Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Toulouse III Année 2019-2020

TD Anneaux-Corps Feuille n◦ 1

Arithmétique

Exercice 1 [Divisibilité]. Quelques petits problèmes autour de la divisibilité :


1. Combien d’entiers entre 101 et 1001 sont divisibles par 7

2. Montrer que si p est premier alors p n’est pas rationnel.
3. Montrer que si n ∈ N est un carré dans Q alors c’est un carré dans Z.

Exercice 2 [Congruences]. Quelques petits problèmes autour des congruences :


1. Soit n un entier naturel. Pour quelles valeurs de n le nombre n2 − 3n + 6 est-il divisible par 5 ?
2. Montrer que n5
5 + n3
3 + 7n
15 est un entier pour tout n ∈ N.
3. Montrer que pour tout nombre premier p il existe un entier naturel n tel que 6n2 + 5n + 1 = 0 [mod p].
4. Montrer que n(n6 − 1) est divisible par 42.
7
5. Quel est le dernier chiffre de 77 ?
6. Déterminer le plus petit multiple de 19 dont l’écriture en base 10 ne comporte que des 1.

Exercice 3 [Critère de divisibilité]. Soit N un entier positif dont la représentation en base 10 est donnée par
N = an 10n + an−1 A0n−1 + · · · + a1 10 + a0 avec 0 < an ≤ 9 et 0 ≤ ai ≤ 9 pour i ∈ [0, n − 1]. Montrer que :
1. N divisible par 2 ⇐⇒ a0 = 0 [mod 2] ;
2. N divisible par 3 ⇐⇒ an + · · · + a0 = 0 [mod 3] ;
3. N divisible par 4 ⇐⇒ 10a1 + a0 = 0 [mod 4] ;
4. N divisible par 5 ⇐⇒ a0 = 0 [mod 5] ;
5. N divisible par 6 ⇐⇒ 4( an + · · · + a0 ) = 3a0 [mod 6] ;
6. N divisible par 7 ⇐⇒ (100a2 + 10a1 + a0 ) − (100a5 + 10a4 + a3 ) + (100a8 + 10a7 + a6 ) − · · · = 0 [mod 7] ;
7. N divisible par 8 ⇐⇒ 100a2 + 10a1 + a0 = 0 [mod 8] ;
8. N divisible par 9 ⇐⇒ an + · · · + a0 = 0 [mod 9] ;
9. N divisible par 10 ⇐⇒ a0 = 0 ;
10. N divisible par 11 ⇐⇒ a0 − a1 + · · · + (−1)n an = 0 [mod 11] ;

Exercice 4 [Période des nombres rationnels]. Soient m et n tels que m < n et m et n premiers entre eux.
Montrer que la période de la fraction m h
n est le plus petit entier h tel que 10 = 1 [mod n ].
Exercice 5 [Algorithme d’Euclide].
1. Déterminer le pgcd de 1482 et 1428 de deux façons différentes. On notera d ce pgcd.
2. Trouver deux entiers relatifs u0 et v0 tels que d = 1482u0 + 1428v0 .
3. En déduire tous les couples d’entiers relatifs (u, v) tels que d = 1482u + 1428v.

Exercice 6 [Fibonacci]. Soit ( Fn )n∈N la suite de Fibonacci (F0 = 0, F1 = 1 et Fn+2 = Fn+1 + Fn pour tout n ∈ N).
1. Montrer que Fm et Fm+1 sont premiers entre eux.
2. Montrer que Fn+m = Fm Fm+1 + Fn−1 Fm pour n > 0.
3. Soient m et n deux entiers naturels non nuls et soit d leur pgcd . Montrer que

pgcd( Fm , Fn ) = Fd .
Exercice 7 [Equations diophantiennes].
1. Résoudre dans Z le système
®
4x + y = 6 [mod 12]
x + 4y = 2 [mod 12]
2. Résoudre dans Z l’équation 10x + 15y = −365.
3. Montrer que l’équation x3 + 3y3 = 9z3 n’a pas de solution entière non triviale.
4. Montrer que l’équation n x + ny = nz admet des solution entière si et seulement si n = 2.

