Vous êtes sur la page 1sur 23

Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2)

Exercices

 2 −2
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = 8 −10 = −15 m/s2 2 2
E1. (a) 2 = 0   2∆ 2(12)
P
 = − =  = 009(−15) =⇒  = 0135 N
 0135
(b) Selon l’équation 6.1 : c = c  = c  =⇒ c =  = 009 = 0153

E2. (a) Comme seulement deux des roues contribuent à la propulsion, le module de la normale

correspond à la moitié de celui du poids. Si l’axe des  positifs est dans le sens du
mouvement :
P ¡ ¢
 =  = s  = s 
2 =  =⇒
s  08
 = 2 = 2 = 392 m/s2 =⇒  = 392 m/s2

(b) Les quatre roues contribuent au freinage, donc


P
 = − = −s  = −s  =  =⇒  = −s  =⇒  = s  = 784 m/s2

E3. Les forces de frottement sont vers la droite, dans le sens contraire du déplacement. L’axe
des  positifs est vers la gauche pour le bloc de 2 kg et vers le bas du plan incliné pour

le bloc de 5 kg.

(a) Sur le bloc de 5 kg :


P
 =  −  cos  = 0 =⇒  = 5 cos 
P
 =  sin  −  −  = 5 sin  −  − c (5 cos ) = 0 (i)

Sur le bloc de 2 kg :
P
 =  −  = 0 =⇒  =  = 2
P
 =  −  =  − c (2) = 0 (i)

En additionnant (i) avec (ii) :

5 sin  − c (5 cos ) − c (2) = 0 =⇒ 5 sin  = c (5 cos  + 2) =⇒


5 sin  5 sin 30◦
c = 5 cos +2 = 5 cos 30◦ +2 = 0395

(b) (ii)  = 2c  = 2(0395) = 774 N

E4. On utilise un système d’axes qui suit le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le haut.
P
(a)  =  −  cos  = 0 =⇒  =  cos 
P
 =  −  sin − = ( cos ) −  sin  = 0 =⇒
 sin 
=  cos  = tan  = tan 37◦ = 0754

106 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


Puisque s  0754 le bloc ne se met pas en mouvement
P
(b)  =  −  cos  − 0 sin  = 0 =⇒  =  cos  + 0 sin 
P
 = 0 cos  −  sin  −  = 0 cos  −  sin  − c ( cos  + 0 sin ) =  =⇒
0 cos − sin −c ( cos +0 sin ) 40 cos 37 −1 sin 37 −06(1 cos 37 +40 sin 37 )
 =  = 1 =⇒

 = 691 m/s2

Donc  = 691 m/s2 vers le haut du plan incliné




E5. On utilise un axe des  positifs dans la direction de F , la force appliquée sur la caisse

(1), de masse 1 = 20 kg, par la personne (2), de masse 2 = 80 kg. On donne s = 08,
le coefficient de friction statique sur la personne et c = 04, le coefficient de friction
cinétique sur le bloc.

− →
− →
− →

(a) La caisse est soumise à quatre forces : son poids P 1 = −1  j , la normale N 1 = 1 j ,

− → −
− → →

la force de friction cinétique f 1 = −c 1 i et F =  i . On applique la première loi de

Newton selon , la deuxième loi selon  et on obtient


P
 = 1 − 1  = 0 =⇒ 1 = 1  =⇒
P
 =  − c 1 = 1  =⇒  − c 1  = 1  (i)

On suppose que la personne reste immobile pendant qu’elle pousse sur la caisse. L’ac-
célération maximale du bloc est obtenue si la force de friction statique sur la personne

− →

atteint sa valeur maximale, soit f 2 = −s 2 i . Sur la personne, les autres forces sont

− →
− →
− →
− →
− →

la normale, N 2 = 2 j , le poids, P 2 = −2  j et la réaction à F , soit − F . Encore
une fois, on applique la première loi selon , la seconde selon  et on obtient
P
 = 2 − 2  = 0 =⇒ 2 = 2  =⇒
P
 = − + s 2 = 0 =⇒ −  + s 2  = 0 =⇒  = s 2  (ii)

On remplace l’équation (ii) dans l’équation (i) et on calcule

s 2  − c 1  = 1 
s 1 −c 2  08(80)−04(20)
 = 1 = 20 = 274 m/s2 =⇒  = 274 m/s2

(b) À partir de (ii), on calcule :  = s 2  = 08(80) = 627 N

E6. (a) La valeur maximale du module de la force de frottement statique est :

s(max) = s  = 343 N

La force extérieure appliquée sur le bloc possède un module  = 30 N.

Comme   s(max) , le bloc reste au repos et  =  = 300 N

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 107

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Si le bloc se déplace vers la gauche alors la force de frottement est dirigée vers la droite,

→ →
− →
− −

fc = c i = c  i = c  i

et la somme des composantes horizontales de force donne


P
 = 30 + c  =  =⇒  = 30+ 
c 
= 30+05(5)
5 = 109 m/s2 =⇒

− →

 = 109 i m/s2

− →
− →
− →

(c) Si le bloc se déplace vers la droite alors fc = −c i = −c  i = −c  i et
P
 = 30 − c  =  =⇒  = 30− 
c 
= 30−05(5)
5 = 110 m/s2 =⇒

− →

 = 110 i m/s2
P
E7. (a)  =  −  −  sin  = 0 =⇒  =  +  sin 
P
 =  cos  −  =  cos  − s ( +  sin ) = 25 cos 37◦ − 05(3 + 25 sin 37◦ )  0

Il ne bouge pas
 cos 37◦ −c (+ sin 37◦ ) 25 cos 37◦ −02(3+25 sin 37◦ )
(b)  =  = 3 = 369 m/s2 =⇒

→ →

a = 369 i m/s2
P
E8. (a)  =  −  +  sin  = 0 =⇒  =  −  sin 
P
 =  cos  −  =  cos  − s ( −  sin ) = 25 cos 37◦ − 05(3 − 25 sin 37◦ )  0

Il bouge
 cos 37◦ −c (− sin 37◦ ) 25 cos 37◦ −02(3−25 sin 37◦ )
(b)  =  = 3 = 570 m/s2 =⇒

→ →

a = 570 i m/s2

E9. Le système d’axes est orienté selon le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le bas.
P
(a)  =  −  cos  = 0 =⇒  =  cos 
P
 =  sin  − s ( cos ) = 25 sin 53◦ − 05(25 cos 53◦ )  0 il bouge, et
P
 =  sin  − c ( cos ) =  =⇒
 sin −c ( cos ) 25 sin 53◦ −025(25 cos 53◦ )
 =  = 25 = 637 m/s2 =⇒

 = 637 m/s2 vers le bas


P
(b)  =  sin  +  =  sin  + c ( cos ) =  =⇒

 =  sin  + c ( cos ) =  sin 53◦ + 025( cos 53◦ ) = 931 m/s2 =⇒

 = 931 m/s2 vers le bas


P
(c)  =  sin  −  =  sin  − c ( cos ) =  =⇒

 =  sin  − c ( cos ) =  sin 53 − 025( cos 53 ) = 637 m/s2 =⇒

 = 637 m/s2 vers le bas

108 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


P
E10.  =  −  = 0 =⇒  = 

On utilise un axe des  positifs dans la direction du mouvement :


