Vous êtes sur la page 1sur 100

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

Faculté de génie
Département de génie civil

CONTRIBUTION A L’ETUDE DES PONTS A


DALLES PLEINES EN BÉTON PRÉCONTRAINT
RENFORCÉ DE FIBRES MÉTALLIQUES

Mémoire de maîtrise
Spécialité : génie civil

M ohamed OUALHA

Jury : Frédéric LÉGERON


Nathalie ROY
Richard GAGNÉ

Sherbrooke (Québec) Canada Février 2012


Library and Archives Bibliothèque et

1+1 Canada

Published Héritage
Branch

395 Wellington Street


Archives Canada

Direction du
Patrimoine de l'édition

395, rue Wellington


Ottawa ON K1A0N4 Ottawa ON K1A 0N4
Canada Canada
Your file Votre référence
ISBN: 978-0-494-93276-6

Our file Notre référence


ISBN: 978-0-494-93276-6

NOTICE: AVIS:
The author has granted a non- L'auteur a accordé une licence non exclusive
exclusive license allowing Library and permettant à la Bibliothèque et Archives
Archives Canada to reproduce, Canada de reproduire, publier, archiver,
publish, archive, preserve, conserve, sauvegarder, conserver, transmettre au public
communicate to the public by par télécommunication ou par l'Internet, prêter,
télécommunication or on the Internet, distribuer et vendre des thèses partout dans le
loan, distrbute and sell theses monde, à des fins commerciales ou autres, sur
worldwide, for commercial or non- support microforme, papier, électronique et/ou
commercial purposes, in microform, autres formats.
paper, electronic and/or any other
formats.

The author retains copyright L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur


ownership and moral rights in this et des droits moraux qui protégé cette thèse. Ni
thesis. Neither the thesis nor la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci
substantial extracts from it may be ne doivent être imprimés ou autrement
printed or otherwise reproduced reproduits sans son autorisation.
without the author's permission.

In compliance with the Canadian Conform ém ent à la loi canadienne sur la


Privacy Act some supporting forms protection de la vie privée, quelques
may have been removed from this formulaires secondaires ont été enlevés de
thesis. cette thèse.

W hile these forms may be included Bien que ces formulaires aient inclus dans
in the document page count, their la pagination, il n'y aura aucun contenu
removal does not represent any loss manquant.
of content from the thesis.

Canada
Résumé
Suite à la destruction du Concorde Viaduc à Montréal en 2006, le Ministère des Transports du
Québec (MTQ) a exigé une armature de cisaillement supplémentaire même s’il n ’est pas
nécessaire dans les calculs. L ’objectif principal de ce projet de recherche est de développer
une dalle structurale précontrainte sans armature passive et d ’étudier la possibilité de
remplacer l’armature transversale minimale de cisaillement exigée par le M inistère des
Transports du Québec (MTQ) par des fibres métalliques pour une meilleure ductilité tout en
gardant le même niveau de fiabilité structurale
Le projet de recherche consiste à étudier le comportement en cisaillement de dalles en BFM.
Il vise à examiner l’influence du renforcement par fibres métalliques sur la capacité et la
ductilité de dalles en béton armé ou précontraint.
L ’étude expérimentale de ce projet de recherche se divise en trois parties : i) des essais de
caractérisation des matériaux, ii) des essais sur la zone d ’ancrage, iii) des essais de
cisaillement sur dalles structurales qui visent à étudier le comportement à l’effort tranchant
des dalles en béton précontraint renforcé de fibres métalliques.
Remerciements
Tout d ’abord, je tiens à rem ercier mon directeur de recherche, monsieur le professeur Frédéric
Légeron pour son soutien constant à cette recherche, pour ces conseils pertinents et pour son
support financier.
Je remercie également M arc Demers, associé de recherche à l’Université de Sherbrooke, pour
m ’avoir aidé à réaliser le programm e expérimental.
Mon remerciement s’adresse aussi aux trois techniciens : Frédéric Turcotte, Daniel Breton et
Sylvain Roy, pour la construction des coffrages nécessaires pour chaque essai, et de leur aide
lors de la coulée.
Je remercie le groupe du béton de l’Université de Sherbrooke qui nous a fourni la recette des
deux mélanges du béton avec et sans fibres, et mes remerciem ent aussi à Frédéric Bergeron,
étudiant à la maitrise à l’Université de Sherbrooke pour sa contribution à ce travail de
recherche.
Finalement, je remercie mes parents, mes deux sœurs, et M eriem pour leur soutien et leur
encouragement.
Table des matières
1 INTRODUCTION..........................................................................................................1
1.1 Problématique du renforcement en cisaillem ent.....................................................................1
1.2 O bjectif du projet de recherche...................................................................................................1
1.3 Organisation du m ém oire............................................................................................................ 2
2 REVUE DE LA LITTÉRATURE................................................................................3
2.1 Types et propriétés des fibres m étalliques...............................................................................3
2.2 Corrosion des fibres m étalliques................................................................................................4
2.3 Propriétés mécaniques du béton renforcé de fibres m étalliques......................................... 5
2.3.1 Résistance à la com pression...............................................................................................5
2.3.2 Flexion.................................................................................................................................... 9
2.3.3 Cisaillem ent......................................................................................................................... 14
2.4 Comportement à la flexion des dalles en béton renforcé de fibres m étalliques.............20
2.5 Dalles de pont sans armature p a ssiv e .....................................................................................23
2.6 Conclusion sur l’effet des fibres sur le com portem ent des structures en b éton............. 24
3 MÉTHODES DE DIMENSIONNEMENT.............................................................. 25
3.1 Méthodes de dimensionnement de la capacité flexionnelle d ’une d alle........................25
3.1.1 Dalle en béton armé non fib ré ....................................................................................... 25
3.1.2 Dalle en béton de fibre m étallique.................................................................................. 27
3.2 Modèles proposés pour le calcul de la résistance en cisaillement des éléments en
béton a rm é ............................................................................................................................................. 30
3.2.1 M éthode générale (Article 8.9.3.7 du code CSA S6-06)........................................... 30
3.2.2 Méthode RILEM pour béton fibré.................................................................................. 32
4 ETUDE EXPERIMENTALE..................................................................................... 33
4.1 Description des dalles mise à l’essai.......................................................................................33
4.1.1 Caractéristiques communes à toutes les d alles.............................................................33
4.1.2 Variables étu d ié s............................................................................................................... 34
4.2 Essai sur blocs d ’ancrage.......................................................................................................... 38
4.3 Procédure expérimentale pour les dalles (Chargem ent appliqué et instrum entation) 39
4.4 Composition du m élange.......................................................................................................... 42
4.5 Essai de compression et de flexion......................................................................................... 43

iii
4.6 Résultats des essais de caractérisation du m atériau........................................................... 44
4.6.1 C ompress io n ........................................................................................................................44
4.6.2 Comportement de béton à la fle x io n ..............................................................................46
4.6.3 M ise en tension de la précontrainte................................................................................49
5 RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX..........................................................................53
5.1 Résultat des essais sur les blocs d ’an crag e...........................................................................53
5.2 Résultats des tests sur les dalles.............................................................................................. 55
5.2.1 Dalle sO-FO-PO et s250-F0-P 0......................................................................................... 55
5.2.2 Dalles s250-F0-P1400 et s0-F0-P1400.........................................................................60
5.2.3 Dalles F60-P1400-1 et F60-P1400-2............................................................................ 64
5.2.4 Dalles F60-P0-1 et F60-P0-2..........................................................................................69
6 ANALYSE DES RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX SUR LES DALLES........ 73
6.1 Effet des fibres métalliques sur la résistance en cisaillement des dalles testées.......... 73
6.1.1 Dalles non précontraintes (sO-FO-PO, s250-F0-P0, F60-P0-1 et F 60-P 0-2)....... 73
6.1.2 Dalles précontraintes (s250-F0-P1400, s0-F0-P1400, F60-P1400-1 et F60-
P 1400-2)............................................................................................................................................ 75
6.2 Effet des fibres métalliques sur la fissuration..................................................................... 76
6.2.1 Dalles non précontraintes (sO-FO-PO, s250-F0-P0, F60-P0-1 et F 60-P 0-2)....... 76
6.2.2 Dalles précontraintes (s250-F0-P1400, sO-FO-P1400, F60-P1400-1 et F60-
P 1400-2)............................................................................................................................................ 77
6.3 Prédiction de la capacité des dalles.........................................................................................78
7 Conclusion.....................................................................................................................82
Références................................................................................................................. 84

iv
Table des figures
Figure 2-1 : Différentes formes de fibres m étalliques [ 2 ] ...................................................................4
Figure 2-2 : Courbes contrainte déformation en com pression avec différents rapports l/d [3]...5
Figure 2-3 : Courbes contrainte déformation en com pression avec 0, 2 et 3% de fibres [17] ....6
Figure 2-4 : Courbes contrainte déformation en com pression avec 0, 0.5 et 1%de fibres [18] .6
Figure 2-5 : Courbes contrainte déformation en com pression avec 0, 1et 2% de fibres [19]...7
Figure 2-6 : Essai de flexion 4 points [ 1 ] ............................................................................................... 9
Figure 2-7 : Essai de flexion RILEM [24]............................................................................................ 10
Figure 2-8 : Essai de flexion 3 points (A S T M )................................................................................... 10
Figure 2-9 : Courbes charge-flèche en flexion [ 1 3 ]........................................................................... 11
Figure 2-10 : Courbes contrainte déformation à la flexion avec différents rapports l/d [3 ]...... 12
Figure 2-11 : Courbes charge flèche des poutres en béton fibré de rapport l/d = 50 [26]......12
Figure 2-12 : Courbes charge flèche des poutres en béton fibré de rapport l/d = 75 [26]......13
Figure 2-13 : Courbes charge flèche des poutres en béton fibré de rapport l/d = 100 [26]...13
Figure 2-14 : Géométrie de la poutre d ’Aoud [18]............................................................................. 15
Figure 2-15 : Courbes charge flèche a) sans étriers, b) avec étriers [2 8 ]....................................... 17
Figure 2-16 : Courbe charge-flèche des poutres de Kwak et al. [5 ]................................................18
Figure 2-17 : Géométrie de la poutre de M ajdzadeh F. et al [2 9 ]................................................... 19
Figure 2-18 : Courbe charge flèche des poutres en béton avec différents dosages e n ................ 19
Figure 2-19 : Courbes charge-flèche et absorption d'énergie-flèche (30 MPa) [2 7 ]..................21
Figure 2-20 : Courbes charge-flèche et absorption d'énergie-flèche (45 M Pa) [2 7 ]..................22
Figure 2-21 : Courbes charge-flèche et absorption d’énergie-flèche (0%fibres) [27]................22
Figure 2-22 : Coupe d'une dalle de pont sans acier avec barres de précontraintes [3 0 ]............ 23
Figure 3-1 Flèche SFu sur la courbe charge-flèche [1 ] .....................................................................28
Figure 3-2 : Zone DBZ. 3. If et DBZ. 3. Ilb sur la courbe charge-flèche [1 ]................................... 29
Figure 3-3 : Courbe contrainte déformation d ’un béton de fibre [1 ].............................................. 30
Figure 4-1 Dimension et ferraillage de la d a lle...................................................................................35
Figure 4-2 : Photo du ferraillage utilisé................................................................................................ 35
Figure 4-3 : Section de la dalle...............................................................................................................35
Figure 4-4 : Armature pour la zone d’ancrage.....................................................................................36
Figure 4-5 : Câbles 7T 15.........................................................................................................................36
Figure 4-6 : Fibres métalliques collées................................................................................................. 37
Figure 4-7 coffrage pour les dalles........................................................................................................ 37
Figure 4-8 : Schéma de l’essai sur les zones d ’an crag e....................................................................38
Figure 4-9 : Barre DYW ID A G ...............................................................................................................38
Figure 4-10 : Coffrage pour bloc d ’ancrage........................................................................................ 39
Figure 4-11 : Schéma du montage expérimental de l’essai de cisaillem ent.................................. 39
Figure 4-12 : Disposition des LVDT et des Potentiomètres.............................................................40
Figure 4-13 : longueur de mesure des L V D T ......................................................................................40
Figure 4-14 : Fissurom ètre..................................................................................................................... 41

v
Figure 4-15 : Photo du montage juste avant le te st............................................................................. 41
Figure 4-16 : Essai de com pression........................................................................................................43
Figure 4-17 : Essai de flexion 3 p o in ts..................................................................................................44
Figure 4-18 : Cylindres en béton fib rés.................................................................................................46
Figure 4-19 : Cylindre en béton sans fibres.......................................................................................... 46
Figure 4-20 : Courbe charge flèche des prismes non renforcés par fibres m étalliques............. 47
Figure 4-21 : Courbe charge flèche des prismes renforcés par 0.75% de fibres m étalliques....48
Figure 4-22 : aire sur la courbe charge-flèche moyenne des prismes 1 et 2 .................................. 49
Figure 4-23 aire sur la courbe charge-flèche m oyenne des prismes 3 et 4 .....................................49
Figure 4-24 : Banc de préfabrication..................................................................................................... 50
Figure 4-25 : Câbles fixés par des m anchons..................................................................................... 51
Figure 4-26 : M ise en tension par les vérins........................................................................................51
Figure 5-1 : Essai de compression sur bloc d ’ancrage avec la p re sse ............................................ 53
Figure 5-2 : Courbe résistance en cisaillem ent - flèche de la dalle F 0 -P 0 .....................................56
Figure 5-3 : Courbes résistance en cisaillement-flèche des d a lle s............................................... 60
Figure 5-4 : Courbes résistance en cisaillement-flèche des d a lle s............................................... 64
Figure 5-5 : renforcement extérieur de la dalle F60-P1400 lors de l’essai de l’autre coté 65
Figure 6-1 : Courbes comparatives de résistance de cisaillement-flèche des dalles non
précontraintes.............................................................................................................................................. 74
Figure 6-2 : Courbes comparatives de la résistance de cisaillement-flèche des dalles
précontraintes.............................................................................................................................................. 75
Figure 6-3 : Charges FR, 4 qui correspondent à une flèche de 3 m m (F 6 0 -P 0 )........................ 79
Figure 6-4 : Charges FR, 4 qui correspondent à une flèche de 3 mm (F 6 0 -P 0 )........................ 80

VI
Liste des tableaux
Tableau 2-1 Sommaire des essais de com pression................................................................................8
Tableau 2-2 : Résultats des essais de A o u d .......................................................................................... 15
Tableau 2-3 : Sommaire des essais de Lim et O h................................................................................ 16
Tableau 2-4 : Détail des essais de Kwak et a l ......................................................................................18
Tableau 2-5 : Programme expérimental [27]....................................................................................... 20
Tableau 2-6 : Géométries et propriétés des fibres m étalliques.........................................................20
Tableau 4-1 : Description des e ss a is ..................................................................................................... 34
Tableau 4-2 : Propriétés de l’acier longitudinal et transversal.........................................................36
Tableau 4-3 : Caractéristiques des fibres m étalliques........................................................................37
Tableau 4-4 : Composition des m élanges............................................................................................. 42
Tableau 4-5 : M esure prise sur le béton fra is ...................................................................................... 43
Tableau 4-6 : Résistance à la compression du béton à 28 jours pour les b lo c s ...........................45
Tableau 4-7 : Résistance à la com pression du béton pour les d alles............................................. 45
Tableau 4-8 : Résultats des essais de fle x io n .....................................................................................47
Tableau 4-9 : Résistance à la com pression du béton à 7 jo u rs ........................................................52
Tableau 5-1 : Sommaire des essais sur les b lo cs.................................................................................54
Tableau 5-2 : Photos d ’essais des dalles sO-FO-PO et s250-F0-P0 .................................................57
Tableau 5-3 : Déplacement de la dalle sO-FO-PO............................................................................... 58
Tableau 5-4 : Déplacement de la dalle s250-F0-P0...........................................................................59
Tableau 5-5 : Photos des essais des dalles F0-P1400 et s250-FO-P1400 ......................................61
Tableau 5-6 : Déplacement de la dalle s0-F0-P1400.........................................................................62
Tableau 5-7 : Déplacement de la dalle s250-F0-P1400.................................................................... 63
Tableau 5-8 : Photos d’essais des dalles F60-P1400-1 et 2 à différents points particuliers 66
Tableau 5-9 : Déplacement de la dalle F 60-P1400-1........................................................................ 67
Tableau 5-10 : Déplacement de la dalle F60-P1400-2...................................................................... 68
Tableau 5-11 : Photos d ’essais des dalles F60-P0-1 et 2 à différents points particuliers........... 70
Tableau 5-12 : Déplacement de la dalle F 60-P 0-1............................................................................. 71
Tableau 5-13 : Déplacement de la dalle F60-PO-2............................................................................. 72
Tableau 6-1 : Résistance en cisaillement des dalles non précontraintes........................................74
Tableau 6-2 : Résistance en cisaillement des dalles précontraintes................................................76
Tableau 6-3 : Ouverture des fissures diagonales sur les dalles non précontraintes..................... 77
Tableau 6-4 : ouverture des fissures sur les dalles précontraintes................................................... 77
Tableau 6-5 : Résistance maximale en cisaillem ent...........................................................................81
Liste des symboles
l / j : Rapport longueur sur diamètre de la fibre

