Vous êtes sur la page 1sur 155

Partie 2:

La fibre Optique
Mourad Menif
Professeur

Septembre 2020
École Supérieure des Communications
2083 El Ghazala Ariana, Tunisie
Sommaire
1. Introduction
2. Physique de la lumière
• Optique géométrique: (indice de réfraction, réflexion totale interne, …)
• Optique des guides d’ondes: (Propagation, modes, , …)
3. Propriétés de la fibre optique
• Pertes dans la fibre: (Absorption, diffusion, effet de courbure, …)
• Dispersion dans la fibre: (intermodal, chromatique, modale de polarisation)
• Connexion et raccordement: (défaut de connexion, épissure, connecteurs, …)
• Mesures des paramètres: (atténuation, profil d’indice, bande passante, …)
4. Les standards de la fibre optique (G.651, …. G.657)

Mourad Menif Page 126


Lien optique
L’implantation d’un réseau optique requière une variété de composants passifs et actifs pour
générer, combiner, distribuer, isoler et amplifier les signaux de différentes longueurs d’onde.
Émetteur Récepteur

Réseau tout
l1 Rx
3. Composants pour réseau WDM

Tx l1 optique

l2 l2 Rx
Tx
OADM EDFA
l3 l1,2,3,4 l3 Rx
Tx

Tx Adap l4 l1 l1 Amplificateur l4 Adap Rx


Rx Tx optique

Multiplexeur ADM Demultiplexeur


optique Optique optique
OADM : multiplexeur à insertion -extraction
permetPage
l’ajout
127et la soustraction d’une ou
Transpondeur
Mourad Menif plusieurs longueurs d’ondes
La fibre optique
 La fibre optique est un guide d’onde électromagnétique, qui est dans ce cas la lumière,
 C’est un guide à symétrie circulaire

Cœur
Gaine
Enveloppe de protection
2.1 Structure de la fibre optique

 Ce guide est constitué de deux ou plusieurs couches de matériaux diélectriques


transparents (verre ou plastique) d'indices de réfraction différents assurant le
confinement de la lumière au voisinage du centre.
 La partie centrale d’une fibre est le cœur d’indice nco, elle est entourée par la gaine
constituée du même matériau mais d’indice ngo légèrement inférieur. Pour la plupart
des systèmes de communications, la fibre (cœur et gaine) est en verre très pur, la silice
(SiO2). L’indice des deux éléments est contrôlé en ajoutant des petites quantités de
germanium (Ge) comme co-dopant pour augmenter l’indice au niveau du cœur.

Mourad Menif Page 128


Type de fibre optique
2.1 Structure de la fibre optique

SMF: Single Mode Fiber

MMF: Multi Mode Fiber

POF : Plastic Optical Fiber (diamètre 1 mm)

PCS/HCS: Plastic / Hard clad silica, (gaine


plastique et Coeur en verre) (Coeur de 200 mm)
et couche mince en plastique

Mourad Menif Page 129


Guide d’onde circulaire
Fibre multimode

n2
=1%

62.5 mm
125 mm
n1

2a=50-100mm
2.2. Optique des guides d’onde

n1 coeur
n2

Indice de n2 gaine
réfraction
n11.444 (silice)
n : silice+Ge+P
n : silice+F
Mourad Menif Page 130
Guide d’onde circulaire
Fibre monomode n11.444 (silice)
n : silice+Ge+P
n : silice+F
n2
2.2. Optique des guides d’onde

=0.2%

125 mm
2a=4-10mm

8 mm
n1

n1 coeur
n2 gaine
n2

Indice de
réfraction

Mourad Menif Page 131


Profil d’indice
 Il y a principalement deux types n(r)
fondamentaux de fibre optique utilisés 
Gaine
n1
dans les systèmes de Coeur
r
communications suivant le type du 

profil d’indice: saut d’indice (SI) et =1
a

gradient d’indice (GI). D’autres


structures plus compliquées existent et n2
2.1 Structure de la fibre optique

elles sont des variations de ces deux


géométries.
◼ La fibre à saut d’indice admet une 0
structure cylindrique ou l’indice du 0 a r

cœur n1 est constant entouré par une


gaine ayant un indice constant n2 et
plus faible que celui du cœur.  
n1 1 − 2  
La fibre à gradient d’indice a un indice r

0r a
de cœur qui varie dans la direction n(r ) =  a
transverse n(r) d’un maximum au
centre du cœur jusqu’à un minimum à 
 n2 ra
l’interface entre le cœur et la gaine.

Mourad Menif Page 132


Optique géométrique
 Lorsque les dimensions du guide d’onde sont plus grandes que celle des longueurs
d’onde l utilisées, alors l’optique géométrique est capable de décrire la propagation
de la lumière. Les rayons se propagent par réflexion et réfraction.
1  1 1 1 

n1 n1 n1

n n n
2.2 Paramètres caractéristiques

=


(a) (b) (c) (d)

 Au niveau d’un contour réflectif, l’angle d’incidence 1 est égal à l’angle de réflexion
2 lorsque les deux angles sont mesurés à partir de la normale à la surface,
 L’angle d’un rayon croisant une interface séparant deux milieux diélectriques est
défini par la loi de Snell (ou Descartes):
n1 sin (1 ) = n2 sin (2 )
 L’onde lumineuse incidente à une surface planaire avec un angle d’incidence 1
quitte la surface de l’interface pour le deuxième milieu avec un angle 2.
Mourad Menif Page 133
Angle critique
1  1 1 1 

n1 n1 n1

n n n
=


(a) (b) (c) (d)
2.2 Paramètres caractéristiques

 Si l’indice n1 est plus grand que n2 et 1 satisfait la condition


n1
sin (1 )  1
alors l’angle 2n’existe pas. Lan2lumière ne peut pas traverser la limite vers le milieu 2,
elle est réfléchie vers le milieu 1. L’angle critique est l’angle C tel que :
n2
sin (c ) =
n1
 Toute onde lumineuse incidente avec un angle plus grand que l’angle critique C sera
entièrement réfléchie intérieurement. La réflexion totale interne (TIR) forme la base
des guides de rayon optique.

Mourad Menif Page 134


Ouverture numérique
Rayon non-guidé n

 1 c Rayon guidé n1
n
 L’ouverture numérique est définie comme étant l’angle d’acceptation maximale de la
lumière vers l’intérieur de la fibre et il est aussi définie aussi comme étant l’angle
2.2 Paramètres caractéristiques

maximale d’un rayon qui peut sortir de la fibre.


 L’ouverture numérique est régit par:

ON = sin ( ) = n12 − n22


 Pour les communications optiques, l’étendue des valeurs de ON est de 0.1 pour les
fibres à saut d’indice admettant une section faible; et jusqu’à 0.3 pour les fibres multi-
modes à gradient d’indice.

ON  n1 2
Mourad Menif Page 136
Exemple

 L’indice du cœur n1 est 1.46 et celui de la gaine n2 est 1.44. Déterminer la


condition permettant de confiner la lumière à l’intérieur du cœur?
 Calculer l’ouverture numérique de cette fibre.

Mourad Menif Page 137


Dispersion d’un pulse
rayon rayon
rayon rapide
lent rapide
n

Deux rayons c n1
(deux angles)  n  1
Un pulse unique
dans le temps
rayon lent
2.3. Optique géométrique

 En général, les différentes formes spatiales ou modes de la fibre se propagent


à différentes vitesses à l’intérieur de la fibre. Un signal d’entrée constitué de
plusieurs modes sera élargi tout au long de sa propagation.
 L’élargissement d’un pulse surgit aussi dans l’optique géométrique car
quelque rayons prennent plus de temps pour se propager à travers une fibre
de longueur L due aux différents angles de lancement.

Mourad Menif Page 138


Dispersion d’un pulse
 Cas de la fibre à saut d’indice  =  2 − 1
Ln1 Ln1 Ln1  1 
= − =  − 1
c0 sin ( c ) c0 c0  sin ( c ) 
Ln1  n1 − n2 
=  
c0  n2 
2.3. Optique géométrique

Ln1
 
 Cas de la fibre à gradient d’indice c0

Ln0  2
 =  2 − 1 =
c 2

Mourad Menif Page 139


Dispersion d’un pulse
 fibre à gradient d’indice
◼ L’indice du cœur varie d’un maximum au niveau du centre vers un
minimum à l’interface cœur/gaine,
◼ Le choix du profil permet aux rayons d’arriver ensemble à l’extrémité
et ainsi réduire la dispersion des pulses.
2.3. Optique géométrique

1/

Mourad Menif Page 140


Limites du modèle des rayons
 Le modèle des rayons est approximatif et ne prend pas en
compte un certain nombre de phénomènes :
◼ il ne montre pas l’existence des modes de propagation en nombre fini,
◼ il n’indique pas l’existence de la propagation dans la gaine,
◼ il ne donne pas d’indications sur la polarisation de la lumière dans la
fibre,
2.3. Optique géométrique

◼ il ne convient pas à la description de la fibre monomode,


◼ il ne permet pas de calculer la dispersion d’une fibre monomode,
◼ il ne donne pas d’indications relatives au comportement en fonction de
la longueur d’onde l du rayonnement lumineux et notamment la
longueur d’onde de coupure de la fibre lc.