P
 = − = − =  =⇒  = −  = −(−6) 98 = 0612

E11. 100 km/h = 278 m/s

À l’horizontale, avec un axe des  positifs dans le sens du mouvement :


2
2 − 2
2 + 2 ∆ =⇒  =  0 = 0−(278) = −643 m/s2 =⇒
2 = 0   2∆ 2(60)
P
 = − = −c  =  =⇒ c = −  = − −643
98 = 0656

(a) L’axe des  positifs est dans le sens du mouvement, vers le bas du plan incliné :
P
 =  −  cos  = 0 =⇒  =  cos 
P
 =  sin  − c ( cos ) =  =⇒

 =  sin  − c ( cos ) =  sin 10◦ − 0656( cos 10◦ ) = −463 m/s2


2 −0
2
0−(278)2
2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =
 2 = 2(−463) = 833 m

(b) L’axe des  positifs est dans le sens du mouvement, vers le haut du plan incliné :
P
 = − sin  − c ( cos ) =  =⇒

 = − sin  − c ( cos ) = − sin 10◦ − 0656( cos 10◦ ) = −803 m/s2


2 −0
2
0−(278)2
2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =
 2 = 2(−803) = 480 m

E12. 80 km/h = 222 m/s

(a) L’axe des  positifs est dans le sens du mouvement, vers le bas du plan incliné :
P
 =  sin  − c ( cos ) =  =⇒

 =  sin  − c ( cos ) =  sin 40◦ − 01( cos 40◦ ) = 555 m/s2


 −0 222−0
 = 0 +   =⇒  =  = 555 = 400 s
2 −0
2
(222)2 −0
(b) 2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =
 2 = 2(555) = 444 m

E13. L’axe des  positifs est dans le sens du mouvement, vers le haut du plan incliné :
P
 = − sin  − c ( cos ) =  =⇒

 = − sin  − c ( cos ) = − sin 10 − 01( cos 10 ) = −267 m/s2


2 −0
2
0−(222)2
2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =
 2 = 2(−267) = 923 m

E14. (a) Pour une traction avant :


P
 = AV = s  = s (06) = AV =⇒ AV = s (06)

Pour une propulsion arrière :


P
 = AR = s  = s (04) = AR =⇒ AR = s (04)

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 109

© ERPI, tous droits réservés.


 −0 A R AV 06
 = 0 +   =⇒  =  =⇒ AV = A R = 04 = 150

(b) Que ce soit une traction avant ou une propulsion arrière, les quatre roues contribuent au
freinage :
P
 = −AV = −AR = −c  =  =⇒  = −c 

Comme l’accélération durant le freinage est la même, la distance d’arrêt doit l’être aussi :
∆A R
∆AV = 100
P
E15. (a) Pour l’ensemble :  =  − c (A + B + C ) = (A + B + C )
 −c (A +B +C ) 200−01(150)
 = A +B +C = 150 = 0353 m/s2 =⇒  = 0353 m/s2

(b) Sur la patineuse A :


P
 =  − c A  − 1 = A  =⇒

1 =  − c A  − A  = 200 − 01(50) − 50(0353) = 133 N

(c) Sur la patineuse C :


P
 = 2 − c C  = C  =⇒ 2 = c C  + C  = 40(01 + 0353) = 533 N

E16. L’axe des  positifs est dans le sens du mouvement, vers le bas du plan incliné :

∆ = 0  + 12  2 =⇒  = 2( ∆−
2
0 
) = 2( 24−0
32
) = 0533 m/s2
P  sin 20◦ −0533
 =  sin  − c ( cos ) =  =⇒ c =  sin −
 cos  =  cos 20◦ =⇒

c = 0306
P
E17. (a)  =  cos  − s ( +  sin ) =  cos  − s  −  s sin 

Pour que le bloc se mette en mouvement, il faut que :


P s 
 =  (cos  − s sin ) − s   0 =⇒   cos − sin  s

(b) Comme cette expression donne le module de la force nécessaire, le dénominateur à droite
de l’égalité doit toujours être positif, ce qui implique que :
cos 
s sin   cos  =⇒ s  sin  = cot 


En d’autres mots, si s  cot  alors   0 ce qui est équivalent à ce que F pointe
vers le haut. Finalement, si c = cot  =⇒  −→ ∞ , et le bloc ne peut pas bou-
ger ! =⇒ CQFD

(c) On revient à la somme des forces :


P
 =  cos  − c  −  c sin  =  dans laquelle c = cot  donc
P ¡ ¢
 =  cos  − c  −  cos
sin  sin  =  =⇒ − c  =  =⇒  = −c 

E18. Le système d’axes est orienté selon le plan incliné, l’axe des  positifs est vers le haut.

110 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


P
(a)  =  −  cos  −  sin  = 0 =⇒  =  cos  +  sin 
P
 =  cos  − c ( cos  +  sin ) −  sin  =  =⇒
 cos −c ( cos + sin )− sin  25 cos 37◦ −01(5 cos 37◦ +25 sin 37◦ )−5 sin 37◦
 =  = 5 =⇒

 = −298 m/s2 =⇒  = 298 m/s2 , vers le bas

(b) ∆ = 0  + 12  2 = (6)(2) + 12 (−298)(2)2 = 604 m

E19. (a) À partir de la somme des forces horizontales sur le bloc A :


P
 = s = A  = 0 =⇒ s = 0

(b) La force maximale appliquée au bloc B est celle qui fait que le frottement statique entre
les deux blocs atteint sa valeur maximale. À partir de la somme des forces sur le bloc A :
P
 =  − A  = 0 =⇒  = 2
P 
 = s(max) = A  =⇒  = s(max) A = s (2)
2 = s  = 025 = 245 m/s2

On reprend la somme des forces horizontales sur l’ensemble des deux blocs :
P
 =  = (A + A )  = 7(245) = 172 N

E20. Soit la somme des forces sur le bloc A :


P
 =  = A  = 2
P 2 
 = s − A  = 0 =⇒ s  − 2 = 0 =⇒ s =  = 

Soit la somme des forces horizontales sur l’ensemble des deux blocs :
P
 =  = (A + B ) =⇒  = A +B = 2+3 60
= 12 m/s2 =⇒
 98
s =  = 12 = 0817

E21. Pour le bloc 2, on utilise un système d’axe orienté selon le plan incliné. L’axe des 

positifs pour le bloc 1 et l’axe des  positifs pour le bloc 2 sont orientés dans le sens du
mouvement. Le module de l’accélération commune des deux blocs est 

(a) La somme des forces sur le bloc 1 :


P
 = 1  −  = 1  (i)

La somme des forces sur le bloc 2 :


P
 =  − 2  cos  = 0 =⇒  = 2  cos 
P
 =  −  − 2  sin  =  − 2  sin  − c 2  cos  = 2  (ii)

On additionne (i) avec (ii) : 1  − c 2  cos  − 2  sin  = (1 + 2 ) =⇒


1 −c 2  cos −2  sin  5−025(5) cos 37◦ −5 sin 37◦
= 1 +2 = 10 = 0980 m/s2

(b) Si le mouvement change de sens, seul le signe de la force de frottement est modifié.

