagnol, anglais, japonais, chinois et italien. En plus, j’ai inventé les sujets de conversations, liés à
la vie culturelle et étudiante à Toulouse. Avec l’aide des bénévoles chinois et anglais, on a pu les
traduire. Une fois le rendez-vous donné aux inscrits, l’activité s’est déroulée dans le café Au bout du
monde, où je devais organiser l’espace pour les groupes et les participants. J’étais aussi la
responsable de discussion dans le groupe en espagnol.

3.1.4. Tâches mineurs :

En plus de mes missions linguistiques, mon rôle était aussi d’accompagner toutes les actions
de La Semaine de l’étudiant, dans sa mise en place, son exécution et sa préparation.
Quelques devoirs à accomplir furent :

1. Maintenir au jour la newsletter avec les infos des activités de La Semaine de l’étudiant.
2. Regarder les messages de la boite aux lettres des emails appartenant à la Mission Culture.
3. Accueillir et recevoir le public étudiant lors des soirées et des actions développées à l’Université
de Toulouse.
4. Faire la diffusion de la publication U’Zoom.
5. Concevoir et fabriquer des outils pour la décoration.
6. Convoquer via la newsletter les candidatures à bénévole.
7. Aider et soutenir le groupe des bénévoles, en leur indiquant les missions et leurs tâches.
8. Diffuser les informations sur les activités de l’Institut Cervantes.
4. LE BILAN DU STAGE

Les résultats tirés des activités proposées signalent qu’il y a eu un niveau de satisfaction de la
part des référents du stage. Dès le début, les idées et les propositions ont été bien accueillies par toute
l’équipe, ainsi qu’elles se sont améliorées par les contributions de mon collègue de stage. Pour
approfondir sur le bilan, nous analyserons les résultats de mon travail, en les comparant aux
difficultés trouvées.

4.1. Les résultats :

Malgré que ce stage représente une première rencontre avec la médiation culturelle autour des
langues étrangères, mon expérience préalable en tant qu’enseignante m’a donné certaines qualités,
lesquelles ont été mise en œuvre par les tâches à accomplir. D’abord, la planification de matériaux,
des outils et des stratégies afin de construire des initiatives et des activités ont démontré que
l’importance des langues étrangères à Toulouse a un grand retentissement parmi les étudiants
étrangers et français. Une réponse positive a été reçue de la part de participants lors de l’exécution
des activités préalablement mentionnées. La réponse est mise en évidence dans la participation des
étudiantes dans les soirées, l’acceptation de l’activité et son déroulement. Les étudiants aussi ont mis
leurs impressions sur un questionnaire en ligne6. Les statistiques de la question « À quels événements
avez-vous participé ? » ont tiré que 76% des assistants ont profité des soirées pour faire
connaissances avec les diverses cultures. Puis, à la question « Pourquoi ? », le 50% des réponses ont
prouvé que les échanges culturels dans les activités proposées dans la Soirée création étudiante et la
Soirée internationale des étudiants étrangers sont liées aux langues étrangères. Ce phénomène est du
à grande population étudiante venue des pays anglophone et hispanophone parmi d’autres.

D’autre part, l’attitude du public de La Semaine de l’étudiant face aux manifestations


artistiques en général se résume souvent à la participation tout au long de l’événement. En réalité, le
défi a été de transmettre au public une autre vision de ces nouveaux langages et cultures. Lors de La
Semaine de l’étudiant, le succès est lié au propos de la médiation culturelle. Pour mon cas, l’un des
résultats le plus évident est la réussite de la combinaison de mon expérience d’enseignante et les
travaux en tant qu’animatrice avec la transmission de la culture et la langue espagnole, parmi
d’autres langues présentes.