Vf : Quantité massique des fibres

<Xx: Paramètre définissant le bloc rectangulaire équivalent des contraintes

Pi : Paramètre définissant le bloc rectangulaire équivalent des contraintes

Cc : Résultantes des forces internes de compression dans le béton

Cs : Résultantes des forces internes de compression dans l’armature comprimée

Tp : Résultantes des forces internes de traction des câbles de précontrainte

Ts : Résultantes des forces internes de traction des armatures passives

A s : Section totale d ’acier en traction

A's : Section totale d ’acier en compression

A ps : Aire des câbles de précontrainte

a : Hauteur d ’un bloc de contrainte équivalent, a = f$xc

c : Profondeur de l’axe neutre par rapport à la fibre la plus comprimée

b : Largeur de la face comprimée d ’une membrure

Ep : Module d ’élasticité des câbles de précontrainte

fè : Résistance à la compression du béton

f y : Limite élastique spécifiée des barres d ’armature

Ep : Déformation des câbles de précontrainte

Mr : Moment résistant

d : Distance entre le centre de gravité de l’armature de traction et la fibre extrême com primée
dp : Distance entre le centre de gravité des câbles de précontrainte et la fibre extrême
comprimée
d ' : Distance entre le centre de gravité de l’armature comprimée et la fibre extrême en
compression

viii
h : Épaisseur de la dalle

CTtu : Résistance en tension du béton de fibres

ARi : Le facteur de fibres

lf : Longueur des fibres

df : Diamètre des fibres

pf : Ratio volumique des fibres par rapport au béton

lc : Longueur critique des fibres

xb : Résistance à l’adhérence des fibres

kf : Facteur d ’adhérence selon le type de fibres

ôFu : Flèche correspondant à la charge d ’initiation de la fissuration

Fu : Charge d ’initiation de la fissuration

Dbz.3 .i : Capacités d ’absorption d ’énergie de la zone I

D b z . 3 .ii : Capacités d ’absorption d ’énergie de la zone II

feq .3 : Résistance post fissuration du béton de fibres métalliques

fctk.ax ■La résistance caractéristique en traction qui correspond au point de fissuration du


béton

Vr : Résistance pondérée à l ’effort tranchant

Vc : Contribution du béton à reprendre les efforts de cisaillement

Vs : Contribution des étriers à reprendre les efforts de cisaillement

Av : Aire d ’armature transversale de cisaillement


s : Espacement des étriers
fcr : Résistance à la fissuration du béton

bv : Largeur effective de l’âme qui doit prendre la valeur minimale de la largeur de l’âm e

dv : Hauteur effective de cisaillement

d : La distance entre la fibre extrême comprimée et le centre de gravité de l’arm ature de


traction longitudinale
P : Coefficient utilisé pour calculer la résistance au cisaillement du béton fissuré

sze : Paramètre équivalent d ’espacement des fissures

sz : Paramètre d ’espacement des fissures


ag : Dimension nominale spécifiée des plus gros granulats

Nsd : Charge axiale due à l’effet de précontrainte


Ac : Aire transversale effective
Vf : La contribution des fibres, et elle est déterminée de la façon suivante
T fd : La contrainte de cisaillement

kf : Facteur d ’effet d ’échelle


1 INTRODUCTION
L ’amélioration du comportement structural des éléments en béton armé est toujours le
souci des ingénieurs et des chercheurs, surtout en ce qui concerne les problèm es liés à la
durabilité des bétons soumis à des environnements agressifs.
L ’utilisation d ’armatures galvanisée ou recouvertes d ’époxy réduit les problèm es liés à la
corrosion. D ’autres solutions peuvent aussi être évaluées tel que l’utilisation de fibres, en
substitution de l’acier passif. Le béton fibré est un matériau composite qui est né dans les
années 60 et qui est devenu très populaire ces dernières années.
Au début, il était utilisé principalement com me supplém ent aux armatures traditionnelles.
M aintenant, certaines études indiquent que les fibres métalliques peuvent rem placer
l ’armature passive et que l’ajout de ces fibres perm et des gains de capacité importants.
Par contre, d’autres études concluent que nous pouvons seulement réduire la quantité de
barres d ’acier et q u ’une substitution complète n ’est pas possible. Cependant, toutes les
études s ’accordent à dire que les fibres retardent l’apparition de la première fissure tout
en empêchant l ’ouverture excessive de cette dernière et par la suite dim inue les
problèmes liés à la corrosion, elles am éliorent aussi la ductilité du béton de manière
significative.

1.1 Problématique du renforcement en cisaillement


Afin d ’éviter toute rupture fragile par effort tranchant dans les dalles pleines en béton
précontraint, le M TQ exige de mettre en place une armature de cisaillement minimale.
Mais les problèmes de mise en place des étriers mènent à une perte de tem ps et
augmentent le coût des dalles pleines.

1.2 Objectif du projet de recherche


L ’objectif principal de ce projet de recherche est de développer une dalle structurale
précontrainte sans armature passive et d ’étudier la possibilité de remplacer l’armature
transversale minimale de cisaillement exigée par le ministère des Transports du Québec
(MTQ) par des fibres métalliques pour une meilleure ductilité tout en gardant le même
niveau de fiabilité structurale.

1
1.3 Organisation du mémoire
Le chapitre 2 présente une étude bibliographique sur les différentes études traitant du
béton de fibres métalliques (BFM). Une méthode de calcul de la résistance flexionnelle et
de la résistance au cisaillement des dalles testées est présentée au chapitre 3. Le chapitre
4 décrit le programm e expérimental, alors que les résultats sont présentés au chapitre 5.
Une analyse des résultats et une méthode prédictive de la capacité maximale des
spécimens testés se trouvent au chapitre 6. Le chapitre 7 présente les conclusions
principales de ce travail de recherche ainsi que plusieurs recommandations de recherches
futures.

2
2 REVUE DE LA LITTERATURE
Cette section présente l’état des connaissances sur le béton renforcé de fibres métalliques.
Les principaux aspects traités sont les types de fibres métalliques, l’effet des fibres sur les
propriétés mécaniques du béton, et sur le com portem ent en cisaillement et à la flexion de
certains éléments structuraux en béton fibré.

2.1 Types et propriétés des fibres métalliques


Le béton de fibres métalliques (BFM) est né dans les années 1960, il est devenu très
populaire dans les dernières années [1]. Le BFM est un matériau com posite, c ’est un
mélange de sable, liant, eau, gravier et fibres m étalliques, avec l ’ajout de divers adjuvants
comme un super-plastifiant (pour une bonne m aniabilité) et d ’un agent entraineur d ’air.
Les fibres métalliques sont réparties aléatoirement dans la matrice afin d ’obtenir un
matériau homogène [2].
Au début, le BFM a été juste utilisé comme supplém ent aux armatures traditionnelles
pour les éléments structuraux [3] ou pour des applications non structurales com m e les
dalles sur sol, les pavages, et en réparation [1], Maintenant, les BFM sont utilisées pour
réduire l’armature traditionnelle dans les éléments structuraux [4], et m êm e pour le
remplacement total de l’armature passive et l ’acier de compression tout en gardant
l’armature de flexion [5, 6], L ’introduction des fibres m étalliques am éliore le
comportement mécanique (compression, flexion et fissuration) du béton et donne plus de
ductilité aux éléments structuraux [7, 8 ,9].
Il existe différents types de fibres métalliques avec des formes variées : les fibres droites,
les fibres à crochets, les fibres ondulées et les fibres à bout plat. La figure 2-1 présente les
différentes géométries de fibres métalliques [2], En général, la majorité des fibres
métalliques ont une longueur comprise entre 25 à 60 m m et le diamètre varie de 0,5 à 1,3
mm avec un facteur d ’élancement allant de 25 à 100 [2],

3
3outs ondules Bouts olats Bouts en crochets

Tcle ondulée déformée Tôle ondulée déformée

Tôle ondulée céfotmée Amorphe Autre machinaue

Figure 2-1 Différentes formes de fibres métalliques [2]

2.2 Corrosion des fibres métalliques


Les études menées depuis une vingtaine d ’années [10, 11, 12] trouvent que les problèm es
liés à la corrosion des fibres métalliques n ’est pas critique, si on le com pare avec les
barres d ’armature. En effet, les fibres ont une petite surface qui ne favorise pas l ’activité
de la corrosion, de plus elles ne sont pas continues comme les barres d ’arm ature, alors le
transfert de la corrosion est stoppé ce qui rend sa propagation plus difficile. Par contre, la
corrosion des fibres peut provoquer des problèmes esthétiques par le changem ent de
couleur à la surface des structures. Cependant, ce problème peut être élim iné par
l’application de la peinture (On élimine la corrosion à l’aide d ’une brosse avant
d ’appliquer la peinture).

4
2.3 Propriétés mécaniques du béton renforcé de fibres
métalliques
2.3.1 Résistance à la compression

Le com portement en com pression du béton renforcé de fibres métalliques dépend de


plusieurs param ètres tels que :
Le type de fibres : Après fissuration du béton, la reprise des efforts de tension par les
fibres à têtes coniques est meilleure que celle reprise par les fibres à crochet et à
bouts plats [13].
- La qualité de la matrice [14] : Pour avoir une bonne maniabilité du béton fibré, il faut
augm enter la quantité de sable.

- Le rapport longueur sur diamètre de la fibre 1*/^) [3] : À la figure 2-2, on voit que

plus le rapport longueur/diamètre de la fibre métallique est grand, plus ductile est le
com portement post-fissuration à poids de fibres constant par unité de volum e (V f est

la quantité massique, 2% de fibres métalliques représente 160 k g /m 3).


Le dosage en fibres [15].

100 0 0

2000

0 sooo 15000 20000


Axial Strain, millkmths

Figure 2-2 : Courbes contrainte déformation en compression avec différents rapports l/d
[3]

5
La majorité des études rapportent que le renforcement avec des fibres avec l/d constant,
n ’améliore pas la résistance en compression du béton [5, 16], p ar contre l’ajout de fibres
influence la zone post-pic en augmentant la ductilité comme le montre les figures 2-3 à 2-
5 [17, 18, 19],

M fu u h concnrri
£
s
CA V O U JM I
g
«C
I- M
(A
(U 2% n u i V O U IH I
>
<Â »
K.
a.
S
o
u

«H MM

LONGITUDINAL. STRAIN X 10*

Figure 2-3 : Courbes contrainte déformation en compression avec 0 %, 2%, et 3% de


fibres [17]

30
o%
0 .5 %
25 1%

20

15 -

10

Strain (mm/mm) x 10
-3

Figure 2-4 : Courbes contrainte déformation en compression avec 0%, 0.5% et l% de


fibres [18]

6
50

40-

o
^ 30-
a
(fi
(fi
<u 2 0 -
•*w-* V(= 1 *
(fi

10-

0.000 0.002 0.0 0 4 0.006 0 .0 0 8 0.010


strain ( m m / m m )

Figure 2-5 : Courbes contrainte déformation en compression avec 0%, 1% et 2 % de


fibres [19]

De plus, certains autres auteurs [8,13] montrent que les fibres ont une influence marginale
sur la résistance à la compression et que l’ajout de fibres, m êm e à de forts dosages,
n ’influence pas de façon significative la résistance en compression. D ’autres études
montrent que la résistance à la compression d ’un béton fibré peut augmenter ju sq u ’à un
maximum de 15% par rapport à celle du béton non fibré. Cela vient du fait que, pour
avoir un béton renforcé par des fibres métalliques avec une bonne m aniabilité, il est
nécessaire d ’augmenter la quantité de ciment et de sable, ce qui augmente la porosité de
la matrice qui induit une diminution de la résistance à la compression [13]. Par contre,
d ’autres études indiquent que l’ajout des fibres améliore la résistance à la com pression du
béton [7, 14, 20, 21, 22],
Le Tableau 2-1 présente le sommaire des principales activités expérimentales réalisées
par ces différentes études. Pour la caractérisation en com pression d ’un béton renforcé de
fibres métalliques, des essais sont effectués généralement sur des cylindres de 150 mm de
diamètre par 300 mm de hauteur.

7
Tableau 2-1 Sommaire des essais de compression
ETUDES DESCRIPTION DES ESSAIS RESULTATS DES ESSAIS

-Fibres à crochets : I/d= 60 La résistance à la com pression


l/d= 80 augmente en ajoutant des fibres.
O.Unal et al
- 15, 30 et 60 kg/m3 (0.19%,
(2007), [7] Plus le rapport l/d est grand, plus
0.38%, 0.75%)
on voit une am élioration de la
-Béton 45 MPa
ductilité.
-Cylindres 015Ommx3OO m m

-Fibres à bouts plats : l/d= 54 les fibres ont une influence


B.Bissonnette -Fibres à crochets l/d= 60 marginale sur la résistance à la
et al.(2000), - 40, 60 et 100 kg/m 3 (0.5%, compression.
[13] 0.75%, 1.25%)
-Béton 40 M Pa
-Cylindres 015Omm><3OO mm

-Fibres à crochets l/d = 45, 65 et


La résistance à la com pression
S.Yazic et 80
augmente en ajoutant des fibres de
al.(2007), [14] - 0,5%, 1%, 1,5% et 2%
-Béton haute résistance 0% à 1,5%.
-Cylindres 015Omm><3OO mm

S.Sivakumar
-Fibres à crochets l/d = 60 les fibres ont une influence
et al.(2007),
- 40 kg/m3 (0.5%) marginale sur la résistance à la
[8] -Cylindres 015Ommx3OO mm compression.

Q.S.Wang, et
al.(2008) - Fibres à crochets l/d = 60 La résistance à la com pression
- 0%, 0,5%, 1% et 1,5% augmente en ajoutant des fibres de
[21] -C u b e 100x100x100 0,5% à 1,5%

S.Nolet.(2002) - Fibres à crochets l/d = 60 Une légère augmentation de


- 0%, 0,6% résistance à la com pression par
[23]
-Cylindres 015Ommx3OO mm l’ajout de fibre.

Y.K.Kwak et
al.(2002)
-Fibres à crochets l/d = 30 et 60 Les fibres métalliques ne jouent
[5] - 0 %, 0.75%, 1% et 1.5% aucun rôle sur la résistance à la
-Cylindres 015Ommx3OO mm compression.
2.3.2 Flexion

La manière la plus courante d ’évaluer la résistance en traction est par un essai de flexion.
Cet essai permet de déterminer le module de rupture à partir duquel la résistance en
traction est évaluée.
Il existe plusieurs essais de caractérisation telle que : l’essai de flexion 4 points [1],
l’essai de flexion sur prisme entaillé [24] et l’essai de flexion 3 points (ASTM ) [25].
- Essai de flexion 4 points
L ’essai de flexion quatre points sur prisme de section 100 m m x 100 m m et de portée
300 m m (Figure 2-6), est l’essai le plus répandu et il est normalisé par différentes
organisations telles : ASTM et RILEM [24, 25], Les avantages de l ’essai de flexion
quatre points sont les suivants :
> Spécimens de fabrication simple
> les moules sont généralement accessibles au laboratoire
> Permet de comparer la performance des mélanges

Figure 2-6 : Essai de flexion 4 points [1]

Essai sur prisme entaillé

C ’est une poutre de 500 mm de portée, de section 150*150 et ayant une entaille à mi-
portée de 25 mm. La raison de cette entaille est d ’initier la fissure au centre [24] afin de
pouvoir suivre l’ouverture depuis le début de l’essai avec un LVDT installé à cet endroit.
Le montage expérimental est présenté à la figure 2-7.

9
Figure 2-7 : Essai de flexion RILEM [24]

Essai de flexion 3 points ASTM


L ’essai de flexion 3 points (figure 2-8) proposé par l ’ASTM est presque identique à
l ’essai 3 points proposé par la RILEM, sauf que l’ASTM n ’utilise pas de prismes
entaillés, et il exige que la section soit trois fois plus grande que la longueur maximale
des fibres métalliques afin d ’éviter un alignement préférentiel des fibres [25].

â_ _ _ _
O---------------------------

Figure 2-8 : Essai de flexion 3 points (ASTM )

Le comportement en flexion du béton renforcé de fibres métalliques dépend de plusieurs


paramètres : le dosage en fibres, le type de fibres, l’orientation des fibres et la qualité de
la matrice [9,21].
On peut constater à la figure 2-9 [13] que la rupture du spécimen en béton non fibré
arrive immédiatement après l’atteinte de la charge de fissuration, tous les autres
spécimens avec béton renforcé de fibres métalliques présentent une ductilité significative.

L ’ajout de 60 kg/m3 (0,75%) et plus de fibres améliore le comportement post-fissuration.

Il n ’y a pas de chute immédiate de capacité après l’apparition de la première fissure dès


l’ajout de 45 k g /m 3 (0,5%) de fibres.
On peut constater que les fibres métalliques jouent un rôle très im portant sur le
comportement post fissuration et par la suite une amélioration de la charge de rupture en
flexion qui se voit augmenter avec l’addition de fibres.
Afin d ’améliorer les propriétés en flexion du béton, il faut prévoir un dosage d ’au moins
50 kg (0,6%) de fibres d ’acier par mètre cube de béton [16]. Par contre, de forts dosages
en fibres (100 kg/m3, 1,25% et plus) améliorent peu les propriétés du béton
comparativement à un dosage moyen [15,16],
(a) <b)

5 0 -~ -10

10 - —

1 1.5 0 0.5 1 1.5 2 2.5


Flèchc(mm) H4ch» (mm)

(C) (d)

50 -

10- —

0 0.5 1 1.5 2 0 1 1.5 2


Flèche (mm) Flèche (mm)

fe) <f)

Figure 2-9 : Courbes charge-flèche en flexion : a) béton sans fibres, b) 34kg/m 3 (0,4%) de
fibres, c) 45kg/m3 (0,55%) de fibres, d) 88kg/m3 (1%) de fibres [13]

La figure 2-10 [3] représente l’évolution du comportement en flexion en fonction du


types d ’ancrage aux extrémités et différent rapport l/d (avec Vf constant). On remarque
que la géométrie des fibres joue aussi un rôle important. Les fibres fonctionnent soit par
frottement ou par ancrage, donc la géométrie qui offre un meilleur ancrage procure une
meilleure résistance à la flexion.

11
S traight fib a r s Hook«d R b a rs Enlarg*d*€fld Fibars
400
l /d . -75

Tensite 300
S tre s s ,
p si 206

100
1 psi = 4 895 kPa }

0 4000 9000 12000 0 4000 «000 12000 0 4000

T e n s iie S tra in , m illio n th s

Figure 2-10 : Courbes contrainte déformation à la flexion avec différents types d ’ancrage
et rapports l/d [3]

Pour augmenter la ductilité, il est préférable d ’utiliser des fibres à bout plat parce que son
mode de rupture est par arrachement, ceci est surtout important pour les bétons à haute
performance [13,16],
Le rapport longueur/diamètre des fibres lui aussi influence le comportement du béton. En
effet, l’augmentation de ce rapport améliore la ductilité et la résistance à la flexion des
poutres en BFM (figures 2-11 à 2-13).

18 - i
.1-OO

12 -

T3
S

40

Figure 2-11 : Courbes charge flèche des poutres en béton fibré de rapport l/d = 50 [26]

12
Htm Content (U>
* IOO

I
I
3

O 20 30 40 SO

Figure 2-12 : Courbes charge flèche des poutres en béton fibré de rapport l/d = 75 [26]

19

12

o
a to 30 40

Figure 2-13 : Courbes charge flèche des poutres en béton fibré de rapport l/d = 100 [26]

Selon Khaloo [27] l ’addition des fibres n ’augmente pas la résistance à la flexion des
dalles, mais améliore de manière importante la capacité d’absorption d ’énergie de ces
dernières (l’absorption d ’énergie des dalles avec 0,5% de fibres est 12 fois plus grande
que celle sans fibres).