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 111

© ERPI, tous droits réservés.


La somme des forces sur le bloc 1 :
P
 = 1  −  = 1  (i)

La somme des forces sur le bloc 2 :


P
 =  − 2  cos  = 0 =⇒  = 2  cos 
P
 =  − 2  sin  +  =  − 2  sin  + c 2  cos  = 2  (ii)

On additionne (i) avec (ii) : 1  + c 2  cos  − 2  sin  = (1 + 2 ) =⇒


1 +c 2  cos −2  sin  5+025(5) cos 37◦ −5 sin 37◦
= 1 +2 = 10 = 294 m/s2

(c) Si 1 se déplace vers le haut


P
Sur le bloc 1 :  = −1  +  = 0 (i)
P
Sur le bloc 2 :  = − + 2  sin  −  = −c 2  cos  + 2  sin  −  = 0 (ii)

On additionne (i) avec (ii) : −1  − c 2  cos  + 2  sin  = 0 =⇒

1 = 2 (sin  − c cos ) = 6(sin 37◦ − 025 cos 37◦ ) =⇒ 1 = 240 kg

Si 1 se déplace vers le bas


P
Sur le bloc 1 :  = −1  +  = 0 (i)
P
Sur le bloc 2 :  =  + 2  sin  −  = c 2  cos  + 2  sin  −  = 0 (ii)

On additionne (i) avec (ii) : −1  + c 2  cos  + 2  sin  = 0 =⇒

1 = 2 (c cos  + sin ) = 6(025 cos 37◦ + sin 37◦ ) =⇒ 1 = 480 kg

E22. On remarque que lorsque le bloc 1 descend de 1 m, le bloc 2 se déplace de 2 m, donc la


relation entre le module des accélérations est 2 = 21  On décrit le mouvement des deux
blocs par rapport à un axe des  positifs vers la droite pour le bloc 2 et vers le bas pour
le bloc 1.
P
Sur le bloc 1 :  = 1  − 2 = 1 1 (i)
P
Sur le bloc 2 :  =  − 2 = 2 2 = 2 (21 ) (ii)
1 −1 
On remplace les valeurs de 1 et 1 fournies dans (i) :  = 2
3−3(06) 4−4(16)
On trouve cas 1 = 2 = 138 N et cas 2 = 2 = 164 N

On remplace ces valeurs de tension dans (ii) pour obtenir deux équations contenant deux

inconnues :

138 − 2 = 2 (2(06)) =⇒ 2 = 138 − 122

164 − 2 = 2 (2(16)) =⇒ 2 = 164 − 322

On résout ces deux équations et on trouve 2 = 130 kg et 2 = 122 N

112 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


E23. (a) Pour les deux blocs, on utilise un axe des  positifs dans le sens de l’accélération commune
 = 1 m/s2 .

Sur le bloc de 4 kg :
P
 =  −  −  =  −  − c 4 = 4 (i)

Sur le bloc 5 kg :
P
 =  −  −  sin  =  − c 5 cos 53◦ − 5 sin 53◦ = 5 (ii)

On additionne (i) avec(ii) :  − c 4 − 5 sin 53◦ − c 5 cos 53◦ = (4 + 5) =⇒

 = (05)4 + 5 sin 53◦ + (05)5 cos 53◦ + 9(1) = 825 N

(b) À partir de l’équation (i) on calcule

 −  − c 4 = 4 =⇒  =  − c 4 − 4 = 825 − (05)4 − 4(1) = 589 N

(c) On maintient l’axe des  positifs vers la gauche ou le haut du plan incliné.
P
Sur le bloc de 4 kg :  =  −  +  =  −  + c 4 = 4 (i)
P
Sur le bloc de 5 kg :  =  −  +  sin  =  + c 5 cos 53◦ − 5 sin 53◦ = 5 (ii)

On additionne (i) avec (ii) :  + c 4 − 5 sin 53◦ + c 5 cos 53◦ = (4 + 5) =⇒


 +c 4−5 sin +c 5 cos 
= 9 =⇒
10+(05)4−5 sin 53◦ +(05)5 cos 53◦
 = 9 = 0579 m/s2 donc vers le haut du plan incliné
sur le bloc de 5 kg.

E24. À partir de la somme des forces verticales sur le bloc 2 kg :


P
 =  −  = 0 =⇒  =  = 2 =⇒ 62 = c (2)

À partir de la somme des forces verticales sur l’ensemble formé des 2 blocs :
P
 =  − ( +  )  = 0 =⇒  = ( +  )  = (6 + 2) = 8 =⇒ 6s = c (8)

La somme des forces horizontales sur le bloc de 6 kg :


P
 = −62 − 6s +  = −c (2) − c (8) +  =   =⇒  − c (10) = 6 =⇒

c = 10
−6
= 24−6(3)
10 = 00612
P
E25.  = 1 cos 1 + 2 cos 2 − c  = 
P
 =  − 1 sin 1 −  + 2 sin 2 = 0

On résout ce système d’équations et on trouve que  = 3455 N et  = 537 m/s2

E26. 108 km/h = 30 m/s, l’axe des  positifs est orienté selon le mouvement.
P
 = −s = s  =  =⇒  = −s  et
2 −0
2 2 −0
2
2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =
 2 = −2s 

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 113

© ERPI, tous droits réservés.


2 −0
2
0−302
(a) ∆ = −2s  = −2(09) = 510 m
2 −0
2
0−302
(b) ∆ = −2s  = −2(03) = 153 m

Les pneus ne glissent pas par rapport à la chaussée

E27. On doit d’abord établir si la luge est soumise à une force de frottement. La façon la plus
simple de montrer qu’il y a bien une force de frottement est de faire la somme des forces
sur la luge. Pour ce faire, on utilise un système d’axes orienté selon le plan incliné avec

l’axe des  positifs vers le haut. Comme la luge monte à vitesse constante, la somme des
composantes de force est nulle selon  et .

Dans la somme des composantes horizontales de forces on introduit c , le module de la

force de frottement cinétique que l’on suppose dirigée vers le bas :


P
 =  cos 25◦ −  sin 15◦ − c = 0 =⇒

c =  cos 25◦ −  sin 15◦ = (16) cos 25◦ − (36) (98) sin 15◦ = 537 N

Ce qui confirme la présence de frottement.