Mourad Menif Page 141


Optique des guides d’onde
 Le modèle des rayons est valide lorsque la longueur d’onde l de la lumière est très
petite comparée aux structures du guide optique. Toutefois, plusieurs composants
optiques ont des dimensions qui sont de l’ordre de la longueur d’onde du signal. Ce
qui nous mène à utiliser la théorie ondulatoire (ou l’optique des guides d’onde) qui
traite les équations de Maxwell avec les conditions aux limites. Elle conduit à la
notion de mode, valable pour toute dimension de cœur.
2.4. Optique des guides d’onde

 Les modes de propagation constituent les distributions permises du champ


électromagnétique dans le guide d’onde. Pour les déterminer, on utilise les équations
de Maxwell, en tenant compte de la structure du guide : profil d’indice, rayon du
cœur, diamètre de la gaine, longueur d’onde de travail et l’ouverture numérique.

 Les équations ne peuvent pas être résolues exactement, mais des approximations
décrivent assez bien le comportement.

Mourad Menif Page 142


Guide d’onde circulaire
2 
t E ( x, y ) + (ko2 n 2 −  ) E ( x, y ) = 0
2
2  2  2 2
t H ( x, y ) + (ko2 n 2 −  ) H ( x, y ) = 0 où :  t2 = +
x 2
y 2
Ez (ou H z ) →  z
• En coordonnées cylindriques:
2 1  1 2
2.2. Optique des guides d’onde

t2
= 2+ + 2 2
r r r r 
 2 z 1  z 1  2 z
+ + + K 2
z = 0
r 2
r r r  2 2

Choix de coor. cyl.  Géom. de la fibre



(SÉPARATIO N DE VARIABLES)
Posons :  z = F (r )( )
Mourad Menif Page 143
Guide d’onde circulaire
r 2  d 2 F (r ) 1 dF (r )  1 d 2

 +  + K 2 2
r = − = − v 2
F (r )  dr 2 r dr   d 2 
     cte
(r ) ( )  z

 CJ v ( pr ) r  a
Ez ( r ,  , z ) = e − j z
( Ae jv − jv
)  DK ( qr ) r  a r
2.2. Optique des guides d’onde

+ Be
 v
structure invariante dans la direction z

Mourad Menif Page 144


Guide d’onde circulaire
Le signe de la quantité k02ni −  détermine le caractère progressif (terme positif)
2 2

ou évanescent (terme négatif) d’une onde.
 Dépendant du paramètre , différentes catégories de modes sont obtenues.
◼ =0, TE et TM
◼ 1, modes hybrides EH et HE.
2.2. Optique des guides d’onde




Page 145
Mourad Menif
k 2 2
o n2   2  ko2 n12 
Modes LP
 Les familles de mode des fibres optiques sont: TE, TM et les modes hybrides
EH et HE.
 Dans l’approximation des fibres à faible guidage (Weakly guiding) (n1n2),
un certain nombre de ces modes ont la même constante de propagation et
l’orientation du vecteur champ électrique est pratiquement la même comme
2.2. Optique des guides d’onde

dans un milieu homogène. Ce qui nous permet d’avoir E z  0 .


 Cette approximation est appelée mode linéairement polarisée (linearly
polarized) ou modes LP.
 Pour trouver la constante de propagation des modes LPlm, l’équation
caractéristique transcendantal est:
J 1 ( pa ) K 1 ( qa )
pa =  qa
J ( pa ) K ( qa )
Mourad Menif Page 147
Modes LP
 Les indices des modes l et m décrivent l’intensité du champ électrique. Il y a
2l maximum autour de la circonférence du cœur et m maximum tout au long
de la direction radiale.

• 2 x 4 maximum tout au
2.2. Optique des guides d’onde

long de la circonférence;
• 1 maximum dans la
LP41 coeur
direction radiale.

Profil d’intensité du champ électrique LP41


Mourad Menif Page 148
2.2. Optique des guides d’onde

Mourad Menif
Modes LP

Page 149
Relation de dispersion normalisée
 Une fois que les solutions pour
 et  sont déterminées, la
forme fonctionnelle de ()
peut être résolu,
 Cette forme fonctionnelle
dépend de la géométrie du
guide d’onde et des indices de
2.2. Optique des guides d’onde

réfraction du cœur et de la
gaine.
 Il est plus simple à déterminer
la forme normalisée pour la
relation de dispersion qui peut
être appliquée à n’importe quel
structure arbitraire. Pour cela,
on définie la constante de
propagation normalisée b en
fonction de la fréquence
normalisée V :
 k0 − n2
2 2 2
2 a
b= V=
l
(n
2
1 − n22 )
n12 − n22 Page 150
Mourad Menif
Paramètres de la fibre optique
 Différence d’indice relative n12 − n12 n1 − n2
= 2

2n1 n1

 Ouverture numérique ON = n12 − n22  n1 2


2.2. Optique des guides d’onde

2 a
 Fréquence normalisée
V=
l
( 1 2)
n 2
− n 2

 Constante de propagation normalisé b =  2 k02 − n22


n12 − n22
Mourad Menif Page 151
Propagation guidée : Approche
électromagnétique
Equation de propagation 2E + n2 ( ) ko2E = 0
Relation de dispersion normalisée
Solutions : modes TE, TM, EH, HE
ou aussi le modes LP
2 a
V=
l
(n2
1 − n22 ) (fréquence normalisée)
2.4. Optique des guides d’onde

 2 k02 − n22 (constante de propagation


b=
n12 − n22 normalisée)

Propagation monomode : mode fondamental LP01

Dimensions du guide imposées pour maintenir propagation monomode


Domaine spectral 1.2 – 1.7 µm coeur = 9 µm, n = 5 10-3
Mourad Menif
Propagation monomode
Propagation monomode : mode fondamental HE11
Dimensions du guide imposées pour maintenir propagation monomode
Domaine spectral 1.2 – 1.7 µm coeur = 9 µm, n = 5 10-3
 
 
E(r,z,t) = F(r) A(z,t) exp i  z − 0 t 
 propagation 
2.2 Paramètres caractéristiques

Répartition Enveloppe déphasage de


mod ale complexe  
F(r) Répartition modale
(  )
avec 
2
Approximation gaussienne : F(r) exp − r 2 a
0.65 + 1.619V −2 3 + 2.879V −6

Facteur de confinement en puissance : G 1 − exp − 2a ( 2

2 ) soit G ~75% pour V = 2


A(z,t) modulation du champ optique

 constante de propagation
 d n
() =  o +  1 ( −  o ) + 2 ( −  o ) + ....
2
avec  n =
2 d =
    o

d 1 v  d 1 v 
1  g 1  g
1 = 1 v et  2 = soit D=
g c d c dl

Mourad Menif Page 153


Fréquence de coupure
multimode lc monomode l

V
2.405 2.0
2.2. Optique des guides d’onde

 Régime monomode (i.e. LP01 seulement!)


[ 0 < V < 2.405 ]

lc=2  a ON / 2,405

Mourad Menif Page 154


Fréquence de coupure
1.0
0.8
J0 Mode Modes dégénérés Vc
0.6 J1 LP
J2
0.4 LP01 HE11 0
0.2
LP11 TE01, TM01, HE21 2,405
0.0
-0.2 0 1 2 3 4 5 6 7 LP21 EH11, HE31 3,832
2.2. Optique des guides d’onde

-0.4
LP02 HE12 3,832
0 2.405... 3.83... 5.13... V
LP31 EH21, HE41 5,136
LP12 TE02, TM02, HE22 5,520
LP31(4)
LP02(2) LP41 EH31, HE51 6,380
LP21(4)
LP11(4) LP22 EH12, HE32 7,016
LP01(2)
… … …
 lc réfère à la coupure du mode LP11 (non pas LP01)
 Le mode LP01 est “toujours” guidé.Page 155
Mourad Menif
Formules approchées
 L’équation caractéristique peut être approchée avec un bon degré de
confiance par :
où : u = mième zéro de Jl (u) (Limite supérieure pour LPlm)
V  u2 u4 
u = u 1 − − − ...
V + 1  6(V + 1)3 20(V + 1)5 
2.2. Optique des guides d’onde

 La distribution radiale du mode fondamental s’apparente à une


gaussienne lorsqu’on est proche de la coupure:
2
 r 
Et  Eo exp  −  où : wo = taille du faisceau
 wo 
 w0 est défini par la valeur qui maximise l’efficacité d’injection en
fonction de V:
 1.619 2.879 
wo = a  0.65 + + 
 V 3 2 6
V 
 La section efficace du spot est alors donnée par: Aeff =  wo2
Mourad Menif Page 156
Puissance transportée par un mode
 Fraction de la puissance dans le cœur:
a

 r E dr
2

Pcoeur  2 a 2

= 0
= 1 − exp  − 2 
 0 

Ptotal

2
r E dr
2.2. Optique des guides d’onde

Exemple: Une fibre dont V = 2.2 @ 600nm (i.e.lc  550nm)


Pcoeur
  75%
Ptot
V 1 (@ 1.3mm)
Pcoeur
  20% (Mode sensible aux pertes)
Ptot
Mourad Menif Page 157
Exemple
 Une fibre ayant les indices ncoeur = 1.47 et ngaine = 1.46.
 Le rayon du cœur est de 4 µm.
 Déterminer les paramètres suivants :
◼ ouverture numérique,
◼ la longueur d’onde de coupure pour un fonctionnement monomode.

