Vous êtes sur la page 1sur 2

Thermodynamique

Chapitre 4 Travaux dirigés PTSI

Second principe de la thermodynamique

Exercice 1 : Etude d’un cycle


On considère un gaz parfait de quantité de matière n constante et caractérisé par un coefficient γ parcourant le
cycle suivant constitué des transformations suivantes :
– isentropique AB
– isotherme réversible BC
– isochore monotherme (température extérieure TA ) CA

On note R la constante des gaz parfait.


1. Déterminer la variation d’entropie ∆SBC lors de la transformation BC en fonction de n, R, VA et VB .
2. Déterminer la variation d’entropie ∆SCA lors de la transformation CA en fonction de n, R, γ, TA et TB .
3. Vérifier que la variation d’entropie au cours d’un cycle est nulle.
4. Déterminer l’entropie créée Sc,CA au cours de la transformation CA en fonction de n, R, γ, TA et TB .

Exercice 2 : Transformation monobare


Un récipient, muni dun piston mobile de masse négligeable pouvant se déplacer sans frottement, contient n moles
de gaz parfait occupant initialement un volume Vi , à la température Ti et à la pression Pi > P0 où P0 est la pression
atmosphérique. Les parois du récipient ainsi que le piston sont calorifugés. A l’instant initial, la contrainte qui
maintient le piston en équilibre est supprimée, de sorte que la pression qui s’exerce sur lui tombe brutalement
à la pression atmosphérique P0 . Le gaz évolue vers un nouvel état d’équilibre caractérisé par le volume V f et la
température T f . On note R la constante des gaz parfait.
1. Déterminer la température finale T f en fonction de γ, Ti , Pi et P0 .
2. Déterminer la variation d’entropie ∆S du gaz en fonction de n, R, γ, Ti , T f , Vi et V f .
3. En déduire l’entropie créée Sc au cours de la transformation. Quelle est la cause de l’irréversibilité ?

Exercice 3 : Contact thermique entre deux solides


On considère deux solides S1 et S2 de capacités thermiques respectives C1 et C2 et de températures initiales T1 et
T2 . On les met en contact, des parois rigides et athermanes isolent l’ensemble de l’extérieur.
1. Déterminer l’expression de la température finale T f du système constitué par l’ensemble des deux solides.
2. Exprimer la variation d’entropie du système global au cours de la transformation.
3. En déduire l’entropie créée Sc au cours de la transformation.

1
Thermodynamique
Chapitre 4 Travaux dirigés PTSI

Exercice 4 : Effet Joule dans un calorimètre


On considère une résistance R de capacité thermique CR , plongée dans une masse me d’eau de capacité thermique
massique ce . L’ensemble est situé dans un calorimètre aux parois athermanes, et de capacité thermique négli-
geable. Le système est initialement en équilibre à la température Ti . A l’instant initial, la résistance est parcourue
par un courant d’intensité constante I pendant un temps ∆t.
Données : R = 20 Ω, I = 10 A, ∆t = 30 s, me = 500 g, ce = 4, 19 J.K−1 .g−1 , CR = 77 J.K−1 , Ti = 290 K
1. Déterminer la température finale T f du système. Application numérique.
2. Déterminer la variation d’entropie ∆S du système constitué de la résistance et de l’eau. Application numé-
rique.
3. En déduire l’entropie créée Sc au cours de la transformation. Application numérique.

Exercice 5 : Contact avec une suite de N thermostats


On désire porter progressivement un solide, de capacité thermique C, de la température T0 à la température
TN > T0 . Pour réaliser cette transformation, le solide est mis successivement en contact avec N thermostats de
températures TN en progression arithmétique :
TN − T0
Tk = T0 + k∆T avec k = 1, 2, ..., N et ∆T =
N
1. Déterminer l’entropie créée Sck au cours du k-ième contact, correspondant au passage du solide de la tempé-
rature Tk−1 à la température Tk .
Tk − Tk−1
2. On pose εk = . Donner l’expression approchée de Sck dans l’hypothèse où εk << 1.
Tk
3. Exprimer l’entropie créée à l’issue des N contacts en utilisant une somme sur k.
4. Quel résultat obtient-on en faisant tendre N vers l’infini ? Commentaires.