Vous êtes sur la page 1sur 2

Fin du pétrole : l’urgence

Les géants du pétrole peuvent se frotter les mains.... A en croire une étude britannique récente, ce n’est pas
le biodiesel qui mettra fin à la toute-puissance du combustible d’origine fossile parmi les énergies utilisées
pour l’automobile.

Alors que presque les trois quarts des Français (73%) se rendent au travail en utilisant leur voiture, soit 18
millions de personnes selon une étude de l’Insee, et que les prix à la pompe ne cessent d’augmenter, il
devient pourtant urgent de trouver des solutions alternatives au pétrole, énergie responsable de surcroît de la
pollution de l’air.

Voilà des années qu’on nous parle pourtant de biocarburants, des voitures électriques, voire même des
moteurs à eau. Alors où en est-on de ces solutions alternatives ? Le point en images...

Les biocarburants : faux espoirs ?

Selon une étude publiée début janvier dans la revue scientifique Nature Climate Change, la production de
biocarburants ne serait pas qu’un danger pour la sécurité alimentaire mondiale : ces essences élaborées à
partir de colza, de tournesol ou de  maïs auraient également un impact négatif sur l’environnement.

En effet, la culture de ces végétaux favoriserait la libération d'isoprène, un composé chimique toxique s’il est
présent en grande quantité dans l’atmosphère. Selon les chercheurs de l’université Lancaster au Royaume-
Uni, à l’origine de l’étude, les décès en Europe pourraient augmenter de 6% si l’Union européenne tenait ces
objectifs de 10% de biocarburants dans les automobiles d’ici 2020...

Faire rouler sa voiture à l’huile de friture est toujours interdit...

Depuis 2003, l’Union  européenne reconnaît l’huile végétale pure, celle dont vous vous servez pour cuire les
frites, comme “carburant alternatif” au pétrole. En France pourtant, son usage est interdit, et pas pour les
motifs environnementaux développés précédemment.... En effet, ce carburant échappe à la Taxe Intérieure
sur les Produits Pétroliers (TIPP) ! Or, la loi prévoit une amende de 22 euros en plus du règlement des taxes
dues en cas de non-respect de cette interdiction. Seuls les pêcheurs et les agriculteurs peuvent s’en servir.
Mais les prix des carburants pourraient dans les prochaines années atteindre de tels sommets que payer
l’amende deviendrait rentable...

Toujours aussi peu de voitures électriques

A part si vous habitez à Paris où circulent les fameuses “autolib” en libre-service, il y a peu de chances que
vous ayez croisé une voiture électrique sur les routes de France. Il ne s’en est écoulé que 5 600 en France
l’an dernier malgré le bonus de 5000 euros pour l’achat d’un véhicule émettant moins de 50 g de CO2. En
cause principalement : les réticences à l’achat des automobilistes, freinés par le manque d’autonomie et le
prix... Les ventes devraient décoller dans le long-terme seulement. Selon le cabinet KPMG, les automobiles
électriques ne compteront environ que pour 15% des ventes annuelles mondiales en 2025...

La voiture à énergie solaire : encore des progrès à faire

On a tous en tête les courses de voitures à énergie solaire, dont le but n’est pas d’aller le plus vite mais le
plus loin possible. Ces drôles de bolides pourront-ils un jour trouver leur place sur les routes françaises ? Ce
n’est pas gagné....En effet, l’énergie solaire n’est pas suffisante pour faire rouler un véhicule. Les capteurs
doivent convertir en électricité cette puissance solaire, et ils n’en restituent qu’à peine 20%. Conséquence :
pour rouler 60 km, il faut recharger la voiture pendant 12 heures. Pas très pratique...

Et la voiture à air comprimé ?

En 2012, l’ingénieur Guy Nègre présentait sa toute dernière invention : la AirPod, une voiture propulsée à
air comprimé qui ne rejetterait dans l’atmosphère qu’un peu de vapeur d’eau. Problème : celle-ci ne dépasse
pas les 80 km/h en vitesse de pointe et son autonomie n’est que de 130 km. Il n’empêche... L’ancien salarié
de Renault rêve de la produire en série... Il n’est d’ailleurs pas le seul à y croire, puisqu’il a reçu des fonds
du motoriste indien Tata, qui se montre très intéressé par son innovation.

Le fantasme du moteur à eau


Mythe ou réalité ? Depuis plusieurs décennies, certains affirment que le moteur à eau a été mis au point et
pourrait fonctionner à la place des moteurs à essence dans les voitures du monde entier. Les partisans de la
théorie du complot expliquent même que, s’il n’est jamais devenu accessible au grand public, c’est que le
lobby pétrolier aurait tout fait pour l’empêcher de voir le jour... Il existerait en revanche des procédés
permettant d’améliorer la performance des moteurs en injectant de l’eau à l’essence. Mais ces derniers
abimeraient les moteurs, notamment en raison de la corrosion. En attendant, pendant que vous vous faîtes
votre propre idée sur cette supposée invention, les géants du pétrole, eux, continuent de régner sur
l’automobile...