13
2.3.3 Cisaillement

Cette section présente les différentes études faites sur des poutres en BFM afin de
comprendre leur com portement sous effort tranchant et d ’étudier la possibilité d ’élim iner
ou de réduire l’armature transversale de cisaillement. La majorité de ces études a été
réalisées sur des poutres de section rectangulaire en raison de la simplicité de leur
construction. Certaine études proposaient la suppression totale de l’armature transversale
en la remplaçant par des fibres. D ’autres études ont com biné l’armature transversale et les
fibres pour une meilleure ductilité.
H.Aoud [18] a testé trois spécimens de poutres de hauteur 250 mm, de largeur 150 m m et
de longueur 2000 mm, aucune poutre ne contient d ’armature transversale et elles sont
renforcées longitudinalement par deux barres 15M. Toutes ces poutres contiennent
respectivement 0%, 0,5% et 1% de fibres m étalliques de type Dramix ZP-305 de
longueur 30 mm et de diamètre 0,55 mm. La figure 2-14 présente les détails de
chargement et la géométrie des trois poutres testées. Le tableau 1 présente tous les
résultats des essais de Aoud.
De cette étude on ne peut pas conclure sur l’effet des fibres sur le rem placem ent de
l’armature transversale de cisaillement, mais on peut observer au tableau 2-3 que l ’ajout
des fibres augmente la capacité à l’effort tranchant des poutres ju sq u ’à 55%. Les poutres
contenant 0% et 0,5% de fibres atteint la rupture immédiatement dès l’apparition de la
première fissure, par contre, l’ajout de 1% de fibres am éliore la ductilité d ’une façon
importante.
Au tableau 2-2, on constate que la poutre en béton témoin développe peu de fissures,
mais avec ouverture assez large. Les poutres en BFM avec 1 % de fibre retardent
l ’apparition et la propagation des fissures, développent plus de fissures avec des
ouvertures très fines. Ce comportement ductile des poutres en BFM permet d ’envisager la
substitution partielle ou totale de l’armature transversale de cisaillement.

14
-------------------- GOO --------------------- - i 3 0 0 -----------------! -------------------- GOO--------------------

A < —i
mm

<- 1 3 0 1700-

- 2000 -

s e c t i o n A -A
I_______
2 - 1SM bars

-1 50-

Figure 2-14 : Géométrie de la poutre d ’Aoud [18]

Tableau 2-2 : Résultats des essais de Aoud


% Gain
Courbes effort tranchant- flèche des ^exp
Poutres après la rupture de de
trois poutres testées (Kn)
fibres capacité

60
36,5

B0.0%
— - B 0 .5 %
40 B1 0%

^ 30
0,5 47,5 30%
20

10

10 20 25 30
Mâd-span deflection (mm) o

15
Lim et Oh [28] ont testé 6 poutres de section rectangulaire de même dim ension pour
étudier leur capacité maximale sous l’effort tranchant avec et sans fibres. La géom étrie de
la poutre ainsi que le mode de chargement et l’armature utilisée sont présentés au tableau
2-3. Les fibres métalliques utilisées ont une longueur de 42 mm et un diam ètre de
0.7 mm.
De la figure 2-15, on voit que les courbes charge-flèche pour toutes les poutres ont
presque la même allure dans la phase élastique, ils m ontrent une certaine linéarité du
début de chargement ju sq u ’à l’apparition de la première fissure. Dès l’apparition de la
première fissure, la poutre ne contenant aucun renforcement se rompt im médiatem ent,
tandis que les poutres renforcées reprennent les forces et montre une certaine ductilité.
Cette ductilité est très importante pour S0V2 et elle est meilleure si on com bine fibres
avec étriers (poutre S0.5V2).
Cette étude indique que l’ajout de fibres métalliques améliore d ’une façon significative la
ductilité et la capacité sous l’effort tranchant des poutres. Il montre aussi que l ’ajout de
plus que 1% de fibres change le mode de rupture par effort tranchant à une rupture par
flexion, ce qui s ’explique par le fait que l’ajout de fibres à un certain volum e augm ente la
résistance en cisaillement plus que la résistance en flexion.
Dans une poutre en béton fibrée avec des armatures de cisaillement, Lim a observé que
lorsque l’ouverture des fissures augmente, l’effort repris par les fibres se transm et aux
armatures. Ainsi la capacité est peu modifiée par l’ajout de fibres à une poutre en béton
armée. En revanche, les fibres améliorent la ductilité.

Tableau 2-3 : Sommaire des essais de Lim et Oh


Espacement % de
Poutres Géométrie de la poutre et position de chargement
des étriers fibre
S0V0
Load C»«
S0.5V0 S M Strain S a n , C oocrat* Strmln Q aga

S0V1
S0.5V1
I 1QOI
S0V2 .100.

S0.5V2

16
120 120

2
S
Q <
S
5
-à-SOVO
-•-SOV1
SÛV2

0 5 10 15 20 25

DEFLECTION(mm)
(a) (b)
Figure 2-15 : Courbes charge flèche a) sans étriers, b) avec étriers [28]

Trois poutres de même section rectangulaire (largeur de 125 m m et hauteur de 250 mm)
ont été testées par Y.Kwak et al.[5] ju sq u ’à la rupture pour évaluer l’influence de l ’ajout
de fibres sur leur comportement structural. Les fibres métalliques utilisées sont à
l’extrémités déformée et ils ont une longueur de 50 m m et un diamètre de 0.8 mm. La
géométrie des poutres ainsi que les détails des essais sont présentés au tableau 2-4.
On remarque de la figure 2-16 que l’allure des trois courbes charge-flèche est très
semblable du début du chargement ju sq u ’à la première fissuration. La poutre sans fibres
se rompt immédiatement dès l’apparition de la première fissure, et sa rupture est par
cisaillement, tandis que les deux autres poutres qui contiennent respectivement 0,5% et
0,75% de fibres montrent une certaine ductilité, et leur rupture est par
cisaillement/flexion. Le renforcement par fibres a amélioré la capacité de la charge en
cisaillement ainsi que la capacité de résistance à la déformation en cisaillem ent des
poutres. Ils offrent aussi un meilleur contrôle de la fissuration et pourraient permettre,
lorsqu’utilisées à un dosage suffisant, d ’améliorer la durabilité des dalles de pont.

17
Tableau 2-4 : Détail des essais de Kwak et al
%
Poutres de Géométrie de la poutre et détails des essais
fibres

FHB1-2
i Steel
Loading
plate
J 'i
a l l i r beam

FHB2-2 0,5

Roller ■Q " * — Hinge


s -

FHB3-2 0,75 150IL ?__________400___ 4


L = 1 5 4 8 , 1972. or 2396

300

F H B 3-S
Vf - 0 .75%

200

100

□ lO 20 30 40
Deflectlon, mm

Figure 2-16 : Courbe charge-flèche des poutres de Kwak et al. [5]

F.M ajdzadeh et al. [29] ont mené des essais sur 5 poutres de dim ension
150 m m x 150m m x 1000 mm, une poutre en béton non fibré contenant des étriers
espacés de 75 mm, une poutre en béton fibré (0.5% de fibres à crochet) contenant des
étriers et de même espacement, et 3 poutres sans étriers et renforcées successivement
par : 0.5%, 1% et 1.5% de fibres métalliques avec une longueur de 60 mm et un diamètre

18
de 0.75 mm. La géométrie des poutres et les détails de chargement sont présentés à la
figure 2-17.
Le résultat de ces essais qui est présenté à la figure 2-18 montre que les poutres avec
étriers ont presque le même com portement que les poutres avec fibres et sans étriers avec
une légère augmentation de la résistance de ces derniers. On peut remarquer aussi que, si
les fibres sont combinées avec l’armature transversale, la capacité portante et la ductilité
se voit améliorée d ’une façon significative.

800 mm
a-362.fi m m 76 mm a- 362.5mm
P/2

2nnim n j. 200 m m m mm. ^ 2M mm ,|.

Figure 2-17 : Géométrie de la poutre de M ajdzadeh F. et al [29]

160
0.5% Steel FjOef + Stijmos
140
]~Û5%~^tëërRbë]
120
y i i_
Iv ’T .UEt&wl Ht»
100
3 .fl.sa}sraifife
X SÛ
1
60

40

20

0
0 S 10 15 20 25 3 0 3 6 4 0
Dispftacemem (mm)

Figure 2-18 : Courbe charge flèche des poutres en béton avec différents dosages en

fibres [29]

19
Tous les auteurs s’accordent à dire que l’ajout de fibres am éliore la capacité des poutres,
et leur donne un comportement ductile. De plus le com portem ent fragile des poutres est
nettement amélioré par l’ajout de fibres, limitant l’ouverture des fissures et l’espacement
entre eux.

2.4 Comportement à la flexion des dalles en béton renforcé de


fibres métalliques
Des essais de flexion ont été menés par Khaloo et Afshari [27] sur 28 dalles (tableau 2-5)
en béton renforcé avec deux types de fibre métalliques (tableau 2-6), ils ont montré que
l’ajout de fibres métalliques n ’augmente pas de manière significative la résistance à la
flexion des dalles en BFM sans armatures longitudinales. Cependant, il améliore
l’absorption d ’énergie de ces dernières, et donc la ductilité.

Tableau 2-5 : Programme expérimental [27]


Concrète strcngth Fibre type Fibre vcJumetric Specimen number Number of cylmdrical Number of stabe
(£ . MPa) perçai tage specimau
30 - 0 1 3 2
*25 0.5 2 3 2
1.0 3 3 2
1.5 4 3 2
* 35 0.5 5 3 2
1.0 6 3 2
U 7 3 2

45 _ 0 g 3 2
*25 03 9 3 2
1.0 10 3 2
13 11 3 2
jc35 03 12 3 2
1.0 13 3 2
U 14 3 2

Total number of specimens 42 2g

Tableau 2-6 : Géométries et propriétés des fibres métalliques


Types de fibre Type Longueur (mm) Diamètre (mm) L /D
extrémités en
Jc25 14,66 0,35 41,9
crochet
extrémités en
Jc35 18,34 0,35 52,4
crochet

20
Les courbes charge-flèche et absorption d’énergie-flèche, présentées aux figures 2-19 à
2-21, montrent que le pourcentage de fibres influence la capacité d ’absorption d ’énergie.
En effet, l ’absorption d ’énergie des dalles avec 0,5% de fibres métalliques est de 12 fois
plus grande que celles sans fibres et de 24 fois plus grandes avec 1%. De même,
l ’absorption d ’énergie avec les fibres de type jc35 est plus grande qu’avec celle de types
jc25. On peut noter ici que l’augm entation de la résistance à la compression du béton
améliore la capacité d ’absorption d ’énergie.

■m
30-
m
il 59*
1.5 H

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40
wfntm)
400-
300-
W(J) 200- ,< = 3 1.5 * Vvf«l) 200
,<T^ 535T
100- < = .0 .5 % «b

10 20 30 10 20 30
w(mm)
(a) «(mm}

Figure 2-19 : Courbes charge-flèche et absorption d'énergie-flèche (a) 30M Pa et jc25, (b)
30MPa et jc35 [27]

21
1%

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40
wfmrn) w(mm)
400 400
1.5S .. •C^ = U,1.5S
300 300•
m i) 200 % WCJ)200 -, < rî= i H4
— <=■
— O JO K «M »
100 100
----- 1 %
0 r
0.5% — 1J0* ! — t* m
0
10 20 30 40 10 20 30 40
(C) w (m m ) (d ) wfrnm)

Figure 2-20 : Courbes charge-flèche et absorption d'énergie-flèche (c) 45M Pa et jc25, (d)
45 M Pa et jc35 [27]

30

20
F(KN)
10

0
0.2 0.4 0.6
w(mm)
S
6
4
2
0
0 0.2 0.4 0.6
(•) w (m m )

Figure 2-21 : Courbes charge-flèche et absorption d'énergie-flèche (e) Dalle en béton sans
fibres [27].

22
2.5 Dalles de pont sans armature passive
Au Québec, deux ponts avec dalles renforcées de fibres métalliques tout en gardant
l’armature traditionnelle ont été construits par le MTQ: le pont des Cascades à St-Jérôme
et le pont de la rivière M askinongé sur la route 138 à M askinongé [1]. Ils ont utilisé un
béton à hautes performances de résistance à la com pression 50 MPa avec 80 kg/m 3 de
fibres métalliques. Ils ont constaté avec les essais de flexion une am élioration de la
résistance en flexion de 50% à 100 %.
Le plus grand problème de durabilité des dalles de ponts en régions nordiques ou côtières
est la corrosion des armatures en acier. Pour augm enter la durée de vie des dalles, il est
préférable d ’éliminer ou de réduire l’armature traditionnelle, d ’employer des m atériaux
plus durables et de développer des éléments en béton précontraint [1], Il a été proposé
d ’utiliser un béton à hautes performances renforcé de fibres métalliques [15] qui am éliore
la résistance ultime et contrôle mieux la fissuration, il augmente donc la durabilité des
dalles de pont.
Un système de dalle sans armature interne qui repose sur des courroies m étalliques a été
proposé par A.Hassan et al. [30], Des fibres m étalliques sont ajoutées pour avoir un
comportement ductile en compression et augmenter la résistance à la traction. Cependant,
pour réaliser des structures de longue portée, un renforcement additionnel de
précontrainte dans les zones tendues est nécessaire (figure 2-22).

Loading plate 400 Deflection transducer


Load cell Concrète deck slab | Shearconnectors:2 @250mm
/ ~~ " '
—i
170
300
" ^ “ 130
^\ P r e s ^ ^ gaage
Connection plate
Threaded bolts Supporting girdei
1200 300 200
2200

Figure 2-22 : Coupe d 'une dalle de pont sans acier avec barres de précontraintes [30]

23
2.6 Conclusion sur l’effet des fibres sur le comportement des
structures en béton
La revue de littérature permet de mettre en évidence que les fibres améliorent grandem ent
la ductilité du béton sous contrainte de traction, de compression et de cisaillement.
L’augmentation de la résistance résultant de l ’ajout de fibres est généralement faible,
mais peut aller suivant les cas de limitée à significatives.
Cela rend les dalles renforcées de fibres sans armature de cisaillement intéressantes. En
effet d ’après le guide de conception du MTQ, l’ajout d ’une armature minimale doit
permettre une certaine ductilité mais cette armature ne devrait pas être prise en compte
dans la résistance.
Ainsi ce projet va permettre l ’évaluation de la substitution de l ’acier m inim um par une
quantité de fibres minimales afin d ’obtenir une ductilité comparable est atteignable avec
une quantité raisonnable de fibres.

24
3 MÉTHODES DE DIMENSIONNEMENT
L’objectif de ce chapitre qui constitue une extension du chapitre 2, est de présenter les
méthodes de calcul qui sont utilisées dans ce travail de recherche que ce soit dans la mise
en place du programme expérimental que dans l’analyse des résultats.

3.1 Méthodes de dimensionnement de la capacité flexionnelle


d’une dalle
3.1.1 Dalle en béton armé non fibré

Pour calculer la résistance à la flexion d ’une dalle, le code canadien recom mande
l’utilisation des conditions d ’équilibre et de com patibilité des déformations [31, 32], Les
calculs doivent être basés sur les hypothèses suivantes en tenant compte des coefficients
de tenue des matériaux (CSA S6-06) :
La déformation maximale à la fibre extrême com primée du béton est égale à
0,0035.
- Une section plane reste plane après déformation
- La résistance à la traction du béton est négligée
L’utilisation d ’un bloc de contrainte rectangulaire équivalent permet d ’obtenir une
prévision de résistance suffisante.
Les paramètres définissant le bloc rectangulaire équivalent des contraintes sont données
par les équations 3-1 et 3-2 (code S6-06) :
« i = 0.85 - 0.0015fé > 0.67 (3-1)

= 0.97 - 0.0025fc > 0.67 (3-2)

Les résultantes des forces internes de com pression dans le béton, Cc, et dans l’armature
comprimée, Cs, sont respectivement (équations 3-3 et 3-4):
Cc = «i<J>cfca b (3-3)

Cs = 0sfsA's (3-4)

25
Les résultantes des forces internes de traction des câbles de précontrainte Tp, et des

armatures passives, Ts, sont respectivement (équations 3-5 et 3-6):


Tp = <t>pApsepEp (3-5)

Ts = As<J)sfy (3-6)

As - section totale d ’acier en traction

A's - section totale d ’acier en compression

Aps - aire des câbles de précontrainte

a - hauteur d ’un bloc de contrainte équivalent, a = (3xc

c- profondeur de l ’axe neutre par rapport à la fibre la plus comprimée

b - largeur de la face comprimée d ’une membrure

Ep- module d ’élasticité des câbles de précontrainte

fc - résistance à la compression du béton

f y - limite élastique spécifiée des barres d ’armature

Ep - déformation des câbles de précontrainte

En supposant que l’armature en compression se plastifie, l’équilibre de la section impose


que les forces de compression soient égales aux forces de traction, soit (équation 3-7):
oti(j)cfcab + As(j)sfs (J)pAps£p Ep + As<J>sfs (3-7)

La solution de cette équation nous donne la valeur de a. Connaissant a, nous pouvons


calculer le moment résistant, Mr par l’équation 3-8, dont l ’expression est :

Mr = <t>sfyAs (d - f ) + 4>pAps£p Ep( d p - 1) + A's(j)sfs' - d ') (3-8)

d - distance entre le centre de gravité de l’armature de traction et la fibre extrême


comprimée.
dp - distance entre le centre de gravité des câbles de précontrainte et la fibre extrême
comprimée

26
d ' - distance entre le centre de gravité de l’armature com prim ée et la fibre extrêm e en
compression.

3.1.2 Dalle en béton de fibres métalliques


Pour déterminer la capacité flexionnelle des dalles en BFM, Bélanger [1] a proposé une
méthode adaptée de Oh [33]. Cependant, il faut connaître la contrainte post fissuration
a tu du béton de fibre.
La résistance flexionnelle d ’une dalle peut être trouvée par l’équation 3-9 :

Mr = 4»sAsfy (d - 1) + 4>pApsepEp (dp - 1) +<}>s A'sf ' ( f - d ') + < M tu b £ (h ~ c )(h +


c - a) (3-9)

Sachant que a est obtenu avec l’équation 3-10

/ (<t>sAs f y + (|>pA ps E p E p ) - ( |) s A g f ^ \ ^ ^ ^ ^

a = ------------- - b - fg-tU (3-10)


4>caif'c+(ï g tt)

h - épaisseur de la dalle

o tu - la résistance en tension du béton de fibres.

