Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre III Gisement solaire Algérien

Chapitre III

Gisement solaire Algérien.


III.1. Rayonnement solaire
Le rayonnement arrivant au sol dépond de la réflectance de la surface terrestre et des effets de
l’atmosphère qui interviennent dans le double trajet (soleil-terre et terre satellites) que fait le
rayonnement à travers l’atmosphère. Pour connaitre l’énergie reçue à un site donné il est nécessaire de
repérer ce site sur la surface terrestre, de connaitre la position et la trajectoire du soleil dans la voute
céleste et les mouvements de la terre autour du soleil.

III.1.1. Spectre électromagnétique de l’énergie solaire


Le rayonnement électromagnétique est composé de grains de lumière appelés photons.
L’énergie de chaque photon est directement liée à la longueur d’onde λ, elle est exprimée par la
relation suivante :
E = h · C/ λ
Avec :
h : C’est la constante de Planck qui vaut 6.62.10-34(J/s).
C : Célérité de la lumière dans le vide. Elle vaut 3.108 (m/s).
λ: Longueur d'onde (m).
La répartition énergétique des différentes longueurs d'ondes du rayonnement
électromagnétique du Soleil est appelé spectre solaire, représenté dans la Figure (III.1) :

Figure III.7. Spectre électromagnétique de l’énergie solaire.

1
Chapitre III Gisement solaire Algérien

La distribution du spectre en énergie est répartie comme suit :


 Ultraviolet (U.V) : 0.20 < l < 0.38 mm qui représente 6.4% du spectre.
 Visible : 0.38 < l < 0.78 mm qui représente 48.0% du spectre.
 Infrarouge (I.R) : 0.78 < l < 10 mm qui représente 45.6% du spectre.

Les panneaux solaires doivent donc être compatibles avec ces longueurs d’ondes pour pouvoir piéger
les photons et les restitués sous forme d’électrons. Le tableau II.1 donne les valeurs énergétiques
caractéristiques des photons pour diverses longueurs d’ondes et les zones correspondantes au spectre
lumineux.
λ (µm) Energie du photon( eV) Zone
0.2 6.2 Ultraviolet
0.4 3.1 Visible bleu
0.5 2.48 Visible jaune vert
0.78 1.59 Visible rouge
1 1.24 Infrarouge
2 0.62 Infrarouge
4 0.31 Infrarouge

Figure III.1. Valeurs énergétiques des photons issus du spectre solaire.

Pour que le rayonnement solaire produise un courant électrique dans un matériau donné, il faut
que les photons soient tout d’abord absorbés par un ou plusieurs matériaux sensibles à la longueur
d’onde des photons. Puis, l’énergie des photons excite des électrons, qui sont ensuite collectés afin de
constituer un courant électrique global.

III.1.2. Rayonnement solaire hors atmosphère (Constante solaire )


La constante solaire est la densité d’énergie solaire qui atteint la frontière externe de l’atmosphère
faisant face au Soleil. Sa valeur est communément prise égale à 1 367 W/m2 (bien qu’elle varie de
quelques % dans l’année à cause des légères variations de la distance Terre-Soleil).

III.1.3. Rayonnement solaire au sol


C’est l'énergie reçue pendant une certaine durée. On distingue plusieurs composantes qui sont
principalement le rayonnement direct (S), le rayonnement diffus (D), le rayonnement global (G) et
l’albédo (Figure III.2) :

2
Chapitre III Gisement solaire Algérien

A. Le rayonnement direct (S)


Ce sont les rayons UV du Soleil. C'est ce type de rayonnement qui est utilisé dans les systèmes
à concentration (four solaire, centrales solaires thermodynamique et photovoltaïque).

Figure III.2. Les trois formes du rayonnement solaire.


B. Le rayonnement diffus (D)
Ce sont des rayons qui proviennent de l'atmosphère, qu'il fasse beau ou pas. Des rayons
lumineux issus du Soleil traversent les nuages et se diffusent sur toute la surface de la Terre. Il
contribue à l'éclairement mais ne peut pas être concentré (à l'inverse du rayonnement direct).
C. Le rayonnement global (G)
C'est la somme du rayonnement direct et diffus. C'est celui-ci qui est utilisé pour faire
fonctionner les panneaux solaires thermiques et photovoltaïques (systèmes sans concentration).
𝐆=𝐃+𝐒

