Vous êtes sur la page 1sur 38

LE MONDE INTERACTIF

a Dantec, Spinrad,
Coupland, Werber
et Ligny racontent
l’été 2050
www.lemonde.fr
57e ANNÉE – Nº 17554 – 7,50 F - 1,14 EURO FRANCE MÉTROPOLITAINE -- MERCREDI 4 JUILLET 2001 FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY – DIRECTEUR : JEAN-MARIE COLOMBANI

M. Chirac peut être


entendu comme Milosevic plaide « non coupable »
b L’ancien président yougoslave a comparu, pour la première fois, sans avocat, devant le Tribunal
« témoin assisté », de La Haye b Accusé de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité », il juge
estime le procureur « illégale » la justice internationale b Le TPI considère que Slobodan Milosevic plaide « non coupable »
de Paris PREMIER CHEF D’ÉTAT à être
jugé par la justice internationale,
l’ex-président yougoslave Slobodan
pour avoir, dit l’acte, « planifié, inci-
té à commettre, ordonné, commis ou
de toute autre manière aidé et encou-
DANS UN RAPPORT transmis, Milosevic a comparu, mardi 3 juillet ragé une campagne de terreur et de

D.R.
lundi 2 juillet, au parquet général en milieu de matinée, devant le Tri- violence dirigée contre des civils ».
de Paris, le procureur de Paris, bunal pénal international de Dans un entretien accordé au
Jean-Pierre Dintilhac, estime que La Haye. Costume sombre, cravate Monde, la procureur du TPI, Mme Car- DICTIONNAIRE INTIME
le président peut être entendu rayée, il a été présenté à 10 heu- la Del Ponte, explique qu’un deuxiè-
comme « témoin assisté » au sujet
du paiement en espèces de voya-
res GMT devant la troisième cham-
bre du TPI, présidée par un magis-
me acte d’accusation relatif à des cri-
mes perpétrés en Croatie et en Bos- Les mots
de Kundera
ges réalisés entre décembre 1992 trat britannique, Richard May. Celui- nie devrait être prêt dès octobre.
et mars 1995 par Jacques Chirac – ci a proposé à M. Milosevic de lui Elle considère qu’il devrait être joint
alors maire de Paris – et ses pro- lire l’acte d’accusation porté contre au premier et donner lieu à un uni-
ches pour une somme de 2,4 mil- lui et qui concerne son rôle lors du que procès.
lions de francs. conflit du Kosovo, pour la période Le juge a expliqué qu’il considère L’écrivain Milan Kundera, établi en Fran-
L’avis du procureur avait été sol- comprise entre janvier et juin 1999. que M. Milosevic plaide « non cou- ce depuis 1975, attache aux mots la
licité, le 22 juin, par les juges char- Visage fermé, le prévenu a refusé de pable ». Le TPI se réunira de nou- plus haute importance. Pierre Nora,
gés de l’enquête sur les lycées d’Île- répondre, lançant au juge May, en veau le 27 août. pour la revue Débats, lui avait demandé
de-France, qui estimaient cette anglais, un sec « C’est votre problè- Emprisonné depuis avril à Belgra-
un dictionnaire intime de ses mots-clés,
audition « nécessaire à la manifes- me ». Il a encore refusé de plaider de, M. Milosevic a été transféré jeu-
tation de la vérité ». « L’importance coupable ou non coupable, contes- di 28 juin à La Haye. Dans la capitale ses mots-problèmes, ses mots-amours.
des sommes en cause conduit à s’in- tant toute légitimité et toute légalité yougoslave, sa comparution devant Le Monde a demandé à Kundera, qui
terroger sur leur origine et sur leur au TPI : « Vous cherchez à vous justi- le TPI paraît susciter plus d’indiffé- refuse toute interview depuis 1986,
lien avec les faits dont nous sommes fier pour les actes de violence commis rence que de colère, rapporte notre d’ajouter quelques articles à ce diction-
saisis », écrivaient-ils. par l’OTAN » contre la Serbie, a-t-il envoyé spécial. naire. Il y est question de Rimbaud, Ein-
dit.
Lire page 32 Le prévenu est soupçonné d’avoir Lire pages 2 et 3
stein, Kafka, Garcia Marquez, Rushdie,
commis des « crimes de guerre » et de la foule, de blagues juives et du mau-
f www.lemonde.fr/chirac-affaires des « crimes contre l’humanité » f www.lemonde.fr/milosevic vais goût de l’Histoire. p. 12

M. Jospin et les choix Cérémonie, félicitations du maire, serpentins et cotillons pour les pacsés

DAN CHUNG/REUTERS
budgétaires SERPENTINS, cotillons, grains de riz, dis-
cours pour les pacsés : le maire du 9e arron-
dissement de Paris, Jacques Bravo (PS),
électoral, une telle célébration en mairie,
mais la mise en œuvre de ce projet n’est
annoncée que pour septembre prochain. A
sexe était sacrilège ! » Le gouvernement, rap-
pelle-t-elle, avait alors soigneusement tenu à
distinguer le pacs du mariage, symbolique-

a EN PLEINE ANNÉE électora-


le, le ralentissement économi-
que restreint les choix budgétaires
devait annoncer, mardi 2 juillet lors d’un con-
seil d’arrondissement, qu’il présiderait désor-
mais, en son hôtel de ville, les cérémonies de
l’annonce de l’initiative, les mairies des 2e et
4e arrondissements (respectivement Verte et
socialiste) se disaient prêtes à emboîter le
ment et fiscalement, et n’avait pas été totale-
ment insensible à l’écho rencontré par la péti-
tion de Michel Pinton, maire (UDF) de Felle-
du gouvernement pour 2002. signature de pacs. Une première révélée par pas. « Nous sommes pionniers, estime Jean tin (Creuse), qui avait mobilisé 12 000 maires
M. Jospin doit décider des dépen- Têtu.com, prolongement sur Internet du Durovray. Mais pourquoi pas, puisque le pacs contre la signature du pacs en mairie. WIMBLEDON
ses de chaque ministère avant le mensuel gay Têtu. Les jeunes pacsés pour- semble correspondre à un nouveau modèle de « La décision du maire du 9 e arrondisse-
14 juillet sous la surveillance du pré-
sident de la République, de la gau-
ront, après avoir signé leur pacte de vie com-
mune au tribunal d’instance, comme le pré-
vie pour tous ? » Et de rappeler que les cou-
ples hétérosexuels sont très nombreux à
ment montre qu’on a évolué sur l’éventualité
d’ouvrir le mariage aux homosexuels », note
Escudé
che plurielle et de Bruxelles. M. Chi-
rac demande une hausse du budget
voit la loi, recevoir les « chaleureuses félicita-
tions » du maire, en présence de leurs pro-
signer des pactes civils. « C’est vrai aussi que
le geste politique est assez fort en direction de
sobrement Caroline Fourest. L’accès des
homosexuels au mariage faisait partie des
face à Agassi
des armées. A gauche, le débat ches, ce que la signature au tribunal excluait la communauté homosexuelle… » revendications portées par la Gay Pride du Nicolas Escudé (photo) a éliminé l’un
s’est ouvert sur un soutien de la jusqu’alors. La célébration se déroulera dans Cette dernière apprécie, semble-t-il. Pour 23 juin, au nom de la disparition des derniè- des grands favoris de Wimbledon en
croissance par une augmentation un lieu hautement symbolique : la salle des Caroline Fourest, vice-présidente de l’asso- res discriminations dont gays et lesbiennes
des dépenses d’Etat. Certains récla- mariages. ciation Prochoix, membre de l’Observatoire s’estiment victimes. Le Collectif pour le
battant Lleyton Hewitt en huitièmes de
ment de renoncer aux baisses d’im- « Cette cérémonie nous semblait tout à fait du pacs, l’idée d’une cérémonie en mairie est pacs, qui réunit les associations d’« usa- finale, lundi 2 juillet. Il affronte Andre
pôts annoncées. Le ministre des normale, tant elle correspond à une demande « intéressante et sympathique : elle prouve gers » du pacs, lancera par ailleurs en sep- Agassi mercredi. Pete Sampras, tenant
finances, Laurent Fabius, veut limi- sociale », explique Jean Durovray, chef de que, depuis le vote du pacs, fin 1999, les esprits tembre un manifeste, « Pour un nouveau du titre, a perdu face au jeune Suisse
ter les hausses à 0,5 % en volume. cabinet du maire du 9e arrondissement. ont évolué. En localisant la signature du pacs mariage pour tous », appelant les hétéro- Roger Federer, 19 ans, en cinq sets très
« Pour tout dire, nous pensions même qu’elle au tribunal d’instance, le gouvernement vou- sexuels comme les homosexuels à une
Lire page 6 et notre éditorial page 15 se faisait déjà », ajoute-t-il dans un sourire. lait que celle-ci ressemble à la conclusion d’un réflexion sur cette institution.
disputés. Chez les dames, Nathalie Tau-
En fait, seul le maire du 3e, Pierre Aiden- contrat. Il y a encore trois ans, l’idée d’une célé- ziat s’est qualifiée sans problème pour
f www.lemonde.fr/ecomonde baum, avait envisagé, dans son programme bration en mairie pour un couple de même Pascale Krémer et Mathilde Mathieu les quarts de finale. p. 24

Les avions Les réfugiés nord-coréens


d’Elf Aquitaine
trahis par le HCR
ON NE PEUT que se réjouir de ces pauvres gens y sont l’objet de
l’heureux dénouement du drame sanctions parfois terribles (lire le
de la famille nord-coréenne réfu- récit d’un jeune réfugié dans Le
giée au siège du Haut-Commis- Monde du 15 mai). Cette fois, la
sariat aux réfugiés (HCR) à Pékin Chine a fléchi. Officiellement en
qui a finalement pu quitter la raison de l’« état de santé » de cer-
D.R.

Chine, vendredi 29 juin, et arriver tains membres de cette famille. En


en Corée du Sud via un pays tiers. réalité pour éviter une controver-
Mais, pour une famille sauvée, se qui aurait pu ternir son image CINÉMA
combien d’autres sont de pays candidat aux Jeux olym-
CHARLES PASQUA abandonnées par le HCR au sort
tragique réservé aux dizaines de
piques de 2008.
En refusant le statut de réfugiés
Shrek,
L’ANCIEN ministre de l’intérieur a
été mis en examen, lundi 2 juillet,
milliers de Nord-Coréens qui
fuient chaque année la famine et la
aux transfuges nord-coréens à sa
frontière, la Chine paralyse certes
l’anti-Disney
pour « recel d’abus de biens sociaux » répression en République populai- toute action internationale officiel-
Hilarante machine de guerre contre l’em-
pour avoir effectué de nombreux re démocratique de Corée le pour leur venir en aide. Mais le
voyages à bord d’avions du groupe Elf (RPDC) ? sort dramatique des réfugiés nord- pire Disney, Shrek, des studios Dream-
ou affrétés par lui. M. Pasqua a justifié En dépit du « geste » de Pékin, coréens n’est pas seulement dû à Works, pulvérise les conventions du conte
ces voyages par des « raisons d’Etat ». qui a laissé partir cette famille, le l’attitude de Pékin : il tient aussi à de fées avec son ogre pétomane, sa prin-
problème des réfugiés nord- l’attentisme dont fait preuve le
cesse roteuse et autre dragon nymphoma-
Lire page 9 coréens en Chine reste entier. L’af- HCR, qui, depuis des années, élude
faire de cette famille a mis en le problème et se dérobe à ses res- ne. Réalisé en images de synthèse, le film
f www.lemonde.fr/pasqua-affaires
lumière le refus des Chinois de ponsabilités pour ne pas encourir en tire d’étonnants résultats. p. 28
Allemagne, 3 DM ; Antilles-Guyane, 10 F ; Autriche, reconnaître le statut de réfugiés à les foudres de Pékin.
25 ATS ; Belgique, 48 FB ; Canada, 2,50 $ CAN ; Côte d'Ivoi-
re, 900 F CFA ; Danemark, 15 KRD ; Espagne, 250 PTA ; ces hommes, ces femmes et ces Dans la capitale chinoise, le f www.lemonde.fr/cinema
Gabon, 900 F CFA ; Grande-Bretagne, 1 £ ; Grèce, 500 DR ; enfants qui arrivent sur son territoi- HCR s’occupe des réfugiés vietna-
Irlande, 1,40 £ ; Italie, 3000 L ; Luxembourg, 46 FL ; Maroc,
10 DH ; Norvège, 14 KRN ; Pays-Bas, 3,30 FL ; Portugal re affamés et en prenant des ris- miens dans le sud du pays. Sa mis-
CON., 300 PTE ; Réunion, 10 F ; Sénégal, 900 F CFA ; International................ 2 Tableau de bord .......... 19
ques énormes. sion s’étend également, en théorie,
Suède, 16 KRS ; Suisse, 2,20 FS ; Tunisie, 1,4 Din ; USA France............................ 6 Aujourd’hui.................. 22
(NY), 2 $ ; USA (others), 2,50 $. Pour les Chinois, signataires de à ceux que l’on nomme pudique-
Société........................... 8 Météorologie............... 25
la convention de l’ONU sur les ment les « personnes déplacées »
Régions ......................... 10 Jeux................................ 25
M 0147 - 704 - 7,50 F - 1,14 E réfugiés mais soucieux de ne pas nord-coréennes.
Abonnements .............. 10 Culture .......................... 26
froisser Pyongyang, ces réfugiés

3:HJKLOH=UU\ZUV:?a@h@k@e@k;
Horizons ....................... 12 Guide culturel.............. 29
sont des « immigrants économi- Philippe Pons Entreprises................... 16 Carnet............................ 30
ques illégaux », qui doivent être
Communication........... 19 Radio-Télévision ......... 31
rapatriés. Réexpédiés en RPDC, Lire la suite page 15
2

INTERNATIONAL LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

BALKANS La procureur du Tribu- Slobodan Milosevic soit jugé au pour la Croatie et la Bosnie doit être tres » qui ont livré Milosevic ne font b À MOSCOU, le président russe,
nal pénal international, Carla Del cours du même procès pour ses res- achevé au plus tard le 1er octobre et guère recette. Seuls cinq mille mani- Vladimir Poutine, a critiqué le trans-
Ponte, dans l’entretien qu’elle a ponsabilités dans les crimes commis qu’il pourrait comporter l’accusation festants sont descendus dans les fèrement de Slobodan Milosevic au
accordé au Monde, à El Pais et au en Croatie et en Bosnie. Mme Del Pon- de « génocide ». b À BELGRADE, les rues de la capitale. La population TPIY, sans cacher son désaccord avec
Los Angeles Times, souhaite que te indique que l’acte d’accusation manifestations contre les « traî- aspire maintenant à tourner la page. Jacques Chirac sur le sujet.

A La Haye, Slobodan Milosevic estime que le TPI est « illégal »


Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, la procureur du Tribunal pénal international, Carla Del Ponte, annonce que l’ancien président de Yougoslavie
pourrait être accusé de génocide au terme de l’enquête sur ses responsabilités dans les crimes commis pendant les guerres de Croatie et de Bosnie
« VOUS venez d’amender l’ac- mettre d’acquérir de nouvelles sable de crimes commis en Bosnie, dé l’isolement de Milosevic des prêt dans peu de temps mais je ne
te d’accusation concernant Slo- preuves en ce sens. Mais il est pré- en Croatie et au Kosovo. Il me sem- autres détenus serbes et bosno- peux pas encore donner de date.
bodan Milosevic et le Kosovo, en maturé de le dire. En revanche, ble logique qu’il en réponde en une serbes ? – Qu’attendez-vous de la visite
y ajoutant quelques faits supplé- concernant les deux autres enquê- fois. Et notre système dicte aussi – J’estime qu’il faut tenir un du premier ministre de la Répu-
mentaires. L’enquête est-elle clo- tes, j’envisage une accusation cette attitude : un accusé doit être accusé à l’écart de toute possibilité blique serbe de Bosnie, mercredi
se, ou procéderez-vous à de nou- pour génocide. Mais ce n’est qu’au jugé en une fois de tous les crimes d’interférence avant une comparu- au tribunal ?
velles modifications ? terme des enquêtes que nous sau- dont il est accusé au moment de tion initiale. Même pour sa protec- – La République serbe doit
– Le système juridique du Tribu- rons si nous pouvons soutenir cet- son procès. Ce serait donc souhaita- tion personnelle. C’est une mesure apprendre à coopérer. Elle doit
nal pour l’ex-Yougoslavie est ainsi te accusation devant les juges. ble. Les coïnculpés de Milosevic que j’ai déjà demandée pour passer des paroles aux actes, parti-
fait qu’un acte d’accusation ne – Pourquoi pas de génocide au dans le dossier Kosovo ne seraient d’autres dans le passé, mais com- culièrement en ce qui concerne
gèle pas l’enquête. La récente Kosovo ? pas jugés en même temps. Nous me aucun journaliste ne m’avait l’arrestation des fugitifs, Karadzic
découverte de fosses communes à – Il me faut des preuves. Je ne les demanderons la disjonction des posé la question jusqu’à présent, et Mladic. Le vent doit tourner.
Belgrade n’est pas inclue dans l’ac- CARLA DEL PONTE ai pas. Les éléments typiques de ce affaires. Mais cela dépend aussi des cela ne se savait pas. – Et l’OTAN ?
te d’accusation ; elle y sera inté- crime doivent être tous prouvés. juges et de la défense de l’accusé. – Biljana Plavsic, l’ancienne – On attend aussi que l’OTAN se
grée, à condition bien sûr que – On parle d’une possible – Quand allez-vous publier l’ac- – Quel est votre programme, vice-présidente des Serbes de
nous ayons assez de preuves. L’ac- accusation de génocide pour te d’accusation sur la Bosnie et ici, à La Haye, avec l’accusé lui- Bosnie aux côtés de Radovan
te d’accusation pourrait donc de Milosevic. Celle-ci concernerait- la Croatie ? même ? Karadzic, s’est rendue au TPIY. « Je ne pense pas
nouveau être amendé. Quant à ce elle le Kosovo ou les inculpa- – J’ai demandé à mes enquê- – Conformément à nos règles de Collabore-t-elle à vos enquêtes ?
que vous appelez les “quelques tions que vous préparez sur les teurs d’être prêts pour le 1er octo- procédure, le procureur peut inter- - Elle répond à nos questions que le dossier Kosovo
faits nouveaux” qui ont été ajoutés, guerres en Croatie et en Bosnie- bre au plus tard. J’insiste sur cette roger l’accusé, et c’est ce que je depuis des semaines. Elle apporte
je vous rappelle que l’amende- Herzegovine ? date. Nous en discuterons en août voudrais faire. Il faut qu’il en soit sa contribution pour éclairer les aboutira
ment effectué le 29 juin ajoute – A ce stade de l’enquête, je ne ou en septembre. J’espère même d’accord. Il faut que les avocats faits. Son défenseur va présenter
cinq nouveaux épisodes, avec des pense pas que le dossier Kosovo que nous serons prêts avant. soient présents pendant les audi- une demande de mise en liberté à une accusation
cadavres identifiés, des disparus, aboutira à une accusation de géno- – Quel est votre objectif : un tions. C’est pourquoi je souhaite provisoire, dès que nous n’aurons
mille victimes en plus. J’estime cide. Mais les investigations ne seul procès ou plusieurs pour rencontrer M. Milosevic mardi, plus besoin de l’interroger. Si je de génocide. Mais
que c’était plus qu’approprié. Je sont pas encore terminées. En Milosevic, un procès pour lui après la comparution initiale. Les suis sûre que l’accusée se présente-
pense que le travail sur le Kosovo plus, le transfèrement de Milose- seul ou avec des co-inculpés ? auditions seront longues. ra chaque fois qu’elle sera convo- les investigations
sera terminé dans quelques mois. vic à La Haye pourrait nous per- - Selon moi, Milosevic est respon- – Pourquoi avez-vous deman- quée, et qu’elle se présentera à son
procès, bref, si nous obtenons des ne sont pas encore
garanties, j’accueillerai très proba-
terminées »
« Je considère que ce Tribunal est un faux tribunal » blement sa demande de façon posi-
tive. Mais ce sera au juge d’en déci-
der en dernier ressort.
SLOBODAN MILOSEVIC, qui comparais- Cette première audience avait pour objet, qu’il avait trente jours pour le faire. M. Milose- – Certains reprochent au Tribu- bouge ! Il faut des arrestations.
sait pour la première fois, mardi 3 juillet, conformément à la procédure en vigueur à La vic refusant de répondre à cette question, le nal d’être un instrument politi- J’espère que le transfert de Milose-
devant la troisième chambre du Tribunal Haye, de rappeler à l’accusé les charges qui président a considéré que son refus équivalait que, et remarquent qu’il n’y a vic donnera une nouvelle impul-
pénal international pour l’ex-Yougoslavie pèsent sur lui – l’accusation de crimes de à un plaidoyer de non culpabilité et a levé la toujours pas eu d’accusation con- sion à un processus qui s’est prati-
(TPIY) à La Haye, a exprimé son rejet de cette guerre et de crimes contre l’humanité pour séance, qui n’aura duré qu’une dizaine de tre des membres de l’UCK quement arrêté depuis un an.
justice internationale en refusant de se prêter ses responsabilités présumées dans des faits minutes. Il a annoncé qu’aurait lieu le 27 août (Armée de libération du Koso- – La femme de Milosevic, Mira
à la procédure prévue pour cette comparution qui se sont produits au Kosovo – de lui lire une « conférence de mise en état ». vo), alors que vous l’aviez annon- Markovic, veut rendre visite à
préliminaire et de répondre aux questions que intégralement, s’il le souhaitait, l’acte d’accu- L’ancien président yougoslave avait été ame- cé. son mari à La Haye. Ris-
lui posait le président de la chambre, le juge sation et de lui demander s’il voulait plaider né tôt le matin, depuis la prison de Schevenin- – Il n’y a rien de politique dans ce que-t-elle d’être arrêtée ?
britannique Richard May. coupable ou non coupable. gen située à quelques kilomètres, dans les tribunal. C’est l’environnement qui – La femme de Milosevic a le
Le juge, constatant que Slobodan Milosevic locaux du Tribunal. Vers 7 h 30 , les journalis- est politique. Nous avons besoin droit de le voir si elle n’interfère
avait décidé de se présenter sans l’assistance LA SÉANCE N’AURA DURÉ QUE DIX MINUTES tes, déjà présents en nombre autour du TPI, de l’appui et de l’aide des gouverne- pas dans l’enquête. Pour le reste,
d’aucun avocat, a d’abord rappelé au prévenu Le président de la chambre lui a donc avaient vu arriver un convoi de trois voitures ments pour nos enquêtes et pour n’attendez pas de moi de vous dire
qu’il pouvait encore changer d’avis et lui a demandé s’il souhaitait que le greffe fasse la aux vitres teintées, escortées de motards de la les arrestations. En ce qui concerne si elle fait l’objet d’un acte d’accu-
demandé s’il souhaitait le faire. « Je n’ai pas lecture de l’acte d’accusation. « C’est votre pro- police, toutes sirènes hurlantes. l’UCK, nous y travaillons depuis sation secret. Nous nous occupons
besoin de me faire représenter par un avocat blème », a lancé Slobodan Milosevic ; d’où les La veille, l’un des deux avocats de Belgrade des mois. Nous avions des difficul- de la responsabilité personnelle et
devant un organe illégal. Je considère que ce juges ont conclu qu’il ne le souhaitait pas. qui ont fait le voyage à La Haye, Zdenko tés pour avoir accès aux victimes. individuelle des personnes. C’est
Tribunal est un faux tribunal, que cet acte d’ac- Puis le juge Richard May a demandé au préve- Tomanovic, s’était entretenu pendant plus de Mais depuis quelques semaines, la tout ce que je peux dire. »
cusation est un faux acte d’accusation. Ce nu s’il entendait plaider coupable ou non cou- deux heures avec le détenu. Slobodan Milose- coopération avec la Serbie se
Tribunal est illégal », a rétorqué Slobodan pable, en prenant soin de lui rappeler qu’il vic lui avait fait savoir qu’il ne souhaitait pas déroule de façon magnifique. J’es- Propos recueillis par
Milosevic. n’était pas tenu de répondre sur le champ, d’avocat pour le représenter le lendemain. père que l’acte d’accusation sera Alain Franco

Les partisans de l’ancien président ont réuni à peine plus de 5 000 manifestants dans les rue de Belgrade
BELGRADE gieuse de Vidovdan et date emblé- Plus tard, pendant le transfert en M. Milosevic, qui aurait dit, ironi- dans le centre de Belgrade, empê- qu’il recevait témoignent du pro-
de notre envoyé spécial matique de l’histoire serbe, vers le hélicoptère, l’ex-président aurait que aux agents du gouvernement : chant une Love Parade. Tous les fond conflit entre générations que
L’échec est cuisant pour les der- Tribunal pénal international pour déclaré à l’envoyé du TPIY : « Je ne « Aujourd’hui, c’est Vidovdan. Féli- prétextes sont bons pour s’afficher vit la Serbie. Rares sont les jeunes
niers partisans de Slobodan Milose- l’ex-Yougoslavie (TPIY), les trois par- reconnais pas votre cour. » Un pro- citations, frères serbes, et au en gardien du conservatisme ser- Belgradois qui évoquent encore
vic. Alors que la Serbie a été plutôt tis fidèles à M. Milosevic ne parvien- che de la famille Milosevic nous a revoir ! » be. Ils ont pourchassé les gays et avec enthousiasme Vojislav Kostu-
nent guère, ces derniers jours, à réu- confié que, selon le récit fait par Depuis la chute de Slobodan lesbiennes dans les ruelles avoisi- nica et sa politique tournée vers
REPORTAGE nir plus de cinq mille manifestants. téléphone par M. Milosevic à sa Milosevic le 5 octobre 2000, ses par- nantes, les tabassant sévèrement. l’Eglise, l’armée et la défense de
La population est davantage femme après son arrivée à La tisans ne cessent d’affirmer qu’une Ce climat empoisonné est entre- valeurs conservatrices.
Dans la capitale serbe, intéressée par les détails du départ Haye, le gardien lui aurait, au coopération de la Serbie avec le Tri- tenu à chaque manifestation. L’ani- Une nuit de chansons et d’ivr-
c'est plutôt de Slobodan Milosevic de Belgra- contraire, menti en affirmant qu’il bunal pénal international amène- mateur du Parti radical fait siffler esse ne fait toutefois pas oublier à
de, publiés par la presse d’après était « emmené pour des examens rait « le peuple serbe dans la rue ». Il « le pédé Djindjic » et « les pédés, tout le monde le cœur de l’actuali-
le soulagement
des sources policières et pénitenti- médicaux à l’hôpital militaire ». n’en a rien été, loin de là. Les mili- les juifs et les espions de l’OTAN » té serbe. Et la jeune génération,
qui domine aires. Le gardien-chef de la prison tants du Parti socialiste de Serbie de – les pires insultes en Serbie – du qui paraît au premier abord indiffé-
aurait annoncé au prisonnier : MENACES DE VENGEANCE M. Milosevic et de la Gauche you- gouvernement. rente à la politique, à la guerre et à
« Vous devez partir. » M. Milose- Il confirme en revanche les goslave de son épouse, Mira Marko- Pourtant, dans la capitale serbe, la justice, sait qu’elle devra porter
choquée par son transfèrement à La vic : « Où ? » Le gardien : « A La récits de la presse belgradoise sur vic, sont presque invisibles. Les c’est plutôt le soulagement qui le fardeau encore longtemps.
Haye, un 28 juin, jour de la fête reli- Haye.» M. Milosevic : « Déjà ? » la référence à Vidovdan faite par manifestations sont animées par le domine, que l’on soit pour ou con- « Qui peut croire que notre
Parti radical serbe de Vojislav tre la justice internationale. Les “révolution” suffit à effacer les cri-
Seselj, qui se réclame de la tradition gens, lassés d’une décennie d’isole- mes ? Qui peut croire que le trans-
tchetnik, du nom des nationalistes ment, ont l’impression que le far- fèrement de Milosevic [à La Haye]
royalistes de la seconde guerre mon- deau Milosevic pèse moins lourd est l’unique prix à payer pour tant
diale. sur leurs épaules. Certes, nul ne d’horreur ? Personne, sauf ceux qui
« Dans l’histoire glorieuse de la Ser- songe à la recherche de la vérité se mentent à eux-mêmes dit Sasa,
bie, nous n’avons jamais vu autant de sur la guerre, et encore moins à un une étudiante en droit. Il va falloir
traîtres ! », répète le « comman- mea culpa pour les crimes perpé- accepter la réalité. J’en ai peur
dant » Seselj lors des manifesta- trés au nom du peuple serbe. Le d’avance. Pour ces dix années de cri-
tions, critiquant le président Vojis- sentiment dominant est, au con- mes, il va falloir regarder pendant
lav Kostunica, pourtant opposé à traire, orienté vers un oubli de vingt ans les exhumations de char-
l’extradition de M. Milosevic, et le l’ère Milosevic. Les Serbes ont vrai- niers et les procès. Il va falloir avoir
premier ministre, Zoran Djindjic, ment envie de tourner la page. honte. Et trouver une façon de
qui en fut le maître d’œuvre. Il répondre un jour aux questions de
appelle « l’armée et la police à refu- CONFLIT DE GÉNÉRATIONS nos enfants. »
ser de livrer ses héros » et fait le ser- L’événement du weed-end à Bel- « Ne nous prenez pas pour des
ment que « les traîtres seront renver- grade, davantage que les discours crétins, renchérit Zoran, son fian-
sés ». Puis il laisse la foule réclamer de Vojislav Seselj, fut le concert de cé, étudiant en économie. Nous, les
la mise à mort du chef du gouverne- Zdravko Colic, un chanteur ex-you- moins de trente-cinq ans, qui regar-
ment. « Tuons Djindjic ! Tuons Djind- goslave qui n’a jamais frayé avec dons les chaînes de télévision étran-
jic ! », « Rien n’arrêtera notre colè- aucun nationalisme, devant près gères et qui avons eu des copains
re ! », promet Vojislav Seselj. de cent mille personnes. Le specta- engagés dans l’armée, nous avons
Au-delà des cris de haine de la cle a débuté par la vieille chanson toujours su que Milosevic était un
rue, la police prend au sérieux Avril à Belgrade, en clin d’œil à l’ar- criminel de guerre et que nos sol-
l’éventualité de vengeances. Les restation de M. Milosevic le dats tuaient des gens partout en
familles de Zoran Djindjic et des 1er avril, Zdravko Colic insistant ex-Yougoslavie. Mais l’admettre,
ministres pro-TPIY ont été placées sur le refrain qui dit : « Je ne suis c’est se couper de nos familles, de
sous haute protection. Certains de plus là. » Zoran Djindjic était pré- nos amis nationalistes, de la société
leurs enfants seraient l’objet de sent avec sa fille, il a bu des bières de Serbie. L’admettre, c’est devenir
menaces d’assassinats. en dansant, et des centaines de jeu- fou, putain de merde ! On préfère
Des partisans de Vojislav Seselj, nes Belgradois lui ont réclamé des ne pas y penser, voire le nier. Ne
alliés aux supporters des clubs de autographes. Si la présence du pre- nous jugez pas, la vie est juste un
football et aux jeunes chrétiens mier ministre tenait sans doute peu plus facile ainsi. »
orthodoxes, ont par ailleurs provo- aussi du coup médiatique, les ges-
qué samedi une bataille rangée tes et paroles d’encouragement Rémy Ourdan
INTERNATIONAL LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 / 3

Inquiétudes franco-russes sur les équilibres L’avenir de l’Europe


stratégiques internationaux en débat dans les régions
Une déclaration conjointe a été rendue publique à Moscou Nantes a été le point de départ d’une tentative de rapprochement entre
Au deuxième jour de sa visite en Russie, Jacques Chirac giques internationaux ». Les deux dirigeants expri- la population et des institutions européennes jugées lointaines et incompréhensibles
s’est associé au président russe, Vladimir Poutine, pour maient ainsi une inquiétude commune face au projet
appeler, lundi 2 juillet, à « garantir les équilibres straté- de bouclier antimissile américain. L’expérience pédagogique doit se poursuivre partout en France
MOSCOU commune donnée à la fin des tiels : donner un nouveau souffle NANTES tions européennes de 2004, afin de raux à venir faire part de leurs crain-
de notre envoyé spécial entretiens officiels au Kremlin, aux relations franco-russes et contri- de notre envoyé spécial rapprocher les députés européens tes et de leurs attentes.
Après quelques hésitations, la qu’il appartenait à la Russie et aux buer à la « formation d’un monde Nantes, capitale des Pays de la de leurs électeurs. Mouvement européen, carrefour
France s’est décidée à s’associer à Etats-Unis de dire s’ils veulent ou multipolaire », terme qu’il a utilisé à Loire, a servi de rampe de lance- Ces consultations devaient se rural européen, euro-infos centre :
la Russie pour appeler à « garantir non modifier le traité ABM de plusieurs reprises. A côté de lui, ment, lundi 2 juillet, en France au poursuivre avec deux nouveaux les associations déjà sensibilisées
les équilibres stratégiques internatio- 1972. Mais il a ajouté que l’« on ne M. Poutine a donné une illustration débat sur l’avenir de l’Europe rendez-vous, le 3 juillet à Clermont- se sont mobilisées. Le monde uni-
naux » que les projets de Washing- devait pas substituer à un système éclatante de son tempérament. auquel la société civile européenne Ferrand et le 9 à Châlons-en-Cham- versitaire se montre également très
ton risquent de remettre en cause. contraignant dans le bon sens du ter- Disert, dominant bien son sujet et est conviée cette année. Ces consul- pagne. D’ici l’automne, des forums présent. Dans les milieux syndi-
Ni le bouclier spatial que veulent me un système qui ne serait pas con- s’exprimant en termes précis, il peut tations ont été décidées au sommet se tiendront dans toutes les régions caux, l’adhésion est moins éviden-
mettre en place les Etats-Unis ni le traignant et, par conséquent, ouvri- aussi laisser libre cours à des accès de Nice, en décembre. Faute de s’y de France et les DOM. Un groupe te. Si la CGT, la CFTC, les syndicats
traité ABM sur la limitation des rait la porte à tous les dangers. » de violence froide. Le langage se fait être entendus sur une refonte subs- de dix personnalités présidé par agricoles étaient représentés à Nan-
armements stratégiques qui serait De son côté, Vladimir Poutine, alors extrêmement dur, le vocabulai- tantielle des institutions européen- Guy Braibant, négociateur français tes, le secrétaire départemental de
ainsi compromis ne sont nommé- qui a lui aussi noté que le traité con- re devient celui de la propagande et nes, les Quinze se sont donné qua- lors des discussions sur la Charte Force ouvrière, Patrick Hébert,
ment mentionnés dans la « déclara- cernait « formellement la Russie et le raisonnement apparaît herméti- tre ans, d’ici à 2004, pour parvenir à des droits fondamentaux euro- n’avait pas vu l’intérêt de s’associer
tion conjointe » rendue publique, les Etats-Unis », a déclaré : « Nous que à toute contestation. une redéfinition du projet euro- à ce « simulacre de démocratie ».
lundi 2 juillet, à l’occasion de la visi- ne voulons pas monopoliser ce qui Ainsi, au sujet du transfèrement péen pour prendre en compte l’élar- « On veut faire croire aux citoyens
te de Jacques Chirac à Moscou. touche à ce traité dont dépend l’ave- de Slobodan Milosevic à La Haye, gissement aux pays de l’Est. Pour De très nombreux qu’ils peuvent influencer les déci-
Une inquiétude commune face au nir de l’humanité. » Il a profité de M. Chirac a expliqué que, pour sa les capitales européennes, qui doi- sions, alors que celles-ci sont prises
projet de Washington est très claire- l’occasion pour « saluer la volonté part, il avait fait, à l’égard de la Ser- vent décider en décembre au som- sites de discussion par les dirigeants. Dès lors que l’on
ment exprimée. « Les instruments des Etats-Unis de réduire les arme- bie de l’ex-dictateur, le « choix de met de Laeken, en Belgique, de la s’en réfère au peuple, on ne tient pas
de ces équilibres (stratégiques inter- ments stratégiques offensifs » : Wash- la fermeté », sa prochaine compa- méthode à suivre dans cette nou- ont été ouverts compte de ses choix s’ils sont contrai-
rution devant la justice étant un velle négociation, il s’agit d’ici là de res aux intérêts des gouverne-
« moment particulier », la « victoire tester la manière dont le public réa- sur l’Internet ments », assène-t-il, en référence à
La radio Echo de Moscou menacée du droit sur la tyrannie et un espoir girait à une sorte de processus cons- l’Irlande.
pour la justice ». M. Poutine a aus- titutionnel. par les formations Parallèlement à ces forums, de
Jacques Chirac a plaidé, lundi 2 juillet, à Moscou en faveur de « la sitôt répliqué qu’après ce transfère- Le non des Irlandais, lors du réfé- très nombreux sites de discussion
consolidation » de la démocratie et du respect des « libertés essentiel- ment, l’ex-Yougoslavie et son pré- rendum sur la ratification du traité politiques à Bruxelles ont été ouverts sur l’Internet tant
les » en Russie, « au premier rang desquelles la liberté de s’exprimer et sident étaient « déstabilisés », le inachevé de Nice, a confirmé qu’il par les institutions et les forma-
d’être informé ». Le président français s’exprimait lors d’une rencon- pays « au bord d’un nouvel effon- devenait de plus en plus dange- tions politiques européennes, à
tre avec des étudiants russes à l’université Lomonossov. drement » et qu’au lieu de « faire reux pour les gouvernements de péens, est chargé d’en tirer des pro- Bruxelles, que dans les pays mem-
Le parquet russe a saisi, le même jour, 14 % des actions de la radio entrer un éléphant dans un magasin rester enfermés dans une logique positions qui seront soumises aux bres. Le principal de ces sites en
privée Echo de Moscou. Ce paquet devait être cédé aux journalistes de porcelaine », on aurait mieux de marchandage diplomatique de autorités françaises avant le som- France est géré par Source d’Eu-
de la radio comme garantie de son indépendance, après la prise du fait d’agir « de manière civilisée ». plus en plus obscure. Cette frustra- met de Laeken. rope, en collaboration avec le minis-
contrôle du groupe Média-Most (auquel appartient Echo de Moscou) Alors que la conférence de presse tion à l’égard d’une Union perçue La préparation dans les régions a tère aux affaires européennes et le
par le géant gazier Gazprom, contrôlé par l’Etat. L’association Repor- allait s’achever sans qu’ait été à un comme trop lointaine et incompré- été tâtonnante. Dans les trois pre- groupe de M. Braibant, qui dispose
ters sans frontière a qualifié cette mesure de « prise de contrôle pure seul moment prononcé le nom de la hensible s’est reflétée à Nantes mières à réagir, Pays de la Loire, d’experts pour analyser les contri-
et simple par l’Etat des médias indépendants les plus influents en Rus- Tchétchénie, il fut demandé à dans les interventions d’une salle Auvergne, Champagne-Ardenne, butions. La présidence de la Répu-
sie ». Marquant son soutien à cette radio menacée de passer sous con- M. Chirac si ce silence, de la part plutôt favorable à plus d’Europe. des réunions préparatoires ont per- blique a le sien. Et l’Assemblée
trôle étatique, M. Chirac a accordé, mardi matin, une interview en d’un pays qui avait pris des posi- Le ministre français des affaires mis de dégager les thèmes à débat- nationale, qui organise à l’automne
direct à Echo de Moscou. – (AFP, Reuters.) tions assez fermes sur ce sujet, signi- européennes, Pierre Moscovici, tre. A Nantes, le secrétariat général des Assises sur l’avenir de l’Europe,
fiait que la France s’était désormais qui coordonne ces consultations, aux affaires régionales avait a mis en ligne un questionnaire très
résignée à n’avoir plus aucun espoir en a conclu que tout accord réalisé accueilli au cours de trois matinées précis.
nationaux) existent actuellement. ington vient d’annoncer des mesu- d’exercer une influence sur le com- pour doter l’Europe d’une future toutes les personnes qui souhai-
Pour mieux prendre en compte le res unilatérales dans ce domaine. portement russe. Une scène assez Constitution « devra être ratifié taient s’exprimer sur la question Henri de Bresson
nouveau contexte stratégique, et Mais il a ajouté que cette réduction étrange a alors eu lieu. Souriant, par le peuple » sous forme d’un européenne. Les préfectures ont (avec Caroline Garcia
notamment l’émergence de la multi- devait être « contrôlée ». M. Chirac, à qui la question était clai- référendum. Il a réaffirmé sa con- convié associations, syndicats, et Aurore Gorius)
polarité, il faudrait veiller à ce qu’ils rement destinée, a laissé la parole à viction qu’il y aurait une refonte représentants de grandes entrepri-
ne soient pas remplacés par un systè- VISITE À BORIS ELTSINE M. Poutine, qui souligna qu’au du mode de scrutin pour les élec- ses, de mairies ou de conseils géné- f www.lemonde.fr/ue
me non contraignant qui ouvrirait la Pour le reste, la conférence de cours de leurs entretiens le prési-
voie à de nouvelles compétitions. » presse, précédée de la signature de dent français avait « abordé le pre-
Le style un peu contourné d’une deux accords sur les routes aérien- mier le sujet ». M. Poutine s’est alors ,

spécial été
déclaration décrite, côté français
bien sûr, comme « parfaitement
française d’esprit », montre aussi
nes et la coopération aéronautique
spatiale, a été l’occasion pour
M. Chirac et M. Poutine d’échan-
lancé dans un développement atten-
du sur les « mercenaires étrangers, la
plupart du temps chargés d’héroï-
DÉCOUVREZ LE NOUVEAU MENSUEL
que la mise au point n’a pas été ger quelques amabilités tout en ne », avec lesquels jamais la Russie
sans mal. Les Russes ont d’abord conservant une certaine mesure. Le n’accepterait de négocier. Il a ajouté
proposé un texte rédigé « dans un président français, qui devait ren- que les observateurs de l’OSCE
langage qu’ils n’utilisent même plus dre le lendemain une « visite de (Organisation pour la sécurité et la
dans leurs dialogues avec les Améri- courtoisie » à Boris Eltsine, a souli- coopération en Europe) pouvaient
cains », explique pour sa part un gné qu’il avait été reçu avec « beau- se rendre sur place à présent. M. Chi-
haut responsable de la diplomatie coup de chaleur et d’amitié ». rac, après avoir curieusement expli-
française. Autrement dit, les Fran- M. Poutine a, de son côté, déclaré à qué qu’il « n’avait pas entendu la
çais ont voulu éviter d’être seule- propos des longues heures de question », a simplement ajouté que
ment utilisés comme une sorte tête-à-tête, la veille, avec M. Chi- la France estimait « indispensable »
d’arrière-garde dans une déclara- rac, que le chef de l’Etat français que ce problème soit réglé « dans la
tion russo-américaine dont les était un « homme très agréable et de mesure du possible de manière politi-
aboutissements n’apparaissent grande culture » ainsi qu’un « lob- que ». Pas un mot de plus.
pas toujours très clairement. Y byiste énergique des intérêts de l’éco-
sont-ils parvenus ? M. Chirac a, en nomie française et européenne ». Jan Krauze
tout cas, pris soin de souligner, au Sur le fond, M. Chirac a fait valoir
cours de la conférence de presse que sa visiste a deux objectifs essen- f www.lemonde.fr/russie

Visite à Samara, « vitrine » d’une Russie tournée vers l’Occident


MOSCOU on continue, dans ce pays, à penser construire le socia-
de notre correspondant lisme. J’en fais mon slogan et le peuple me suit », dit
On vit à peine mieux dans l’oblast de Samara que fièrement Constantin Titov. Après avoir soutenu la
dans le reste du pays. Mais cette région de 3,3 mil- thérapie de choc d’Egor Gaïdar au début des années
lions d’habitants, où Jacques Chirac devait se rendre, 1990, le gouverneur est aujourd’hui fâché avec les
mardi 3 juillet, pour y visiter une usine spatiale et le libéraux du petit parti de l’Union des forces de droi-
consortium euro-russe Starcem, est présentée com- te. « Ce sont des radicaux, des doctrinaires, dit-il ;
me une vitrine de la Russie. Riche ville sur les bords moi, je suis pour un libéralisme social qui prenne en
de la Volga, Samara reçoit régulièrement les responsa- compte l’état réel de ce pays et la nécessité de protéger
bles étrangers désireux de voir un peu du « pays sa population. »
réel », hors de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Le
vice-premier ministre chinois avait, en décembre « IL FAUT TOUT REVOIR »
2000, effectué lui aussi le voyage. Décrit par ses anciens partenaires comme autori-
Samara serait à la pointe et tout, en matière écono- taire, individualiste et toujours prompt à casser ses
mique et politique, serait là plus facile, plus « nor- alliances politiques, M. Titov a été candidat à l’élec-
mal ». Cela tient en partie à la personnalité du gouver- tion présidentielle en mars 2000. Son échec cuisant
neur de région, Constantin Titov, nommé par Boris (1,47 % des voix) l’a renvoyé dans sa région et privé
Eltsine en 1991, puis élu et réélu. A 56 ans, M. Titov, du destin national dont il rêvait. M. Titov symbolise
après une longue carrière dans le Komsomol (jeunes- bien cette catégorie de dirigeants russes, dont les
ses communistes) et une formation d’ingénieur aéro- engagements réformateurs et démocratiques ne peu-
nautique et d’économiste, veut incarner la réforme, vent guère être mis en cause, mais qui ne sont pas en
une Russie capitaliste et tournée vers l’Occident, vers mesure de percer au niveau national ou de dessiner
« le modèle européen plutôt qu’américain », dit-il. ce qui pourrait être une alternative au régime de Vla-
Dure tâche dans une région où l’industrie lourde dimir Poutine.
domine – automobile, gaz, pétrole, chimie – et où les
« directeurs rouges » et les groupes mafieux ont long-
« Je pense que Poutine veut sincèrement construire
un Etat démocratique », dit le gouverneur, qui criti-
Plus des jeux, des tests
temps tenu les principaux leviers. M. Titov a néan-
moins engagé des réformes qui ont sans doute pu
éviter l’effondrement industriel constaté ailleurs dans
que dans le même temps « la verticale du pouvoir »
voulue par le président russe, demande « plus d’ordre
mais aussi plus d’autonomie pour les régions » et
et une nouvelle de Modiano
le pays. Ses lois régionales sont en avance de plu- dénonce la toute-puissance de l’appareil d’Etat. « Les
sieurs années, comme celle sur la terre qui autorise la réformes sont bloquées par la bureaucratie : c’est le mal
privatisation et les ventes de terres agricoles, une traditionnel de la Russie. La situation du pays n’est pas

20 F
réforme que Vladimir Poutine a décidé de repousser bonne, et, dans de telles conditions, seuls les idiots peu-
au niveau fédéral. Le processus de privatisation a été, vent investir », ajoute-t-il. M. Titov donne « un ou
à Samara, moins scandaleux qu’ailleurs ; des mécanis- deux ans » à Vladimir Poutine pour faire la démons-
mes d’aide aux petites et moyennes entreprises se tration de ses intentions réformatrices. « Il faut tout P R I X C B N E W S D U M E I L L E U R
révèlent efficaces ; le système bancaire régional y est revoir », assure ce gouverneur, aujourd’hui bien isolé
plus sain, les investisseurs étrangers mieux traités dans le paysage politique russe. L A N C E M E N T P R E S S E D E L’ A N N É E
que dans le reste de la Russie.
« Je revendique de construire le capitalisme quand François Bonnet
4 / LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 INTERNATIONAL