Mourad Menif Page 158


Exemple

Mourad Menif Page 159


Propriétés de la fibre: Matériaux
 Pour être apte à fabriquer des fibres, un matériau doit:
◼ Être (un diélectrique) transparent dans Vis. + IR;
◼ Être “fibrable” tout en conservant ses propriétés mécaniques et optiques;
◼ Offrir la possibilité de varier son indice (par dopage);
◼ Avoir un faible taux de cristallisation (viscosité élevée).
➢ Certains verres et certains plastiques possèdent ces propriétés.
 Verre:
◼ De loin les plus répandus en optique (en général).
2.3 Matériaux & fabrication

◼ Les fibres de verre sont fabriquées par la fusion de la silice (qui a l’indice de réfraction de 1.458 à 820
nm) avec d’autres dopants pour produire des matériaux ayant des indices de réfractions légèrement
différents pour former le cœur et la gaine. Parmi ces dopants, on cite GeO2, P2O5, B2O3 ou le fluor.
 Plastique:
◼ Transmission limitée dans la zone infrarouge
◼ Atténuation typique de 20 dB/km
◼ Différents types:
 PMMA (Polymethylmethacrylate) (n = 1.5)
 Polycarbonates
 Polystyrène (n = 1.6)

Mourad Menif Page 160


Propriétés de la fibre: Fabrications
 La fibre optique est fabriquée en deux étapes. Au début, on réalise une préforme qui
est un tube ou un barreau de diamètre 10 à 25 mm et de longueur de 60 à 120 cm. La
deuxième étape n’est autre que l’étirage (ou fibrage) de cette préforme pour la
transformer en fibre de plusieurs kilomètres.
 Dépendant du verre considéré, les méthodes de production de la préforme ne sont
pas les mêmes:
◼ silice → méthodes “gazeuses”
 Procédé OVPO
2.3 Matériaux & fabrication

◼ C’est le procédé Outside Vapor Phase Oxidation. Il a été développé par Corning en 1970.
Il est utilisé pour produire des fibres à saut d’indice.
◼ Dans une première étape, une couche de particule de SiO2 nommé suie est déposée autour
d’un mandrin. La suie adhère pour construire la préforme. Lorsque le processus de dépôt
est terminé, on enlève le mandrin et le tube poreux est vitrifié dans un milieu sec à
1400°C .
 Procédé MCVD
◼ C’est le procédé Modified Chemical Vapor Deposition. Il est le plus utilisé, il a été
développé par Bell Labs en 1971 et il est largement adopté pour produire les fibres à
faible perte ayant un profil à gradient d’indice.
◼ On crée de la suie qui va se déposer à l’intérieur d’un tube en silice fondue. Comme les
particules de SiO2 sont déposées, elles seront vitrifiées à la chaleur d’un chalumeau
externe. Après le dépôt, le tube est progressivement refermé sur lui-même (rétreint) par
ramollissement à très haute température.
Mourad Menif Page 161
Propriétés de la fibre: Fabrications
 Préforme:
◼ L'accroissement d'indice du coeur de la fibre nécessaire pour qu'il y ait guidage de la
lumière est obtenu par un apport de dopants.
◼ La préforme est initialement constituée d'un barreau creux de silice pure dans lequel on
fait passer la source de dopants à l'état gazeux (GeCl4 par exemple).
◼ Le tube est maintenu en rotation pendant qu'une torche effectue un mouvement de
translation le long de celui-ci. Au passage de la torche, sous l'action de la chaleur, les
dopants se déposent en couches successives sur les parois du tube sous forme de suies.
2.3 Matériaux & fabrication

On réitère cette opération jusqu'à obtenir le nombre de couches voulues.


 Rétreint
◼ On augmente ensuite la température pour faire fondre la silice et refermer la préforme; il
s'agit du rétreint. La préforme est maintenant constituée.
 Tirage
◼ On réalise le tirage de la fibre en plaçant la préforme dans un four à induction qui fond la
silice. On fixe sur un tambour en rotation le filament de verre qui s'est étiré par
gravitation. On rajoute un revêtement en silicone qui assure une protection mécanique de
la fibre. La vitesse de rotation du tambour définit le diamètre de la fibre.

Mourad Menif Page 162


Câblage
 Tous les câbles optiques ont deux points communs :
◼ Structure élémentaire à 900 mm libre, semi-serrée, ou serrée
◼ Organisation par modules de 6 fibres
 Repérage par coloration uniforme au code FOTAG :
◼ Bleu (BE) 1 Bleu, 2 Orange,
◼ Orange (O) 3 Vert, 4 Marron,
◼ Vert (V) 5 Gris, 6 Blanc,
3. Propriétés de la fibre optique

◼ Marron (M) 7 Rouge, 8 Noir,


◼ Gris (G) 9 Jaune, 10 Violet,
◼ Blanc (Bc)
11 Rose, 12 Turquoise
 L’état de l’art repose sur l’utilisation de deux structures élémentaires permettant
de construire un câble optique :
◼ les micro-modules : tube souple dont le diamètre est de l’ordre de 1.3 mm,
◼ le tube libre (appelé loose-tube), plus rigide que le précédent, dont le diamètre est de 2
à 3 mm.
 Ces structures élémentaires sont protégées, armées, gainées selon les
environnements dans lesquels elles seront placées, et selon le type de mise en
œuvre choisi (tirage, soufflage, portage, pose en pleine terre…).

Mourad Menif Page 163


Câblage
3. Propriétés de la fibre optique

1 Noyau : structure serrée ou libre (mono


tube ou multi tube)
2 Elément de tirage: Bourrage central ou
périphérique
3 Gaine interne: LSZH ou PE
4 Protection Métallique (tôle ou tresse) ou
diélectrique (fils, faisceaux ou tresse de
fibre de verre)
5 Gaine extérieur: LSZH ou PE
Mourad Menif Page 164
Câblage
Les armatures de protection
Armature métallique rigide: En ruban d´acier ondulé, placé
entre les deux gaines de PE. L´ondulation du ruban
augmente la flexibilité du câble qui reste, néanmoins,
particulièrement rigide. D´autre part, une courbure excessive
peut être à l´origine d´une cassure des gaines et des fibres.
3. Propriétés de la fibre optique

Armature en tresse métallique: Fabriquée en acier au


carbone, et placée entre les gaines, elle protège le noyau
optique tout en conservant la flexibilité originale du câble.

Armature diélectrique en tresse: Construite avec de la fibre


de verre, et légèrement moins efficace que la protection
métallique, elle maintient ses caractéristiques en cas de
courbure ( barrière dissuasive).