La somme des composantes verticales de force permet d’établir le module de la normale,


P
 =  −  cos 15◦ +  sin 25◦ = 0 =⇒

 =  cos 15◦ −  sin 25◦ = 273 N

et ensuite de calculer la valeur du coefficient de frottement :


c 537 N
c = c  =⇒ c =  = 273 N = 0197

Si l’enfant lâche la corde, la luge continue brièvement de monter la pente et la force de


frottement est toujours vers le bas. Toutefois, le module de la normale n’est plus le même :
P
 =  −  cos 15◦ = 0 =⇒  =  cos 15◦

Si on utilise un axe des  positifs dirigé vers le haut de la pente, on obtient, pour la
somme des composantes de force dans cette direction :
P
 = − sin 15◦ − c  = − sin 15◦ − c  cos 15◦ =  =⇒

 = − sin 15◦ − (0197) cos 15◦ = −440 m/s2 =⇒

 = 440 m/s2 pendant que la luge continue de monter

Lorsque la luge repart vers le bas, la force de frottement change de sens :


P
 = − sin 15◦ + c  = − sin 15◦ + c  cos 15◦ =  =⇒

 = − sin 15◦ + (0197) cos 15◦ = −0672 m/s2 =⇒

 = 0672 m/s2 lorsque la luge se met à redescendre

114 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


E28. Au sommet, si l’eau est sur le point de sortir, c’est qu’il y a absence de force normale :
P 2 √ p
 =  =   =⇒  2 =  =⇒  =  = 08(98) = 280 m/s

E29. (a) Au sommet, si la voiture est à la limite de contact, il y a absence de force normale :
P 2 √
 =  =   =⇒  2 =  =⇒  = 20 = 140 m/s

(b) Au fond de la vallée, la force normale devient nécessaire pour s’opposer au poids :
P 2 2 142
 =  −  =   =⇒  =  +   = 75( + 20 ) = 147 × 10 N
3

E30. 60 km/h = 167 m/s


P  2 2 1672
 =  =  =  =  =⇒  =  = 60 = 0472

E31. Puisque la rotation se produit dans un plan horizontal, on choisit l’axe des  horizontal,
orienté selon la force centripète nécessaire.
P 
 =  cos  −  = 0 =⇒  = cos 
P 2  2 2
 =  sin  =  =⇒ ( cos  ) sin  =   =⇒ tan  =  =⇒ CQFD


E32. (a) Dans le plan de la figure 6.59, les deux seules forces appliquées sur l’avion sont P,la
force de poussée qui agit perpendiculairement aux ailes et  −

g , son poids. Soit , l’angle


d’inclinaison de l’avion ou l’angle que forme P avec la verticale. On utilise un système

d’axes similaire à celui de la figure 6.14. Selon , l’accélération est nulle et selon , elle
correspond à l’accélération centripète. À partir des lois de Newton, on calcule l’angle
d’inclinaison de l’avion :
P 
 =  cos  −   = 0 =⇒  = cos  =⇒
P 2  2 2 1112
 =  sin  =   =⇒ ( cos  ) sin  =  =⇒ tan  =  = 2000 =⇒  = 322◦

(b) Le poids apparent du pilote, de masse  = 70 kg, correspond au module de la force



− →

normale N qu’il subit, et qui est dans le même sens que P. On calcule la somme des
forces dans la direction , et on obtient
P  70
 =  cos  −  = 0 =⇒  = cos  = cos(322◦ ) = 811 N

E33. (a) On utilise un système d’axe tangent à la paroi du cercle et on trouve la somme des forces
sur le bloc au moment où la force de frottement statique prend sa valeur maximale.
P
 = − sin  + s  = 0 =⇒  sin  =  s
(i)
P 2 2
 =  −  cos  =  =⇒  =  cos  +   (ii)

On remplace (ii) dans (i) :


2
s ( cos +  ) 2 2
 sin  = 

= s ( cos  +  ) =⇒  sin  = s ( cos  + ) =⇒ CQFD

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 115

© ERPI, tous droits réservés.


2 2
( cos +  ) ( cos +  ) 2
(b)  sin  =  =⇒ sin  =  = (cos  +  ) =⇒
1262
sin  = 075(cos  + (04) ) = 075(cos  + 0405) = 075 cos  + 0302 =⇒

(sin )2 = (075 cos  + 0302)2 (iii)

Comme sin2  = 1 − cos2  l’équation (iii) devient

1563 cos2  + 0453 cos  − 0909 = 0

On résout cette équation quadratique en cos  et on ne conserve que le résultat positif,


cos  = 0631. Finalement  = 509◦

E34. On choisit l’axe des  positifs horizontal, orienté selon la force centripète nécessaire. On
suppose que le cascadeur est à la limite où il ne glisse pas.
P 2
 =  =   et
P
 =  −  =  −  = 0 =⇒  =    4
 = ( 2 ) =⇒  =  2 = 72 = 0800

P
E35.  =  −  = 0 =⇒  =  = 70(98) = 686 N
P 2 70(15)2 →
− →
− →

 =  =   = 40 = 396 N =⇒ N = (394 i + 686 j ) N ou  = 791 N

E36. Cet exercice décrit une situation similaire à celle de l’exemple 6.7 du manuel. On donne
 = 30 kg, la masse de l’enfant, et  = 3 m, le rayon de sa trajectoire circulaire. Si

l’enfant fait 04 tour en 1 seconde, sa vitesse tangentielle est donnée par :
04 tour 2 04 tour 2(3 m)
= s × 1 tour = s × 1 tour = 754 m/s

La figure 6.12 décrit les trois forces que subit l’enfant. À partir du système d’axes de
cette même figure, on peut écrire et calculer que
P 2 30(754)2
 =  =  = 3 = 569 N
P
 =  −  = 0 =⇒  =  = 30 = 294 N

Le poids apparent d’un corps est la force résultante qu’exerce sur lui la surface sur
laquelle il s’appuie. Dans le cas présent, la normale et la force de frottement sont les deux
composantes de ce poids apparent.
p √
Dès lors, le module du poids apparent =  2 +  2 = 5692 + 2942 = 640 N

Bien que la valeur du coefficient de frottement statique soit fournie (s = 06), cette
donnée est inutile. On peut en effet vérifier que   s  , ce qui signifie que pour sou-
tenir l’enfant, le module de la force de frottement statique n’a pas à atteindre sa valeur
maximale.
2 2(53×10−11 )
E37. (a)  =  = 22×106 = 151 × 10−16 s

116 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


 2 (911×10−31 )(22×106 )2
(b)  =  = 53×10−11
= 832 × 10−8 N

E38. Cette situation est similaire à celle qui est décrite à l’exercice 32. Ici, le module de la
vitesse de l’avion est  = 800 km/h = 22222 m/s et on cherche le rayon  de sa
trajectoire. La solution de la partie (b) de l’exercice 32 établit un lien entre le module du
poids apparent  du pilote et l’angle d’inclinaison  de l’avion. Comme  = 14, on
calcule
  1
= cos  =⇒ 14 = cos  =⇒ cos  = 14 =⇒  = 4442◦

Pour calculer , on utilise l’équation obtenue à la partie (a) de la solution de l’exercice


