Vous êtes sur la page 1sur 23

Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1)

Exercices

E1. À partir de l’exemple 5.4 et de la figure 5.18 :


P
 = 1 cos 40◦ − 2 cos 60◦ = 0 (i)
P
 = 1 sin 40◦ + 2 sin 60◦ − 7 = 0 (ii)
1 cos 40◦
De l’équation (i), 2 = cos 60◦ = 1531 que l’on remplace dans (ii) :

1 sin 40◦ + 1531 sin 60◦ − 7 = 0 =⇒ 1 (0643 + 133) − 686 = 0

On obtient 1 = 348 N, 2 = 534 N

E2. À partir de l’exemple 5.4 et de la figure 5.13 :


P
 = 1 cos 30◦ − 2 = 0 (i)
P
 = 1 sin 30◦ − 3 = 0 (ii)
3
De l’équation (ii), 1 = sin 30◦ = 588 N que l’on remplace dans l’équation (i). On obtient
1 = 588 N, 2 = 509 N


E3. À partir de la figure 5.40 où 1 =  et 2 =  . L’angle de 37◦ est entre T et la verticale :
P
 = − +  sin 37◦ = 0 (i)
P
 =  cos 37◦ − 2 = 0 (ii)
2
(a) De (ii) on obtient  = cos 37◦ = 245 N, que l’on remplace dans (i)

 = 245 sin 37◦ = 147 N

(b)  = 245 N

E4. À partir de la figure 5.13 avec 1 = 2 =  1 = 2 =  et  = 70 kg :


P
 = 2 sin  −  = 0 =⇒  = 2  cos 
15
La géométrie de la corde permet d’établir que sin  = 50  donc

 = 2  70 4
sin  = 2(003) = 114 × 10 N = 114 kN

→ →
− ³ −→ →
− →´ −
− → ³ −
→ →´

E5. F 1 + F 2 = − →a =⇒ − i + 2 j + 3 k + F 2 = 2 4 i − 3 j =⇒

− ³ −→ →´ ³ −
− → →
− →´

F2 = 2 4 i − 3 j − − i + 2 j + 3 k =⇒

→ ³ →
− →
− ´ ³ →
− →
− →
− ´ ³ →
− →
− →´

F2 = 8 i − 6 j − − i + 2 j + 3 k = 900 i − 800 j − 300 k N

→ →
− → ³
− →
− →´

E6. F 2 = (4 cos 37◦ ) i + (4 sin 37◦ ) j = 319 i + 241 j N

− →

F 1 + F 2 = − →a³ =⇒ ´ ³
→´ ³ →´
→ −
− → →
− − →
− →

→ −
− → i +2 j + 319 i +241 j →
− −

− F 1+ F 2
a =  = = 419 i +441 j
= 210 i + 221 j m/s2
02 02

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 83

© ERPI, tous droits réservés.



→ →
− → −
− → ³ →
− →´

E7. F = −
→a =⇒ → −
a = F
= 4 i 15
−1 j
= 267 i − 067 j m/s2
³ −
→ →´
− ³ →
− →´
− ³ →
− →´



v =−→
v0 +−
→a  = 2 i + 3 j + 2 267 i − 067 j = 734 i + 166 j m/s

E8. L’axe des  positifs est dans la direction du mouvement.


2 − 2
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = 0−400 = −267 × 106 m/s2 2
Selon l’équation 3.12 : 2 = 0   2∆ 006
P ¡ 6
¢
 = −bloc =  = 001 −267 × 10 =⇒ bloc = 267 × 104 N

à peu près 45 fois le poids d’une personne de 60 kg.


2 2
 2 − 2 (8×106 ) −(2×106 )
E9. (a) À partir de l’équation 3.12 :  = 2∆0 = 004 = 15 × 1015 m/s2
P ¡ ¢¡ ¢
 =  =  = 911 × 10−31 15 × 1015 =⇒  = 137 × 10−15 N
 −0 8×106 −2×106
(b) À partir de l’équation 3.9 :  =  = 15×1015 = 400 × 10−9 s
2 −0
2
1
E10. À partir de l’équation 3.12 : 2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒  =
  2∆ = 6 = 0167 m/s2

En se servant de la figure 5.23, où l’on choisit d’utiliser un axe des  positifs parallèle à
la pente et vers le bas :
P
 =  sin  −  =  =⇒  =  sin  −  = 20 ( sin 35◦ − 0167) = 109 N
 2 −2
E11. (a) Selon l’équation 3.12 : 2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = 225 m/s2
  2∆
P
(b)  =  =  = 50 (225) =⇒  = 113 × 103 N

E12. (a) 96 km/h = 267 m/s,  = 0 +   =⇒  =  −



0
= 267 m/s2
P
 = pr =  = 1500 (267) = 401 kN =⇒ pr = 401 kN
 2 − 2
(b) 112 km/h = 311 m/s, 2 = 02 + 2 ∆ =⇒  =  0 = −756 m/s2
  2∆
P
 = −fr =  = 1500 (−756) = −113 × 104 = −113 kN =⇒ fr = 113 kN


Dans les deux cas, F est la force de frottement exercée par la roue.

E13. (a) 250 km/h = 694 m/s,  = 0 +   =⇒  =  −



0
= 316 m/s2
P
 = pr =  = 16850 (316) = 532 × 105 N =⇒ pr = 532 × 105 N
2 −2
(b) 180 km/h = 50 m/s, 2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = −313 m/s2
  2∆
P
 = −fi =  = 16850 (−313) = −527 × 105 N =⇒ fi = 527 × 105 N
P
E14.  =  −  =  =⇒  =  ( +  ) = 0215 (138) = 297 N

E15. Pour sauter de 04 m, la vitesse initiale 0 nécessaire est donnée par

2 = 0
2 − 2∆ =⇒  2 = 0 + 196 (04) = 784 m2 /s2 . Cette vitesse 
0 0 est également

la vitesse juste au moment où les pieds quittent le sol, à la fin de l’accélération subie par
2 = 2 (015) =⇒  = 261 m/s2  soit l’accélération subie par le torse.
le torse, donc 0  

Le module de la force ha qui vient des hanches est donné par

84 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


P
 = ha −  =  =⇒ ha =  ( +  ) = 50 (98 + 261) = 180 × 103 N

E16. On utilise un système d’axes qui suit le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le haut.
À partir de la figure ci-dessous dans laquelle la force normale est complètement selon ,
on écrit
P
 =  cos  −  sin  =  =⇒
 cos − sin  5 cos 37◦ −98 sin 37◦
 =  = 1 = −190 m/s2 =⇒

 = 190 m/s2 dirigée vers le bas du plan incliné.