Afin d ’évaluer la capacité flexionnelle des dalles, on doit déterminer en prem ier lieu la
résistance post fissuration en traction du béton fibré a tu . Il existe deux m éthodes pour
trouver la résistance post fissuration, soit théoriquement par les équations 3-11 et 3-12
proposées par Swamy et al [34], soit par la méthode basée sur les résultats des essais de
flexion RILEM ou ASTM présentés précédemment dans l ’étude bibliographique.
Méthode théorique f341

o tu = 0.41XR1Tb pour lf < lc (3-11)

o tu = 0.41 ( l - o fupf pour lf > lc (3-12)

Où k Ri est le facteur de fibres égal à (équation 3-13) :

27
ÀR, = ^ p fkf (3-13)

Cette équation tient compte de nombreux paramètres soit :

lf - la longueur des fibres

df - diamètre des fibres

pf - ratio volumique des fibres par rapport au béton

L ’adhérence des fibres dans le béton est considérée par les facteurs Tb et k f qui
représentent la résistance à l ’adhérence des fibres et le facteur d ’adhérence selon le type
de fibres respectivement. lc est la longueur critique des fibres, représente la longueur
maximale d ’une fibre pour que son mode de rupture soit par arrachement du béton. La
longueur critique peut être calculée avec l’équation 3-14 (dans le calcul de la résistance
en flexion, l’hypothèse a fu constante est utilisée) :

1 =0.5 ^ (3-14)
kfTb

M éthode basée su r les résultats des essais de flexion

Selon la méthode proposée par Bélanger [1], On doit tout d ’abord déterm iner la flèche
8Fu correspondant à la charge d’initiation de la fissuration Fu qui est présentée à la Figure
3-1.

Fu = valeur maximale
dans cet intervalle

parallèle

flèche ô (mm)

Figure 3-1 Flèche ÔFu sur la courbe charge-flèche [1]

28
Charge F (kN)

Fu

D B ZJ.II

flècheS (mm)

2.35

Figure 3-2 : Zone DgZ 3 { et DgZ 3 II représentant les capacités d'absorption d'énergie sur la
courbe charge-flèche [ 1]

Après avoir déterminé S Fu, on détermine les capacités d ’absorption d ’énergie DgZ3 , et

DgZ 3 1| en N.mm comme indiqué à la figure 3-2 à l’aide des aires sous la courbe allant de
8 Fu à S3. Avec 8 3 = Sp„ + 2 .6 5 m m .
Df +Df
On calcule la force F3 = BZ3 '2 6gBZ3" • Enfin, la résistance flexionnelle équivalente

permettant de déterminer la résistance post fissuration du prism e en BFM est calculée


avec l’équation 3-15 :

(3-15)

Pour trouver a tu, il faut tracer le diagramme de la contrainte en traction en fonction de la


déformation comme il est indiqué à la figure 3-3
Où f c tk .a x est la résistance caractéristique en traction qui correspond au point de
fissuration du béton et il peut être estimé par l’équation 3-16.

f c tk .a x = 0-6 yffc (3-16)

29
Crttraiate<i(M?i)

0.45 / f \
'Y c t '* « 2 »

0 3 7 h a f»** "

Figure 3-3 : Courbe contrainte déformation d ’un béton de fibre [1]

3.2 Modèles proposés pour le calcul de la résistance en


cisaillement des éléments en béton armé
Cette section, présente différents modèles qui permettent de prédire la résistance
maximale en cisaillement des éléments en BFM.

3.2.1 Méthode générale (Article 8.9.3.7 du code CSA S6-06)


La méthode générale de la norme S6-06 [32] ne prend pas en considération l’apport des
fibres métalliques, elle a été choisie pour le calcul des éléments en béton armé et
précontraint conventionnel. La résistance pondérée à l’effort tranchant, Vr , est égale à la
somme de l’effort que reprend le béton, Vc, et de la part de l’effort que reprennent les

étriers, Vs (équation 3-17):


Vr = Vs + Vc (3-17)
Les éléments sollicités en cisaillement doivent être dimensionnés de façon que :
Vr > V f
Pour des dalles non précontraintes, Vc est donné par l’équation 3-18.
Vc = 2.5 P4»cfcrb vdv (3-18)
Dans le cas d ’éléments munis d ’une armature transversale perpendiculaire à l’axe
longitudinal, la valeur de Vs doit être calculée de la façon suivante (équation 3-19):

30
Vs = ^ AvfysdvCOt9 (3-19)

Av - aire d ’armature transversale de cisaillement


s - espacement des étriers
fcr - résistance à la fissuration du béton (équation 3-20).

fcr = O A f î l < 3.2M Pa (3 -2 0 )

b„- largeur effective de l’âme qui doit prendre la valeur minim ale de la largeur de l’âme.
Pour déterminer la valeur de b v à un niveau particulier, on doit soustraire de la largeur de
l’âme la moitié des diamètres des conduits non injectés de coulis.
dv- hauteur effective de cisaillement qui doit être établie comme étant la plus grande des
deux valeurs suivantes : 0.72 h ou 0.9d, où d est la distance entre la fibre extrême
comprimée et le centre de gravité de l ’armature de traction longitudinale dans la demi
hauteur contenant la zone de traction de la section sollicitée en flexion.

Mf/ d +Vf - Vp + 0 .5 N f — A p sf,Po

2 (E SAS + EpAps)

Toutefois, Vc + Vs ne doit pas être supérieur à 0.25(pcfç bv d v.


(3 et 6 sont déterminés comme suit (équations 3-21 et 3-22):

B = Lf -(l+- 104
H
- 1 [ - ” £2 - 1
5 0 0 e x )J L 10 0 0 + sz e J
(3-21)
'

9 = (29 + 7 0 0 0 £X) (û .8 8 + (3-22)

/3 - coefficient utilisé pour calculer la résistance au cisaillement du béton fissuré.


Dans le cas des sections qui possèdent au moins l’aire minimale d ’armature transversale
exigée, sze doit être fixée à 300 m m , où sze est le paramètre équivalent d ’espacem ent des
fissures qui ne doit pas être inférieur à 0.85sz . Et dans le cas des sections ne possédant
pas l’armature transversale de cisaillement sze doit être calculée de la façon
suivante (équation 3-23):
35St . _ » ».
sze
ze
= ~1 5-----
+aa v
(3-23)

sz - paramètre d ’espacement des fissures qui prend la valeur de d v ou encore à la distance


entre les nappes d ’armatures longitudinales.

31
ag - dim ension nominale spécifiée des plus gros granulats.

Le code CSA S6-06 ne donne pas de m éthodes pour le calcul des structures utilisant du
béton fibré. Dans le cadre de ce travail, nous nous proposons d ’évaluer la méthode
RILEM telle que présentée à la section suivante.

3.2.2 Méthode RILEM pour béton fibré


La méthode RILEM décrite par M ajdzadeh et al. [29] est basée sur l’Eurocode 2. Elle a
été choisie parce q u ’elle prend en considération l’effet de la précontrainte et l’apport des
fibres métalliques.
La résistance en cisaillement d ’une poutre en BFM est calculée de la façon
suivante (équation 3-24):
Vr = Vs + V c + Vf (3-24)
Où Vc est la contribution du béton, calculée en utilisant l ’équation 3-25.

Vc = [o .l8 kClOOpifc')1^ + 0 .1 5 o cp] b d (3-25)

O ù k = l + ( 2 0 0 /d ) V^ e t O c p = Ï Ï J

Nsd - charge axiale due à l’effet de précontrainte


Ac - aire transversale effective
Vf - la contribution des fibres, et elle est déterminée de la façon suivante (équation 3-26):
Vf = O.ykfkfTfdbydv (3-26)
Où Tfd est la contrainte de cisaillement, et elle est calculée à l’aide de l ’équation 3-27

o.s d/a feq3/ 0 7


Tfd = ------\ -----2:2 (3-27)
Yc

kf - 1 pour les fibres à crochets

k x est un facteur d ’effet d ’échelle, calculé par l’équation 3-28

k _ (1600 — d) / n ...
i /1 0 0 0 (3-28)

feq,3 est la résistance flexionnelle équivalente, elle est calculée à l’aide de la courbe
moyenne charge-flèche obtenue des essais de flexion trois points (RILEM).

32
4 ETUDE EXPERIMENTALE
Le projet de recherche consiste à étudier le comportement en cisaillement de dalles en
BFM. Il vise à exam iner l ’influence du renforcement par fibres m étalliques sur la
capacité et la ductilité de dalles en béton armé ou précontraint.
L’étude expérimentale de ce projet de recherche se divise en trois parties : i) des essais de
caractérisation des matériaux, ii) des essais sur la zone d ’ancrage, iii) des essais de
cisaillement sur dalles structurales qui visent à étudier le com portement à l’effort
tranchant des dalles en béton précontraint renforcé de fibres métalliques.
La partie portant sur les essais de cisaillement vise les objectifs suivants :
- Évaluer l’influence de l’ajout de fibres sur le comportement à l ’effort tranchant
des dalles.
- Déterminer l’accroissement de la résistance à l’effort tranchant dù à l’ajout de
fibres métalliques au béton.
- Comparer le comportement des dalles avec fibres à celui d ’une dalle possédant
la quantité d ’armature transversale minimale prescrite par le MTQ.
- Analyser le mode de rupture'et la fissuration des dalles.
Ce programme expérimental devra permettre de répondre aux questions suivantes :
1) Les fibres métalliques peuvent-elles remplacer l’armature minimale de cisaillement
prescrite par le guide du MTQ ?
2) Quels sont les mécanismes de rupture en cisaillement, quelle est la résistance ultime en
cisaillement, et quelle est la ductilité des dalles en BFM ?

4.1 Description des dalles mise à l’essai


Quatre dalles ont été construites au laboratoire de structures de l ’Université de
Sherbrooke afin de tester leur comportement en cisaillement.

4.1.1 Caractéristiques communes à toutes les dalles


- Dimension de la dalle : Toutes les dalles ont une longueur de 3900 mm , une
largeur de 450 mm et une hauteur de 440mm. La hauteur était choisie de façon à
répondre au besoin des projets utilisant des dalles pleines. La longueur est une

33
partie longitudinale d ’une dalle de 12 m longueur qui a été choisi pour représenter
l’ensemble du pont. Ainsi la hauteur de la dalle est de 440 mm (1/25).
- Le rapport a/d : ce rapport a été choisi afin d ’obtenir une rupture de toutes les
dalles par cisaillement.
Résistance en compression du béton fé = 50 MPa.
- Armature longitudinale : pour éviter toute rupture par flexion.

4.1.2 Variables étudiées

Fibres métalliques : deux dalles avaient 0,75% de fibres métalliques, tandis que
les deux autres étaient sans fibres.
- La précontrainte : comme les fibres métalliques, deux dalles sont précontraintes et
deux non précontraintes.
- Armature transversale : pour les deux dalles ne contenant pas de fibres
métalliques on a placé de l’armature transversale dans la section d ’une des deux
zones à tester et dans la zone médiane afin d ’éviter toute rupture par flexion.
Le tableau 4-1 décrit les différents variables de chaque extrémité de la dalle, il présente
aussi les différents tests effectués.

Tableau 4-1 : Description c es essais


Armature
Précontrainte Dalles Fibres Essais
transversale
sO-FO-PO Sans étriers
1 0%
S250-F0-P0 10M @ 250
P=0
2 S0-F60-P0 Sans étriers
0,75%
S0-F6O-P0
Sans étriers
0% S0-F0-P1400
3
S250-F0-P1400 10M @ 250
P = 7 MPa
S0-F60-P1400
4 0,75% Sans étriers
S0-F60-P1400

34
Annatude pour zone d'ancrage
, s ?SQ inm

Vn nature transversale de
de cisaillement
100 mm

t 9 00 inin

Figure 4-1 Dimension et ferraillage de la dalle

Figure 4-2 : Photo du ferraillage utilisé

P = 1400 kN P= 0
2-25M

zz: -v
7T15

V
. OLihi. i.Ç1—

Figure 4-3 : Section de la dalle

- Acier longitudinal et transversal


Les spécimens de dalles sont munis de barres d ’armature longitudinale 30 M situées en
bas avec un recouvrement de 40 mm, et des armatures 25 M en haut de la dalle avec

35
recouvrement de 50 mm par rapport à la face supérieure. Des étriers 10M ont été utilisés
pour l’armature transversale. Les propriétés de ces armatures sont présentées au tableau
4-2.

Tableau 4-2 : Propriétés de l ’acier longitudinal et transversal


Identification M odule de Aire
de la barre Young (GPa) mm2
Armature 25 M 200 700
longitudinale 25 M 200 500
Armature
10M 200 100
transversale

Pour la dalle sans fibre et précontrainte par prétension, des armatures transversales
espacées de 100 m m ont été disposées dans la zone d ’ancrage (figure 4-4) de manière à
résister aux efforts de traction.

Figure 4-4 : Armature pour la zone d'ancrage

Acier de précontrainte
Sept câbles de types T15 (Figure 4-5), de diamètre 15 m m et de limite élastique 1860MPa
ont été choisis comme acier de précontrainte pour les dalles.

Figure 4-5 : Câbles 7T15


Fibres métalliques
Les fibres utilisées sont des fibres métalliques à crochet de type DRAM IX qui perm ettent
un ancrage dans la matrice. Elles ont été choisies pour leur facilité de m ise en œuvre.
Elles se présentent sous forme de plaquettes de fibres collées (Figure 4 6) et elles se
décollent par la dissolution de la colle dans l’eau de gâchage. Les propriétés des fibres
métalliques utilisées sont affichées dans le tableau 4-3.
Un coffrage en bois construit spécialement pour ce projet est présenté à la figure 4-7.

Figure 4-6 : Fibres métalliques collées

Tableau 4-3 : Caractéristiques des Ibres métalliques


Types de fibres Longueur (mm) Diamètre (mm) Elancement Résistance à la
traction (M Pa)
A crochets 60 0.9 66.66 1035

Figure 4-7 coffrage pour les dalles

37
4.2 Essai sur blocs d ’ancrage
L ’effort à l’ancrage introduit sur la dalle une forte contrainte de com pression sur une
faible surface de béton. Cet effort se diffuse ensuite sur une plus grande surface dans le
corps de la dalle. Les zones d ’ancrage doivent être années de manière à résister aux
efforts de régularisation, d ’éclatement et de surface (S6-06-8.16.1). Cependant, on ne
connaît pas le comportement de ces blocs lorsqu’ils sont renforcés de fibres métalliques,
pour cette raison, des essais ont été effectués sur les zones d ’about de la dalle pour
déterminer leur résistance.
L ’essai consiste à appliquer une charge (figure 4-8) avec des barres de type DYW IDAG
(tirants d ’ancrage monobarre Figure 4-9) de diamètre 36 mm et de limite élastique 1030
MPa. Ces barres ont été choisies parce que c ’est un système qui est facile à utiliser
(montage et démontage facile) et il est disponible au laboratoire.

Figure 4-8 : Schéma de l’essai sur les zones d ’ancrage

%
Figure 4-9 : Barre DYWIDAG

38
Figure 4-10 : Coffrage pour bloc d ’ancrage

4.3 Procédure expérimentale pour les dalles (Chargement


appliqué et instrumentation)
Toutes les dalles ont été testées avec l’application d ’une charge telle q u ’indiqué à la
figure 4-11. La charge de vérin est appliquée à une distance de l’appui a = 2d = 800 mm.
La position du chargement a été choisie pour obtenir une rupture par effort tranchant des
dalles et d ’éviter la rupture en flexion.
Chaque dalle a subi deux tests. En effet, on teste une extrémité de la dalle alors que
l ’autre est maintenue en porte à faux, puis on teste de la même façon l’autre extrémité.
La charge est appliquée avec un vérin hydraulique de capacité 1500 kN.

v én »

.VDT

:0 0 0 iw n

Figure 4-11 : Schéma du montage expérimental de l'essai de cisaillement

39
À la section d ’application de la charge, on place des capteurs de déplacem ent (LVDT)
pour mesurer le déplacem ent du béton à différentes positions. La figure 4-11 et 4-12
montrent la position des LVDT et potentiomètres fixés sur la dalle. La figure 4-13 montre
la longueur de mesure des LVDT et potentiomètres.
La flèche sous le point d ’application de la charge a été mesurée à l’aide de deux
potentiomètres placés au sol de chaque côté de la dalle sous le point de chargem ent et
avec deux LVDT placés aux appuis pour corriger le tassement aux appuis.

Figure 4-12 : Disposition des LVDT et des Potentiomètres

250 mm 250 mm 15.0 mm

LVDT 2 LVDT 1
Rot4 Pot2 Potl
LVDT 3 LVDT 4

150 mm

Figure 4-13 : longueur de mesure des LVDT

40
Lors de l’essai, à chaque incrément de déplacem ent de 1 m m du vérin, on arrête le
chargement et on mesure l’ouverture des fissures manuellement à l ’aide d ’un
fïssuromètre (figure 4-14).
La Figure 4-15 présente une photo du montage qui a été utilisé pour les essais de
cisaillement sur les dalles.

Figure 4-14 : Fissuromètre

Figure 4-15 : Photo du montage juste avant le test

41
4.4 Composition du mélange
Trois mélanges (0%, 0.5% et 0.75% de fibres m étalliques) ont été réalisés au laboratoire
FCI de l’université de Sherbrooke. La résistance du béton à la compression visée était de
50 MPa. Le mélange contenant 0.5% de fibres a été utilisé juste pour les essais de
caractérisation des matériaux et pour l ’essai sur la zone d ’ancrage, les deux autres
mélanges ont été utilisés pour les essais de caractérisation des matériaux et pour les essais
de cisaillement sur les dalles. Tous les constituants et la composition du béton utilisé sont
résumés dans le tableau 4-4.
Le sable et les gros granulats provenaient de la carrière St-Dominique et les adjuvants
utilisés étaient le superplastifiant Eucon 37, le réducteur d ’eau Eucon DX et l’agent d ’air
entraîné Eucon Airex-L.