32 :
2 2 (22222)2
tan  =  =⇒  =  tan  = 98 tan(4442◦ ) = 514 km

E39. Soit  la période recherchée : ³ ´


2T 2
P 2 2 2
 =  −  = T =⇒  = T = T 
= 4 2
T
=⇒
q q 2 6
2
 = 4 T = 4 (637×10 
)
= 844 min
P 2 2 22
E40. (a)  =  +  =   =⇒  =   −  = 02( 03 − ) = 0707 N
P 2 2 (396)2
(b)  =  −  =   =⇒  =   +  = 02( 03 + ) = 124 N
P 2 02(314)2
(c)  =  =   = 03 = 657 N

E41. Pour les deux calculs, on utilise un axe des  qui pointe vers le centre du cercle.
P 2 √
(a)  =  =   =⇒ 2 =  =⇒  = 20 = 140 m/s
P 2 2 142
(b)  =  −  =   =⇒  =  +   = 60( + 20 ) = 118 × 10 N
3

E42.  = 45(2)
60 = 0707 m/s
P
 =  −  = 0 =⇒  = 
P 2 2 2
 = s =  =   =⇒  = 
 =  = 0340

E43. (a) L’axe des  positifs est dans le sens du mouvement :


P
 = −s = s  =  =⇒  = −s 
2 −0
2
0− 2 2
2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ ∆ =
 2 = −2s  = 2s 

(b) L’axe des  positifs est dans le sens de la force centripète nécessaire :
P 2 2
 = s = s  =   =⇒  =   , soit le double de la réponse (a) !
s

(c) Freiner sans bloquer les roues tout en tournant sans glisser de côté (!)
P 2 2 ( 2
 )
2
2
E44.  =  =   avec  = 02 =⇒ 02 =  =  = 4
 2 =⇒
q q
2 4 2 1000
 = 4 02 = 02 = 142 s

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 117

© ERPI, tous droits réservés.


E45. L’axe des  positifs est dans le sens de la force centripète nécessaire :

(a) Si le train est sur le point de tomber, il n’y aura plus de force normale :
P 2 2 √
 =  =   =⇒  =   =⇒  2 =  =⇒  = 65 = 798 m/s

Pour que le train ne quitte pas le rail, on doit avoir   798 m/s
P ³ ´
2  2 (95)2
(b)  =  +  =   =⇒  =  −  = 40 65 −  = 163 N

E46. (a) Selon l’équation 6.6 :


4 2 3 4 2 3 42 (384×108 )3
2 = T =⇒ T =  2 = (667×10−11 )(236×106 )2 = 602 × 1024 kg
4 2 3 4 2 (150×1011 )3
(b) S =  2
= (667×10−11 )(316×107 )2
= 197 × 1030 kg

E47. Selon l’équation 6.6 :


4 2 J3 4 2 T3
J J3 T2 (67×108 )3 (236×106 )2
J = J2
et T = T 2 =⇒ T = 3 2
T
= (384×108 )3 (302×105 )2 = 324
J
4 2 3 4 2 (24×1020 )3
E48. (a)  =  2
= (667×10−11 )(789×1015 )2
= 132 × 1041 kg

On doit supposer une distribution de masse à symétrie sphérique autour du centre de la


galaxie.
³ ´
1 étoile
(b)  × 2×10 30 kg = 660 × 1010 étoiles
P 2
E49.  =  2 =  2
 et  =  =⇒
4 2 4 2
=  2 = = 474 × 1024 kg
(20×103 )(667×10−11 )(1)2
q √
2
E50. (a) T
T
2 = T =⇒  = T 
T =⇒  = T =⇒ CQFD
√ q
(b)  = 2
T
=  T =⇒  = 2T

T
= 2 T
 = 844 min
2 3
³ ´3 ³ ´2
2
E51. (a)  2 = 4
T =⇒ 1 = 21 =⇒
³ ´23 ³ ´
5 23
2 = 1 21 = (422 × 108 ) 307×10
153×105 = 671 × 105 km
2 8 3
4 2 3 4 2 3 4 (671×10 )
(b)  2 =  =⇒  =  2 = (667×10−11 5 )2 = 190 × 1027 kg
q q )(307×10
(667×10−11 )(2000)
E52. Selon l’équation 6.5 : orb =  = 08 = 0408 mm/s
42 3 4 2 (18×106 )3
E53. (a)  2 = L = (667×10−11 )(736×1022 )
=⇒  = 114 min
³ ´ ¡ 4 ¢ 42 (18×106 )
 2 4 2 
(b)  =  = 2 = 10 (684×103 )2 = 152 × 104 N
2 3
E54.  ∝ 3 et  ≈  d’où, par la troisième loi de Kepler,  2 = 4 
 ∝
1

q
Ainsi, AB = B et A = 2B =⇒ AB = 141
A
2 3
³ ´2 ³ ´3 ³ ´3
1 1
E55.  2 = 4
T

=⇒ 2 = 2 = 6370+315
6370+360 =⇒ 12 = 099 =⇒
 1
2 = ( + 05)1 =⇒ +05 = 2 = 099 =⇒
0495
(1 − 099) = 0495 =⇒  = 1−099 = 495 orbites

E56. (a) R =  = 20(98) = 196 N

118 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


(b) Selon l’équation 6.12 et si la vitesse limite est atteinte :

R =  = (05L )2 = 025L2 = 196(05)2 = 490 N

E57. À partir de l’équation 6.9 :  = L =⇒  = 


L
³ ´
À partir de l’équation 6.7 : R =  = 
L  = ( 
2 )1 = 245 × 10
−2 N

E58.

On fait la somme des forces sur la masse :


P
 =  cos  − 058 = 0 =⇒ cos  = 058  = 6
058
=⇒  = 187◦
P ◦)
 =  sin  = 058 =⇒  = 058sin 
= 6 sin(187
058 = 332 m/s2 =⇒  = 332 m/s2

E59. À partir de la figure 6.24a :


P 
 =  cos  =  =⇒  = cos 
P ¡  ¢
 =  sin  = cos  sin  =  =⇒  tan  =  =⇒

 =  tan  = 98 tan 8◦ = 138 m/s2 =⇒  = 138 m/s2

E60. (a) À partir de la figure 6.24a :


P 
 =  cos  =  =⇒  = cos  (i)
P ¡  ¢  26
 =  sin  = cos  sin  =  =⇒  tan  =  =⇒ tan  =  = 98 =⇒

 = 149◦ et la déviation horizontale de la masse sera :

 =  sin  = 80 sin (149◦ ) = 206 cm


 (4×10−4 )
(b) (i)  = cos  = cos(149◦ ) = 406 N
³ ´
2 r 2 05 05
E61. r =  alors tan  =  =  = 15 =⇒ 2 = 15  = 13  = 13 40 =⇒

 = 114 m/s

E62. Selon l’équation 6.14, 0 = 2 0 et


¡ ¢2 2 08(45)2
 = 12 0 2 = 12 (2 0 ) 0 = 
0 = 30 = 0540 m

E63. Pour les deux blocs, on utilise un axe des  positifs dans le sens du mouvement, c’est-à-

dire vers le bas pour le bloc 1. Le module de l’accélération commune des deux blocs est
représenté par 
P
Sur le bloc 1 :  = 1  −  = 1  (i)

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 119

© ERPI, tous droits réservés.