(b) Selon l’équation 3.11 : ∆ = 0  + 12  2 = 4 (2) + 12 (−19) (2)2 = 42 m

E17. À partir du résultat de l’exemple 5.9 avec 0 = 417 m/s et  = − sin 
2 + 2 ∆ =⇒ 0 = (417)2 − 2 ( sin 10◦ ) ∆ =⇒ ∆ = 510 m
2 = 0 
P
E18. (a)  =  cos  −  =  =  (0) = 0 =⇒  =  cos  = 80 cos 30◦ = 693 N

(b) On utilise le module de la force de frottement obtenu en (a) :


P
 =  cos  −  =  =⇒  =   + 20+693
cos 30◦ = cos 30◦ = 103 N

E19. Selon l’équation 3.11 :  = 0 + 0  + 12  2 = 12  2 =⇒


P
 = 2
2
= 2(6)
1 = 12 m/s et
2  =  =  = 70 (12) = 840 N

E20. (a) Selon l’équation 4.6 : −



v =− →
v0+− →a  avec 0 = 10 m/s et
³ ´ ³ ´
Σ N
 =   =   = −20 2 kg (4 s) = −40 m/s
³ − → →
− ´ °→°
Alors −
→v = 10 i − 40 j m/s où °− v ° = 412 m/s à 76◦ au sud de l’est

E21. L’axe des  positifs est dans la direction du mouvement.


 2 −2
(a) 2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = −4167 m/s2 =⇒
  2∆
P
 = − =  = 75 (−4167) =⇒  = 313 × 104 N
 2 − 2
(b)  = 2∆0 = −1250 m/s2 =⇒
P
 = − =  = 75 (−1250) =⇒  = 938 × 104 N

E22. L’axe des  positifs est dans la direction finale du mouvement de la balle.

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 85

© ERPI, tous droits réservés.


 = 0 +   =⇒  =  −

0
= 40−(−30)
5×103
= 14 × 104 m/s2 =⇒
P ¡ ¢
 =  =  = 015 14 × 104 =⇒  = 210 kN
P 16×105
E23. (a) 220 km/h = 611 m/s,  =  = 125×104
= 128 m/s2
2
 2 −2
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =  0 = (611) −0 = 146 m
2 = 0  2 2(128)
P 5
(b)  = P −  =  =⇒  = P −
 = (16−1225)×10
12500 = 3 m/s2
2(1000)
À partir de l’équation 3.11 : ∆ = 12  2 =⇒ 2 = 2∆
 = 3 =⇒  = 258 s
P 7
E24.  = P −  =  =⇒  = P −  = (33−2646)×10
27×106
= 242 m/s2

E25. Pendant une minute, le missile est soumis à deux forces verticales : son poids,

− →
− →
− −

F  = − j , et la poussée des moteurs F P = P j . On applique la seconde loi de New-
ton afin d’obtenir l’accélération subie par le missile durant cette phase A du mouvement :
P 2×105 −(14×104 )(98)
 = P −  = A =⇒ A = P −  = 14×104
= 449 m/s2

À partir de l’équation 3.11, en supposant que le missile part du sol avec une vitesse nulle,
on calcule le déplacement vertical durant cette phase :

∆A = 12 A 2 = 1
2 (449) (60)2 = 808 km

Lorsque la poussée cesse, la vitesse verticale du missile est

A = A  = 449 (60) = 2694 m/s.

Cette valeur correspond à la vitesse initiale (0B ) de la partie B du mouvement, durant

laquelle le missile n’est soumis qu’à son poids et où l’accélération verticale correspond
à B = −. Cette phase se poursuit jusqu’à ce que la vitesse du missile devienne nulle

(B = 0) et, grâce à l’équation 3.16, on peut calculer le déplacement vertical qui lui est
associé :
2
0B
2 = 2
B 0B − 2∆B =⇒ ∆B = 2 = 370 km

L’altitude maximale atteinte par le missile est

∆ = ∆A + ∆B = 808 km + 370 km = 118 km

E26. À partir de l’équation 3.16, 2 = 0


2 − 2∆, où ∆ = − la vitesse d’atterrissage de la


fillette est  = − 2 = −443 m/s.

Cette vitesse correspond à la valeur initiale (0 ) de la portion du mouvement où il y a


freinage :

(a) La fillette s’arrête en continuant de descendre de ∆ = −03 m :


2 −0
2
0−(−443)2
2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒  =
  2∆ = 2(−03) = 327 m/s2

86 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


P
 =  −  =  =⇒  = ( + ) = 40 (327 + 98) = 170 kN

(b) La fillette s’arrête en continuant de descendre de ∆ = −004 m :


 2 −2
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = 0−(−443) = 2453 m/s2
2
2 = 0   2∆ 2(−004)
P
 =  −  =  =⇒  = ( + ) = 40 (2453 + 98) = 102 kN
2
2 − 2
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = (25) = 156 m/s2
E27. (a) 2 = 0   2∆ 2(2)
P
 =  =  = 015 (156) = 234 N

(b)  = 0 +   =⇒  =  −

0
= 35−(−25)
5×10−3
= 1200 m/s2
P
 =  =  = 015 (1200) = 180 × 103 N
2
2 − 2
(c)  = 2∆0 = 0−(20)
2(015) = −1333 m/s
2

P
 = − =  = 015 (−1333) = −200 N =⇒  = 200 N

E28. On calcule d’abord le module de la vitesse avec laquelle le bloc a été lancé. On utilise
l’équation (iv) de l’exemple 4.2 avec tp = 16 m, la distance horizontale franchie par le
bloc en terrain plat et 0 = 45◦  l’angle de visée :
02 sin(2)  16
tp =  =⇒ 02 = sin(2) = sin(90 ) =⇒ 0 = 1252 m/s

Cette vitesse correspond à la vitesse finale de la phase d’accélération par la main. On


considère que cette accélération est constante et qu’un axe des  positifs est parallèle

au mouvement du lancer. Ainsi, avec  = 1252 m/s, 0 = 0 et ∆ = 15 m dans


2 = 0
2 + 2 ∆ on trouve que

2 −0
2
(1252)2 −0
 = 2∆ = 2(15) = 523 m/s2


Durant la phase d’accélération, le bloc est soumis à une force motrice F M issue de la


main et à la force gravitationnelle F  . Selon l’axe  parallèle au mouvement, la force

gravitationnelle possède une composante  = − sin (45◦ )  de sorte que la deuxième
loi de Newton appliquée dans cette direction permet d’écrire :
P
 = M −  sin (45◦ ) =  =⇒ M =  +  sin (45◦ ) =⇒

M = 725 (523) + 725 (98) sin (45◦ ) = 429 N

E29. Pour tout le mouvement, on utilise un axe des  positifs vers le haut. Initialement, parce

que l’accélération est vers le bas :


P
 = P −   =  (−) (i)

Pour que l’accélération change de sens, on enlève une masse  de lest :


P
 = P − ( − )  = ( − )  (ii)

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 87

© ERPI, tous droits réservés.


