Vous êtes sur la page 1sur 6

Institut préparatoire aux études 2019-2020

d’ingénieurs de Tunis Classes MP

Corrections : Série de révision

Solutions Ex1 :
Partie A : Soit f ∈ L(E) telle que f (e1 ) = e2 + e3 , f (e2 ) = e1 + e3 et f (e3 ) = e1 + e2 .
1) f est bien définie par l’image d’une base de E. En effet, tout x ∈ E s’écrit d’une manière unique
x = α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 , donc

f (x) = (α2 + α3 )e1 + (α1 + α3 )e2 + (α1 + α2 )e3

d’où l’unicité de l’image.


2) Déterminons Ker(f ). On a x ∈ Ker(f ) ⇔ f (x) = 0. On pose x = α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 .

⇔ f (x) = α1 f (e1 ) + α2 f (e2 ) + α3 f (e3 ) = α1 (e2 + e3 ) + α2 (e1 + e3 ) + α3 (e1 + e2 )

= (α1 + α3 )e2 + (α1 + α2 )e3 + (α2 + α3 )e1 = 0


⇔ α1 + α3 = α1 + α2 = α2 + α3 = 0
⇔ α1 = α2 = α3 = 0 ⇔ x = 0 ⇔ Ker(f ) = {0E }.
Le théorème du rang donne

dim(E) = dim(Ker(f )) + dim(Im(f )) =⇒ dim(Im(f )) = dim(E) =⇒ Im(f ) = E

car Im(f ) est un s.e.v. de E.


On a Ker(f ) = {0E } ⇔ f est injective et Im(f ) = E ⇔ f est surjective et donc f ∈ GL(E).
3) Montrons que f 2 = f + 2IdE . Soit x ∈ E.

∗ f ◦ f (e1 ) = f (e2 + e3 ) = f (e2 ) + f (e3 ) = e1 + e3 + e1 + e2 = (e2 + e3 ) + 2e1 = (f + 2IdE )(e1 )

∗ f ◦ f (e2 ) = f (e1 + e3 ) = f (e1 ) + f (e3 ) = e2 + e3 + e1 + e2 = (e1 + e3 ) + 2e2 = (f + 2IdE )(e2 )


∗ f ◦ f (e3 ) = f (e1 + e2 ) = f (e1 ) + f (e2 ) = e2 + e3 + e1 + e3 = (e1 + e2 ) + 2e3 = (f + 2IdE )(e3 )
On a f 2 et (f + 2IdE ) sont deux applications linéaires égales sur une base de E et donc elle sont
égales sur E.
4) On a
1 2 1 1
f 2 = f + 2IdE ⇔ (f − f ) = IdE ⇔ f ◦ ( f − IdE ) = IdE ⇔ ( f − IdE ) ◦ f = IdE
2 2 2
1
⇔ f −1 = (f − IdE ).
2
5) Montrons que f n = Un f + Vn IdE , n ∈ N∗ , Un , Vn ∈ R. On procède par récurrence sur n.

∗ P our n = 1, f = f + 0IdE . ⇒ U1 = 1, V1 = 0.

∗ Soit n ∈ N∗ , Supposons f n = Un f + Vn IdE


f n+1 = f ◦ (Un f + Vn IdE ) = Un f 2 + Vn f = (Un + Vn )f + 2Un IdE = Un+1 f + Vn+1 IdE
=⇒ ∀n ∈ N∗ , f n = Un f + Vn IdE avec Un+1 = Un + Vn et Vn+1 = 2Un .

1
6)On considère les deux suites définies par an = 2Un + Vn et bn = Un − Vn .
a)
an+1 = 2Un+1 + Vn+1 = 2(Un + Vn ) + 2Un = 2[2Un + Vn ] = 2an
bn+1 = Un+1 − Vn+1 = Un + Vn − 2Un = Vn − Un = −bn .
b) On a f n = Un f + Vn IdE avec

{ 
 Un = an + bn
an = 2Un + Vn
⇔ 3
a − 2bn
bn = Un − Vn 
 Vn = n
3
Or, on a  n n
{ n−1 n−1 n

 Un = 2 + (−1)
an = 2 a1 = 2 (2U1 + V1 ) = 2
⇔ 3
 Vn = 2 − 2(−1)
n n
bn = (−1)n (U1 − V1 ) = (−1)n−1 
3
n
2 + (−1) n 2 − 2(−1)
n n
=⇒ f n = f+ IdE .
3 3

Partie B : Soit Eλ = {x ∈ E / f (x) = λx}, λ ∈ R.