Armature Diélectrique en renforts de fibre de


verre: Construite avec des tiges, elle augmente la rigidité du
câble, en augmentant les difficultés de pose. L´emploi des
filaturesPage
de fibre
165placées longitudinalement peut perdre son
Mourad Menif efficacité en cas de courbure.
3. Propriétés de la fibre optique

Mourad Menif
Câblage

Page 166
Propriétés de la fibre:
Pertes, Atténuation
2.5. Propriétés de la fibre optique

Mourad Menif Page 167


Propriétés de la fibre:
Pertes, Atténuation
 Due aux électrons qui passent de la bande de
absorption valence à la bande de conduction (UV).
 Provient des différents modes de vibration de
Perte intrinsèque la structure (IR)
2.5. Propriétés de la fibre optique

 Résulte des variations microscopiques de la


diffusion densité du matériau: Diffusion Rayleigh
 Diffusion Raman et Brillouin
 Due aux impuretés
◼ Métaux de transitions (Cu, Fe, etc) qu’on peut
absorption les éliminer à partir d’un procédé gazeux
(MCVD).
◼ Ion hydroxyles (OH-)
Perte extrinsèque
 Due aux imperfections de guidage:
◼ Irrégularité de l’interface cœur/gaine
diffusion
◼ Pertes de courbure
Mourad Menif Page 168
Propriétés de la fibre:
Pertes, Atténuation
Origine
- Diffusion Rayleigh
(la silice est un milieu amorphe)
→  = C avec C = 0.7 − 1.2 dB / µm 4
l4
2.5. Propriétés de la fibre optique

- Absorption
(résonance du matériau à différents l)
• Silice : Absorption IR
• Ions OH- : 1.24 µm & 1.39 µm
• Ions métalliques

Le minimum des fibres en silice est ~.18dB/km


Commercialisation de fibres sans pic OH- à 1.38µm
→ Bande passante 1250-1650 nm (soit ~50 THz)

Mourad Menif Page 169


Propriétés de la fibre:
Pertes, Atténuation
 Perte par courbure: peut être vu comme
◼ du point de vue de l'optique géométrique: il y a modification des conditions de réflexion:
un rayon totalement réfléchi dans un guide droit, peut s'échapper par réfraction lorsque le
guide est courbé.
◼ du point de vue ondulatoire: la perturbation induit un couplage du mode guidé avec le
 2a.n12
2.5. Propriétés de la fibre optique

continuum de rayonnement.  2
fibre monomode
 ON
Rc =  −3
20 l  l
2, 75 − 
 ( n − n )3 2 
fibre multimode
 1 2
lc 
Perte de puissance
due à la radiation

Distribution du champ

Fibre courbée

Mourad Menif Page 170


Propriétés de la fibre:
Dispersion
 Un signal de communication optique se déforme
progressivement lors de sa propagation dans une fibre.

 Cette distorsion est causée par les phénomènes suivants:


2.5. Propriétés de la fibre optique

◼ Dispersion intermodale
 Présente dans les fibres multimodes.
 Différents modes ne voyagent pas à la même vitesse.

◼ Dispersion intramodale ou dispersion chromatique


 Affecte le signal dans les fibres monomodes.
 Différentes composantes spectrales d’une source
lumineuse ne voyagent pas à la même vitesse.

◼ Dispersion des modes de polarisation


 Affecte les fibres monomodes.
 Biréfringence de la fibre fait en sorte que les modes de
polarisation ne voyagent pas à la même vitesse.
Mourad Menif Page 171
Propriétés de la fibre:
Dispersion intermodale
 Chaque mode qui se propage dans une fibre optique possède sa propre constante de
propagation et sa propre vitesse de groupe.
 Lorsqu’une impulsion lumineuse est émise dans une fibre multimode, elle se propage
selon divers modes. Ces modes de vitesses de propagation différentes émergeront à des
instants différents à la sortie ce qui causera un élargissement de l’impulsion.
2.5. Propriétés de la fibre optique

 Cet élargissement est causé par le phénomène de dispersion intermodale.


n1  L  L n12
Tmod = Tmax − Tmin =   − L  = 
c  sin c  c n2

avec sin c = n2 / n1 (angle critique)

Mourad Menif Page 172


Propriétés de la fibre:
Dispersion chromatique
4.1 Dimensionnement d’une liaison DWDM

 La dispersion chromatique
ng (l)

ng ( l ) , n ( l )
◼ la dispersion du matériau : elle traduit le fait que la silice, qui
compose majoritairement la fibre, possède un indice de n (l )

réfraction, qui varie en fonction de la longueur d’onde. Cette


dépendance de l’indice de réfraction en fonction de la
longueur d’onde induit une modification de la vitesse de l ( mm)

groupe propre au milieu.


◼ la dispersion du guide : le fait que les ondes se propagent
dans un guide et non dans un milieu illimité entraîne une
dépendance de l’indice effectif en fonction de la longueur
d’onde. Cette influence du guidage correspond à une
nouvelle contribution à l’évolution spectrale des temps de
groupe.
Mourad Menif Page 173
Propriétés de la fibre:
Dispersion chromatique
 Champs d’un mode guidé (LP)
E ( r , t ) = Eo ( z, t ) F ( r ) cos ( l ) e (
i  z − t )

 Vitesse de phase
2.5. Propriétés de la fibre optique

  c neff
vp = = = =
 ko neff neff c
 Vitesse de groupe c
d vg =
vg = 
 neff + 
dneff 

d d
dneff c  
= 0  v p = vg =
d neff
dneff Dispersion → matérielle dneff
Or: 0 ng = neff + 
d → de guidage
Page 174 d
Mourad Menif
Propriétés de la fibre:
Dispersion chromatique
 Vitesse de phase
2.5. Propriétés de la fibre optique

 Vitesse de groupe

Mourad Menif Page 175


Propriétés de la fibre:
Dispersion chromatique
 Délai de groupe:
L d Ll 2 d 
g = = L =−
vg d 2 c d l
 Étalement d’un pulse sur une distance L:
d g Ll  d  d 2

2.5. Propriétés de la fibre optique

 = l   = −  2l +l 2

dl 2 c  dl dl 2 
 On définie le paramètre de dispersion ‘‘D’’ comme étant la dérivée du délai

1 d g d (1 vg )
de groupe
D= =
L dl dl
 L’indice effectif peut être approximer par

neff = = n2 + b(n1 − n2 )  n2 (1 + b )
ko
Mourad Menif Page 176
Propriétés de la fibre:
Dispersion chromatique
 le paramètre de dispersion ‘‘D’’ devient alors:
D ( l ) = DM ( l ) + DG ( l )
◼ Dispersion matériau:
2.5. Propriétés de la fibre optique

l d 2 n 1 dng
DM ( l ) = − =
c dl 2
c dl
◼ Dispersion du guidage:

DG ( l ) = −
n2 
V
d 2
( bV )
cl dV 2

Mourad Menif Page 177


Dispersion de guidage
 Contrairement à DM qui dépend de la composition du verre, DG
dépend des paramètres de la fibre (à travers V).
 Utile pour “décaler” le zéro de dispersion (lZD)
n2  d ( bV )
2

DG ( l ) = −
2.5. Propriétés de la fibre optique

V
cl dV 2

Mourad Menif Page 178


Dispersion de guidage
2.5. Propriétés de la fibre optique

SMF DSF NZDSF

Mourad Menif Page 179


Conséquences de la dispersion
 Puisque la pente de la dispersion S est positif pour les fibres monomodes,
les différents canaux WDM (Wavelength-Division Multiplexed) auront des
valeurs de dispersion différentes.
30
2.5. Propriétés de la fibre optique

Pour la fibre Corning SMF-28


Dispersion [ps/nm-km]

20 lZD = 1313 nm, So = 0.086 ps/nm2-km

10 WDM
0
1100 1200 1300 1400 1500 1600 1700

-10

-20 D(l) = (So/4) (l - lZD4/l3)


Mourad Menif -30 Page 180
Compensation de la dispersion
chromatique
 Les effets de la dispersion peuvent être minimisés en utilisant une fibre présentant une
dispersion faible à la longueur d’onde d’utilisation, c’est à dire 1.55µm : Il s’agit des fibres à
dispersion décalée (DSF).
 Néanmoins, il est possible d’éliminer les effets de la dispersion en utilisant une fibre à
compensation de dispersion (DCF) que l’on ajoute à la liaison initiale. Cette fibre doit posséder
un coefficient de dispersion de signe opposé à ce celui de la fibre initiale. Si L1 est la longueur
de la fibre standard initiale dont le coefficient de dispersion est D1 et L2 la longueur de la fibre à
2.5. Propriétés de la fibre optique

compensation de dispersion dont le coefficient de dispersion est D 2, si l’on satisfait la relation


suivante : L1 D1+L2D2=0 Dispersion [ps/nm-km]

17
SM fiber
l
lo

-80
DCF
 Alors la dispersion totale est nulle et les impulsions en sortie de fibre sont identiques aux
impulsions qui ont été émises.
Mourad Menif Page 181
Gestion de la dispersion
Règles d’ingénieurie
- Limitation des puissances injectées (~ 0 dBm/ch)
- Espacement entre canaux suffisant
→ dégradation de l’efficacité spectrale
→ fonction du paramètre de dispersion de la fibre
2.5. Propriétés de la fibre optique

fibre DSF < 1 ps/nm/km : qques nm


fibre NZ-DSF : espacement 50 GHz (0.4 nm) possible
fibre SMF : espacement 25 GHz envisageable
Système à gestion de dispersion

50 – 100 km Contrainte technologique


dDcomp dD
Fibre de ligne Fibre de compensation dl = dl
DL + Dcomp*Lcomp = 0 Dcomp D
sur bande optique C&L
Mourad Menif
Gestion de la dispersion
2.5. Propriétés de la fibre optique