P
Sur le bloc 2 :  =  − c 2  = 2  (ii)

On additionne (i) et (ii) : 1  − c 2  = (1 + 2 ) =⇒  = 238 m/s2

E64. Le module de l’accélération commune des deux blocs, que l’on suppose vers la droite, est

représenté par .
P
(a) Pour le bloc 2 :  =  − c 2  = 2  (i)
P
Pour le bloc 1 :  =  cos  − c (1  −  sin ) −  = 1  (ii)

On additionne (i) et (ii) :  cos  − c (1  −  sin  − c 2  = (1 + 2 ) =⇒

 = 271 m/s2

(b) et  = 929 N
P
E65.  =  −  = 0 =⇒  =  (i)
P
 =  −  = 0 =⇒  =  (ii)

On utilise (i) et (ii) dans  = s  =⇒  =  = 147 N

Pour que le bloc tienne, on doit appliquer une force de module  ≥ 147 N

E66. L’axe des  positifs est dans la direction du mouvement. On suppose que l’accélération
est telle que le frottement est maximal.
P
 = −s  =  =⇒  = −539 m/s2

2 = 0
2 + 2 ∆ =⇒ 0 = 242 + 2(−539)∆ =⇒ ∆ = 534 m

E67. (a) Sur l’ensemble formé des deux blocs, dont l’accélération commune possède un module  :
P
 =  − c (1 + 2 ) = (1 + 2 ) =⇒  = 0540 m/s2
P
(b) Sur le bloc 1 :  = 12 − 1  = 1  =⇒ 21 = 12 = 750 N


E68. (a) Chacune des deux béquilles est appuyée sur le sol et crée une force représentée par B  .

− →

Ces forces B 1 et B 2 forment un angle de 20◦ avec la verticale. En réaction, pour chaque
béquille, le sol crée une force transmise sous l’épaule de l’étudiante, de même module et

de sens opposé, donc vers le haut.

On suppose que 1 = 2 =  et on rappelle que les pieds de l’étudiante ne sont mo-

mentanément pas en contact avec le sol. La somme des composantes de force selon  que
subit l’étudiante de masse inconnue  correspond ainsi à
P
 = 1 sin (20◦ ) + 2 sin (20◦ ) −  = 0 =⇒

2 sin (20◦ ) −  = 0 =⇒  = 2 sin(20◦ ) =⇒  = 143266 ·  (i)

Chacune des deux béquilles est en contact avec le sol. La situation est similaire à ce

120 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


qu’on observe à la figure 6.9c du manuel, dans laquelle le pied est remplacé par celui de

− →

la béquille, de sorte que la force F devient B  . En réalité, on s’intéresse au caoutchouc

− →

sous la béquille qui subit B   la force normale N venant du sol et la force de frottement


statique f s 

On établit la somme des composantes de force selon  et  pour l’une des deux béquilles
et on déduit le module de la force de frottement statique et celui de la normale en faisant
appel au résultat (i). D’abord,
P
 = s −  sin (20◦ ) = 0 =⇒

s =  sin (20◦ ) = 143266 ·  · sin (20◦ ) = 4900 · 

Puis,
P
 =  −  cos (20◦ ) = 0 =⇒

 =  cos (20◦ ) = 143266 ·  · cos (20◦ ) = 134626 · 

Finalement, on déduit que


s 4900·
s =  =⇒  =  = 134626· = 0364

(b) On suppose, pour simplifier l’analyse, que les béquilles conservent une orientation verti-
cale à peu près constante pendant toute l’enjambée.

Pour toute position autre que celle décrite en (a), la somme des composantes de force
verticale sur chaque béquille reste la même alors qu’à l’horizontale, une accélération
augmente de le module s de la force de frottement statique. En conséquence, le coefficient
de frottement statique nécessaire devient plus élevé .

E69. On donne la masse de chacun des bras de l’athlète, b = 005 (50) = 25 kg. Le corps de
l’athlète, sans les bras, possède donc une masse  = 50 − 5 = 45 kg.


(a) Soit T b la force qu’exerce l’un des bras de l’athlète au niveau de l’articulation de l’épaule.
Cette force fait un angle de 15◦ par rapport à la verticale et, comme la situation est sy-

métrique, une force de même module et orientation est appliquée sur l’autre articulation.
La somme des composantes verticales de force sur le corps de l’athlète, sans les bras,

s’écrit
P 
 = 2b cos (15◦ ) −  = 0 =⇒ b = 2 cos(15◦ ) =⇒
45(98)
b = 2 cos(15◦ ) = 228 N


(b) Chacun des bras de l’athlète subit trois forces, (1) la réaction à T b  une force de même

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 121

© ERPI, tous droits réservés.




module que T b , dirigée vers le bas et parallèle au bras donc faisant un angle de 15◦ avec


la verticale, (2) le poids, de module b  vers le bas et finalement (3), une force F m 
dont le module et l’orientation sont inconnus et qui vient de l’interaction entre la main
et la barre horizontale.

On écrit la somme des composantes selon  et  sur l’un des bras pour déduire les


composantes de F m  D’abord
P
 = −b sin (15◦ ) + m = 0 =⇒ m = b sin (15◦ ) = 228 sin (15◦ ) = 5901 N

Puis
P
 = −b cos (15◦ ) − b  + m = 0 =⇒

m = b  + b cos (15◦ ) = 25 (98) + 225 cos (15◦ ) = 2447 N

On en déduite que
q q
m = m 2 + 2 =
m (5901)2 + (2447)2 = 252 N


et que l’orientation de F m par rapport à l’horizontale est
³ ´ ³ ´

 = arctan mm  = arctan 2447
5901 = 764

(c) Entre chaque main et la barre, la force de frottement doit annuler la composante selon 


de F m  de sorte que  = 5901 N = 590 N
2
E70. La force de frottement entre les pneus et le sol est la force centripète :  = 
2
Mais  = s  si on est à la limite du dérapage, donc s = 

La circonférence est 2 = 3000 m =⇒  = 477 m et s = 0123


2
E71. (a)  =  = 0130 × 10−6 s
2
(b)  = 145 × 1015 m/s2
2
(c)  = 242 × 10−12 N
P  2
E72.  =  −  =  =⇒
 2 (42)(15)2
 =  +  = (42) (98) + 28 = 445 N

Problèmes

P1. (a) On établit la somme des forces sur le bloc en supposant qu’il est immobile :
P
 =  −  +  sin  = 0 =⇒  =  −  sin 
P
 =  cos  − s  =  cos  − s ( −  sin ) = 0 =⇒
s 
 cos  = s ( −  sin ) =⇒  = cos +s sin 

122 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


 est minimale lorsque le dénominateur cos  + s sin  est maximal, alors

 (cos  + s sin ) = 0 =⇒ − sin  + s cos  = 0 =⇒ tan  = s =⇒ CQFD
s   tan   sin 
(b) min = cos +s sin  = cos +tan  sin  = cos2 +sin2 
=  sin  =⇒ CQFD

P2. L’axe des  positifs est dans la direction du mouvement pour chaque bloc.
P
(a) Sur le bloc  :  =  − c  = 0 (i)

Sur le bloc  qui subit le frottement sur ses deux faces :


P
 =  −  − c ( + ) − c  =  −  − c ( + 2) = 0 (ii)

On additionne (i) et (ii) :  − c  − c ( + 2) = 0 =⇒

 = c ( + 3) = 02(4 + 3(2)) = 196 N

(b) On reprend les sommes de forces en considérant une accélération de même module .
P
 =  − c  =  (i)
P
 =  −  − c ( + 2) =   (ii)

On additionne (i) et (ii) :  − c ( + 3) = ( + ) =⇒  − c (10) = 6 =⇒

 = c (10) + 6 = 02(10) + 6(2) = 316 N

P3. Dans tous les cas, l’axe des  positifs est dans la direction du mouvement.