1) Montrons que Eλ est un s.e.v. de E. On a :


∗ Eλ ̸= ∅ car 0 ∈ Eλ . (f (0) = λ.0)
∗ Soient x, y ∈ Eλ , α ∈ K. Montrons que αx + y ∈ Eλ .

f (αx + y) = f (αx) + f (y) = αf (x) + λy = αλx + λy = λ(αx + y) =⇒ αx + y ∈ Eλ

=⇒ Eλ est un s.e.v. de E.

Autre méthode :

Eλ = {x ∈ E / f (x) = λx} = Ker(f − λIdE ) =⇒ Eλ est un s.e.v. de E.

2) Montrons qu’il existe deux réels λ1 > 0 et λ2 < 0 tels que Eλ ̸= {0E }. Soit x ∈ Eλ tel que
x ̸= 0E , on a f (x) = λx

f 2 (x) = f (λx) = λ2 x =⇒ f (x) + 2x = λ2 x =⇒ λ2 x − λx − 2x = 0

=⇒ x(λ2 − λ − 2) = 0 =⇒ λ = −1 ou λ = 2 =⇒ λ1 = 2 > 0 et λ2 = −1 < 0.


3) Montrons que E = Eλ1 ⊕ Eλ2 . Déterminons une base de Eλ1 . Soit x ∈ Eλ1 , x ̸= 0E tel que
x = α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 . On a f (x) = 2x.

⇔ f (α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 ) = 2α1 e1 + 2α2 e2 + 2α3 e3

⇔ α1 f (e1 ) + α2 f (e2 ) + α3 f (e3 ) = α1 (e2 + e3 ) + α2 (e1 + e3 ) + α3 (e1 + e2 )


⇔ α1 (e2 + e3 ) + α2 (e1 + e3 ) + α3 (e1 + e2 ) = 2α1 e1 + 2α2 e2 + 2α3 e3
 
 α2 + α3 = 2α1  α1 + α2 + α3 = 3α1
⇔ α1 + α3 = 2α2 ⇔ α1 + α2 + α3 = 3α2 ⇔ α1 = α2 = α3
 
α1 + α2 = 2α3 α1 + α2 + α3 = 3α3
⇔ x = α(e1 + e2 + e3 ) = α(1, 1, 1) ⇔ Eλ1 = V ect(V1 = (1, 1, 1)).

2
Pour Eλ2 , soit x ∈ Eλ2 , 0 ̸= 0E tel que x = α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 . On a f (x) = −x. On aura

 α2 + α3 = −α1
α1 + α3 = −α2 ⇔ α1 + α2 + α3 = 0 =⇒ α3 = −α1 − α2

α1 + α2 = −α3

x ∈ Eλ2 ⇔ x = α1 e1 + α2 e2 + (−α1 − α2 )e3 = α1 (e1 − e3 ) + α2 (e2 − e3 )


On pose V2 = e1 − e3 = (1, 0, −1) et V3 = e2 − e3 = (0, 1, −1), Eλ2 = V ect(V2 , V3 ).
Vérifions que {V2 , V3 } est libre.

 α=0
αV2 + βV3 = 0 ⇔ α(1, 0, −1) + β(0, 1, −1) = (0, 0, 0) ⇔ β=0 ⇔ α=β=0

−α − β = 0

et donc {V2 , V3 } est une base de Eλ2 .


On a dim(Eλ1 ) = 1 et dim(Eλ2 ) = 2

=⇒ dim(E) = dim(Eλ1 ) + dim(Eλ2 ) ∗1

Reste à montrer que Eλ1 ∩ Eλ2 = {0E }. Soit x ∈ Eλ1 ∩ Eλ2 , on a


{
f (x) = 2x
⇔ 2x = −x ⇔ x = 0
f (x) = −x

d’où Eλ1 ∩ Eλ2 = {0E } ∗2


∗1 et ∗2 =⇒ E = Eλ1 ⊕ Eλ2 .
4)
p : E = Eλ1 ⊕ Eλ2 −→ Eλ1 , x = x1 + x2 7−→ x1 .
Soit x = α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 . On a
 
 p(V1 ) = V1  p(e1 + e2 + e3 ) = p(e1 ) + p(e2 ) + p(e3 ) = e1 + e2 + e3
p(V2 ) = 0 ⇔ p(e1 − e3 ) = p(e1 ) − p(e3 ) = 0
 
p(V3 ) = 0 p(e2 − e3 ) = p(e2 ) − p(e3 ) = 0


 p(e1 ) = p(e3 )
p(e2 ) = p(e3 ) ⇔ p(x) = α1 p(e1 ) + α2 p(e2 ) + α3 p(e3 ) = (α1 + α2 + α3 )p(e3 )

 p(e3 ) = e1 + e2 + e3
3
[ ]
α1 + α2 + α3
=⇒ p(x) = (e1 + e2 + e3 ) .
3

s : E = Eλ1 ⊕ Eλ2 −→ Eλ2 , x = x1 + x2 7−→ x2 − x1 .


