Vous êtes sur la page 1sur 5

Communiquer avec les autres

La communication  :

La communication est l'ensemble des interactions avec autrui qui transmettent une


quelconque information. Dans le jargon professionnel, il s'agit en général
de communication de masse, c'est-à-dire de l'ensemble des moyens
et techniques permettant la diffusion du message d'une organisation sociale auprès
d'une certaine audience.
Elle concerne aussi bien l'être humain, l'animal, la plante (communication intra- ou
inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles technologies…), ainsi
que leurs hybrides : homme-animal, hommes-technologies… C'est une science
partagée par plusieurs disciplines qui ne répond pas à une définition unique. Comme
le constate Daniel Bougnoux : « Nulle part ni pour personne n'existe LA
communication. Ce terme recouvre trop de pratiques, nécessairement disparates,
indéfiniment ouvertes et non dénombrables1 ». Si tout le monde s'accorde pour la
définir au moins comme un processus, les points de vue divergent lorsqu'il s'agit de
la qualifier.

1. Les « sciences de l'information et de la communication », proposent une


approche de la communication basée sur la théorie de l'information. Dans ce
cadre, la communication étudie aussi bien l'interaction homme-machine que
les processus psychiques de transmission de connaissances (avec l'appui
des sciences cognitives).
2. La psychologie sociale s'intéresse essentiellement à la communication
interpersonnelle. La communication — vue comme un système complexe —
concerne tout ce qui se passe lorsque des individus entrent en interaction.
Les processus cognitifs, affectifs et inconscients sont pris en compte. Dans
cette optique, les informations transmises sont toujours multiples. La
transmission d'informations n'est qu'une partie du processus de
communication ; les participants traitent plusieurs niveaux de sens
simultanément.
3. La psychanalyse traite de la communication intrapsychique.
4. Un métier de la communication est une occupation professionnelle destinée à
convaincre ou persuader à travers les médias, le nom moderne de
la rhétorique.

Penser que l’on n'a pas besoin des autres pour être heureux est erroné !!!!!!!!!!

L'homme est un animal social et les liens satisfaisants avec nos semblables sont
composants, essentiel de notre bien-être.
Trop souvent pourtant, nous avons une fâcheuse  tendance à négliger ceux que
nous aimons.

Quelle est notre priorité dans la vie ? Le travail, les courses ou les enfants ? Le
ménage ou l'amour ? Nos actes sont-ils en accord avec cette hiérarchie ?

Vaincre sa timidité

Nous gagnons toujours à aller au-devant des autres. Ils nous intimident surtout tant
que nous ne les connaissons pas.

C'est pourquoi, il faut mettre un peu de côté ses craintes de rejet, ses angoisses à
l'idée de ne pas être à la hauteur, et oser partir à le découverte de ses semblables.

Demander l'heure ou parler du temps qu'il fait dans une file d'attente, c'est déjà
communiquer!!!!!!

Intéressons nous aux autres, interrogeons les sur leur vie, c'est le meilleur moyen
d'oublier notre peur et d'être jugés.

Se sentir utile

Egoïsme et bonheur font rarement bon ménage.

Au lieu d'attendre des autres, mettons notre énergie au profit de notre famille, de nos
amis, de ceux qui ont besoin de soutien : le collègue déprimé, la vieille voisine, les
enfants malades, etc...

N'hésitons pas à faire des compliments, à manifester nos sentiments positifs à


l'égard de quelqu'un.
Paradoxalement, c'est celui qui donne qui reçoit le plus, car il gagne en estime de
soi.

Ne pas fuir les conflits

Faire face aux conflits et les résoudre améliore non seulement nos relations aux
autres, mais aussi notre estime de nous-mêmes.

Lorsqu'on refoule une colère, on risque de la déverser plus tard sur quelqu'un qui ne
l'a pas mérité, de se venger sur la nourriture, ou de se coincer le dos.

L'exprimer est donc très sain.

En osant se confronter à la personne qui nous fait du mal, on cesse en outre de lui
donner un pouvoir en soi.

Mais attention à la manière!!!!!!! Il faut parler de soi et non de l’autre.

Ne pas accuser avec des " tu t'es mal conduit ", mais exprimer clairement ses
frustrations et ses besoins (" je me suis senti humilié ")... ce qui contribuera à rendre
les sujets de conflit de plus en plus rares.

Vous aimerez peut-être aussi