Faute d’accord sur des sanctions « intelligentes », Le procès des Khmers rouges
l’ONU prolonge son programme humanitaire en Irak n’en finit pas de se préparer
L’opposition de la Russie fait échouer un compromis élaboré par les Occidentaux et approuvé par la Chine Le dialogue entre Phnom Penh et l’ONU pour mettre
Faute d’un accord entre ses cinq membres perma- des Nations unies devait se contenter, mardi désormais cavalier seul alors que la Chine s’est sur pied un tribunal « à caractère international »
nents sur les sanctions dites « intelligentes » qui 3 juillet, de reconduire le programme « Pétrole ralliée pour la première fois aux Occidentaux, a
seraient imposées à l’Irak, le Conseil de sécurité contre nourriture ». De fait, la Russie, qui fait menacé de mettre son veto. passe par des hauts et des bas depuis cinq ans
NEW YORK (Nations unies) résolution présenté au Conseil est grandes puissances sur la liste des changement d’attitude « inatten- PHNOM PENH sur la compétence, l’honnêteté et
de notre correspondante jugé « trop ambitieux ». produits interdits peut être consi- du » de la Chine, qui auparavant de notre envoyé spécial l’indépendance de la justice cam-
Pour la première fois depuis le Le texte russe, qui demande la dérée comme un énorme progrès, s’était toujours ralliée aux posi- Trois ans après la mort de Pol bodgienne. Un autre concerne
début des négociations sur l’allége- suspension des sanctions économi- mais il ne suffit pas. Les Pays-Bas, tions russes, serait dû à un accord Pot, les collaborateurs encore en d’éventuelles poursuites contre des
ment des sanctions économiques ques contre Bagdad, en échange membre non permanent du « pragmatique » entre Pékin et vie de l’ancien tyran, à deux excep- hommes comme Ieng Sary, qui ont
en vigueur contre l’Irak, quatre des du simple « déploiement » des ins- Conseil, ont proposé que soit inclu- Washington : les Etats-Unis ont en tions près, coulent des jours tran- bénéficié, en 1996, d’un pardon
cinq grandes puissances membres pecteurs en désarmement dans ce se dans le texte la reprise des inves- effet accepté de débloquer, au sein quilles. Nuon Chea, l’ancien « frère royal même si ce dernier ne préjuge
permanents du Conseil de sécurité pays, n’est acceptable par aucun tissements en Irak. Cette proposi- du Comité des sanctions, des con- numéro deux » d’un régime respon- pas de leur traduction devant une
de l’ONU ont trouvé un accord sur des pays membres du Conseil. En tion, soutenue par Paris et qui per- trats chinois de vente de produits sable de la mort, de 1975 à 1979, juridiction internationale.
les grandes lignes des sanctions brandissant la menace d’opposer mettrait à l’économie irakienne de à l’Irak d’un montant de 90 mil- d’un à deux millions de Cambod- A l’heure actuelle, la création du
dites « intelligentes ». Le principe son veto, Moscou a néanmoins redémarrer, fera l’objet de négocia- lions de dollars. « En échange », giens, s’est réfugié à Païlin, un dis- tribunal fait l’objet d’un projet de
de ces sanctions se résume ainsi : réussi, lundi 2 juillet, à bloquer la tions avec Washington et Londres Pékin a approuvé la liste. trict frontalier de la Thaïlande géré loi, amendé pour respecter la Consti-
l’Irak sera autorisé à importer tous mise aux voix de la résolution bri- dans les semaines à venir. De passage à New York jeudi, par d’anciens Khmers rouges. Il ne tution cambodgienne, qui doit être
les produits dont il a besoin – hor- tannique. Ainsi, dans « l’intérêt de La France propose aussi des Riyad El Qaïsi, vice-ministre ira- renie pratiquement rien. Khieu Sam- voté par l’Assemblée nationale et le
mis un certain nombre considérés l’unité du Conseil », il a été conve- mesures permettant la reprise du kien des affaires étrangères, a par- phan, qui fut la « bouche » de Pol Sénat, puis déclaré conforme par le
à « double usage » civil et militaire nu de renouveler, mardi, par une trafic aérien à destination et en ticipé à un débat public sur l’Irak. Pot et son préposé aux relations Conseil constitutionnel avant d’être
– alors que depuis la mise en place, résolution purement technique et provenance de l’Irak. Paris deman- Lors d’une intervention de plus de extérieures, s’est installé non loin signé par le roi Norodom Sihanouk.
en 1996, du programme humanitai- pour une période de cinq mois, le de en outre que soit débloquée la deux heures et demie, il a réitéré de là. Ils se sont placés sous la pro- Cette procédure devrait aboutir
re de l’ONU « Pétrole contre nour- programme humanitaire. somme de 600 millions d’euros, une litanie de griefs contre Wash- tection de Ieng Sary, ancien fin août, a estimé Hun Sen. Le pre-
riture », Bagdad n’est autorisé à tous les six mois, pour des dépen- ington et Londres, et accusé le « numéro trois » khmer rouge, qui mier ministre cambodgien s’est
importer que quelques produits de PROGRÈS INSUFFISANT ses locales en Irak et surtout pour bureau de l’ONU chargé du pro- fait la navette entre Païlin et emporté à la suite d’une déclaration
première nécessité. Cette décision a l’avantage de la remise en état de l’industrie gramme humanitaire de dépenses Phnom Penh. de Peter Leuprecht, envoyé spécial
Depuis vendredi, les Etats-Unis, permettre la reprise des exporta- pétrolière du pays. Selon des diplo- inutiles au détriment du peuple ira- Ieng Sary et Pol Pot avaient épou- de Kofi Annan, qui a affirmé, le
la Grande-Bretagne, la France et la tions de pétrole irakien suspen- mates, ces propositions, qui bénéfi- kien. Il s’est en particulier indigné sé deux sœurs, Khieu Thirith et 28 juin, à l’issue d’un séjour au Cam-
Chine se sont mis d’accord sur une dues par Bagdad depuis le 4 juin. cient de l’accord de la plupart des du fait que le coût de la nourriture Khieu Ponnary, et les deux couples bodge, qu’une fois la loi promul-
liste de douze pages de produits Le Koweït la soutient avec enthou- pays membres du Conseil, peu- de chaque chien renifleur de la formaient ce que l’on a appelé la guée, « il devra y avoir des négocia-
interdits. Cet accord est le fruit siasme parce que, comme le souli- vent, si Moscou s’y prête, être commission du désarmement est « bande (cambodgienne) des Qua- tions supplémentaires entre le gouver-
d’un compromis, piloté par la Fran- gne un diplomate, l’émirat est « le acceptées par Washington, le de 1 200 dollars par mois, alors tre », en référence à la fraction diri- nement cambodgien et l’ONU ». « Je
ce, entre la liste de quelque trente principal bénéficiaire » de la repri- département d’Etat, sous la direc- que l’ONU ne consacre que geante constituée autour de Jiang veux dire à l’ONU de rester tranquille,
pages présentée par Londres et se des exportations du pétrole ira- tion du général Colin Powell, se 120 dollars par mois à l’alimenta- Qing, veuve de Mao, qui sévit en de la boucler et de laisser le Cambod-
Washington et celle, de sept pages, kien, dans la mesure où il perçoit, montrant « assez flexible ». tion de chaque Irakien. Chine à la fin des années 1960. Les ge travailler sur cette question », a
introduite par Paris. La décision de à titre de compensations, entre Quant aux objections russes, deux sœurs, connues pour leur rétorqué Hun Sen, qui semble exclu-
Pékin de se joindre aux Occiden- 2 et 3 milliards de dollars par an de disent les diplomates, elles doivent Afsané Bassir Pour dureté, occupent aujourd’hui dans re toute nouvelle négociation.
taux isole, pour la première fois, la la vente du pétrole irakien. être réglées « au plus haut niveau » la capitale une propriété de Ieng
Russie, dont le propre projet de L’accord entre quatre des cinq entre Moscou et Washington. Le f www.lemonde.fr/irak Sary, lequel s’est rallié en 1996 au « PERSONNE N’EN VEUT »
gouvernement royal. Un autre ral- Sur le fond, l’élite politique cam-
lié, Ke Pauk, ancien commandant bodgienne, toutes factions compri-

Six morts en vingt-quatre heures dans des violences israélo-palestiniennes de région khmer rouge et responsa-
ble présumé de sanglantes répres-
sions, a été intégré dans l’armée
ses, ne se préoccupe guère d’un pro-
cès qui risquerait de remuer trop de
boue. « Personne n’en veut », résu-
LES VIOLENCES entre Israël et la rive ouest du Jourdain. La victi- lien, Ariel Sharon, a réuni le « cabi- Le calendrier établi par le secré- royale avec le rang de général. me un diplomate occidental. La tra-
les Palestiniens, qui ont fait six me a été tuée du côté israélien. net de sécurité » pour faire le taire d’Etat Colin Powell pour désa- Les deux exceptions sont consti- gédie khmère rouge est trop proche
morts en vingt-quatre heures, ont L’armée a interpellé quinze com- point. M. Sharon, à en croire la morcer les tensions entre les deux tuées par Ta Mok, dont les méfaits dans le temps et il y a eu trop de
sérieusement enrayé le délicat merçants de la localité palestinien- radio publique israélienne, avait parties prévoit une période proba- lui ont valu le surnom de « bou- complicités. Le consensus non
mécanisme que les Etats-Unis ten- ne et des soldats ont détruit des informé lundi les députés de sa for- toire de calme absolu d’une semai- cher », et Deuch, l’ancien patron du avoué revient donc à ne rien entre-
tent de mettre en place pour per- étals. mation que le cabinet de sécurité ne, suivie d’une période d’accal- centre de tortures de Tuol Sleng, à prendre qui pourrait remettre en
mettre un retour au dialogue entre Dans la même région, un chauf- avait récemment discuté deux mie de six semaines, puis d’une Phnom Penh, aujourd’hui transfor- cause la stabilité qui prévaut depuis
les deux parties. Washington, qui a feur de taxi palestinien a été tué options : une « offensive totale » phase de restauration de la mé en « Musée du génocide ». Ils deux ans et demi sous un système
obtenu la tenue, lundi soir par des tirs de soldats israéliens. contre l’Autorité palestinienne, ou confiance mutuelle de plusieurs ont été arrêtés, le premier de parti politique dominant.
2 juillet, d’une nouvelle réunion Selon la radio militaire israélienne, une politique d’« autodéfense acti- mois, avant un retour aux négocia- en mars 1999 et le second quelques D’un autre côté, même si la Chi-
entre les responsables de la sécuri- tions de paix. Ce calendrier s’inspi- mois plus tard. Sous les verrous et ne affirme que ce procès est une
té des deux bords, leur a fait publi- re des recommandations de la seuls inculpés, ils attendent d’être « affaire interne » du Cambodge, il
quement des remontrances. Calme tendu au Liban commission Mitchell visant à rame- jugés « les premiers », a déclaré est difficile de ne pas tenir compte
Le corps d’un colon juif a été ner, à terme, Israël et les Palesti- fin juin le premier ministre cambod- de son hostilité, surtout quand elle
découvert, dans la nuit du lun- Le « front » libano-syro-israélien est resté calme, lundi 2 juillet, niens à la table des négociations. gien, Hun Sen. fournit de nouveau une aide subs-
di 2 au mardi 3 juillet, près de la après le raid aérien israélien de la veille contre un poste radar syrien A Washington, le département tantielle. Pékin a beau démentir,
colonie de peuplement de Soussia, au Liban et une riposte du Hezbollah. Toutefois, d’après des journalis- d’Etat, par la voix de son porte- « PAS UN SOU » l’engagement chinois au Cambodge
dans la région de Hébron, dans le tes libanais, des soldats syriens postés dans la plaine de la Bekaa, parole, Richard Boucher, a invité A la requête de Phnom Penh, un de 1975 à 1978 a été considérable, si
sud de la Cisjordanie. La nuit précé- dans l’est du Liban, ont pris des mesures pour renforcer leur sécurité. les deux parties à « saisir l’occa- dialogue s’est engagé avec l’ONU l’on en croit un diplomate qui a fait
dente, trois activistes palestiniens, Dans la région de Ksara, à quelques kilomètres du lieu du raid de sion » de ces recommandations depuis cinq ans pour mettre sur défection, avec la présence de
deux de l’organisation islamiste du l’aviation israélienne, des dizaines de conscrits syriens ont renforcé pour relancer le processus de paix. pied un tribunal cambodgien « à 15 000 conseillers dans le pays, la
Djihad islamique et un du Fatah, le les mesures de précaution, peignant couleur terre des véhicules, jus- « Nous pensons que les Palestiniens caractère international ». Mais ces livraison de 200 blindés, de 30 000
mouvement du président palesti- que-là verts, chargés de tracter des batteries de DCA. n’ont pas fait assez pour combattre négociations passent par des hauts tonnes de munitions, de Mig et de
nien Yasser Arafat, avaient été Plus au nord dans la plaine, des soldats creusaient des trous, sans la terreur et mettre fin à la violen- et des bas. Hun Sen a annoncé, le patrouilleurs navals. Toutefois,
tués par des roquettes tirées con- doute pour s’y mettre à l’abri en cas de nouveaux raids. Dans la ce », et « nous continuons à être 22 juin, que ce tribunal pourrait se Phnom Penh doit prendre en consi-
tre leur voiture par un hélicoptère région de Baalbek, des soldats syriens casqués étaient retranchés opposés à la politique de raids ciblés réunir à la fin de l’année pour « que dération l’opinion des Occidentaux,
israélien près de Djénine, dans le dans leurs positions, baïonnette au canon. Au sud, dans le secteur menés par Israël », a ajouté M. Bou- justice soit rendue » aux victimes du dont l’aide annuelle – près de 5 mil-
nord de la Cisjordanie. Dans le des hameaux de Chebaa où le Hezbollah et l’armée israélienne se cher. La France a, elle aussi, con- régime khmer rouge. Mais, le liards de francs d’engagements
cadre de sa répression de l’Intifa- font face, un calme précaire régnait. – (AFP.) damné ces « opérations prémédi- 29 juin, apparemment furieux, le en juin – comble, notamment, le
da, l’Etat juif a lancé, début novem- tées et ciblées » exécutées « en premier ministre a déclaré que le déficit budgétaire cambodgien, et
bre, une campagne d’élimination dehors de toute procédure légale » Cambodge « n’est pas aux ordres de de l’ONU, également favorable à la
physique de militants palestiniens il a été touché près de l’implanta- ve ». C’est cette dernière formule et qui « ne peuvent que compliquer l’ONU » en ajoutant : « que les tenue d’un procès pour crimes
soupçonnés d’implication dans tion d’Itamar, alors qu’il déposait qui a été votée à la majorité des davantage les efforts en cours pour Nations unies participent ou non au contre l’humanité. Entre-temps,
des attaques anti-israéliennes. une charge explosive sur une rou- voix du cabinet, a ajouté M. Sha- l’apaisement et le dialogue ». tribunal, c’est leur problème ». Quel- Nuon Chea, dont la santé est décli-
Cette campagne a coûté la vie, te empruntée par les colons. Par ron, cité par la radio. Le secrétaire général de l’ONU, ques jours auparavant, il avait affir- nante, a atteint l’âge de 74 ans.
selon l’Autorité palestinienne, à ailleurs, un double attentat palesti- Lundi soir, une rencontre a eu Kofi Annan, a exhorté pour sa mé que son gouvernement ne Khieu Ponnary, âgée de 80 ans, a
une trentaine de personnes. nien à la bombe, qui n’a pas fait de lieu à Tel-Aviv entre le chef du part, lundi, Israël et les Palesti- dépenserait « pas un sou » pour perdu la raison. Ta Mok aurait 75
Lundi, un civil israélien a été tué victime, a eu lieu près de Tel-Aviv. Shin Beth, le service de sécurité niens à « faire preuve d’un maxi- organiser le procès. ans, Ieng Sary est âgé de 72 ans et
sur un marché situé entre deux Depuis l’entrée en vigueur, le intérieure israélien, Avi Dichter, et mum de retenue de sorte que la rup- Le principal différend entre Khieu Samphan de 70 ans. Témoins
localités, arabe israélienne et pales- 13 juin, d’une trêve sous l’égide de le chef de la Sécurité préventive ture totale du cessez-le-feu puisse Phnom Penh et New York porte, en ou accusés, combien de temps enco-
tinienne, dans le nord de la Cisjor- Washington, quinze Palestiniens palestinienne en Cisjordanie, le être évitée ». – (AFP, Reuters.) premier lieu, sur l’autonomie des re seront-ils disponibles ?
danie, de part et d’autre de la et huit Israéliens ont été tués. Mar- colonel Jibril Rajoub, en présence procureurs et juges nommés par
« ligne verte » qui sépare Israël de di matin, le premier ministre israé- d’un représentant de la CIA. f www.lemonde.fr/israel-palestiniens l’ONU, laquelle émet des doutes Jean-Claude Pomonti

Le président élu du Pérou lance un appel aux investisseurs français


ALEJANDRO TOLEDO, prési- rents. » Il se réjouit également du « J’ai constaté que la France et le dent cholo (indien) du Pérou, qui se
dent élu du Pérou, qui entrera en fait que les responsables français Pérou avaient eu des relations que je dit « orgueilleux » de ses racines
fonctions le 28 juillet, a fait, samedi lui ont assuré que Paris participe- qualifierai, diplomatiquement, de indiennes, annonce avec satisfac-
30 juin, une visite à Paris au cours rait à la conférence des pays dona- relativement glaciales, alimentées tion « l’organisation d’une exposi-
de laquelle les responsables fran- teurs, en septembre, à Madrid, par des différents industriels et tion de pièces andines, à Paris, et la
çais – Jacques Chirac et Lionel pour venir en aide au Pérou. commerciaux », explique-t-il en création d’un musée précolombien
Jospin – ont salué son élection et se Jacques Chirac s’est par ailleurs en- assurant que son voyage dans les au Pérou en collaboration avec la
sont réjouis « du retour du Pérou gagé, selon M. Toledo, « à interve- principales capitales du monde France ».
dans la communauté des nations nir personnellement auprès des diri- développé a pour objet d’assurer Lundi, il a rencontré les diri-
démocratiques ». Cette victoire, a geants européens pour que l’aide et les dirigeants des pays qu’il visite geants du Medef et a lancé « un
même ajouté le porte-parole du la coopération bilatérale se doublent de son « engagement total pour appel solennel aux entrepreneurs
Quai d’Orsay, François Rivasseau d’une autre au niveau de l’Union instaurer au Pérou une stabilité poli- pour qu’ils reviennent au Pérou »,
« marque l’espoir de la restauration européenne ». tique, sociale, économique et surtout en promettant que de nombreux
d’un Etat de droit après les dérives La tournée mondiale effectuée une stabilité juridique avec des règles accords (fiscaux, juridiques) de
du gouvernement d’Alberto Fuji- par le dirigeant péruvien relève claires, propres à rassurer les inves- nature à les rassurer vont être négo-
mori ». d’une entreprise d’urgence pour un tisseurs ». ciés entre les deux gouvernements.
« Je ne m’attendais pas à de telles pays en pleine récession, avec une Pour réactiver l’économie de son
manifestations de soutien, même si je dette publique de 22,2 milliards de « UN NOUVEAU CHAPITRE » pays et créer des emplois, « parce
sais que la communauté internatio- dollars (soit 41 % du PIB) et qui, Pour Alejandro Toledo, son gou- que la demande et les attentes socia-
nale s’est mobilisée, explique Ale- aux termes des accords conclus, vernement va « ouvrir un nouveau les sont très pressantes », il compte
jandro Toledo au Monde. Avec Jac- devra payer, pour la seule période chapitre pour l’investissement fran- sur une croissance de 6 % à 7 %, un
ques Chirac, cela a été extraordi- 2001-2004, 2 milliards de dollars çais au Pérou et pour augmenter le taux qui semble inaccessible sans le
naire : notre entretien devait durer chaque année, ce qui équivaut à faible niveau des échanges entre nos soutien de la communauté interna-
trente minutes et, en fait, il a pris une 30 % des exportations du pays. Cela deux pays ». tionale, dont il se dit certain qu’elle
heure et demie. C’est très curieux : signifie également que le Pérou ne Le nouveau président péruvien a veut aider le Pérou à tourner la
nous avons eu une bonne relation peut plus solliciter de nouveaux été sensible à l’intérêt manifesté page des années Fujimori.
personnelle, alors que nous apparte- prêts, alors que 75 % de sa dette ne par son homologue français dans le
nons à des courants politiques diffé- sont pas renégociables. domaine culturel. Le premier prési- Alain Abellard
INTERNATIONAL LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 / 5

Le directeur de la Croix-Rouge
Premier ministre atypique, M. Koizumi reste aux îles Fidji a été assassiné
populaire malgré la menace de récession au Japon SUVA. Les meurtres, dimanche 1er juillet, du directeur de la Croix-Rou-
ge aux îles Fidji, John Scott, et de son compagnon, Gregory Scrivener,
pourraient avoir été motivés par des raisons politiques. Les corps des
deux hommes, assassinés dans leur lit, ont été retrouvés par la police
Le chef du gouvernement nippon rencontre Jacques Chirac et Lionel Jospin mardi et mercredi, à Paris affreusement mutilés par les coups portés à l’aide d’une sorte de machet-
te qui a été retrouvée près des victimes. La sœur de M. Scrivener, Janice
Le chef du gouvernement japonais, Junichiro aux Etats-Unis et à Londres. Il devait rencontrer, Chirac. Cette tournée est la première prise de con- Giles, a expliqué que son frère et son ami avaient reçu de nombreuses
Koizumi, effectue les 3 et 4 juillet, une visite en mardi, Lionel Jospin à Matignon et participer, tact de ce premier ministre atypique avec ses menaces de mort ces derniers mois. John Scott avait servi de médiateur
France, étape finale d’une tournée qui l’a mené mercredi, à un déjeuner de travail avec Jacques homologues occidentaux. lors du coup d’Etat manqué de George Speight, en mai 2000, qui avait
retenu en otages pendant cinquante-six jours, dans le Parlement fidjien,
LES STATISTIQUES de produc- de sa volonté de changement. Le du vent ? C’est possible ; mais ce tient à d’autres facteurs. D’abord à le premier ministre, Mahendra Chaudry, et l’ensemble de son gouverne-
tion industrielle de juin sont en programme de réformes économi- sera d’autant plus grave, cette fois, une image, décontractée et simple, ment. Il devait prochainement témoigner dans le procès de George
recul, l’indice de confiance des ques, en revanche, a été accueilli qu’ils tomberont de plus haut. plus proche des Japonais d’aujour- Speight et aurait été assassiné afin « qu’il se taise » pour toujours, selon
milieux économiques est en berne avec froideur par les analystes Comment s’explique ce para- d’hui que ne le sont les politiciens Mme Giles. – (Corresp.)
et le programme de réformes financiers, qui le trouvent imprécis doxe d’un pays dont le gouverne- traditionnels, aussi rompus aux
annoncé récemment par le gouver-
nement pour dégager le pays
d’une décennie de stagnation aura
en ce qui concerne le nettoyage du
secteur bancaire, fortement en-
detté, et l’hostilité d’une partie des
ment ne cache pas que la sortie de
crise n’est pas pour demain et sera
douloureuse, et un dirigeant qui
intrigues de couloir qu’à l’aise
dans les comices agricoles, ou
d’autres plus modernes mais per-
Macédoine : le président réunit
un coût social douloureux. Et pour-
tant, en dépit de ce sombre
tableau, le taux de popularité du
milieux d’affaires comme de la
classe politique, inquiète des con-
séquences sur le tissu industriel
caracole néanmoins en tête des
sondages ? Certains commenta-
teurs politiques mettent l’engoue-
çus comme hautains, tels que l’an-
cien premier ministre Ryutaro
Hashimoto.
les principaux responsables politiques
fringant premier ministre Juni- M. Koizumi est un « homme des SKOPJE. Les chefs des quatre principaux partis politiques de Macédoine
chiro Koizumi reste au beau fixe banlieues », c’est-à-dire de ces se sont réunis, lundi 2 juillet, autour du président Boris Trajkovski, en
(80 %). Tokyo assouplit sa position sur Kyoto zones urbaines où vivent beau- vue d’une reprise des pourparlers suspendus depuis le 20 juin. Cette réu-
Il y a deux semaines, les habi- coup de salariés, estime l’ancien nion a été suscitée par les représentants de la communauté internatio-
tants de Tokyo lui ont même mani- A l’issue d’un déjeuner de travail avec Tony Blair, à Londres, lun- commentateur politique de l’Asa- nale à Skopje, le Français François Léotard et l’Américain James Pardew,
festé un signe de soutien en fai- di 2 juillet, le chef du gouvernement japonais n’a pas écarté un hi, Masumi Ishikawa. En d’autres qui viennent d’entreprendre une mission pour aider à la recherche d’une
sant progresser son parti, le Parti assouplissement de la position de son pays sur le protocole de termes, un homme ordinaire de solution pacifique au conflit avec la guérilla albanaise. Les chefs des par-
libéral-démocrate (PLD), à l’assem- Kyoto sur les gaz à effet de serre afin de permettre aux Etats-Unis 59 ans, sympathique, souriant et tis macédoniens VMRO-DPMNE (nationaliste) et SDSM (social-démo-
blée municipale de la capitale, frei- d’y participer. « Nous sommes convenus qu’il était important pour le spontané, qui fait retentir les murs crate), ainsi que du Parti démocratique des Albanais (DPA) et du Parti
nant ainsi inopinément le recul Japon et la Grande-Bretagne de continuer à coopérer pour trouver un de l’austère résidence officielle pour la démocratie et la prospérité (PDP), côté albanais, ont participé à
régulier de celui-ci dans les zones moyen de permettre aux Etats-Unis de participer », a déclaré à la d’airs d’opéra ou de rock et dont cette réunion. Les discussions avaient été suspendues après que le chef
urbaines. Et l’on se demande presse M. Koizumi à l’issue de sa rencontre avec M. Blair. les magazines féminins ont fait un de l’Etat eut accusé les partis albanais de radicaliser leurs positions et de
aujourd’hui si, contre toute atten- « Bien sûr, le Japon comme la Grande-Bretagne soutiennent le proto- « dandy ». Bien que né dans le réclamer la création en Macédoine d’une fédération de deux entités,
te, les élections sénatoriales de la cole de Kyoto, mais il est trop tôt pour laisser derrière nous les Etats- cénacle politique, M. Koizumi est macédonienne et albanaise, inacceptable pour Skopje. – (AFP.)
fin juillet ne pourraient pas tour- Unis », dont le président refuse de signer le protocole, a-t-il ajouté. perçu comme un homme du peu-
ner à son avantage. Interrogé sur la possibilité d’amender le traité, M. Koizumi a esti- ple (son grand-père, qui devint DÉPÊCHES
Jusqu’à présent confiante dans mé que, « même si le mot “amendement” n’a pas été évoqué, nous ministre, était à l’origine charpen- a ALGÉRIE : à l’approche d’une marche prévue, jeudi 4 juillet, à
sa victoire, l’opposition commen- pensons qu’il est important que le Japon et la Grande-Bretagne cher- tier et arborait de magnifiques Alger par les représentants de villes et de villages de Kabylie, le premier
ce à être sérieusement préoccu- chent une voie que les Etats-Unis pourraient emprunter ». Une posi- tatouages, comme il était d’usage ministre algérien, Ali Benflis, a répété, lundi, que ces manifestations
pée : le PLD a en effet rallié à tion que Downing Street a immédiatement tenu à clarifier : « Il n’y dans cette profession) et moins étaient interdites dans la capitale. « La décision de suspendre les marches
Tokyo le quart de l’électorat flot- a pas eu de discussion sur de quelconques amendements », a insisté dépendant que d’autres politiciens ne pourrait souffrir d’aucune violation », a-t-il déclaré. – (Reuters.)
tant, qui pèse d’un poids détermi- un porte-parole. – (AFP.) des milieux d’affaires et des clans a SIERRA LEONE : 7 642 rebelles (soldats renégats, membres de
nant dans l’issue d’un scrutin. La du PLD. Ses slogans (« Pas de sanc- milices civiles ou enfants-soldats) ont rendu leurs armes depuis jan-
présidente du Parti social-démo- tuaire ! ») font recette dans une vier, selon la porte-parole de l’ONU à Freetown. Plus de 12 000 casques
crate (PSD), Mme Doi, n’a pas tort, (faillites, montée du chômage) et ment collectif pour le premier opinion lasse des scandales à ré- bleus sont engagés dans une mission de paix dans l’ex-colonie britan-
sur le fond, de dire que « seule la plus encore des menaces qui ministre – dont témoigne, entre pétition. nique. – (AFP.)
vitrine du PLD a changé ». Il reste pèsent sur des « sanctuaires » autres, le succès de son magazine En creux, sa popularité reflète a ÉTATS-UNIS : le secrétaire adjoint à la défense, Paul Wolfowitz,
que la « mise en scène » de M. Koi- défendus par de puissants lobbies électronique, qui compte plus d’un surtout un malaise profond de a indiqué, lundi 2 juillet, qu’« il peut y avoir des circonstances, si nous par-
zumi « paye » et que l’opposition tels les travaux publics, « froma- million d’abonnés – sur le compte l’opinion, fait de désillusions et de lons de la question de la fiabilité des armements nucléaires, où les Etats-
a de plus en plus de difficultés de ge » traditionnel des politiciens. d’une réaction émotionnelle révé- frustrations à l’égard des diri- Unis devraient envisager de reprendre leurs essais ». Il craint que « les
se démarquer. latrice de l’« immaturité » politi- geants politiques et économiques têtes nucléaires prennent de l’âge avec le temps ». Washington n’a pas
Depuis l’arrivée de Junichiro Koi- ENGOUEMENT COLLECTIF que des Japonais. A cette aune-là, (et en particulier des milieux finan- signé le traité d’interdiction des expériences nucléaires. – (AFP.)
zumi au pouvoir, en avril, les Japo- Les Japonais se bercent-ils d’illu- cependant, beaucoup de peuples ciers) qui ont conduit le pays dans
nais semblent moins moroses. Les
médias, avec certes une dose de
scepticisme pour certains, font
sions en faisant confiance à M. Koi-
zumi ? Peut-être. Seront-ils déçus
une fois de plus par ce « réformis-
enjôlés par la « politique-specta-
cle » seraient à loger à la même
enseigne.
l’ornière et l’y ont maintenu par
attentisme ou souci de défendre
des intérêts sectoriels. La corrup-
Chili : Augusto Pinochet accusé
encore crédit au premier ministre te » qui, finalement, aura brassé La popularité de M. Koizumi tion traditionnelle des couches diri-
geantes (le « capitalisme de copi-
nage ») s’est fortement aggravée à
de jouer au « malade imaginaire »
la faveur de la « bulle spéculati- SANTIAGO. L’ancien dictateur chilien Augusto Pinochet a été accusé,
ve » des années 1980 et a survécu lundi 2 juillet, par ses adversaires, de jouer les « malades imaginaires »
Vendredi 6 juillet à son éclatement. Mais, faute de
fonds financiers en raison de la
dans l’espoir de faire basculer en sa faveur les juges de la Cour d’appel
qui doivent décider cette semaine s’il est mentalement apte à être jugé.

avec 0123 daté samedi 7 juillet


récession, le système s’est enrayé Le tribunal doit annoncer si le général Pinochet, qui a dirigé le Chili
alors que les inquiétudes de beau- entre 1973 et 1990, peut répondre des accusations de dissimulation d’en-
coup de salariés victimes de plein lèvements et de meurtres commis peu après son coup d’Etat par un com-
fouet de la crise s’accroissent. mando militaire surnommé la « Caravane de la mort ». Or le général,
âgé de quatre-vingt-cinq ans, a été hospitalisé, dimanche, afin de subir
« RÉVOLUTION DE PALAIS » une intervention chirurgicale maxillo-faciale consécutive à une infec-
La popularité est le seul atout tion dentaire. « A chaque fois qu’est prévue l’annonce d’un verdict par un
dont dispose M. Koizumi. Un pre- tribunal, il a une dent qui lui fait mal ou une infection et il va faire un tour
mier ministre au Japon n’a tradi- à l’hôpital. Tout cela est une farce bien organisée », a déclaré Gladys
tionnellement pas un grand pou- Marin, qui dirige le Parti communiste chilien. – (Reuters.)
voir, à l’exception de fortes person-
nalités qui avaient la mainmise sur
leur parti, comme Kakuei Tanaka
au début des années 1970. En
outre, M. Koizumi est arrivé à son
poste à la faveur d’une sorte de
« révolution de palais », partie de
la base du PLD, contre les caci-
ques. Ces derniers l’attendent
donc au tournant même si, pour
l’instant, à la veille des élections
sénatoriales, personne n’ose s’op-
poser trop ouvertement à ses
projets.
Bien que le système de pouvoir,
construit sur la collusion de la
bureaucratie, des milieux économi-
ques et des politiciens (ce que l’on
a appelé la « Japan Inc. ») soit en
pleine déconstruction, il existe
encore de solides bastions d’inté-
rêts acquis. M. Koizumi ne peut les
circonvenir qu’en jouant sur sa
popularité et en faisant appel direc-
tement à l’opinion. Il en est
conscient et mène une politique
médiatique très étudiée, en particu-
lier avec les télévisions. Alors que
ses prédécesseurs s’adressaient
rarement au pays, il multiplie, lui,
les interventions, se mettant habi-
lement en scène comme l’homme
du changement et le pourfendeur
des « pachydermes » du PLD.
Cette stratégie a cependant ses
limites. Car les réformes préconi-
sées par le gouvernement (révision
des grands chantiers de travaux
GALLIMARD - 0123 publics, refonte du système de pro-
tection sociale affectant notam-
ment les personnes âgées, réduc-
tion des subventions aux régions)
vont faire passer le pays de la défla-
tion à la récession pure et simple.
Le soutien populaire de M. Koizu-
mi risque alors de retomber com-
CHAQUE VENDREDI DATÉ SAMEDI me un soufflé. S’ouvrira alors un
moment de vérité.
UNE NOUVELLE INÉDITE DE 16 PAGES Philippe Pons

f www.lemonde.fr/japon2001
6

FRANCE
LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

BUDGET Le ralentissement de la fiscalité, Laurent Fabius maintient son de l’Assemblée nationale, souhaite pas « une pause » dans la réduction du où la baisse du chômage marque le
croissance a rouvert le débat, à gau- intention de le mettre en œuvre au que les baisses d’impôts soient ciblées déficit budgétaire. b ÉLISABETH GUI- pas. b LES CRÉDITS DE LA DÉFENSE
che, sur les baisses d’impôts. Alors que motif que « les impôts sont trop éle- sur les ménages à revenus modestes et GOU a plaidé, lundi 2 juillet, à Mati- pour 2002 font l’objet d’une polémi-
Claude Allègre demande une annula- vés ». b HENRI EMMANUELLI (PS), pré- moyens. b DIDIER MIGAUD (PS), rap- gnon, pour le maintien des crédits que entre Jacques Chirac et M. Fabius.
tion du plan triennal de réduction de la sident de la commission des finances porteur général du budget, n’écarte alloués aux emplois aidés au moment (Lire notre éditorial page 15).

Le ralentissement de la croissance relance le débat sur les baisses d’impôts


Laurent Fabius a vivement répliqué à Claude Allègre, qui le presse d’« annuler » la baisse de la fiscalité en 2002. Le ministre de l’économie assure
que la réduction de la pression fiscale soutient la croissance. Henri Emmanuelli maintient que ces baisses doivent être ciblées sur les ménages modestes
LA BATAILLE du budget 2002, politique de Reagan, de Mme That- personne, absolument personne, ne Si l’on ne revient pas sur les bais- tion d’impôts, explique le député d’évolution de ses crédits. Le chef
jusqu’à présent confinée aux cou- cher, de Bush aujourd’hui et de Ber- conteste qu’aujourd’hui c’est parce ses d’impôts, faut-il marquer « une (PS) de l’Isère. On a fait beaucoup du gouvernement a déjà choisi les
loirs de Bercy et aux antichambres lusconi, ou celle que prône Balla- qu’on a baissé les impôts que l’on a pause » dans la réduction du défi- d’efforts pour réduire le déficit ces administrations prioritaires autori-
ministérielles, vient de débouler dur : c’est une politique de droite ». un soutien à la consommation qui cit budgétaire ( + 186 milliards en quatre dernières années et notre sées à dépasser la norme de 0,5 % :
sur la place publique. Avec Claude L’ancien conseiller de M. Jospin permet à la France d’avoir 2,3 % de 2001) afin de financer des dépen- niveau d’endettement est dans la la justice, l’intérieur (pour la sécuri-
Allègre dans le rôle du « mam- fait le panégyrique de Dominique croissance. » Le ministre des finan- ses prioritaires, comme le suggère moyenne européenne. S’il y a un té de proximité), l’éducation et l’en-
mouth » bousculant les fragiles Strauss-Kahn, juge que Laurent ces ajoute qu’« on ne peut pas faire le fabiusien Didier Migaud, rappor- ajustement à faire, on peut le faire vironnement.
équilibres que le gouvernement Fabius « se prend pour le Blair fran- n’importe quoi », mais qu’« on va teur général du budget à l’Assem- sur le déficit budgétaire. » Prudent,
tente de trouver entre baisse des çais » et constate que « Jospin l’a continuer » car « les impôts sont blée nationale. « On doit maîtriser le porte-parole du PS a estimé, lun- MOINS DE DOSSIERS SENSIBLES
impôts et dépenses nouvelles. L’an- suivi », avant de demander au chef trop élevés », un credo de droite la dépense dans le cadre de 0,5 % en di, que le débat est « prématuré ». Il y a quelques jours, les deman-
cien ministre de l’éducation natio- du gouvernement d’« annuler les désormais partagé par une partie volume pour 2002 et respecter nos Vincent Peillon juge qu’« il n’y a des dépassaient encore de 60 mil-
nale a ouvert les hostilités en promesses de baisses d’impôts ». de la gauche. engagements en matière de réduc- pas de raison, à ce stade, de se servir liards de francs l’enveloppe pré-
contestant, dans Le Point (daté Après 57 milliards de francs d’un déficit budgétaire » ou de vue. Augmenter la dépense sans
29 juin), la politique de réduction (8,7 milliards d’euros) cette année, « revenir sur le programme de bais- retenue, a prévenu M. Fabius, « ça
de la pression fiscale engagée par le gouvernement a prévu 37 mil- Le budget de la France sous l’œil de Bruxelles ses d’impôts ». voudrait dire qu’on fait remonter les
son « ami de quarante ans », Lio- liards (5,6 milliards d’euros) de Reste une dernière variable taux d’intérêt, que le chômage
nel Jospin, et le ministre des finan- baisse en 2002 afin de financer une Le pacte de stabilité et de croissance adopté avec le traité d’Amster- d’ajustement possible, les dépen- augmente et que les impôts augmen-
ces, Laurent Fabius. Il n’aura donc réduction de l’impôt sur le revenu dam de juin 1997 oblige les pays de la zone euro à respecter les ses de l’Etat. Mais comme pour les tent après ». Comme chaque
pas fallu deux jours pour que la et la prime pour l’emploi (PPE) en critères de Maastricht (déficits publics à moins de 3 % du PIB, dette baisses d’impôts, leur évolution a année, les ministères « budgétivo-
révision des prévisions de croissan- faveur de 8 millions de ménages inférieure à 60 % du PIB, stabilité des prix et des changes), même été calée dès le mois de mars : elles res » posent des problèmes, même
ce pour 2001 (2,3 % au lieu de 3,3 % aux revenus modestes. après l’adoption de la monnaie unique. Certains pays, en effet, ne progresseront pas de plus de si moins de dossiers sensibles que
prévus à l’automne, selon l’Insee), Ceux qui proposent de revenir étaient tentés de relâcher leurs efforts après la marche vers l’euro. 0,5 % en volume l’an prochain, leur l’an dernier sont remontés jus-
et ses inévitables retombées sur les sur le plan triennal de baisse d’im- En fait, le pacte a imposé une politique plus stricte, puisqu’il hausse ne devant pas dépasser 1 % qu’au premier ministre. Les crédits
recettes de l’Etat, ne relance la pôts (2000-2002) ont « tout faux », précise que les pays de l’Euroland doivent soumettre des « program- au total sur la période 2001-2003 de la défense donnent lieu à des
question, récurrente en période de a répliqué M. Fabius, lundi mes de stabilité » avec, comme objectif à moyen terme, un solde – conformément au plan présenté tensions entre l’Elysée et Bercy
fléchissement de l’activité : faut-il 2 juillet, sur RTL. « Dès lors qu’on budgétaire « proche de l’équilibre ou excédentaire ». Si un pays par la France à la Commission (lire ci-dessous). M. Chirac a récla-
revenir sur les baisses d’impôts, est un spécialiste de l’économie et dépasse 3 %, il est considéré en état de « déficit excessif » et doit européenne. MM. Jospin et Fabius mé « un bon budget » pour l’équi-
rogner sur les dépenses ou laisser qu’on regarde les choses concrète- prendre des « mesures suivies d’effets » pour rectifier cet écart. Mais si doivent rendre les ultimes arbitra- pement des armées ; M. Fabius a
filer le déficit budgétaire ? ment, a-t-il poursuivi, mettant les pays affrontent une récession grave, avec une baisse brutale du ges cette semaine, avant d’envoyer sèchement répliqué qu’aller
M. Allègre a une réponse tran- implicitement en doute la compé- PIB de plus de 2 %, ils sont en situation exceptionnelle et les à chaque ministre les « lettres pla- au-delà de 82 milliards de francs
chée : réduire la fiscalité, « c’est la tence de M. Allègre, je pense que sanctions ne s’appliquent pas automatiquement. fonds » indiquant le pourcentage en 2002 serait « incompatible avec
nos grands équilibres ».
Autre difficulté : le ministère de
TROIS QUESTIONS À… Les réductions en Europe
HENRI EMMANUELLI
2 Des voix s’élèvent aujour-
d’hui, comme celle de Claude
Allègre, pour réclamer l’annu-
pour financer certaines dépen-
ses. Etes-vous de leur avis ?
Le problème, c’est que nous b Allemagne. La première phase b Grande-Bretagne. Tony Blair
l’emploi, dont le dossier est lui aussi
remonté à Matignon (lire ci-des-
sous). Elisabeth Guigou s’est battue,
lation des baisses d’impôts afin avons conduit une politique pro- de la réforme est entrée en vigueur a allégé l’impôt en créant un taux lundi, lors d’une réunion avec

1 En tant que président de la


commission des finances de
l’Assemblée, que conseillez-vous
de financer des dépenses publi-
ques…
Nous devons bien veiller à ce
cyclique [réduction modérée des
déficits] en période de croissan-
ce forte. Or, quand l’activité flé-
en 2001 mais a accru le déficit
public, qui doit passer de 1%
du PIB en 2000 à 1,5% en 2001.
de 10 % sur la première tranche de
revenus imposables et a supprimé
la tranche d’imposition à 20 %.
M. Jospin et M. Fabius, pour qu’on
ne baisse pas la garde sur ses cré-
dits, notamment en faveur des
au gouvernement en matière de que ces baisses d’impôts aillent chit, il est utile que la dépense Inquiets de la conjoncture, Le taux principal de l’IR est passé contrats aidés (CES, CEC…), indis-
politique budgétaire et fiscale en priorité vers les catégories publique supplée les faiblesses certains sociaux-démocrates de 24 à 22 %. Les ménages pensables pour soutenir les deman-
pour s’adapter au ralentisse- sociales qui alimentent avec certi- de l’investissement privé ou, veulent avancer la deuxième étape concernés ont ainsi bénéficié deurs d’emploi les plus en difficulté
ment de la croissance ? tude la demande intérieure. Car, éventuellement, de la consom- au 1er janvier 2002. d’une baisse de 4 milliards et amortir les effets d’un ralentisse-
Sans être exagérément alarmis- comme chacun sait, selon le mation des ménages, ce qui Le gouvernement s’y refuse. de livres sur trois ans. Au-delà ment de la baisse du chômage.
te, il faut bien se poser la ques- niveau de revenu des bénéfi- n’est pas encore le cas. Je crois b Espagne. José-Maria Aznar de 27 000 livres de revenus Quant à l’éducation nationale, une
tion de nos priorités budgétaires ciaires de ces allégements, les qu’au niveau français ou euro- a promis une baisse des impôts imposables, le taux de 40 %, fixé des priorités gouvernementales (et
face à ce ralentissement. Alors ménages peuvent soit consom- péen on devrait se préoccuper directs sans en préciser le niveau. dans les années 1980, est maintenu. le premier budget de la nation avec
qu’on pouvait encore avoir le sen- mer, soit épargner. Je ne suis pas de soutenir l’activité par la Elle ne devrait pas intervenir avant b Italie. Silvio Berlusconi a promis 388 milliards en 2001), elle devra
timent contraire il y a quelques hostile, pour ma part, à ce que le dépense publique plutôt que de deux ans. Début 2000, il avait une réduction de l’IR. Le plan tenir ses promesses : un plan plu-
mois, la priorité absolue reste à débat sur les réductions d’impôts faire de la réduction du déficit annoncé une modernisation devrait être précisé dans quelques riannuel de recrutement d’ensei-
l’emploi et aux investissements soit rouvert dans cette optique. une priorité. de l’impôt sur le revenu (IR). jours à l’occasion de l’établissement gnants, la réduction du temps de tra-
civils, au moment où des rumeurs Le taux maximal avait été ramené du document de programmation vail et la résorption de la précarité.
font état d’une possible augmen-
tation des crédits militaires. 3 D’autres préconisent de lais-
ser filer le déficit budgétaire
Propos recueillis par
Jean-Michel Bezat
de 56 % à 49 % et le nombre
de tranches de 8 à 5.
économique et financière
pour les trois ans à venir. J.-M. B.

Bercy et l’Elysée s’opposent sur le niveau des dépenses d’équipement des armées Elisabeth Guigou plaide
Matignon devrait proposer 87,5 milliards de francs par an de 2003 à 2008 lors du conseil de défense pour le maintien des crédits de l’emploi
EN MOINS de trois semaines, vernement « une augmentation lour- francs. Les dépenses de fonctionne- exemple, stabiliser définitivement PAS QUESTION de se laisser première fois depuis juillet 2000),
Laurent Fabius est parti en guerre, de des dépenses de défense » qu’il ment, qui s’ajoutent et incluent les les effectifs et le « format » des raboter par la toise budgétaire, mais aussi un signal très clair adres-
par deux fois, sur le niveau du bud- n’estime ni nécessaire, ni « compati- soldes et indemnités diverses pour armées au niveau qu’elles auront pour la seconde année consécu- sé à Bercy, avant que ne soient rédi-
get de la défense. Le 12 juin, à l’As- ble avec nos équilibres économico- 85 % de leur montant annuel, sont atteint en 2002, ou exclure du budget tive. Elisabeth Guigou, la ministre gées les rituelles lettres plafond qui
semblée nationale, le ministre de financiers ». peu compressibles – 105 à 106 mil- de la défense certaines des dépenses de l’emploi et de la solidarité, l’a fixent les enveloppes de dépenses
l’économie et des finances a dit Entre-temps, le 23 juin, au Salon liards de francs – à cause du coût de mises à son compte depuis plusieurs dit lundi 2 juillet, lors d’une réu- pour chaque ministère.
qu’il n’était pas partisan d’augmen- aéronautique du Bourget, le pre- la professionnalisation. années, comme les subventions nion à Matignon en présence de Ces sont les emplois aidés du
ter de 10 milliards de francs par an mier ministre s’était engagé à lancer L’hypothèse basse de Bercy est apportées à l’économie de la Polyné- Lionel Jospin et du ministre de type CES (contrat emploi solidari-
le montant des dépenses militaires « un effort très important » en matiè- d’ores et déjà vivement contestée sie pour cause de fermeture des sites l’économie et des finances, Lau- té) ou CEC (contrat emploi consoli-
et il a invité les députés à être de re d’investissements de la défense par les armées, qui notent que la nucléaires, l’aide à une recherche civi- rent Fabius. Alors que les arbitra- dé) qui sont au cœur de la négo-
son avis. Le 2 juillet, sur RTL, il a réi- et le chef constitutionnel des professionnalisation, décidée par le à des fins stratégiques, les opéra- ges sur son budget doivent être ciation. L’an passé, le nombre des
téré son point de vue en jugeant armées, Jacques Chirac, s’était décla- M. Chirac et avalisée par le Parle- tions extérieures spéciales ou l’assis- arrêtés dans leurs grandes lignes premiers a diminué de 27 % et celui
l’opposition « irresponsable » – y ré, lors d’une « tournée des popo- ment, ne peut s’accommoder d’un tance en cas de catastrophes naturel- d’ici à la fin de la semaine, Mme Gui- des seconds de 14 %. « Dans le pro-
compris « à un niveau qui est assez tes », le 28 juin, à Colmar, en faveur sous-équipement, suite à une éro- les ou technologiques. gou entend, cette fois, utiliser un jet de loi de finances initiale pour
élevé » – quand elle réclame du gou- d’« un bon budget de la défense » en sion constante des investissements Le débat peut sembler académi- argument choc, celui du ralentisse- 2001, on nous avait budgété
2002 et pour l’attribution « de pers- (– 9,9 % en 1999 et – 4,4 % en 2000). que, « un travail de pure poésie », a ment de la baisse du chômage, 260 000 CES, contre 300 000 en
pectives et de moyens » aux armées, Au point que le budget d’équipe- dit un jour Michel Rocard, en poste pour obtenir que les crédits de l’em- 2000. On ne peut pas descendre en
lors de la préparation de la nouvelle ment représentera, en 2001, moins à Matignon. Depuis les années ploi – qui affichaient pour la pre- dessous en 2002 », souligne-t-on
loi de programmation militaire de 0,8 % du produit intérieur brut, 1960, quand le général de Gaulle lan- mière fois depuis longtemps une dans l’entourage de la ministre.
2003-2008. contre 1,2 % dix ans avant. La ça la première programmation mili- baisse de 1,9 % en 2001 – soient Outre ces contrats aidés, le minis-
Avant la réunion, probablement crainte existe que des cadres de taire, aucune de ces lois quinquen- épargnés. tère fait également valoir que
le jeudi 5 juillet, d’un conseil de métier et des volontaires, une fois nales, puis sexennales, n’a été res- A plusieurs reprises, par petites l’action contre l’exclusion et les
défense à l’Elysée, qui rendra les der- instruits à grand frais, quittent l’uni- pectée. A chaque fois, le ministère touches, la ministre, qui doit à nou- mesures d’âge, deux autres de ses
niers arbitrages en vue d’arrêter forme, comme on l’observe déjà en des finances a eu le dernier mot. Jus- veau être reçue à Matignon mardi, postes prioritaires, ne souffriraient
l’enveloppe des crédits militaires France, pour retourner dans le civil. qu’à présent, en effet, lors de la pré- a souligné publiquement, ces der- pas d’amputation.
pour les sept ans à venir, la mise en sentation des crédits annuels au Par- niers jours, « la nécessité de mainte- Avec 112 milliards de francs en
garde de M. Fabius, pour tradition- STABILISER LES EFFECTIFS lement, il a repris d’une main ce nir la politique de l’emploi ». Un 2001, le budget de l’emploi (hors
nelle qu’elle soit de la part de l’admi- D’où cette proposition « moyen- qu’il avait dû accorder de l’autre et constat motivé par le mauvais chif- les crédits affectés à la solidarité,
nistration chargée de maîtriser les ne » de Matignon et du ministère de rogné les dépenses. fre du chômage en mai (le nombre qui représentent 94 milliards) fait
dépenses publiques, prend un sens la défense, selon laquelle les dépen- de demandeurs d’emploi est en partie des principaux postes de
tout particulier. En effet, le ministre ses d’équipement, dans le cadre de la Jacques Isnard effet reparti à la hausse pour la dépenses du gouvernement.
de l’économie et des finances sem- programmation 2003-2008, pour- Ces discussions interviennent
ble se souvenir du temps où, occu- raient se situer autour de 87,5 mil- par ailleurs alors que les rapports
pant le poste de premier ministre, liards de francs par an. Ce compro- entre M. Fabius et Mme Guigou
entre 1984 et 1986, sous la présiden- mis implique de fixer le budget sont marqués par une réelle froi-
ce de François Mitterrand, il avait d’équipement, en 2002, à 85 mil- deur. Le ministre des finances a
déjà signifié son ambition de « tirer liards de francs (contre 83,4 milliards notamment émis de très fortes
les dividendes de la paix » en préconi- votés en 2001) et le montant global réserves sur les concessions faites
sant des économies sur la moderni- de ces mêmes crédits, lors de la pro- au Parti communiste dans le débat
sation des armées. grammation sexennale, à 524,8 mil- sur les licenciements par le numéro
Le débat, aujourd’hui, oppose des liards de francs (80 milliards trois du gouvernement, qu’il prend
armées, soutenues par l’Elysée, qui d’euros). C’est cette enveloppe qui aujourd’hui soin d’appeler non par
réclament de bénéficier d’un devrait être soumise à l’examen du son prénom mais par son titre (Le
« poids » moyen de dépenses conseil de défense. Monde du 23 juin). Il est peu proba-
d’équipement à hauteur de 92 mil- Apparemment, l’Elysée pourrait ble que les arbitrages budgétaires
liards de francs par an, à des servi- s’en satisfaire si, en même temps, le donnent lieu à un réchauffement.
ces de Bercy qui se contenteraient, gouvernement de Lionel Jospin s’en-
eux, de leur allouer 82 milliards de gage sur une série d’objectifs : par Caroline Monnot
FRANCE LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 / 7