Soit x = α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 . On a
[ ]
α1 + α2 + α3
s(x) = (IdE − 2p)(x) = α1 e1 + α2 e2 + α3 e3 − 2 (e1 + e2 + e3 )
3
( ) ( ) ( )
α1 − 2α2 − 2α3 −2α1 + α2 − 2α3 −2α1 − 2α2 + α3
= e1 + e2 + e3 .
3 3 3

Solutions Ex2 :
Soit
f : R2 [X] −→ R2 [X], P 7−→ (X + 2)P ′ − P.

3
1) Montrons que f est un endomorphisme de R2 [X]. Soient α ∈ R et P, Q ∈ R2 [X], on a

f (αP + Q) = (X + 2)(αP + Q)′ − (αP + Q) = (X + 2)(αP ′ + Q′ ) − αP − Q

= α[(X + 2)P ′ − P ] + (X + 2)Q′ − Q = αf (P ) + f (Q) =⇒ f ∈ L(R2 [X]).


De plus, si deg(P ) ≤ 2 alors deg(f (P )) ≤ M ax[deg(X + 2)P ′ , deg(P )] ≤ 2 et donc f est un
endomorphisme.
2) a) Cherchons Ker(f ). Soit P = a + bX + cX 2 ∈ R2 [X], on a P ′ = b + 2cX.

P ∈ Ker(f ) ⇔ f (P ) = 0 ⇔ (X + 2)P ′ − P = 0 ⇔ (X + 2)(b + 2cX) − a − bX − cX 2 = 0

⇔ bX + 2cX 2 + 2b + 4cX − a − bX − cX 2 = 0 ⇔ cX 2 + 4cX + 2b − a = 0



 c=0
⇔ 4c = 0 ⇔ c = 0 et a = 2b ⇔ P = bX + 2b = b(X + 2) = bP1

2b − a = 0
avec P1 = X + 2 d’où Ker(f ) = V ect(P1 ).
b) D’après le Théorème du rang on a

dim(R2 [X]) = dim(Ker(f )) + rg(f ) =⇒ rg(f ) = 3 − 1 = 2.

3) Cherchons une base de Im(f ). Soit Bc = (1, X, X 2 ) la base canonique de R2 [X]

=⇒ Im(f ) = V ect(f (1), f (X), f (X 2 )) = V ect(−1, 2, X 2 +4X) = V ect(1, X 2 +4X) = V ect(P2 , P3 )

avec P2 = 1 et P3 = X 2 + 4X. Comme rg(f ) = 2 et {P2 , P3 } est une famille génératrice de Im(f )
on a alors {P2 , P3 } est une base de Im(f ).
4) Montrons que la somme Ker(f ) + Im(f ) est directe. Il suffit de montrer que Ker(f ) ∩ Im(f ) =
{0}. Soit P ∈ Ker(f ) ∩ Im(f )

=⇒ P = αP1 = βP2 + γP3 =⇒ αP1 − βP2 − γP3 = 0

=⇒ αX + 2α − β − γX 2 − 4γX = 0 =⇒ (α − 4γ)X − γX 2 + (2α − β) = 0



 γ=0
=⇒ α − 4γ = 0 =⇒ α = β = γ = 0 =⇒ P = 0

2α − β = 0
=⇒ la somme Ker(f ) + Im(f ) est directe.
5) On a

dim(Ker(f ) ⊕ Im(f )) = dim(Ker(f )) + dim(Im(f )) = 1 + 2 = 3 = dim(R2 [X])

ce qui implique que Ker(f ) ⊕ Im(f ) = R2 [X].


6) On a Ker(f ) ⊕ Im(f ) = R2 [X], {P1 } est une base de Ker(f ), {P2 , P3 } est une base de Im(f )
et donc {P1 , P2 , P3 } est une base de R2 [X].

Solutions Ex3 :
1) Soit E = R3 et f ∈ L(E). On suppose que (f − aIdE ) ◦ (f − bIdE ) = 0 avec a et b sont deux
réels distincts.
a) Montrons que Im(f − bIdE ) = Ker(f − aIdE ).
” ⊂ ” Soit y ∈ Im(f − bIdE ), ∃ x1 ∈ E tel que (f − bIdE )(x1 ) = y.
Or ∀x ∈ E, (f − aIdE ) ◦ (f − bIdE )(x) = 0

=⇒ (f − aIdE ) ◦ (f − bIdE )(x1 ) = 0 =⇒ (f − aIdE )(y) = 0 =⇒ y ∈ Ker(f − aIdE )