Si on soustrait (i) de (ii) :
2
  − ( − )  =   + ( − )  =⇒  = (2 − )  =⇒  = +

E30. L’axe des  positifs est vers le bas :


P
 =  −  =  =⇒  = −  = 75−600
75 = 180 m/s2

E31. (a) À partir de la somme des forces horizontales sur l’ensemble formé des deux blocs :
P
 =  =  =⇒  = A +B = 2+3 20
= 400 m/s2 =⇒  = 400 m/s2

(b) À partir des forces horizontales sur le bloc B :


P
 = 20 − BA = B  =⇒ BA = 20 − B  = 20 − 3 (4) = 800 N
P
(c) Sur le bloc B, le module de la force résultante est  = B  = 3 (4) = 120 N

(d) On obtient la même accélération, donc la force résultante sur le bloc B ne change pas :
B  = 120 N

E32. (a) La force du sol sur le bulldozer permet à l’ensemble d’accélérer, alors

BS = (B + V )  = (07 + 02) (05) = 0450 N

(b) Le module de la force du sol sur la voiture VS = 0 puisqu’elle peut rouler librement.

(c) À partir des forces qui agissent sur la voiture (V) :


P
 = VB = V  = (02) (05) = 0100 N et BV = −VB = −0100 N

E33. (a) On a  = 0 puisque la vitesse est constante. À partir des forces qui agissent sur le
parachutiste (H), où HP est le module de la force sur le parachutiste qui vient du
parachute :
P
 = HP − H  = H  = 0 =⇒ HP = H  = 60 (98) = 588 N

(b) À partir des forces sur le parachute (P), où PA est le module de la force sur le parachute
qui vient de l’air et PH le module de la force sur le parachute qui vient du parachutiste :
P
 = PA − PH − P  = P  = 0 =⇒

PA = P  − PH = P  + HP = (P + H )  = 657 N

E34.  est la masse de la locomotive (L),  est la masse d’un wagon.

L = (10)  est le module de la force sur les 10 wagons venant de la locomotive, de


sorte que le module de l’accélération de l’ensemble est
L 8×105
= 10 = 10(4×104 )
= 2 m/s2

(a) À partir des forces sur le premier wagon (1), où 1L = L est le module de la force exercée
sur le premier wagon par la locomotive et 12 le module de la force sur le premier wagon

88 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


venant du second wagon (2) :
P ¡ ¢
 = 1L − 12 =  =⇒ 12 = 1L −  = 8 × 105 − 4 × 104 (2) = 720 × 105 N

(b) À partir des forces sur le dernier wagon (10), où 10 9 est le module de la force exercée
par le 9e wagon sur le 10e :
P ¡ ¢
 = 10 9 =  = 4 × 104 (2) = 800 × 104 N

(c) On a L1 = 1L  le module de la force exercée par le premier wagon sur la locomotive et
LS  le module de la force qui vient du sol sur la locomotive. À partir des forces sur la

locomotive et en considérant qu’elle subit la même accélération :


P
 = LS − L1 =   =⇒
¡ ¢
LS = L1 +   = 800 × 105 + 22 × 105 (2) = 124 × 106 N

E35. À partir de la somme des forces horizontales sur l’ensemble formé des deux patineurs. Le
module de l’accélération commune des deux patineurs est  :
P
 =  = (g + f )  =⇒  = g +f = 60+45
200
=⇒  = 190 m/s2

À partir des forces horizontales qui agissent sur la fille :


P
 =  = f  = 45 (190) =⇒  = 855 N

E36. À partir de cette figure :

Si  représente le module de l’accélération de l’un ou l’autre des blocs et que


°− ° °→ °
°→° °− °
° T ° = ° T 0° = 
P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  sin 30◦ = 1  =⇒  − 5 sin 30◦ = 5 (i)
P
Sur le bloc 2 :  = 2  sin 60◦ −  = 2  =⇒ 6 sin 60◦ −  = 6 (ii)

On additionne (i) et (ii) : 6 sin 60◦ − 5 sin 30◦ = 11 =⇒


6 sin 60◦ −5 sin 30◦
= 11 =⇒  = 240 m/s2

que l’on remplace dans (ii) pour obtenir :  = 6 sin 60◦ − 6 =⇒  = 365 N

E37. (a) À partir de la somme des forces verticales sur l’ensemble formé des deux blocs :
P
 = 1 − (A + B )  = 0 =⇒

1 = (A + B )  = (02 + 03) (98) =⇒ 1 = 490 N

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 89

© ERPI, tous droits réservés.


Sur le bloc B seulement :
P
 = 2 − B  = 0 =⇒ 2 = B  = 03 (98) =⇒ 2 = 294 N

(b) Même réponse qu’en (a) car  = 0 lorsque la vitesse est constante :

1 = 490 N et 2 = 294 N

(c) Sur l’ensemble formé des deux blocs :


P
 = 1 − (A + B )  = (A + B )  =⇒

1 = (A + B )  + (A + B )  =⇒

1 = (A + B ) ( +  ) = (02 + 03) (98 + 2) =⇒ 1 = 590 N

Sur le bloc B seulement :


P
 = 2 − B  = B  =⇒ 2 = B ( +  ) = 03 (98 + 2) =⇒ 2 = 354 N

(d) La solution est identique à (c) avec  = −2 m/s2  Ainsi

1 = 390 N et 2 = 234 N

(e) On remarque que 1 est toujours plus grand que 2 . Ainsi, la corde du haut atteindra le
maximum permis avant celle du bas. Sur l’ensemble formé des deux blocs :
P
 = 1 − (A + B )  = (A + B )  =⇒ 10 − 05 = 05 =⇒
10−05
 = 05 = 102 m/s2 =⇒  = 102 m/s2

