Vous êtes sur la page 1sur 15

Les signaux électriques

Un signal électrique peut avoir 2 fonctions différentes :


La fonction « alimentation », par exemple, le câble d’alimentation du téléviseur.
La fonction « transport de l’information », par exemple, le câble d’antenne du téléviseur.
 Pour alimenter un appareil électrique, on utilise principalement 2 types de signaux :
Le signal continu. Le signal sinusoïdal.
 Pour transporter une information (radio, téléphone, …), il existe une infinité de signaux électriques.
Le signal continu :
Ce type de signal est utilisé pour alimenter les circuits intégrés en électronique.
On retrouve les tensions continues grâce aux piles, aux batteries, aux alimentations stabilisées.
Exemple d’une pile 9V
u(t)

9V
0V
t

Les signaux périodiques


Le signal triangulaire
u(t)

Umax

0V t

Umin
Le signal en dents de scie
UAB ( V)

0 T t (s ) o u (ms )

Le signal carré : Le signal carré est généralement employé pour transporter une information.
u(t)
TH
Umax
Signal carré : TH = TB

0V TH : Temps à l’état haut


t
Umin TB : Temps à l’état bas
TB

1
Le signal rectangulaire :
u(t) TH TH
Umax

0V
t
Umin
TB TB
Signal rectangulaire : TH ≠ TB
TH TH
Son Rapport Cyclique : Rc  T  T  T (le rapport cyclique est toujours compris entre 0 et 1)
H B

1) Le signal sinusoïdal :

Une tension sinusoïdale est très utilisée dans le monde de l’électricité car elle est très facile à créer
(avec les alternateurs dans les centrales nucléaires, par exemple) et présente les avantages suivants :
Il est très facile de modifier (l’augmenter ou la diminuer) l’amplitude d’un signal sinusoïdal avec un transformateur,
Il est également très facile d’obtenir une tension continue à partir d’une tension sinusoïdale (redressement).

Représentation d’un signal sinusoïdal


V

Déterminez d’après le graphique les


grandeurs suivantes :
la période : T = 2ms
l’amplitude : A = 2V
l’amplitude crête à crête : Acc = 4V
Calculez la fréquence : F = 500Hz

1ms
Expression mathématique de la valeur instantanée d’une grandeur sinusoïdale :
L’équation u(t) de la tension sinusoïdale est : u(t) = A x sin(2πxfxt + φ0), avec :
 u(t) : la valeur instantanée en volts  t : le temps en secondes (c’est l’axe des abscisses)
 A : Amplitude  φ0 le déphasage à l’origine
 F : la fréquence

exemple : U 1 (t )  3  sin(2  100  t )


Application
Tracer la forme d’onde de la somme de deux signaux alternatif plus continus

Tracer W(t) = -2sin(2πxfxt)-3

2
I- Composants de base en électronique industrielles.
1- Les résistances :
a- Définition :
Une résistance est constituée de matériau ayant une forte résistivité. Elle s’oppose au passage du courant
dans un circuit électrique. On l’utilisera donc en général pour limiter le courant dans un circuit.
Le passage de ce courant provoque un échauffement de la résistance.
Elle s'exprime en Ohms et se mesure avec un ohmmètre.
Attention : Pour mesurer une résistance, l'élément à mesurer doit être isolé du circuit.

La résistance et son symbole normalisé


En série : Req = R1 + R2 + … + Rn Ur=R.I
En parallèle

b- Le code des couleurs :


Les bagues de couleur sur la résistance nous informent sur sa valeur.

Marquage d’une résistance à 1 % ou 2 %. tolerance


Marron 1 %
Rouge 2 %

Exemple :
R1 rouge, rouge orange argent : R2 brun, noir, noir argent :
Puissance maximale
une résistance dissipe une certaine puissance sous forme thermique : c’est l’effet Joule. Pour un composant donné,
il existe une limite technologique de dissipation. Si l’on dépasse cette puissance maximale autorisée, l’élément
risque de se dégrader : sa résistance est modifiée sans que cela change forcément l’aspect du composant. Si la
limite est fortement dépassée, la résistance noircit et peut même se détruire. Les résistances ordinaires ont une
puissance maximale de 1/4W. On utilise également des résistances de puissance supérieure lorsque c’est nécessaire
1/2W, 1 W, 2 W, 5 W. Les éléments de puissance sont nettement plus encombrants sur les circuits imprimés et
évidemment plus chers. Il importe donc de chiffrer correctement la puissance nécessaire afin d’utiliser ces
composants à bon escient.
Par exemple, on branche une résistance de 4,7 kΩsous une tension continue de 12 V. La puissance dissipée par
effet Joule est alors :
P=U2/R = 0,03W
Une résistance1/4 W convient parfaitement. Sous la même tension de 12 V, on connecte un élément de 470 Ω. La
puissance est dans ce cas
P=0,3W
Une dissipation de 1/4 W est insuffisante. Il faut au moins 1/2W. On voit que l’on a intérêt à choisir des résistances
de valeurs élevées lorsque c’est possible : les puissances dissipées restent alors faibles