(a) Pendant la descente, la force de frottement compense le poids :


P
 =  sin  −  = 0 =⇒  =  sin 

Pendant la montée, la force de frottement s’inverse et une force est nécessaire pour main-

tenir la vitesse constante :


P
 =  −  sin  −  =  −  sin  −  sin  = 0 =⇒

 = 2 sin  = 2(3000) sin 5◦ = 512 kN


P
(b) En montant :  =  −  sin  −  = 0 =⇒  =  sin  + 
P
Sur terrain plat :  =  −  = ( sin  +  ) −  =  =⇒

 =  sin  =  sin 10 = 170 m/s2 =⇒  = 170 m/s2

P4. (a) À la vitesse minimale, la force de frottement est vers l’extérieur :


P
 =  cos  + s sin  −  = 0 =⇒  cos  + s  sin  −  = 0 =⇒

 = cos + (i)
s sin 
P  2 2
 =  sin  − s cos  =  =⇒  sin  − s  cos  =  =⇒
 2
= (sin −s cos ) (ii)
2
min

Mais (i) et (ii) sont égales, donc cos +s sin  = (sin −s cos ) =⇒

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 123

© ERPI, tous droits réservés.


2 (sin −s cos ) 40(sin 35◦ −04 cos 35◦ )
min = cos +s sin  = cos 35◦ +04 sin 35◦ =⇒ min = 959 m/s

À la vitesse maximale, la force de frottement est vers l’intérieur :


P
 =  cos  − s sin  −  = 0 =⇒  cos  − s  sin  −  = 0 =⇒

 = cos − (i)
s sin 
P  2 2
 =  sin  + s cos  =  =⇒  sin  + s  cos  =  =⇒
 2
= (sin +s cos ) (ii)
2
max

Mais (i) et (ii) sont égales, donc cos −s sin  = (sin +s cos ) =⇒
2 (sin +s cos ) 40(sin 35◦ +04 cos 35◦ )
max = cos −s sin  = cos 35◦ −04 sin 35◦ =⇒ max = 245 m/s

(b) On donne une valeur représentative, par exemple celles de cet exercice, à  et à s  On

fixe  On définit les expressions qui calculent min et max  On trace ensuite le graphe

de ces deux expressions pour  allant de 0 à 2 :

 restart:
 r:=40;
 g:=9.8;
 mu:=0.4;
 vmin:=sqrt(r*g*(sin(theta)-mu*cos(theta))/(cos(theta)+mu*sin(theta)));
 vmax:=sqrt(r*g*(sin(theta)+mu*cos(theta))/(cos(theta)-mu*sin(theta)));
 plot([vmin,vmax],theta=0..Pi/2,color=[red,blue],view=[0..Pi/2,-50..200]);

Le graphe montre que pour min  il existe une valeur d’angle sous laquelle on ne peut

avancer et que pour max  il existe une valeur d’angle qui exige une vitesse infinie.
P
P5. Sur le bloc :  =  −   = 0 =⇒  =  

Au rayon minimal, la force de frottement est vers l’intérieur sur l’automobile :


P 2 2
 =  +  =  1 =⇒   +  = 1 (i)

Au rayon maximal, la force de frottement est vers l’extérieur :


P 2 2
 =  −  =  2 =⇒   −  = 2 (ii)
2 +
On divise (i) par (ii) : 1 = − =⇒ CQFD

P6. (a) À partir du résultat de l’exemple 6.10c et de la figure 6.15c :


2 2
r =  =  =⇒ r = 225 m/s2

t =  sin  =⇒ t = 335 m/s2


P 2 2
³ ´
32
(b)  =  −  cos  =   =⇒  =  cos  +  ◦
 = 2  cos 20 + 4 = 229 N
p
P7. Le rayon de la trajectoire circulaire est  = 12 − 082 = 06 m =⇒
2 2(06)
=  = 12 = 314 m/s

124 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


L’angle que fait chaque corde avec l’horizontale est donné par :
06
tan  = 08 =⇒  = 369◦

On calcule la somme des forces sur le bloc, l’axe des  positifs est dans la direction de la
force centripète nécessaire :
P  04
 = (1 − 2 ) cos  −  = 0 =⇒ (1 − 2 ) = cos  = cos(369◦ ) = 49 N (i)
P 2 2 04(314)2
 = (1 + 2 ) sin  = 
 =⇒ (1 + 2 ) = 
sin  = (06) sin(369◦ ) = 11 N (ii)

On additionne (i) et (ii) : (1 − 2 ) + (1 + 2 ) = 159 N =⇒ 21 = 159 N =⇒

1 = 794 N, 2 = 304 N

P8. (a) 108 km/h = 30 m/s. Selon l’exercice 31, pour un virage circulaire relevé sans frottement,
2
tan  = 

Comme 2 = 302 = 900 m2 /s2 =⇒  tan  = 80 tan 15 = 210 m2 /s2

Puisque 2   tan   est vers le bas de la pente pour empêcher le dérapage vers
l’extérieur de la courbe.

(b) À partir de l’exemple 6.9 et de la figure 6.14 :


P 2
 =  sin  +  cos  =  (sin  +  cos ) = 
 (i)
P
 =  cos  −  sin  −  = 0 =⇒  (cos  −  sin ) =  (ii)
sin + cos  2
On divise (i) par (ii) : cos − sin  =  =⇒

(sin + cos ) =  2 (cos − sin ) =⇒ ( cos + 2 sin ) = ( 2 cos − sin ) =⇒
 2 − tan 
( +  2 tan ) cos  = ( 2 −  tan ) cos  =⇒  = +2 tan 

Avec  = 30 m/s,  = 80 m et  = 15◦  on obtient  = 0673

P9. L’axe des  positifs est vers le bas, dans le sens du mouvement. Le module de l’accélération
commune des deux blocs est . Sur l’ensemble formé des deux blocs :
P
 = 8 sin  − c1 1  cos  + c2 2  cos  = (1 + 2 ) =⇒
8 sin −c1 1  cos +c2 2  cos  8 sin 30◦ −(04)(3) cos 30◦ +(03)(5) cos 30◦
= 1 +2 = 8 =⇒

 = 204 m/s2

Sur le bloc de 3 kg :
P
 =  + 1  sin  − c1 1  cos  = 1  =⇒

 = −1  sin  + c1 1  cos  + 1  =⇒

 = −3 sin 30◦ + 04(3) cos 30◦ + 3(204) =⇒  = 160 N

P10.  =  sin  l’axe des  positifs est dans la direction de la force centripète nécessaire :

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 125

© ERPI, tous droits réservés.


