Vous êtes sur la page 1sur 17

Que faire après des

études de droit ?
par Partiels-droit.com | Méthodologie juridique et conseils

Guide d’orientation après des études de droit  : Souvent, les

lycéens ont du mal à s’orienter après le bac, car ils sont peu

renseignés sur les débouchés d’une filière spécifique. Il en

va de même durant leur cursus universitaire, si bien qu’ils

se posent ensuite la question de «  Quoi faire après des

études de droit », lorsqu’ils ont choisi la filière juridique.

Pourtant, lorsque vous optez à faire des études de droit ,

les débouchés sont assez nombreuses  : de juriste aux


professions judiciaires (et notamment le job d’avocat), en

passant par les postes en administration publique …

Le choix du métier dépend entièrement du diplôme et de la

spécialisation, mais aussi des aspirations de l’étudiant. Vous

souhaitez en connaître davantage sur les différentes

possibilités qui s’offrent à vous après vos études en droit  ?

Voici quelques idées sur votre prochain parcours ainsi que

vos opportunités de carrière après des études de droit.

QUEL MÉTIER EXERCER APRÈS DES


ÉTUDES DE DROIT ?
Durant la phase post-bac, la filière juridique figure parmi

les plus prisées par les bacheliers. Et pour cause, les

débouchés sont multiples. Avocat, juge, notaire, juriste,

fonction publique… les étudiants en droit ont l’embarras du

choix. Si certains décident d’arrêter leurs études après la

Licence, d’autres poursuivent leur cursus en choisissant une

spécialisation. Voici les différentes possibilités après des

études de droit.
Les débouchés après la Licence en droit
Après une licence en droit en poche , vous pouvez soit

exercer dans le milieu de la justice, soit dans

l’administration publique, soit en entreprise. En bref, vous

trouverez au sein de ces structures des postes

correspondant à votre parcours universitaire.

Dans le milieu judiciaire, après des études de droit, par

exemple, vous avez la possibilité d’envisager une carrière de

greffier. Ce poste s’ouvre aux titulaires d’un bac+2 en droit.

Ses attributions sont multiples, allant de la rédaction des

convocations à la réalisation de compte-rendu du

déroulement de chaque affaire, en passant par la


constitution des dossiers déposés auprès des tribunaux.

Vous pouvez aussi envisager une carrière en tant que

conseiller pénitentiaire après avoir passé le concours à

l’École nationale d’administration pénitentiaire d’Agen en

France.
Votre licence vous permet également d’accéder à un poste

de collaborateur de notaire une fois que vous aurez passé

une année au sein de l’Institut des métiers du notariat.

Le rêve de maintenir l’ordre vous a longtemps trotté dans la

tête ? Devenez lieutenant de police en suivant une

formation d’une année et demie à l’École nationale

supérieure des officiers de police.

Après des études de droit, le jeune diplô

mé peut également accéder à un poste au sein de la

fonction publique. À cet effet, il a la possibilité de passer

différents concours comme celui d’attaché territorial, de

contrôleur des finances publiques, d’administrateur

territorial et de contrôleur des douanes. Ces concours se

déroulent annuellement, ce qui vous offre la possibilité de

réitérer votre candidature s’il vous vient à écher à l’un

d’entre eux.

Par ailleurs, le fait de savoir prendre des notes en cours

de droit est un grand avantage dans la préparation des

concours. Donc, nous vous conseillons d’adopter les bonnes

techniques pour réussir !


Dans la mesure où le droit s’améliore et devient de plus en

plus complexe, les entreprises décident de s’armer des

meilleurs experts en droit pour assurer les fonctions

juridiques. Les grandes structures sont les plus enclines à

recruter en raison de la multiplicité de leurs activités et de

leurs filiales. Il s’agit souvent d’une multinationale, d’une

compagnie d’assurance, d’un empire immobilier ou encore

de gros industriels.

Commencez par un poste d’assistante juridique ou de

juriste junior après des études de droit. Quelques années

d’exercice peuvent vous propulser à un poste plus

important.

