Vous êtes sur la page 1sur 6

Métallurgie du soudage des aciers

P.ROGUIN

Étude de cas MA2

1. Déterminer la constitution de la zone fondue que l'on obtiendrait en utilisant un métal


d'apport de composition chimique identique à celle du métal de base.

Avec un métal de base X5CrNi18-10 (304), la constitution ZF que l'on obtiendrait en utilisant un
MA identique s'établit à partir des formules d'équivalent Cr et Ni de ESPY (puisque présence d'un
peu d'azote) :

Eq. Cr = %Cr + %Mo +1,5 × (%Si) + 0,5 × (%Nb) + 5 × (%V) + 3 × (%Al) = 18,35
Eq. Ni = %Ni + 30 × (%C) + 0,87 + 0,33 × (%Cu) + 30 × (%N – 0,045) = 13,1

 Placé sur le diagramme de SCHAEFFLER qui suit, la structure de la ZF est 100% austénitique.

2. Indiquer le (ou les) risques d'origine métallurgique que présenterait cet assemblage.

Les risques de l'assemblage dont le métal de base est austénitique sont :

– Fissuration à chaud
– Corrosion intergranulaire

3. Listez succinctement les causes et les facteur du (ou des) risque(s) encourus

Fissuration à chaud Corrosion intergranulaire


Facteurs – présence d'impuretés (S+P) – formation de Cr23C6 aux JdG
– structure 100% austénitique entre 500-900°C
– déformations de retrait – Appauvrissement de Cr aux
– paramètres de soudage (influent sur JdG donc localement en
la forme du bain, rapport l/h) surface
– Pas de couche protectrice Cr en
surface

Solutions – MA à faible teneur en Ni (<4%) – Stabilisation au Ti ou Nb (plus


– MA procurant 5 à 10% de ferrite δ carburigène que Cr qui piègent
qui dissout 4 fois plus de soufre. le C)
– MB à faible teneur en impuretés – utiliser MB à bas carbone (C<
(S+P+B < 0,015%) élaborés sous 0,03%)
vide. – refaire hypertrempe après
soudage

David PERRIN ESSA 79 p 1/6


4. Si le métal de base employé ne convient pas, choisissez une nuance qui conviendrait
parmi les métaux de base de remplacement proposés

On choisit une nouvelle nuance d’acier inoxydable avec des caractéristiques mécaniques permettant
de garantir au moins celle de la nuance X5CrNi18-10 :

– Rp0,2 = 210 MPa mini (20°C) et KV (20°C) = 60 J

La nuance X2CrNiN18-10 est bien appropriée :

– Rp0,2 = 270 MPa (20°C) et KV (20°C) = 60 J


– Cette nuance est à bas carbone C = 0,02% ce qui permet de s’affranchir des risques de
corrosion intergranulaire.
– Les niveau d’impuretés (S+P) sont bien plus bas que ceux de la nuance X5CrNi18-10, d’où
une sensibilité moins importante face à la fissuration à chaud.

 On choisi donc la 4ème nuance X2CrNiN18-10 que l'on conserve pour la suite de l'exercice.

Synthèse des MB potentiels

# Nuance Eq. Cr (%) Eq. Ni (%) Formule Risque Re et KV ?


1 X5CrNi18-10 18,35 13,1 ESPY FAC+CI MB Actuel
2 X2CrNi19-11 19,62 14,27 ESPY FAC+CI Insuffisants
3 X6CrNiNb18-10 17,95 12,62 ESPY FAC+CI Insuffisants
4 X2CrNiN18-10 19,05 14 ESPY FAC+CI Acceptable
5 X30Cr13 13 8,9 SCHAEFFLER FAF Non garanties
6 X6Cr17 19,2 2,2 SCHAEFFLER GG Non garanties

David PERRIN ESSA 79 p 2/6


Légende
– FAC : Fissuration à chaud
– CI : Corrosion intergranulaire
– FAF : Fissuration à froid
– GG : Grossissement de grain

5. Parmi les métaux d'apport disponibles, déterminez celui qui est le plus approprié pour
réaliser la première passe (passe de pénétration), sachant que le teneur en ferrite
maximal admissible en zone fondue est de 10%

Dilution en première passe

David PERRIN ESSA 79 p 3/6


Par dénombrement, on trouve une dilution D :

120
D= =0,49
1064,561

Soit environ D = 50 %

Choix du métal d'apport

– On élimine les nuances de métaux d’apport qui ne sont pas à « bas carbone » car on cherche
à limiter la sensibilisation à la corrosion intergranulaire : nuances 25-20 et 29-10 éliminés

– Les nuances de métaux d’apport ne permettant pas de garantir une énergie de rupture à la
flexion par choc de 60 J à 20°C ne sont pas adaptées à la réalisation de la sphère : nuances
20-8-3 et 18-17-5 éliminées.

Il reste alors les nuances 308L et 309L que l'on place sur le diagramme de SCHAEFFLER qui suit.
On recherche, avec D = 50% et ferrite < 10%, à obtenir Eq. Ni <15% et Eq. Cr < 25%. Soient :

David PERRIN ESSA 79 p 4/6


David PERRIN ESSA 79 p 5/6
La première passe effectuée avec un 309L donne une constitution de zone fondue composée de
moins de 10% de ferrite. Cependant, elle présente un risque de fragilisation par formation d’une
phase sigma lors d’un éventuel TTAS.

La première passe effectuée avec le 308L permet d’obtenir une zone fondue qui ne présente pas de
risque métallurgique. De plus, la zone fondue sera composée de moins de 10% de ferrite.

 On retient donc le métal d'apport 308L

Synthèse des MA potentiels

# Nuance Eq. Cr (%) Eq. Ni (%) Convient ?


A 25-20 28 26,5 Non, Carbone > 0,03%. Corrosion intergranulaire
B 309L 25 14 Non, formation de phase σ
C 308L 20 11,5 Oui, convient
D 29-10 31 17 Non , Carbone > 0,03%. Corrosion intergranulaire
E 20-8-3 24 10 Non, KCV < 60J
F 18-17-5 23 22 Non, aucun garantie de KCV

6. Donnez votre avis sur l'emploi de ce métal d'apport pour les passes suivantes
(remplissage) sachant que la dilution des passes de remplissage est comprise entre 0 et
20%

La dilution va réduire à chaque passe, la zone fondue sera donc de plus en plus proche de celle du
métal d’apport 308L. Ce métal présente une zone fondue avec moins de 10 % de ferrite.

 Il n’y a donc pas de contre-indications à l’emploi du 308L pour les passes de remplissage.

Rappel des compositions de MA et MB

David PERRIN ESSA 79 p 6/6