La droite
Le moral des ménages M. Chevènement rode son discours parisienne
continue à s’effriter, de pré-candidat dans le Nord tente
selon l’enquête de l’Insee L’ancien ministre estime pouvoir « franchir la barre des 10 % » en 2002
Sans être encore officiellement candidat à l’élection Nord. L’ancien ministre, qui s’efforce de rassembler un
de se fédérer
Les Français sont inquiets pour leur niveau de vie
présidentielle, Jean-Pierre Chevènement a tenu une
première réunion publique, lundi 2 juillet, dans le
« pôle républicain », juge qu’une partie de l’électorat
de droite peut le « juger sur [son] action ». sans M. Séguin
L’ENQUÊTE mensuelle de SAINT-POL-SUR-MER (Nord) son bureau. Une longue rencontre logement social. « C’est un thème DISPERSÉE depuis sa défaite à
conjoncture réalisée par l’Insee
Opinion des ménages de notre envoyée spéciale avec M. Chevènement, qu’il a sollici- auquel je compte faire une large place, l’élection municipale, la droite pari-
auprès de deux mille ménages données CVS (solde des réponses, en %) Candidat ? Il reste « un tout petit » tée, le décide : un an plus tard, le voi- si je suis candidat. Je me tiendrai très sienne a décidé de se regrouper sous
confirme la tendance observée 10 –8 espace de doute, dit Jean-Pierre là au Mouvement des citoyens près du mouvement HLM », annonce la bannière de l’« Union en mouve-
depuis le début de l’année. Alors juin 2001 Chevènement, en faisant mine d’ob- (MDC). A la mairie, il met en place M. Chevènement. Il ne fait plus ment Paris », émanation, dans la
que l’opinion des Français sur leur 5 server à la loupe l’interstice entre son une équipe œcuménique compre- guère mystère de s’appuyer aussi sur capitale, de l’association nationale
environnement et leur situation pouce et son index. Si petit qu’il suffi- nant un Vert et un chasseur. « Quand des politiques comme la députée créée par Alain Juppé. Les députés
économiques avait atteint, en jan- 0 rait tout juste à « abriter » l’ancien on a des idées, des projets, des ambi- européenne Florence Kuntz, élue sur Laurent Dominati (DL), Claude
vier, un niveau record depuis une ministre de l’intérieur si, désormais, tions, on peut rassembler largement », la liste de Charles Pasqua, ou sur Goasguen (DL), Pierre Lellouche
quinzaine d’années, elle est en bais- –5 il décidait de ne pas se présenter à s’émerveille l’ancien président du Paul-Marie Coûteaux, « qui fut naguè- (RPR) ainsi que le conseiller régional
se depuis et s’érode à nouveau en l’élection présidentielle. MDC. Au point que M. Hutin présen- re à [son] cabinet ». En voilà deux (RPR) d’Ile-de-France Patrick Stefa-
juin. – 10 C’est bien en candidat que M. Che- tera une liste aux sénatoriales de sep- « que nous pourrions soutenir pour les nini devaient convier, mardi 3 juillet,
L’« indicateur résumé » de vènement est allé passer la journée tembre, au nom du pôle républicain, législatives », ajoute-t-il. 300 militants à l’assemblée nationa-
l’Insee – qui prend en compte l’opi- – 15 du lundi 2 juillet à Saint-Pol-sur-Mer contre la Verte Marie-Christine Blan- Cette première tournée de candida- le pour une réunion fondatrice.
nion des ménages sur le niveau de (Nord), dont le maire, Christian din. Foin de l’accord Verts-PS. ture quasi annoncée a aussi servi de « L’objectif consiste à ramener à la
vie en France, sur leur situation – 20 Hutin, lui paraît une excellente « che- C’est justement cet accord qui irri- rodage pour les thèmes de campa- politique des électeurs lassés de nos
financière personnelle et sur l’op- ville ouvrière » pour son pôle républi- te au plus haut point l’ancien prési- gne de M. Chevènement. « Alcatel, divisions et préparer les échéances de
portunité d’acheter – s’établit, en – 25 cain. « Il faut que la présidentielle et dent de région, Michel Delebarre. Le qui n’existerait pas sans les grands pro- 2002 », confie M. Stefanini. Les élus
effet, à – 8 en juin, soit 2 points de les législatives soient l’occasion pour maire socialiste de Dunkerque a tenu grammes publics, veut maintenant UDF ont boudé cette « première »
moins qu’en mai et une baisse de – 30 qu’un pôle républicain puissant se lève à rencontrer M. Chevènement, « un être une entreprise sans usine », a-t-il pour ne pas prêter la main « à un
14 points par rapport à janvier. L’ef- dans le pays », a aussi lancé M. Chevè- ami » venu sur ses terres. En privé, il pesté, en chassant sur les terres de comité Chirac ». Philippe Séguin n’a
1998 1999 2000 2001
fritement a été régulier au cours Source : Insee nement à quelque trois cents person- pas été invité. « Nous avons décidé
des cinq derniers mois ; cette ten- nes qui s’étaient déplacées en fin de nous prendre par la main, plutôt
dance traduit fidèlement la percep- situation financière personnelle – d’après-midi, dans la grande salle de Le PS investit ses candidats pour le Sénat que d’attendre des solutions miracles
tion moins optimiste des Français, passée et à venir – est pratiquement Saint-Pol. C’est l’un des deux mee- des état-majors », assure M. Lellou-
au fur et à mesure que la conjonctu- sans changement par rapport à tings que le « Che » tiendra pendant D’ultimes arbitrages devaient être rendus, mardi 3 juillet au bureau che.
re s’est assombrie, avec une crois- mai. De même l’opportunité d’ache- l’été, dans ce Nord dont l’électorat national du Parti socialiste, sur les candidats investis par le PS pour les
sance moins soutenue, une baisse ter reste positive (à + 4), le repli par populaire lui tient à cœur. Sans dou- élections sénatoriales du 23 septembre. Dans le groupe socialiste, qui DÉPÊCHES
du chômage qui marque le pas et rapport à janvier restant contenu à te visitera-t-il un ou deux festivals, compte soixante-dix-sept membres, vingt-deux sénateurs sont renou- a JURA : Dominique Voynet a
une pression inflationniste plus 9 points. mais pas question de « louer un cam- velables : quatorze sont candidats et huit ne se représentent pas. assuré qu’elle serait candidate
forte. Les autres indicateurs sont égale- ping-car pour, haletant, parcourir la Jean-Pierre Masseret, secrétaire d’Etat à la défense chargé des dans le Jura pour les élections
La baisse de l’indicateur en juin ment assez stables. Comme le note France ». Le temps se gère, pour l’ins- anciens combattants, a été investi par le conseil national du 30 juin tête législatives de juin 2002. Interro-
résulte, essentiellement, de l’inquié- l’Insee, après deux mois de détério- tant, à l’économie, avant le rassem- de liste en Moselle, ainsi que quatre députés : Louis Mermaz dans l’Isè- gée sur Europe 1, mardi 3 juillet,
tude plus marquée des ménages sur ration très marquée, les perspecti- blement des comités d’appel à sa can- re ; André Labarrère dans les Pyrénées-Atlantiques ; Yves Dauge en la ministre verte a déclaré : « Je
l’évolution passée et à venir du ves d’évolution du chômage s’amé- didature, le 9 septembre à Vin- Indre-et-Loire et Didier Boulaud dans la Nièvre. Trois femmes sont tête suis députée sortante du Jura. Je
niveau de vie des Français. Excep- liorent légèrement en juin. De cennes. de liste : Odette Herviaux dans le Morbihan et deux sortantes Josette n’ai pas de raison aujourd’hui d’al-
tionnellement positifs en janvier, même, si les ménages considèrent Durrieu (Hautes-Pyrénées) et Monique Cerisier Ben Guiga (Français de ler tenter une aventure ailleurs,
ces deux indicateurs se dégradent à que l’inflation a augmenté au cours MÉLOPÉE AFRO-ANTILLAISE l’étranger). Deux sièges en position éligible ont été accordés aux Verts alors que les Jurassiens m’atten-
nouveau en juin : en six mois, la per- des derniers mois, ils estiment que En attendant, hip-hop ! M. Chevè- (Nord et Pas-de-Calais) et deux au PCF (Isère et Meurthe-et-Moselle). dent et attendent de moi que j’assu-
ception de l’évolution passée du cette tendance devrait s’inverser à nement tape dans ses mains à contre- me mes responsabilités. » Le même
niveau de vie a chuté de 21 points l’avenir. temps, mais n’admire pas moins les jour, Gilbert Barbier, maire (UDF)
et l’évolution future de 27 points. jeunes du centre social de la plaine ne décolère pas. « Les grands élec- Robert Hue. Au demeurant, « les de Dole, que Mme Voynet avait bat-
En revanche, la perception de la Gérard Courtois Bayard qui lui font une époustou- teurs socialistes n’ont pas été sous-amendements communistes [sur tu en 1997, a annoncé qu’il brigue-
flante démonstration au ras du carre- consultés. Le littoral n’est même pas les licenciements], c’est la dernière rait, en septembre, l’un des deux
lage. Le maire embouche illico son représenté », fulmine-t-il. Lundi cigarette du condamné à mort », tran- sièges de sénateurs du départe-

La modernisation de la fonction publique saxophone et chaloupe une mélopée


afro-antillaise, accompagné au djem-
bé par les jeunes. Musicien, médecin,
25 juin, à la fédération socialiste du
Nord, ses amis ont voté contre l’ac-
cord Verts-PS. Et, pour l’heure, ils
che-t-il. Il n’est pas plus indulgent
avec Lionel Jospin, qui a commis la
« grave erreur d’avoir accroché tout le
ment.
a SÉNAT : Michèle Saban, la
secrétaire nationale du PS char-

ne passera pas par les emplois-jeunes le premier magistrat de la ville – réé-


lu avec plus de 78 % des voix – est sur-
tout, aux yeux de l’ancien ministre de
n’ont aucune envie de soutenir
Mme Blandin. « Dans une région qui a
un pôle énergétique parmi les plus puis-
discours à un taux de croissance par
définition réversible ».
M. Chevènement a non seulement
gée du droit des femmes, s’est
étonnée, lundi 2 juillet, « des
inquiétudes émises par Christian
LES EMPLOIS-JEUNES, à qui Eli- cadre, la création de nouvelles l’intérieur, « un gaulliste de gauche sants d’Europe, quand les Verts récu- des idées, mais aussi un espace poli- Poncelet sur la loi sur la parité ».
sabeth Guigou s’est engagée à trou- spécialités est même envisagée. qui a trouvé son chemin ». sent le nucléaire, ça ne mérite pas un tique, pense-t-il. « Bayrou est le seul Le président RPR du Sénat avait
ver un « débouché professionnel Claude Bartolone, ministre délé- En 1995, ce RPR bon teint, maire peu d’explications ? », demande avec moi à pouvoir franchir la barre déclaré, le 28 juin, à propos des
durable », viendront-ils renforcer gué à la ville, annonçait ainsi, le d’une ville socialement « polyfractu- M. Delebarre, l’œil assassin. Alors, si des 10 % », estime-t-il. Il compte sur élections sénatoriales du 23 sep-
les effectifs de la fonction publi- 14 juin, que la qualification de rée », vote Chirac. « Je me suis vite M. Hutin se présente… Ce dernier se une bonne partie de l’électorat de tembre, qu’il existe « une incon-
que ? N’est-ce pas là en effet l’un médiateur serait intégrée dans le aperçu que Juppé faisait tout sauf une juge également « le candidat légitime gauche déçu du socialisme et du com- nue » sur les effets de la « loi scé-
des débouchés naturels du disposi- cadre d’emploi de l’animation, qui politique gaulliste sociale », raconte de la gauche plurielle » pour les légis- munisme. « L’électorat de droite peut lérate alliant la proportionnelle et
tif ? A l’heure où se jouent les arbi- deviendra une filière « animation ce quadragénaire qui s’est fait exclu- latives. me juger sur mon action », ajoute-t-il. la parité ».
trages budgétaires pour 2002, le et médiation ». re du RPR en 1998 pour avoir rallié la Avec M. Delebarre, président de Les élus de la région, eux, s’étaient a PROCÈS : Denis Kessler, vice-
flou qu’entretient à ce sujet le gou- Au sein de la fonction publique liste centriste de Jean-Louis Borloo l’Union nationale des fédérations excusés au banquet républicain. président du Medef, a été
vernement suscite question. Lors de l’Etat, Jack Lang n’a certes pas aux régionales. La lettre d’exclusion d’organismes HLM, le quasi-candi- débouté, lundi 2 juillet, de sa
de la présentation du plan de exclu pour l’éducation nationale signée Séguin trône sous verre dans dat Chevènement a surtout parlé Béatrice Gurrey plainte pour « injure publique »
pérennisation du dispositif, le que de nouveaux métiers puissent intentée contre la revue Démocra-
6 juin, les ministres « utilisateurs » être créés dans le domaine des nou- tie et socialisme, le mensuel de la
(éducation, intérieur…) étaient
tous présents. Le représentant de
l’« Etat employeur », Michel
velles technologies et de la docu-
mentation. Mais le propos majeur
n’est pas de créer de nouvelles filiè-
Le PS somme le président de la République de s’expliquer Gauche socialiste du PS, après
que celle-ci eut publié en « une »
sa photo surtitrée : « L’ennemi
Sapin, ministre de la fonction publi- res au sein des corps existants, et VINCENT PEILLON persiste et on est riche dans ce pays, ce qui ne santes, parce que les fonds spéciaux public numéro un ». M. Kessler a
que, n’était pas là. Cette absence encore moins de nouveaux corps, signe. Le 29 mars, le porte-parole concerne que 10 % des Français. ne sont pas faits pour partir en vacan- été condamné aux dépens et à ver-
n’était à l’évidence pas fortuite. indique-t-on au ministère de la du Parti socialiste s’était singularisé Pour quelqu’un qui est très proche ces. » ser 10 000 francs au journal.
La ministre de l’emploi envisage fonction publique. en indiquant à l’AFP qu’il ne s’inter- des Français, cela traduit un mode Cette affaire qui, a rappelé le por- a SYNDICAT : le Syndicat du
bien l’ouverture d’une troisième disait pas de signer la proposition de vie assez éloigné du leur. » te-parole du PS, concerne aussi des commerce parisien (Sycopa), en
voie d’accès à certains concours. LE SGEN-CFDT DÉNONCE de résolution d’Arnaud Monte- « Les Français sont choqués et je proches du chef de l’Etat, comme rupture avec la CFDT, a indiqué,
Dans la police, par exemple, les La titularisation des jeunes se bourg visant à mettre Jacques Chi- pense que c’est choquant », a encore sa femme et sa fille, « crée un trou- lundi 2 juillet, dans un communi-
adjoints de sécurité justifiant de fera sur des concours d’accès aux rac en accusation devant la Haute commenté M. Peillon. Réitérant la ble légitime et un malaise » et il qué, avoir signé un « protocole
trois ans de service pourront se pré- métiers traditionnels. « L’idée de Cour de justice. Le propos avait pro- ligne officielle du PS selon laquelle s’agit, à ses yeux, d’« aventures qui d’accord d’adhésion » avec la fédé-
senter en octobre à deux concours départ, soutenait Mme Guigou le voqué un vif émoi au PS, et le dépu- le parti de Lionel Jospin préfère « le ne sont pas finies ». M. Peillon a ration CGT du commerce et des
de gardiens de la paix. Le nombre 6 juin, n’a jamais été de fonctionna- té de la Somme avait fait un pas en dialogue démocratique sur les pro- achevé son commentaire par un services. Le syndicat tiendra un
de postes offerts ne sera pas accru, riser les emplois-jeunes. » Une affir- arrière, tout en dénonçant « un ris- jets » aux polémiques sur les affai- rappel qui sonnait comme un aver- congrès extraordinaire le 18 octo-
mais un quota leur sera réservé. mation qui, pour les syndicats, que de déni de justice », selon une res – le 30 juin, devant le conseil tissement. « Il y a un autre calen- bre afin de proposer aux 1 380
Cette mesure ne se traduira donc révèle toute la contradiction du formule reprise ensuite par Fran- national, M. Hollande s’était con- drier [que le calendrier électoral] adhérents de rejoindre collective-
pas par des emplois supplémentai- gouvernement. « Faire émerger de çois Hollande (Le Monde du tenté d’une allusion à M. Chirac qui qui ne relève pas de nous, qui relève ment la CGT.
res. Il en sera de même à l’éduca- nouveaux services répondant à des 31 mars).
tion nationale, où les recrutements besoins : tel était l’objectif du disposi- Lundi 2 juillet, à son point de
pour les trois années à venir ont tif affiché en 1997 » , relève Jean- presse hebdomadaire, M. Peillon Eviter la « victimisation » de Jacques Chirac
été arrêtés dans le plan plurian- Luc Villeneuve, du SGEN-CFDT n’avait pas prévu de revenir sur la
nuel présenté en novembre 2000. dénonçant le choix du gouverne- polémique née du paiement de Œil pour œil… Dans un entretien à L’Est Républicain, le 3 juillet, le
En somme, l’ouverture de troisiè- ment « de précariser ces nouveaux billets d’avion en espèces par président de l’Assemblée nationale, Raymond Forni (PS), répond au
mes voies d’accès n’est autre métiers qui ont fait leurs preuves ». M. Chirac pour des voyages privés député Arnaud Montebourg (PS, Saône-et-Loire), qui l’avait traité de
qu’une mesure de discrimination Au terme de « pérennisation » effectués entre 1992 et 1995. Une « militant de l’abaissement du Parlement » dans le même journal, le
positive en faveur des jeunes, per- utilisé à l’époque s’est substitué piqûre de rappel de Noël Mamère 27 juin. M. Forni, qui doit recevoir M. Montebourg à l’Assemblée le
mettant à la fonction publique celui de « consolidation », les l’a obligé à entrer dans la ronde. 4 juillet, a vécu les propos du député « comme une critique injuste ». Le
d’étoffer son vivier à un moment emplois-jeunes au sein de l’éduca- président de l’Assemblée redoute que la proposition de résolution de
où elle doit faire face à la montée tion nationale et de la police étant « LES FRANÇAIS SONT CHOQUÉS » M. Montebourg visant à renvoyer Jacques Chirac devant la Haute
des départs à la retraite. Si la titula- reconduits avec de nouveaux titu- Prié de donner son opinion sur Cour de justice ne suscite la « victimisation » du chef de l’Etat. Pour
risation de jeunes issus du disposi- laires. Au ministère de la fonction les déclarations de M. Mamère qua- autant, M. Forni juge « normal » que le président « ait à répondre de
tif n’est pas exclue, il n’est pas publique, on argue que ces lifiant le chef de l’Etat – coupable à ses actes, comme tout justiciable ».
question, à cette occasion, de déro- emplois relèvent de métiers qui ses yeux de « délinquance en col Interrogée sur l’affaire des billets d’avions, mardi 3 juillet, sur Euro-
ger au principe de stabilité des s’exercent lorsque l’on est jeune, et blanc » – de « ripou », M. Peillon a pe 1, Dominique Voynet a déclaré que les fonds spéciaux étaient
effectifs de fonctionnaires. donc temporairement. Dès lors, d’abord observé une attitude distan- « destinés à faire fonctionner l’Etat et pas à financer des vacances person-
Dans la fonction publique terri- leur transformation en emplois ciée : « La façon de s’exprimer de nelles ». « Aucun membre du gouvernement de Lionel Jospin ne se per-
toriale, il ne devrait pas davantage publics statutaires ne se justifie Noël Mamère, qu’elle concerne le mettrait ce genre de choses », a-t-elle ajouté.
y avoir de créations d’emplois. pas. Reste que si « la satisfaction président de la République ou
Néanmoins, une volonté de péren- des usagers » est bien l’objectif, si d’autres – nous avons été victimes plu-
niser les nouveaux métiers révélés « c’est sous cet angle-là que la ques- sieurs fois de ses flèches –, le regarde « promet des réformes souvent du droit et de l’indépendance de la
par les emplois jeunes semble pré- tion de l’emploi est abordée » dans et, grâce à Dieu, il y a encore la liber- payées à crédit mais, en termes de justice, et ce calendrier se déroulera
sente. Le Centre national de forma- la fonction publique, comme l’affir- té d’expression dans ce pays. » Mais facturation, je ne serai pas exi- selon son tempo propre. » Avis à Jac-
tion de la fonction publique territo- mait Michel Sapin le 31 mai devant la langue de bois a rapidement lais- geant » –, le député de la Somme ques Chirac, prié de donner des
riale (CNFPT) a d’ores et déjà réali- le Sénat, on peut s’interroger sur le sé la place à l’estocade. « Ce mode est passé à la contre-attaque. « Il explications « crédibles », par exem-
sé un guide des débouchés statutai- bien-fondé d’une démarche qui de vie qui consiste à s’offrir pour faut qu’il puisse y avoir des explica- ple lors de son intervention télévi-
res envisageables dans les « cadres vise en fait à opérer la modernisa- 240 millions de centimes de voyages tions crédibles », a-t-il lancé, en sée du 14-Juillet.
d’emplois » existants (l’équivalent tion de la fonction publique à sa en billets de banque, a enchaîné le jugeant que les premières réponses
des corps dans la fonction publi- périphérie. porte-parole du PS, choque nos com- fournies par l’Elysée « semblent Michel Noblecourt
que de l’Etat) qui est actuellement patriotes quand on voit qu’avec quand même légèrement insuffisan-
en cours de validation. Dans ce Laetitia Van Eeckhout 1,9 million de francs de patrimoine tes et, de toute manière, pas satisfai- f www.lemonde.fr/chirac-affaires
8

SOCIÉTÉ
LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

ÉDUCATION Le gouvernement a obtenu le maintien de leurs fonctions la création des emplois-jeunes. Mais le est désormais l’insertion professionnel- concours d’enseignants. b TROIS
annoncé, début juin, la pérennisation et tente d’assurer leur avenir. b DE ministère n’a pas souhaité les institu- le de ces jeunes. 9 000 ont déjà trouvé AIDES-ÉDUCATEURS de la région lyon-
du dispositif des emplois-jeunes, créés « NOUVEAUX MÉTIERS » (médiation, tionnaliser. « Il faut être capable de un poste dans le privé. Ils pourront naise témoignent, quatre ans après
en 1997. L’éducation nationale, qui accompagnement des handicapés, proposer des perspectives de carriè- désormais aussi postuler, grâce à la leur entrée dans le dispositif, de leur
compte 70 000 aides-éducateurs, a aide informatique) sont apparus avec re », plaide Jack Lang. b LA PRIORITÉ valorisation de leur expérience, aux expérience et de leurs projets d’avenir.

Le gouvernement tente d’assurer l’avenir professionnel des aides-éducateurs


Au terme de leur contrat de cinq ans, les 70 000 emplois-jeunes recrutés dans l’éducation nationale depuis 1997 verront l’accès aux concours d’enseignants
facilité, grâce à la validation de leur expérience. Jack Lang veut rattraper le retard en matière de formation et multiplier les contacts avec les entreprises
LE MARIAGE n’était pas pure- l’expérience s’est révélée « formi- pédagogique et de réduire le nom-
ment de raison. Les emplois- dable, y compris pour les enfants bre d’inscriptions au Centre natio-
Quelles fonctions pour quelles perspectives ?
jeunes présents dans les écoles, les des classes accueillantes », raconte nal d'enseignement à distance LES FONCTIONS* DES AIDES-ÉDUCATEURS en % LES PARCOURS DE FORMATION en %
collèges et les lycées « n’ont pas Fabienne Kaspar, de la cellule (CNED), qui laisse l’aide-éducateur
Aides-éducateurs CNED
choisi l’éducation nationale par emplois-jeunes d’Aix-Marseille seul face à ses études. ASSISTANCE INFORMATIQUE 22
actuellement (Enseignement
hasard », relève avec justesse la (Bouches-du-Rhône). Nombre de L’amélioration du marché de sans formation à distance)
responsable d’une cellule emplois- rectorats envisagent aussi de peau- l’emploi aidant, environ MÉDIATION 22
jeunes. L’étude menée dans l’aca- finer les projets d’établissement 9 000 aides-éducateurs ont trouvé Immersion
ANIMATION ET ACCOM- en entreprise 19 IUFM
démie de Versailles confirme cet afin d’éviter que les aides-éduca- un poste dans le privé. Ce sont sur- PAGNEMENT INDIVIDUALISÉS 20 23
(Préparation
intérêt : 83 % des aides-éducateurs teurs se substituent à des emplois tout les plus diplômés qui ont pro- 2 des concours
Techniques 8
souhaitent rester dans le secteur existants. fité de l’embellie. Les moins diplô- AIDE À LA DOCUMENTATION 18 de recherche enseignants)
éducatif au sens large après la fin Pour l’heure, c’est sur l’insertion més sont toujours là (60 % des 8
d'emploi 2 13
de leur contrat de cinq ans. professionnelle des jeunes en pos- aides-éducateurs n’ont que le ASSISTANCE PÉDAGOGIQUE 11
CNAM 14
Le 6 juin, le gouvernement a te que se concentrent toutes les bac), et c’est pour eux que l’inser- 6 4 GRETA
ASSISTANCE ADMINISTRATIVE Universités, (Formation
annoncé que le dispositif qui a per- énergies. Avec d’autant plus d’acui- tion professionnelle est la plus ET GESTION DES STAGES 5 continue)
IUT, BTS
mis de recruter 70 000 jeunes dans té que l’effort de formation n’est compliquée.
ASSISTANCE À L'INTÉGRATION
l’éducation nationale depuis 1997 intervenu que tardivement. A l’ins- Les accords-cadres nationaux, SCOLAIRE
1 Formations préparant Formations préparant
serait prorogé (Le Monde des 5 et tar du ministère, qui indique qu’il signés en 1999 et 2000 avec de * Les fonctions qui sont aux emplois du champ aux emplois du champ
8 juin). Le ministère a obtenu le grandes entreprises, ne semblent ASSISTANCE SANITAIRE 1 exercées à titre principal
de l'animation sportive socio-éducatif
et de l'éducation populaire
maintien des fonctions d’aides- pas à la hauteur des espoirs : le
éducateurs, qui seront dévolues Les jeunes espéraient ministère pensait trouver
Source : Cereq

après 2003 à d’autres jeunes, mais 30 000 perspectives d’embauches Les tâches remplies par les aides-éducateurs, qui, selon l'étude du Cereq de juillet 2000, « correspondent à de réels
il n’a pas créé d’emplois de fonc- secrètement dans un délai de deux à cinq ans besoins », sont souvent sans rapport direct avec les formations suivies.
tionnaires correspondant aux (plus de 40 000 en incluant les con-
« nouveaux métiers » que le dispo- qu’ils pourraient ventions avec la police et la fédéra- tion chez Accor, qui propose des Certaines académies font preuve rience, aux concours d’ensei-
sitif mis en place en 1997 a contri- tion du bâtiment). A l’Union des postes de réceptionnistes en hôtel- d’imagination pour exploiter au gnants. Une aubaine aussi pour
bué à faire émerger, qu’il s’agisse un jour postuler à industries métallurgiques et miniè- lerie. La grande distribution ne plus près ces bassins d’emplois. l’éducation nationale, qui doit
de médiation, d’accompagnement res (UIMM), qui avait signé une séduit pas davantage. Air France « Nous avons un souci de diversifica- recruter 165 000 enseignants dans
des enfants handicapés ou d’ani- ces fonctions dont, sur convention pour 25 000 proposi- s’en sort un peu mieux, avec tion des offres, pas de massifica- les cinq prochaines années. Yves
mation de salles informatique. tions d’emplois, Dominique de 152 recrutements au niveau du tion », indique Martine Pavot, Lichtenberger, professeur à l’uni-
Même s’ils savaient que cette expé- le terrain, on ne cesse Calan ne cache pas son exaspéra- bac, essentiellement pour des pos- directrice du cabinet au rectorat versité de Marne-la-Vallée et
rience ne constituerait qu’un épiso- tion : « Nous n’avons quasiment tes d’agents d’escale ou d’hôtesses de Lille. ancien directeur du Centre d’étu-
de dans leur curriculum vitae, les de louer les bénéfices pas embauché de jeunes ; les rec- et stewards. « Nous espérions L’accès aux concours de « troisiè- des et de recherches sur les qualifi-
jeunes espéraient secrètement teurs et les établissements refusent davantage de candidatures », me voie » de l’éducation nationale cations (Cereq), pilote un groupe
qu’ils pourraient un jour postuler de les lâcher. » avoue-t-on toutefois chez Air (c’est-à-dire ni internes ni exter- de travail sur la valorisation des
à ces fonctions, dont les acteurs de va « changer de braquet », les recto- Dans les faits, les offres corres- France. nes), dont le principe a été annon- acquis de l’expérience, qui s’effec-
l’école, sur le terrain, ne cessent de rats se disent déterminés à repérer pondent peu aux attentes des Les 120 accords signés locale- cé par Jack Lang le 6 juin, consti- tuera notamment dans le cadre du
louer les bénéfices. « La question les 20 % d’aides-éducateurs qui aides-éducateurs, dont un sur qua- ment semblent remporter davanta- tuera sans doute une porte de sor- projet de loi sur la modernisation
reste ouverte, plaide cependant le n’ont aucun projet de formation. tre a plus de vingt-cinq ans. Les ge de succès, même si les embau- tie importante. Les aides-éduca- sociale qui devrait être définitive-
ministre de l’éducation nationale, Pour les aider, ils disposeront à la emplois proposés ressemblent ches s’effectuent par contingent teurs pourront ainsi postuler, grâ- ment adopté à l’automne. Les
Jack Lang. Mais cela réclame du rentrée d’« un outil de gestion infor- trop à des petits boulots qu’ils ont restreint de l’ordre de la dizaine. ce à la valorisation de leur expé- aides-éducateurs détenant un
temps. Il faut dresser un inventaire matisé des parcours individualisés », déjà expérimentés (GO aux Baléa- DEUG devraient pouvoir accéder,
de ces métiers, être capable de pro- précise Jack Lang. « Il nous faut sur- res, surveillant de parking de nuit, moyennant la validation de trois
poser des perspectives de carrière. tout nous montrer réalistes pour employés chez Disneyland ou Un statut complexe, des droits sociaux inexistants années d’expérience, au niveau
Nous n’étions pas prêts à cela. » ouvrir ces jeunes à d’autres hori- McDonald’s…) ou imposent des licence. « Cette validation de l’expé-
Les postes sont reconduits dans zons », précise-t-on à Rennes. « On contraintes trop fortes (mobilité Malgré les demandes répétées de plusieurs syndicats, le gouverne- rience sera finalement la vraie
les mêmes proportions, ce qui ne peut pas inscrire tout le monde géographique, travail le week-end, ment n’a pas modifié le statut des aides-éducateurs, qui continuent reconnaissance des fonctions », esti-
satisfait la Rue de Grenelle. Le dans une formation pour éducateur horaires décalés...). « La mise en de relever du droit privé dans un environnement de droit public. « Ils me Laurent Gérin, directeur des
ministère de l’éducation nationale spécialisé », souligne-t-on à Créteil œuvre des accords nationaux n’ont les avantages ni des uns ni des autres », stigmatise le SNES (Syndi- ressources humaines au rectorat
n’envisage pas de « redistribution où, comme ailleurs, cette forma- requiert beaucoup d’énergie pour cat national des enseignements de second degré). Les aides-éduca- de Lyon. Dernier problème :
entre les académies ». Localement, tion est très demandée. Nombre une rentabilité faible », regrette teurs ne peuvent revendiquer les droits des fonctionnaires, mais l’in- convaincre les universités, qui
il est un peu tôt pour prévoir des d’académies ont d’ores et déjà mul- André Baratier-Buisson, au recto- tégralité des droits des salariés du privé ne leur est pas transposable sont des établissements autono-
réaménagements dans la défini- tiplié les partenariats avec les Insti- rat de Grenoble. Accor, qui s’était non plus. Leurs droits sociaux sont donc quasi inexistants. mes, d’organiser cette validation.
tion des postes. Les missions tuts universitaires de formation engagé à proposer 1 000 postes Les chefs d’établissement sont peu aguerris aux règles du code du Avec le risque de voir naître des
d’aide à la scolarisation des des maîtres (IUFM), les Greta (qui sur trois ans, n’a recruté qu’une travail, et l’application de ces contrats privés engendre des frictions particularismes.
enfants handicapés sont souvent dispensent de la formation conti- centaine de candidats. « On a des (congés payés, heures supplémentaires, indemnités de déplacement…),
citées comme devant être dévelop- nue) et les universités, et mis en pla- besoins, mais on n’est pas sollici- qui ne se règlent parfois que devant les tribunaux. Cette question des Marie-Laure Phélippeau
pées. Quand de tels accompagne- ce des tutorats. L’objectif est de tés », constate Alain Carric, chargé droits sera l’un des thèmes centraux de la grève que les aides-éduca-
ments ont pu être mis en place, proposer un accompagnement de la mise en œuvre de la conven- teurs prévoient pour le 27 septembre. f www.lemonde.fr/education

Le nouveau dispositif
b Contrats en cours. Les 70 000 emplois-jeunes. De
Trois pionniers de l’académie de Lyon à l’heure du bilan
aides-éducateurs embauchés en nouveaux contrats de cinq ans LE 13 OCTOBRE 1997, Estelle, Près de quatre ans après leur affirme Estelle. Si jamais elle flambant neufs. « Ça a été un gros
1997-1998, dont les contrats seront signés à partir de 2003 Olivier et Cyril prenaient leurs entrée dans le dispositif, l’horizon échoue au concours d’institutrice, chantier. Nous avons sorti les pre-
arrivent à échéance en 2002-2003, pour d’autres jeunes que ceux fonctions d’aides-éducateurs de « l’après emploi-jeune » com- elle ne sait pas ce qu’elle fera et se miers bulletins scolaires informati-
verront leur mission prorogée actuellement en poste. dans l’académie de Lyon. Ils fai- mence à se dégager. sent mal informée sur les déci- sés », explique Olivier.
jusqu’au 30 juin 2003. b Formation. La durée annuelle saient partie de la première vague En 1997, lorsqu’elle avait décro- sions du ministère. Elle aurait Cyril, lui, n’a jamais perdu son
Ceux qui ont été recrutés de formation pourra être portée ché son poste d’aide-éducatrice, aimé « une modification des pro- enthousiasme. En 1997, après
en remplacement d’un à quatre cents heures annuelles TÉMOIGNAGES Estelle avait « repris confiance ». fils », avec des postes « d’aide- avoir échoué à un BTS de mainte-
aide-éducateur démissionnaire dans les deux dernières années Titulaire d’une licence d’histoire, documentaliste et d’aide-informati- nance industrielle, il avait « sauté
disposeront d’un contrat de cinq du contrat contre deux Pour Estelle, Olivier elle venait d’échouer pour la cien ». sur l’opportunité » du programme
ans : un jeune embauché en cents actuellement. et Cyril, l’horizon de deuxième fois au concours de pro- emploi-jeune, persuadé d’avoir
janvier 2001 en remplacement b Concours. A côté des voies « l’après-emploi-jeune » fesseur et se sentait exclue du mar- « JE ME SUIS CONSTRUIT » enfin trouvé sa voie. Cyril avait
d’un collègue qui avait été recruté interne (exclue aux ché du travail. Aide au centre de Davantage qu’aide-informati- toujours été « passionné par les
en janvier 1998 pourra rester aides-éducateurs) et externe
commence à se dégager documentation et d’information cien, Olivier est devenu, au fil des enfants ». Son poste d’aide-éduca-
jusqu’en janvier 2006. Jusqu’à (à laquelle ils peuvent postuler (CDI), tutorat, études dirigées, sur- ans, responsable de la salle multi- teur et « la confiance qui s’est ins-
présent, son contrat, s’ils ont les diplômes requis), d’emplois-jeunes recrutés par veillance : sa fonction au sein média de son collège de la ban- tallée » entre lui et les « gamins »
qui reprenait l’« ancienneté » seront ouverts des concours l’éducation nationale. De l’eupho- d’un collège de la banlieue lyon- lieue lyonnaise. Lui qui ne se fai- de son établissement scolaire lyon-
de son prédécesseur, de « troisième voie », offrant rie de l’embauche au doute sur naise a toujours été très « polyva- sait aucune illusion sur les débou- nais l’ont encouragé dans ses
s’arrêtait en janvier 2003. des conditions d’accès spécifiques leur avenir, ils ont peu à peu trou- lente ». Bien intégrée à l’équipe chés professionnels promis aux envies professionnelles. Depuis
b Nouveaux contrats. et intégrant notamment vé leur place dans les établisse- éducative, Estelle apprécie le con- aides-éducateurs a revu depuis plus d’un an, il suit une formation
L’éducation nationale continuera la validation d’acquis ments scolaires et surtout bataillé tact qu’elle a noué avec les élèves quelques semaines son jugement. pour acquérir le brevet d’Etat
à disposer d’environ de l’expérience. pour décrocher une formation. mais persiste à dire qu’aide-éduca- Après trois ans d’attente, il a enfin d’animateur-technicien d’éduca-
trice, « ce n’est pas un vrai bou- décroché une formation qualifian- tion populaire. Il espère être diplô-
lot ». Aujourd’hui âgée de vingt- te d’infographiste. « Cela valait le mé d’ici à la fin de l’année et
huit ans, cette jeune femme, mère coup d’attendre, je suis très content « trouver un boulot dans le milieu
d’un enfant, a envie de se « fixer » de cette formation et maintenant je associatif ». Il porte toujours le
et se « pose des questions » quand ne veux qu’une seule chose : par- même regard positif sur son poste
elle regarde sa feuille de salaire tir. » Depuis l’automne 1997, d’aide-éducateur : « Cela m’a per-
qui affiche chaque mois beaucoup de choses ont changé mis d’acquérir une expérience, de
5 876 francs nets. dans la vie d’Olivier. Il s’est instal- décrocher une formation et de faire
lé avec sa copine, est devenu papa bientôt le métier que je veux. »
EXPÉRIENCE NON PRISE EN COMPTE et son travail d’aide-éducateur Tous les trois considèrent que
Elle n’a pas abandonné son sou- « [lui] a donné confiance en la durée de leur contrat (cinq ans)
hait de devenir institutrice. Pour [lui] », raconte-t-il. Finalement, est suffisante. Au-delà, il y aurait
la deuxième année consécutive, ajoute Olivier, « je n’ai pas perdu « l’usure » et la « routine », résu-
elle a « vraiment préparé » le mon temps. Je me suis construit ». me Olivier. Ces « vieux » aides-
concours de professeurs des éco- Bien sûr, se dit-il, « si j’avais obte- éducateurs se disent persuadés
les en suivant chaque mercredi nu ma formation dès la première que leur présence au sein des éta-
une formation à l’IUFM de Lyon. année, je serais aujourd’hui dans blissements scolaires a « créé des
Mais elle regrette que l’expérien- une entreprise, mais j’ai vécu dans besoins » et de « nouvelles activi-
ce pédagogique acquise par les le calme, sans trop de stress. Aujour- tés ». Quand Olivier s’absente
aides-éducateurs ne soit pas prise d’hui je ne regrette rien et j’ai envie pour suivre sa formation, person-
en compte lors des examens. Les de me bouger pour mon enfant ». ne ne le remplace à la maintenan-
emplois proposés dans le secteur Au collège, il a le sentiment de ce informatique. « A mon retour, il
privé, elle n’en a « pas entendu « faire partie des meubles » et y a toujours beaucoup de tra-
parler ». « La seule proposition « d’appartenir à une famille ». Cet- vail»conclut-il.
concrète qui nous a été faite était te année, l’établissement a reçu
de devenir conducteur de bus », des équipements informatiques Sandrine Blanchard
SOCIÉTÉ LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 / 9

L’essentiel des poursuites Soupçonné d’avoir utilisé des avions payés par Elf,
contre Emile Louis validées Charles Pasqua a été mis en examen
Dans l’affaire des disparues de l’Yonne, Pour l’ancien ministre, François Mitterrand approuvait de tels voyages justifiés par des « raisons d’Etat »
la cour d’appel de Paris a considéré que le crime Les juges Eva Joly et Renaud Van Ruymbeke ont dans l’affaire Elf. L’ancien ministre, déjà mis en soupçonné d’avoir bénéficié de nombreux vols
notifié, lundi 2 juillet, sa mise en examen à Char- examen pour le financement de sa campagne effectués sur des avions appartenant au groupe
de séquestration n’était pas prescrit les Pasqua pour « recel d’abus de biens sociaux » européenne de 1999 et dans l’affaire Falcone, est Elf-Aquitaine ou affrétés par ce dernier.

LA CHAMBRE de l’instruction poursuivi que pour assassinats – une LE FANTÔME de François déplacements à caractère politique terrand de la question des avions 24 septembre 1992, soit durant la
de la cour d’appel de Paris a validé, infraction prescrite – et devrait donc Mitterrand a une nouvelle fois sur- ou personnel sur le territoire fran- d’Elf. « J’ai demandé au président de campagne pour le référendum sur
lundi 2 juillet, l’essentiel de l’ins- être remis en liberté dans cette affai- volé l’affaire Elf, lundi 2 juillet, invo- çais. Après la publication, dans Le la République, compte tenu de la le traité de Maastricht, dont l’an-
truction dans l’affaire des dispa- re. A ce jour, deux corps seulement qué par Charles Pasqua au Monde du 9 juin, des conclusions manière dont l’habitude s’était créée cien ministre était l’un des princi-
rues de l’Yonne. Saisis par les avo- ont été déterrés et les nouvelles moment où l’ancien ministre s’est d’un rapport de la brigade financière au sein du groupe Elf de payer des paux opposants. Le coût total de
cats d’Emile Louis, le chauffeur de fouilles n’ont rien donné. vu notifier sa mise en examen pour remis au juge Philippe Courroye, voyages en avions Elf, s’il voyait un ces vols est chiffré par les enquê-
bus mis en examen le 14 décembre Me Didier Seban, l’avocat de l’As- « recel d’abus de biens sociaux » par chargé de l’enquête sur l’affaire Fal- inconvénient à ce que Elf poursuive teurs à 1,1 million de francs.
2000 pour « enlèvements » et sociation de défense des handica- les juges Eva Joly et Renaud Van cone, puis transmis aux juges de l’af- le transport gratuit de ministres ou Entre 1992 et 1997, indiquait le
« séquestration » après la dispari- pés de l’Yonne (ADHY), a indiqué, Ruymbeke. Soupçonné d’avoir été faire Elf, le président du RPF avait d’ex-ministres, en particulier en Afri- même document, le président du
tion de sept jeunes filles dans l’Yon- lundi, qu’il entendait se pourvoir le bénéficiaire de nombreux vols publiquement indiqué, sur le mode que, indiquait-il le 11 juin aux juges conseil général des Hauts-de-Sei-
ne entre 1976 et 1979, les magis- en cassation et faire valoir que les effectués sur des avions apparte- ironique, qu’il préférait « utiliser Air Joly et Van Ruymbeke. Il m’a répon- ne aurait en outre accompli
trats ont estimé que les poursuites infractions d’enlèvement et de nant au groupe Elf-Aquitaine ou France à Air Elf ». Répondant aux du : “Non, je n’y vois pas d’inconvé- 33 déplacements sur des avions
pour enlèvements étaient prescri- séquestration ne sont pas prescri- affrétés par lui, M. Pasqua a admis questions du juge Courroye, le nient si c’est de l’intérêt de la Fran- affrétés par les sociétés de l’inter-
tes, mais ils ont validé les crimes tes car la prescription ne démarre avoir accompli plusieurs voyages 29 mai, il avait assuré ne s’être ce”. Par conséquent, il y a eu des médiaire André Guelfi, alors que
de séquestration et les interrogatoi- pas au moment supposé de la dis- en Afrique sur des appareils du « jamais occupé des intérêts pétroliers hommes politiques de tout bord qui ce dernier était encore sous con-
res de garde à vue. parition mais lors de la découverte groupe pétrolier, les justifiant par d’Elf, en Angola ou ailleurs », con- ont été véhiculés par des avions payés trat avec Elf.
La chambre de l’instruction a sui- des corps. Mes Alain Fraitag et des « raisons d’Etat » liées aux cluant que « dès lors, la société n’avait par Elf au cours de ma présidence, Lui-même mis en examen depuis
vi les réquisitions de l’avocat géné- Alain Thuault, les avocats d’Emile « intérêts de la France » et qu’il dit pas besoin de prendre en charge [ses] au cours des présidences qui m’ont le mois d’avril 1997, M. Guelfi est
ral et considéré que les crimes d’en- Louis, envisagent eux aussi un avoir été approuvées par l’ancien billets d’avion ». L’ancien ministre précédé, au cours des présidences sui- soupçonné d’avoir contribué à l’éva-
lèvement – une infraction « instanta- pourvoi sur l’interrogatoire de gar- président de la République. Avant avait simplement concédé avoir « dû vantes et qui continuent encore. » Il sion d’importantes sommes des cais-
née » – étaient prescrits et que le de à vue. lui, l’ancien président du Conseil faire deux fois le tour de l’Afrique avec ajoutait avoir essuyé des « répri- ses du groupe Elf sous couvert de
« soit-transmis » du 3 mai 1993 La chambre de l’instruction a constitutionnel, Roland Dumas, et des avions d’Elf, en 1985 et 1988 ». mandes » des ministres socialistes « commissions » pétrolières. Il a
– un acte de procédure du par- enfin jugé irrecevable la constitu- l’ex-PDG d’Elf, Loïk Le Floch-Pri- Pierre Bérégovoy et Pierre Joxe expliqué au Parisien du 27 juin avoir
quet – n’interrompait pas le délai de tion de partie civile de l’ADHY gent, avaient déjà invoqué l’appro- « PASSAGER » DE 24 VOLS PRIVÉS « pour avoir véhiculé M. Pasqua ». « offert » quelques billets d’avion à
dix ans de prescription. Considérant dans un autre dossier : or les avo- bation de François Mitterrand dans Interrogé en qualité de témoin, le « J’ai vérifié, c’était vrai, et j’ai répon- l’ancien ministre de l’intérieur « à
en revanche qu’Emile Louis avait cats d’Emile Louis ont déposé une le versement de « commissions » 9 décembre 1999, le dirigeant de la du à M. Joxe que je l’avais fait sur titre purement amical ». Au juge
« été la dernière personne ayant eu demande comparable dans l’affai- occultes par le groupe pétrolier. société chargée de la maintenance ordre du président de la République, Courroye, M. Pasqua avait répondu
des contacts » avec les disparues et re des disparues, sur laquelle la Déjà mis en examen dans les ins- de la flotte aérienne du groupe Elf ce qui était vrai aussi », concluait-il. que M. Guelfi était « un ami qui vou-
qu’il avait pu agir avec des compli- juge d’instruction d’Auxerre doit tructions relatives au financement avait cité le nom de M. Pasqua par- Le rapport de la brigade financiè- lait [l]’aider », précisant : « Je pen-
ces, la séquestration, un délit « conti- bientôt statuer. Cette association de sa campagne européenne de 1999 mi les « personnalités marquantes re, établi sur la base de documents sais qu’il avait suffisamment d’argent
nu », a été validée par la cour. qui est à l’origine des premières et aux activités du marchand d’ar- qui prenaient les vols Elf ». Plus saisis au siège de la compagnie pour payer ça personnellement. »
La situation est paradoxale : si plaintes, en 1996, risque donc de mes Pierre-Joseph Falcone (Le Mon- récemment, M. Le Floch-Prigent d’aviation privée Air Entreprise,
tous les corps des victimes sont un sortir du dossier. de des 30 et 31 mai), M. Pasqua a en avait expliqué, dans une série d’in- mentionnait néanmoins M. Pas- Hervé Gattegno
jour retrouvés, la séquestration pren- revanche contesté avoir emprunté terviews puis sur procès-verbal, qua en qualité de « passager » de
dra fin, Emile Louis ne pourra être F. J. des avions payés par Elf pour des s’être entretenu avec François Mit- 24 vols privés, entre le 21 juin et le f www.lemonde.fr/pasqua-affaires

Olivier Spithakis mis en examen Un collaborateur de l’ex-ministre au cœur d’un imbroglio franco-africain
pour « complicité de vol » « JE N’ÉTAIS PAS AU COURANT », a simplement
répondu Charles Pasqua aux juges de l’affaire Elf
lorsque ceux-ci l’ont interrogé, lundi 2 juillet, sur les
ter, par un compte à l’UEB de Genève dont les regis-
tres le présentent comme l’« ayant-droit économique »,
quelque 43 millions de francs, dont une partie semble
de – M. Léandri (2 millions de dollars), l’homme
d’affaires André Guelfi (1,8 million de dollars), l’ex-
directeur d’Elf Jean-François Pagès (2 millions de
L’ANCIEN DIRECTEUR GÉNÉRAL de la Mutuelle nationale des étu- sommes considérables qui ont transité par les comp- avoir été issue d’un emprunt consenti par le groupe Elf dollars) et l’homme d’affaires Jean-François
diants de France (MNEF), Olivier Spithakis, soupçonné d’avoir com- tes bancaires ouverts en Suisse au nom de l’un de ses à l’Etat du Cameroun dans le cadre d’une opération de Dubost (2 millions de dollars), aux sympathies gaul-
mandité un cambriolage au domicile d’une journaliste de Libération, plus fidèles collaborateurs, Daniel Léandri. Ancien « préfinancement pétrolier ». Titulaire de nombreux listes affichées et qui fut l’associé de Pierre-Philip-
en 1998, a été mis en examen, vendredi 29 juin, pour « complicité de brigadier de police, considéré comme l’homme des permis d’explorations dans ce pays, Elf avait alloué, en pe Pasqua, fils de Charles Pasqua, dans une société
vol », par le juge Marc Brisset-Foucault. L’instruction a débuté après missions confidentielles, en Afrique et ailleurs, 1992, à la Société nationale des hydrocarbures (SNH) d’études et de prises de participations financières.
les révélations de l’épouse de Dominique Levêque, ancien président M. Léandri fut, lors des deux passages de M. Pasqua camerounaise une avance de 45 millions de dollars Interrogé le 19 juin, M. Léandri a répondu, ainsi
de la MNEF, qui a affirmé devant les enquêteurs que son mari aurait au ministère de l’intérieur – de 1986 à 1988, puis de (environ 300 millions de francs) sur les recettes à venir. qu’il l’a toujours fait, n’avoir perçu aucune somme à
organisé un vol chez une journaliste. Placé en garde à vue, M. Levê- 1993 à 1995 – le conseiller le plus proche du ministre, titre personnel, assurant qu’il « n’était pas le manda-
que a affirmé que le commanditaire de ce vol était M. Spithakis. poste d’où il surveillait avec la même malice affaires MONTAGE SOPHISTIQUÉ taire de ce compte » et qu’il « ne s’occupait pas de son
Interrogé par l’AFP, l’avocat d’Olivier Spithakis, mis en examen à de corses et dossiers politiques sensibles. Les fonds avaient transité par une banque de approvisionnement ». Evoquant les missions effec-
nombreuses reprises dans l’affaire de la MNEF, a estimé qu’il s’agis- Maintes fois cité – et mis en examen depuis la fin Zurich, sous couvert de deux sociétés-écran des tuées en Afrique au service du groupe Elf, l’ancien
sait d’une affaire « rocambolesque, dans laquelle il n’y a absolument de 1999 – dans le dossier judiciaire de l’affaire Elf Iles vierges britanniques, avant qu’une part – 8 mil- policier a certifié n’en avoir « rendu compte qu’à
aucun indice matériel d’aucune sorte ». Dans ses éditions du 3 juillet, pour avoir été l’un des salariés cachés de la filiale lions de dollars (55 millions de francs) – en soit sous- Alfred Sirven » et non à M. Pasqua, qui n’aurait pas
Libération dénonce ce « fric-frac crapuleux », une « entreprise de désta- genevoise Elf-Aquitaine International (EAI), au traite et reversée sur un autre compte suisse, davantage été informé des mouvements de fonds
bilisation [qui] s’est transformée en fiasco ». Le quotidien et la journa- temps où celle-ci était présidée par Alfred Sirven, dénommé « Faraday ». Ce compte abritait les visés par l’enquête, dont le dernier n’est pas le moins
liste victime du cambriolage se sont constitués parties civiles. M. Léandri apparaît aussi au détour d’un imbroglio avoirs de la société panaméenne Malone Holdings, étrange. En 1999, le solde du compte de M. Léandri
financier franco-camerounais dont les enjeux, enco- dont le détenteur était M. Sirven lui-même. Au ter- (43 730 000 francs) a été transféré, sans motif appa-

Reprise des adoptions d’enfants re nébuleux, se chiffrent en millions de dollars et au


centre duquel se trouve, une fois encore, M. Sirven.
Selon les documents transmis par la justice suisse
me de ce montage sophistiqué, l’ancien directeur
des « affaires générales » d’Elf avait réparti cette
manne entre plusieurs bénéficiaires. Parmi ceux-ci
rent, vers une banque libanaise « à la demande de
[son] mandant » – dont il n’a pas précisé l’identité.