Vous pouvez éventuellement vous spécialiser en droit social

et occuper la place d’une assistante en ressources

humaines. Si vous souhaitez devenir conseiller juridique

pour les entreprises, visez une spécialisation en droit des

affaires. Cette activité nécessite des connaissances plus

poussées en termes d’étude et de rédaction de contrats

internationaux.
Les débouchés après le Master en droit
Avec votre Master en droit, vous avez plus d’opportunités

de carrière devant vous. Dans la branche judiciaire, le jeune

diplômé peut s’orienter après des études de droit vers la

profession d’avocat. Mais avant d’exercer ce métier, il doit

passer par un concours à l’Institut d’Études Judiciaires et

une formation de 18 mois. Ainsi, il obtient un Certificat

d’Aptitude à la Profession d’Avocat et sera à la suite libre

d’ouvrir son propre cabinet ou s’associer avec d’autres

avocats.

Le notariat figure aussi parmi les principaux débouchés de

la branche judiciaire. Là encore, après des études de droit,

une formation préalable et l’obtention d’un BTS en notariat


sont nécessaires pour exercer cette profession. Divers

établissements proposent un parcours en vue de l’obtention

de ce diplôme. Vous pouvez aussi choisir de vous former en

ligne en choisissant la meilleure agence de cours de droit

en ligne. Un stage de quelques semaines est prévu durant

l’apprentissage. À l’issue de la formation, un Diplôme

d’Aptitude aux Fonctions de Notaire est prodigué à

l’apprenant.
Le titulaire d’un master en droit peut choisir de devenir

huissier de justice. Cet auxiliaire de la justice a pour rôle de

convoquer les parties à un procès, de dresser des procès-

verbaux d’assistance, d’assurer le recouvrement de créances

et de renseigner sa clientèle sur les différents rouages des

procédures judiciaires.

Vous rêvez de présider un tribunal ou


encore de devenir juge ou procureur ?
Concrétisez votre rêve après vos études de droit en

participant au concours d’entrée à l’École Nationale de la

Magistrature. Certes, les critères pour le concours ne

requièrent qu’un master 1, mais la plupart des admis

possèdent un master 2 en droit. Les épreuves se déroulent

en deux phases : l’écrit et l’oral, comme c’est le cas avec les

concours de la fonction publique.

En tant que juriste de haut niveau, vous pouvez obtenir un

poste de conseiller juridique, de responsable juridique ou

de responsable contentieux au sein d’une entreprise. Avec

votre master, vous serez à même de diriger la branche

juridique d’une structure, quelle que soit sa taille. Les

titulaires d’un bac+5 après des études de droit sont les plus
recherchés, car ils disposent d’une connaissance plus

affinée sur un domaine juridique précis comme le droit

social ou le droit des affaires. Cette sélectivité est aussi

valable dans le cadre des concours publics.

Si vous êtes un spécialiste en droit public, vous pouvez vous

orienter vers une carrière politique ou travailler au sein

d’organismes internationaux ou encore dans des

ambassades en devenant agent diplomatique. Dans ce

domaine d’activités encore, les recruteurs sont

particulièrement sélectifs. Les spécialisations sont vivement

encouragées si vous espérez obtenir un poste qui concorde

parfaitement avec votre parcours universitaire.

QUELLES SONT LES


SPÉCIALISATIONS POSSIBLES APRÈS
DES ÉTUDES DE DROIT ?
Il convient d’avoir une spécialisation après des études de

droit pour espérer séduire les jurys et les recruteurs. Le

choix se pose dès la première année de licence. Les stages

et le cursus universitaire peuvent durer longtemps, mais le

jeu en vaut la chandelle. Ce parcours vous permettra sans

doute d’accéder au poste de vos rêves.


Il existe différentes spécialisations en droit. Cependant, ces

spécialisations en droit ne vous seront pas données

au cours magistral de droit durant votre cursus  J. C’est à

vous de vous orienter vous même. Pour vous aider, nous

allons les citer ci-après :

À compter de la troisième année, les étudiants commencent

à avoir une vision plus nette du métier qu’ils souhaitent

exercer après leurs études de droit. Les stages peuvent

également les orienter vers une sélection plus affinée de

débouchés. En outre, les travaux en groupe dirigés par les

professeurs et des experts contribuent à leur orientation. À

partir des connaissances acquises et vos réelles aspirations,

vous pouvez estimer si vous allez poursuivre vos études

jusqu’à la M2 ou seulement à la M1.

