Vous êtes sur la page 1sur 5

Les sociétés régies par la Loi no.

31/1990 republiée

Les sociétés régies par la Loi no. 31/1990 republiée représentent la plus
importante catégorie des personnes morales - professionnels qui participent aux
rapports juridiques du droit privés.
Comme définition, la société régie par la Loi no. 31/1990 republiée
représente un groupement des personnes, constituée par un contrat de société et
qui a de la personnalité juridique, dans laquelle les associés conviennent de
mettre en commun certains biens pour accomplir des activités de production,
commerce ou prestation des services en vue d’obtenir et de se partager les
bénéfices.

Les formes juridiques de la société régies par la Loi no. 31/1990 republiée

Conformément aux dispositions de la Loi no. 31/1990 republiée, la société


doit être constituée dans une des formes juridiques suivantes : la société en
nom collectif, la société en commandite simple, la société par actions, la
société en commandite par actions, la société à responsabilité limitée. Par
conséquent, ce n’est pas possible de constituer une société dans une forme
juridique autre que celles qui sont prévues par la Loi no. 31/1990 republiée.
Pourtant, en principe les personnes qui veulent constituer une société sont
libres de choisir parmi les formes de société prévues par la loi. Uniquement d’une
manière exceptionnelle, en vue de protéger des intérêts généraux, dans certains
domaines d’activité la loi impose une forme particulière de société (par exemple,
dans le domaine banquier, les sociétés peuvent se constituer uniquement dans la
forme juridique de société par actions).
De toute façon, la forme juridique de société choisie par les associés doit
être mentionnée dans l’acte constitutif de la société en question. De même, après
avoir choisi la forme juridique pour leur société, les associés sont obligés de
respecter toutes les dispositions légales qui réglementent la forme de société en
question, en ce qui concerne sa constitution et son fonctionnement.
Les différences entre ces formes juridiques visent principalement
l’étendue de la responsabilité des associés ou actionnaires envers les tiers
pour les dettes de la société.
Ainsi, concernant la société en nom collectif, ses obligations sont garanties
avec son patrimoine et la responsabilité illimitée et solidaire de tous ses associés.
Par responsabilité illimitée on comprend le fait que, malgré son apport au capital
social de la société, chaque associé répond des dettes de la société avec son
propre patrimoine. Par responsabilité solidaire on comprend le fait que, malgré
son apport au capital social de la société, tout associé peut être obligé de payer le
montant entier d’une dette de la société.
La société en commandite simple a deux catégories des associés :
associés commandités et associés commanditaires. Les obligations de la société
sont garanties avec son patrimoine et la responsabilité illimitée et solidaire des
associés commandités. Les associés commanditaires répondent des dettes de la
société dans la limite de leurs apports au capital social.
La société par actions a le capital social divisé en actions et ses
obligations sont garanties avec son patrimoine. Les actionnaires répondent des
dettes de la société dans la limite de leurs apports au capital social.
La société en commandite par actions a le capital social divisé en actions
et deux catégories des associés : associés commandités et associés
commanditaires. Les obligations de la société sont garanties avec son patrimoine
et la responsabilité illimitée et solidaire des associés commandités. Les associés
commanditaires répondent des dettes de la société dans la limite de leurs apports
au capital social.
Concernant la société à responsabilité limitée, ses obligations sont
garanties avec son patrimoine. Les associés répondent des dettes de la société
dans la limite de leurs apports au capital social.

La classification des sociétés régies par la Loi no. 31/1990 republiée

Les sociétés régies par la Loi no. 31/1990 republiée peuvent être classifiées
selon plusieurs critères.
1. Le plus important est le critère de leur nature et de la prévalence de
l’élément personnel ou de l’élément matériel. Conformément à ce critère, les
sociétés régies par la Loi no. 31/1990 republiée sont divisées en deux catégories :
- des sociétés des personnes ;
- des sociétés des capitaux.
Ainsi, la société en nom collectif et la société en commandite simple
sont des sociétés des personnes. Elles sont constituées par un nombre limité des
personnes, ayant comme fondement la confiance réciproque entre ces personnes
et les qualités personnelles des associés (l’élément intuituu personae). Par
conséquent, dans ce cas l’élément personnel est le plus important.
Les sociétés des personnes ont les particularités suivantes :
a. un nombre réduit des associés ;
b. la responsabilité des associés pour les dettes de la société est illimitée et
solidaire. On peut mentionner pourtant une exception, relative aux associés
commanditaires de la société en commandite simple. Ainsi, ceux-ci répondent des
dettes sociales dans la limite des leurs apports au capital social.
c. le capital social est divisé en parts d’intérêts, qui ne sont pas de titres
négociables. Ils peuvent être transférés d’une manière exceptionnelle et dans des
conditions restrictives.
d. l’apport des associés à la constitution de la société peut être en argent, en
nature, mais aussi en industrie.
Par contre, la société par actions et la société en commandite par
actions sont des sociétés des capitaux. Elles sont constituées par un grand
nombre des personnes, sans prendre en considération les qualités personnelles de
ces personnes. L’élément fondamental est l’apport de l’actionnaire au capital
social de la société, c’est-à-dire l’élément matériel.
Les sociétés des capitaux ont les particularités suivantes :
a. un grand nombre des associés ;
b. la responsabilité des associés pour les dettes de la société est limitée à leurs
apports au capital social. Pourtant, on peut mentionner une exception, qui vise les
associés commandités dans la société en commandite par actions. Ceux-ci ont une
responsabilité illimitée et solidaire des dettes sociales.
c. le capital social est divisé en actions, qui sont des titres négociables et peuvent
être transférées librement.
d. l’apport en industrie n’est pas permis, parce que l’élément personnel n’a pas de
relevance en cas des sociétés des capitaux. Par conséquent, l’apport des associés à
la constitution de la société ne peut être que l’apport en argent ou en nature.
En ce qui concerne la société à responsabilité limitée, elle ne peut pas
être incluse dans une de ces deux catégories, parce qu’elle a des
caractéristiques appartenant à chaque catégorie. Ainsi, la constitution d’une
société à responsabilité limitée prend en considération la confiance et les qualités
personnelles des associés, qui sont en nombre limité, c’est-à-dire au plus 50
associés. Cette caractéristique est commune aux sociétés des personnes. En même
temps, la responsabilité des associés est limitée aux apports au capital social, ce
qui est une caractéristique des sociétés des capitaux.