Exercice 8 [Nombre de Carmichael]. On appelle nombre de Carmichael tout entier n qui n’est pas premier et
tel que an = a [mod n] pour tout entier a. Ce sont les nombres qui ne sont pas premier mais qui vérifient le test
de Fermat.
1. Montrer que 561 = 3 ∗ 11 ∗ 17 est un nombre de Carmichael.
2. Montrer qu’un nombre de Carmichael est sans facteur carré.
3. Montrer qu’un nombre de Carmichael n n’est pas premier, est sans facteur carré et p − 1 divise n − 1
pour tout diviseur premier p de n.
4. Montrer qu’un nombre de Carmichael est produit d’au moins trois nombres premiers impairs.

Exercice 9 [Cryptograhpie : le système RSA (Rivest-Shamir-Adelman 1978]). Soient p et q deux nombres


premiers distincts. On pose n = pq. Soient c et d deux entiers tels que cd = 1 [mod ϕ(n)].
1. Montrer que tcd = t [mod n].
2. Supposons que n et c soient connus (clef publique). Tout le monde peut alors coder un message t ∈ Z
en appliquant la fonction t 7→ tc [mod n].
3. Expliquer comment on décode ce message.
4. Expliquer en quoi ce système de cryptage est particulièrement difficile à attaquer.
5. Peut-on coder tous les messages t ∈ Z ?
6. Est-ce que la contrainte “t premier avec n” est très génante ? (Pour cela calculer la proportion de nombres
inférieurs à n et premiers avec n).

Exercice 10 [Répartition des nombres premiers]. On note pn le nème nombre premier et π ( x ) le nombre de
nombre premier inférieur à x.
1. Montrer que pn+1 ≤ p1 . . . pn + 1 et que pn < 2n .
2. Montrer pour x assez grand on a log( x ) ≤ π ( x ) ≤ x.
Remarque : Cet encadrement est très grossier. Le théorème des nombres premiers [Hadamard et de la Valle Poussin,
1896] affirme que
x
π (x) ∼ .
log( x )
3. Si tous les facteurs premiers p d’un entier n vérifient p = 1 [mod 4], montrer que l’on a n = 1 [mod 4].
4. Si n ≥ 4, en déduire qu’au moins un facteur premier de n! − 1 est congru à −1 modulo 4, puis qu’il
existe une infinité de nombres premiers de la forme 4n + 3.
5. Montrer de même qu’il existe une infinité de nombres premiers de la forme 6n + 5.
Remarque : Ces exemples se généralise dans le théoème de Dirichlet [1838] : Pour toute paire n et m d’entiers
premiers entre eux, il existe infinité de nombres premiers de la forme n + km, où k est un entier positif.
6. Montrer qu’il existe des suites d’entiers consécutifs arbitrairement longues telles qu’aucun d’entre eux
ne soit la puissance d’un nombre premier.
Université Toulouse III Année 2019-2020
TD Anneaux-Corps Feuille n◦ 1

Arithmétique (Solutions)

Correction 1 1. Comme 101 = 14 ∗ 7 + 3, il y a 14 nombres divisible par 7 entre 1 et 101. Comme 1001=143*7,
il y a 129 entier divisible par 7 entre 101 et 1001.