Sachez cependant que n’importe quel master peut vous

ouvrir des portes, car vous êtes considéré comme un

spécialiste après des études de droit. Néanmoins, pensez à

terminer votre master 2 pour vous apprêter à occuper des

postes importants. En effet, les recruteurs et les jurys ont

tendance à privilégier les étudiants accomplis possédant un


M2, qu’il s’agisse d’un concours pour devenir huissier de

justice, avocat, magistrat ou encore d’une sélection de

dossiers à un poste en entreprise.

Les spécialités juridiques se divisent concrètement en trois,

à savoir le droit privé, le droit public et le droit

international. Le droit privé reste le plus prisé par les

étudiants après des études de droit, car il se divise en

plusieurs branches, notamment le droit fiscal, le droit

immobilier, le droit social, les procédures judiciaires et le

droit des affaires.

Il offre donc le plus de débouchés comparés aux deux

autres spécialités. Les étudiants en droit public misent

plutôt sur une spécialisation en services publics, en

administration d’établissements publics ou encore en

marchés publics.

Au niveau du droit international, les spécialisations sont

limitées au droit européen et au droit du commerce

international.
Il existe un domaine particulier peu prisé, mais qui se révèle

pourtant évolutif après des études de droit. Il s’agit

notamment du droit de la propriété intellectuelle, une

branche qui s’est beaucoup démocratisée au sein des

entreprises modernes. Cette spécialisation se révèle

porteuse en raison de la réelle expansion des technologies

modernes.

Après des études de droit, l’étudiant peut également

acquérir de nouvelles connaissances en vue d’intégrer une

structure spécifique. Pour occuper un poste de conseiller

juridique et dresser des contrats avec des partenaires

internationaux en bonne et due forme par exemple, il peut

avoir besoin d’approfondir ses connaissances en commerce

international. À cet effet, il peut choisir une spécialisation

en commerce international.

Il en va de même pour les professions immobilières. Après

deux années à la fac de droit, le jeune diplômé en BTS peut

choisir un parcours en gestion immobilière et obtenir une

licence professionnelle à l’issue de sa troisième année.

L’Institut de la Construction et de l’Habitat offre justement

une spécialisation en gestion et en évaluation immobilières.


D’autres écoles privées comme l’école supérieure des

professions immobilières offrent des formations post-bac

jusqu’à une spécialisation dans la profession immobilière.

Notez que si vous décidez de changer d’école, une sélection

de dossiers est souvent organisée par certains

établissements d’enseignement, tandis que d’autres

prévoient un concours d’admission. En général, les

étudiants qui souhaitent se spécialiser dans une autre filière

que le droit choisissent cette option.

Vous devez avoir dûment effectué vos stages pour espérer

être admis dans une grande école après des études de

droit. Parfois, vous devrez même passer un entretien

préalable pour tester votre motivation à intégrer une

nouvelle université.

Si vous devez choisir une spécialisation sans vous y être

préparé, tenez compte de vos propres centres d’intérêt. Si

vous avez un penchant pour la défense des causes perdues,

les métiers de juge ou d’avocat vous parlent peut-être. Si

vous aimez voyager et communiquer vos valeurs et les

particularités de votre pays, misez sur une spécialisation en


droit public et intégrez une ambassade. Bref, vos

aspirations professionnelles et personnelles comptent

énormément dans la sélection de votre spécialisation en

droit. Si vous vous sentez perdu, ne les mettez pas de côté.

DANS QUEL ÉTABLISSEMENT


ÉTUDIER LE DROIT ?
Avant de passer le cap de la première année, vous devez

suivre un cours prépa pour espérer être admis dans

l’établissement de votre choix. Ce dernier peut être une

grande école ou encore une université publique ou privée.

Une fois la prépa terminée, vous passerez un concours

d’entrée en première année de licence en droit. À la suite

de votre admission post bac, vous pouvez déjà envisager le

type de spécialisation que vous souhaitez suivre.

Notez que la première année à la fac de droit peut être

déterminante sur la tournure de votre cursus universitaire.