Technologies De nombreuses technologies existent pour la fabrication des résistances, mais seules quelques-unes
apparaissent fréquemment. Les résistances à couche de carbone sont de loin les plus répandues. Leurs
performances sont correctes et leur prix est faible
Les résistances à couche métallique ont des caractéristiques supérieures, mais leur prix est un peu plus élevé

3
application diviseur de tension

2- Les condensateurs 

Introduction :

Un condensateur est un dipôle constitué de deux armatures conductrices (plaques métalliques


planes et parallèles), séparées par un diélectrique, ou isolant (air, papier). C est un accumulateur des
electrons.

10 kΩ

100nf

Soumis à une tension U, un condensateur possède la propriété de se charger et de conserver une charge
électrique Q, proportionnelle à U. Cette énergie est restituée lors de la décharge du condensateur. Ces
phénomènes de charge et de décharge ne sont pas instantanés; ce sont des phénomènes transitoires, liés à
une durée.
La capacité du condensateur, qui s'exprime en farads (symbole F)

On trouve dans le marché une grande variété des condensateurs essentiellement les condensateurs
chimiques de grand capacité (polarisés qui possèdent un pole ‘+’ et un pole ‘-‘, ils ont un sens de
branchement) et les Condensateurs non-polarisés

Trois critères sont à considérer dans le choix d'un condensateur non-polarisé:

 Sa capacité, exprimée en farad, qui indique quelle "quantité" d'électricité il pourra conserver,
 Sa tension de service, exprimée en volts, qui est la tension maximale à ses bornes
 Sa précision ou tolérance

Les composants selfiques :

4
a- Symboles :

Les semi-conducteurs

Introduction
Les matériaux semi-conducteurs ne font partie ni de catégorie des conducteurs comme le cuivre ou
l’aluminium ni de catégorie des isolants comme le caoutchouc ou le bois. Ils sont des matériaux qui
appartiennent à une catégorie intermédiaire ; ils peuvent être soit conducteurs, soit des isolants selon les
conditions d’utilisation. Exemple le silicium (Si), le germanium (Ge). Les composants à base de semi-
conducteur sont les diodes, transistors et circuits intégrés parmi

Les Diodes

Les diodes de redressement :


la diode est dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l’anode (A) et le cathode (K).
Le courant circule de l’A ver le K

I ) Symbole et Caractéristiques

1°) Symboles Normalisés :


A K

La diode est en sens Direct si la tension Vd est positive.


La diode est en sens Indirect si la tension Vd est négative

2°). Schémas équivalents :


Diode dans le cas idéale
En sens Direct c’est un interrupteur fermé.
En sens Indirect c’est un interrupteur ouvert

Caractéristique Id =f(Vd)

5
Cas classique : diode parfaite
En polarisation directe la diode est esquivant à un générateur :
En polarisation inverse la diode est esquivant à un interrupteur ouvert

Cas réel
En polarisation directe la diode est esquivant à un générateur et une résistance en série :

Avec : E0 : tension de seuil : Qui vaut 0,6 à 0,7V pour une diode au silicium
Qui vaut 0,2 à 0,3V pour une diode au germanium
Vc : Tension de claquage inverse :
C’est la tension inverse pour laquelle la diode devient passante, Appelé aussi VRRM.
Valeurs limites d’utilisation - Maximum ratings
Critères de choix
Symbole Expression Unité Définition
Valeurs limites d’utilisation -
IF Forward Current A Courant direct continu
Maximum ratings Caractéristiques électriques
VLes
RRM
valeursReverse
d’utilisation sont définies Vpar le Tension inverse
Repetitive Cesmaximum
valeurs sont intrinsèques au composant. On ne peut pas
répétitive
montage autour du composant Diode. C’est au les modifier. Elles sont la conséquence de leurs caractéristiques
Maximum Voltage
concepteur du montage de s’assurer que les de fabrication et des conditions d’utilisation.
Ptot limites d’utilisation
valeurs Total power ne serontW pas Dissipation de puissance totale
dépassées. dissipation
TVJ Junction °C Température de jonction
Temperature
Caractéristiques électriques
Symbole Expression Unité Définition
VF Forward Voltage V Tension directe