E38. Les blocs portent les numéros de la figure 5.29 et les systèmes d’axes utilisés sont les
mêmes. Le module de l’accélération commune des blocs est  et on suppose que le bloc 1

(8 ) descend.
P
Sur le bloc 1 :  = 1 −1 = 1  =⇒ 8 −1 = 8  =⇒ 1 = 8 −8  (i)
P
Sur le bloc 2 :  = 1 − 2 − 2 sin  = 2  =⇒ 1 − 2 − 2  sin  = 2  =⇒

1 − 2 = 2  + 2  sin  (ii)
P
Sur le bloc 3 :  = 2 − 3 sin  = 3  =⇒ 2 − 4  sin  = 4  =⇒

2 = 4  sin  + 4  (iii)

On remplace les équations (i) et (iii) dans l’équation (ii) :

8  − 8  − 4  sin  − 4  = 2  + 2  sin  =⇒ 14  = 2  (4 − 3 sin )


2(4−3 sin ) (4−3 sin )
(a)  = 14 = 7
8(1+sin )
(b) 1 − 2 = 2  + 2  sin  = 2 ( +  sin ) =  = 7
(4−3 sin ) 98(4−3 sin 45◦ )
(c)  = 7 = 7 =⇒  = 263 m/s2

1 − 2 = 2 ( +  sin ) = 2 (263 + 98 sin 45◦ ) =⇒ 1 − 2 = 191 N

90 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


E39. (a) On fait la somme des forces sur la poulie du bas, pour laquelle  = 0 :
P
 = 2 −  =  = 0 =⇒  =  9
2 = 2 = 441 N

(b) Comme l’accélération reste nulle, la réponse est identique,  = 441 N

(c) Toujours à partir de la somme des forces sur la poulie du bas :


P (+ )
 = 2 −  =  =⇒  = 2 = 9(98+05)
2 = 464 N

E40. Pour réussir à monter, le singe tire sur la corde et fait apparaître une tension qui agit

sur lui vers le haut :


P
 =  − 10 = 10 (i)

Pour soulever les bananes, on a besoin d’une tension dont le module minimal est  = 12
donc (i) devient :
2
 − 10 = 10 =⇒ 12 − 10 = 10 =⇒  = 10 = 196 m/s2

Le singe doit donc grimper avec une accélération de 196 m/s2

E41. (a) La somme des forces verticales sur l’ensemble du système :


P
 = 0 − (5 + 2 + 3)  = 10 =⇒ 0 = 10 + 10 = 10 (98 + 2) = 118 N
P
(b)  = c  = 2 (2) = 400 N

(c) On considère un nouveau système constitué du bloc inférieur et de la moitié de la corde.


Sur ce nouveau système où  est le module de la tension au milieu de la corde :
P
 =  − (1 + 3)  = 4 =⇒  = 4 ( + ) = 4 (2 + 98) = 472 N

E42. À partir de cette figure :

°− ° °→ °
°→° °− °
Le module de l’accélération commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T 0 ° =  :
P
(a) Sur le bloc 1 :  = 1  −  = 1  (i)
P
Sur le bloc 2 :  =  = 2  (ii)
1 (−) 2(98−4)
On additionne (i) et (ii) : 1  = 1  + 2  =⇒ 2 =  = 4 = 290 kg

(b) Puisque, de (ii),  = 2  =⇒  = 2 que l’on remplace dans (i) :

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 91

© ERPI, tous droits réservés.


³ ´
 1  2(8)
1  −  = 1 2 =⇒ 2 = 1 − = 2(98)−8 = 138 kg

E43. À partir de cette figure :

°− ° °→ °
°→° °− °
L’accélération selon  commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T 0 ° =  :
P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  sin 30◦ = 1  (i)
P
Sur le bloc 2 :  =  cos 20◦ −  = 2  (ii)

On additionne (i) et (ii) :  cos 20◦ − 1  sin 30◦ = 1  + 2  = (1 + 2 ) 


 cos 20◦ −1  sin 30◦ 10 cos 20◦ −3 sin 30◦
(a)  = 1 +2 = 3+5 = −0663 m/s2

donc  = | | = 0663 m/s2 est dirigée vers le bas

(b)  = 1  sin 30◦ + 1  = 3 sin 30◦ + 3 (−0663) = 127 N

E44. (a) La valeur indiquée sur la balance correspond au module de la normale subie par la
personne. Sur la personne, on a
P
 =  −  =  =⇒  =  ( +  ) = 70 (98 + 2) = 826 N

(b)  =  = 686 N

(c) Selon la troisième loi de Newton, la réaction a un module de

686 N et elle agit sur la Terre

E45. La valeur indiquée sur la balance correspond au module de la force normale subie par la
personne. Sur la personne, on a
P −

(a)  =  −  =  =⇒  = − = 0 =⇒ v = constante
P
(b)  =  −  =  =⇒  = − = 600−735
75 =⇒  = −180 m/s2
P − 900−735
(c)  =  −  =  =⇒  =  = 75 =⇒  = 220 m/s2

E46. (a) La vitesse n’a pas d’importance, seule compte la direction de l’accélération :
P
 =  −  =  =⇒  =  ( +  ) = 3 (98 − 4) = 174 N

(b) L’accélération est toujours dans la direction négative de  :


P
 =  −  =  =⇒  =  ( +  ) = 3 (98 − 2) = 234 N

92 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


E47. Le poids apparent de l’astronaute est établi à partir des composantes de la force que
lui transmet le siège dans lequel il prend place, soit la force normale. Pour obtenir ces
composantes, on établit la somme des forces en considérant que l’accélération de la fusée,

qui est aussi celle de l’astronaute, possède deux composantes :

 =  cos  = (24) cos (60◦ ) = 120 m/s2

 =  sin  = (24) sin (60◦ ) = 209 m/s2

Et la somme des composantes de force donne


P
 =  =  =⇒  = 80 (120) = 96 N
P
 =  −  =  =⇒  =  ( +  ) = 80 (98 + 209) = 951 N

De sorte que le module du poids apparent de l’astronaute est


q q
 = 2 + 2 = (96)2 + (951)2 = 956 N

On calcule ensuite l’angle  que fait ce vecteur par rapport à l’horizontale :