Mourad Menif
Gestion de la dispersion
2.5. Propriétés de la fibre optique

Mourad Menif
Propriétés de la fibre:
Biréfringence
 Dans un guide d’onde parfaitement circulaire, il n’y a pas d’orientation préférée pour la
polarisation. Les deux polarisations disposent de la même constante de propagation, .
 Dans une fibre réelle, les tensions appliquées sur le contour et les petites imperfections
dans les dimensions du cœur causent une variation sur la constante de propagation 
des deux polarisations même dans la fibre monomode.
 Cet effet est appelé la biréfringence qui est causé par :
2.5. Propriétés de la fibre optique

◼ Les facteurs intrinsèques sont introduits par le processus de fabrication de la fibre et ils sont
permanents.
◼ Par contre la source des facteurs extrinsèques peut être : la manipulation, l’installation et les
facteurs environnementaux (courbure, pression latérale, variation de température, etc..)
 La présence de la biréfringence mène à la dispersion modale de polarisation (PMD) qui
constitue l’un des facteurs fondamentaux limitant la performance
État de
d’un lien en fibre
optique à haut débit. polarisation
initial

Variation de la biréfringence
Dans la fibre SMF, le signal optique le long de la fibre

se propage par le mode fondamental


linearly polarized LP01, qui a deux
composantes de polarisation
orthogonales.
Mourad Menif Page 185
Propriétés de la fibre:
Biréfringence
 Waveguide Birefringence
2.5. Propriétés de la fibre optique

Material Birefringence

Mourad Menif Page 186


Dispersion modale de polarisation
(PMD)
 La différence de l’indice réfraction est connue comme la biréfringence:
B = ngx − ngy
Si ngx  ngy alors l’axe y est plus rapide que l’axe x.
2.5. Propriétés de la fibre optique

 B varie aléatoirement due au faite que les contraintes mécaniques et thermiques


varient aléatoirement avec les facteurs environnementaux.

Distribution normalisé de la GDG


=> PMD est un processus stochastique !!!

 T  ( 1 ) 2lc L = D p L
Densité de probabilité
D p = 0.01 − 10 ps / km

Mourad Menif Page 187


DGD(ps)
Les différents types de fibres optique
Standard
G.651 Multimode graded index optical fibre
G.652 Single-mode optical fibre
2.3. Raccordement des fibres optiques

G.653 Dispersion-shifted, single-mode optical fibre


G.654 Cut-off shifted single-mode optical fibre
G.655 Non-zero dispersion-shifted single-mode optical fibre
G.656 Non-zero dispersion for wideband optical
G.657 Bending-loss insensitive single-mode optical fibre

Mourad Menif
Page 188
SMF-28: G.652
2.5 Les différents types de fibres monomodes

Zone de performances typiques de


fibre monomode standard (dispersion
non-décalée).

Dispersion maximale sur la plage


1285-1330 nm spécifiée par ITU-T
Rec. G.652:

|D| = 3.5 ps/nm-km

Mourad Menif Page 189


2.5 Les différents types de fibres monomodes

Mourad Menif
SMF-28: G.652

Page 190
G.657
 Plus récente, la fibre G 657 supporte de très faibles rayons de courbure ce qui
2.5 Les différents types de fibres monomodes

est utile pour réaliser le câblage notamment à l'intérieur des bâtiments. On


trouve deux catégories de cette fibre, la A et la B, mais seule la fibre G 657 A
est compatible avec la G 652.D
 La fibre optique unimodale à faible rayon de courbure et à faible pic «OH»
type G 657 A et B présente les avantages suivants pour les systèmes WDM:
◼ Affaiblissement réduit et optimisé dans la plage 1260 – 1625 nm (bandes O, E, S, C et L),
◼ A double revêtement acrylate pour assurer la pérennité des fibres à long terme,
◼ PMD et dispersion réduites permettant de garantir l’évolutivité des réseaux et plus
particulièrement l’augmentation des débits (10 Gigabit ETHERNET, ATM, 10 et 40
Gbits/s SONET, SDH, DWDM et CWDM)
◼ Caractéristiques géométriques optimisées permettant de réduire les pertes aux épissures
(soudures).

Mourad Menif Page 191


2.5 Les différents types de fibres monomodes

Mourad Menif
G.657

Page 192
2.5 Les différents types de fibres monomodes

Mourad Menif
G.657

Page 193
G.657
 La G657 nous permet :
2.5 Les différents types de fibres monomodes

◼ Des câbles plus compacts.


◼ Une amélioration des performances de ces câbles aux
contraintes mécaniques appliquées (courbures, agrafage,
etc…)
◼ Une meilleure tenue aux variations de température par
rapport à un câble contenant de la G652.
◼ Une réduction des risques lors de l'installation avec des
équipes moins aguerries.

Mourad Menif Page 194


Infrastructure optique
La fibre partout
4. Communications par fibre optique

Réseau National Réseau Régional Réseau Métropolitain

Mourad Menif Page 196


Infrastructure
Sites de
régénération
Répartiteurs
4. Communications par fibre optique

optiques

Point de présence
opérateur (POP)
Armoire de rue
Équipements actifs
Point de desserte
des services

Boitiers d’épissurage
Mourad Menif Page 197
Infrastructure
 Un réseau est constitué :
◼ de tronçons de câbles optiques. Ces tronçons sont généralement posés sous-
fourreaux. Pour des raisons techniques, liées au mode de fabrication et de
4. Communications par fibre optique

pose, les tronçons de câble sont limités à une longueur de l'ordre de 2 à 6 km


(selon le mode de pose),
◼ de boîtiers d'épissurage qui réalisent l'interconnexion de deux tronçons de
câbles. Ils abritent les fibres optiques soudées deux à deux. Ces boîtiers sont
généralement logés dans des chambres d'épissurage.

Mourad Menif Page 198


Infrastructure
 Pour la pose en conduite, compte tenu des contraintes mécaniques
imposées aux câbles dans l’environnement extérieur, les infrastructures
(fourreau, chambres de tirage) doivent être conçues pour respecter un
rayon de courbure minimal de 300 mm.
4. Communications par fibre optique

 Les câbles ont un diamètre extérieur maximal de 20 mm. Pour faciliter les
actions de tirage, on privilégiera, quand cela est possible, le passage dans
des fourreaux individuels de diamètre 30 mm, éventuellement regroupés
dans des alvéoles plus importantes de diamètre 80 mm (sous
fourreautage).

Mourad Menif Page 199


Pose des câbles optiques
4. Communications par fibre optique

Mourad Menif
Page 200
Pose des câbles optiques:
Micro-rainures
 La réalisation de tranchées sur les chaussées ou trottoirs coûte cher, cause des
désagréments importants aux riverains et peut perturber le trafic automobile.
 La pose en aérien reste complexe, inesthétique et soumis aux risques
4. Communications par fibre optique

climatiques.
 Solution: réalisation de micro-rainures de faible largeur (5 à 10 mm) et de
faible profondeur (60 à 160 mm) permet une réduction considérable des coûts.
En optimisant la durée du chantier, elle permet aussi de diminuer les
désagréments pour les riverains.

Mourad Menif
Page 201
Pose des câbles optiques:
Tirage par treuil
 Elle se pratique de moins en moins, notamment sur les réseaux très
longues distances. Les méthodes de portage ou de soufflage remplacent en
effet progressivement les treuils.
 Une telle opération devra être menée et contrôlée pour limiter, dans des
4. Communications par fibre optique

conditions compatibles avec les caractéristiques du câble :


◼ l’effort dit en continu, c’est à dire l’effort de traction exercé en tête de câble
pendant l’opération,
◼ l’effort de décollage, c’est à dire l’effort maximal exercé au démarrage ou à
la reprise de l’opération.
 L’effort de traction pour les câbles à fibres optiques est généralement de
220 daN en continu et 270 daN en reprise.

Mourad Menif
Page 202
Pose des câbles optiques:
Pose par soufflage (air) / portage (eau)
 Le soufflage est sans doute la méthode la plus pratiquée de par le monde
aujourd'hui.
 Le câble n'est pas tiré par la tête à l'aide d'un furet, mais par un très fort
courant d'air qui passe à grande vitesse le long du câble et qui par sa
4. Communications par fibre optique

viscosité l'agrippe sur l'ensemble de sa surface pour le tirer à l'intérieur du


fourreau.
 Cette méthode est de loin la moins contraignante pour le câble qui n'est
exposé qu'à de très faibles tractions.
 Le portage est identique à celle du soufflage, seul change le médium.
 L’eau, dont on utilise la viscosité, remplace l'air. Les appareils de pose
sont sensiblement les mêmes à l’exception de quelques accessoires
supplémentaires et une pompe à eau à débit variable se substitue au
compresseur d'air.