IR DC Reverse Current A Courant inverse continu

trr Reverse Recovery ns Temps de recouvrement inverse


Time
Rth j-c Junction-Case W/°C Résistance thermique
6 Jonction - Boîtier
Thermal Resistance
Travaux Pratique

1- Réaliser le circuit ci-contre en effectuant


tous les branchements Y1 vdiode Y2
2 - on choisie une tension d’entre sinusoïdale
d’amplitude 6v , visualiser les deux tensions Ve et
Vs sur les vois Y1 et Y2 de l’oscillo
3- On suppose que la diode est parfaite (cas Diode
classique) Donner l’expression de Vs GBF vS
vE R = 1kΩ
Interpréter la différence entre les courbes Vs et Ve
durant l alternance positive
4- donner l’expression de la tension Vd et tracer
l’allure de courbe

- tester la diode a laide du multimètre.

Application pont a diode

220V 12V D3 D1
50Hz
es
4 x 1N4004

D2 D4 +
URc
1k
-

Réaliser le montage et dessiner la forme d'onde présente aux bornes de la résistance de charge Rc alignée
avec es.
En utilisant les instruments adéquats et en prenant les mesures appropriées, remplir le.

7
Tableau

es crête: 17V
URc crête: 16,3V
URc moyen: 10,4V
fréquence du signal aux bornes de Rc: 100Hz
PIV de la diode: 16,3V

Tracer sens de courant pour la demi alternance positive et le sens de courant pour la demi alternance
négative avec deux couleurs différents
Diodes passantes Diodes bloquées
Demi-alternance positive
Demi-alternance négative

Donner l’expression de Uc dans les deux demi alternances

Qu'arrive-t-il à la tension aux bornes de Rc si D1 est retirée?

On peu

8
Le transistor « bipolaire »

Les Transistors :

Il existe plusieurs familles technologiques de transistors :

Le transistor bipolaire possède trois bornes La base (B), le collecteur (C), l’émetteur (E)
Il existe deux types de transistor bipolaire
C
C
C
NPN N
B
P =
B = B la lettre E pour l'émetteur.
la lettre B pour la base.
N
E la lettre C pour le
E E
PNP collecteur
C
C
C
P
B = B = B
N

P
E
E E

Relation entre courants


loi des nœuds : IE = IC + IB
• si le courant de base est nul, la jonction B-E est bloquée et on dit que le transistor est bloqué.
Tous les courants sont nuls IE = IC = IB=0

• s’il y a un courant de base (dans le sens direct : iB> 0), le transistor est dit passant.
Le courant de base est donc un courant de commande.
VBE=Vseuil =0.6V
Il existe alors deux régimes de fonctionnement.
a- Fonctionnement en régime linéaire
Le courant de collecteur est proportionnel au courant de base : iC= βiB

On dit que le transistor est un amplificateur de courant


On appelle le gain en courant du transistor. Un transistor typique peut avoir un ß égal à 100.
IC = ß x IB

9
β >>1 donc iC>> iB
D’autre part : iE= iB+ iC iE≈ iC
b- Fonctionnement en régime de saturation

Au dessus d’une certaine valeur du courant de base (iBsat), le courant de collecteur « sature » :

La tension vCE est alors très proche de zéro :vCE sat≈ 0,2 V.
Caractéristiques des transistors

IC
IB + UCC
UCE (=UCE)
UBB RB -

Figure 9-1

Le transistor est une source de courant contrôlée. La source de courant est le collecteur et le
courant de base est le contrôleur. En variant UBB on variera de même IB où IB=(UBB - UBE). En
variant UCC on varie par le fait même U CE. Pour différentes valeurs de IB fixes et en variant UCE on
retrouve le graphique de la Error: Reference source not found.