Tableau 4-4 : Composition des mélanges


0% de fibres 0.5% de fibres 0.75% de fibres
Matériaux Dosage pour 1 m 3 Dosage pour 1 m 3 Dosage pour 1 m 3
Eau 166,3 kg 182,5 kg 170,4 kg
Liant 449 kg 493 kg 461 kg
Pierre ST- 842 kg 791 kg 820 kg
Dominique 5-14
Sable ST- 820 kg 771kg 798 kg
Dominique
Fibre Dramix ZP305 0 39 kg 58,5 kg
SP Eucon 37 900 ml/100kg L 1200 ml/lOOkg L 1200 ml/lOOkg L
RE Eucon DX 250 m l/100kg L 250 ml/100kg L 250 ml/1 OOkgL
AEA Eucon Airex-L 150 ml/lOOkg L 150 ml/lOOkg L 150 m l/1OOkgL
Total 2283 kg 2283 kg 2313 kg

La séquence de malaxage utilisée est la suivante :


Ajout du sable dans le malaxeur et malaxage durant 30 secondes
Détermination de la teneur en eau
- Ajout de la pierre et moitié de la quantité d ’eau et les adjuvants dilués dans l’eau
Malaxage pendant 1 minute
- Ajout du ciment et malaxage pendant 1 minute
- Ajout du restant de l’eau et malaxage durant 2 minutes

42
Arrêt du malaxeur pendant 1 minute avec l’introduction à la m ain des fibres
métalliques
- M alaxage pendant 3 minutes
Après le malaxage, une petite quantité du béton frais était prélevée pour mesurer
l’affaissement afin de s’assurer d ’une bonne maniabilité. La m esure de l’air entraîné était
faite au même moment. Les résultats de ces mesures sont indiqués au tableau 4-5. La
teneur en air respecte toutefois les limites prescrites soit entre 4% et 7%.

Tableau 4-5 : M esure prise sur le béton frais


Paramètres 0 % de fibres 0.5% de fibres 0.75% de fibres
Teneur en air (%) 5,5 6,5 6
Affaissement (mm) 135 160 150

Après la réalisation des essais d ’ouvrabilité, les bétons ont été remalaxés pendant une
minute puis déchargés dans une brouette pour leur mise en place dans les moules.

4.5 Essai de compression et de flexion


Les éprouvettes pour les essais en compression simple sont cylindriques de 100 m m de
diamètres et 200 mm de hauteur. L ’essai a été fait sous une presse (figure 4-16) de

capacité 1112 kN avec un taux de chargement de 120 ^ / m jn (CSA 23-2-9C).

Figure 4-16 : Essai de compression

43
Pour caractériser le comportement du béton en traction, l ’essai de flexion 3 points a été
utilisé (suite aux recommandations de l’ASTM pour le béton fibré), qui est présenté à la
figure 4-17. C ’est un essai qui est effectué sur des prismes de dimensions 180 X 180 x
700 (ASTM C 1609/C 1609M -07). Ces dim ensions ont été choisies pour être en accord
avec les recommandations de l’ASTM qui indiquent que la section du prism e devrait être
3 fois plus grande que la longueur de la fibre. C et essai nous permet d ’obtenir la courbe
charge flèche pour le calcul de la résistance à la flexion à partir de l’air sur cette courbe
tel qu’indiqué au chapitre 3. Le chargement est effectué au centre du prisme, le
déplacement était contrôlé avec un taux d ’augm entation de la flèche de 0.1 m m /m in

jusqu ’à atteindre une flèche de VgoO' Après, flèche est augmentée avec un taux de

0.2 m m / m i n ju sq u ’à une flèche de V ^ q - Tel que présenté à la figure 4-17 les

déplacements ont été mesurés à l’aide de LVDT placés au centre de la travée et aux
appuis.

Figure 4-17 : Essai de flexion 3 points

4.6 Résultats des essais de caractérisation du matériau


4.6.1 Compression

Les deux types de mélanges utilisés lors des essais ont été soumis à l’essai standardisé de
compression. Dix-huit cylindres de béton, de 100 mm de diamètre et de 200 mm de
hauteur ont été fabriqués pour réaliser ces essais.
Le tableau 4-6 présente la résistance à la compression du béton à 28 jours pour les blocs
d ’ancrage, le tableau 4-7, présente la résistance en compression du béton le jo u r du test

44
des dalles et à 7 jours. Les figures 4-18 et 4-19 m ontrent la rupture des cylindres fibres et
non fibres.
Ici on ne peut pas conclure sur l’influence des fibres sur la résistance en compression,
parce que les deux mélanges ont été établis pour avoir des résistances égales. La seule
chose q u ’on peut constater, c ’est que pendant les essais, la rupture des cylindres sans
fibres est brutale, tandis que pour ceux qui ont été renforcés par des fibres, l’écrasement
du béton est difficilement perceptible, car les fibres donnent un com portement ductile au
béton.

Tableau 4-6 : Résistance à la com pression du béton à 28 jours pour les blocs
Blocs % de fibres Résistance M Pa
1 0 52,6

2 0,5 53,2

3 0,75 51

Tableau 4-7 : Résistance à la compression du béton pour les dalles


Résistance à 7 jours M Pa Résistance à n jours M Pa
Pourcentage
Dalles M oyenne M oyenne
de fibres Par Batch Jours Par Batch
(écart type) (écart type)
46
B1 29,3 B1
1 (F0- 46,8
28,6 (0,74) 66 47 (0,82)
P0) 48,3
B2 27,8 B2
46,9
0
49
B1 30,9 B1
2 (F0- 51,6
3 2 (1,04) 65 50,4 (0,98)
P1400) 50
B2 33 B2
51
50
B1 28,7 B1
3 (F60- 51
3 0 (1,41) 54 5 0 (1,35)
P0) 48
B2 31,5 B2
50
0,75
46,3
B1 25,9 B1
4 (F60- 47,5
27,3(1,43) 53 49,3 (2,62)
P1400) 50,5
B2 28,8 B2
53

45
Figure 4-18 : Cylindres en béton fibrés

Figure 4-19 : Cylindre en béton sans fibres

4.6.2 Comportement du béton à la flexion

L ’essai de flexion 3 points a été utilisé pour caractériser le béton à la flexion parce qu’il
tient compte de la géométrie de la fibre (c’est un essai qui est normalisé par l’ASTM).
Lors de l’essai, la flèche au centre est obtenue en mesurant le déplacem ent relatif des
appuis par rapport à la plaque de chargement.
Les deux graphiques 4-20 et 4-21 représentent les courbes charge flèche obtenues lors de
l’essai de flexion 3 points. Durant le chargement, le béton se déforme, des forces de
traction se développent ju sq u ’à l’apparition de la fissure. Les charges des premières
fissures détectées pour les deux mélanges sont présentées au tableau 4-8. On peut
constater à la figure 4-20 que la rupture des prismes ne contenant pas de fibres
métalliques arrive juste après leur fissuration. Par contre, les prismes renforcés par fibres
métalliques reprennent d ’une façon significative les forces de traction après leur
fissuration. Ici les fibres métalliques jouent un rôle très important sur le comportement

46
post fissuration (figure 4-21). Au niveau de la résistance, on n ’observe pas de différences
significatives entre les deux mélanges.

Tableau 4-8 : Résultats c es essais de flexion


Pourcentage
Charge de Charge M oyenne
des fr (MPa)
Dalles Prismes Jours fissuration maximale kN
fibres (écart type)
(kN) (kN)
métalliques
B1 1 29.58 29.58
4.33
1 (F0-P0) 31.2
B2 2 32.82 32.82 (0.225)
0 % 72
B1 3 34.82 34.82
4.48
2 (F0-P1400) 32.34
B2 4 29.87 29.87 (0.344)

B1 1 35.4 35.55 5.34


3 (F60-P0) 34.57
B2 2 33.4 33.6 (0.07)
0.75 % 58
B1 3 38 39
4.78
4 F60-P1400) 38.5
B2 4 33.1 38 (0.125)

P rism e 1
P rism e 2
P rism e 3
■P rism e 4

F lèc h e (mm)

Figure 4-20 : Courbe charge flèche des prismes non renforcés par fibres métalliques

47
40

■->r.
35-

30-

25-
Z
*
20-
(U
2>
(0
-C 15-
O
Prism e 1
10- — P rism e 2
- P rism e 3
- P rism e 4

o 1 2 3 4 5 6 7
F lèche (mm)

Figure 4-21 : Courbe charge flèche des prismes renforcés par 0,75% de fibres m étalliques

Calcul de foq? :

Les figures 4-22 et 4-23 représentent la courbe moyenne des prismes qui correspond

respectivement aux dalles F60-P0 et F60-P1400, ils représentent aussi l’aire DgZ 3 [I pour
le calcul de la résistance flexionnelle équivalente qui est la suivante :
Pour F60-P0 :

pr* - ^BZ3II
B4.3.U - 6 8 990= 26 0 3 4 Nm. m m
------
3 2.6S 2.65

fea 3 = - F 3 - ^ = -* 2 6 0 3 4 * = 3.61 MPa


2 bh2 2 180* 1 8 0 2

Pour F60-P1400:
1-, D g2 3 [l 82606 M
F = =--------= 3 H 7 2 N. mm
3 2.6S 2.65

feeq.3
Q3 = - F 3 r “ = - * 31172 *
2 3 bh2 2
54°-- = 4.32 MPa
180* 1 8 0 2

48
qO.41 0,71

F lè c h e (m m )

Figure 4-22 : aire sur la courbe charge-flèche moyenne des prismes 1 et 2

40

35

30

25

i
V 20
O)
£ 15
O

10

Flèche (mm)

Figure 4-23 aire sur la courbe charge-flèche moyenne des prismes 3 et 4

4.6.3 Mise en tension de la précontrainte

L ’acier de précontrainte qui a été choisi pour les dalles, sont des câbles (7T15) à haute
résistance en traction, de limite élastique de 1860 MPa. Les dalles sont fabriquées sur un
banc de préfabrication comme le montre la figure 4-24. Le coffrage est superposé sur
deux poutres qui sont fixées au sol. De chaque extrémité du coffrage il a été fixé deux
autres poutres qui appuient lors de la mise en tension des câbles de précontrainte. Ces

49
deux poutres avaient des trous pour placer des clavettes dans lesquels on passe les câbles
(figure 4-25). Les étapes de mise en tension des câbles sont les suivantes :
La mise en place dans le banc de préfabrication les câbles de précontrainte, qui
sont enfilés dans le coffrage à l’intérieur des cages d ’armatures passives. Par la
suite, ils sont fixés aux extrémités par des clavettes.
La mise en tension des câbles par deux vérins (figue 4-26) ju sq u ’à atteindre
l’effort de 1400 kN.
Coulage du béton

Figure 4-24 : Banc de préfabrication

50
Figure 4-25 : Câbles fixés par des manchons

Figure 4-26 : M ise en tension par les vérins

51
Après la mise en tension, l’effort dans les câbles de précontrainte ne doit pas être
transmis au béton avant que la résistance à la com pression n ’atteigne au moins 25 M Pa
(CSA S6-06). C ’est pour ça, que des essais de caractérisation pour le béton à 7 jours ont
été faits afin de savoir si on à la résistance à la compression suffisante au transfert. Le
tableau 4-9 présente les valeurs de la résistance à la compression du béton à 7 jours.
Toutes ces valeurs sont supérieures à 25 MPa, la détension des câbles est donc possible.
Avant le relâchement, on a fait des marques sur les câbles près du coffrage pour savoir si
ces câbles glissent ou non après le transfert. La détension est faite par relâchem ent des
vérins, les câbles détendus veulent reprendre leur longueur initiale, mais leur
raccourcissement est empêché par leur adhérence au béton, et par la suite l ’effort de mise
en tension se transmet au béton et on obtient les 1400 kN. Et, finalement, on découpe les
câbles.

Tableau 4-9 : Résistance à la compression du béton à 7 jours


Pourcentage Résistance à 7 jours MPa
Dalles
de fibres Par Batch M oyenne (écart type)
B1 29.3
1 (F0-P0) 28.6 (0.74)
B2 27.8
0 %
B1 30.9
2 (F0-P1400) 32(1.04)
B2 33
B1 28.7
3 (F60-P0) 30(1.41)
B2 31.5
0.75 % B1 25.9
4 (F60-P1400) 27.3 (1.43)
B2 28.8

52
5 RESULTATS EXPERIMENTAUX
5.1 Résultat des essais sur les blocs d’ancrage
Le but de cet essai est de déterminer la capacité de la zone d ’ancrage des spécimens
renforcés de fibres métalliques avant de construire les dalles, afin de savoir si cette zone
d ’ancrage résiste aux efforts de régularisation, d ’éclatement et de surface sans m ettre en
place de l ’armature transversale.
La fraction volumique de fibres métalliques des mélanges étudiés était de 0%, 0.5% et
0.75%. L ’essai consistait à appliquer une charge croissante sur un prisme ju sq u ’à ce que
la fissure se développe et entraîne la rupture du bloc. La dimension de la plaque d ’appui
sur laquelle a été appliquée la charge était de 227 mm x 227 mm et de 50 mm
d ’épaisseur. Cette dimension correspondait à la taille de la plaque de l ’ancrage de
précontrainte initialement prévue. L ’effort théorique prévu était de 1000 kN. Le bloc non
fibré a fissuré sous une charge de 1075 kN, et il est rompu sous une charge de 1700 kN.
La capacité maximale du vérin qui était de 2000 KN a été atteinte et aucune fissure n ’a
été remarquée pour les prismes contenant des fibres métalliques.
Pour déterminer la capacité du prism e renforcé de 0.5 % de fibres, on a donc utilisé la
presse hydraulique de grande capacité (12 M N) pour exercer une force sur ce bloc
(comme le montre la figure 5-1) ju sq u ’à atteindre la charge de rupture. Le tableau 5-1
montre les figures des blocs à la rupture et affiche les résultats des essais. On peut
conclure q u ’avec 0.5% de fibres, le béton a assez de résistance pour supporter la charge
locale à l’ancrage de précontrainte.

Figure 5-1 : Essai de compression sur bloc d’ancrage avec la presse


Tableau 5-1 : Sommaire des essais sur les blocs

À la fissuration

Charge de Charge de Charge de


% de fc % de fc % de fc
fissuration fissuration fissuration
fibres (MPa) fibres (MPa) fibres (MPa)
(kN) (kN) (kN)

53,2 N ’a pas
52,55 1075 0,5 3700 0,75 51
fissuré

À la rupture

r.

Charge de Charge de Charge de


% de fc % de fc % de fc
rupture rupture rupture
fibres (MPa) fibres (MPa) fibres (MPa)
(kN) (kN) (kN)
N ’a été
52,55 1700 0,5 53,2 4995 0,75 51
pas testé

54
5.2 Résultats des tests sur les dalles
Cette section présente les résultats des tests de cisaillem ent effectués sur les dalles. La
constatation des param ètres étudiés sont exprimés en terme de :
Effort tranchant en fonction de la flèche
Charges et mode de rupture
L’ouverture des fissures mesurées m anuellement à l’aide d ’un fissuromètre
Déplacement du béton aux points critiques mesurés à l’aide des LVDT et
potentiomètres.

5.2.1 Dalle sO-FO-PO et s250-F0-P0

De la figure 5-2 les deux courbes effort tranchant-flèche ont une même allure et m ontrent
trois phases :
1- La première phase montre une certaine linéarité des deux courbes du début du
chargement ju sq u ’à l’apparition de la première fissure qui correspond au
comportement élastique.
2- Après l’apparition de la première fissure, on observe une légère réduction de
l’effort tranchant, qui après ça, continue de croître d ’une façon presque linéaire
jusqu’à atteindre le pic, alors on peut appeler ça la phase 2 .
3- La troisième phase est plastique, on voit ici q u ’après avoir atteint le pic, une
petite chute de la charge qui se maintient après ça lorsque la flèche augm ente
jusqu’à la rupture.
L’effort tranchant V est calculé à l ’aide de l’équation suivante :
Pb
V = — = 0,6 P

LoadP
xm.

2000 m i

55
Les hachures présentées sur la courbe correspondent à une relaxation due aux arrêts des
essais afin de mesurer manuellement l’ouverture des fissures.

500

- • S250-F0-P0
— sO-FO-PO
400-

300-

> 200-

100-

0 5 10 15 20 25 30 35
Flèche (mm)

Figure 5-2 : Courbe résistance en cisaillement - flèche de la dalle F0-P0

Les valeurs de la capacité maximale pour les deux dalles sO-FO-PO et S250-F0-P0 sont
présentées au tableau 5-2. La résistance maximale de la dalle sO-FO-PO est de 322 kN
avec une flèche de 7,05mm, tandis que celle de la dalle s25O-FO-P0 est de 397 kN avec
une flèche de 6,97. La dalle contenant le minimum d ’étriers a donc une capacité 19 %
supérieure, ainsi q u ’une diminution au niveau de la flèche. Le chargement continue
ju sq u ’à atteindre la rupture de la dalle, celle de sO-FO-PO est survenue lorsqu’on atteint un
effort tranchant de 146 kN et une flèche de 18.56 mm, tandis que pour s250-F0-P0 est
survenue pour un effort tranchant de 260 kN et une flèche de 20.58 mm. Le tableau 5-3
présente les charges des deux dalles au pic et à la rupture, il présente aussi les valeurs des
chargements effectués lors des essais.

56
Tableau 5-2 : Photos d ’essais des dalles sO-FO-PO et S250-F0-P0 à différents points
________________________________ particuliers __________________________
sO-FO-PO au pic sO-FO-PO à la rupture |
P (kN) V (kN) Flèche (mm) P (kN) V (kN) Flèche (mm)
537 322 7.05 244 146 18.56

1131ny
P (kN)
M s250-F0-P0 au pic
V (kN) Flèche (mm) P (kN)
s250-F0-P0 à la rupture
V (kN) Flèche (mm)
661 397 6.97 434 260 21.58

Durant le chargement, le béton se déforme, des forces de compression et de traction se


développent, la première fissure remarquée sur la dalle sO-FO-PO contenant le minimum
d’étriers est une fissure de flexion qui est située dans la fibre inférieure près de la zone de
chargement avec une ouverture de 0,1 mm. Cette fissure est détectée sous effort tranchant
V=193 kN, tandis que pour la dalle s250-F0-P0 la première fissure de flexion de même
ouverture (0,1 mm) est détectée sous effort tranchant V = 223 kN.
Avec la progression du chargement, une fissure diagonale apparait pour les deux dalles,
celle de la dalle S250-F0-P0 qui est présentée au tableau 5-2 a été détectée sous un effort
tranchant de V = 251 kN, et celle de la dalle sO-FO-PO a été détectée sous un effort
tranchant de V = 201 kN, ce qui montre que la présence de l’armature transversale retarde
l’apparition de la fissure diagonale.
Les tableaux 5-3 et 5-4 présentent les diagrammes effort tranchant-déplacement mesurés
par les LVDT. Ils présentent aussi les ouvertures de fissures et de l’effort tranchant sous
charge de fissuration et au pic. Dans le tableau le premier déplacement détecté, est le
déplacement que les LVDT commencent à afficher, et la charge de fissuration, est la
charge de la première fissure qu’on voit, et son ouverture est mesurée manuellement.