³ ´ ¡ ¢

 = arctan  = arctan 951 ◦
96 = 842 par rapport à l’horizontale

E48. (a) Selon l’équation 3.9, l’accélération engendrée par la catapulte correspond à :
 −0 80+0
 = 0 +   =⇒  =  = 21 = 381 m/s2

Durant cette accélération, la somme des forces horizontales sur l’avion correspond à
P
 = cat + poussée = cat + 160 kN =  =⇒

cat =  − 160 × 103 = 12500 (381) − 160 × 103 = 316 × 105 = 316 kN

(b) La somme des forces sur le pilote correspond à


P
 =  =  = 70 (381) = 267 × 103 N
P
 =  −  =  = 0 =⇒  =  = 70 (98) = 686 N

De sorte que le module du poids apparent du pilote est


q q
 = 2 + 2 = (267 × 103 )2 + (686)2 = 276 kN

On calcule ensuite l’angle  que fait ce vecteur par rapport à l’horizontale :


³ ´ ³ ´
 686
 = arctan  = arctan 267×10 3 = 144◦ par rapport à l’horizontale

E49. On doit d’abord calculer l’accélération verticale de la fusée. Pour ce faire, on considère
les données qui sont fournies et on suppose que la masse de 4800 kg inclue celle de
l’astronaute. On rappelle que sur la Lune, le poids d’un objet correspond au sixième de

sa valeur sur la Terre :


P  − 6 155×103 −
4800(98)
 =  −  6 =   =⇒  =  = 4800
6
= 160 m/s2

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 93

© ERPI, tous droits réservés.


On peut ensuite calculer le module de la normale agissant sur l’astronaute, ce à quoi
correspond le poids apparent dans cette situation :
P ¡ ¢
 =  −  
6 =  =⇒  = 6 +  =  6 +  = 70 (163 + 160) = 226 N

− ³ →
− →´
− →
− ³ →
− →´

E50. On a F 1 = 866 i + 5 j N et F 2 = 438 i − 12 j N

− →
− →
− →
− ³−
→ → ´
− ³ →
− →´

Comme F 1 + F 2 + F 3 = 0 =⇒ F 3 = − F 1 + F 2 = −130 i + 700 j N

− →
− →
− ³ →
− →´

E51. On a F 1 + F 2 + F 3 = −567 i + 833 j N

− →
− →
− ³ →
− →´

Comme F 1 + F 2 + F 3 = − →a =⇒ − →
a = −126 i + 196 j m/s2
 21
E52. On donne le module du poids du bloc,  = 21 N, donc  =  = 98 = 214 kg.

On applique la deuxième loi de Newton au bloc,

(a) à l’horizontale :
P
 = 1 cos 1 + 2 cos 2 =  =⇒
P
 = 5 cos (40◦ ) + 7 cos (25◦ ) = (214)  =⇒  = 475 m/s2

 =  = 475 m/s2

(b) à la verticale :
P
 = −1 sin 1 +  −  + 2 sin 2 =  = 0 =⇒
P
 = −5 sin (40◦ ) +  − 21 + 7 sin (25◦ ) = 0 =⇒  = 213 N
P P
E53.  = 9 = 2 et  = −8 = 2 =⇒

 = 602 m/s2 à 416◦ au sud par rapport à l’est


°− ° °− °
°→° °→0 °
E54. (a) Le module de l’accélération commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T ° =  On
suppose que le bloc 1 descend :
P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  = 1 (−)
P
Sur le bloc 2 :  =  −  cos  = 2 

De ces deux équations, on obtient facilement  = 154 m/s2 . Puisque le calcul donne
une valeur positive au module de l’accélération, il confirme que le bloc 1 descend

(b) et  = 198 N

E55. (a) L’axe des  positifs est vers le haut du plan incliné. De l’exemple 5.9, on a :

 = − sin  = −98 (05) = −49 m/s2


 −0 −4
Selon l’équation 3.9 :  = 0 +   =⇒  =  = −49 = 0816 s
2 −0
2
(b) Selon l’équation 3.12 : 2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =
 2 = 163 m

94 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


E56. (a) Le module de l’accélération commune des trois blocs est  et on suppose que le bloc 2 se
déplace vers la droite :
P
Sur le bloc 1 :  = A − 1  = 1 (−)
P
Sur le bloc 2 :  = A − B = 2 
P
Sur le bloc 3 :  = B − 3  = 3 

Si on isole A et B dans la première et la dernière équation et que l’on remplace dans


la seconde, on obtient  = 196 m/s2 vers la droite pour le bloc 2

(b) Avec cette valeur pour le module de l’accélération A = 353 N et B = 329 N

E57. (a) L’axe des  positifs est vers le haut du plan incliné. Le module de l’accélération commune
°− ° °→ °
°→° °− °
des deux blocs est  et ° T ° = ° T 0 ° =  On suppose que le bloc 1 descend :
P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  = 1 (−)
P
Sur le bloc 2 :  = − − 2  sin  = 2 (−)

De ces deux équations on obtient facilement  = 550 m/s2 . Puisque le calcul donne
une valeur positive au module de l’accélération, il confirme que le bloc 1 descend

(b) et  = 430 N

E58. On utilise un système d’axes qui suit le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le bas.
On donne  = 15 kg et  = 41 m/s2 
P
 =  sin (30◦ ) −  =  =⇒  = 120 N

E59. (a) On utilise un système d’axes qui suit le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le haut.
°− ° °− °
°→° °→ °
Le module de l’accélération commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T 0 ° =  On
suppose que le bloc 2 monte sur le plan incliné :
P
Sur le bloc 2 :  =  cos  − 2  sin  −  = 2 
P
Sur le bloc 1 :  =  = 1 

De ces deux équations, on obtient facilement  = 142 m/s2 . Puisque le calcul donne

une valeur positive au module de l’accélération, il confirme que le bloc 2 monte

(b) et  = 284 N

E60. On utilise un système d’axes qui suit le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le haut.
°− ° °→ °
°→° °− °
Le module de l’accélération commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T 0 ° = 

Si le bloc 1 descend avec  = 196 m/s2 :


P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  = 1 (−) (i)

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 95

© ERPI, tous droits réservés.