Z N √
2. Si p est rationnel alors il existe ( a, b) ∈ × ∗ premiers entre eux tels que p = ba . On a donc
Z
pb2 = a2 . Donc p divise a, c’est à dire qu’il existe a0 ∈ tel que a = pa0 . On a donc b2 = pa02 , autrement
dit p divise b ce qui est contradictoire.
N Q
3. Supposons que n ∈ ∗ est un carré dans , cela veut dire qu’il existe deux entiers premiers entre eux
tels que p2 /q2 = n, donc p2 = q2 n et comme pgcd( p, q) = 1, p2 divise n qui divise p2 . Donc n = p2 et
q2 = 1. On en déduit que n est un carré dans . Z
Correction 2 1. n2 − 3n + 6 = n2 + 2n + 1 [mod 5] = (n + 1)2 [mod 5]. Donc les entiers répondant à la
questions sont éguaux à 4 modulo 5.
n5 3 5 3
2. 5 + n3 + 7n15 =
3n +5n +7n
15 . Par le petit théorème de Fermat, on a n5 = n [mod 5] et n3 = n [mod 3]. Donc
3n + 5n + 7n = 5n + 10n = 0 [mod 5] et 3n5 + 5n3 + 7n = 5n3 + 10n = 0 [mod 3]. Par le théorème
5 3 3
5 3 +7n
des restes chinois, 3n5 + 5n3 + 7n = 0 [mod 15] donc 3n +5n 15 est un entier
3. Si p est premier on peut résoudre l’équation dans le corps F p . Le discriminent est 52 − 4 ∗ 6 = 1, c’est
un carré dans F p pour toute valeur de p donc l’équation 6n2 + 5n + 1 = 0 admet une solution dans F p .
4. 42 = 2 ∗ 3 ∗ 7. On a n(n6 − 1) = 0 [mod 2] car n et n6 − 1 sont de parités différentes. Par le petit théorème
de Fermat, si n n’est pas un multiple de 3 (resp. de 7), on a n2 = 1 [mod 3] (resp. n6 = 1 [mod 7], on
en déduit que n(n6 − 1) = 0 [mod 3] et n(n6 − 1) = 0 [mod 7]. Par le théorème des restes chinois
n(n6 − 1) = 0 [mod 42].
7
5. 74 = 1 [mod 10] et 7 = −1 [mod 4] donc 77 = 3 [mod 4]. Ainsi 77 = 73 = 3 [mod 10].
n +1
6. Un nombre qui s’écrit seulement avec des 1 est de la forme nk=0 10i = 10 9 −1 . On cherche donc n tel
P
n n
que 10 = 1 [mod 19 ∗ 9]. On a 10 = 1 [mod 9] pour tout n et par le petit théorème de Fermat, on a
1018 = 1 [mod 19]. Ainsi 11111111111111111 est divisible par 19.

Correction 4 Considérons que m


n = 0, a1 a2 a2 . . . . Comme 10h = 1 [mod n], il existe k ∈ N tel que 10h = 1 + kn.
Alors
m m
10h = km + = a1 a2 . . . ah , ah+1 ah+2 ah+3 . . .
n n
m
On a donc n = 0, ah , ah+1 ah+2 ah+3 · · · = 0, a1 a2 a2 . . . et mn est de période h.
(10h −1)m
Inversement, si m n est de période h, c’est à dire que
m
n = 0, a1 a2 a2 . . . ah a1 . . . ah . . . . On a donc n =
a1 a2 a2 . . . ah , autrement dit 10h = 1 [mod n].

Correction 6

Correction 7 1. Pas de solution.


2. Utiliser Bezout
3. On prend une solution minimale (en z) et on remarque que x doit être multiple de 3.
4. On a z > max ( x, y), donc n x divise ny et ny divise n x . Par conséquent x = y, il s’ensuit que z = x + 1 et
n = 2.

Correction 8 1. Par le petit théorème de Fermat, on a a5 61 = a [mod 3], a5 61 = a [mod 11] et a5 61 =


a [mod 17]. Comme 3, 11 et 17 sont premiers entre eux, par le théorème du reste chinois, on a a5 61 =
a [mod 561].
2. Soit n tel que an = a [mod n] pour tout entier a tel que p2 divise n. On a pn − p = 0 [mod n] donc p2
divise pn − p donc p2 divise p ce qui est impossible.
3. Soit n un nombre de Carmichael tel que n = p1 . . . ps tout les facteurs étant distincts. Pour tout i ∈ [1, s],
Z Z Z
il existe bi ∈ /pi d’ordre pi − 1. Par le théorème du reste chinois, il existe b ∈ tel que b = bi [mod pi ]
pour tout i ∈ [1, s]. Comme bn = b [mod n], on en déduit que bin = bi [mod pi ] donc pi − 1 divise n − 1.
Réciproquement si n = p1 . . . ps avec pi − 1 divise n − 1 alors pour tout entier a on a a pi −1 = 1 [mod pi ]
et par le théorème du reste chinois, on a an = a [mod n].
4. Si n est pair, on a (−1)n = 1 [mod n].
Si n = pq avec p < q premiers. alors q − 1 divise n − 1 donc n − 1 = pq − 1 = p − 1 + q − 1 doc q − 1
divise p − 1 ce qui n’est pas possible si p < q.