57
Tableau 5-3 : Déplacement de la dalle sO-FO-PO
Déplacement
Ouverture
i LVDT5J
r -------L V 0T 6I Déplacement (mm) V Flèche
XX) - de fissure
À
diagonal LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
' ,A 5 6
1 er
700-j •À

f !
> 1 déplacement 0.005 0 179 3.41 0
100 -
i
détecté
Charge de
•si ^
0.96 0.87 201 3.72 0.9
..... v ....- - ............ ......................... fissuration
0 1 2 3 4 S 6 7 8 8
Oépl*c*m8nf tfagonal (mm) Charge
2.28 2.36 322 7.05 3
maximale
Déplacement Ouverture
Déplacement V Flèche
j - - - Pot 11
(mm) de fissure
:wn
- 1 ---- Pot ! 2
transversal (kN) (mm)
Potl Pot2 (mm)
* •* . 1 er
700 - Ï - J
déplacement 0.87 0 229 4.21 -
1
>
détecté
100 -
Charge de
Jpot» . j - - - - -
fissuration
2 « 8 8 10 17
Charge
Déplacem ent tranavoiM t (mm )
2.93 0 322 7.05 -
maximale
Déplacement
Déplacement (mm) Ouverture
300-
- - - LVDT 1
------LVDT 2
longitudinal V Flèche
de fissure
dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
comprimée 1 2
200
4
i
f
i 1 er
>
100 t
1
déplacement 0.008 0 32 1.02 0
LVDT 2 Ivrfrï détecté
0
Charge de
- - - - -
0,0 02 0,4 0,6 0.8 1. fissuration
Déplacoinont tongttuânal (mm)
Charge
0.014 0.009 322 7.05 0.1
maximale
Déplacement Déplacement
r. - - LVO'f S ] Ouverture
300 i* 1........LVDT 41 longitudinal (mm) V Flèche
de fissure
*i
.i dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
700
tendue 3 4
SA 1 er déplace­
> Pi 0.013 0 70 1.77 0
i ment détecté
Ï
Charge de
LVDT4- LVDT1' 0.08 0.064 193 3.60 0.1
! » ++ ' t~ft—"J fissuration
c,0 0,2 0.4 0.6 0.8 1.0 U 1.4 1.6 1.6 2.0
Charge
D é p la c e m e n t M nflludfnal (mm) 0.23 0.21 322 7.05 0.15
maximale

58
Tableau 5-4 : Déplacement de la dalle s250-F0-P0
Déplacement
Ouverture
'ï votsl Déplacement (mm) V Flèche
-ivwflj de fissure
diagonal LVDT LVDT (kN) (mm)
f\ (mm)
■t \ 5 6
j ere
1/ '
déplacement 0 0.0074 !13 1.50
détecté
Charge de
0.35 0.42 250 3.99 0.2
fissuration
1 1 4 5 6 7 8 9 10
D * p iae am an t d togonai (m m ) Charge
1.01 1.05 397 6.97 0.98
maximale
Déplacement Ouverture
Déplacement V Flèche
■ • P o ttj
i...... P o t aj (mm) de fissure
transversal (kN) (mm)
11 Pot 1 Pot 2 (mm)
- * jere
i

2“ déplacement 0.061 208 2.96 0


détecté
J
Charge de
-
fissuration
0 2 4 e 8 10 12 14 16 t> 20
D A plac«n*nt1rftnsv»r*B l (m m ) Charge
0 1.11 397 6.97
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
longitudinal (mm) V Flèche
IV O T t de fissure
LVDT 2 dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
comprimée 1 2
j ere

déplacement 0.014 0 85 1.14 0


détecté
Charge de
0.2 0.4 0.6 0.6 1.0 M 1.4 1.6
fissuration
D tp ta c a m a n t longitudinal (m m ) Charge
0.025 0.023 397 6.97 0
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
LVDT3 longitudinal (mm) V Flèche
LVOT4 de fissure
dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
êi Ai ' tendue
| ere
3 4
.4 t
i* *

jJ
J déplacement 0.0069 0 26 0.31
L détecté
I.VPT4 |.VT7r1
Charge de
0.27 0.028 223 3.2 0.1
fissuration
00 0 ,2 0.4 0.6 06 1.0 12 1.4 6 l.t 2,0-
O P p tac am an t longitudinal (m m ) Charge
0.53 0.36 397 6.97 0.15
maximale

59
5.2.2 Dalles s0-F0-P1400 et s250-F0-P1400
Le résultat de ce deuxième essai sur la dalle précontrainte par 7 câbles de diam ètres 15
mm est présenté à la figure 5-3, le prem ier côté testé contient de l’armature transversale
(s250-F0-P1400), l ’autre côté de la dalle ne contient pas d ’étriers (s0-F0-P1400). La
section médiane est armée par des étriers afin d ’éviter toute rupture dans cette zone.
À la figure 5-3, on remarque que l’allure des deux courbes est très semblable avant et
après la fissuration du béton. Les charges dans les deux essais augmentent de la même
façon ju sq u ’à atteindre le pic, une fois la fissure initiée on observe une perte de capacité
importante pour les deux côtés du spécimen. Après la décroissance de ces deux courbes,
on constate une légère augmentation de la résistance qui reste presque constante ju sq u ’à
la rupture.

1000
— S250-F0-P1400
900-
- S0-F0-P1400
800-

700-

600-

500-

> 400-

300-

200-

100-

0 5 10 15 20 25 30
Flèche (mm)

Figure 5-3 : Courbes résistance en cisaillement-flèche des dalles

S250-F0-P1400 et s0-F0-P1400

60
La première fissure diagonale détectée pour s250-F0-P1400 était sous un effort tranchant
de 642 kN avec une ouverture de 0.1 mm, et pour la dalle s0-F0-P1400 de 587 kN avec
une ouverture de 0.2 mm. En effet, l’armature transversale retarde l’apparition de la
fissure diagonale d ’une façon marginale, mais contrôle mieux l’ouverture de fissure. Les
figures présentées au tableau 5-7 m ontrent les fissures diagonales sur la dalle.
La capacité maximale de s250-F0-P1400 est de 893 kN avec une flèche de 10.73 mm,
tandis que celle de s0-F0-P1400 est de 830 kN avec une flèche de 11.69 mm.
La rupture des deux dalles était en cisaillement sous un effort tranchant de 467 kN avec
une flèche de 21.01 m m pour s250-F0-P1400, et sous un effort tranchant de 403 kNavec
une flèche de 18.04 mm pour s0-F0-P1400.
L ’ouverture des fissures diagonales mesurées m anuellement au pic était de 0.2 mm pour
s250-F0-P1400, tandis que pour s0-F0-P1400 était de 1 mm, ce qui montre le rôle de la
précontrainte à contrôler l’ouverture des fissures.
Les figures présentées aux tableaux 5-6 et 5-7 montrent le déplacem ent du béton dans la
zone testée.

Tableau 5-5 : Photos des essais des dalles F0-P1400 et s250-F0-P1400 à différents points
___________________________________particuliers___________________________________
s0-F0-P1400 au pic siO-FO-P1400 à la rupture |
P (kN) V (kN) Flèche (mm) P (kN) V (kN) Flèche (mm)
1383 830 11.69 672 403 18.04
.............................................. 1

n m |9 H
s g i
I i l É ï h L
s250-F0-P1400 au pic S250-F0-P1400 à 1a rupture
P (kN) V (kN) Flèche (mm) P (kN) V (kN) Flèche (mm)
1487 893 10.73 779 467 21.01

■ ■ ■ M

61
Tableau 5-6 : Déplacement de la dalle sO-FO-P 400
Déplacement
.JDO----------- —---- ------------------ Déplacement (mml Ouverture
V Flèche
mm» i / A — LVDTSl de fissure
diagonal (kN)
?oo-! \AÂ'( • . ' LVDT LVDT (mm)
(mm)
\ .V 5 6
«X» J '/1
j ere
~
*■ 500V t
> 4001 déplacement 0.013 0 186 2.55 0
.'«0 J
..... .......... L détecté
X Charge de
100
x 0.32 0.45 587 6.93 0 .2
0- fissuration
0«plMMn*ntdiagonal(mm) Charge
1.85 2.13 830 11.69 1
maximale
Déplacement Ouverture
Déplacement V Flèche
!— Pot 1 1 (mm) de fissure
800 ! Pot2 transversal (kN) (mm)
Pot 1 Pot 2 (mm)
800 j ere

£ *>o déplacement 0.0082 0.0057 526 6.24 0


>
détecté
200-1
......................................................... i
Charge de
- - - - -
.. .m— , —.................................. fissuration
1 ( 2 3 1 6
O O ptaeom ont tron«v*im*l (m m ) Charge
1.09 2.03 830 11.69 -
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
longitudinal (mm) V Flèche
«MO de fissure
dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
700 -
(mm)
000-
i /
comprimée 1 2
j e re
500-
? / . /
*■ 40 0 - r t...
déplacement 0.008 0 24 0.53 0
300 - i *

if ...................................................... i ,
détecté
LVDT3 IVtfTI
100 i Charge de
- - - - -
fl-
00 0,2 0,4 0,8 OJ
1 1» 1 1 1 ....................................
1.0 u 1.4 if i 1.0
fissuration
2. a -------------------------------------------------
D ép lac am an t tongtbidlnai (m m ) Charge
0.44 0.09 830 11.69 0
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
longitudinal (mm) V Flèche
800 de fissure
A \ , >' V
------ LVDT4 |
dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
700 ,i y t (mm)
600 t * > tendue 3 4
.1 *
500 A A l CTe
j
| «0 déplacement 0..016 0 33 0.73 0
300
1 détecté
200
t Charge de
100 LVDT* LVDTJ 0.047 0.38 526 6.24 0.05
..9...fcfc— i_fe±__ fissuration
0
.0 0.2 0.4 00 0.8 1.0 12 1,4 V# 1,8 2
° Charge
D èptacw nw rt longftuif n a i (m m )
0.33 0.27 830 11.69 0 .1
maximale

62
Tableau 5-7 : Déplacement de la dalle s250-F0-P1400
Déplacement
Ouverture
' . Déplacement (mm) V Flèche
de fissure
MÛ 1 i fc 1 *i • diagonal L V D 7 61
LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
5 6
je re

S-
>
4 0 0 -î
déplacement 0.0067 0 89 1.49 0
200- i détecté
Charge de
0 .
............................ - .......•>>, 0 .16 0 642 7.20 0 .1
1
1 .........., ............... , ............. - ........ fissuration
D * p la c * m « n t d ia g o n a l ( m m ) Charge
0.49 0.39 893 10.73 0 .2
maximale
Déplacement Ouverture
1 0 0 0 -j—— --- --------■
--------------------------------------------------------------------—— ---- Déplacement V Flèche
I I ‘P c t't'î (mm) de fissure
transversal (kN) (mm)
Pot l Pot 2 (mm)
000 \ f
I* |
j ere

S? déplacement 0.017 0 290 3.68 0


* 400™
>
détecté
200 '
l Charge de
J p .» Jrna ' - - - - -
0 -,
fissuration
0 1 2 3 4 5
D û p la e a m a n t tr a n a v a n m l ( m m ) Charge
0.37 0.7 893 10.73 -
maximale
Déplacement Déplacement
tnoo. Ouverture
longitudinal (mm) V Flèche
aoo • I - tvdfi] de fissure
I.= übuI dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
900-
(mm)
700 - t i comprimée l 2
000- j e re

2? 500

<5.
> 400
déplacement 0.005 0 19 0.53 0
!/
MO -
il l détecté
200 f T votj T v ffri

100 -
i, Charge de
- - - - -
0 -,
00 0? 0.4 0# 0»
— * ...............................

10 12 1,4 1.0 >0


fissuration
7. » --------------------------------------------------------
O é |> ia e a m a n t to n g iM u n a l ( m m ) Charge
0.35 0.08 893 10.73 0
maximale
Déplacement Déplacement
(mm) Ouverture
1000
longitudinal V Flèche
MO - LVDT3 de fissure
. ' / . ‘‘h . Î.-1 i — LV D T 4 dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
MO i iV*' ...... (mm)
m
T i tendue 3 4
090
jcre
| MO

> 400
/* *
déplacement 0.016 0 88 1.49 0
100
* i
I détecté
200
h Charge de
100 LVDT*
♦ -*
1VDTJ
<0-0 0.32 0.017 516 5.69 0.05
fissuration
0 .0 0.5 0.4 OU 0,0 1.0 V» 1,4 10 1,* 5.0
O é p M c a m a n t tongH udviM (mm) Charge
0.62 0.50 893 10.73 0 .1
maximale

63
5.2.3 Dalles F60-P1400-1 et F60-P1400-2

La troisième dalle était en béton renforcé avec 0.75% de fibres métalliques (60 ^ / m 3 )

et elle est précontrainte par prétension par 7 câbles de diamètres 15 mm.


La figure 5-4 montre la courbe effort tranchant-flèche des deux côtés testés. L ’allure de la
phase élastique est très similaire, elles croissent ju sq u ’à atteindre le pic. Cependant, la
dalle F60-P1400-1 s’est cassée brusquement par cisaillement dans la zone m édiane juste
après avoir atteint le pic.

1000
— t1-F60-P1400
— t2-F60-P1400
800 — t2-F60-P1400 suite

600

> 400

200

0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Flèche (mm)

Figure 5-4 : Courbes résistance en cisaillement-flèche des dalles

F60-P1400-1 et F60-P1400-2

Pour cette raison, il a été décidé de faire un renforcement extérieur (qui est présenté à la
figure 5-5) dans la partie médiane afin d ’éviter toute rupture dans cette section pour

64
l’autre test (F60-P1400-t2). Après le renforcement, le deuxième bout de la dalle a été
testé, et la rupture était par cisaillement.
L’essai sur la première extrémité a été continué, mais cette fois-ci sans renforcem ent
extérieur et il nous a donné la courbe appelée " s u ite ” qui est présentée à la figure 5-4.

Figure 5-5 : renforcement extérieur de la dalle F60-P1400 lors de l’essai de l’autre coté

Après avoir testé les deux extrémités, quelques hypothèses ont été avancées pour
expliquer la rupture inattendue de F60-P1400-tl qui sont :
- L ’orientation des fibres peut changer le mode de rupture si elles sont orientées
diagonalement pour favoriser la résistance en cisaillement dans la zone à tester.
- Les armatures de précontraintes sont proches et la distance entre elles est
inférieure à la longueur des fibres, donc il est possible que ces armatures
empêchent le déplacement homogène des fibres sous les torons de précontrainte,
et par la suite les fibres s ’accumulent et induisent de la ségrégation, qui mène
aussi à une autre zone faible en fibres.
Le tableau 5-9 présente les figures des dalles testées, reportant aussi les valeurs des
efforts tranchants et des flèches au pic et à la rupture. La première fissure diagonale
détectée pour F60-P1400-tl était sous un effort tranchant de 705 kN avec une ouverture
de 0.1 mm, et pour la dalle F60-P1400-t2 était de 598 kN avec une ouverture de 0.4 mm.
La capacité maximale de F60-P1400-tl est de 913 kN avec une flèche de 11.65 mm,
tandis que celle de F60-P1400-t2 est de 827 kN avec une flèche de 11.55 mm. La rupture

65
de la dalle F60-P1400-tl était par flexion sous un effort tranchant de 913 kN avec une
flèche de 11.65 mm, et elle était par cisaillem ent pour F60-P1400-t2 sous un effort
tranchant de 432 kN avec une flèche de 17.54 mm.

Tableau 5-8 : Photos d ’essais des dalles F60-P1400-1 et 2 à différents points particuliers
F60-P1400-1 au pic F60-P1400-1 à la rupture
P (kN) V (kN) Flèche (mm) P (kN) V (kN) Flèche (mm)
1522 913 11.65 1522 913 11.65

F60-P1400-2 au pic F60-P1400-2 à la rupture


P (kN) V (kN) Flèche (mm) P (kN) V (kN) Flèche (mm)
1378 827 11.55 719 432 17.54

66
Tableau 5-9 : Déplacement de la dalle F60-P1400-1
Déplacement
Ouverture
1 0 0 0 ^--------------------------------------------------- ------- ■------------ — ,............................., |
r
U V O T5! Déplacement (mm) V Flèche
9o o | uvoT eJ de fissure
J ..V f* diagonal LVDT LVDT (k N ) (mm)
* » j v i
(mm)
ïi 5 6
a o o -j 7' j ere
i
>
H j
400 i'
/
déplacement 0 .0 1 0 78 1 .1 6 0
3 0 0 -kil détecté
1
7 0 0 -7

100 ■* .... Charge de


_ - N i ......... Ni 0 .3 3 0 .4 2 705 7 .1 2 0 .1
0 , i
......... 1.........................-,— — —......... ---------- -----------1 fissuration
D O p la c * m * n t d t a g o n a i ( m m ) Charge
1 .3 6 1 .3 2 913 1 1 .6 5 0 .3
maximale
Déplacement Ouverture
1 0 0 0 -,........................................................... Déplacement V Flèche
4 r. - - Po( (mm) de fissure
900 -J _
transversal (k N ) (mm)
boo ijr Pot 1 Pot 2 (mm)
700 j£ - | ere
aoo" ^
- -y déplacement 0 .0 7 0 406 4 .0 5 0
t /
> 4 0 0 .- ^ * détecté
300-
1
700- Charge de
- - - - -
100
fissuration
0
0 fl 0.7. 0.4 fl.B 0.9 1,0 \3 1.4 1.® 1.9 7.0
O O p ia c o m o n t tr a n o v a m a l ( m m )
Charge
0 .1 5 0 913 1 1 .6 5 -
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
1(J00 •* longitudinal fmml V Flèche
MO i *
1
!
LVOT 1 1
L V pT2j de fissure
dans la zone LVDT LVDT (k N ) (mm)
ao o -
(mm)
700
\ f
comprimée 1 2
a o o .. ) > ere
Üs ' { i
> 400 - t * déplacement 0 .0 1 0 296 3 .2 4 0
7
é -------- ... • ..... - . i . -
LVOTi LVOT 1
détecté
-i
io o Charge de
- - - - -
0.0 0 ,7 0.4 0.9 0.9 1,0 4,7 1.4 1.1» 1,9 7 fissuration
D O p m e o m o n t lo n g it u d in a l ( m m )
Charge
0 .0 6 0 .3 6 913 1 1 .6 5 -
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
longitudinal (mm) V Flèche
f- - • LV OT3] de fissure
to o -
dans la zone LVDT LVDT (k N ) (mm)
900 L ........ L V O , ‘ - (mm)
/DO
. i V * , tendue 3 4
je re
900
.* *■
k > .
>
ü 400
#00 » 7 ' i
déplacement 0 .0 0 3 0 100 1 .5 3 0
wo
! S
i# ■■ ' 1 détecté
200
b / / Charge de
100 7 0 .1 8 0 .4 3 705 6 .8 9 0 .1
0 fissuration
,0 07 04 0,0 0.9 4,0 \Z 1,4 1,® 1.» 7.
D ép laçant o n t lo n g ito d P ta i (mm )
Charge
0 .7 1 0 .6 3 913 1 1 .6 5 0 .1 5
maximale