P
Sur le bloc 2 :  =  − 2  sin  = 2  (ii)

On soustrait (i) de (ii) :

1  − 2  sin  = (1 + 2 )  =⇒ 196 − 2 (98) sin  = (2 + 2 ) (196) (iii)

Si le bloc 1 monte avec  = 122 m/s2 :


P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  = 1  (iv)
P
Sur le bloc 2 :  =  − 2  sin  = 2 (−) (v)

On soustrait (v) de (iv) :

2  sin  − 1  = (1 + 2 )  =⇒ 2 (98) sin  − 49 = (05 + 2 ) (122) (vi)

Si on additionne (iii) et (iv), on trouve 2 = 32 kg et ensuite  = 173◦


°− ° °→ °
°→° °− °
E61. Le module de l’accélération commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T 0 ° = 

Si le bloc 1 descend avec  = 1 m/s2 :


P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  = 1 (−) (i)
P
Sur le bloc 2 :  = − +  = 2  (ii)

On soustrait (i) de (ii) :

1  −  = (1 + 2 )  =⇒ 1 (98) − 22 = (1 + 2 ) (1) (iii)

Si le bloc 1 monte avec  = 175 m/s2 :


P
Sur le bloc 1 :  =  − 1  = 1  (iv)
P
Sur le bloc 2 :  = − +  = 2 (−) (v)

On soustrait (v) de (iv) :

 − 1  = (1 + 2 )  =⇒ 22 − 1 (98) = (1 + 2 ) (175) (vi)

Si on résout les équations (iii) et (vi), on trouve 1 = 306 kg et 2 = 494 kg

E62. (a) On utilise un système d’axes qui suit le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le haut.
P
 =  cos  −  sin  =  =⇒  =  = 115 m/s2
P
(b)  =  −  sin  −  sin  =  = 0 =⇒  = 247 N

E63. Pour faciliter l’énoncé de la solution, on numérote les blocs. Le bloc 1, de masse 2 kg, est

sur la surface horizontale et le bloc 2, de masse 4 kg, est suspendu à la verticale.

Pour décrire le mouvement initial des deux blocs on utilise un axe des  dont le sens
positif est orienté vers la droite pour le bloc 1 et vers le bas pour le bloc 2. Les blocs sont
reliés par une corde, de sorte que l’accélération qu’ils subissent possède à tout instant le
même module .

96 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


La constante du ressort est  = 40 N/m.

(a) À l’instant initial, l’allongement du ressort est nul et ce dernier ne crée aucune force. Sur
le bloc 1, la somme des forces selon  correspond à
P
 =  = 1  (i)

Sur le bloc 2, toujours selon l’axe des , on peut écrire


P
 = 2  −  = 2  (ii)

Si on combine les équations (i) et (ii), on obtient


2  4(98)
2  = (1 + 2 )  =⇒  = 1 +2 = 2+4 = 653 m/s2

(b) La position d’équilibre des blocs est celle pour laquelle l’accélération  est nulle.

Si le ressort s’allonge d’une quantité ∆, la somme des forces selon  sur le bloc 1 devient
P
 = −∆ +  = 0 (iii)

Sur le bloc 2, la somme des forces reste la même mais on suppose que l’accélération est
nulle :
P
 = 2  −  = 0 (iv)

Si on combine les équations (iii) et (iv), on obtient


2 
∆ = 2  =⇒ ∆ =  = 098 m

Lorsque l’étirement du ressort atteint cette valeur, les deux blocs sont, momentanément,
soumis à une force résultante nulle.

(c) La réponse est non . Lorsque le système atteint le point décrit en (b), les blocs sont en

mouvement. Ainsi, le bloc 2 continue de descendre et le ressort s’étire au delà de 098 m.


La force résultante sur chaque bloc change de sens, les blocs finissent par s’immobiliser et
le système repart dans l’autre sens. Si le frottement est négligeable, le système va osciller
pendant très longtemps.

E64. À partir de la figure 5.62a du manuel, on fait la somme des forces verticales sur le bloc,

en supposant que la résultante est nulle :


P
 =  −  = 0 =⇒  = 

La force de traction que subit le pied (pied ) est identique au module de la tension dans
la corde, de sorte que

pied =  =⇒ pied =  (i)

(a) Soit 0 la masse suspendue à la corde à la figure 5.62b du manuel. Un raisonnement

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 97

© ERPI, tous droits réservés.


similaire à la figure précédente 5.62a permet d’écrire que

 = 0 

Le système de poulies redirige la corde sans modifier le module de la tension. Si on fait


la somme des forces horizontales sur le pied, on obtient
P
 = −pied +  +  = 0 =⇒ pied = 2 =⇒ pied = 20 

Si on compare ce résultat à l’équation (i), on déduit la valeur que doit prendre 0 pour
que la traction que subit le pied reste la même :

 = 20  =⇒ 0 = 2

(b) Soit 00 la masse suspendue à la corde à la figure 5.62b du manuel. À nouveau, on peut

écrire que

 = 00 

Si on fait la somme des forces horizontales sur le pied, en tenant compte de l’orientation
de la corde, on obtient
P
 = −pied +  cos  +  cos  = 0 =⇒ pied = 2 cos  =⇒ pied = 200  cos 

Si on compare ce résultat à l’équation (i), on déduit la valeur que doit prendre 00 pour
que la traction que subit le pied reste la même :
 
 = 200  cos  =⇒ 00 = 2 cos(15◦ ) = 193

E65. S’il y a cinq compétiteurs de chaque côté, la somme résultante de part et d’autre de la
partie centrale de la corde correspond à

 = 5 = 5 (100) = 500 N


E66. (a) Le pied de l’athlète pousse sur le bloc de départ avec une force F dirigé vers le bas et
formant un angle de 40◦ avec la verticale. En réaction, le bloc de départ pousse sur le

pied, et l’athlète, avec une force de même module  et de sens opposé.

