Vous êtes sur la page 1sur 2

11

29 Les valeurs de l’imparfait


et du passé simple
J’observe
1 La joie d’être vivant le tenaillait au corps, son sang parcourait ses artères avec force et sa
respiration, profonde, emplissait ses poumons de l’air pur de l’ailleurs.
Un cri jaillit qui le sortit du tourbillon de ses sensations : « Terre, terre. »
Les gens se pressèrent à l’avant du bateau ; là-bas se dessinaient dans le soleil du petit
matin les côtes ocre et mauves de la Grande-Terre.
Claudine Jacques, Les Cœurs barbelés, © Éditions du Niaouli, 1998.

a. Soulignez les verbes à l’imparfait de l’indicatif.
b. Quels sont ceux qui indiquent des actions qui durent ? tenaillait, parcourait, emplissait
c. Quel est celui qui fait partie d’une description ? se dessinaient
d. Encadrez les verbes au passé simple. Pourquoi avoir utilisé ce temps ?
Le passé simple est employé pour des actions de premier plan, brèves, qui se détachent des actions
racontées à l’imparfait (1er paragraphe).

J’apprends
1. Les valeurs de l’imparfait
EXOS 2 et 3 ■ Il présente des actions passées en cours d’accomplisse- Il regardait par la fenêtre et attendait
ment, non limitées dans le temps. Il souligne leur durée. mon arrivée.
■ Dans un récit au passé, il est employé pour évoquer l’ar- Comme il regardait par la fenêtre, il me
rière-plan d’un récit (décor, portrait, actions de second plan). vit arriver.
■ Il indique des actions qui se répètent dans le passé. Il m’attendait tous les vendredis à 16 h.
■ Il est employé pour raconter des actions qui se déroulent La mer grondait. Le vent sifflait et les
au même moment du passé. mouettes piaillaient.

2. Les valeurs du passé simple


EXOS 4 et 5 ■ Il présente une action limitée dans le temps et achevée à
Tout à coup, il sursauta.
un moment du passé. Cette action peut être rapide.
■ Dans un récit au passé, il est employé pour raconter des
Il la regarda quand elle partait.
actions de premier plan, qui se détachent des actions racon-
Action de 1er plan
tées à l’imparfait.
■ Il évoque des actions qui se succèdent et indiquent ainsi L’athlète s’élança, prit de la vitesse et
la chronologie des faits. sauta.

Je m’exerce
2 Soulignez les verbes à l’imparfait et indiquez leur valeur.
AIDE 1. À chaque goûter, il choisissait un macaron à la framboise. Habitude – 2. J’achetais des tic-
À la1re personne du kets lorsque le bus arriva. Action de second plan – 3. C’était un homme grand, un peu voûté,
singulier, pour les
verbes du 1er groupe, qui marchait à grands pas. Description – 4. Les passants s’arrêtaient pour regarder les vitrines,
ne confondez pas
l’imparfait (-ais) et le entraient dans les magasins et ressortaient chargés de cadeaux. Actions simultanées –
passé simple (-ai).
5. Je regardai par la fenêtre, ce que je faisais rarement. Action de second plan
90
© Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.
Conjugaison

3 Soulignez les verbes à l’imparfait et classez-les ensuite dans le tableau.

Le jour de la fête arriva. Mme Loisel eut un succès. Elle était plus jolie que toutes, élégante,
gracieuse, souriante et folle de joie. Tous les hommes la regardaient, demandaient son nom,
1. Ministère. cherchaient à être présentés. Tous les attachés du cabinet1 voulaient valser avec elle. Le
ministre la remarqua. […]
Elle partit vers quatre heures du matin. Son mari, depuis minuit, dormait dans un petit
salon désert avec trois autres messieurs dont les femmes s’amusaient beaucoup.
Guy de Maupassant, La Parure, 1884.

Imparfait de description Imparfait de répétition Imparfait pour l’arrière-plan

était regardaient, demandaient dormait, s’amusaient


cherchaient, voulaient

4 Mettez les verbes en gras à l’imparfait ou au passé simple. Justifiez vos choix.

Antoun allonger allongea son chemin pour explorer les sentiers de traverse. Il
braquer braqua sa lumière sur le sol pour y chercher des traces. L’âge lui peser
pesait dans les jambes ; la fatigue l’empoigner empoignait , il respirer
respirait mal. Il aurait voulu s’étendre, dormir. Il penser pensait à son
lit, à ses draps, ses draps d’un blanc dont Chafila avoir avait , seule, le secret.
Andrée Chedid, L’Enfant des manèges et autres nouvelles, © Flammarion, 1998.

Verbes à l’imparfait : pesait, empoignait, respirait, pensait, avait.


Justification : imparfait pour des faits ou des actions non limitées dans le temps et de second plan.
Verbes au passé simple : allongea, braqua.
Justification : passé simple pour des actions de premier plan, limitées dans le temps.
Socle
2. Repérer les 5 Sur une feuille à part, transposez ce texte dans le passé en utilisant l’imparfait et le passé
informations simple. Soulignez les verbes au passé simple. Quelles informations donnent-ils ?
d’un texte
Jamal gare la voiture sur la place de l’Indépendance. Nous entrons dans notre café, celui
où l’on vient tous les jours. Fayçal nous fait des signes de la tête. Il joue aux dés avec son
oncle. Nous saluons les visages que nous connaissons, puis nous asseyons. Nous restons
dans la pénombre du café. […] Je regarde mon frère qui contemple les orangers, les fouil-
lis des voitures et la foule des passants.
Laurent Gaudé, Eldorado, © Actes Sud, 2006.

Les passés simples permettent de reconstituer la chronologie des actions.


exo
B revet
6 Nous étions debout tous les trois, le cœur battant, lorsque la porte des greniers qui donnait
sur l’escalier de la cuisine s’ouvrit ; quelqu’un descendit les marches, traversa la cuisine,
et se présenta dans l’entrée obscure de la salle à manger.
Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, © Fayard, 1913.

a. Quel est le temps des verbes en gras ? Ils sont au passé simple.

b. Expliquez l’emploi de ce temps. Le passé simple est employé pour raconter des actions
passées de premier plan et limitées dans le temps.
91
© Nathan 2014 – Photocopie non autorisée.