H. G.
vietnamiens par des parents français aux enquêteurs français, M. Léandri aurait vu transi- figurent – selon les documents détenus par Le Mon-

LES ADOPTIONS d’enfants vietnamiens par des Français ont repris, a


annoncé, mardi 3 juillet, l’ambassade de France à Hanoï. La France
avait décidé de les suspendre en avril 1999, en raison de dérives dans
Six mois d’inéligibilité requis contre M. Douste-Blazy pour usage frauduleux d’un fichier
les procédures, dénoncées dans un rapport parlementaire. Depuis le TOULOUSE la ville se contentait d’élaborer cha- figurer sur cette liste dans la mesure cette liste de noms et d’adresses à
début des années 1990, la France accueille la moitié des enfants vietna- de notre correspondant que année un « mémorandum » à où leurs noms sont affichés sur des l’ensemble des candidats à l’élec-
miens adoptés à l’étranger : 5 133 enfants ont ainsi trouvé une famille Le procureur de la République de des fins de pure gestion administra- panneaux dans chaque école. Ils tion municipale. « Lorsque j’ai reçu
d’accueil entre 1995 et 1998. Plus de 1 000 dossiers sont actuellement Toulouse, Michel Bréard, a requis tive. sont donc « déjà des personnes publi- ce fichier en réponse à ma lettre, j’ai
en attente, dont 300 ont été transmis aux autorités vietnamiennes. une peine de six mois d’inéligibilité « Avez-vous demandé de préciser ques », note Me Jean-Paul Cottin. été partagée entre la colère et le fou
Une convention a été signée en février 2000 par les deux pays. Lors à l’encontre l’appartenance à une organisation de Sur le fond, la défense persiste à rire », témoigne la journaliste
d’une visite à Paris de la vice-présidente du Vietnam, Nguyen Thi du maire de parents d’élèves ?, demande le prési- nier la constitution d’un « fichier ». Aline Pailler, tête de liste LCR.
Binh, en mai, Jacques Chirac avait attiré l’attention du gouvernement Toulouse, Phi- dent du tribunal, Alain Birgy. Les défenseurs des deux parents Pour le procureur, cette réponse
vietnamien « sur l’importance de la mise en œuvre effective de cette lippe Douste- - Non, répond la fonctionnaire d’élèves à l’origine de la plainte du maire de Toulouse est un « aveu
convention, compte tenu du caractère sensible de cette question pour les Blazy (UDF), municipale. ont choisi de citer les deux têtes de écrit ». Il y voit la preuve que le
Français ». et de son - Alors pourquoi cette case liste de la Ligue communiste révo- fichier municipal a bien servi de
éphémère pré- “organisme” ? », interroge le prési- lutionnaire (LCR) aux élections base au mailing du candidat Douste-
DÉPÊCHES décesseur dent, en lui montrant un formulaire. municipales de Toulouse comme Blazy. « On a été pris les doigts dans
a JUSTICE : les parents d’un écolier noyé lors de la tragédie du PROCÈS Guy Hersant La fonctionnaire restant silen- témoins. A la barre, ils s’inquiètent le pot de confiture, alors on essaie d’y
Drac (Isère), le 4 décembre 1995, au cours de laquelle six enfants et (DVD). Les deux hommes sont pré- cieuse, le président a conclu que la que leurs noms et adresses aient amener les autres. Les bras m’en tom-
une accompagnatrice avaient trouvé la mort, se sont pourvus en cassa- venus d’avoir constitué illégalement mairie avait classé les délégués en pu être communiqués aux candi- bent », conclut le procureur.
tion contre l’arrêt de la cour d’appel de Lyon du 28 juin, qui a relaxé et utilisé frauduleusement un fichier fonction de leur appartenance à dats d’extrême droite. Interpellé Jugement le 13 septembre.
l’institutrice et la directrice de l’école de poursuites pour « homicides comportant les noms et adresses une organisation. par la LCR sur l’existence de ce
et blessures involontaires ». L’affaire avait été rejugée après l’annula- d’environ un millier de délégués de Pour la défense de Philippe Dous- fichier, le maire par intérim, Guy Stéphane Thépot
tion d’une première condamnation par la Cour de cassation, après parents d’élèves des écoles toulou- te-Blazy, les délégués de parents Hersant, avait en effet pris l’initiati-
l’entrée en vigueur de la loi du 10 juillet 2000 sur les délits non saines lors de la campagne électora- d’élèves ne peuvent se plaindre de ve, le 15 février, de communiquer f www.lemonde.fr/toulouse
intentionnels. le pour les élections municipales de
a L’adolescent de quinze ans soupçonné d’avoir assassiné ses mars. Pour le procureur de la Répu-
parents, un couple de bouchers, le 25 septembre 2000, à Lebetain blique, cela ne fait aucun doute :
(Territoire de Belfort) a été déclaré pénalement responsable par des « L’infraction est constituée » et elle
experts psychiatres, lundi 2 juillet, à Belfort (Le Monde du 3 octobre représente « une véritable atteinte
2000). L’avocat du jeune homme, mis en examen pour homicide volon- fondamentale à la démocratie ».
taire sur ascendants, réclame une contre-expertise et plaide l’absence Cités devant le tribunal correc-
de discernement au moment des faits. tionnel par deux parents d’élèves,
a URBANISME : le tribunal correctionnel de Bordeaux a condam- les deux élus ne se sont pas présen-
né, lundi 2 juillet, à 1 million de francs d’amende le propriétaire tés à l’audience. Leurs avocats ont
d’une villa de 337 m2 construite sans permis au Cap-Ferret (Gironde), plaidé qu’il s’agissait d’un « procès
en bordure du bassin d’Arcachon, dans une zone déclarée à risques. politique » orchestré par des oppo-
Le propriétaire, qui loue sa villa à l’année et a construit à ses frais une sants pendant la campagne électora-
digue pour la protéger, a décidé de faire appel. le. MM. Douste-Blazy et Hersant
a VIOLENCES : quatre salles de classe d’une école élémentaire de n’étaient-ils assignés pour la premiè-
la cité des Beaudottes, à Sevran (Seine-Saint-Denis), ont été incen- re fois devant le tribunal le 5 mars, à
diées, dimanche 1er juillet. Des incidents se produisent depuis six quelques jours du premier tour des
jours dans cette ville de la banlieue parisienne, où des petits groupes élections ?
de jeunes ont pris pour cibles plusieurs bâtiments publics. La fonctionnaire de la mairie qui
a TÉLÉPHONIE : une proposition de loi visant à interdire les avait rédigé la lettre demandant aux
antennes relais de téléphonie mobile à proximité des écoles, des directeurs d’écoles les coordonnées
hôpitaux et des crèches, déposée par une soixantaine de députés, a été des délégués de parents d’élèves et
rendue publique, lundi 2 juillet. Ce texte prévoit d’octroyer aux l’adjoint au maire chargé des affai-
collectivités locales le pouvoir de s’opposer à l’installation d’une anten- res scolaires, Jean-Claude Paix
ne pour des motifs esthétiques, sanitaires ou environnementaux. (UDF), sont venus à la barre en qua-
lité de témoins pour expliquer que
10

RÉGIONS
LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

Deux études tirent un bilan nuancé des zones franches urbaines


Lancé par le gouvernement d’Alain Juppé, ce dispositif d’exonérations fiscales pour les entreprises dynamise les banlieues mais profite peu aux habitants.
Entre 1997 et 1999, pour un coût de 3,3 milliards de francs, 26 000 emplois ont été créés, dont seulement 7 000 pour les résidants
DÈS JANVIER 2002, de nouvel- tion d’entreprises, etc. Cette réo- plus que fin 1997. Ils employaient emplois. Pour 1998 et 1999, le mon-
44 zones franches urbaines
les mesures bénéficieront aux quar- rientation est liée à la fois au chan- 57 000 salariés fin 1999, contre tant total s’élève à 3,318 milliards
tiers en difficulté, où le chômage gement de la conjoncture économi- 31 000 deux ans plus tôt, soit un de francs, pour un gain de CALAIS Beau-Marais LILLE sud, faubourg de Béthune

reste deux fois plus élevé que la que et aux conclusions du rapport gain de 26 000 emplois, créés ou 26 000 emplois, soit 12 760 francs AMIENS Quartier nord ROUBAIX-TOURCOING
moyenne nationale. Le pourcenta- sur les ZFU (mises en place, à partir transférés. Le roulement « semble l’unité. Cette année, les diverses Alma-Gare, Fosse-aux-Chênes, Cul-du-Four
LE HAVRE Mont-
ge de demandeurs d’emploi s’était de 1997, pour cinq ans) que Claude assez conséquent » : au cours de la exonérations représenteront Gaillard, La Forêt-Bois- SAINT-QUENTIN Vermandois
même dégradé entre 1990 et 1999, Bartolone, ministre délégué à la vil- seule année 1999, 24 000 embau- 1,9 million de francs. L’étude, qui de-Bléville, Mare-Rouge
CHARLEVILLE-M. Ronde-Couture
passant de 18,9 % à 25,4 %. Depuis le, présentera au Parlement la ches ont été réalisées, tandis que le porte sur 30 ZFU, indique que « les OCTEVILLE-
REIMS Croix-Rouge
deux ans, le chômage recule dans semaine prochaine. nombre de départs (démissions ou effets du dispositif sur la densifica- CHERBOURG CREIL
Les Provinces METZ Borny-Hauts
ces sites, mais presque au même licenciements) s’est élevé à 14 000. tion du tissu économique local sont Plateau-
Rouher de Blémont
rythme que le taux moyen en Fran- BILAN « MITIGÉ » En outre, les transferts d’emplois jugés positifs, à des degrés diffé-
ce. L’écart ne se comble donc pas. C’est la loi du Pacte de relance vers les ZFU se montent à 3 000. rents ». DREUX Plateau est : STRASBOURG
Chamards, Croix-Tiénac, Neuhof
Le nouveau dispositif, qui prendra pour la ville de 1996 du gouverne- Point capital, la part des postes Lièvre-d'Or, Le Moulec, MEAUX
Haricot, Feilleuses MULHOUSE
le relais des 44 zones franches ment Juppé qui a donné naissance occupés par les habitants de ces RÉTICENCE DES EMPLOYEURS Beauval,
Les Coteaux
La Pierre-
urbaines (ZFU) et des 416 zones de aux 44 ZFU. La loi n’ayant pas pré- quartiers s’élève à 26 % fin 1999, Elle apporte aussi un éclairage LE MANS
Collinet SAINT-
Les Sablons MONTEREAU-
redynamisation urbaine (ZRU), vu de suivi statistique, diverses étu- alors qu’un quota de 20 % mini- sur la perception de la clause d’em- FAULT-YONNE
DIZIER BELFORT
Le Vert-Bois Les Résidences
change d’échelle puisqu’il s’appli- des, parfois contradictoires, ont été mum était exigé pour bénéficier ploi de 20 % minimum de résidants BOURGES
ZUP de Surville CHENÔVE
quera aux 750 zones urbaines sensi- réalisées, engendrant des polémi- des exonérations de charges socia- des quartiers. Dans certains cas, Quartier nord : Le Mail
VAULX-EN-VELIN
bles (ZUS), où résident près de ques. Le document de Claude Barto- les. Un bon score donc, mais qui ne elle a induit la création de structu- Chancellerie, Gibjoncs, Grappinière,
Turly, Barbottes Petit-Pont
5 millions de personnes. lone s’appuie, lui, sur deux nouvel- représente qu’un gain de res locales d’aides à l’emploi. Tan- SAINT-ÉTIENNE
Cette réforme se fait à coût les enquêtes, l’une réalisée par la 7 000 emplois pour les résidants dis que, dans d’autres, elle a mis en CENON- FLOIRAC- Montreynaud
LORMONT - VALENCE
constant, soit 3,5 milliards de direction de l’animation de la des ZFU entre fin 1997 et fin 1999. évidence « l’inadéquation entre l’of- BORDEAUX Fontbarlette, Le Plan
NÎMES
francs par an. Outre une palette recherche des études et des statisti- « Autant le dispositif a joué son rôle fre et la demande, due à la forma- Hauts-de-Garonne, ZUP Pissevin,
Bastide Valdegour
d’exonérations sociales et fiscales, ques (Dares) du ministère de l’em- en termes d’aménagement du terri- tion des résidants jugée insuffisante NICE
le nouveau plan prévoit notam- ploi, l’autre par la délégation inter- toire, en apportant 26 000 postes, par les employeurs de la ZFU ». MONTPELLIER L'Ariane
ment une subvention de ministérielle à la ville (DIV). créés ou transférés, autant le bilan L’étude souligne aussi dans cer- La Paillade
24 000 francs par an pendant deux Pour le ministre, le bilan est ne me satisfait pas concernant l’em- tains sites la « réticence des
ans pour l’embauche, en contrat à « mitigé ». L’enquête de la Dares ploi des habitants des quartiers », employeurs » à embaucher ces habi- MARSEILLE
durée indéterminée, d’un chômeur indique que 8 520 établissements indique Claude Bartolone. tants, qui peut aller jusqu’à la « dis- Nord littoral : LA SEYNE-
PERPIGNAN Plan-d'Aou, La Bricarde, SUR-MER
résidant dans les ZUS, ainsi que des étaient présents dans les ZFU fin L’autre enquête, celle de la DIV, crimination raciale à l’embauche Le Vernet La Castellanne ZUP de Berthe
aides à l’investissement, à la créa- 1999, soit 6 000 établissements de permet d’évaluer le coût de ces subie par la population maghrébi-
ne ».
RÉGION PARISIENNE GARGES-LÈS-GONESSE-SARCELLES
Ce dispositif devait initialement Dame-Blanche nord et ouest, la Muette,
Trois années supplémentaires Depuis janvier 2001, le taux durer cinq ans et donc s’éteindre à BONDY
Quartier
CLICHY-
SOUS-BOIS -
Lochères
de ces exonérations est réduit la fin de l’année. Mais, d’ores et nord MONTFERMEIL
b Exonérations. En 1997, existants au 1er janvier 1997 de 50 % si l’installation en ZFU déjà, le ministre a décidé de le pro- Les Bosquets MANTES- GRIGNY
le gouvernement d’Alain Juppé et pour ceux nouvellement créés ; est seulement un transfert longer pour trois ans, en aména- LA-JOLIE La Grande
Le Val-Fourré Borne
lançait le dispositif des 44 zones taxe foncière sur les propriétés d’emplois vers une ZFU. geant une sortie « en sifflet », avec
franches urbaines (ZFU) bâties… Elles sont supprimées en cas des exonérations dégressives (60 % CHAMPIGNY-SUR-M.- LES MUREAUX
pour une période de cinq ans. b Conditions. A partir d’un déménagement des exonérations la sixième année, CHENNEVIÈRES-SUR-M. Cinq quartiers-ZAC
Le Bois-l'Abbé du Roplat
Il visait les quartiers de plus de la troisième embauche, d’une ZFU vers une autre. 40 % la septième, 20 % la huitième),
de 10 000 habitants présentant les entreprises sont exonérées à b Sortie. Pour réduire l’impact afin de laisser aux entreprises le DÉPARTEMENTS D'OUTRE-MER
les caractéristiques 100 % de cotisations sociales d’un arrêt trop brutal temps de se préparer. Mais pas
Guyane : ST-LAURENT-DU-MARONI : Charbonnière, centre bourg ;
socio-économiques les plus dans la limite de 50 salariés de ce dispositif, le ministère question d’aller plus loin. Car le dis-
CAYENNE : village chinois, quartiers sud.
dégradées. Il prévoyait, et de rémunérations égales a prévu de le prolonger sur trois positif ne touche que peu de quar-
Martinique : FORT-DE-FRANCE : Dillon.
notamment, des exonérations à 1,5 fois le smic, à condition années avec des taux dégressifs tiers. En outre, « les 44 zones rete-
fiscales : taxe professionnelle de recruter, sur des contrats de des exonérations. Les entreprises nues n’étaient pas toutes celles qui Réunion : ST-DENIS : Chaudron, Moufia, Cerf.
pour les entreprises de moins vingt heures hebdomadaires qui rejoindront les ZFU avant avaient le plus de problèmes ». Guadeloupe :
de 50 salariés ; impôt sur les minimum, décembre 2001 bénéficieront POINTE-À-PITRE : Les Abymes ; BASSE-TERRE : Rivière-des-Pères, centre-ville.
bénéfices pour les établissements 20 % de résidents des ZFU. de huit années d’aides de l’Etat. Francine Aizicovici

A Lille sud, près de deux tiers des emplois sont des transferts
LILLE de la tôlerie Devos, arrivée il y a un chent. Il s’occupe aussi d’opéra-

0123
de notre correspondant régional an et demi. « A l’époque, nous tions comme l’organisation de
« Le quartier a été dynamisé, c’est avions dix salariés et nous nous tournois de football. Le second,
certain. Mais on aurait pu espérer apprêtions à quitter Lille, se défend titulaire d’un BTS en action com-
un impact plus important sur l’em- Xavier Crépelle, PDG de l’entrepri- merciale et d’une formation à
se. La mairie a eu vent de notre pro- l’Urssaf, doit s’assurer que les
REPORTAGE jet et nous a proposé une installa- entreprises adhérentes sont bien
tion dans la ZFU de Lille sud. Aujour- en phase avec les critères légaux
Il existe des employeurs d’hui, nous employons 20 personnes des ZFU et de les aider à négocier
chasseurs de prime, parmi lesquelles plusieurs habitants sans dommage la sortie du disposi-
mais la plupart du quartier. Il y a eu, c’est vrai, quel- tif. Il conseille aussi les nouveaux
ques chasseurs de prime. Mais, pour candidats.
sont là pour rester la plupart, nous sommes là pour res- Car la zone franche de Lille
ter. » sud - faubourg de Béthune conti-
ploi local », estime Christian Crin- nue d’intéresser des entreprises.
dal, directeur de l’action économi- ALERTER LES JEUNES « Je dois recevoir, ces jours-ci, les
que et de l’emploi à la municipalité M. Crépelle est vice-président responsables de deux d’entre elles »,
de Lille. Si l’on s’en tient aux chif- d’Objectif sud, une association qui affirme M. Crépelle. Les collectivi-
fres, pourtant, la zone franche rassemble une quarantaine de tés locales ont pris des mesures
urbaine (ZFU) de Lille sud - fau- « patrons » nouvellement installés pour que cet attrait ne disparaisse
bourg de Béthune apparaît com- sur la ZFU. « Nous n’avons pas for- pas avec la fin annoncée des ZFU.
me un succès indéniable. Elle cément les mêmes intérêts, mais Le conseil municipal a voté, en
compte aujourd’hui 376 entrepri- nous essayons de réfléchir dans la juin, une aide de 100 000 francs à
ses, employant 3 483 personnes même direction, dit-il. Il ne faut pas l’installation pour les entreprises
sur une surface « relativement peti- se faire d’illusions : nous ne sommes industrielles désireuses de s’im-
te » de 255 hectares. Entre le 1er jan- pas là par simple humanisme et planter en ZFU ou en zone de redy-
vier 1997 et le 30 décembre 2000, nous n’allons pas changer le quar- namisation urbaine (ZRU), à condi-
266 entreprises s’y sont installées, tier du jour au lendemain. Mais tous tion qu’elles s’engagent à créer un
apportant 2 811 emplois, et le mou- nos adhérents sont fermement déci- minimum de 15 emplois dans les
vement semble se poursuivre. dés à s’installer durablement dans trois ans, dont 20 % de résidents
Le problème, c’est que « les le quartier. Si nous ne voulons pas du quartier, rappelle M. Crépelle.
effets d’aubaine et, surtout, les trans- devoir vivre derrière des barbelés, il Cette aide ouvre droit à d’autres
ferts sont majoritaires » dans ces nous faut donc tisser des liens avec subventions du département et de
implantations nouvelles, explique ses habitants. » la région qui, au total, peuvent
M. Crindal. Près des deux tiers des Objectif sud a engagé deux représenter un maximum de
emplois créés ont été délocalisés emplois-jeunes. L’un d’eux est 500 000 francs.
d’autres secteurs, généralement de chargé d’alerter les jeunes du quar-
la région. C’est, par exemple, le cas tier quand les entreprises embau- Jean-Paul Dufour

Les plus Pollution atmosphérique à répétition en Provence


belles pages
UNE NOUVELLE alerte à la pol- daire provenant de la transforma- le mécanisme de fabrication de
lution a été déclenchée, lundi tion, sous l’effet du soleil, d’émis- l’ozone, qui reste encore très mys-
2 juillet, en Provence. Le taux sions d’origine humaine. Les for- térieux. « Nous avons mesuré des
d’ozone a dépassé le seuil d’infor- tes chaleurs dans le Midi expli- taux dont l’ampleur nous a sur-
mation (180 microgrammes par quent donc en partie cette recru- pris », déclare Bernard Cros, mem-
mètre cube) à Aix-en-Provence et descence. L’Organisation mondia- bre du CNRS et coordinateur de la

de l’été
en plusieurs sites autour de l’étang le de la santé (OMS) établit un ris- campagne, baptisée Escompte.
de Berre. Depuis douze jours, les que pour l’homme à partir d’un Des niveaux de 300 microgram-
deux réseaux de surveillance seuil de 110 microgrammes inha- mes par mètre cube ont été relevés
locaux, Airmaraix et Airfobep, lés pendant huit heures, qui est par les chercheurs dans la vallée
mesurent des dépassements à répé- très régulièrement dépassé dans la de la Durance et de 250 micro-
tition de ce polluant. A Aix, l’indi- région. Pourtant aucune mesure grammes par mètre cube à Avi-
ce ATMO, qualifiant la détériora- de circulation alternée n’a été gnon ou dans le pays aixois. Des
Des nouvelles inédites par de grands écrivains, tion de l’air, a atteint par deux fois,
dimanche 24 et mercredi 27 juin,
déclenchée en Provence, le seuil
d’alerte (360 microgrammes par
prélèvements aériens pour mesu-
rer l’épaisseur de la couche d’ozo-

des séries et l’actualité des festivals. le palier 9, sur une échelle de 10 :


l’air de cette ville n’avait jamais
mètre cube) n’y ayant jamais été
dépassé.
ne ont permis de repérer des taux
élevés au-dessus de 1 000 mètres.
atteint une telle médiocrité depuis C’est dans ce contexte qu’une Les prélèvements devraient durer
qu’il est surveillé. équipe scientifique internationale jusqu’au 16 juillet et leur analyse
L’ozone est un polluant secon- mène dans la région une étude sur s’étaler sur plusieurs années.
12 / LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

HORIZONS DOCUMENT

Le dictionnaire intime de Milan Kundera


ILAN KUN-
Depuis 1986 et la parution « tels qu’ils étaient, mais tels qu’ils

M
DERA atta- devaient être pour servir d’exemples
che
g rande
une
de « L’Art du roman », de vertu aux générations à venir ».
Or Don Quichotte lui-même est
importan-
ce aux Milan Kundera refuse tout sauf un exemple à suivre. Les
personnages romanesques ne
mots. Tout
le monde les interviews, estimant demandent pas qu’on les admire
pour leurs vertus. Ils demandent
s’accorde-
ra à trouver ça normal, chez un que seuls ses romans parlent qu’on les comprenne et c’est quel-
que chose de tout à fait différent.
écrivain. Un écrivain est un hom-
me qui sait d’expérience, de pour lui. A la demande Les héros d’épopée vainquent ou,
s’ils sont battus, gardent jusqu’au
métier, ce que les mots veulent
dire et ce qu’ils ne disent pas. Sa du « Monde », l’auteur de la dernier souffle leur grandeur. Don
Quichotte est vaincu. Et sans aucu-
pratique lui a appris qu’un mot
mis à la place d’un autre, ou un « Valse aux adieux » a accepté ne grandeur. Car, d’emblée, tout est
clair : la vie humaine en tant que tel-
même mot déplacé à l’intérieur
d’une phrase peuvent trahir la pen- de compléter le dictionnaire le est une défaite. La seule chose qui
nous reste face à cette inéluctable
sée et trahir celui qui l’énonce, aus-
si sûrement que toutes les censu- personnel que lui avait défaite appelée la vie est d’essayer
de la comprendre.
res. Plus sûrement même : la censu-
re laisse un blanc, qui la dénonce ; demandé Pierre Nora pour Le modernisme antimoderne
le mot de travers ne laisse pas de
traces. Kundera refuse d’abandon- la revue « Le Débat », « Il faut être absolument moder-
ne », a écrit Arthur Rimbaud. Quel-
ner à d’autres la maîtrise de ses
mots et de ses phrases. Il a fait l’ex- composé de ses mots-clés, que soixante ans plus tard, Gom-
browicz n’était pas sûr qu’il le fallût
périence de la trahison, d’autant
plus redoutable qu’elle est accom- ses mots-problèmes, vraiment. Dans Ferdydurke (édité
en Pologne en 1938), la famille
plie de bonne foi.
Sans doute son histoire person- ses mots-amours. Lejeune est dominée par la fille, une
« lycéenne moderne ». Elle raffole
nelle a-t-elle contribué à radicali-
ser son refus des interviews. Milan Autant de nouveaux mots de téléphoner ; elle dédaigne les
auteurs classiques ; en présence du
Kundera s’est établi en France en
1975. Il avait quarante-six ans. Ses qui éclairent l’univers monsieur qui est venu en visite, elle
« se borne à le regarder et, se four-
deux premiers livres – un roman,
La Plaisanterie, et un cycle de nou- de Kundera. rant entre les dents un tournevis qu’el-
le tenait à la main droite, elle lui tend
velles, Risibles amours – avaient
été publiés, en 1965 et 1968 par Où il est question la main gauche avec une complète
désinvolture ».
une maison d’édition de Prague,
avant d’être traduits en France de blagues juives Sa maman aussi est moderne ;
elle est membre « du comité pour la cord avec le statu quo fut la même cette chose inouïe : aujourd’hui, le
chez Gallimard. Puis, après l’inter-
vention russe en Tchécoslovaquie, et de réflexions sur le mal, protection des nouveau-nés » ; elle
milite contre la peine de mort et
chose qu’être d’accord avec l’histoi-
re qui bouge ! Enfin, on a pu être à
seul modernisme digne de ce mot
est le modernisme antimoderne.
les livres de Kundera ont été ban-
nis des bibliothèques et des librai- de Rushdie et du mauvais pour la liberté des mœurs ; « ostensi-
blement, avec une allure désinvolte,
la fois progressiste et conformiste,
bien-pensant et révolté ! La grande pléiade
ries. Lui-même a été privé de son
poste à l’Institut cinématographi- goût de l’histoire elle se dirige vers les cabinets » pour
en sortir « plus fière qu’elle n’y était
Attaqué comme réactionnaire
par Sartre et les siens, Camus a fait
(…) Quoique de portée limitée, la
notion d’Europe centrale restera
que de Prague. entrée » : la modernité, au fur et à sa célèbre repartie sur ceux qui ont souvent utile, parfois indispensable.
Les livres qu’il a alors écrits dans mesure qu’elle vieillit, devient pour « placé leur fauteuil dans le sens de Par sa simple définition, elle a
sa langue maternelle, la Vie est elle indispensable en tant que seul l’histoire ». Camus a vu juste, seule- démasqué le mensonge de Yalta,
ailleurs, la Valse aux adieux, ont été mots. C’est une sorte de diction- Pauvre Alfonso Quijada « substitut de la jeunesse ». ment il ne se rendait pas compte qui avait voulu entériner en Europe
interdits de publication dans son naire. « L’auteur, écrit Kundera, Le pauvre Alfonso Quijada a vou- Papa aussi est moderne ; il ne pen- que ce précieux fauteuil était sur la frontière entre l’Est et l’Ouest tel-
pays et ont été publiés d’emblée qui s’évertue à surveiller les traduc- lu s’élever en un personnage légen- se rien mais fait tout pour plaire à roues et que, depuis un certain le que l’avait créée non pas l’histoire
dans leur traduction française. tions de ses romans court après les daire de chevalier errant. Pour toute sa fille. temps déjà, tout le monde le pous- de presque deux millénaires mais
Bien qu’il possédât déjà une solide innombrables mots comme un ber- l’histoire de la littérature, Cervantes Gombrowicz a saisi dans Ferdy- sait en avant, les lycéennes moder- un momentané rapport de forces
maîtrise de notre langue écrite, ger derrière un troupeau de mou- a réussi juste l’inverse ; il a envoyé durke le tournant fondamental qui nes, leurs mamans, leurs papas, de entre trois chefs d’Etat vers la fin
Milan Kundera, lorsqu’il arrive à tons sauvages ; triste figure pour lui- un personnage légendaire en bas : d’une guerre. La notion d’Europe
l’université de Rennes en 1975, est même, risible pour les autres. Je dans le monde de la prose. La pro- centrale m’est devenue chère pour
encore malhabile dans l’expres- soupçonne mon ami Pierre Nora, se : ce mot ne signifie pas seulement « J’oublie souvent mon parapluie, d’autres raisons encore, plus person-
sion française orale. Mais plus directeur de la revue Le Débat, de un langage non versifié ; il signifie nelles et qui n’avaient rien à voir
encore que sa situation linguisti- s’être bien rendu compte de l’aspect aussi : le caractère concret, quoti- c’est pourquoi j’en ai deux. avec la politique.
que, c’est sa situation politique qui tristement comique de mon exis- dien, corporel de la vie. Dire que le C’était quand j’ai commencé à
encourage l’entreprise de réduc- tence de berger. Un jour, avec une roman est l’art de la prose n’est plus L’un est à la maison, l’autre je le garde constater que les mots roman, art
tion de la part des journalistes : on compassion mal dissimulée, il m’a ainsi une lapalissade ; c’est la défini- moderne, roman moderne signi-
délaisse l’œuvre de l’écrivain, sa dit : Oublie enfin tes tourments et tion de cet art. Homère ne se deman- à l’université. Bien sûr, je pourrais fiaient pour moi autre chose que
conception personnelle du roman, écris plutôt quelque chose pour ma de pas si, après leurs nombreux com- pour mes amis de France. Ce n’était
de l’existence humaine, de la revue. Les traducteurs t’ont obligé à bats corps à corps, Achille ou Ulysse le prendre maintenant puisque, pas un désaccord, c’était, tout
culture et de l’histoire, pour ne s’in- réfléchir sur chacun de tes mots. gardaient intactes leurs dents. Par modestement, la constatation
téresser qu’à son statut de Ecris donc ton dictionnaire person- contre, pour don Quichotte et pour comme vous le dites très pertinemment, d’une différence entre les deux tradi-
témoin : de la dictature communis- nel. Dictionnaire de tes romans. Tes Sancho, les dents sont un perpétuel tions qui nous avaient formés. Dans
te, du « printemps de Prague » et mots-clés, tes mots-problèmes, tes souci, les dents qui font mal, les il pleut. Mais en ce cas, je finirais par avoir un court panorama historique, nos
de sa répression, de l’avenir des mots-amours. » dents qui manquent. « Sache, deux cultures ont surgi devant moi
pays sous domination soviétique. Dans le même esprit, nous Sancho, qu’un diamant n’est pas aus- deux parapluies à la maison et aucun ici » comme des antithèses quasi symétri-
Il voudrait parler de ce qui lui tient avons demandé à Milan Kundera, si précieux qu’une dent ». ques. En France, le classicisme, le
au cœur et à l’esprit, la crise de la qui n’a rien publié en France (…) La mort de don Quichote est Einstein rationalisme, le libertinage, la lucidi-
modernité et du progrès, le rôle du depuis 1997, depuis L’Identité, d’autant plus émouvante qu’elle est té du grand roman au XIXe siècle. En
roman – « un art né du rire de non de répondre à des questions, prosaïque : dépourvue de tout Europe centrale, le règne de l’art
Dieu » – dans la situation de l’hom- mais d’ajouter quelques articles à pathos. Il a déjà dicté son testa- s’est produit pendant le XXe siècle : même que tous les combattants baroque particulièrement extatique
me européen, dans son existence, son encyclopédie personnelle. ment, et puis, pendant trois jours, il jusqu’alors, l’humanité se divisait contre la peine de mort et tous les puis, au XIXe siècle, l’idyllisme mora-
son identité et son histoire ; dans Sur le roman encore et son histoi- agonise entouré des gens qui, sin- en deux, ceux qui défendaient le sta- membres du Comité pour la protec- lisateur du Biedermeier , de grands
sa manière d’aimer, de rire, de re, sur le modernisme, sur « la cèrement, l’aiment : pourtant, tu quo et ceux qui voulaient le chan- tion des nouveau-nés et, bien sûr, poètes romantiques et aucun grand
rêver, de se souvenir, de vivre grande pléiade de l’Europe centra- « cela n’empêcha pas la nièce de ger ; or l’accélération de l’histoire a tous les hommes politiques qui, roman. L’inégalable gloire de l’Euro-
ensemble et d’accueillir la mort. La le » – Kafka, Musil, Broch, Gom- manger, la gouvernante de boire, et eu ses conséquences : tandis que, tout en poussant le fauteuil, tour- pe centrale résidait dans sa musique
survie ou la disparition de l’indivi- browicz –, sur la réalité et le vrai- Sancho d’être de bonne humeur. Car jadis, l’homme vivait dans un même naient leurs visages riants vers le qui, depuis Haydn jusqu’à Schoen-
du, enjeu majeur de notre époque. semblable, sur la poésie et le lyris- le fait d’hériter de quelque chose effa- décor d’une même société apparem- public qui courait après eux et riait berg, depuis Liszt jusqu’à Bartok,
On le ramène sans cesse à la surfa- me, le voisinage de l’Europe cen- ce ou atténue le chagrin que l’homme ment immobile, le moment est aussi, sachant bien que seul celui condensait, en elle seule, pendant
ce, à l’écume, ou encore à l’indis- trale et de l’Amérique latine, Sal- doit au mort. » venu où, soudain, il a commencé à qui se réjouit d’être moderne est presque deux siècles, l’essentiel de
crétion : notre temps hait le secret. man Rushdie et la foule, le rire et Don Quichotte a expliqué à sentir sous ses pieds l’histoire tel un authentiquement moderne. toute la musique européenne.
Il décide de se taire ; ses livres par- le mauvais goût de l’histoire, et Sancho qu’Homère et Virgile ne tapis roulant : le statu quo était en C’est alors qu’une certaine partie L’art moderne était la révolte
leront. A partir de L’Art du roman, bien des choses encore qui nais- décrivaient pas les personnages mouvement ! D’emblée, être d’ac- des héritiers de Rimbaud a compris esthétique contre le passé ; oui,
un essai publié en 1986, Milan Kun- sent de l’écriture et se découvrent c’est clair, sauf que les passés
dera les écrit en français, cepen- avec elle. Variations actuelles sur n’étaient pas pareils. Antirationalis-
dant qu’il revoit l’ensemble des tra- des thèmes dont il est facile de te, anticlassiciste, antiréaliste, anti-
ductions françaises de ses livres découvrir l’unité, et l’actualité. naturaliste, l’art moderne en France
précédents afin de leur donner Kundera ne prend pas la pose prolongeait la grande rébellion lyri-
« la même valeur d’authenticité que d’un penseur ou d’un historien, que de Baudelaire et de Rimbaud.
le texte tchèque ». Question de moins encore celle d’un prophète. Plutôt indifférent à la musique, il a
mots encore – qui ne trahissent Il est romancier, explorateur de trouvé son expression privilégiée
pas : « Pour moi qui n’ai pratique- l’existence. « Le roman n’examine dans la peinture et, avant tout, dans
ment plus de public tchèque, les tra- pas la réalité, mais l’existence. Et la poésie, qui était son art élu. Le
ductions représentent tout. » On lui l’existence n’est pas ce qui s’est pas- roman, par contre, était anathémati-
fera pourtant procès de ce silence, sé, l’existence est le champ de possi- sé (par les surréalistes notamment),
de cette pudeur et de cette volonté bilités humaines, tout ce que l’hom- jugé passé et dépassé, dépourvu de
d’exercer pleinement son droit me peut devenir, tout ce dont il est poésie, incapable de cette explosion
d’auteur. On fera de cette sagesse capable. » d’imagination qui est la première
élémentaire une pose, ou une for- exigence de l’art moderne. Franz
me d’outrance. Pierre Lepape Kafka, Robert Musil, Hermann
L’art du roman n’a rien d’un tex- Broch, Witold Gombrowicz… Je les
te théorique : c’est « la confession ai toujours aimés, mais c’est après
d’un praticien. L’œuvre de chaque mon arrivée en France que leur
romancier contient une vision impli- importance m’est apparue dans une
cite de l’histoire du roman, une idée surprenante dimension. Etait-ce un
de ce qu’est le roman ; c’est cette groupe, une école, un mouvement ?
idée du roman, inhérente à mes Ci-dessus, Milan Kundera Non ; c’étaient des solitaires.
GYZARAND/RAPHO

romans, que j’ai essayé de faire par- vu par le dessinateur italien Etaient-ils au moins solidaires ?
ler ». Sous cette forme, Milan Kun- Tulio Pericoli. Même pas ; il n’y avait pas de vraie
dera accepte de parler de lui, l’écri- Ci-contre, première photo sympathie entre les deux Viennois,
vain ; de son histoire personnelle en compagnie Broch et Musil ; Gombrowicz ne se
de romancier. Dans ce livre, une de sa femme Vera, en 1975, réclamait ni de l’un ni de l’autre et
partie s’intitule Soixante treize à Rennes. s’intéressait peu à Kafka.
HORIZONS-DOCUMENT LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 / 13

Plusieurs fois, je les ai appelés


« la grande pléiade de l’Europe cen-
trale », et, en effet, tels les astres
d’une pléiade, ils étaient chacun
entourés du vide, loin les uns des
autres. Il est d’autant plus remar-
quable que leur œuvre exprime une
orientation esthétique commune
qui, pour l’histoire du roman, repré-
sente un tournant de même portée
que, pour la poésie et la peinture,
les révolutions modernistes accom-
plies en même temps en France.

La frontière de l’invraisemblable
n’est plus surveillée
Deux grandes constellations jus-
qu’alors inconnues ont illuminé le
ciel au-dessus du roman du XXe siè-
cle : celle du surréalisme et celle de
l’existentialisme. Kafka est mort :
trop tôt pour pouvoir connaître
leurs auteurs et leurs programmes.
Pourtant, et c’est remarquable, ses
romans ont anticipé ces deux ten-
dances esthétiques, et, ce qui est
doublement remarquable, ils les
ont montrées liées l’une à l’autre,
unies en une seule perspective.
Quand Balzac ou Flaubert ou
Proust veulent décrire le comporte-
ment d’un individu dans un milieu
social concret, toute transgression
de la vraisemblance devient dépla-
cée et esthétiquement incohérente ;
mais quand le romancier focalise
son objectif sur une problématique
existentielle, l’obligation de créer
pour le lecteur le monde du vraisem-
SOPHIE BASSOULS/SYGMA

blable ne s’impose plus comme


règle et nécessité. L’auteur peut se
permettre d’être beaucoup plus
négligent envers cet appareil d’infor-
mations, de descriptions, de motiva-
tions qui doivent donner à ce qu’il
raconte l’apparence de la réalité. Et,
dans des cas limites, il peut trouver
même avantageux de situer ses per-
sonnages dans un monde franche- 24 janvier 1984.
ment invraisemblable.
Après que Kafka l’eut franchie, et, puisque le passage à l’arrière Voici aussi la preuve que la poé- sive de la vie sociale, à une nouvel- hypertrophiée n’est pas un artifice, vulgarité grotesque des nouveaux
la frontière de l’invraisemblable est bouché par la foule, descend sie et le lyrisme ne sont pas deux le Comédie humaine, mais à une elle reflète le caractère changé de riches. La cruauté de l’argent a rem-
est restée sans police, sans doua- un escalier qui lui est inconnu et notions sœurs, mais des notions vision synthétique de l’existence la vie. A la folie du surpeuplement, placé la cruauté de la politique. La
ne, ouverte à jamais. Ce fut un s’égare dans des couloirs ; enfin il qu’il faut bien tenir à distance qui ne peut provenir que de « cette l’auteur ajoute l’ivresse de sa pro- bêtise commerciale a remplacé la
grand moment dans l’histoire du voit une porte de cabine ouverte l’une de l’autre. Car la poésie de activité de l’esprit qui n’a jamais dis- pre imagination, qui est ivre de la bêtise idéologique. Mais ce qui
roman, et, pour ne pas mal com- et là-dedans un homme, un sou- Garcia Marquez n’a rien à voir socié l’indissociable : le roman ». réalité même, qui est sa floraison, rend pittoresque cette nouvelle
prendre son sens, je préviens que tier. Il s’adresse à lui, qui, loquace, avec le lyrisme ; l’auteur ne se con- Un demi-siècle avant lui, de son exaltation, son chant. expérience, c’est qu’elle garde l’an-
les romantiques allemands du se plaint de ses supérieurs. Com- fesse pas, n’ouvre pas son âme, il l’autre côté du monde (une nouvel- Dans la foule de Rushdie chacun cienne toute fraîche dans sa
XIXe siècle n’étaient pas ses pro- me la conversation dure un certain n’est enivré que par le monde le fois j’ai vu vibrer au-dessus de sauvegarde sa liberté, et même les mémoire, que les deux expériences
phètes. Leur imagination fantasti- temps, le soutier invite Karl à se objectif, qu’il hisse dans une sphè- ma tête le pont argenté), le Broch flics n’obéissent pas à leurs com- se sont pour ainsi dire télescopées,
que avait un autre sens ; détour- percher, pour plus de commodité, re où tout est à la fois réel et invrai- des Somnambules, le Musil de mandants mais à l’argent des maf- et que l’Histoire, comme à l’épo-
née de la vie réelle, elle était à la sur son lit. semblable. L’Homme sans qualités ont pensé la fiosi qui les manipulent avec une que de Balzac, démontre sa capaci-
recherche d’une autre vie ; elle L’impossibilité psychologique même chose. A l’époque où les sur- irresponsabilité enjouée. Et voilà té à mettre en scène d’incroyables
n’avait pas grand-chose à voir de cette situation crève les yeux. Pont argenté réalistes élevaient la poésie au le scandale : les personnages de imbroglios. Et il me raconte l’histoi-
avec l’art du roman. Kafka n’était En effet, ce qu’on nous raconte, ce Quelques années après la rencon- rang de premier des arts, ils accor- Rushdie sont originaux, char- re d’un vieil homme, ancien haut
pas romantique. Ni Novalis, ni n’est pas vrai ! C’est une blague à tre praguoise, j’ai déménagé en dèrent cette place suprême au mants, avec une vie riche, irradiant fonctionnaire du parti qui, il y a
Tieck, ni Arnim, ni E.T.A. Hoffman la fin de laquelle, bien sûr, Karl res- France, où, le hasard l’a voulu ain- roman. une extraordinaire beauté épique vingt-cinq ans, a favorisé le maria-
n’étaient ses amours. C’est Breton tera et sans la malle, et sans le para- si, Carlos Fuentes était ambassa- – si bien qu’on ne se rend pas ge de sa fille avec le fils d’une gran-
qui les aimait, pas lui. Jeune hom- pluie ! Oui, c’est une blague ; seule- deur du Mexique. J’habitais alors à Geyser du mal compte que cet éblouissant geyser de famille bourgeoise expropriée
me, avec son ami Brod, Kafka a lu ment Kafka ne la raconte pas com- Rennes, et, pendant mes courts Le surpeuplement distingue épique est le geyser du mal. auquel il a tout de suite procuré
Flaubert, passionnément, en fran- me on raconte les blagues ; il l’ex- séjours à Paris, je logeais chez lui, notre monde de celui de nos Aurora, la mère du protagoniste, (en cadeau de mariage) une belle
çais. Il l’a étudié. C’est Flaubert, le pose longuement, en détails, expli- dans une mansarde de son ambas- parents ; toutes les statistiques le est le personnage le plus fort du carrière ; aujourd’hui, l’apparat-
grand observateur, qui était son quant chaque geste afin qu’il sade, et prenais avec lui des petits confirment, mais on fait semblant livre, avec une vie intérieure uni- chik est en train de clore sa vie
maître. paraisse psychologiquement crédi- déjeuners qui se prolongeaient de n’y voir qu’une affaire de chif- que et un grand talent d’artiste ; dans la solitude ; la famille de son
Plus on observe attentivement, ble ; Karl grimpe sur le lit et, dans des discussions sans fin. D’em- fres qui ne change rien à l’essence pourtant, elle entre dans l’histoire beau-fils a récupéré ses biens jadis
obstinément, une réalité, plus on embarrassé, rit de sa maladresse ; blée, j’ai vu mon Europe centrale de la vie humaine. On ne veut pas du roman par la porte du crime : nationalisés, et la fille a honte de
comprend qu’elle ne répond pas à après avoir longtemps bavardé, il dans le voisinage inattendu de admettre que l’homme perpétuelle- fillette de quatorze ans, elle se glis- son père communiste, qu’elle
l’idée que les gens se font d’elle ; se dit soudain avec une curieuse l’Amérique latine : deux lisières de ment entouré d’une foule ne res- se dans une chapelle où elle voit sa n’ose voir qu’en secret. Mon ami
sous le long regard de Kafka, elle lucidité qu’il aurait mieux fait l’Occident situées aux extrémités semble plus à Don Quichotte, ni à grand-mère ; celle-ci prie, age- rit : « Tu te rends compte ? C’est mot
se révèle de plus en plus déraison- « d’aller chercher sa malle que de opposées ; deux terres négligées, Fabrice del Dongo, ni aux person- nouillée devant l’autel, et, soudain, à mot l’histoire du père Goriot ! »
nable, donc irraisonnable, donc rester là à donner des conseils… ». méprisées, abandonnées, deux ter- nages de Proust. Ni à mes parents s’écroule, frappée d’une attaque ; L’homme puissant à l’époque de la
invraisemblable. C’est ce regard Kafka voile l’invraisemblable par res parias ; et les deux parties du qui, jadis, pouvaient encore flâner Aurora devrait appeler du secours, Terreur avait réussi à marier ses
avide posé longuement sur le mon- l’apparence du vraisemblable, ce monde les plus profondément mar- sur le trottoir, la main dans la mais puisqu’elle déteste sa grand- deux filles avec des « ennemis de
de réel qui a conduit Kafka, et qui donne à ce roman (et à tous quées par l’expérience traumatisan- main. Aujourd’hui, vous descen- mère, elle s’approche, la regarde et classe » qui, plus tard, à l’époque
d’autres grands romanciers après ses romans) un inimitable charme ne bouge pas ; la vieille ne peut de la Restauration, ne voulaient
lui, par-delà la frontière du vrai- magique. plus parler, d’un regard maudis- plus le connaître, si bien que le pau-
semblable. Ce qui restera un jour de l’Europe ce n’est pas sant elle fixe seulement sa petite- vre papa ne pouvait jamais les ren-
Un autre continent fille, sa terrible immobilité qui est contrer en public.
Einstein et Karl Rossmann C’était trois mois après que l’ar- son histoire répétitive qui, en elle-même, en train de la tuer. Une magnifique Nous avons longuement ri. Je
Blagues, anecdotes, histoire drô- mée russe eut occupé la Tchécoslo- scène, si magistralement racontée m’arrête aujourd’hui sur ce rire :
les, je ne sais pas quel mot choisir vaquie ; la Russie n’était pas enco- ne représente aucune valeur. La seule chose que le mal apparaît tel qu’on peut en fait, pourquoi avons-nous ri ?
pour ce genre de récit comique re capable de dominer la société rarement le voir : dans toute sa Un événement historique, disait
extrêmement court dont, jadis, j’ai tchèque, qui vivait dans l’angoisse qui risque d’en rester, c’est l’histoire de ses arts beauté. Marx, se répète toujours en tant
bénéficié grandement, car Prague mais (pour quelques mois encore) Il faut admettre l’inacceptable : que farce. Mais le vieil apparatchik
était la métropole des blagues. Bla- avec les libertés conquises pen- ces fleurs du mal sont les fleurs de n’était pas farcique. Il n’imitait per-
gues politiques. Blagues juives. Bla- dant le grand Printemps ; l’Union te du baroque. Je dis traumatisante dez de votre appartement pour la liberté. Quand le Maure Zogdi- sonne. Il ne se répétait pas. C’est
gues sur les paysans. Et sur les des écrivains, accusée d’être le car le baroque est venu en Améri- être immédiatement emporté par by, vers la fin du roman, s’envole I’Histoire qui s’est répétée. Et pour
médecins. Et un curieux genre de foyer de la contre-révolution, gar- que latine en tant qu’art du conqué- la foule qui coule dans la rue, dans pour l’Espagne, la marmite du se répéter, il faut être sans intelli-
blagues sur les professeurs tou- dait toujours sa maison d’édition, rant, et il est venu dans mon pays toutes les rues, sur les routes et les monde surpeuplé éclate ; dans les gence, sans pudeur, sans aucun
jours hurluberlus et toujours ses revues, accueillait ses invités. natal porté par la Contre-Réforme autoroutes, « vous vivez écrasé au fumées et les flammes, Bombay goût. C’est le mauvais goût de l’His-
munis, je ne sais pourquoi, d’un C’est alors qu’à son invitation sont sanglante, ce qui a incité Max Brod sein d’une folle multitude », et au-dessous de lui commence à toire qui nous a fait rire.
parapluie. venus à Prague trois romanciers à appeler Prague la Ville du mal. « votre propre histoire doit se frayer- vivre son apocalypse ; et ce ne sont Pour revenir à l’exhortation de
Einstein vient de finir son cours latino-américains, Julio Cortazar, C’étaient deux parties du monde un chemin dans la masse » (Rus- pas des fanatismes qui s’affron- mon ami de Prague : l’époque qu’il
à l’université de Prague (oui, il y a Gabriel Garcia Marquez et Carlos initiées à la mystérieuse alliance du hdie : Le Dernier Soupir du Maure). tent ; ni la lourde ombre du goulag est en train de vivre en Bohême
enseigné quelque temps) et se pré- Fuentes. Ils sont venus discrète- mal et de la beauté. Mais qu’est-ce que la foule ? qui s’abat sur la ville ; c’est la joyeu- a-t-elle besoin de son Balzac ? Peut-
pare à sortir. « Monsieur le profes- ment, en tant qu’écrivains. Pour Nous avons causé et j’ai vu un Pour moi, ce mot est lié à l’imagi- se liberté de créer des richesses et être. Peut-être, pour les Tchèques,
seur, prenez votre parapluie, il voir. Pour comprendre. Pour pont argenté, léger, tremblotant, naire socialiste, d’abord dans son de les détruire, la liberté d’organi- serait-il utile, éclairant, intéressant
pleut ! » Einstein contemple pensi- encourager leurs collègues tchè- scintillant, érigé comme un arc-en- sens positif, la foule qui manifeste, ser des bandes de tueurs et de mas- de lire des romans sur la recapitalisa-
vement son parapluie dans un coin ques. J’ai passé avec eux une semai- ciel au-dessus du siècle entre ma fait une révolution, fête la victoire, sacrer Ies ennemis, la liberté de fai- tion de leur pays, un cycle romanes-
de la salle et répond à l’étudiant : ne inoubliable. Nous sommes petite Europe centrale et l’immen- puis dans le sens négatif, foule des re exploser les maisons et d’anéan- que large et riche, avec beaucoup
« Vous savez, mon cher ami, j’oublie devenus amis. Et c’est juste après se Amérique latine ; un pont qui casernes, foule disciplinée, foule tir des villes, c’est la liberté avec de personnages, beaucoup de des-
souvent mon parapluie, c’est pour- leur départ que j’ai pu lire sur reliait les statues extatiques de mise au pas. L’homme apparte- des milliers de mains sanglantes criptions, écrit à la manière de Bal-
quoi j’en ai deux. L’un est à la mai- épreuves la traduction tchèque de Matyas Braun à Prague et les égli- nant à cette foule a peu de possibi- qui est en train de mettre le feu au zac. Mais aucun romancier digne de
son, l’autre je le garde à l’université. Cent ans de solitude. ses en folie au Mexique. lités épiques ; peu d’occasions monde. ce nom n’écrira un tel roman. Il
Bien sûr, je pourrais le prendre J’ai pensé à l’anathème que le Et j’ai pensé aussi à une autre d’agir ; ses petits gestes surveillés Tout cela n’est pas une prophé- serait ridicule d’écrire une autre
maintenant, puisque, comme vous surréalisme avait jeté sur l’art du affinité de nos deux terres natales : n’ont aucune chance de mettre en tie ; les romanciers ne sont pas pro- Comédie humaine. Car si l’Histoire
le dites très pertinemment, il pleut. roman, qu’il avait stigmatisé com- elles occupaient une place clé dans branle une suite d’événements phètes ; l’apocalypse du Dernier (celle de l’humanité) peut avoir le
Mais en ce cas je finirais par avoir me antipoétique, fermé à tout ce l’évolution du roman du XXe siè- s’enchaînant : en aventure. Soupir du Maure, c’est notre pré- mauvais goût de se répéter, l’histoi-
deux parapluies à la maison et qui est imagination libre. Or, le cle : d’abord, les romanciers centre- La foule dans laquelle se passent sent, l’une de ses possibilités (lui re d’un art ne supporte pas les répé-
aucun ici. » Après ces mots, il sort roman de Garcia Marquez n’était européens (Carlos me parlait des les romans de Rushdie a un caractè- nous guette de son abri, qui nous titions. L’art n’est pas là pour enre-
sous Ia pluie. qu’imagination libre. L’une des Somnambules de Broch comme du re esthétique différent, voire oppo- observe, qui est là. gistrer, tel un grand miroir patient,
L’Amérique de Kafka s’ouvre plus grandes œuvres de poésie plus grand roman du siècle) ; puis, sé ; c’est une foule hors de tout les infinies répétitions de l’Histoire.
par le même motif d’un parapluie que je connaisse. Chaque phrase quelque vingt, trente ans après, les ordre, libre, affreusement libre, La honte de se répéter L’art n’est pas un orphéon qui
encombrant, embarrassant, sans étincelle de fantaisie, chaque phra- romanciers latino-américains, mes active, entreprenante, maffieuse, Pendant l’un de mes premiers accompagne la marche de l’Histoi-
cesse perdu ; Karl Rossmann, char- se est surprise, émerveillement. contemporains. comploteuse, inventive ; dans les séjours passés en Bohême décom- re. Il est là pour créer sa propre his-
gé d’une lourde malle, au milieu Telle serait d’ailleurs toute Plus tard, j’ai découvert les romans de Rushdie, tout est inat- munisée, un ami qui a vécu tout le toire, Ce qui restera un jour de l’Eu-
d’une bousculade, est en train de l’oeuvre de Marquez : une réponse romans d’Ernesto Sabato – dans tendu, burlesque ou fou ; on se temps là-bas me dit : c’est d’un Bal- rope, ce n’est pas son histoire répéti-
sortir du paquebot dans le port de cinglante au Manifeste du surréalis- L’Ange exterminateur, il le dit tex- trouve dans une perpétuelle hyper- zac que nous aurions besoin. Car tive, qui, en elle-même, ne représen-
New York ; soudain il se souvient me et à son mépris du roman (et tuellement : le roman est aujour- bole épique qui, du point de vue de ce que tu vois ici, c’est la fondation te aucune valeur. La seule chose qui
de son parapluie qu’il a oublié au en même temps un grand homma- d’hui le seul observatoire d’où on l’esthétique flaubertienne ou d’une société capitaliste avec tout risque d’en rester, c’est l’histoire de
fond du bateau. Il confie sa malle ge au surréalisme, à son inspira- puisse embrasser la vie humaine proustienne ou musilienne, sem- ce qu’elle comporte de vulgaire, ses arts.
au jeune homme dont il a fait la tion, à son souffle qui a traversé le comme un tout ; ce disant, il ne ble transgresser les normes et le cruel, stupide, avec des parvenus,
connaissance pendant le voyage siècle.) pense pas à quelque fresque exten- bon goût. Mais cette affabulation des escrocs, des flibustiers, avec la Milan Kundera
14 / LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 HORIZONS-DÉBATS