En effet, de plus en plus d’étudiants en droit en L1

abandonnent les cours pour se tourner vers une autre filière

ou carrément entrer dans la sphère professionnelle. Ces

abandons sont souvent justifiés par la saturation des offres


d’emplois sur le marché ou encore le nombre d’étudiants

exorbitant que l’on compte par promotion.

Certains étudiants décident d’acquérir un double diplôme

en fonction de leurs aspirations professionnelles. À titre

d’exemple, un aspirant au poste d’ambassadeur ou de

diplomate peut opter pour une autre spécialisation en

langues après des études de droit. Les étudiants qui veulent

devenir experts en droit de la propriété intellectuelle

tendent à intégrer une école de technologie.

La plupart des nouveaux sortants des universités et des

grandes écoles passent un concours et suivent une

formation spécifique avant de pouvoir exercer. Dans tous

les cas, un cursus dans une fac de droit est vivement

recommandé.

POURQUOI CHOISIR UNE FAC DE


DROIT ?
Le droit est ouvert à d’autres filières comme le commerce,

la gestion ou encore la santé. La faculté constitue le lieu

idéal pour apprendre cette filière, car elle permet entre

autres de combiner cette dernière à d’autres cursus. De ce


fait, l’étudiant a la possibilité d’obtenir un double diplôme

et devenir pluridisciplinaire. La pluralité des connaissances

acquises ouvre sur des horizons plus vastes et des

possibilités de carrière extrêmement variées.

La fac de droit est attenante à d’autres facultés, ce qui

facilite le suivi de deux cursus à la fois. C’est d’ailleurs le

principal avantage des études à l’université. La cohésion

entre étudiants et les travaux en groupe contribuent

également à l’assimilation des cours et à la réussite aux

examens. Les sortants de l’université sont aussi réputés

pour être les plus doués.

Cependant, ceux qui apprennent le droit à la fac sont plus

autonomes. Certes, les travaux en groupe sont assez

fréquents, mais l’initiation à la filière juridique requiert un

minimum de concentration. Les étudiants vont à la

bibliothèque pour apprendre d’eux-mêmes, car c’est une

façon pratique de se concentrer.

Par ailleurs, les lycéens peuvent également accéder à une

formation juridique s’ils le souhaitent. L’admission post-bac

a été validée par le ministère de l’Enseignement depuis


2009, leur laissant ainsi la possibilité d’assister à un cours

prépa avant de passer à la fac de droit. Cette formation les

initie à la notion juridique et leur permet de passer plus

facilement aux concours d’entrée à l’université.

Pour finir, les études à la fac de droit en France ne

requièrent pas des frais de scolarité importants, comme

c’est le cas dans les grandes écoles. Pour étudier tout en

économisant pour son avenir, il n’y a rien de tel que passer

son cursus dans une université publique. Notez cependant

que le coût élevé des études en grandes écoles est bien

souvent justifié par la qualité des formations et la

reconnaissance des diplômes délivrés.

POURQUOI OPTER POUR LES


ÉCOLES PRIVÉES ?
Les grandes écoles proposent des spécialisations plus

techniques. Après des études de droit, le jeune diplômé

peut approfondir ses connaissances en s’inscrivant à une

formation dans une école de commerce. Ce type

d’établissement pallie en quelques sortes les connaissances

juridiques par des savoirs plus poussés en mathématiques


appliquées, en gestion commerciale ou encore en

commerce international par exemple.

Une grande école a pour but de former des élites

pluridisciplinaires, et donc polyvalentes. Le souci de la

diversification des talents des jeunes diplômés pousse ce

type d’établissement à minimiser ses critères d’admission.

Dans le cadre du concours d’admission post bac, les écoles

privées testent les candidats sur leur culture générale, leur

capacité en langues, leur logique et leur motivation.

Il faut prévoir entre 4 000 et 7 000 euros de frais scolaires

par an pour pouvoir se spécialiser dans une grande école.

Un coût particulièrement élevé pour des études en droit,

mais qui a le mérite d’être valorisé par les entreprises.

D’autant plus que la plupart des écoles de gestion et de

commerce collaborent étroitement avec certaines

plateformes afin de réaliser des placements de leurs

meilleurs étudiants. De ce fait, il faut briller dans un institut

de formation privé pour pouvoir impressionner les

recruteurs.