67
Tableau 5-10 : Déplacement de la dalle F60-P1400-2
I Déplacement
Ouverture
Déplacement
- LVDT S- (mm) V Flèche
aoo-
de fissure
diagonal LVDT LVDT (kN) (mm)
roo
,/t ‘ (mm)
«00- 5 6
wo - jere
S
i m ! déplacement 0 .0 1 2 0 43 1 .6 5 0
300-
détecté
20 0 •?
^ .....■,5
j
h Charge de
io o
—m X 0 .7 9 0 .5 5 598 7 .7 4 0 .4
0
..................... ........................... -
fissuration
i 7 4 « 8 10
D é p è c e m e n t d a g o n e l (m m ) Charge
2 .1 2 1 .6 4 827 1 1 .5 5 0 .5
maximale
Déplacement Ouverture
Déplacement V Flèche
Pût 1| (mm) de fissure
aoo- I Pot 2l
transversal (kN) (mm)
Pot 1 Pot 2 (mm)
fm -
**
wo *a& -

S
MO - j*
déplacement 0 .0 2 4 0 276 3 .3 6 0
> * °°
jy
, Ÿ détecté
^ 1
700
j J Charge de
10» ..
-,
- - - - -
» fissuration
0, 3 0,7 0.4 0 .8 0.4 »,0 1.2 1,4 1 ,8 1,8 2.
D é p le c e m e n t tr a n s v e r s a l (m m ) Charge
0 .0 8 0 827 1 1 .5 5 -
maximale
V Flèche Ouverture
Déplacement Déplacement
-- (kN) (mm) de fissure
-i ;
LVDT 1 longitudinal (mm)
800 LVDT 2
(mm)
dans la zone
700 -
LVDT LVDT

S*
800 -

500 -
Hi f comprimée
j ere
1 2
îi
400-
\I
300 •i i déplacement 0 .0 1 9 0 42 0 .8 2 0
1
2004 i
Lvifr2 l.vrfri détecté
10 0-.j Charge de
o i
0 .0
• I
0 ,2
■ 1' | .
0 .4 0 .8
,
0 ,8
.—v
1 -..
1.0 12 ■
.........
1— T
|
...
. » fissuration
■ ,----------
1,4 1,8 1,«

2
- - - - -
)
D é p l a c e m e n t lo n g tt u d i r a i { m m
Charge
0 .0 5 2 0 .1 9 827 1 1 .5 5 -
maximale
Déplacement Déplacement
aoo Ouverture
longitudinal (mm) V Flèche
900 i -------L V D T 6 de fissure
dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
700

600

MO
1 l i *
tendue
j ere
3 4
(mm)

I «
"0
A
déplacement 0 .0 0 2 2 0 78 1 .1 8 0
300
-i*
1 détecté
200 -* /

roo-j
J
LVDT4 LVDT >
Charge de
0 .0 6 6 0 .1 6 598 7 .7 4 0 .1 5
0 ' fissuration
J.O U.2 li.4 0.6 0.6 1.0 1.2 1,4 1.» 1,8 7 ,0 --------- “ "
O é p ia c a f n im tto n g n u d m a K m m ) C-'ilârSC
0 .0 1 6 0 .3 3 827 1 1 .5 5 0 .1 5
| maximale

68
5.2.4 Dalles F60-P0-1 et F60-P0-2
La dalle F60-P0 contenant 0.75 % de fibres métalliques n ’est pas précontrainte et ne
possède aucune armature transversale. Les deux courbes sont très similaire (figure 5-6),
elles sont linéaires du début du chargement ju sq u ’à l’apparition de la prem ière fissure.
Après la formation de la première fissure qui était une fissure de flexion, l ’effort
tranchant chute brutalement et reste constant après ju sq u ’à rupture.

- ■t1-F60-P0
600- — t2-F60-P0

400-

200 -

Flèche (mm)

Figure 5-6 : Courbes résistance en cisaillement-flèche des dalles

F60-P0-1 et F60-P0-2

Durant le chargement, le béton se déforme, des forces de compression et de traction se


développent, la première fissure remarquée sur la dalle (F60-P0-1) est une fissure de
flexion qui est située dans la fibre inférieure près de la zone de chargement avec une
ouverture de 0,1 mm. Cette fissure est détectée sous une résistance de 290 kN, tandis que
pour l’extrémité de la dalle F60-P0-2 la première fissure de flexion avec une ouverture de
0,05 mm est détectée sous une résistance de 265 kN.

69
Avec la progression du chargement, une fissure diagonale apparait pour les deux dalles,
celle de la dalle F60-P0-1 qui est présentée au tableau 5-13 a été détectée sous un effort
tranchant de 344 kN et celle de la dalle F60-P0-t2 a été détectée sous un effort tranchant
de 323 kN. La rupture des deux extrémités de la dalle était par cisaillement sous un effort
tranchant de 381 kN avec une flèche de 17.72 mm pour F60-P0-1, et elle est sous un
effort tranchant de 361 kN avec une flèche de 17.79 mm pour F60-P0-2. L ’ouverture des
fissures diagonales au pic mesurée m anuellement était de 0.8 m m pour F60-P0-1, tandis
que pour F60-P0-2 elle était de 1.3 mm.
Les tableaux 5-14 et 5-15 présentent les différents mesures du déplacements du béton
mesuré à l’aide des LVDT et potentiomètres. Vu que les LVDT surestiment l ’ouverture
des fissures parce qu’ils prennent la somme de toutes les fissures, on a donc m esuré
l’ouverture manuellement à l ’aide d’un fissuromètre.

Tableau 5-11 : Photos d ’essais des dalles F60-P0-1 et 2 à différents points particuliers
F60-P0-1 au pic F60-P0-1 à la rupture
P (kN) V (kN) Flèche (mm) P (kN) V (kN) Flèche (mm)
1097 658 10.37 635 381 17.72

F60-P0-2 au pic F60-P0-2 à la rupture


P (kN) V (kN) Flèche (mm) P (kN) V (kN) Flèche (mm)
980 588 8.89 601 361 17.79

70
Tableau 5-12 : Déplacement de la dalle F60-P0-1
Déplacement
MU r Ouverture
Déplacement
i - • ■ L V D T S j!
(mm) V Flèche
de fissure
diagonal LVDT LVDT (kN) (mm)
«Dft J

■ if
ii \ i
(mm)
so o -i
5 i
6
i •*
% 4 0 0 -j ^
l ere déplacement
> ! -• 0.0029 0 106 2.13 0
300 4 ,
détecté
i: I
— ^ ------- - - i
Charge de
100-
0 .2 0.3 344 5.69 0.15
— , ....................... ■— ........ * fissuration
0 1 2 3 4 5 6 7 0 » 10
O é p l M M n o n t d ta H ja n o l ( m m ) Charge
1.55 1.50 658 10.37 0 .8
maximale
Déplacement Ouverture
f— P o li} Déplacement V Flèche
70 0 • Pot 2 !
(mm) de fissure
transversal (kN) (mm)
0 0 0 ••
Pot 1 Pot2 2 (mm)
fjQO / <:V l ere déplacement
I / 0.028 0 130 2.43 0
> i ' détecté
200- î .......~~~ ....... — ----- ------- — .---- i - . Charge de
- - - - -
1O0-" | £»- J** fissuration
* 6
0 - ,--------- ----------,--------------------r— ------ --------,---------------------,---------------------1
0 2 4 S 10 Charge
D * p l » c i w n * n ttr a n « v « r * « i {m m } 1.01 1.41 658 10.37 -
maximale
Déplacement Déplacement
O uverture
I
i
LVOT1
longitudinal (mm) V Flèche
700 LV DT 2
de fissure
dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
600 - i

a
J: (mm)
5 0 0 .. l
1 c comprimée 1 2
i ■
Il 400- . i l ere déplacement
> ^ f 0 .0 1 1 0 50 1.36 0
300 " 1 détecté
2 0 0 -j
LVOTJ * L v rfn Charge de
io o i - - - - -
fissuration
0 ....................... ....... ,-----------,---- ,---- r - —"-----1-----'— -i-----------1-----—-1---- ------1------—
0 ,0 0 .2 0 ,4 o .« 0 .0 1.0 1,2 1.4 1,0 1.»
Charge
D é p l a c e m e n t lo n g t t u d k i a l ( m m ) 0 .2 1 0.06 658 10.37 -
maximale
Déplacement Déplacement
«00 Ouverture
| - - - LVDT 3 | longitudinal (mm) V Flèche
de fissure
yy
/ou
dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
000 (mm)
*00 i 1 r-
tendue 3 4
A 4 / l ere déplacement
4A ' è À/
S
e
400
• 0 .0 1 2 0 50 1.35 0
>
300
S *~
détecté
?00
’ f A 1 Charge de
■1 ■■ 0.073 0.32 290 4.83 0 .1
100
y™* »-yey | fissuration
00 0,2 0.4 0 .6 0.0 1,0 1.2 1,4 1.6 1.6 2.0
Charge
D é p l a ç a n t o n t lo n g l t t j d n a l ( m m ) 0.61 0.76 658 10.37 0.35
| maximale

71
Tableau 5-13 : Déplacement de la dalle F60-P0-2
Déplacement
'00 - Ouverture
Déplacement (mm) V Flèche
LVDT 6j| de fissure
f*X) -j
diagonal LVDT LVDT (kN) (mm)
i Sx <
y ~ (mm)
'W H .î 5 6
j ere
400 4■

I 1 -' ■
> *» 4 déplacement 0.017 0 86 1.21 0
-,
700 -s ____ ________________ |
i détecté
, . i ; ^ ^ Charge de
0.17 0 .2 323 4.01 0.1
• • '............................................
0 -,-------.-------- ,------- ,-----------------,--------,...................T— ■ — fissuration
0 Z 4 6 8 te
0*ptac»m «nt Okagonat (mm) Charge
1.77 1.81 588 8.89 1.3
maximale
Déplacement Ouverture
700 -j-------------------------------------- Déplacement V Flèche
P* 1 (mm) de fissure
1J00 -j
transversal (kN) (mm)
Pot 1 Pot 2 (mm)
m. o n t ' -v j ere

■ A ,
400 - A ......
S ■>
déplacement 0.08 0 322 3.97 0
5 * » ..»
détecté
700 •• ................. _.L Charge de
100 ~ | pm« ' JM ' » " l| - - - - -

"m..... fissuration
0 t 2 3 4 S 8 t 8
Charge
D aptaeam ant tranavaraai (mm)
1.97 0.082 588 8.89 -
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
700-
j • LVDT îï longitudinal (mm) V Flèche
j ........LVDT Z\ de fissure
000 dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
soo h comprimée 1 2
n
400 -
j ere
it
s> 300 - il
*i
déplacement 0.015 0 20 0.46 0
700 y détecté
ta-, ta ,
too
1 Charge de
i - - - - -
0
0
fissuration
DOplacwnant langMut*n«l (mm )
Charge
0.06 0.09 588 8.89 -
maximale
Déplacement Déplacement
Ouverture
700 --------- -------------- ----------------------------------------------------------- -- longitudinal (mm) V Flèche
1
|
LVDT a
LVDT 4 de fissure
uoo - dans la zone LVDT LVDT (kN) (mm)
(mm)
fiOO- i% ' f tendue 3 4
j ere
400-
1
A*
A s déplacement 0.0076 74 1.06
f 300- 0 0
200 -
/ >
i détecté
100 / Charge de
IjT O . L^DT) 0.14 0.08 265 3.2 0.05
0
fissuration
00 0,8 0.4 0.4 0.8 ! ,0 W 1.4 1.8 1.8 20
DApiacam ant toogttudtM l (mm) Charge
0.49 0.65 588 8.89 0 .1
maximale

72
6 ANALYSE DES RÉSULTATS
EXPÉRIMENTAUX SUR LES DALLES
Ce chapitre présente l’analyse des résultats expérimentaux obtenus lors de cette étude.
Ces résultats sont exprimés en term e de : a) résistance en cisaillement et les gains de
capacité dus à l’ajout des fibres métalliques, b) la fissuration observée manuellem ent à
l ’aide d ’un fissuromètre. Ensuite, une évaluation de la capacité des spécimens de dalles
testés sera effectuée et les résultats obtenus expérimentalement et théoriquement seront
comparés.

6.1 Effet des fibres métalliques sur la résistance en


cisaillement des dalles testées
6.1.1 Dalles non précontraintes (sO-FO-PO, s250-F0-P0, F60-P0-1 et F60-
PO-2)

Les courbes résistances en cisaillement-flèche présentées à la figure 6-1 permettent de


comparer le comportement des dalles non précontraintes pendant les différentes phases de
chargement ju sq u ’à la rupture. Le tableau 6-1 présente les valeurs des flèches obtenues au
pic, à la fissuration et au même chargement. Ces flèches sont mesurées au droit du point
de l’application de la charge à l’aide des potentiomètres.
De ces courbes, on remarque que les dalles fibrés (F60-P0-1 et F60-P0-2) se caractérisent
par une résistance en cisaillement plus élevée com parativement aux dalles non fibrés.
C ’est que l ’ajout de fibres métalliques améliore la capacité à l ’effort tranchant de la dalle
sO-FO-PO de 104 % si on le compare avec F60-P0-1, et de 82 % si on le compare avec
F60-P0-2. L ’ajout d ’armatures transversales minimale à sO-FO-PO ne permet pas d ’obtenir
des gains de résistance aussi important qu’avec des fibres (23 % d ’augm entation de
capacité).
On peut aussi souligner que la dalle s250 est beaucoup plus ductile en cisaillem ent que
toutes les autres et que la ductilité des dalles avec fibres est similaire à celles sans fibres.
Les dalles testées ont toutes cassées en cisaillement, cette rupture est survenue par la
progression d ’une large fissure diagonale suivant la direction qui relie l’appui à la zone
de chargement.

73
800
—• S250-F0-P0
700 - — sO-FO-PO
F60-P0-1
^ F60-P0-1 — F60-P0-2
600-

500-
F60-P0-2
2 400-

>
300- S250-F0-P0

200-

100 -
sO-FO-PO .*

0 5 10 15 20 25 30 35
Flèche (mm)

Figure 6-1 : Courbes comparatives de résistance de cisaillement-flèche des dalles non


précontraintes

Tableau 6-1 : Résistance en cisaillement des dalles non précontraintes

À la fissuration Au pic Sous m ême charge


Flèche
Résistance Résistance Résistance (mm)
Spécimens en Flèche en Flèche en
cisaillement (mm) cisaillement (mm) cisaillement
(kN) (kN) (kN)

sO-FO-PO 201 3.72 322 7.05 322 7.05

S250-F0-P0 251 3.99 397 6.97 322 5.49

F60-P0-1 344 5.69 658 10.4 322 5.25

F60-P0-2 323 4.01 588 8.89 322 4.16

74
6.1.2 Dalles précontraintes (s250-F0-P1400, s0-F0-P1400, F60-P1400-1
et F60-P1400-2)

Les courbes d ’effort tranchant-flèche présentées à la figure 6-2 permettent de suivre le


comportement des dalles précontraintes pendant les différentes phases de chargement
jusqu’à la rupture. Le tableau 6-2 présente les valeurs de flèches obtenues au pic, à la
fissuration et au même chargement. Ces flèches sont mesurées au droit du point de
l’application de la charge à l’aide des potentiomètres.
Les résultats obtenus pour les dalles précontraintes, qui sont présentés aux figures 6-2,
sont très similaires pour les dalles fibrées et non fibrées. En effet, l’ajout de 0.75 % de
fibres métalliques ne permettra qu’un faible gain de la capacité maximale des spécimens,
contrairement à ce q u ’on voit précédemment pour les dalles non précontraintes.
On peut voir que le comportement de toutes les dalles est très similaire, linéaires du début
du chargement ju sq u ’au pic (figure 6-2). Après avoir atteint le pic, l’allure de toutes les
courbes n ’est plus linéaire, il présente une chute jusqu'à une certaine résistance, et qui
maintient après ça une augmentation de la flèche à charge constante ju sq u ’à la rupture.

1000-
t1-F60-P1400
t2-F60-P 1400
800 S 250-F0-P1400
S0-F0-P1400
/.!■!
A'i î\ 1
600- w i

■\ •
>i 1

> 400- If
' rt m ....
' /:
i
y

// /
200 - ! //
/
— i— — '— i— '— r— ■— i— 1— i— >— i— '— i— '— i— <-

5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Flèche (mm)

Figure 6-2 : Courbes comparatives de la résistance de cisaillement-flèche des dalles


précontraintes

75
Tab eau 6-2 : Résistance en cisaillement des dalles précontraintes

À la fissuration Au pic Sous m êm e charge


Flèche
Résistance Résistance Résistance
Spécimens (mm)
en Flèche en Flèche en
cisaillement (mm) cisaillement (mm) cisaillement
(kN) (kN) (kN)

S0-F0-P1400 587 6.93 830 11.69 830 11.69


S250-F0-
642 7.2 893 10.73 830 9.9
P1400
F60-P1400-1 705 7.12 913 11.65 830 9.02

F60-P1400-2 598 7.74 827 11.55 830 11.65

6.2 Effet des fibres métalliques sur la fissuration


6.2.1 Dalles non précontraintes (sO-FO-PO, s250-F0-P0, F60-P0-1 et F60-
PO-2)

Tel qu’indiqué précédemment, l’ouverture des fissures a été mesurée à l’aide d ’un
fissuromètre au fur et à mesure du chargement des dalles. Le tableau 6-3 présente les
valeurs de l’ouverture de fissures diagonales au pic et à la charge de la prem ière
fissuration détectée sur les dalles non précontraintes.
Dans la dalle sO-FO-PO, la première fissure diagonale apparait subitement à un effort
tranchant de 201 kN avec une ouverture de 0,9 mm. Avec la progression du chargement,
cette fissure progresse ju sq u ’à atteindre une ouverture de 3 mm au pic. Tandis que, pour
la dalle contenant des étriers, la première fissure d ’ouverture 0 ,2 mm se produit sous un
effort tranchant de 251 kN. Alors que pour la dalle fibrée elle est de 0,15 mm sous un
effort tranchant de 344 kN.
En comparant ces résultats, on constate que l ’apparition de fissures diagonales se produit
plus tard dans la dalle fibrée, et elles sont restées très fines même avec la progression du
chargement. On peut conclure que les fibres métalliques offrent un meilleur contrôle de la
fissuration.