Justice : pour éviter l’impasse En attendant Karadzic,


Mladic et les autres…
L
ARGEMENT fondée sur sera donc donnée aux avocats les re la justice effective doit-elle être depuis cinquante ans, et compliqué
une hostilité des parlemen- plus chargés en la matière. rendue à ce premier niveau avec un à l’extrême la procédure d’instruc-
taires à l’égard des juges, la Mais comment payer correcte- contrôle immédiat des bavures par tion, ne vaudrait-il pas mieux appli-
loi du 15 mai 2000 sur la pré- ment, dans un cadre libéral, des avo- la juridiction supérieure ? Ce chan- quer les conclusions du rapport Del-
somption d’innocence a été combat- cats qui défendent des justiciables tier ouvert voici quatre ans par le mas-Marty déjà vieux de dix ans, par Emmanuel Wallon
tue sans succès en amont par le prin- avec l’argent public sans jeter l’ar- rapport Coulon et vite refermé par supprimer les juges d’instruction,

S
cipal syndicat de magistrats. Mais gent par les fenêtres ? L’idée de trai- la chancellerie sera-t-il rouvert ? confier les investigations au par- LOBODAN MILOSEVIC Il importe surtout de dédier
comme le texte, plus large que prévu, ter le sujet par des méthodes nouvel- Quelle mission pour le juge quet et lui donner enfin un véritable devant le Tribunal pénal l’événement aux vivants. D’abord
n’a pas été précédé d’un plan d’orga- les n’a pas un instant prospéré. Ain- pénal ? Attend-on de lui qu’il exécu- statut de partie au procès ? international pour les cri- aux victimes. Des familles échap-
nisation matérielle et financière suffi- si, l’hypothèse d’une professionnali- te uniquement une activité de répres- Faudra-t-il attendre une décision mes commis en ex-You- pées de l’enfer de Srebrenica, qui
sant, c’est en aval sur le chapitre de sation des avocats, qui, après con- sion brutale contre les « dangereux » de la Cour de Strasbourg pour que goslavie (TPIY) : ce transfert ne languissent autour de Tuzla, aux
son application que l’hostilité d’une cours, se consacreraient à l’aide judi- de la société, c’est-à-dire essentielle- l’audience publique pénale cesse met pas un terme à la lutte contre innombrables réfugiés qui crou-
partie de la magistrature s’est mani- ciaire pendant cinq ans à plein ment les pauvres ? Ou s’agit-il, dans d’être celle d’un juge du siège qui l’impunité commencée voici pissent dans des camps en Croa-
festée, travestie mais légitimée large- temps, payés comme des magistrats, le plus grand nombre possible de accuse devant un procureur taisant quelques années, sur fond de mas- tie, en Macédoine ou au Monténé-
ment sous le prétexte réel du « man- encadrés par des professionnels plus cas, de ravauder les béances éducati- au lieu de voir le procureur accuser, sacres, viols, tortures, pillages et gro, sans oublier les mutilés et les
que de moyens ». Qu’un millier de ancrés et travaillant de façon ration- ves de jeunes de plus en plus nom- l’avocat défendre et le juge écouter, destructions. Il en marque pour- exilés, elles attendent un mini-
magistrats descendent dans la rue et nelle dans des cabinets collectifs breux. Qu’attend-on de la peine ? Et ce qui serait quand même plus logi- tant un progrès décisif, que mum de réconfort à défaut de
bombardent symboliquement le modernes restera dans les placards. donc du juge pénal ? que ? Enfin, est-il bien raisonnable devront méditer les bons esprits réparation. Ensuite aux partisans
ministère, place Vendôme, avec de Le rapport Bouchet y consacre quin- Et qui seront donc les juges de que la France soit le seul pays au qui doutaient de l’utilité d’une tel- du renouveau : pour le général
vieux codes exprimait la fureur de ze lignes. Pour des cabinets d’avo- demain ? Devront-ils continuer à monde avec l’Italie qui mêle le le juridiction. Jovan Divjak, défenseur de Saraje-
nombre de juges français qui ne sup- cats vivant de l’argent public (tout être fabriqués en série à l’Ecole de la corps des juges et des procureurs, Il faudra encore faire pression vo, ou le professeur Nicola Kovac
portent plus d’imaginer que le politi- en prétendant accomplir une activi- magistrature ? Ou faudrait-il que, entretenant par là une confusion pour que les exécuteurs de la poli- qui, depuis son ambassade pari-
que les tienne soit pour des servi- tragique dans le public entre l’accu- tique de « purification ethnique » sienne, avait accompagné toutes
teurs, soit pour des dangers publics, sation et la justice ? élaborée à Belgrade, tout particu- les tentatives d’alerter les gouver-
soit pour les deux à la fois. Le corporatisme féroce du monde judiciaire Ces questions ne sont pas financiè- lièrement Radovan Karadzic et nements occidentaux, l’extradi-
Dans le même temps, les avocats, res mais institutionnelles. Il s’agit Ratko Mladic, soient arrêtés et tion de Milosevic représente l’en-
qui souffrent d’assumer la charge conduit les uns et les autres à s’interroger bien de dessiner d’abord ce que l’on déférés à leur tour. couragement dont ils avaient le
du traitement de 720 000 dossiers veut pour le financer ensuite. Et non La France, dont les autorités se plus urgent besoin.
par an sans être payés correcte- davantage sur les moyens de leur confort que pas l’inverse. Or nous sommes dans félicitent de cette étape bien qu’el- De grandes difficultés se dres-
ment, ne serait-ce que de leurs frais, la situation des conducteurs de les n’aient pas fait grand-chose sent devant leurs amis de Saraje-
sont aussi descendus dans la rue. sur la demande extérieure, celle du justiciable vieilles machines à vapeur qui récla- pour y parvenir, peut apporter vo, mais aussi de Belgrade, de
A l’approche de l’élection prési- meraient « plus de charbon et de sou- une contribution beaucoup plus Zagreb et de Skopje, qui tentent
dentielle, ouvrant son portefeuille, tiers », sans penser à un autre résolue à la poursuite des chefs d’arracher les républiques des
le gouvernement a promis de créer té libérale), l’aide judiciaire demeure- pour au moins la moitié d’entre eux, moyen de transport. meurtriers et de leurs auxiliaires,
1 200 postes de magistrats dans les ra donc une prothèse, ou une charge ils jaillissent au milieu de leur vie Les « Entretiens de Vendôme » dont certains paradent encore
quatre ans à venir et a immédiate- selon le niveau des subsides. pour apporter leur expérience et éviteront-ils ce genre d’impasse ? La dans les zones surveillées par ses On ne saurait
ment doublé certaines indemnités Le sort de l’institution judiciaire ? leur culture à un corps aujourd’hui triste expérience démontre que le contingents. Il convient qu’elle fas-
pour les avocats. Tout en s’inquié- Son approche actuelle par la réduc- issu à 90 % d’un cursus scolaire ? corporatisme féroce du monde judi- se preuve de son sens de la justice oublier ces dizaines
tant du triplement prévisible du tion du temps de travail est un peu Enfin, comment juger demain ? ciaire conduit bien classiquement les en levant les équivoques dont
budget de la défense des plus dému- courte. Faute d’idées, on se rabat sur Au civil, notre procédure purement uns et les autres à s’interroger davan- s’est contentée, durant ses audi- de milliers de morts,
nis si l’on suit le rapport Bouchet des revendications catégorielles clas- écrite doublée de plaidoiries la plu- tage sur les moyens de leur confort tions, la mission d’information
sur l’aide judiciaire. siques. Combien de temps faudra-t-il part du temps inutiles va-t-elle con- que sur la demande extérieure, celle parlementaire chargée d’examiner égorgés
Passés à la caisse sans conditions, répéter que rien de neuf ne se fera tinuer à souvent tourner à vide ? du justiciable. Et le risque est de les responsabilités nationales et
ou se préparant à le faire, le gouver- sans découpage de la réforme à venir Ou faut-il au contraire aménager repousser les réformes de fond jus- internationales dans la tragédie par les milices
nement et la garde des sceaux ont en trois sujets logiques : qu’est-ce dans certains cas une oralité des qu’au jour où le justiciable rejettera de Srebrenica.
pensé qu’il serait quand même sou- qu’on juge ? avec qui ? comment ? débats tout en transformant dans le système judiciaire au moment où Cette première – depuis les pro- d’Arkan
haitable de voir si ces moyens nou- La mission du juge est évidem- d’autres cas la plaidoirie classique il en aura le plus besoin. Il faudra cès de Nuremberg – que constitue
veaux ne viennent pas nourrir une ment capitale. Par exemple, on a en débats questions-réponses avec bien alors réformer à chaud. la comparution d’un chef d’Etat ou de Seselj
machine obsolète. D’où ces « Entre- enfin commencé à se dire que le rôle les magistrats ? A défaut, nous continuerons à inculpé de crimes de guerre et de
tiens de Vendôme » convoqués par d’une cour de cassation n’est pas de Au pénal, faudra-t-il louer une fonctionner dans une médiocrité crimes contre l’humanité doit en-
la garde des sceaux pour consulter rendre 22 000 décisions par an. Aucu- prochaine fois Notre-Dame ou Ber- morose, entretenant un mauvais cli- core induire les instances euro- Balkans à l’emprise des natio-
tous les professionnels. Il eût évi- ne cour dite suprême au monde n’y cy pour faire des procès de masse mat dans des structures inadap- péennes à davantage de décence naux-populistes de toutes obé-
demment mieux valu prendre le résisterait. C’est bien parce que ce comme on en a vu avec l’affaire tées, détériorant le lien social. et de fermeté dans leurs rapports diences. Les Croates ne sont pas
problème à l’endroit plutôt qu’à constat a été tiré qu’une réforme Chalabi ou avec l’affaire du Sen- Le pouvoir politique a du mal, là avec les régimes qui, comme celui près de rejoindre les Slovènes
l’envers. Mais nécessité fait loi. vient de voir le jour, consistant à éta- tier ? Ou tout à coup ne devien- comme ailleurs, à se déterminer sur de Vladimir Poutine en Tchétché- dans le groupe des favoris pour
Il semble malheureusement que blir un filtre permettant de diviser dra-t-il pas lumineux de considérer ce qu’il est nécessaire de faire puis- nie, emploient des méthodes bar- l’intégration européenne. Les
les discussions aient été difficiles, la par trois – ce qui reste énorme – la qu’il faut traiter différemment ceux que, de toute manière, il se dit qu’il bares contre des populations Bosniaques se dépêtrent dans
réduction du temps de travail et l’ap- production des arrêts. qui plaident coupables et ceux qui n’aurait aucune chance de le ren- civiles. une Constitution impraticable
plication des 35 heures ayant énor- Le même type de raisonnement plaident non coupables afin de dre possible. En attendant que la raison qui fait la part belle aux adversai-
mément occupé les efforts des orga- doit se mesurer à chaque niveau de réserver à ces derniers l’apparat, le d’Etat se réconcilie avec l’éthique res de la paix, en leur laissant le
nisations syndicales de magistrats. l’appareil judiciaire. Quelle mission temps, la forme et tous les détails démocratique, il est permis contrôle de près des deux tiers du
Le rapport Bouchet tente de pour le juge de première instance et d’un débat public approfondi, tan- Géraud de Geouffre de La d’avoir une pensée pour Mirjana territoire.
manière acrobatique d’insérer et pour celui des cours d’appel ? Le tri- dis que les autres prendraient le cir- Pradelle, Henri Leclerc, Dizdarevic. L’inspiratrice de l’As- Les Kosovars ignorent l’avenir
de traiter dans le marché des activi- bunal a-t-il pour mission d’être un cuit court avec une peine négociée Daniel Soulez Larivière, sociation Sarajevo n’est plus là politique que les organisations
tés d’aide judiciaire qui normale- banc d’essai pour le justiciable sous le contrôle du juge ? Michel Troper, sont membres pour voir la déconfiture du princi- internationales réservent à leur
ment n’y entrent pas. Satisfaction avant d’aller en appel, ou au contrai- Après avoir tourné autour du pot de la Société des juristes français. pal responsable de la dévastation province autonome. Les démocra-
de son pays. Beaucoup de tes macédoniens sont pris entre
citoyens de l’ancienne Yougosla- le feu de l’UCK et le fiel des mou-
vie qui, comme elle, ont dénoncé, vements slavophiles. Les Monté-

Tchad, les dangers d’une dérive par Guy Labertit


avant les premiers assauts contre
Vukovar, Osijek, Prijedor ou Foca,
la folie du projet de « Grande Ser-
bie », portent dans leur cœur, et
bien souvent dans leur chair, la tra-
négrins sont profondément divi-
sés sur la perspective de l’indé-
pendance. Et une grande propor-
tion de Serbes, oubliant qu’ils ont
eux-mêmes porté et si longtemps

T
ROP vite, les récentes vi- comme elles l’ont déjà fait à l’encon- soire… en février 1986 pour aider les ni, dans le cadre d’une réforme glo- ce des épreuves dont doit répon- maintenu des assassins au pou-
sites à Paris de Laurent tre du Parti socialiste français, autorités tchadiennes à préserver la bale de l’armée française, le sens dre l’ex-élu de Belgrade. voir, rechignent à l’examen de
Gbagbo et d’Abdoulaye oubliant vite l’insistance avec laquel- souveraineté de leur Etat. Rien ne des missions de ses éléments sur le On ne saurait oublier ces dizai- conscience qui permettrait de
Wade, présidents de la le elles demandaient, il y a peu, à justifie aujourd’hui, sur les plans continent africain, risque de nes de milliers de morts, égorgés réviser le dogme chauvin.
Côte d’Ivoire et du Sénégal, pays Paris, de les aider à organiser le scru- politique et militaire, pareil déploie- brouiller l’image de sa politique en par les milices d’Arkan ou de Enfin, malheureusement, dans
symboles d’alternance politique en tin. C’est précisément parce que ment. La Libye a renoncé, depuis n’élaborant pas un plan de retrait Seselj, criblés de balles dans les cette partie de l’Europe qui regar-
Afrique, ont effacé des mémoires Paris l’a fait qu’il faut tirer toutes les février 1994, à ses prétentions terri- du dispositif Epervier. rues de Mostar, fauchés par des de l’Adriatique, d’autres erre-
encore vives la situation pré- leçons de cette sorte d’abus de con- toriales au Tchad et la restructura- Cette perspective lèverait bien éclats de mines ou de mortiers ments ont encore cours, dont il
occupante qui prévaut au Tchad. fiance commis par les autorités du tion, par la mission Epervier, d’une des soupçons, notamment parmi dans les collines autour de Go- convient de préserver des popula-
Le Conseil constitutionnel de ce Tchad. Il a conduit des opposants armée tchadienne, toujours plus cla- nos partenaires européens, sur la razde ou de Zepa, abattus sur les tions trop éprouvées.
pays a confirmé, le 15 juin, la victoi- tchadiens à manifester contre le nique que nationale, est restée une sincérité de notre engagement nou- routes du Kosovo. Il faut encore
re, dès le premier tour, du président coup de force électoral devant l’am- dispendieuse version moderne du veau en Afrique, à la fois plus sou- songer aux disparus des prisons
sortant, Idriss Déby, avec plus de bassade de France, dont la neutrali- mythe de Sisyphe. Les bienfaits de cieux d’avancées démocratiques et de Pristina qui ne reparaîtront Emmanuel Wallon est maî-
63 % des suffrages, à l’issue d’un té a pourtant été exemplaire dans l’antenne chirurgicale et les retom- plus ouvert à une démarche multila- jamais, mais dont l’absence accu- tre de conférences en science politi-
scrutin vivement contesté, organisé cette période délicate. bées économiques locales de la pré- térale. Elle faciliterait la mise en se le président déchu. que à l’université Paris-X-Nanterre.
le 20 mai. Le temps est bien fini où les régi- sence militaire française justifient- œuvre effective de cette approche
Plus que celle de 1996, cette élec- mes d’Afrique se faisaient et se ils sérieusement son maintien en commune, en particulier avec la
tion a été entachée de fraudes massi- défaisaient non loin des berges de la période de rigueur budgétaire ? De Grande-Bretagne et, au-delà, les AU COURRIER DU « MONDE » Villeurbanne, mais il n’a, à ma
ves, particulièrement dans le centre Seine. C’est aux citoyens des pays toute évidence, la réponse est non. Etats-Unis, des problèmes de sécuri- connaissance, jamais été immatri-
et le nord du pays, tous les votes à concernés qu’il revient, en premier Même si la perte est sensible au té sur le continent africain, visant à VILLEURBANNE, 1944 culé dans les rangs des FTP-MOI
l’étranger ayant du reste été annu- lieu, de conduire leur action pour regard d’intérêts corporatistes de appuyer les armées africaines dans Sur la base d’informations erro- du Rhône (Carmagnole), ni dans
lés. Le plus souvent, les délégués des alternances démocratiques. On militaires français qui méritent leur action de maintien de la paix et nées, Le Monde a publié, le ceux de l’Isère (Liberté).
des partis ont été chassés des l’a vu au Sénégal, au Cap-Vert, en d’être examinés d’une autre façon. non à se substituer à elles. 24 avril, une notice nécrologique Plus grave encore, il n’a jamais
bureaux de vote et n’ont pas eu Côte d’Ivoire. La communauté inter- de Max Bernstein le présentant été le dirigeant militaire de l’insur-
copie des résultats de leur bureau, nationale, l’Union européenne, la comme « un des membres impor- rection de Villeurbanne ni même
comme le prévoit la loi électorale. France, qui affirment dans les décla- Paris entretient toujours au Tchad tants du bataillon Carmagnole- participé au conseil militaire mis
Les innombrables violations, moins rations officielles, les traités et con- Liberté » (Francs-tireurs et parti- en place dans la soirée du 24 août
systématiques au sud du pays, des ventions, agir en ce sens, se doivent le coûteux dispositif militaire Epervier, mis sans de la Main-d’œuvre immi- 1944 pour structurer l’insurrec-
textes que se sont donnés les Tcha- de tout mettre en œuvre pour grée de Lyon et Grenoble), mais tion. Ce conseil militaire avait à
diens, les manipulations autour du accompagner ces engagements en en place à titre provisoire… en février 1986. aussi comme « le libérateur de Vil- sa tête Georges Filip, dit comman-
vote des nomades, l’organisation de faveur d’un meilleur respect des leurbanne en 1944 ». Cela a immé- dant Lefort, responsable interré-
votes multiples de citoyens achetés règles de la démocratie. Rien ne justifie aujourd’hui, sur les plans diatement provoqué la réaction gional des FTP-MOI pour le Rhô-
par le pouvoir, laissent à penser Le rapport, nuancé mais favora- des survivants des unités FTP- ne et l’Isère. Il était secondé par
qu’un second tour aurait été ble, des observateurs de la franco- politique et militaire, pareil déploiement MOI de la région concernée ainsi le capitaine Lamiral, Henri Kris-
inévitable si la sincérité du scrutin phonie, sur l’équité du scrutin prési- que des historiens qui ont tra- cher, responsable militaire des
avait été respectée. Il est vrai que dentiel au Tchad, contradictoire vaillé sur le sujet. FTP-MOI de Lyon-ville, aujour-
l’union scellée par les six candidats avec celui des observateurs natio- Favorables à ce maintien, les auto- Plus que jamais, l’appui au déve- Pour avoir étudié longuement d’hui décédé. Le premier était né
opposés à Idriss Déby, arrêtés à naux tchadiens, est choquant. Les rités tchadiennes, en organisant les loppement du pays enclavé qu’est les unités FTP-MOI de la région à Oradea en Transylvanie (région
deux reprises après les résultats, ren- envolées lyriques sur le projet politi- fraudes électorales à grande échel- le Tchad passe par une coopération Rhône-Alpes ainsi que l’insurrec- autrefois hongroise, aujourd’hui
dait cette perspective redoutable que de la francophonie au service le, donnent du crédit à ceux qui civile bien ciblée, prenant pleine- tion de Villeurbanne, je puis affir- roumaine), le second en Allema-
pour ce chef d’Etat arrivé au pou- de la démocratie, qui ont été l’exer- poursuivent la lutte armée, comme ment en compte les acteurs non mer qu’à aucun moment, ni dans gne, de parents juifs polonais.
voir par la force, en décembre 1990, cice obligé des derniers sommets, c’est hélas encore le cas dans ce gouvernementaux. Elle est ardem- les très nombreux documents et L’insurrection de Villeurbanne
avec l’aide des services français. n’en semblent que plus vaines et pays, et les confortent dans leur stra- ment souhaitée par les Tchadiens. témoignages écrits que j’ai con- n’a pas été victorieuse, mais elle
C’est sans doute au regard de ce hypocrites. Il est à espérer qu’après tégie désespérée. Depuis les années Libérée de rapports humains et de sultés ni dans les dizaines de a été, hormis celle de la capitale
passé et au nom de la volonté, le sommet de Beyrouth, en octo- 1960, alors que le Tchad était déchi- rapports d’Etat ambivalents, cette témoignages oraux que j’ai et certes avec une importance
vigoureusement affirmée par le gou- bre, les futurs responsables de la ré par la guerre civile, la France, par coopération n’en serait que plus recueillis, je n’ai trouvé mention beaucoup moindre, la seule véri-
vernement de Lionel Jospin, de francophonie auront plus à cœur une forte intervention militaire, efficace. du nom de Max Bernstein, pas table insurrection populaire
réformer la politique de la France de mettre en conformité pratiques soutenait incontestablement l’arbi- plus que de son pseudonyme de mobilisant de façon aussi
en Afrique, qu’il convient de ne pas et discours. traire du pouvoir d’Etat tchadien. « gros Max ». Max Bernstein a massive la population d’une gran-
être indifférent à ce qui se passe à Paris entretient toujours au Aujourd’hui, alors que perdure une Guy Labertit est délégué natio- peut-être, comme des centaines, de ville.
N’Djamena. Les autorités tchadien- Tchad le coûteux dispositif militaire opposition armée au Tchad, le gou- nal à l’Afrique et à la coopération voire des milliers de Villeurban- Claude Collin,
nes crieront bien sûr à l’ingérence, Epervier, mis en place à titre provi- vernement de la France, qui a redéfi- internationale du Parti socialiste. nais, participé à l’insurrection de Grenoble.
HORIZONS-ANALYSES LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 / 15

Internet, sujet de droit français ? 0 123


21 bis, RUE CLAUDE-BERNARD – 75242 PARIS CEDEX 05
INTERNET n’aura pas échappé à coprésident d’un groupe parlemen- mettre de l’ordre, au niveau mon- l’autorégulation pour canaliser Tél. : 01-42-17-20-00. Télécopieur : 01-42-17-21-21. Télex : 202 806 F
la volonté de la France de faire taire d’études sur les technologies dial, dans le commerce en ligne et cette innovation. Mais, comme le Tél. relations clientèle abonnés : 01-42-17-32-90
Changement d’adresse et suspension : 0-803-022-021 (0,99 F la minute).
entendre sa différence. Après plus de l’information. Mais on admet les droits d’auteur sur Internet est note la Revue du réseau NTIC de mai- Internet : http: // www.lemonde.fr
d’un an de gestation, le gouverne- qu’« il est nécessaire d’avoir une vue en cours d’élaboration à La Haye, juin, éditée par la direction des rela-
ment a présenté son projet de loi d’ensemble » dans ce domaine aux dans le cadre de la – méconnue – tions économiques extérieures ÉDITORIAL
sur la société de l’information, éga- nombreuses ramifications, ajoute le Convention sur les juridictions et (DREE) du ministère de l’économie
lement baptisée loi Internet. Un tex- député. D’autres, partisans d’une les jugements étrangers de La Haye. et des finances, « est vite apparue la
te aux vastes contours, englobant
des sujets aussi variés que la publici-
té en ligne, la responsabilité des
liberté totale sur Internet, contes-
tent l’approche « réglementaire »
du gouvernement. « Ce projet de loi
Avec l’adoption de plusieurs
directives, notamment sur le
commerce électronique ou sur la
nécessité d’adopter des dispositions
légales sur des sujets-clés, comme la
signature électronique, la protection
La priorité budgétaire
L
intermédiaires techniques tels est un fourre-tout qui symbolise bien protection des données person- nel- du copyright ou le contrôle des conte- E ralentissement écono- tionnement, elle a forcé l’état-
qu’hébergeurs de sites et four- cette spécificité très française consis- les, l’Union européenne, de son nus ». Une démarche qui diffère tou- mique force le premier major à limiter comme peau de
nisseurs d’accès au Web, ou la lutte tant à vouloir juguler, contenir de côté, a doté ses quinze membres tefois largement de la française, ministre à faire des choix chagrin les dépenses d’équipe-
contre la cybercriminalité. Autant nouveaux phénomènes dans tous ses d’un socle commun, en cours de puisque les problèmes sont réglés douloureux que la bonne ment. M. Chirac entend inverser
de domaines pour lesquels il con- aspects », commente Alexandre transposition chez chacun d’entre au cas par cas et non englobés dans conjoncture depuis trois ans la tendance dès 2002, sans atten-
vient, selon Paris, d’adapter le droit Lévy, chargé du dossier à l’asso- eux. Ces Etats disposent néanmoins un projet législatif d’ensemble. avait permis de contourner. dre la loi de programmation mili-
français en vigueur. ciation Reporters sans frontiè- d’une certaine latitude pour complé- Quelles que soient les approches M. Jospin avait pu, à la fois, finan- taire 2003-2008 qui n’est pas arrê-
Il n’est pas question de créer « un res (RSF). Ecartant ces critiques, ter leurs arsenaux législatifs respec- mises en avant ici et là, Internet cer des mesures sociales (35 heu- tée mais qui devrait prévoir une
droit spécifique au Net », argumente M. Pierret se félicite qu’« à travers tifs. Les approches sont divergen- demeurera difficilement contrô- res, emplois-jeunes…), annoncer telle augmentation des crédits
Christian Pierret, le secrétaire d’Etat ce projet de loi la France – d’ailleurs, tes. Certains, comme l’Espagne, lable par les Etats, de par sa nature des baisses d’impôts et réduire le d’équipement. M. Fabius est d’un
à l’industrie, qui a coordonné la pré- elle s’en enorgueillit – soit le premier semblent vouloir suivre « l’exem- même. Moyen de communication déficit global de l’Etat, presque avis contraire, jugeant qu’auj-
paration du projet de loi, approuvé pays européen à avoir un texte de ple » français, avec un peu de fulgurant, le Web fait fi des frontiè- en conformité avec les impéra- ourd’hui l’investissement militai-
par le conseil des ministres du cohérence d’ensemble, qui témoigne retard. D’autres gouvernements, res et place les autorités dans des tifs de la monnaie unique. Cette re n’est pas la priorité.
13 juin. « Un corpus Internet, par plus d’une démarche politique que notamment en Europe du Nord, se positions inédites, souvent inconfor- politique de gains sur les trois M. Fabius doit aussi obtenir
définition, serait évanescent avec d’une volonté de créer une mosaïque contentent de flatter le potentiel tables. L’affaire de la vente aux tableaux était possible avec une satisfaction sur les impôts. Il a
l’évolution même des techniques et technique ». commercial d’Internet. enchères d’objets nazis sur le site croissance de 3 % ; elle ne l’est raison de ne pas vouloir remettre
de leur utilisation », a-t-il insisté. L’adaptation du cadre juridique, de Yahoo ! est symptomatique à cet plus avec les 2,3 % attendus pour en cause les baisses annoncées,
Une préoccupation louable lorsque UN SOCLE COMMUN DANS L’UE au sein de l’UE, à la nouvelle donne égard : le portail Internet américain 2001. pour des raisons politiques
l’on sait que le projet de loi ne sera Du nord au sud de l’Europe, les provoquée par l’irruption d’Inter- cherche à obtenir de la justice améri- Ce ralentissement tombe au autant qu’économiques. Politi-
pas adopté avant la fin de 2002, voi- autorités nationales affirment vou- net n’échappe évidemment pas aux caine une déclaration d’inapplica- plus mal à l’approche des élec- ques, parce que la stratégie gou-
re l’année suivante… Députés et loir donner aux citoyens une plus mentalités et à l’histoire respectives bilité d’une condamnation pro- tions présidentielle et législati- vernementale a besoin d’être réé-
sénateurs auront un agenda trop grande « confiance » envers un de chacun de ses membres. Ainsi en noncée à son encontre par un tribu- ves de l’an prochain. Laurent quilibrée au centre. Economi-
chargé, à la rentrée parlementaire, outil, un média qui continue à susci- Grande-Bretagne, où la lutte contre nal parisien. Fabius, ministre des finances, ques, parce que la consomma-
pour se pencher sur un dossier sou- ter craintes et incompréhension. Ce le « terrorisme » irlandais a sans Ce dernier avait, en novem- bataille depuis plusieurs semai- tion des ménages est le seul
vent fort technique. M. Pierret table souci commence à se retrouver doute influencé les auteurs du Regu- bre 2000, exigé de la firme qu’elle nes pour rejeter les demandes moteur solide de la croissance
sur un vote en première lecture à transcrit dans des textes interna- lation of Investigatory Powers Act. instaure un filtre, afin que les inter- des ministres et pour respecter actuelle et qu’il faut absolument
l’Assemblée nationale avant les tionaux qui, souvent, donnent le Adopté à l’été 2000, ce texte contro- nautes français ne puissent pas l’engagement pris de ne hausser la consolider. Annuler les baisses
échéances électorales du printemps « la » en la matière. Le comité des versé permet aux autorités d’inter- avoir accès à des pages du site les dépenses pour 2002 que de d’impôts pour augmenter les
2002. Cela permettrait au texte de ministres du Conseil de l’Europe – cepter des communications sur le yahoo.com offrant des objets nazis 0,5 % en volume. dépenses de l’Etat dans un esprit
ne pas disparaître de l’ordre du jour qui regroupe 43 Etats – devrait Web et de décrypter certains messa- interdits dans l’Hexagone. Le por- Le premier ministre doit signer de relance, comme certains le
de la législature suivante, y compris adopter, d’ici à la fin 2001, un projet ges privés, pour « protéger la sécuri- tail obtempéra. Puis contre-attaqua les « lettres plafond » avant le proposent, aurait une efficacité
en cas de changement de majorité de convention contre la cybercrimi- té nationale (…) et assurer l’ordre dans son pays, au nom de la liberté 14 juillet. Il est sous la double sur- très aléatoire et mettrait à coup
parlementaire. nalité, fruit de quatre ans de public ». La France n’est pas en res- d’expression et du respect des lois veillance du président de la Répu- sûr le moral des ménages en
Plusieurs voix se sont élevées réflexion. Il s’agira, précise le te : le projet de loi Internet, s’il pré- américaines, moins exigeantes en la blique qui doit intervenir à la télé- péril.
pour critiquer la méthode du gou- Conseil, du « premier traité interna- voit la libéralisation « to- tale » du matière. Yahoo ! vient de marquer vision, comme chaque année, le M. Jospin aurait dû réduire le
vernement. A droite, on aurait pré- tional à s’intéresser, sous l’angle du cryptage – destiné à garantir la con- un point : à sa demande, un tribu- jour de la fête nationale et de sa déficit beaucoup plus nettement
féré que « des solutions législatives droit pénal et des procédures cri- fidentialité des échanges en ligne de nal fédéral américain a décidé, le majorité plurielle où s’expriment durant les trois années précéden-
aient été apportées au cas par cas », minelles, aux différents types de données –, l’encadre par diverses 8 juin, de se pencher sur cet imbro- des voix pour réclamer tantôt tes comme l’ont fait la plupart
dès qu’une solution à un problème comportements délictueux visant les dispositions. glio juridique d’un nouveau type. d’accroître les dépenses, tantôt des autres pays européens.
paraît « mûre », comme l’explique systèmes, réseaux et données informa- Lieu de naissance d’Internet, les de remettre en cause les baisse Aujourd’hui, sans marge de
Patrice Martin-Lalande (RPR), tiques ». Par ailleurs, un traité censé Etats-Unis ont longtemps favorisé Antoine Jacob d’impôts promises. manœuvre, la France est con-
M. Chirac a indiqué qu’il sou- trainte de toutes parts. C’est
haitait un budget 2002 de la l’occasion de voir, enfin, s’enga-

La ville, le vernissage par Killoffer


défense en hausse. La profession-
nalisation des armées est sans
doute la seule réforme de son ini-
ger le débat non plus sur le volu-
me des dépenses ministérielles
aujourd'hui forcément limitées
tiative qui restera de son septen- mais sur la qualité des politiques
nat. Or, coûteuse en frais de fonc- publiques.

0123 est édité par la SA LE MONDE


Président du directoire, directeur de la publication : Jean-Marie Colombani
Directoire : Jean-Marie Colombani ; Dominique Alduy, directeur général ;
Noël-Jean Bergeroux.
Directeurs généraux adjoints : Edwy Plenel, René Gabriel
Secrétaire général du directoire : Alain Fourment

Directeur de la rédaction : Edwy Plenel


Directeurs adjoints : Thomas Ferenczi, Pierre Georges, Jean-Yves Lhomeau
Directeur artistique : Dominique Roynette ; adjoint : François Lolichon
Secrétaire général : Olivier Biffaud ; déléguée générale : Claire Blandin
Chef d’édition : Christian Massol ; chef de production : Jean-Marc Houssard
Rédacteur en chef technique : Eric Azan
Rédaction en chef centrale :
Alain Frachon, Eric Fottorino, Laurent Greilsamer,
Michel Kajman, Eric Le Boucher, Bertrand Le Gendre
Rédaction en chef :
Alain Debove (International) ; Patrick Jarreau (France) ; Anne Chemin (Société) ;
Jean-Louis Andréani (Régions) ; Laurent Mauduit (Entreprises) ; Jacques Buob (Aujourd’hui) ;
Josyane Savigneau (Culture) ; Serge Marti (Le Monde Economie)

Médiateur : Robert Solé

Directeur exécutif : Eric Pialloux ; directeur délégué : Anne Chaussebourg


Directeur des relations internationales : Daniel Vernet

Conseil de surveillance : Alain Minc, président ; Michel Noblecourt, vice-président

Anciens directeurs : Hubert Beuve-Méry (1944-1969), Jacques Fauvet (1969-1982),


André Laurens (1982-1985), André Fontaine (1985-1991), Jacques Lesourne (1991-1994)

Le Monde est édité par la SA LE MONDE


Durée de la société : cinquante ans à compter du 10 décembre 1994.
Capital social : 166 859 ¤. Actionnaires : Société civile Les Rédacteurs du Monde,
Fonds commun de placement des personnels du Monde,
Association Hubert-Beuve-Méry, Société anonyme des lecteurs du Monde, Le Monde Entreprises,
Le Monde Europe, Le Monde Investisseurs, Le Monde Presse, Le Monde Prévoyance, Claude-Bernard Participations.

IL Y A 50 ANS, DANS 0123


Renaissance de la IIe Internationale
LES REPRÉSENTANTS de tren- nationalisation n’est plus considé-
te-quatre partis socialistes, réunis rée comme la base du système,
à Francfort, ont décidé de faire mais comme une mesure qui peut

Les réfugiés effet, le HCR continuera-t-il à igno-


rer le problème ?
Les organisations humanitaires,
l’aide des organisations humanitai-
res, de gagner la Corée du Sud via
un pays tiers. En 2000, 312 Nord-
leur dénie leur pays en les laissant
mourir de faim ou de maladies
dues à la sous-alimentation :
renaître l’Internationale socialiste.
On sait que la IIe Internationale de
1889 avait disparu en 1939. Au
être appliquée d’une façon diffé-
rente dans chaque pays en tenant
compte de sa constitution éco-

nord-coréens essentiellement sud-coréennes,


présentes plus ou moins clandesti-
nement du côté chinois de la fron-
Coréens ont trouvé asile au Sud et
140 depuis le début de cette année.
Ils sont auparavant longuement
depuis 1995, la pénurie alimentaire
en RPDC a fait de 200 000 (estima-
tion officielle) à 1 ou 2 millions de
cours des années récentes, la
Conférence socialiste internatio-
nale (Comisco) l’avait remplacée
nomique et de ses besoins.
C’est la planification qui devient
le centre de la doctrine, ou plutôt

trahis par le HCR tière, estiment que 200 000 à


300 000 Nord-Coréens franchis-
sent chaque année les fleuves Yalu
interrogés par les autorités sud-
coréennes et leur identité n’est pas
divulguée pour éviter les repré-
morts.
Etre persécuté pour ses idées, sa
race ou sa religion donne droit au
dans une certaine mesure. Dans sa
dernière réunion, à Copenhague,
elle avait jeté les bases de la nou-
de la pratique socialiste. Le contrô-
le démocratique de l’économie se
substitue à la mainmise sur les
(à l’ouest) ou Tumen (à l’est) qui sailles contre les membres de leur statut de réfugié. Et être persécuté velle organisation. moyens de production. Ce contrôle
Suite de la première page séparent la RPDC de la Chine. famille. parce que l’on a faim ? Un migrant Celle-ci définit son programme ne revient même pas entièrement à
Beaucoup viennent chercher de la économique peut en général espé- dans une déclaration beaucoup l’Etat. Il peut être décentralisé
Le Haut-Commissariat avait com- nourriture ou gagner un peu d’ar- DROIT À LA VIE rer la protection de son gouverne- moins doctrinaire que les anciens quand cette méthode est compati-
mencé il y a un an à négocier avec gent dans une région où vit une for- Les autorités chinoises de la ment. Dans le cas des Coréens du programmes socialistes. Elle re- ble avec les buts du plan : allusion
les autorités chinoises une présen- te minorité sino-coréenne et où se région frontalière ferment plus ou Nord, c’est le contraire : les connaît que le sort de la classe au rôle des syndicats. La planifi-
ce internationale sur la frontière pratiquent couramment les deux moins les yeux (moyennant « migrants de la faim » sont consi- ouvrière s’est amélioré dans de cation n’implique nullement la pro-
afin de fournir une aide humanitai- langues et repartent en RPDC en « dédommagement ») sur ces dérés comme des traîtres et passi- nombreux pays ; elle n’invite plus priété par l’Etat de tous les moyens
re ponctuelle aux « migrants de la payant « tribut » aux gardes-fron- va-et-vient. De temps à autre, elles bles, à ce titre, de sanctions pou- le prolétariat à se révolter et re- de production. « Elle est compatible
faim » sans pour autant leur accor- tières qui leur prélèvent une bonne se cabrent et font des rafles dans vant aller d’années dans des camps nonce à la lutte de classes ; si elle avec le maintien de la propriété
der le statut de réfugiés ni leur assu- partie de leur nourriture. Les plus les refuges – souvent sur dénoncia- de travail aux conditions inhumai- n’exclut pas le marxisme, elle n’y privée dans des domaines im-
rer une protection à leur retour. Il malchanceux sont dépouillés, arrê- tion des agents nord-coréens qui nes à l’exécution pure et simple. voit qu’une source, parmi tant portants. »
semble que même ce projet mini- tés et jetés dans des camps de tra- infiltrent les réseaux de réfugiés. Un peu dur comme punition pour d’autres, de la pensée socialiste. La (4 juillet 1951.)
mal ait été rejeté par les Chinois et vail. Ceux qui ne veulent pas retour- Ces hommes de main opèrent aus- de simples « immigrants économi-
que le HCR se soit « aligné » sur la ner dans leur pays sont pris en char- si des rapatriements forcés : c’est le ques » en situation illégale, comme
position de Pékin. ge par les réseaux des organisa- cas notamment d’enfants « enle- les qualifie Pékin… 0123 SUR TOUS LES SUPPORTS
Le HCR reconnaît avoir un accès tions humanitaires. vés » dans les orphelinats. Que la Chine ait une attitude
limité à la région frontalière et il Certains (une centaine de mille) Migrants de la faim, les Coréens condamnable et que l’opinion inter- Adresse Internet : http: // www.lemonde.fr
semble jusqu’à présent s’en être vivent clandestinement dans la du Nord qui passent en Chine le nationale la critique est une chose.
Télématique : 3615 code LEMONDE
contenté. Son porte-parole à Genè- région frontalière. D’autres sont sont assurément. Mais ils ne sont Que le HCR ait, de fait, complai- Documentation sur Minitel : 3617 code LMDOC (5,57 F/mn)
ve, Ron Redmond, « espère » que envoyés un peu plus loin en Chine pas que cela : le sort qui les attend samment épousé son point de vue ou 08-36-29-04-56 (9,21 F/mn)
l’affaire de la famille qui a pu sortir (dans la région de Shenyang) et ten- en RPDC s’ils sont pris en fait des et ignore depuis de longues années
de Chine à la suite de laborieuses tent de se perdre dans la masse. personnes persécutées, qui, à ce le problème des « réfugiés de la Le Monde sur CD-ROM : 01-44–88-46-60
Index du Monde : 01-42-17-29-89. Le Monde sur microfilms : 03-88-71-42-30
tractations aura un impact favora- Les femmes sont souvent vendues titre, ont droit au statut de réfu- faim » est plus grave.
ble sur le dialogue avec les autori- comme épouse à un paysan chi- giés. Ce qu’ils revendiquent, par Films à Paris et en province : 08-36-68-03-78
tés chinoises. Et si elle n’a pas cet nois. Une minorité essaie, avec leur fuite, c’est un droit à la vie que Philippe Pons
16

ENTREPRISES LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

JUSTICE Un dirigeant de la ban- d’instruction parisien Philippe Cour- ces personnes d’avoir bénéficié d’in- thèse rédigée par les services de poli- une dizaine de millions de francs.
que OBC et un vendeur de la société roye. Un deuxième vendeur de Mees- formations confidentielles concer- ce, qui montre que la brigade finan- b LA FUSION, dix-huit mois après sa
de Bourse Meeschaert Rousselle ont chaert Rousselle devait, mardi nant le rapprochement entre Carre- cière a identifié quatre cercles de per- mise en œuvre, est encore loin de
été mis en examen, le 6 juin, pour 3 juillet, se voir notifier une mesure four et Promodès, en août 1999. b LE sonnes et de sociétés qui auraient tenir ses promesses, tant d’un point
« recel de délit d’initiés » par le juge identique. b LA JUSTICE soupçonne MONDE publie des extraits de la syn- tiré un profit financier supérieur à de vue commercial que boursier.