Mourad Menif
Page 203
Raccordement des liens optiques
Epissures
Connecteurs
Raccordement des fibres optiques
 Lors de l’installation d’un système de communications optiques, les fibres
doivent s’interconnecter avec le moins de pertes possibles.

 Des connexions sont présentes à la source, au photodétecteur et à des points


intermédiaires le long d’un lien.

 Jonction permanente → Épissure


Connexion et raccordement

 Jonction démontable → Connecteur

 Facteurs qui influencent les pertes de connexions:


◼ Distribution de la puissance à la jonction,
◼ Longueur de la fibre entre la source et la jonction,
◼ Géométrie des deux fibres à connecter,
◼ Caractéristiques du guide d’onde,
◼ Qualité des surfaces.

Mourad Menif Page 205


Contact fibre à fibre:
Défaut d’alignement
 Le désalignement mécanique est un
2a
problème majeur lors de la jonction entre
deux fibres à cause de leurs dimensions z
microscopiques.
 Les pertes de radiation surviennent lorsque 2a
2.7 connexion et raccordement

le cône de radiations émergeant d’une fibre


ne concorde pas avec le cône d’acceptance 
de l’autre.
 La valeur de la perte dépend du degré de
2a
désalignement.
 Perte aux jonctions:
◼ Sections différentes
◼ Séparation
◼ Désaccord angulaire
2a x
◼ Désaccord latéral Page 206
Mourad Menif
Contact fibre à fibre:
Défaut d’alignement
 Les faibles pertes nécessitent une association parfaite entre
les cœurs des deux fibres.
 Les pertes peuvent être causées par des connecteurs
imparfaits, des fibres ou des procédés.
Connexion et raccordement

Mourad Menif Page 207


Les épissures
 Les épissures mécaniques ou par fusion (arc électrique) peuvent être mises
en oeuvre sur l'infrastructure.
 La méthode d’épissurage par fusion est principalement utilisée pour le
raccordement des câbles en ligne, en chambre souterraine ou en aérien, et
pour le raccordement des câbles ou pigtails dans les répartiteurs de
brassage. Elle nécessite un équipement coûteux mais elle donne des
raccordements très fiables et robustes.
Connexion et raccordement

 Les épissures mécaniques sont quant à elles utilisées plutôt dans le cas
d’interventions rapides ou pour la réparation provisoire d’un lien optique.
Certains modèles sont réutilisables une dizaine de fois. L’outillage est
simple et peu onéreux.

Mourad Menif Page 208


Contact fibre à fibre:
Épissure fissionnée et mécanique

Mourad Menif Page 209


Raccordement des liens optiques

Mourad Menif Page 210


Raccordement des liens optiques

Mourad Menif Page 211


Contact fibre à fibre:
Épissure fusionnée
 L'épissure comprend sept phases :

1. Dénuder les extrémités de fibres à l'aide d'une pince à dénuder,


2. Nettoyer la partie dénudée avec un papier non-pelucheux et l’alcool,
3. Préparation des extrémités des fibres avec une cliveuse,
Connexion et raccordement

4. Insertion et alignement des fibres dans la soudeuse optique,


5. Fusion des fibres par un arc électrique entre deux électrodes,
6. Analyse de l'épissure finale,
7. Protection et stockage de l'épissure.

Mourad Menif Page 212


Contact fibre à fibre:
Épissure fusionnée
PAS (profile-alignment system) LID (local injection/detection)

Mourad Menif Page 213


Les bonnes pratiques de la soudure
 Dénuder
◼ Retirer le revêtement pour exposer le verre nu;
◼ Dépouiller tout le matériel (peut nécessiter deux passes).
 Nettoyer
◼ Essuyer les débris sur le verre;
◼ Utiliser de l'alcool isopropylique pur à 90 %;
Connexion et raccordement

◼ Éviter tout contact avec les sécrétions cutanées sur le verre nu.
 Couper
◼ Cliveuse de bonne qualité;
◼ Une bonne longueur de coupe;
◼ Couper doucement ‒ laisser l'appareil faire le travail;
◼ Ne pas nettoyer après la coupure!

Mourad Menif Page 214


Les bonnes pratiques de la soudure
 Déposer
◼ Ne pas glisser le verre nu dans les rainures;
◼ Éviter que la coupe touche une surface pour ne pas l’endommager et la contaminer.
 Fermer les capots
◼ Pour éviter d’endommager et de contaminer: la fibre; la soudeuse.
Connexion et raccordement

Mourad Menif Page 215


Contact fibre à fibre: Clivage
Connexion et raccordement

Fracture contrôlée (clivage) d’une fibre en


vue de préparer la surface pour l’épissure.

Cliveuse
Fujikura
(a) (b)
Mourad Menif Page 216
Contact fibre à fibre:
Défaut de surface
Connexion et raccordement

Mourad Menif Page 217


Préparation de la fibre:
Dénudage
Connexion et raccordement

3 à 4 cm

Mourad Menif Page 218


Préparation de la fibre:
Clivage
 Cliver la fibre avec la FC-6S
Ouvrir le bras de maintien du marteau et le capot de
Marteau
maintien de fibre.
Le chariot de découpe doit être positionne en arrière.

Placer la fibre dans son V-groove correspondant avec


Connexion et raccordement

la fin de fibre dénudée (e.g. Si la longueur de clivage


est 16mm) à 16mm du repère gradué.
Lame

Capot maintien fibre


Fermer le capot de maintien

Mourad Menif Page 219


Préparation de la fibre:
Clivage
Connexion et raccordement

Cliver la fibre
Refermer le bras du marteau.

Faire glisser le chariot de la lame vers l’arrière de la cliveuse

Mourad Menif Page 220


Préparation de la soudure
V-grooves
Garde les fibres nues alignées.

Fibre coating clamp


Pièce de maintien de fibre.
Connexion et raccordement

Electrodes
Arc est généré entre les électrodes.

Plaque de protection électrode


Maintient l’électrode placée dans sa position
initiale.

Mourad Menif Page 221


Préparation de la soudure

Lentille d’objectif Microscope


La fibre est observée avec cet objectif.
Connexion et raccordement

Eclairage V-groove
Illumine le V-groove. S’allume quand le capot
est ouvert.

Mourad Menif Page 222


Préparation de la fibre:
soudure

V-groove
Connexion et raccordement

Repère

Fin de fibre avec


revêtement
Pièce de maintien fibre
Positionner la fin de la fibre avec le revêtement à 8 – 16 mm sur le

repère gradué si le diamètre est inférieur à 250 µm.

Mourad Menif Page 223


Préparation de la fibre:
soudure

Fermer la pièce de maintien de fibre.


Connexion et raccordement

Ne pas toucher la surface de la fin de fibre

Mourad Menif Page 224


Préparation de la fibre:
soudure

Répéter pour la seconde fibre.


Connexion et raccordement

Fermer le capot de protection

Démarrer le test d’ARC ou la procédure de


soudure.

Mourad Menif Page 225


Préparation de la fibre:
soudure

Temps de fusion trop long

Courant de l’arc trop puissant


Connexion et raccordement

Poussée trop grande

Poussée trop faible

Fusion parfaite

Mourad Menif Page 226


Les bonnes pratiques
 Bonne qualité de clivage (moins de 1 degré)
◼ Outil de précision de clivage

 Un environnement propre
◼ Pas de contamination de la fibre - Pas de contamination de l'outil
Connexion et raccordement

 Soudeuse par enlignement des coeurs


◼ LID ou PAS

 Protecteur d’épissure (fusion)


◼ Modèle papillon ou manchon thermo rétractable (style smouv)

 Plateau d’épissure (cassette ou platine de fusion)


◼ Routage de fibre correct
Mourad Menif Page 227
Les connecteurs optiques
Contact fibre à fibre:
Type de connecteur
3.4. connexion et raccordement

Mourad Menif Page 229


Contact fibre à fibre: Alignement
connecteur
Schéma d’un connecteur
optique de type ST
3.4. connexion et raccordement

 La majorité des connecteurs utilise des guides fins cylindriques ou on va


placer à l’intérieur la fibre optique. Ces guides sont nommés les férules
(ferrule) qui peuvent être en métal, céramique ou en plastique. Ces guides
sont alignés par une manche d’alignement ou raccord.
Manche
Anneau du d’alignement
guide

(a) Ferrule (b)


Mourad Menif Page 230
Contact fibre à fibre:
Perte de connexion
Pour diminuer les pertes causées
par les réflexions aux interfaces,
les connecteurs peuvent être en
contact physique (PC: Physical
Contact) ou séparés par un
espace rempli de gel d’adaptation
3.4. connexion et raccordement

d’indice.
Les connecteurs APC (Angled
Physical contact) dirigent les
réflexions vers la gaine de la fibre
où elles disparaissent
rapidement. Il y a donc moins de
lumière réfléchie dans le cœur.