6
Voir Annexe 1
4.2. Les difficultés :

Même si mon parcours d’enseignant a apporté certains outils indispensables pour le stage, ces
mêmes qualités, dans certains moments ont été confrontées à des défis inattendus. Le public de cet
événement a été notamment différent de celui que j’avais géré dans mon travail comme professeure
d’espagnol et dans mon rôle d’animatrice. Les étudiants étaient déjà dans une dynamique contraire à
celle de l’école, car l’objectif envisagé par un étudiant, lors de ce type d’événements, est sous une
forme de loisir et curiosité s’il est un nouvel arrivant à Toulouse. Les échanges linguistiques que l’on
peut en tirer n’étaient pas liés à la responsabilité de la notation, mais ils dépendaient de la volonté de
la participation et de l’intérêt pour l’activité proposée. Certainement, gérer les groupes d’étudiants
dans ces circonstances a échappé à mes connaissances, car dans toutes les soirées, le nombre de
participants dans chaque action s’accroissait au fur et à mesure du passage des actions. Dans certains
moments, le control de l’activité s’autogérait par les mêmes participants. Cependant, il m’était
nécessaire parfois de guider la discussion, voire en anglais ou essayer de donner des instructions en
français si nécessaire. Pour affronter cette impasse, on a décidé de disposer de la collaboration très
efficace et attentive des bénévoles qui ont su comprendre l’idée principale des activités et par
conséquent de les soutenir avec succès. Eux, sans aucun souci majeur, ont contribué avec leur vécu à
la bonne exécution de l’activité, surtout à la Soirée International des étudiants étrangers, où le grand
nombre de participants a crée des interférences, ainsi que des modifications à l’idée originale.

D’un autre côté, le temps a joué un rôle important comme un facteur déterminant à l’heure de
planifier, organiser et réaliser mon stage. Du à la difficulté de trouver un stage et le court temps
d’exécution, les actions que j’aurais pu développer n’ont pas été suffisamment réfléchies. Mon
arrivée au stage a coïncidé avec le début de La Semaine de l’étudiant, ce qui a originé des
inconvénients d’organisation. Même, si j’ai mis l’effort nécessaire pour le faire, il est évident qu’il y
avait un niveau de méconnaissance du secteur de la médiation culturelle et de ses structures.
Cependant, le vite apprentissage est venu grâce aux référents du stage. Marie Hermenier et Zelda
Lannes, qui avec la connaissance du métier et l’expérience, ont bien conduit les propositions faites
CONCLUSIONS

Avec cette expérience, mon parcours professionnel a été enrichi dans –pour moi évidement- un
nouveau champ de la médiation culturelle. La participation au sein de la préparation de La Semaine
de l’étudiant m’a mis en perspective avec de nombreux outils pour faciliter la compréhension du
travail des organisations et la possibilité de communion avec l’apprentissage d’une langue étrangère.
Ces outils que j’ai pu appréhender tout au long de mon stage ont fournis des stratégies plus solides
dans mes savoirs sur l’enseignement des langues étrangères, au même temps qu’ils ont approfondi
mon intérêt pour la culture, la jeunesse et les activités étudiantes. J’ai découvert également que le
service des relations culturelles peut travailler de pair avec celui de la communication pour diffuser
l’image d’une ville étudiante, ouvert à tous, dans la reconnaissance de l’interculturalité et engagée
dans un objectif non seulement de démocratisation culturelle mais aussi de reconnaissance auprès du
public et des partenariats qui ont permis son existence.

D’autre part, il a été difficile de lier ce stage avec mon projet professionnel. Mon projet professionnel
à court terme inclut la recherche en littérature en préparant ma thèse de doctorat, et à long terme il
s’agit de l’enseignement de la littérature hispano-américaine dans l’éducation supérieur. Cependant,
j’ai trouvé enrichissant le fait de pouvoir transmettre mes habilités en tant qu’enseignant au service
de la médiation culturelle. C’est ainsi que j’ai compris qu’il y a une possibilité d’ouverture de la
recherche en littérature, a partir des manifestations culturelles et surtout avec la médiation comme
une possibilité de diffusion pas encore explorée jusqu’au présent. En comprenant, la littérature
comme une manifestation artistique, on peut arriver à ouvrir un champ d’action dans les organismes
et les structures institutionnelles, par exemple l’Université de Toulouse ou l’Institut Cervantes, afin
de diffuser de manière plus u la richesse de la langue espagnole d’après les valeurs de la littérature,
tels que la créativité, l’imagination et l’universalité.
ANNEXES
Annexe 1

Vous aimerez peut-être aussi