L’athlète, considéré comme une particule, est donc uniquement soumis à deux forces,
son poids et cette réaction qui vient du bloc. Si on fait la somme des forces verticales
sur l’athlète, en supposant que cette somme est nulle parce que l’accélération doit être
horizontale, on obtient
P  70(98)
 =  cos (40◦ ) −  = 0 =⇒  = cos(40◦ ) = cos(40◦ ) = 8955 N = 896 N

(b) La somme des forces horizontales sur l’athlète s’écrit


P ◦) ◦)
 =  sin (40◦ ) =  =⇒  =  sin(40
 = 8955 sin(40
70 = 822 m/s2

98 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


Problèmes

P1. (a) On considère les forces qui agissent sur la plate-forme et le peintre. Puisque ce dernier
tient la corde, la tension agit deux fois sur le système :
P
 = 2 − ( + )  = 0 =⇒  = (+) 2 = 90(98)
2 = 441 N
P (+)(+ )
(b)  = 2 − ( + )  = ( + )  =⇒  = 2 = 90(98+04)
2 = 459 N

(c) Dans cette situation, il ne reste qu’une corde pour supporter le poids du peintre et de la

plate-forme :
P
 =  − ( + )  = 0 =⇒  = ( + )  = 90 (98) = 882 N  700 N

Donc la corde casse

P2. Tout déplacement du bloc 1 entraîne un déplacement du bloc 2 deux fois plus grand.
Ainsi, la relation entre le module de l’accélération des deux blocs est 1 = 22  On note

que 1 = 2 =  et on suppose que le bloc 1 descend.


P
Sur le bloc 1 :  =  −  =  (−1 ) (i)
P
Sur le bloc 2 :  = 2 −  = 2 (ii)

On enlève deux fois l’équation (i) à l’équation (ii) :



2 −  = 21 + 2 =⇒  = 21 + 2 = 52 =⇒ 2 = 5 = 196 m/s2

1 = 22 = 2 (196) = 392 m/s2 et  =  ( − 1 ) = 1(98 − 392) = 588 N

1 = 392 m/s2 , vers le bas, 2 = 196 m/s2 , vers le haut et  = 588 N

P3. Soit  le module de l’accélération de la poulie et  le module de l’accélération de l’un


ou l’autre des blocs par rapport à la poulie. On considère d’abord les forces sur la poulie
sans masse :
P 100
 = 100 − 2 = P P = (0)P = 0 =⇒  = 2 = 50 N

On suppose que le bloc de 5 kg descend.


P
Sur le bloc de 5 kg :  =  − (5)  = (5) (5 kg) = (5) ( − ) (i)
P
Sur le bloc de 2 kg :  =  − (2)  = (5) (2 kg) = (2) ( + ) (ii)
3
On soustrait 2(i) à 5(ii) : 5 − 2 = 10 + 10 = 20 =⇒  = 20 = 750 m/s2  que l’on
remplace dans (i) pour obtenir  = 770 m/s2

(a) (5 kg) =  −  = 02 m/s2 =⇒ (5 kg) = 02 m/s2 vers le haut

(2 kg) =  +  = 152 m/s2 =⇒ (2 kg) = 152 m/s2 vers le haut

(b)  = 500 N

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 99

© ERPI, tous droits réservés.


°− ° °− °
°→° °→0 °
P4. Le module de l’accélération commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T ° =  On
suppose que le bloc de 5 kg descend.
P
Sur le bloc de 5 kg :  =  − 5 = 5 (−) (i)
P
Sur le bloc de 3 kg :  =  − 3 = 3 (ii)
2
Si on soustrait (i) de (ii) : 5 − 3 = 8 =⇒  = 8 = 245 m/s2

Le bloc de 3 kg va monter de ∆1 = 4 m avant que le bloc de 5 kg touche le sol. Selon

l’équation 3.12, la vitesse du bloc de 3 kg sera :


p p
2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒  =
 1  2 ∆1 = 2 (245) (4) = 443 m/s

C’est la vitesse initiale du mouvement de chute libre de ce bloc. On suppose que la corde

n’a plus d’effet sur le mouvement. La distance verticale supplémentaire franchie ∆2 sera,
selon l’équation 3.16 :
2 −0
2 2
0 (443)2
2 = 0
2 − 2∆ =⇒ ∆ =
2 2 2(−) = 2 = 2(98) = 100 m

La hauteur maximale atteinte est ∆1 + ∆2 = 4 + 1 = 500 m

P5. À partir de cette figure :

¡¢
La longueur de la corde est  = 2 sin  où  est l’angle sous-tendu par cette corde
2
¡ ¢
dans le cercle. Le module de l’accélération le long de la corde est  =  sin 2

À partir de l’équation 3.11, on observe que


4 sin( 2 )
q
 = 12 2 =⇒ 2 = 2
 =  sin(  = 4
 =⇒  = 2 
2 )
Donc le temps pour descendre est indépendant de la corde choisie =⇒ CQFD

P6. À partir de cette figure :

100 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


L’application du théorème des vitesses relatives, dans le contexte d’une situation accélérée
mène à (s : sol, m : bloc m, M : coin M) :


v ms = −

v mM + −

v Ms =⇒ −

a ms = −

a mM + −

a Ms =⇒ −

a mM = −

a ms − −

a Ms
Comme le bloc reste en contact avec le plan, mM = 0
Dans le référentiel fixé au sol, les forces s’appliquant sur le bloc sont, selon la figure, le
poids et la normale. Selon un axe des  positifs parallèle à la surface sur laquelle glisse
P
le bloc :  =  sin  = ms =⇒ ms =  sin  =⇒
mM = ms − Ms =  sin  − 5 cos 37◦ = 98 sin 37◦ − 5 cos 37◦ = 190 m/s2
°− ° q
°→
a Ms ° = (mM )2 + (mM )2 = 190 m/s2
°− ° °→ °
°→° °− °
P7. Le module de l’accélération commune des deux blocs est  et ° T ° = ° T 0 ° = 
On suppose que le bloc de droite descend.
P
Sur le bloc de droite et la lamelle :  =  − ( + )  = ( + ) (−) (i)
P
Sur le bloc de gauche :  =  −   =   (ii)
Si on soustrait (i) de (ii) : ( + )  −   = ( + ) +   =⇒

 = (2 + ) =⇒  = 2+

Le bloc de droite descend d’une distance . La composante verticale de sa vitesse est


donnée par l’équation 3.12 :
³ ´ q
 2
2 = 0
2 + 2 ∆ = 2 (−) (−) = 2
 2+  =⇒  = − 2+
Il conserve cette vitesse sur une distance  pendant un temps  Ainsi :
 2 2 (2+)2
| | =  =⇒ 2+ = 2
=⇒  = 22
=⇒ CQFD
P8. À partir de cette figure :

(a) Soit  le module de l’accélération du coin par rapport au sol et 0  le module de l’accé-

lération vers le bas du bloc par rapport au coin. À partir de la figure et de la troisième
loi de Newton :
P
Sur le coin :  = − sin  =  (−) (i)

⎨ P  =  sin  =  (− + 0 cos )

(ii)
Sur le bloc : P

⎩  =  cos  −  =  (−0 sin ) (iii)

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 101

© ERPI, tous droits réservés.