Premières mises en examen dans l’affaire Carrefour-Promodès


Le juge Philippe Courroye soupçonne trois personnes, un banquier et deux vendeurs d’une société de Bourse, d’être impliquées dans un délit d’initiés.
Elles auraient bénéficié d’informations privilégiées peu avant l’annonce du rapprochement des groupes de grande distribution en août 1999
LA JUSTICE a procédé aux Bernard Dion. Au cours de cette a indiqué que Paribas « entretenait la société de gestion marseillaise
premières mises en examen dans communication, M. Dion a indi- des liens serrés avec Carrefour et Prado Epargne et 420 titres pour la
l’affaire de délit d’initiés ouverte qué au vendeur que, selon une avait coutume de s’entretenir régu- banque andorrane Banca Mora. Le
après le rapprochement, en information émanant de Paribas, lièrement d’opportunités de deuxième vendeur, travaillant
août 1999, des groupes de grande Carrefour avait acheté Promodès. croissance externe ». Le 5 août dans le secteur anglo-saxon de
distribution Carrefour et Promo- Lors de son audition, le 6 juin, 1999, une réunion avait ainsi été Meeschaert Rousselle, a acheté
dès. Le directeur du service de devant le juge Courroye, M. Dion organisée entre des représentants 300 actions Promodès a titre
gestion privée de la banque OBC, a refusé de s’expliquer dans le de Paribas et de Carrefour pour personnel. Interrogé par le juge,
Bernard Dion, et un vendeur de la détail tout en prenant acte des évoquer d’éventuels rapproche- lors de sa mise en examen, il a indi-
société de Bourse Meeschaert faits qui lui étaient reprochés. La ments avec d’autres groupes qué avoir décidé d’acquérir ces
Rousselle (rachetée par Fortis justice dispose d’ores et déjà des comme Promodès et Sainsbury. titres après avoir « fait le recoupe-
Securities France) sont poursuivis, déclarations de M. Dion
depuis le 6 juin, pour « recel de recueillies par la COB. « M. Dion a
délit d’initiés ». Un deuxième ven- expliqué, écrivent les policiers, que Une plus-value de 5,2 millions de francs
deur de Meeschaert Rousselle le week-end précédant le 25 août
devait se voir notifier, mardi 1999, alors qu’il rentrait à Paris en Quelques jours avant l’annonce de la fusion Carrefour-Promodès,
3 juillet, une mesure identique. Le train depuis Aix-les-Bains, il avait la société Meeschaert Rousselle a acheté des titres Promodès pour plu-
juge d’instruction parisien entendu une conversation entre sieurs clients. L’un des vendeurs de cette société, bénéficiaire supposé
Philippe Courroye, chargé de deux personnes qu’il ne connaissait d’un délit d’initiés a acquis 1 000 actions Promodès pour la société de
l’enquête, paraît soupçonner ces pas. Ces dernières ont évoqué, selon gestion marseillaise Prado Epargne, dont 920 actions pour Prado
personnes d’avoir eu connaissan- lui, le rachat de Promodès par Car- actions, 30 actions pour Expansion solidarité et 50 actions pour Equili-
ce, avant le 30 août 1999, d’infor- refour et le fait que Paribas avait bre solidarité. Lors de la revente des titres, la plus-value réalisée s’est
mations confidentielles relatives à signé l’accord. » Cet argument élevée à 47 100 euros (308 955 francs). Le Fonds Prado actions a, en
l’offre publique d’échange (OPE) semble avoir peu convaincu les outre, revendu la totalité de ses titres Promodès – 2 977 actions –, soit
entre Carrefour et Promodès et enquêteurs, qui estiment, dans une plus-value totale de 737 332 euros (4,8 millions de francs). Un
d’en avoir tiré un profit financier leur rapport, que « l’origine de l’in- deuxième vendeur de Meeschaert Rousselle a, pour sa part, donné, le
personnel ou commercial. 27 août, Firstinvest annonçait première piste explorée par la jus- formation dont il était détenteur 26 août 1999, un ordre d’achat sur 300 actions Promodès, pour son
L’annonce officielle du qu’ils étaient sur le point de fusion- tice mène vers la banque OBC et apparaît totalement invraisembla- compte personnel, ce qui lui a permis de réaliser un gain de
rapprochement entre Carrefour et ner. Le cours de l’action Promo- la société Meeschaert Rousselle. ble et ne concorde pas avec le conte- 51 000 euros (soit 334 538 francs). Des soupçons existent également
Promodès avait été faite le dès est passé de 621 euros le L’analyse des mouvements du nu des conversations téléphoniques sur 1 130 actions Promodès échangées par Meeschaert Rousselle.
30 août 1999. Les dirigeants des 18 août à 700 euros le 27 août, soit titre Promodès, entre le 25 et le entre les différents acteurs ».
deux groupes, qui avaient prévu une hausse de 12,7 %. Le 27 août, 27 août, a permis aux enquêteurs
d’en faire état le 2 septembre, les échanges atteignaient d’identifier les achats réalisés par « DES LIENS SERRÉS » L’interlocuteur de M. Dion, au ment entre une étude publiée, en
avaient anticipé cette date après 119 590 titres, contre une moyen- deux vendeurs de Meeschaert, le Selon les éléments recueillis sein de Meeschaert Rousselle, août 1999, par Merrill Lynch sur la
la publication dans le Figaro du ne de 49 000 titres au cours des premier pour des clients, le auprès du responsable de la direc- vendeur dans le secteur francopho- distribution et l’annonce, par
28 août d’un article assurant que trois mois précédents. Les second pour son profit personnel. tion financière de Paribas, Thierry ne de la société, a acheté des titres Reuter, le 26 août 1999, que la
les deux sociétés avaient scellé enquêteurs de la Commission des L’écoute des enregistrements des Varene, sa société n’aurait été Promodès pour le compte de ses société Kleinwort Benson venait de
leur union. Par ailleurs, le site opérations de bourse (COB), puis conversations téléphoniques du « admise comme banque présenta- clients grâce à ces informations porter sa recommandation à “à
Internet Firstinvest indiquait, dès ceux de la brigade financière ont poste de ces deux vendeurs a éta- trice » de l’opération Carrefour- confidentielles. Le 25 août 1999, acheter” ».
le 18 août, que les deux groupes distingué quatre cercles d’éven- bli que l’un d’eux avait reçu, le Promodès que le 28 août vers entre 16 h 45 et la fermeture de la
étaient en négociation. Le tuels initiés (lire ci-dessous). La 25 août, vers 16 h 45, un appel de 19 heures. Cependant, M. Varene Bourse, il a acquis mille titres pour Jacques Follorou

L’enquête privilégie quatre pistes


L’ANNONCE officielle, le Jacques de Balasy, cadre dirigeant de bénéficier des éléments de sa approuvée la proposition de recher- gestion privée de la banque OBC concubin. Cette salariée avait été
30 août 1999, de l’offre publique de la banque Morgan Stanley, ban- journaliste faisant état « avec certi- cher des alliances. » et la société de Bourse Mees- informée du projet de fusion au plus
d’échange (OPE) entre les sociétés que conseil de Carrefour et de Pro- tude » de l’opération Carrefour- « Il est apparu également que la chaert Rousselle (rebaptisée For- tard le 16 août 1999 et avait reçu
Carrefour et Promodès a-t-elle été modès, qui avait été informé du pro- Promodès. société Finaquatre était titulaire de tis securities France). régulièrement des appels émanant
précédée de délits d’initiés ? L’en- jet de rapprochement des deux socié- b La Société générale Asset comptes ouverts au sein de la société « Selon la COB, le 25 août 1999, de la société Etna Finance entre le
quête sur le sujet a débuté le tés dès le mois de juin 1999. Management (SGAM) et la CCR de gestion de portefeuille CCR Che- avant l’annonce officielle du rappro- 18 août et le 1er septembre. »
8 août 2000. A l’origine de la procé- Mme Ravai, qui n’est pas intervenue à Chevrillon Philippe. vrillon Philippe. Cette dernière a chement, Bernard Dion, directeur « L’enquête n’a pas démontré que
dure, la Commission des opéra- l’achat sur les titres Carrefour et Pro- « La directrice de la gestion sous acheté 500 actions Promodès le de la gestion privée d’OBC a informé la salariée de Carrefour avait trans-
tions de Bourse (COB) avait trans- modès, a transmis le matin du mandat du département de la ges- 26 août et les a revendues le 30 août Philippe Saunier, de la société Mees- mis l’information à son concubin
mis au parquet de Paris le rapport 27 août 1999, l’information qu’elle tion privée de la Société générale a avec une plus-value de 75 620 euros. chaert Rousselle, que Carrefour lequel l’aurait à son tour transmise à
de son service d’inspection. Ce savait bonne à son rédacteur en acheté à titre personnel, le 24 août (…) Au total, les opérations réalisées avait racheté Promodès. L’écoute la société Etna Finance. Mais il exis-
document comprend une note de chef, Jean de Belot. Ce dernier, dans 1999, 50 actions Promodès et, pour le pour le compte de Finaquatre par la des enregistrements des conversa- te un faisceau d’éléments précis et
synthèse de vingt-six pages et sei- l’après-midi du 27 août 1999, a ache- fonds Charmoz et la société Finaqua- SGAM et la CCR Chevrillon ont déga- tions téléphoniques du poste de concordants qui attestent que les
ze annexes. Parmi ces pièces figu- té 25 actions Promodès. » tre [société appartenant à la famille gé une plus-value de M. Saunier aurait révélé que les achats réalisés par Etna Finance et
rent les auditions de vingt-huit per- « L’enquête n’a pas établi l’ex- de Bernard-Henri Lévy dont il est le 164 235 euros. » achats de titres Promodès les 25 et sa filiale Financière Valvert (…) ont
sonnes réalisées par les inspec- istence de contacts directs entre le représentant légal], le 25 août 1999 Entendue par la COB, la responsa- 26 août 1999 par la société de ges- pu être motivés par la détention
teurs de la COB. Dix-huit transcrip- gérant de la société Firstinvest et les respectivement 1 600 et 400 actions ble de la SGAM a expliqué ses tion marseillaise Prado Epargne, la d’une information privilégiée. » La
tions d’enregistrement de commu- participants au projet Carrefour-Pro- Promodès. Ces achats pourraient achats par les informations diffu- banque Andorrane Banca Mora, ain- COB a informé la justice que Ber-
nications téléphoniques entre diffé- modès. En revanche, il a été établi avoir été motivés par la détention sées par les organes de presse. Une si que par les sociétés CIAL, la Sogip nard-Henri Lévy avait été en con-
rents protagonistes de l’affaire ont que la société Firstinvest avait reçu d’une information privilégiée. En mission d’audit de la Société géné- et BBL Asset Management ont bien tact, au mois d’août 1999, avec une
été jointes par la COB. les 17, 25 et 27 août plusieurs appels effet, l’enquête de la COB a démon- rale a écarté le délit d’initié pour ne été motivés par cette information. » gérante d’Etna Finance sans pour
Les policiers de la brigade finan- du directeur général de la société de tré que la directrice de la SGAM retenir qu’un « problème déontologi- b Les opérations réalisées par autant indiquer que cela avait un
cière ont, depuis, transmis au juge Bourse Mia, ami personnel de entretient depuis longtemps des rela- que lié aux opérations personnelles » les sociétés Etna Finance et la rapport avec l’affaire Carrefour-
d’instruction parisien Philippe Mme Ravai et qui a été en contact tions professionnelles avec Jacques de cette dirigeante de la SGAM. Sol- Financière Valvert. Promodès. Interrogé par Le Mon-
Courroye, chargé de l’enquête, des avec celle-ci entre le 18 et le 27 août Fournier, censeur au conseil d’admi- licité par Le Monde, M. Fournier n’a « Le service de l’inspection de la de, M. Lévy a assuré avoir rencon-
notes fixant la stratégie retenue 1999, ainsi qu’à deux reprises avec la nistration de Carrefour et actionnai- pas souhaité répondre. Selon la COB a relevé de nombreux achats tré cette gérante, pour le compte
par le juge. Une synthèse, remise le société Carrefour le 27 août 1999. » re de la société. Ils ont déjeuné ensem- COB, M. Lévy n’aurait pas bénéficié réalisés par ces deux sociétés ainsi de sa société Finaquatre, au plus
19 décembre 2000, désigne les qua- Interrogés par la COB, M. De ble le 19 juin, quelques jours après la personnellement d’information pri- que par certains de leurs clients. Ces tôt au mois de décembre 1999.
tre groupes de personnes ou de Balasy, de la banque Morgan Stan- réunion du conseil d’administration vilégiée. achats pourraient avoir été motivés
sociétés qui auraient pu jouer un ley et les directeurs de la société de de Carrefour au cours duquel fut b La direction du service de par une salariée de Carrefour ou son J. Fo.
rôle dans la diffusion d’informa- Bourse Mia et de Firstinvest ont
tions privilégiées. Au cours des pre- reconnu leurs liens avec la journa-
mières investigations, aucun lien
n’a été mis en évidence entre ces
quatre cercles, à l’exception du
liste du Figaro indiquant, pourtant,
qu’elle ne les avait pas informés de
la publication de son article. Selon
Une fusion qui a du mal à tenir ses promesses
nom de l’écrivain Bernard-Henri eux, Mme Ravai ne leur aurait pas CARREFOUR plus Promodès. se révèle plus difficile à piloter que moder de la culture très centralisée que le rapprochement est le plus
Lévy. Un certain nombre de person- non plus fourni d’éléments sur Le rapprochement avait été annon- prévu. « Nous avons été trop optimis- et très axée sur la vente de Carre- délicat. Le groupe a dû faire face à
nes citées par les enquêteurs ne le l’OPE entre Carrefour et Promo- cé en fanfare le 30 août 1999. L’affi- tes », confie aujourd’hui Daniel four. Du coup, les départs se sont des ruptures de stock dues à une
sont qu’au titre de témoin. Leur dès. Les deux responsables de Firs- che paraissait alléchante et le pro- Bernard, le PDG du groupe. Une succédé et M. Bernard a profité du désorganisation des approvisionne-
présence dans ce rapport ne consti- tinvest et de la société de Bourse jet séduisant. Mais, un an et demi fois de plus, les promoteurs de la rapprochement pour placer ses ments.
tue pas une preuve de culpabilité. Mia n’auraient eu connaissance de après, force est de constater que la fusion ont eu du mal à convaincre hommes de confiance aux postes Selon le PDG, la fusion est réali-
Le Monde publie ci-dessous des ce rapprochement que par la fusion peine à tenir ses promesses. qu’un plus un peut faire plus que stratégiques (Le Monde du 8 mai). sée au deux tiers et les grands chan-
extraits du rapport de police distin- rumeur. Sur le fond, la validité de l’opéra- deux. Sur ses principaux marchés, tiers de rapprochement des structu-
guant les quatre axes de l’enquête. Les policiers reprennent égale- tion n’est pas remise en question. la France, l’Espagne, Carrefour a res seront achevés fin 2001. Mais,
b Le Figaro et la société Firstin- ment dans leur rapport les explica- La fusion a permis à Carrefour de perdu du terrain. En 2000, Leclerc a Le mastodonte au-delà de ces problèmes techni-
vest.com, spécialisée dans la dif- tions livrées par M. de Belot à la devenir le deuxième groupe mon- fait un joli pied de nez à son concur- ques, Carrefour va devoir convain-
fusion, sur Internet, d’informa- COB. Ce dernier a assuré avoir don- dial de distribution, derrière l’améri- rent dans l’Hexagone en passant ainsi formé se révèle cre les consommateurs de revenir
tions financières. né ordre à sa banque, le 27 août, de cain Wal-Mart, avec un ensemble devant Carrefour en termes de dans ses magasins. Pour cela, il doit
« L’enquête a permis d’établir un vendre la totalité de ses titres Socié- de quelque 9 000 magasins répartis parts de marché. Le chassé-croisé plus difficile à piloter retrouver une dynamique commer-
lien entre Mme Ravai [journaliste au té générale et d’acheter des titres dans 26 pays. Ce mariage a mis le est saisissant : le terrain perdu par ciale qui lui fait défaut. On sait que
cahier Economie du Figaro] et Jean- Promodès quelques heures avant nouveau groupe à l’abri des convoi- Carrefour correspond exactement à que prévu Carrefour ne tiendra pas sa promes-
tises, notamment étrangères. La celui gagné par Leclerc. se de doubler son résultat net entre
Commission européenne a donné Les raisons des difficultés de Car- 1999 et 2002. Le chiffre d’affaires du
son feu vert en janvier 2000 au rap- refour sont multiples. Comme aime Mais la fusion se heurte égale- premier semestre, qui sera publié le
prochement. En Europe, Carrefour à le répéter M. Bernard, la fusion ment à des problèmes structurels. 10 juillet, risque d’être encore déce-
est désormais leader. Le groupe est « la plus grande opération de En moins d’un an, la totalité des vant. Du coup, le cours de Bourse,
détient environ 20 % du marché consolidation jamais réalisée dans le hypermarchés Continent en France qui a atteint un sommet de 90 euros
français de la distribution à domi- commerce mondial ». est passée sous la bannière Carre- au moment de la fusion, se traîne
nante alimentaire, grâce à ses Le nouveau groupe a notamment four. En Espagne, Pryca et Conti- aux alentours de 60 euros. Ce qui
4 000 magasins dans l’Hexagone : du mal à harmoniser les deux struc- nente s’appellent désormais Carre- valorise aujourd’hui l’ensemble au
des hypermarchés (Carrefour), des tures. Sur le plan du management, four. L’évolution des assortisse- niveau de ce que valait l’addition
supermarchés (Champion), des tout d’abord. La culture de grossiste ments qui en a découlé a boulever- des deux groupes juste avant leur
supérettes (Comod, 8 à huit) et du et de décentralisation de Promodès, sé les habitudes des clients. Mais rapprochement.
hard discount (Ed, Dia). qui exploite nombre de magasins c’est surtout au niveau de la logisti-
Mais le mastodonte ainsi formé en franchise, a eu du mal à s’acco- que et des systèmes d’information Stéphane Lauer
18 / LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 ENTREPRISES

United Airlines renonce


à racheter US Airways Fiat et EDF sont assurés d’obtenir
LA FUSION de United Airlines (UAL) et US Airways, qui devait don-
ner naissance au nouveau numéro un mondial du transport aérien, ne
se fera pas. Lundi 2 juillet, les deux compagnies américaines ont
annoncé dans un communiqué qu’elles étaient « en discussions à pro-
le contrôle de Montedison
pos de la possibilité de mettre fin à leur projet de fusion avant la date Les deux assaillants affirment détenir déjà plus de 52 % du groupe industriel italien
butoir du 1er août », inscrite pour la conclusion de la transaction dans
la lettre d’intention signée en mai 2000. « Si, au 1er août, United décide L’OPA lancée conjointement par le groupe Fiat déjà assurée d’obtenir 52,09 % du capital. Il lui L’objectif est de créer un pôle énergie leader en
de se retirer de l’affaire, la compagnie devra payer 50 millions de dollars et EDF sur Montedison, lundi 2 juillet, apparaît faut maintenant passer le seuil de 69 % pour Italie autour de la filiale électrique Edison. EDF
[près de 58 millions d’euros] à US Airways », a expliqué à l’AFP une por- gagnée. Leur filiale commune Italenergia est engager le démantèlement du conglomérat. se félicite d’être sorti de l’impasse politique.
te-parole du groupe UAL. United Airlines avait annoncé son intention
d’acquérir US Airways pour un montant total de 11,6 milliards de dol- À PEINE lancée, l’offre publique proposé est peu attractif : l’offre à devrait pouvoir porter sa part de pourraient-ils être un jour concur-
lars, dette comprise. Le nouveau groupe New United aurait détenu d’achat (OPA) sur Montedison sem- 2,82 euros par action affiche une marché de 10 % à 15 %, voire 17 % rents, si Fiat souhaite se diversifier
27,2 % du marché américain, avec 145 000 salariés et 380 destinations ble gagnée. Lundi 2 juillet au soir, décote de 16 % par rapport au der- dans l’électricité et de 5 % à 15 % dans l’énergie ? EDF reste évasif
aux Etats-Unis. Mais les difficultés de convaincre les autorités anti- Fiat, EDF et leurs alliés (Banca di nier cours avant l’attaque. dans le gaz. mais semble avoir des garanties
trust américaines et le ralentissement économique aux Etats-Unis ont Roma, Banca Intesa, Sanpaolo-Imi, Une seconde offre a été déposée EDF voit ainsi tout son projet sur son avenir en Italie.
eu raison de la détermination de UAL à mener à terme son projet. Romain Zaleski, Deutsche Bank), comme prévu, lundi, sur Edison, la industriel accrédité. Dans les der-
réunis dans la société Italenergia, filiale énergie de Montedison, au nières semaines, les dirigeants de SORTIR DE L’IMPASSE

Les ventes de voitures continuent se disaient assurés d’obtenir déjà


52, 09 % du capital du conglomérat
italien (Le Monde du 3 juin). L’opé-
prix de 11,60 euros, ce qui valorise
le deuxième producteur d’électrici-
té italien à 7,4 milliards d’euros.
l’entreprise publique ont tenu à
présenter ce plan aux deux frères
ennemis : Fiat et Mediobanca.
Après les tumultes des dernières
semaines, la direction d’EDF s’affi-
che sereine. Grâce à l’alliance

à progresser dans l’Hexagone ration présentée par Italenergia


comme la première étape « d’un
programme ambitieux » pour deve-
Pour financer l’ensemble de l’opé-
ration, Italenergia a obtenu une
ligne de crédit de 6,5 milliards
Finalement, le projet de Fiat est
apparu aux Français « plus soli-
de ». En échange de la moitié de sa
conclue avec Fiat, l’entreprise
publique a pu sortir de l’impasse
dans laquelle elle s’était mise
LES VENTES de voitures particulières neuves en France ont augmen- nir un protagoniste important dans d’euros auprès d’Intesa, de Deut- participation dans Montedison, au-delà des Alpes. Certes, le décret-
té de 20 % en juin comparé au même mois de 2000, a annoncé lundi le le « processus d’ouverture et de sche Bank et de la Société généra- soit 10 % du capital, ce qui repré- loi limitant ses droits de vote à 2 %
Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Au cours du renouvellement du marché italien de dans Montedison aurait sans dou-
premier semestre, le marché était en progression de près de 7 %. Du l’électricité », ne soulève pas de con- te été jugé illégal par Bruxelles.
coup, le CCFA maintient ses prévisions de croissance du marché. Ce testation. Rassuré par le caractère La Bourse sanctionne la cession de Fondiaria Mais cela aurait pris deux ou trois
dernier devrait atteindre 2,2 millions d’immatriculations sur l’ensem- national du tour de table qui ras- ans avant que l’électricien français
ble de 2001. La hausse a été principalement soutenue par les profes- semble le premier groupe indus- Outre Edison, sa filiale d’électricité, Montedison recèle un autre fasse valoir ses droits. Qu’aurait-il
sionnels, les particuliers ayant acheté un peu moins de voitures triel et les trois premières banques actif de prix : sa participation de 29 % dans Fondiaria, une compagnie pu se passer entre-temps ? A voir
(730 000 contre 724 000 au premier semestre 2000). Le groupe PSA du pays, le gouvernement italien a d’assurances. Celle-ci est régulièrement l’objet de convoitises. Elle la réaction de Montedison, les ris-
Peugeot Citroën réalise une excellente performance : la marque Peu- annoncé « sa neutralité active » présente un double intérêt : son fonds de commerce, mais surtout sa ques étaient grands pour EDF. Dès
geot a progressé de 43,5 % en juin et Citroën de 25,6 %. Depuis le dans l’offensive contre Montedi- participation de 1,9 % dans Mediobanca et de 2 % dans l’assureur les premières rumeurs d’attaque,
début de l’année le groupe affiche une hausse de plus de 14 %. son. Signe du changement d’état Generali, deux poids lourds de la finance italienne. le groupe a organisé la cession de
Renault recule légèrement sur le semestre (-0,5 %) mais a stoppé sa d’esprit depuis l’entrée en lice des Face à l’assaut lancé par Fiat et EDF sur Montedison, Mediobanca sa participation de 29 % dans l’as-
décrue pour repartir en juin (+11 %). Agnelli : la famille Falck, industriels n’a pas voulu prendre le risque de laisser ces blocs d’actions passer sureur Fondaria et de 35 % dans la
de l’acier jusqu’alors très proches dans les mains de ses adversaires. Dès dimanche 1er juillet, les diri- holding Dieci, deux sociétés action-

Marks & Spencer France signe de Mediobanca (adversaire de


Fiat), a annoncé lundi soir avoir
cédé sa participation dans Montedi-
geants de Montedison, très proches de la banque d’affaires, ont déci-
dé de céder la participation dans Fondiaria à la SAI, cinquième assu-
reur italien, aussi dans l’orbite de Mediobanca. Le marché a vivement
naires de Mediobanca.
« On ne pouvait pas rester dura-
blement dans cette situation », com-

un accord salarial avec six syndicats son (0,3 %) à Italenergia « afin de


soutenir le plan industriel de Fiat
pour le développement du secteur
sanctionné la manœuvre. L’action SAI a perdu, lundi à la Bourse de
Milan 7,83 %, tandis que le titre Fondiaria baissait de 1,86 %.
mente-t-on à EDF, pour justifier
cette première en Europe : la parti-
cipation d’un service public à une
APRÈS PLUSIEURS mouvements de grève, et alors que le retrait de énergie de Montedison ». OPA hostile à l’étranger. EDF mini-
l’enseigne du marché français est toujours prévu d’ici à la fin 2001, six Face à ce rapport de forces déjà le, et une autre de 2 milliards sente 560 millions d’euros, EDF a mise la situation, en soulignant
organisations syndicales de Marks & Spencer France (CFDT, CFE- établi, une contre-OPA de Medio- auprès de Banca di Roma et Sanpa- pu acquérir Fenice. Cette société que l’offre était rendue obligatoire
CGC, CGT, CSL, FO et Sycopa) sur sept ont signé un accord salarial, banca sur Montedison paraît olo. Ces prêts devraient être rem- de services énergétiques de Fiat par la loi italienne, dès lors que les
lundi 2 juillet. Ce dernier prévoit « une augmentation générale des salai- exclue. La banque d’affaires peut boursés par la vente de différents viendra renforcer Dalkia, la filiale alliés avaient franchi le seuil de
res de 3 %, l’attribution d’une prime de 12 000 francs pour la catégorie jouer, en revanche, le blocage. Si actifs de Montedison. du groupe public français dans le 30 % dans le capital de Montedi-
employés-agents de maîtrise et une prime de 11 % pour les cadres sur Italenergia est assuré d’avoir la Dans l’esprit des protagonistes, secteur. Surtout, EDF a obtenu de son. Se présentant comme un sim-
neuf mois de salaires (d’avril à décembre 2001) », selon la direction et majorité, il lui faut encore convain- les trois structures, Italenergia, Fiat une reconnaissance de son ple groupe d’énergie, EDF se
une représentante de la CGT, citées par l’AFP. La reprise du travail cre pour franchir le seuil des 69 % Montedison et Edison, devraient rôle. A l’avenir, Fiat deviendrait défend de vouloir jouer un rôle
devait être effective dès mardi dans l’ensemble des magasins en Fran- nécessaires, selon la loi italienne, être unifiées, dès que possible, l’opérateur « stratégique finan- dans la recomposition du capitalis-
ce, sur la base des horaires du mois de mars. Alain Juillet, le nouveau pour mener à bien le démantèle- pour ne faire qu’une seule entité. cier » du nouvel Edison, tandis me italien. Pourra-t-il l’éviter ?
PDG de Marks & Spencer France, nommé pour fermer l’entreprise, a ment de Montedison. Mediobanca Les alliés entendent développer qu’EDF en serait l’opérateur « stra-
appelé les syndicats à une concertation pour rechercher « une solution peut essayer de dissuader certains très vite Edison en Italie. D’ici cinq tégique industriel », explique-t-on Frédéric Lemaître
de reprise de l’ensemble des magasins ». actionnaires, d’autant que le prix ans, le producteur d’énergie côté français. Les deux partenaires et Martine Orange

Le sort d’AOM-Air Liberté et de Sabena bientôt réglé


SWISSAIR GROUP finira-t-il par régler définitive- En Belgique, le litige qui oppose, depuis plusieurs
ment le sort de ses participations européennes ? En semaines, l’Etat, actionnaire à hauteur de 50,5 % de la
France, le dossier Air Littoral a trouvé une issue, same- Sabena, et Swissair, qui détient 49,5 % des parts, pour-
di 30 juin, par la cession de la participation suisse à l’an- rait se terminer devant les tribunaux. Après plusieurs
cien PDG de la compagnie, Marc Dufour (Le Monde du rounds d’intenses négociations, Swissair a fait savoir, lun-
3 juillet). Le suspense continue pour la reprise d’AOM- di, qu’elle formulait sa « dernière proposition » en vue du
Air Liberté. Toutes les offres ont été remises au tribunal sauvetage de la Sabena. Les dirigeants suisses proposent
de commerce de Créteil, lundi 2 juillet, mais les détails d’injecter, à parts égales avec l’Etat belge, 275 millions
concernant ces propositions de reprise ne devaient être d’euros dans la compagnie et de lui accorder un prêt de
connus que mardi 3 juillet dans l’après-midi. Selon 30 millions d’euros.
Gilles Baronnie, l’un des deux administrateurs judiciai-
res, il y aurait une douzaine d’offres, allant de la reprise UN PLAN « CONSTERNANT »
totale à une solution partielle. Ces offres devraient, par En échange, le groupe suisse serait dégagé de toute
ailleurs, être présentées aux élus du personnel lors d’un obligation financière ultérieure et ne serait plus obli-
comité d’entreprise extraordinaire, mercredi 4 juillet. gé d’acquérir 85 % du capital, comme il s’y était enga-
Lundi soir, six dossiers de candidatures étaient identi- gé. Ce plan , « suffisant et réaliste », selon Swissair, a
fiés : celui de la société financière française Fidei qui a été jugé « consternant » par l’un des administrateurs
le soutien de Marc Rochet, président du directoire belges de la Sabena, contacté par Le Monde. Pour lui,
d’AOM-Air Liberté, celui des pilotes Jean-Charles la société doit être refinancée à hauteur de 500 mil-
Corbet et Jean Immediato, avec le soutien de la banque lions d’euros au moins. Des experts parlent d’un mon-
CIBC World Market (Banque canadienne impériale de tant deux fois supérieur pour apurer tout le passif. Le
commerce), celui du pilote d’AOM Philippe Nourot conseil d’administration devait, en principe, se réunir
associé à un homme d’affaires, Philippe Rouxel, et celui mardi après qu’un conseil des ministres restreint eut
de la société de conseil financier britannique AITI. examiné ce dossier bien embarrassant pour le gouver-
Deux autres dossiers ne concernent que des reprises nement. Ce dossier devait être finalement rejeté.
partielles : Easy Jet, transporteur britannique à bas A Bruxelles, beaucoup d’observateurs estimaient
coûts qui a, dès la mi-juin, manifesté son intérêt pour que le gouvernement pourrait, à bref délai, engager
certains actifs, notamment à Orly, serait toujours candi- une action judiciaire contre Swissair, quitte à précipi-
dat. Aeris, ex-Air Toulouse, est intéressé par l’activité ter la Sabena vers une restructuration, jugée « doulou-
charter, son patron étant persuadé qu’une reprise glo- reuse mais inévitable » par une source ministérielle.
bale est peu crédible. Le tribunal devrait convoquer
sous quinze jours les candidats. Le repreneur pourrait François Bostnavaron
être désigné autour du 17 juillet. et Jean-Pierre Stroobants (à Bruxelles)

La filiale française d’Independent Insurance sera liquidée


NOUVELLE FAILLITE en vue Dès la fin 2000, la CCA avait cons- Outre-Manche, l’assureur fait
dans l’assurance en France. La taté « une sous-tarification des également l’objet d’une enquête
Commission de contrôle des assu- contrats » et certains sinistres insuf- du Bureau des fraudes. Enquête
rances (CCA) a annoncé, mardi fisamment couverts. Certaines qui pourrait notamment examiner
3 juillet, le retrait de l’agrément de déclarations de sinistres n’étaient le rôle du fondateur, Michael Bri-
la filiale française du britannique même pas de mi-août, précise la ght, qui a démissionné de ses fonc-
Independent Insurance, sous admi- CCA. tions de directeur général en avril
nistration provisoire. « Cette déci- et quitté la société la semaine der-
sion implique la mise en liquidation ENQUÊTE OUTRE-MANCHE nière. Au total, l’assureur compte
de l’entreprise, qui sera prononcée Les assurés ont fortement inté- 500 000 particuliers et
incessamment par le tribunal de rêt à trouver d’autres garanties 40 000 sociétés assurés. La moitié
commerce de Paris », souligne l’or- avant cette date. Ceux qui ont subi de ses employés, soit 1 044 person-
gane de tutelle des assureurs. Celui- des sinistres pourraient, en revan- nes, vont être licenciées, a indiqué
ci avait nommé, le 21 juin, un admi- che, rencontrer des difficultés à vendredi 29 juin le liquidateur
nistrateur provisoire, mesure « qui être remboursés. Car rien n’est pré- judiciaire provisoire, le cabinet
fait suite à toutes celles engagées vu en France en cas de faillite d’un d’audit PricewaterhouseCoopers.
depuis six mois à l’encontre de la assureur dommages. Un fonds de Certains actifs devraient en outre
société française : saisine des autori- garantie dommages a, certes, été être vendus à l’assureur Royal
tés britanniques, mise sous contrôle mis en place par la loi portant & SunAlliance.
spécial, gel partiel des actifs, injonc- mesures urgentes à caractère éco- Pendant longtemps chouchou
tion, suspension de l’activité », préci- nomique et financier (Murcef), de la City, le titre Independent a

VIENT DE PARAÎTRE
se la CCA. L’administrateur provi- adoptée par l’Assemblée nationale été suspendu le 8 juin à la Bourse
soire envisage d’engager une le 28 juin, mais il est peu probable de Londres.
action devant la justice britannique qu’il puisse entrer en vigueur dans
contre les dirigeants du groupe. le cas d’Independent. Pascale Santi
19

COMMUNICATION LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

« Le Monde » acquiert l’hebdomadaire « Courrier international » Dassault rachète


Le rachat au groupe Expansion du titre créé en 1990 et basé sur la publication d’articles parus dans toute la presse mondiale trois périodiques
a été officialisé, lundi 2 juillet. Des synergies sont envisagées, pour lancer notamment de nouvelles éditions internationales à France-Antilles
LE MONDE SA a conclu, lundi Cette acquisition constitue, selon continuer de gagner chaque année Côte d’Ivoire ; des sites d’informa- nal indépendant de Pristina était LE GROUPE Dassault, qui édite
2 juillet, l’acquisition de l’hebdoma- M. Colombani, « un prolongement 10 000 exemplaires de diffusion tions en ligne, comme Feed ou détruit par les forces paramilitaires Valeurs actuelles, Le Journal des
daire Courrier international, vendu normal de l’offre du Monde, où l’in- payée supplémentaire », tout en Salon, voire certains titres très dog- serbes. finances et Le Spectacle du monde,
par le groupe Expansion (Vivendi ternational constitue l’un des points ayant comme préoccupation matiques comme Granma à Cuba Fondé en 1990, un an après la finalise l’acquisition, auprès du
Universal Publishing). D’un mon- d’ancrage très forts ». L’hebdoma- d’« asseoir la rentabilité du titre, qui ou le journal serbe Polityka. chute du mur de Berlin, par Jean- groupe France-Antilles de Philippe
tant non dévoilé, cette transaction, daire pourra se développer « dans est sorti du rouge l’an dernier ». Michel Boissier, Hervé Lavergne, Hersant, de trois hebdomadaires
présentée lundi au personnel du le respect de son identité et de son ori- Courrier international a souvent DOCUMENTS ÉVÉNEMENTS Maurice Ronai et Jacques Rosselin, d’Ile-de-France. Un comité d’entre-
magazine, s’est effectuée par le ginalité », précise-t-il. En raison de dit qu’il bénéficiait de « la plus gran- Très attentif à « la planète pres- le titre a été racheté cinq ans plus prise en a informé, lundi 2 juillet,
biais d’une société détenue à 100 % l’affinité intellectuelle qui lie les de rédaction du monde ». En dix se » et à tous les mouvements poli- tard par la Générale occidentale les personnels du Républicain
par Le Monde SA, baptisée Le Mon- deux titres, des synergies commer- ans, l’hebdomadaire a traduit et tiques, Courrier international atti- avant de passer dans le giron de d’Evry (24 217 exemplaires de diffu-
de Publications internationales. Cet- ciales, publicitaires, éditoriales et reproduit les articles de quelque rait l’attention dès 1992 sur le sort CEP (Havas), devenu par la suite sion France payée en 2000 selon
te structure sera réaménagée en internationales devraient se faire 10 000 journalistes, de plus de de Sarajevo, qui allait être assié- Vivendi Universal Publishing Diffusion Contrôle), de Toutes les
société à conseil de surveillance (il jour. Il est envisagé de créer des édi- 850 journaux et magazines des cinq gée, et titrait de façon prémonitoi- (VUP). Courrier international était, nouvelles, basé à Versailles,
sera présidé par Jean-Marie Colom- tions internationales de Courrier continents. A la fois des grands clas- re « Aujourd’hui, la Bosnie-Herzégo- tout comme L’Express, L’Expansion (18 202 exemplaires) et de La
bani, président du directoire du international avec les partenaires siques de la presse mondiale, com- vine, demain le Kosovo ». Le magazi- et L’Etudiant, intégré au pôle d’in- Gazette du Val-d’Oise (7 360 exem-
Monde) et à directoire, présidé par européens du Monde, qu’il s’agisse me le New York Times, mais aussi ne a été à l’origine de plusieurs évé- formation de VUP. Le comité d’en- plaires). Réunis dans la Société
Philippe Thureau-Dangin, direc- d’El Pais, de La Stampa, de Sud- l’Asahi Shimbun, South China Mor- nements phares, comme la publica- treprise du groupe Expansion, réu- d’édition des médias d’informa-
teur de la rédaction de l’hebdoma- deutsche Zeitung ou des partenaires ning Post, The Economist, El Pais, tion de neuf textes posthumes d’in- ni le 14 juin avait exprimé un « avis tion franciliens (Semif), ces trois
daire. A terme, les personnels de d’Eurofonds. La Repubblica, mais aussi des titres tellectuels algériens assassinés en négatif sur la cession de Courrier titres restés très peu de temps dans
Courrier international seront égale- A côté de ces ambitions interna- beaucoup moins connus, comme mai 1994, en pleine guerre civile ou international car il éprouvait de le giron de France Antilles – ils
ment invités à participer au tour de tionales, Philippe Thureau-Dangin As Sinnara, le journal palestinien encore l’édition spéciale en fran- vives inquiétudes sur le plan écono- avaient été achetés à Havas Media
table de cette société. souhaite « consolider le journal et publié à Nazareth, Notre voie en çais de Koha Ditore, quand le jour- mique (…) social et sur le plan de la Hebdos en novembre 1999 – subis-
notoriété ». Il avait alors confirmé sent une lente érosion de leur diffu-
« la poursuite de la procédure de sion. Selon Jean-Marc Williatte,
Une diffusion en hausse TROIS QUESTIONS À… ont tous en commun un appétit de comme en Algérie depuis deux ans droit d’alerte », pour continuer à directeur délégué de la Semif, le
mieux connaître la planète. Un lec- et demi ou au Nigeria, où les jour- défendre les salariés du groupe groupe, qui compte 110 salariés,
b Audience : 696 000 lecteurs de PHILIPPE teur sur deux est en rapport avec naux sont moins jugulés qu’aupa- Expansion. est sorti du rouge en 2000, suite au
plus de quinze ans lisent d’autres pays, à titre personnel ou ravant par le pouvoir. Alors que le groupe Vivendi Uni- départ d’une trentaine de salariés.
l’hebdomadaire chaque semaine THUREAU-DANGIN professionnel. versal procède à d’importantes ces- Un autre CE est prévu le
(source AEPM 2000). Depuis 1997,
il compte 30 % de lecteurs cadres
en plus (source Ipsos, en France, 1 Comment définissez-vous le
positionnement de Courrier 2 Comment fonctionne cet heb-
domadaire ?
3 Quelle est votre stratégie de
développement sur Internet ?
Le site a été créé assez tôt, en
sions, notamment sa branche pres-
se professionnelle et ses gratuits
pour financer l’acquisition du
20 juillet pour avaliser la reprise
par la société de presse Ile-de-Fran-
ce, gérée par Jean-Pierre Bechter,
des cadres actifs, en 2000). international, dont vous êtes direc- Nous avons une équipe de vingt- 1997. Nous y diffusons 30 % des géant de l’édition américain Hou- conseiller RPR de Paris et patron
b Diffusion : 112 102 exemplaires teur de la rédaction ? cinq journalistes polyglottes, à articles parus sur papier et nous ghton Mifflin, la porte est égale- d’une société d’électronique, et
(source Diffusion contrôle, en C’est un ovni de la presse, un plein temps à Paris, qui repèrent et développons des rubriques pro- ment ouverte à un réaménage- dont le principal associé est le grou-
France, payée, en 2000), en hausse journal fait uniquement avec des traduisent des articles du monde pres, comme des revues de presse, ment capitalistique de L’Express et pe Dassault. Longtemps intéressé
de 8 % par rapport à 1999. traductions, sans prises de parole. entier ainsi qu’une vingtaine de des analyses, des entretiens. Le site de L’Expansion. La balle est dans le par une entrée dans le capital du
L’hebdomadaire a vu sa diffusion Il a séduit un lectorat curieux, qui « vigies », des journalistes en pos- compte près de 800 000 pages camp des salariés qui pourraient Figaro, Serge Dassault avait décla-
progresser de 38,9 % en cinq ans. lisait assez peu la presse française. te dans différents pays, qui décorti- vues chaque mois. Il n’est pas enco- proposer un nouveau tour de table ré sur LCI en novembre 1997 vou-
b Chiffre d’affaires 2000 : Le titre obéit à un principe de quent la presse, même dans les re rentable mais permet de tou- (Le Monde du 9 juin). Ils font preu- loir « avoir un journal ou un hebdo-
18,6 millions d’euros (dont séduction précis : ce n’est pas une pays les plus excentrés. Il arrive par- cher des lecteurs francophones ve d’une assez vive inquiétude. Ain- madaire pour exprimer [son] opi-
11,1 millions d’euros réalisés grâce simple revue de presse, il donne fois que nous donnions des dans le monde entier. Nous comp- si les membres de la société de la nion et (…) pour répondre à quel-
à la diffusion et 6,5 millions grâce un accès direct à des articles écrits extraits de certains journaux à la tons améliorer sa rentabilité grâce rédaction de L’Expansion ont voté ques journalistes qui ont écrit de
aux recettes publicitaires). pour un autre public, ce qui per- botte de dictatures, comme à à la vente, par l’agence Courrier, le 29 juin une motion de défiance à façon pas très agréable ». Valeurs
b Résultat net 2000 : met une prise directe avec Buenos Cuba, en Irak ou encore, en plein de services d’information destinés l’égard de la direction du groupe actuelles consacre, dans son numé-
366 000 euros, après prise en Aires, Séoul ou Moscou. Notre lec- cœur de la crise, des journaux à d’autres groupes de presse ou à en s’interrogeant sur l’opportunité ro du 15 juin, quatre pages au der-
charge des frais de structures liés torat est très divers, il comprend nationalistes serbes. A très petites des ONG. du passage, annoncé pour janvier nier ouvrage de Serge Dassault, Un
à la location gérance du titre. des professionnels, des cadres con- doses, cette langue de bois est très 2002, à une périodicité mensuelle projet pour la France.
b Effectifs : 75 salariés dont cernés par l’exportation, mais aus- révélatrice. Nous avons aussi cons- Propos recueillis par et les conséquences éditoriales et
55 journalistes. si des étudiants, des retraités qui taté des évolutions intéressantes Nicole Vulser sociales qui en découleraient. N. V.

EUROPE ASIE - PACIFIQUE


TABLEAU DE BORD FRANCFORT DAX 30 LONDRES FT100 PARIS CAC 40 TOKYO Nikkei HONGKONG Hang Seng EURO / YEN
6090 5719,60 5257,40 12817,41 13182,64 105,02
6289 5975 5693 14529 13867 112,8
ÉCONOMIE AFFAIRES 6138 5872 5555 14138 13506 110,3
5988 5770 5417 13747 13146 107,8
5837 5667 5279
La Russie sort INDUSTRIES
5686 5565 5141
13356
12965
12785
12424
105,3
102,8
b L’OREAL : la firme française
de la crise financière de cosmétiques va racheter à
5535
[
3 A.
[
18 M. 3 J.
[
5463
[
3 A.
[
18 M.
[
3 J.
5004
[
3 A. 18 M.
[
3 J.
[
12574
[
3 A.
[
21 M.
[
3 J.
12063
[
3 A.
[
21 M.
[
3 J.
100,4
[
3 A.
[
18 M.
[
3 J.
l’américain Revlon la marque
LA RUSSIE commence à surmon- brésilienne de maquillage et de Indices cours Var. % Var. % Indices cours Var. % Var. %
ter la crise financière de 1998 et shampooings Colorama, pour
Europe 9 h 57 f sélection 03/07 02/07 31/12 Zone Asie 9 h 57 f sélection 03/07 02/07 31/12

reconquérir la confiance des inves- 64 millions d’euros. EUROPE EURO STOXX 50 4276,61 – 0,65 – 10,39 TOKYO NIKKEI 225 12817,41 0,52 – 7,02
tisseurs, a estimé, lundi 2 juillet, le EUROPE STOXX 50 4104,80 – 0,67 – 9,93 HONGKONG HANG SENG 13182,64 1,07 – 12,67
président de la Banque européen- b SARA LEE : le groupe EUROPE EURO STOXX 324 353,38 – 0,52 – 9,81 SINGAPOUR STRAITS TIMES 1707,95 0,08 – 11,36

ne pour la reconstruction et le américain d’alimentation, de EUROPE STOXX 653 331,79 – 0,60 – 7,78 SÉOUL COMPOSITE INDEX 73,10 – 0,41 15,39

développement (Berd), Jean textile et de distribution a PARIS CAC 40 5257,40 – 0,74 – 11,29 SYDNEY ALL ORDINARIES 3390,10 0,37 7,46
PARIS MIDCAC .... .... .... BANGKOK SET 21,81 1,21 17,07
Lemierre. Le pays « a pris des déci- annoncé lundi 2 juillet qu’il
PARIS SBF 120 3583,19 – 0,69 – 10,92 BOMBAY SENSITIVE INDEX 3339,20 – 2,53 – 15,93
sions très importantes », esti- compte acquérir un poids lourd
PARIS SBF 250 .... .... .... WELLINGTON NZSE-40 2062,06 – 0,34 8,44
me-t-il, comme de payer ses det- de la boulangerie industrielle aux
PARIS SECOND MARCHÉ .... .... ....
tes, de lancer une réforme fiscale Etats-Unis et en Europe,
AMSTERDAM AEX 579,34 – 0,31 – 9,14
et un projet de réforme agraire. l’américain Earthgrains, pour
Preuve tangible d’une embellie, la 1,98 milliard d’euros en
BRUXELLES BEL 20 2892,35 – 0,29 – 4,37 Taux de change fixe zone Euro Hors zone Euro
FRANCFORT DAX 30 6090 – 0,32 – 5,34
Berd a annoncé investir cette numéraire. Euro contre f Taux contre franc f Taux Euro contre f 02/07
LONDRES FTSE 100 5719,60 0,05 – 8,08
année 700 millions d’euros en Rus- FRANC ......................... 6,55957 EURO ........................... 0,15245 COURONNE DANOISE. 7,4444
MADRID STOCK EXCHANGE 9027,30 – 0,51 – 0,91 DEUTSCHEMARK ......... 1,95583 DEUTSCHEMARK ......... 3,35385 COUR. NORVÉGIENNE 7,8865
sie, soit son niveau d’avant la cri- SERVICES LIRE ITALIENNE (1000) . 1,93627 LIRE ITAL. (1000) .......... 3,38774 COUR. SUÉDOISE ........ 9,2125
MILAN MIBTEL 30 37889,00 0,01 – 13,34
se, pour monter à « 1 milliard PESETA ESPAG. (100) .... 1,66386 PESETA ESPAG. (100) .... 3,94238 COURONNE TCHÈQUE 33,7800
ZURICH SPI 7283,30 – 0,45 – 10,47
d’euros par an dans les deux ans b STUDIOCANAL : le studio de ESCUDO PORT. (100) .... 2,00482 ESCUDO PORT. (100) .... 3,27190 DOLLAR AUSTRALIEN . 1,6735
SCHILLING AUTR. (10) . 1,37603 SCHILLING AUTR. (10).. 4,76703 DOLLAR CANADIEN .... 1,2927
qui viennent », si les réformes se cinéma européen de Canal+ a PUNT IRLANDAISE....... 0,78756 PUNT IRLANDAISE ....... 8,32894 DOLLAR HONGKONG . 6,6143
poursuivent au rythme actuel, a annoncé lundi avoir acquis 45 % AMÉRIQUES FLORIN NÉERLANDAIS 2,20371 FLORIN NÉERLANDAIS 2,97660 DOLLAR NÉO-ZÉLAND 2,1045
précisé M. Lemierre. de Sogepaq, société spécialisée FRANC BELGE (10) ....... 4,03399 FRANC BELGE (10) ....... 1,62607 FORINT HONGROIS .... 243,6300
MARKKA FINLAND. ...... 5,94573 MARKKA FINLAND. ...... 1,10324 LEU ROUMAIN.............
24719
dans les droits audiovisuels, filiale NEW YORK Dow Jones NEW YORK Nasdaq EURO / DOLLAR DRACHME GREC.(100).. 3,40750 DRACHME GREC. (100). 1,92503 ZLOTY POLONAIS ........ 3,3696
a ETATS-UNIS : plusieurs statis- de Sogecable, l’opérateur de
10593,72 2148,72 0,847
tiques, publiées lundi, font appa- Canal+ en Espagne.
raître un mouvement de reprise 11337 2313 0,903 Taux d’intérêt (%) Matif
de l’économie américaine, en b CANAL+HORIZONS : 10967 2178 0,891 Taux Taux Taux Taux
Taux 02/07 f j. j. 3 mois 10 ans 30 ans Cours 9 h 57 f Volume
03/07
dernier
prix
premier
prix
dépit de prévisions pessimistes. confrontée à d’importants 10597 2043 0,879
FRANCE ......... 4,72 4,26 5,21 5,78 Notionnel 5,5
Les dépenses de consommation piratages, la filiale de la chaîne 10226 1908 0,867 ALLEMAGNE .. 4,55 4,39 5,08 5,69 DÉCEMBRE 2001 1647 88,03 88,09
des ménages ont augmenté de cryptée va prochainement fermer 9856 1773 0,854 GDE-BRETAG. 5,12 5,19 5,27 4,97 Euribor 3 mois
0,5 % en mai par rapport à avril. au Maroc et arrêter sa diffusion. ITALIE ............ 4,55 4,33 5,49 6,11 JANVIER 2001 .... NC NC NC
9485 1638 0,842 JAPON ........... 0,04 0,02 1,28 2,26
Les économistes tablaient sur [ [ [ [ [ [ [ [ [ ÉTATS-UNIS... 4,06 .... .... ....
0,4 %. Les revenus ont progressé FINANCES
3 A. 21 M. 2 J. 3 A. 21 M. 2 J. 3 A. 18 M. 3 J. SUISSE ........... 3,10 3,15 3,36 4,07 Retrouvez ces cotations sur le site Web :
de 3,2 %, quand on prévoyait 3 %. PAYS-BAS ....... 4,53 4,33 5,24 5,74 www.lemonde.fr/bourse
Indices cours Var. % Var. %
Même chose pour les dépenses de b CRÉDIT LYONNAIS : Amérique 9 h 57 f sélection 02/07 29/06 31/12 BOURSES CHANGES-TAUX

construction qui ont augmenté, en le président de la banque ÉTATS-UNIS DOW JONES 10593,72 0,87 – 1,79 LE CAC 40 était en baisse de L’EURO perdait quelques frac-
mai, de 0,3 %, au lieu du 0,1 % française, Jean Peyrelevade, a ÉTATS-UNIS S&P 500 1236,71 1 – 6,33 0,60 %, mardi 3 juillet au matin, à tions face au billet vert, mardi
attendu. déclaré mardi sur Radio Classique ÉTATS-UNIS NASDAQ COMPOSITE 2148,72 – 0,55 – 13,03 5 264,86 points. Il avait gagné 3 juillet dans les premières tran-
qu’il ne souhaitait pas que la TORONTO TSE INDEX 7736,35 1,79 – 13,40 1,36 %, lundi, à 5 296,51 points. Le sactions, affichant 0,8463 dollar.
a UNION EUROPÉENNE : les Société générale, qui détient SAO PAULO BOVESPA 14555 .... – 4,62 Dax de Francfort cédait 0,20 %, La devise européenne avait pour-
dépenses consacrées aux techno- 4 % de son capital, augmente sa MEXICO BOLSA 384,75 2,17 21,76 mardi matin, à 6 097,35 points. Il tant dépassé le seuil de
logies de l’information devraient participation. BUENOS AIRES MERVAL 406,16 0,97 – 2,55 s’était apprécié de 0,84 %, lundi, à 0,8480 dollar dans la matinée. De
croître de 11 % en Europe de SANTIAGO IPSA GENERAL 107,82 0,39 12,31 6 109,50 points. Le Footsie de Lon- son côté, le yen continuait à se
l’Ouest en 2001, selon une enquê- b CAISSES D’ÉPARGNE-CDC : CARACAS CAPITAL GENERAL 7559,88 1,88 10,76 dres reculait de 0,12 %, mardi renforcer contre la devise améri-
te publiée lundi 2 juillet par la une intersyndicale des matin, à 5 709,70 points. Il avait caine, cotant 123,91 yens pour un
société d’études International établissements publics progressé de 1,32 %, lundi, à dollar.
Data Corp (IDC). financiers a dénoncé lundi Cours de change croisés 5 716,70 points. Sur les marchés obligataires euro-
l’alliance annoncée du groupe Cours Cours Cours Cours Cours Cours
A Tokyo, l’indice Nikkei a gagné péens, les rendements restaient
a FRANCE : l’industrie de la Caisses d’épargne avec la Caisse 03/07 9 h 57 f DOLLAR YEN(100) EURO FRANC LIVRE FR. S. 0,52 %, mardi, à 12 817,41 points. relativement stables mardi matin.
construction a connu une forte des dépôts et consignations DOLLAR ................. ..... 0,80727 0,84775 0,12924 1,41325 0,55698 Aux Etats-Unis, l’indice Dow Jones Le taux de l’obligation assimilable
YEN........................ 123,87500 ..... 105,02500 16,01000 175,06000 69,00500
progression en 2000, le volume de (CDC) qui met à mal, selon elle, a progressé de 0,87 %, lundi, à du Trésor (OAT) français à dix ans
EURO ..................... 1,17959 0,95215 ..... 0,15245 1,66685 0,65700
la production augmentant de la notion de « pôle public FRANC ................... 7,73760 6,24555 6,55957 ..... 10,93515 4,30970 10 593,72 points. L’indice Nasdaq s’établissait à 5,22 %. Celui du
5,6 % dans le bâtiment et de 4,6 % financier au service de l’intérêt LIVRE ..................... 0,70759 0,57125 0,59990 0,09145 ..... 0,39415 des valeurs de technologie a cédé Bund, son homologue allemand,
dans les travaux publics. général ». FRANC SUISSE ....... 1,79540 1,44895 1,52200 0,23195 2,53735 ..... 0,55 %, à 2 148,72 points. s’inscrivait à 5,08 %.
20 / LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 FINANCES ET MARCHÉS