Mourad Menif Page 231


Contact fibre à fibre:
Spécifications générales
3.4. connexion et raccordement

Mourad Menif Page 232


Contact fibre à fibre:
Type de connecteur
 Le connecteur ST, est actuellement le plus répandu sur les réseaux multimodes. Il
peut être utilisé sur des fibres monomodes mais présente des caractéristiques
incompatibles avec les applications télécom à très haut débit (taux de réflexion).
 L'utilisation des connecteurs de type EC, FC/APC et SC/APC permet tous les
types d'application télécom à haut débit.
 Le choix entre ces différentes technologies doit s'effectuer en tenant compte des
performances du couplage réalisé et de l'environnement d'utilisation.
3.4. connexion et raccordement

 En tout état de cause, sur un même réseau le même type de connecteur doit être
utilisé aux points de brassage. Seuls les raccordements aux utilisateurs pourront
être différents.

Mourad Menif Page 233


Contact fibre à fibre:
Type de connecteur

Mourad Menif Page 234


Contact fibre à fibre:
Type de connecteur
LC: Connectique à verrouillage de type push/pull et par languette.
L’embout optique a un diamètre de 1,25mm. Elle existe pour fibres
SM et MM et en finition PC, UPC ou APC. Son corps en plastique
est généralement beige pour le multimode, bleu pour le monomode
et vert pour le monomode APC.
2.7 connexion et raccordement

SC: Connectique à verrouillage de type push/pull. L’embout optique


a un diamètre de 2,5mm. Elle existe pour fibres SM et MM et en
finition PC, UPC ou APC. Son corps en plastique est généralement
beige pour le multimode, bleu pour le monomode et vert pour le
monomode APC.

ST: Connectique à verrouillage de type baïonnette. L’embout


optique a un diamètre de 2,5mm. Son corps est métallique, il
existe pour fibres SM et MM et en finition PC ou UPC
Mourad Menif Page 235
Contact fibre à fibre:
Type de connecteur
FC: Connectique à verrouillage à vis. L’embout optique a un
diamètre de 2,5mm. Elle existe pour fibres SM et MM et en finition
PC, UPC ou APC.

E2000: Connectique à verrouillage de type push/pull et intégrant


une protection contre la poussière. L’embout optique a un diamètre
2.7 connexion et raccordement

de 2,5mm. Elle existe pour fibres SM et MM et en finition PC, UPC


ou APC. Son corps en plastique est généralement beige pour le
multimode, bleu pour le monomode et vert pour le monomode
APC.

Mourad Menif Page 236


Connecteur SC
 L’interface SC (Subscriber Connector, développé par NTT en 1986)
est la plus employée actuellement.
 On la retrouve sur un très grand nombre d’équipements actifs quelle que
soit l’application (Ethernet, ATM, Sonet/SDH, Fiber Channel…).
 Elle présente de nombreux avantages:
◼ dépassement moindre de l’embout donc diminution du risque de pollution,
3.4. connexion et raccordement

◼ conception ‘‘pull-proof’’ donc pas de risque de déconnexion lors d’une


traction sur le câble,
◼ section rectangulaire pour une meilleure prise en main et un guidage
amélioré à l’intérieur du raccord,
◼ code couleur normalisé.
 Le code couleur (corps de fiche ainsi les raccords)
◼ beige pour une application multimode,
◼ bleu pour monomode PC, et
◼ vert pour monomode APC.

Mourad Menif Page 237


Connecteur FC
 Le FC est très rarement utilisé dans les réseaux LAN, mais il a été
souvent choisi par les constructeurs comme interface sur les
équipements de mesure.
 Le FC est plutôt utilisée pour des applications monomodes.
 L’usage veut que le manchon soit de couleur:
◼ noire pour les applications multimodes,
3.4. connexion et raccordement

◼ jaune ou bleu pour celles monomodes PC,


◼ et vert pour celles monomodes APC.

Mourad Menif Page 238


Réflectométrie optique
Localisation des événements
Réflectométrie optique
 La réflectométrie optique temporelle consiste à injecter une impulsion lumineuse à une
extrémité de la fibre optique à observer et à analyser, à la même extrémité, l’intensité
optique parcourant la fibre dans le sens inverse de la propagation de l’impulsion.
 Le signal détecté est de forme exponentielle décroissante, typique du phénomène de
rétrodiffusion, avec superposition de pics dûs aux réflexions sur les extrémités de la
fibre ou autres discontinuités d’indice.
 En général, il y a deux types d’événements : les événements réfléchissants et les
événements non réfléchissants.
Diode laser

Coupleur
directionnel Connecteur
de sortie

Fibre à tester
Amplificateur

Générateur A Convertisseur
d’impulsion analogique/
N numérique
Photodétecteur

Mourad Menif Page 240


Traitement de signal Affichage
Réflectométrie optique
 Un OTDR détecte, localise et mesure les événements de liaisons à fibres optiques,
en accédant à une seule extrémité de la fibre.

 Il permet de mesurer
◼ l’atténuation exprimé en dB ou dB/km, l'affaiblissement représente la perte
ou le taux de perte entre deux points le long de la section de fibre.
◼ la perte des événements: la différence dans le niveau de puissance optique
avant et après un événement, exprimé en dB.
◼ la réflectance: le rapport de la puissance réfléchie à la puissance incidente
d'un événement, exprimée en une valeur de dB négative.
◼ la perte de réflexion optique (ORL) : le rapport de la puissance réfléchie à la
puissance incidente à partir d'une fibre optique, liaison ou d'un système,
exprimée en tant que valeur en dB positif.

Mourad Menif Page 241


Réflectométrie optique (OTDR)
 Un OTDR (Optical Time Domain Reflectometer) opère comme un radar
unidirectionnel permettant de scanner la fibre à partir d’un seul point.
 Il injecte des impulsion lumineuses courtes à partir d’une seule extrémité et il
analyse le signal réfléchie.
 Le signal reçu est affiché en fonction de la distance.
 Le tableau des événements est crée ensuite pour énumérer les événements du lien.

OTDR Block Diagram Example d’une trace OTDR


Puissance réfléchie

Distance

Mourad Menif
Page 242
Réflectométrie optique (OTDR)
Rétro-diffusion
 Vient de la réflexion naturelle de la fibre (diffusion
de Rayleigh et les réflexions de Fresnel)
 OTDR utilise la rétro-réflexion de Rayleigh pour
mesurer l'atténuation de la fibre (dB / km)
Light reflection phenomenon =
 Niveau de rétro-réflexion est d'environ -75 dB Fresnel reflection
(selon la durée d'impulsion)
Dopant
Source

Rayon de la
Mourad Menif lumière
Page 243
Réflectométrie optique (OTDR)
 Un OTDR détecte, localise et mesure les événements de liaisons à fibres
optiques, en accédant à une seule extrémité de la fibre.

Epissure Saut Micro-courbure Connecteur ou Fin de liaison ou


fussionnée positif épissure coupure
mécanique
• La mesure OTDR est plus performant si la mesure est effectué dans les
deux sens (A->B et B->A) et les valeurs des pertes sont moyennées.

• Les longueurs d’ondes les plus utilisées dans les OTDRs sont :
• 1310, 1550 et 1625/1650 nm pour les fibres singlemode
• 850 et 1310 nm pour les fibres multimodes.

Mourad Menif
Page 244
Réflectométrie optique
 Deux configurations de mesures existent :
◼ La méthode dite “simple” (les mesures s’effectuent sur une seule fibre
à la fois)

◼ La méthode dite “en boucle” (les mesures s’effectuent sur deux fibres
à la fois)

Mourad Menif Page 245


Théorie de la réflectométrie
Un OTDR peut être comparé à une sonar

Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 246
Théorie de la réflectométrie
Au lieu d’envoyer des signaux RF pour détecter les événements distant dans
la fibre, l’OTDR envoie des impulsions optique courtes pour les détecter.

Un OTDR localise et identifie les événements présents dans le coeur de la


fibre le long d’un lien optique.

Le signal détecté est de forme exponentielle décroissante, typique du


phénomène de rétrodiffusion, avec superposition de pics dûs aux réflexions
sur les extrémités de la fibre ou autres discontinuités d’indice.

En général, il y a deux types d’événements : les événements réfléchissants


et les événements non réfléchissants.