D. L’albédo :
En réalité la terre n'est pas un corps noir, une partie du rayonnement solaire incident est
réfléchie par l'atmosphère (principalement par les nuages) et par le sol terrestre. Cette quantité est
appelée le flux d'albédo. On définit généralement l'albédo comme étant le rapport de l'énergie solaire
réfléchie par une surface sur l'énergie solaire incidente.
Le tableau (II.2) regroupe les valeurs d’albédos pour différentes surfaces :

3
Chapitre III Gisement solaire Algérien

Type de surface Albédo


Surface de lac 0,02 à 0,04
Forêt tropicale 0,12
Herbe verte 0,25
Sable léger et sec 0,25 à 0,45
Sol sombre 0,05 à 0,15
Glace 0,30 à 0,40
Mer chaude 0,05
Mer froide 0,15
Neige tassée 0,60
Neige fraîche 0,85
Nuage 0,86
Verre à vitres 0.10
Tableau II.2. Albédo pour différentes surfaces.

II.2.6.4. Nombre de masse d'air (Air Mass AM en anglais)

On appelle m (masse atmosphérique), ou Air Mass, cette distance calculée en multiples de la


distance parcourue si le soleil était à la verticale du lieu. Sur notre figure III.3, m = 1 si le Soleil entre
dans l’atmosphère au point A, et m = 2 s’il y entre en M, donc :
m = 1/sin(h)

Figure III.3. Nombre de masse d'air AMy

Les scientifiques ont donné un nom au spectre standard de la lumière du soleil sur la surface
de la terre : AM1.5. Le nombre "1.5" indique que le parcours de la lumière dans l'atmosphère est 1.5
fois supérieur au parcours le plus court du soleil, c'est-à-dire lorsqu’il est au zénith (correspondant à
une inclinaison du soleil de 45° par rapport au zénith.
Normalisation
Les conditions standard de qualification des modules photovoltaïques sont:
 Un spectre AM1.5.

4
Chapitre III Gisement solaire Algérien

 Un éclairement de 1000W/m².
 Une température de 25°C.
Les constructeurs de panneaux solaires spécifient les performances de leur matériel dans les
conditions normalisées citées ci-dessus (STC : Standard Test Conditions).

III.2. Évaluation de l'énergie solaire en Algérie


L’Algérie possède un gisement solaire parmi les plus élevé dans le monde, la durée moyenne
d’ensoleillement dans le Sahara algérien est de 3500 heures, ce potentiel peut constituer un facteur
important de développement durable dans cette région, s’il est exploité de manière économique, le
tableau suivant indique le taux d’ensoleillement pour chaque région de l’Algérie De par sa situation
géographique, l’Algérie dispose d’un des gisements solaires les plus importants du monde.
La durée d’insolation sur la quasi-totalité du territoire national dépasse les 2000 heures
annuellement et atteint les 3900 heures (Hauts plateaux et Sahara).
L’énergie reçue quotidiennement sur une surface horizontale de 1 m2 est de l’ordre de 5KWh sur
la majeure partie du territoire national.
Soit près de 1700 KWh/m2/an au Nord et 2263 KWh/m2/an au sud du pays.

Régions Régions Hauts Sahara


côtières plateaux
Superficie 4% 10% 86%
Durée moyenne d’ensoleillement
(Heures/an) 2650 3000 3500
Énergie moyenne reçue
(KWh/m2/an) 1700 1900 2650
Tableau II.3. Ensoleillement reçu annuellement en Algérie par région climatique.

La figure suivante montre la moyenne annuelle de l’irradiation globale reçue sur une surface
inclinée, période 1992-2002, ce qui indique l’importance l’utilité, et la justesse de l’énergie solaire
en Algérie.

5
Chapitre III Gisement solaire Algérien

Figure III.4. Irradiation solaire globale reçue sur un plan incliné à la latitude du lieu.

Le diagramme ci-dessous ( figure. III.5) représente la trajectoire du soleil par rapport à Ville de Bordj
Bou Arreridj. L’hauteur du soleil est maximale au 22 juin et elle est minimale au 22 décembre où la
variation de la hauteur en fonction de l’azimut est nulle.

6
Chapitre III Gisement solaire Algérien

Figure III.5. Trajectoire du soleil par rapport à Bordj Bou Arreridj

Le diagramme de la figure. III.6. illustre la durée de l’ensoleillement mensuelle. Les valeurs


varient a partie de 5 h au janvier (minimal) à 11 h au juillet (maximal). La valeur moyenne
d’ensoleillement est égale à 7h/jour.

Fig. I.6. Diagramme de durée d'insolation de l’année 2012 d’un site à BBA.