STOXX 653 sur 1 an sur 5 jours EURO STOXX50 sur 1an sur 5 jours
VALEURS EUROPÉENNES 331,79 4276,61

4276,61
331,79
326,09
404 5389

4166,26

4249,36
4238,93
329,64
383 5090

329,13
VALEURS EUROPÉENNES

b Le titre du conglomérat italien pour les valeurs de télécommuni-

4124,17
362 4791

321,86
Montedison a été suspendu lors cations. 342 4492
de la séance du lundi 2 juillet. Une b Ce retour en grâce se fait au détri-
321 4193
séance marquée par l’OPA hostile ment des valeurs défensives, en par-
lancée par Fiat associé à EDF sur ticulier celles liées aux services 300 3894
[ [ [ [ [ [ [ [ [ [ [ [ [ [ [ [
la société. Finalement, l’action de publics et à l’énergie. C’est ainsi 3 JUIL. 29 DÉC. 3 JUIL. M J V L M 3 JUIL. 29 DÉC. 3 JUIL. M J V L M
Montedison a terminé en légère que le titre de l’électricien allemand
progression de 0,07 %, à E.ON a perdu, lundi, 1,39 %, à SODEXHO ALLIANC FR e 55,15 – 0,27 CARLSBERG AS -A DK 46,21 + 1,18 VA TECHNOLOGIE AT e 37 .... METRO DE e 44,50 ....
3,058 euros, après avoir plongé de 61,08 euros. Selon la presse britan- TELE PIZZA ES e 2,17 – 1,81 COCA COLA HBC GR 13,62 – 2,01 VEDIOR NV NL e 10,80 – 1,37 NEXT PLC GB 15,55 + 0,22
THE SWATCH GRP CH 1195,34 + 0,44 DANISCO DK 43,92 + 0,62 VESTAS WIND SYS DK 55,47 + 2,10 PINAULT PRINT. FR e 176 + 0,57
7,65 %. nique, le groupe allemand serait
THE SWATCH GRP CH 250,18 – 0,39 DANONE FR e 161,30 – 0,12 VINCI FR e 75,60 – 0,13 SIGNET GROUP GB 1,34 ....
b L’action de l’opérateur de prêt à investir 47 millions de dollars THOMSON MULTIME PA 39,70 .... DELTA HOLDINGS GR 6,98 – 1,13 VIVENDI ENVIRON FR e 49,50 – 1,49 VALORA HLDG N CH 213,69 – 2,99
téléphonie mobile britannique d’ici cinq ans pour l’achat de com- J D WETHERSPOON GB 6,15 + 0,55 DIAGEO GB 13,28 – 0,50 VOLVO -A- SE 17,49 .... VENDEX KBB NV NL e 14,75 – 1,01
WILSON BOWDEN GB 12,46 .... ELAIS OLEAGINOU GR 19,66 .... VOLVO -B- SE 18,25 .... W.H SMITH GB 8,85 ....
Vodafone s’est envolée lundi à pagnies américaines d’électricité.
WM-DATA -B- SE 3,50 .... ERID.BEGH.SAY FR e 97 .... f DJ E STOXX IND GO P 412,54 – 0,60 WOLSELEY PLC GB 8,76 ....
Londres. Elle s’est inscrite parmi b A Madrid, l’action du groupe tex- WOLFORD AG AT e 17,83 – 1,98 HEINEKEN HOLD.N NL e 43,30 .... f DJ E STOXX RETL P 326,01 – 0,17
les plus fortes hausses euro- tile Inditex (marque Zara) a gagné WW/WW UK UNITS IR e 1,06 – 1,85 HELLENIC SUGAR GR 7,26 – 1,09
péennes du jour, avec une progres- 1,33 %, à 19,10 euros pour son pre- f DJ E STOXX CYC GO P 137,40 – 0,04 KAMPS DE e 10,93 + 0,74 ASSURANCES
KERRY GRP-A- GB 22,24 – 1,12
AEGIS GROUP GB 1,84 .... HAUTE TECHNOLOGIE
sion de 6,67 %, à 168 euros sur la mier jour d’inscription dans le KONINKLIJKE NUM NL e 44,56 – 0,80 – 0,09
AEGON NV NL e 33,91 AIXTRON DE e 32,65 – 0,76
séance. Elle a bénéficié d’un groupe des 35 valeurs madrilènes PHARMACIE MONTEDISON IT e 2,97 – 3,88
AGF FR e 68,45 + 0,96 ALCATEL-A- FR e 25,52 + 1,03
NESTLE N CH 2472,22 ....
regain d’intérêt des investisseurs les plus importantes. ACTELION N CH 37,08 – 0,62 PARMALAT IT e 1,82 ....
ALLEANZA ASS IT e 12,54 – 0,63 ALTEC SA REG. GR 3,68 ....
ALTANA AG DE e 44,75 + 1,02 ALLIANZ N DE e 339 – 1,38 ARM HOLDINGS GB 4,57 – 3,19
PERNOD RICARD FR e 80 + 0,88
ASTRAZENECA GB 55,18 + 0,61 ASR VERZEKERING NL e 81,10 .... ARC INTERNATION GB 1,10 – 2,94
RAISIO GRP -V- FI e 1,40 + 1,45
AVENTIS FR e 90,95 – 2,10 AXA FR e 34,84 – 0,46 ASML HOLDING NL e 26,59 – 0,78
SOLVAY BE e 58 + 0,61 SCOTT & NEWCAST GB 9,13 – 0,73 – 0,11
BB BIOTECH CH 90,41 – 0,36 BALOISE HLDG N CH 1167,07 BAAN COMPANY NL e 2,70 ....
Code Cours % Var. SYNGENTA N CH 62,30 – 0,68 SOUTH AFRICAN B GB 9,20 + 0,92
03/07 10 h 03 f pays en euros 02/07 TESSENDERLO CHE BE e 31,50 + 1,91
CELLTECH GROUP GB 19,53 – 0,17 TATE & LYLE GB 4,67 – 2,11
BRITANNIC
CGNU
GB
GB
15,60
16,49
– 0,64
– 0,20
BALTIMORE TECH
BAE SYSTEMS
GB
GB
0,47
5,67
....
+ 0,59
ELAN CORP IR e 43,38 .... TOMKINS GB 3,06 – 0,54
f DJ E STOXX CHEM P 381,54 – 0,33
– 0,06 CNP ASSURANCES FR e 38,45 – 1,03 BROKAT DE e 2,61 – 7,12
AUTOMOBILE ESSILOR INTL FR e 337,30 UNILEVER NL e 69,10 – 0,58
CORP MAPFRE R ES e 24,57 – 0,57 BULL FR e 1,84 ....
FRESENIUS MED C DE e 84 + 0,60 UNILEVER GB 10,17 ....
AUTOLIV SDR SE 20,36 .... GALEN HOLDINGS GB 12,96 + 0,13 ERGO VERSICHERU DE e 171,30 – 0,98 BUSINESS OBJECT FR e 27,80 – 1,77
BASF AG BE e 46,80 + 0,21 CONGLOMÉRATS UNIQ GB 3,43 .... ETHNIKI GEN INS GR 10,78 – 2,18 CAP GEMINI FR e 86,50 – 0,12
GAMBRO -A- SE 7,09 .... WHITBREAD GB 10,48 ....
BMW DE e 40,15 + 1,39 D’IETEREN SA BE e 186,10 .... + 0,30 EULER FR e 55,50 + 2,49 COMPTEL FI e 10 ....
GLAXOSMITHKLINE GB 34,08
CONTINENTAL AG DE e 16,35 – 0,30 AZEO FR e 71,95 ....
f DJ E STOXX F & BV P 263,04 – 0,11
CODAN DK 92,68 .... DASSAULT SYST. FR e 46 – 2,07
H. LUNDBECK DK 27,36 ....
DAIMLERCHRYSLER DE e 56,30 + 0,99 GBL BE e 300,10 .... NOVARTIS N CH 42,61 – 0,69 FORTIS (B) BE e 29 – 0,34 ERICSSON -B- SE 6,66 ....
FIAT IT e 25,40 + 1,11 GEVAERT BE e 34,01 + 0,03 GENERALI ASS IT e 37,20 + 0,68 F-SECURE FI e 0,91 – 3,19
FIAT PRIV. IT e 16,19 + 0,37 INCHCAPE GB 8,14 – 0,20
NOVO-NORDISK -B DK 216,26 .... BIENS D’ÉQUIPEMENT GENERALI HLD VI AT e 152 .... FILTRONIC GB 2,47 + 2,78
NOVOZYMES -B- DK 24,38 ....
MICHELIN FR e 37,02 – 0,48 KVAERNER -A- NO 8,26 .... NYCOMED AMERSHA GB 8,70 + 0,39 ABB N CH 84,16 .... INDEPENDENT INS GB 0,10 .... FINMATICA IT e 15,65 – 2,19
PEUGEOT FR e 53,75 – 0,09 MYTILINEOS GR 6,64 – 1,19 ORION B FI e 19,40 + 0,26 ADECCO N CH 702,22 .... INTERAM HELLEN GR 19,98 – 0,20 GETRONICS NL e 5,05 + 0,20
PIRELLI SPA IT e 3,41 – 0,58 UNAXIS HLDG N CH 166,68 – 1,74 OXFORD GLYCOSCI GB 18,56 .... AEROPORTI DI RO IT e 9,14 .... IRISH LIFE & PE GB 13,66 – 1,45 GN GREAT NORDIC DK 10,61 – 0,63
DR ING PORSCHE DE e 404,80 + 0,20 ORKLA NO 21,87 .... PHONAK HLDG N CH 3530,80 – 0,37 AGGREKO GB 8,04 .... FONDIARIA ASS IT e 6,04 .... INFINEON TECHNO DE e 28,20 – 1,40
RENAULT FR e 55,75 – 0,18 SONAE SGPS PT e 0,85 .... QIAGEN NV NL e 27 – 2,70 ALSTOM FR e 33,91 – 1,42 LEGAL & GENERAL GB 2,74 – 0,61 INFOGRAMES ENTE FR e 19,47 – 0,56
VALEO FR e 48,65 + 1,35 f DJ E STOXX CONG P 329,98 .... ROCHE HLDG CH 96,16 + 0,52 ALTRAN TECHNO FR e 55,40 – 0,18 MEDIOLANUM IT e 12,45 – 0,16 INTRACOM R GR 16,62 – 1,66
VOLKSWAGEN DE e 56,60 + 0,53 ROCHE HOLDING G CH 8416,07 .... ALUSUISSE GRP N CH 828,46 .... MUENCH RUECKVER DE e 329,20 – 1,14 KEWILL SYSTEMS GB 1,59 – 6,86
f DJ E STOXX AUTO P 245,88 + 0,52 SANOFI SYNTHELA FR e 76,25 – 1,42 ASSA ABLOY-B- SE 17 .... SCHW NATL VERS CH 637,78 .... LEICA GEOSYSTEM CH 341,90 + 0,19
TÉLÉCOMMUNICATIONS SCHERING AG DE e 62,50 .... ASSOC BR PORTS GB 6,62 .... POHJOLA GRP.B FI e 23,80 + 1,06 LOGICA GB 14,60 – 1,91
SERONO -B- CH 1190,74 + 0,33 ATLAS COPCO -A- SE 23,94 .... PRUDENTIAL GB 14,58 – 0,11 LOGITECH INTL N CH 380,70 – 0,17
ATLANTIC TELECO GB 0,30 + 12,50
BANQUES BRITISH TELECOM GB 7,94 + 1,93 SHIRE PHARMA GR GB 21,69 – 1,07 ATLAS COPCO -B- SE 23,34 .... RAS IT e 14,53 + 0,14 MARCONI GB 4,30 – 2,28
SMITH & NEPHEW GB 6,07 .... ATTICA ENTR SA GR 8,62 + 9,11 ROYAL SUN ALLIA GB 8,83 – 0,94 NOKIA FI e 26,70 – 2,02
ABBEY NATIONAL GB 20,79 – 1,27 CABLE & WIRELES GB 6,91 – 0,96
SSL INTL GB 8,24 .... BAA GB 11 – 1,64 SAI IT e 17,01 – 2,19 OCE NL e 12,45 – 0,40
ABN AMRO HOLDIN NL e 22,27 – 0,09 COLT TELECOM NE GB 8,33 – 2,35
SULZER AG 100N CH 387,27 – 1,01 BBA GROUP PLC GB 4,16 – 0,40 SAMPO-LEONIA -A FI e 9,80 – 2 OLIVETTI IT e 2,19 – 0,45
ALL & LEICS GB 13,86 – 0,12 DEUTSCHE TELEKO DE e 27,55 – 0,54
SYNTHES-STRATEC CH 723,26 + 0,18 BTG GB 21,07 .... SWISS RE N CH 2408,44 – 0,52 PSION GB 1,56 + 1,09
ALLIED IRISH BA GB 22,02 – 0,45 E.BISCOM IT e 70,20 + 0,29
– 1,74 CIR IT e 1,55 .... SCOR FR e 51,20 + 0,39 SAGE GRP GB 4,30 – 4,10
ALPHA BANK GR 24,28 – 0,49 EIRCOM IR e 1,28 .... UCB BE e 40,02
WILLIAM DEMANT DK 34,92 + 0,39 CAPITA GRP GB 7,93 .... SKANDIA INSURAN SE 11,26 .... SAGEM FR e 60 + 1,61
B.P.SONDRIO IT e 11,04 .... ELISA COMMUNICA FI e 19,31 – 3,21
WS ATKINS GB 13,49 .... CDB WEB TECH IN IT e 3,95 .... ST JAMES’S PLAC GB 6,61 – 0,75 SAP AG DE e 163,70 – 0,79
B.P.VERONA E S. IT e 11,11 – 0,18 ENERGIS GB 3,39 + 1,50
ZELTIA ES e 11,82 – 1,99 CGIP FR e 35 .... STOREBRAND NO 8,38 .... SAP VZ DE e 153,99 ....
BANK OF IRELAND GB 19,73 .... EQUANT NV NL e 20,80 – 0,95
COOKSON GROUP P GB 2,26 + 0,75 SWISS LIFE REG CH 764,68 + 0,09 SEMA GB 9,33 ....
BANK OF PIRAEUS GR 12,60 – 1,72 EUROPOLITAN HLD SE 7,53 .... f DJ E STOXX HEAL 593,87 – 1,08
DAMPSKIBS -A- DK 7629,38 .... TOPDANMARK DK 31,57 .... SEZ HLDG N CH 693,01 ....
BANKINTER R ES e 39,60 – 0,28 FRANCE TELECOM FR e 57,70 – 2,20
DAMPSKIBS -B- DK 8502,46 + 0,96 ZURICH FINL SVC CH 410,94 + 0,64 SIEMENS AG N DE e 73,35 + 0,48
BARCLAYS PLC GB 37,46 .... HELLENIC TELE ( GR 15,32 – 0,39
BAYR.HYPO-U.VER DE e 58 – 0,60 KINGSTON COM GB 1,89 – 3,42 ÉNERGIE DAMSKIBS SVEND DK 11148,57 + 0,61 f DJ E STOXX INSU P 406,34 – 0,46 MB SOFTWARE DE e 1,43 ....
E.ON AG DE e 60,70 – 0,82 SPIRENT GB 3,86 + 0,87
BBVA R ES e 15,67 – 0,63 KONINKLIJKE KPN NL e 7,12 + 6,27
– 0,46 BG GROUP GB 4,80 – 0,35 EADS SICO. FR e 21,96 – 0,63 STMICROELEC SIC FR e 40,12 – 1,43
BCA AG.MANTOVAN IT e 10,81 KPNQWEST NV -C- NL e 11,33 + 0,44 MEDIAS
BCA FIDEURAM IT e 11,69 – 0,85 BP GB 9,62 + 0,35 ELECTROCOMPONEN GB 9,48 .... THINK TOOLS CH 19,73 ....
LIBERTEL NV NL e 10,55 – 2,76
CEPSA ES e 13,07 – 0,98 EPCOS DE e 63,50 + 0,40 – 0,71 THUS GB 0,69 + 2,50
INTESABCI IT e 4,24 – 0,24 MANNESMANN N DE e 204,01 .... B SKY B GROUP GB 11,66
+ 0,29 (Publicité) CANAL PLUS FR e 3,55 – 0,28 TIETOENATOR FI e 26,70 ....
BCA LOMBARDA IT e 10,28 MOBILCOM DE e 15,70 + 1,03
BCA P.BERG.-C.V IT e 19,46 + 1,35 PANAFON HELLENI GR 6,40 + 0,63 CAPITAL RADIO GB 11,57 .... f DJ E STOXX TECH P 519,50 – 1,01
BCA P.MILANO IT e 4,60 + 0,66 PT TELECOM SGPS PT e 8,45 .... CARLTON COMMUNI GB 5,70 + 0,59
B.P.EMILIA ROMA IT e 35 .... SONERA FI e 9,20 + 0,55 DLY MAIL & GEN GB 12,46 ....
B.P.NOVARA IT e 7,54 – 1,18 – 0,57 ELSEVIER NL e 14,91 – 0,20 SERVICES COLLECTIFS
B.P.LODI
BCA ROMA
IT e
IT e
11,30
4,42
....
....
SWISSCOM N
T.I.M.
SONG NETWORKS
CH
IT e
SE
287
6,27 – 0,32
2,52 ....
Chaque jeudi avec EMAP PLC
FOX KIDS EUROPE
GB
NL e
12,11
9,30
– 0,55
+ 2,20
ACEA
AEM
IT e
IT e
8,90
2,41
+ 1,02
+ 0,84
BCO POPULAR ESP ES e 41,42 – 1,12 TDC -B- DK 42,18 + 0,80 FUTURE NETWORK GB 0,69 .... BRITISH ENERGY GB 4,58 – 0,36
BCP R PT e 4,34 .... TELE2 -B- SE 39,21 .... GRANADA GB 2,53 .... CENTRICA GB 3,61 ....
BIPOP CARIRE IT e 4,65 – 0,43 TELECEL PT e 9,50 .... GRUPPO L’ESPRES IT e 4,59 + 1,32 EDISON IT e 11,46 + 0,35
BK OF SCOTLAND GB 14,16 + 1,07 GWR GROUP GB 5,22 ....

0123
TELECOM ITALIA IT e 10,85 .... ELECTRABEL BE e 234 – 0,43
BNL IT e 3,70 – 0,80 TELECOM ITALIA IT e 5,90 + 0,51 HAVAS ADVERTISI FR e 13,34 + 0,08 ELECTRIC PORTUG PT e 2,81 ....
BNP PARIBAS FR e 105 + 0,19 TELIA SE 6,07 .... INDP NEWS AND M IR e 2,37 .... ENDESA ES e 18,83 + 1,24
BSCH R ES e 11,05 – 0,45 TISCALI IT e 9,20 – 2,85 INFORMA GROUP GB 5,17 + 0,32 ENEL IT e 3,64 + 0,28
COMIT IT e 6,16 .... VERSATEL TELECO NL e 3,13 – 1,57 LAGARDERE SCA N FR e 56,70 + 0,53 EVN AT e 35,75 – 0,94
– 0,88
COMM.BANK OF GR
COMMERZBANK
GR
DE e
42,02
29,75
– 1,55
– 0,17
VODAFONE GROUP
f DJ E STOXX TCOM P
GB 2,79 – 0,60
549,21 – 0,28
DATÉ VENDREDI LAMBRAKIS PRESS
M6 METROPOLE TV
GR
FR e
6,76
24,43 – 1,77
FORTUM
GAS NATURAL SDG
FI e
ES e
5,01
19
– 0,79
– 1,04
CREDIT LYONNAIS FR e 43 – 0,58 MEDIASET IT e 10,23 – 0,20 HIDRO CANTABRIC ES e 25,94 + 2,09
DANSKE BANK DK 20,62 – 0,65 MODERN TIMES GR SE 27,29 .... IBERDROLA ES e 15,06 + 1,41
DEUTSCHE BANK N DE e 84,98 – 1,01 CONSTRUCTION MONDADORI IT e 8,55 – 1,16 INNOGY HOLDINGS GB 3,81 + 3,64
DEXIA
DNB HOLDING
BE e
NO
176,80
5,10
....
....
ACCIONA ES e 43,33 – 0,96 retrouvez NRJ GROUP
PEARSON
FR e
GB
17,85
19,63
+ 0,11
– 0,34
ITALGAS IT e 10,36 + 2,17
ACS ES e 31,82 – 1,18 KELDA GB 6,30 ....
DRESDNER BANK N DE e 53,25 – 0,65 PRISA ES e 12,35 – 1,20 NATIONAL GRID G GB 8,95 – 0,19
AGGREGATE IND GB 1,40 ....
EFG EUROBK ERGA GR 14,94 – 1,97 – 5,48 PROSIEBEN SAT.1 DE e 16,90 .... INTERNATIONAL P GB 5,03 ....
AKTOR SA GR 6,56
ERSTE BANK AT e 58,11 – 0,62 – 1,27 PT MULTIMEDIA R PT e 11,89 .... OESTERR ELEKTR AT e 98 + 2,08
AMEY GB 5,18
ESPIRITO SANTO
FOERENINGSSB A
HALIFAX GROUP
HSBC HLDG
PT e
SE
GB
GB
16
13,86
13,93
14,20
....
....
– 0,83
– 0,35
UPONOR -A-
AUREA R
ACESA R
FI e
ES e
ES e
18
20,75
10,76
....
+ 1,27
– 0,74
LE MONDE DES LIVRES PUBLICIS GROUPE
PUBLIGROUPE N
REED INTERNATIO
REUTERS GROUP
FR e
CH
GB
GB
29,50
407,65
10,59
15,35
– 0,67
– 0,48
– 0,63
– 0,76
PENNON GROUP
POWERGEN
SCOTTISH POWER
GB
GB
GB
10,20
12,02
8,70
....
....
– 0,76
– 0,14
BOUYGUES FR e 39,42 – 0,45 SEVERN TRENT GB 12,32
IKB DE e 15,70 + 0,32 RTL GROUP LU e 78 .... SUEZ FR e 37,97 – 0,24
BPB GB 4,28 – 1,16
KBC BANCASSURAN BE e 42,55 + 0,16 SMG GB 3,08 .... SYDKRAFT -A- SE 25,45 ....
BRISA AUTO-ESTR PT e 10,08 ....
LLOYDS TSB GB 12,06 .... SOGECABLE R ES e 23,66 – 0,76 SYDKRAFT -C- SE 20,90 ....
BUZZI UNICEM IT e 9,07 – 0,33
MONTE PASCHI SI IT e 3,72 – 0,53 COFLEXIP FR e 177,90 .... EUROTUNNEL FR e 1,23 .... TAYLOR NELSON S GB 3,48 .... FENOSA ES e 21,70 – 0,14
NOVAR GB 2,58 – 1,28
NAT BANK GREECE GR 34,60 – 0,57 DORDTSCHE PETRO NL e 9 – 10 EXEL GB 13,13 .... TELEFONICA ES e 15,12 – 0,26 UNITED UTILITIE GB 11,07 + 1,07
CRH PLC GB 33,61 + 0,35
NATEXIS BQ POP. FR e 98,75 + 0,05 ENI IT e 7,76 .... XANSA GB 4,93 .... TELEWEST COMM. GB 1,56 .... VIRIDIAN GROUP GB 11,29 ....

__________________
CIMPOR R PT e 22,87 .... + 2,57
NORDEA SE 6,82 .... ENTERPRISE OIL GB 10 GROUP 4 FALCK DK 137,01 + 0,49 TF1 FR e 34,72 – 2,06 f DJ E STOXX PO SUP P 322,73 + 0,05
COLAS FR e 64 + 1,43
ROLO BANCA 1473 IT e 17,55 + 0,40 HELLENIC PETROL GR 6,50 – 1,52 FINMECCANICA IT e 1,08 – 0,92 TRINITY MIRROR GB 6,86 + 1,23
GRUPO DRAGADOS ES e 14,72 – 1,87
ROYAL BK SCOTL GB 27,17 + 0,31 LASMO GB 3,01 .... FINNLINES FI e 24,50 + 2,08 UNITED PAN-EURO NL e 2,72 – 3,20
FCC ES e 22,20 – 0,40 + 1,28
S-E-BANKEN -A- SE 11,21 .... LATTICE GROUP GB 2,64 FKI GB 4,63 .... UTD BUSINESS ME GB 11,92 ....
GRUPO FERROVIAL ES e 19,51 – 0,96 + 0,64
SAN PAOLO IMI IT e 15,35 – 0,13 OMV AG AT e 102,85 FLS IND.B DK 12,89 .... VIVENDI UNIVERS FR e 71,25 ....
STANDARD CHARTE
STE GENERAL-A-
GB
FR e
15,99
70,85
....
– 0,63
HANSON PLC
HEIDELBERGER ZE
HELL.TECHNODO.R
GB
DE e
GR
8,85
52,50
6,40
– 0,94
....
– 1,84
PETROLEUM GEO-S
REPSOL YPF
NO
ES e
11,97
19,38
....
– 1,32
FLUGHAFEN WIEN
GAMESA
AT e
ES e
38,50
24,70
+ 1,08
– 2,91
VNU
WOLTERS KLUWER
NL e
NL e
41,34
31,50
+ 0,63
– 0,16
EURO
SVENSKA HANDELS SE 16,95 .... ROYAL DUTCH CO NL e 68,86 + 0,07 GKN GB 11,61 .... WPP GROUP GB 12,19 + 0,41
SWEDISH MATCH
UBS N
SE
CH
5,47
168,65
....
– 0,97
HERACLES GENL R
HOCHTIEF ESSEN
HOLCIM
GR
DE e
CH
13,80
20,90
1305,15
– 1,99
– 0,62
....
SAIPEM
SHELL TRANSP
IT e
GB
6,55
9,88
– 0,46
+ 0,51
HAGEMEYER NV
HALKOR
NL e
GR
22,30
4,12
– 0,84
– 1,90
f DJ E STOXX MEDIA P 377,73 – 0,09
NOUVEAU
UNICREDITO ITAL
f DJ E STOXX BANK P
IT e 5,01
321,84
– 0,60
– 0,45
IMERYS
ITALCEMENTI
FR e
IT e
116
9,48
+ 0,52
+ 1,07
TOTAL FINA ELF
IHC CALAND
FR e
NL e
163,40
58,15
– 0,31
+ 0,09
HAYS
HEIDELBERGER DR
GB
DE e
3,01
58,90
– 2,17
+ 0,68 BIENS DE CONSOMMATION MARCHÉ
LAFARGE FR e 103,40 + 1,37 f DJ E STOXX ENGY P 363,69 – 0,20 HUHTAMAEKI VAN FI e 30 .... AHOLD NL e 37,24 – 0,40
+ 0,96 Cours % Var.
PRODUITS DE BASE MICHANIKI REG. GR 2,41 ....
+ 1
IFIL
IMI PLC
IT e
GB
7,35
3,85 – 1,71
ALTADIS
AMADEUS GLOBAL
ES e
ES e
17,05
7,20
– 0,58
– 1,23
03/07 10 h 03 f en euros 02/07
PILKINGTON PLC GB 1,69
SERVICES FINANCIERS INDRA SISTEMAS ES e 10,40 – 0,86
ACERALIA
ACERINOX R
ES e
ES e
13,08
33,05
+ 0,31
– 0,60
RMC GROUP PLC
SAINT GOBAIN
GB
FR e
11,19
164,10
+ 2,76
+ 0,06 3I GROUP GB 18,63 – 0,18 IND.VAERDEN -A- SE 19,93 ....
ATHENS MEDICAL
AUSTRIA TABAK A
GR
AT e
4
82,49
....
....
AMSTERDAM
ALUMINIUM GREEC GR 33,38 + 0,30 ALMANIJ BE e 42,55 + 1,31 INVESTOR -A- SE 15,38 .... AVIS EUROPE GB 2,39 .... AIRSPRAY NV 20,10 + 1,01
SKANSKA -B- SE 11,21 ....
ANGLO AMERICAN GB 18,14 + 1,02 ALPHA FINANCE GR 44,90 .... INVESTOR -B- SE 15,27 .... BEIERSDORF AG DE e 124,25 – 0,20 ANTONOV 0,36 + 2,86
TAYLOR WOODROW GB 3,03 ....
ASSIDOMAEN AB SE 24,48 .... TECHNIP FR e 151,50 .... AMVESCAP GB 21,14 – 0,08 ISS DK 69,85 + 0,78 BIC FR e 44,15 + 0,57 C/TAC 2,25 – 2,17
BEKAERT BE e 42,45 + 0,95 – 0,10 BHW HOLDING AG DE e 33,80 .... JOT AUTOMATION FI e 0,54 + 1,89 BRIT AMER TOBAC GB 9,05 + 0,93 CARDIO CONTROL 2,35 + 2,17
TITAN CEMENT RE GR 38,58
BHP BILLITON GB 6,09 + 1,68 VINCI FR e 75,60 – 0,13 BPI R PT e 2,72 .... KINNEVIK -B- SE 24,64 .... CASINO GP FR e 98,45 + 0,41 CSS 23,90 ....
BOEHLER-UDDEHOL AT e 44,25 – 1,10 + 0,40 BRITISH LAND CO GB 8,23 .... COPENHAGEN AIRP DK 91,34 .... CLARINS FR e 87,50 + 0,57 HITT NV 7,70 + 0,65
WIENERBERGER AG AT e 19,90
+ 0,20 + 0,23 CANARY WHARF GR GB 9,11 .... KONE B FI e 83 .... INNOCONCEPTS NV 18,40 ....
BUNZL PLC GB 8,18 f DJ E STOXX CNST P 233,90 DELHAIZE BE e 68,05 ....
+ 6,84
CORUS GROUP GB 1,02 – 1,61 CATTLES ORD. GB 4,97 – 0,67 LEGRAND FR e 225 – 0,57 COLRUYT BE e 41,90 + 2,57 NEDGRAPHICS HOLD 6,25
ELVAL GR 4,22 + 0,48 CLOSE BROS GRP GB 13,63 – 1,57 LINDE AG DE e 50,45 + 0,80 FIRSTGROUP GB 5,84 – 0,29 SOPHEON 1,10 + 0,92
HOLMEN -B- SE 23,45 .... CONSOMMATION CYCLIQUE COBEPA BE e 63 .... MAN AG DE e 25,55 + 1,79 FREESERVE GB 1,59 .... PROLION HOLDING 94 ....
ISPAT INTERNATI NL e 3,60 – 7,46 CONSORS DISC-BR DE e 23,03 – 2,33 MG TECHNOLOGIES DE e 12,04 + 0,25 GALLAHER GRP GB 7,36 .... RING ROSA 0,03 ....
ACCOR FR e 47,52 – 0,48 UCC GROEP NV 7 ....
JOHNSON MATTHEY GB 17,39 – 3,70 CORP FIN ALBA ES e 24,91 – 1,23 WARTSILA CORP A FI e 24,30 .... GIB BE e 46,83 ....
ADIDAS-SALOMON DE e 71 – 0,56
MAYR-MELNHOF KA AT e 52,75 + 1,21 CS GROUP N CH 197,91 – 0,33 METSO FI e 13,20 .... GIVAUDAN N CH 323,16 – 0,30
AGFA-GEVAERT BE e 17,13 + 1,06
M-REAL -B- FI e 6,90 .... DEPFA-BANK DE e 79,15 – 0,81 MORGAN CRUCIBLE GB 5,35 .... HENKEL KGAA VZ DE e 69 + 0,29
OUTOKUMPU FI e 9,99 + 1,01
AIR FRANCE
AIRTOURS PLC
FR e
GB
19,40 ....
4,60 – 1,08
DAB BANK AG DE e 15,75 – 3,37 TELE2 -B- SE 39,21 .... IMPERIAL TOBACC GB 13,70 .... BRUXELLES
PECHINEY-A- FR e 62,70 + 0,48 DROTT -B- SE 12,19 .... NKT HOLDING DK 24,85 + 0,54 JERONIMO MARTIN PT e 7,76 .... ARTHUR 4,39 ....
ALITALIA IT e 1,42 ....
RAUTARUUKKI K FI e 4 – 0,99 EURAZEO FR e 67,30 – 0,59 EXEL GB 13,13 .... KESKO -B- FI e 8,49 .... ENVIPCO HLD CT 0,40 ....
AUSTRIAN AIRLIN AT e 11,61 + 0,96
RIO TINTO GB 21,99 + 1,54 FINAXA FR e 108 – 0,46 PACE MICRO TECH GB 6,30 .... L’OREAL FR e 79,55 – 0,44 FARDIS B 17,90 ....
AUTOGRILL IT e 12,75 ....
SIDENOR GR 4,06 .... FORTIS (B) BE e 29 – 0,34 PARTEK FI e 11,10 .... LAURUS NV NL e 5,70 .... INTERNOC HLD 0,58 ....
BANG & OLUFSEN DK 29,55 + 0,23
SILVER & BARYTE GR 20,60 .... FORTIS (NL) NL e 28,94 – 0,03 PENINS.ORIENT.S GB 4,35 .... MORRISON SUPERM GB 3,56 + 0,95 INTL BRACHYTHER B 7,68 + 0,13
BASS GB 12,47 + 0,13
SMURFIT JEFFERS GB 2,36 + 2,92 GECINA FR e 95,95 + 0,52 PERLOS FI e 10,99 + 1,76 RECKITT BENCKIS GB 17,22 – 1,44 LINK SOFTWARE B 3,95 ....
BENETTON GROUP IT e 16,55 ....
STORA ENSO -A- FI e 12,50 .... GIMV BE e 39,15 + 0,33 PREMIER FARNELL GB 4,38 .... SAFEWAY GB 6,62 + 0,25 PAYTON PLANAR 0,45 ....
BERKELEY GROUP GB 11,92 – 0,14
STORA ENSO -R- FI e 12,70 + 0,16 GREAT PORTLAND GB 4,75 .... RAILTRACK GB 5,59 + 0,91 SAINSBURY J. PL GB 7,34 – 0,23
BRITISH AIRWAYS GB 5,80 – 0,57
SVENSKA CELLULO SE 25,56 .... HAMMERSON GB 8,03 + 0,42 RANDSTAD HOLDIN NL e 12,65 – 0,78 STAGECOACH HLDG GB 1,25 ....
BULGARI IT e 12,41 – 0,08
THYSSENKRUPP DE e 15,78 + 1,48
+ 0,69
CHRISTIAN DIOR FR e 42,55 – 0,12
ING GROEP
LAND SECURITIES
NL e
GB
77,20
14,48
....
– 0,23
RENTOKIL INITIA GB 4,06 – 0,82 TERRA LYCOS
TESCO PLC
ES e
GB
9
4,30
– 1,64
....
FRANCFORT
UNION MINIERE BE e 46,89 CLUB MED. FR e 65,95 + 0,23 REXAM GB 5,05 – 0,98
UPM-KYMMENE COR FI e 33,85 + 0,30 LIBERTY INTL GB 8,91 .... – 0,22 TNT POST GROEP NL e 24,73 – 0,60 AIXTRON 115,50 ....
COMPASS GROUP GB 9,33 + 0,18 REXEL FR e 69,15
USINOR FR e 12,70 + 0,08 MAN GROUP GB 15,94 .... – 0,68 WANADOO FR e 5,93 – 0,17 AUGUSTA TECHNOLOGIE 20,32 ....
DT.LUFTHANSA N DE e 19,35 .... RHI AG AT e 22
+ 0,75 BB BIOTECH ZT-D 87,60 ....
VIOHALCO GR 10,76 – 1,82
ELECTROLUX -B- SE 16,52 ....
MARSCHOLLEK LAU DE e 128 RIETER HLDG N CH 279,44 + 0,24 f DJ E STOXX N CY G P 416,94 – 0,34
VOEST-ALPINE ST AT e 35,70 + 0,22 MEDIOBANCA IT e 13,11 + 0,46 BB MEDTECH ZT-D 16,90 ....
EM.TV & MERCHAN DE e 2,26 + 0,89 ROLLS ROYCE GB 3,96 – 0,42
WORMS N FR e 19,80 – 0,25 METROVACESA ES e 16,55 + 0,18 BERTRANDT AG 11,55 – 1,53
EMI GROUP GB 7,02 .... SANDVIK SE 24,37 ....
f DJ E STOXX BASI P 183,79 + 0,55
EURO DISNEY FR e 1,06 ....
MONTEDISON IT e 2,97 – 3,88 SAURER N CH 384,64 .... COMMERCE DISTRIBUTION BETA SYSTEMS SOFTWA 5,25 – 0,57
PROVIDENT FIN GB 12,68 .... CEYONIQ 7,20 + 2,42
HERMES INTL FR e 164 + 1,86 SCHNEIDER ELECT FR e 64,50 – 0,77 ALLIANCE UNICHE GB 8,95 ....
REALDANMARK DK 71,19 .... CE CONSUMER ELECTRO 8,15 – 0,49
HILTON GROUP GB 4,11 .... SEAT PAGINE GIA IT e 1,23 – 0,81 AVA ALLG HAND.G DE e 40 ....
CHIMIE HDP IT e 4,85 + 1,04
RODAMCO EUROPE NL e 43,40 – 0,34 SECURICOR GB 2,76 .... BOOTS CO PLC GB 10,22 + 0,33
CENIT SYSTEMHAUS 9,87 ....
RODAMCO NORTH A NL e 45,70 + 1,33 DIALOG SEMICOND 4,03 – 10,44
AIR LIQUIDE FR e 168 + 0,18 HUNTER DOUGLAS NL e 32,65 – 1,06 SECURITAS -B- SE 20,69 .... BUHRMANN NV NL e 11,29 + 0,80
SCHRODERS GB 13,88 .... DRILLISCH 1,80 – 10
AKZO NOBEL NV NL e 49,42 – 1,14 KLM NL e 21,05 – 0,71 SERCO GROUP GB 6,76 + 1,51 CARREFOUR FR e 63,15 – 0,16
SIMCO N FR e 75,70 + 0,93 EDEL MUSIC 4,50 ....
BASF AG DE e 46,80 + 0,21 LVMH FR e 59 .... SGL CARBON DE e 41,20 + 0,49 CASTO.DUBOIS FR e 63,40 + 0,63
SLOUGH ESTATES GB 5,79 .... ELSA 6,60 ....
BAYER AG DE e 46,48 – 0,09 MEDION DE e 94 – 1,21 SHANKS GROUP GB 2,86 .... CC CARREFOUR ES e 15,82 – 0,94
UNIBAIL FR e 64,95 + 0,08 EM.TV & MERCHANDI 5,90 ....
BOC GROUP PLC GB 17,73 .... MOULINEX FR e 3,85 + 2,94 SIDEL FR e 47,57 – 0,90 CHARLES VOEGELE CH 130,84 + 1,02
VALLEHERMOSO ES e 7,55 + 0,27 EUROMICRON 15,20 – 0,98
CELANESE N DE e 25,40 + 1,60 NH HOTELES ES e 13,73 – 1,22 INVENSYS GB 2,26 – 0,74 D’IETEREN SA BE e 186,10 ....
WCM BETEILIGUNG DE e 12,20 – 0,41 SINGULUS TECHNO DE e 23,72 – 0,96
CIBA SPEC CHIMI CH 69,04 – 0,47 NXT GB 5,25 + 12,95 DEBENHAMS GB 7,54 ....
f DJ E STOXX FINS P 288,40 + 0,07
CLARIANT N CH 333,36 .... P & O PRINCESS GB 6,14 – 1,08 SKF -B- SE 19,12 .... DIXONS GROUP GB 3,91 + 0,43 e CODES PAYS ZONE EURO
DSM NL e 41,27 – 0,34 PERSIMMON PLC GB 5,38 .... SMITHS GROUP GB 13,91 – 0,36 GAL LAFAYETTE FR e 175,50 – 0,28 FR : France - DE : Allemagne - ES : Espagne
EMS-CHEM HOLD A CH 4858,97 – 0,14 PREUSSAG AG DE e 37,10 + 0,54 SOPHUS BEREND - DK 31,57 .... GEHE AG DE e 47,40 + 0,53
ICI GB 6,99 – 0,71 RANK GROUP GB 3,53 ....
ALIMENTATION ET BOISSON SPIRENT GB 3,86 + 0,87 GREAT UNIV STOR GB 10,33 + 0,16
IT : Italie - PT : Portugal - IR : Irlande
LU : Luxembourg - NL : Pays-Bas - AT : Autriche
KEMIRA FI e 6,30 .... RICHEMONT UNITS CH 3078,44 – 1,33 ALLIED DOMECQ GB 7,31 – 0,68 TECAN GROUP N CH 1058,58 .... GUCCI GROUP NL e 98 – 0,36
+ 2,19 – 1,41 FI : Finlande - BE : Belgique - GR : Grèce.
KON. VOPAK NV NL e 25,70 ROY.PHILIPS ELE NL e 32,05 – 0,16 ASSOCIAT BRIT F GB 7,68 .... TPI ES e 5,61 HENNES & MAURIT SE 20,36 ....
LAPORTE GB 11,61 .... RYANAIR HLDGS IR e 11,95 – 1,81 BBAG OE BRAU-BE AT e 44,34 + 0,77 THALES FR e 43,30 – 0,69 KARSTADT QUELLE DE e 36 .... CODES PAYS HORS ZONE EURO
LONZA GRP N CH 688,41 + 0,10 SAIRGROUP N CH 67,56 – 2,14 BRAU-UNION AT e 44 .... TOMRA SYSTEMS NO 18,21 .... KINGFISHER GB 6,25 – 1,84 CH : Suisse - NO : Norvège - SE : Suède
NORSK HYDRO NO 50,35 .... SAS DANMARK A/S DK 11,28 – 2,33 CADBURY SCHWEPP GB 7,98 – 0,21 TRAFFICMASTER GB 1,62 .... MARKS & SPENCER GB 4,36 .... GB : Grande-Bretagne - DK : Danemark.
RHODIA FR e 12,70 – 0,39 SEB FR e 55,75 – 0,09 CARLSBERG -B- DK 50,71 – 0,13 UNAXIS HLDG N CH 166,68 – 1,74 MATALAN GB 8,08 – 2,42
FINANCES ET MARCHÉS LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001 / 21