Mourad Menif
247
Théorie de la réflectométrie
Calcul de la distance

Le temps est lié à la distance:


D = (c t) / 2n
g = (c / n)  D = (g  t) / 2

D : Emplacement de l’événement
c : Vitesse de la lumière (dans le vide)
t : Temps d’aller-retour de la lumière
n : Indice de refraction du coeur de la fibre
g : Vitesse de la lumière dans la fibre

Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 248
Théorie de la réflectométrie
Les facteurs qui peuvent modifier les propriétés du lien:
› Qualité de la fibre

› Interconnections (connecteurs, épissures)

› Contraintes

› Conditions environnementales

› Température

› Humidité

› vent, etc…

Agissant sur:
› Perte, atténuation, réflexion, coupure ou dégradation de la fibre

Impact:
› Budget de puissance du lien, et par conséquent la qualité de la transmission
Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 249
OTDR: éléments clés
Indicateur du niveau d’injection Indicateur du début et fin de liaison

Puissance (dB)

Distance (km) (mi) (kft)

Marqueur des 0 km position = OTDR port Fenêtre Zoom


événements

Mourad Menif
250
Rétrodiffusion

Théorie de la réflectométrie
Backscattering
› Vient de la réflexion naturelle de la fibre

› OTDR utilise la rétro-réflexion de Rayleigh pour mesurer l'atténuation de la fibre (dB / km)

› Niveau de rétro-réflexion est d'environ -75 dB (selon la durée d'impulsion)

Dopant
Source

Rayon de la
Mourad Menif lumière
Be-an-Expert Training Program 251
Théorie de la réflectométrie
La perte dépend de la longueur d’onde

Acquisition at 1310 nm

› Longueurs d'onde plus


courtes sont plus
atténuées par la
diffusion de la fibre

Acquisition at 1550 nm
› Longueurs d'onde plus
longues ont tendance à
se échapper de la fibre
plus facilement due au
courbure
Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 252
Evénements réflectives

Théorie de la réflectométrie
Fresnel Reflection

Air
T

nair
Eau
nwater

I R

Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 253
Evénements réflectives

Théorie de la réflectométrie
UPC Connector air gap
UPC Connector

n air
Mourad Menif
254
Evénements réflectives

Théorie de la réflectométrie

Mourad Menif
255
Evénements réflectives

Théorie de la réflectométrie
Fresnel Reflection
› Vient de changements brusques dans l‘indice de réflexion (par exemple, le verre / air)

Rupture de fibre, épissures mécaniques, des connecteurs


› Affiche comme un pic sur la trace OTDR

› Connecteur UPC réflexion est typiquement -55 dB et -65 dB pour APC (selon UIT)

› Réflexions de Fresnel seront environ 20 000 fois plus élevé que le niveau de rétrodiffusion de la fibre

› Permettra de créer une zone morte après la réflexion

Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 256
Evénements réflectives

Théorie de la réflectométrie
APC Connector air gap APC Connector

Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 257
Evénements réflectives

Théorie de la réflectométrie

Mourad Menif
258
Evénements non réflectives

Théorie de la réflectométrie
épissure

Mourad Menif
Be-an-Expert Training Program 259
Evénements non réflectives

Théorie de la réflectométrie

Mourad Menif
260
Evénements non réflectives

Théorie de la réflectométrie
Macrobend

Mourad Menif
261
Evénements non réflectives

Théorie de la réflectométrie

Mourad Menif
262
Théorie de la réflectométrie
OTDR connector Fusion splice
Connector (P.P.)

Connector (P.P.)
End of link

UPC

Reflection

Puissancer (dB)
Loss

APC
La pente montre l’attenuation
de la fibre

Distance (km)
Mourad Menif
263
Les paramètres du OTDR

Mourad Menif Page 264


Les paramètres du OTDR

10 km

2.5 km
20 km

Mourad Menif Page 265


5 km
Les paramètres du OTDR

t x c = Pulse length
3m

10 ns

9m

30 ns

30 m

100 ns

Mourad Menif Page 266


Les paramètres du OTDR

100 ns

10 ns
275 ns

Mourad Menif Page 267


30 ns
Les paramètres du OTDR

15 s

45 s

Mourad Menif Page 268


180 s
Les paramètres du OTDR
 Exactitude de la distance dépend de :
◼ La concordance du IOR (valeur introduite dans l’OTDR et celle de la fibre)
◼ La variation du IOR tout au long de la fibre
◼ La pose et structure du câble (loose buffered, helix factor, stress)

Mourad Menif Page 269


Les paramètres du OTDR
 Prolonger la mesure contribue à réduire le bruit dans les traces du OTDR
 Le bruit provient des circuits électroniques du OTDR:
◼ Détecteurs, Amplificateurs, circuits de traitement

Mourad Menif Page 270


Mesures en transmission
 Les événements réfléchissants apparaissent lorsqu’une discontinuité dans la fibre
provoque un brusque changement de l’indice de réfraction. Ce changement peut
avoir pour origine, des coupures, des jonctions par connecteur, des épissures
mécaniques ou une fin de fibre. Les pertes de connecteurs se situent aux environs
de 0,5 dB et celles des épissures mécaniques peuvent se situer entre 0,1 dB et 0,2
dB.
 Les événements non réfléchissants apparaissent lorsqu’il n’y a pas de discontinuité
de la fibre et sont généralement provoqués par des épissures fusion ou des pertes
dues à des contraintes. Leurs valeurs typiques vont de 0,02 dB à 0,1 dB en fonction
de l’équipement de fusion et de l’utilisateur.
Épissure Épissure Fin de
fusionnée Courbure Connecteur mécanique Bris fibre

Mourad Menif Page 271


Rétrodiffusion Bruit
Mesures en transmission
Réflections
de Fresnel Perte aux points
d’épissure

Niveau de puissance optique


 Un réflectomètre effectue les mesures suivantes:
Réflections de

◼ pour chaque événement : Fresnel à la


fin de la fibre

Imperfection dans la fibre


 distance,
 perte,
 Réflectance (C’est le rapport de la puissance réfléchie à la puissance incidente en
un endroit particulier de la liaison optique ; elle est affichée en décibels (-dB). La
plus grande réflectance présentera un pic de Fresnel de plus grande amplitude sur
la courbe de réflectométrie.).
◼ pour la liaison complète :
 longueur de la liaison,
 affaiblissement de la liaison ou tronçon exprimée en dB,
 affaiblissement linéique du tronçon exprimé en dB /km,
 ORL (Optical Return Loss) de la liaison ou du tronçon.

Mourad Menif Page 272


Mesures en transmission

Mourad Menif Page 273


Bobines amorce
 Des bobines amorces peuvent être utilisées comme câbles de lancement et
de réception, indispensables pour mesurer respectivement la perte
d’insertion et la réflectivité des deux connecteurs sur la liaison à fibres
testée.
 La longueur typique d’une bobine amorce dépend du système sous test,
mais est généralement comprise
◼ entre 100 m et 500 m pour une liaison multimode et
◼ entre 500 m et 2500 m pour une liaison monomode.
 La fibre utilisée pour les bobines amorce doit être de mêmes
caractéristiques que la fibre testée (diamètre du cœur, indice de réfraction,
etc.), les connecteurs doivent être de très bonne qualité.

Mourad Menif Page 274


Zone morte
 Les réflectomètres sont conçus à
recevoir les puissances rétrodiffusées.
 Lors de la réception d’un événement
réflectif, l’OTDR reçoit puissance qui
peut saturer la photodiode. Elle requière
du temps pour sortir de la saturation.
 Durant cette période, des événements
peuvent ne pas être perçus par l’OTDR

 La zone morte dépend de:


◼ Largueur d’impulsion
◼ Type du connecteur
◼ Qualité du connecteur

Mourad Menif Page 275


Effet de la largeur des impulsions
sur la zone morte

Mourad Menif Page 276


Piques fantômes
 On peut observer parfois la présence de fausses réflexions de Fresnel
présentes sur la courbe de rétrodiffusion ; elles peuvent résulter soit :
◼ d’événements fortement réfléchissants sur la fibre provoquant une importante
quantité de lumière réfléchie renvoyée vers le réflectomètre optique,
◼ d’une mauvaise configuration de la portée (récurrence laser) lors de
l’acquisition.
 Dans les deux cas le fantôme peut être identifié par le fait qu’il n’y a pas
d’affaiblissement et que le signal passe au travers de cet événement.

Mourad Menif Page 277


Piques fantômes

Mourad Menif Page 278


Sauts positifs
 Si les fibres jointes présentent des diamètres de champ de mode différents
(diamètre de coeur, etc…), le résultat réflectométrique peut présenter un niveau de
rétrodiffusion plus élevé ; cela est dû à l’augmentation du niveau de lumière
rétrodiffusée retournant vers le réflectomètre.

 Une analyse bidirectionnelle est utilisée pour minimiser les décalages possibles
par mesure de la perte d'épissure dans les deux sens et de la moyenner pour
obtenir la vraie perte d'épissure. Page 279
Mourad Menif
Sauts positifs

Mourad Menif Page 280


Rapport de réflectométrie

Mourad Menif Page 281