4
=⇒ Im(f − bIdE ) ⊂ Ker(f − aIdE ).
” ⊃ ” Soit x ∈ Ker(f − aIdE ). Il en vient que (f − aIdE )(x) = 0
x x
=⇒ f (x) = ax =⇒ f (x) − bx = (a − b)x =⇒ x = f ( ) − b( )
a−b a−b
=⇒ x ∈ Im(f − bIdE ) =⇒ Ker(f − aIdE ) ⊂ Im(f − bIdE )
Conclusion : Im(f − bIdE ) = Ker(f − aIdE ).
b) En déduire que E = Ker(f − aIdE ) ⊕ Ker(f − bIdE ).
∗ Montrons que Ker(f − aIdE ) ∩ Ker(f − bIdE ) = {0}.
Soit x ∈ Ker(f − aIdE ) ∩ Ker(f − bIdE )
{
f (x) = ax
=⇒ =⇒ ax = bx =⇒ (a − b)x = 0 =⇒ x = 0
f (x) = bx

car a ̸= b. D’où Ker(f − aIdE ) ∩ Ker(f − bIdE ) = {0} ⋆1 .


∗ On a

dim(E) = dim(Ker(f −bIdE ))+rg(Ker(f −bIdE )) = dim(Ker(f −bIdE ))+dim(Ker(f −aIdE )) ⋆2

⋆1 et ⋆2 =⇒ E = Ker(f − aIdE ) ⊕ Ker(f − bIdE ).


2) Supposons que f 3 = −f et f ̸= 0L(E) .
a) Montrons que E = Ker(f ) ⊕ Im(f ).
∗ Montrons que Ker(f ) ∩ Im(f ) = {0}. Soit x ∈ Ker(f ) ∩ Im(f ) on a
{ { 3
f (x) = 0 f (y) = −f (y) = 0 (f 2 (y) = f (x) = 0)
=⇒ =⇒ x = 0
∃ y ∈ E tel que f (y) = x −f (y) = −x

d’où Ker(f ) ∩ Im(f ) = {0} •1


∗ D’après le Théorème du rang on a dim(E) = dim(Ker(f )) + dim(Im(f )) •2
•1 et •2 =⇒ E = Ker(f ) ⊕ Im(f ).
b) Soit g = f|Im(f ) . Montrons que g est un automorphisme de Im(f ). On a
∗ ∀x ∈ Im(f ), g(x) ∈ Im(f ) et donc g est bien défiinie.
∗ g est linéaire par construction. (g = f|Im(f ) )
∗ Montrons que g est surjective. Il suffit de montrer que f (Im(f )) = Im(f ).
On a f 2 (Im(f )) = Im(f ) et puisque Im(f 2 ) ⊂ Im(f ) on aura Im(f 2 ) = Im(f ).
Or Im(f 2 ) = f (Im(f )) et donc f (Im(f )) = Im(f ) d’où la surjectivité de g.
De plus, on a Ker(g) = Ker(f ) ∩ Im(f ) = {0} et donc g est injective, c’est un automorphisme de
Im(f ).
c) Soit x ∈ Im(f ), x ̸= 0. Montrons que (x, f (x)) est libre dans E.
Supposons qu’elle est liée c’est à dire ∃ α ∈ R tel que f (x) = αx. On a

f 3 (x) = −f (x) =⇒ (α3 + α)x = 0 =⇒ α(α2 + 1)x = 0

comme x ̸= 0 et α2 + 1 ̸= 0 on a nécessairement α = 0 et donc f (x) = 0 = f (0) ce qui est absurde


car f|Im(f ) est bijective.
d) En déduire que rg(f ) = 2. Comme pour x ̸= 0 on a (x, f (x)) est libre =⇒ rg(f ) ∈ {2, 3}.
Si rg(f ) = 3 alors f est bijective et f 3 = −f =⇒ f 2 = −IdE .
Comme rg(f ) = 3 alors ∃ y ∈ Im(f ) \ {0} tel que (x, f (x), y) est une base de Im(f ) = E.

5
Il existe alors trois réels α, β et γ tels que f (y) = αx + βf (x) + γy. Comme f 2 = −IdE on aura
−y = αf (x) − βx + γf (y). Deux cas se présentent :
∗ si γ ̸= 0 dans ce cas on obtient
 β

 α=

 γ
β α 1  α
f (y) = x − f (x) − y =⇒ β = − =⇒ γ 2 = −1
γ γ γ 
 γ


 γ = −1
γ
ce qui est absurde.
∗ si γ = 0 alors on a

f (y) = αx + βf (x) =⇒ −y = αf (x) − βx =⇒ y = βx − αf (x)

ce qui est absurde car (x, f (x), y) est une base, et donc on a nécessairement rg(f ) = 2.