AIR LIQUIDE........... w 167 1095,45 – 0,42 3,00 ESSILOR INTL........ w 337 2210,58 – 0,15 3,90 PECHINEY B P ....... 57 373,90 – 3,39 3,31
ALCATEL................. w 24,90 163,33 – 1,43 0,48 ESSO ...................... 81 531,33 – 1,22 4,00 PENAUILLE PO ...... w 66,50 436,21 – 0,30 0,28 Montant
Cours Cours % Var.
VALEURS FRANCE ALCATEL O .............
ALSTOM ................. w
14,35
33,85
94,13
222,04
– 0,83
– 1,60
0,10
0,55
ETHYPHARM.........
EULER .................... w
...
55
...
360,78
...
+ 1,57
...
1,40
PERNOD-RICAR .... w
PEUGEOT............... w
79,70
53,50
522,80 + 0,50
350,94 – 0,56
0,80
5,00
International
Une sélection
f en euros en francs veille
coupon
(1)
ALTRAN TECHN .... w 55,45 363,73 – 0,09 0,14 EURAZEO............... w 68,10 446,71 + 0,59 0,48 PINAULT-PRIN ...... w 174,90 1147,27 – 0,06 2,18 ADECCO ................. 57,30 375,86 – 0,87 4,21
ATOS ORIGIN......... w 87 570,68 – 2,25 ... EURO DISNEY ....... w 1,07 7,02 + 0,94 ... PLASTIC OMN........ w 91,45 599,87 ... 2,00 AMERICAN EXP...... ... ... ... 0,08
VALEURS FRANCE
ARBEL..................... ... ... ... 0,53 EUROTUNNEL ...... w 1,22 8 – 0,81 ... PROVIMI ................ w 17,75 116,43 + 0,80 ... AMVESCAP EXP ...... 20,67 135,59 – 3,28 0,10
b En forte hausse la veille, l’action France AVENTIS ................. w 90,35 592,66 – 2,74 0,50 FAURECIA .............. w 67,10 440,15 + 0,30 0,91 PSB INDUSTRI....... 83,90 550,35 – 0,06 3,50 ANGLOGOLD LT .... 42 275,50 – 0,12 0,92
Télécom était en baisse de 2,37 %, à AXA ......................... w 34,81 228,34 – 0,54 2,20 FIMALAC................ w 45 295,18 + 1,35 0,90 PUBLICIS GR.......... w 29,35 192,52 – 1,18 1,70 A.T.T. # .................... 26,62 174,62 + 0,45 0,04
BAIL INVESTI.......... w 126 826,51 + 0,96 7,16 F.F.P. (NY).............. 115 754,35 ... 1,80 REMY COINTRE..... w 32,82 215,29 – 2,99 0,90 BARRICK GOLD...... 17,20 112,82 – 0,06 0,10
57,6 euros, à l’ouverture mardi 3 juillet. La BAZAR HOT. V........ ... ... ... 3,00 FINAXA .................. 108 708,43 – 0,46 2,20 RENAULT ............... w 55,65 365,04 – 0,36 0,91 COLGATE PAL. ....... 71,80 470,98 + 0,35 0,15
fondation Sita a averti les marchés qu’elle BEGHIN SAY .......... w 34 223,03 +3 ... FONC.LYON.#........ 31,90 209,25 ... 0,85 REXEL ..................... w 69 452,61 – 0,43 1,61 CROWN CORK O .... ... ... ... 0,25
BIC .......................... w 44,15 289,61 + 0,57 0,29 FRANCE TELEC ..... w 58 380,46 – 1,69 1,00 RHODIA ................. w 12,73 83,50 – 0,16 0,40 DE BEERS #............. ... ... ... ...
vendait ce jour de 10 à 13,5 millions de titres + 0,78
BIS .......................... ... ... ... 1,22 FROMAGERIES...... 103 675,64 10,06 ROCHETTE (LA ...... 7,99 52,41 – 1,36 0,18 DIAGO PLC............. 13,25 86,91 – 0,15 0,14
de l’opérateur français, soit une partie des BNPPARIBAS.......... w 104,80 687,44 ... 2,25 GALERIES LAF ....... w 177 1161,04 + 0,57 0,60 ROYAL CANIN........ w 108 708,43 + 0,75 1,10 DOW CHEMICAL.... ... ... ... 0,33
actions reçues en paiement pour la cession BOLLORE................ w 258,20 1693,68 + 1,25 3,00 GAUMONT # ......... 43,70 286,65 – 0,18 0,57 ROUGIER #............. 69 452,61 + 0,15 3,05 DU PONT NEMO ... 53,35 349,95 – 6,65 0,34
BOLLORE INV......... 53,50 350,94 – 2,37 0,20 GECINA.................. w 95,45 626,11 ... 3,34 RUE IMPERIAL ....... ... ... ... 21,19 ECHO BAY MIN ...... 1,09 7,15 – 3,54 0,02
à France Télécom de ses parts dans Equant, BONGRAIN ............ ... ... ... 1,40 GENERALE DE....... 19,80 129,88 + 0,41 ... SADE (NY) .............. 48,05 315,19 – 0,10 2,15 ELECTROLUX ......... ... ... ... ...
l’opérateur de services aux entreprises. De BOUYGUES ............ w 39,42 258,58 – 0,45 0,36 GEOPHYSIQUE...... bw ... ... ... 1,22 SAGEM S.A. ............ w 60 393,57 + 1,61 3,81 ELF GABON ............ 155,50 1020,01 – 0,19 47,24
plus, l’opérateur français serait intéressé BOUYGUES OFF..... w 52,25 342,74 – 0,48 1,10 GFI INFORMAT ..... w 18,84 123,58 + 0,91 0,15 SAGEM ADP........... 42 275,50 ... 4,12 ERICSSON #............ w 6,55 42,97 – 1,65 0,04
BULL# ..................... w 1,84 12,07 ... ... GRANDVISION ...... w 22,08 144,84 – 1,16 0,25 SAINT-GOBAIN...... w 164,70 1080,36 + 0,43 4,30 FORD MOTOR # ..... 29,03 190,42 + 0,83 0,29
par une prise de participation dans l’opéra- BUSINESS OBJ ....... w 27,52 180,52 – 2,76 ... GROUPE ANDRE ... 124,80 818,63 + 1,05 1,98 SALVEPAR (NY ....... 67,85 445,07 – 0,22 3,05 GENERAL ELEC ...... 58,45 383,41 – 0,09 0,15
teur public de télécoms nigérian Nitel. B T P (LA CI............. ... ... ... 0,46 GROUPE GASCO ... 81,65 535,59 – 0,06 3,00 SANOFI SYNTH...... w 75,75 496,89 – 2,07 0,44 GENERAL MOTO.... 76 498,53 – 0,52 0,48
b Le placement des titres Euronext se BURELLE (LY) ......... 64 419,81 ... 0,50 GR.ZANNIER ( ....... 95,70 627,75 – 0,10 0,73 SCHNEIDER EL...... w 64,45 422,76 – 0,85 1,60 GOLD FIELDS......... 5,19 34,04 + 0,78 0,15
CANAL + ................. w 3,53 23,16 – 0,84 0,15 GROUPE PARTO.... 75 491,97 – 0,66 1,68 SCOR ...................... w 51,20 335,85 + 0,39 1,70 HARMONY GOLD .. 6,55 42,97 + 0,61 0,07
déroule favorablement. Selon des sources CAP GEMINI........... w 85,10 558,22 – 1,73 1,20 GUYENNE GASC ... w 85,80 562,81 ... 1,50 S.E.B........................ w 55,80 366,02 ... 1,90 HITACHI # .............. 11,19 73,40 – 1,84 0,02
bancaires, le livre d’ordres était déjà cou- CARBONE-LORR.... w 44 288,62 + 2,04 1,06 HAVAS ADVERT ..... w 13,31 87,31 – 0,15 3,00 SEITA ...................... 46,15 302,72 – 0,11 5,00 HSBC HOLDING .... w 14,06 92,23 – 0,99 0,31
CARREFOUR .......... w 62,80 411,94 – 0,71 0,50 IMERYS .................. w 116 760,91 + 0,52 3,60 SELECTIBAIL(......... 15,24 99,97 + 0,07 1,56 I.B.M. ...................... w 134,40 881,61 – 0,44 0,13
vert lundi. Euronext, née de la fusion des + 2,99
CASINO GUICH...... w 98 642,84 – 0,05 1,33 IMMOBANQUE ..... 130,80 857,99 10,67 SIDEL...................... 48,05 315,19 + 0,10 ... I.C.I.......................... ... ... ... 0,32
places de Paris, Bruxelles et Amsterdam, CASINO GUICH...... 67,10 440,15 – 0,59 1,37 IMMEUBLES DE .... 21,50 141,03 ... 0,30 SILIC ....................... ... ... ... 6,68 ITO YOKADO # ....... 51,20 335,85 – 7,33 0,09
s’introduira en Bourse le 6 juillet. CASTORAMA DU ... w 61,85 405,71 – 1,83 2,85 INFOGRAMES E .... w 19,45 127,58 – 0,66 ... SIMCO .................... w 75,40 494,59 + 0,53 2,60 I.T.T. INDUS ........... ... ... ... 0,15
CEA INDUSTRI....... 226 1482,46 + 1,07 10,23 IM.MARSEILLA ...... ... ... ... 40,86 SKIS ROSSIGN ....... 16,30 106,92 – 0,61 0,23 KINGFISHER P ....... w 6,67 43,75 + 3,89 0,18
b L’action EADS se négociait en légère bais- CEGID (LY) ............. 99,90 655,30 ... 2,00 INGENICO ............. aw 23,72 155,59 – 2,15 0,10 SOCIETE GENE ...... w 70,45 462,12 – 1,19 2,10 MATSUSHITA ......... 17,67 115,91 – 0,67 0,03
se à l’ouverture mardi, en recul de 0,45 %, à CEREOL .................. w 26,80 175,80 – 0,74 ... ISIS ......................... bw ... ... ... 2,40 SODEXHO ALLI ...... w 55 360,78 – 0,54 2,24 MC DONALD’S....... 31,86 208,99 – 0,50 0,21
22 euros. Le consortium aérospatial euro- CERESTAR .............. w 26,10 171,20 + 1,56 ... JC DECAUX SA ....... w 16 104,95 + 0,63 ... SOGEPARC (FI ....... ... ... ... 1,90 MERK AND CO....... 76 498,53 ... 0,34
CFF.RECYCLIN ....... 49,10 322,07 – 1,80 1,30 KAUFMAN ET B..... w 19,80 129,88 ... 0,82 SOMMER-ALLIB .... 54,10 354,87 ... ... MITSUBISHI C........ 9,60 62,97 + 3,34 0,02
péen EADS a signé un accord de coopéra- CGIP ....................... w 35,50 232,86 + 1,43 1,00 KLEPIERRE ............ w 102,80 674,32 – 0,19 2,75 SOPHIA .................. w 32,50 213,19 – 0,31 1,52 NESTLE SA # ........... w 252 1653,01 ... 23,42
tion industrielle avec Rosaviacosmos, l’agen- CHARGEURS EX ..... 81 531,33 – 1,22 ... LAFARGE ............... w 103,10 676,29 + 1,08 2,20 SOPRA # ................. w 70,50 462,45 ... 0,58 NORSK HYDRO...... 46,22 303,18 – 6,15 1,00
ce aéronautique et spatiale russe, qui pré- CHRISTIAN DA ...... 106 695,31 – 2,75 0,76 LAGARDERE .......... w 56,65 371,60 + 0,44 0,78 SPIR COMMUNI .... w 85,60 561,50 – 0,98 3,00 PFIZER INC............. ... ... ... 0,11
CHRISTIAN DI........ w 42,48 278,65 – 0,28 0,50 LAPEYRE ................ w 53,25 349,30 – 2,29 1,08 SR TELEPERFO ...... w 26,83 175,99 + 0,79 0,13 PHILIP MORRI ....... 57,20 375,21 – 0,69 0,53
voit entre autres une participation russe aux CIC -ACTIONS ........ 117,20 768,78 + 0,95 2,29 LEBON (CIE) .......... ... ... ... 2,30 STUDIOCANAL ...... 14,37 94,26 ... 0,54 PROCTER GAMB .... ... ... ... 0,34
programmes Airbus. CIMENTS FRAN ..... w 50,50 331,26 + 0,30 1,40 LEGRAND .............. w 225,30 1477,87 – 0,44 1,87 SUCR.PITHIVI ........ 344 2256,49 – 0,29 11,00 RIO TINTO PL......... 21,95 143,98 + 2,95 0,42
CLARINS................. w 86,95 570,35 – 0,06 1,00 LEGRAND ADP...... 182,20 1195,15 – 0,49 2,99 SUEZ LYON.DE ...... w 38,02 249,39 – 0,11 3,30 SCHLUMBERGER... 61 400,13 + 0,74 0,22
b La cotation des titres Coflexip, Géophysi- CLUB MEDITER ..... w 65,85 431,95 + 0,08 1,00 LEGRIS INDUS ...... w 53,75 352,58 + 0,19 1,20 TAITTINGER .......... 847 5555,96 + 3,42 9,30 SEGA ENTERPR...... ... ... ... 0,08
que, Isis et Technip, suspendue jeudi CNP ASSURANC .... w 38,69 253,79 – 0,41 1,08 LIBERTY SURF ....... 3,60 23,61 – 2,70 ... THALES .................. w 43,13 282,91 – 1,08 0,62 SHELL TRANSP ...... 9,80 64,28 + 0,20 0,14
28 juin, n’avait pas repris à l’ouverture mar- COFACE .................. w 79,85 523,78 – 0,13 1,75 LOCINDUS............. 120,20 788,46 – 7,68 10,18 TF1.......................... w 34,66 227,35 – 2,23 0,65 SONY CORP. # ........ w 76,05 498,86 – 1,55 0,13
COFLEXIP ............... bw ... ... ... 1,16 L’OREAL ................. w 79,45 521,16 – 0,56 0,44 TECHNIP................ bw ... ... ... 3,30 T.D.K. # ................... 53 347,66 – 2,03 0,13

_________________________
di. Selon la presse, Technip s’apprêterait à COLAS..................... w 64 419,81 + 1,43 2,13 LOUVRE #............... 97,05 636,61 – 0,87 1,24 THOMSON MULT . w 39,49 259,04 – 0,53 ... TOSHIBA #.............. 6 39,36 – 2,12 0,03
prendre le contrôle de Coflexip. CONTIN.ENTRE..... 46 301,74 – 3,60 2,00 LVMH MOET HE.... w 59,20 388,33 + 0,34 0,53 TOTAL FINA E ........ w 161,90 1061,99 – 1,22 3,30 UNITED TECHO..... ... ... ... 0,22
CPR......................... 58 380,46 ... ... MARINE WENDE... w 59,60 390,95 – 0,50 2,00 TRANSICIEL # ........ w 43,40 284,69 + 0,23 0,50 ZAMBIA COPPE...... 0,49 3,21 ... ...
CRED.FON.FRA...... 12,82 84,09 – 0,62 0,58 MAUREL ET PR...... 13,50 88,55 + 0,97 0,91 UBI SOFT ENT ....... w 41,25 270,58 + 0,61 ...
CREDIT LYONN ..... w 43,15 283,05 – 0,23 0,65 METALEUROP ....... 4,95 32,47 – 1,98 0,61 UNIBAIL ................. w 64,95 426,04 + 0,08 5,00 ABRÉVIATIONS
PREMIER MARCHÉ CS COM.ET SY........
DAMART ................
8,36
79
54,84
518,21
– 1,65
...
...
3,40
MICHELIN ............. w
MARIONNAUD P ..
37,39
104
245,26
682,20
+ 0,51
– 1,33
0,80
...
UNILOG ................. w
USINOR.................. w
90
12,75
590,36 – 0,22
83,63 + 0,47
0,39
0,56
B = Bordeaux ; Li = Lille ; Ly = Lyon ; M = Marseille ; Ny = Nancy ; Ns = Nantes.
DANONE ................ w 160 1049,53 – 0,93 1,90 MONTUPET SA...... 16 104,95 – 0,06 0,17 VALEO .................... w 49,13 322,27 + 2,35 1,35 SYMBOLES
DASSAULT-AVI....... 291,50 1912,11 + 0,69 6,20 MOULINEX ............ 3,99 26,17 + 6,68 0,61 VALLOUREC ........... w 66,80 438,18 – 0,30 0,76 1 ou 2 = catégories de cotation - sans indication catégorie 3 ;
MARDI 3 JUILLET Cours à 9 h 57 DASSAULT SYS....... w 45,58 298,99 – 2,96 0,31 NATEXIS BQ P ....... w 98,85 648,41 + 0,15 2,50 VIA BANQUE .......... b 40 y 262,38+ 999 3,05 a coupon détaché ; b droit détaché ; # contrat d’animation ;
DE DIETRICH ......... 70 459,17 ... 0,70 NEOPOST .............. w 30,50 200,07 + 0,99 ... VICAT...................... ... ... ... 0,91 o = offert ; d = demandé ; x offre réduite ; y demande réduite ;
Dernier jour de négociation des OSRD : 25 juillet DEVEAUX(LY)# ....... 76,30 500,50 – 0,72 4,20 NEXANS ................. w 28,16 184,72 – 1,19 ... VINCI ...................... w 75,75 496,89 + 0,07 1,65 d cours précédent ; w V_ aleur pouvant bénéficier du service
DEV.R.N-P.CA......... 14,50 95,11 – 0,34 0,55 NORBERT DENT ... 23,60 154,81 – 1,67 0,40 VIVENDI ENVI ........ w 49,49 324,63 – 1,51 0,55
Montant de règlement différé.
Cours Cours % Var. DMC (DOLLFUS..... 9,82 64,41 – 0,61 0,61 NORD-EST............. ... ... ... 0,94 VIVENDI UNIV ....... w 71 465,73 – 0,35 1,00
France f en euros en francs veille
coupon
(1)
DYNACTION .......... 27,55 180,72 – 1,61 0,50 NRJ GROUP ........... w 17,70 116,10 – 0,73 0,15 WANADOO............. w 5,96 39,10 + 0,34 ... DERNIÈRE COLONNE PREMIER MARCHÉ (1) :
EIFFAGE ................. w 77 505,09 – 0,13 0,78 OBERTHUR CAR.... w 10,20 66,91 – 1,92 ... WORMS (EX.SO ...... 19,88 130,40 + 0,15 0,50 Lundi daté mardi : % variation 31/12 ; Mardi daté mercredi :
ACCOR ................... w 47,82 313,68 + 0,15 1,00 ELIOR ..................... w 13,20 86,59 ... 0,07 OLIPAR................... ... ... ... ... ZODIAC .................. w 286,70 1880,63 – 1,07 3,80 montant du coupon en euros ; Mercredi daté jeudi : paiement
AGF ........................ w 69,05 452,94 + 1,84 2,00 ELEC.MADAGAS..... 21,50 141,03 – 2,27 ... ORANGE ................ w 9,80 64,28 – 1,11 ... ................................ ... ... ... ... dernier coupon ; Jeudi daté vendredi : compensation ;

___________________
AFFINE(EXIMM ..... 38,58 253,07 + 0,03 2,82 ENTENIAL(EX......... 36,21 237,52 – 0,79 0,40 OXYG.EXT-ORI....... ... ... ... 14,68 ................................ ... ... ... ... Vendredi daté samedi : nominal.
AIR FRANCE G ....... w 19,31 126,67 – 0,46 0,14 ERAMET ................. w 38,20 250,58 + 3,24 1,30 PECHINEY ACT...... w 62,20 408,01 – 0,32 1,00 ................................ ... ... ... ...

CHEMUNEX # ....... 0,11 0,72 + 10 GUYANOR ACTI .... 0,25 1,64 ... NET2S # ................. 9 59,04 + 0,90 GEODIS .................. 42,80 280,75 – 0,23
NOUVEAU CMT MEDICAL .....
COALA # ................ a
15,50
15,58
101,67
102,20
– 0,64
+ 2,84
HF COMPANY .......
HIGH CO.#.............
51,50
104,10
337,82
682,85
– 4,63
– 2,71
NETGEM................
NETVALUE # .........
w 5,10
1,94
33,45
12,73
– 1,54
– 4,43 SECOND GFI INDUSTRI....... 30
GRAND MARNIE .. d 7788,50 51089,21 ...
196,79 ...

COHERIS ATIX ...... 15,32 100,49 – 5,26 HIGH CO ACT. ...... d 89 583,80 ... NEURONES # ........ 4 26,24 + 0,25 GROUPE BOURB... d 45,40 297,80 ...

MARCHÉ COIL.......................
CION ET SYS.........
13,30
2,75
87,24
18,04
...
– 1,43
HIGH BON DE ......
HIGHWAVE OPT ... w
4,75
8,88
31,16
58,25
+ 3,04
– 3,27
NICOX #.................
OLITEC...................
70,50
22
462,45
144,31
+ 3,68
– 0,90 MARCHÉ
GROUPE CRIT .......
GROUPE J.C.D .......
17,60
150,70
115,45 – 1,12
988,53 + 0,13
CONSODATA OP .. d 21,30 139,72 ... HIGHWAVE OPT ... d 13,98 91,70 ... OPTIMS # .............. 2 13,12 ... HERMES INTL....... w 162,80 1067,90 + 1,12
CONSODATA NV .. d 19,50 127,91 ... HIMALAYA ............. 3,69 24,20 + 2,50 OXIS INTL RG ....... 0,31 2,03 + 3,33 HYPARLO #(LY ...... 29,90 196,13 ...
LUNDI 2 JUILLET + 2,86 + 1,92 + 5,47 53,26 + 2,78
CONSORS FRAN .. 3,60 23,61 HI MEDIA .............. 1,59 10,43 PERFECT TECH .... 13,70 89,87 MARDI 3 JUILLET IMS(INT.META ...... 8,12
CROSS SYSTEM .... 2,92 19,15 – 2,01 HOLOGRAM IND .. 7,62 49,98 – 2,31 PERF.TECHNO...... d 0,40 2,62 ... INTER PARFUM .... 69 452,61 – 0,72
Une sélection. Cours relevés à 18 h 11 – 2,17 Une sélection. Cours relevés à 9 h 57
CRYO # .................. d 6,75 44,28 ... HUBWOO.COM ..... 2,50 16,40 ... PHARMAGEST I .... 17,61 115,51 JET MULTIMED .... 40,50 265,66 – 0,98
CRYONETWORKS. d 3,01 19,74 ... IB GROUP.COM .... 5,24 34,37 – 2,60 PHONE SYS.NE..... d 1,50 9,84 ... LAURENT-PERR .... 33,50 219,75 ...
Cours Cours % Var. + 8,42 + 4,40 Cours Cours % Var. 871,77 + 1,84
Valeurs f en euros en francs veille
CYBERDECK # ......
CYBER PRES.P ......
1,03
15,50
6,76
101,67 + 6,53
IDP .........................
IDP BON 98 (......... d
1,90
1,07
12,46
7,02 ...
PICOGIGA..............
PROSODIE #..........
8,84
38,84
57,99
254,77
– 1,78
– 1,67
Valeurs f en euros en francs veille
LDC ........................
LECTRA (B) # .........
132,90
4,70 30,83 ...
ABEL GUILLEM ..... 11 72,16 – 2,22 CYBERSEARCH ..... 4,40 28,86 – 1,57 INTERACTIF B....... d 0,15 0,98 ... PROSODIE BS ....... d 11,49 75,37 ... AB GROUPE .......... 41,25 270,58 + 2,71 LOUIS DREYFU ..... 9,57 62,78 – 0,10
AB SOFT ................ 4,20 27,55 ... CYRANO # ............. 0,61 4 ... INTERACTIF B....... d 0,30 1,97 ... PROLOGUE SOF ... 6,84 44,87 + 3,48 ACTIELEC TEC ...... d 6,49 42,57 ... LVL MEDICAL........ d 35 229,58 ...
ACCESS COMME .. 5,93 38,90 – 2,47 DALET # ................ 3,30 21,65 + 3,45 IGE + XAO ............... b 10,20 66,91 + 13,33 PROXIDIS .............. 0,86 5,64 – 18,10 ALGECO #.............. 95,10 623,82 + 0,11 M6-METR.TV A...... w 24,50 160,71 – 1,49
ADL PARTNER ...... 12,96 85,01 – 3,64 DATASQUARE #.... d 3,20 20,99 ... ILOG # .................... 19,20 125,94 + 6,67 QBIOGENE ............ d 4,90 32,14 ... ALTEDIA ................ 39,70 260,41 + 0,51 MANITOU #........... 64 419,81 – 1,54
ADL PARTNER ...... 6,10 40,01 + 10,91 DATATRONIC ....... 3,78 24,80 – 0,26 IMECOM GROUP .. 1,68 11,02 – 1,18 QUALIFLOW .......... 10,15 66,58 – 7,05 ALTEN (SVN) ........ w 106 695,31 – 0,93 MANUTAN INTE... 43,49 285,28 + 1,12
ALGORIEL #........... 5,85 38,37 – 2,34 DESK #................... 0,99 6,49 + 15,12 INFOSOURCES ...... 0,74 4,85 – 1,33 QUANTEL .............. 3,60 23,61 + 4,35 APRIL S.A.#( .......... 21,26 139,46 + 1,97 PARC DES EXP ...... d 117 767,47 ...
ALPHAMEDIA ....... 1,18 7,74 + 0,85 DEVOTEAM #........ w 32 209,91 + 3,90 INFOSOURCE B .... d 1,45 9,51 ... R2I SANTE ............. 8,10 53,13 + 2,53 ARKOPHARMA # .. 142,20 932,77 ... PCAS #.................... d 23 150,87 ...
ALPHA MOS # ....... 3,54 23,22 – 4,32 DMS #.................... 12,90 84,62 – 0,77 INFOTEL # ............. 31 203,35 – 2,33 R2I SANTE BO ...... d 0,03 0,20 ... ASSYSTEM # ......... 53,20 348,97 – 0,56 PETIT FOREST....... 44 288,62 ...
ALPHA MOS BO.... d 0,70 4,59 ... DMS....................... d 14,50 95,11 ... INFO VISTA ........... 6,20 40,67 – 4,62 RECIF # .................. 28,30 185,64 ... AUBAY ................... 8,72 57,20 – 7,04 PIERRE VACAN...... 64,10 420,47 – 0,62
ALTAMIR & CI ...... 119 780,59 ... D INTERACTIV ..... 3,29 21,58 – 17,54 INTEGRA NET ....... w 2,46 16,14 + 1,65 REPONSE # ........... 21,78 142,87 ... BENETEAU #......... 108 708,43 – 2,26 PINGUELY HAU .... w 19,21 126,01 – 0,21
ALDETA ................. d 5 32,80 ... DIREKT ANLAG .... 15,55 102 – 3,42 INTEGRA ACT. ...... ... ... ... REGINA RUBEN ... 0,90 5,90 ... BOIRON (LY)#....... 83,60 548,38 + 0,24 POCHET ................. d 101,10 663,17 ...
ALTI #..................... 9,71 63,69 – 0,41 DIREKT ANLAG .... 13,94 91,44 – 6,13 INTERCALL #......... d 1,74 11,41 ... RIBER #.................. 6,75 44,28 + 3,85 BONDUELLE ......... 42,30 277,47 – 0,07 RADIALL # ............. 83,90 550,35 ...
A NOVO # .............. w 24,43 160,25 – 1,89 DURAND ALLIZ.... 0,76 4,99 + 1,33 IPSOS # .................. w 70,30 461,14 + 0,14 RIGIFLEX INT........ 120 787,15 ... BQUE TARNEAU... d 97,95 642,51 ... RALLYE (LY)........... w 60,10 394,23 + 0,25
ARTPRICE COM.... 10,89 71,43 –1 DURAN DUBOI .... 15,25 100,03 + 5,90 IPSOS BS00 ............ d 2,98 19,55 ... RISC TECHNOL .... 9,65 63,30 – 3,50 BRICORAMA # ...... 53,90 353,56 – 0,09 ROCANI(EX FI ....... d 13,64 89,47 ...
ASTRA .................... 0,76 4,99 + 1,33 DURAN BS 00 ....... d 0,18 1,18 ... ITESOFT ................. 3 19,68 – 3,54 SAVEURS DE F ...... 8,10 53,13 ... BRIOCHE PASQ .... 82 537,88 + 1,80 RODRIGUEZ GR ... w 61,50 403,41 ...
AUFEMININ.CO .... 2,23 14,63 – 3,04 EFFIK # .................. 12,51 82,06 + 2,63 IT LINK................... 4,68 30,70 + 0,43 GUILLEMOT BS .... 10 65,60 ... BUFFALO GRIL ..... 11,30 74,12 ... SABATE SA #.......... 29,28 192,06 – 0,07
AUTOMA TECH .... 6 39,36 + 2,74 EGIDE #................. 117,60 771,41 + 1,38 IXO.......................... 0,83 5,44 – 5,68 SELF TRADE.......... 2,88 18,89 – 0,69 C.A. OISE CC ......... d 101,50 665,80 ... SECHE ENVIRO ..... 90,30 592,33 – 1,15
AVENIR TELEC ...... w 2,57 16,86 + 1,58 EMME NV ............. 11 72,16 ... JOLIEZ REGOL....... d 1 6,56 ... SILICOMP #........... 32,70 214,50 + 0,80 C.A. PARIS I........... 72,30 474,26 – 0,34 SINOP.ASSET......... d 21,40 140,37 ...
AVENIR TELEC ...... d 1,48 9,71 ... ESI GROUP ........... 24 157,43 + 0,04 KALISTO ENTE ...... 1,50 9,84 – 10,18 SITICOM GROU .... 11,99 78,65 – 0,08 C.A.PAS CAL.......... 155 1016,73 + 0,65 SIPAREX CROI ....... 30,40 199,41 + 3,19
BAC MAJESTIC...... 4,16 27,29 – 0,95 ESKER .................... 4,90 32,14 + 3,16 KEYRUS PROGI ..... 2,15 14,10 + 3,37 SODITECH ING .... 6,80 44,61 – 9,33 CDA-CIE DES ........ 44,60 292,56 – 3,04 SOLERI ................... d 268 1757,96 ...
BARBARA BUI ....... 15 98,39 + 1,35 EUROFINS SCI...... 17,65 115,78 – 5,56 KAZIBAO ................ d 0,86 5,64 ... SOFT COMPUTI.... 5,35 35,09 + 0,94 CEGEDIM #........... 46,28 303,58 + 0,06 SOLVING #............. 70 459,17 ...
BCI NAVIGATI ....... 5,98 39,23 + 0,50 EURO.CARGO S .... 11,80 77,40 ... LA COMPAGNIE.... 10 65,60 – 1,96 SOI TEC SILI.......... w 21,90 143,65 + 13,24 CIE FIN.ST-H ........ a 119,10 781,24 ... STEF-TFE # ............ 48,90 320,76 ...
BELVEDERE ........... 22,43 147,13 – 7,31 FIMATEX # ............ w 3,45 22,63 + 8,49 LEXIBOOK #........... 15,10 99,05 – 10,12 SOI TEC BS 0......... 13,10 85,93 + 9,17 CNIM #.................. 56,80 372,58 – 0,18 STERIA GROUP ..... 109,60 718,93 – 2,14
BOURSE DIREC .... 3 19,68 – 3,23 FI SYSTEM # ......... w 4,16 27,29 + 1,46 LINEDATA SER...... 21 137,75 – 6,96 SOLUCOM ............. 42,35 277,80 + 5,61 COFITEM-COFI..... d 58,20 381,77 ... SYLEA ..................... d 45,70 299,77 ...
BRIME TECHNO ... 46,60 305,68 –2 FI SYSTEM BS....... 0,23 1,51 ... LYCOS EUROPE..... 1,10 7,22 – 0,90 SOLUCOM ACT. .... d 47,76 313,29 ... DANE-ELEC ME.... 3,06 20,07 +2 SYLIS # ................... 24 157,43 ...
BRIME TECHN...... d 1,08 7,08 ... FLOREANE MED .. 7,65 50,18 – 0,65 MEDCOST #........... 6,80 44,61 + 3,19 SQLI ....................... 2,80 18,37 + 6,87 ENTRELEC GRO ... d 62,15 407,68 ... SYNERGIE (EX ....... 37 242,70 – 0,13
BUSINESS ET ........ 12,25 80,35 + 2,25 GAMELOFT COM . 1,20 7,87 –4 MEDIDEP #............ 120 787,15 ... SQLI ACT.NOU...... d 3,10 20,33 ... ETAM DEVELOP ... 11,94 78,32 + 2,93 TEAM PARTNER ... 11,50 75,44 + 0,88
BUSINESS INT ...... 2,89 18,96 – 5,86 GAUDRIOT #......... 36 236,14 – 1,23 MEMSCAP ............. 4,50 29,52 – 1,75 STACI # .................. 2,50 16,40 – 3,85 EUROPEENNE C... 48,20 316,17 – 1,63 TRIGANO ............... w 40,30 264,35 + 0,30
BVRP ACT.DIV....... w 18,63 122,20 + 1,20 GENERIX # ............ 24,90 163,33 + 2,68 METROLOGIC G ... 68,10 446,71 – 1,30 STELAX................... 0,70 4,59 ... EXPAND S.A.......... d 54,85 359,79 ... UNION FIN.FR ...... 33,50 219,75 + 0,81
CAC SYSTEMES..... d 3,40 22,30 ... GENESYS #............ 26,09 171,14 + 1,91 MICROPOLE .......... 8,59 56,35 – 0,69 SYNELEC # ............ 14,95 98,07 ... FINATIS(EX.L ........ d 132 865,86 ... VILMOR.CLAUS ..... 72,20 473,60 ...
CALL CENTER ....... 8,10 53,13 – 1,22 GENESYS BS00 ..... d 4,70 30,83 ... MILLIMAGES ......... 10 65,60 – 3,85 SYSTAR # ............... 6,60 43,29 – 8,97 FININFO................ 35,70 234,18 – 0,56 VIRBAC................... 82,05 538,21 + 0,43
CARRERE GROU ... 17,60 115,45 – 1,40 GENSET................. w 11,40 74,78 + 0,71 MONDIAL PECH ... 3,65 23,94 + 9,61 SYSTRAN ............... 3,89 25,52 + 1,04 FLEURY MICHO ... 24 157,43 ... ................................ ... ... ...
CAST ...................... 11 72,16 ... GL TRADE # .......... 42,55 279,11 – 1,41 MULTIMANIA........ 4,10 26,89 – 6,82 TEL.RES.SERV........ 3,50 22,96 – 5,41 FOCAL (GROUP.... 68,55 449,66 + 0,15 ................................ ... ... ...
CEREP .................... 96 629,72 + 0,21 GUILLEMOT # ...... 22,50 147,59 – 1,92 NATUREX............... 13,80 90,52 + 2,22 TELECOM CITY..... 5,14 33,72 – 4,46 GENERALE LOC.... 27 177,11 ... ................................ ... ... ...

ÉCUR. TECHNOLOGIES ........ 45,87 300,89 02/07 CIC ÉPARGNE DYNAM. C..... 2040,72 13386,25 02/07 CM MONDE ACTIONS .......... 353,32 2317,63 02/07 POSTE GESTION C................ 2582,29 16938,71 02/07
SICAV et FCP ÉCUR. TRIMESTRIEL D .........
ÉPARCOURT-SICAV D ...........
272,77
27,87
1789,25
182,82
02/07
02/07
CIC ÉPARGNE DYNAM. D ....
CIC EUROLEADERS ..............
1609,62
441,90
10558,42
2898,67
02/07
02/07
CM
CM
OBLIG. LONG TERME ....
OPTION DYNAM. ...........
104,60
33,81
686,13
221,78
02/07
02/07
POSTE GESTION D ...............
POSTE PREMIÈRE .................
2289,16
7017,18
15015,91
46029,68
02/07
02/07
GÉOPTIM C .......................... 2276,19 14930,83 02/07 CIC FRANCE C ..................... 40,92 268,42 02/07 CM OPTION ÉQUIL............... 54,17 355,33 02/07 POSTE PREMIÈRE 1 AN ........ 41653,38 273228,26 02/07
Fonds communs de placements CIC FRANCE D ..................... 40,92 268,42 02/07 CM OBLIG. COURT TERME .. 161,60 1060,03 02/07 POSTE PREMIÈRE 2-3 ........... 8949,06 58701,99 02/07
Une sélection. Cours de clôture le 2 juillet ÉCUREUIL ÉQUILIBRE C ....... 38,29 251,17 02/07 CIC HORIZON C................... 66,56 436,60 02/07 CM OBLIG. MOYEN TERME.. 332,50 2181,06 02/07 PRIMIEL EUROPE C .............. 63,14 414,17 02/07
ÉCUREUIL PRUDENCE C ...... 34,10 223,68 02/07 CIC HORIZON D .................. 66,56 436,60 02/07 CM OBLIG. QUATRE ............. 163,22 1070,65 02/07 REVENUS TRIMESTRIELS ..... 783,19 5137,39 02/07
ÉCUREUIL VITALITÉ C .......... 44,17 289,74 02/07 CIC MENSUEL ...................... 1428,51 9370,41 02/07 Fonds communs de placements THÉSORA C .......................... 183,80 1205,65 02/07
Valeurs unitaires e Date CIC MONDE PEA.................. 33,24 218,04 02/07 THÉSORA D .......................... 153,44 1006,50 02/07
Émetteurs f Euros francs ee cours 08 36 68 56 55 CIC OBLI COURT TERME C .. 24,28 159,27 02/07
CM OPTION MODÉRATION . 19,23 126,14 02/07
TRÉSORYS C ......................... 46775,05 306824,21 02/07
(2,21 F/mn) CIC OBLI COURT TEME D .... 19,30 126,60 02/07 ASSET MANAGEMENT SOLSTICE D .......................... 359,75 2359,81 02/07
AGIPI ATOUT CROISSANCE D......... 427,03 2801,13 02/07 CIC OBLI LONG TERME C .... 14,99 98,33 02/07 Fonds communs de placements
ATOUT EUROPE C ................ 580,09 3805,14 02/07 CIC OBLI LONG TERME D.... 14,99 98,33 02/07 AMÉRIQUE 2000 ................... 146,99 964,19 02/07 DÉDIALYS FINANCE ............. 94,61 620,60 02/07
AGIPI AMBITION (AXA) ........ 27,91 183,08 02/07 CIC OBLI MONDE ................ 394,63 2588,60 29/06
ATOUT FRANCE C................. 223,87 1468,49 02/07 ASIE 2000.............................. 82,46 540,90 02/07 DÉDIALYS MULTI-SECT. ....... 71,59 469,60 02/07
AGIPI ACTIONS (AXA) ........... 29,76 195,21 02/07 CIC ORIENT ......................... 170,14 1116,05 02/07
ATOUT FRANCE D ................ 202,86 1330,67 02/07 NOUVELLE EUROPE ............. 242,99 1593,91 02/07 DÉDIALYS SANTÉ ................. 103,89 681,47 02/07
3615 BNP ATOUT FRANCE ASIE D ........ 89,06 584,20 02/07 CIC PIERRE .......................... 36,83 241,59 02/07 SAINT-HONORÉ CAPITAL C . 3512,16 23038,26 02/07 DÉDIALYS TECHNOLOGIES .. 40,11 263,10 02/07
ATOUT FRANCE EUROPE D .. 202,30 1327 02/07 MONEY CIC DOLLAR ........... 1404,16 .... 02/07 SAINT-HONORÉ CAPITAL D . 3259,74 21382,49 02/07 DÉDIALYS TELECOM ............ 51,85 340,11 02/07
08 36 68 17 17 (2,21 F/mn)
ATOUT FRANCE MONDE D .. 50,31 330,01 02/07 Fonds communs de placements ST-HONORÉ CONVERTIBLES 337,40 2213,20 02/07 POSTE EUROPE C ................. 89,48 586,95 02/07
BNP MONÉ COURT TERME.. 2462,96 16155,96 01/07 ATOUT MONDE C................. 63,12 414,04 02/07 CIAL PEA SÉRÉNITÉ ............. 837,59 5494,23 29/06 ST-HONORÉ FRANCE ........... 63,68 417,71 02/07 POSTE EUROPE D................. 85,35 559,86 02/07
BNP MONÉ PLACEMENT C .. 13518,53 88675,74 01/07 ATOUT SÉLECTION D ........... 121,14 794,63 02/07 CIC EUROPEA C ................... 12,67 83,11 02/07 ST-HONORÉ PACIFIQUE....... 109,19 716,24 02/07 POSTE PREMIÈRE 8 ANS C ... 192,11 1260,16 02/07
BNP MONÉ PLACEMENT D .. 11802,98 77422,47 01/07 CAPITOP EUROBLIG C .......... 98,34 645,07 02/07 CIC EUROPEA D ................... 12,32 80,81 02/07 ST-HONORÉ TECH. MEDIA .. 133,76 877,41 02/07 POSTE PREMIÈRE 8 ANS D ... 176,35 1156,78 02/07
BNP MONÉ TRÉSORERIE ..... 153861,32 1009264,10 01/07 CAPITOP EUROBLIG D.......... 81,13 532,18 02/07 CIC EURO OPPORTUNITÉ .... 564,60 3703,53 02/07 ST-HONORÉ VIE SANTÉ ....... 403,63 2647,64 02/07 REMUNYS PLUS ................... 101,84 668,03 02/07
BNP OBLI. CT ....................... 162,98 1069,08 02/07 CAPITOP MONDOBLIG C...... 43,25 283,70 02/07 CIC HIGH YIELD .................. 102,74 673,93 29/06 ST-HONORÉ WORLD LEAD. . 109,96 721,29 02/07
BNP OBLI. LT ....................... 33,37 218,89 02/07 CAPITOP REVENUS D ........... 172,21 1129,62 02/07 CIC JAPON ........................... 10,57 69,33 02/07 WEB INTERNATIONAL ......... 32,06 210,30 02/07 SG ASSET MANAGEMENT
BNP OBLI. MT C................... 150,25 985,58 02/07 DIÈZE C ................................ 456,52 2994,57 02/07 CIC MARCHÉS ÉMERGENTS 1179,89 7739,57 29/06 Serveur vocal :
BNP OBLI. MT D .................. 137,85 904,24 02/07 INDICIA EUROLAND D ......... 127,35 835,36 29/06 CIC NOUVEAU MARCHÉ ...... 7,14 46,84 02/07 LEGAL & GENERAL BANK 08 36 68 36 62 (2,21 F/mn)
BNP OBLI. SPREADS............. 181,40 1189,91 02/07 INDICIA FRANCE D .............. 428,60 2811,43 29/06 CIC PROFIL DYNAMIQUE..... 25,95 170,22 29/06 CADENCE 1 D....................... 156,29 1025,20 02/07
BNP OBLI. TRÉSOR .............. 1927,68 12644,75 02/07 INDOCAM AMÉRIQUE C ....... 46,65 306 02/07 CIC PROFIL ÉQUILIBRE........ 20,17 132,31 29/06 STRATÉGIE IND. EUROPE .... 229,71 1506,80 29/06 CADENCE 2 D....................... 154,16 1011,22 02/07
Fonds communs de placements INDOCAM ASIE C ................. 22,05 144,64 02/07 CIC PROFIL TEMPÉRÉ C....... 138,42 907,98 29/06 CADENCE 3 D....................... 152,56 1000,73 02/07
INDOCAM FRANCE C ........... 383,66 2516,64 02/07 Fonds communs de placements
BNP MONÉ ASSOCIATIONS.. 1806,36 11848,94 02/07 CIC TAUX VARIABLES ........... 192,83 1264,88 29/06 CONVERTIS C ....................... 240,07 1574,76 02/07
INDOCAM FRANCE D ........... 315,36 2068,63 02/07 STRATÉGIE CAC ................... 6824,22 44763,95 29/06
CIC TECHNO. COM .............. 109,22 716,44 02/07 INTEROBLIG C ..................... 58,17 381,57 02/07
INDOCAM MULTI OBLIG. C .. 181,86 1192,92 02/07 STRATÉGIE INDICE USA....... 10498,89 68868,20 29/06
BANQUE POPULAIRE ASSET MANAGEMENT CIC USA ............................... 21,80 143 29/06 INTERSÉLECTION FR. D ....... 83,54 547,99 02/07
www.bpam.fr 01 58 19 40 00 Fonds communs de placements CIC VAL. NOUVELLES ........... 352,11 2309,69 02/07 www.lapostefinance.fr SÉLECT DÉFENSIF C............. 194,07 1273,02 02/07
ATOUT VALEUR D................. 89,35 586,10 29/06 LÉOPARD MULTIVALOR ....... 279,25 1831,76 02/07 Sicav Info Poste : SÉLECT DYNAMIQUE C ........ 266,07 1745,30 02/07
BP OBLI HAUT REND. .......... 110,31 723,59 01/07 08 36 68 50 10 (2,21 F/mn) SÉLECT ÉQUILIBRE 2 ............ 178,01 1167,67 02/07
CAPITOP MONÉTAIRE C ....... 189,66 1244,09 04/07
BP MEDITERRANÉE DÉV. ..... 65,64 430,57 01/07 www.clamdirect.com ADDILYS C ........................... SÉLECT PEA DYNAMIQUE .... 159,93 1049,07 02/07
CAPITOP MONÉTAIRE D....... 186,89 1225,92 04/07 105,71 693,41 02/07
BP NOUVELLE ÉCONOMIE ... 111,42 730,87 28/06 SÉLECT PEA 1 ....................... 226,43 1485,28 02/07
INDOCAM FONCIER ............. 102,35 671,37 02/07 ADDILYS D ........................... 104,87 687,90 02/07
BP OBLIG. EUROPE .............. 50,98 334,41 02/07 SG FRANCE OPPORT. C ........ 492,60 3231,24 02/07
INDOCAM VAL. RESTR. C ..... 312,02 2046,72 29/06 EURCO SOLIDARITÉ............. 224,52 1472,75 28/06
BP SÉCURITÉ........................ 101655,97 666819,45 02/07 AMPLITUDE AMÉRIQUE C.... 29,82 195,61 02/07
MASTER ACTIONS C ............. 47,63 312,43 28/06 LION 20000 C/3 11/06/99 ....... 484,54 3178,37 20/06 SG FRANCE OPPORT. D........ 461,23 3025,47 02/07
EUROACTION MIDCAP......... 148,29 972,72 02/07 AMPLITUDE AMÉRIQUE D ... 28,88 189,44 02/07
MASTER DUO C .................... 14,87 97,54 28/06 LION 20000 D/3 11/06/99 ....... 423,01 2774,76 20/06 SOGENFRANCE C ................. 536,41 3518,62 02/07
FRUCTI EURO 50 .................. 114,37 750,22 02/07 AMPLITUDE EUROPE C ........ 36,16 237,19 02/07
MASTER OBLIGATIONS C ..... 30,37 199,21 28/06 SICAV 5000 ........................... 175,03 1148,12 28/06 SOGENFRANCE D................. 483,39 3170,83 02/07
FRUCTIFRANCE C ................ 92,46 606,50 28/06 AMPLITUDE EUROPE D........ 34,63 227,16 02/07
MASTER PEA D ..................... 14,12 92,62 28/06 SLIVAFRANCE ...................... 304,35 1996,41 28/06 SOGEOBLIG C....................... 109,79 720,18 02/07
FRUCTIFONDS FRANCE NM 206,37 1353,70 27/06 AMPLITUDE FRANCE ........... 94,46 619,62 02/07
OPTALIS DYNAMIQ. C .......... 20,36 133,55 29/06 SLIVARENTE......................... 38,83 254,71 28/06 SOGÉPARGNE D ................... 45,33 297,35 02/07
AMPLITUDE MONDE C ........ 260,11 1706,21 02/07
www.cdcixis-am.fr OPTALIS DYNAMIQ. D .......... 19,09 125,22 29/06 SLIVINTER ........................... 169,81 1113,88 28/06 SOGEPEA EUROPE ................ 254,64 1670,33 02/07
AMPLITUDE MONDE D ........ 233,31 1530,41 02/07
OPTALIS ÉQUILIB. C ............. 19,57 128,37 29/06 TRILION............................... 744,18 4881,50 27/06 SOGINTER C......................... 68,62 450,12 02/07
AMPLITUDE PACIFIQUE C.... 19,72 129,35 02/07
OPTALIS ÉQUILIB. D ............. 17,81 116,83 29/06 Fonds communs de placements AMPLITUDE PACIFIQUE D ... 18,84 123,58 02/07 Fonds communs de placements
OPTALIS EXPANSION C ........ 16,70 109,54 29/06 ÉLANCIEL EURO D PEA ........ 113,79 746,41 02/07 DÉCLIC ACTIONS EURO ....... 17,17 112,63 29/06
MULTI-PROMOTEURS ACTILION DYNAMIQUE C .... 198,54 1302,34 28/06
OPTALIS EXPANSION D ........ 16,30 106,92 29/06 DÉCLIC ACTIONS FRANC ..... 58,55 384,06 29/06
NORD SUD DÉVELOP. C ....... 519,72 3409,14 01/07 ACTILION DYNAMIQUE D.... 187,02 1226,77 28/06 ÉLANCIEL FRANCE D PEA .... 46,82 307,12 02/07
OPTALIS SÉRÉNITÉ C ........... 17,93 117,61 29/06 DÉCLIC ACTIONS INTER....... 40,22 263,83 02/07
NORD SUD DÉVELOP. D ...... 401,09 2630,98 01/07 ACTILION PEA DYNAMIQUE 73,56 482,52 28/06 ÉMERGENCE E.POST.D PEA . 34,44 225,91 02/07
OPTALIS SÉRÉNITÉ D ........... 15,75 103,31 29/06 DÉCLIC BOURSE PEA............ 55,40 363,40 29/06
ACTILION ÉQUILIBRE C ....... 186,01 1220,15 27/06 GÉOBILYS C ......................... 118,03 774,23 02/07
Sicav en ligne : PACTE SOL. LOGEM.............. 77,69 509,61 26/06 DÉCLIC BOURSE ÉQUILIBRE 17,41 114,20 29/06
ACTILION ÉQUILIBRE D....... 173,91 1140,77 27/06 GÉOBILYS D ......................... 107,61 705,88 02/07
08 36 68 09 00 (2,21 F/mn) PACTE SOL.TIERS MONDE.... 82,62 541,95 26/06 DÉCLIC OBLIG. EUROPE ....... 16,90 110,86 29/06
ACTILION PEA ÉQUILIBRE ... 176,44 1157,37 28/06 INTENSYS C ......................... 20,35 133,49 02/07
ÉCUR. 1,2,3... FUTUR ............ 57,31 375,93 02/07 ACTILION PRUDENCE C ...... 175,08 1148,45 27/06 INTENSYS D......................... 17,29 113,41 02/07 DÉCLIC PEA EUROPE............ 26,97 176,91 29/06
ÉCUR. ACTIONS EUROP. C ... 20,04 131,45 02/07 ACTILION PRUDENCE D ...... 163,15 1070,19 27/06 KALEIS DYNAMISME C ......... 235,28 1543,34 02/07 DÉCLIC SOGENFR. TEMPO... 67,36 441,85 29/06
ÉCUR. ACTIONS FUTUR ....... 73,20 480,16 02/07 INTERLION .......................... 228,22 1497,03 27/06 KALEIS DYNAMISME D ........ 228,82 1500,96 02/07 FAVOR .................................. 371,45 2436,55 02/07
ÉCUR. CAPITALISATION C .... 43,12 282,85 02/07 AURECIC............................... 113,40 743,86 02/07 LION ACTION EURO ............ 100,15 656,94 28/06 KALEIS DYNAMISME FR C.... 87,10 571,34 02/07 SOGESTION C....................... 51,07 335 29/06
ÉCUR. DYNAMIQUE+ D PEA . 48,47 317,94 02/07 CAPIRENTE MT C ................. 35,17 230,70 02/07 LION PEA EURO ................... 101,45 665,47 28/06 KALEIS ÉQUILIBRE C ............ 207,34 1360,06 02/07 SOGINDEX FRANCE C .......... 584,13 3831,64 29/06
ÉCUR. ÉNERGIE D PEA ......... 47,72 313,02 02/07 CAPIRENTE MT D ................. 26,70 175,14 02/07 KALEIS ÉQUILIBRE D............ 200,86 1317,56 02/07 ............................................. .... .... ....
ÉCUR. EXPANSION C ............ 14548,39 95431,18 02/07 CIC AMÉRIQUE LATINE ........ 129,80 851,43 02/07 KALEIS SÉRÉNITÉ C.............. 192,16 1260,49 02/07 ............................................. .... .... ....
ÉCUR. EXPANSIONPLUS C.... 41,64 273,14 02/07 CIC CONVERTIBLES .............. 5,80 38,05 29/06 KALEIS SÉRÉNITÉ D ............. 185,75 1218,44 02/07 ............................................. .... .... ....
ÉCUR. INVESTISSEMENTS .... 59,04 387,28 02/07 CIC COURT TERME C ........... 33,78 221,58 02/07 CM EURO PEA...................... 24,80 162,68 02/07 KALEIS TONUS C.................. 80,08 525,29 02/07 ............................................. .... .... ....
ÉCUR. MONÉTAIRE C ........... 221,20 1450,98 02/07 CIC COURT TERME D ........... 26,72 175,27 02/07 CM EUROPE TECHNOL ........ 5,26 34,50 02/07 OBLITYS C ............................ 110,62 725,62 02/07 ............................................. .... .... ....
ÉCUR. MONÉTAIRE D........... 190,75 1251,24 02/07 CIC ECOCIC .......................... 412,28 2704,38 02/07 CM FRANCE ACTIONS ......... 39,72 260,55 02/07 OBLITYS D ........................... 108,88 714,21 02/07 LÉGENDE : e Hors frais. ee A titre indicatif.
............................................. .... .... ....
ÉCUR. OBLIG. INTERNAT. .... 179,91 1180,13 02/07 CIC ELITE EUROPE ............... 147,18 965,44 02/07 CM MID. ACT. FRANCE ........ 35,81 234,90 02/07 PLÉNITUDE D PEA ............... 46,17 302,86 02/07 ............................................. .... .... ....
22

AUJOURD’HUI LE MONDE / MERCREDI 4 JUILLET 2001

SCIENCES De nombreuses étu- b LES PROGRAMMES de conserva- cet oubli et rendre son action plus d’euros. b LES RÉSULTATS de cette quelque espoir : il se forme en effet
des sont consacrées aux forêts tro- tion de ces forêts échouent souvent efficace, la Commission européenne a étude, centrée sur douze pays de actuellement dans les communautés
picales mondiales et à leur avenir parce que les populations, qui connais- lancé, en 1994, le programme « Ave- la zone Afrique-Caraïbes-Pacifique forestières des élites qui ont à la fois
menacé. Mais peu ont porté sur les sent pourtant bien leur milieu, n’y nir des peuples des forêts tropica- (ACP), viennent d’être présentés à un pied dans les traditions et un
onze millions d’habitants qui y vivent. sont pas associées. b POUR RÉPARER les », doté d’un budget de 5 millions Bruxelles. b LES ETHNOLOGUES ont autre dans le monde d’aujourd’hui.

Le difficile devenir des forêts tropicales et des populations qui y vivent


Plus de onze millions de personnes, dont la moitié a moins de quinze ans, vivent dans ces écosystèmes en surexploitation. Pour mieux les connaître
et adapter sa politique d’aide, la Communauté européenne a mené une importante étude ethno-écologique sur une douzaine de pays
BRUXELLES longé d’un an – a été supervisé par à la terre de se reposer grâce à de
de notre envoyée spéciale l’Université libre de Belgique longues jachères. C’est le défriche-
Les forêts tropicales, luxuriantes (ULB), à laquelle étaient associés ment par le feu, très largement
et difficiles d’accès, sont souvent la faculté des sciences agronomi- pratiqué par les colons ou les éle-
perçues par les Occidentaux com- ques de Gembloux (Belgique), le veurs, qui entraîne une perte de
me « sauvages » et « vides ». Pour- CNRS, l’Institut de recherche pour surface forestière. Les populations
tant les recherches archéologiques le développement (IRD) et l’univer- forestières ont également besoin
et climatiques menées depuis sité de Kent en Grande-Bretagne. de beaucoup d’espace pour
quinze ans dans ces régions indi- obtenir les compléments de res-
quent « que la plupart de ces écosys- UN TRAVAIL DE TERRAIN sources dont elles ont besoin en
tèmes sont habités depuis des Une centaine de chercheurs ont pratiquant la pêche, la chasse et la
millénaires », rappelle Pierre de été mobilisés pour mener à bien collecte.
Maret, anthropologue et recteur cette étude dont les moyens ont
de l’Université libre de Bruxelles. été concentrés sur vingt-trois sites ALLIER IDÉALISME ET RÉALISME
Plus de onze millions de person- sélectionnés dans douze pays de la Mais ajoutent les quatre anthro