Les avantages et les désavantages des sociétés des personnes

Les avantages des sociétés des personnes sont les suivants :


- Les apports des associés à la constitution de la société peuvent être des apports
en argent, en nature, en créances ou en industrie ;
- La loi n’impose pas une limite minime du capital social pour la constitution de
la société ;
- Le contrôle de la gestion de la société est réalisé par les associés et la loi
n’impose pas la nomination des censeurs.
Pourtant, les sociétés des personnes présentent aussi les désavantages
suivants :
- La responsabilité des associés pour les obligations de la société est illimitée et
solidaire ;
- Les parts d’intérêt ne sont pas négociables et, en principe, elles ne peuvent pas
être transférées librement
- Les tierces personnes ne peuvent pas devenir des associés de la société, à défaut
de disposition contraire dans l’acte constitutif de la société.

Les avantages et les désavantages des sociétés des capitaux

Les sociétés des capitaux ont les avantages suivants :


- La responsabilité des associés pour les dettes sociales est limitée à la valeur des
apports au capital social de la société, c’est-à-dire à la valeur des actions
suscrites;
- Les actions sont des titres négociables et peuvent être transmises librement.
Pourtant, le désavantage principal des sociétés des capitaux est
représenté par le fait que la loi impose une limite minime du capital social pour la
constitution de la société qui a une valeur assez élevée, c’est-à-dire 25.000 euro
ou 90.000 lei.

Les avantages et les désavantages de la société à responsabilité limitée

Les avantages de la société à responsabilité limitée sont les suivants:


- La responsabilité des associés pour les dettes sociales est limitée à la valeur des
apports au capital social de la société;
- Le contrôle de la gestion de la société est réalisé normalement par les associés.
Ainsi, la loi n’impose pas la nomination des censeurs, à l’exception des sociétés à
responsabilité limitée ayant plus de 15 associés, qui sont obligées de designer au
moins un censeur.
- La loi impose une limite minime du capital social d’une valeur assez réduite,
c’est-à-dire 200 lei.
La société à responsabilité limitée présente aussi les désavantages
suivants :
- Les parts sociaux peuvent être transmis uniquement dans des conditions
restrictives. Ainsi, les parts sociaux peuvent être transmis vers des tiers (c’est-à-
dire des personnes en dehors de la société) uniquement si le transfert est approuvé
par les associés qui représentent trois quarts du capital social de la société ;
- L’apport des associés au capital social peut être uniquement en argent et en
nature. L’apport en créances ou en industrie n’est pas permis ;
- Les relations entre les associés ont comme fondement la confiance réciproque.
Par conséquent, la prise de décisions peut devenir difficile.

2. le critère du nombre des associés.


Selon ce critère, les sociétés régies par la Loi no. 31/1990 republiée sont
classifiées en deux catégories :
- sociétés unipersonnelles, avec un seul associé, comme la société unipersonnelle
à responsabilité limitée. Il faut noter qu’en droit roumain, la société
unipersonnelle est reconnue uniquement sous la forme juridique de société à
responsabilité limitée;
- sociétés à plusieurs associés, c’est-à-dire toutes les autres formes juridiques de
sociétés régies par la Loi no. 31/1990 republiée.

La société unipersonnelle à responsabilité limitée

La législation roumaine reconnait la société unipersonnelle, mais


uniquement sous la forme juridique de société à responsabilité limitée.
Le seul associé peut être une personne physique ou une personne morale.
Le seul associé de la société unipersonnelle à responsabilité limitée exerce
les pouvoirs de l’Assemblée Générale qui existe dans le cadre des sociétés ayant
deux ou plusieurs associés. De plus, le seul associé peut être aussi
l’administrateur de la société.