On additionne les équations (i) et (ii) :
0 = −  +  (− + 0 cos ) =⇒ 0 = − ( + )  + 0 cos  =⇒
(+)
0 =  cos  (iv)

On divise l’équation (i) par l’équation (iii), dans laquelle on a isolé à gauche  cos  :
−
− 0 ( tan  )
− tan  = (− 0 sin ) =⇒  = sin 

À partir de cette dernière égalité et de (iv), on a :


(− tan  )
sin  = (+)
 cos 

À partir de cette relation, après simplifications, on aboutit à :


 sin  cos 
= (v)
(+ sin2 )
Et les composantes de l’accélération de  par rapport au sol :
(+)  sin  cos 
 = − + 0 cos  = − +  =⇒  =
(+ sin2 )
³ ´
(+) (+) sin2 
 = −0 sin  = −  cos  sin  =⇒  = −
(+ sin2 )
  sin  cos 
(b) De (i) et (v) :  = sin  = =⇒
(+ sin2 ) sin 
 cos 
= + sin2 
=⇒ CQFD

P9. (a)  est la masse totale de la chaîne et  =  est la masse de la portion  de chaîne qui
pend. À partir de la direction fixée pour l’axe des  positifs à la figure 5.70 :
P ³ ´
 =  =   =⇒    =   =⇒  =  =  

(b) On modifie l’expression de l’accélération :


     
 =  =   =   =  

Si on récupère le résultat de la question (a) :


  
 =  =   =⇒   =  
On intègre de part et d’autre :
R R ¡ ¢ q ¡ ¢
  =   =⇒ 
2 =  2 −  2
 0 =⇒  =  2 2
  − 0 =⇒ CQFD
0 0
P10. À partir de cette figure :

102 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.




(a) Soit A l’accélération de la masse 1 par rapport au plafond et →

a  l’accélération de la
masse 3 par rapport à la poulie qui la supporte. On suppose que la masse 1 descend et
que la masse 3 monte. Si la masse des poulies est négligeable, les modules des tensions

sont reliés par  = 21 et 1 = 22  La somme des forces sur chaque masse donne :
P
Sur la masse 1 :  = 1 − 1  = 1 (−) (i)
P
Sur la masse 2 :  = 2 − 2  = 2 ( − ) (ii)
P
Sur la masse 3 :  = 2 − 3  = 3 ( + ) (iii)

En multipliant 3 à (ii) et en l’additionnant à (iii) multiplié par 2  on obtient :

2 (2 + 3 ) − 22 3  = 22 3 



Comme 2 = 4 cette dernière équation devient :
 (2 + 3 ) − 82 3  = 82 3  (iv)

De l’équation (i) on a :
1 −1 1 − 2
= 1 = que l’on insère dans (iv) pour obtenir :
1 µ ¶
1 − 2
 (2 + 3 ) − 82 3  = 82 3 1 =⇒
¡ ¢
1  (2 + 3 ) − 81 2 3  = 82 3 1  − 2 =⇒

1  (2 + 3 ) − 161 2 3  = −42 3  =⇒


161 2 3 
 = 1 (2 +3 )+42 3 =⇒ CQFD
1 −1 1 − 2 
(b) Sur la masse 1 :  = 1 = 1 =− 21

On insère le résultat de la question (a) dans cette équation :


 82 3 
=− 21 =− 1 (2 +3 )+42 3 =⇒
82 3  1 (2 +3 )−42 3 
=− 1 (2 +3 )+42 3 = 1 (2 +3 )+42 3

L’équation donnée dans le manuel correspond donc au module de l’accélération de la


masse 1 .

(c) Pour que ce module d’accélération soit toujours positif, il faut que :

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 103

© ERPI, tous droits réservés.


1 (2 + 3 )  42 3 =⇒ 1 2 + 1 3  42 3 (v)

Mais puisque 1  2 + 3

1 2 + 1 3  (2 + 3 ) 2 + (2 + 3 ) 3 = 22 + 22 3 + 23

En combinant cette dernière relation avec l’équation (v), il faut donc que :

22 + 23  22 3 (vi)

On sait aussi que 2  3  ce qui permet d’écrire que :

3 = 2 − ∆ où ∆ est une quantité positive. L’expression (vi) devient :

22 + (2 − ∆)2 = 222 − 22 ∆ + ∆2  22 (2 − ∆) = 222 − 22 ∆ =⇒

∆2  0 =⇒ CQFD

P11. Pour faciliter l’énoncé de la solution, on numérote les cordes. Celle de gauche dans la
figure 5.73 porte le numéro 2.

Parce qu’elle supporte le bloc 2, le module de la tension dans cette corde correspond au
poids de ce bloc :

2 = 2  = 145 (98) = 1421 N

La corde de droite porte le numéro 1 et la tension qu’elle crée sur la jambe correspond
au poids du bloc 1. La masse du bloc 1 est l’une des inconnues du problème.

1 = 1 

On donne  = 150 N, le poids de la jambe du patient. Cette jambe fait un angle de 20◦
avec l’horizontale.

Pour décrire les composantes des forces qu’elle subit, on utilise un système dont l’axe des
 est parallèle à la jambe, avec le sens positif vers le pied du patient.

Par rapport à ce système d’axes, la somme des composantes de force selon  s’écrit
P
 = 1 −  sin (20◦ ) + 2 cos  = 0 (i)

La somme des composantes de force selon  correspond à


P
 = − cos (20◦ ) + 2 sin  = 0 (ii)

L’équation (ii) permet de calculer  :


 cos(20◦ ) 150 cos(20◦ )
− cos (20◦ ) + 2 sin  = 0 =⇒ sin  = 2 = 1421 = 09919

Cette équation permet deux solutions, soit 1 = 827181◦ et 2 = 972819◦

Il suffit de remplacer  dans l’équation (i) afin de trouver les valeurs possibles pour 1 .

Avec 1 = 827◦ , on trouve 1 = 340 kg .

104 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) v13

© ERPI, tous droits réservés.


Et si 2 = 973◦ , on obtient 2 = 707 kg .

v13 Mécanique, Chapitre 5 : Dynamique de la particule (Partie 1) 105

© ERPI, tous droits réservés.