76
Tableau 6-3 : Ouverture des fissures diagona es sur les dalles non précontraintes

Première Fissuration Fissures au pic


Spécimens
Ouverture
V (kN) V (kN) Ouverture (mm)
(mm)
sO-FO-PO 201 0.9 322 3

S250-F0-P0 251 0 .2 397 0.98

F60-P0-1 344 0.15 658 0 .8

F60-P0-2 323 0 .1 588 1.3

6.2.2 Dalles précontraintes (s250-F0-P1400, S0-F0-P1400, F60-P1400-1


et F60-P1400-2)

Le tableau 6-4 affiche les valeurs de l’ouverture des fissures diagonales au pic et à la
charge de la première fissuration détectée sur les dalles précontraintes.
Ici on peut constater que pour toutes les dalles, les fissures sont restées très fines, ceci
montre que la précontrainte empêche l’ouverture excessive des fissures et on voit que les
fibres jouent un rôle comparable aux étriers.

Tableau 6-4 : ouverture des fissures sur es dalles précontraintes

Première Fissuration Fissures au pic


Spécimens
Ouverture Ouaverture
V (kN) V (kN)
(mm) (mm)

S0-F0-P1400 587 0 .2 830 1

S250-F0-P1400 642 0 .2 893 0 .2

F60-P1400-1 705 0 .1 913 0.3


F60-P1400-2 598 0.4 827 0.5

77
6.3 Prédiction de la capacité des dalles
Prédiction de la capacité en cisaillement des dalles fibrées selon la méthode
RILEM TC 162-TDF [35]:

La résistance en cisaillement d’une poutre en BFM est calculée de la façon suivante :


1-Dalle non précontrainte (F60-P14001

V r <U = V cd + V fd + Vw d

Ou Vcd est la contribution du béton, et il est calculé en utilisant l’équation suivante :

Vcd = [o.l2 K ( 1 0 0 Pl ffck)è + 0.15 a cp] b wd

K= 1+ (^= 1 .7 <2

Pl = r ^ : = 0.019 < 2 %
bwd

°cp = ^ = 7 MPa

Nsd - charge axiale dû à l’effet de précontrainte


Ac - aire transversale effective
Vfd - la contribution des fibres, et elle est déterminée de la façon suivante :
Vfd = 0.7 KfKiTfdbwd

Kf = l

K1 = 1 + J ^ = 1.7

Tfd = 0.12 fR4

c _ 3 f R.4 l
tR ’4 ~ T b F -

FRi4 est la charge qui correspond à une flèche de 3 mm com me le montre la figure 1.
„ 30550+24120 _ , „
3* *540
f = i — = 3.79 MPa
K’* 2*180* 1 8 0 2

Vfd = 0.7 * 1 * 1.7 * 0.12 * 3.79 * 450 * 400 = 97.41 kN

78
Vcd = [ 0 . 1 2 * 1.7 * (1 0 0 * 0.019 * 5 0 )Ï + 0 * 4 5 0 * 400 = 165 kN

VRd>3 = 165 + 97.41 + 0 = 262.41 kN

2-Dalle précontrainte (F60-P1400)

VCd = 0.12 K (1 0 0 Pi ffck) î + 0.15 CTcp] b wh

„ 36370+28930
3 * --------- *540
fR,4 = = 4.53 MPa
2 * 1 8 0 * 1802

Vfd = 0.7 * 1 * 1.7 * 0.12 * 4.53 * 450 * 400 = 116.43 kN

Vcd = [0.12 * 1.7 * (1 0 0 * 0.019 * 4 9 .3 )ï + 0.15 * 7 ] * 450 * 440 = 165 kN

VRd<3 = 388.57 + 116.43 + 0 = 505 kN

La figure 2 montre les charges FR 4.

F =30,55

24,12

20-
01

Prism 1
Prism 2

0 3 6
Flèche (mm)

Figure 6-3 : Charges FR4 qui correspondent à une flèche de 3 mm (F60-P0)

79
- Prism 3
- Prism 4

0 3 6
Flèche (mm)

Figure 6-4 : Charges FR>4 qui correspondent à une flèche de 3 mm (F60-P0)

La comparaison des valeurs maximales de la résistance en cisaillement (Knaxexp)


mesurée expérimentalement et ( Vmaxtheo) calculé à l’aide du code S6 et le M TQ sont
présentées au tableau 6-5. Selon le M TQ (section 8.2.4.3 du code), lors du calcul de la
résistance en cisaillement, on néglige la présence de l’armature transversale. On ne tient
compte que de la contribution du béton, qui doit être déterminée tout en suivant la
méthode générale du chapitre 8 du code S6.
Pour le calcul de la résistance en cisaillement, les coefficients de tenue des matériaux ne
sont pas pris en compte (<pc = <t>s — Yc = !)•
Tableau 6-5 : Résistance maximale en cisaillement
Vmaxthéo
V
Kmax exp

Dalle Knaxexf Mf ^maxtht Vjnaxt


P £x P 9 M TQ
kN kN kN S6 et
et
RIL­
RIL­
EM
EM
sO-FO- 303 303
537 322 116 0.0005 0.23 32.4 0.94 0.94
PO MTQ S6
s250- 255 427
661 397 143 0.0007 0.19 33.8 1.07 0.64
FO-PO MTQ S6
s250-
460 632
F0- 1487 893 321 0.0001 0.34 29.7 0.7 0.51
MTQ S6
P1400
sO-FO- 530 530
1383 830 299 0.000 0.4 28.9 0.63 0.63
P1400 MTQ S6
F60-
tl- 1522 913 329 - - - 505(RILEM) 0.55
P1400
F60-
t2- 1378 827 298 - - - 505 (RILEM) 0.61
P1400
F60-
1097 658 237 - - - 262 (RILEM) 0.39
PO-1
F60-
980 588 212 - - - 262 (RILEM) 0.44
PO-2

Les résultats présentés dans le tableau 6-5 montrent des écarts importants entre les
données expérimentales et les prédictions théoriques du guide du MTQ et aussi pour les
prédictions de la méthode RILEM. Par contre, ces écarts sont très petits si on les compare
avec le code S6, qui donne des valeurs très proches de l’expérimental pour les dalles non
fibrées et non précontraintes.
Concernant la dalle témoin sO-FO-PO, les prédictions théoriques des deux codes (M TQ et
S6) sous-estiment légèrement la résistance en cisaillement. Ainsi que pour la dalle
précontrainte non fibrée, les valeurs expérimentales sont nettement plus élevées que
celles obtenues par le code S6. En revanche, si on considère les prédictions du guide
MTQ, et de la RILEM l’écart est encore plus significatif.

81
Il est aussi intéressant de constater qu’en soustrayant la résistance de la dalle fibrée à la
dalle non fibrée sans armature, on obtient 623-322 = 301 kN dans le cas des dalles non
précontrainte, et 870-830 = 60 kN dans le cas des dalles précontraintes. La valeur de 60
kN correspond à la valeur du RILEM mais pas la valeur de 301 kN. Il est donc difficile
de conclure sur la méthode RILEM pour les dalles fibrées.

7 Conclusion
Le but de la présente recherche était de développer une dalle structurale précontrainte
sans armature passive et d ’étudier les ancrages sur ces dalles. Les objectifs spécifiques
consistaient à :
Évaluer l’influence de l’ajout de fibres sur le comportement en cisaillem ent tout
en comparant les dalles fibrées et non fibrées.
Étudier la possibilité de remplacer l’armature transversale m inim ale de
cisaillement exigée par le MTQ par des fibres métalliques.
Étudier la capacité de la zone d ’ancrage des spécimens renforcés de fibres
métalliques pour savoir si cette zone d ’ancrage pouvant résister aux efforts de
régularisation, d ’éclatement et de surface avec fibres uniquement, et donc sans
mettre en place de l’armature transversale locale.
La réalisation de ces objectifs reposait sur des investigations expérimentales conduites au
laboratoire de structure de l’Université de Sherbrooke. Pour cela nous avons com mencé
par des tests de caractérisation de matériau, tel l’essai de compression, l’essai de flexion
trois-points et l’essai de compression sur le bloc d ’ancrage. Quatre dalles ont été
construites, deux dalles renforcées de fibres métalliques, et deux non fibrées pour des fins
comparatives, pour un total de 8 essais en cisaillement (2 par dalle). Les résultats des
essais ont indiqué que la rupture de toutes les dalles était par cisaillement, sauf une seule
dalle qui a rompu dans la zone médiane.
Les avantages apportés par l’ajout de fibres métalliques sont les suivants :
- On peut remplacer l’armature transversale exigée par le MTQ par 0.75 % de
fibres métalliques puisque ces dernières améliorent d ’une façon significative la

82
résistance en cisaillement des dalles et procurent une ductilité plus ou moins
similaire.
La formation de la prem ière fissure est retardée, et même si elles apparaissent
elles restent toujours fines avec l’ajout de fibres.
- L ’armature de confinement pour les zones d ’ancrage peut être remplacée par des
fibres métalliques.
- Une amélioration marginale de la rigidité est constatée.
Dans les essais de flexion trois-points, on voit une nette am élioration de la
résistance postfissuration.
Un calcul prédictif de la résistance en cisaillement des dalles testées a été effectué tout en
utilisant les méthodes prescrites au chapitre 3. La comparaison de ces méthodes avec les
données expérimentales obtenues m ontrent des écarts importants entre les données
expérimentales et les prédictions théoriques du guide du MTQ qui sem blent très
sécuritaires. Par contre, ces écarts sont très petits (de l’ordre de 0.94% et 1.07 %) si on les
compare avec les prédictions du code S6, qui donne des valeurs très proches de
l ’expérimental pour les dalles non fibrées. La m éthode RILEM pour les dalles fibrées ne
semble pas satisfaisante et sous-estime largement la capacité en cisaillement des dalles,
de même que l’apport des fibres à la résistance.
Pour les recherches futures, il est recommandé de m ener des travaux expérimentaux plus
ciblés afin d ’étudier des aspects qui sont encore moins bien connus tels que le
comportement en cisaillement des dalles structurales avec l’utilisation de différentes
dimensions tout en variant les pourcentages et les types de fibres, le rapport a/d et la
précontrainte.

83
Références

[1] A.Bélanger (2000), Conception de dalles de ponts avec armature réduite et béton de
fibres d ’acier, M émoire de maîtrise, Département des génies civil, géologiques et des
mines, École Polytechnique de M ontréal, 251 p.

[2] Association Béton Québec (2005), Guide de bonnes pratiques po u r l ’utilisation des
fib res dans le béton, Bibliothèque nationale du Québec, ISBN 2-923379-00-4.

[3] ACI Committee 544 (1999), Design considération f o r Steel fib e r reinforced concrète,
American Concrète Institute,pp.l-18.

[4] D.R.Sahoo et S.H.Chao (2010), Use o f Steel fib e r reinforced concrète fo r enhanced
perform ance o f deep beams with large openings, Department o f civil engineering,
University o f Texas, pp.1981-1990.

[5] Y .K Kwak, M.O.Eberhard, W .S.Kim et J.Kim (2002), Shear strength o f steel fib er-
reinforced concrète beams without stirrups, ACI Structural Journal, Vol. 99, No. 4, pp.
530-538.

[6] G.Russo, G.Somma et D.Mitri (2005), Shear strength analysis a n d prédiction fo r


reinforced concrète beams without stirrups, Journal o f Structural Engineering, Vol. 131,
No. 1, pp. 66-74.

[7] O.Unal, F.Demir, T.Uygunoglu (2007), Fuzzy logic approach to predict stress-strain
curves o f steel fiber-reinforced concrètes in compression. Afyon Kocatepe University,
Construction Department, Turkey, Volume 42, Issue 10, pp. 3589-3595.

[8] A.Sivakumar et M.Santhanam (2007), M echanical properties o f high strength


concrète reinforced with metallic and non-metallic fibres. Department o f Civil
Engineering, HT Madras, Chennai 600 036, India, Volume 29, Issue 8, pp. 603-608.

84
[9] B.B.Barragan, R.Getta, M .A.M artin et P.L.Zerbino (2002), Uniaxial tension test fo r
steel fib re reinforced concrète a param etric study. Department o f Construction
Engineering, Structural Technology Laboratory, Universitat Politecnica de Catalunya,
ETSECCPB, Barcelona, Spain, Volume 25, Issue 7, pp.767-777.

[10] J.L.Granju et S.U.Balouch (2005), Corrosion o f steel fib re reinforced concrète firom
the cracks, Laboratoire M atériaux et Durabilité des Constructions, 1NSA, Toulouse,
France, pp.572-577.

[11] P.Casanova (1995), Béton renforcés de fib res m étalliques: du m atériau à la


structure, Thèse de Doctorat, École Nationale des ponts et chaussées, 203 p.

[12] P.S.M angat et K.Gurusamy (1987), Long-term properties o f steel fib re reinforced
marine concrète, Department o f Engineering, University o f Aberdeen, Aberdeen,
Scotland, Volume 20, pp.273-282.

[13] B.Bissonnette, Y.Therrien, R.Pleau, M .Pigeon et F.Saucier (2000), Les bétons


renforcés de fib res d ’acier et la Multifissuration. Centre de recherche interuniversitaire
sur le béton (CRIB), Département de génie civil, Université Laval, Québec, QC G1K
7P4, Canada, pp.774-784.

[14] S.Yazic, G.Inan et V.Tabak. (2007), Effect o f aspect ratio and volume fra ctio n o f
steel fib e r on the mechanical properties o f SFRC. Civil Engineering Departm ent, Ege
University, 35100 Izmir, Turkey, Volume 21, Issue 6, pp.1250-1253.

[15] D.Bastien (2004), Utilisation structurale du béton fib ré p o u r la conception des


dalles de pont, M émoire de Maitrise, Université de Montréal, Département de Génie
Civil, Géologique et des Mines, 167 p.

[16] P.Rossi (1998), Les bétons de fibres métalliques, Paris, Presses de l’école nationale
des ponts et chaussées, 309 p.

85
[17] N.V.Chanh (2005), Steel fib e r reinforced concrète, Faculty o f Civil Engineering,
University o f Technology, pp. 108-116.

[18] H.Aoud (2007), Structural behaviour o f steel fib r e reinforced concrète members,
Thèse de Doctorat, Department o f civil Engineering and Applied M echanic, M acGill
University, 269 p.

[19] C.Cucchiara, L.L.M endola et M .Papia (2004), Effectivness o f stirrups and steel
fib res as shear reinforcement, Cernent and Concrète Composite, Vol. 26, No. 7, pp. 777-
786.

[20] R.Bouras, S.Kacis et J.C.Roth (2006), Approche théorique et expérimentale du


comportement rhéologique des bétons de fib res métalliques à l ’état frais, Facultés de
Genie et de la Construction, Laboratoire de Physique et M écanique des M atériaux,
Université de Metz, Ile du Saulcy, Volume 9, pp. 22-27.

[21] Q.S.Wang, X.Li, G.Zhao, P.Chao et J.Yao (2008), Experiment on mechanical


properties o f steel fib e r reinforced concrète and application in deep underground
engineering, Henan Polytechnic University, Jiaozuo, Henan, China, Volume 18, Issue 1,
pp. 64-81.

[22] Z.L.Wang, Y.S.Liu et R.F.Shen (2008), Stress-strain relationship o f steel fib er-
reinforced concrète under dynamic compression, School o f civil engineering and
architecture, east China Jiaotong University, Nanchang, China, Volume 22, Issue 5,
pp.811-819.

[23] S.Nolet (2002), Comportement des dalles de p o n t fortem ent sollicitées p a r les
surcharges routières, Mémoire de Maitrise, Université de Montréal, Département de
Génie Civil, Géologique et des Mines, 246 p.

[24] J.A.O.Barros, V.M.C.F.Cunha, A.F.Ribeiro et J.A.B.Antunes (2004), Post cracking


behaviour o f steel fib re reinforced concrète (RILEM Recommendation), RILEM TC 162-
TDF, pp.547-556.

86
[25] ASTM (2008), Standard test m ethod fo r flexu ra l perform ance o f fib e r reinforced
concrète (using beam with th ird p o in t loading), Comm ittee C 1609/C 1609M-07, pp.832-
840.

[26] S. Elavenil et C.M. Samuel Knight (2007),Behaviour o f steel fib re reinforced


concrète beams and plates under static load, Journal o f research in Science, com puting
and Engineering, Vol 4, No.3, pp. 11-28

[27] A.R.Khaloo et M.Afshari (2005), Flexural behaviour o f sm all steel fib re reinforced
concrète slabs. Department o f civil Engineering, Sharif University o f technology, Tehran,
Iran. Volume 27, Issue 1, pp.141-149

[28] D.H. Lim et B.H. Oh (1999), Expérimental a n d theoritical investigation on the shear
o f steel fib re reinforced concrète beams, Engineering Structures, Vol. 21, No. 10, pp.
937-944.

[29] F.Majdzadeh, S.M.Soleimani et N.Banthia (2006), Shear strength o f reinforced


concrète beams with a fib e r concrète mix, NRC Research Press, Vol. 33, pp. 726-734.

[30] A.Hassan, M.Kawakami, K.Niitani et T.Yoshioka (2002), A n expérim ental


investigation o f steel-free deck slabs. Department o f Civil and Environm ental
Engineering, Akita University, Tegata,Gakuen-cho, Akita 010-8502, Japan. Volume 29,
pp.831-841.

[31] Transport Québec (2008), M anuel de conception des structures, Québec,


Bibliothèque et archives nationales du Québec, octobre 2008, 360 p.

[32] Association canadienne de normalisation (2006), Code canadien su r le calcul des


ponts routiers, Mississauga, Canadian standards association, Novembre 2006, 809 p.

[33] H.Oh (1992), Flexural analysis o f reinforced concrète beams containing steel
fibers, ASCE Journal o f Structural Engineering, Vol. 118, N o 10, pp.2821-2836.

87
[34] R.N.Swamy, R. Jones et A.T.P.Chiam (1993), Influence o f steel fib ers on the
shear résistance o f light weiht concrète I-Beam, ACI Structural Journal, Vol. 90, No. 1,
pp. 103-114.

[35] RILEM TC 162-TDF (2003), Test and design methods fo r steel fib re reinforced
concrète, M aterial and structures, Vol. 36, October, pp. 560-567.

88

Vous aimerez peut-être aussi