Observations :
- La fonction Ic = f(Vce) est maîtrisée par la valeur du courant de base. Celle-ci comporte
essentiellement deux domaines ; la partie où Ic est peu variable pour unevaleur de Ib c’est le régime
linéaire, la partie coudée où la transistor est en régime saturé.
- La fonction Vbe = f(Ib) est celle d’une jonction PN entre la base et l’émetteur.
10
- La fonction Ic = f(Ib) caractérise « l’effet transistor » en régime linéaire. C’est une droite de pente
β(ordre de grandeur de β ≈100).
- En régime linéaire Ic ≈ β.Ib et en régime saturé Ic < β.Ib.
- En régime saturé Vce < 1Volt.
- Au point M0 le transistor est bloqué. Entre son collecteur et son émetteur le transistor est
équivalent à un interrupteur ouvert.
- Au point M1 le transistor est saturé. Entre son collecteur et son émetteur le transistor est
équivalent à un interrupteur fermé.
- Par la variation spontanée du courant Ib de 0 à Ib4 ou inversement on peut passer de M0 à
M1 ou inversement. Dans ce type de fonctionnement tout ou rien on dit que le transistor fonctionne en
commutation.
- En faisant varier Ib tout en conservant le transistor en régime linéaire on peut utiliser le
transistor en amplificateur de courant.
Exemple
a) Fonctionnement en commutation
En commutation, le transistor est soit saturé, soit bloqué.

β=100.
La tension d’entrée peut prendre deux valeurs : 0 V ou 5 V
Circuit de commande : Le circuit de puissance alimente une ampoule
qui consomme 1 A sous 6 V

Vu des bornes C et E, le transistor se comporte comme un interrupteur ouvert :


 uE= 5 V
Un courant de base circule :iB= (5 - 0,6) /120 =37 mA
Ce courant est suffisant pour saturer le transistorcar :iB> iBsat = 1 A /100 = 10 mA.
⇒ vCE= vCE sat≈ 0,2 V
⇒ Vu des bornes C et E, le transistor se comporte pratiquement comme un interrupteur fermé :
⇒ ampoule allumée

11
b) Fonctionnement en régime linéaire
• Exemple : principe d’un amplificateur de tension

β = 130 ; vCEsat= 0,2 V

Le transistor se sature a une


valeur de UE et se bloc à ?

Vérification
                 La  méthode de vérification la plus simple consiste à utiliser un multimètre sur la
fonction testdiode. Étant donné qu'un transistor bipolaire est constitué de deux jonctions PN en
déterminant  la polarité de l'appareil, on peut déterminer le  type de transistor soit NPN ou PNP.  La
méthode comporte trois étapes.

 Identifier la base: La borne de la base est la seule  jonction commune  aux deux autres bornes
du transistor.   À l'aide du mutimètre, en mesurant les trois paires de combinaisons possibles,
on pourra déterminer par  élimination la borne de la base. En effet, la paire de connections (qui
dans les deux sens de polarisation indique nulle ou over load) contient la borne du collecteur et
del'émetteur. L'autre borne est forcément la base.

 Déterminer le type de transistor (NPN ou PNP):  En se servant de la borne de la base comme point de


départ:   Si on applique la  polarité positive de l'appareil de mesure à la  base et la polarité négative à
l'une ou l'autre des bornes et que l'appareil nous indique "la barrière de potentiel 0.700 volt", il sagit
d'un transistor de type NPN.  Par contre, si l'appareil de mesure nous indique "nulle" ou "over load",   il
sagit d'un  transistor de type PNP.

Différencier l'émetteur  du collecteur:  Maintenant que vous connaissez le type de transistor,  il vous


 
suffit de polariser en sens direct  les jonctions base-émetteur et base collecteur. Le dopagedes deux
bornes émetteur et  collecteur étant différent, l'émetteur vous donnera une  barrière de potentiel  plus
élevée que celle du collecteur.

12
 

13
Et un exemple pour stabiliser tout ceci :

Voici le montage, on ne se préoccupera pas


de la valeur des condensateurs que l'on
considérera se comporter comme des
courts-circuit en alternatif.
Nous allons calculer, la valeur de
l'amplification, l'impédance d'entrée,
l'impédance de sortie.

14
1 - Nous voulons calculer la valeur de r'e,          3300
Vb = _____________ x 12 =  2,59V
pour ce faire, nous devons connaître Ie.
         3300 + 12000
Calculons la tension sur la base Vb
2 - calculons la tension Ve sur l'émetteur Ve = Vb - 0,7 = 1,89V
3 - calculons Ie Ie = Ve/re   1,89/ 1200 = 1,57 mA
4 - nous pouvons maintenant calculer r'e         25            25
r'e = _____  =  _______  =  16 
         Ie            1,57
5 - calculons l'amplification A = Rc/ r'e    2700/ 16 =  169
6 - calculons l'impédance d'entrée Zi = R1//R2   (approximativement)
Zi = 2588 
7 - calculons l'impédance de sortie Zo = Rc   Zo = 2700 

15