P  2
 =  sin  =  (i)
P
 =  cos  −  = 0 (ii)
q
2 √ √ sin2 
On divise (i) par (ii) : tan  =  =⇒  =  tan  =  sin  tan  = cos  =⇒
q q
2 cos  sin2 
 = 2
 =
q2 sin 
 sin2 
= 2   sin2 
=⇒  = 2  cos


=⇒ CQFD
cos 

P11. (a) L’axe des  positifs est vers le bas du plan incliné. À la valeur maximale s , le bloc

n’accélère toujours pas :


P
 =  sin s −s  cos s = 0 =⇒ sin s = s cos s =⇒ tan s = s =⇒ CQFD

(b) Si l’angle est légèrement supérieur mais reste proche de s , alors on utilise le coefficient
de frottement cinétique de sorte que  = (sin s − c cos s )

 = 12  2 =⇒ 2 = 2 = (sin s −
2 2
=  cos s (tan s −c ) =⇒
c cos  s )
q q
2 2
 =  cos s (tan s − ) =⇒  =  cos s ( − ) =⇒ CQFD
c s c

(c) Si la vitesse est constante, mais non nulle :


P
 =  sin c − c  cos c = 0 =⇒ sin c = c cos c =⇒ tan c = c , où c est

l’angle pour lequel la vitesse sera constante.

P12. Pour les deux blocs, l’axe des  positifs est horizontal et dans le sens du mouvement. Le

module de l’accélération horizontale commune des deux blocs est .

Quand 0 est maximale, la force de frottement statique est maximale et vers le bas. On
établit la somme des forces sur le bloc  :
P 
 =  cos  − s  sin  −  = 0 =⇒  = cos −
s sin 
P
 =  sin  + s  cos  =  =⇒  =  (sin +

s cos )
= (sin +s cos )
cos −s sin 

Sur l’ensemble formé des deux blocs :


P (2+05)(sin 40◦ +06 cos 40◦ )
 = 0 = ( + ) = (+)(sin +s cos )
cos − sin  = cos 40◦ −06 sin 40◦ = 710 N
s

Quand 0 est minimum, la force de frottement statique est maximale et vers le haut. Sur
le bloc  :
P 
 =  cos  + s  sin  −  = 0 =⇒  = cos +
s sin 
P
 =  sin  − s  cos  =  =⇒  =  (sin −

s cos )
= (sin −s cos )
cos +s sin 

Sur l’ensemble formé des deux blocs :


P (2+05)(sin 40◦ −06 cos 40◦ )
 = 0 = ( + ) = (+)(sin −s cos )
cos + sin  = cos 40◦ +06 sin 40◦ = 390 N
s

Ce qui permet de conclure que 390 N  0  710 N

P13. La force de frottement est dirigée vers l’intérieur de la courbe. L’axe des  positifs est

126 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.


dans la direction de la force centripète nécessaire :
P 2
 =  sin  +  cos  =  (sin  +  cos ) =   (i)
P
 =  cos  −  sin  −  =  (cos  −  sin ) −  = 0 =⇒

 (cos  −  sin ) =  (ii),


2 cos (tan +) 2 (tan +)
On divise (i) par (ii) : sin + cos 
cos − sin  =  =⇒ cos (1− tan ) =  =⇒  2 = 1− tan  =⇒
q
 = (tan +)
(1− tan ) =⇒ CQFD

P14. (a) On fait la somme des forces selon un axe des  positifs vers le bas :
P
 =  −  2 =  =   

Afin de résoudre le problème, il faut séparer les variables, comme on l’a fait à la section
6.4 :
 
  = 

− 2

On intègre, de part et d’autre de cette expression, de 0 à  pour le temps et de 0 à  pour


la vitesse :
R  R 
  = 
− 2

0 0
Comme il s’agit d’une intégrale définie, la primitive obtenue de part et d’autre doit être
évaluée aux deux bornes :
£  ¯ q ∙ µ √  + ¶¯¯
¯ 1  √ 
 ¯ =⇒
 0 = 2  ln − ¯
q µ √  ¶ 
q
0 µ √  ¶ q µ √  ¶
 1  + 1   1  +
 = 2  ln
√ 

− 2  ln √  
=⇒   = 2  ln √ 

− 0 =⇒
− −
q µ √ 

¶ q

µ √ 
¶ 

 1  +  +
  = 2  ln √ 
 =⇒ 2   = ln √ 
 =⇒

− 
−
q √  ³q ´ q q
2   +  2   
  = √  
=⇒  −    =
 +

−

En isolant , on arrive, après quelques lignes de savantes modifications, à :


q µ ¶
 2
=  1 − √  =⇒ CQFD
2  +1
(b) L’expression pour la vitesse obtenue en (a) correspond à la dérivée de la position :
q µ ¶
  2
 =  =  1 − √ 
2  +1
On sépare ensuite les variables :
q µ ¶
 √ 2
 =  1− 

2  +1
Et on intègre de part et d’autre, comme le suggère la méthode proposée à la section 3.9 :
µ ¶
R R q  2
 =  1 − √  
0 0 2  +1
En intégrant et en évaluant aux deux bornes, on aboutit à :

v13 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) 127

© ERPI, tous droits réservés.


q µ √  ¶
  (−2  ) +1
=  +  ln 2 =⇒ CQFD
Attention! Pour arriver à ce résultat, il est important d’évaluer la primitive de droite
correctement : un terme subsiste pour  = 0
(c) On donne une valeur représentative aux différentes constantes. On définit l’expression de
la vitesse en fonction du temps et on trace le graphe :
 restart:
 m:=100; g:=9.8; k:=5;
 vc:=’sqrt(m*g/k)*(1-2/(exp(2*t*sqrt(k*g/m)+1)))’;
 plot(vc,t=0..5);

(d) Dans le cas où la friction est proportionnelle au carré de la vitesse (C), le module de la
q
vitesse limite est donné par    Lorsque la friction est directement proportionnelle à

la vitesse, le module de la vitesse limite est donné par  

On compare ces deux expressions pour évaluer . On définit l’expression de la vitesse en


fonction du temps lorsque la friction est directement proportionnelle à la vitesse (P) et
on trace le graphe des deux cas superposés :
 gam:=solve(m*g/gam=sqrt(m*g/k),gam);
 vp:=’(m*g/gam)*(1-exp(-gam*t/m))’;
 plot([vc,vp],t=0..10,color=[red,blue]);

128 Mécanique, Chapitre 6 : Dynamique de la particule (Partie 2) v13

© ERPI, tous droits réservés.